Archives par mot-clé : Reliure aux armes

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (21) : UN NOUVEAU « SOLEIL » DE LA REINE MARGOT

UN NOUVEAU « SOLEIL » DE LA REINE MARGOT

En une époque où la légitime parité des sexes dans les fonctions et les professions trouve peu à peu sa concrétisation, il faut bien le reconnaître : la bibliophilie fut et (probablement) demeure un domaine essentiellement masculin. Les raisons en sont en partie évidentes, l’éducation lettrée ayant longtemps été réservée aux garçons. Au mieux acceptait-on d’éduquer les fillettes, mais sans qu’elles se départissent de leur « modestie naturelle », ce que Molière met en scène dans ses Femmes savantes : « Je consens qu’une femme ait des clartés de tout, / Mais je ne lui veux point la passion choquante / De se rendre savante afin d’être savante ; / Et j’aime que souvent aux questions qu’on fait, / Elle sache ignorer les choses qu’elle sait ; / De son étude enfin je veux qu’elle se cache, / Et qu’elle ait du savoir sans vouloir qu’on le sache, / Sans citer les auteurs, sans dire de grands mots, / Et clouer de l’esprit à ses moindres propos »[1]… Bref, sois savante si tu veux, mais tais-toi… L’une des plus précoces études sur la bibliophilie féminine a vu le jour en 1886 sous la plume d’Ernest Quentin-Bauchart, auteur des Femmes bibliophiles de France (XVIe, XVIIe & XVIIIe siècles) (Paris, Librairie Damascène Morgand, deux tomes). L’ouvrage déclencha des sarcasmes d’une rare misogynie dans le landernau des bibliophiles, notamment de la part d’Octave Uzanne[2]. Quentin-Bauchart lui-même posait certaines limites à son sujet : « Beaucoup de grandes dames ont eu des livres aux siècles passés, mais presque toutes en ignoraient le contenu et le titre de bibliophile ne leur est guère applicable. Le livre acquis, relié et rangé avec plus ou moins de méthode dans une armoire luxueuse, l’effet produit et elles s’en tenaient là ». Il y a pourtant eu quelques brillantes exceptions, principalement – disons-le d’emblée – dans des milieux fortunés et/ou aristocratiques, sinon princiers ou royaux.

C’est à l’une de ces grandes bibliophiles du temps jadis que je veux rendre hommage aujourd’hui, en évoquant l’un des rares livres de sa bibliothèque à avoir survécu. Fille et sœur de rois, reine de Navarre, puis de France, cette princesse, la dernière de sa lignée, a conjugué le charme et l’érudition, tout en navigant de son mieux dans l’une des époques les plus troublées de l’Histoire de France. Elle avait pour nom Marguerite de Valois (1553-1615), mais on la connait mieux, surtout depuis Dumas, sous l’appellation de « Reine Margot ».

I. Une reine amoureuse des arts et des lettres

Septième enfant d’Henri II et de Catherine de Médicis, la princesse Marguerite de Valois n’avait que six ans lorsque son père fut mortellement blessé lors d’un tournoi de parade. Son aîné François II étant monté sur le trône (pour peu de temps) et ses soeurs étant déjà mariées, elle fut élevée avec ses frères, notamment les futurs Charles IX et Henri III.

La famille royale vers 1561 : Catherine de Médicis, reine-douairière en deuil, est entourée de ses enfants, Charles IX, Henri duc d’Anjou (futur Henri III), François-Hercule duc d’Alençon et Marguerite. Atelier de Clouet.

Jouant avec eux dans une « bergerie » (pièce pastorale) mise en vers par Ronsard, elle interprétait le personnage de Margot : ses frères l’appelèrent ainsi par la suite, le surnom lui resta. Elle reçut une excellente éducation (ce qui n’était pas le plus courant, non seulement pour les princesses, mais également pour bien des petits princes d’Europe), Catherine de Médicis ayant un intérêt réel (et bien compris) pour l’éducation.

La princesse Marguerite de Valois vers 1560. Atelier de Clouet.

Devenue une jeune fille d’une grande beauté (comme en témoigna Brantôme), elle eut un béguin pour le jeune Henri de Lorraine-Guise (le futur « Balafré »), mais cet amour fut interdit par raison d’Etat. C’est finalement à Henri de Bourbon, roi de Navarre (et futur Henri IV), qu’elle est mariée en 1572 : ces « noces vermeilles » se clôturèrent sur le massacre de la Saint-Barthélemy. Les rapports de la princesse avec son mari furent ambivalents : les époux ne s’aimaient pas, mais ils tentaient de trouver des intérêts communs.

La princesse Marguerite de Valois vers 1572, à l’époque de son mariage. Atelier de Clouet.

Après la fuite de son mari hors de la Cour en 1575, Marguerite, qui soutient par ailleurs les intrigues de son frère cadet le duc d’Alençon (Conjuration des Malcontents), s’attira de plus en plus la haine d’Henri III. Rejoignant enfin son époux à Nérac à partir de 1577, elle y entretint une petite cour extrêmement brillante durant une pause des Guerres de religion. On y discourait du néoplatonisme et de l’amour platonique (alors que les Protestants les plus endurcis dénonçaient de prétendues débauches) ; on y croisait Saluste du Bartas ou Montaigne. Ce fut, comme le raconta Sully, « un temps douce et plaisante ; car on n’y parlait que d’amour, et des plaisirs et passe-temps qui en dépendent ».

