Archives par mot-clé : Inédit

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (41) : COMME UNE POITRINE DE MARÉCHAL SOVIÉTIQUE !

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (41)

COMME UNE POITRINE DE MARÉCHAL SOVIÉTIQUE !

Comme le mentionnait mon précédent billet (Mélanges 40 : Quand La Goutte raconte l’inondation), la poésie écrite en patois dauphinois (variante locale du franco-provençal de notre région alpine) a donné une littérature d’une richesse longtemps insoupçonnée, voire méprisée, avant d’être redécouverte durant le Premier Empire : elle n’a cessé depuis de provoquer de nouvelles études dans le monde académique, tant chez les historiens que chez les linguistes. A la différence du Grenoblo Malhérou de Blanc la Goutte, poème de circonstance, la Pastorale de Janin de Jean Millet était une pièce de théâtre, tragi-comédie dont le succès ne fut pas moindre et qui enchaîna les rééditions pendant plus d’une centaine d’années avant de connaître son éclipse durant le Siècle des Lumières. Si le texte vit sa résurrection grâce aux érudits philologues du XIXe siècle et à leurs successeurs, l’identité précise de son auteur, moins bien loti à cet égard qu’André Blanc ou que Laurent de Briançon[1], demeure spectrale. Revenons sur ce personnage et son œuvre à travers trois éditions fort rares qui nous permettront également d’établir un petit point inédit de datation bibliographique, mais aussi de croiser un exemplaire au pedigree exceptionnel et bardé d’ex-libris : une vraie poitrine de maréchal soviétique (ou nord-coréen).

I. Jean Millet, cet illustre inconnu

La première source biographique abordant l’existence du poète dauphinois remonte à son époque, ce qui pourrait sembler un bon début : l’homme était jugé suffisamment important pour figurer dans le Who’s who de sa province. L’ouvrage en question était La Bibliothèque de Dauphiné, contenant les noms de ceux qui se sont distinguez par leur sçavoir dans cette Province, & le denombrement de leurs Ouvrages, dépuis XII. Siecles : paru en 1680, ce dictionnaire bio-bibliographique était dû au prolifique historien Guy Allard (1635-1716, par ailleurs magistrat, en sa qualité de conseiller du roi et président en l’élection de Grenoble. Comme toujours, la notice était plutôt succincte, quoique bienveillante : « Jean MILLET, de Grenoble, mort depuis quelques années, n’avoit pas estudié ; mais la nature luy avoit esté si favorable pour la poësie, que quelques ouvrages au langage du Pays ont esté admirez. Il a fait les commedies de la Claude, de la Margoton, & de la Bourgeoisie de Grenoble. La première est inimitable. On à aussi veu de luy de petits ouvrages rimez, & dans le méme Idiome »[2]. Dans la réédition de l’ouvrage d’Allard, procurée (normalement revue et augmentée) en 1797 par Pierre-Vincent Chalvet, professeur d’histoire à l’Ecole normale de Grenoble, cette notice, revisitée, avait encore maigri : « MILLET (Jean), de Grenoble, a laissé dans le patois de sa patrie, trois comédies, la Liauda, Margoton, & la bourgeoisie de Grenoblo. Elles ne sont pas sans mérite, ainsi que quelques autres productions dans le même style qui restent de Millet »[3].

Notice biographique de Jean Millet, revue et corrigée (en fait réduite) par Chalvet dans sa réédition de la « Bibliothèque de Dauphiné » de Guy Allard (Grenoble, Veuve Giroud et fils, 1797). Inv. 1027

On partait donc de loin (plutôt à rebours) et les recherches menées par les premiers philologues patoisants (Champollion-Figeac, Colomb de Batines, Rochas) procurèrent certes des rééditions des textes, mais aussi des erreurs d’attribution (Millet était ainsi donné comme l’auteur du Dialoguo de le quatre comare de Blanc) et pas d’avancées biographiques. Le seul élément nouveau est procuré par Rochas qui fixe la disparition du poète « vers l’an 1675 ». Il faudra attendre les travaux de Pilot de Thorey pour en savoir plus : natif de Grenoble, mais originaire d’une famille de Meylan, Jean Millet aurait été notaire dans la capitale provinciale (les archives de son étude étant conservées entre 1610 et 1650)[4]. Son fils, Martin Millet, aurait été procureur au Parlement de Grenoble. Tout cela serait bel et bon si Edmond Maignien, deux ans plus tard, ne présentait pas le même Millet comme un bon marchand de Grenoble, qui aurait eu, de son mariage avec une certaine Anne Ravanat, un fils baptisé Jean-Baptiste, né en 1657[5]… Les notices d’autorité modernes donnent de leur côté une prudente fourchette de vie « 1600 ? – 1675 ».

Signature autographe de Jean Millet, au verso du dernier feuillet de « Pastorale et tragicommedie de Janin » (Grenoble, Richard Cocson, 1633, édition originale). Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

Qui ou quoi qu’il eût été, Jean Millet n’a pas trop encombré les bibliographies, puisqu’on lui doit seulement cinq titres écrits en une trentaine d’années. La première œuvre que lui attribuaient les anciens érudits est l’un de ses fantômes bibliographiques à la vie dure. La Faye de Sassenage était une pièce citée dans le catalogue de la bibliothèque Falconnet, dressé en 1763 lors de son versement à la Bibliothèque royale : cet inventaire présentait le texte comme un in-quarto paru à Grenoble en 1631. Des générations de bibliographes ont pourchassé cet ouvrage dans les rayons de la Bibliothèque royale/impériale/nationale, sans succès. Requis par son ami et correspondant dauphinois Colomb de Batines, Quérard s’y cassa les dents (« M. Quérard, que j’avais chargé de m’en envoyer la condition, m’a dit qu’on n’avait pu l’y retrouver »[6]). Le grand Brunet lui-même amena pavillon, tout en refusant encore de désavouer les sources antérieures : il parle ainsi d’un « pièce très-rare, portée dans le catal. Falconet, 11704, mais qui ne s’est pas retrouvée à la Bibliothèque impériale, où elle devrait être conservée. Peut-être n’est-ce que le prologue de la pastorale de Janin »[7]. Bref, nous sommes devant l’exemple typique d’un livre dont tout le monde parle sans l’avoir jamais vu, sur la base d’une unique référence bibliographique sommaire : les bibliographes et bibliophiles sont des gens conservateurs, qui aiment croire à leurs rêves et mythes[8] !

Deux après la Pastorale et tragi-comédie de Janin qui est l’objet principal de ce billet, Millet publia en 1635 une autre pièce de bergerie, La Pastorale de la Constance de Philin et Margoton (Grenoble, E. Raba, 1635, 132 pp.), dédiée à « Monseigneur le Comte de Sault »[9]. Intervient alors un silence éditorial assez inexplicable de vingt-cinq ans ! C’est bien long dans la carrière d’un auteur, une génération de silence… C’est donc un Millet âgé qui va livrer deux nouveaux textes dans les années 1660. Tout d’abord, un livre de fête, La vénérable Abbaye de Bongouvert de Grenoble, sur la réjouyssance de la Paix, & du Mariage du Roy (Grenoble, André Gales, 1660)[10]. Enfin arriva une troisième et dernière pièce, La Bourgeoisie de Grenoble (Grenoble, Philippe Charvys, 1665, 148 pp.)[11].

Jean Millet, « La vénérable Abbaye de Bongouvert de Grenoble… », Grenoble, André Gales, 1660, édition originale, seule parue. Collection et photo Jean-Marc Barféty

Arrêtons-nous un instant sur La vénérable Abbaye de Bongouvert. Cette publication patoisante célébrait le mariage de Louis XIV avec Marie-Thérèse d’Autriche, gage de paix durable entre la France et l’Espagne. Loin d’être une institution religieuse, cette « Abbaye de Bongouvert » formait l’une de ces sociétés ou confréries festives, fréquentes dans les villes parlementaires, destinées à animer et organiser les bals, carnavals et autres célébrations. Il ne faut pas croire que cette association de gaudriole était un ramassis de sacripants : elle accueillait au contraire le meilleur monde. Ainsi, le « grand abbé » était le très sérieux Nicolas Rémy, docteur en droit et avocat au Parlement, la dignité de « grand connétable » était revêtue par l’actif et humaniste libraire Jean Nicolas, alors que le « secrétaire général » n’était autre que … Jean Millet ! La première étude sur cette pièce, Le Poète Jean Millet et l’abbaye de Bongouvert, est un travail de Gustave Vallier, publié dans le Bulletin de l’Académie delphinale en 1869 et dont il a été fait un tiré à part tiré à 100 exemplaires (dont 20 sur papier de Hollande). Cette étude contient une reproduction du sceau de l’Abbaye de Bongouvert et un diplôme, avec la signature de Jean Millet.

Gustave Vallier, « Le poète Jean Millet et l’abbaye de Bongouvert… », Grenoble, Drevet, 1869, frontispice et titre. Inv. 947
Gustave Vallier, « Le poète Jean Millet et l’abbaye de Bongouvert… », Grenoble, Drevet, 1869, justificatif de tirage et envoi de l’auteur à Jules Carro (éditeur de Meaux) . Inv. 947

Depuis les travaux de ces érudits du XIXe siècle, Millet n’est pas tombé dans l’oubli et devrait même resurgir à l’occasion d’une prochaine édition critique. Editeur scientifique des œuvres complètes de Laurent de Briançon (1996) et de Blanc la Goutte (2002), le professeur Gaston Tuaillon (1923-2011), enseignant à l’Université Stendhal-Grenoble III et grand spécialiste des littératures régionales, « rangea les traductions de Millet dans un carton où ils tombèrent dans l’oubli jusqu’en 2008 : il lui était propre de se soucier peu de ce que devenait son travail, une fois qu’il était terminé »[12]. Heureusement, cette plaisante distraction d’académique devrait se révéler sans conséquence puisque l’élève du romaniste, la prof. Gunhild Hoyer, devrait assurer la publication de ces recherches menées de concert (c’est en tout cas ce qui était annoncé en 2011[13]). Nul doute que des éléments nouveaux viendront donc bientôt dissiper les voiles de brume entourant encore l’auteur dauphinois.

II. L’étonnant succès d’un berger éconduit (1633 – v. 1740)

Venons-en à présent au principal succès de Jean Millet : La Pastorale et Tragi-comédie de Janin. Egalement connue sous le nom de Pastorale de la Lhauda, la pièce fut représentée à Grenoble et publiée peu après par Cocson en 1633. La dédicace à Messire Sébastien de Pourroy, chevalier, conseiller du roi en ses conseils d’Etat et privé, président au Parlement de Dauphiné, était suivie d’une série de poésies encomiastiques en patois ou français[14], qui disparurent des éditions postérieures. L’argument de la pièce occupe trois pages : il faut bien cela pour détailler les rebondissements, coups de théâtre et minauderies de l’intrigue ! Résumons de manière plus concise : le berger Janin se voit largué par sa fiancée de bergère, Lhauda, laquelle tombe par hasard sur un gentilhomme nommé Amidor. Le coup de foudre est immédiat, mais la romance est perturbée à la fois par le père de la jeune fille, Piéro, et par le prétendant éconduit. Ce dernier, jaloux, bombarde les nouveaux amants avec sa fronde, puis loue les services d’une sorcière du coin : grâce aux pouvoirs de la vieille bonne femme, Janin obtient un flageolet magique qui fait danser à mort tous ceux qui l’entendent. Il parvient aussi à lancer une malédiction qui garantit de « nouer l’aiguillette » aux deux jeunes gens s’ils reçoivent la bénédiction nuptiale. Mais les machinations des fiancés, de Thievena (la mère de Lhauda) et de leurs amis (passant par des déguisements, des cris des commères et voisines, et des noces supersoniques) décrochent l’approbation finale de Piéro, qui annule les effets de la malédiction. De désespoir, Janin finit par se jeter du haut d’une falaise.

