Archives par mot-clé : Heredia

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (18) : LES PREMIERS SERONT LES DERNIERS … LE PRIX NOBEL OUBLIÉ

LES PREMIERS SERONT LES DERNIERS …

LE PRIX NOBEL OUBLIÉ

A la manière des comètes périodiques, les Prix Nobel reviennent pour quelques jours en « une » des gazettes. Du côté de la littérature, c’est le romancier japonais Kazuo Ishiguro, écrivant en anglais, qui est distingué pour son œuvre à cheval sur deux cultures et qui a notamment produit ce magnifique livre que sont Les Vestiges du jour. Il succède ainsi au choix plutôt inattendu de Bob Dylan, l’année précédente. La France, au fil des années, n’a pas démérité, avec des noms qui sonnent encore à toutes les oreilles[1]. Mais qui se souvient encore du premier de cette longue série, qui fut en même temps le tout premier des prix Nobel de littérature ? C’est en effet un poète français, et alors non des moindres, qui fut le premier récipiendaire du Prix Nobel de littérature : Sully-Prudhomme (1839-1907). Bonne occasion de revenir sur l’une des gloires de la France de la Belle Epoque, aujourd’hui bien oubliée…

I. Un premier recueil remarqué : Les Stances et Poëmes (1865)

Né à Paris dans une famille modeste, orphelin de père de bonne heure, René Armand François Prudhomme s’était d’abord destiné à une carrière d’ingénieur, avant de se tourner vers le droit et le notariat. Rien de bien poétique là-dedans donc, mais le jeune homme rimait quand même à ses heures et faisait connaître ses premiers vers au sein de la société étudiante « La Conférence La Bruyère ».

Portrait photographique de Sully-Prudhomme, dans les années 1880

Publié discrètement en 1865 (il a 26 ans), son premier recueil, Stances et Poëmes, va le propulser du jour au lendemain dans la lumière et en faire une icône du mouvement parnassien. Le poème « Le Vase brisé », métaphore d’un chagrin d’amour, va bientôt être sur toutes les lèvres, et pour des décennies : « Le vase où meurt cette verveine // D’un coup d’éventail fut fêlé ; // Le coup dut l’effleurer à peine : // Aucun bruit ne l’a révélé. (…) ». Au nombre des plus enthousiastes lecteurs, on compta le sévère Sainte-Beuve, mais aussi et surtout Théophile Gautier. Grand nom et symbole du romantisme français, le célèbre romancier était aussi poète et son recueil Emaux et Camées (paru en 1852, puis augmenté au fil des années) a été considéré, comme le vers de Théodore de Banville, comme l’acte initiateur du Parnasse. A ce titre, il était vu comme le précurseur et le maître à penser de ce nouveau courant littéraire, dont Sully-Prudhomme devenait alors l’un des principaux représentants, avec Leconte de Lisle, François Coppée (cf.  Mélanges… 13), José-Maria de Heredia ou un certain Paul Verlaine. Dans une lettre du 8 avril 1865, Antoni Deschamps, ami proche de Gautier, annonçait au maître l’arrivée prochaine de l’exemplaire envoyé par le jeune débutant : « M. Sully Prudhomme, jeune poète d’un vrai sentiment et de beaucoup de talent, doit vous faire hommage de son recueil Stances et Poëmes (…) ». C’est cet exemplaire Gautier, enrichi d’une belle dédicace, que j’ai eu la chance d’acquérir il y a quelques années.

Sully-Prudhomme, « Stances et Poëmes », Paris, Achille Faure, libraire-éditeur, 1865. In-12, de (2) ff., 240 pp. et (8) pp. (catalogue). Demi-reliure de chagrin bleu, dos à nerfs orné de fleurons dorés, tranches mouchetées (reliure de la fin du XIXe siècle). L’exemplaire comporte quatre corrections autographes de l’auteur aux pages 73, 117, 137 et à la table. Inv. 1279.
Provenance : Théophile Gautier (1811-1872, romancier et poète) (envoi : « A monsieur Théophile Gautier, hommage respectueux, Sully Prudhomme » ; « Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. Théophile Gautier », 24-25 fév. 1873, p. 32, n° 193, broché, en lot avec « Les Epreuves » [Paris, 1866] et « Les Solitudes » [Paris, 1869]) ; Fernand Vandérem (1864-1939, bibliophile, bibliographe et romancier) (ex-libris monogrammé ; « Catalogue d’ouvrages d’auteurs du XIXe siècle », 1939, 1e partie, n° 635, 520 frs. ; selon le Dr. Lascoutx, préfacier du catalogue de la vente, « le petit ex-libris de F. Vandérem confère à tous ses livres, et jusqu’au plus modeste, la valeur même d’un cachet de garantie qui les signalera à la faveur et leur assurera la survie »).

Cette offrande allait être grandement récompensée, puisque Théophile Gautier devint l’un des plus vifs soutiens du jeune poète. Dans son Etude sur la poésie française (1830-1868), commande personnelle de Napoléon III, Gautier, après avoir cité en quatre lignes Coppée, Heredia et Verlaine (autres gloires montantes du Parnasse), consacra en effet trois pleines pages enthousiastes à Sully-Prudhomme : « Un des plus nouveaux venus de cette jeune troupe est Sully-Prudhomme, et déjà il se détache au milieu de ses compagnons […]. Dans son premier volume, qui date de 1865 et qui porte le titre de Stances et poëmes, les moindres pièces ont ce mérite d’être composées, d’avoir un commencement, un milieu, une fin, et de tendre à un but, d’exprimer une idée précise. […] Dès les premières pages du livre on rencontre une pièce charmante, d’une fraîcheur d’idée et d’une délicatesse d’exécution qu’on ne saurait trop louer et qui est comme la note caractéristique d’un poète : “Le Vase brisé”. […]. Sully-Prudhomme nous semble destiné à prendre le premier rang parmi ces poëtes de la dernière heure … »[2]. Cet hommage du vieux maître au poète débutant rend donc particulièrement significatif et émouvant son exemplaire des Stances et poëmes.

II. Un pilier du Parnasse, au sein de l’ « écurie Lemerre »

Après ces débuts fulgurants, la carrière de Sully-Prudhomme ne connut aucune éclipse. Il poursuivit dans un premier temps la veine sentimentale de ses premières poésies, notamment dans le recueil Les Epreuves, paru en 1866.

