Archives par mot-clé : Lettre autographe

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (29) : DU RIFIFI AUTOUR D’UNE ÉDITION AVORTÉE

DU RIFIFI AUTOUR D’UNE ÉDITION AVORTÉE :
DAUDET, SCHWOB ET LES MIMES

Parmi les auteurs fin-de-siècle, Marcel Schwob (1867-1905), conteur et poète proches des symbolistes, mais aussi traducteur, n’est sans doute pas la figure la plus connue du grand public. Son œuvre variée et raffinée conserve pour autant depuis toujours un public de lecteurs et de collectionneurs fidèles[1], avides de se procurer les éditions originales rares de ses principaux chefs-d’œuvre, Le Roi au Masque d’or (1892, recueil de contes fantastiques), Le Livre de Monelle (1894, source d’inspiration de Gide pour ses Nourritures terrestres) et les Mimes (1894). Sans être très présent dans mes rayons pour le moment, je voulais présenter quelques pièces autour de cet auteur attachant, mort encore jeune, et notamment de son livre Mimes, paru en 1894, en apportant une pièce inédite sur la genèse éditoriale de ce recueil de pastiches dans le goût de l’antique.

I. Marcel Schwob, traducteur et érudit

Ami de Valéry, de Gide, de Renard et de Wilde, Schwob était un anglophone accompli et un grand amateur de littérature anglaise, ayant notamment fourni des traductions de Shakespeare et de Defoe. Il entretint par ailleurs une correspondance régulière de Stevenson[2], dont il avait découvert l’œuvre en 1884, une émotion forte rapportée dans Spicilège douze ans plus tard : « Je me souviens clairement de l’espèce d’émoi d’imagination où me jeta le premier livre de Stevenson que je lus. C’était Treasure Island. Je l’avais emporté pour un long voyage dans le Midi. Ma lecture commença sous la lumière tremblotante d’une lampe de chemin de fer. Les vitres du wagon se teignaient du rouge de l’aurore méridionale quand je m’éveillai du rêve de mon livre ». En dépit de sa santé très fragile (et même franchement mauvaise), Schwob entreprit entre octobre 1901 et mars 1902, comme un pied de nez à la maladie, une sorte de pèlerinage vers la tombe de Stevenson, inhumé sur l’île d’Apia dans les Samoa. N’ayant jamais pu rencontrer son mentor de son vivant, il tint à ce face-à-face d’outre-tombe, à l’autre bout du globe. Peu après son retour, il s’installa, en décembre 1902, rue Saint-Louis-en-l’Île, son dernier domicile (il y décéda d’une grippe en février 1905).

Paul Boyer, “Portrait de Marcel Schwob”, photographie, 1902

Ami épistolaire de Stevenson, Schwob en était aussi devenu traducteur, livrant une version française du roman Will du moulin. Il donna également une préface à la traduction française du Dynamiteur (Plon, 1894). C’est donc à l’un des meilleurs spécialistes français de l’auteur écossais que s’adressa le traducteur E. La Chesnais. Ce dernier s’était déjà confronté à l’œuvre de Stevenson en tournant en français, en 1901, The Black Arrow, sous le titre La Flèche noire – Une histoire du temps de la guerre des Deux-Roses (Editions du Mercure de France), une version rééditée à plusieurs reprises (1972, 1983, 1999, 2008). Cette lettre nous montre donc la relation débutant entre deux amoureux et traducteurs du père de l’Ile au Trésor : « Lundi. Cher Monsieur la Chesnais, je suis désolé, moi, de ne vous avoir pas mieux servi. Non, je n’ai pas là votre traduction de The Black Arrow : mais je serai enchanté de causer avec vous de Robert Louis Stevenson un de ces dimanches : vous nous trouverez toujours l’après-midi. A vous, Marcel Schwob ».

Marcel Schwob, Lettre autographe signée à E. La Chesnais, [Paris], 11, rue Saint-Louis-en-l’Île, « lundi », s.d. [1903-1905]. Inv. 2164

Parmi les auteurs anglo-saxons contemporains, Schwob ne se borna pas au seul Stevenson : il livra au printemps 1902, à peine revenu de voyage, une version française du drame en cinq actes Francesca da Rimini, pièce écrite à la demande de Sarah Bernhardt par l’Américain Francis Marion Crawford (1854-1909, surtout connu pour ses romans fantastiques). La traduction bénéficia d’une bonne réception en France et de plusieurs articles élogieux, notamment celui de Lucien Mulhfeld (1870-1902), jeune mais influent critique, secrétaire de la rédaction de la Revue blanche. Le 26 avril 1902, Schwob remercia dans cette lettre son ami journaliste (qui devait disparaître au mois de décembre suivant, empoisonné par des huîtres avariées…) : « Mon cher ami, je vous remercie de tout coeur pour votre article et je suis très heureux que Francesca vous ait intéressé. Voulez-vous me rappeler au souvenir de madame Muhlfeld et m’excuser après d’elle d’une si hâtive présentation. Votre très dévoué, Marcel Schwob ».

Marcel Schwob, lettre autographe signée à Lucien Mulhfeld, Paris, 41, rue de Valois, 26 avril 1902. Inv. 2334

Né dans une famille de lettrés (son père Georges était un ami de Théodore de Banville et de Théophile Gautier), muni d’un bagage académique sérieux[3], Schwob était à la fois un esthète et un érudit éduqué dans l’amour du livre. De ce fait, à l’image de son contemporain Pierre Louÿs, il développa des compétences remarquables en bibliophilie de haute volée, envisagée comme une « machine à exploiter le temps », une « rampe de l’imagination ». Ce rapport de Schwob aux livres anciens a été très finement analysé par Nicolas Malais dans une étude splendide (tant par son sujet, son contenu que par sa présentation)[4]. Témoigne de ce goût et de ces connaissances la présente lettre adressée à l’historien de la littérature Pierre-Paul Plan (1870-1951), auteur notamment d’une importante Bibliographie rabelaisienne – Les éditions de Rabelais de 1532 à 1711[5].

Marcel Schwob, Lettre autographe signée à Pierre-Paul Plan, Paris, 11 mars 1903. Inv. 2288

Schwob remercie ici son correspondant de lui avoir signalé chez un libraire la première édition des Liaisons dangereuses, qu’il a pu acquérir, et lui promet de lui rendre la pareille s’il venait à trouver une édition de Rabelais qui ne serait pas encore en sa possession, ou du moins dans ses fiches (Plan devait être en train de boucler sa bibliographie). On peut retrouver la trace de cet exemplaire du fameux roman libertin dans la vente posthume de la collection, dispersée en 1905 (Catalogue de la bibliothèque de feu M. Marcel Schwob, n° 216).

Theodore Spicer Simson, “Portrait de Marcel Schwob lisant”, dessin, 1905

II. Histoire d’un clash : la douloureuse genèse éditoriale des Mimes

Vivant vers le milieu du IIIe siècle avant notre ère et probablement actif dans l’entourage des premiers Ptolémées, le poète hellénistique Hérondas avait créé le genre poétique des « mimiambes », une sorte d’hybridation entre le mime et l’iambe, pour donner de petites scènes comiques et satiriques tirées de la vie courante. Ces poèmes étaient considérés comme perdues, jusqu’à la publication en 1891, par F.G. Kenyon, de fragments souvent très étendus d’un rouleau de papyrus acheté en Égypte pour le British Museum, fragments dont on avait identifié sans trop de difficulté la vraie nature  (plus tard, le British Museum put acquérir d’autres fragments, le plus souvent des miettes, qui complétèrent le texte). A partir de la première publication, Marcel Schwob, passionné de littérature antique, composa des imitations « au goût du jour » de ces Mimes, un jeu de pastiche inspiré de l’antique alors très en vogue (pensons à nouveau à Pierre Louÿs qui y excella, donnant les fameuses Chansons de Bilitis, mystification géniale qui avait toutefois été précédée par de vraies traductions de Méléagre et de Lucien de Samosate).

