Archives par mot-clé : Usurpateurs

MONETA (20) : VIE ET MORT D’UN EMPEREUR XXL

VIE ET MORT D’UN EMPEREUR XXL

Abordons aujourd’hui le cas du premier empereur illyrien, un être hors normes à bien des égards : Maximinus Thrax, autrement dit Maximin le Thrace. Soldat sorti du rang et arrivé aux plus hautes fonctions militaires par sa seule force herculéenne, il parvint à conserver le trône pendant trois ans, en s’appuyant sur les légions qui l’adulaient. Son destin inspira à Arthur Conan Doyle, le père de Sherlock Holmes, l’une de ses meilleures nouvelles « antiques », un texte peu connu en France (et accessible dans notre langue depuis 2012 seulement), que nous citerons au fur et à mesure des étapes de la vie de cet empereur-soldat, qui nous est principalement connue par l’Histoire Auguste (toujours très fantaisiste), mais aussi par les historiens Zosime, Hérodien ou Aurelius Victor (qui le sont à peine moins).

 I. Un berger devenu général ?

Les mauvaises langues (surtout les historiens liés au milieu sénatorial, qui le haïssait) prétendaient qu’il était à l’origine un simple berger. Il semble en tout cas être issu d’une famille très modeste, fils d’un Goth et d’une Alaine établis en Thrace où il vit le jour vers 173. Son nom, Caius Julius Verus Maximinus, est pourtant parfaitement romain, mais il l’adopta peut-être à son entrée dans les légions, et plus exactement dans la cavalerie, vers 191, peu avant la chute de Commode et le début du règne de Septime Sévère (193-211) (voir Moneta 9 : L’année des 4 ½ empereurs).

Ces guerres civiles aidant, il va peu à peu gravir les échelons : de son premier statut de simple trouffion, il passa centurion, puis exerça un plus important commandement en Mésopotamie, servant comme tribun lors de la guerre contre les Perses, en 232. Cette offensive était l’initiative du jeune empereur Sévère Alexandre, en réponse à un raid du roi Ardachîr Ier en Cappadoce. Dictée par des raisons à la fois stratégiques et politiques (afin de redresser la popularité chancelante du dernier des Sévères), cette campagne ne procura qu’un demi-succès, ce qui n’empêcha pas le souverain de donner de brillants « Jeux persiques » à Rome.

Denier d’argent de l’empereur Alexandre Sévère (Rome, 226). Inv. 9

Après cet épisode oriental, Maximin se retrouva pour finir parmi les officiers supérieurs de la IVe légion Italica, comme préfet en charge des recrues pannoniennes. Ces troupes étaient cantonnées à Moguntiacum (actuelle Mayence) et affectées à la surveillance du limes rhénan, toujours sensible. Les Alamans s’agitaient, mais l’empereur, alors que ses troupes l’accusaient déjà de molesse, préféra acheter la paix à prix d’or : erreur fatale ! Voilà comment Conan Doyle raconta la suite :

« – Oui, grinça la voix d’un vieil officier à cheveux gris. Nos membres, notre sang, notre vie, que leur importe tout cela tant que les Barbares sont contenus et qu’ils vont de cirque en banquet ? du pain gratuit, du vin gratuit, des jeux gratuits, tout pour le flâneur romain ! Pour nous, la garde de la frontière et la vie militaire ! (…) Je suivrai l’aigle jusqu’à ma mort. Et pourtant, je préférerais mourir au service d’un maître soldat plutôt qu’à celui d’un Syrien à longue robe issu d’une race où les femmes sont des hommes et les hommes des femmes.

Un rire général salua cette conclusion, car au camp régnait un esprit séditieux et mutin, et l’éclat du vieux centurion ne souleva aucune protestation. Maximin releva sa grosse tête de dogue et interrogea Balbus.

 – Un nom est-il prononcé par les soldats ?

Un silence tomba. Le soupir du vent parmi les pins et le léger clapotis de l’eau courante parurent plus intenses. Balbus regarda fixement son chef.

 – Deux noms sont murmurés dans les rangs, dit-il. L’un est Ascebius Pillio, le général.

Le bouillant Sulpicius sauta sur ses pieds en agitant un tison enflammé.

 – Maximinus ! cria-t-il. Imperator Maximinus Augustus !

Qui pourrait dire ce qui s’était passé ? Une heure plus tôt, personne n’y aurait pensé. Et maintenant, l’idée était au bord de l’accomplissement. Le cri du jeune Africain fanatique avait à peine troué la nuit que, des tentes, des feux de garde, des sentinelles, la réponse fut unanime :

 – Ave Maximinus ! Ave Maximinus Augustus ! »

Le cas de l’empereur légitime fut rapidement réglé : dans la nuit du 18 au 19 mars 135, son mère Julia Mamæa et lui furent assassinés dans la tente impériale par un groupe de légionnaires sans pitié. Il avait 26 ans et avait conservé la pourpre pendant treize ans (un chiffre record en ces périodes de grande consommation d’empereurs), surtout à cause de  sa très ambitieuse maman.