Sully-Prudhomme, « Les Epreuves », Paris, Alphonse Lemerre, 1866. In-12, de 80 pp. et (3) ff. Broché, sous couvertures imprimées jaunes. Edition originale, un des 50 exemplaires sur Hollande (n° 38), numérotés et contresignés par l’éditeur. Inv. 1636.

 

Membre de l’ « écurie Lemerre » (l’éditeur qui publiait la majeure partie des auteurs parnassiens), Sully-Prudhomme croisait bien sûr dans les bureaux du passage Choiseul (ou dans les salons de la capitale) la fine fleur du monde des lettres, dont beaucoup étaient ou devenaient ses amis.

Paul Chabas, « Chez Alphonse Lemerre, à Ville D’Avray ». Ce tableau commandé par Alphonse Lemerre réunit les principaux auteurs figurant au catalogue de l’éditeur : Sully-Prudhomme, Paul Bourget, Alphonse Daudet, Leconte de Lisle, etc.

 

Parmi ceux-ci, un peu en marge (voire carrément marginal), se trouvait Albert Glatigny (1839-1873), le fils spirituel de Banville. Sully-Prudhomme s’était pris d’affection pour son strict contemporain et plusieurs dédicaces croisées manifestèrent leur amitié : Glatigny lui avait ainsi offert des pièces dans son recueil Les Vignes folles (« Rien n’est plus ennuyeux de ces villes banales… ») ou dans Gilles et Pasquins (sonnet « A Sully-Prudhomme » : « Des princes vagabons illustrent leurs annales… »). Mais ce bohème fantasque et errant fut emporté à 33 ans par une maladie de poitrine sournoise (il l’avait contractée quatre ans plus tôt en Corse dans la cellule où un gendarme obtus l’avait enfermé, le prenant par erreur pour un assassin célèbre…). Sully-Prudhomme le pleura et lui rendit hommage dans un sonnet « Aux mânes d’Albert Glatigny » : « Si quelqu’un de tes fils, parjure ingrat du Beau, / Muse consolatrice, ose en toi méconnaître / La vertu d’essuyer les pleurs que tu fais naître, / Prends à témoin celui qui dort dans ce tombeau ! […] ». Il semble que ces vers ait fait l’objet d’une première publication séparée, en deux feuillets seulement, en 1891[3]. Curieusement, ce sonnet funèbre ne vit jamais le jour en volume du vivant de Sully-Prudhomme : sa première édition intervint seulement en 1908 dans le recueil posthume Les Epaves[4].

Sully-Prudhomme, « Aux mânes de Albert Glatigny – Sonnet », manuscrit autographe, s.l.n.d. [vers 1873 ?]. Inv. 1498.

A partir des années 1870 (le poète ayant été profondément marqué par la guerre de 1870), l’inspiration de Sully-Prudhomme se modifia, associant une recherche stylistique formelle (bien dans le goût des préoccupations esthétiques des auteurs du Parnasse) à son vieil intérêt de jeunesse pour la science et la philosophie. En témoigne un recueil comme Le Prisme, paru en 1886, deux ans avant qu’il n’arrête la poésie pour se consacrer entièrement à des essais philosophiques. L’exemplaire avait été offert à l’homme politique Pierre Tirard (1827-1893), futur président du Conseil [5].

Sully-Prudhomme, « Le Prisme – Poésies diverses », Paris, Lemerre, 1886. In-12, de 173 pp. Demi-reliure de chagrin rouge à coins, dos à nerfs richement orné, titre doré, tête dorée (reliure de l’époque). Inv. 996.
Provenance : Pierre Tirard (1827-1893, président du Conseil, ministre à plusieurs reprises, député, puis sénateur de la Seine) (envoi autographe : « A Monsieur P. Tirard, bien affectueux souvenir, Sully Prudhomme »).

 

III. Au sommet des honneurs : le prix Nobel (1901)

Faisant partie des auteurs les plus en vue de son temps, élu à l’Académie française en 1881, couvert de décorations et d’honneurs, Sully-Prudhomme fut donc aussi, en 1901, le premier lauréat du Prix Nobel de littérature tout juste créé.

Sully-Prudhomme vers 1900

La récompense lui avait été décernée « en reconnaissance spéciale pour son oeuvre poétique, qui a donné des preuves de son idéalisme tranquille, de sa perfection artistique, et d’une rare combinaison de qualités de coeur et d’esprit ». Il était alors plus ou moins reclus dans sa propriété de Châtenay-Malabry, souffrant d’attaques récurrentes de paralysie. Ce nouvel honneur était donc aussi pour lui source de soucis et c’est ce qu’il exprime dans cette lettre à son vieux camarade Catulle Mendès (1841-1909), ex-beau-fils de Gautier et autre grande figure du mouvement parnassien en son temps :

« Que devez-vous penser de moi, mon cher ami ? Vous m’avez adressé vos félicitations par un télégramme d’une cordialité qui m’a vivement touché et je n’y ai pas répondu ! Pardonnez-le moi. Je suis malade depuis le commencement du printemps dernier, je le suis encore : ma guérison est d’une lenteur désespérante, bien que je souffre moins. C’est dans les plus pénibles conditions que j’ai appris la nouvelle de mon prix Nobel ; j’ai été pris de découragement devant les obligations que cet honneur inattendu me créait et je ne pouvais me résigner à n’envoyer qu’une carte de remerciement aux plus anciens témoins de mes débuts. Mal m’en a pris, j’ai été débordé. C’est aujourd’hui seulement que je remercie Heredia ! J’ai pu lui écrire assez lisiblement, mais j’ai des mouvements nerveux qui m’empêchent de manier correctement ma plume. J’espère toutefois que vous déchiffrerez ces lignes trop tardives où j’évoque nos communs souvenirs de jeunesse. Vous vous rappellerez la visite du débutant au directeur de revue, qui n’était guère son aîné. Que ce temps est loin ! Vous avez raconté notre première entrevue dans un article tant sympathique. Nous avons suivi des voies différentes, divergentes même ; je n’en ai pas moins trouvé, comme tous nos confrères du Parnasse, un fidèle et sûr camarade en vous. Vous n’avez jamais failli à la solidarité littéraire, je veux dire au respect des lettres dans leurs représentants dévoués. Je tenais à vous rendre ce témoignage en échange du vôtre, et je regrette beaucoup de le faire si tardivement. Je vous serre les mains, Sully Prudhomme »

Sully-Prudhomme, lettre autographe signée à Catulle Mendès, Châtenay-Malabry, 17 janvier 1902, p. 1.
Sully-Prudhomme, lettre autographe signée à Catulle Mendès, Châtenay-Malabry, 17 janvier 1902, p. 2.