La pièce fut bel et bien jouée, mais on ignore quel fut son succès sur les planches et si elle fut reprise au fil du temps. Ce qui est en revanche certain, c’est que le texte connut une carrière éditoriale assez extraordinaire, comme le constata Champollion-Figeac dès 1809 avec quelque surprise : « elle a eu un succès constant, non pas au théâtre, quoiqu’elle y ait paru, mais parmi les littérateurs et les amateurs de nos hameaux, pour qui il a fallu en faire quatre éditions successives et quelques contrefaçons. Cette pièce mérite jusqu’à un certain point cet honneur que n’obtiennent pas tous les bons ouvrages; le sujet semble le justifier aux yeux de ses lecteurs ordinaires »[15]. De fait, le texte ne va pas connaître moins de seize rééditions au bas mot entre la première parution et le début du XIXe siècle !

Jean Millet, « Pastorale et tragicommedie de Janin », Grenoble, Richard Cocson, 1633, édition originale. Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

L’édition originale parut donc à Grenoble chez Richard Cocson en 1633. Le livre, un in-quarto de (6)-118-(2) pages, est des plus rares et il ne semble en exister que quatre exemplaires en bibliothèques publiques selon l’excellent « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle » d’Alain Riffaud : Bibliothèque nationale de France (RES-YE-860 [incomplet du titre] et 8-RF-77483), Bibliothèque municipale de Grenoble (U.1153, avec la signature de Millet au verso du dernier feuillet) et Harvard (Houghton Library, *FC6 M6196 633pg).

A partir de cette édition originale, les rééditions s’enchaînèrent de manière régulière, tout aussi rares les unes que les autres. Une liste d’une quinzaine d’éditions fut établie en premier lieu par Colomb de Batines[16], puis reprise par Brunet dans son fameux Manuel du libraire[17]. Il convient d’y rajouter quelques éditions non croisées par ces deux érudits. Le premier lieu d’impression fut, logiquement, grenoblois :

  • Grenoble, Edouard Raban, 1636, petit in-8° de 144 pp.[18];
  • Grenoble, Jean Nicolas, 1642, in-8° de 144 pp.[19];
  • Grenoble, chez Claude Bureau, pour Jean Nicolas, 1648, in-8° de 144 pp. (selon Colomb de Batines / Brunet)[20] ;
  • Grenoble, André Gales, 1659, in-8° de 126 pp.[21];
  • Grenoble, Edouard S. Dumon, 1676, petit in-8° de 127 pp.[22];
  • [Grenoble ?], s.n., s.d. [1700][23], in-8° de 119 pp. (édition « sans titre et sans faux-titre », selon Champollion-Figeac et Colomb de Batines, mais dont l’existence demanderait à être contrôlée)[24] ;
  • [Grenoble, s.n., 1706, in-12 ?] (sans doute une édition fantôme)[25];

Le second, qui débuta au milieu du XVIIe siècle et continua après la dernière parution grenobloise, fut Lyon :

  • Lyon, Nicolas Gay, 1650, in-8° de 120 pp.[26];
  • Lyon, Nicolas Gay, 1655, in-8° de 120 pp.[27];
  • Lyon, 1666 (édition inconnue de Colomb de Batines ; citée dans le catalogue de la bibliothèque Félix Perrin, 1903, n° 608) ;
  • Lyon, Louis Servant, 1679, in-8° de 126 pp. (« dernière édition »)[28];
  • Lyon, Louis Servant, 1686, petit in-8° de 126 pp.[29];
  • Lyon, Veuve Moulu, 1686, petit in-8° de 126 pp. (édition identique à la précédente, avec changement de la page de titre)[30];
  • Lyon, Louis Servant, 1692, petit in-8° de 126 pp. (différente de celle de 1686)[31] ;
  • Lyon, Antoine Besson, 1706, petit in-8° de 126 pp.[32];
  • Lyon, Antoine Molin, 1706, petit in-8° de 126 pp. (différente de l’édition Besson)[33] (voir développement ci-dessous) ;
  • Lyon, Antoine Molin, 1711, in-8° de 126 pp.[34];
  • Lyon, Antoine Molin, 1735, in-8°[35];
  • Lyon, Antoine Molin, 1738, in-8°[36];
  • Lyon, Antoine Molin, s.d., petit in-8° de 119 pp. (voir développement ci-dessous).

Il est à noter que, contrairement à ce que l’on pourrait croire, vu les proximités chronologiques et morphologiques (pagination), ces éditions sont, pour la plupart (sous réserve de contrôles plus poussés), différentes les unes des autres : il ne s’agit pas forcément de cas de remises en vente avec page de titre changée et rafraîchie. Paul Lacroix (le « Bibliophile Jacob »), dans son célèbre catalogue de la bibliothèque dramatique de M. de Soleinne, affirmait que ces éditions étaient « toutes rares »[37]. Le catalogue Soleinne présente les éditions grenobloises de 1642 et 1676, ainsi que l’édition lyonnaise Molin de 1706, mais cela ne serait qu’une faible part de ce que le collectionneur avait réussi à amasser, à en croire Colomb de Batines[38].

III. De bibliophile en bibliophile : le parcours d’un exemplaire de l’édition lyonnaise de Molin, 1706

Mes deux plus anciens exemplaires de ce « best-seller » appartiennent donc à la « famille lyonnaise » et plus exactement aux éditions Molin[39] : il s’agit de l’édition de 1706 (126 pp.) et de celle sans date (119 pp.). Qualifiée de « dernière édition, revue et corrigée par l’auteur » (comme beaucoup d’autres éditions depuis le milieu du XVIIe siècle), l’édition datée 1706 présente encore les caractéristiques des productions du Grand Siècle, un petit aspect archaïque provincial contrastant avec son habit de veau fauve à la mode des années 1750.

Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, 1706, « dernière édition, revûë & corrigée par l’Auteur », page de titre. Inv. 1028
Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, 1706, « dernière édition, revûë & corrigée par l’Auteur », p. 13 (« Prologue de la Faye de Sassenage »). Inv. 1028
Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, 1706, « dernière édition, revûë & corrigée par l’Auteur », p. 19 (incipit de la pièce). Inv. 1028

Le pedigree de cet exemplaire est de ceux que l’on aime, établissant une chaîne ininterrompue d’une grande bibliothèque à une autre depuis le XVIIIe siècle : les gardes présentent de ce fait un aspect fort proche de la poitrine sur-médaillée d’un maréchal soviétique ou nord-coréen !

Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, 1706, contre-plat et garde avec sa brochette d’ex-libris. Inv. 1028

Le premier propriétaire traçable, par la présence de son ex-libris héraldique (malheureusement recouvert), était un certain Monsieur de Perratierre, que l’on doit peut-être identifier avec un receveur-général des Finances pour Rouen, en poste entre 1732 et 1760 au moins, mais domicilié comme de juste à Paris, « rue neuve des Petits-Champs, à l’Hôtel Mazarin » (selon les listes de hauts fonctionnaires de l’Almanach royal). De ce administrateur, l’exemplaire passa à un éminent médecin et bibliophile : Hyacinthe-Théodore Baron (1707-1787)[40], qui colla son ex-libris armorié par-dessus celui de son prédécesseur. Descendant d’une longue lignée d’apothicaires puis médecins, il devint médecin en chef des armées du roi et (comme son père avant lui) doyen de la Faculté de médecine de Paris (élu en 1751 et 1754). Selon Joannis Guignard, « Baron fut un amateur de livres ardent et éclairé ; et, d’après son catalogue, on peut inférer que son savoir bibliographique égalait ses connaissances médicales. D’abord, par goût et par état, il avait réuni la majeure partie des publications, tant anciennes que modernes, françaises et étrangères, concernant sa profession. En correspondance avec les principaux libraires de l’Europe, il grossissait chaque jour son fonds d’ouvrages sur la littérature, la philosophie, les beaux-arts et les autres parties de la science. L’incomparable bibliographe, abbé de Saint-Léger, son ami, l’aidait dans ses recherches et dans le choix des sujets. C’est dire que sa collection fut l’une des plus riches et des plus curieuses de son temps »[41]. Sa bibliothèque personnelle, considérable, était essentiellement consacrée à la médecine et aux superstitions (démonologie, pratiques occultes, sorcellerie, etc.), mais elle contenait une part importante d’éditions littéraires rares ou curieuses[42]. La passion de ce docteur bibliophile était contagieuse et contamina l’un de ses patients, appelé à devenir l’un des plus grands collectionneurs de son temps : Gaignat[43].

Le docteur Baron, dont la famille était d’origine dauphinoise, marqua un intérêt tout particulier pour ce livre, comme le montre l’annotation à la fois bibliographique et généalogique qu’il laissa sur l’une des gardes, émouvant rappel de son ascendance familiale paternelle : « Les livres en patois Dauphinat ne sont pas communs, et celuy cy est assez rare et curieux. Je fais un cas particulier de ce livre, en ce qu’il est écrit dans le langage que parloient mes ancêtres ; Nicolas Baron commerçant à la Côte St. André, Pere de Mathurin Baron, apoticaire ordinaire du Roy en son artillerie, Pere de Philippes Baron, pourvû de la même charge d’apoticaire du Roy, Pere de Hyacinthe Theodore Baron, Docteur regent et ancien doyen de la faculté de Medecine en l’université de Paris, mon Pere ».

Hyacinthe-Théodore Baron, annotation bio-bibliographique, dans Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, 1706, feuillet de garde. Inv. 1028

Lorsque la bibliothèque du docteur Baron fut dispersée en 1788[44], le volume passa sous le n° 4867 et fut très probablement acheté à ce moment-là par un des grands collectionneurs de l’époque : Dominique-Martin Méon (1748-1829). D’abord employé au Ministère de la Guerre pendant la Révolution française, il fut destitué au début du Consulat et dut se résoudre à vendre en 1803 sa splendide bibliothèque, produit de plus de vingt ans d’achats. Le bibliophile malheureux parvint toutefois à se faire engager comme à la Bibliothèque impériale, où il fut chargé de la section des manuscrits français. Un temps destitué, il fut réintégré et même promu en 1826 conservateur-adjoint à la Bibliothèque royale, recevant au passage la Légion d’honneur et une pension. Bien que son travail de catalogueur ait été critiqué, il laissa une œuvre importante comme éditeur de textes médiévaux (dont Le Roman de la Rose publié en 1814). Alors disons-le d’emblée : à la différence d’autres ouvrages de même provenance dans « une petite bibliothèque », ce volume ne figure pas dans le catalogue de 1803. Mais la provenance est sans conteste possible : pas d’ex-libris gravé, certes, mais cette caractéristique petite cote à l’encre rose sur la page, qui est toujours un choc au cœur quand on la reconnaît.

D’un amateur, l’autre : l’exemplaire passa ensuite chez le plus grand bibliophile théâtral français, Alexandre Martineau de Soleinne (1784-1842). Celui-ci, digne de sa réputation, possédait en fait deux exemplaires de cette édition, comme le relève bien Colomb de Batines[45], qui donna une description précise du plus intéressant des deux volumes (quoiqu’en s’emmêlant dans les Baron, confondant les père et fils homonymes) : « l’un d’eux provient de la bibliothèque de M. Hyacinthe-Théodore Baron, doyen de la faculté de médecine de Paris et médecin des camps et armées du roi. Son fils y a mis la note autographe qui suit : “Les livres en patois Dauphinat (sic) ne sont pas communs …” […] Cette note, qui intéresse l’histoire biographique de notre province, se trouve reproduite sur l’exemplaire de l’édition de 1676 que possède le même M. de Soleine […] ». C’est donc bien cet exemplaire que l’on retrouve dans le grand catalogue de la vente Soleinne, rédigée par Paul Lacroix, sous le n°3975[46].