II. L’accession au pouvoir

Avec le règne de Maximin s’ouvrit la période que les historiens modernes devaient appeler « Anarchie militaire » (et qui vit près de vingt empereurs régner en cinquante ans, entre 235 et 284). Maximin était non seulement le premier empereur d’origine illyrienne, mais aussi le premier à n’avoir connu qu’une carrière militaire, sans jamais occuper une des fonctions publiques du cursus honorum. Il n’appartenait par ailleurs pas à l’ordre sénatorial, mais à la classe plus modeste des « chevaliers » (dont un seul membre, Macrin, avait jusqu’alors accédé à la pourpre). Homme de terrain sans aucune culture livresque (il était probablement illettré), Maximin montra d’emblée son mépris pour le Sénat, en ne daignant pas solliciter la ratification officielle de son accession au pouvoir suprême : il indiquait ainsi devoir son rang aux seules forces armées, devenues plus que jamais des « faiseuses de rois ». Inutile de dire que les sénateurs et la haute société romaine lui vouèrent une haine farouche ! Mais ils n’eurent pas l’occasion de l’exprimer : Maximin ne mit jamais les pieds à Rome, passant son temps à guerroyer aux frontières de l’Empire.

Buste de l’empereur Maximin (Musei Capitolini MC 473). DR

Comment expliquer le succès de Maximin parmi ses troupes ? Pour ses hommes rudes, les compétences guerrières valaient toutes les compétences. Or le nouvel empereur était, à défaut d’autre chose, un guerrier de légende. Toutes les sources biographiques s’attardent sur son aspect physique peu commun, lui attribuant une taille de géant, huit pieds, cinq doigts, autrement dit 2,73 mètres ! Ses mains et ses doigts étaient si larges et épais qu’il pouvait porter un bracelet de sa femme comme une simple bague… Certaines des représentations de Maximin, très naturalistes, comme deux bustes conservés dans les musées de Munich et Berlin, nous présentent ses traits particuliers : un front haut, un nez fort, une mâchoire épaisse et proéminente, que nous montrent aussi certains coins monétaires, comme ce denier tout à fait caractéristique.

Denier d’argent de Maximin. Cette émission représente de manière très naturaliste les caractéristiques physiques de l’empereur.

Les historiens de la médecine ont pu en conclure que Maximin avait souffert d’acromégalie, un trouble hormonal provoquant au fil des années une augmentation anormale de la taille (notamment des pieds et des mains), ainsi qu’une déformation caractéristique du visage (dysmorphie). Parmi les cas médiatiquement célèbres du XXe siècle, citons notamment l’acteur Richard Kiel (le méchant « Requin » dans trois James Bond) et le catcheur franco-américain Maurice Tillet (qui aurait inspiré le personnage de Shrek).

Le catcheur franco-américain Maurice Tillet (1903-1954), un cas célèbre d’acromégalie du XXe siècle. La comparaison de son profil avec celui de l’empereur Maximin est frappante.

Cette apparence impressionnante était encore renforcée par une force herculéenne. Les sources prétendent que Septime Sévère avait remarqué ce soldat du rang en le voyant courir, sans fatigue et sur une longue distance, derrière son cheval lancé au galop. Maximin aurait également été capable d’arrêter un cheval chargeant droit sur lui, en lui brisant la mâchoire d’un seul coup de poing. Quant aux hommes, il était capable d’en affronter simultanément sept choisis parmi les plus forts malabars de la légion. Ces exploits au combat étaient accompagnés d’un fort tempérament à table, puisqu’il lui arriva de siffler en une seule journée une amphore capitoline de vin (soit 26 litres quand même) et de manger sans indigestion ses quarante à soixante livres de viande ! Ces chiffres, tout exagérés qu’ils soient, attestent tout de même que l’homme était sans nul doute considéré comme une force de la nature : on comprend l’admiration des légionnaires romains, portés à apprécier ce genre de « qualités viriles » !

De fait, l’empereur-soldat se révéla fiable pour la défense de l’Empire. Il défit les Alamans lors de la bataille (coûteuse en vies romaines) des Agri Decumates (été 235), mit une pile à une coalition de Carpes (un peuple dace) et de Sarmates durant la bataille du Harzhorn (sur le cours inférieur du Danube) durant l’hiver 235-236. Parallèlement  à cet emploi du temps bien chargé, sa popularité parmi la troupe lui permit de déjouer les complots de deux usurpateurs potentiels, des membres de l’ordre sénatorial (comme par hasard) : Gaius Patronius Magnus (un consulaire de haut rang qui voulait détruire les ponts sur le Rhin derrière Maximin en campagne, afin de l’isoler en Germanie, le promettant à une mort certaine) et Titius Quartinus (gouverneur d’une province orientale, qui tenta sa chance après le meurtre de son ami Sévère Alexandre).

Denier d’argent de Maxime César, fils de l’empereur Maximin (Rome, 236). Cette monnaie est fort peu banale (R2), surtout en bel état. Inv. 126

A une date inconnue, mais sans doute dans le courant de l’année 236, Maximin éleva au rang de César son fils Gaius Julius Verus Maximus (sans doute âgé alors d’une quizaine d’années), né de son épouse Caecilia Paulina (morte à la même époque et que Maximin fit diviniser, comme l’atteste une émission monétaire). L’intention ouverte était de créer ainsi une continuité dynastique logique, mais cela n’était pas sans risque pour l’enfant ou le jeune homme promu, comme de nombreux exemples passés l’avaient déjà montré (au sujet des enfants Césars, voir Moneta 5 : Dur d’être un enfant-roi sous les Césars…).

III. La chute du géant

Ayant récolté les titres ronflants de Germanicus Maximus, Sarmaticus Maximus et Dacius Maximus pour ses victoires sur le Rhin et le Danube, Maximin voulut renforcer encore ses armées, en employant la conscription et les impôts. La pression fiscale, accompagnée de son lot d’amendes, de confiscations et d’extorsions, lui mit rapidement à dos toutes les provinces de l’Empire, les grands propriétaires terriens étant les premiers à se soulever.

