Archives par mot-clé : Silique

MONETA (28) : « RULE, BRITANNIA ! »

MONETA (28) : « RULE, BRITANNIA ! »

« Voici l’hiver de notre colère
Changé en été de gloire par ce soleil d’York ;
Et tous les nuages qui accablaient notre maison,
Inhumés dans le giron profond de l’océan.
Voici nos fronts cerclés de couronnes de victoire ;
Nos armes blessés érigées en trophées,
Nos alarmes sévères changées en joyeuses assemblées,
Nos marches terrifiantes en délicieuses cadences »
William Shakespeare, Richard III

« God save the King/Queen ! » Si l’Angleterre contemporaine manifeste toujours une immense fidélité à l’égard de l’institution monarchique, elle fut, durant l’Antiquité, une terre de rébellion contre l’autorité impériale, une pouponnière d’usurpateurs, fomenteurs de guerres civiles qui fleurirent sur ses rivages avec une régularité exemplaire pendant plusieurs siècles. Il faut dire que la province de Bretagne, conquise à partir du règne de Claude (43), représentait l’un des confins du puissant et vaste empire romain : selon Tacite, « il n’y a plus de peuples au-delà, rien que des flots et des rochers ».

Carte de la Bretagne au Ier siècle de notre ère, selon la « Cosmographia » de Ptolémée. Source : WikiCommons

En réalité, cette terre frontalière où la culture romaine s’exerçait de manière diffuse était soumise à la pression constante des Barbares voisins (en l’occurrence les Pictes et les Scots de la Calédonie [Ecosse]) et donc fortement militarisée, avec la construction de deux célèbres lignes de défense : le Mur d’Hadrien (122-128) et le Mur d’Antonin (142). Il n’est donc pas incongru que, comme sur le Rhin, le Danube ou en Syrie, des généraux ambitieux ou déçus aient profité des temps de crise pour s’arroger la pourpre, souvent poussés par leurs officiers et soldats. Shocking ! Souvent maltraités par les sources antiques, ces personnages aux contours quelque peu fantomatiques ont souvent fini par intégrer, sous des formes fantaisistes déformées par la légende, l’Historia Regum Britanniae de Geoffrey de Monmouth et le corpus arthurien. A travers quelques monnaies en partie issues des plateaux d’ « une petite bibliothèque », essayons de reconstituer l’épopée de ces usurpateurs sortis des brumes anglaises entre le IIe et le Ve siècle.

I. Au deuxième siècle : Clodius Albinus (193-197)

Son existence et sa carrière avaient pourtant bien commencé. Né dans une une famille sénatoriale romaine installée dans la province d’Afrique, Decimus Clodius Albinus vit le jour le 25 novembre 147 à Hadrumète, à l’emplacement actuel de la ville tunisienne de Sousse. Certains auteurs le considèrent toutefois comme un Berbère romanisé, tant les sources le concernant ont été brouillées et noircies après sa défaite finale (mais n’anticipons pas). La compilation tardive connue sous le nom d’Histoire auguste (fin du IVe siècle) donna en revanche, dans une biographie signée par un certain « Julius Capitolinus » totalement fictif, de nombreux renseignements sur le déroulement de sa carrière militaire, éléments parfois contredits par les sources plus sûres que sont les historiens grecs Hérodien et Dion Cassius (IIIe siècle).

D’après l’Histoire auguste, Clodius Albinus, sous le règne de Marc-Aurèle, serait ainsi devenu le commandant de troupes auxiliaires (composées de soldats non romains), puis d’une légion, participant à ce titre, à l’été 175, à l’écrasement de la révolte lancée par l’usurpateur Avidius Cassius depuis la Syrie et l’Egypte. L’empereur Marc-Aurèle en personne aurait reconnu son mérite dans ces circonstances, louant dans deux lettres sa science militaire et le sérieux de son caractère : sans son intervention, les légions impériales auraient été battues à plates coutures par les troupes de Cassius en Bithynie. Mais ces informations semblent suspectes par rapport aux éléments donnés par Hérodien et Dion Cassius qui fixent les débuts d’Albinus plus tard, au début des années 180, du côté de la Dacie : c’est dans cette province frontalière qu’il aurait réalisé ses premiers engagements militaires, bataillant contre les Daces et devenant au passage le compagnon d’armes d’un certain Pescennius Niger. Ce militaire efficace n’était pour autant pas dénué de lettres, semble-t-il, puisqu’il composa un traité d’agriculture et un recueil de « contes milésiens » (des œuvres « érotiques » dans la lignée des poèmes d’Aristide de Milet), des textes aujourd’hui perdus.

Le succès remporté aida sans doute son ascension sous le règne de l’empereur Commode, puisqu’on sait qu’il occupa la haute fonction de consul vers 185-187 (sans plus de précisions, hélas). Il fut ensuite envoyé en Gallia Belgica, puis en Bretagne pour en assumer le gouvernement, avec trois légions plutôt turbulentes sous ses ordres. S’agissait-il d’une mise à l’écart, aux confins de l’Empire ? On pourrait le croire, vu les sentiments d’Albinus à l’égard de l’empereur : quand la fausse nouvelle de sa mort arriva dans l’île, l’ancien consul proclama devant ses hommes que le défunt avait été un tyran et qu’il convenait de rendre au Sénat son ancien pouvoir. Les sénateurs apprécièrent ; l’empereur pas, et un certain Junius Severus fut envoyé en Bretagne pour remplacer le peu fidèle gouverneur. Mais, pour une raison inconnue, la passation de pouvoir ne se fit jamais et Albinus était toujours à la tête de la province quand Commode fut assassiné en 193, ouvrant la folle année des quatre empereurs et demi (voir Moneta 9).

Bien loin de Rome, il assista à la montée sur le trône et à l’assassinat rapide de Pertinax, avant d’apprendre que le titre impérial avait été purement et simplement acheté aux prétoriens par Didius Julianus. La ligne rouge était franchie, les légions se soulevèrent à travers tout l’Empire, celles de Bretagne élevant Albinus à la pourpre, en même temps que celles de Syrie et d’Egypte le faisaient pour son ami Pescennius Niger et que celles d’Illyrie et de Pannonie intronisaient leur général, Septime Sévère, un autre Africain, originaire de Leptis Magna (Lybie).

Septime Sévère, denier d’argent, Rome, 201, argent 650 ‰. Revers : Sévère debout voilé. Inv. ND 10

Peut-être plus prudent ou plus légitimiste que ses collègues, Albinus refusa le titre impérial proposé par ses troupes. Cette hésitation fut exploitée sans vergogne par Septime Sévère qui avait gagné Rome le premier. Le général africain se vit décerner le titre de « césar », ce qui l’associait bel et bien au gouvernement de l’Empire, mais à un rang toutefois inférieur à celui de Septime Sévère. Un monnayage commença donc à être frappé officiellement à Rome aux nom et titre de ce « vice-roi » qui fut par ailleurs associé à Septime Sévère pour le consulat de l’année 194.

Clodius Albinus (césar), denier, Rome, 194, argent 650 ‰. Revers : Minerve debout. Rareté R2. Inv. ND 185

Mais après la pacification de l’Orient (Pescennius Niger ayant été liquidé, les Parthes remis au pas et Byzance reconquise après deux ans de siège), Albinus sentit l’attitude de son associé changer drastiquement et sans préavis. Revenu célébrer son triomphe à Rome à décembre 195, Septime Sévère fit carrément déclarer Albinus ennemi public par le Sénat et tenta même de le faire assassiner par un faux plénipotentiaire. Puis, en mai 196, l’empereur éleva son fils de huit ans, le petit Caracalla, au rang de césar. Le trop candide Albinus, qui ne semble pas avoir quitté son île depuis le début de la guerre civile, se vit forcé de réagir et, en désespoir de cause, en vint à se faire proclamer auguste à l’automne 196. Franchissant la Manche avec 40’000 hommes, il s’assura rapidement du contrôle des Gaules et de l’Espagne (en ralliant le gouverneur Lucius Novius Rufus et sa Legio VII Gemina), tout en jugulant la menace du tribun Virius Lupus et de ses légions de Germanie (qui demeuraient néanmoins fidèles à Septime Sévère). Albinus installa ensuite sa capitale dans une ville stratégiquement située : Lugdunum (Lyon). L’atelier de cette ville se mit à frapper des monnaies (le plus souvent des deniers d’assez mauvaise qualité et souvent mal conservés, mais aussi rares) lui donnant sa nouvelle qualité et le représentant cette fois couronné de lauriers, attribut des augustes. L’iconographie des revers détaillait par ailleurs son programme politique, utilisant les figures de l’Æquitas (un symbole déjà choisi par Pertinax et qui faisait peut-être un pied-de-nez aux magouilles de Septime Sévère), de la Fides (célébrant la fidélité essentielle des légions) et le Génie de Lyon (saluant la nouvelle capitale choisie par Albinus).