Marguerite de Valois et Henri de Navarre dans les années 1570. Livre d’heures de Catherine de Médicis.

La reprise des conflits (qu’on attribue à Marguerite, la septième Guerre de religion portant même le nom de « Guerre des Amoureux »), le refroidissement des relations avec son époux poussèrent la reine de Navarre à rejoindre Paris où elle ne trouva pas meilleur accueil. En 1583, son frère Henri III la chassa de la Cour et finit par l’enfermer au château d’Usson, perdu au cœur de l’Auvergne. « Plus je vais en avant, plus je ressens et reconnais l’ignominie que cette misérable nous fait. Le mieux que Dieu fera pour elle et pour nous, c’est de la prendre », écrivait le roi, un avis partagé par son mère Catherine de Médicis. Dans cette retraite, « parmy les déserts, rochers et montagnes d’Auvergne » (Brantôme), elle lit beaucoup, commençant aussi la rédaction de ses Mémoires.

Marguerite de Valois, « Mémoires », « Jouxte la copie, à Paris », s.n., 1658 (Inv. 11). L’édition originale de ces « Mémoires » (pour une fois authentiques) parut en 1628. Qualifiée de rare par Nodier, cette édition sort des presses bruxelloises de Foppens (qui donna une émission avec son nom au titre).

Après la mort de sa mère et l’assassinat de son royal frère, Marguerite redevint intéressante pour son mari devenu Henri IV. Il voulait annuler leur mariage (la stérilité évidente de Marguerite fournissait un argument solide) et devait par ailleurs consolider son trône en s’assurant le soutien de la dernière des Valois. Avec l’accord de Marguerite (qui obtint de conserver son rang royal, en plus d’un joli pactole sonnant et trébuchant), le mariage fut finalement annulé en 1599, un an après la conclusion de l’Edit de Nantes : la phase de reconstruction du royaume et d’installation de la nouvelle dynastie des Bourbon s’acheva avec le remariage du roi avec Marie de Médicis l’année suivante.

Marguerite de Valois en 1610. Détail du « Couronnement de Marie de Médicis » par Rubens.

C’est finalement en 1605, après près de vingt ans d’exil en Auvergne, que la reine put revenir à Paris, s’installant dans un grand palais sur les quais de Seine, en face du Louvre. Devenue obèse, la dernière des Valois mena une vie brillante durant ses dernières années, faisant de son palais un foyer intellectuel des plus actifs.

II. La bibliothèque d’une véritable amoureuse des livres

Il convient tout d’abord de dresser le portrait intellectuel de Marguerite de Valois, qui fut, sinon une absolue érudite, du moins une véritable « honnête femme ». Ainsi en témoignait le bio-bibliographe La Croix du Maine en 1585 : « Pour revenir à parler de la très-illustre Royne de Navarre, j’oserai assurer (sans que les faveurs et bienfaits que j’ai reçus de Sa Majesté, soient causes de me le faire ainsi laisser par écrits), qu’elle est ornée d’un tel et si divin esprit, et qu’elle est si docte et tant éloquente, qu’elle ne le cède en rien, mais surpasse toutes celles qui sont en réputation d’être bien nourries aux Lettres ; et ce qui est le plus à admirer en ceci, c’est qu’elle a plus de science née avec elle, que par acquisition ou industrie »[3].

Brantôme se montra également admiratif devant l’érudition de la reine, mais aussi devant ses talents littéraires : « elle sçait bien parler, elle sçait autant bien escripre ». Il juge ses lettres familières du niveau de la correspondance de Cicéron : « qui en pourroit faire ung recueil, et d’elles et de ses discours, ce seroit autant d’escolle et d’apprentissage pour tout le monde ». Cette haute culture s’exprima en plusieurs occasions officielles, notamment lorsqu’elle fit réponse, en septembre 1573, à l’évêque de Cracovie, chef de la délégation polonaise venue proposer à Henri de Valois la couronne de ce royaume. Après la harangue latine du prélat, « la Reyne [de Navarre] luy respondist [en français] si pertinemment, et si eloquemment, sans s’ayder d’aucun truchement, ayant fort bien entendu et compris son harangue, que tous en entrarent en si grande admiration, que d’une voix ils l’appellarent une seconde Minerve ou deesse d’eloquence » (Brantôme). En septembre 1578, c’est devant les membres des Etats de Bordeaux que s’exprime la reine, répondant « si elloquemment, si sagement et si promptement, et aveq telle grace et majesté, mesmes à ung chacun, par un tel changement de parolles, que je vis le soir ledict premier President, qui me vint dire, et à d’autres, en la Chambre de la Reyne, qu’il n’avoist jamais ouy mieux dire en sa vie quiconques fust » (Brantôme). Cette remarquable latiniste participa aussi aux séances de l’Académie du Palais (réunion d’érudits mise en place par son frère Henri III dès 1576) et fréquentait le « salon vert » de l’érudite Catherine de Clermont-Dampierre (la maréchale de Retz)[4].

