Archives par mot-clé : Envoi autographe

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (49) : DEUX FRÈRES EN « CONNOISSEURSHIP »

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (49) 

DEUX FRÈRES EN « CONNOISSEURSHIP »

A Frédéric Elsig,
un maître du « connoisseurship »

« Pourquoi n’écrirait-on pas les mémoires des choses
au milieu desquelles s’est écoulée une existence d’homme ? »
Edmond de Goncourt, préface à La Maison d’un artiste

Si leur nom demeure aujourd’hui surtout associé au prestigieux prix fondé par leur legs et à leur Journal, extraordinaire fresque du Paris de la seconde moitié du XIXe siècle, les deux frères Edmond (1822-1896) et Jules (1830-1870) de Goncourt (parfois surnommés « Juledmond » tellement leur symbiose était grande) ont certes été des figures littéraires incontournables de leur époque, mais aussi des amateurs, critiques et collectionneurs d’art forcenés[1]. Autant qu’écrivains, ils étaient devenus historiens de l’art et des lettres, « antiquaires » accumulant des « jolités » (pour reprendre leur néologisme) par passion du beau. Leurs collections s’initièrent dès l’adolescence (vers 1838) et évoluèrent au fil du temps, avec des incursions dans de nouveaux domaines (sans renier les anciens) : à l’art du XVIIIe siècle (principalement peintures et dessins) dont ils contribueront à la redécouverte par leurs nombreuses études et publications, ils ajoutèrent à partir des années 1860 les arts asiatiques (céramiques chinoises, estampes japonaises, etc.[2]) favorisant l’éclosion du « japonisme » de la fin du siècle.

Le « grenier d’Auteuil » : l’antre des Goncourt collectionneurs. Photographie Fernand Lochard, 1886. Cliché Bibliothèque nationale de France / Gallica.

Fréquentant artistes, antiquaires, conservateurs et collectionneurs, ils étaient toujours ravis d’échanger ou d’écrire sur leur passion commune. Edmond consacra même un livre entier, en deux tomes, à la description de sa maison d’Auteuil (« un musée de haut en bas », nota Jules Renard dans son journal) : ce fut l’inclassable La Maison d’un artiste, paru en 1881, qui décrivit par le menu le contenu de toutes les pièces. Dessins des grands maîtres du XVIIIe siècle, bronzes, ivoires et porcelaines de l’Empire du Soleil levant, livres précieux du Siècle des Lumières ou éditions originales des amis auteurs truffées de pages autographes : cette promenade parmi les trésors cumulés par les deux frères, puis par Edmond seul demeure un régal pour le collectionneur moderne qui reconnaît là les signes de sa franc-maçonnerie. A partir d’éditions originales ou en partie originale, toutes avec envoi autographe[3], mais aussi de quelques correspondances inédites de la main des deux frères, essayons de retracer la passion des Goncourt pour l’art, son histoire et sa collection.

I. Amitiés artistiques (salons, artistes, critiques et historiens d’art)

« L’esthétisme littéraire des Goncourt procède de leurs affinités picturales. Ils étaient aquarellistes, dessinateurs et graveurs d’eaux-fortes avant d’être romanciers »[4]. « Edmond et Jules de Goncourt auraient l’un et l’autre voulu être peintres. […] Leur pratique et leur connaissance de la peinture, la fréquentation d’artistes, leur amitié pour Gavarni ont contribué à faire d’eux des écrivains visuels »[5], amateurs d’une littérature « colorée ». Voulant complimenter l’un de leurs jeunes confrères dans un envoi autographe, Edmond eut ainsi recours, en 1881, à une comparaison picturale, taxant Loti de « paysagiste sensitif et non impassible » (voir Mélanges 44 : Les Orients de Pierre Loti).