Disposant déjà d’une certaine aisance, le lauréat profita de l’essentiel de son prix pour créer un prix de poésie géré et décerné par la Société des Gens de lettres. Il mourut six ans plus tard et fut inhumé en grande pompe à Paris, au cimetière du Père-Lachaise (44e division).

Tombe de Sully-Prudhomme au cimetière du Père-Lachaise

Sic transit gloria mundi… Le nom de cette gloire des lettres françaises, le premier prix Nobel de littérature, a été depuis bien oublié… Son « Vase brisé » doit encore hanter un coin de Lagarde et Michard, mais n’affole guère les listes de ventes sur Amazon. Alors ayez une petite pensée pour lui lorsque vous découvrirez, dans les média, le prochain palmarès venu de Stockholm ! 🙂

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 8 oct. 2017


NOTES

[1] Lauréats français : Frédéric Mistral (1904), Romain Rolland (1915) Anatole France (1921), Bergson (1927), Roger Martin du Gard (1937), André Gide (1947), François Mauriac (1952), Albert Camus (1957), Saint-John Perse (1960), Claude Simon (1985), Jean-Marie Le Clézio (2008) et Patrick Modiano (2014).

[2] Théophile Gautier, Histoire du Romantisme, 1874, pp. 364-367.

[3] Bibliothèque nationale de France, Richelieu 4-RF-42970.

[4] Sully-Prudhomme, Les Epaves, Paris, Lemerre, 1908, pp. 145-146.

[5] Homme politique natif de Genève, Pierre Tirard (1827-1893) fut élu maire du 2e arrondissement de Paris en 1870 et tenta, sans succès, de jouer les conciliateurs entre les insurgés de la Commune de Paris et le gouvernement réfugié à Versailles. Député de la Seine de 1871 à 1883, il fut à cette date désigné comme sénateur inamovible par la Chambre des députés. Il occupa également de nombreuses fonctions ministérielles : ministre de l’Agriculture et du Commerce (1879-1882 et 1889-1890), des Finances (1882-1888 et 1892-1893), tout en assumant à deux reprises la Présidence du Conseil (11 déc. 1887 au 30 mars 1888, puis 22 fév. 1889 au 13 mars 1890). Sully-Prudhomme fut amené à côtoyer Tirard à plusieurs reprises au cours de cérémonies : ainsi, en 1882, se trouva-t-il à un banquet avec « à sa droite M. Tirard et à sa gauche M. Théodore de Banville », et son éditeur, Lemerre, en vis-à-vis (selon les souvenirs de Jules Claretie, La Vie à Paris – 1882, p. 145).

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (11/2) : FAMILLES, JE VOUS HAI…ME ! (2/2)

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (11/2) :

FAMILLES, JE VOUS HAI…ME ! (suite et fin)

Second volet de cet article sur les envois ou lettres autographes de grands auteurs à leurs proches parents. Entre 1881 et 1927, nous croiserons cette fois-ci l’hommage de Gide à sa trop belle cousine (enfant, il avait planté ses dents dans cette chair séduisante !), l’émouvant aveu du romancier Léon Cladel à sa femme, l’affection de Daudet et de sa femme pour leur belle-mère et mère, les relations triangulaires compliquées des filles d’Heredia et de leurs époux (Pierre Louÿs, Henri de Régnier et Maurice Maindron), le triste épisode de l’amour filial rompu entre Anatole France et sa fille Suzanne, ou la correspondance du romancier de guerre Henri Barbusse avec sa marraine (de guerre bien entendu!). Bonne lecture à tous !

1881 : LEON CLADEL à sa femme (inv. 710)

11-12-Cladel

Léon Cladel (1834-1892), Les Va-nu-pieds, Paris, Charpentier, 1881, deuxième édition. Envoi autographe : « A Julia Mullem, ma sœur d’armes, et la mère de mon œuvre et la femme de mon cœur. L.A. Cladel. Paris, 5 mars 81 ». Corrections autographes dans l’épître dédicatoire.

Sur la provenance : fils d’un bourrelier de Montauban, Léon Cladel (1834-1892) se fit vite connaître comme romancier naturaliste, sans renier ses origines paysannes. Son premier roman, Les Martyrs ridicules (1862), fut préfacé par Baudelaire. Après la Commune (durant laquelle il faillit être fusillé par les Versaillais), il épousa à Paris, le 14 novembre 1871, une jeune musicienne : Julia Mullem (1843-1923, sœur de l’écrivain et journaliste Louis Mullem). Läics et républicains, ils voulurent toutefois marquer leurs origines culturelles respectives, catholique et juive, à travers les prénoms donnés à leurs cinq enfants : Judith-Jeanne, Sarah-Marianne, Rachel-Louise, Eve-Rose, Pierrine-Esther, Saül-Alpinien. En dépit de fréquentes et violentes disputes (les deux époux avaient un caractère passionné), leur complicité fut indéniable tout au long de leur vie commune. Cet exemplaire du recueil Les Va-nu-pieds est en fait un exemplaire de dédicace, attendu que les volume avait été dédié à Julia Mullen depuis la première édition. En plus de l’envoi, il contient quelques corrections de Cladel, à l’encre et au crayon, sur l’épître dédicatoire datée de mai 1873 : il change ainsi « ma chère femme » en « ma gentille femme », et donne à Julia Mullen un rôle déterminant dans la composition de son œuvre par ses conseils et appréciations[1].

L’œuvre : ce recueil de douze nouvelles à consonnances sociales, très influencées par l’expérience de la Communce, est constitué des premiers textes de Cladel, d’abord parus dans divers journaux. L’édition originale, déjà dédiée à Julia Mullem, sortit en 1873 chez Alphonse Lemerre.