Rien d’étonnant, dès lors, qu’elle ait mis un point d’honneur à monter une belle bibliothèque, comme le souligna Brantôme : « elle estoit fort curieuse de recouvrer tous les beaux livres nouveaux qui se composoient tant en lettres sainctes qu’humaines », pratiquant l’étude « jusqu’à en perdre le manger et le dormir ». Son exil auvergnat renforça encore, selon ses propres dires, sa fréquentation des livres : « ayant passé le temps de ma captivité au plaisir de la lecture, où je commençay lors à me plaire ; n’ayant cette obligation à la fortune, mais plustost à la providence divine, qui dès lors commença à me produire un si bon remede pour le soulagement des ennuis qui m’estoient preparez à l’advenir »[5].

Mais que reste-t-il de cette bibliothèque, ou plutôt, très probablement, de ces bibliothèques ? Car la princesse, puis reine en eut sans doute plusieurs tout au long de sa vie, d’abord au Louvre, puis à Nérac, ensuite en Auvergne, pour finir dans son palais parisien. Mais nous ne possédons en vérité qu’une vision tardive et partielle des livres de Marguerite, à travers deux inventaires, l’un réalisé de son vivant en 1608 (probablement au moment du déménagement des livres dans l’hôtel de la rue de Seine), l’autre dressé le 27 mars 1615, après son décès[6].

Le palais de la reine Marguerite sur les quais de Seine. Détail du plan de Paris par Mérian (1615).

Rédigé en vue de la vente aux enchères de cette bibliothèque, l’inventaire de 1615 énumérait 281 entrées, montrant une grande variété de livres, d’auteurs grecs, latins, français, italiens et espagnols (les auteurs antiques ou étrangers étant le plus souvent en traduction française)[7]. Chose assez exceptionnelle, cette liste indiquait de manière relativement précise la manière dont les volumes étaient reliés.

La question des reliures Marguerite fut en effet longue à démêler. Quentin-Bauchart, dans son travail fondateur, avait malheureusement pris une direction totalement erronée, identifiant les livres de provenance Marguerite comme étant ces volumes richement ornés de semis de fleurs qui apparaissaient alors sur le marché : il en dénombra ainsi soixante-douze. Mais en 1935, dans sa magistrale étude Les Reliures à la fanfare, Geoffrey D. Hobson parvint à identifier ces reliures portant un écu chargé de trois fleurs de lys sur une bande cintrée comme étant celles de la bibliothèque de Pietro Duodo, ambassadeur de Venise à Paris : ce style de reliure gagna au passage le nom de « reliure “à la Duodo” ». Par la même occasion, mettant à profit des mentions d’achat portées en 1615 dans deux ouvrages conservés à la Bibliothèque de Pau et à la Pierpont Morgan Library de New York, il parvint à établir que les livres de la reine Margot arboraient en réalité un décor « au soleil à visage », agrémenté de coquilles, motifs déclinés par plusieurs fers en fonction du format des volumes. Les indications de l’inventaire de 1615 laissent penser que la majeure partie des ouvrages les plus précieux, recouverts de maroquin (82 titres, contre 60 en vélin parfois doré, 42 en veau, 52 en parchemin, un en velours, etc.), présentait ce même décor. Un livre de comptes, relié en vélin doré, est même décrit de manière minutieuse comme ayant « au millieu une esquiere [une pièce], ung soleil dedans, coquilles aux coings et fillets dor ». D’autres décors émergèrent par ailleurs, en premier lieu un impressionnant « soleil à l’œil » (un soleil « cyclope » en somme) radiant, réservé aux quartos et folios, sans compter quelques reliures au décor disparate (surtout des exemplaires ou manuscrits de présentation).

Aux neuf volumes recensés par Hobson (pour tous les types de reliure) se sont ajoutés, au fil des découvertes en bibliothèques publiques ou des ventes aux enchères, quelques nouveaux volumes « au soleil à visage ». En juillet 2016, dans un très bon article publié sur le « Blog du Bibliophile », Philippe M. livrait un nouveau recensement des exemplaires connus, portant leur nombre à vingt-trois, dont dix à reliures de décors variés, quatre avec le « soleil cyclope » et dix avec le « soleil au visage ». Voici le détail de ces derniers, rangés par ordre chronologique de parution :

  • Philibert de L’Orme, Le premier tome de l’Architecture, Paris, F. Morel, 1568, in-folio, maroquin rouge (coll. priv.) ;

  • Claude Guichard, Funerailles et diverses manieres d’ensevelir des Romains, Grecs et autres nations, Lyon, J. de Tournes, 1581, in-4, maroquin rouge (Paris, Librairie Belin, 1912)
  • Antonio de Torquemada, Hexameron, ou six jours contenans plusieurs doctes discours, Paris, P. Brachonier, 1583, in-16, maroquin rouge (Tours, BM) ;

