Archives par mot-clé : Verlaine

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (18) : LES PREMIERS SERONT LES DERNIERS … LE PRIX NOBEL OUBLIÉ

LES PREMIERS SERONT LES DERNIERS …

LE PRIX NOBEL OUBLIÉ

A la manière des comètes périodiques, les Prix Nobel reviennent pour quelques jours en « une » des gazettes. Du côté de la littérature, c’est le romancier japonais Kazuo Ishiguro, écrivant en anglais, qui est distingué pour son œuvre à cheval sur deux cultures et qui a notamment produit ce magnifique livre que sont Les Vestiges du jour. Il succède ainsi au choix plutôt inattendu de Bob Dylan, l’année précédente. La France, au fil des années, n’a pas démérité, avec des noms qui sonnent encore à toutes les oreilles[1]. Mais qui se souvient encore du premier de cette longue série, qui fut en même temps le tout premier des prix Nobel de littérature ? C’est en effet un poète français, et alors non des moindres, qui fut le premier récipiendaire du Prix Nobel de littérature : Sully-Prudhomme (1839-1907). Bonne occasion de revenir sur l’une des gloires de la France de la Belle Epoque, aujourd’hui bien oubliée…

I. Un premier recueil remarqué : Les Stances et Poëmes (1865)

Né à Paris dans une famille modeste, orphelin de père de bonne heure, René Armand François Prudhomme s’était d’abord destiné à une carrière d’ingénieur, avant de se tourner vers le droit et le notariat. Rien de bien poétique là-dedans donc, mais le jeune homme rimait quand même à ses heures et faisait connaître ses premiers vers au sein de la société étudiante « La Conférence La Bruyère ».

Portrait photographique de Sully-Prudhomme, dans les années 1880

Publié discrètement en 1865 (il a 26 ans), son premier recueil, Stances et Poëmes, va le propulser du jour au lendemain dans la lumière et en faire une icône du mouvement parnassien. Le poème « Le Vase brisé », métaphore d’un chagrin d’amour, va bientôt être sur toutes les lèvres, et pour des décennies : « Le vase où meurt cette verveine // D’un coup d’éventail fut fêlé ; // Le coup dut l’effleurer à peine : // Aucun bruit ne l’a révélé. (…) ». Au nombre des plus enthousiastes lecteurs, on compta le sévère Sainte-Beuve, mais aussi et surtout Théophile Gautier. Grand nom et symbole du romantisme français, le célèbre romancier était aussi poète et son recueil Emaux et Camées (paru en 1852, puis augmenté au fil des années) a été considéré, comme le vers de Théodore de Banville, comme l’acte initiateur du Parnasse. A ce titre, il était vu comme le précurseur et le maître à penser de ce nouveau courant littéraire, dont Sully-Prudhomme devenait alors l’un des principaux représentants, avec Leconte de Lisle, François Coppée (cf.  Mélanges… 13), José-Maria de Heredia ou un certain Paul Verlaine. Dans une lettre du 8 avril 1865, Antoni Deschamps, ami proche de Gautier, annonçait au maître l’arrivée prochaine de l’exemplaire envoyé par le jeune débutant : « M. Sully Prudhomme, jeune poète d’un vrai sentiment et de beaucoup de talent, doit vous faire hommage de son recueil Stances et Poëmes (…) ». C’est cet exemplaire Gautier, enrichi d’une belle dédicace, que j’ai eu la chance d’acquérir il y a quelques années.

Sully-Prudhomme, « Stances et Poëmes », Paris, Achille Faure, libraire-éditeur, 1865. In-12, de (2) ff., 240 pp. et (8) pp. (catalogue). Demi-reliure de chagrin bleu, dos à nerfs orné de fleurons dorés, tranches mouchetées (reliure de la fin du XIXe siècle). L’exemplaire comporte quatre corrections autographes de l’auteur aux pages 73, 117, 137 et à la table. Inv. 1279.
Provenance : Théophile Gautier (1811-1872, romancier et poète) (envoi : « A monsieur Théophile Gautier, hommage respectueux, Sully Prudhomme » ; « Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. Théophile Gautier », 24-25 fév. 1873, p. 32, n° 193, broché, en lot avec « Les Epreuves » [Paris, 1866] et « Les Solitudes » [Paris, 1869]) ; Fernand Vandérem (1864-1939, bibliophile, bibliographe et romancier) (ex-libris monogrammé ; « Catalogue d’ouvrages d’auteurs du XIXe siècle », 1939, 1e partie, n° 635, 520 frs. ; selon le Dr. Lascoutx, préfacier du catalogue de la vente, « le petit ex-libris de F. Vandérem confère à tous ses livres, et jusqu’au plus modeste, la valeur même d’un cachet de garantie qui les signalera à la faveur et leur assurera la survie »).