Le véritable payprus d’Hérondas. DR

Les poèmes de Schwob parurent en exclusivité dans le journal L’Echo de Paris (dirigé par Catulle Mendès), entre juillet 1891 et juin 1892. Commença alors la recherche d’un éditeur pour une publication en volume et les réseaux d’amis s’activèrent pour aider le jeune auteur. Parmi les plus engagés figurait le père des Lettres de mon moulin. Dans une lettre à sa mère en date du 12 juin 1892 (cinq jours avant la dernière livraison à L’Echo), Schwob se montrait confiant : « [je suis] allé chez Daudet jeudi soir, où j’ai beaucoup causé avec M. Gabriel Hanotaux ; Daudet avait presque complétement arrangé la publication des Mimes avec Guillaume, qui était là, et que je vais revoir ces jours-ci pour les détails de la composition »[6].

Félix Vallotton, “Portrait de Marcel Schwob”, dans Rémy de Gourmont, “Le IIe Livre des Masques”, Paris, Mercure de France, 1898

Même si certains n’appréciaient guère Edouard Guillaume (1850-1897) (Goncourt le qualifiait de « fabricateur de livres artistiques »), le choix semblait pertinent et Daudet travaillait lui-même depuis plusieurs années avec cet éditeur d’origine suisse, qui avait publié, via Dentu ou Flammarion, plusieurs œuvres du Provençal dans sa célèbre et appréciée série (dite « Collection Guillaume » ou « Petite Collection Guillaume »[7]) d’ouvrages illustrés, soit en réédition (Tartarin, Tartarin sur les Alpes[8], Robert Helmont[9], Jack[10], etc.), soit en édition originale (Tartarin sur les Alpes[11], Trente ans de Paris[12], Souvenirs d’un homme de lettres[13], Port-Tarascon[14], Rose et Ninette[15]).

Alphonse Daudet, “Trente ans de Paris”, Paris, Marpon et Flammarion, 1888, édition originale, exemplaire de José-Maria de Heredia, avec envoi. Inv. 1360
Alphonse Daudet, “Tartarin sur les Alpes” (Paris, Calmann-Lévy, 1885, édition originale) et “Port-Tarascon” (Paris, Dentu / Editions du Figaro, 1890, édition originale, exemplaire avec envoi à Francis Magnard, patron du “Figaro”). Inv. 386 et 1831
Alphonse Daudet, “Les Rois en exil”, Paris, Dentu, “Collection Guillaume”, 1890, exemplaire offert par Daudet à Goncourt (dédicataire du livre), puis par celui-ci à son amie Pauline Zeller. Inv.

Oui, mais voilà : le livre ainsi programmé ne vit jamais le jour… Comme le constata B. de Meyer dans son étude sur la genèse des Mimes, « ces “détails de composition” devaient être fort importants, puisqu’il aura fallu toute une année avant que le recueil ne voie le jour. S’y ajoute vraisemblablement un problème d’éditeur, car ce ne sera plus chez Guillaume, piètre “fabricateur de livres artistiques” selon les Goncourt, et dont les éditions illustrées étaient souvent ratées, mais au Mercure de France, que les Mimes verront le jour »[16]. Le spécialiste et biographe de Schwob avait donc bien repéré l’existence d’un écueil, mais sans avoir plus d’éléments à sa disposition.

Alphonse Daudet, lettre signée à l’éditeur Edouard Guillaume, Champrosay, 20 août [1892]. Inv. 2075

Cette lettre inédite d’Alphonse Daudet à son éditeur permet donc d’éclairer ce départ manqué. En voici la transcription : « Champrosay, 20 août [1892]. Monsieur Guillaume, je crois, depuis dix ans que nous faisons affaire ensemble, vous avoir donné sans relâche des preuves de ma sympathie et de ma générosité, en retour des services rendus. Je vous ai prié d’éditer les Mimes de Marcel Schwob qui sont une œuvre exquise et que vous avez acceptés avec empressement. Votre promesse n’a pas eu de suites et me voilà manquant de parole à un ami, à un homme de rare talent. Vous me donnez une physionomie d’imposteur qui n’est pas la mienne et je me dois de cesser à partir de ce jour tout rapport d’affaire avec vous. Alph. Daudet ». Cette lettre de rupture explique donc les motivations de ce changement de maison, en raison de l’incurie de Guillaume (peut-être causée par des soucis financiers). En réalité, en dépit de la dureté des mots employés, la brouille ne dura pas et l’on trouve encore des œuvres originales de Daudet publiées dans la « Collection Guillaume » jusqu’à l’année de sa mort, quatre ans plus tard (comme Entre les frises et la rampe en 1894 ou L’Enterrement d’une étoile en 1896).

Alphonse Daudet, “Entre les frises et la rampe”, Paris, Dentu, 1894, édition originale, exemplaire avec envoi à François Coppée (voir “Mélange… (16) : Auteurs vs. Acteurs“). Inv. 666
Alphonse Daudet, “L’Enterrement d’une Etoile”, Paris, Borel – Collection Guillaume, 1896, édition originale. Inv. 2313

Suite au désistement de Guillaume, c’est donc au Mercure de France que les Mimes de Schwob parurent en 1893, dans une rarissime version autographiée, objet de luxe tiré à seulement 25 exemplaires et reproduisant le manuscrit original. Dédiée à Alphonse Daudet, la première édition en librairie sortit en 1894, dotée d’une très belle couverture illustrée par Jean Veber et tirée, là encore, à nombre réduit, soit 270 exemplaires (20 Japon et 250 exemplaires sur vergé à la forme). La deuxième édition publique parut dans la foulée, la même année, sous une plus sobre couverture grise.

Marcel Schwob, “Mimes avec un prologue et un épilogue …”, Paris, Mercure de France, 1894, deuxième édition publique, avec envoi autographe à Barbusse. Inv. 1235
Dédicace à Alphonse Daudet, dans Marcel Schwob, “Mimes avec un prologue et un épilogue …”, Paris, Mercure de France, 1894.

C’est à cette deuxième édition publique qu’appartient le présent exemplaire, intéressant par sa provenance. Il porte en effet un envoi autographe de Schwob à un jeune débutant : Henri Barbusse (1873-1935). A l’époque de la publication, Schwob participait régulièrement au journal L’Echo de Paris, dont le rédacteur en chef était son ami Catulle Mendès (homme de lettres, journaliste et gendre détesté de Théophile Gautier). Or, Barbusse, âgé alors de vingt-et-un ans (et futur beau-fils de Mendès), venait de remporter de manière triomphale le concours poétique lancé par le journal (son premier recueil, Les Pleureuses, devait d’ailleurs sortir en 1895).

Marcel Schwob, envoi autographe « A Henri Barbusse, son admirateur, Marcel Schwob ». Inv. 1235

Ainsi se fit la rencontre entre les deux auteurs ; l’auteur des Mimes guida dès lors les premiers pas littéraires du futur Prix Goncourt (primé en 1916 pour son célèbre roman Le Feu). Barbusse devint ainsi rapidement intime avec Schwob, lui écrivant déjà dans une lettre de décembre 1893 : « J’ose pourtant vous dire que je veux être un frère dans votre pensée, un frère qui ne vous manquera jamais, mon cher, mon très cher ami ».