  • Louis de Grenade, Prédications, Paris, 1584, in-4, maroquin rouge (Oxford, Bibliotheca Bodleiana) ;
  • Lancelot du Voisin, seigneur de La Popelinière, L’Amiral de France, Paris, Thomas Perier, 1584, in-4, maroquin brun (New York, Pierpont Morgan Library) ;
  • Jean-Aimé de Chavigny, La première face du Janus françois, Lyon, 1594, in-4, maroquin brun (Paris, Bibliothèque de l’Arsenal) ;

  • Dante, La Comédie…, Paris, Jehan Gesselin, 1597, in-12, maroquin havane (3e volume seul [Paradis], vente Binoche, Paris, nov. 2011) ;

  • Jean Liébault, Trois livres appartenans aux infirmités et maladies des femmes, Lyon, Jean Veyrat, 1597, in-8, maroquin brun (vente Alde, Paris, nov. 2015) ;

  • Platon, La République, Paris, Fédéric Morel, 1600, in-folio, maroquin rouge (Paris, Bibliothèque de la Sorbonne) ;

Quelques mois plus tard, le même passionné mentionnait dans un addendum avoir repéré un nouvel exemplaire grâce aux archives d’un site de libraire parisien : c’était bel et bien un onzième exemplaire « au soleil à visage » … et le voici.

III. Un vingt-quatrième « Marguerite » : le Xénophon de la reine

 Bien qu’ayant bénéficié d’une mise en avant sur un stand du Salon international du livre ancien de Paris, au Grand-Palais, au printemps 2009, l’exemplaire n’avait pas trouvé preneur. Il faut dire que l’exemplaire, complet mais avec une reliure lourdement restaurée et marquée de bien des vicissitudes[8], ne pouvait a priori être qualifié de séduisant, d’autant plus que la notice descriptive évoquait vaguement, sur la foi des fers, « une illustre provenance non identifiée ». Pas de quoi se relever la nuit, en somme ! A l’automne 2010, le libraire, déçu de la mévente de l’ouvrage, remit l’exemplaire en circulation à un prix nettement plus abordable (au dixième de la somme d’abord demandée, en fait) sur un site bien connu de ventes aux enchères. En découvrant l’annonce et la photo de la reliure, quel coup au coeur ! Après quelques jours d’anxiété, l’ouvrage me revint finalement à un prix modeste. Sauvée du caniveau (ou peu s’en faut), cette relique reliée en maroquin rouge aux emblèmes de la reine Marguerite prit place peu après sur mes rayons.

Xénophon, « Cyropédie » (Lyon, De Tournes, 1555). Exemplaire de la reine Marguerite de Valois, dans une reliure de maroquin rouge à ses emblèmes. (Inv. 1150).

Venons-en au texte sous la reliure. Ecrite aux environs de 370 av. J.-C., la Cyropédie du général et homme d’Etat athénien Xénophon (v. 430-v. 355 av. J.-C.) est une biographie, déclarée par l’auteur lui-même comme étant « en partie fictive », du souverain perse Cyrus II le Grand (qui régna entre 559 et 530 av. J.-C.). Devenu en latin Cyropaedia, le titre grec original était Κύρου παιδεία / Kúrou paideía, autrement dit « L’Éducation de Cyrus ». Le texte, en effet, appartenait au genre des « miroirs des princes » édifiants, censés apporter un modèle d’éducation idéal, en premier lieu pour les gouvernants. Selon Aulu-Gelle, qui en parle dans ses Nuits Attiques, Xénophon aurait écrit cet ouvrage en réaction aux premiers livres de la République de Platon. Durant toute l’Antiquité gréco-latine, la Cyropédie fut considérée comme une référence pour envisager « l’éducation du dirigeant idéal, entrainé pour gouverner ses sujets admiratifs et consentants comme un despote bienveillant ». Le texte survécut aux Âges sombres et demeura en faveur au fil des siècles, lu aussi bien durant le Moyen Age (à travers des traductions latines) que durant la Renaissance: il influença notamment  Machiavel.