Le mouvement éclata dans la province d’Afrique, au début 238. Le procurateur impérial fut lynché lors d’une manifestation et ce fut la fin en avant vers l’ « Année des Six Empereurs ». Le 22 mars 238, les révoltés désignèrent comme empereurs un membre de l’aristocratie sénatoriale locale, le très vieux gouverneur Marcus Antonius Gordianus (Gordien Ier), et son fils (Gordien II). Plusieurs autres villes se soulevèrent, reconnaissant les Gordiens ; à Rome même, la foule massacra deux fidèles de Maximin, le préfet du prétoire Vitalien et le préfet de la Ville Sabinus.  L’usurpation africaine ne dura toutefois que quelques semaines : le 12 avril 238, le légat de Numidie, Capelianus, demeuré fidèle à l’empereur thrace, écrasa les troupes de Gordien II, qui mourut dans la mêlée et dont le père se pendit à son ceinturon en apprenant la nouvelle… Exit les Gordiens père et fils, dont les monnaies sont par conséquent rarissimes, leur « règne » n’ayant duré que trois ou quatre semaines. Disons que vu leur cote habituelle, je ne suis pas prêt d’accueillir ces monnaies sur mes plateaux !

Buste de l’empereur Gordien père (Musei Capitolini MC 475). DR. Mais ne s’agirait-il pas plutôt de son fils Gordien II ? Car le modèle semble bien vert pour un vieillard de 80 ans… La confusion règne aussi pour les monnaies, le fils étant souvent pris pour le père, et vice-versa.

Mais l’hydre de la révolte avait de nombreuses têtes : elle repoussa en Italie, à Rome, où le Sénat déchut Maximin et réunit une commission de vingt consulaires pour choisir une nouvelle tête à l’Empire. Comme dans tout travail de commission, il fallut un compromis : ce ne fut donc pas un, mais deux empereurs qui sortirent du chapeau le 22 avril 238, à savoir

1/ Maxime Pupien (un ancien consul, fort d’une carrière de trente ans comme administrateur de provinces, mais aussi comme légat de légion),

Denier d’argent de l’empereur Maxime Pupien (Rome, 238). Inv. XXX Les monnaies de cet empereur éphémère sont bien entendu très peu communes, surtout en bel état (R2).

et 2/ Balbin (d’une famille patricienne, orateur, poète et érudit, au profil aussi prestigieux que son associé, puisqu’ancien consul aussi, mais plus tourné vers la politique et l’administration civile).

Antoninien d’argent de l’empereur Balbin (Rome, 238). Inv. 150. Vu la briéveté du règne de Balbin comme de Pupien, cette monnaie est également rare (R2).

En somme, une combinaison parfaite de deux grands professionnels de la chose publique, forts également d’une réputation (à l’époque devenue rare) d’intégrité totale et même d’austérité (pour le premier). Comme cette réputation de « technocrates » issus de l’élite pouvait leur valoir d’emblée une certaine antipathie de la part du bon peuple romain, on leur adjoignit par sécurité un César en remorque : le jeune Gordien III, petit-fils et neveu des deux « empereurs martyrs » africains, tout auréolé de leur gloire funeste et âgé de seulement 13 ans (donc peu dangereux).

Denier d’argent de Gordien III empereur (Rome, 241). Inv. 53. Les monnaies de Gordien césar sont très rares, je n’ai pas encore pu mettre la main sur un exemplaire !

Apprenant la rébellion ouverte de sa capitale, Maximin quitta Sirmium à la tête de toutes ses légions (armées du Rhin et du Danube, renforcées d’auxiliaires barbares). Sur la route de Rome se dressait tout d’abord la ville d’Aquilée, transformée par Maxime Pupien en une forteresse inexpugnable. Cette résistance imprévue transforma le siège en calvaire pour les hommes de Maximin, affamés et affaiblis. L’empereur-soldat, mis de mauvaise humeur, commença à reprocher à ses officiers leur incompétence, leur sabotage, et coupa même quelques têtes accusées de défaitisme, pour l’exemple. Las de ces brimades, les officiers supérieurs de la légion II Partica (dont les familles demeuraient dans des casernes à Rome et auraient pu servir d’otages) ourdirent un complot et, un jour d’avril ou mai 238 (les sources divergent), ce fut le point final, raconté en ces termes par Arthur Conan Doyle :

« Alors l’empereur s’enroula dans sa robe et s’allongea pour réfléchir. Son esprit lent revécut le passé : son enfance paisible, les années qu’il avait passées avec Sévère, ses souvenirs de Bretagne, ses longues campagnes, ses luttes et ses combats, tout cela pour en venir à cette nuit de folie au bord du Rhin. Ses compagnons d’armes l’aimaient bien à ce moment-là ! Et maintenant, il lisait la mort dans leurs yeux. Comment en était-il arrivé là ? A d’autres, il avait pu nuire, certes, mais les soldats n’avaient pas à se plaindre de lui. Si un peu de temps lui était laissé, il s’occuperait moins d’eux et davantage du peuple, il essaierait de régner par l’affection, et non par la terreur, il vivrait pour la paix, et plus pour la guerre. Si un peu de temps lui était laissé ! …

Il entendit des pas étouffés, des chuchotements furtifs, et un cliquetis d’armes à l’extérieur de sa tente. Un visage barbu regarda à l’intérieur : c’était un Africain noiraud qu’il connaissait bien. Il se mit à rire, dénuda son bras et saisit son glaive sur la table.