Clodius Albinus (césar), denier, Lyon, 196-197, argent 500 ‰. Rareté R2. Revers : Paix debout. Rareté R2. Collection ND

Mais cet état de grâce dura peu de temps. Evitant les cols alpins tenus par leurs ennemis et jouant de l’effet de surprise, les armées de Septime Sévère arrivèrent en Gaule par le Jura et fondirent l’ennemi. La première rencontre se déroula près de Tinurtium (Tournus) et tourna à l’avantage de Septime Sévère, sans que la victoire fût décisive. Mais le 19 février 197, non loin de la ville romaine (aujourd’hui, la place Sathonay de Lyon, au pied de la colline de la Croix-Rousse), ce fut le choc final, un affrontement titanesque : 120’000 à 150’000 légionnaires (sur les 400’000 qui composent l’ensemble des armées romaines), répartis également entre les deux partis, se combattirent à mort, pendant deux jours, dans ce qui demeura la plus grande bataille jamais menée entre Romains. Les pertes furent très lourdes, dans les deux camps : Dion Cassius et Tertullien se firont l’écho de cette boucherie, décrivant les rives du Rhône teintées de sang. La bataille demeura longtemps incertaine, Septime Sévère étant même mis à bas de son cheval tué par une balle de fronde. En définitive, il semble que la cavalerie de Septime Sévère, sous le commandement de Laetus, ait fait la différence : ses armées impériales eurent finalement le dessus et décimèrent littéralement les troupes rebelles d’Albinus. La débandade s’avéra totale et sans ordre. En témoignent encore les vestiges archéologiques nombreux d’armes et de pièces d’équipement abandonnés (aujourd’hui présentés au Musée gallo-romain de Fourvière), comme les trésors monétaires hâtivement cachés et jamais récupérés (comme le trésor de Genas, trouvé en 1826 et contenant environ 2300 deniers à l’effigie de Clodius Albinus, sans doute la caisse d’une centurie, ou la plus modeste boursée de Saint-Didier-au-Mont-d’Or, retrouvée en 1844 à côté de squelettes de soldats romains – manifestement une fosse commune).

Vue générale de Lugdunum à son apogée. Reconstitution et dessin Jean-Claude Gouvion DR.

A l’issue de cette bataille capitale, Clodius Albinus, âgé de 49 ans, perdit la vie. Les détails de sa fin varient selon les sources : selon Dion Cassius, il aurait fui vers Lyon pour finir par se jeter sur son épée ; selon Hérodien, il aurait été capturé par des soldats ennemis et décapité sur ordre de son adversaire. L’Histoire auguste, toujours riche en détails sanglants, prétendit même que Septime Sévère aurait piétiné longuement le corps décapité avec son cheval, l’aurait ensuite fait déchiqueter par ses chiens, avant de jeter les rebuts dans le Rhône. Tous les auteurs s’accordent en tout cas à dire que la tête de Clodius Albinus fut envoyée et exposée en public à Rome, accompagnée d’une lettre moqueuse et humiliante destinée au Sénat. Quant à sa famille (sa femme et un ou deux fils), d’abord épargnée par Sévère, elle connut le même sort, tandis que la ville de Lyon était pillée de fond en comble (cet épisode marqua son relatif déclin, les Sévères se détournant de l’éphémère capitale de leur ennemi, même Caracalla, qui y avait pourtant vu le jour).

« Severus Hills », lieu hypothétique de crémation de l’empereur Septime Sévère, non loin d’York. Gravure du XVIIIe siècle. Photo DR Musée d’York

En jugulant le péril anglo-breton, Septime Sévère ouvrait donc son règne personnel et les débuts de sa dynastie. Pour autant, la Bretagne devait finalement avoir sa peau. En 208, il dut se rendre sur la frontière de l’Empire pour résister aux attaques des Calédoniens venus de l’actuelle Ecosse. Après des batailles au résultat indécis, il décida de reculer la frontière et d’abandonner le limes le plus septentrional, le Mur d’Antonin, pour se replier derrière celui d’Hadrien, consolidé pour l’occasion. Mais le climat du nord de l’Angleterre avait eu raison de ses forces : affaibli par la goutte (à moins que son fils, le peu aimable Caracalla, lui ait préparé un « bouillon de onze heures »), il mourut à Eburacum (autrement dit York) le 4 février 211 et fut incinéré sur place, probablement au sommet d’une colline située à l’ouest de la ville moderne (aujourd’hui connue comme « Severus Hill »).

II. Au troisième siècle : Carausius (286-293) et Allectus (293-296)

Un siècle après la révolte de Clodius Albinus, le Bretagne vit s’élever un nouvel usurpateur, cette fois contre le pouvoir des empereurs « barbus » de la Dyarchie. L’Empire était en effet gouverné par un tandem d’Augustes, un système mis au point en 286 par Dioclétien afin de rendre gérable la difficile gestion d’un territoire immense et attaqué sur tous les fronts, le limes étant soumis à des coups de boutoir autant en Bretagne, sur le Rhin, en Dacie ou en Orient… Alors que Dioclétien Jupiter se réservait la partie orientale de l’Empire, l’Occident revenait à son associé, Maximien Hercule, qui avait fort à faire sur le front de la Germanie. Comme si cela ne suffisait pas, on vint, peu après son ascension à la pourpre en avril 286, lui planter un poignard dans le dos du côté de la Bretagne…

Maximien Hercule, follis (Rome, 296, cuivre argenté, avec son argenture intacte) et aurelianus (Lyon, 289, billon 50‰, avec son argenture intacte). Collection ND, Inv. 99 et 18

A la fin de l’année 286, les légions bretonnes proclamèrent en effet Auguste un certain Marcus Aurelius Mausaeus Carausius, leur commandant. Loin d’être un Romain de pure souche, ce général avait vu le jour en Gaule Belgique, au sein des Ménapiens, dans une famille modeste. Combattant valeureux ayant peut-être participé à la répression de la « Révolte des Bagaudes » en Gaule, il se hissa ensuite jusqu’au rang de commandant de la « Classis Britannica », autrement dit de la marine de guerre chargée de la défense de la province bretonne. Créée par Claude en 43 pour son projet d’invasion de l’île, cette flotte contrôlait la Manche et la Mer du Nord, sa mission évoluant en un rôle de défense des côtes de l’Armorique, de la Gaule Belgique et de la Bretagne contre les incursions de pirates barbares francs et saxons. Depuis son quartier général de Bononia (Boulogne), Carausius s’employa convenablement à cette tâche, mais profita, semble-t-il, de ses bateaux et de ses troupes pour laisser des raids en terre barbare, histoire de faire un peu de butin à titre personnel (ce que se soldats ne lui reprochaient certes pas, profitant eux aussi de l’aubaine). On dit même qu’il aurait facilité certaines incursions pirates, afin de les attaquer pour rafler leurs rapines pour son compte… Bref, cela faisait désordre et finit quand même par transpirer jusqu’à Rome. Ayant eu vent de l’ordre d’exécution qui lui pendait au nez, Carausius prit les devants, passa en Bretagne et, sûr de l’appui de ses troupes, s’éleva à la pourpre. En 288-289, Maximien tenta bien de le déloger, avec le soutien des flottes auxiliaires germaniques et franques, mais la tentative s’avéra une cuisante déculottée pour l’herculéen empereur, qui eut beau jeu, par la suite, de dire (ou de faire dire par ses panégyristes) que tout avait été la faute du mauvais temps… Cinquante ans plus tard, le sénateur et historien Eutrope mit, pour sa part, cette victoire sur le compte du brio militaire du général ménapien, que les sources impériales allèrent parfois jusqu’à surnommer « l’Archipirate » !

Galères romaines en ligne de bataille. Photo extraite du film « Ben-Hur » (1957).

C’est ainsi que commença le règne de Carausius, sur lequel peu d’éléments concrets ont été conservés, bien qu’il ait duré sept ans, une fort honorable durée pour un usurpateur de cette époque. A vrai dire, en dehors des monnaies, on ne connaît, en tout et pour tout, qu’une seule et unique inscription le mentionnant, une borne miliaire retrouvée sur le site de l’antique Luguvalium (aujourd’hui la ville de Carlisle au nord de l’Angleterre), non loin du Mur d’Hadrien. C’est bien peu et on a pu évoquer l’hypothèse d’une damnatio memoriae pour expliquer ce néant. Demeurent en revanche de nombreux témoignages numismatiques, qui nous permettent notamment de savoir que l’usurpateur endossa deux fois la dignité de consul en 287 et 289. Carausius avait bien compris l’importance de la monnaie, tant pour la stabilité de son pouvoir que pour son intérêt en termes de propagande politique. Après avoir remployé des espèces en circulation avec surfrappe de son portrait, il se lança vite dans la production de ses propres monnaies. Soucieux d’une production de bon aloi, il frappa des aurei (fort rares), mais aussi des deniers (à peine moins rares[1]) présentant une teneur d’argent inégalée depuis au moins deux siècles, soit 90 % de métal fin. Frappées seulement durant les premières années du règne (entre 287 et 290), ces pièces de prestige développèrent toute une iconographie de propagande impériale, avec de nombreuses références érudites virgiliennes (avec le vers « Expectate veni », soit « Il est venu celui qu’on attendait »), mais aussi des slogans à teneur « nationaliste » (le présentant comme « Restitutor Britanniae » ou saluant le « Genius Britanniae ») :

Carausius, aureus, Londres, 286, vente Numismatica Ars Classica. Photo DR
Carausius, denier, Londres, 286, revers à la galère. Vente CGN Vente Triton XIII 2010. Photo DR
Carausius, denier, Londres, 286, revers à la louve allaitant Romulus et Remus. Vente Numismatica Ars Classica, vente 87, 205. Photo DR

Mais la plus grosse partie de la production monétaire de Carausius était formée d’aureliani de billon à très bas titre (3 % d’argent seulement) recouverts d’une mince pellicule d’argenture le plus souvent disparue. Cela n’empêchait pas ces monnaies de présenter à l’avers, en exergue, la mention « XXI » censée garantir leur teneur à 5 % comme sous le règne d’Aurelianus, créateur de cette monnaie. Cette tromperie sur l’aloi était toutefois compensée par le poids de la monnaie : si les aureliani de Dioclétien et de Maximien étaient taillés à 1/84e de livre, ceux de Carausius l’étaient à 1/72e (soit 4,51 gr de poids théorique). Au revers, l’usurpateur avait choisi, le plus souvent, de faire figurer la Pax Augusti (Paix de l’Auguste), avec de multiples variantes dans la présentation de cette allégorie : ce type fut frappé pendant toute la durée du règne. Seules les marques d’atelier permettent de distinguer les émissions. Mais on rencontre aussi Spes Publica (Espérance publique) ou Moneta Augusti (Monnaie de l’Auguste).