Paul Lacroix, « Bibliothèque dramatique de M. de Soleinne », Paris, 1844, tome III, p. 357. Collection ND

La suite des aventures de cet exemplaire le fit sans doute passer par la prestigieuse librairie Téchener : c’est sans doute lui qui figure dans le numéro 6 du Bulletin du Bibliophile, en juin 1845[47]. On le retrouve ensuite chez le bibliophile anglais Robert Samuel Turner (1818-1887), qui ajouta son joli ex-libris doré sur cuir. C’est probablement durant la vente de cette collection, en mars 1878[48], que l’avocat et grand bibliophile dauphinois Paul Couturier de Royas père (1823-1896) acquit l’exemplaire, qui passa ensuite à son fils Paul Couturier de Royas fils (1853-1934), qui colla son ex-libris en empiétant légèrement sur celui, très impressionnant, de son père. La collection Couturier de Royas demeura dans la descendance jusqu’à sa dispersion dans les années 1970. En dernier lieu, le livre passa dans la bibliothèque, rassemblée entre 1968 et 2008, de Dany et Louis Gruel (ce dernier étant un sociologue, maître de conférence à l’université de Rennes 2)[49].

IV. La curieuse édition « Molin, sans date » : constatations et hypothèse

L’édition lyonnaise imprimée par Molin, mais dénuée de date, n’est pas sans étonner, par rapport à sa consœur, par l’aspect grossier et rudimentaire de sa page de titre. Toutefois, à l’aspect des polices de caractères employées et du reste du matériel typographique (fleurons, filets, etc.), ainsi que de la mise en page, qui n’évoque pas la fin du règne de Louis XIV ou la Régence, je me demande si cette édition sans date ne devrait pas être placée tard dans la carrière de Molin.

Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, s.d. [vers 1740], page de titre. Inv. 1031

L’édition semble des plus rares, puisqu’aucun exemplaire ne semble exister en collection publique (selon le CCFr). Les anciens catalogues ne montrent pour leur part que l’exemplaire du bibliophile lyonnais Coste (relié en maroquin bleu, il atteignit le prix de 60 francs lors de sa vente, selon Brunet). Mais un exemplaire en est passé en vente en 2007 et, chose intéressante, il était, comme notre exemplaire, relié d’époque avec deux autres textes patoisants : le Recueil de pouséies prouvençalos de François-Toussaint Gros (Marseille, Berte et Sibié, 1734) et le Recueil de poésie en langue vulgaire d’André Blanc (Grenoble, Faure, s.d. [1740])[50] ! C’est aussi le cas de l’exemplaire Barféty, associé également au Recueil de poésie en langue vulgaire, dans une reliure en revanche un peu postérieure (années 1770-1780 ?). Autant d’indices qui m’amèneraient volontiers à penser que cette édition sans date serait postérieure à celle donnée en 1738 et se placerait dans les années 1740[51].

Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, s.d. [vers 1740], p. 11 (« Prologue de la Faye de Sassenage »). Inv. 1031
Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, s.d. [vers 1740], p. 17 (incipit de la pièce). Inv. 1031

L’exemplaire en question a donc été relié au milieu du XVIIIe siècle en tête d’un recueil factice contenant également le Recueil de poésie en langage vulgaire de Grenoble d’André Blanc la Goutte (Grenoble, Faure, s.d. [1741]) et le Grenoblo inonda… d’Antoine Renier (Grenoble, Faure, 1741). Cet ensemble de trois rares éditions patoisantes était le fait, comme le prouve son ex-libris gravé, de Jean-Baptiste Lenoir de La Roche, avocat au Parlement de Dauphiné. La Bibliothèque municipale de Lyon possède une demi-douzaine de pièces de théâtre des années 1760-1770 portant son ex-libris.

Ex-libris de l’avocat grenoblois Jean-Baptiste Lenoir, dans le recueil factice contenant la « Pastorale » de Millet, le « Grenoblo Malhérou » de Blanc la Goutte et le « Grenoblo inonda » de Renier.

V. La « dernière édition ancienne » : une nouvelle datation

Après cette édition Molin datant probablement des années 1740, la Pastorale et tragi-comédie de Janin connaîtra une dernière « édition ancienne » (destinée à la seule lecture, sans être un objet d’étude), avant que ne s’inaugure la lignée des recueils patoisants savants et des éditions critiques du XIXe siècle.

Jean Millet, « Pastorale de Janin, ou La Faye de Sassenage… », Grenoble, Lemaire, s.d. [vers 1790-1795], page de titre. Inv. 744

Non datée, cette édition grenobloise de 119 pages (encore !), d’un beau format in-8° et imprimée sur un bon papier, était pourtant un produit de colportage, mis en vente par un certain Lemaire. Fils d’un commissionnaire grenoblois nommé Pierre Lemaire, il commença sa carrière comme colporteur de journaux et brochures dès 1778, s’associant dès cette date avec l’imprimeur Cuchet (pour lequel il fit entrer en fraude dans Grenoble, cette même année, un stock de papier de contrebande). Il publia des catéchismes de Grenoble en 1790-1792, puis des calendriers, almanachs et décadaires entre 1793 et 1798. Selon Maignien, « à part quelques brochures qu’il colportait dans le jour, Lemaire ne faisait d’autre travail dans la nuit que celui de fraudeur », mais son activité officielle était en tout cas traçable « jusqu’en 1799 ». Il eut en effet de sérieuses difficultés avec les autorités, qui l’arrêtèrent le 13 juin 1798, suite à une perquisition à son domicile (qui avait révélé des cathéchismes non autorisés et des publications politiques contre-révolutionnaires visant « à détruire les sentiments républicains »). A mon sens, il est toutefois possible que Lemaire ait poursuivi son actvité un peu après 1800, puisque la  réédition du Grenoblo Malhérou imprimée par Cuchet pour son compte date probablement de 1801 (voir Mélanges 40) [52].

Selon Colomb de Batines, qui en possédait un exemplaire, il s’agissait d’ « une réimpression textuelle de celle de Grenoble 1700, et est intitulée : Pastorale de Janin, ou la Faye de Sassenage, comédie en vers en cinq acte ». C’est la première fois que cette forme du titre était employée, le sous-titre renvoyant en fait au prologue de la pièce (« Prologue de la Faye de Sassenage »). La chose avait supris Colomb de Batines qui consulta Soleinne (lequel ne possédait pas, par exception, cette édition). Le grand bibliophile du théâtre répondit : « Vous m’étonnez beaucoup en m’indiquant le titre de l’édition de 1800 de la Pastorale de Janin ; je ne pensois pas que l’on eût donné pour second titre à cette pièce celui de La Faye de Sassenage, qui est un ouvrage tout à fait différent. C’est peut-être parce que cette fée fait le prologue que l’éditeur de 1800 a cru devoir lui donner ce second titre »[53].

Jean Millet, « Pastorale de Janin, ou La Faye de Sassenage… », Grenoble, Lemaire, s.d. [vers 1790-1795], p. 11 (« Prologue de la Faye de Sassenage »). Inv. 744
Jean Millet, « Pastorale de Janin, ou La Faye de Sassenage… », Grenoble, Lemaire, s.d. [vers 1790-1795], p. 17 (incipit de la pièce). Inv. 744

C’est le même Colomb de Batines qui donna cette édition comme datant de « vers 1800 », une hypothèse par la suite reprise par Brunet et toutes les notices bibliographiques. On retrouve donc cette indication dans les descriptions des très rares exemplaires localisables : ceux de l’Arsenal (GD-1766), de la Bibliothèque municipale de Grenoble (Fonds Dauphinois, V.15833), ou celui de la collection Félix Perrin (vente 1903, n° 609). Il ne semble pas avoir jamais été fait mention d’une indication pourtant fort intéressante portée sur la page de titre de cette édition : son prix, soit « une livre seize sols ».

Deux systèmes monétaires. En haut, de gauche à droite, celui de l’Ancien Régime : liard, sol, 15 sols et écu. En bas, de gauche à droite, celui de la République : centime, 5 centimes, décime, 5 francs. Collection ND
Deux systèmes monétaires. En haut, de gauche à droite, celui de l’Ancien Régime : liard, sol, 15 sols et écu. En bas, de gauche à droite, celui de la République : centime, 5 centimes, décime, 5 francs. Collection ND

Il faut se rappeler que, parmi les nouveautés capitales apportées par la Révolution française, figure le système décimal, instauré en août 1793, impliquant les unités de mesure, mais aussi les unités de compte, autrement dit les espèces monétaires. Il fallut attendre le décret du 18 germinal an III (7 avril 1795) pour que la réforme atteigne concrètement les monnaies : on abandonna le système séculaire livre-sou-denier au profit du nouveau tandem décimal francs-centimes. Cette mention de prix en livre et sols désignerait donc une période antérieure à l’entrée en vigueur de la réforme : cette édition daterait donc des années 1790-1795, et non des environs de 1800. CQFD.

De petits pas pour mes livres, de … petits bonds pour la bibliographie dauphinoise ! Au-delà de ces quelques constats ou hypothèses, il demeure encore pas mal de questions ouvertes quant à cet intéressant dossier des éditions de La Pastorale et tragi-comédie de Janin (par exemple l’édition grenobloise de 1700), dans l’attente des travaux de recherche annoncés (mais qui concerneront peut-être plus des aspects philologiques que bibliographiques). A coup sûr, voici un billet qui demandera encore pas mal de mises à jour dans les années à venir !

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 1er mai 2020

De gauche à droite : l’édition Lemaire, Grenoble, s.d., en demi-maroquin long grain époque Directoire ou Consulat (Inv. 744) ; l’édition Lyon, Molin, s.d., dans un veau marbré des années 1760 (Inv. 1051) ; l’édition Lyon, Molin, 1706, dans un veau glacé fauve des années 1730 (Inv. 1028).

ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Poitrine de Dmitri Timofeïevitch Iazov (1924-2020), le dernier maréchal d’Union soviétique, ancien ministre de la Défense (1987-1991), lors de la cérémonie au Kremlin pour son 90 anniversaire (8 nov. 2014). Ancien héros de la Seconde Guerre mondiale, il est décédé le 25 février 2020.

NOTES

[1] Vivant sous le règne des Valois, Laurent de Briançon, juriste et sans doute docteur en droit de l’Université de Valence en 1560, était, il est vrai, un éminent représentant de la noblesse provinciale (d’origine savoyarde), membre du Conseil de ville de Grenoble, premier consul de la cité en 1575, représentant de la noblesse aux Etats-Généraux de 1576. On lui doit trois poèmes en patois : Lo Batifel de la Gisen (1032 alexandrins), Lo Bqnauet de la Faye (522 alexandrins) et La Vientenanci du Courtizan (186 alexandrins), œuvres qui ont connu plusieurs éditions dans le courant du XVIIe siècle (toutes rarissimes). Sur ce poète, voir : Laurent de Briançon, Trois poèmes en patois grenoblois du XVIe siècle, éd. et dir. Gaston Tuaillon, numéro spécial de Le Monde alpin et rhodanien – Revue régionale d’ethnologie, Grenoble, 1996 (et notamment l’essais « Laurent de Briançon et son œuvre », pp. 99-22, accessible en ligne).

[2] Guy Allard, La Bibliothèque de Dauphiné…, Grenoble, Laurent Gilibert, 1680, pp. 150-151.

[3] Guy Allard [et Pierre-Vincent Chalvet], Bibliothèque du Dauphiné, contenant l’histoire des habitants de cette province qui se sont distingués par leur génie, leurs talents & leurs connoissances. Nouvelle édition revue & augmentée, Grenoble, Veuve Giroud et fils, 1797, p. 250.

[4] J.J.A. Pilot de Thorey, Usages, fêtes et coutumes existant ou ayant existé en Dauphiné, Grenoble, Xavier Drevet, 1882, pp. 99-100.

[5] Edmond Maignien, L’Imprimerie, les imprimeurs et les libraires à Grenoble du XVe au XVIIIe siècle, Grenoble, 1884, p. 97.

[6] P. Colomb de Batines, Mélanges biographiques et bibliographiques relatifs à l’histoire littéraire du Dauphiné, Valence, L. borel, 1837, p. 195.

[7] Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire…, Paris, Firmin Didot, 1862, tome III, col. 1722.

[8] Pour une analyse avec toutes les sources de La Faye…, voir la fiche rédigée par Jean-Marc Barféty sur son site La Bibliothèque dauphinoise.