Cette offrande allait être grandement récompensée, puisque Théophile Gautier devint l’un des plus vifs soutiens du jeune poète. Dans son Etude sur la poésie française (1830-1868), commande personnelle de Napoléon III, Gautier, après avoir cité en quatre lignes Coppée, Heredia et Verlaine (autres gloires montantes du Parnasse), consacra en effet trois pleines pages enthousiastes à Sully-Prudhomme : « Un des plus nouveaux venus de cette jeune troupe est Sully-Prudhomme, et déjà il se détache au milieu de ses compagnons […]. Dans son premier volume, qui date de 1865 et qui porte le titre de Stances et poëmes, les moindres pièces ont ce mérite d’être composées, d’avoir un commencement, un milieu, une fin, et de tendre à un but, d’exprimer une idée précise. […] Dès les premières pages du livre on rencontre une pièce charmante, d’une fraîcheur d’idée et d’une délicatesse d’exécution qu’on ne saurait trop louer et qui est comme la note caractéristique d’un poète : “Le Vase brisé”. […]. Sully-Prudhomme nous semble destiné à prendre le premier rang parmi ces poëtes de la dernière heure … »[2]. Cet hommage du vieux maître au poète débutant rend donc particulièrement significatif et émouvant son exemplaire des Stances et poëmes.

II. Un pilier du Parnasse, au sein de l’ « écurie Lemerre »

Après ces débuts fulgurants, la carrière de Sully-Prudhomme ne connut aucune éclipse. Il poursuivit dans un premier temps la veine sentimentale de ses premières poésies, notamment dans le recueil Les Epreuves, paru en 1866.

Sully-Prudhomme, « Les Epreuves », Paris, Alphonse Lemerre, 1866. In-12, de 80 pp. et (3) ff. Broché, sous couvertures imprimées jaunes. Edition originale, un des 50 exemplaires sur Hollande (n° 38), numérotés et contresignés par l’éditeur. Inv. 1636.

 

Membre de l’ « écurie Lemerre » (l’éditeur qui publiait la majeure partie des auteurs parnassiens), Sully-Prudhomme croisait bien sûr dans les bureaux du passage Choiseul (ou dans les salons de la capitale) la fine fleur du monde des lettres, dont beaucoup étaient ou devenaient ses amis.

Paul Chabas, « Chez Alphonse Lemerre, à Ville D’Avray ». Ce tableau commandé par Alphonse Lemerre réunit les principaux auteurs figurant au catalogue de l’éditeur : Sully-Prudhomme, Paul Bourget, Alphonse Daudet, Leconte de Lisle, etc.

 

Parmi ceux-ci, un peu en marge (voire carrément marginal), se trouvait Albert Glatigny (1839-1873), le fils spirituel de Banville. Sully-Prudhomme s’était pris d’affection pour son strict contemporain et plusieurs dédicaces croisées manifestèrent leur amitié : Glatigny lui avait ainsi offert des pièces dans son recueil Les Vignes folles (« Rien n’est plus ennuyeux de ces villes banales… ») ou dans Gilles et Pasquins (sonnet « A Sully-Prudhomme » : « Des princes vagabons illustrent leurs annales… »). Mais ce bohème fantasque et errant fut emporté à 33 ans par une maladie de poitrine sournoise (il l’avait contractée quatre ans plus tôt en Corse dans la cellule où un gendarme obtus l’avait enfermé, le prenant par erreur pour un assassin célèbre…). Sully-Prudhomme le pleura et lui rendit hommage dans un sonnet « Aux mânes d’Albert Glatigny » : « Si quelqu’un de tes fils, parjure ingrat du Beau, / Muse consolatrice, ose en toi méconnaître / La vertu d’essuyer les pleurs que tu fais naître, / Prends à témoin celui qui dort dans ce tombeau ! […] ». Il semble que ces vers ait fait l’objet d’une première publication séparée, en deux feuillets seulement, en 1891[3]. Curieusement, ce sonnet funèbre ne vit jamais le jour en volume du vivant de Sully-Prudhomme : sa première édition intervint seulement en 1908 dans le recueil posthume Les Epaves[4].

Sully-Prudhomme, « Aux mânes de Albert Glatigny – Sonnet », manuscrit autographe, s.l.n.d. [vers 1873 ?]. Inv. 1498.

