Archives par mot-clé : Ex-libris

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (15) : LE LIVRE QUI A CHANGÉ MA VIE

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (15)


LE LIVRE QUI A CHANGÉ MA VIE : LES POESIES D’EXPILLY (1596)

En mémoire de Jean Paul Barbier-Mueller (1930-2016)[1]

Nous avons tous connu des moments tournants dans notre existence, des instants où tout bascule, sans d’ailleurs qu’on le sache ou comprenne immédiatement, les conséquences ne se faisant sentir qu’à plus ou moins long terme. Certains nous demeurent à jamais inconnus ; d’autres, en revanche, sont parfaitement identifiables et leurs conséquences, calculables : ces jours que l’on dit « à marquer d’une pierre blanche ». A titre personnel, l’un de ces moments charnières a été provoqué (mais est-ce une surprise ?) par un livre, et c’est ce volume, cet exemplaire que je veux vous présenter aujourd’hui.

I. Un livre auquel je dois tout

L’impact personnel, je le décrirai en quelques mots. Le 13 juin 2003, vers la fin de mes études, je reçois au domicile de mes parents, près de Douvaine, le catalogue de la librairie « La Bouquinerie », sise dans le centre-ville de Grenoble, juste à côté du lycée Champollion.

015-labouquinerie

Durant mes années d’hypokhâgne-khâgne, j’y avais passé bien des heures, après-midis et soirées, glanant au fil des années quelques très beaux livres, avec de très sympathiques et érudites conversations avec les amis François et Martine Gaspari. Or donc, ce catalogue « Choix de livres » présentait, sous le n° 95, une notice qui me fit sauter le cœur.

notice-expilly-gaspari

Il s’agissait ni plus ni moins que d’un exemplaire des Poésies de Claude Expilly (1596), un ouvrage fort rare que je connaissais par le catalogue Ma bibliothèque poétique de Jean Paul Barbier-Mueller, offert par mes parents durant mon adolescence. Ni une, ni deux, je réserve le livre par téléphone, saute dans ma voiture et fais l’aller-retour jusqu’à Grenoble, payant le livre d’un mois de pension paternelle (sans doute le meilleur investissement jamais fait !).

Profitant des vacances pour étudier le livre et son histoire sous toutes les coutures, je me paye le culot d’écrire à Jean Paul Barbier-Mueller le 13 juillet suivant, répondant ainsi à l’invitation qu’il avait faite, dix ans plus tôt, dans la préface d’un des tomes de son catalogue bibliographique, aux jeunes chercheurs et collectionneurs. Quelques jours plus tard, il me répond très aimablement de sa retraite estivale, m’expliquant que c’est la première fois que cette invitation trouvait un écho ! Nous convenons d’un rendez-vous pour comparer nos exemplaires, ce qui advient finalement le 17 septembre 2003, lors d’une communion mémorable autour des livres poétiques Renaissance de sa prodigieuse collection. Avec son immense et coutumière générosité, il me fait alors cadeau d’une des quatre lettres autographes d’Expilly en sa possession, m’expliquant avec humour pouvoir « très bien vivre avec seulement trois lettres » du poète ! Six mois plus tard, alors que je prépare l’agrégation d’histoire, sa secrétaire personnelle me téléphone et me propose le poste de conservateur de la bibliothèque, alors vacant, pour le 1er août 2004. De là, près de 10 ans au Musée Barbier-Mueller, avec de nombreux challenges (l’exposition Mignonne, allons voir…, les recherches en vue du Dictionnaire des poètes du XVIe siècle, etc.), puis, dans la lignée directe, mon poste à la Fondation Bodmer. Et, last but not least, la rencontre de ma femme Ella (qui travaillait alors comme « petite main » au Musée Barbier-Mueller pour payer ses études) et, par voie de conséquence, la naissance de nos enfants Sophie et Alexis. Bref, du seul achat de ce livre (que j’aurai pu rater en recevant le catalogue en retard ou en étant le deuxième à décrocher mon téléphone : j’en tremble rétrospectivement !) découle donc toute une série de rencontres favorables et d’opportunités extraordinaires. On comprendra que Claude Expilly occupe une place particulière dans ma collection !

II. Claude Expilly, magistrat et poète grenoblois

Issu d’une famille de la petite noblesse dauphinoise, Claude Expilly (Voiron, 1561 – Grenoble, 1636) mena ses études à Paris, au collège de Tournon, avant de se fréquenter les universités de Turin, puis Padoue, où il rencontra l’humaniste et poète Sperone Speroni, qui l’initia « à la galanterie des Muses » (autrement dit aux vers). Il obtint son doctorat en droit à l’université de Bourges en 1583. Il entra dans la carrière juridique comme avocat au Parlement de Grenoble, où il se distingua par ses brillants plaidoyers. Il soutint un temps le parti de la Ligue, mais se rallia, après la victoire remportée par les Royaux à Pontcharra le 18 septembre 1591, à la cause d’Henri IV et à son représentant dauphinois, le duc de Lesdiguières. Le monarque lui confia plusieurs missions de confiance et le nomma conseiller d’Etat. Outre ses remarquables travaux de juriste, Expilly fut aussi un poète remarqué. Il fut finalement nommé conseiller au Parlement de Grenoble, avocat-général en 1604, puis président de cette cours, une fonction qu’il occupa de 1616 à 1629.

015-portrait-de-claude-expilly
Portrait de Claude Expilly (dans « Les Poëmes », 1596)

Les autographes de Claude Expilly semblent très rares sur le marché. Jean Paul Barbier-Mueller avait donc eu la bonne fortune d’en acheter un lot dans les années 1980. Il en reproduisit une dans Ma Bibliothèque poétique, afin d’illustrer la notice consacrée à Expilly. Lors de notre première rencontre, il m’avait fait le magnifique cadeau de celle reproduite ci-dessous ; généreuse récidive quelques années plus tard, quand une autre de ces lettres fut, de la même manière, offerte à un autre possesseur genevois de l’édition de 1596.

expilly-las
Claude Expilly, lettre autographe signée au comte de Maugeron (représentant du roi en Dauphiné), Vizile, 30 septembre 1604.

 III. Les Poëmes de 1596 : un livre connu à seize exemplaires

En 1596, Claude Expilly, alors âgé de 35 ans et procureur général de la Cour des Comptes de Dauphiné, se rendit à Paris où il représenta les deux premiers ordres de sa province au fameux « procès des tailles ». Il profita de ce séjour pour faire éditer ses poésies chez le meilleur imprimeur de la capitale, en un tirage « à compte d’auteur », par principe limité.

img_6691
Titre de la première partie des « Poëmes » de 1596
titre-seconde-partie-1596
Titre de la seconde partie des « Poëmes » de 1596

Le recueil se divisait donc en deux sections, chacune ornée d’une page de titre gravée et d’un frontispice, la première (dédiée à Gabrielle d’Estrées, marquise de Monceau, la toute-puissante maîtresse du roi) regroupant des vers amoureux, la seconde (offerte à François de Bonne, duc de Lesdiguières) des poèmes de circonstance (dont certains poèmes célébrant les victoires du parti royaliste en Dauphiné), le tout dans une veine néo-pétrarquiste de bon aloi.

portrait-gabrielle-destree
Portrait de Gabrielle d’Estrées (dans « Les Poëmes », 1596)

Certains exemplaires furent offerts directement par Expilly à des amis. Deux volumes contiennent ainsi un ex-dono daté de Paris, le 7 juillet 1596, soit un peu plus d’un mois après l’achevé d’imprimé (daté du 1er juin). L’un était destiné à un membre de la famille de Revol (mentions : « Monsieur d’Expilly m’a fait present de ce sien livre (…) juillet [sic] 1596 » et « J’ay ce livre en don de Monsieur d’Expilly, auteur d’iceluy, le septiesme julliet [sic] 1596, Revol »[2]) ; l’autre au fameux érudit et historien bordelais Bernard de Girard du Haillan (mention « Du don de l’Autheur au Sr. Du Haillan, faict à Paris le Viie de juillet 1596 »).

expillyrennes003

Sans doute ces parlementaires étaient-ils également partie prenante du « procès des tailles ». Quelques exemplaires semblent avoir été revêtus d’une reliure de vélin souple doré, avec couronne de feuillages au centre des plats, un ensemble qui fut peut-être une commande de l’auteur à quelque atelier parisien : on en connaît encore au moins cinq exemplaires[3].

On peut donc retrouver la trace de dix-huit exemplaires, dont deux disparus de longue date : l’un figurait dans le catalogue de la bibliothèque du baron Georges von Hohendorf (vendue à Leyde en 1720[4]) et n’est plus localisé ; l’autre appartenait aux fonds de la bibliothèque municipale d’Arras[5] et a disparu lors d’un bombardement allemand en juillet 1915. Parmi les seize autres connus, dix sont incomplets de l’un ou l’autre portrait, titre gravé ou feuillet de dédicace. Voici leur pedigree tel que j’ai pu le reconstituer. Six sont en mains privées :

  1. Exemplaire Jean Paul Barbier-Mueller (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Complet des deux portraits gravés (portrait d’Expilly provenant d’un autre exemplaire) et des deux titres gravés. Provenance : [ex-dono sans mention du destinataire] ; comte de Fresnes (vente Paris, 1893) ; baron Roger Portalis (vente Paris, 1913).
  2. Exemplaire Jean Bonna (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : De Bazemont (signature au titre) ; Librairie Valette (Paris, Foire du livre 1991).
  3. Exemplaire F.L. (Paris). Vélin souple (reliure de l’époque). Complet des deux portraits et des deux titres gravés.
  4. Exemplaire Nicolas Ducimetière 1 (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Incomplet du portrait d’Expilly et du premier titre gravé. Provenance : E./B. (monogrammes EE et BB dorés aux plats : à noter que Claude Expilly avait épousé une certaine Isabeau de Bonneton en 1569…) ; Devinay (Annonay, 1663) (ex-libris ms.) ; Librairie « La Bouquinerie » (Grenoble, cat. juin 2003, n° 95).
  5. Exemplaire Nicolas Ducimetière 2 (Genève). Reliure maroquin bleu orné (Hardy-Mennil). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrées et de la dédicace à la même. Provenance : Michel Vieusseux fils (ex-libris ms., XVIIIe) ; Henri Bordes (Bordeaux) (ex-libris ; cat. 1ère vente, fév. 1873, n°248) ; Ambroise Firmin-Didot (Paris) (ex-libris ; cat. 1ère vente, 1878, n° 351) ; Eugène Chaper (Grenoble) (ex-libris) ; Librairie Maggs Bros. (Londres, cat. 484 « French books from 1470 to 1700 », Noël 1926, n° 290 a, 45 £ ; Paris, cat. 9 « La Bibliothèque d’un humaniste », 1935, n° 190, pl. IX, 2500 frs.) ; Auguste Garnier (ex-libris ; pas au catalogue de sa vente de 1978) ; Librairie des Argonautes (Paris, juin 2010).
  6. Exemplaire Génard/Couturier de Royas (non localisé). Reliure maroquin bleu orné (Thibaron-Joly). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrée. Provenance : Génard (Grenoble) (vente Paris, 1882, n° 189) ; Couturier de Royas (Grenoble) ; Librairie Maggs (Londres, cat. 484 « French books from 1470 to 1700 », 1926, n° 290, pl. XXXIV ; Paris, cat. 9 « Bibliothèque d’un humaniste », 1935, n° 189).