Nicolas Ducimetière
Douvaine, 17 juin 2018


NOTES

[1] Voir notamment le site de l’active « Société Marcel Schwob », ainsi que son blog.

[2] Marcel Schwob et Robert Louis Stevenson, Correspondance, suivie de Will du moulin, éd. par François Escaig, Paris, Allia, 1992.

[3] Il avait pourtant échoué aux concours de Normale Sup’ et de l’agrégation, preuve que cela arrive à des gens très bien, c’est une consolation ! 😉

[4] Nicolas Malais, Bibliophilie & création littéraire (1830-1920), Paris, Cabinet Chaptal éditeur, 2016.

[5] Ce « Catalogue raisonné, descriptif et figuré, illustré de 166 facsimilés (titres, variantes, pages de texte, portraits » parut à Paris, Imprimerie nationale, en 1904. On doit aussi à Plan une édition de la correspondance de Jean-Jacques Rousseau.

Ex-libris gravé de Pierre-Paul Plan dans une édition des “Satyres” de Régnier provenant de son ennemi personnel Pierre Louÿs. Inv.

[6] Cité d’après Bernard de Meyer, Marcel Schwob, conteur de l’imaginaire, Berne, Peter Lang, 2004, p. 69. Voir aussi son article « Mimes : histoire d’un recueil », dans Christian Berg et Yves Vadé, Marcel Schwob, d’hier et d’aujourd’hui, Editions Champ Vallon, 2002, pp. 133-134.

[7] Egalement nommée « Lotus bleu » ou « Nelumbo », la « Petite Collection Guillaume » était formé de petits livres in-16, commercialisés à prix accessibles, à la fois commodes et luxueux, livres de chevets et de voyages autant que de bibliothèques. Edités au nombre de deux par mois, ils reçurent un très bon accueil, d’autant qu’un perfectionnement arriva. Après les premiers titres simplement brochés, l’éditeur décida de proposer des reliures : « De nombreuses lettres de nos abonnés nous ont signalé les inconvénients du brochage pour des livres aussi fragiles. Il est de fait que ces petits volumes, frais et gracieux au sortir de nos ateliers, ne sont plus que des chiffons sales et informes quand ils arrivent, après bien des péripéties, aux mains de l’acheteur, qui leur donne le coup de grâce en en coupant quelquefois les feuillets avec son doigt ou un bout d’allumette ». On proposa donc des reliures en cartonnage bleu orné, avec la tête déjà dorée, voire des versions plus luxueuses en chagrin bleu frappé du « nelumbo » doré.

Alphonse Daudet, “Entre les frises et la rampe”, Paris,  Dentu, 1894 , édition originale, exemplaire en reliure éditeur chagrin bleu. Inv. 388

[8] Paris, Calmann Lévy, 1885, in-4°.

[9] Paris, E. Dentu, 1888.

[10] Paris, E. Dentu, 1889.

[11] Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1886, in-16. EO en 1885.

[12] Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1888.

[13] Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1888.

[14] Paris, Dentu / Editions du “Figaro”, 1890. Mon exemplaire (Inv. 1831) a été offert par Daudet à Francis Magnard, le patron du “Figaro”, avec cet envoi : “à Francis Magnard, souvenir de jeunesse, Alph. Daudet, chantons, oui chantons le bon Delthypoèin…”.

[15] Paris, Flammarion, 1892.

[16] B. de Meyer, op. cit., pp. 69-70.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (27) : UN INSTANT DE LA NAISSANCE D’ “EMMELINE”

BADINAGE AMOUREUX ET CRÉATION LITTÉRAIRE :

UN INSTANT DE LA NAISSANCE D’EMMELINE

Quand on parle de littérature romantique française, quatre noms viennent spontanément en tête : Hugo, Lamartine, Vigny et Musset. De ce quatuor de génies (qui iront tous s’asseoir sous la Coupole), Alfred de Musset (1810-1857) était sans aucun doute l’enfant le plus terrible.

Portrait d’Alfred de Musset, par Charles Landelle. © Photo RMN-Grand Palais – G. Blot

A la fois romancier (Les Confessions d’un enfant du siècle), dramaturge (Lorenzaccio  ou On ne badine pas avec l’amour), poète et nouvelliste, ce « dandy débauché » brûla la corde de la vie par les deux bouts, multipliant les aventures féminines les plus débridées (notamment avec George Sand[1]) et les excès en tous genres (alcool, opium, etc.), tout en affaiblissant sa santé et sa capacité d’écrire (qui diminua sensiblement passée la trentaine).

“Gamiani, ou deux nuits d’excès”, publié à Bruxelles en 1833 et illustré par Achille Devéria (1800-1857). Ce célèbre texte pornographique est depuis toujours attribué à Alfred de Musset (qui en nia toutefois la paternité). DR

La lettre inédite de Musset que nous allons examiner aujourd’hui est un document rare, évoquant à la fois un instant créatif de l’auteur et une de ses relations amoureuses les plus durables. Il s’agit en effet d’un courrier adressée à Caroline Jaubert (1803-1882), née Caroline d’Alton-Shée. Musset la rencontra en 1835 (sa première lettre connue date du 11 août de cette année), dans la maison de campagne du célèbre avocat Berryer dans le Loiret. Ayant un soir été désignée pour donner un sobriquet à Alfred de Musset, elle intitula l’aimable feu-follet « prince Phosphore de Cœur-volant » : le surnom lui resta. Leur passion amoureuse fut remplacée au fil des mois par une amitié et une complicité intellectuelle rares, au point que Musset se proclamait son « fieux » (filleul) et l’appelait « Marraine ».

Dessin représentant le “fieux” présentant ses hommages à Caroline Jaubert, sa “très petite marraine”, au bas d’une lettre autographe de Musset (11 août 1835). DR

Il prit l’habitude de lui confier ses impressions et sentiments les plus intimes, même sur ses relations de cœur (ou de cul, les lettres étant parfois assez crues), ainsi que sur ses phases d’écriture (chose qu’il ne fit avec aucune autre de ses maîtresses) : Caroline Jaubert devint ainsi sous la plume de Musset « Monsieur le conseiller [ou président] de la Verdrilliette », confidente, juge et conseillère. L’intimité était telle que Caroline Jaubert alla jusqu’à encourager la liaison (fameuse) de Musset, à partir d’avril 1837, avec sa cousine Aimée d’Alton-Shée (qui devait finalement épouser le frère de l’auteur, Paul de Musset). L’auteur volage devait immortaliser son amie dans la pièce Un Caprice, écrite en 1837, dans le personnage de Mme de Léry.

Le seul portrait connu de la jolie Aimée d’Alton, maîtresse de Musset et cousine de Caroline Jaubert. DR

Avant d’aller plus avant, donnons le texte en entier :

« Mardi. // je comptais vous voir ce soir, madame, // chez la Mse de Lagrange. je suis // tellement plongé dans l’encre que cela // m’est impossible. Emmeline pousse, // il faut bien que je vous dise que ce // sujet un peu mauvais sujet qui m’avait // déplu un instant me plait plus que // jamais. Le fonds du canevas n’est pas // très profond comme vous savez, je // voudrais qu’il me fut possible d’en // rajeunir un peu l’idée. // compliments printaniers //

alfd de Musset //

[PS :] si vous voyez ce soir votre clair de lune // déguisé en Marquise touchez lui bien // respectueusement le bout de la main // de ma part et dites lui que ma première // sortie sera pour aller savoir des nouvelles // de sa santé. »

Lettre autographe d’Alfred de Musset à Caroline Jaubert [Paris, 2 mai 1837]. Inv. 550

Avançons maintenant pas à pas, ligne à ligne dans le décryptage de cette lettre, avant de montrer, avec méthode, comment elle peut éclairer un modeste pan de l’histoire d’une œuvre du grand Musset.