[9] L’exemplaire de la Bibliothèque nationale de France (RES P-YE-1238) provient de la bibliothèque P. Couturier de Royas.

[10] Pour une très belle description de cette édition des plus rares, voir la fiche de Jean-Marc Barféty sur son site. On ne connaîtra que 5 exemplaires localisés de cette publication (dont 3 en collections particulières).

[11] Le texte, étonnamment « courant », se trouve à plusieurs exemplaires dans les collections publiques (selon le catalogue CCFr) : BnF (RES-YF-4257), Arsenal (8-BL-14259 et 8-BL-14260), Mazarine (8° 46749-1), Aix-en-Provence (Méjanes, In-8° 07922), Grenoble (BM, U.1156).

[12] Gunhild Hoyer, « Biographie et bibliographie de Gaston Tuaillon », dans Nouvelles du Centre d’Études Francoprovençales René Willien 64, 2011, pp. 87-146.

[13] Id., p. 143 : « Œuvre de Jean Millet, poète francoprovençal (tome I) : Jean Millet, poète grenoblois. Il s’agit de la publication de l’oeuvre francoprovençale du poète grenoblois Jean Millet : quatre textes – dont trois pièces de théâtre – en francoprovençal de Grenoble, au total 9’900 vers. Cette publication en collaboration avec Gaston Tuaillon [+ Gunhild Hoyer, tome I] et Anita Gagny [tome II – La Bourgeoisie de Grenoble]. Anita Gagny étant décédée en 2010, Gaston Tuaillon, en juin 2011, je continue donc seule à travailler à ce projet commun qu’est la publication de l’œuvre complète de Jean Millet ».

[14] En voici la liste : « A mondit Seigneur – Sonnet » en patois, signé J. Millet ; « A l’auteur – Sonnet », en français, signé S.D.P. ; « A luy mesme. Quatrain » en français, signé S.D.P. ; « A luy mesme. Huictain » en patois, signé S.D.P. ; « A luy mesme. Quatrain » en patois, signé S.D.P. ; « A luy mesme. Stances », deux huitains en français, signé V.H. ; « A luy mesme. Sonnet » en français, signé C.D.R. ; « A luy mesme. Dizain » en patois, signé CL.L. ; « Sur la Bergerie du sieur Millet. Dixain », en français, signé B.F.B. ; « Au mesme, sur la dedicace de sa Bererie. Sixain », en français, signé B.F.B. ; « In eundem. Epigramma », en latin, signé F.M. ; « Sur l’heureux mariage du Gentil’homme Amidor grand veneur, & de Lhauda la bergere boccagere composé par le sieur Millet », 36 vers en patois, signé L.D.F. ; « Autre au Sieur Millet », huitain en français, signé L.D.F.

[15] Champollion-Figeac, Nouvelles recherches sur les patois ou idiomes vulgaires de la France et en particulier sur ceux du département de l’Isère, Paris, Goujon, 1809, pp. 81-82.

[16] Paul Colomb de Batines, « Bibliographie des patois du Dauphiné », dans Mélanges biographiques et bibliographiques relatifs à l’histoire littéraire du Dauphiné, Valence, Borel, Paris, Techener, 1837, tome I, pp. 197-202.

[17] Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire…, Paris, Firmin Didot, 1862, tome III, col. 1722.

[18] Exemplaires localisés de l’édition Grenoble, Raban, 1636 : BnF, Arsenal (8-BL-14620).

Edition Grenoble, Raban, 1636. Exemplaire Bibliothèque de l’Arsenal, Paris. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[19] Exemplaires localisés de l’édition Grenoble, Nicolas, 1642 : catalogue bibliothèque dramatique Soleinne (tome III, n° 3973).

[20] Exemplaires localisés de l’édition Grenoble, Bureau/Nicolas, 1648 : Troyes, Médiathèque (Fonds ancien, Bibliothèque Bouhiers,, x.12.1984, reliure XVIIIe s. en parchemin, tranches rouges) ; Nîmes, Bibliothèque Carré d’Art, 8401 Lettres (reliure vélin) ; Grenoble, BM (Fonds dauphinois, U.1157).

Edition Grenoble, Bureau/Nicolas, 1648. Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[21] Exemplaires localisés de l’édition Grenoble, Gales, 1659 : Lyon, BM (CGA, 808675, reliure basane XVIIe s., bas du titre manquant, ex-libris gravé de P. Adamoli).

Edition Grenoble, André Gales, 1659. Exemplaire Bibliothèque municipale de Lyon. Photo Google Books

[22] Exemplaires localisés de l’édition Grenoble, Dumon, 1676 : Dijon, BM (CGA, 51944) ; Lyon, BM (370592).

Edition Grenoble, Dumon, 1676. Exemplaire Bibliothèque municipale de Lyon. Photo Google Books

[23] Cette date approximative, donnée par Champollion-Figeac, a été reprise par Colomb de Batines, par Rochas, etc. Maignien lui-même n’y trouve rien à redire et avance l’hypothèse d’une impression par Faure (L’Imprimerie…, op. cit., n° 872).

[24] Exemplaires de l’édition « Grenoble, 1700 » : Colomb de Batines ; Bibliothèque municipale de Grenoble (Fonds dauphinois, U.1155) ; Rouen, BM (Fonds Montbret, Mtp-11222). L’exemplaire Salvaing de Boissieu (catalogue vente n° 586), puis Jean-Marc Barféty (voir la fiche descriptive sur son site Bibliothèque dauphinoise.) semble en fait appartenir à l’édition Lyon, Molin, s.d. (à laquelle on aurait ôté ses premières pages) : il serait intéressant de vérifier sur l’exemplaire de la BM de Grenoble la réalité de l’existence de cette édition « Grenoble, 1700 » !

Début de l’exemplaire Barféty identifié comme l’édition Grenoble, 1700 : la comparaison avec mon exemplaire Molin, s.d. montre qu’il s’agit de la même édition. Collection et photo Jean-Marc Barféty

[25] Cette édition citée par les bibliographies (Colomb de Batines et Maignien) à partir des travaux de Jules Ollivier ne se retrouve dans aucun catalogue, aucune collection. Maignien avoue « Nous ne connaissons pas ce volume » et il y a fort à parier qu’il s’agit d’une édition fantôme.

[26] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Gay, 1650 : Besançon, BM (Fonds ancien, 205100) ; Lyon, BM (Rés. 366392).

Edition Lyon, Gay, 1650. Exemplaire Bibliothèque municipale de Lyon. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[27] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Gay, 1655 : BnF (Ye-12512) ; Grenoble, BM (Fonds dauphinois, V.17388).

Edition Lyon, Gay, 1655. Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[28] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Servant, 1679 : Grenoble, BM (Fonds dauphinois, U.1154).

Edition Lyon, Servant, 1679. Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[29] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Servant, 1686 : Grenoble, BM (Fonds dauphinois, U.1157 [bis]).

Edition Lyon, Servant, 1686. Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[30] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Moulu, 1686 : BnF, Arsenal (8-BL-14621).

Edition Lyon, Moulu, 1686. Exemplaire Bibliothèque de l’Arsenal, Lyon. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[31] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Servant, 1692 : BnF (RES-YF-3684) ; Avignon, BM (Fonds patrimoine, 8° 25481) ; Grenoble, BM (U.1158) ; Nîmes, BM (8344/16) ; British Library (11498.aa.23).

Edition Lyon, Servant, 1692. Exemplaire Bibliothèque nationale de France. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[32] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Besson, 1706 : BnF (YE-12514).

[33] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Molin, 1706 : Grenoble, BM (Fonds dauphinois, U.1159) ; Soleinne (1844, n° 3975, veau fauve, fil., 15 frs.), puis baron Taylor (« Catalogue de la bibliothèque dramatique de feu le baron Taylor », 1893, n° 1857, « fort rare », veau fauve de Thouvenin, exemplaire « rogné à la lettre »).

[34] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Molin, 1711 : BnF (RES-YF-3688).

[35] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Molin, 1735 : Grenoble, BM (Fonds dauphinois, U.1160. Au début du volume se trouve une note manuscrite sur N. Pierquin de Gembloux et un mémoire abrégé de la naissance, vie et aventures de la Chauda).

[36] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Molin, 1738 : BnF (RES-YF-4258).

[37] Paul Lacroix, Bibliothèque dramatique de M. de Soleinne, Paris, Administration de l’Alliance des Arts, 1844, tome III, pp. 356-357, nos. 3973, 3974 et 3975.

[38] Selon l’inventaire bibliographique de Colomb de Batines, Soleinne possédait les éditions suivantes : Grenoble, 1633 ; Grenoble, 1642 ; Grenoble, 1648 ; Lyon, 1650 ; Grenoble, 1676 ; Lyon, 1692 ; Lyon, Molin, 1706 (2 exemplaires !) ; Lyon, Besson, 1706.

[39] Antoine Molin (1688-apr. 1763) reprit la librairie de ses parents en 1709 et fut reçu maître en 1710. En faillite en 1739 (année durant laquelle il perd sa seconde épouse), il fera porter la responsabilité de ses mauvaises affaires à sa femme défunte « inconséquente, vendant ses livres à son profit pour se consacrer à ses plaisirs ».

[40] Sur Hyacinthe-Théodore Baron, voir le très bel article que lui a consacré Jean-Paul Fontaine en juin 2019 sur son blog « Histoire de la Bibliophilie ».

[41] Joannis Guignard, Le Livre. Bibliographie rétrospective, Paris, Quantin, 1880, p. 154.

[42] Pour ne prendre que quelques exemples recueillis sur la même page du catalogue de sa vente, citons, pour la seule poésie (p. 18) : Les Poëmes du sieur de Lortigue Provençal (1617), des éditions anciennes de Théophile, les Œuvres satyriques de Sonnet-Courval (1622), les Œuvres poétiques de Jacques Poille (1623) et même les Poëmes de Claude Expilly, dans leur édition grenobloise de 1624, sans compter un très grand nombre de poètes XVIIe siècle (Régnier, Maynard, Du Lorens, Gombaud, Dalibray, Brébeuf, Malherbe, Adam, Racan, Chapelain, etc.).

[43] Selon Le Roux de Lincy, « Gaignat, atteint d’une maladie sérieuse causée par le chagrin qu’il ressentit de la perte de sa femme et de sa fille, à peine âgée de douze ans, fut soigné et remis en bonne santé par Hyacinthe-Théodore Baron, médecin célèbre, professeur de la Faculté de Paris et bibliophile distingué, mais dont la fortune n’était pas assez grande pour satisfaire son goût. Baron donna le conseil à son client d’acheter des livres pour se distraire ; Gaignat suivit ce conseil et devint un des bibliomanes les plus ardents de XVIIIe siècle » (préface au catalogue de la vente de la collection de Jacques-Charles Brunet, Paris, 1868, p. XXXIV).

[44] Catalogue de la bibliothèque de feu M. Baron, premier Médecin des Camps & Armées du Roi en Italie &en Allemagne, ancien Doyen de la Faculté de Médecine de Paris, & c. …, Paris, Paris, chez Née de la Rochelle, libraire, 1788.

[45] Colomb de Batines, « Bibliographie… », op. cit., pp. 200-201. Faute d’avoir connu dans un premier temps cette information cruciale et les descriptions données par Colomb de Batines, j’avais été enclin à considérer que le catalogue Turner, qui donnait des provenances Baron/Méon/Soleinne, faisait erreur, dans la mesure où j’avais retrouvé trace de l’autre exemplaire Soleinne, en reliure de Thouvenin ! Cet exemplaire en reliure Thouvenin passa ensuite dans la bibliothèque du baron Taylor ().

[46] Paul Lacroix, Bibliothèque dramatique de M. de Soleinne, Paris, Administration de l’Alliance des Arts, 1844, tome III, p. 357.

[47] Bulletin du bibliophile, n° 6, juin 1845, p. 265, n° 468, 30 frs., veau fauve.

[48] Catalogue des livres rares et précieux, imprimés et manuscrits, la plupart français et latins, provenant de la bibliothèque de M. Robert S. Turner, Paris, Adolphe Labitte, 1878, n° 420.