Les dix exemplaires en institutions publiques sont donc les suivants :

  1. Bibliothèque nationale de France (Paris) (cote : Rés.-Ye-174)[6]. Demi-reliure XIXe siècle. Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : marquis de Courtanvaux (XVIIIe) ; Bibliothèque royale du château de Compiègne. Consultable sur « Gallica ».
  2. Bibliothèque de l’Arsenal (Paris) (cote : 4°-BL-2924). Reliure veau marbré orné XVIIIe siècle. Incomplet des deux portraits, du second titre gravé et de la dédicace à Lesdiguières (pp. 111-112). Provenance : famille Bigot (Rouen, XVIIe-XVIIIe) ; duc de La Vallière (vente 1785, n° 13048) ; marquis de Paulmy ; comte d’Artois.
  3. Bibliothèque municipale de Grenoble (cote : Fonds dauphinois, V.1385). Reliure maroquin marron orné (Fraeuly). Incomplet des deux portraits et de la dédicace à Gabrielle d’Estrée.
  4. Bibliothèque municipale de Digne (cote : Rés. 94). Cartonnage fort en papier crème (reliure d’époque ?). Incomplet des deux portraits. Provenance : [couvent des Minimes de Mane ?] ; entrée dans les collections de la BM avant 1856.
  5. Bibliothèque municipale de Rennes (cote : 15063 Rés. 16e siècle). Reliure de vélin souple doré (reliure de l’époque). Incomplet du portrait d’Expilly. Provenance : François de Revol (ex-dono) ; famille de Revol ; [collège des Jésuites de Rennes ?].
  6. Bibliothèque municipale de Bordeaux (cote : B.1226 Rés.). Reliure de basane brune (reliure du XVIIe siècle). Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : Bernard Girard du Haillan (ex-dono) ; [Académie royale de Bordeaux ?].
  7. Bayerische Staatsbibliothek (Munich) (cote : res 4.P.o.gall.46). Reliure de parchemin rigide (reliure du XVIIe siècle). Incomplet du second titre gravé. Provenance : prince-électeur Karl-Theodor von der Pflaz (super-libris, château de Mannheim) ; Bibliothèque du château de Munich à partir de 1803-1804.
  8. British Library (Londres) (cote : 640.k.7). Reliure moderne. Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : Royal Library (acquisition XVIIe?) ; British Museum (versé en 1753).
  9. Biblioteca nazionale centrale Vittorio-Emanuele II (Rome) (cote : 6.7.K.8). Reliure de veau rouge orné (reliure fin XVIIe ou début XVIIIe siècle). Incomplet du portrait d’Expilly et du second titre gravé.
  10. University of Virginia library (Charlottesville, USA) (cote : Gordon.1596.E86). Reliure de maroquin rouge orné (Lortic). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrée. Provenance : Adrien Lebeuf de Montgermont (cat. vente, mars 1876, n° 371) ; Eugène Chaper (Grenoble) (attesté par un notice de Gariel en 1878) ; G. de Béréa (Genève) (provenance attestée par la notice manuscrite écrite par M. Gordon dans son catalogue, mais le livre ne figure pas au catalogue de la vente de Béréa, salle Kündig, Genève, 26 juin 1947) ; Librairie Nicolas Rauch (Genève) (présenté sous le n°132 du cat. 4, « Beaux-livres », 1952, n° 132, 1000 CHF) ; Douglas H. Gordon (Baltimore, Maryland, USA) (acheté à la librairie Rauch, noté dans son catalogue manuscrit sous le n°287) ; Bibibliothèque de l’University of Virginia (Charlottesville, Virginia, USA), fonds Gordon (légué fin 1986).

Certains exemplaires (Barbier-Mueller, Ducimetière 1, F.L.) comportent d’assez nombreuses corrections manuscrites (jusqu’à une trentaine), reprenant en partie le contenu des errata de la p. 215 ou s’ajoutant à cette liste. Il faut par ailleurs relever une petite particularité de tirage : suivant les exemplaires, la page 189 peut se rencontrer chiffrée « 891 » (marque d’un tirage antérieur de ce cahier ?) ou « 189 » (version corrigée ?).

img_6693N° 750 – Petit in-4°, de VIII ff., 106 pp., I f. et 216 pp.. Reliure de vélin souple doré, dos lisse orné de filets et de fleurs de lys dorés, plats encadrés d’un mince double filet doré, couronne de lauriers centrale à chiffres entrelacés, tranches dorées (reliure de l’époque). Texte réglé à l’encre brune. Corrections manuscrites ; nombreux essais de plume et croquis d’époque. Exemplaire à toutes marges, aussi grand que l’exemplaire Barbier-Mueller (239mm). Incomplet du premier titre gravé et du portrait d’Expilly, vélin racorni et coutures faibles. Provenance : cf. recensement ci-dessus.

img_6700N° 1000 – Petit in-4°, de [2] ff., 106 et 216 pp. Reliure de maroquin bleu foncé, dos à nerfs orné aux petits fers, filets dorés sur les coupes, riche dentelle intérieure, tranches dorées sur marbrures (Hardy-Mennil). Provenance : cf. recensement ci-dessus.

img_6690

Bibliographie : Jean Paul Barbier-Mueller, Ma Bibliothèque Poétique, tome IV-2, Genève, Droz, 2001, pp. 185-198 ; Nicolas Ducimetière, Mignonne, allons voir… Fleurons de la bibliothèque poétique de Jean Paul Barbier-Mueller, Hazan, 2007, n° 88 ; Jean Balsamo et Michel Simonin, Abel L’Angelier et Françoise de Louvain…, n° 268.

IV. Les Poëmes de 1624 : une belle édition grenobloise

Vingt-huit ans après l’édition originale parue à Paris en 1596, Claude Expilly, devenu premier président du Parlement du Dauphiné, livra, mais cette fois chez un imprimeur grenoblois, le plus talentueux d’alors, Pierre Verdier, une nouvelle édition de ses poèmes, considérablement augmentée, notamment par une troisième partie inédite, dédiée au cardinal de Richelieu, alors au sommet de sa puissance. Cette nouvelle édition comporte aussi la première édition du Supplément à la vie de Bayard, étude historique reprise en 1650 dans la Vie de Bayard éditée par le libraire grenoblois Jean Nicolas. Le volume est l’un des seuls in-quarto produits par Verdier qui utilisa une typographie très réussie et agréable.

titre-poemes-1624
Page de titre de l’édition grenobloise de 1624

Expilly voulut employer, en vain, son orthographe réformée, un projet lui tenant beaucoup à cœur (il avait publié à Lyon, en 1618, un in-folio très rare intitulé « L’Orthographe françoise selon la prononciation de notre langue »). Dans une note à la fin de ces Poëmes de 1624, il dit être « marry que l’orthografe moderne que j’ay voulu suivre, n’ait été exactement observée an cete impression, mêmes aux androis où j’ay retranché les S. qui ne se prononsent point, & an ceux où les E. se pronsent an A ». La page de titre est ornée des armes au coq de Claude Expilly, gravées sur bois. A la page 459, comme dans la majorité des exemplaires, on note une correction à l’encre de la main même d’Expilly. Cet exemplaire appartient au tirage dit « A », comme identifié par Jean Paul Barbier-Mueller.

N° 751 – In-4°, de (4) ff., 461 pp. et (5) pp. Reliure de vélin ivoire souple à rabats, dos lisse portant le titre calligraphié, tranches poncées (reliure pastiche dans le goût du XVIIe siècle, atelier Burckhart, automne 2003). La reliure d’origine était aussi en parchemin souple, avec titre maladroitement inscrit à l’encre au dos. Son état médiocre (manques, déreliages) a motivé son remplacement. Exemplaire grand de marges, sur papier fort. Provenance : P. Delouley (ex-dono manuscrit : « Ce livre m’a esté donné par Monsr. D’Expilly, à Grenoble, le 25e Mars 1633 ») ; Jacques de Blesson (né en 1902, diplomate, ambassadeur de France en Irlande en 1955-1960, en Suède, etc., époux de Georgette Monier de La Sizeranne) (ex-libris héraldique gravé) ; famille Monier de La Sizeranne (cat. vente de la bibliothèque Monier de La Sizeranne, Paris, Drouot, 13 juin 2003, n° 316).

ex-libris-jacques-de-blessons

Bibliographie : J.P. Barbier-Mueller, Ma Bibliothèque poétique, tome IV-2, pp. 200-210 ; E. Maignien, Imprimerie… à Grenoble…, n° 142 ; BM de Grenoble, exposition Sommets de la bibliophilie dauphinoise, Grenoble, 1992, p. 47, n° 32b.

V. Autres œuvres d’Expilly : le juriste et l’historien

Fidèle à la maison L’Angelier, Expilly employa les services du libraire parisien pour mettre au jour sa production juridique. Editée en 1608, avec une dédicace adressée au chancelier de Sillery, la première édition de ses fameux Pladoyez en réussissait une série de vingt-cinq, accompagnés de « quelques arrests & reglemens notables dudict Parlement de Grenoble »[7]. Tout au long du XVIIe siècle se succéderont les rééditions : 1612 (Paris, Veuve Abel L’Angelier), 1619 (id.), 1628 et 1631 (Lyon, Rigaud), 1636 (Lyon, Durand), 1656 (Lyon, Radisson), etc.[8].

Quatrième édition des « Plaidoyez » d’Expilly (Lyon, Rigaud, 1628). Inv. 2233.

Mais Expilly mena aussi une carrière d’historien, s’attachant à parfaire la biographie d’une grande figure du Dauphiné : Pierre du Terrail (v. 1475-1524), dit « le chevalier Bayard »[9]. Une Très joyeuse, plaisante & récréative histoire du chevalier sans paour et sans reproches avait paru pour la première fois en 1527 chez Galliot Dupré : signée « Le Loyal Serviteur », elle est en général attribuée à Jacques de Mailles, le secrétaire personnel de Bayard. Une nouvelle biographie vit ensuite le jour en 1558 sous la plume de Symphorien Champier. Dans la troisième partie (inédite) de ses Poëmes de 1624, Expilly avait consacré un « Supplément à l’histoire du chevalier Bayard » (pp. 370-417), suivi d’un court « tombeau » poétique. On retrouve ces recherches dans le présent ouvrage, une réédition de la biographie (peu critique à l’origine) du « Loyal serviteur », mais augmentée des notes et commentaires de Théodore Godefroy, ainsi que des interventions de « Louis Videl » (en fait, le président de Boissieu) et d’Expilly. Le fameux libraire grenoblois Nicolas, maître-d’œuvre du livre, avait sollicité l’imprimeur Frémon pour cette première édition strictement dauphinoise de la vie de Bayard : l’ouvrage parut donc en 1650, l’édition de 1651 n’ayant que le titre rafraîchi.

vie-de-bayard1N°752 – Histoire du chevalier Bayard…, Grenoble, Jean Nicolas, 1651.  Petit in-8°, de 480-123 pp. Reliure de maroquin rouge ancien, dos à nerfs orné de fleurons dorés, plats décorés « à la Du Seuil », tranches dorées (reliure de l’époque). Très grande fraîcheur intérieure.

img_6701

Provenance : Docteur André Dénier (ex-libris ; catalogue Suite de l’importante bibliothèque de M. A…, bibliophile dauphinois [4e vente Dénier], Grenoble, 25 mai 2003, n° 232 : « Maroquin vieux rouge, dos à nerfs orné, encadrements sur les plats, toutes tranches dorées. Reliure ancienne. Edition de 1650, avec une page de titre datée 1651 »).

ex-libris-denier

Bibliographie : Ed. Maignien, Imprimerie… à Grenoble…, n° 332 ; Brunet, Manuel du libraire…, tome III, col. 183 ; catalogue Les Sommets de la bibliophilie dauphinoise (BM de Grenoble, novembre 1992-janvier 1993), p.24, n° 12.

VI. Postérité : Expilly et ses biographes

Neveu de Claude Expilly,  Antoine Boniel de Catilhon était conseiller du roi et membre de la Chambre des Comptes de Dauphiné. Il rendit hommage à son oncle (mort en 1636), grande figure du monde parlementaire grenoblois, dans cette très laudative et peu critique biographie, texte toutefois scrupuleux dans son récit et plein d’anecdotes vivantes. Orné d’un portrait d’Expilly sur la fin de sa vie, cet ouvrage a manifestement été doté d’une « reliure éditeur » : j’ai croisé plusieurs exemplaires portant une vêture en tous points identiques à celle-ci, que ce soit en fonds publics, collections privées (exemplaire Barbier-Mueller) ou librairies d’anciens.

img_6706N° 858 – Antoine Boniel de Catilhon, La Vie de Messire Claude Expilly…, Grenoble, Philippe Charvys, 1660. Petit in-4°, de 166 pp. Reliure de basane marron, dos muet à quatre nerfs, plats encadrées d’un filet doré, sur les plats, tranches mouchetées (reliure de l’époque). Etiquettes de cote manuscrite et imprimée. Légères restaurations en queue (Burckhart). Bien complet de la gravure à l’eau-forte représentant Claude Expilly, après la page de titre. Provenance : Librairie « Le Bouquiniste » – François Perrin (Grenoble) (août 2001).

img_6705Bibliographie : Brunet, Manuel du libraire, volume II, col. 1136 (article « Expilly » : « On a une vie de Cl. Expilly écrite par Ant. Boniel de Cathillon, son neveu, Grenoble, Charvys, 1660, in-4° ») ; Maignien, Imprimerie et imprimeurs à Grenoble, pp. 178-179, n° 412 (fait remarquer la biographie en latin d’Expilly, tirée de l’œuvre de Jacques Philippes Tomasin, évêque de Cita-Nova, les Eloges des hommes illustres [ici, pp. 147-166]).

img_6707

La figure d’Expilly devait connaître un regain d’intérêt à compter du début du XIXe siècle, lorsqu’un professeur et historien local, Jean-Claude Martin, lui consacra une nouvelle biographie, en grande partie nourrie de celle de Boniel de Catilhon.

img_6703

N° XXX – Jean-Claude Martin, Histoire et vie de Claude Expilly, chevalier, conseiller du roi en son conseil d’Etat, et président du, parlement de Grenoble; avec notes, Grenoble, Imprimerie de Peyronard, 1803. Demi-reliure de veau bleu foncé, dos lisse, titre doré en long, non rogné (Burckhart).

img_6704

Enfin, tout récemment, on notera les travaux d’Alessandra Preda, maître de conférences à l’Université de Milan, qui a livré une série d’articles passionnants sur l’auteur grenoblois :

  • « Le poète correcteur de ses œuvres : les deux éditions des poèmes de Claude Expilly », dans D’un siècle à l’autre : littérature et société (1590-1610), sous la direction de Philippe Desan et Giovanni Dotoli, Fasano, Schena Editore et Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2001, pp. 153-188.
  • « Montaigne et Claude Expilly », dans Montaigne Studies, vol. XIII, nos. 1-2 (« La Famiglia de Montaigne »), 2001, p. 200
  • « Tra Tasso e Montaigne : il petrarchismo di Claude Expilly », dans Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, études réunies par Jean Balsamo, coll. « Textes et Travaux de la Fondation Barbier-Mueller », Genève, Droz, 2004, pp. 429-443.