A partir des années 1870 (le poète ayant été profondément marqué par la guerre de 1870), l’inspiration de Sully-Prudhomme se modifia, associant une recherche stylistique formelle (bien dans le goût des préoccupations esthétiques des auteurs du Parnasse) à son vieil intérêt de jeunesse pour la science et la philosophie. En témoigne un recueil comme Le Prisme, paru en 1886, deux ans avant qu’il n’arrête la poésie pour se consacrer entièrement à des essais philosophiques. L’exemplaire avait été offert à l’homme politique Pierre Tirard (1827-1893), futur président du Conseil [5].

Sully-Prudhomme, « Le Prisme – Poésies diverses », Paris, Lemerre, 1886. In-12, de 173 pp. Demi-reliure de chagrin rouge à coins, dos à nerfs richement orné, titre doré, tête dorée (reliure de l’époque). Inv. 996.
Provenance : Pierre Tirard (1827-1893, président du Conseil, ministre à plusieurs reprises, député, puis sénateur de la Seine) (envoi autographe : « A Monsieur P. Tirard, bien affectueux souvenir, Sully Prudhomme »).

 

III. Au sommet des honneurs : le prix Nobel (1901)

Faisant partie des auteurs les plus en vue de son temps, élu à l’Académie française en 1881, couvert de décorations et d’honneurs, Sully-Prudhomme fut donc aussi, en 1901, le premier lauréat du Prix Nobel de littérature tout juste créé.

Sully-Prudhomme vers 1900

La récompense lui avait été décernée « en reconnaissance spéciale pour son oeuvre poétique, qui a donné des preuves de son idéalisme tranquille, de sa perfection artistique, et d’une rare combinaison de qualités de coeur et d’esprit ». Il était alors plus ou moins reclus dans sa propriété de Châtenay-Malabry, souffrant d’attaques récurrentes de paralysie. Ce nouvel honneur était donc aussi pour lui source de soucis et c’est ce qu’il exprime dans cette lettre à son vieux camarade Catulle Mendès (1841-1909), ex-beau-fils de Gautier et autre grande figure du mouvement parnassien en son temps :

« Que devez-vous penser de moi, mon cher ami ? Vous m’avez adressé vos félicitations par un télégramme d’une cordialité qui m’a vivement touché et je n’y ai pas répondu ! Pardonnez-le moi. Je suis malade depuis le commencement du printemps dernier, je le suis encore : ma guérison est d’une lenteur désespérante, bien que je souffre moins. C’est dans les plus pénibles conditions que j’ai appris la nouvelle de mon prix Nobel ; j’ai été pris de découragement devant les obligations que cet honneur inattendu me créait et je ne pouvais me résigner à n’envoyer qu’une carte de remerciement aux plus anciens témoins de mes débuts. Mal m’en a pris, j’ai été débordé. C’est aujourd’hui seulement que je remercie Heredia ! J’ai pu lui écrire assez lisiblement, mais j’ai des mouvements nerveux qui m’empêchent de manier correctement ma plume. J’espère toutefois que vous déchiffrerez ces lignes trop tardives où j’évoque nos communs souvenirs de jeunesse. Vous vous rappellerez la visite du débutant au directeur de revue, qui n’était guère son aîné. Que ce temps est loin ! Vous avez raconté notre première entrevue dans un article tant sympathique. Nous avons suivi des voies différentes, divergentes même ; je n’en ai pas moins trouvé, comme tous nos confrères du Parnasse, un fidèle et sûr camarade en vous. Vous n’avez jamais failli à la solidarité littéraire, je veux dire au respect des lettres dans leurs représentants dévoués. Je tenais à vous rendre ce témoignage en échange du vôtre, et je regrette beaucoup de le faire si tardivement. Je vous serre les mains, Sully Prudhomme »

Sully-Prudhomme, lettre autographe signée à Catulle Mendès, Châtenay-Malabry, 17 janvier 1902, p. 1.
Sully-Prudhomme, lettre autographe signée à Catulle Mendès, Châtenay-Malabry, 17 janvier 1902, p. 2.

Disposant déjà d’une certaine aisance, le lauréat profita de l’essentiel de son prix pour créer un prix de poésie géré et décerné par la Société des Gens de lettres. Il mourut six ans plus tard et fut inhumé en grande pompe à Paris, au cimetière du Père-Lachaise (44e division).

Tombe de Sully-Prudhomme au cimetière du Père-Lachaise

Sic transit gloria mundi… Le nom de cette gloire des lettres françaises, le premier prix Nobel de littérature, a été depuis bien oublié… Son « Vase brisé » doit encore hanter un coin de Lagarde et Michard, mais n’affole guère les listes de ventes sur Amazon. Alors ayez une petite pensée pour lui lorsque vous découvrirez, dans les média, le prochain palmarès venu de Stockholm ! 🙂

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 8 oct. 2017


NOTES

[1] Lauréats français : Frédéric Mistral (1904), Romain Rolland (1915) Anatole France (1921), Bergson (1927), Roger Martin du Gard (1937), André Gide (1947), François Mauriac (1952), Albert Camus (1957), Saint-John Perse (1960), Claude Simon (1985), Jean-Marie Le Clézio (2008) et Patrick Modiano (2014).