[49] Bibliothèque Dany et Louis Gruel, Librairie Prévost (Paris), mars 2010, n° 162.

[50] Vente de livres anciens et modernes, ANAF-Arts Auction, Lyon, 27 juin 2007, n° 280.

[51] Il conviendrait pour cela de disposer de toutes les productions Molin, notamment celles de 1711, 173 et 1738, ce qui n’est pas encore le cas : occasion de recontacter la Bibliothèque de Grenoble !

[52] Sur Lemaire, voir E. Maignien, L’Imprimerie…, op. cit., p. CXII, mais aussi la bonne notice d’autorité du catalogue de la BnF.

[53] Colomb de Batines, « Bibliographie… », op. cit., p. 202-203.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (36) : VOYAGE À DONOGOO-TONKA

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (36)

VOYAGE À DONOGOO-TONKA

Il fut, durant l’entre-deux-guerres, l’un des auteurs dramatiques français les plus célèbres et les plus joués à travers le monde. Membre de l’Académie française en 1946 (en même temps que Claudel et Pagnol), président du PEN Club international et français, grand-officier de la Légion d’honneur, il cumula toutes les dignités et récompenses de son temps, en plus de l’estime du public. Mais que reste-il aujourd’hui de l’écrivain Jules Romains (1884-1972) ? Nul doute que ce sont les pièces de Romains qui ont su le mieux passer le temps. Caractérisées par leur ironie, leur sens de la satire, elles trouvent toujours un public près de cent ans après leur première représentation. Occasion de nous pencher aujourd’hui sur l’univers très particulier de l’une d’entre-elles, qui vit créer pour l’occasion une ville et un pays imaginaires en pleine forêt tropicale sud-américaine

I. Une pièce mythique : Knock (1923-1924)

Ecrivain complet, Jules Romains a fréquenté tous les genres, tous les styles au cours de sa longue carrière. Encore étudiant, il commença, comme beaucoup de jeunes auteurs de la Belle-Epoque, par commettre quelques recueils de vers (dont le premier parut en 1904 et fut suivi notamment par Un Être en marche en 1910[1]).

Jules Romains, « Un Être en marche », Paris, Mercure de France, 1910, envoi autographe à Fernand Gregh. Inv. 2422

L’année 1911 marqua la parution de son premier roman, Mort de quelqu’un[2] (j’avoue un faible pour ce « récit génialement banal et d’une humanité qui ne peut périr » pour reprendre les termes du critique R. Arcos – le roman fut hautement salué par Stefan Zweig). Mais c’est surtout sa gigantesque fresque romanesque Les Hommes de bonne volonté (composée de vingt-sept volumes parus entre 1932 et 1946), qui devait par la suite être saluée par la critique et connut de nombreuses rééditions. En cette même année 1911, Romains créa à l’Odéon sa première pièce, L’Armée dans la ville.

Louis Jouvet interprétant Knock dans le film de 1951. DR

La plus célèbre des œuvres de Jules Romains demeure indéniablement Knock, ou le triomphe de la médecine. Comédie grinçante contre les pratiques mercantiles de la médecine moderne (« Toute personne bien portante est un malade qui s’ignore », assène Knock), mais aussi, d’une manière plus générale, de toute idéologie manipulatrice, la pièce va triompher dès sa première représentation à la Comédie des Champs-Elysées le 15 décembre 1923. Le rôle-titre, celui du visionnaire et cynique docteur Knock, fut créé par Louis Jouvet qui obtint là l’un des plus célèbres personnages de sa carrière. La pièce fut portée à l’écran dès 1925, puis à nouveau en 1933 et 1951, ces deux fois avec Jouvet en Knock, occasion de quelques scènes d’anthologie du cinéma français, notamment les fameuses répliques du « est-ce que ça vous chatouille, ou est-ce que ça vous gratouille ? ». Tout récemment encore (2018), une nouvelle adaptation cinématographique a été portée à l’écran avec Omar Sy dans le rôle-titre, sans compter les nombreuses reprises de la pièce sur les planches.

Jules Romains, « Knock, ou le triomphe de la médecine », Paris, NRF-Gallimard, 1924, édition originale, un des 108 ex. réimposés in-4° sur papier vergé. Inv. 1392

L’édition originale de Knock fut donnée par les Editions Gallimard-NRF en 1924. Comme toujours dans ces éditions des années 1920-1930, le tirage avait donné lieu à des déclinaisons dans des formats et des natures de papier différents. Pour reprendre la description du justificatif de tirage, il y a eu ainsi « 108 exemplaires de luxe in-4° tellière sur papier vergé pur fil Lafuma-Navarre, dont 8 hors-commerce marqués de A à H, et 100 exemplaires réservés aux Bibliophiles de la Nouvelle Revue Française numérotés de I à C, et 792 exemplaires in-8° couronne sur vélin pur fil Lafuma-Navarre, dont 12 hors-commerce marqués de a à l, 750 exemplaires numérotés de 1 à 750, 30 exemplaires d’auteurs hors-commerce numérotés de 751 à 780 ». Le présent exemplaire appartient donc aux « exemplaires de luxe in-4° », portant le n° LII. Si je n’ai malheureusement pas d’indication quant à sa provenance, l’exemplaire a été fort bien traité par son premier (?) propriétaire qui lui a fait donner une jolie demi-reliure de maroquin rouge, avec plats de vélin blanc, le décor du dos étant à la fois sobre et très « Art Déco », qui est totalement dans le ton. J’avais été fort heureux de mettre la main sur ce volume dans cette condition, sachant que j’avais jadis, au collège, joué Knock, dans le rôle du docteur Parpalaid, dont l’épouse était interprétée par une amie très chère, depuis longtemps disparue. Cette pièce, à bien des niveaux, représente donc beaucoup à mes yeux.

Jules Romains, « Knock, ou le triomphe de la médecine », Paris, NRF-Gallimard, 1924, édition originale, un des 108 ex. réimposés in-4° sur papier vergé. Inv. 1392

Cette édition originale de 1924 comportait, à la suite de Knock, une seconde pièce : Monsieur Le Trouhadec saisi par la débauche. Là encore, l’œuvre avait été montée à la Comédie des Champs-Elysées, avec la troupe de Jouvet, le 14 mars 1923. C’était la deuxième apparition d’un personnage appelé à devenir récurrent dans l’œuvre de Romains. Illustre professeur devenu titulaire de la chaire de géographie au Collège de France, le très respectable et un peu gâteux Monsieur Le Trouhadec s’entiche soudainement d’une jeune et belle actrice. Enivré par sa gloire toute récente (et aussi toute relative), il suit cette jeune personne à Monaco et décide de faire la conquête de cette innocente créature. Mais ses moyens ne seront pas à la hauteur de ses ambitions… Ce personnage ridicule, pompeux mais naïf, avait vu le jour trois ans plus tôt dans Donogoo-Tonka et devait revenir sur les planches en 1926 avec Le Mariage de Monsieur Le Trouhadec.

II. Une comédie géographique, un « conte cinématographique » : Donogoo-Tonka (1919-1930)

Le 20 août 1919 (pour reprendre la date figurant à la fin du texte), Jules Romains achevait sa pièce Donogoo-Tonka, ou Les Miracles de la science, que le sous-titre qualifiait de « conte cinématographique ». Curieuse œuvre en effet que celle-ci : elle prévoyait, dans des didascalies encadrées, des tableaux filmés diffusés pendant la représentation. Une rencontre des genres tout à fait inédite, à la croisée du théâtre, du cinéma et de la bande-dessinée.

Aperçu d’un exemplaire in-12 de « Donogoo Tonka » (Paris, 1920) montrant les tableaux cinématographiques prévus. DR

Le professeur Le Trouhadec, qui est sur le point d’être nommé à l’Institut (au sein de l’Académie des Sciences), a décrit dans l’un de ses livres majeurs un état-cité sud-américain qui n’existe en réalité pas… Parmi ses collègues, on soupçonne la bévue, on en ricane et son fauteuil pourrait bien être remis en cause… Pour le tirer d’affaire, son ami Lamendin, architecte raté mais escroc de talent, ne voit qu’une solution : pour que Le Trouhadec ne soit pas pris en faute, il faut que Donogoo-Tonka existe et il faut donc la créer. Il persuade alors le banquier véreux Margajat de monter une société dont la raison d’être sera l’amélioration de l’habitat à Donogoo-Tonka. La ville naît donc sur le papier avant même que son emplacement géographique soit exactement délimité. Cette ville utopique, décrite à grands renforts de publicité comme disposant de mille ressources, finit par attirer des cohortes d’aventuriers venus de toute l’Europe. Ainsi se forment deux groupes : les fondateurs « théoriques » et les fondateurs « réels » de la cité amazonienne, qui finit bel et bien par sortir de terre, donnant raison au professeur Le Trouhadec ! Dans cette fable satirique et surréaliste, les « méchants » tirent leur épingle du jeu et montrent qu’il faut peu de choses pour éveiller en chacun la cupidité, et chez tout le monde, la naïveté.

Avant d’être portée sur les planches (et non sans difficultés, la pièce comportant 70 personnages !), l’œuvre devait être éditée chez Gallimard. Jules Romains avait alors plusieurs projets en cours auprès du célèbre éditeur. C’est dans ce cadre que l’auteur écrivit à Gaston Gallimard le 17 février 1920 :

Jules Romains, lettre autographe signée à l’éditeur Gaston Gallimard, s.l., 17 février 1920, p. 1. Inv. 2366
Jules Romains, lettre autographe signée à l’éditeur Gaston Gallimard, s.l., 17 février 1920, p. 2. Inv. 2366

« Cher ami, vous me feriez plaisir en me donnant quelques renseignements sur ce que deviennent mes livres à paraître. D’abord mon mémoire[3] : après avoir reçu régulièrement deux paquets de premières épreuves et les secondes épreuves qui y correspondent, plus rien ne m’est parvenu. Voici deux mois passés. Qu’est-il arrivé ? Puis Donogoo. Vous m’aviez parlé d’une publication en décembre [1919]. Où en est-ce ? Enfin, la représentation de Cromedeyre n’est plus tellement éloignée[4]. Ne faudrait-il pas songer au livre ? Si vous savez, en outre, quelque chose de nouveau touchant Figuières & Cie, joignez-le à votre réponse[5]. Pardonnez-moi d’insister et de vous importuner. Mais je suis loin de Paris pour quelques semaines encore. Et vous n’ignorez pas que l’éloignement rend les nouvelles très précieuses, et l’absence de nouvelles un peu mélancolique. Bonnes amitiés aux vôtres – et à nos amis communs. Votre ami, Jules Romains. P.S. Je dois toujours une réponse à la gentille lettre de Rivière. Comme je pense que vous le voyez chaque jour, voulez-vous lui demander de me réserver pour avril, dans la Revue, deux ou trois pages de notes, à consacrer à la Catalogne (littéraire) ? Merci. J.R. »

Jules Romains, « Donogoo Tonka », Paris, Gallimard, 1920, édition originale, un des ex. réimposés in-4° sur vergé Lafuma-Navarre. Inv. 2522

L’édition originale de Donogoo-Tonka sortit finalement des presses le 14 avril 1920. Comme pour Knock, l’ouvrage fut décliné sur plusieurs formats et papiers, à savoir 128 exemplaires in-4° tellière sur papier vergé Lafuma-Navarre (8 exemplaires hors-commerce marqués A à H ; 100 exemplaires réservés aux Bibliophiles de la Nouvelle Revue Française numérotés I à C, plus 20 exemplaires numérotés CI à CXX), 1’040 exemplaires in-16 double-couronne sur papier vélin Lafuma de Voiron (10 exemplaires hors-commerce marqués a à j ; 800 exemplaires pour les Amis de l’Edition originale numérotés de 1 à 800 ; 30 exemplaires d’auteur hors commerce numérotés 801 à 830 ; 200 exemplaires numérotés 831 à 1030). Appartenant au tirage de tête en format in-4°, le présent exemplaire, numéroté XLIX, était nominatif et destiné au critique, historien d’art et collectionneur Claude Roger-Marx (1888-1977)[6]. Fils du critique et écrivain Roger Marx (ami des Goncourt), il a livré de nombreuses études en histoire de l’art (essentiellement sur les maîtres romantiques ou impressionnistes), mais mena aussi une carrière de dramaturge, créant ses courtes comédies avec succès au Théâtre des Arts, au Vieux-Colombier ou à la Comédie-Française, les plus célébrées étant Simili en 1930 et Dimanche en 1934 (plusieurs firent l’objet d’adaptations radiophoniques).