  • « Mardi. » : le courrier est une simple feuille de papier bleu plié. Le verso comporte donc encore l’adresse d’envoi, « Madame Jaubert 15, rue Taitbout », mais aussi de précieux tampons postaux, portant la date du 2 mai. Le contexte de la lettre nous indique l’année, non mentionnée, qui est 1837. Un coup d’œil sur un calendrier pérpétuel permet de constater que le 2 mai 1837 était un mardi : Musset envoya donc cette lettre le jour même de son écriture.
Verso de la lettre autographe d’Alfred de Musset à Caroline Jaubert [Paris, 2 mai 1837]. Inv. 550. Le cachet monogrammé rouge est celui du bibliophile normand Gustave-Robert Piclin (+ 1973, commissaire-priseur, président de la Société des Amis des monuments rouennais en 1948-1949).
  • « je comptais vous voir ce soir, madame, // chez la Mse de Lagrange. » : le salon évoqué ici était celui du marquis Edouard Lelièvre de La Grange (1796-1876)[2] et surtout de son épouse, née Constance de Caumont La Force (1801-1869)[3]. Dans les années 1830, Musset en était un familier, ainsi que les deux cousines Caroline et Aimée d’Alton. Le 8 juin 1837, il écrit ainsi à la seconde : « Il n’y avait personne l’autre jour chez Mme Lagrange et tu as bien fait de ne pas y venir. (…) »[4].
Portrait de Constance de Caumont La Force (1801-1869), marquise de La Grange. DR
  • « je suis // tellement plongé dans l’encre que cela // m’est impossible. Emmeline pousse, » : voici donc la raison qui empêche Musset de sortir en société ce soir-là : il travaille à l’écriture d’une nouvelle intitulée Emmeline. Cette histoire est en fait – et cela ne manque pas de sel, vu la destinataire de la lettre – le récit à peine déguisé de sa brève liaison avec Caroline Jaubert en 1835. Emmeline avait été évoquée dès le 18 août 1836, lorsque Musset conclut un traité avec l’éditeur François Buloz pour la publication en feuilleton d’une œuvre de ce titre, censée être, au départ, un roman. Musset adopta finalement la forme de la nouvelle (tout en l’appelant lui-même « conte ») : dans une lettre à Buloz datant du 12-13 juillet 1837[5], il indiquait encore avoir à faire d’ultimes changements à son texte qui parut finalement dans la Revue des Deux-Mondes du 1er août 1837. Suivit l’édition originale (« très rare », selon Clouzot) parue en 1837 avec la nouvelle Les Deux Maîtresses (et sous ce titre, chez Dumont), l’ensemble des nouvelles de Musset étant réuni en une édition collective de format in-12 en 1841 (Charpentier)[6].
Alfred de Musset, “Nouvelles”, Paris, Charpentier, 1841, couverture, première édition collective. On retrouve dans ce volume in-12 la nouvelle “Emmeline”. Inv. 549

Dans la biographie qu’il consacra à son frère, Paul de Musset affirmait qu’Emmeline avait été écrite très rapidement (« en quelques jours »), dans le courant du seul mois de juin 1837[7].  Cette lettre, grâce à ses tampons postaux préservés, permet de faire remonter cette date de plus d’un mois : datant du 2 mai, elle indique en effet que Musset est « plongé dans l’encre » et qu’ « Emmeline pousse », autrement dit que la rédaction de l’œuvre est entreprise depuis quelque temps déjà. Une information qui permet de faire remonter la genèse de cette nouvelle, au minimum, au mois d’avril 1837. On notera d’ailleurs que Musset dit aussi que le sujet lui avait « déplu un instant » et qu’il lui « plaît [maintenant] plus que jamais », ce qui permet de supposer des étapes  et des changements d’humeur dans le processus d’écriture, donc une chronologie bien plus longue que celle livrée par Paul de Musset. Un rapprochement peut enfin être fait avec une autre lettre à Caroline Jaubert qui débute sur des mots proches : « J’écris Emmeline dans ce moment-ci (…) »[8]. Malheureusement, la lettre n’avait pas d’éléments tangibles permettant d’établir sa date et les éditeurs scientifiques avaient dû se contenter de la situer vers juin 1837, sur la base des renseignements donnés par Paul de Musset.

  • « il faut bien que je vous dise que ce // sujet un peu mauvais sujet qui m’avait // déplu un instant me plait plus que // jamais. » : clin d’œil de Musset ? Le fait que l’expression soit soulignée le laisse penser. Caroline Jaubert, en tant qu’amie et « marraine », avait à cœur le comportement de Musset, gagnant son surnom de « Monsieur le conseiller de la Verdrilliette ». Or, on lit dans la lettre du 27 octobre 1837, dans laquelle Musset reprend justement les termes d’un courrier précédent de Mme Jaubert : « J’ai grand intérêt, dit Mr le conseiller de la V., à ce que vous ne deveniez pas trop mauvais sujet  (…) »[9]. Et déjà, dans la lettre du 22 octobre (Corr.,) : « Je crois que je finirais par devenir un mauvais sujet, si je ne me retenais »[10]. Un terme que devait donc employer assez souvent Mme Jaubert à l’égard de son garnement de « fieux »…
  • « Le fonds du canevas n’est pas // très profond comme vous savez, je // voudrais qu’il me fut possible d’en // rajeunir un peu l’idée. » : nouveau clin d’œil, au sous-entendu équivoque ? Le « canevas » d’Emmeline est justement la liaison entretenue entre Musset et Caroline Jaubert, un peu moins de deux ans plus tôt… S’agit-il dans l’esprit de Musset de retravailler sur le papier le thème de la nouvelle ou de rafraîchir son inspiration auprès de l’inspiratrice ? Bien que leur liaison initiale ait été brève, elle eut peut-être quelques échos épisodiques, selon Franck Lestringant[11]. Il est fort possible qu’il faille entendre les deux sens de lecture, Musset aimant pratiquer, toujours selon F. Lestringant, le « sous-entendu grivois », le « double langage des roués »[12]. Mais c’est ici, sans doute, avec plus d’humour que de sérieux (dans une lettre écrite en juin 1837, Musset indiqua clairement à son ancienne maîtresse : « le rapport physique, sujet sur lequel je ne reviendrai jamais avec vous… »[13]).
Incipit de la nouvelle “Emmeline”, dans Alfred de Musset, “Nouvelles”, Paris, Charpentier, 1841, première édition collective. Inv. 549

Quant à la minceur du sujet de la nouvelle, Balzac tomba d’accord avec l’avis franc de l’auteur : dans sa critique publiée dans la Revue parisienne, il écrivit qu’Emmeline aurait pu être « le modèle parfait de la nouvelle moderne » si le sujet en avait été un tant soit peu plus original[14]