Carausius († 293), aurelianus, Londres, 290-291. Revers : La Paix debout à gauche, tenant une branche de d’olivier de la main droite et un sceptre vertical de la main gauche. En exergue : ML XXI. Inv. 86

Plusieurs ateliers, créés ex nihilo pour l’occasion, frappèrent les monnaies à l’effigie de Carausius. Londinium (Londres), le plus important, débuta son activité en 286 et frappait ses émissions des lettres ML (Moneta Londinium). D’autres ateliers étaient implantés à Camulodunum (Colchester : c’est du moins l’hypothèse la plus fréquente pour l’origine de toutes les monnaies frappées de la lettre « C ») et peut-être même à Rotomagus (Rouen, avec les lettres « R » ou « OPR »), tandis que des pièces sans marque semblent indiquer des ateliers secondaires, peut-être itinérants. Un certain nombre de monnaies (essentiellement sur les pièces en métal précieux, aurei et deniers, mais aussi quelques séries d’aureliani) comportait au revers la mention « RSR », longtemps restée énigmatique, mais que la plupart des auteurs déchiffrent aujourd’hui comme l’abréviation de « Rationalis Summae Rei », autrement dit l’administration fiscale, l’équivalent de nos modernes Ministères des Finances.

Carausius, aurelianus conjoint avec Dioclétien et Maximien, Londres, 293. Vente Triton VI, 13 janvier 2003, n° 1074. Photo DR

Entre 291 et sa mort, Carausius tenta un rapprochement avec Dioclétien et Maximien en faisant frapper des monnaies le représentant avec ses compétiteurs présentés comme « sui frates » (ses frères). Certains aureliani présentèrent pour leur part un revers à la Pax Auggg, ce triplement du « g » montrant que la « Pax Augusti » s’était transformée en « Pax Augustorum » (Paix des Augustes). Cette politique de rapprochement (dont l’histoire avait déjà fourni des précédents, comme les frappes de Vaballah : voir Moneta 17) n’aboutit toutefois à rien, sinon à la mise en place par les empereurs légitimes d’un nouveau principe de gouvernement : le 1er mars 293, chacun d’eux choisit un César comme adjoint direct, afin de créer une direction à quatre têtes de l’Empire, la Tétrarchie.

Constance Chlore (v. 250-306), aurelianus, Antioche, 293. Collection ND, Inv. 158. La frappe des aureliani fut très courte pour Constance Chlore, car cette monnaie disparut dès le début 294, en raison de la grande réforme monétaire impulsé par Dioclétien (qui instaura l’ « argenteus » et le « follis »).
Constance Chlore (v. 250-306), aurelianus, Antioche, 293. Revers : Jupiter et Hercule confrontés, le premier tenant un sceptre, le second sa massue, et les deux partageant un globe nicéphore. En exergue : S et XXI.

Le César choisi par Maximien était l’un de ses généraux les plus méritants, un certain Constance Chlore (v. 250-306). Originaire d’Illyrie, ce soldat de profession avait été membre de la garde personnelle de l’empereur Aurélien, avant de passer tribun sous le règne de Probus, de gouverneur de Dalmatie sous celui de Carus, et enfin préfet du prétoire pour la partie occidentale de l’Empire sous Maximien. Certaines sources antiques (en premier lieu l’Histoire Auguste) le donnent pour parent des empereurs Claude II le Gothique et Quintilien, mais on peut en douter. Dès sa nomination, le nouveau César fut envoyé régler les choses du côté de la Bretagne et se mit en route, à marches forcées, vers le nord de la Gaule. Bientôt, les légions impériales mirent le siège devant la cité stratégique de Gesoriacum/Bononia (Boulogne-sur-Mer), qui tomba vers la fin du printemps ou le début de l’été 293.

A suivre le témoignage des panégyristes impériaux, le « pirate », qui était alors en Angleterre, dut franchir la Manche pour défendre les marches de son domaine et tenter de forcer le blocus du port pour ravitailler la ville. Mais s’agissait-il bien encore de Carausius ? Les historiens ont longtemps pensé que la chute de Gesoriacum avait scellé le sort de l’usurpateur, affaiblissant sa position : il aurait alors été assassiné peu après par son propre ministre des Finances, un certain Allectus, qui le remplaça. Selon Xavier Loriot, toutefois, ce meurtre aurait pris place plus tôt, sans doute au moment où la nomination de Constance Chlore montrait l’échec de la politique de rapprochement de Carausius : Allectus aurait alors décidé de le supprimer pour voler de ses propres ailes.

Les origines de ce nouvel empereur breton demeurent des plus obscurs, à tel point que ni son prénom, ni son gentilice ne sont connus. Son cognomen d’Allectus, fort rare, n’est toutefois pas rattachable à une origine géographique précise : au mieux peut-on le supposer originaire, comme son ancien patron, de Gaule du nord. Nommé responsable du fiscus de Carausius, il eut la responsabilité de la politique économique et monétaire au sein de l’état breton, son administration garantissant la valeur des pièces par le label RSR mentionné plus haut : certains chercheurs lui ont attribué la création des ateliers et des monnaies de haute qualité en métaux précieux, la recréation d’un denier d’argent, mais aussi le système complexe des lettres secrètes indiquant les différentes émissions. Ces préoccupations indiqueraient donc un profil de haut fonctionnaire et d’administrateur, beaucoup plus que de militaire, et l’on doit sans doute revoir l’appréciation négative que laissèrent beaucoup d’historiens anglais, jugeant ce personnage terne et son règne, « uninspired and brief ».

Allectus, aureus, Londres, 293, un des 24 exemplaires connus, vendu 620’000 euros en 2019. Photo DR

D’une durée d’environ trois ans, le règne de l’empereur Allectus fut, sans surprise, marqué par une politique monétaire originale. La frappe d’aurei semble avoir été plus importante que sous Carausius : on connaît en effet autant de monnaies au nom d’Allectus (24 exemplaires) que pour son prédécesseur, pour un règne deux fois moins long. Ces pièces demeurent toutefois des plus rares et un record récent en vente aux enchères l’a encore montré : un aureus d’Allectus, trouvé par un détectoriste dans un champ du Kent, près de Douvres, a ainsi été vendu 620’000 euros en juin 2019[2]. Mais il créa également une nouvelle monnaie de circulation courante que les numismates, faute d’équivalent à la même époque, surnommèrent « quinaire », la rapprochant ainsi d’anciennes pièces républicaines ou impériales valant la moitié du denier ou de l’aureus. L’idée était donc ici la même : une pièce valant la moitié de l’aurelianus. En réalité, les travaux de Casey ont montré qu’il s’agit en réalité toujours d’aureliani, mais réduits en titre, taille et poids en raison de l’épuisement des ressources métalliques du souverain vers la fin de son règne. Datant de 295-296, ces « quinaires », contenant seulement 2 % d’argent, avaient vu leur masse baisser à 3 grammes environ pour 1,7 centimètres de diamètre. Leur revers présentait le plus souvent des galères (avec des variantes nombreuses concernant le nombre de rames, de rameurs, le gouvernail, le mât, la présentation de la proue ou poupe), une iconographie soulignant l’importance de la flotte militaire et commerciale pour la défense et l’indépendance de l’île : rappel pertinent alors que l’ennemi était juste de l’autre côté du Channel…

Allectus († 296), aurelianus/quinaire, Colchester (QC), 295-296. Revers : galère voguant à gauche avec six rames, cinq rameurs et un gouvernail. Collection ND, Inv. 82
Allectus († 296), aurelianus/quinaire, Colchester (QC), 295-296. Revers : galère voguant à gauche avec six rames, cinq rameurs et un gouvernail. Collection ND, Inv. 165

Après la fin de la reconquête de la Gaule du nord (les trouvailles de monnaies d’Allectus sur le continent prouvent que la prise de Bononia ne signifiait pas que toute la zone côtière gauloise soit repassée sous contrôle impériale) et une longue préparation, l’attaque finale du César Constance fut lancée en deux vagues en septembre 296, en dépit de conditions météorologiques défavorables. Constance Chlore s’embarqua depuis Boulogne, visant les bords de la Tamise, mais fut retardé par le mauvais temps. Au même moment, son préfet du prétoire, un certain Asclepiodotus, appareillait à partir de la baie de Seine. Dissimulé par le brouillard, il put doubler l’île de Wight sans se faire repérer de la flotte d’Allectus et débarqua, sans doute dans la région de Southampton : après avoir brûlé ses navires, il marcha ensuite droit sur Londres. Surpris, désorganisé ou cédant à la panique, Allectus abandonna sa propre flotte pour rejoindre sa capitale et organiser ses troupes (dont beaucoup de mercenaires), avant d’engager le combat contre les légions impériales dans les collines du Hampshire. Mais la bataille tourna à son désavantage et, d’après toutes les sources, il périt durant les combats, après s’être dépouillé de tous ses insignes impériaux dans l’espoir que son corps ne serait jamais identifié. Les archéologues estiment que les environs de la cité de Calleva Atrabatum (Silchester) forment probablement le lieu de la bataille.