La difficulté de monter une pièce aussi novatrice retarda de plusieurs années sa montée sur les planches. Il fallut finalement attendre dix ans pour que l’incontournable Louis Jouvet monte la pièce, dans sa propre mise en scène, au Théâtre de Pigalle[7]. Créée le 25 octobre 1930, elle rencontra un franc succès tant public que critique : de la date de la première au 31 octobre 1931, 287 représentations furent données par la troupe.

Création de la pièce « Donogoo Tonka » en 1930 : les aventuriers et pionniers arrivent sur les lieux. Photo DR
Création de la pièce « Donogoo Tonka » en 1930 : on voit ici comment l’écran de cinéma s’incrustait dans les décors pour figurer les fameuses didascalies. Photo DR

C’est dans ce contexte de la création de la pièce que Romains écrit à l’éditeur et écrivain Yves Gandon (1899-1975)[8], lui répondant sur un projet de traduction de la pièce et l’invitant à venir à une représentation :

Jules Romains, lettre autographe signée à Yves Gandon, [Paris], « 2, rue Wilhem, XVI », s.d. [automne 1930], p. 1. Inv. 2347
Jules Romains, lettre autographe signée à Yves Gandon, [Paris], « 2, rue Wilhem, XVI », s.d. [automne 1930], p. 2. Inv. 2347

« Mon cher confrère, le retard de ma réponse vient de la bousculade où je vis. Pour la traduction espagnole de Donogoo, dites à votre ami de s’aboucher avec mon agent général : M. S. Bianchini, Société des Auteurs, 9 rue Ballu. Je n’ai pas reçu Mascarades, mais je figurerai avec plaisir dans votre galerie[9]. Venez me voir une après-midi, à l’Atelier, où je répète (vers 4 heures, par exemple). Le petit mot ci-joint vous ouvrira le Théâtre Pigalle. Vous indiquerez la date vous-même (ni un Samedi, ni un Dimanche après-midi, ni un Mercredi, ni un Vendredi, s.v.p.). A bientôt, et très cordialement, Jules Romains »

Les traductions et reprises sur les scènes européennes furent en effet nombreuses et l’on vit même naître une adaptation cinématographique, malheureusement réalisée par l’Allemagne nazie… Sorti le 24 janvier 1936, cette comédie de 100 minutes fut réalisée par Reinhold Schünzel (1888-1954), qui travailla le scénario avec Romains et donna également une version française, juste avant de quitter son pays pour les Etats-Unis.

Affiche de la comédie « Donogoo Tonka » (Allemagne, 1936). Source . WikiCommons

 III. Poursuites du canular : les résurrections de Donogoo-Tonka

Après sa pièce, Romains écrivit durant la suite de sa vie trois textes en rapport avec son petit état sud-américain. Le premier, Avant Donogoo, fut rédigé en 1930, à l’époque de la création de la pièce par Jouvet : ce texte forme une sorte de manifeste du théâtre moderne dont l’action ne peut se limiter à des lieux et espaces restreints, mais doit s’ouvrir au monde. Puis, après une éclipse de vingt ans, l’auteur revint à son univers, d’abord avec Les bons usages à Donogoo (1950) et Pourquoi j’ai écrit Donogoo (1951). Ecrit pour la Revue de Paris, ce dernier texte présentait la pièce comme une satire volontairement joyeuse des « ressorts et mécanismes permanents de toute civilisation et des formes qu’ils ont prises en particulier dans notre monde moderne », notamment à travers l’ « épopée héroï-comique de la publicité ». Le retour de Romains sur cette pièce en ce début des années 1950 s’explique aisément : la pièce était sur le point d’entrer au répertoire de la Comédie Française, montée au Théâtre de l’Odéon le 9 novembre 1951. On devait la voir revenir à l’affiche de l’institution parisienne en 1957 et 1964, sans compter de nombreuses reprises par plusieurs troupes à l’étranger et en France (l’une des dernières, en 2009, par le comédien Jean-Paul Tribout).

Reprise de « Donogoo Tonka » en 2009 par le comédien Jean-Paul Tribout (célèbre par son rôle dans la série « Les Brigades du Tigre »), au Théâtre 14 à Paris. Photo : Benoite FANTON/WikiSpectacle

Perpétuant plus que les deux autres la poursuite du canular et du pastiche, le texte Les bons usages à Donogoo constituait « une sorte d’ “en-marge” à la pièce »[10]. Invité à collaborer à un guide des bons usages, Le Savoir-vivre international, publié sous la direction de Pierre Daninos et Doré Ogrizek aux Editions Odé en 1950, Romains a fourni avec ce texte « un vade-mecum ironique et canularesque à l’attention du touriste “donogoïen” des années 50. Ce texte a, semble-t-il, beaucoup amusé son auteur, amené à inventer, à propos d’une ville imaginaire, mais considérée en l’occurrence comme réelle, un code prétendument vrai, dont la caractéristique était qu’il ne servirait probablement jamais. Mais, avec Donogoo, sait-on jamais où finit l’illusion ? »

Jules Romains, Les bons usages à Donogoo, manuscrit autographe signé, s.d. [1950], dix-sept pages in-folio (dont une recto-verso. Quelques corrections et reprises, ajouts au verso des pp. 7 et 11). Inv. 1920

Prétextant une conversation avec un nouveau riche (engraissé par le marché noir) rencontré au Festival de Cannes, l’auteur entreprend de parler des usages de la république de Donogoo, à travers plusieurs aspects essentiels : comportement dans les hôtels, dans la bonne société, dans les dîners, respect de la culture nationale et de ses mythes fondateurs, etc. Le texte fut donc publié dans Le Savoir-vivre international en 1950, puis ressorti en 1984 (avec les deux autres textes parallèles déjà évoqués) dans un numéro spécial du Bulletin des amis de Jules Romains consacré à Donogoo. Mais ce qu’ignoraient les éditeurs de la Société des Amis de Jules Romains (alors présidée par son successeur à l’Académie, Jean d’Ormesson), c’est que le texte écrit par Romains n’avait été publié dans son intégralité en 1950. Sur les dix-sept pages du présent manuscrit autographe, pas moins de cinq sont demeurées inédites ! Jules Romains y abordait deux aspects tout aussi drolatiques. D’une part, la non-participation de Donogoo à la seconde Guerre mondiale et sa nullité militaire, sujet épineux alors que les Donogoïens étaient persuadés que leur armée et les défenses naturelles du pays avaient fait abandonner à Hitler l’envie de les envahir (on croirait entendre parler de la Suisse…). D’autre part, la question de la littérature locale, en fait inexistante en dehors d’un seul et unique auteur : c’est le romancier (bien réel) Maurice Bedel (Prix Goncourt 1927) qui interroge Romains sur la question, devant faire une tournée de conférences en Amérique du Sud, avec halte à Donogoo. Pourquoi ces deux passages (cinq pages au total) ne furent-ils jamais édités ? Quelques réflexions un peu trop ironiques (sur la Résistance, sur les hommes de lettres) pourraient expliquer la chose, à moins que les auteurs du Savoir-vivre international aient finalement trouvé le texte trop long. Mais il est temps que présenter enfin ci-dessous le texte complet tel que l’avait écrit Jules Romains, dans toute sa saveur d’exotisme ironique : un canular géographique et littéraire qui, sous les dehors de la farce, conserve toujours une certaine actualité, comme en 1930, quant à ces « ressorts et mécanismes permanents de toute civilisation ».

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 30 décembre 2019


APPENDICES

TEXTE PUBLIÉ EN 1950 ET 1984

Les bons usages à Donogoo

L’année dernière, au festival de Cannes[11], je me trouvai une fois par hasard assis à table en face d’un monsieur visiblement prospère et content de lui, dont l’aspect laissait penser qu’il avait pu ne pas rester étranger au marché noir, mais qu’à la différence de beaucoup de ses confrères il avait su se parer contre les mauvais jours de la vie normale. Il me confia ses projets de voyage. Son intention était de visiter bientôt l’Amérique du Sud. Il avait déjà ses idées sur cette région du monde. Par exemple, il tenait les Argentins pour « un peu snobs ». II vint à parler de Donogoo. Je manifestai de l’étonnement, car ce pays est encore loin de figurer sur les itinéraires habituels de tourisme.

– «Ce qui m’y attire» déclara-t-il jovialement, «c’est l’idée de trouver un patelin vraiment neuf, avec des gueules d’aventuriers ou même de bandits, au besoin. La Californie, c’était ça du temps de nos grands-pères. C’est fini ; et ça n’existe plus nulle part ailleurs. Les chichis, c’est très bien ; mais on aime prendre des vacances. Je me dis qu’à Donogoo, en crachant sur les tapis s’il y en a, et mettant mes pieds sur la table, je serai dans le ton ».

J’essayai de lui insinuer que ce n’était pas tout à fait ça. Mais comme il n’avait pas l’air facile à détromper, et qu’au surplus j’imaginais sans déplaisir les gaffes qu’il prodiguerait là-bas, je me tus.

En fait, son erreur était des plus grosses. Il se peut qu’à Donogoo, l’époque des crachats sur le sol et des pieds sur la table ne soit pas fort ancienne – sans parler des coups de pistolet au cours d’une discussion – mais la règle élémentaire du savoir-vivre est de l’avoir complètement oubliée, de ne révoquer ni par un mot ni par un geste.

Si je voulais donner, à de nouveaux arrivants, un conseil très général, je leur dirais : « Tâchez, en principe, de déployer là-bas toute la politesse, toutes les bonnes façons qu’on vous a apprises ; même au risque de paraître cérémonieux et formaliste. On trouvera peut-être que vous en faites trop. Mais plus probablement l’on se demandera si ce n’est pas vous qui êtes l’exemple à suivre. En tout cas l’impression sera excellente ».

Vous me répondrez que mon conseil serait encore plus utile si j’indiquais de quel type de politesse il vaut mieux se rapprocher. Car il y a la politesse française, l’anglaise, la suédoise, l’américaine du Nord, que sais-je ? la chinoise… et, dans la mesure où on les connaît, n’aurait-on pas plus de succès en appliquant, même à la rigueur en exagérant, celle d’entre elles à quoi s’apparente la politesse donogoïenne ?

Il se présente ici un embarras. Donogoo – nous pouvons tout de même le dire entre nous – a des origines très mêlées. Ses mœurs, sa politesse, s’en ressentent. Elles ont quelque chose de composite. Vous y rencontrez des usages qui, ailleurs, n’iraient pas ensemble. D’où mon hésitation à orienter le nouveau venu en le priant simplement de se référer à l’un des styles de vie dont il peut avoir l’expérience.

Commençons, si vous voulez bien, par l’hôtel ; puisque c’est l’hôtel que le voyageur a le plus de chances de rencontrer en premier lieu. Avant de vous désigner votre chambre, la réception vous réclamera votre passeport ; et non point seulement son numéro, mais le document lui-même. Si vous êtes accompagné de votre femme, l’on ne se contentera pas de votre passeport à vous ; l’on exigera le sien, qu’on examinera de près, surtout si elle est jeune et jolie. Est-ce dû à un excès de zèle de la police ? Je ne le crois pas. Mais l’hôtel veut s’assurer que vous ne voyagez pas avec votre maîtresse, et ne projetez pas de loger avec elle dans la même chambre, ce qui, sans être illégal, nuirait gravement à la bonne tenue de rétablissement.