  • « si vous voyez ce soir votre clair de lune // déguisé en Marquise touchez lui bien // respectueusement le bout de la main // de ma part et dites lui que ma première // sortie sera pour aller savoir des nouvelles // de sa santé. » : qui se cachait derrière cette dénomination cryptique du post-scriptum ? On aurait pu penser à la cousine de Caroline Jaubert, Aimée d’Alton, devenue la maîtresse de Musset en avril 1837 (c’est-à-dire dans les semaines précédant cette lettre). Mais, dans ce cas, pourquoi demander à Mme Jaubert de lui transmettre ses salutations et son souvenir, puisqu’il doit alors rencontrer Aimée presque tous les jours, ce que Mme Jaubert sait parfaitement, approuve et encourage ? Si cette femme est, aux yeux de Musset, « un clair de lune déguisé en Marquise », c’est peut-être que, socialement, elle porte justement ce titre. Ce ne peut pas être non plus la marquise de Lagrange : si Mme Jaubert se rend chez elle ce soir-là, elle verra nécessairement son hôtesse et Musset employe ici le conditionnel. De plus, en ce cas, pourquoi le « votre… » ? En revanche, Caroline Jaubert, née d’Alton-Shée, avait précisément une nièce marquise, jeune femme dont Musset parle d’ailleurs en termes très élogieux dans d’autres lettres à Mme Jaubert de la même année 1837. Ainsi, dans une lettre du 17 octobre : « J’ai été (…) voir, il y a deux ou trois jours, la très belle Marquise, votre nièce, que j’ai trouvée sur une chaise longue, gaie et belle comme une houri. Je ne sais comment elle s’y prend pour rester si jolie ; au milieu de ses peines, elle est comme une perle fine dans une coquille d’huître. (…) »[15]. Les allusions se répètent dans les lettres du 22 et du 27 octobre, Mme Jaubert semblant craindre, manifestement, un trop grand intérêt de son ami pour sa nièce. Musset finit par la rassurer en lui écrivant que, bien que les « trente-deux perles [de sa bouche] méritent qu’on se fasse pêcheur », « Mr le conseiller sait très bien que, toutes blanches qu’elles [soient], les perles en question sont beaucoup trop vertes pour son très humble serviteur » ! 😉

Comme on le voit, cette lettre nous plonge dans le quotidien créatif du célèbre auteur romantique, dans une de ces rares correspondances où il se livrait entièrement à une amie et maîtresse à laquelle il vouait une affection sans bornes, augmentée d’une complicité intellectuelle rare. Ce « moment » de la création d’Emmeline, nouvelle d’ailleurs inspirée par leur liaison, permet de redéfinir la chronologie de la genèse de cette œuvre, sans doute plus complexe et travaillée que les sources habituelles ne le laissent entendre.

Nicolas Ducimetière
Douvaine, 29 avril 2018


ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Dessin représentant Musset présentant ses hommages à Caroline Jaubert, sa “très petite marraine”, au bas d’une lettre autographe du 11 août 1835. Ce célèbre courrier est repassé en vente lors de la dispersion de la Bibliothèque E. et B. L. – Editions originales romantiques, Binoche, Paris-Drouot, mardi 10 octobre 2017, n° 283.

NOTES

[1] En 1859, chez Hachette, George Sand publia Elle et Lui, roman épistolaire d’inspiration autobiographique. Elle y révélait en particulier l’héautoscopie dont souffrait le génie, forme de dépersonnalisation qui explique peut-être le caractère hallucinatoire du poème La Nuit de décembre.

George Sand, “Elle et Lui”, Paris, Hachette, 1859, édition originale. Inv. 553

Jugeant son frère défunt calomnié par l’ensemble du roman de Sand, Paul de Musset répliqua, six mois plus tard, en faisant paraître chez Charpentier un Lui et Elle.

[2] Officier dans les mousquetaires du roi, puis à la Garde Royale dans sa jeunesse, le comte de La Grange fit ensuite une carrière diplomatique, avant de démissionner après la Révolution de 1830. Il se lança alors en politique, assumant les fonctions de député de la Gironde de 1837 à 1851. Le Second Empire le fit par la suite sénateur. C’était par ailleurs un érudit, président de la Société des Antiquaires de Normandie et membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres : on lui doit de nombreux articles et études d’histoire et d’histoire littéraire, ainsi que des traductions de l’allemand.

[3] Veuve du comte Joseph de Clermont Lodève, elle épousa le comte de La Grange en 1827, leur union demeurant sans enfant. Son salon était fréquenté par toute l’intelligentsia romantique : voir notamment Lettres inédites de Alfred de Vigny au marquis et à la marquise de La Grange (1827-1861), publiées avec une introduction et des notes par Albert de Luppé (Paris, L. Conard, 1914). A noter qu’il exista une autre marquise de La Grange dans l’entourage de Musset, puisque la fille unique de Caroline Jaubert, Jeanne Adine (1820-1892), épousa le marquis Jules Lelièvre de La Grange, un collatéral du couple déjà évoqué.

Sépulture de Caroline d’Alton (Mme Jaubert) et de sa fille Jeanne-Adine Jaubert, marquise de La Grange, au cimetière de Montmartre, à Paris. DR

[4] Correspondance d’Alfred de Musset, tome 1 (1826-1839), éd. Marie Cordroc’h, Roger Pierrot, Loïc Chotard, Presses Universitaires de France, Paris, 1985, lettre 37-11, p. 209. Dans cette lettre, le nom avait été biffé à l’encre par Aimée d’Alton, ce qui peut expliquer la perte de la particule.

[5] Id., lettre 37-17, p. 214.

[6] Contient : Les Deux Maïtresses, Emmeline, Le Fils de Titien, Frédéric et Bernadette, Croisilles et Margot.

[7] Paul de Musset, Biographie de Alfred de Musset, sa vie et ses œuvres, Paris, Charpentier, 1877, p. 189.

[8] Correspondance…, op. cit., lettre 37-15, pp. 212-213.

[9] Id., lettre 37-31, p. 226.

[10] Id., lettre 37-30, p. 224.

[11] Franck Lestringant, Musset, collection « Grandes biographies », Flammarion, Paris, 1999, p. 355.

[12] Id., pp. 362-263.

[13] Correspondance…, op. cit., lettre 37-15, p. 213.

[14] Cité par Yves Le Gars, dans son avant-propos de l’édition d’Emmeline/Les Deux Maîtresses/Le Fils de Titien, éditions Alinéa, Paris, 1991, p. 12.

[15] Correspondance…, op. cit., lettre 37-29, p. 222.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (19) : UNE AMITIÉ DANS LA TOURMENTE

UNE AMITIÉ DANS LA TOURMENTE : MIRBEAU ET ZOLA

La littérature française « fin de siècle » compta plusieurs grands noms engagés en faveur des causes sociales de l’époque. Les lendemains, croyaient-ils, devaient nécessairement chanter… Durant l’ « Affaire » qui divisa la France, la plupart se rangèrent dans le camp des dreyfusards, dont ils furent les chefs de file. On pense évidemment à Emile Zola, mais d’autres auteurs mirent aussi résolument leur plume au service de la vérité et du progrès : parmi eux figurait notamment l’écrivain Octave Mirbeau (1848-1917).

Octave Mirbeau vers 1895

Mirbeau, après avoir subi une longue période d’éclipse durant la majeure partie du XXe siècle, est revenu au premier plan grâce à l’action décisive du prof. Pierre Michel, de l’université d’Angers, qui a consacré sa carrière, avec une rare énergie, à la résurrection de ce romancier (surtout connu pour Le Journal d’une femme de chambre), dramaturge et nouvelliste de première importance[1]. Zola et Mirbeau, ces deux auteurs aux opinions souvent si proches ne pouvaient que se fréquenter et s’apprécier, même si leur amitié connut des éclipses : un exemplaire de l’édition originale de Paris vient témoigner de leur réconciliation dans des instants troublés de l’histoire de France. Occasion aussi de vous faire mieux découvrir ce très bon auteur qu’est Mirbeau, à travers quelques éditions originales et manuscrits.