1892 : JULIA DAUDET à sa mère (inv. 1060)

11-13-Julia Daudet

Julia Allard-Daudet (1844-1940), Œuvres : L’Enfance d’une Parisienne – Enfants et mères, Paris, Lemerre, 1892, deuxième édition, première collective. Envoi : « à maman chérie / de tout esprit et / de tout coeur / Julia A. Daudet ».

La provenance : Julia Daudet avait donc offert ce petit volume à sa mère, Léonide Allard, née Navoit (1822-1909), avec un tendre envoi. Le thème des deux romans, très autobiographiques et portant sur les rapports parents-enfants, rend d’autant plus attachante la provenance de cet exemplaire. Le livre revint à son auteur après la mort de sa mère en 1909 et Julia le conserva dans sa bibliothèque jusqu’à sa propre disparition en 1940. Sa fille Edmée (née en 1886 et filleule de Goncourt) étant morte trois ans plus tôt, la bibliothèque de Julia fut sans doute partagée entre ses deux fils, également écrivains : Léon (1867-1942, marié en premières noces à Jeanne, la petite-fille de Hugo) et Lucien (1878-1946, homosexuel ayant eu une liaison platonique avec Proust). Lucien semble avoir offert à ses ami(e)s plusieurs volumes provenant de sa mère[2]. Dans le cas présent, il écrivit cet ex-dono : « à toi, mon cher petit / qu’elle aimait tant ! / Sept. 1940 / Lucien Daudet ».

L’œuvre : fille de commerçants aisés, Julie Allard épousa Alphonse Daudet, jeune auteur encore inconnu, en 1867. Elle devint vite plus qu’une compagne : une collaboratrice à l’influence très importante sur l’écriture des principaux romans de Daudet. Edmond de Goncourt connaissait d’ailleurs parfaitement son rôle et l’admirait beaucoup. Elle-même s’était lancée dans la publication de ses œuvres, donnant notamment des Impressions de nature et d’art en 1879, puis deux romans, L’Enfance d’une Parisienne et Enfants et mères en 1892.

1894 : JOSÉ-MARIA DE HEREDIA à son gendre (inv. 2014)

11-14-Heredia

José-Maria de Heredia (1842-1905), La Nonne Alferez, Paris, Lemerre, 1894, édition originale. Envoi autographe : « A Pierre Louÿs, son confrère et son ami, José-Maria de Heredia » (en partie effacé).

La provenance : la première rencontre entre José-Maria de Heredia (1842-1905), l’un des papes du mouvement du Parnasse et futur académicien, et le jeune poète débutant Pierre Louÿs (1870-1925) eut lieu le 13 décembre 1890, à l’instigation de leur ami commun Henri de Régnier. Les deux jeunes auteurs étaient amoureux de la fille de leur hôte, Marie de Heredia, qui se maria avec Régnier en 1895, pour vite devenir la maîtresse de Louÿs. Ce dernier épousa de son côté Louise de Heredia, sœur de Marie, en 1899. Heredia partageait de nombreuses passions avec son gendre : la poésie (Ronsard, Chénier et Hugo), la bibliophilie et l’archéologie. Louÿs devait écrire à son aîné : « Vous avez été mon maître en bibiophilie comme en littérature ». Mort en 1905, Heredia ne vit pas les relations du couple se dégrader jusqu’à la séparation. Ayant rompu les ponts avec les deux sœurs, Louÿs les mit en scène, avec leur mère et la troisième fille Heredia, dans un roman franchement pornographique devenu un classique du genre : Trois filles de leur mère (1928). Inutile de dire que l’érotomane raffiné n’était plus en odeur de sainteté dans la famille !

Ce climat familial particulier pourrait expliquer qu’on ait tenté d’effacer cet envoi chaleureux[3]. En dépit des relations très amicales entre Heredia et son beau-fils, les envois du premier au second semblent très rares. Ainsi, le Dr Robert Fleury, bibliophile spécialiste de Heredia et de ses proches, ne possédait pas d’Heredia avec envoi à Louys (il avait en revanche le Byblis changé en fontaine [1898] offert « A José-Maria de Heredia, son respectueux élève et ami, Pierre Louÿs »[4]). Curieusement, les catalogues des ventes Louÿs de 1927 et 1930 ne présentèrent aucune des œuvres dédicacées d’Heredia (peut-être avaient-ils récupérés par la famille ?). Néanmoins, en plus du présent volume qui semblait inconnu des chercheurs, on peut repérer pas moins de trois exemplaires de l’œuvre majeure d’Heredia, Les Trophées, offerts à son gendre :

1/ un des 70 hollande avec EAS (« à Pierre Louys, son confrère, son admirateur et son ami, JM de Heredia ») et sonnet autographe, relié en maroquin orange richement orné par Loiselier (Libr. Lardanchet, 1969, cat. 62, n° 352 ; Henri Burton ; Sotheby’s, vente « Fine Books », New York, 11 juin 2013, n°34, 6’250 $) ;

2/ ex. du tirage courant avec EAS (« Au poète Pierre Louys, son confrère et ami, JM de Heredia »), enrichi du poème autographe « Hercule pontique », demi-maroquin rouge à coins de Loisellier (Libr. Berès, 1939, cat. 21, n°101) ;

3/ ex. du tirage courant, sans envoi, mais avec un poème auto. sur la garde (« Malaguena »), en demi-maroquin citron de Loisellier.

L’œuvre : bien que le nom d’Heredia soit avant tout lié à son recueil poétique des Trophées (façonné pendant des années, il lui ouvrit les portes de l’Académie), ses deux premiers volumes publiés furent écrits en prose. En 1877-1878, ce natif de Cuba donna en effet une traduction de l’Histoire véridique de la conquête de la Nouvelle-Espagne de Diaz del Castillo, puis celle d’un autre grand classique de la littérature espagnole, La Nonne Alfarez, l’autobiographie de Catalina de Erauso (1585-1650), une moniale espagnole devenue conquistador et spadassin dans le Nouveau-Monde !

1895 : ALPHONSE DAUDET à sa belle-mère (inv. 1234)

11-15-Daudet

Alphonse Daudet (1840-1897), La Petite Paroisse, Paris, Lemerre, 1895, édition originale. Envoi autographe : « A notre chère mère Léonide Allard, tendrement, Alph. Daudet ».