[2] Théophile Gautier, Histoire du Romantisme, 1874, pp. 364-367.

[3] Bibliothèque nationale de France, Richelieu 4-RF-42970.

[4] Sully-Prudhomme, Les Epaves, Paris, Lemerre, 1908, pp. 145-146.

[5] Homme politique natif de Genève, Pierre Tirard (1827-1893) fut élu maire du 2e arrondissement de Paris en 1870 et tenta, sans succès, de jouer les conciliateurs entre les insurgés de la Commune de Paris et le gouvernement réfugié à Versailles. Député de la Seine de 1871 à 1883, il fut à cette date désigné comme sénateur inamovible par la Chambre des députés. Il occupa également de nombreuses fonctions ministérielles : ministre de l’Agriculture et du Commerce (1879-1882 et 1889-1890), des Finances (1882-1888 et 1892-1893), tout en assumant à deux reprises la Présidence du Conseil (11 déc. 1887 au 30 mars 1888, puis 22 fév. 1889 au 13 mars 1890). Sully-Prudhomme fut amené à côtoyer Tirard à plusieurs reprises au cours de cérémonies : ainsi, en 1882, se trouva-t-il à un banquet avec « à sa droite M. Tirard et à sa gauche M. Théodore de Banville », et son éditeur, Lemerre, en vis-à-vis (selon les souvenirs de Jules Claretie, La Vie à Paris – 1882, p. 145).

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (13) : QUAND LES GREVES INSPIRAIENT LES POETES…

 QUAND LES GREVES INSPIRAIENT LES POETES…

En ces temps de grogne sociale généralisée, il semblait intéressant, pour rester dans le ton, d’exhumer un texte évoquant le monde ouvrier du XIXe siècle et ses grèves. Et pas n’importe quel texte : des vers, et des plus célèbres en leur temps, tombés de la plume de celui qu’on surnommait alors « le poète des humbles », François Coppée (1842-1908). Voici une brève présentation du manuscrit autographe de ce poème et d’un exemplaire sur chine de l’édition originale, arrivés dans mes rayons il y a quelques années.

Portrait de François Coppée par Nadar (vers 1876). Tirage en photoglyptie, extrait de la « Galerie contemporaine »

Fils de fonctionnaire, Coppée commença à travailler comme employé de bureau du Ministère de la Guerre, tout en composant ses premiers vers, imprimés en 1866 dans le recueil Le Reliquaire. Membre du courant poétique du Parnasse et de l’ « écurie » des écrivains des Editions Lemerre, il accéda à la célébrité en 1869 avec sa pièce de théâtre Le Passant, dans laquelle jouait Sarah Bernhardt. Le succès ne se démentit dès lors plus que ce soit pour ses pièces ou pour ses recueils de poésie. Bibliothécaire du Sénat, puis archiviste de la Comédie-Française, il cumula peu à peu les honneurs : Académie française en 1884, officier de la Légion d’honneur en 1888. Auteur très en faveur dans les milieux bourgeois, devenu l’un des chantres du nationalisme au moment de l’Affaire Dreyfus, il fut pourtant l’un des seuls auteurs à mettre en scène, avec un intérêt et une compassion vrais, le sort des plus modestes et des déshérités dans son œuvre. Avant même le recueil Les Humbles (1872), il avait donné un poème à teneur sociale dès 1869, baptisé La Grève des Forgerons.

Le poème vit le jour en juillet 1869, dans un contexte social extrêmement lourd. Un mois plus tôt, les mineurs du bassin houiller de La Ricamarie (près de Saint-Etienne) s’étaient engagés dans une grève très dure, pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail (notamment la journée de huit heures). Le 16 juin, des grévistes tentèrent de s’opposer au départ de stocks de charbon vers les usines locales : des compagnies d’infanterie, appelées pour couvrir le transfert, procédèrent à quarante arrestations. Et c’est alors que les prisonniers étaient emmenés vers Saint-Etienne que le drame intervint : confrontés au rassemblement de plusieurs centaines de collègues et de proches des mineurs interpelés, les soldats, sans doute effrayés, ouvrirent le feu, sans sommation ni ordre, tuant quatorze personnes (dont un bébé de seize mois) et occasionnant de nombreuses blessures graves. Dix jours plus tard, c’était au tour des ouvriers et ouvrières de la soie lyonnaise de se mettre en grève pour plus d’un mois.