I. Des relations en dents de scie[2]

Déjà proche de Maupassant et de Paul Alexis (deux membres du « Groupe de Médan » qui avait livré le recueil des Soirées de Médan, contenant notamment Boule de Suif), Octave Mirbeau participa, aux côtés de Huysmans, Hennique et Maupassant, au fameux « dîner Trapp » du 16 avril 1877, durant lequel Flaubert, Goncourt et Zola furent reconnus comme les maîtres de la littérature moderne par la jeune garde naturaliste.

Emile Zola avant 1880

Pour autant, Mirbeau veillera à garder ses distances avec le naturalisme, sceptique devant la prétendue objectivité sociale et le positivisme exprimés par ses membres. Après des débuts qu’il assimila à une forme de prostitution intellectuelle et politique, lui-même remporta ses premiers succès avec notamment les romans Le Calvaire (1886) et L’Abbé Jules (1888).

Octave Mirbeau, “Le Calvaire”, édition originale, page de titre. Inv. 2127.
Octave Mirbeau, “Le Calvaire”, édition originale, envoi autographe à l’historien Alfred Duquet. Inv. 2127.

Adoubée par le public comme par ses pairs (comme le montre la réaction de Goncourt à L’Abbé Jules dans la lettre autographe ci-dessous), sa carrière était lancée, son talent s’exprimant aussi bien dans le roman que dans la nouvelle ou le théâtre (voir notamment l’exemplaire des Mauvais Bergers présenté dans mon billet Auteurs vs. Acteurs).

Edmond de Goncourt, lettre autographe signée à Octave Mirbeau après la lecture de “L’Abbé Jules” (9 avril 1888) : « Je veux vous dire le plaisir que j’ai eu à lire votre “Abbé Jules”, le plaisir nerveux, fouetté, que donne votre prose, et qui met en quelque sorte en vous quelque chose du coup de fouet avec lequel un conducteur qui a de l’huile de bras enlève un attelage. (…) C’est un beau, un original livre, et vous serez et vous êtes un grand romancier. Je vous serre bien amicalement les deux mains ». Inv. 2104.

Son admiration pour Zola était réelle, notamment pour la capacité de l’auteur de Germinal à secouer, voire ébranler les habitudes et idées bourgeoises de l’époque. La critique de Mirbeau au sujet du célèbre roman parue en novembre 1885 dans Le Matin, prit la défense de Zola avec un ton passionné : « aucun homme, en ce siècle, n’a été plus sottement plaisanté, plus durement insulté que Zola, aucun sinon Manet, qui partagea avec son ami et son défenseur cette première consécration enviable du mépris (…). M. Zola nous a donné, dans ce temps si indulgent aux compromissions quelconques, l’exemple presque farouche d’une dignité rare, qu’il faut savoir admirer encore plus, peut-être, qu’on admire son talent ; car le talent de l’artiste s’embellit encore de la dignité de l’homme ». Cet enthousiasme n’allait pas sans quelques réserves, exprimé dans une critique de La France du 11 mars 1885 : « M. Zola l’étale avec une sorte de complaisance agaçante ; il y revient avec persistance, comme s’il éprouvait une joie d’enfant à défier le “bégueulisme” bourgeois, à envoyer des pieds de nez à ses pudeurs qui s’effarouchent. Le mot cru finit par emplir le livre ; on ne voit que lui, on ne sent plus que son odeur. Il gâte le plaisir et fige l’admiration ; pourquoi Zola, qui est un maître et un grand esprit, ne laisse-t-il pas ces procédés démodés à l’insatiable naturalisme des Trublots, qui barbotent toute leur vie dans la crotte ? ».

Les positions des deux hommes divergeaient donc sur un certain nombre de points, tant au niveau politique que littéraire. Dans sa « Chronique du Diable » parue dans L’Événement du 21 juin 1885, Mirbeau donnait le ton de leurs rapports : « J’ai vu l’autre jour M. Émile Zola, je lui ai même parlé. Il me paraît fort honnête homme et je regrette d’avoir dit du mal de lui avec des académiciens. Un académicien, en effet, n’aurait pas jugé plus sévèrement les jeunes romanciers, leurs tendances et leurs prétentions ».

Le découragement d’un romancier : « Je me bats, je me bats contre mon métier, et il est plus fort que moi, et chaque jour, me terrasse. Oui, l’inquiétude, la torture de ne pas rendre ce qu’on ressent ! de traîner dans la banalité ! dans le tout le monde. Je suis découragé… ». Octave Mirbeau, lettre autographe signée au peintre Jean-François Raffaëlli, Paris, s.d. [fin décembre 1885]. Inv. 2123.

Ces antagonismes se cristallisèrent plus vivement vers la fin des années 1880, notamment autour du roman La Terre paru en 1887. Dans une critique plutôt virulente parue le 21 septembre dans Le Gaulois, Mirbeau taxait l’œuvre de « mauvais ouvrage, mauvais socialement, mauvais littérairement » : reprochant à Zola d’avoir livré un portrait à charge caricatural du monde paysan, il parlait d’une « chute regrettable ». Pour autant, Mirbeau ne participa pas au « Manifeste des Cinq » lancé contre Zola, répondant à une lettre de celui-ci par des mots amicaux : « Vous savez combien je vous admire ; je vous l’ai prouvé, hélas ! avec la faiblesse de mes moyens, mais avec toute la sincérité d’un esprit subjugué par la beauté et par la force de vos œuvres. Vous ne savez peut-être pas combien je vous aime. Je vous aime pour votre immense talent, pour votre immense labeur, pour votre caractère, et pour la dignité de votre vie. Je veux que vous sachiez bien cela. Je disais qu’il m’en coûtait infiniment d’écrire ce que je pensais de votre livre ; c’est la vérité “vraie”, et non point une phrase de rhétorique. J’aurais voulu crier au chef-d’œuvre. Mais c’est avec les hommes qu’on estime le plus qu’il faut dire ce qu’on croit être la vérité »[3].

Octave Mirbeau, “Le Mur”, manuscrit autographe signé, [1894]. Ce beau “conte cruel” met en scène un modeste paysan acculé à la ruine et au suicide par des tracas administratifs aussi ubuesques qu’implacables. Inv. 1500.

Ce qui agaçait sans doute le plus Mirbeau était l’insistance de Zola à rechercher ou accepter les honneurs officiels, que ce soit la Légion d’honneur ou ses candidatures à l’Académie française. Pour cet anarchiste de pensée, les reconnaissances étatiques sont autant de compromissions aliénant la liberté d’opinion. Ecrivant à son ami Rosny, il eut alors ce jugement définitif : « Vous n’avez pas assez montré, il me semble, l’omnipotence raisonneuse de cet orgueilleux, naïf et féroce parvenu. Au fond, Zola – intellectuellement parlant – c’est Sarcey [célèbre critique « officiel » conservateur, académicien français]. Un Sarcey geignard et gagateux. Il a dans ses jugements sur toutes choses la même lourdeur et la même infrangible inintelligence, Car ce qu’il y a de mieux à dire sur Zola, c’est qu’il est un parfait imbécile ».

II. Rapprochement dans la tourmente

La réconciliation va venir de l’ « Affaire » qui secouait et divisait alors toute la France, autrement dit l’Affaire Dreyfus. Si le capitaine Alfred Dreyfus avait été condamné à la déportation à vie dès décembre 1894, le cas ne prit une ampleur vraiment nationale qu’avec le célèbre article « J’accuse … ! – Lettre au président de la République » publié par Zola en « une » de L’Aurore le 13 janvier 1898, tiré à 300’000 exemplaires. La réaction des personnes impliquées ne tarda pas et Zola fut renvoyé devant la  Cour d’Assises de la Seine sur une plainte du ministre de la Guerre pour diffamation.