Quatorze ans plus tard, je rencontre à nouveau Expilly au détour d’un nouveau projet : ma thèse sur la poésie politique durant la huitième Guerre de Religion. Ses vers sur la bataille de Pontcharra ou le siège du château des Echelles y trouveront leur place naturelle, comme l’un des principaux chantres de la cause royale en terre alpine : l’histoire entre nous deux va donc encore se poursuivre un moment ! 🙂

Nicolas Ducimetière

Janvier 2017

img_6696img_6698

Essais de plume et croquis dans mon exemplaire 1 de l’édition 1596.


NOTES

[1] Cette chronique était déjà en grande partie écrite il y a plusieurs semaines, lorsque survint, le 22 décembre 2016, la disparition de mon mentor Jean Paul Barbier-Mueller, jadis rencontré autour et grâce au livre en question.

[2] Une pièce funèbre des Poëmes de 1596 (p. 201) était consacrée au trépas de Louis de Revol (1531-1594), nommé secrétaire d’Etat au département de la guerre en 1588 et qui avait rempli ensuite de nombreuses missions pour Henri IV. C’est à son neveu, François de Revol, seigneur de La Ramoillière, qu’Expilly offrit son livre en 1596.

[3] Exemplaires Barbier-Mueller / Bonna / Ducimetière 1 / Bibliothèque municipale de Rennes / collection F.L..

[4] Aimablement signalé par Jean Balsamo (communication personnelle, mars 2010).

[5] A. Wicquot, Catalogue méthodique de la Bibliothèque communale d’Arras, Reims, 1889, tome IV (« Belles-Lettres »), n° 1745

[6] Contient « deux séries de cahiers d’une impression différente, postérieure à 1603 ». Il s’agit tout d’abord de 31 pp. insérées entre les deux parties et constituées des « Stances pour Eriphyle » et des « Mascarades », pièces inédites prises dans l’édition de 1624 (pp. 109-123 et 152-168), et, in-fine, du « Tombeau de Laurent de Galles » (pas inédit) et du « Discours à M. de Morges » (inédit) (pp. 307-309 et 243-256 de l’édition de 1624).

[7] J. Balsamo et M. Simonin, op. cit., n° 465.

[8] Voir Edmond Maignien, Bibliographie des plaidoyers de Claude Expilly…, Grenoble, Allier, 1913.

[9] Pierre du Terrail naquit vers 1475 au château de Bayard, en Dauphiné. Attaché au duc de Savoie, puis à Charles VIII, le page se distingua par ses talents guerriers lors des guerres d’Italie : il devint le meilleur capitaine de son temps, notamment à Marignan, François Ier lui demandant de l’adouber chevalier après la bataille. Parangon de la chevalerie, on le voit en 1523, à Grenoble, soigner des malades de la peste ou chasser du Dauphiné des bandes de pillards. Il tomba en couvrant la retraite de ses troupes après la défaite de Biagrasso, frappé par un coup d’arquebuse (30 avril 1524). Ses funérailles se dérouleront en grande pompe à Grenoble, puis il sera inhumé au couvent des Minimes de Saint-Martin d’Hères (son tombeau, violé en 1562, est ici décrit en détails aux pages 105-121).

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (14) : « JACK » A DIT !

AUTOUR DE JACK D’ALPHONSE DAUDET

On dit souvent qu’une collection peut constituer une forme d’œuvre d’art. Si c’est le cas, alors c’est nécessairement par petites touches successives, tel un tableau impressionniste qu’on peindrait sur de nombreuses années : une telle entreprise se réalise en effet avec un plan et une vue d’ensemble, mais aussi, par force, au gré de livres et manuscrits le plus souvent croisés par hasard et acquis par chance. Mais, au fil du temps, il y a parfois des « dossiers », des « séries », qui, à la suite d’un ou deux achats initiaux, se mettent doucement en place et commencent à former, plus ou moins volontairement, un vrai ensemble cohérent, autour d’un titre ou d’une thématique ponctuelle (et n’est-ce pas, finalement, le propos du collectionneur : (re)créer du sens à partir de « membra disjecta » ?) .

Pour illustrer ce propos de manière concrète, j’ai choisi de présenter une petite série de documents en rapport avec le roman Jack d’Alphonse Daudet, un ouvrage cruel et sombre, un « livre de pitié, de colère et d’ironie » loin du Daudet jovial et léger que tout le monde croit connaître. Après une présentation générale de ce livre (qui mérite bien d’être connu et lu) seront donc présentés six documents qui, tous, marquent une étape de la vie de ce texte, depuis un exemplaire particulier de l’édition originale jusqu’à l’évocation des premières illustrations données au roman, en passant par son adaptation théâtrale. Les documents en question, ouvrages imprimés ou manuscrits autographes, ont été acquis sur une période de 12 ans (2004-2016) auprès de 4 libraires totalement différents (Paris, Lyon, Avignon, Béziers).

Jack présenté en quelques mots

En décembre 1858, Ida de Barancy, fausse comtesse mais vraie « demi-mondaine » légère et écervelée, veut placer son fils naturel, Jack, un petit garçon de sept/huit ans, blond, gracieux, gentil et tendre, dans un pensionnat pour satisfaire les caprices de sa vie débridée. Las, le très select collège jésuite de Vaugirard refuse l’enfant en raison du pedigree de la mère, non sans que le supérieur de l’établissement s’émeuve du sort futur du « pauvre enfant ». Il faut donc se rabattre sur le Gymnase Moronval, un internat tenu par un mulâtre et fréquenté principalement par des personnalités venus des « petits pays chaud » : enfants de notables, potentats ou roitelets d’Afrique ou d’Asie, désireux de donner à leur progéniture une éducation à la française. Ida s’amourache du professeur de littérature de l’école, un certain D’Argenson, vicomte ruiné et poète raté. S’enfuyant à son tour du collège, Jack parvient, après plusieurs tribulations, à rejoindre le couple. L’intelligence de l’enfant se développe au contact d’un ami, le docteur Rivals, mais son sadique beau-père D’Argenton, qui le hait et lui rend la vie infernale, décrète que Jack deviendra ouvrier : l’enfant est alors placé chez les Roudic, pour apprendre le dur métier de fondeur. Exploité à outrance dans cette usine, passé ensuite dans l’enfer des salles des machines de grands vapeurs comme « chauffeur », Jack s’étiole, sombre dans le désespoir et l’alcool, avant de s’éteindre dévoré par la phtisie, alors que la mère indigne exprime quelques remords aussi tardifs qu’inutiles.

Comptant parmi les œuvres les plus sombres de Daudet, Jack est un véritable roman social, décrivant aussi bien certaines situations de castes (cas des filles-mères et leurs enfants, figures honteuses et déclassées) que l’exploitation des enfants. Daudet rejoint ici un registre naturaliste, proche d’un Zola, auquel son nom n’est habituellement pas rattaché. Mais cet auteur souvent considéré comme un Provençal léger, aux livres pleins de soleil, a donné des romans très noirs, sans aucune illusion d’une part sur la nature humaine, mais aussi sur les rapports sociaux de son époque. Le malheureux Jack rejoint ainsi la légion des enfants martyrs de la littérature XIXe siècle, qu’il s’agisse d’Olivier Twist, de David Copperfield, de Poil de Carotte ou du Petit Chose (du même Daudet).

Genèse et parution d’un « livre de pitié, de colère et d’ironie » (1875-1876)

D’abord paru sous forme de feuilleton dans Le Moniteur universel entre le 15 juin et le 2 octobre 1877, Jack connut sa première édition, en deux tomes, aux éditions Dentu en 1876 : « Ce livre de pitié, de colère et d’ironie est dédié à Gustave Flaubert, mon ami et mon maître ».

Jack_titre

Comme il l’a fait pour d’autres romans ou recueils de nouvelles sous forme de courts récits baptisés « Histoire de mes livres », Alphonse Daudet a raconté dans le détail l’origine de Jack, lui consacrant un chapitre dans Trente ans de Paris – A travers ma vie et mes livres, paru en 1888[1]. On apprend ainsi que le fond du roman est tiré d’une histoire authentique. En 1868, Daudet avait connu un jeune homme nommé Raoul D…, fils abandonné d’une courtisane, réfugié à Champrosay, non loin de la maison de campagne des Daudet. Mi-étudiant, mi-vagabond, il avait frotté ses fonds de culotte sur les bancs des lycées avant de devoir travailler comme « chauffeur » de locomotive. Daudet le prit sous sa protection, lui ouvrit sa bibliothèque, lui procura quelques commandes d’articles et lui trouva pour finir une place en Algérie, en espérant que le climat arrangerait son délabrement physique. Après l’avoir perdu de vue pendant la guerre de 1870, Daudet finit par apprendre que le jeune homme, miné par la maladie, s’était éteint à l’hôpital d’Alger, sans que sa mère daigne seulement lui écrire.

« Voilà ce que l’existence m’a fourni. Longtemps, je ne vis dans cette histoire qu’une de ces mille tristesses extérieures qui traversent nos propres tristesses. Cela s’était passé trop près de moi pour mon regard de romancier ; l’étude humaine se perdait dans mon émotion personnelle. Un jour à Champrosay, assis avec Gustave Droz sur un arbre abattu, dans la mélancolie des bois, l’automne, je lui racontais la misérable existence de Raoul, à quelques pas de la masure en pierres rouges où elle s’était traînée aux heures de maladie et d’abandon. “Quel beau livre à faire !” me dit Droz, très ému. Dès ce jour, laissant de côté le Nabab [roman finalement paru en 1877], que j’étais en train de bâtir, je partis sur cette nouvelle piste, avec une hâte, une fièvre, ce frémissement au bout des doigts qui me prend au début et à la fin de tous mes livres »[2].

Aussi était-ce fort émouvant de mettre la main, en mars 2004, chez un libraire parisien, sur l’exemplaire offert par Daudet à celui-là même qui avait servi de déclencheur à son inspiration : son proche ami le romancier Gustave Droz (1832-1895)[3].

Envoi_à_Droz

Alphonse Daudet, Jack – Mœurs contemporaines, Paris, Eugène Dentu, 1876. Deux volumes in-12, de 396 et 366 pp. Demi-reliures bradel de percaline verte, dos lisses ornés d’un fleuron et de filets dorés, pièces de titre sur chagrin noir, tranches naturelles, non rognés (reliures de l’époque)[4]. Edition originale[5]. Provenance : Gustave Droz (1832-1895, écrivain et peintre) (envoi autographe : « A Gustave Droz, Alphonse Daudet »). Inventaire n° 390.

0390-reliure

Jack sur les planches : une adaptation au forceps (1879-1881)

A en croire le chroniqueur théâtral Arnold Mortier[6], Daudet avait pensé à une adaptation de Jack pour la scène alors même qu’il écrivait son roman, ébauchant déjà un premier scénario[7]. Puis accaparé par d’autres chantiers, il mit de côté ce projet. Vers 1878, ayant aidé un jeune romancier débutant, Henri Liesse, à publier sa première œuvre, Daudet lui proposa une collaboration dramatique et lui donna pour mission d’achever la version théâtrale de Jack, en reprenant le matériau présent dans les premières ébauches écrites trois ou quatre ans plus tôt. Mais le résultat fut loin de soulever l’enthousiasme de Daudet, prêt à jeter l’éponge définitivement. La pièce passa néanmoins devant les yeux de l’acteur Henri Lafontaine (1826-1898), sociétaire de la Comédie-Française, pressenti pour créer le rôle de l’ignoble D’Argenton. Le comédien, également auteur, estima que la pièce n’était en effet pas au point et proposa plusieurs idées de remaniements, à tel point que Daudet finit par l’associer au projet d’écriture.

