Archives par mot-clé : Musset

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (27) : UN INSTANT DE LA NAISSANCE D’ “EMMELINE”

BADINAGE AMOUREUX ET CRÉATION LITTÉRAIRE :

UN INSTANT DE LA NAISSANCE D’EMMELINE

Quand on parle de littérature romantique française, quatre noms viennent spontanément en tête : Hugo, Lamartine, Vigny et Musset. De ce quatuor de génies (qui iront tous s’asseoir sous la Coupole), Alfred de Musset (1810-1857) était sans aucun doute l’enfant le plus terrible.

Portrait d’Alfred de Musset, par Charles Landelle. © Photo RMN-Grand Palais – G. Blot

A la fois romancier (Les Confessions d’un enfant du siècle), dramaturge (Lorenzaccio  ou On ne badine pas avec l’amour), poète et nouvelliste, ce « dandy débauché » brûla la corde de la vie par les deux bouts, multipliant les aventures féminines les plus débridées (notamment avec George Sand[1]) et les excès en tous genres (alcool, opium, etc.), tout en affaiblissant sa santé et sa capacité d’écrire (qui diminua sensiblement passée la trentaine).

“Gamiani, ou deux nuits d’excès”, publié à Bruxelles en 1833 et illustré par Achille Devéria (1800-1857). Ce célèbre texte pornographique est depuis toujours attribué à Alfred de Musset (qui en nia toutefois la paternité). DR

La lettre inédite de Musset que nous allons examiner aujourd’hui est un document rare, évoquant à la fois un instant créatif de l’auteur et une de ses relations amoureuses les plus durables. Il s’agit en effet d’un courrier adressée à Caroline Jaubert (1803-1882), née Caroline d’Alton-Shée. Musset la rencontra en 1835 (sa première lettre connue date du 11 août de cette année), dans la maison de campagne du célèbre avocat Berryer dans le Loiret. Ayant un soir été désignée pour donner un sobriquet à Alfred de Musset, elle intitula l’aimable feu-follet « prince Phosphore de Cœur-volant » : le surnom lui resta. Leur passion amoureuse fut remplacée au fil des mois par une amitié et une complicité intellectuelle rares, au point que Musset se proclamait son « fieux » (filleul) et l’appelait « Marraine ».

Dessin représentant le “fieux” présentant ses hommages à Caroline Jaubert, sa “très petite marraine”, au bas d’une lettre autographe de Musset (11 août 1835). DR

Il prit l’habitude de lui confier ses impressions et sentiments les plus intimes, même sur ses relations de cœur (ou de cul, les lettres étant parfois assez crues), ainsi que sur ses phases d’écriture (chose qu’il ne fit avec aucune autre de ses maîtresses) : Caroline Jaubert devint ainsi sous la plume de Musset « Monsieur le conseiller [ou président] de la Verdrilliette », confidente, juge et conseillère. L’intimité était telle que Caroline Jaubert alla jusqu’à encourager la liaison (fameuse) de Musset, à partir d’avril 1837, avec sa cousine Aimée d’Alton-Shée (qui devait finalement épouser le frère de l’auteur, Paul de Musset). L’auteur volage devait immortaliser son amie dans la pièce Un Caprice, écrite en 1837, dans le personnage de Mme de Léry.

Le seul portrait connu de la jolie Aimée d’Alton, maîtresse de Musset et cousine de Caroline Jaubert. DR

Avant d’aller plus avant, donnons le texte en entier :

« Mardi. // je comptais vous voir ce soir, madame, // chez la Mse de Lagrange. je suis // tellement plongé dans l’encre que cela // m’est impossible. Emmeline pousse, // il faut bien que je vous dise que ce // sujet un peu mauvais sujet qui m’avait // déplu un instant me plait plus que // jamais. Le fonds du canevas n’est pas // très profond comme vous savez, je // voudrais qu’il me fut possible d’en // rajeunir un peu l’idée. // compliments printaniers //

alfd de Musset //

[PS :] si vous voyez ce soir votre clair de lune // déguisé en Marquise touchez lui bien // respectueusement le bout de la main // de ma part et dites lui que ma première // sortie sera pour aller savoir des nouvelles // de sa santé. »

Lettre autographe d’Alfred de Musset à Caroline Jaubert [Paris, 2 mai 1837]. Inv. 550

Avançons maintenant pas à pas, ligne à ligne dans le décryptage de cette lettre, avant de montrer, avec méthode, comment elle peut éclairer un modeste pan de l’histoire d’une œuvre du grand Musset.