La provenance : épouse de Jules Allard (1813-1889), Léonide Navoit (1822-1909) était la mère de Julia Allard, l’épouse et la collaboratrice d’Alphonse Daudet depuis 1867. L’auteur entrenait les meilleurs rapports possibles avec ses beaux-parents, chez qui il séjourna chaque année à Champrosay, à la belle saison, depuis les débuts de son mariage et jusqu’à l’achat de sa propre maison en 1877. Daudet leur dédia, souvent avec sa femme, l’ensemble de ses ouvrages au fur et à mesure de leur publication, la plupart étant revêtus de la même reliure en demi-maroquin rouge orné[5]. A noter l’écriture tremblante de Daudet, typiquement des dernières années de sa vie, alors que la maladie qui devait l’emporter (atteinte nerveuse consécutive à la syphillis) lui causait d’immenses douleurs…

L’œuvre : pour ce roman paru moins de deux ans avant sa mort, Daudet s’inspira de la chapelle Sainte-Hélène, voisine de sa maison de Champrosay où il recevait ses amis peintres et écrivains (notamment Goncourt, qui y décéda en 1896). C’est cette maison qui sert de lieu central dans ce roman que Daudet souhaitait « pas trop cruel. J’ai eu la dernière fois le sentiment que j’étais allé trop loin [dans L’Immortel]. Pauvres humains ! il ne faut pas tout leur dire, leur donner mon expérience, ma fin de vie douloureuse et savante. Traiter l’humanité en malade, dosages, ménagements ; faisons aimer le médecin au lieu de jouer au brutal et dur charcuteur. Et ce prochain livre qui serait tendre et bon, indulgent, j’aurais un grand mérite à l’écrire, car je souffre beaucoup. Fierté de ne pas imposer aux autres la mauvaise humeur et les injustices sombres de ma souffrance ».

1896 : PIERRE LOUYS à son frère (inv. 2015)

11-16-Louys

Pierre Louÿs (1870-1925), lettre autographe signée à son frère Georges Louis, [Paris], s.d. [22 avril 1896]. Concernant les suites de la publication de son premier roman à succès, Aphrodite, paru le mois précédent.

Fera l’objet d’un article particulier sur Louÿs. Mais on peut déjà retenir que, là encore, ce n’est pas triste : il semble à peu près certain que Georges Louis, demi-frère de Pierre Louis (dit Louÿs), était en fait son père ! Le futur ambassadeur, alors jeune homme, avait le même âge que la seconde épouse de son propre père et il semble que la marâtre et son beau-fils se soient trouvés à leur goût… Quelle famille !

1897 : HENRI DE REGNIER à son beau-frère (inv. 2029)

????????????????????????????????????????????????

Henri de Régnier (1864-1936), lettre autographe signée à son futur beau-frère Pierre Louÿs, [Paris], « Mercredi » [5 mai 1897]. Enveloppe conservée, cachets postaux.

11-17-Regnier2

Le texte : « Mercredi. Mon cher ami, M. et Mme de Heredia viennent dîner demain jeudi à 8 heures, voulez-vous vous joindre à eux. Vous nous ferez à tous grand plaisir. Votre : Henri de Régnier. Si vous venez, ne répondez pas ».

Le contexte : le billet n’est pas long, mais il évoque une drôle d’histoire de famille ! C’est le 13 décembre 1890 que le jeune poète (et érotomane pratiquant) Pierre Louÿs (1870-1925) fait son entrée dans le salon du célèbre José-Maria de Heredia, conservateur de l’Arsenal et futur académicien, auprès duquel il est introduit par un récent ami commun, Henri de Régnier. Le poète d’origine cubaine, l’un des piliers du mouvement du Parnasse, a trois filles fort jolies et d’un tempérament chaleureux. Au printemps 1895, alors que Heredia vient d’être reçu à l’Académie, les deux jeunes auteurs, tous deux amoureux de Marie de Heredia, passent un pacte secret pour ne pas demander la main de la jeune fille sans se consulter. Mais Régnier rompt cet accord quelques semaines plus tard et se déclare. Poussée par sa famille (Régnier est riche et Heredia ruiné par des dettes de jeu), Marie accepte ce mariage, mais préfère en réalité Louÿs : dès septembre 1895, elle s’offre à lui, mais se voit repoussée dans un premier temps. C’est le 17 octobre 1897 qui débute finalement la liaison tumultueuse entre Louÿs et Marie de Heredia. Le 8 septembre 1898, Marie met au monde un petit garçon, Pierre (surnommé Tigre), qui est en fait le fils de Louÿs. Et en 1899, Louÿs épouse Louise de Heredia, la fille cadette de l’académicien, tout en continuant sa liaison avec son aînée jusqu’en 1902… Vous avez tout compris ? 🙂

1899 : ANDRÉ GIDE à sa cousine (inv. 585)

11-18-Gide

André Gide (1869-1951), Le Prométhée mal enchaîné, Paris, Mercure de France, 1899, édition originale. Envoi autographe : « à ma chère cousine la Comtesse de Flaux, en respectueux hommage, André Gide ».

La provenance : la parentèle de Gide était nombreuse et souvent titrée ! Parmi les nombreuses cousines figurait Clémence Pascal, comtesse de Flaux depuis son mariage en 1844. Cette provenance particulière est piquante, quand on sait que la destinataire, cousine et amie de Paul et Charles Gide (père et oncle de l’auteur), procura au romancier l’un de ses premiers souvenirs marquants d’enfance, évoqué dès la deuxième page de Si le grain ne meurt en 1924 : « Ma cousine était très belle et le savait. Ses cheveux très noirs, qu’elle portait en bandeaux, faisaient valoir un profil de camée et une peau éblouissante. De l’éclat de cette peau je me souviens très bien ; je m’en souviens d’autant mieux que, ce jour où je lui fus présenté, elle portait une robe largement échancrée. « Va vite embrasser ta cousine », me dit ma mère lorsque j’entrai dans le salon… Je m’avançai. La cousine de Flaux m’attira contre elle en se baissant, ce qui découvrit son épaule. Devant l’éclat de cette chair, je ne sais quel vertige me prit : au lieu de poser mes lèvres sur la joue qu’elle me tendait, fasciné par l’épaule éblouissante, j’y allai d’un grand coup de dents. La cousine fit un cri de douleur ; j’en fis un d’horreur ; puis je crachai, plein de dégoût. On m’emmena bien vite, et je crois qu’on était si stupéfait qu’on oublia de me punir ». Gide avait alors quatre ou cinq ans (en 1875 environ). Il passa ensuite de nombreux étés dans le château de Flaux, non loin d’Uzès, d’où venait la famille Gide.