Rien d’étonnant donc que la Cyropédie ait reçu les honneurs précoces de l’impression : son édition princeps (latine) vit le jour à Rome dès 1474. Il fallut en revanche attendre le milieu du XVIe siècle pour qu’une traduction française voit le jour. Son auteur était une personnalité haute en couleurs et fort attachante : Jacques de Vintimille (v. 1512-1582) (dont je publierai une biographie dans le dernier tome du Dictionnaire biographique des poètes français de la seconde moitié du XVIe siècle mené aux côtés de Jean Paul Barbier-Mueller). Descendant des marquis d’Ivrée (brièvement rois d’Italie au Xe siècle), mais aussi des empereurs byzantins de la dynastie Paléologue, Jacques avait dû quitter son île natale de Rhodes en 1523, après l’invasion ottomane (le garçonnet fut même grièvement blessé pendant les combats). Exilé à Lyon, soutenu par la diaspora byzantine (notamment par son parent l’érudit Lascaris), il se montra brillant sujet et poète précoce, attirant l’attention de François Ier en personne, toujours à l’affût d’hommes de talent. Le jeune exilé reçut bientôt une commande royale : traduire en français la Cyropédie de Xénophon. Ce travail de version ne le rebutait pas, il devait même en faire l’éloge plus tard : « J’ay tousjours estimé que ce n’est pas moins d’honneur de bien traduire que d’inventer. (…) Les autheurs plus signalez, qu’ont-ils faict autre chose que traduire, imiter, refaire, desguiser et compiler les inventions d’autruy ? Conférez les Grecs aux Latins, vous trouverez que Plaute et Térence ne sont autre chose que Ménandre et Aristophane deguisez ; Cicéron, orateur tant estimé, imitateur et singe de Démosthène ; Virgile, poëte sans pair, translateur de Théocrite, Hésiode et Homère… »[9]. En 1547, ayant achevé les deux premiers livres de sa traduction, Vintimille voulut les présenter au roi à Rambouillet, mais ce dernier décéda peu avant de recevoir le manuscrit. Son successeur Henri II reçut donc l’hommage de la version complète de ce Xénophon traduit par « Jaques de Vintemille, Rhodien », publié à Paris par Jean Longis en 1547. Mais l’exemplaire possédé par la reine Margot appartenait à la deuxième édition de cette traduction, donnée à Lyon en 1555 par le célèbre éditeur-libraire Jean de Tournes[10].

Xénophon, « Cyropédie », traduction par Jacques de Vintimilles (Lyon, De Tournes, 1555), page de titre. (Inv. 1150)

Comme toutes les éditions sorties de cet atelier lyonnais, cette édition était de toute beauté, depuis la page de titre encadrée de rinceaux typographiques jusqu’au moindre cul-de-lampe, en passant par ces grandes initiales à fond criblé ou tout simplement par la composition parfaitement équilibrée de chaque feuillet. Ce petit in-quarto de (24) 248 pp. (6 de table + 1 privilège) portait exactement le titre de La Cyropedie de Xenophon, de la Vie & Institucion de Cyrus Roy des Perses. Traduite de Grec par Jaques des Comtes de Vintemille Rhodien, Conseiller du Roy au Parlement de Dijon. Une troisième édition de la traduction de Vintimille devait encore voir le jour, à Paris, en 1572, chez Vincent Norment.

Xénophon, « Cyropédie », traduction par Jacques de Vintimilles (Lyon, De Tournes, 1555), pp. 16-17. (Inv. 1150)

Comme une partie des exemplaires conservés de cette bibliothèque, ce Xénophon ne figure pas dans l’inventaire après-décès de 1615. Comme l’a bien noté Marie-Noëlle Baudoin-Matuszeck sur la base de plusieurs indices, « il apparaît certain que Marguerite acquit et posséda au cours de sa vie un nombre plus considérable de livres qui furent donnés, dispersés, ou qui restèrent peut-être dans l’un ou l’autre de ses demeures »[11]. Ainsi, l’exemplaire de L’Amiral de France de La Popelinière cité ci-dessus porte-t-il la mention « Donné par le Royne Marguerite au soubsigné son secretaire en l’année 1605, Bernard »[12]. La place des auteurs antiques dans cette bibliothèque était importante, mais il faut noter que tous ou presque, qu’il s’agisse de Grecs ou de Romains, étaient en traduction française. On ne possède pas de preuves directes que la princesse connaissait le grec (mais ce n’est pas du tout impossible, attendu que son précepteur Pierre du Chastel était un helléniste hors-pair), mais nous avons vu ses capacités en latin. Il faut donc en conclure que Marguerite de Valois, toute érudite qu’elle ait été, préférait manifestement avoir le plaisir d’une bibliothèque de vraie lectrice, avec un accès direct et rapide aux textes, à une bibliothèque de travail pour humaniste professionnel ou de pur apparat. On relève ainsi la présence de nombreux historiens grecs, comme Plutarque, Thucydide, Diodore de Sicile, Polybe ou Hérodien.

Tant en raison de la nature du texte (une éducation des princes), du commanditaire de la traduction (François Ier) et du dédicataire final (son fils Henri II), la Cyropédie de Xénophon version Vintimille accompagna en quelque sorte la dynastie des Valois-Angoulême jusqu’à la mort de sa dernière représentante, Marguerite. On retrouve en effet l’œuvre dans la bibliothèque d’au moins deux autres membres féminins de la famille. Tout d’abord la propre mère de la princesse, la redoutable Catherine de Médicis (1519-1588)[13].

Catherine de Médicis, vers 1565. Atelier de Clouet.

Cette dernière possédait cette même édition lyonnaise Jean de Tournes de 1555, dans une condition somptueuse : ce volume, qui était sans aucun doute l’exemplaire même de présentation,  a survécu, passant au fil du temps dans plusieurs collections prestigieuses[14]. Relié en maroquin citron, rehaussé de bandes d’entrelacs en argent autour des plats, il présentait, au centre des plats et parmi les entrelacs, des semis de chiffres monogrammés, avec les armes royales en or et argent, avec les tranches dorées. On a pu, à juste titre, qualifier cet exemplaire comme « l’un des plus remarquables spécimens de l’art de la reliure à l’époque de la Renaissance française ».

