Archives par mot-clé : Julien II l’Apostat

MONETA (1) : L’EMPEREUR QUI MOURUT D’UN ACCIDENT DOMESTIQUE…

L’EMPEREUR QUI MOURUT D’UN ACCIDENT DOMESTIQUE…

Jovien_silique_ttb_antioche_avers

Voilà, le temps des frimas et des feux de cheminée revient ! Le présent billet vous rappelera, par un cas d’école, l’importance du ramonage…

26 juin 363, bataille de Ctésiphon (Mésopotamie). Durant la retraite de son armée battue par les Perses, l’empereur Julien (dit l’Apostat) est mortellement frappé par une lance. Selon l’histoire (chrétien) Théodoret de Cyr, le dernier souverain païen romain aurait expiré en lançant vers le ciel, à l’adresse du Christ : « Vicisti, Galilaee » (« Tu as vaincu, Galiléen ! »). Avec lui s’éteint le dernier descendant des Constantiniens (il était neveu de Constantin Ier).

Au début de la campagne, c’est un lointain cousin maternel de Julien, un nommé Procope, qui avait été désigné comme potentiel successeur. On lui avait confié l’aile gauche des armées, mais il était resté bien loin des combats, à l’abri en Arménie, pendant que son cousin se faisait tailler des croupières par les Perses. Les légionnaires crient donc au complot et à la trahison. Par ailleurs, ce prétendant est loin et le Sénat encore plus. Alors, comme il est déjà advenu par le passé, ce sont les légions qui choisissent le nouvel empereur. La pourpre échoit ainsi au général Flavius Jovianus (Jovien en français), un Illyrien de 31 ans, natif de l’actuelle Belgrade et qui s’était hissé au rang de commandant de la Garde impériale (“comes domesticorum”).

Conscient de l’importance de revenir au plus vite à Constantinople afin de prendre les rênes de l’Empire, Jovien doit bâcler un traité plutôt humiliant avec Shapur II, le Roi des Rois perse (dont la victoire et les troupes étaient pourtant assez minces). En gros, Rome perd toutes ses provinces mésopotamiennes, ainsi que d’importantes forteresses frontalières : c’est tout le « limes » oriental qui est dégarni et rendu vulnérable. La décision est certes un acte de « real-politk », mais ça grogne ferme parmi les légionnaires, furieux de voir leurs camarades tombés pour rien. Pour autant, Jovien se montre vite un fin politique et un bon gestionnaire. Il parvient tout d’abord à éviter une guerre civile en obtenant la soumission de Procope. Puis, étant lui-même chrétien, il restaure la paix religieuse, en promulgant un édit de tolérance (notion toute relative, car il donne en même temps l’ordre d’incendier la bibliothèque d’Antioche, qui comportait trop de textes païens à ses yeux !). Enfin, voulant assurer les débuts d’une nouvelle dynastie, il associe au pouvoir son fils aîné Varronianus (âgé d’une dizaine d’années), en le faisant consul au début de l’année 364.

Tout semble donc bien parti, mais pas pour longtemps. Le 16 février 364 au soir, sur la route de Constantinople, Jovien et son cortège s’arrêtent dans un bled nommé Dadastana (Drépane), quelque part entre l’actuelle Ankara et Nicée. Ca caille, l’hiver, en Bythinie. On installe l’empereur fatigué dans une auberge de rencontre, plutôt glaciale et dont les murs plâtrés de neuf sentent encore la chaux. Un bon lit, une fourrure ou deux, un feu, et dodo. Le 17 février au matin, quand ses serviteurs viennent le réveiller, l’empereur Jovien, après seulement huit mois de règne, est mort, asphyxié. Le brasero de fortune placé dans la chambre bien calfeutrée a charbonné et saturé la pièce de monoxyde de carbone… « Regnabo, regno, regnavi ».

Conclusion : même si vous n’êtes ni empereur, ni Zola, ramonez votre cheminée et méfiez-vous des monoxydes !

Nicolas Ducimetière


Illustration d’en-tête : le Colosse de Barletta, dans les Pouilles. On a longtemps pensé que cette statue de 5 mètres de haut représentait Jovien, mais il semble plutôt s’agir de Flavius Honorius.