Edmond et Jules de Goncourt, « Salon de 1852 », Paris, Michel Lévy, 1852, édition originale. Exemplaire d’Alphonse de Courmont, avec envoi. Inv. 648

Les débuts littéraires des deux frères se firent donc tout naturellement « sous les deux espèces ». En janvier 1852, Edmond et Jules furent incités par l’un de leurs nombreux cousins, le jeune comte de Villedeuil, de participer au journal qu’il venait de créer : L’Eclair. On leur demanda des chroniques et critiques à la fois théâtrales et artistiques. Cette expérience, qui se doubla d’une participation à un autre journal de Villedeuil, Paris, se solda assez rapidement par des déconvenues, et même une poursuite judiciaire, pour d’obscures raisons politiques : cela ralentit sérieusement le zèle pour ce champ d’activités ! Pour autant, ils ne négligèrent pas les textes et rassemblèrent leurs chroniques consacrées au très officiel Salon de peinture 1852 dans un petit volume paru chez Michel Lévy, qui constitua leur deuxième volume publié. Exercices assez courants alors pour les jeunes auteurs, ces comptes-rendus esthétiques connurent un tirage confidentiel, puisque le petit livre ne fut tiré qu’à 210 exemplaires, dont dix papiers forts (selon Clouzot).

Edmond et Jules de Goncourt, « Salon de 1852 », Paris, Michel Lévy, 1852, édition originale. Exemplaire d’Alphonse de Courmont, avec envoi autographe : « à notre cher cousin Alphonse de Courmont, E. et J. de Goncourt ». Inv. 648

Un certain nombre d’exemplaires fut utilisé par les débutants pour des cadeaux à de proches parents, comme dans le cas du présent volume, offert à leur cousin Alphonse Le Bas de Courmont (1834-1880), futur membre de la Cour des Comptes, qui était alors l’un des proches amis des Goncourt, avant que ceux-ci ne le prennent en grippe devant l’évolution très cynique et « bourgeoise » de sa mentalité (sur ce personnage, voir Mélanges 11/1 : Familles, je vous hai…me !). A l’époque de ce don, en tout cas, ils partageaient beaucoup d’intérêts, notamment la passion des objets anciens : les deux frères le décrivent ainsi, en octobre 1856, comme ayant « toute sa tête et tout son cœur est dans le rococo. Il m’a dit : “Je vais te dire une chose que je ne dis qu’à toi. Je me marierai et comme les femmes meurent plus tôt […], j’hériterai de toutes les curiosités que je lui ai données” ».

Edmond et Jules de Goncourt, « Etudes d’art : Le Salon de 1852 – La Peinture à l’exposition de 1855 », Paris, Librairies des Bibliophiles – Jouaust / Flammarion, 1893, première édition collective. Exemplaire de Jean Lorrain, avec envoi. Inv. 1801. Le portrait-frontispice d’Edmond de Goncourt est repris d’un dessin réalisé par son frère Jules.

Edmond ne désavoua jamais ces textes de jeunesse coécrits avec son frère, à tel point qu’il en donna très tardivement, en 1893, une nouvelle édition titrée Etudes d’art, réunissant aux chroniques de 1852 celles composées sur l’Exposition de peinture de 1855. L’opuscule tiré sur ce salon était encore plus rare que le précédent, puisqu’il parut chez Dentu à seulement 42 exemplaires, dont deux sur papier rose[6] ! Au-delà de l’intérêt « archéologique » pour ces textes vieux de 40 ans, on comprend donc le besoin d’une réédition, faite d’ailleurs avec un grand soin grâce au partenariat de la Librairie des Bibliophiles de Jouaust et des éditions Flammarion. Doté d’une riche illustration reproduisant par héliogravure des aquarelles et eaux-fortes dûes au talent des deux frères, le volume bénéficiait par ailleurs d’une préface d’un de leurs disciples et admirateurs, l’historien et critique d’art Roger Marx (1859-1913)[7].