Si vous vous présentez comme un monsieur seul, l’examen du passeport sera plus rapide. Mais vous risquez de vous entendre poser une question qui vous laissera un peu bête. (Je signale à ce propos qu’à défaut de l’espagnol et de l’anglais, ou du portugais qui est la langue du pays circonvoisin, le français vous permet de vous débrouiller dans la plupart des endroits publics.) Donc le chef de réception vous dira, de préférence à mi-voix :

– Voulez-vous une chambre « communicante » ?

Si vous avez répondu « oui », parce que vous étiez prévenu, ou parce que, n’ayant pas compris, vous n’aviez pas osé demander une explication, vous trouverez en rentrant le soir, à onze heures par exemple, une porte latérale de votre chambre, que vous n’aviez pas remarquée, obligeamment ouverte, et par-delà, une autre chambre, et un lit, où une jeune personne étendue se présentera couverte des linges les plus légers. Dans les hôtels de premier ordre, l’on aura même eu la prévenance de la choisir parlant plus ou moins votre langue. A vous ensuite de la rétribuer comme il siéra. Aucune mention de ses services ne sera faite sur la note de l’hôtel, dont la direction est trop honorable pour tremper dans de tels trafics. La chambre adjacente à la vôtre, bien entendu, vous sera comptée. Et comme le tarif des hôtels est déjà très élevé à Donogoo, je vous avertis qu’au total la fantaisie est assez coûteuse ; d’autant que l’usage, en ce cas, est de glisser le lendemain matin un gros pourboire au portier.

Je vous suppose maintenant introduit dans le monde. Les usages salon sont un peu les mêmes qu’aux États-Unis. La femme, en particulier la maîtresse de maison, y est l’objet d’une déférence toujours en alerte. Si elle se lève, ne serait-ce que pour prendre une boîte d’allumettes sur un guéridon voisin, toute rassemblée se lève, et ne se rasseoit qu’après qu’elle s’est rassise. Si elle quitte la pièce, on attend pour se rasseoir qu’elle ait tout à fait disparu. Si elle ne fume point, personne ne fume, à moins qu’elle ne vous invite expressément à le faire.

L’influence des États-Unis et celle du monde anglo-saxon en général, se marquent aussi dans la salle à manger, mais laissent subsister quelques traits originaux. La maîtresse de maison est servie la première. La place d’honneur est située tantôt à sa droite, tantôt à sa gauche, sans que j’aie jamais pu saisir le pourquoi de la différence. Quand un plat est apporté, il faut attendre, si nombreux soit-on, que le dernier convive soit servi avant de toucher soi-même à son assiette. Dans les vieilles familles, c’est souvent le maître de maison qui, à partir du milieu du repas, se lève pour faire, tout autour de la table, le service des très grands vins.

Mais il y a des usages plus déconcertants ; d’abord en ce qui regarde le nombre des convives : le chiffre treize jouit là-bas d’une faveur spéciale. Une maîtresse de maison qui en a les moyens s’arrange toujours pour que l’on soit treize à sa table. Celles qui sont dans l’obligation de réunir plus de gens à la fois composent deux tables de treize. Si un invité tarde à paraître, vous voyez la dame toute malheureuse et prête à dénicher n’importe où un convive de remplacement. Je me suis laissé dire que cette pratique se rattache à un épisode de l’époque des Fondateurs. Mais je n’en ai pas la preuve.

Autre singularité : dans les familles vraiment distinguées, et qui se targuent de maintenir les traditions, l’arrivée du rôti est le signal d’une petite cérémonie bien curieuse. Chaque invité sort de sa poche un couteau, du type couteau de paysan ou couteau de soldat. C’est avec ce couteau qu’il se met à découper, d’ailleurs fort adroitement et en s’aidant de son pain, la tranche qu’on lui sert ; puis c’est de la pointe du couteau qu’il pique les morceaux et les porte à sa bouche. Pour les invités qui, peu au fait des usages, ou distraits, auraient omis d’apporter leur couteau personnel, le maître d’hôtel en tient plusieurs en réserve. Il vous en passe un discrètement, avec une moue de blâme si vous êtes du pays, avec un indulgent sourire si vous êtes étranger. Je conseille d’ailleurs au visiteur étranger susceptible d’être invité dans le monde d’acheter dès son arrivée un couteau de ce genre et de l’avoir toujours en poche. Il ne s’imagine pas le bon effet qu’il produira en l’exhibant au moment voulu, du geste le plus naturel, et alors que ses voisins de table s’attendront à l’en voir démuni. Vous trouverez l’article dans les bazars, ou chez les joailliers, qui en fabriquent des modèles, très rustiques de forme, comme la tradition le veut, mais précieux par la matière et le fini du travail. Vous n’aurez qu’à demander : « Un couteau de rôti », ou tout simplement un « folder ». L’on vous comprendra. Je ne crois pas que l’origine de cet usage soit très obscure. Il en est de même d’un autre, à propos duquel je tiens à mettre en garde les nouveaux venus.

Quand vous assistez à un dîner, et que vous êtes assis à côté de la maîtresse de maison – ce qui, comme étranger, vous arrivera souvent – ne lui adressez pas des galanteries ou des œillades trop appuyées sans être bien sûr qu’elle vous plaît et sans savoir à quoi vous vous exposez. Vous risqueriez de vous attirer une méchante affaire avec le mari. Non pas pour avoir provoqué sa jalousie ; loin de là. Mais le bon usage est en ce cas que la dame, sur la foi de vos démonstrations, s’arrange, au cours de la soirée et tout en bavardant, pour vous mener jusqu’à quelque petit salon un peu écarté – où d’ailleurs les autres invités, après s’être cérémonieusement levés au départ de la dame, se garderont bien d’aller troubler votre isolement. Là elle vous laissera entendre par ses mines, ses soupirs, et peut-être davantage, qu’elle est à vos ordres. Si, tout penaud d’avoir été pris tellement au sérieux, vous vous esquivez par quelques phrases aimables, le visage de la dame, lorsqu’elle rentrera dans le grand salon, laissera voir au mari quel affront inouï elle vient d’essuyer. Et il en sera peut-être encore plus offensé qu’elle.

L’on aurait tort d’attribuer le fait à une corruption des mœurs. L’explication est à chercher au contraire, et ici encore, dans l’âge primitif du pays, qui est à vrai dire tout récent. Le Donogoo du début, on le sait, manquait terriblement de femmes. Pour ceux qui en possédaient une, légitime ou non, la plus grande marque d’amitié, de générosité, qu’ils pouvaient donner à un camarade, c’était de lui prêter leur femme ; non pas d’une façon régulière, cela s’entend, mais à titre de libéralité exceptionnelle. Il est probable que le camarade n’obtenait cette faveur qu’après avoir patiemment montré combien il la souhaitait, et qu’en faisant maintes fois à la table des époux dépense d’œillades et de doux propos – sans préjudice, peut-être, de cadeaux plus substantiels. Le mari, témoin et arbitre, devait juger du moment où il aurait été inhumain de faire attendre davantage ; et l’indiquer à sa femme par un signe. En tout cas, ce que ni lui ni la femme ne craignaient, c’était un refus. Cet usage-ci, comme le précédent, tend à disparaître. Il est l’apanage de ce qu’on peut appeler l’aristocratie de terroir.

Passons aux opportunités et aux périls de la conversation. Un point à souligner, d’abord : A Donogoo, et dans toutes les classes, l’orgueil national est très chatouilleux. Prenez-y garde. D’abord ne commettez jamais la sottise de faire allusion au peu d’ancienneté du pays. Il est en réalité très vieux, et même antique. Les érudits locaux vous citeront des tas de pierres, évidemment dressés par la main de l’homme, et qu ils font remonter, les uns, les plus timides, au cinquième siècle de notre ère, les autres, plus hardis, à l’époque de la IVe dynastie égyptienne. La forêt vierge, qui se déploie encore à cent kilomètres de la capitale, recèle des tribus indiennes qui sont parmi les plus archaïques. N’ayez pas l’air de les ignorer. Elles attestent le caractère immémorial de la patrie donogoïenne. La fondation même de Donogoo, il y a quelques trente ans, par une poignée d’aventuriers échappés d’Europe, est un détail qui se perd dans la perspective des siècles. Ensuite ne posez pas de questions maladroites quand on parlera devant vous de la révolution de 37. En 1937, le Brésil, dans les profondeurs duquel Donogoo forme une enclave, a eu la générosité de lui accorder l’autonomie, et cela pour ainsi dire sans se faire prier. Mais il doit être bien entendu que l’indépendance nationale a été acquise au prix d’une révolution sanglante, dont les fastes sont inscrits dans le nom même de plusieurs des voies principales : Rue du Premier Avril, Rue du Deux Avril, Avenue des Martyrs de l’Indépendance, Place de la Grande Révolution (qui s’appelait autrefois, du temps du gouverneur Lamendin : Place de l’Erreur Scientifique), Rond-Point de l’As de Pique (l’as de pique ayant été un moment, je ne sais pourquoi, l’emblème du parti révolutionnaire). Dieu merci, la statue de Le Trouhadec n’a pas été déboulonnée. Mais son personnage a subi les atteintes de la légende. Le Trouhadec est regardé aujourd’hui comme le premier pionnier de la Révolution nationale, et comme l’immortel inspirateur du parti qui détient le pouvoir. Sa dépouille, on le sait, repose chez nous, au cimetière Montparnasse. Après la révolution de 37, il avait été question du transfert de ses cendres à Donogoo. Puis la guerre est venue. Le parti au pouvoir considère maintenant, paraît-il, que, puisqu’il n’est plus temps de songer à montrer au peuple, dans un mausolée de marbre, un Le Trouhadec embaumé et intact, ce n’est pas la peine de se faire expédier à grands frais une pelletée d’ossements. Et l’on se contentera d’édifier un cénotaphe.

PASSAGES INÉDITS
(première publication, avec renvoi aux pages du manuscrit)

[p. 12] A propos de la dernière guerre, surveillez également votre langue. Ne dites pas, par exemple : « Vous ici, à Donogoo, quelle chance vous avez eu d’échapper à la tourmente ! » Vous verriez se froncer les sourcils. Et l’on vous apprendrait aussitôt qu’Hitler aurait bien fait le plan de lancer contre Donogoo [p. 13] ses meilleurs avions et ses meilleurs tanks, et que le Japon avait promis de l’appuyer par une attaque venant du Pacifique. Mais, prudent malgré tout, Hitler s’était renseigné. Il n’avait pas tardé à comprendre que Donogoo, avec son armée et ses défenses naturelles, était un morceau trop dur pour lui.

Cette susceptibilité patriotique est bizarrement contagieuse. Nous avons là-bas, depuis la libération, un attaché naval. Il est vrai qu’il n’a sous ses ordres que deux adjoints, officiers de marine eux-mêmes, plus cinq secrétaires-dactylographes, et tout le monde ne dispose que de deux autos. Mais quand on réfléchit que Donogoo est à quinze cents kilomètres de la mer la plus proche – l’Océan Atlantique -, et à deux mille kilomètres de l’Océan Pacifique, dont le sépare en outre une Cordillère où les cols se situent entre quatre et six mille mètres, l’on s’étonne tout de même un peu. De cet étonnement, lors de mon dernier voyage, je laissai voir une trace à notre attaché naval. C’est un brave garçon. Il était avant la guerre employé chez Félix Potin de Marseille, et il paraît qu’il s’est acquis des titres dans la Résistance. Bref, il [p. 14] prit fort mal mon innocente raillerie : « Vous oubliez », me dit-il sévèrement, « que Donogoo est un poste d’observation formidable ».