  • « Mardi. » : le courrier est une simple feuille de papier bleu plié. Le verso comporte donc encore l’adresse d’envoi, « Madame Jaubert 15, rue Taitbout », mais aussi de précieux tampons postaux, portant la date du 2 mai. Le contexte de la lettre nous indique l’année, non mentionnée, qui est 1837. Un coup d’œil sur un calendrier pérpétuel permet de constater que le 2 mai 1837 était un mardi : Musset envoya donc cette lettre le jour même de son écriture.
Verso de la lettre autographe d’Alfred de Musset à Caroline Jaubert [Paris, 2 mai 1837]. Inv. 550. Le cachet monogrammé rouge est celui du bibliophile normand Gustave-Robert Piclin (+ 1973, commissaire-priseur, président de la Société des Amis des monuments rouennais en 1948-1949).
  • « je comptais vous voir ce soir, madame, // chez la Mse de Lagrange. » : le salon évoqué ici était celui du marquis Edouard Lelièvre de La Grange (1796-1876)[2] et surtout de son épouse, née Constance de Caumont La Force (1801-1869)[3]. Dans les années 1830, Musset en était un familier, ainsi que les deux cousines Caroline et Aimée d’Alton. Le 8 juin 1837, il écrit ainsi à la seconde : « Il n’y avait personne l’autre jour chez Mme Lagrange et tu as bien fait de ne pas y venir. (…) »[4].
Portrait de Constance de Caumont La Force (1801-1869), marquise de La Grange. DR
  • « je suis // tellement plongé dans l’encre que cela // m’est impossible. Emmeline pousse, » : voici donc la raison qui empêche Musset de sortir en société ce soir-là : il travaille à l’écriture d’une nouvelle intitulée Emmeline. Cette histoire est en fait – et cela ne manque pas de sel, vu la destinataire de la lettre – le récit à peine déguisé de sa brève liaison avec Caroline Jaubert en 1835. Emmeline avait été évoquée dès le 18 août 1836, lorsque Musset conclut un traité avec l’éditeur François Buloz pour la publication en feuilleton d’une œuvre de ce titre, censée être, au départ, un roman. Musset adopta finalement la forme de la nouvelle (tout en l’appelant lui-même « conte ») : dans une lettre à Buloz datant du 12-13 juillet 1837[5], il indiquait encore avoir à faire d’ultimes changements à son texte qui parut finalement dans la Revue des Deux-Mondes du 1er août 1837. Suivit l’édition originale (« très rare », selon Clouzot) parue en 1837 avec la nouvelle Les Deux Maîtresses (et sous ce titre, chez Dumont), l’ensemble des nouvelles de Musset étant réuni en une édition collective de format in-12 en 1841 (Charpentier)[6].
Alfred de Musset, “Nouvelles”, Paris, Charpentier, 1841, couverture, première édition collective. On retrouve dans ce volume in-12 la nouvelle “Emmeline”. Inv. 549

Dans la biographie qu’il consacra à son frère, Paul de Musset affirmait qu’Emmeline avait été écrite très rapidement (« en quelques jours »), dans le courant du seul mois de juin 1837[7].  Cette lettre, grâce à ses tampons postaux préservés, permet de faire remonter cette date de plus d’un mois : datant du 2 mai, elle indique en effet que Musset est « plongé dans l’encre » et qu’ « Emmeline pousse », autrement dit que la rédaction de l’œuvre est entreprise depuis quelque temps déjà. Une information qui permet de faire remonter la genèse de cette nouvelle, au minimum, au mois d’avril 1837. On notera d’ailleurs que Musset dit aussi que le sujet lui avait « déplu un instant » et qu’il lui « plaît [maintenant] plus que jamais », ce qui permet de supposer des étapes  et des changements d’humeur dans le processus d’écriture, donc une chronologie bien plus longue que celle livrée par Paul de Musset. Un rapprochement peut enfin être fait avec une autre lettre à Caroline Jaubert qui débute sur des mots proches : « J’écris Emmeline dans ce moment-ci (…) »[8]. Malheureusement, la lettre n’avait pas d’éléments tangibles permettant d’établir sa date et les éditeurs scientifiques avaient dû se contenter de la situer vers juin 1837, sur la base des renseignements donnés par Paul de Musset.