 – C’est toi, Sulpicius ? fit-il. Tu ne viens pas pour crier « Ave Imperator Maximin ! », comme tu l’as crié jadis près du feu de camp ? Tu es las de moi, mais par tous les dieux, moi je suis fatigué de vous tous ! Et je me réjouis que le dénouement approche. Venez, finissons-en ! Je serais curieux de savoir combien je peux en emmener avec moi dans la mort !

Ils étaient groupés à la porte de la tente, mais personne ne tenait à affronter le premier ce géant moqueur et riant. Toutefois un objet, empalé sur une pointe de lance, fut poussé en avant. Quand il l’aperçut, Maximin gémit et laissa échapper son épée.

 – Vous auriez pu épargner cet enfant ! murmura-t-il en sanglotant. Il ne vous aurait pas fait de mal. Allons ! Finissez-en ! Je le suivrai avec joie.

Alors ils se rapprochèrent, le frappèrent, le poignardèrent, le transpercèrent, jusqu’à ce que ses genoux cédassent et qu’il s’écroulât sur le sol.

 – Le tyran est mort ! crièrent-ils. Le tyran est mort !

Et de tout le camp, des murailles de la ville assiégée, le même cri résonna en écho : « Il est mort ! Maximin est mort ! »

IV. Epilogue

Les têtes du géant Maximin et de son malheureux fils furent portées à Rome. Leur mort ne porta pourtant guère chance aux deux empereurs victorieux. En dépit de leur succès, ces deux hommes au tempérament trop dissemblable se craignaient l’un l’autre et s’étaient assurés des gardes séparées, mettant hors-jeu les prétoriens (gardes du corps habituels des empereurs).

Un beau symbole, mais peu conforme à la réalité : les deniers de Pupien et Balbin montraient au revers deux mains jointes avec la légende « CONCORDIA AVG » (Concorde des Augustes) !

Les prétoriens, redoutant d’être dissous et n’ayant par ailleurs pas perçu l’habituel donativum de début de règne (pour des raisons de strict budget : toujours risqué de jouer à l’économie avec les privilèges des fonctionnaires…), se saisirent des deux vieillards et les assassinèrent sans autre forme de procès (après les avoir un peu torturés quand même, selon certaines sources) le 29 juillet 238. Avec son long nez pointu et son air un peu mou, l’adolescent Gordien III se retrouva donc bombardé Auguste du jour au lendemain : son règne devait durer six ans.

Tétradrachme de billon de l’empereur Gordien III (Antioche, 240). Inv. 177

Laissons le mot de la fin à Conan Doyle, en citant cette fois les dernières lignes de sa nouvelle « Maximin le Géant », dans une sorte de mise en abyme :

« Je suis assis dans mon bureau ; sur la table, j’ai devant moi un denier de Maximin, aussi neuf que lorsque le triumvir du temple de Junon le sortit de la frappe. Tout le long du cercle sont gravés ses titres ronflants : Imperator Maximinus, Pontifex Maximus, Tribunitia Potestate, etc. Je regarde au centre une grosse tête, une mâchoire massive, une rude physionomie de combattant, un front contractée. En dépit de tous ces titres, voilà bien une figure de paysan. Je ne le vois pas comme l’empereur de Rome, mais comme le grand rustaud de Thrace qui est descendu de ses montagnes, en ce lointain jour d’été où les aigles l’invitèrent pour la première fois à aller à Rome ».

Denier de l’empereur Maximin dans l’environnement de mon bureau et d’ « une petite bibliothèque »

Nicolas Ducimetière
Douvaine, 6 mai 2018


PISTES DE LECTURE

  • François Zosso et Christian Zingg, Les Empereurs romains, Paris, Editions Errance, 2009 (2e édition revue et corrigée).
  • Histoire Auguste, édition latin-français établie et traduite par André Chastagnol, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2014

MONETA (9) : L’ANNÉE DES 4 ½ EMPEREURS

L’ANNÉE DES QUATRE EMPEREURS … ET DEMI !

Dans une de mes précédentes chroniques (Romana moneta 7), j’avais eu l’occasion, autour de la figure de l’empereur Othon, de parler des conséquences de la chute de Néron et de cette folle année 69 baptisée « Année des quatre empereurs ». L’histoire romaine étant pleine de rebondissements, il y eut en 193 une seconde « Année des quatre empereurs » qui, à bien des égards, rappelle celle du Ier siècle : fin d’une dynastie, crise de succession, indocilité des prétoriens, prépondérance du pouvoir des armées, etc.  Beaucoup moins connu, cet épisode historique fit émerger en réalité cinq empereurs (enfin, disons 4 ½) et procura une guerre civile s’étalant sur près de quatre ans et dans toutes les provinces de l’Empire. L’histoire de ces affrontements peut être reconstituée grâce aux récits laissés par Dion Cassius et Hérodien, ainsi que par les biographies de l’Histoire Auguste (à prendre avec précaution comme toujours). Inutile de dire que ces souverains souvent éphémères procurèrent des émissions monétaires brèves et fort rares : il m’a donc fallu plusieurs mois pour boucler la boucle et reconstituer une galerie monétaire complète. C’est désormais chose faite, alors en avant !