Xénophon, « Cyropédie » (Lyon, De Tournes, 1555). Exemplaire de Catherine de Médicis, aux armes.

La seconde mention repérable nous mène à la bibliothèque de la belle-sœur de Margot, la reine Louise de Lorraine-Vaudémont (1553-1601), mariée à Henri III en 1575 (un vrai mariage d’amour, pour le coup, en totale opposition avec celui de Marguerite avec Henri de Navarre). Cette princesse pieuse et aimable, sincèrement éprise de son mari, lui survécut douze ans, avant de s’éteindre au château de Chenonceaux, devenu sa retraite. Ses livres, d’un contenu varié, sont bien connus grâce à l’inventaire établi après son décès et publié en 1856[15]. Dressé le 8 janvier 1603, cet examen des biens de la souveraine disparue décrivait notamment « une chambre appelée cabinet [dénommé ailleurs comme le « cabinet appellé librayrie »], qu’elle a dict estre le cabinet de la dicte deffunte royne Louise, dernière douairière, depeincte de ses devises, où ont esté trouvez les meubles cy-après, qui ont esté descritz et inventairiez comme s’ensuit. (…) Et ce faict avons faict lever le scellé aposé contre la serreure dudict coffre et faict ouvrir icelluy dans lequel se sont trouvez les livres cy-après … »[16]. Parmi ces volumes, on relève donc « La Cyropedie de Xenophon, couvercte de marrocquin rouge, dorée par la tranche, estimée trante solz »[17].

Louise de Lorraine-Vaudémont, reine de France, vers 1575. Dessin de Jean Clouet.

Comme on l’a vu, l’exemplaire présenté n’appartenait sans doute plus à la reine Marguerite au moment de son décès en 1615. Par quelles mains passa-t-il depuis le début du XVIIe siècle ? Le livre n’est pas avare en indications pourtant, mais les ex-libris manuscrits ont tous été, au fil des propriétaires, cancelés les uns après les autres. Datant peut-être de la fin du XVIe siècle, on trouve sur le contre-plat inférieur, parmi quelques essais de plume, deux chiffres complexes, l’un présentant un double « D » affronté, et l’autre, très intéressant, associant les lettres grecques « Μ », « Α », « Δ » et « Φ », qui n’est pas sans faire penser au monogramme souvent associé à Marguerite dans des manuscrits lui ayant appartenu.

Xénophon, « Cyropédie », traduction par Jacques de Vintimilles (Lyon, De Tournes, 1555), essais de plume et monogrammes au contre-plat inférieur. (Inv. 1150)
Monogrammes dans un recueil manuscrit de poésies ayant appartenu à Marguerite de Valois (Paris, vers 1576). Reproduit dans Fr. Rouget, op. cit.

Du début XVIIe siècle, d’après la graphie, daterait un certain « Henry de la XXX », qui signe aussi « Enrique de la XXX ». Trois autres propriétaires ont eux laissé leur nom entre la fin du XVIIe et le courant du XVIIIe siècle. Le seul ex-libris réellement déchiffrable demeure donc celui de Germain Buisson, substitut du procureur du Roi à Saint-Malo, daté de 1815 (porté au verso du titre)[18]. La restauration de la reliure, qui n’est pas inhabile et a su préserver le maximum des parties sauvables tout en restituant quelques éléments à l’identique, est manifestement du XXe siècle, mais aucun indice pour retracer le parcours récent de cet exemplaire, en dehors de quelques mentions de libraire au crayon (qui ne m’évoquent pas une maison en particulier). Espérons que maintenant que ce volume a retrouvé sa véritable identité, il pourra poursuivre au grand jour son parcours dans le futur, à travers ses prochains propriétaires ! Et qu’il trouvera bientôt de nouveaux compagnons de route, car vingt-quatre exemplaires de provenance « Margot », c’est quand même bien peu… Ce Xénophon royal n’est pas, et de loin, le plus beau livre de ma bibliothèque, mais j’ai pourtant un faible pour cet ouvrage cabossé et resté longtemps méconnu.  Sic transit gloria mundi : cela rend d’autant plus émouvante cette rare relique livresque d’une des reines les plus hautes en couleurs de l’histoire de France.

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 18 décembre 2017


NOTES

[1] Clitandre, dans Molière, Les Femmes savantes, acte I, scène 3.

[2] « Les femmes bibliophiles ! Je ne sache point deux mots qui hurlent plus de se trouver ensemble dans notre milieu social ; je ne conçois pas d’accolade plus hypocrite, d’union qui flaire davantage le divorce ! La femme et la bibliofolie vivent aux antipodes, et, sauf des exceptions aussi rares qu’hétéroclites, – car les filles d’Eve nous déroutent en tout, – je pense qu’il n’existe aucune sympathie profonde et intime entre la femme et le livre ; aucune passion d’épiderme ou d’esprit ; bien plus, je serais tenté de croire qu’il y a en évidence inimité d’instinct, et que la femme la plus affinée sentira toujours dans l’affreux bouquin un rival puissant, inexorable, si éminemment absorbant et fascinateur qu’elle le verra sans cesse se dresser comme une impénétrable muraille entre elle-même et l’homme à conquérir » (sic) (Octave Uzanne, « Les Femmes bibliophiles », dans Les Zigzags d’un curieux : causeries sur l’art des livres et la littérature d’art).