  • « il faut bien que je vous dise que ce // sujet un peu mauvais sujet qui m’avait // déplu un instant me plait plus que // jamais. » : clin d’œil de Musset ? Le fait que l’expression soit soulignée le laisse penser. Caroline Jaubert, en tant qu’amie et « marraine », avait à cœur le comportement de Musset, gagnant son surnom de « Monsieur le conseiller de la Verdrilliette ». Or, on lit dans la lettre du 27 octobre 1837, dans laquelle Musset reprend justement les termes d’un courrier précédent de Mme Jaubert : « J’ai grand intérêt, dit Mr le conseiller de la V., à ce que vous ne deveniez pas trop mauvais sujet  (…) »[9]. Et déjà, dans la lettre du 22 octobre (Corr.,) : « Je crois que je finirais par devenir un mauvais sujet, si je ne me retenais »[10]. Un terme que devait donc employer assez souvent Mme Jaubert à l’égard de son garnement de « fieux »…
  • « Le fonds du canevas n’est pas // très profond comme vous savez, je // voudrais qu’il me fut possible d’en // rajeunir un peu l’idée. » : nouveau clin d’œil, au sous-entendu équivoque ? Le « canevas » d’Emmeline est justement la liaison entretenue entre Musset et Caroline Jaubert, un peu moins de deux ans plus tôt… S’agit-il dans l’esprit de Musset de retravailler sur le papier le thème de la nouvelle ou de rafraîchir son inspiration auprès de l’inspiratrice ? Bien que leur liaison initiale ait été brève, elle eut peut-être quelques échos épisodiques, selon Franck Lestringant[11]. Il est fort possible qu’il faille entendre les deux sens de lecture, Musset aimant pratiquer, toujours selon F. Lestringant, le « sous-entendu grivois », le « double langage des roués »[12]. Mais c’est ici, sans doute, avec plus d’humour que de sérieux (dans une lettre écrite en juin 1837, Musset indiqua clairement à son ancienne maîtresse : « le rapport physique, sujet sur lequel je ne reviendrai jamais avec vous… »[13]).
Incipit de la nouvelle “Emmeline”, dans Alfred de Musset, “Nouvelles”, Paris, Charpentier, 1841, première édition collective. Inv. 549

Quant à la minceur du sujet de la nouvelle, Balzac tomba d’accord avec l’avis franc de l’auteur : dans sa critique publiée dans la Revue parisienne, il écrivit qu’Emmeline aurait pu être « le modèle parfait de la nouvelle moderne » si le sujet en avait été un tant soit peu plus original[14]

  • « si vous voyez ce soir votre clair de lune // déguisé en Marquise touchez lui bien // respectueusement le bout de la main // de ma part et dites lui que ma première // sortie sera pour aller savoir des nouvelles // de sa santé. » : qui se cachait derrière cette dénomination cryptique du post-scriptum ? On aurait pu penser à la cousine de Caroline Jaubert, Aimée d’Alton, devenue la maîtresse de Musset en avril 1837 (c’est-à-dire dans les semaines précédant cette lettre). Mais, dans ce cas, pourquoi demander à Mme Jaubert de lui transmettre ses salutations et son souvenir, puisqu’il doit alors rencontrer Aimée presque tous les jours, ce que Mme Jaubert sait parfaitement, approuve et encourage ? Si cette femme est, aux yeux de Musset, « un clair de lune déguisé en Marquise », c’est peut-être que, socialement, elle porte justement ce titre. Ce ne peut pas être non plus la marquise de Lagrange : si Mme Jaubert se rend chez elle ce soir-là, elle verra nécessairement son hôtesse et Musset employe ici le conditionnel. De plus, en ce cas, pourquoi le « votre… » ? En revanche, Caroline Jaubert, née d’Alton-Shée, avait précisément une nièce marquise, jeune femme dont Musset parle d’ailleurs en termes très élogieux dans d’autres lettres à Mme Jaubert de la même année 1837. Ainsi, dans une lettre du 17 octobre : « J’ai été (…) voir, il y a deux ou trois jours, la très belle Marquise, votre nièce, que j’ai trouvée sur une chaise longue, gaie et belle comme une houri. Je ne sais comment elle s’y prend pour rester si jolie ; au milieu de ses peines, elle est comme une perle fine dans une coquille d’huître. (…) »[15]. Les allusions se répètent dans les lettres du 22 et du 27 octobre, Mme Jaubert semblant craindre, manifestement, un trop grand intérêt de son ami pour sa nièce. Musset finit par la rassurer en lui écrivant que, bien que les « trente-deux perles [de sa bouche] méritent qu’on se fasse pêcheur », « Mr le conseiller sait très bien que, toutes blanches qu’elles [soient], les perles en question sont beaucoup trop vertes pour son très humble serviteur » ! 😉

Comme on le voit, cette lettre nous plonge dans le quotidien créatif du célèbre auteur romantique, dans une de ces rares correspondances où il se livrait entièrement à une amie et maîtresse à laquelle il vouait une affection sans bornes, augmentée d’une complicité intellectuelle rare. Ce « moment » de la création d’Emmeline, nouvelle d’ailleurs inspirée par leur liaison, permet de redéfinir la chronologie de la genèse de cette œuvre, sans doute plus complexe et travaillée que les sources habituelles ne le laissent entendre.