Un humble manuscrit, « dans son jus »…

Composé peu après ses événements, le long poème de Coppée (253 alexandrins) prend place dans le monde des forges, autrement dit de l’industrie sidérurgique. Il met en scène un vieil ouvrier, le père Jean, respecté de tous, qui se voit désigné par ses camarades comme porte-parole auprès du maître de forge pour demander une hausse de salaire. Devant le refus poli du patron (éternelle question : comment demeurer compétitif ?), les ouvriers se mettent en grève. L’argent en vient vite à manquer chez le vieil homme, une situation critique puisqu’il doit nourrir sa femme et ses deux petits-enfants, demeurés à sa charge. Annonçant à ses compagnons qu’il doit reprendre le travail, il se fait alors traiter de lâche par un jeune exalté. Ne pouvant supporter l’affront, le père Jean défit son insulteur en duel et l’abat d’un coup de marteau. Et l’on découvre alors que ce long monologue, placé dans la bouche même du père Jean, avec des phrases brèves et sans fioritures, s’adressait en fait aux juges de la cour d’assise.

En voici les premiers vers :

Mon histoire, messieurs les juges, sera brève.
Voilà . Les forgerons s’étaient tous mis en grève.
C’était leur droit. L’hiver était très dur ; enfin,
Cette fois, le faubourg était las d’avoir faim.
Le samedi, le soir du payement de semaine,
On me prend doucement par le bras, on m’emmène
Au cabaret ; et, là, les plus vieux compagnons
– J’ai déjà refusé de vous livrer leurs noms –
Me disent :  » Père Jean, nous manquons de courage ;
Qu’on augmente la paye, ou sinon plus d’ouvrage !
On nous exploite, et c’est notre unique moyen. […]

Tout en se démarquant des premières productions de Coppée (toutes parnassiennes et donc purement esthétisantes), La Grève des Forgerons va devenir emblématique de sa veine personnelle, s’intéressant à la vie quotidienne du peuple de Paris et de ses banlieues : dans ce long monologue, le poète trace un portrait sans fard, à la Zola, d’une réalité sociale très dure. Cette démarche narrative (que l’on retrouvera dans les poèmes du recueil Les Humbles) le conduira à adopter un prosaïsme volontaire et revendiqué, un refus du « poétisme », qui sera moqué par Verlaine, Rimbaud, les Zutistes ou les Symbolistes. Verlaine, notamment, s’amusa à le pasticher et disait qu’il faisait « un Vieux-Coppée » quand il s’amusait à composer un dizain au sujet un peu banal. Pour Jules Renard (qui avait souvent la dent dure dans son Journal), Coppée faisait « de la prose sans le savoir » (et Renard de prophétiser : « On ne rouvrira pas Coppée. Qu’est-ce qu’un poète dont la lecture ne nous augmente pas ? »). Anatole France, de son côté, avait fait une blague un peu vacharde, en disant avoir vu, un jour d’enterrement, une couronne funéraire portant l’inscription « Offert par le Cercle de boules d’Auteil » (soit un alexandrin) et avoir pensé : « On dirait un vers de Coppée ! ». Mais France lui reconnaissait aussi d’avoir su casser l’alexandrin traditionnel et d’avoir trouvé le moyen de conserver le naturel dans l’art. Certains critiques, de nos jours encore, se prenant pour des Verlaine au petit pied, adorent descendre ce poète mort et oublié depuis plus d’un siècle, parlant à plaisir de son style populiste, de ses lieux communs, de son sentimentalisme  à l’eau de rose, etc. Critiques non dénuées de quelques raisons, mais à mon sens un peu faciles, faisant fi un peu rapidement de l’écho rencontré par cette poésie auprès du lectorat de l’époque (mais les critiques et exégètes, d’aujourd’hui comme d’hier, sont si facilement méprisants pour les goûts des simples lecteurs, incapables par définition de séparer le bon grain de l’ivraie, puisque n’étant pas membres du sérail des professionnels des lettres, fin de la parenthèse…). Il n’est donc pas inintéressant, à mes yeux d’historien et de collectionneur, de redécouvrir l’œuvre de François Coppée où se rencontrent des œuvres d’une certaine force, ou du moins d’un réel intérêt historique, comme l’est cette Grève des Forgerons, demeurée l’une de ses pièces majeures.

013-3-MAS fin

La fin tragique du poème

Manifestement écrit sur les feuillets d’un petit cahier ou carnet, le présent manuscrit autographe signé, comptant 9 pages, n’est pas daté, mais doit remonter à l’époque de la composition du poème : l’écriture de Coppée présente encore des formes juvéniles qui ne figurent plus dans sa calligraphie d’homme de lettres confirmé des années 1870-1880. L’œuvre sera publiée chez Alphonse Lemerre dans le courant du second semestre 1869, sous d’un petit fascicule indépendant, une plaquette in-octavo de 15 pages. Cette édition originale comportait un tirage de tête de 24 exemplaires sur chine et de 24 autres sur hollande, non numérotés. Le présent exemplaire, broché, est l’un des 24 chine.