Constance Chlore, médaillon valant 10 aurei (soit 52 gr d’or), Trèves, 296, provenant du trésor de Beaurains découvert en 1922 et conservé au Musée d’Arras. Photo DR

Bien qu’arrivé tardivement en Bretagne, c’est Constance Chlore qui se vit désigner – préséance oblige – comme le vainqueur d’Allectus. L’atelier monétaire de Trèves frappa un très impressionnant « médaillon » d’or commémoratif à l’effigie du César, le revers le montrant à cheval devant la porte de la cité vaincue, symbolisant par une femme agenouillée. La légende célébrait le vainqueur comme un « reditor lucis æternæ » (restaurateur de la lumière éternelle). Par la suite, Constance devait passer le reste de sa vie entre Trèves, pour défendre le limes germain (notamment contre les invasions alamanes), et la Bretagne, où les Pictes et les Scots s’agitaient régulièrement au pied du Mur d’Hadrien. Erigé au rang d’Auguste en 305, après la « retraite » de Dioclétien et Maximien, il appela à ses côtés, l’année suivante, son fils Constantin (le futur Constantin le Grand) pour l’aider contre ces barbares. Ensemble, le père et le fils remportèrent plusieurs succès contre les Pictes, mais la Bretagne eut encore une fois la peau de celui qui avait vaincu ses empereurs autochtones : comme Septime Sévère, Constance Chlore mourut de maladie à Eboracum (York), le 25 juillet 306.

Constance Chlore (v. 250-306), follis, Trèves, 295, cuivre argenté, avec son argenture intacte. Revers : Génie debout à gauche nu, coiffé du modius, le manteau sur l’épaule, tenant de la main gauche une corne d’abondance et de la main droite une patère. Collection ND, Inv. 98. Ce type de buste non cuirassé à l’avers est rare.
Contraste frappant entre deux « folles » de Constance Chlore, l’un pourvu de son argenture, l’autre sans (cas le plus fréquent pour ces monnaies saucées).

Suivant les dernières volontés de son père mourant, le jeune Constantin se fit alors proclamer Auguste par ses troupes et mit le co-empereur de son père, Galère, devant le fait accompli. Ce qui aurait pu devenir le ferment d’une nouvelle usurpation venue de Bretagne se régla finalement pacifique (du moins dans un premier temps) : Galère, avec prudence, enregistra le fait et reconnut Constantin comme César, à défaut d’Auguste.

Statue de Constantin le Grand inaugurée en 1998 à côté de la cathédrale d’York, sur les lieux de sa prise de pouvoir. Photo WikiCommons

III. Au quatrième siècle : Magnus Maximus (383-388)

Sous la Tétrarchie, l’organisation administrative de l’île évolua, avec un ensemble de cinq provinces gérées par des praeses (gouverneurs), le tout formant le diocèse de Bretagne placé sous le contrôle général d’un vicarius installé à Londres. Du côté militaire, les responsabilités furent divisées entre trois commandants en chef : le comes Britanniarum (général en charge des légions mobiles), le dux Britanniarum (chargé de la défense du Mur d’Hadrien) et le comes littoris Saxonici per Britanniam (chargé de la défense côtière et navale). Ces différentes charges civiles et militaires se retrouvent décrites avec précision dans le recueil des Notitia dignitatum, sorte de résumé de l’organisation de l’empire romain tardif connu par trois manuscrits (dont l’un est conservé à la Fondation Martin Bodmer).

Le diocèse de Bretagne vu par les « Notitia dignitatum » (manuscrit latin, Bâle, vers 1520-1530, Fondation Martin Bodmer, CB 118, f. 74v). Cliché Fondation Martin Bodmer / e-Codices
Les fortins du « dux Britanniarum » vus par les « Notitia dignitatum » (manuscrit latin, Bâle, vers 1520-1530, Fondation Martin Bodmer, CB 118, f. 88v). Cliché Fondation Martin Bodmer / e-Codices
Les légions du « comes Britanniae » vu par les « Notitia dignitatum » (manuscrit latin, Bâle, vers 1520-1530, Fondation Martin Bodmer, CB 118, f. 78v). Cliché Fondation Martin Bodmer / e-Codices
Les ports du « comes litoris » vus par les « Notitia dignitatum » (manuscrit latin, Bâle, vers 1520-1530, Fondation Martin Bodmer, CB 118, f. 77v). Cliché Fondation Martin Bodmer / e-Codices

Le nouvel usurpateur breton apparu au IVe siècle naquit en fait bien loin des brumes des Gaules nordiques, puisqu’il aurait vu le jour vers 335 en Espagne, en Gallaecia. Fils du général Flavius Julius Eucherius, Flavius Magnus Maximus était par ailleurs parent (neveu ?) du comte Théodose l’Ancien († 376), brillant général romain (et père du futur empereur Théodose Ier). En 368-369, c’est à ce titre qu’il aurait accompagné en Bretagne le stratège nommé comes Britanniarum et chargé de réprimer la « Grande Conspiration » qui mettait en péril la province romaine. Décrit par l’historien Ammien Marcelin comme une « barbarica conspiratio », cette invasion de barbares pictes et scots aurait été permise par la trahison de certaines garnisons romaines gardant le Mur d’Hadrien. Alors que ce danger semblait juguler, une autre révolte éclata, menée par un Romain renégat nommé Valentinus : beau-frère du préfet du prétoire Maximinus, mais condamné à l’exil en Bretagne pour un crime grave, il tenta de soulever les légions en sa faveur, mais fut finalement stoppé et exécuté par le dux Britanniarum Dulcitius.

Après cet épisode breton, Magnus Maximus poursuivit sa carrière sous les ordres de Théodose l’Ancien, avec des campagnes suivantes, en Afrique (373), sur le Danube (376). Après l’injuste disgrâce et l’exécution de son mentor, il se trouva nommé à son tour, en 380, comes Britanniarum et parvint dès l’année suivante à repousser brillamment une nouvelle invasion picte et scot. Deux ans plus tard, en 383, l’impopularité et l’impuissance de l’empereur d’Occident, Gratien, incitèrent les légions bretonnes à porter vers la pourpre leur général.

Magnus Maximus (v. 335-388), silique, Trèves, 383, argent 900 ‰. Collection ND, Inv. 195

Franchissant la Manche avec une bonne partie des légions romaines de Bretagne, Magnus Maximus affronta et défit les troupes de Gratien dans les environs de Paris. En fuite, le souverain légitime fut finalement tué à Lyon le 25 août 383. Poursuivant la conquête de la Gaule sans obstacle, le vainqueur épargna le jeune Valentinien II (voir Moneta 6), lorsque l’empereur d’Orient, Théodose Ier, son ancien compagnon d’armes (et son possible cousin), lui promit, avec l’appui de l’évêque (saint) Ambroise de Milan, une reconnaissance de son statut comme Auguste. Etablissant sa capitale à Trèves, Magnus Maximus régnait donc sur un territoire englobant la Bretagne, l’Espagne, la Gaule et l’Afrique du Nord.

Valentinien II, silique, Aquilée, 375-378, argent 900 ‰. Revers : Virtus Romanorum. Collection ND, Inv. 193

Cette tripartition de l’Empire sembla viable durant trois ans jusqu’à ce qu’un problème religieux remette tout en question. La mère de Valentinien II, Justine, pratiqua la foi arienne, ce qui provoqua un casus belli avec saint Ambroise : le « Conflit des basiliques ». Menés par le bouillonnant évêque de Milan, les chrétiens catholiques d’Italie en appelèrent à Maximus qui, prétextant de les défendre, envahit la péninsule e en 387, forçant Valentinien et sa mère à fuir leur capitale de Milan pour se réfugier à Constantinople auprès de Théodose. Comme ce dernier devait son trône à la dynastie valentinienne, on le pria d’intervenir contre l’usurpateur. Théodose accepta, mais à la condition que les deux réfugiés abjurent l’arianisme. Ce préalable accompli, il tint sa promesse et lança toutes les forces armées de l’Empire d’Orient contre l’Italie.