Les échanges entre Daudet et son nouveau collaborateur se manifestèrent par une correspondance dont j’ai pu réunir, coup par coup, trois lettres, achetées en mars 2013 auprès d’une librairie lyonnaise. Elles marquent trois temps dans l’élaboration de cette pièce :

  • novembre 1879 : la prise de connaissance par Daudet des suggestions de Lafontaine et le redémarrage du projet,
  • courant 1880 : finalisation de l’association entre les deux auteurs, premiers jalons pour la mise en œuvre de la pièce (publicité, repérages d’acteurs…),
  • décembre 1880 : répétitions et dernières modifications du texte.

1647-LAS

« Mon cher Lafontaine, Ce que vous m’avez dit de Jack me raccommode avec lui. Oui, la pièce devient éloquente, intéressante, avec les modifications que vous m’avez proposées. Mettez-vous donc à l’œuvre aussitôt que vous pourrez ; nous viendrons peut être à bout à nous deux de faire un drame émouvant et jouable ? Adieu, mon collabo, – et au revoir. Alph. Daudet. Je viens de télégraphier en Allemagne pour qu’on m’expédie les deux derniers tableaux. Dites bien à Mme Lafontaine le plaisir qu’elle ferait à ma femme, en l’échappant une heure, un de ces mercredis, avenue de l’Observatoire »

Alphonse Daudet, Lettre autographe signée à Henri Lafontaine, [Paris], 27 novembre 1879, 1 page in-12. Inv. n° 1647.

1648-LAS

« Mon cher Lafontaine, Il reste entendu que Jack, drame en cinq actes, sera signé de votre nom et du mien. Quant aux droits, ils seront partagés entre vous, Henri Liesse et moi. Trois parts égales. De cette façon, tout le monde est content. Souhaitons que le public le soit aussi. Cordialement votre. Alphonse Daudet. Plusieurs journaux du soir ont donné la note de librairie que je voulais faire. C’est Calmann qui a dû la faire passer. Tâchez donc de voir une répétition du Gymnase »

Alphonse Daudet, Lettre autographe signée à Henri Lafontaine, [Paris], s.d. [premier semestre 1880 ?], 1 page in-12. Inv. n° 1648.

1649-LAS

« Mon cher et vaillant collabo, Je ne compte pas venir aujourd’hui ; mais si vous avez besoin de moi, un petit signe et j’accours, je suis là tout près, le nez dans l’encre, à la maison. Ne criez pas trop, ne vous énervez pas, hier vous aviez les traits tirés. Il nous faut un D’Argenton en fleur. Et à propos de d’Argenton, rappelez-vous pour l’entrée de Hirsch : « Le docteur Hirsch, de la faculté de (avec un rien d’hésitation et un regard questionneur à Hirsch) Pernambuco… Hirsch (Entre ses dents et d’un ton de je m’en fous) Si tu veux… D’Argenton : Universaliste… très fort… » Voyez si au lieu du : « Si tu veux… », vous pouvez glisser aux dents de Hirsch : « médecin in partibus », comme vous disiez hier ; ou carrément comme ceci : « Hirsch à Ida (ton de blague) « Comme qui dirait médecin in partibus« . Alph. Daudet. »

Alphonse Daudet, Lettre autographe signée à Henri Lafontaine, [Paris], 14 décembre 1880, 2 pages in-12. Inv. n° 1649.

Le drame Jack fut en définitive joué pour la première fois le 11 janvier 1881 au Théâtre de l’Odéon, devant une salle remplie de célébrités. Faisant la une de plusieurs journaux et suppléments illustrés (ci-dessous Le Monde illustré  et L’Univers illustré), la pièce remporta de nombreuses critiques élogieuses (dont celle de Mortier). Mais le succès alla ensuite en s’essoufflant : la pièce fut finalement retirée vers la fin de l’année, après avoir quand même franchi le cap très respectable des 300 représentations.

     Représentation de Jack à l'Odéon 1881Représentation de Jack à l'Odéon 1881 (3)

La dernière étape consista en la publication du texte de la pièce, qui parut en 1882 aux Editions Dentu, sous le titre Jack, pièce en cinq actes, cosigné par Daudet et Lafontaine. Si le mince volume n’est bien entendu pas le Daudet le plus recherché des bibliophiles, il n’en est pas moins assez rare, surtout en bel état. Il m’a fallu attendre janvier 2016 pour en dénicher un bon exemplaire, en reliure signée et avec bon pedigree, chez un libraire ami d’Avignon.

2048-titre

Alphonse Daudet et Henri Lafontaine, Jack, pièce en cinq actes, Paris, E. Dentu, 1882. In-12, de 107 pp. Demi-reliure bradel de maroquin bleu nuit à larges coins, dos lisse, titre doré, date en queue, non rogné, couvertures conservées (Champs). Edition originale. Provenance : Paul Bellon (1853-1895, avocat et bibliophile lyonnais) (ex-libris gravé ; Catalogues de beaux livres anciens et modernes composant la bibliothèque de feu M. Paul Bellon, de Lyon, 1ère partie, Paris, Techener, 1896, n° 344, en lot avec trois autres pièces de Daudet, reliées de la même manière). Inv. N° 2048.

2048-ex-libris

Jack en images : autour de la première édition illustrée

Alors même que la pièce tenait l’affiche à l’Odéon, les deux principaux éditeurs de Daudet, Eugène Dentu (1830-1884) et Georges Charpentier (1846-1905), s’associèrent pour proposer ses premières Œuvres complètes, qui plus est illustrées. Entre juillet 1881 et le courant de l’année 1882, quatre volumes parurent[8], dont l’un (le tome III) contenait Jack, avec des dessins du peintre Charles Delort (1841-1895) reproduits en fac-similé par héliogravure.

C’est dans ce contexte que Charpentier relaya à Dentu, en mars 1882, une demande de Delort, qui souhaitait exposer les originaux de ses illustrations pour Jack au Cercle des Mirlitons, club d’artistes huppé sis place Vendôme. Une lettre qui s’est donc rajoutée par hasard à ce dossier Jack, dégotée chez un libraire de l’Hérault en 2011 (et cataloguée seulement maintenant, après cinq ans d’oubli dans une chemise !).

              2087-LAS1 2087-LAS2

« Mon cher confrère, Monsieur Delort désire exposer au cercle des mirlitons les dessins originaux de Jack. Je lui ai remis les deux que j’ai entre les mains et il me demande un mot pour vous prier de lui prêter celui que vous avez. Je le fais bien volontiers pensant que vous n’y verrez nul inconvénient. Veuillez recevoir, mon cher confrère, l’assurance de mes meilleurs sentiments, G. Charpentier ».

Georges Charpentier, Lettre autographe signée à Eugène Dentu, Paris, 19 mars 1882. Deux pages sur un bi-feuillet in-12, à en-tête « Bibliothèque Charpentier, 13, rue de Grenelle, St Germain, Paris ». Inv. n° 2087.

———————-

[1] A. Daudet, Trente ans de Paris – A travers ma vie et mes livres, Paris, Marpon et Flammarion, 1888, pp. 257-285.

[2] Id., pp. 270-271.

[3] Fils du sculpteur Jules Droz, l’écrivain et peintre Gustave Droz (1832-1895) se révéla tout d’abord dans la peinture, exposant durant plusieurs années avec un certain succès. Sur les conseils d’un ami, après bien des hésitations, il accepta, en 1864, de prendre une place de rédacteur dans le journal La Vie parisienne : ses chroniques légères et enjouées devaient vite faire la fortune du journal. Devenu un auteur à succès, il publia en 1866 son plus célèbre roman, Monsieur, Madame et Bébé, l’un des plus gros succès de librairie de la fin du XIXe siècle. Il écrivit aussi le Cahier bleu de Mademoiselle Cibot (1868) et on lui attribue (sans doute à raison) un grand classique de la littérature érotique : Un Eté à la campagne.

[4] Vu en vente, à la même époque (printemps 2004) et dans deux autres librairies parisiennes, deux autres œuvres de Daudet en édition originale avec envoi à Gustave Droz, dans des reliures strictement similaires à celles-ci : Fromont jeune et Risler aîné – Mœurs parisiennes (1874) et Numa Roumestan (1881).

[5] Clouzot, Guide du bibliophile français du XIXe siècle, p. 81 (« Recherché. Quelques très rares exemplaires sur Hollande »).

[6] Arnold Mortier, Les Soirées parisiennes par un monsieur de l’orchestre – Année 1881, Paris, 1882, pp. 5-10.

[7] Un plan très détaillé (sur pas moins de 63 pages !) avait été noté dans un des carnets sur lesquels Daudet écrivait ses critiques littéraires et dramaturgiques. Passé dans les collections Gérard de Berny (II, n° 124), puis colonel Sickles (XI, n° 4229), ce document est repassé dans une vente Piasa (Paris, 29 avril 1999, n° 368).

La Fondation Martin Bodmer possède pour sa part le manuscrit autographe de l’acte V de la pièce, commençant « Le parloir des Rivals à la campagne… ». Ces 11 feuillets correspondent surtout aux pages 98-101 de l’édition originale de la pièce, avec toutefois des variantes et des passages non publiés. Prov. : Librairie Scherling, Leiden, fév. 1955, cat. 52.

[8] Signalons à ce propos ce petit billet de Daudet à son éditeur (Inv. 1582, achat 2014, librairie genevoise), datant sans doute de 1882, demandant à Charpentier de lui envoyer « un exemplaire hollande des quatre volumes parus de notre grande édition », en prévision de la soirée « chez le Vieux » (avec une majuscule, comprendre : Victor Hugo !). En 1881-1882 avaient donc paru quatre volumes (Fromont jeune et Risler aîné ; Jack ; Robert Helmont ; Le Petit Chose), puis trois nouveaux volumes devaient s’étaler entre 1884 et 1886. Chacun de ces volumes avait connu un tirage de tête de 55 exemplaires sur Hollande.

1582-LAS

MELANGES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (11/1) : FAMILLES, JE VOUS HAI…ME ! (1/2)

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (11/1) :

FAMILLES, JE VOUS HAI…ME !

Un récent et très joli catalogue de la librairie Walden s’est trouvé tout entier dédié aux Histoires de familles, un thème qui m’a toujours paru fort intéressant et dont ma bibliothèque, au fil des années, a fini par rassembler quelques spécimens parfois fort émouvants. Cela m’a soudain donné envie de rassembler ce corpus de manière cohérente. De 1837 à 1927, je vous propose d’en découvrir, en deux articles, une vingtaine d’exemples choisis, soit ouvrages dédicacés, soit lettres autographes.

Musset, Vigny, Lamartine, Goncourt, Banville, Daudet, Loti, … : avant d’être les géants littéraires que tout le monde connaît, ils ont été des fils, des fiancés et maris, des pères, des frères, neveux, oncles ou cousins.  Voici quelques manifestations de leur vie familiale, entrevues par des courriers ou des envois autographes sur des livres offerts à leurs proches. Certains de ses documents témoignent d’un amour partagé, d’autres de relations plus compliquées, voire de séparations et de vraies douleurs, mais tous ont derrière l’encre et le papier une vraie histoire, souvent poignante.

1837 : ALFRED DE MUSSET à sa maîtresse (inv. 550)

11-1-Lettre Musset (verso1)

Alfred de Musset (1810-1857), lettre autographe signée à Caroline Jaubert, [Paris], « Mardi » [2 mai 1837]. Cachets postaux.

Cette très jolie lettre autographe de Musset à son ex-maîtresse Caroline Jaubert, « la Conseillère » comme il la surnommait, se rapporte à l’écriture de la nouvelle Emmeline, dont l’histoire est justement inspirée par leur relation amoureuse, deux ans plus tôt. Fera l’objet d’un article à venir.

 —

1842 : ALPHONSE DE LAMARTINE à sa nièce et épouse (inv. 520)

11-2-Lamartine111-2-Lamartine1b

Alphonse de Lamartine, Voyage en Orient – 1832-1833, Paris, Gosselin, 1841, 2 vol., première édition in-12. Envois autographes : «  A Valentine // al. de Lamart[ine] » (tome I) et « A Valentine de Cessia[t] // St Point 24 Juin 1842 // al. de Lamartine » (tome II).