[3] La Croix du Maine, Les Bibliothèques françoises de La Croix du Maine et Du Verdier, Paris, Saillant, Nyon et Lambert, 1772, tome II, p. 83.

[4] Voir notamment François Rouget, « Les orateurs de la Pléiade à l’Académie du Palais (1576) : étude d’un album manuscrit ayant appartenu à Marguerite de Valois », dans Renaissance and Reformation / Renaissance et Réforme, n°31-4, automne 200, pp. 19-42.

[5] Marguerite de Valois, Mémoires, Paris, Charles Chappellain, 1628, p. 147.

[6] Pour une transcription complète de ce document d’archives tiré du Minutier central des notaires de Paris, voir Marie-Noëlle Baudoin-Matuszeck, op. cit., pp. 284-292.

[7] Pour une étude de la composition de ce fonds, voir Marie-Noëlle Baudoin-Matuszeck, op. cit., pp. 275-278.

[8] Description d’après le catalogue du libraire : « Plein veau brun [sic], dos lisse orné de médaillons dans lesquels sont des soleils ou des fleurs. Plats avec au centre un médaillon constitué d’une couronne de laurier à l’intérieur duquel se trouve un soleil, double filet d’encadrement avec dans les écoinçons des coquilles saint Jacques. Exemplaire restauré aux coiffes et mors, coins et une partie du plat supérieur. 1 fer de coquille saint Jacques refait. Belle reliure malgré sa restauration qui évoque par ses fers une illustre provenance non identifiée. Manque angulaire comblé en page de titre. Feuillet de garde doublé. Page de titre bruni en marge droite. Mouillure en marge droite jusqu’à la page 60 allant en s’estompant, et mouillure sur les pages jusqu’à la p. 3. De la p. 81 à 140, galerie de vers dans le coin de la marge droite basse. P. 197 jusqu’à la fin, mouillure en marge droite allant en s’accentuant. Le privilège a été restauré, en comblant des manques marginaux. Page très tâchée. »

[9] J. de Vintimille, « Discours et advertissement aux censeurs de la langue françoise », dans Histoire d’Herodian, excellent historien grec…, Paris, Fédéric Morel, 1580 (seconde édition) (cité d’après Ludovic de Vauzelles, Vie de Jacques, comte de Vintimille, conseiller au Parlement de Bourgogne, littérateur et savant du seizième siècle…, Orléans, H. Herluisson, 1865, p. 52).

[10] Brunet, V, col. 1498. Cartier, II, p. 403, n° 316.

[11] M.-N. Baudoin-Matuszeck, op. cit., p. 282.

[12] Id., p. 278.

[13] Sur la bibliothèque de cette dernière, voir, outre les sources déjà citées sur les femmes bibliophiles, un article dédié à ses livres en 2009 sur le blog « Le Bibliomane moderne ».

[14] On le retrouve notamment dans les bibliothèques Hayford-Thorold, Guyot de Villeneuve, L. de Montgermont et pour finir, dans la première partie de la vente Rahir en 1930 (lot n° 250, vendu pour la somme considérable de 322’000 francs).

[15] Prince Augustin Galitzin, Inventaire des meubles, bijoux et livres estant à Chenonceaux le huit janvier MDCIII, précédé d’une histoire sommaire de la vie de Louise de Lorraine, reine de France, suivi d’une notice sur le château de Chenonceaux, Paris, Jules Techener, 1856.

[16] Notons par exemple, au fil de l’inventaire : Cosmographie universelle de Thévet (2 tomes in-folio recouverts de vélin blanc) ; Vies de Plutarque (recouvert de veau rouge) ; Bible, vies des saints, livres de piété ; Histoire de France de Du Haillan ; Chirurgie d’Ambroise Paré ; Bembo, Sannazaro, Arioste ; Pères de l’Eglise, dont plusieurs saint Augustin ; Horace, Tacite, Virgile, Cicéron, Démosthène, Tite-Live ; etc.

[17] A. Galitzin, Inventaire…, op. cit., p. 11.

[18] A donné une traduction de L’Histoire du mahométisme, comprenant la vie et le caractères du prophète arabe… de C. Mills, dédiée au comte Daru, publiée au profit des Grecs et imprimée à Guernesey, Dumaresq et Mauger, 1826, se vend à  Paris, Dondey-Dupré libraire. Est alors présenté comme de Rennes, avocat et ex-substitut. Semble aussi avoir été poète.


ILLUSTRATION D’EN-TÊTE :

La belle Isabelle Adjani interprétant le rôle de Marguerite de Valois, dans le film La Reine Margot (1994) de Patrice Chéreau, adapté du roman de Dumas. Ce dernier avait porté son livre sur la scène dans une pièce de même titre représentée pour la première fois en 1847 (elle durait neuf heures !).