Flavius Victor, silique, Milan, 387-388, argent 900 ‰. Rareté R2. Collection ND

Après une mémorable raclée reçue près de la rivière Save au printemps 388 (une bataille durant laquelle son frère Marcellinus perdit la vie), Maximus se retira dans la cité d’Aquilée, bientôt assiégée. L’empereur déchu décida de se rendre contre la vie sauve, mais en dépit des promesses reçues, il fut décapité au mois d’août. Son fils Flavius Victor, proclamé auguste en 384 alors qu’il n’était encore qu’un enfant, demeurait alors à Trèves, où le magister peditum Arbogast fut envoyé vers la fin de la même année 388 pour le supprimer, sur ordre de Théodose : le petit garçon fut étranglé. On sait en revanche que sa femme (au nom inconnu) et au moins deux de ses filles furent épargnées. L’une d’entre-elles aurait épousé par la suite Ennodius, proconsul d’Afrique en 393 : leur petit-fils ne serait autre que l’empereur tardif Pétrone Maxime, qui régna seulement 77 jours avant d’être massacré en fuyant l’invasion vandale de Rome en 455. Un autre empereur éphémère de cette époque, Anicius Olybrius, serait lui aussi un descendant de Magnus Maximus par ses filles.

Le « Pilier d’Eliseg », au Pays de Galles (v. 850). Photo WikiCommons

Comme ses prédécesseurs, Magnus Maximus laissa une trace durable dans l’histoire et les légendes anglaises, bien sûr chez Geoffrey de Monmouth, mais aussi et surtout, ce qui le concerne, au Pays de Galles, où on le connaît sous le nom de Macsen Wledig ou Maxen Wledig (Maximus Empereur). Il apparaît dans les contes, et notamment le Breuddwyd Macsen Wledig (Rêve de l’empereur Maximus), comme le père fondateur des dynasties royales galloises. Une des filles de l’empereur, Flavia Severa, aurait fait souche au Pays de Galles et serait même devenue l’épouse d’un roi des Bretons nommé Vortigern : l’adversaire d’un certain jeune Arthur… C’est en tout cas ce que rapporter le « Pilier d’Eliseg », un monument érigé vers 850 par le roi gallois Cyngen ap Cadel en l’honneur de son grand-père Elisedd ap Gwylog et de ses ancêtres, en premier lieu « Britu autem filius Guarthigirn quem benedixit Germanus quemque peperit ei Sevira filia Maximi regis qui occidit regem Romanorum » (« Britu, fils de Vortigern, béni par Germanus et enfanté par Servira, fille du roi Maximus qui tua le roi des Romains »).

IV. Au cinquième siècle : Constantin III (407-411)

Au début du Ve siècle, la partie occidentale de l’Empire, de plus en plus en butte aux attaques des Barbares, est gouvernée par le faible empereur Flavius Honorius (384-423), l’un des fils de Théodose Ier , qui ne se maintint sur le trône que par le talent de ses généraux successifs et par de vastes concessions faites aux envahisseurs. Cette atmosphère favorisa l’émergence, à travers tous ses états, d’usurpateurs plus ou moins éphémères : une forme de record fut établie, puisqu’en trente ans de règne comme césar puis auguste, Honorius fut confronté à pas moins de neuf usurpations[3] !

Honorius, solidus, Constantinople, 408-420, or. Revers : Concordia Augustorum. Collection ND, Inv. 190

Situées aux confins de l’Empire, sur une ligne de front toujours active, les légions de Bretagne supportaient donc mal l’incurie du pouvoir impérial face à la menace barbare. Début 405, une horde barbare hétéroclite menée par le roi goth Radagaise et composée de Goths, de Vandales, d’Alamans et d’Alains, soit 20’000 combattants et leur famille (peut-être 100’000 personnes au total), perça le limes du Danube, entra en Italie du Nord, balaya les défenses de la vallée du Pô et atteint les Alpes afin de bifurquer vers la Toscane, où ils furent annihilés par le général Stilicon lors de la bataille de Faesulae (Fiesole), en août 405. Mais une partie de l’armée barbare entra en Gaule, faisant assez de dégâts pour déclencher la colère des officiers de haut rang.

L’alarme avait été chaude, tant pour les Gaules que pour l’Italie, et certains généraux britto-romains estimèrent la coupe pleine, d’autant que leurs troupes étaient de plus en plus difficilement payées par Rome. Un certain Marcus, sans doute l’un des principaux commandants militaires de la province (comes Britanniarum, comes litoris Saxonici ou dux Britanniarum), se proclama empereur dans le courant de l’été 406, mais ne fit pas de vieux os : il fut assassiné dès le mois d’octobre et aussitôt remplacé par un nommé Gratien. Selon l’historien Orose, ce dernier était un noble britto-romain, peut-être un curialis exerçant des responsabilités citadines. Le choix soudain d’un civil peut surprendre, mais rappelle l’usurpation d’Allectus à la suite de celle de Carausius. Mais on ne put juger des qualités du nouvel empereur. Le 31 décembre 406, selon le témoignage de saint Grégoire de Tours, une nouvelle invasion barbare eut lieu, sans doute sur le limes du Rhin, une armée de Vandales, Alains et Suèves franchissant le fleuve gelé à pied. Les envahisseurs se dirigèrent vers la Gaule du nord, notamment en direction de Boulogne, et, selon l’historien Zosime, beaucoup se mirent à craindre leur arrivée en Bretagne. Soit Gratien estima plus prudent de conserver ses propres armées sur le sol breton en position défensive, soit il fut jugé inapte à exercer le pouvoir dans ce contexte. Toujours est-il que ses soldats le tuèrent en février 407 et proclamèrent empereur leur général, Constantin. Aucun de ses deux éphémères souverains ne semble avoir eu le temps de frapper monnaie.

Constantin III, silique, Lyon, 408-409, argent 900 ‰. Source : CGB, brm_152974. Photo DR

Après ces deux personnages falots, Flavius Claudius Constantinus, soit Constantin III, apparut rapidement d’une autre trempe. Pour autant, on ne sait rien de ses origines et on peut, au mieux, le supposer l’un des commandants militaires de l’île (Orose en faisant même un simple soldat, ce qui semble quand même peu vraisemblable). Devant le danger barbare, il réagit vite et fort : mobilisant toutes les légions encore présentes en Bretagne, il franchit avec elles la Manche vers Bolonia. Le fait est crucial dans l’histoire anglaise, car jamais les légions romaines, présentes dans l’île depuis sa conquête par Claude, ne devaient revenir. Une page se tournait définitivement.

Les différentes phases de la fin de la Bretagne romaine (383-410). Carte WikiCommons

Avec l’appui des légions présentes en Gaule, Constantin parvint à juguler l’invasion barbare et à sécuriser le limes rhénan. Le danger, toutefois, venait également des troupes impériales d’Honorius et elle était tout aussi sérieuse, comme le montrèrent les premiers affrontements. L’avant-garde de Constantin, dirigée par les magistri militum Justinianus et Nebiogastes (un officier franc), se vit affliger près de Valence une cuisante défaite par le Goth Sarus, général d’Honorius. Constantin lui-même, assiégé dans Valence, se fit secouru par une autre de ses armées, commandée par les généraux d’origine franque Edobich et Gerontius. Sarus fut contraint de se lever le siège et de se replier vers l’Italie.

La « Porta Nigra » de Trèves, photographiée vers 1900. Photo WikiCommons

Resté maître des Gaules, Constantin installa d’abord sa capitale à Trèves, puis la déplaça à Arles en mai 408, laissant le Rhin sous la garde d’Edobich. A la même époque, il fit sortir son fils Constant du monastère où il séjournait et lui conféra le rang de César, nommant par ailleurs un certain Apollinaris (grand-père de l’écrivain Sidoine Apollinaire) comme préfet du prétoire. Mais Constantin craignait à juste titre une contre-attaque impériale, qui serait menée à la fois depuis l’Italie et depuis l’Hispanie (terre d’origine de la dynastie théodosienne). Décidant de frapper le premier, il envoya Gerontius vers l’Hispanie pour s’en emparer, ce qu’il parvint à faire sans peine, capturant deux des cousins d’Honorius, Didymus et Verinianus. Le 13 août, l’armée loyaliste, excédée, se révoltait à Ticinum (Pavie) et exécutait neuf jours plus tard son général en chef, Stilicon. La méfiance de la cour impériale poussa par ailleurs Sarus à faire défection. Honorius se trouva donc totalement démuni, lorsque Constantin entra en Italie : il fut obligé de reconnaître son rival comme co-empereur et de lui conférer le consulat à ses côtés pour l’année 409.