La provenance : Valentine de Cessiat (1821-1894) était la fille de Cécile de Lamartine, la sœur du poète. Avec les deux plus jeunes de ses six sœurs, Valentine fut périodiquement « prêtée » par sa mère au poète et à sa femme, Marianne Birch, à partir de 1833 : il s’agissait d’essayer de leur faire oublier la mort au Proche-Orient, de leur petite fille Julia, dont les époux se remettaient très difficilement, sombrant dans la tristesse. Les petites Cessiat séjournèrent dès lors très souvent dans les propriétés de leur oncle, en Bourgogne ou à Paris. Valentine devient vite la nièce préférée de Lamartine qui dit d’elle, parlant de sa joie de vivre, de sa beauté et de sa vivacité : « Elle désassombrit tout », écrivait Lamartine. A partir de 1841, pendant une maladie de sa mère, elle la remplace à la plume pour la correspondance entretenue avec le poète et devient ainsi sa correspondante attitrée. Elle le sera pendant treize ans jusqu’à ce qu’elle s’installe définitivement chez les Lamartine en 1854. Vivant dans le culte de son oncle et de son génie (elle semble être tombée amoureuse de lui dès son adolescence), elle va devenir son assistante, sa secrétaire (elle arrive à imiter son écriture à la perfection), mais surtout et avant tout une des raisons de vivre et d’écrire du poète, très proche de sa muse (jusqu’à quel point alors ?). Dans sa biographie de Lamartine, Xavier de La Fournière écrit : « Non, il n’est pas téméraire de penser qu’avec celle qu’il appelait son ange, Alphonse, tout au soir de sa vie, trouva enfin ce qui, pour lui, représentait l’amour total et dont, durant le reste de son existence, il n’avait eu que des éléments. Elément gracieux, encore enfantin, avec les Caroline, les Henriette et même les Antoniella, sensuel avec Nina, avec Léna surtout, intellectuel ou plutôt cérébral avec Delphine de Girardin, Eléanore de Canonge et tant d’autres, familial avec Marianne Birch, sublime avec Julie. Avec Valentine, il les avait toutes en une seule personne. Elle n’était pas seulement sa nièce de prédilection. Elle était, tout ensemble, sa sœur, sa fille, sa mère, son amie, son amante, son épouse, son égérie, son double »[1].

Valentine refusa de nombreuses propositions de mariage pour rester aux côtés de son oncle. Cinq ans après la mort de Marianne Birch, qu’elle avait soignée, la pieuse Valentine, chanoinesse de Saint-Anne-de-Bavière, devenait, avec dispense papale et par décret impérial du 31 août 1868, Madame de Lamartine. Le 28 février suivant, Lamartine s’éteignait en réalisant son vœu : il put se soulever, mettre sa tête sur les genoux de sa femme et ainsi « mourir sur le cœur de la bien-aimée ». Valentine de Lamartine devait passer le quart de siècle suivant à entretenir la mémoire du poète. Elle édita par exemple ses Poésies inédites en 1873. Des poètes la consultait de temps à autre comme la gardienne de la poésie lamartinienne et romantique. Ses contemporains gardaient le contact avec elle, comme Victor Hugo. On lui envoyait des volumes à envoi. Mais l’oubli la gagna peu à peu.

Le château de Saint-Point (d’où est daté l’un des envois) était la résidence principale de Lamartine en Bourgogne (ce château du XVe siècle lui fut offert par son père en cadeau de mariage et il le fit transformer en castel néo-gothique !). C’est là que Valentine passa le reste de sa vie après la mort de Lamartine, c’est là qu’elle avait ses livres. Le poète lui en avait offert beaucoup, dont un exemplaire de L’Imitation de Jésus-Christ. Les descendants des Lamartine, les marquis de Noblet, ont vendu Saint-Point au début de 2004 : la bibliothèque de Valentine, qui était encore en partie dans le château, a été dispersée aux enchères à Drouot le 20 avril 2005[2]. Plusieurs œuvres de Lamartine figuraient parmi les livres, mais seulement deux avec envoi : une EO du Pèlerinage d’Harold offerte au père de Valentine, Joseph-César de Cessiat, et un exemplaire relié en veau rose signé des premières Œuvres complètes (1826) offert à Valentine (« A Valentine de Cessiat // donné deux fois // Al. de Lamartine 6 aoust 1836 », et non 1826 comme dit au catalogue).

Les présents volumes semblent avoir quitté la bibliothèque de Saint-Point à une date antérieure, sans que rien ne puisse indiquer leur cheminement (ils auraient été achetés dans un dépôt-vente !). Ils furent offerts à Valentine le 24 juin 1842, un vendredi, alors qu’elle séjournait avec une de ses sœurs. Ce séjour est prouvé par la correspondance de Lamartine[3] qui, dans une lettre du 8 juin, datée de Saint-Point, écrit à un ami suisse : « Les charmantes nièces sont ici (…) ». Dans une lettre du 11 au marquis de Lagrange, il indique à son correspondant que « [sa] femme et Valentine lui disent les choses les plus aimantes ». Ils devaient tous partir vers la mi-juillet pour Marseille, mais la mort accidentelle du fils aîné de Louis-Philippe obligea Lamartine à rentrer à Paris. Il n’y a pas d’autres lettres connues à Valentine d’ici la fin 1842.

A noter enfin que Valentine de Cessiat semble avoir eu un attrait considérable pour ce Voyage en Orient, car la vente du 20 avril 2005, a présenté un autre exemplaire de la même œuvre, dans l’édition de Gosselin, 1835 (quatre vol. in-18). Valentine avait apposé sa signature sur chacun des volumes.

L’œuvre : le récit d’un voyage au Proche-Orient (Adriatique, Grèce, Rhodes, Libam Syrie, Palestine) qui, du rêve initial (Lamartine désirait beaucoup se confronter à l’exotisme encore mystérieux de ces terres), tourna au drame, avec la mort de la fille de l’auteur, la petite Julia, en décembre 1832. Ce livre, qui contient des pages extraordinaires sur l’Orient vu par un romantique (beaucoup en ont parlé sans y être allés, comme Hugo), parut chez Gosselin, en 1835 (quatre volumes in-4°, ornés de cartes).

11-2-Lamartine3

1842 : ALFRED DE VIGNY à son cousin (inv. 670)

11-3-Vigny-0670-envoi

Alfred de Vigny (1797-1863), Théâtre complet, Paris, Charpentier, 1841, première édition collective et première in-12. Envoi autographe : « [A] Mr. G. de Nogerie, son ami et son parent, Alfred de Vigny / juin 1842».

La provenance : alors, celui-là, il m’aura donné du mal ! L’écriture de Vigny étant difficilement lisible, il m’aura déjà fallu du temps pour décrypter le patronyme du destinataire de cet envoi. Il s’agit en fait d’un petit-cousin de l’auteur, dont la grand-mère maternelle, épouse du marquis Didier de Baraudin (chef d’escadre dans la flotte royale), se nommait Jeanne Pernelle de Nogerie (1731-1797). Mais la piste s’arrête là… La famille de Nogerie semble d’une discrétion maladive et n’apparaît dans aucun nobiliaire ou armorial en ma possession… Du coup, s’agit-il d’un Guillaume, d’un Gérard ou d’un Gaston de Nogerie ? Aucune idée pour le moment : toute suggestion est la bienvenue sur ce parent mystère du grand Vigny !

L’œuvre : ce volume de la collection Charpentier contient, pour la première fois, l’intégralité des pièces de Vigny alors publiées, à savoir : Le More de Venise, Le Marchand de Venise, La Maréchale d’Ancre, Quitte pour la Peur et Chatterton.

1852 : EDMOND ET JULES DE GONCOURT à leur cousin (inv. 648)

11-4-Goncourt

Edmond et Jules de Goncourt (1822-1896 et 1830-1870), Salon de 1852, Paris, Michel Lévy frères, 1852, édition originale. Envoi autographe : « à notre cher cousin Alphonse de Courmont, E. et J. de Goncourt ».

La provenance : fils cadet de Jules Le Bas de Courmont (conseiller à la Cour des Comptes et châtelain de Croissy-Beaubourg) et de Nepthalie Lefebvre de Behaine (le modèle des Goncourt pour l’héroïne éponyme de leur Madame Gervaisais [1869]), Alphonse Le Bas de Courmont (1834-1880), qui devint également membre de la Cour des Comptes, fut sans doute, au départ, le cousin préféré des Goncourt, cité dans le Journal dès 1853. Ils partageaient d’ailleurs certains goûts, notamment des passions de collectionneurs : ils le décrivent ainsi, en octobre 1856, comme ayant « toute sa tête et tout son cœur est dans le rococo. Il m’a dit : « Je vais te dire une chose que je ne dis qu’à toi. Je me marierai et comme les femmes meurent plus tôt (…), j’hériterai de toutes les curiosités que je lui ai données » ». Ils dînaient et sortaient parfois ensemble (soirée du 30 janvier 1858). Mais, au fil du temps, les remarques se firent plus dures : « Alphonse a réglé et ordonnancé comme un budget de peuple toute sa vie. L’enterrement de son père est aligné et il a en tête la robe de chambre avec laquelle il entrera chez sa femme, à la nuit de noces. Il n’aime point son plaisir et il hait celui des autres. Le prochain n’existe pas pour lui. Son château n’a pas de billard, parce qu’il n’y joue pas ; il n’aurait pas de lieux, s’il ne digérait pas. Ce graçon de vingt-cinq ans a dans le cœur les soixante-dix ans de son père » (Croissy, juillet 1858). Fin 1858, les Goncourt se plaignirent du désintérêt de leur cousin pour leur prochain livre, Les Hommes de lettres. Les deux frères décrivirent ensuite ses tentatives de mariage, finalement couronnées de succès en 1865. Le cousin était dépeint comme un pur cynique, ayant déjà mangé en partie sa fortune et cherchant un beau parti comme on arrange une spéculation en bourse : « on a beau savoir la vie, on a froid dans le dos » (24 janvier 1859). Enfin, le 9 août 1860, la brouille était achevée : « il y a des gens comme notre cousin, dont toutes les idées sont bêtes, arriérées, des idées de vieillard, de bourgeois absurde, maniaque, des rengaines, des préjugés, des naïvetés… ». Fermez le ban !

L’œuvre : deuxième ouvrage des frères Goncourt à connaître l’impression, ce compte-rendu esthétique du Salon de peinture de 1852 (un exercice assez courant alors pour les jeunes auteurs) connut un tirage confidentiel, puisqu’il ne fut tiré qu’à 210 exemplaires, dont dix papiers forts (selon Clouzot). Un certain nombre d’exemplaires fut utilisé par les débutants pour des cadeaux à de proches parents, comme dans le cas présent.

1864 : ALEXANDRE DUMAS à son fils (inv. 1499)

11-5-Dumas

Alexandre Dumas père (1802-1870), billet autographe signé à Alexandre Dumas fils, s.l.n.d. [Naples, 1864 ?].

La provenance : né des relations du jeune Alexandre Dumas avec une voisine de palier, Alexandre Dumas fils (1824-1895) fut déclaré de père et mère inconnus, puis placé en pension. Son père ne le reconnut qu’en 1831 : le petit garçon avait alors sept ans. Toute sa vie, il devait conserver à l’égard de ce père flamboyant et génial un ressentiment profond, même s’il n’y eut jamais de rupture totale. L’œuvre de Dumas fils fut imprégnée par les questions liées à la famille éclatée, à l’abandon, aux enfants naturels, etc.

Le texte : « Ce n’est pas moi qui ai traité pour Olympe de Clèves, c’est toi. Douze des cent mille francs de prime. Si tu n’as pas touché les 500 f. des Mohicans, donne moi un bon pour les toucher. à toi, A. Dumas ».

Le contexte : Dumas avait passé en décembre 1859 un traité avec Raphaël Félix (frère de la tragédienne Rachel) pour l’exploitation dramatique de ses romans. C’est dans un billet envoyé de Turin le 18 février 1863 que Dumas père proposait à son fils de faire une pièce ensemble à partir du roman Olympe de Clèves (paru en 1852). Dans une lettre envoyée de Naples vers le 15 mars 1863, Dumas père évoquait une cession de certaines de ses œuvres pour des adaptations, à l’exception des Mohicans de Paris (parus en 1854-1855) : « Je dois sur les Mohicans 2500 frs. à mad. Procher. Par conséquent, les Mohicans ne peuvent entrer dans la cession ». Le 20 mars, nouvelle question dans une fin de courrier : « Lis donc Olympe de Clèves et dis moi si tu n’y vois pas un drame ». Finalement créée en 1864, en même temps que Les Mohicans de Paris, la pièce Olympe de Clèves appartient donc au dernier théâtre de Dumas, préoccupé alors d’ultimes adaptations romanesques (Joseph Balsamo, achevé par son fils) ou shakespeariennes (Roméo et Juliette). On connaît plus de 200 lettres ou billets de Dumas père à son fils, sur près de quarante ans (1832-1870). Comme c’est le cas de ce billet, un nombre important de ces courriers  « témoignent des pratiques des écrivains quant à leur survie économique, jamais assurée, et illustrent ce qu’on pourrait nommer la gloire de Dumas »[1]

 1866 : THEOPHILE GAUTIER à son fils (inv. 490)

11-6-Gautier

Théophile Gautier (1811-1872), Spirite, Paris, Charpentier, 1866, édition originale. Envoi autographe : « A Théophile Gautier fils // Théophile Gautier père ».