Zola et ses proches devant le Palais de justice de Paris (Supplément illustré du “Petit Journal”, 20 février 1898). Inv. 420 bis.

Le procès s’ouvrit le 7 février 1898, dans un climat extrêmement tendu, les deux camps s’affrontant avec une haine farouche. A chacune des quinze journées d’audience qui suivirent, Zola fut entouré d’un groupe d’amis fidèles qui, au mépris des injures et parfois des coups, constituèrent sa « garde rapprochée », gardes du corps autant que soutiens moraux. Et bien sûr, au tout premier rang de ceux-ci : Octave Mirbeau, revenu avec résolution et fidélité auprès du « cher homme ». Depuis leur réconciliation de l’été 1896 et surtout depuis le début de l’engagement des « intellectuels » en faveur de Dreyfus à l’automne 1897, Mirbeau est devenu quasiment inséparable de Zola, auquel il s’est rallié inconditionnellement, retrouvant l’esprit frondeur et batailleur qui l’avait séduit vingt ans plus tôt. Ecrivant au directeur du Journal le 4 mars 1898, Mirbeau proclamait tel une profession de foi : « J’ai pour Emile Zola la plus ardente amitié ; pour son œuvre, la plus ardente admiration ; pour son acte de justice et de vérité, la plus ardente foi ».

Incident d’audience durant le procès Zola, opposant le colonel Henry et le lieutenant-colonel Picquart (supplément illustré du “Petit Journal”, 27 février 1898). Inv. 420 bis.

Spectateur attentif et inquiet du procès, Mirbeau assista à toutes les audiences et resta atterré par le lourd verdict (un an de prison ferme et 3’000 francs d’amende personnelle) finalement prononcé le 23 février à l’encontre de son ami, au grand contentement d’une salle majoritairement hostile à l’accusé et qui fit alors éclater son triomphe, en hurlant des menaces de mort. Dans une lettre célèbre au peintre Monet, Mirbeau exprima toute son admiration devant l’attitude du condamné : « Zola est admirable. Durant ces quinze audiences, pas une minute de défaillance. C’est comme un Christ ». Les marques de son engagement et de son amitié ne firent ensuite que s’accentuer tout au long de cette bataille judiciaire. La criante injustice du jugement en appel, à l’été suivant, le laissa effondré et en larmes sur son banc, vainement consolé par son amie la journaliste Caroline Rémy, dite Séverine, la « grande prêtresse du dreyfusisme ».

Henry de Groux, “Zola aux outrages” (1898)

Sur le conseil de ses amis, Zola prit le soir même la route de Londres pour échapper à l’emprisonnement. Les biens du condamné risquant d’être saisis en raison de cette fuite, Mirbeau paya de sa poche l’amende de base, augmentée de frais énormes, soit 7 555,25 francs (environ 50’000 euros)[4]. Alors que les tombereaux d’insultes continuaient à se déverser, Mirbeau assénait sans faillir, en novembre 1898 : « Le plus grand prosateur ? Emile Zola, écrivant J’accuse ! ». Début 1899, il se rendit même en Angleterre pour rencontrer l’exilé pour le soutenir, sans jamais oublier, en France, de s’occuper de l’épouse abandonnée, Alexandrine. Zola, de son côté, ne devait pas oublier le dévouement de Mirbeau, qu’il qualifia de « justicier qui a donné son cœur aux misérables et aux souffrants de ce monde ». Dans une lettre de décembre 1898 à Mme Mirbeau, il écrivait encore : « Dites à votre mari combien je l’aime et je l’admire ».

Fiche anthropométrique du prévenu Zola

III. Un émouvant témoin

C’est donc dans cette atmosphère de lynchage et de victoire des anti-dreysufards que le nouveau roman de Zola, Paris, sortit en librairie, presque confidentiellement, au début de mars 1898 (il avait été auparavant pré-publié du 23 octobre 1897 au 9 février 1898 dans Le Journal).

Emile Zola, “Paris”, édition originale, première de couverture. Inv. 420.

Dès cette publication en journal, Mirbeau n’avait pu retenir son enthousiasme face à un roman qui, en effet, ne pouvait que le séduire et le toucher, par les théories sociales, les idées politiques et les personnages fougueux qu’il mettait en scène. Témoignage de son émotion de lecteur, la lettre immédiatement écrite à Zola : « Votre Paris ? C’est grand, fort, puissant. Ce sera sûrement une de vos plus formidables choses… Je suis écrasé par l’immensité de votre esprit »[5]. Et c’est tout naturellement que Zola, aux environs du 1er mars 1898 (si l’on en croit certaines lettres de sa correspondance échangées avec d’autres dédicataires), offrit à Mirbeau un exemplaire dédicacé de ce Paris qui avait tant plu à son ami. Cela moins d’une semaine, donc, après la fin de l’éprouvant procès en assises durant lequel Mirbeau l’avait soutenu de son amitié sans faille, ce qui donne toute sa valeur à ses quelques mots simples, comme toujours avec les envois de Zola à ses intimes : « A Octave Mirbeau, son ami, Emile Zola ».

Envoi de Zola à Mirbeau sur l’édition originale de “Paris” (1898). Inv. 420.

Les envois de et à Mirbeau ont déjà fait l’objet d’études séparées ou synthétiques[6], mais cet exemplaire leur était demeuré inconnu jusqu’à sa publication par mes soins dans les Cahiers Octave Mirbeau[7]. En fait, la bibliothèque d’Octave Mirbeau comportait à double les volumes de la trilogie des « Trois Villes » de Zola (Lourdes, Rome et Paris). Il s’agissait, d’une part, de trois exemplaires en « grand papier », éditions de luxe sur Hollande, qui restèrent brochés, mais surtout étaient sans dédicace de Zola (n° 770 du catalogue de la première vente Mirbeau des 24-28 mars 1919).

Extrait du catalogue de la première vente Mirbeau

Et, d’autre part, d’exemplaires sur papier ordinaire, cette fois-ci avec envoi de Zola. On avait ainsi connaissance du volume, broché, de Rome, qui figure dans l’inventaire Coiffait : il faisait partie du lot 323 de la seconde vente Mirbeau des 20-21 juin 1919. En revanche, nulle trace, dans les catalogues de ces deux ventes, de cet exemplaire dédicacé de Paris.

Octave Mirbeau à son bureau vers 1900

Le volume ne comporte malheureusement aucun ex-libris, ni autre mention de propriété qui puisse nous renseigner sur son parcours[8]. Peut-être fut-il offert par Mirbeau, avant sa mort en 1917, à l’un de ses disciples, comme un souvenir, presque une relique, de ce grand combat de l’« Affaire » et de son amitié avec Zola ?

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 21 octobre 2017

L’affaire Zola vue par “Le Petit Journal” (février 1898). Inv. 420 bis.

APPENDICE : Mirbeau dans “une petite bibliothèque”

Manuscrits autographes :

  • Octave Mirbeau, Le Mur, s.d. [1894], manuscrit autographe signé. Nouvelle parue dans L’Echo de Paris (20 février 1894), rééditée dans Les vingt-et-un jours d’un neurasthénique (Paris, Fasquelle, 1901, chapitre XIX), puis dans Contes cruels (Paris, Belles-Lettres, 2009, pp. 291-295). Inv. 1500. Pour découvrir et lire l’intégralité de ce “conte cruel”, cliquer ici.

  • Octave Mirbeau, Les deux voyages, s.d. [1900], manuscrit autographe signé. Nouvelle parue dans Le Journal (4 février 1900), rééditée dans La Pipe de cidre (Paris, Flammarion, 1919, pp. 165-172), puis dans Contes cruels (Paris, Belles-Lettres, 2009, pp. 549-554). Inv. 1679. Pour découvrir et lire l’intégralité de cet autre “conte cruel”, cliquer ici.