013-4-titre      013-5-incipit

Un des 24 exemplaires sur papier de Chine

Si vous voulez lire ce poème dans l’édition originale, vous pouvez le retrouver en reproduction numérique via ce LIEN  ou en version texte via cet autre (http://www.bmlisieux.com/archives/forgeron.htm).

Allez, bonne lecture et salut à tous, camarades ! « C’est la lutteuh finaleuh, groupons-nous et demain, le livre ancien sera le genre humain » 🙂

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (12) : UN VERLAINE « BATH AUX POMMES »

UN VERLAINE « BATH AUX POMMES »

Verlaine sonnetCela faisait bien, bien longtemps que j’en rêvais, et voilà : un sonnet autographe de Verlaine a rejoint mes rayons ! Je suis d’autant plus content que le poème en question, s’il n’est pas le plus connu, est toutefois porteur d’une riche intertextualité, une dimension qui m’est particulièrement chère. Bref, un Verlaine « bath aux pommes » (comme il disait lui-même, dans son jargon potache, des poèmes ou articles fournis à Léon Vanier). Voici tout d’abord le texte :

Ecrit pendant le siège de Paris                                                                                  Xbre 1870

Loyal poignet d’acier, bon vieux héros choisi                                                        De par le bon vieux Dieu barbu des vieilles Bibles                                  Pour être le plus pur entre les plus terribles                                                        Goetz de Berlichingen, que dis-tu de ceux-ci ?

Dorothée, Ottilie ! ô vous vierges, quasi                                                         Des anges, qui, parmi vos rêves si paisibles,                                                        Tout au plus évoquiez des “amis” impossibles                                                      A force de vertus, qu’en dites-vous aussi ?

Et vous, les jeunes gens, fières Maisons-moussues,                                         Contempteurs des docteurs et des choses reçues,                                     Terreur des Philistins abjects, splendides fous,

Sur Paris, sur Paris ! ce ne sont pas des mythes,                                                  L’Allemagne, il paraît, lance, qu’en dites-vous ?                                                    Tranquillement des culs horribles de marmites.

Paul Verlaine

Sous le titre Obus et philosophie mêlés (évident rappel du recueil de textes de Victor Hugo, Littérature et philosophies mêlées, paru en 1834), le poème avait paru dès le 12 janvier 1871, dans le journal Le Rappel. A quelques infimes variantes près (« stupidement » eu lieu de « Tranquillement », quelques différentes orthographiques et la présence d’une épigraphe :  » … ! (Cambronne) »), le texte était similaire.

Lorsque paraît le poème pour la première fois, Paris est assiégé par les troupes prussiennes : au prix de privations inouïes, la cité tient depuis le 17 septembre 1870, mais est sur le point de capituler (26 janvier 1871). La Commune suivra, du 18 mars au 28 mai. Engagé dans la Garde nationale parisienne, Verlaine devra fuir un temps la répression versaillaise et, radié, perdra son poste dans l’administration. Circonstances qui expliquent peut-être pourquoi ce poème fut longtemps oublié dans un fond de tiroir.

Il faut attendre la fin de la vie du poète et la mise au point de son dernier ouvrage pour que ces vers ressurgissent. Courant 1895, Léon Vanier, l’éditeur « officiel » de Verlaine, lui commande un nouveau recueil, pour lequel le poète va « recycler » un certain nombre de pièces anciennes, associées à de nouvelles compositions. Le livre est intitulé Invectives, ce qui en dit clairement le contenu ! Notre sonnet gagne au passage un nouveau titre, Ecrit pendant le siège de Paris (Xbre 1870), et trouve petit à petit sa place dans le recueil, avec des numéros au crayon bleu : d’abord, le numéro XVI (qu’on retrouve dans la table des matières autographe conservée à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, à Paris), barré ensuite au profit du numéro XXXII. Finalement, le poème apparaîtra sous le numéro XXX dans l’édition Vanier, publiée quelques semaines après la mort du poète le 8 janvier 1896.