Edmond et Jules de Goncourt, « Etudes d’art : Le Salon de 1852 – La Peinture à l’exposition de 1855 », Paris, Librairies des Bibliophiles – Jouaust / Flammarion, 1893, première édition collective. Exemplaire de Jean Lorrain, avec envoi autographe : « A Jean Lorrain, bien amicalement, Edmond de Goncourt ». Inv. 1801

C’est donc sans doute avec une certaine fierté que Goncourt offrit ce beau livre à un autre de ses disciples : le sulfureux écrivain Jean Lorrain (1855-1906)[8]. Depuis sa première rencontre avec le maître en 1883, Lorrain entretint une relation presque filiale avec le vieux maître, faisant même un peu concurrence au disciple préféré, Daudet[9]. Il avait avoué à Edmond, dans une lettre de 1885, que son éducation littéraire s’était en grande partie faite à la lecture des romans des deux frères, « rares heures exquises de ma vie ». D’abord convenue, leur relation évolua vers une grande amitié réciproque, ce qui valut à Lorrain de figurer parmi les premiers membres de l’Académie Goncourt (il y siégea trois ans). Les deux hommes avaient d’ailleurs aussi un goût commun pour les bibelots, tant du XVIIIe siècle que du Japon, mais aussi pour les médisances et les potins (ce qui explique la fréquence des citations de Lorrain dans le Journal : il était l’une des principales sources de ragots de Goncourt), ce qui n’était pas sans retour de bâton[10].

« Portrait d’Emilien de Nieuwerkerke », attribué à Tito Marzocchi de Bellucci (1801-1871). Collection particulière. Cliché ArtCurial

Artistes complets, les Goncourt étaient donc familiers de tous les cercles artistiques parisiens du Second Empire, fréquentant les réceptions et les raouts, côtoyant le « gratin » des Beaux-Arts officiels. En témoigne ce court billet, non daté (mais que je situe vers 1865), qui évoque non pas un, mais deux événements mondains, peut-être même aux Tuileries. Jules de Goncourt fait en effet allusion à une invitation lancée (ou non) par un puissant personnage officiel des Beaux-Arts sous Napoléon III : le comte Emilien de Nieuwerkerke (1811-1892), surnommé « le Beau Batave » dans les cercles parisiens.

Jules de Goncourt, lettre autographe signée à un destinataire inconnu, s.d. (« Jeudi ») [vers 1865 ?]. Inv. 1435

« Jeudi. Mon cher ami, Venez-y donc. Nous irons. Pour Nieuverkerke, je crois qu’il croit nous avoir invités de vive voix. Nous n’avons reçu aucune carte d’invitation ; et dans le doute, nous nous abstenons. Bien à vous, à demain, Jules de G. »

Après une courte carrière militaire, Nieuwerkerke était devenu, dès le début des années 1840, un sculpteur en vogue, exécutant plusieurs commandes officielles (notamment un Napoléon Ier à cheval, inauguré en 1852 sur l’actuelle place Carnot à Lyon et détruit en 1871). En 1863, les Goncourt brossaient ainsi son portrait, trempant leur pinceau dans le vitriol : « il ressemble à la fois à Charlemagne et à un beau chasseur derrière les voitures »[11]. Certes, mais l’homme était devenu le manitou incontournable du monde des arts sous l’Empire. Le régime lui avait procuré tous les honneurs : directeur général des Musées (1849), colonel d’état-major de la garde nationale (ce qui lui permit de soutenir le coup d’état de 1851), membre de l’Académie des Beaux-Arts et intendant des Beaux-Arts de la maison impériale (1853), surintendant des Musées impériaux (1870), sénateur et conseiller général de l’Aisne. On peut ainsi vraiment le considérer comme le premier ministre des Affaires culturelles en France, même s’il n’en porta jamais le titre (la fonction ne fut créée qu’en 1881). Ruiné par la chute de l’Empire, le beau Nieuwerkerke dut vendre ses collections et son hôtel particulier pour s’exiler en Angleterre, puis en Italie, près de Lucques, où il mourut.