 –

PRÉLUDE : LA CHUTE DE COMMODE

Commode

Dans les trois dernières années de son règne (180-192), l’empereur Commode, fils et successeur de Marc Aurèle, avait été victime de plusieurs tentatives d’assassinat. Ces complots, dont les auteurs provenaient de la famille impériale ou de la classe sénatoriale, furent sévèrement réprimés, accentuant encore la méfiance entre le souverain et l’aristocratie (dont les historiographes devaient par la suite faire de Commode un portrait de potentat sanguinaire et débauché). Le dernier complot fut finalement fatal à l’empereur. Le 31 décembre 192, affaibli par une tentative d’empoisonnement, Commode fut achevé dans ses bains, étranglé par son maître d’armes, l’esclave Narcisse. Tous les autres acteurs du complot étaient des proches, sur le point d’être disgraciés : Laetus, préfet du prétoire ; Ecletus, chambellan impérial ; et Marcia, la favorite du moment. Avec la mort de Commode s’éteint la dynastie des Antonins, qui régnait depuis cent ans et avait fourni à Rome certains de ses meilleurs souverains (Trajan, Hadrien, Antonin le Pieux, Marc Aurèle). La pourpre était maintenant à celui qui voudrait la prendre, au risque de la guerre civile…

ACTE I : PERTINAX

Pertinax

Le premier à relever le gant est Publius Helvius Pertinax, acclamé empereur par le Sénat dès le 1er janvier 193. Âgé de 66 ans, occupant le poste très important de préfet de la Ville (Rome), il avait peut-être trempé dans l’assassinat de Commode, mais sans certitude. Cet homo novus, fils d’un affranchi enrichi, avait été professeur (grammaticus) dans sa jeunesse, avant de devenir officier dans les légions de Syrie vers 160. Au fil des années, s’étant distingué sur tous les fronts (en Parthie, en Bretagne, sur le Danube), il devient général, accède au Sénat (170) et se trouve même désigné comme consul suffect (175). Nommé à plusieurs postes de confiance (procurateur, gouverneur de plusieurs provinces frontières), il fait partie des « Amis du prince », autrement dit les plus proches collaborateurs de Marc Aurèle. Sur son lit de mort, ce dernier le recommande à son fils Commode qui lui fait gravir les dernières marches du cursus honorum : proconsulat de la province d’Afrique, puis préfet de Rome dès 190, enfin consul suffect à nouveau, aux côtés de l’empereur, en 192.

C’est donc un homme expérimenté, membre du sérail (Sénat), qui accède à la pourpre en janvier 193. Démontrant ses qualités d’administrateur, il restreint le train de vie de l’Etat et autorise l’accession à la propriété pour les paysans s’installant sur des parcelles en friche (avec exonération fiscale de dix ans à la clef, si les parcelles sont mises en exploitation de manière continue). Il va toutefois minimiser l’importance prise par l’armée dans la vie politique. Les soldats appréciaient le prodigue Commode ; ils déchantent sous le nouveau régime. D’abord déçus par le très modeste donativum consenti par le nouvel empereur, ils sont carrément furieux de voir leur solde diminuée de moitié quelques semaines plus tard. A l’époque, un mouvement social ne traîne pas dans la durée et ne fait pas dans la demi-mesure : le 28 mars 193, le palais impérial est envahi par des prétoriens déchaînés qui massacrent, sans autre forme de procès, le trop rigoureux Pertinax. Il aura régné 2 mois et 27 jours.

ACTE II : DIDUS JULIANUS

Didius Julianus

Pertinax liquidé, les prétoriens décident de mettre le trône aux enchères. Il y avait déjà quelques exemples antérieurs de cette pratique, mais pas d’une manière aussi organisée. Très vite, deux candidats se détachent : le beau-père du défunt Pertinax, Titus Flavius Sulpicianus, et un autre grand patricien, Marcus Didus Severus Julianus (rapidement présenté dans Romana moneta 4).

Ce dernier, âgé d’environ 60 ans, avait un profil de carrière proche de celui de Pertinax, mais venait d’une famille noble. Elevé par la mère de Marc Aurèle, protégé ensuite par cet empereur, il avait commandé des légions, assumé le gouvernement de diverses provinces (Belgique, Dalmatie, Germanie inférieure), le tout avec succès, ce que récompensa le consulat en 175. Tombé en disgrâce sous Commode, il s’était alors retiré dans ses propriétés du Milanais. C’est donc pour lui une belle revanche que de concourir pour le titre impérial, qu’il finit par décrocher le 28 mars 193 avec une promesse de donativum s’élevant à 25’000 sesterces par prétorien !

Le procédé choque l’ensemble du peuple romain, qui n’est pourtant pas bégueule. Lorsqu’il se présente dans le Cirque, l’empereur est copieusement hué par la foule. Plus grave : le royal donativum accordé aux prétoriens a déchaîné la colère des « simples » légionnaires, avides d’en croquer eux aussi. Pour peu que leurs généraux manifestent quelque ambition, il n’en faut pas plus pour les voir acclamer Auguste par la troupe. Et c’est ainsi qu’éclosent les usurpateurs aux quatre coins de l’Empire : Septime Sévère, commandant des légions de Pannonie ; Clodius Albinus, qui dirige les troupes basées en Bretagne (Angleterre) ; et Pescennius Niger, légat de Syrie.

Septime Sévère, qui est le plus proche de l’Italie, arrive le premier sous les murs de Rome : la ville tombe entre ses mains comme un fruit mûr. Sur ordre du Sénat, l’empereur est arrêté et promptement décapité le 1er juin 193, sanglotant au pied de l’échafaud : « Mais qu’ai-je donc fait ? qui ai-je volé ? qui ai-je assassiné ? ». Il avait régné 2 mois et 4 jours.

ACTE III : PESCENNIUS NIGER

????????????????????????????????????????????????????????????