La provenance : surnommé « Toto » par son père, Théophile Gautier fils (1836-1904), fils unique de l’écrivain, était un enfant naturel, né des amours de Gautier avec la belle Eugénie Fort (à qui l’écrivain refusa le mariage, le regrettant ensuite). Gautier reconnut l’enfant et fut toute sa vie très proche de lui : dans les années 1850, il l’amèna même dans ses voyages en Russie. Chef du cabinet de la presse au Ministère de l’Intérieur (1868), puis sous-préfet, enfin secrétaire du puissant ministre Eugène Rouher, Théophile fils fut lui aussi écrivain, remplaçant parfois son père pour l’écriture de ses feuilletons hebdomadaires. Germaniste accompli, il livra des traductions réputées, notamment du Wilhelm Meister de Goethe (1861), mais surtout des Aventures du Baron de Münchausen (1857), qui parut dans une édition demeurée célèbre, illustrée par Gustave Dorée. Ayant eu des enfants de son mariage avec Elise Portal, il fut inhumé aux côtés de son père, au cimetière de Montmartre.

L’œuvre : écrite six ans avant la mort de Gautier, Spirite est la dernière de ses treize œuvres fantastiques. Comme dans d’autres récits ou nouvelles antérieures (La Cafetière [1831], Omphale, histoire rococo [1834], La Morte amoureuse [1836] ou Arria Marcella [1852]), on retrouve le thème de l’amour d’outre-tombe (le présent roman étant très imprégné des théories métaphysiques de Swendenborg).

DSC00661

Vers 1867 : ALPHONSE DAUDET à sa femme (inv. 1650)

11-7-Daudet-1650-reliure

Alphonse Daudet (1840-1897), Le Roman du Chaperon rouge, Paris, Michel Lévy, 1862, édition originale. Exemplaire de Julia Daudet, épouse de l’auteur, dans une reliure peinte à son chiffre (Gayler-Hirou).

La provenance : fille de commerçants aisés, Julie Allard (1844-1940) épousa Alphonse Daudet, jeune auteur encore inconnu, en 1867. Elle devint vite plus qu’une compagne : une collaboratrice à l’influence très importante sur l’écriture des principaux romans de Daudet. Ce dernier l’avouait volontiers : « Pas une page qu’elle n’ait revue ou retouchée ». Edmond de Goncourt connaissait d’ailleurs parfaitement son rôle et l’admirait beaucoup pour cela, notant dans son Journal dès sa première rencontre avec les Daudet : « La femme écrit et je la soupçonne d’être l’artiste du ménage » (5 juin 1874). De fait, elle publia sous son propre nom des Impressions de nature et d’art en 1879, puis deux romans, L’Enfance d’une Parisienne et Enfants et mères en 1892. Après son mariage, Julia confia au relieur parisien Gayler-Hirou (spécialiste des décors encrés sur vélin, également employés par Barbey d’Aurevilly ou Banville pour des livres de leur bibliothèque) les ouvrages de son époux, les titres antérieurs à leur mariage étant sans envoi. Le présent volume (passé par la collection Etienne Cluzel) rentre ainsi dans une prestigieuse série dont le collectionneur Philippe Zoummeroff a sans doute réuni l’ensemble le plus impressionnant. Le catalogue de sa vente de 1999 présentait ainsi, de même provenance et dans le même type de reliure : Les Amoureuses et La Double Conversion (n° 375, textes précoces sans envoi), L’Evangéliste (n° 383, envoi), Les Rois en exil (n° 418, envoi), Rose et Ninette (n° 425, sans envoi), et Le Trésor d’Arlatan (n° 439, envoi)[4].

L’œuvre : troisième ouvrage publié par Alphonse Daudet, ce recueil de six saynètes comprenait : « Le Roman du Chaperon rouge », « Les Ames du Paradis », « L’Amour-Trompette », « Les huit Pendues de Barbe-Bleue », « Un concours pour Charenton » et « Les Rossignols du cimetière ». Histoire loufoque, l’œuvre-titre présente un petit Chaperon rouge assez déluré, ayant déjà lu sa propre histoire et n’en faisant qu’à sa tête, prodiguant des conseils décalés à un fou et à un écrivain perdus dans la fôret… Paru sans tirage de tête sur grand papier, ce volume a été vite considéré comme « rarissime, disent les catalogues, comme le « Roman du Chaperon rouge », que Daudet publiait chez Michel Lévy (1862) en le faisant imprimer chez Poupart Davyl » (Jules Claretie, Alphonse Daudet, 1883).

1874 : ALPHONSE DAUDET à ses oncle et tante par alliance (inv. 1652)

11-8-Daudet-1652-envoi

Alphonse Daudet (1840-1897), Robert Helmont – Etudes et paysages, Paris, Dentu, 1874, édition originale. Envoi autographe : « offert à mes amis Paul et Cécile Navoit, leur Grand Neveu Alph. Daudet ».

La provenance : fils de Jacques Navoit (1793-1866, industriel enrichi ayant acheté le château de Vigneux, village dont il était aussi le maire), Paul Navoit était l’oncle maternel de Julia Allard, l’épouse d’Alphonse Daudet. Ce dernier a toujours entretenu d’excellentes relations avec tous les membres de sa belle-famille (dans les premiers temps de leur mariage, le jeune couple passa ses vancaces dans le château de Vigneux). Paul Navoit exerçait comme commissaire-priseur à Paris dans les années 1860 et semble être décédé dans les années 1870. Son épouse et lui reçurent plusieurs livres dédicacés par Alphonse Daudet et parfois Julia, comme le prouvent deux autres livres en ma possession, revêtus du même type de reliures en demi-chagrin bronze[6].

L’œuvre : inspiré à Daudet par sa propre expérience pendant la Commune, le court roman Robert Helmont met en scène le personnage éponyme durant les cinq mois de la guerre franco-prussienne. S’étant cassé la jambe au début du conflit, il reste bloqué dans un vieux domaine de la forêt de Sénart, non loin de Paris, où il va vivre divers aventures, sur fond d’occupation militaire et de guérilla. Diverses nouvelles, en bonne partie inédites, accompagnaient ce récit.

1876 : FRANCOIS COPPÉE à sa maîtresse (inv. 1880)

11-9-Coppée-1880-envoi

François Coppée (1842-1908), Le Luthier de Crémone, manuscrit autographe signée, Milan, mars 1876. Envoi autographe : « A Eugénie Doche, ce manuscrit autographe est offert par son ami dévoué, François Coppée ».

La provenance : François Coppée avait rencontré la grande actrice Eugénie Doche (1823-1900), créatrice du rôle de la Dame aux Camélias (« quand une artiste a ce talent, elle devient une collaboratrice », avait affirmé Dumas fils) dès ses débuts littéraires et leur liaison avait beaucoup fait jaser, notamment en raison de leur différence d’âge (Goncourt parlant méchamment le 25 janvier 1876 de « l’accouplement d’un squelette avec un fœtus moisi »). Leur amour se changea en une amitié qui dura jusqu’à la mort d’Eugénie Doche. Coppée lui offrit toutes ses œuvres, dédicacées au fur et à mesure de sa carrière, ainsi que toute une série de manuscrits (pièces ou poèmes épars) qu’elle faisait relier de manière uniforme par Pierson, en vélin blanc avec titrage aux encres de couleur.

L’œuvre : issu d’un milieu modeste, François Coppée fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue intimistes, du monde des humbles : rencontrant un grand succès avec ses recueils et ses pièces, il devint archiviste de la Comédie-Française en 1878, puis fut élu à l’Académie française en 1884. Le Luthier de Crémone raconte l’amour malheureux d’un apprenti-luthier de génie, mais bossu, pour la fille de son patron. Bien qu’ayant gagné le concours qui devait le marier à la jeune fille, il décide, par esprit de sacrifice, de laisser la place à son rival. Ecrit à Milan en mars 1876, ce manuscrit est donc antérieur de deux mois à la première représentation de la pièce, donnée à la Comédie-Française le 23 mai 1876. Ayant reçu un accueil triomphal (selon un télégramme à Eugénie Doche : « Première hier. Hurlement. Très grand succès. Ecrirai détails. Amitiés »), la pièce fut imprimée peu après par Lemerre (tirage de tête : 12 Chine et 6 Whatman).

1876 : PIERRE LOTI à sa mère (inv. 1973)

11-10-Loti111-10-Loti211-10-Loti311-10-Loti4

Pierre Loti (Julien Viaud, dit…) (1850-1923), lettre autographe signée à sa mère Nadine Texier-Viaud, Constantinople, 14 septembre [1876], 4 pp. enveloppe conservée.

La provenance : épouse de Théodore Viaud, Nadine Texier-Viaud († 1896) avait déjà des grands enfants de dix-neuf et quatorze ans, lorsque le petit Julien vint au monde en 1850. Elle éleva son fils au domicile familial, assurant son instruction jusqu’à ses douze ans (après quoi il entra au lycée de Rochefort) : les liens fils-mère étaient donc très étroits.

Le texte : « Constantinople 14 sep[tem]bre. Une paire de gants de Suède, s.v.p. à deux boutons, 6 3/4 de femme. Mère aimée, Voici l’adresse que vous devrez mettre sur ma caisse ; vous paierez le port seulement jusqu’à Marseille (à domicile). La compagnie Fraissinet se chargera du reste ; vous leur écrirez un mot en même temps en donnant votre adresse, pour qu’ils puissent vous accuser réception de la caisse. (…) ». Il demande l’envoi de quelques vêtements : cravates, chemises, galons, en fournissant des demandes précises (dimensions, matière). Il demande aussi à sa mère de trouver « sur mon bureau un certain petit cahier cartonné, vous me l’enverrez aussi avec les papiers qu’il contient ; vous le reconnaitrez en le lisant ; c’est une espèce de dictionnaire tahitien manuscrit ». Il explique avoir besoin d’argent, suite à la perte de son portefeuille durant une randonnée à cheval. « Nous allons partir bientôt sans doute pour remonter le Danube ; ce sera un voyage de 3 semaines ; ne vous inquiltez pas du retard que mes lettres pourraient avoir ». Il termine sur un post-scriptum expliquait devoir verser 4 francs pour des « produits photographiques consomnés à l’école [de gymnastique de Joinville] ».

Le contexte : le 1er août 1876, affecté sur le navire Le Gladiateur, l’enseigne de vaisseau Julien Viaud arrive à Constantinople. En novembre, il s’installe dans le quartier Eyoub, sous le nom de Arif-Effendi ; deux mois plus tard, il débute une liaison passionnée avec une odalisque nommée Hadidjé, future héroïne de son premier roman Aziyadé (1879) qui fera découvrir positivement la culture turque en France. Relevons que le cahier de tahitien renvoit au séjour de deux mois de Loti dans les îles du Pacifique en 1872, durant lequel il gagnera le surnom de « Loti » (laurier-rose) dont il fera son pseudonyme et qui donnera la matière des romans Rarahu (1880) et Le Mariage de Loti (1882).

11-10-Loti5

1878 : THEODORE DE BANVILLE à son cousin (inv. 1023)

11-11-Banville

Théodore de Banville (1823-1891), Poésies complètes II, Paris, Charpentier, 1878. Envoi autographe : « A Léon de Banville / Avec ma plus chère affection / Son cousin / Théodore de Banville ».

La provenance : il faudrait en fait parler de petit-cousin, car ce Léon Faullain de Banville, fils d’Alfred de Banville (ingénieur civil), était le petit-fils d’un autre Léon, notaire de son état et oncle paternel du poète[7]. Il devait encore être enfant lorsqu’il reçut cet exemplaire. Il figurait dans le cortège lors de l’enterrement de l’auteur en 1891. Marié à Paris à une jeune Américaine (Miss Helene Nono) en janvier 1894, il mena une carrière d’industriel, comme administrateur et directeur de la « Société anonyme d’éclairage électrique départemental » à Moulins.

L’œuvre : surnommé « le poète du bonheur », Banville, auteur notamment des Odes funambulesques (1857), est l’un des poètes majeurs du XIXe siècle français. Ami de Hugo, Gautier et Baudelaire, découvreur de Rimbaud, il fut le trait d’union entre le Romantisme et le Parnasse, dont il fut l’un des principaux initiateurs. Cette « édition définitive » de ses poésies comprenait certains de ses plus célèbres recueils : Les Exilés, Odelettes, Améthystes, Rimes dorées, Rondels, Les Princesses et Trente-six ballades joyeuses.

A suivre, la semaine prochaine, dans la seconde partie de cet article : les relations familiales compliquées et souvent scabreuses d’Heredia, de ses filles et de ses gendres ; la parentèle emparticulée de Gide ; la triste histoire de Suzanne France, fille d’Anatole ; Barbusse et sa marraine (de guerre, bien entendu) ; etc.

Notes :

[1] Xavier de La Fournière, Lamartine, Paris, Perrin, 1990 (notamment pp. 249-256 et 284-311).

[2] Catalogue de la vente de la bibliothèque Philippe Zoummeroff et du château de Saint-Point Lamartin, Etude Piasa, Paris, Drouot, 20 avril 2005, pp. 73 à 82.