Profitant de l’envoi de son poème à Vanier, Verlaine ajouta un petit mot au crayon à l’intention de son éditeur : « J’ai encore à ajouter trois / ou quatre assez longues / pièces de cette époque [et d’après ?] / que je rechercherai dans le Rappel / et autres journaux / à demain pièce / sur Le Con te de Lisle ».  On retrouve ici l’acrimonie qui régnait depuis plusieurs années entre les deux hommes. Dès 1885, dans la série des Hommes d’aujourd’hui chez Vanier, Verlaine avait livré un portrait fort rosse du chef de file des Parnassiens : « J’ai dit que Leconte de Lisle était un beau causeur ; souvent amer, par exemple. Il a, cet homme, parfois des rancunes, des préventions d’homme, et gare à ceux qu’il investit de son animadversion ! Une dent acérée brille et mord ferme le malheureux, entre le monocle et la cigarette ». Et en 1890, dans la pièce X du recueil Dédicaces (« A Raoul Ponchon »), il avait osé l’insulte par la césure et l’enjambement :

« Voyez de Banville, et voyez Lecon-                                                                      Te de Lisle, et tôt pratiquons leur con-                                                                      Duite et soyons, tels ces deux preux, nature. »

Venons-en au contenu même du poème. Comme le fera Vercors avec Le Silence de la Mer en 1942, il s’agit d’opposer l’Allemagne de la culture à l’Allemagne de la guerre et de la barbarie. C’est du côté de Goethe, dont il était un fervent lecteur, que Verlaine va chercher ses exemples.  Avec sa mention de Goetz von Berlichingen, le poète renvoit à la fois vers le parangon du chevalier allemand « à l’ancienne » (le véritable Berlichingen [v. 1480-1562] était surnommé « Main de fer » à cause de sa prothèse articulée, d’où le « loyal poignet de fer ») et vers l’une des premières pièces de théâtre de Goethe, inspirée par ce personnage haut en couleurs (1773). Sont ensuite citées Dorothée et Ottilie, autrement dit les héroïnes de Hermann et Dorothée et des Affinités électives du même Goethe. Verlaine faisait enfin référence aux « jeunes gens, fières Maisons-moussues », autrement dit aux étudiants des célèbres grandes universités allemandes. « Maisons-moussues » était en effet un grade supérieur dans les sociétés secrètes d’étudiants, dont Verlaine met ici en effet l’esprit libre, critique et rebelle contre la société bourgeoise compassée.

Mais à cette Allemagne de la culture, un peu mythique, évoquée seulement par des personnages de papier ou du folklore estudiantin, Verlaine oppose de manière plus dure et concrète (« ce ne sont pas des mythes ») le comportement des armées allemandes en France. A cet égard, le changement de l’intiale adverbe « Stupidement » par « Tranquillement » renforce encore l’aspect terriblement inhumain du pilonnage systématique infligé à la capitale avec ces « horribles culs de marmite » (bombes de gros calibre lancées par des mortiers).

Paul Verlaine (1844-1896), Ecrit pendant le siège de Paris – Xbre 1870,  s.l.n.d. [Paris, 1895], manuscrit autographe signé, 1 f. sur papier ligné.

Provenance : Léon Vanier (1847-1896) ; Editions Vanier-Messein ; colonel Daniel Sickles (1904-1989) (alors relié dans un exemplaire d’Invectives sur Hollande : « Bibliothèque du colonel Daniel Sickles – Littérature française des XIXe et XXe siècles », 4e partie, Paris, 15 mars 1990, n° 2927 ; 11e partie, Paris, 19 février 1992, n° 4545 ; 12e partie, Paris, 29 octobre 1992, n° 5119) ; Librairie des Muses (Alain Nicolas, Paris, vers 2005) ; Pierre Nétange (« Bibliothèque Pierre Nétange », Paris, 10 décembre 2015, n° 59) ; Librairie Hugues de Bourbon.

Réf. : manuscrit inconnu des éditeurs scientifiques de l’édition Pléiade des OEuvres de Verlaine. Mes remerciements à M. Christian Hervé (ENS) pour sa très érudite analyse publié en 2007 sur sa page dédiée à Verlaine : http://romances-sans-paroles.pagesperso-orange.fr/obus.htm

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (4) : PETITS MOTS DOUX ENTRE POETES MAUDITS

PETITS MOTS DOUX ENTRE POETES MAUDITS

(VERLAINE ET VILLIERS DE L’ISLE-ADAM)

LAS Villiers 1

Retour vers le XIXe siècle cette semaine avec l’une des trois seules lettres connues de Villiers de L’Isle-Adam (1838-1889) à son ami Verlaine (1844-1896).  Transcription : « Je ne te remercie pas, n’est ce pas. En vérité, je n’ai encore rien fait qui mérite ta noble et si fine et si charmante façon de parler de moi. Cinq volumes nouveaux paraissent d’ici deux mois, – tout mon stock de 10 ans de travail : j’en ai corrigé les cinquante deux milles lignes. – Mais laissons ces bêtises. Je t’embrasse de cœur, te souhaite et bien de cœur un peu de bon rétablissement et d’argent et te serre la main comme à un brave et bon ami. – Je suis trop ému pour t’en dire davantage en ce moment. Villiers L’Isle Adam ».