Le parcours de Caius Pescennius Niger Justus demeure assez obscur, les sources étant souvent sujettes à caution. Officier général renommé (il a combattu les Daces aux côtés de Clodius Albinus), Pescennius Niger a été nommé légat des légions de Syrie en 191. Réagissant à la montée sur le trône de Didius Julianus, ses troupes le proclament Auguste le 9 avril 193, bientôt appuyées par les légions de Cappadoce, d’Arabie et d’Egypte. Même s’il est loin de Rome, ses atouts dans la course au pouvoir sont réels, au niveau militaire (9 légions), économique (l’Egypte est toujours le grenier à blé de l’Empire) et diplomatique (il s’est concilié les souverains parthes).

Pris entre deux feux (Clodius Albinus à l’ouest et Pescennius Niger à l’est), Septime Sévère a bien identifié le danger principal. Temporisant avec Albinus, il quitte Rome pour l’Orient dès juillet 193. Mettant le siège devant Byzance (verrou du Bosphore), il remporte deux victoires sur Niger, à Cyzique (fin 193), puis à Nicée (début 194). La bataille finale se déroule à Isuus au printemps 194 et se conclut sur l’annihilation des forces syriennes, moins entraînées que les légions postées sur le limes  du Danube. Réfugié à Antioche, Niger doit fuir la ville menacée par son adversaire et tente de gagner le royaume parthe : rattrapé sur la route de Palmyre, il est exécuté vers la mi-194, au terme d’un an de règne environ. Au dépit de ce délai relativement long, ses monnaies, frappées à Alexandrie, sont encore plus rares que celles de Pertinax et Didius Julianus.

ACTE IV : CLODIUS ALBINUS

Clodius Albinus

Originaire d’une famille sénatoriale romaine installée dans la province d’Afrique (il voit le jour à Hadrumète, à l’emplacement actuel de la ville tunisienne de Sousse), il obtient le commandement d’une légion sous Marc Aurèle et participe aux guerres contre les Daces, avec Pescennius Niger, son contemporain, comme compagnon d’armes. Nommé consul (à une date inconnue entre 185 et 187), il assume ensuite le gouvernement de la Bretagne, avec trois légions turbulentes sous ses ordres.

Les manigances de Didius Julianus le poussent à la révolte, mais il refuse le titre impérial que lui proposent ses troupes. Cette hésitation (ou reste de légitimisme) est exploitée par Septime Sévère : depuis Rome, il accorde à Clodius Albinus le titre de césar, l’associant ainsi au gouvernement de l’Empire, à un rang toutefois inférieur. Nous ne le compterons donc, pour cette année 193, qu’au titre d’un demi-empereur : nous arrivons donc bien à 4,5 pour cette période de « rush » ! Un monnayage est frappé à Rome aux nom et titre de ce « vice-roi » qui est par ailleurs associé à Septime Sévère pour le consulat de l’année 194.

Mais une fois les affaires orientales réglées (Pescennius Niger liquidé, les Parthes remis au pas et Byzance enfin tombée, après deux ans de siège), le ton change. En décembre 195, rentré à Rome, Septime Sévère fait déclarer Albinus ennemi public par le Sénat et tente même de le faire assassiner par un faux plénipotentiaire. Puis, en mai 196, l’empereur élève son fils de huit ans, le petit Caracalla, au rang de césar. Le trop candide Albinus[1], qui ne semble pas avoir quitté son île depuis le début de la guerre civile, se voit forcé de réagir et, en désespoir de cause, se fait proclamer auguste à l’automne 196. Franchissant la Manche avec 40’000 hommes, il s’assure vite du contrôle des Gaules et de l’Espagne (en ralliant le gouverneur Lucius Novius Rufus et sa Legio VII Gemina), tout en jugulant la menace du tribun Virius Lupus et de ses légions de Germanie (qui demeurent néamoins fidèles à Septime Sévère). Il installe ensuite sa capitale dans une ville stratégiquement située : Lugdunum (Lyon). L’atelier de cette ville va frapper des monnaies (le plus souvent des deniers d’assez mauvaise qualité et souvent mal conservées, mais très rares) le représentant cette fois couronné de lauriers, attribut des augustes.

Clodius Albinus2

Evitant les cols alpins tenus par leurs ennemis et jouant de l’effet de surprise, les armées de Septime Sévère arrivent en Gaule par le Jura et fondent l’ennemi. La première rencontre se déroule près de Tinurtium (Tournus) et tourne à l’avantage de Septime Sévère, sans que la victoire soit décisive. Le 19 février 197, non loin de la ville romaine (aujourd’hui, la place Sathonay de Lyon, au pied de la colline de la Croix-Rousse), c’est le choc final, un affrontement titanesque : 120’000 à 150’000 légionnaires (sur les 400’000 qui composent l’ensemble des armées romaines), répartis également entre les deux partis, se combattent à mort, pendant deux jours, dans ce qui demeure la plus grande bataille jamais menée entre Romains. Les pertes sont très lourdes, dans les deux camps : Dion Cassius et Tertullien se feront l’écho de cette boucherie, décrivant les rives du Rhône teintées de sang. La bataille fut longtemps incertaine, Septime Sévère étant même mis à bas de son cheval tué par une balle de fronde. En définitive, il semble que la cavalerie de Septime Sévère, sous le commandement de Laetus, ait fait la différence : ses armées ont finalement le dessus et déciment littéralement les troupes d’Albinus. La débandade est totale et sans ordre. Les vestiges archéologiques nombreux d’armes et de pièces d’équipement abandonnés (aujourd’hui présentés au Musée gallo-romain de Fourvière) l’attestent, comme les trésors monétaires hâtivement cachés et jamais récupérés (trésor de Genas, trouvé en 1826 et contenant 2000 deniers à l’effigie de Clodius Albinus ; trésor de Saint-Didier-au-Mont-d’Or, trouvé en 1844 à côté de squelettes de soldats romains).