L’œuvre : mal enchaîné, en effet, ce Prométhée, puisque le voici à Paris, en 1899, débarquant du Caucase ! Cet amoureux des hommes n’a plus besoin de chaînes : il est devenu amoureux de son oiseau ; il le nourrit, dans l’espoir que ce vautour déplumé qui ressemble à une conscience deviendra le bel aigle du Progrès, de l’Idéal, de l’Essor… À ce régime, Prométhée dépérit. Mais le décès de son ami Damoclès, mort d’avoir trop cru à ces espoirs, le fait changer d’opinion et c’est finalement d’un aigle bien gras dont se régaleront les amis du disparu, à la fin des funérailles !

 —

1900 : HENRI DE REGNIER à son autre beau-frère (inv. 1612)

11-19-Regnier111-19-Regnier2

Henri de Régnier (1864-1936), lettre autographe signée à son beau-frère Maurice Maindron, [Vendée], « Mardi » [août 1900].

Le texte : « Mardi. Mon cher Beau-Frère, C’est loin de Paris, au fond de la Vendée, où j’étais allé à l’enterrement d’une petite cousine, que j’ai appris par le journal la bonne nouvelle de votre décoration. J’en ai été tout à fait heureux. Elle vous était due si l’on doit, en France, quoique ce soit à qui sait écrire fortement et savoureusement. Je lis Blancador. Je vous dirais le plaisir qu j’y prends si je n’avais à l’épaule un cruel rhumatisme qui me fait tomber la plume des mains. Toutes mes amitiés à Hélène. Cette femme de Légionnaire est une personne que j’aime beaucoup. Avec encore mes compliments, croyez-moi sincérement et cordialement à vous, Henri de Régnier ».

La provenance : aussi discret qu’érudit, Maurice Maindron (1857-1911) est le moins connu des trois gendres Heredia. Ecrivain et entomologiste, il se fit connaître dans le monde savant par de nombreuses expéditions à travers le monde entre 1876 et 1904, voyages dont il ramena d’importantes collections d’insectes et autres animaux pour le Muséum d’histoire naturelle. Outre ses œuvres savantes et de nombreux ouvrages de vulgarisation, ce savant s’essaya aussi avec succès à la littérature. Il rencontra ainsi José-Maria de Heredia, dont il épousa la fille Hélène en 1899, devenant ainsi le beau-frère de Pierre Louÿs et de Henri de Régnier. En août 1900, il fut décoré de la Légion d’honneur, ce dont le félicite ici Régnier, qui fait également allusion à sa lecture du roman Blancador l’avantageux (sur manuscrit, puisque le livre ne sortit qu’en 1901).

 —

1903 : ANATOLE FRANCE à sa fille (inv. 1625)

11-20-France

Anatole France (1844-1924), Histoire comique, Paris, Calmann-Lévy, 1903, édition originale.Envoi autographe : « à ma fille, Madame Mollin, A.F. ».

Sur la provenance : triste histoire de celle d’Anatole France et de sa fille Suzanne… Née du mariage d’Anatole France avec Valérie Guérin de Sauville, Suzanne France (1881-1918) vécut une enfance ballotée par les mauvaises relations régnant entre ses parents, puis par leur divorce en 1893. Aimant beaucoup son père, elle fut souvent confiée aux « amies » de celui-ci, que ce soit Jeanne Arman de Caillavet (la maîtresse de son père, qui l’emmena en voyage en Italie en 1900) ou la romancière Gyp (marquise Riquetti de Mirabeau à l’état-civil, chez laquelle elle passa des vacances). Le 10 décembre 1901, Suzanne France épousa le capitaine Henri Mollin, officier d’Etat-major et officier d’ordonnance du général André (ministre de la Guerre). France avait été peu consulté pour ce mariage (voir la façon plutôt sèche dont il en parle dans la lettre publiée ci-dessous[6]), mais accueillit tout de même la noce dans sa demeure « Villa-Saïd ». Le gendre était d’ailleurs de tendance dreyfusarde et franc-maçon, ce qui n’était pas pour déplaire à Anatole France. Malheureusement, l’effet de l’uniforme étant vite passé, la jeune femme constata vite qu’elle n’avait guère de points communs avec son époux et le milieu militaire en général. Prenant prétexte de l’implication de son mari dans le « scandale des fiches » (qui éclaboussa le ministère de la Guerre et provoqua le renvoi d’officiers franc-maçons, dont son mari), elle demanda vite le divorce. Il fut bien prononcé le 24 mai 1905, mais aux torts de la jeune femme, car Suzanne France avait entrepris une liaison, trop visible, avec un jeune lycéen surdoué, Michel Psichari, petit-fils de Renan, de cinq ans son cadet. Leur amour fit scandale, on la menaça de poursuites pour détournement de mineur. Finalement tombée enceinte, elle put épouser Psichari le 28 avril 1908, mais sans la bénédiction d’Anatole France, qui n’assista pas à la cérémonie, refusa de voir son petit-fils Lucien et rompit toute relation avec sa fille. Elle tiendra également un rôle important dans l’amertume qu’Anatole France concevra des femmes. La fin de l’histoire est encore plus triste. Michel Psichari fut tué au front en avril 1917 ; sa veuve, qui vivait séparée depuis quelques mois, contracta la grippe espagnole et en mourut le 28 octobre 1918. Prévenu trop tard, Anatole France ne put la revoir et se réconcilier avec elle : « Je n’ai pu lui donner le dernier baiser, mais je l’ai du moins accompagnée au cimetière », écrivit-il. Il recueillit le jeune orphelin et l’éleva avec tendresse.

Sur l’œuvre : paru en 1903, ce roman, en dépit de son titre, n’a rien de comique : il raconte l’histoire d’un amour contrarié et dramatique dans la bonne société de la Belle Epoque et dans les élans du romantisme un peu bourgeois. Cette œuvre peu connue d’Anatole France fut écrite comme un divertissement alors que l’auteur travaillait à son livre sur Jeanne d’Arc. Rédigé dans cette langue pure qui faisait l’admiration de Barrès, cet ouvrage est pourtant plus profond qu’il n’y parait et présente un portrait intéressant et vrai de la société de son époque. Je possède également l’exemplaire offert, avec envoi, au futur président Raymond Poincaré, qui, au début de sa carrière, avait été l’avocat d’Anatole France (inv. 1849).