Mais ces combats entre Romains avaient permis à une nouvelle invasion barbare (encore une fois un amalgame de Vandales, d’Alains et de Suèves) de percer les défenses du Rhin et de traverser toute la Gaule pour finalement franchir les Pyrénées et s’installer en Espagne. Pour aider les troupes basées en Hispanie, Constant est envoyé par son père, mais une nouvelle retentit alors comme un coup de tonnerre : manifestement déçu par l’incapacité de son empereur à empêcher l’invasion barbare, Gerontius s’était révolté, portant à la pourpre l’un de ses parents, un certain Maximus. En 410, Constantin III dut donc affronter un nouveau front venant d’Hispanie, tandis que des pirates saxons attaquaient la Bretagne : la province laissée sans défense se souleva et expulsa les représentant impériaux… Après avoir tenté en vain d’entrer en Italie pour y détrôner Honorius, Constantin se retira en Gaule à la fin du printemps et se heurta aux armées de Gerontius venues sur ses talons : l’affrontement eut lieu près de Vienne en 411 et coûta la vie au jeune Constant, capturé et exécuté. Lâché de tous les côtés, l’empereur vit son nouveau préfet du prétoire, Decimus Rusticus, nommé l’année précédente, le trahir et favoriser l’émergence d’un nouvel usurpateur du côté du Rhin : Jovin.

Jovin, silique, Lyon, 411-413, argent 900 ‰. Rareté R2. Collection ND, Inv. 200

Assiégé par Gerontius dans Arles, Constantin vit arriver sous ses murailles une armée venue d’Italie sous les ordres de Constance (futur et éphémère empereur Constance III, qui régna de février à septembre 421), un nouveau général en chef d’Honorius. Chassant les troupes rebelles d’Hispanie, le dernier arrivant prit tout simplement leur place et continua le siège de la ville, bien décidé à mettre à bas Constantin. Celui-ci espérait encore que son fidèle Edobich pourrait le rejoindre depuis la Gaule du nord avec une armée de secours, mais ces renforts furent en définitive annihilés dans une embuscade. Ce dernier espoir disparu, il ne restait plus qu’à abdiquer et se rendre, avec la promesse d’avoir la vie sauve (tout en prenant la précaution de s’être fait donné le statut sacré de clerc par l’évêque Héros). Mais Constance, reprenant sa parole ou obéissant à l’ordre supérieur d’Honorius, fit décapiter l’ancien rebelle et son second fils Julien sur la route de Ravenne, en août ou septembre 411. La tête du supplicié, plantée sur une pique, fut présentée à l’empereur le 18 septembre, avant d’être envoyée à Carthage à titre d’exemple.

Constance III, solidus, Ravenne, 421. Vente CGN Triton V, 16 janvier 2002, n°2213, 24’000 US $. Photo DR

Après le départ définitif des légions romaines et la disparition de Constantin III, la Bretagne sortait pour toujours de l’emprise romaine : lorsque des cités écrivirent à Honorius en 410 pour demander de l’aide, l’empereur leur répondit de prendre en main leur propre défense et leur destin. Les « Ages sombres » (« Dark Ages ») commençaient, avec leur cortège de rois légendaires, héritiers pour beaucoup de la tradition britto-romaine. Parmi ces figures presque mythiques se distinguent le chef de guerre Ambrosius Aurelianus (actif entre 435 et 460 environ), un aristocrate autochtone et ancien officier. Les sources légendaires, dont Geoffrey de Monmouth, le présentent comme le prédécesseur d’un roi nommé Uther Pendragon, dont le fils devait connaître la célébrité sous le nom d’Arthur… Mais c’est une autre histoire, et elle ne se raconte plus à travers la numismatique !

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 21 décembre 2020

Alexandre Astier incarnant le roi Arthur dans la série à succès « Kaamelott ».

BIBLIOGRAPHIE 

  • John Casey, Carausius and Allectus: The British Usurpers, Londres, Batsford, 1994.
  • Xavier Loriot, « La carrière d’Allectus jusqu’à son élévation à la pourpre », dans Actes de la table ronde autour de l’œuvre d’André Chastagnol (Paris, 20-21 janvier 1989), Publications de l’École française de Rome, 1992, pp. 161-169 (à lire via ce lien).
  • Guy de La Bedoyère, « Carausius and the Marks RSR and INPCDA », dans The Numismatic Chronicle 158 (1998), pp.79-88 (à lire via ce lien).
  • Nicholas Higham, Rome, Britain and the Anglo-Saxons, Londres, B.A. Seaby, 1992.
  • Christopher A. Snyder, An Age of Tyrants : Britain and the Britons, A.D. 400-600, Pennsylvania State University Press, 1998.
  • Anthony R. Birley, The Roman Government of Britain, Oxford University Press, 2005.
  • E. King, « Fifth century silver coinage in the Western Roman Empire: the usurpations… », dans Mélanges de numismatique offerts à P. Bastien, Wetteren 1987, p. 290 sqq.
  • F. Drinkwater, « The Usurpers Constantine III (407-411) and Jovinus (411-413) », dans Britannia, Vol. 29 (1998), Society for the Promotion of Roman Studies, pp. 269-298.
  • Gérard Aubin et alii, Le trésor de Vaise à Lyon (Rhône), Lyon, Alpara, 1999 (téléchargeable en PDF inégral via ce lien).
  • Vincent Drost et François Planet, « Les témoignages numismatiques de la bataille de Lyon en 197 », dans De l’or pour les braves ! Soldes, armées et circulation monétaire dans le monde romain, numéro thématique de Scripta Antiqua, n° 69, Bordeaux, 2014, pp. 181-196.

NOTES

[1] A titre d’exemple, le trésor de 52’500 pièces mis au jour en 2010 à Frome, dans le Somerset, contenait 766 monnaies de Carausius, dont seulement 5 deniers d’argent. Notons au passage l’intérêt de ces trésors monétaires pour la connaissance de l’implantation romaine en Bretagne. La loi britannique permettant aux détectoristes de déclarer en toute quiétude leurs trouvailles dans le cadre du Portable Antiquities Scheme et d’être assurés d’une partie substantielle de leur découverte, les déclarations sont nombreuses. En témoigne cette carte des découvertes monétaires romaines réalisées et déclarées entre 1997 et 2010 : quel meilleur moyen d’établir de manière fiable les zones d’implantation réelle de la culture romaine en Bretagne ?

[2] Sur cette vente record, voir ces deux articles : https://www.barnebys.fr/blog/une-piece-trouvee-dans-un-champ-est-adjugee-620-000 et  https://www.bilan.ch/opinions/etienne-dumont/une-piece-dor-de-lempereur-allectus-se-vend-720-000-francs-a-londres

[3] Ces usurpateurs furent dans l’ordre : Gildon (397-398) ; Marcus (407) ; Gratien (407) ; Constantin III et son fils Constant (407-411) ; Jovin (411-413) ; Sebastianus (412-413) ; Héraclien (413) ; Priscus Attale (409-410 et 414-415) ; Maxime (409-411 et 420-422).

MONETA (19) : UN PROF DEVENU EMPEREUR

UN PROF DEVENU EMPEREUR

L’histoire d’aujourd’hui tourne autour d’une monnaie fort peu commune, une silique frappée pour un empereur ou plutôt un usurpateur gallo-romain peu connu : Eugenius. Reprenons donc l’histoire où nous l’avions laissé dans Moneta (6) : Valentinien II, un empereur marionnette. Le jeune souverain, dernier représentant de la lignée des Valentiniens, est donc retrouvé mort dans sa chambre du palais impérial de Vienne (Dauphiné) le 15 mai 392, apparemment suicidé par pendaison. A-t-il cédé au désespoir de sa position de fantoche ? Ou a-t-il été aidé à s’accrocher au lustre par les sbires de son commandant en chef, le général franc Arbogast ? Ce dernier avait été imposé en Gaule par l’empereur d’Orient, Théodose Ier, artisan de la restauration sur le trône du jeune Valentinien, chassé du pouvoir par un usurpateur pendant plusieurs années.

La cité antique de Vienne vue par le peintre Etienne Rey (1860)

Coupable ou non, Arbogast se retrouvait dans une position délicate, puisque sa mésentente avec son maître était de notoriété publique : l’évêque Ambroise de Milan, autorité morale de l’Empire d’Occident, était même sur la route de Vienne pour une tentative de conciliation quand la nouvelle funeste se répandit. La sœur du défunt, Galla, femme de Théodose Ier, cria au meurtre. Comme dans bien des cas comparables (pensons au général Ingenuus, confronté en 257 à la mort soudaine – et donc a priori suspecte – du jeune césar Valérien II dont il avait la charge), l’usurpation du pouvoir semblait le seul moyen pour Arbogast d’échapper à un châtiment. Mais ce « Barbare » franc ne pouvait prétendre à la pourpre : il lui fallait donc un homme de paille qui puisse assumer ce rôle avec une certaine crédibilité.

I. Un prof catapulté empereur

C’est ainsi qu’un certain Flavius Eugenius fut hissé à la pourpre le 22 août 392. Il s’agissait d’un homme de talent, très proche du général franc, mais au profil totalement différent. Loin d’être un homme de guerre, c’était un lettré, et même un professeur de rhétorique réputé de Vienne. Son éloquence et son érudition avaient été remarquées par le magister militum franc Richomer († 393) qui, loin d’être une brute illettrée, s’intéressa beaucoup aux belles-lettres et aux arts, correspondant avec le rhéteur Libanios, avec Symmaque ou avec saint Augustin. Il recommanda donc Eugenius à son neveu Arbogast, qui le nomma magister scrinii, faisant ainsi de lui le chef de l’administration impériale d’Occident.