Le sort de Clodius Albinus varie selon les sources : selon Dion Cassius, il aura fui vers Lyon pour finir par se jeter sur son épée ; selon Hérodien, il aurait été capturé par des soldats ennemis et décapité sur ordre de son adversaire. L’Histoire auguste, toujours riche en détails sanglants, prétend que Septime Sévère aura piétiné longuement le corps décapité avec son cheval, l’aurait ensuite fait déchiqueter par ses chiens, avant de jeter les rebuts dans le Rhône. Tous les auteurs s’accordent en tout cas à dire que la tête de Clodius Albinus fut envoyée et exposée en public à Rome. Son règne comme auguste avait duré environ quatre mois.

ACTE V ET FINAL : SEPTIME SEVERE

Septime_ Severe

Ayant ainsi anéanti son dernier adversaire, Septime Sévère se retrouvait, à 52 ans, le seul maître de l’Empire. Ses premiers actes ne furent pas empreints de mansuétude : il ordonna l’exécution de tous les parents et alliés de Clodius Albinus (en premier lieu sa veuve et leurs enfants, ainsi que 29 sénateurs et 5000 membres de son état-major et de sa suite), livrant ensuite la capitale de son ennemi à la soldatesque. La ville est consciencieusement ravagée, pillée et incendiée ; sa milice, la XIIIe cohorte urbaine, est dissoute et remplacée par des troupes sûres, venues des légions germaines fidèles ; les cultes impériaux sont modifiés de manière à introduire un rapport maître/esclave entre l’objet du culte (l’empereur) et les célébrants (édiles municipaux). La puissance de Lugdunum est considérablement affaiblie et la ville jouera un rôle bien moindre dans les siècles à venir, en comparaison de Vienne ou d’Arles, choisies comme villes-capitales par les empereurs du IVe siècle.

Avec Septime Sévère, c’est le descendant d’une famille libyco-punique, natif de Leptis Magna (Lybie actuelle), qui arrive au pouvoir. En dépit de ses succès militaires, c’est, de formation, un juriste, homme cultivé parlant latin, grec et punique. Affecté à différents postes surtout administratifs à travers l’Empire (Tarraconaise, Sardaigne, Afrique proconsulaire, Sicile ou Syrie, où il fait la connaissance de Pertinax), il accède au consulat en 190 et ne reçoit son premier commandement militaire que l’année suivante, devenant légat de la Pannonie supérieure, un poste qu’il occupe encore quand se déclenche la course à l’Empire. Après quatre ans de guerre civile, Septime Sévère restaure la paix intérieure et met en place un système impérial renforcé. Propulsant le petit césar Caracalla (représenté ci-dessous) au rang d’auguste dès 198, il crée une dynastie qui va présider au destin de l’Empire jusqu’en 235.

Caracalla césar


Notes

[1] On dit que ce militaire sévère avait pourtant écrit un traité d’agriculture et un recueil de « contes milésiens » (des œuvres « érotiques » dans la lignée des poèmes d’Aristide de Milet).

Illustration de tête

« Tondo severiano« , peinture à tempera sur bois, IIe siècle, 305 mm de diamètre. Antikensammlung, Berlin (cote 31329). Portrait officiel de la famille impériale, représentant Septime Sévère, sa femme et leurs deux fils : c’est le seul exemple conservé de ces représentations, qui devaient sans doute être utilisées dans tous les bâtiments officiels, mais ont disparu en raison de la nature périssable de leur support.

MONETA (2) : VETRANIO, L’USURPATEUR QUI SURVECUT (PAR HASARD !)

VETRANIO, L’USURPATEUR QUI SURVECUT (PAR HASARD !)

Vetranio

En ce milieu du IVe siècle, dans les soubresauts successionnels qui suivirent la mort de Constantin le Grand, il ne faisait pas bon porter la pourpre impériale, qu’on soit porphyrogénète (c’est-à-dire né d’un papa empereur) ou usurpateur. En fait, un seul de ces usurpateurs réussit à survivre dans ce panier de crabes, sans trop savoir comment d’ailleurs : un obscur général nommé VETRANIO.

Plantons le décor. En 337, les trois fils de Constantin avaient déjà fait le ménage au sein de la famille, éliminant scrupuleusement oncles et cousins (seuls le jeune Julien [futur Julien l’Apostat] et son frère Constance Galle furent épargnés). Puis les joyeux drilles se partagèrent l’Empire et commencèrent à s’écharper entre eux. Ne restaient en 350 que Constance II (en Orient) et Constant Ier (en Occident, où il avait liquidé en 340 son frère Constantin II, récupérant au passage les Gaules, la Bretagne et l’Hispani pour les ajoindre à son Italie).