Nicolas Ducimetière
Douvaine, 29 avril 2018


ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Dessin représentant Musset présentant ses hommages à Caroline Jaubert, sa “très petite marraine”, au bas d’une lettre autographe du 11 août 1835. Ce célèbre courrier est repassé en vente lors de la dispersion de la Bibliothèque E. et B. L. – Editions originales romantiques, Binoche, Paris-Drouot, mardi 10 octobre 2017, n° 283.

NOTES

[1] En 1859, chez Hachette, George Sand publia Elle et Lui, roman épistolaire d’inspiration autobiographique. Elle y révélait en particulier l’héautoscopie dont souffrait le génie, forme de dépersonnalisation qui explique peut-être le caractère hallucinatoire du poème La Nuit de décembre.

George Sand, “Elle et Lui”, Paris, Hachette, 1859, édition originale. Inv. 553

Jugeant son frère défunt calomnié par l’ensemble du roman de Sand, Paul de Musset répliqua, six mois plus tard, en faisant paraître chez Charpentier un Lui et Elle.

[2] Officier dans les mousquetaires du roi, puis à la Garde Royale dans sa jeunesse, le comte de La Grange fit ensuite une carrière diplomatique, avant de démissionner après la Révolution de 1830. Il se lança alors en politique, assumant les fonctions de député de la Gironde de 1837 à 1851. Le Second Empire le fit par la suite sénateur. C’était par ailleurs un érudit, président de la Société des Antiquaires de Normandie et membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres : on lui doit de nombreux articles et études d’histoire et d’histoire littéraire, ainsi que des traductions de l’allemand.

[3] Veuve du comte Joseph de Clermont Lodève, elle épousa le comte de La Grange en 1827, leur union demeurant sans enfant. Son salon était fréquenté par toute l’intelligentsia romantique : voir notamment Lettres inédites de Alfred de Vigny au marquis et à la marquise de La Grange (1827-1861), publiées avec une introduction et des notes par Albert de Luppé (Paris, L. Conard, 1914). A noter qu’il exista une autre marquise de La Grange dans l’entourage de Musset, puisque la fille unique de Caroline Jaubert, Jeanne Adine (1820-1892), épousa le marquis Jules Lelièvre de La Grange, un collatéral du couple déjà évoqué.

Sépulture de Caroline d’Alton (Mme Jaubert) et de sa fille Jeanne-Adine Jaubert, marquise de La Grange, au cimetière de Montmartre, à Paris. DR

[4] Correspondance d’Alfred de Musset, tome 1 (1826-1839), éd. Marie Cordroc’h, Roger Pierrot, Loïc Chotard, Presses Universitaires de France, Paris, 1985, lettre 37-11, p. 209. Dans cette lettre, le nom avait été biffé à l’encre par Aimée d’Alton, ce qui peut expliquer la perte de la particule.

[5] Id., lettre 37-17, p. 214.

[6] Contient : Les Deux Maïtresses, Emmeline, Le Fils de Titien, Frédéric et Bernadette, Croisilles et Margot.

[7] Paul de Musset, Biographie de Alfred de Musset, sa vie et ses œuvres, Paris, Charpentier, 1877, p. 189.

[8] Correspondance…, op. cit., lettre 37-15, pp. 212-213.

[9] Id., lettre 37-31, p. 226.

[10] Id., lettre 37-30, p. 224.

[11] Franck Lestringant, Musset, collection « Grandes biographies », Flammarion, Paris, 1999, p. 355.

[12] Id., pp. 362-263.

[13] Correspondance…, op. cit., lettre 37-15, p. 213.

[14] Cité par Yves Le Gars, dans son avant-propos de l’édition d’Emmeline/Les Deux Maîtresses/Le Fils de Titien, éditions Alinéa, Paris, 1991, p. 12.

[15] Correspondance…, op. cit., lettre 37-29, p. 222.