Les deux hommes ont fait connaissance vers 1867-1868, quand Verlaine proposa des vers à la « Revue des Lettres et des Arts » dont Villiers était rédacteur en chef. En mars 1883, Verlaine pense insérer une notice consacrée à Villiers dans son recueil des « Poètes maudits » et cherche à se procurer ses œuvres pour se documenter, mais le projet n’aboutira finalement que dans la seconde édition du livre, cinq ans plus tard. Toutefois, dès 1885, Verlaine décide de rédiger un portrait biblio-biographique, en même temps que celui de leur ami commun Mallarmé, pour la série des « Hommes d’aujourd’hui », petits fascicules illustrés publiés par son éditeur Vanier. N’ayant alors aucun contact direct avec l’objet de son étude, Verlaine demande à Mallarmé de lui procurer les livres de Villiers en sa possession et quelques renseignements, ce que fait son ami dans une célèbre lettre du 16 novembre 1885. Le 25 décembre suivant, Verlaine répond que son article est achevé, mais qu’il garde les livres confiés pour rédiger le chapitre consacré à Villiers dans la nouvelle édition des « Poètes maudits » (qui paraîtra finalement en 1888).

Le numéro « Villiers » des « Hommes d’aujourd’hui » (n° 258) paraît donc vers avril 1886, mais Verlaine avait communiqué son texte à Villiers dès la fin 1885, d’où cette lettre de chaleureux remerciements, annonçant la prochaine sortie de « cinq nouveaux volumes .. d’ici deux mois ». En effet, Villiers prévoyait encore, fin 1885-début 1886, de pouvoir publier, dans le courant de l’année, »L’Eve future », « Akëdysséril », « L’Amour suprême », « Tribulat Bonhommet » et « Äxel ». En fait, seuls les trois premiers parurent en 1886, les deux autres voyant le jour en 1887 et 1890 (posthume). En dépit de la grande amitié qui lia les deux hommes, on ne connaît que deux autres lettres de Villiers à Verlaine (l’une du 15 mai 1888, l’autre du 7 octobre 1888). Mais la qualité et la persistance de cette amitié ne font pas de doute. Dès 1885, Verlaine avait offrt son « Jadis et Naguère » avec un envoi « à Villiers de l’Isle Adam, bien affectueusement » (Collection Fischer, n° 61). En 1888, Verlaine donne une critique élogieuse des « Histoires insolites » de Villiers. L’année suivante, dans les mois précédant sa mort, Villiers fréquente toujours les « mercredis » de Verlaine et figure sur le célèbre dessin de ce dernier, « Une soirée chez Paul Verlaine ». Une fois son ami disparu, Verlaine devait lui dédier un sonnet funèbre dans son recueil « Dédicaces ».

L’histoire de cette lettre demeure marquée par l’amitié, comme le prouve son parcours ultérieur. Elle passa en effet entre les mains du diplomate et écrivain péruvien Ventura Garcia Calderon (1886-1959), qui l’offrit à son ami Max Daireaux (1883-1954), auteur et traducteur franco-argentin (il avait livré des traductions de deux livres de Garcia Calderon en 1925-1926). Pour le remercier d’un « pensum », il lui offrit « pour vous consoler » cette « lettre émouvante que je vous prie de garder en souvenir de moi » (voir la reproduction de ce courrier d’accompagnement dans les commentaires).

Description : une page in-12 oblong, s.l.n.d. [Paris, derniers jours de 1885 ou premiers jours de 1886].

Provenance : Paul Verlaine (1844-1896, poète) ; Librairie Matarasso (cat. 10, oct. 1936) ; Ventura Garcia Calderon (1886-1959, ambassadeur et célèbre écrivain péruvien, auteur de nombreux ouvrages et recueils en espagnol et en français, fils du président Francisco Garcia Calderon) (lettre dact. signée, s.l.nd., à en-tête « Ventura Garcia Calderon » adressée à « Max D. ») ; Max Daireaux (1883-1954, fameux écrivain franco-argentin, ami de Proust, traducteur de deux livres de Garcia Calderon en 1925-1926) (lettre) ; Librairie de l’Abbaye (cat. 338, déc. 2009, n° 110).

Bibliographie : « Correspondance générale de Villiers de L’Isle-Adam », éd. Jos. Bollery, P., Mercure de France, 1962, tome II, p. 132, n° 351 (publication partielle d’après la notice du cat. Matarasso) ; C. Galantaris, Coll. Fischer, n°61.

LAS Villiers 2