Constant IerL’empereur Constant Ier

Souverain fratricide, à la fois cruel et lâche, pressurant ses sujets d’impôts, Constant s’attira la haine général des Gaules. En janvier 350, le général des armées du Rhin, Magnence, fomente un coup d’état militaire à Autun (Augustodunum) et se fait acclamer comme empereur par ses troupes. Traqué, Constant doit fuir à travers toute la Gaule : rattrapé dans la petite cité d’Helena (Elne), aux pieds des Pyrénées, il est mis à mort sans pitié. En Orient, le frère du défunt, Constance II, est loin de le pleurer, mais il éprouve des sentiments partagés : d’un côté, on lui a épargné du boulot, mais d’un autre, c’est un parvenu, ancien esclave qui plus est, qui vient de poser son postérieur sur le trône d’Occident. Or, si les rois aiment en général s’écharper en famille, ils répugnent à voir le premier pékin venu participer à la curée ! Toutefois, il y a un problème dans l’immédiat : les Perses s’agitent sur les frontières orientales et Constance II ne peut abandonner ce front pour gagner l’Europe. Il faut donc trouver un moyen de temporiser… Paradoxalement, c’est une seconde usurpation qui va lui offrir cette chance.

Magnence

L’usurpateur Magnence, proclamé auguste en Gaule

En Illyrie, les légions du Danube, qui se sont également mutinées de leur côté, élisent empereur leur général, un vieux soldat originaire de Mésie (actuelle Serbie), sorti du rang et blanchi sous le harnois : VETRANIO. La propre soeur de Constance II, Constantia, cautionne l’acte, autant pour empêcher Magnence de s’emparer de tout l’Occident que pour embêter son seul frère survivant (qui avait fait d’elle une veuve en assassinant jadis son époux Hannibalien : quelle famille !). Constantia propose donc au soldat le rang (subalterne) de « César », mais Vetranio, qui se prend au jeu, endosse finalement la pourpe le 1er mars 350 en se bombarbant « Auguste ». L’Occident se retrouve ainsi avec deux usurpateurs à sa tête ! Et bientôt même trois quand un neveu oublié de Constantin Ier, nommé Népotien, se proclame empereur à Rome le 7 juin 350. Il ne parvient à se maintenir que 23 jours (presque le record absolu), avant de se faire dessouder par Magnence, descendu en quatrième vitesse en Italie pour lui régler son compte (30 juin 350).

Disposant de fortes et fidèles légions à la jointure des parties occidentale et orientale de l’Empire, jouant du coup le rôle de tampon entre Magnence et Constance II, Vetranio va être courtisé par les deux hommes. L’usurpateur va lui faire miroiter les avantages d’une alliance ; l’empereur légitime fait mine de reconnaître son accession au trône et lui envoie un diadème d’or (que Vetranio, jouant les modestes, refuse, préférant une simple couronne de lauriers).

Finalement libéré du péril perse par une trève conclue en urgence, Constance II (par ailleurs souverain fort apathique, sauf pour les querelles d’héritage et le règlement des usurpations) se tourne vers l’Europe et décide de traiter en premier lieu le cas de Vetranio, qui lui semble plus simple à traiter. Affirmant refuser l’idée d’un affrontement avec ce vieux et fidèle serviteur de l’État poussé à l’usurpation par les circonstances de ces temps malheureux (« Ô tempora ! Ô mores ! »), Constance lui propose carrément un partage de l’Empire, sujet grave et pointu ne pouvant être débattu que de vive voix, d’homme à homme. Des négociations sont donc lancées dans la ville de Serdica (Thrace), en vue d’une conférence au sommet. Vetranio est arrivé avec toutes ses légions, Constance n’est pour sa part entouré que d’une faible escorte et de ses secrétaires. Mais dans les coffres de ses fourgons, des montagnes d’or. Pendant des jours, cet argent arrose discrètement les officiers et les hommes de Vetranio. Et quand, le 25 décembre 350, les deux armées font leur jonction près de Naissus (Niš, actuelle Serbie) et que les souverains, ayant passé en revue les troupes, s’apprêtent à les haranguer depuis une estrade, les légionnaires de Vetranio acclament Constance comme seul et unique empereur. Alors qu’il pensait accéder au plus haut sommet de l’empire, le pauvre souverain-débutant perd tout en un instant : nul doute qu’il connaisse alors un grand et fort pénible moment de solitude, trahi et abandonné face devant quelques milliers de soldats en armes !

Lâché par tous ses partisans, Vetranio se voit dépouillé du diadème et de la cape de pourpre par Constance lui-même, directement sur l’estrade. Son règne n’aura duré que neuf mois. En revanche, cas exceptionnel (et sans doute pour des raisons politiques : Vetranio était encore populaire dans les légions), il lui est laissé la vie sauve, et même plus que cela : Constance l’envoie certes au loin, mais pas véritablement en exil, plutôt dans une forme de retraite dorée, aux frais de l’Etat, avec une confortable rente et dans un agréable domaine situé à Prusa (aujourd’hui Bursa, en Turquie). Vetranio y meurt paisiblement six ans plus tard.

DecenceLe césar Décence, frère de Magnence

Magnence, de son côté, ne bénéficia pas de la même mansuétude. Associé à son frère Décence (choisi comme César), il résista encore trois ans à Constance II en Gaule, avant de perdre l’ultime bataille de Mons Seleucus en 353. Les deux frères vaincus se suicidèrent pour échapper à la vindicte de leur ennemi. Quant à ce dernier, c’est une maladie qui l’emporta en 361, alors qu’il se rendait en Gaule pour y traiter une nouvelle usurpation : celle de son propre cousin, Julien l’Apostat (le dernier représentant des Constantiniens), qui lui succédera.

Visuel d’en-tête : reconstitution d’un temple de Naissus (aujourd’hui Niš, en Serbie), lieu de naissance de l’empereur Constantin le Grand et où Vetranio fut déchu de la pourpre à sa grande suprise !