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (1) : UN PETIT CADEAU POUR LE CARDINAL JULES

UN PETIT CADEAU POUR LE CARDINAL JULES

1099-reliure

Bon, allez, il faut bien se lancer, et de préférence avec quelque chose de signifiant ! Un petit manuscrit du XIXe avait d’abord été pressenti, mais c’est finalement un ouvrage plus ancien qui sera le premier à sortir des rayons. Un de ces poètes du XVIIe siècle pour lesquels j’ai beaucoup d’affection et qui ont contribué avec brio à construire et perfectionner la langue française. Voici donc la fiche de cet exemplaire un peu particulier, tirée de mon catalogue [n° 1099]. Bonne lecture !

De petite noblesse normande, fils d’un avocat et neveu d’un saint (le missionnaire jésuite Jean de Brébeuf, martyrisé par les Indiens Hurons en 1649), le poète Georges de Brébeuf (1617-1661) publia assez tardivement, livrant en 1650 une version du septième livre de « L’Aenéide de Virgile en vers burlesques ». Mais c’est sa traduction de la « Pharsale » de Lucain, faite à la demande d’un ami, qui le fit enfin connaître. Parue à Rouen en 1653, l’œuvre remporta un vif succès et connut rapidement plusieurs réimpressions parisiennes, souvent illustrées de planches gravées (cas de mon exemplaire de l’édition de Paris, Jean Ribou, 1666, avec deux frontispices et dix pl. gr., relié en maroquin rouge de l’époque, décoré « à la Du Seuil » [n° 960]). Finalement, ayant enfin percé dans la capitale, le poète put y faire imprimer un assez épais recueil in-quarto de « Poësies » (Paris, Sommaville, 1658), contenant des sonnets, stances, madrigaux ou épigrammes, et surtout sa traduction de la « Pharsale » (mon ex., en vélin d’époque [n° 604], provient de la bibliothèque du marquis de Quincye-Saint-Maurice, amateur éclairé du XVIIIe s., passionné de poésie ancienne, mais aujourd’hui complètement oublié : il mériterait un article). C’est par quatre vers de cette « Pharsale » que Brébeuf s’attira l’admiration de son compatriote Corneille, qui affirma à leur propos : « Je donnerais volontiers deux de mes meilleures tragédies pour les avoir faits ». Même le sévère Boileau, après avoir moqué Brébeuf dans son « Art poétique », revint à une opinion plus mesurée et accorda que, « Malgré son fatras obscur, souvent Brébeuf étincelle ».

En dépit d’une sante médiocre (il fut la proie de fièvres violentes et douloureuses pendant la moitié de sa vie), Brébeuf publia jusqu’à sa mort, en septembre 1661. Si ses premières œuvres avaient été offertes à Fouquet, il dédia ses publications de 1660 au cardinal Mazarin. Après un court « Panégyrique de la Paix », il envoya au premier ministre son recueil des « Entretiens solitaires, ou Prières et méditations pieuses en vers françois », s’ouvrant sur une épître dédicatoire au prélat longue de 24 pages. L’édition originale a connu deux tirages, l’un comportant un achevé d’imprimer du 8 mai 1660, l’autre à la date du 30 mai 1660. Cet exemplaire, destiné à être offert au cardinal Mazarin et relié à ses armes, appartient à ce second tirage, tout comme un exemplaire relié en veau marron, jadis doté de fermoirs et comportant aux plats les mêmes armes, toujours possédé par la Bibliothèque Mazarine (cote 45152, seul répertorié par Harmand, éditeur scientifique du poème, en 1912). Les armes utilisées ici ne figurent pas dans le « Manuel de l’amateur de reliures armoriées françaises » (d’E. Olivier, G. Hermal et B. de Roton, plus connu donc comme « ORH ») et ne sont pas les fers « officiels » du cardinal Mazarin : ils doivent avoir été commandées par Brébeuf lui-même à un atelier parisien pour la réalisation de ces deux volumes. Selon mon amie Isabelle de Conihout, longtemps conservatrice en chef de la Mazarine, la qualité inégale de ces reliures s’expliquerait par le peu de moyens du poète, mais elle leur reconnaît bien le statut d’exemplaires de dédicace. L’absence des cotes portés sur les ouvrages de la Mazarine à la fin du fin XVIIe et au XVIIIe siècle atteste que cet exemplaire était sorti des collections du cardinal de son vivant ou peu après sa mort en mai 1661. En plus du présent exemplaire et de celui de la Mazarine, j’ai retrouvé trace de deux autres exemplaires en maroquin rouge dotés du même décor (l’un d’entre eux, dans la même condition que le mien, est passé au catalogue d’un libraire parisien en 2014). L’existence de ces exemplaires en dehors de la Mazarine m’incite à penser que le cardinal ne répugna pas à offrir ces ouvrages autour de lui, à des familiers notamment : les cadeaux de Brébeuf à son dédicataire seront donc devenus des cadeaux du cardinal à ses amis.

Biblio sommaire : G. de Brébeuf, « Entretiens solitaires… », éd. crit. par Réné Harmand, Paris, 1912 ; René Harmand, « Essai sur la vie et les œuvres de Georges de Brébeuf (1617-1661) », Paris, 1897.

1099-titre

1099-dédicace