[3] Correspondance d’Alphonse de Lamartine (1830-1867), tome IV : 1842-1846, textes réunis, classés et annotés par Christian Croisille, Paris, éd. Champion, 2001.

[4] Etude Piasa, Bibliothèque Philippe Zoummeroff, Paris, Drouot, 28-29 avril 1999.

[5] Claude Schopp, introduction à Alexandre Dumas père, Lettres à mon fils, Paris, Mercure de France, 2008 (édition commentée des 200 courriers retrouvées de Dumas père à son fils).

[6] Lettres à un absent (Paris, Lemerre, 1871, EO, avec envoi : « A nos chers amis Paul & Cécile, Alphonse et Julia ») ; L’Evangéliste (Paris, Dentu, 1883, EO, avec envoi : « A notre chère tante Paul Navoit, Alphonse Daudet »).

[7] Sur les proches du poète, voir Raymond Lacroix, Théodore de Banville : une famille pour un poète – Biographie originale, historique et documentaire, Moulins, Imprimerie Potier, 1990.

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (5) : UN LIVRE POUR DEUX FRERES

UN LIVRE POUR DEUX FRERES

L’EXEMPLAIRE ARNAULD

DE L’EDITION ORIGINALE DES PENSEES DE PASCAL

(1670)

 800px-Blaise_Pascal_Versailles

             Monument de la littérature classique française, œuvre philosophique majeure, les Pensées de Pascal sont, depuis toujours, un ouvrage particulièrement recherché des bibliophiles, un de ces quelques titres mythiques que tout collectionneur rêve, tôt ou tard, de posséder. Dans mon cas, cela s’est accompagné d’une de ces belles histoires bibliophiliques, le coup de chance et la découverte d’un « merle blanc », comme en rêve chaque collectionneur.

             Revenons en arrière d’une douzaine d’années. En février 2003, en pleine préparation de l’agrég’, j’épluche quand même régulièrement les premiers sites de librairies en ligne. Parcourant la longue liste proposée par un bouquiniste nouvellement établi dans le Sud-Ouest, je tombe sur une laconique notice : « Pascal, Pensées, Paris, 1670. Veau d’époque. Inscriptions manuscrites » (sic). Le prix étant modique (vraiment très modique) et conforme à mes moyens estudiantins (autrement dit encore gérable dans mon perpétuel découvert bancaire), je pose une sorte de « pari pascalien » : si c’est une édition originale, tant mieux ; si ce volume ne l’est pas, j’aurai toujours une contrefaçon dans l’année de l’originale. Deux semaines plus tard, le volume arrive et c’est le jackpot : non seulement le volume est bien l’édition originale, avec tous ses critères, mais la découverte des « inscriptions manuscrites » me donne un coup au cœur… Vous allez comprendre pourquoi…

I. La question bibliographique de l’édition originale :

             Mais revenons tout d’abord sur la question de l’édition originale des Pensées, un dossier de longue haleine. Les bibliographes de la fin du XIXe siècle, et tout spécialement Jules Le Petit, ont éclairci les derniers mystères qui entouraient la question de la véritable « originale », en corrigeant l’erreur, reprise par Jacques-Charles Brunet dans son fameux Manuel du libraire et de l’amateur de livres anciens, qui faisait de l’édition de 334 pages la première parue. Il est depuis établi que la véritable première édition fut bien celle de 365 pages, précédées de XLI feuillets préliminaires non chiffrées (comprenant le titre et un feuillet pour le privilège et les errata), avec dix feuillets non chiffrés de table[1].

             Par ailleurs, Le Petit avait été l’un des premiers à signaler la découverte stupéfiante réalisée par un certain M. Salacroux, dans les années 1860. Ce « chineur » avait en effet découvert, coincé parmi les volumes d’une boîte de bouquiniste des quais de Seine, un exemplaire très étrange des Pensées qui présentait la date « M. DC. LXIX » sur sa page de titre et qui était dépourvu des feuillets préliminaires contenant les approbations ecclésiastiques. L’hypothèse en général avancée est que cet exemplaire faisait partie d’un pré-tirage, en nombre très restreint, destiné aux proches de Pascal, ainsi qu’aux censeurs et aux familiers de l’archevêque de Paris, Hardouin de Pérefixe. Ce volume, alors considéré comme un unicum, fut vendu 100 francs-or à la Bibliothèque Impériale et fait aujourd’hui partie des collections de la Bibliothèque nationale de France, sous la cote Rés. D-21374. Un second exemplaire a depuis lors fait surface.

Pensées de 1669

II. L’édition originale et quelques rares exemplaires de provenances prestigieuses :

             Bien avant ces recherches bibliographiques sur des « questions obscures et délicates » (pour reprendre les termes de Gustave Brunet), cette première édition avait figuré, preuve de sa bonne réception, dans de nombreuses grandes bibliothèques de l’époque. Quelques lecteurs contemporains fortunés n’avaient d’ailleurs pas hésité à faire recouvrir leur exemplaire d’un riche maroquin (ces exemplaires de luxe restant toutefois d’une grande rareté)[2]. La Bibliothèque municipale de Clermont-Ferrand possède ainsi, relié en maroquin rouge de l’époque, l’exemplaire au chiffre d’Armand-Charles de La Porte, duc de La Meilleraye et de Rethelois-Mazarin, époux d’Hortense Mancini, une des nièces de Mazarin. Une lettre autographe de cette dernière a d’ailleurs été rajoutée au volume[3].

Pensées aux armes 1

   –

          Manuscrits ou sous forme de vignettes gravées, les ex-libris qui ornent encore les gardes de certains exemplaires de l’édition originale des Pensées, sont tout autant de preuves matérielles permettant l’identification de ces propriétaires originels. Par ce biais, quelques exemplaires, rendus exceptionnels par l’identité de leurs premiers possesseurs, ont été peu à peu reconnus et recensés par les chercheurs et bibliographes. Le plus célèbre est sans doute l’exemplaire personnel de Pierre-Daniel Huet, l’érudit évêque d’Avranches. Découvert au milieu du XIXe siècle par le fameux collectionneur Rochebilière, le volume figura à sa vente, en 1882, sous le numéro 119[4]. Muni de l’ex-libris gravé du prélat, dont les armes ont également été frappées à chaud sur les plats, l’exemplaire comporte de très nombreuses notes marginales de la main de Huet, fruits de sa lecture attentive et critique de l’œuvre. Sur les dernières gardes, entre autres observations, l’évêque indiqua d’ailleurs assez sévèrement : « Dans tout cet ouvrage, il n’y presque rien de nouveau que l’expression, le tour et la disposition »… Ce volume, particulièrement précieux, fut acquis par la Bibliothèque nationale où il est aujourd’hui conservé dans la réserve des livres rares, sous la cote D-21375.

             D’autres volumes furent propriété de personnes plus impliqués dans le jansénisme et, à ce titre, plus proches de Pascal. La Bibliothèque municipale de Clermont-Ferrand possède ainsi un exemplaire présentant un ex-dono manuscrit signé Périer (soit Florin Périer, soit l’abbé Louis Périer, le propre neveu de Pascal, qui se chargea d’ailleurs de collecter et de mettre en forme les notes éparses de son oncle, pour former l’œuvre ensuite publiée sous le titre de Pensées de M. Pascal sur la religion et quelques autres sujets)[5]. Autre propriétaire étroitement lié à Pascal : le précepteur des deux plus jeunes neveux de l’auteur, Rebergues, dont la signature a été retrouvée sur un autre exemplaire de l’édition originale des Pensées[6].

III. Une provenance exceptionnelle : les Pensées des frères Arnauld

             Revenons-en à présent à l’exemplaire qui arriva entre mes mains en février 2003. Doté de bonnes marges (159 x 90 mm) et revêtu d’un très traditionnel veau d’époque (dos à cinq nerfs orné de fleurons dorés, tranches mouchetées rouges), le volume présentait deux ex-libris manuscrits, l’un directement sur le titre, l’autre sur le contre-plat inférieur. Et nul besoin d’être un expert de l’histoire du jansénisme français pour connaître le nom de la famille Arnauld…

Ex-libris Arnauld (page de titre)

             Au bas de la page de titre s’affichait en effet la signature « Arnauld », clairement identifiable comme étant celle d’Antoine Arnauld (1612-1694), le « Grand Arnauld », autrement dit le maître à penser du jansénisme en France, mais aussi de Pascal lui-même. Au-delà de son activité de théologien (qui lui valut les foudres de Louis XIV et l’exil), de logicien et de penseur de la philosophie du langage (on lui doit, entre autres, une Grammaire générale et raisonnée en 1660 et sa fameuse Logique de port-Royal en 1662), Arnauld fut un des plus proches amis de Pascal, mais aussi son confesseur et son directeur de conscience. C’est d’ailleurs sous son inspiration que Pascal entreprit la rédaction de ses Lettres provinciales en 1656, au moment de l’exclusion d’Arnauld de la Sorbonne. Malgré la brouille qui les éloigna en 1661, un an avant la mort de Pascal (ce dernier estimait trop tiède la réaction d’Arnauld face aux persécutions royales), on retrouve Arnauld au nombre des penseurs chargés de l’examen et de la publication posthume des notes de Pascal, en 1668-1669 : à ce titre, il est l’un des pères de la première édition des Pensées publiée en 1670.

Signatures frères Arnauld

Le « Grand Arnauld » avait, en général, l’habitude de faire figurer son nom complet sur ses livres, du moins les in-folios ou les in-quartos : c’est sans doute le manque de place qui l’empêcha de le faire dans le cas présent, comme pour l’autre volume in-12 figurant dans ma collection. Identique à une signature apposée sur un document de 1677 (reproduit ci-dessus), cet ex-libris a été clairement identifié par les prof. Jean Mesnard (Sorbonne) et Dominique Descotes (Université de Clermont-Ferrand), autorités en ce qui concerne Pascal et Port-Royal.

Ex-libris Arnauld (contre-garde)

             La découverte du second ex-libris manuscrit, au contre-plat, fut l’occasion d’un autre coup au cœur. Cette fois-ci, c’est la signature du propre frère aîné du « Grand Arnauld » qui s’étalait : Robert Arnauld d’Andilly (1589-1674). Homme de cour, il s’était retiré en 1646 à Port-Royal, où sa fille Angélique était déjà religieuse. Il y mena une vie retirée, se consacrant à l’écriture : il publia notamment une traduction des Vies des Pères du Désert, mais écrivit aussi un Journal et des Mémoires. La place de son ex-libris, à la fin du volume, est inhabituelle et peut surprendre, mais il semble qu’inscrire son nom aux dernières pages de ses livres ait été une habitude d’Arnauld d’Andilly.

Ex-libris Arnauld (BNF)

En effet, les deux volumes de la Bibliothèque nationale de France qui comportent sa signature présentent la même particularité, comme cette dernière page, reproduite ci-dessus, de la table du De la Vida del picaro Guzman de Alfarache, roman de Mateo Aleman imprimé à Burgos en 1619, et ayant fait partie de la bibliothèque d’Arnauld d’Andilly[7]. Malheureusement, il n’existe aucune mention des Pensées et, à plus forte raison, de son propre exemplaire, dans les œuvres ou la correspondance d’Arnauld d’Andilly…

frères Arnauld

                    Cet exemplaire exceptionnel de l’édition originale des Pensées appartint donc à la fois à la bibliothèque du « Grand Arnauld » et à celle de son frère aîné, Robert Arnauld d’Andilly : un livre pour deux frères. Mais dans quel ordre et quelles circonstances ? Essayons de mener l’enquête. Robert Arnauld d’Andilly meurt en 1674, et son frère ne reprend le chemin de l’exil (dans les Flandres, puis aux Pays-Bas) qu’en 1679. Antoine Arnauld  doit donc avoir reçu ce volume dans la succession de son frère, puis l’avoir abandonné en France cinq ans plus tard, lors de son départ précipité et définitif. Cela coïncide d’ailleurs avec les quelques éléments connus sur le sort de la bibliothèque du Grand Arnauld. En effet, à la différence de certains des autres «Messieurs » forcés à l’exil, Antoine Arnauld n’emporta pas même une partie de sa bibliothèque dans son voyage : peut-être par choix (comment pouvait-il supposer que son départ serait en fait définitif ?), mais sans doute également contraint par les circonstances, il laissa l’intégralité de ses livres sous la garde d’un certain M. Hamelin, un dépôt qui devait, au début, être envisagé comme temporaire. Mais, au bout de quelques années, ce fidèle finit par se trouver embarassé par tous ces volumes, ce que révèle une lettre d’Arnauld à Mme de Fontpertuis, en date du 4 avril 1688 : « On m’a mandé diverses fois que M. Hamelin se plaint qu’on lui laisse si longtemps mes livres (…) ». Et, pour résoudre cette situation, Arnauld fut finalement forcé d’envisager la division de sa bibliothèque en plusieurs lots confiés à ses amis : « J’ai donc pensé de les partager à trois ou quatre (…) »[8]. On ne sait toutefois si ce projet fut effectivement réalisé. Quoiqu’il en soit, l’exil d’Arnauld n’empêchait pas ses livres de servir régulièrement, compulsés, voire empruntés par nombre de ses proches. Et, comme toujours dans semblable situation, certains volumes emportés ne revinrent jamais à leur emplacement initial ! On signale ainsi, dès cette époque, des livres d’Arnauld chez Cl. de Sainte-Marthe ou chez les Périer[9]. Arnauld n’ignorait d’ailleurs pas le fait, puisque, dans la même lettre à Mme de Fontpertuis, il évoquait avec quelque amertume ces « emprunts » indélicats : « C’a été un peu la faute de M. Thomas [Pierre Thomas du Fossé, mort en 1698, qui avait par ailleurs reçu par testament la propriété en usufruit de la bibliothèque d’Isaac-Louis Le Maistre de Sacy en 1684] qui n’eust pas le soin de fermer les tablettes à la clef »… Ce volume des  Pensées passa donc sans doute par l’une ou l’autre de ces bibliothèques, sans que l’on puisse malheureusement dire laquelle, en l’absence de tout autre ex-libris contemporain.