  • Octave Mirbeau, L’Abbé Cuir, s.d. [1902], manuscrit autographe signé. Chronique parue dans Le Journal (16 mars 1902), rééditée dans Combats esthétiques (éd. par Pierre Michel et Jean-François Nivet, Paris, 1993, tome II, pp. 325-328). Inv. 2210.

Lettres autographes :

  • Octave Mirbeau, lettre autographe signée au peintre Jean-François Raffaëlli, Paris, s.d. [fin décembre 1885]. Sur le métier d’écrivain et ses difficultés, ainsi que sur l’organisation d’un des « Dîners des Cosaques ». Publiée dans Octave Mirbeau, Correspondance générale, éd. par P. Michel, L’Âge d’homme, 2002, tome I, n° 286, pp. 482-483. Inv. 2123.
  • Octave Mirbeau, lettre autographe signée à [André Antoine], [Paris], 3 boulevard Delessert, s.d. [1897 ?]. Demande à récupérer une copie manuscrite d’une pièce confiée [Les mauvais bergers] au célèbre metteur en scène, directeur du Théâtre-Antoine. Inv. 2163.
  • Octave Mirbeau, lettre autographe signée à [Jules Huret], s.l.n.d. [vers 1900]. Evoque le Dr. Georges Dumas (1866-1946), grand psychologue, et parle de son déplacement prochain à Berne (dans la clinique du Dr. Dubois, pour soigner la neurasthénie de sa femme Alice). Inv. 2358.
  • Octave Mirbeau, lettre autographe signée à [Jean Finot], Veneux-Nadon, “jeudi matin” [19 septembre 1901]. Evoque sa collaboration à “La Revue des Revues” dont Finot est le directeur, mais parle aussi de l’accident de voiture récent de sa femme Alice. Inv. 2368.
  • Octave Mirbeau, lettre autographe signée à Louis Barthou, Paris, s.d. [1908]. Sur l’adaptation de la pièce Le Foyer à la Comédie-Française et l’affaire que sa censure suscita. Inv. 1972.
  • Octave Mirbeau, lettre autographe signée à Louis Barthou, Paris, s.d. [1908]. Sur l’adaptation de la pièce Le Foyer à la Comédie-Française et l’affaire que sa censure suscita. Inv. 1972.

Editions originales (à envoi ou sans grands papiers) :

  • Octave Mirbeau, Le Comédien, par un journaliste, et Benoît Coquelin, Les Comédiens, par un comédien, Paris, Editions Brunox, 1883, édition originale du premier livre de Mirbeau, exemplaire du journaliste et librettiste d’opéra Philippe Gille (1831-1901, collaborateur de Bizet, Offenbach et Labiche) (envoi autographe : « A Philippe Gille, en témoignage d’une jeune et durable amitié, Octave Mirbeau »). Inv. 1903.

  • Octave Mirbeau, Le Calvaire, Paris, Paul Ollendorff, 1887, édition originale, exemplaire de l’historien Alfred Duquet (1842-1916, historien militaire, proche des naturalistes, avant de s’en éloigner à cause de l’Affaire Dreyfus) (envoi autographe : « A Alfred Duquet, hommage affectueux et reconnaissant, Octave Mirbeau »). Inv. 2127.
  • Octave Mirbeau, Sébastien Roch – Roman des moeurs, Paris, Charpentier, 1890, édition originale, exemplaire du poète Emile Michelet (1861-1938) (envoi autographe : « A Emile Michelet, son ami Octave Mirbeau »). Inv. 2333.

  • Octave Mirbeau, Les Mauvais Bergers, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1897, édition originale, exemplaire de la comédienne Berthe Bady (1872-1921) (envoi autographe : « A Mademoiselle Berthe Bady, avec l’espoir charmant qu’elle voudra bien, un jour, jouer une pièce de moi. Octave Mirbeau »). Inv. 2202.
  • Octave Mirbeau, Le Jardin des Supplices, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1899, édition originale, exemplaire du romancier Pol Neveux (1865-1939, membre de l’Académie Goncourt) (envoi autographe : « A Pol Neveu [sic], son ami Octave Mirbeau »). Inv. 424.

  • Octave Mirbeau, Le Journal d’une femme de chambre, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1900, édition originale, exemplaire du préfet de police de Paris Célestin Hennion (1862-1915, créateur des « Brigades du Tigre » et l’un des premiers penseurs du rôle social de la police) (envoi autographe : « A M. Hennion, souvenir amical, Octave Mirbeau »). Inv. 692.

  • Octave Mirbeau, Le Portefeuille, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1902, édition originale, un des 10 exemplaires numérotés sur papier du Japon (n° 1). Provenance : Eugène Fasquelle. Inv. 1199.

  • Octave Mirbeau, Les Affaires sont les affaires, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1903, édition originale, exemplaire de l’éditeur Eugène Fasquelle (1863-1952) (envoi autographe : « A M. Alfred Fasquelle, avec toute mon amitié, Octave Mirbeau »). Inv. 2201.


NOTES

[1] Pour plus d’informations, consulter le site de la Société Octave Mirbeau (http://mirbeau.asso.fr/societeom.htm), ainsi que sa page Facebook. Depuis une quinzaine d’années ont été éditées (notamment aux Editions « L’Âge d’Homme ») l’intégrale des romans de Mirbeau, sa correspondance, plusieurs recueils de ces nouvelles, ainsi qu’une revue annuelle, Les Cahiers Octave Mirbeau.

[2] Sur les relations entre les deux hommes, voir notamment Pierre Michel, « Mirbeau et Zola : entre mépris et vénération », Cahiers naturalistes, n° 64, 1990, pp. 47-77.

[3] Lettre d’Octave Mirbeau à Emile Zola, 29 septembre 1887. BnF, Ms. n.a.fr. 24.522, f. 192. Citée d’après Correspondance générale d’Octave Mirbeau, n° 447.

[4] Pierre Michel, « Octave Mirbeau et le paiement de l’amende de Zola pour J’accuse », Cahiers Octave Mirbeau, n° 16, 2009, pp. 211-214 .

[5] Bibliothèque Nationale de France, ms. n.a.fr. 24522, folio 209. Cité par Pierre Michel, « Mirbeau et Zola : entre vénération et mépris », dans Les Cahiers Naturalistes, n°64, société littéraire des amis d’Emile Zola et éditions Grasset-Fasquelle, Paris, 1990, page 70.

[6] Voir notamment Max Coiffait, « Envois de et à Mirbeau dispersés à Paris », Cahiers Octave Mirbeau, n° 11, mars 2004, pp. 330-332.

[7] Nicolas Ducimetière, « Mirbeau et Zola au cœur de la tourmente », Cahiers Octave Mirbeau, n° 12, mars 2005, pp. 392-394

[8] Acheté recouvert d’une demi-toile très récente et très modeste, le volume a été relié en demi-maroquin rouge. A l’origine, Mirbeau l’avait sans doute laissé broché, comme les autres volumes des « Trois Villes » en sa possession. Et pourtant, on sait que, dans le courant de février 1898, il avait symboliquement envoyé tous ses exemplaires des romans de Zola chez son relieur attitré, Paul Vié, pour les y faire établir luxueusement (voir Jean-François Nivet et Pierre Michel, Octave Mirbeau, biographie, librairie Séguier, Paris, 1990, page 575). Les volumes de Lourdes et Rome ne furent donc pas compris dans le lot, pas plus, après coup, que cet exemplaire de Paris reçu le mois suivant.