Il se peut encore que vous soyez amenés à parler littérature. Avec quelques précautions, ce n’est pas très dangereux. Rien ne vous empêche de dire du bien de quelques auteurs français, morts ou vivants. Personne ne vous contredira, car là-bas on lit peu. L’an dernier, quand mon ami Maurice Bedel[12] fut sur le point de partir pour un voyage de conférences en Amérique du Sud, il me fit l’honneur de me demander :
– Comme je ne passerai par Donogoo, et que vous connaissez bien le pays, avez-vous quelques conseils à me donner ?
– De quoi comptez-vous parler ?
– Du roman français, depuis Balzac.
– Jusqu’à nos jours ?
– Jusqu’à nos jours.
– Eh bien ! Ne vous gênez pas spécialement. S’il vous prend même envie de dire qu’Eusèbe Gramouchet est le seul écrivain [p. 15] actuel qui soit lisible, allez-y. Vous n’aurez jamais meilleure occasion.
– Mais c’est que je n’ai pas du tout envie de le dire.
– Dommage. En prévenant l’éditeur d’Eusèbe Gramouchet pour qu’il fasse un envoi là-bas, vous lui auriez fait vendre au moins trois volumes dans l’année qui vient. Il y a bien quelque chose que je vous conseillerais.
– Quoi ?
– Montrez que, depuis une vingtaine d’années, l’influence de la littérature donogoïenne sur le roman français, n’a cessé de grandir ; et que c’est grâce à elle que ce genre, anémié chez nous, a repris le souffle. Comme suffiraient à le prouver les derniers venus, et d’abord Eusèbe Gramouchet… J’oublie que vous n’aimez pas Eusèbe Gramouchet.
– Ce n’est pas tout cela. Mais je n’ai pas la moindre idée de la littérature donogoïenne.
– Peu importe… Vos futurs auditeurs non plus. L’essentiel est qu’ils voient bien que vous rendez justice à leur pays.
[p. 16] – Citez-moi pourtant quelques noms, que je puisse placer.
– Je n’en connais qu’un : Dimidios Brown.
– Drôle de nom !
– Oui, ça sent le mélange.
– Qu’a-t-il fait ?
– Un seul livre, je crois, paru il y a quinze ans. Des contes indiens. Des histoires de forêt vierge. En particulier une histoire de chef indien mangé par des poux spéciaux.
– Spéciaux ?
– Oui, spéciaux à la forêt vierge.
– Il vit de sa littérature ?
– Non. Son livre n’a dû se vendre jusqu’ici qu’à une douzaine d’exemplaires. Mais il est sous-conservateur à la Bibliothèque nationale, le conservateur en chef étant un politicien analphabète. Dimidios Brown doit toucher de ce fait dans les cinq mille francs-Auriol par mois. Les gens de Donogoo s’étonnent qu’il n’ait pas encore eu le Prix Nobel.
– C’est une idée. J’en dirai un mot dans ma conférence.
A son retour, Bedel ne put que me remercier. Sa conférence s’était terminée sur une ovation.

Jules Romains

Jules Romains, Les bons usages à Donogoo, manuscrit autographe signé, s.d. [1950], dix-sept pages in-folio (dont une recto-verso. Quelques corrections et reprises, ajouts au verso des pp. 7 et 11). Inv. 1920

NOTES

[1] Cet exemplaire d’Un Être en marche possède une provenance intéressante. Fils du compositeur Louis Gregh, Fernand Gregh (1873-1960) suivit de brillantes études, durant lesquelles il fut le condisciple de Proust. Habitué comme lui du salon de Madame de Caillavet, il fonda en 1892 la revue Le Banquet dans laquelle Proust, Robert de Flers et lui donnèrent leurs premiers vers, tandis que Léon Blum et Bergson participèrent aussi. En 1902, Gregh fonda l’ « Ecole humaniste » qui voulait revenir au romantisme de Hugo (dont il donna une biogrpahie) par opposition au Symbolisme. Président de la Société des gens de lettres en 1949-1950, il fut élu à l’Académie française en 1953, au terme de 13 candidatures ! Paradoxalement, son cadet de douze ans Jules Romains avait fait son entrée sous la Coupole dès 1946, parmi la fournée d’après-guerre comprenant également Pagnol.

Jules Romains, « Un Être en marche », Paris, Mercure de France, 1910, édition originale. Inv. 2422

Auteur précoce, Romains avait livré ses premiers ouvrages à peine le baccalauréat en poche. Parmi ceux-ci figure le récit Le Bourg régénéré, sous-titré Conte de la vie unanime.  L’auteur y développait sa doctrine littéraire doctrine littéraire de l’ « unaninisme », selon laquelle l’écrivain doit exprimer la vie unanime et collective de l’âme des groupes humains et ne peindre l’individu que pris dans ses rapports sociaux.

Jules Romains, « Le Bourg régénéré », Paris, Léon Vanier, 1906, édition originale. Inv. 2267

Le présent exemplaire a été offert par Romains au poète Roger Michaël (1907-1957), proche du courant de pensée unanimiste. Fils d’un tailleur de pierre, restaurant lui-même des bâtiments religieux, Michaël fut un poète-ouvrier, dont les recueils parurent en 1934 et sa mort. Sa poésie fut qualifiée de réaliste, d’unaministe, de populiste, Rousselot parlant d’une « bonne pâte un peu lourde, mais fraternellement pétrie ». « Nul n’a tracé aussi bien que lui le portrait de quelque ouvrier des mains, avec son outil et sa « meute de muscles », et il a fait lui-même œuvre de bon compagnon qui mesure du regard, longuement, intelligemment, les lieux à peupler » (Robert Sabatier, « Histoire de la poésie française »).

Jules Romains, « Le Bourg régénéré », Paris, Léon Vanier, 1906, édition originale, envoi autographe au poète Roger Michaël. Inv. 2267

[2] Pour résumer l’œuvre en quelques mots : Jacques Godard, veuf sans enfants et ancien mécanicien aux Chemins de Fer, décide un jour de monter sur la plate-forme supérieure du Panthéon. Il y prend froid et dix jours plus tard, il est emporté par une pleurésie. La nouvelle de sa mort se répand modestement, parmi les locataires de son immeuble, dans son quartier, dans son village natal du Velay, en Haute-Loire, où vivent encore ses parents octogénaires… Durant ces quelques jours, entre sa mort et ses funérailles, Godard semble exister plus qu’auparavant, à travers tous les gens qui pensent à lui.

[3] Il s’agit du traité La Vision extra-rétinienne et le sens paroptique, paru chez Gallimard en 1920. Louis Farigoule (vrai nom de Jules Romains) mena dans sa jeunesse des recherches sur un type de vision inhabituelle, ne reposant pas sur un mécanisme oculaire. Ayant suivi les cours d’histologie et de physiologie à l’École Normale Supérieure, il s’intéressa aux relations entre la conscience et l’organisme et réalisa une série d’expériences aboutissant à cet essai s’efforçant de démontrer chez l’homme une fonction paroptique. Cherchant à situer l’origine de cette vision, Jules Romains affirmait que la fonction paroptique ne peut être attribuée qu’à un « ensemble d’organites macroscopiques situés dans l’épiderme », dénommés les ocelles, qui seraient constituées d’une expansion nerveuse, d’une cellule et d’une fibre nerveuse, agissant respectivement comme une rétine, un corps réfringent et une fibre optique. La thèse comme l’ouvrage furent l’objet de campagnes de dénigrement, ce qui n’empêcha pas Romains de poursuivre ses travaux sur le sujet avec l’aide de certains médecins acquis à la cause (notamment René Maublanc à qui Romains confia en 1925 l’éducation paroptique d’une aveugle de naissance).

[4] Tragédie en cinq actes et en vers, la pièce Cromedeyre-le-Vieil fut créée le 26 mai 1920 au Théâtre du Vieux-Colombier. Elle fut éditée la même année chez Gallimard-NRF. Pour résumer la pièce en quelques mots : les habitants de Cromedeyre, derniers survivants d’une race orgueilleuse qui prétend avoir occupé jadis tout le pays cévenole, mènent dans leur village haut perché une existence patriarcale jalousement cachée aux habitants de la vallée, qu’ils appellent avec mépris « le peuple d’en bas ». Et, pour mieux s’isoler encore, les Anciens de Cromedeyre décident d’avoir leur église à eux et, prétention inconcevable, un prêtre de leur crû…

Jules Romains, Cromedeyre-le-Vieil, Paris, Editions de la Nouvelle Revue Française, 1920. Edition originale, un des 128 exemplaires réimposés in-4° sur vergé Lafuma (n° LXXXI). Inv. 2552. Provenance : Dannie Heineman (1872-1962).

Cet exemplaire a appartenu à Dannie Heineman (1872-1962). Ce  riche ingénieur et entrepreneur, américano-belge, actionnaire majoritaire de la multinationale belge Sofina, fut également philanthrope et collectionneur. Sa collection de livres et manuscrits comprenait notamment des oeuvres musicales (textes et partitions de Bach, Beethoven, Chopin, Haydn, Mendelssohn-Bartholdy, Mozart, Schubert, etc.), mais aussi des textes de Goethe (notamment une partie de la deuxième partie du Faust), des lettres de Napoléon, une lettre de Kepler à Luther, et le manuscrit complet de La Nouvelle Héloïse de Rousseau. Cette collection d’abord transmises à la Fondations en 1947, et est conservée depuis 1977 à la Pierpont Morgan Library de New York.

[5] A partir de 1919, le poète Eugène Jean, dit Figuières, avait repris sa politique d’ouverture de librairies un peu partout en France. Mais son expansion rapide fragilisa sa situation, si bien qu’en 1921, à cours de trésorerie il fut finalement contraint de liquider son fonds d’édition.

[6] Pour plus de renseignements sur ce personnage, voir notamment sa fiche : https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Roger-Marx

[7] Ce théâtre construit par Henri et Philippe de Rothschild qu’ils veulent le plus moderne du monde fut inauguré en 1929, repris en 1930 par Louis Jouvet, fermé en 1948 puis détruit en 1959.

[8] Yves Gandon (1899-1975) fut secrétaire de rédaction dans plusieurs hebdomadaires, ainsi que directeur littéraire de maisons d’édition. Auteur lui-même, il obtint le Grand prix du roman de l’Académie française en 1948.

[9] Mascarades littéraires était un livre de pastiches d’Yves Gandon, paru en 1930 (Paris, M.P. Trémois). Les auteurs présentés dans ce livre étaient : Jean Giraudoux, Georges Duhamel, Colette, Paul Léautaud, François Mauriac, André Suarès, Pierre Benoît, Jean Cocteau, Blaise Cendrars, André Thérive, Jean-Jacques Brousson, Pierre Mac Orlan, André Gide, René Béhaine, Paul Morand, Francis Carco et André Salmon. Par la suite, Gandon devait traiter de Jules Romains dans Imageries critiques (Paris, Société française d’éditions littéraires et techniques, 1933), puis dans Le Démon du style (Paris, Plon, 1938, article « Jules Romains ou le style unanime », pp. 71-89).

[10] Olivier Rony, « Trois textes de Jules Romains », dans Bulletin des amis de Jules Romains, 10e année, n° 38 (numéro spécial Donogoo), Université de Saint-Etienne, décembre 1984, p. 5.

[11] Jules Romains fit partie, en tant que président d’honneur, du jury du 3e Festival de Cannes, qui eut lieu du 2 au 17 septembre 1949. La Palme avait été remise au film noir Le Troisième Homme du réalisateur britannique Carol Reed.

Les allusions au nouveau riche du marché noir et à la participation de Donogoo pendant la dernière guerre font se souvenir que Jules Romains s’était exilé aux Etats-Unis en 1940, avant de passer l’année suivante au Mexique, où il collabora avec d’autres réfugiés à la fondation de l’Institut français d’Amérique latine (IFAL) à Mexico. De cette époque date son essai Actualité de Victor Hugo, paru à Mexico aux Editions de la Librairie Française et dont il offrit cet exemplaire à une amie :

Jules Romains, « Actualité de Victor Hugo », Mexico, Librairie française, 1944, édition originale, avec envoi autographe à Marcelle Lauridan. Inv. 2556

[12] Docteur en médecine, Maurice Bedel (1883-1954) fut aussi poète et romancier, couronné par le Prix Goncourt en 1927 pour son premier roman Jérôme 60° latitude nord. Il fut élu président de la Société des gens de lettres en 1948.