Rare silique d’argent de l’usurpateur Flavius Eugenius, frappée à Trèves. Comme jadis Julien l’Apostat, il porte la barbe des philosophes et des lettrés païens, quoique sans doute chrétien lui-même. Rareté : R2. Collection ND

Cette usurpation fut plutôt bien reçue par les milieux dirigeants occidentaux, et notamment par le Sénat romain, dont certains membres, issus de vieilles familles aristocratiques païennes, envisagèrent avec bienveillance l’arrivée au pouvoir de ce chrétien cultivé et modéré, grand connaisseur des philosophes et auteurs païens, très disposé, enfin, à de nombreux arrangements en matière de foi pour se concilier des appuis (autant par conviction personnelle que par calcul politique). Eugenius obtint ainsi l’appui du puissant préfet du prétoire d’Italie, Nicomachus Flavianus le vieux, même si le sénateur Symmaque, plus légitimiste, demeura quelque peu emprunté face à cette usurpation. Nettoyant l’administration des hommes placés par Théodose Ier, le nouvel empereur nomma des sénateurs païens à des postes-clefs et annula certaines décisions symboliques prises par son prédécesseur en matière de religion : il restaura ainsi le temple de Vénus à Rome et surtout réinstalla au sein de la Curie l’Autel de la Victoire qu’avait fait enlever l’empereur Gratien en 382.

Silique d’argent de l’empereur Théodose Ier. Collection ND

Cette politique ne pouvait qu’incommoder Théodose Ier, qui voyait l’Empire romain d’Occident échapper de plus en plus à son contrôle. Pour autant, la confrontation ne fut pas immédiate. Prudent, Eugenius n’avait pas tenté d’entrer directement en Italie avec ses légions ; à l’automne 392, il envoya même une ambassade à Constantinople, afin d’obtenir sa reconnaissance officielle comme empereur romain d’Occident.

Revers du silique d’argent de l’usurpateur Eugenius, représentant la « Virtus Romanorum » (Vertu/Virilité des Romains). On y trouve la figuration de Rome trônant de face, tenant un globe nicéphore de la main droite et une haste renversée de la main gauche. Collection ND

On fit lanterner les envoyés avec de vagues promesses, afin de gagner un temps précieux en préparations militaires. Pour finir, en janvier 393, Théodose Ier marqua son rejet total de la main tendue d’Engenius en désignant son jeune fils Honorius (âgé de deux ans) comme auguste de l’Empire d’Occident. Conséquence logique de cette rupture des négociations, Eugenius entra en Italie dans les premières semaines de 393, accueilli avec une grande sympathie à Rome, où il rendit notamment aux sénateurs païens leurs biens confisqués.

II. La Bataille de la Rivière Froide, ou la fin du paganisme

Les préparatifs de l’Empire romain d’Orient prirent quelques mois : il fallait à la fois réunir des légions dispersées en Syrie, consolider le limes face aux Sassanides, assembler des nouvelles armées par la conscription et réorganiser le commandement en chef, déstabilisé par la mort du général Richomer à la même époque. La charge de magister utriusque militiæ revint au Vandale Stilicon (v. 360-408) qui quitta Constantinople avec l’empereur en mai 394, à la tête des légions augmentées de l’apport de troupes barbares mercenaires (dont 20’000 Wisigoths et des contingents de Huns).

Diptyque du général Stilicon, représenté aux côtés de sa femme Serena (nièce de l’empereur Théodose) et de leur fils Eucherius (v. 395). Trésor de la cathédrale de Monza. DR

Arbogast, de son côté, avait d’abord dû s’assurer de la tranquilité du limes rhénan au moyen d’accords de paix conclus avec les Francs et les Alamans, toujours prêts à envahir les Gaules. Fort de l’expérience acquise durant ses campagnes contre Magnus Maximus, il avait ensuite choisi de maintenir la cohésion de ces troupes en les regroupant, sans les émietter dans la défense de chaque col des Alpes orientales. Les légions gallo-romaines, appuyées de mercenaires goths, se positionnent donc non loin d’Aquilée, près de l’actuelle ville slovène de Vipava, située sur le cours du Frigidus (la rivière Froide, aujourd’hui rivière Vipava/Vipacco, un affluent du fleuve Soča/Isonzo, sur la frontière italo-slovène).

Le lieu précis de la bataille n’est pas connue, mais on estime sa position dans les environs des actuels villages de Vrhpolje, Duplje et Zemono, dont voici une vue d’ensemble. Cliché Johann Jaritz

Le 5 septembre 394, attaquant de front sans reconnaissance préalable ni du terrain, ni des forces en présence, Théodose Ier envoya en première ligne ses troupes wisigoths qui souffrirent des pertes élevées. A la fin de la première journée, Eugenius et Arbogast pouvaient se considérer comme vainqueurs, l’ordre étant donné de refermer la nasse sur les armées orientales en bloquant les cols sur leurs arrières. Mais les troupes chargées de cette mission, placées sous le commandement du général franc Arbitio, firent soudain défection et rallièrent Théodose Ier. A cette nouvelle, le préfet du prétoire Nicomaque Flavien se suicida, comprenant que la bataille ne pouvait dès lors qu’être perdue. De fait, soutenues par un vent violent venant de l’est (et dans lequel on vit une intervention divine) qui jeta une poussière aveuglante dans les yeux de leurs adversaires, les armées orientales lancèrent le 6 septembre une contre-attaque décisive, débandant et écrasant l’ennemi. Capturé et amené devant l’empereur, Eugenius aurait imploré sa clémence en vain, en dépit de ses talents oratoires : l’usurpateur gallo-romain fut décapité sur le champ de bataille. Quant à Arbogast, il s’échappa, tentant de prendre la fuite à travers les montagnes : traqué, encerclé, il finit par se suicider quelques jours plus tard.

Représentation de la bataille de la Rivière Froide (dans « Die Ehre dess Hertzogthums Crain » par Johann Weichard von Valvasor, 1689). DR

Cette bataille de la Rivière Froide et la chute de l’empereur Eugenius eurent des conséquences importantes pour l’histoire occidentale. Repassant sous le sceptre unique de Théodose Ier, l’Empire romain connaissait sa dernière période d’unité totale, pour quelques mois seulement, jusqu’à la mort de l’empereur victorieux en janvier 395. L’Empire devait ensuite être partager entre ces deux fils, Honorius et Arcadius.

Solidus d’or de l’empereur Honorius. Collection ND
Solidus d’or à l’effigie d’Arcadius, premier empereur byzantin. Collection ND

Cet affrontement marqua également la fin du paganisme politique et le triomphe du christianisme : après cette débâcle, les familles sénatoriales et l’aristocratie romaine encore païennes durent se soumettre et se convertirent peu à peu. Une page de l’histoire de Rome était ainsi définitivement tournée.

Nicolas Ducimetière
Douvaine, 20 avril 2018


Illustration d’en-tête : le pont Tabor sur la rivière Vipava (anciennement rivière Frigidus), dans la ville du même nom en Slovénie. Cliché Johann Jaritz

MONETA (6) : VALENTINIEN II, UN EMPEREUR MARIONNETTE

VALENTINIEN II, UN EMPEREUR MARIONNETTE

Valentinien II silique recto

Et voilà que m’arrive d’Angleterre une magnifique silique d’argent de Valentinien II, avec un très beau et fin portrait de ce souverain méconnu ! Officiellement, Flavius Valentinianus (371-392) demeura sur le trône impérial d’Occident entre 375 et 392. Belle longévité, me dira-t-on, en ces périodes de grande consommation de souverains ! Ces dix-sept ans de règne nominal cachent en réalité une histoire assez poignante, celle d’un enfant-roi manipulé tout au long de sa courte existence, à la fois marionnette et cible dans des jeux de puissants. Examinons ce règne comme une tragédie classique en cinq actes.

ACTE I : LA MERE. Valentinien II avait seulement quatre ans lorsque son père Valentinien, premier du nom et créateur de la dynastie, mourut d’un solide coup de sang, ayant été fort énervé par les malencontreuses paroles d’un ambassadeur quade venu présenter la soumission de son peuple. Nous étions en novembre 375 et Gratien, le fils aîné de l’empereur (né d’un premier lit), était bien loin (à Trèves). Les absents ayant toujours tort, les légions du Danube proclamèrent le rejeton impérial qu’ils avaient sous la main – une décision fortement stimulée, d’ailleurs, par la mère du bambin, Justine, qui était la seconde épouse de Valentinien Ier. Elle possédait toutefois une ascendance impériale (on la pense petite-nièce de Constantin Ier le Grand) et elle avait été mariée, en premières noces, à l’usurpateur Magnence (qui avait pourtant mal fini). En influençant le choix des légions, cette impératrice à poigne voulait garantir les intérêts de son fils face à l’héritier légitime, Gratien. Heureusement, ce dernier était bonne pâte et ne nuisit en rien à son jeune demi-frère. Il accepta même une partition de l’Empire d’Occident : lui garderait les Gaules, la (Grande-)Bretagne et l’Espagne ; Valentinien (enfin sa mère) aurait le contrôle de l’Italie, de l’Illyrie et de l’Afrique du nord.