              Qu’advint-il ensuite du volume au XVIIIe siècle ? Là encore, absence d’indices qui puisse nous le faire découvrir. On ne peut relocaliser le volume que vers le début du siècle suivant, à Uzès : il comporte en effet, collé en haut du premier contre-plat (et par-dessus une indication manuscrite de prix, semble-t-il), une vignette ex-libris au nom d’un certain F. Larnac, habitant de cette ville. Par sa typographie et son style, cet ex-libris gravé semble dater du début du XIXe siècle. Le livre ne comporte malheureusement plus d’autres marques de propriété, empêchant d’en retracer plus précisément le cheminement jusqu’à notre époque. Néanmoins, les quelques renseignements obtenus auprès du libraire au moment de son achat laissent penser qu’il resta dans les Cévennes jusqu’au début du XXIe siècle, oublié au sein d’une vieille bibliothèque familiale.

PS : le présent billet est en grande partie repris de mon article « Un livre pour deux frères : l’exemplaire Arnauld de l’édition originale des Pensées de Pascal », publié en mars 2005 dans la revue Courrier du Centre international Blaise Pascal (n° 26). Depuis lors, j’ai pu acquérir un autre exemplaire présentant cette double provenance, avec les mêmes ex-libris manuscrits aux mêmes positions : une édition des Lettres de feu M. de Balzac, à M. Conrart (Paris, Augustin Courbé, 1659, petit in-12). Nul doute que d’autres volumes puissent être retrouvés !


[1] Voir : Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres anciens, Paris, 1860, tome IV, col. 398 ; Gustave Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de lirves anciensSuppléments (1878), tome II, col. 167-169 ; Jules Le Petit, Bibliographie des principales éditions originales d’écrivains français du XVe siècle au XVIIIe siècle, Paris, 1885, pages 207-213.

[2] L’un de ces exemplaires, réglé et relié en plein maroquin rouge d’époque avec décor à la Du Seuil, est passé en vente en 1987, à Paris. Le texte était réglé, laissant penser à un volume de dédicace. Le volume avait appartenu, au XVIIIe siècle, à la bibliothèque du cardinal de Rohan qui y apposa son ex-libris gravé (voir catalogue Cinquante livres et autographes précieux provenant du cabinet d’un amateur, étude Ader-Picard-Tajan, 4 décembre 1987, hôtel Drouot, Paris). D’autres exemplaires en semblable reliure sont passés plus récemment sur le marché. Tout d’abord, un autre exemplaire, en plein maroquin rouge de l’époque avec décor à la Du Seuil, qui a suscité un prix record lors de la vente de la collection Ritman, chez Sotheby’s, à Londres (vente du 5 décembre 2001, n°117) : cet exemplaire avait auparavant appartenu à la collection Jacques Guérin, dispersée à Paris le 29 mars 1984. Et, tout dernièrement, la librairie Sourget, de Reims, proposait, dans son catalogue XXVI (printemps 2003), un exemplaire du premier tirage de la deuxième édition des Pensées en maroquin rouge à la Du Seuil (n°85), ainsi qu’un rare exemplaire de l’édition elzévirienne de 1677 relié en maroquin rouge aux armes et aux monogrammes couronnés du premier propriétaire, identifié comme le père Allard Le Roy, auteur d’un Compendium vitae B. Francisci de Borgia (n°89).

[3] Aujourd’hui conservé à la Bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand (Réserve, R-5596). Dans le courant du XXème siècle, et jusqu’à sa vente en 1990, il avait appartenu à la fameuse bibliothèque littéraire du marquis du Bourg de Bozas Chaix d’Est-Ange (vente des 27 et 28 juin 1990, Drouot-Montaigne).

[4] A. Claudin, Catalogue de la bibliothèque de M. Rochebilière, librairie Claudin, Paris, 1892, page 44 : « In-12 ; v. br. (…) Ce savant prélat a enrichi ce volume de réflexions et de jugements qu’il a écrits dans les marges. Ces annotations critiques sont inédites et rendent ce volume véritablement précieux. Le dernier feuillet de garde contient également des notes autographes de Huet. Hauteur des marges : 158 mm. [ce qui en fait l’exemplaire le plus grand de marges de tous ceux appartenant à la collection Rochebilière] ».

[5] Bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand, Réserve, R-5612.

[6] Communication du prof. Jean Mesnard (octobre 2003).

[7] Bibliothèque nationale de France, Rés.-Y2-876. Renseignement et photographie aimablement transmis par M. Jean-Marc Chatelain, alors conservateur à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France.

[8] Dans Œuvres de M. A. Arnauld, Paris-Lausanne, 1775, tome III, page 187. Cité par Odette Barenne, Une grande bibliothèque de Port-Royal – Inventaire inédit de la bibliothèque de Isaac-Louis Le Maistre de Savy (7 avril 1684), Etudes Augustiniennes, Paris, 1985, page 13, note 11.

[9] Voir E. Jacques, Les années d’exil d’Antoine Arnauld, Louvain, 1976, page 434, note 85.

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (3) : ECRIRE ET RIRE, CONTRE LA GUERRE ET LE MALHEUR

ECRIRE ET RIRE, CONTRE LA GUERRE ET LE MALHEUR

0001-titre

J’avais déjà choisi ce très curieux texte de la Renaissance et écrit cette chronique quand les événements de vendredi sont survenus… A la lumière de ce drame, ce rarissime petit poème prend une coloration particulière et nous montre comment des poètes français, provençaux en l’occurrence, ont fait du rire et de la dérision une arme de représaille après que leur province a été entièrement ravagée par la guerre et son cortège de malheur. Chapeau bas et hommage à l’auteur de cette Historia bravissima Caroli Quinti imperatoris de 1536 [cat. ND n° 1], qui nous montre comment on a déjà su résister à la violence barbare : par l’écriture et le rire.

Revenons d’abord sur les circonstances d’inspiration de ce poème. La guerre entre la France de François Ier et le Saint-Empire de Charles Quint s’était rallumée au début de l’année 1536. A l’invasion du duché de Savoie par les troupes françaises, l’empereur avait répondu par une attaque de la Provence : le 25 juillet, après avoir franchi le col de Tende, l’empereur s’abattait sur l’arrière-pays de Nice et le Var avec 50’000 hommes, ravageant la Provence. Quelques jours plus tard, il mettait le siège devant Marseille. Pour affamer l’agresseur, le connétable Anne de Montmorency fut contraint de pratiquer la politique de la terre brûlée durant tout l’été. Enfin, le 11 septembre, les Impériaux durent se replier et quitter la Midi sans avoir livré la moindre bataille. Mais la Provence mit plusieurs années à panser ses plaies…

Cette période resta connue en Provence sous le nom d’ « An du Dégât » (c’est dire !), mais elle suscita paradoxalement la verve des poètes comiques méridionaux. Ces derniers étaient adeptes du macaronisme, un genre littéraire venu d’Italie et recouvrant des poésies composées dans des langues inventées, formées de mots de français combinés avec une syntaxe et des terminaisons latines fantaisites. La principale intervention fut celle d’un juge de Saint-Rémy-de-Provence, Antoine de Arena (v. 1508 – apr. 1563), qui fit paraître en Avignon dès 1537 une Meygra Entrepriza catoliqui imperatoris quando de anno Domini mille CCCCC XXXVI veniebat per Provensam, bene corrossatus, impostam prendere Fransam cum villis de Provensa, propter grossas et menutas gentes rejohire. Au même moment, un avocat de Forcalquier, Jean Germain, procurait lui aussi (mais en antidatant le livre au millésime de 1536) un poème macaronique sur le sujet, intitulé Historia bravissima Caroli Quinti, imperatoris à Provincialibus Paysanis triumphanter fugati & desbifati. Quæque in Provincia illo existente novissime gesta fuere Macaronico carmine…. L’œuvre tournait bien entendu l’équipée guerrière de Charles Quint en dérision, dans un latin de cuisine parfaitement lisible, tenant davantage du français déguisé.

Souvent cité de seconde main par les sources anciennes, ce poème a longtemps été confondue par les bibliographes avec celui d’Arena (bien que Du Verdier et Naudé en aient eu connaissance, ainsi que le père Lelong). Charles Nodier avait réussi à se procurer ce qu’on pensait être deux éditions différentes d’un même texte et, les confrontant, découvrir leur vraie nature : « la découverte fut bientôt faite, et il faut convenir qu’elle n’était pas difficile, mais elle me parut fort douce. J’avais deux poètes macaroniques au lieu d’un ». Les bibliographes des XVIIe et XVIIIe siècles s’étaient montrés assez durs sur la qualité de ces macaronées, mais Nodier remit en cause ces jugements, mettant en avant l’intérêt du poème comme source historique au minimum et appelant de ses vœux « une bonne édition critique ». Celle-ci devait voir le jour en 1866, tirée à seulement 100 exemplaires [cat. ND n° 218 : exemplaire n°88, relié en demi-veau de l’époque]. Le poème a par ailleurs fait l’objet d’une édition critique moderne et de plusieurs études par les spécialistes de la poésie macaronique.

Mais, outre l’intérêt enfin reconnu du texte, nous parlons aussi de bibliophilie. Et Nodier d’écrire dans son catalogue : « on ne considère pas ici les livres sous le rapport de leur mérite littéraire. Ce qu’il y a de certain, c’est que le poème macaronique de 1536 est aussi rare que le poème macaronique de 1537, qui est l’un des livres les plus rares de notre littérature ». Et il avait bien raison, le père Nodier ! D’après mes recherches, confirmées par mon ami Jean-Marc Chatelain (directeur de la Réserve de la Bibliothèque nationale de France), il ne semble exister que trois autres exemplaires de ce poème, outre le présent exemplaire (de provenance Landau) :

1/ celui possédé et décrit jadis par Nodier (en maroquin rouge de Koelher, passé ensuite chez Borluut, Nicolas Yemeniz, enfin bibliothèque Paul Arbaud à Aix-en-Provence, où il se trouve toujours) ;

2/ celui de la collection MacCarthy (qui se confond peut-être avec le premier ?) ;

3/ celui conservé à la Bibliothèque nationale de France (Rés. P-YC-97, déjà présent en 1866).

A noter enfin que j’ai aussi vu passer en vente à Bruxelles, en 2008, un exemplaire portant l’adresse de l’imprimeur lyonnais « J. Modernus », avec la même date.

Description : Jean Germain, Historia bravissima Caroli Quinti, imperatoris…, s.l. [Lyon], chez François Juste, 1536. Mince petit in-8°, de [18] ff., à caractères ronds. Reliure de veau fauve glacé, dos lisse avec caissons et fleurons dorés, pièce de titre sur maroquin rouge avec titre doré en long, triple filet doré en encadrement des plats, filet doré sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées (reliure du milieu du XVIIIe siècle).

Provenance : baron Horace de Landau (1824-1903, ancien banquier chez les Rothschild, grand bibliophile habitant un palais de Florence) (ex-libris gravé à monogramme couronné, avec la cote « 3820 » au composteur ; Catalogue des livres manuscrits et imprimés de M. Horace de Landau, Florence, 1885, tome I, p. 214, qualifié d’ « opuscule fort rare » ; pas dans les catalogues de vente de la bibliothèque en 1948-1949).

 0001-reliure0001-ex-libris

Bibliographie : Charles Nodier, Description d’une jolie collection de livres (1844, pp. 117-119, n° 277) ; Brunet, Manuel du libraire (1860, tome II, col. 1553-1554) ; Macaronee provenzali, ed. critica a cura di Fausta Garavini e Lucia Lazzerini (Milan, R. Ricciardi, 1984).