1915 : HENRI BARBUSSE à sa marraine de guerre (inv. 1977)

11-21-Barbusse

Henri Barbusse (1873-1935), lettre autographe signée à sa marraine de guerre Jeanne Charrot, [au front], 25 janvier 1915.

Le contexte : connu du grand public depuis le succès de son roman L’Enfer (1908), l’écrivain Henri Barbusse (1873-1935) , en dépit de son âge, de problèmes pulmonaires et de ses positions pacifistes, se porta engagé volontaire et fut versé en décembre 1914 au 6e bataillon du 231e régiment d’infanterie, en qualité de brancardier. Poilu parmi les poilus, il subit alors leur sort, les observe et en tire la matière d’un roman de guerre, Le Feu – Journal d’une escouade, qui remporte le prix Goncourt en 1916, devenant le roman français de référence sur la première Guerre mondiale, aux côtés des Croix de bois de Dorgelès.

Le texte : « 25 janv. 1915. Chère amie, je finis demain mardi mes 4 jours de tranchée. 4 jours de repos au cantonnement vont suivre, où l’on va dormir et se restaurer. J’ai l’intention pendant ces périodes de calme, de reprendre mon roman. Je travaillerai dans quelques coins de cuisine, une heure ou deux par jour. Je vous serais très obligé si vous vouliez bien m’expédier chaque semaine un flacon de 60 francs d’extrais fluide américain de coca … pris à petites doses, cela remplace le café ou le thé … même mieux, ça nourrit et fortifie en même temps . Merci ma chère petite, et bien affectueusement à vous, Henri Barbusse. J’écris dans l’ombre … ».

La provenance : durant ses mois au front, Barbusse entretint une correspondance suivie avec une marraine de guerre parisienne, Jeanne Charrot, son amie depuis au moins 1910. Journaliste, elle devait être une proche des milieux dadaïstes après-guerre. Ces lettres lui décrivent les conditions matérielles de la vie du soldat Barbusse (tabac, vêtements, etc.), mais évoque aussi un roman en gestation : le futur Le Feu. La correspondance a été entièrement morcelée dans diverses ventes en 2012-2013. Une partie (41 pièces) est conservée à l’Arsenal (cote Ms. 14702). J’ ai pour ma part pu garder cohérent un lot de douze lettres datant de 1915, qui étaient proposées à la pièce…

1927 : ANNA DE NOAILLES à son cousin (inv. 684)

11-22-Noailles

Anna de Noailles (1876-1933), L’Honneur de souffrir, Paris, Grasset, 1927, édition originale, exemplaire réimposé in-4° sur Japon. Envoi autographe : « A mon cher cousin Basile Zotiades, qui ressuscite le passé par les lignes créatrices – ces chants pour les ombres. Avec toute mon amitié. Anna de Noailles ».

La provenance : plus connue sous son nom d’épouse Anna de Noailles (elle s’était mariée au comte Matthieu de Noailles), Anna-Elisabeth Brancovan (1876-1933) était issue de la famille des princes de Valachie et Bassarabie et dotée d’une nombreuse parentèle.

L’œuvre : Anna de Noailles connut la célébrité littéraire avec la parution de son premier recueil poétique, « Le Cœur innombrable », en 1901. Suivirent de nombreux autres recueils ou récits, souvent autobiographiques, qui chantaient souvent les bords du Léman, où la poétesse avait passé toute son enfance et qu’elle fréquentait encore, possédant la magnifique villa Bassaraba, à Evian, achetée par ses parents en 1875. Auteur à succès et reine du Tout-Paris, elle fut frappée encore jeune par la maladie qui firent des années d’après-guerre, jusqu’à sa mort, une longue période de souffrance : elle ne pouvait presque plus quitter le lit. A ce titre, le recueil L’Honneur de souffrir, un de ses derniers écrits, publié en 1927, est particulièrement poignant, livrant en vers le récit de son combat contre la douleur.

NOTES :

[1] Dans un autre envoi entrevu (sur un exemplaire d’une réédition du roman Titi Foissac IV), Cladel parlait de sa femme comme de « ma grisonne toujours jeune et gentille » et signait « son vieux compagnon de chaîne » !

[2] Vu en vente en 2010 : un exemplaire de l’édition originale du recueil poétique Les Archipels Lumineux (Paris, Lemerre, 1913) portant cet ex-dono de Lucien Daudet, daté de septembre 1940 : « Ma chère amie, voici un des volumes de vers de ma mère bien aimée. Elle avait un très grand talent et ce nest pas un des moindres aspects de mon désespoir que l’impossibilité de rééditer tout cela en ce moment ».

[3] A noter que, de la même façon, dans un des catalogues de vente Louÿs, une plaquette de Francis Jammes (Quatorze prières, 1898, cat. 1930, n° 551) comportait un envoi à Pierre Louÿs « dont le nom a été effacé ».

[4] Catalogue Bibliothèque du docteur Robert Fleury, vente Paris, 1997, n° 395.

[5] Vu en vente en 2011 : ‎Robert Helmont (1874, édition originale, avec envoi : « à Léonide et Jules Allard / tendrement et respectueusement offert par Julie et Alph. Daudet »).

[6] Autour du premier mariage de Suzanne France : lettre autographe d’Anatole France à son ami Fernand Calmettes (1846-1914, chartiste et éditeur) (inv. 1603) : « Mon cher Fernand, indique moi donc un jour où tu seras chez toi, dans l’après-midi. Je voudrais te parler du mariage de ma fille. Je ne t’ai pas annoncé plus tôt ce mariage, auquel je n’ai guère été mêlé, hors pour ce qui est du contrat. Je n’ai pas été des premiers à en savoir la date et je n’assisterai pas à la cérémonie. Mais je recevrai le 10, comme une carte jointe à la lettre de faire part te l’apprendra, après la cérémonie civile, à 4 h. Les difficultés qui sont survenues ne me donnent nullement de ce mariage une idée défavorable. J’ai au contraire sur mon gendre les meilleurs renseignements. C’est pour lui témoigner ainsi qu’à Suzanne des sentiments affectueux que je reçois chez moi. Et je compte bien que Julie viendra avec toi et tes chers enfants. A bientôt, ton vieil ami, Anatole France ».