ACTE II : L’USURPATEUR. En 383, Gratien fut détrôné et tué par un usurpateur venu de (Grande-)Bretagne, le général Magnus Maximus, qui prit la pourpre et se fit plus ou moins reconnaître par l’empereur d’Orient, Théodose. Justine parvint à maintenir un statu quo, mais sa foi arienne fut la cause d’un début de guerre de religion en Italie (le « Conflit des basiliques »). Menés par (saint) Ambroise, évêque de Milan, les chrétiens catholiques en appelèrent à Maximus qui, prétextant de les défendre, envahit l’Italie en 387.

Silique de l’usurpateur Magnus Maximus. Collection ND

Valentinien et sa mère furent obligés de fuir leur capitale de Milan pour se réfugier à Constantinople auprès de Théodose. Comme ce dernier devait son trône à la dynastie valentinienne, on le pria d’intervenir contre l’usurpateur. Théodose accepta, mais à la condition que les deux réfugiés abjurent l’arianisme. Ce préalable accompli, il tint sa promesse et lança toutes les forces armées de l’Empire d’Orient contre l’Italie. Après une mémorable raclée reçue près de la rivière Save au printemps 388, Maximus fut assiégé dans Aquilée, fait prisonnier et décapité au mois d’août suivant. Son fils Flavius Victor, proclamé auguste en 384 alors qu’il n’était encore qu’un enfant, demeurait alors à Trèves, où le magister peditum Arbogast fut envoyé vers la fin de la même année 388 pour le supprimer, sur ordre de Théodose.

Silique poids réduit de Flavius Victor, une monnaie fort rare. Collection ND

ACTE III : LE BARBARE. Justine a-t-elle vu la victoire finale et son fils rétabli sur le trône d’Occident ? Ce n’est pas certain, car elle mourut cette même année. La régente disparue, il fallait un tuteur au jeune empereur. Le choix revenait au vainqueur du jour, Théodose, qui imposa aux côtés de Valentinien un de ses propres généraux barbares, le Franc Arbogast. Mais au lieu de jouer son rôle de protecteur et de mentor, le « magister militum » se mua bientôt en geôlier, maintenant le jeune souverain confiné dans le palais impérial de Vienne (cité gauloise promue capitale de l’Empire d’Occident).

Vienne antique vue par le peintre Etienne Rey (1860). DR

Les proches de l’empereur tentèrent bien de briser ce joug, mais en vain : Arbogast tua même de sa propre épée le meilleur ami de Valentinien, Harmonius, sur les marches du trône impérial. La crise atteignit son paroxysme, lorsque Valentinien voulut prendre la tête des légions des Gaules pour se rendre en Italie. Devant le refus insolent d’Arbogast, Valentinien tenta enfin de relever la tête, par un coup de force audacieux. En pleine audience publique, devant toute la Cour, il destitua officiellement le général rebelle de son commandement. Bien tenté, mais raté. Sans se démonter, le Franc aurait jeté un coup d’œil méprisant sur le décret, avant de le froisser et de balancer la boulette de parchemin au pied du trône, proclamant que personne n’avait plus le pouvoir de le limoger. Devant cet affront, le jeune souverain furieux aurait tiré son glaive pour frapper le séditieux, mais ses gardes du corps (mais étaient-ils encore bien à son service ?) l’en empêchèrent. Tout à sa rage, Valentinien écrivit dans la foulée à l’empereur Théodose et à l’évêque Ambroise pour se plaindre et réclamer leur soutien. Ambroise prit sur le champ la route de Vienne, mais il était déjà trop tard pour l’empereur.

Vienne antique vue par les archéologues modernes. DR

 ACTE IV : LA FIN. Le 15 mai 392, les serviteurs de l’empereur retrouvèrent leur maître mort, pendu dans sa chambre du palais de Vienne. Il avait 21 ans. Selon Arbogast, bien entendu, l’empereur aurait fait une petite déprime qui se serait tragiquement conclue sur un suicide : ces jeunes gens sont si fragiles… Certains auteurs antiques acceptèrent cette version accommodante. Pour d’autres, il s’agissait en revanche d’un crime politique : les hommes de main d’Arbogast auraient étouffé l’empereur sous un oreiller, avant de le suspendre au plafond comme un vulgaire lustre. Escorté par ses sœurs Justa et Grata, le corps du défunt fut convoyé jusqu’à la nécropole familiale (sise dans l’église Saint-Laurent de Milan) et déposé dans un sarcophage de porphyre, juste à côté du tombeau de son demi-frère Gratien. Avec ce jeune homme s’éteignait la dynastie des Valentiniens.

ACTE V : ÉPILOGUE. Comment se déroula la succession ? Demeuré seul empereur, Théodose désigna son fils Arcadius pour occuper le trône d’Occident. Arbogast accepta tout d’abord cette nomination, avant de se dire que, finalement, le pouvoir était trop doux à exercer. Un Barbare ne pouvant porter la pourpre, il se choisit un homme de paille, un haut fonctionnaire impérial et professeur de rhétorique à Vienne, Eugenius, dont il fit un empereur. Cela déboucha bien sûr sur un nouveau conflit, mais nous aurons l’occasion d’y revenir (surtout quand j’aurai pu me procurer une silique d’Eugène, une monnaie diantrement rare, recherchée et chère, misère…).

Valentinien II silique
Valentinien II, silique d’argent, Aquilée, . Collection ND

MONETA (1) : L’EMPEREUR QUI MOURUT D’UN ACCIDENT DOMESTIQUE…

L’EMPEREUR QUI MOURUT D’UN ACCIDENT DOMESTIQUE…

Jovien_silique_ttb_antioche_avers

Voilà, le temps des frimas et des feux de cheminée revient ! Le présent billet vous rappelera, par un cas d’école, l’importance du ramonage…

26 juin 363, bataille de Ctésiphon (Mésopotamie). Durant la retraite de son armée battue par les Perses, l’empereur Julien (dit l’Apostat) est mortellement frappé par une lance. Selon l’histoire (chrétien) Théodoret de Cyr, le dernier souverain païen romain aurait expiré en lançant vers le ciel, à l’adresse du Christ : « Vicisti, Galilaee » (« Tu as vaincu, Galiléen ! »). Avec lui s’éteint le dernier descendant des Constantiniens (il était neveu de Constantin Ier).

Au début de la campagne, c’est un lointain cousin maternel de Julien, un nommé Procope, qui avait été désigné comme potentiel successeur. On lui avait confié l’aile gauche des armées, mais il était resté bien loin des combats, à l’abri en Arménie, pendant que son cousin se faisait tailler des croupières par les Perses. Les légionnaires crient donc au complot et à la trahison. Par ailleurs, ce prétendant est loin et le Sénat encore plus. Alors, comme il est déjà advenu par le passé, ce sont les légions qui choisissent le nouvel empereur. La pourpre échoit ainsi au général Flavius Jovianus (Jovien en français), un Illyrien de 31 ans, natif de l’actuelle Belgrade et qui s’était hissé au rang de commandant de la Garde impériale (« comes domesticorum »).

Conscient de l’importance de revenir au plus vite à Constantinople afin de prendre les rênes de l’Empire, Jovien doit bâcler un traité plutôt humiliant avec Shapur II, le Roi des Rois perse (dont la victoire et les troupes étaient pourtant assez minces). En gros, Rome perd toutes ses provinces mésopotamiennes, ainsi que d’importantes forteresses frontalières : c’est tout le « limes » oriental qui est dégarni et rendu vulnérable. La décision est certes un acte de « real-politk », mais ça grogne ferme parmi les légionnaires, furieux de voir leurs camarades tombés pour rien. Pour autant, Jovien se montre vite un fin politique et un bon gestionnaire. Il parvient tout d’abord à éviter une guerre civile en obtenant la soumission de Procope. Puis, étant lui-même chrétien, il restaure la paix religieuse, en promulgant un édit de tolérance (notion toute relative, car il donne en même temps l’ordre d’incendier la bibliothèque d’Antioche, qui comportait trop de textes païens à ses yeux !). Enfin, voulant assurer les débuts d’une nouvelle dynastie, il associe au pouvoir son fils aîné Varronianus (âgé d’une dizaine d’années), en le faisant consul au début de l’année 364.

Tout semble donc bien parti, mais pas pour longtemps. Le 16 février 364 au soir, sur la route de Constantinople, Jovien et son cortège s’arrêtent dans un bled nommé Dadastana (Drépane), quelque part entre l’actuelle Ankara et Nicée. Ca caille, l’hiver, en Bythinie. On installe l’empereur fatigué dans une auberge de rencontre, plutôt glaciale et dont les murs plâtrés de neuf sentent encore la chaux. Un bon lit, une fourrure ou deux, un feu, et dodo. Le 17 février au matin, quand ses serviteurs viennent le réveiller, l’empereur Jovien, après seulement huit mois de règne, est mort, asphyxié. Le brasero de fortune placé dans la chambre bien calfeutrée a charbonné et saturé la pièce de monoxyde de carbone… « Regnabo, regno, regnavi ».

Conclusion : même si vous n’êtes ni empereur, ni Zola, ramonez votre cheminée et méfiez-vous des monoxydes !

Nicolas Ducimetière


Illustration d’en-tête : le Colosse de Barletta, dans les Pouilles. On a longtemps pensé que cette statue de 5 mètres de haut représentait Jovien, mais il semble plutôt s’agir de Flavius Honorius.