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (6) : ALLER A LA POSTE, ALEAS POSTAUX

ALLER A LA POSTE, ALEAS POSTAUX

« Mais comment se fait-ce, je n’ai pas reçu votre dernier carton d’invitation ? Bon, il est vrai que j’ai changé d’adresse… Comment, vous ne le saviez pas ?  », « J’ai passé commande de votre beau catalogue il y a deux jours et je n’ai toujours rien reçu », « Alors figurez-vous que je me suis inscrit en ligne et que votre newsletter ne me parvient jamais, jamais, jamais ! Ah, la boîte à spams ? C’est quoi ? », etc.

Si nous pouvions obtenir un franc à chaque fois que ces phrases nous sont sorties, nul doute que la Fondation Bodmer pourrait acquérir, chaque année, un manuscrit médiéval ou au minimum un bel incunable. C’est sans aucun doute le lot de chaque institution muséale ou culturelle. Parfois c’est justifié, souvent c’est exagéré, et la numérisation des flux ne semble pas avoir changé grand-chose (qui dit « envoi en nombre » dit « arrivée dans les spams », mais allez expliquer cela…).

Pour se rassurer, il faut se dire que les plus grands acteurs de la culture se sont ainsi fait taper sur les doigts par le passé, les éditeurs en tout premier lieu. En voici deux petits exemples tirés de mes rayons, concernant :

1/ Léon Vanier (1847-1896), l’éditeur de Verlaine, mais aussi des plus grands poètes symbolistes et modernes (Rimbaud, Mallarmé, Laforgue, Moréas, etc.),

2/ son aîné Alphonse Lemerre (1838-1912), l’éditeur historique du mouvement parnassien (Gautier, Banville, Leconte de Lisle, Coppée, Heredia, le jeune Verlaine à ses débuts), mais aussi de grands romanciers du temps (Barbey d’Aurevilly, Daudet, Flaubert, Anatole France, Goncourt, etc.).

I.              Moréas vs. Vanier : un injuste agacement (1891)

Né à Athènes sous le nom (un peu compliqué) de Ioannis Papadiamantopoulos, le poète Jean Moréas (1856-1910) est le plus français des auteurs grecs. Fixé définitivement à Paris dès 1880, il se distingua comme créateur non pas d’un, mais de deux mouvements littéraires : le symbolisme (qui se démarqua en 1886 des écoles parnassienne et décadentiste), puis l’école romane (à partir de 1902).  Après deux recueils d’inspiration verlainienne (Les Syrtes et les Cantilènes, en 1884 et 1886), Moréas livra ses premiers poèmes purement symbolistes dans un volume intitulé Le Pèlerin passionné, publié par Vanier en 1891. C’est justement à propos de la diffusion de ce recueil qui Moréas, mécontent des expéditions, écrivit ce courrier énervé à son éditeur.

Moréas1

« Samedi [25 janvier 1891]. Mon cher Vanier, Bertal-Graivil [journaliste et critique] que je rencontre me dit n’avoir pas reçu le Pèlerin. Je redoute d’autres cas pareils. Soyons sérieux, je vous prie. Votre Jean Moréas »

Comme toujours consciencieux dans le traitement de sa correspondance, Vanier a inscrit au crayon, au bas de la lettre : « Réclamation injustifiée, Bertal-Graivil ayant reçu son volume en son temps. V. ». Et pan sur le bec !

Moréas2

II.           D’un malheur peut sortir un bien : exemple avec un Heredia (1893)

Le second exemple concerne également un poète d’origine étrangère : l’Hispano-cubain José-Maria de Heredia (1842-1905), l’un des papes du Parnasse, reçu à l’Académie en 1894. Paru l’année précédente aux éditions Lemerre, son unique recueil de poèmes, Les Trophées, contient 118 sonnets ciselés avec amour durant des années et qui demeurent l’un des hauts sommets de la poésie du XIXe siècle.  A la sortie de ce recueil, d’abord en format in-8°, puis peu après en format in-12, Heredia avait bien entendu fait envoyer quelques exemplaires d’auteur rehaussés d’envois amicaux (je garde en réserve quelques-uns d’entre eux pour un billet spécial Heredia). Parmi ces envois, effectués par la maison Lemerre, un volume était destiné au comte Maurice de Fleury (1860-1931), un médecin très proche des milieux littéraires et des poètes de son temps. Il faut dire que le bon docteur, élève de Charcot, était un spécialiste des maladies nerveuses et mentales… Autant être proche de ses potentiels clients ! J Auteur lui-même d’études sur le sommeil, l’insomnie, l’épuisement nerveux, mais aussi d’un recueil de contes et de biographies, il fut un ami proche de Zola (qu’il renseigna pour « Le Docteur Pascal ») et surtout de Huysmans.

Là intervint le problème. Dans la folie des emballages et des envois, l’exemplaire promis fut envoyé à un autre destinataire qui se manifesta auprès de l’auteur. Réagissant comme une chatte qui aurait perdu ses petits, Heredia écrivit alors au docteur de Fleury pour essayer de s’y retrouver, d’où la lettre en question, au ton un brin catastrophé :

1931-LAS

 « Mon cher Fleury, Avez-vous reçu les Trophées que je vous ai adressés il y a un mois ? Avez-vous l’ex. de Loti ? Loti m’écrit qu’il a le vôtre. Faut-il vous le faire renvoyer ? Quel gâchis ! Cordialement vôtre, JM de Heredia. Ce 20 avril [1893] ».

Heureusement, tout finit par rentrer dans l’ordre et Maurice de Fleury put récupérer son exemplaire, enrichi non seulement de l’envoi amical de Heredia, mais aussi d’un mot d’excuses du destinataire erroné : « Je demande pardon à Mr. Maurice de Fleury d’avoir coupé les pages de ce livre, Pierre Loti ». Nul doute que le docteur bibliophile se soit plutôt réjoui de l’aventure qui lui permettait d’obtenir un livre revêtu des autographes de deux des plus grands auteurs de son temps !

1931-envoi

Conclusion : les erreurs d’envoi peuvent aussi avoir du bon !