Buste de Charles-Philippe de Chennevières-Pointel, par Louis Noël, marbre, 1902. Musée d’Orsay, Paris. Photo WikiCommons

Les régimes passent, la culture et les arts demeurent. Parmi les nouveaux responsables nommés par la Troisième République figurent plusieurs amis des Goncourt, notamment le marquis Charles-Philippe de Chennevières-Pointel (1820-1899). Gentilhomme d’origine normande, cet écrivain et critique d’art fut également l’un des collectionneurs les plus raffinés de son temps. Ami de Sainte Beuve, de Théophile Gautier, de Flaubert, de Charles Baudelaire et de la princesse Mathilde, il était aussi un proche des Goncourt et avait son rond de serviette régulièrement aux célèbres « dîners Magny »[12]. Nommé directeur des Beaux-Arts en 1873, puis membre de l’Académie des Beaux-Arts en 1879, il fut pendant des années un familier du Grenier d’Auteuil. Après la mort d’Edmond de Goncourt, ce fidèle rédigea la préface au catalogue des dessins, aquarelles et pastels du XVIIIe siècle composant la collection des deux frères, dispersée à l’Hôtel Drouot en 1897 pour financer le célèbre prix littéraire.

Edmond et Jules de Goncourt, « Pages retrouvées », Paris, Charpentier, 1886, édition originale. Exemplaire de Philippe de Chennevières, avec envoi. Inv. 2298

 Témoignage de ces liens étroits, Edmond lui avait offert en 1886 un recueil de chroniques et articles publiés par les deux frères durant leur jeunesse, paru sous le titre évocateur de Pages retrouvées. Le volume reprenait notamment un article paru en octobre 1852 dans L’Eclair sous forme lettre de Chennevières à propos de ses Derniers contes publiés sous le pseudonyme de « Jean de Falaise »[13]. L’envoi était des plus sympathiques : « A Ph. de Chennevières, souvenir amical, Edmond de Goncourt. Et vous saurez que ledit bouquin vous a fait lire et admirer par le ménage Daudet ».

Parmi les artistes de leur temps, celui pour lequel les jeunes Goncourt éprouvèrent le plus d’admiration et d’amitié demeure sans conteste l’illustrateur Paul Gavarni (1804-1866), de son vrai nom Sulpice-Guillaume Chevalier. Figure majeure de la scène artistique française romantique, ce talentueux et moqueur caricaturiste participa à de nombreux périodiques (La Mode, L’Artiste, le quotidien politique satirique Le Charivari, mais aussi les journaux L’Eclair  et Paris, où les Goncourt firent leurs débuts), ainsi qu’à des publications illustrées demeurées célèbres, comme Les Français peints par eux-mêmes (aux côtés de Grandville) ou le recueil collectif intitulé Le Diable à Paris, publié par Jules Hetzel en 1845-1846 : pour ces deux épais tomes comprenant des nouvelles signées par les meilleurs auteurs du temps, Gavarni avait fourni pas moins de 208 planches hors-texte (notamment son frontispice mélodramatique représentant « Satan foulant du pied le plan de Paris »). Jules de Goncourt avait-lui-même gravé sur cuivre une des « lorettes » de Gavarni : la gravure fut employée en 1883 comme frontispice d’une réédition de leur court texte La Lorette (sur cette œuvre et l’un des cinquante exemplaires de dédicace, voir Mélanges 45 : Histoires de filles).

Edmond et Jules de Goncourt, « La Lorette… », Paris, Charpentier, 1883, troisième édition, un des cinquante exemplaires de dédicace. Inv. 1423. Le frontispice reprend un dessin de Gavarni gravé à l’eau-forte par Jules de Goncourt.

« Nous avons aimé, admiré Gavarni », écrivaient les Goncourt qui étaient pourtant ses cadets d’une génération : ils le rencontrèrent pour la première fois en 1852, alors auréolé d’une notoriété qui éblouit les deux frères. En 1873, six ans après la mort de l’artiste et trois ans après celle de Jules de Goncourt, sortit la biographie de Gavarni par les Goncourt (leur dernier projet commun), écrite à l’aide de documents communiqués par le fils de l’artiste, Pierre, notamment des fragments de mémoires, carnets, notules : « Gavarni, en effet, fut toujours écrivassier de ses impressions, de ses sensations, de ses aventures psychologiques (…), toute sa vie il l’a écrite ». Cette étude est la première vraie biographie de l’artiste : seul Eugène de Mirecourt avait publié une courte Vie de Gavarni en 1858, alors que Sainte-Beuve lui avait consacré une plus courte étude [14].

Edmond et Jules de Goncourt, « Gavarni », Paris, Charpentier, deuxième édition, en partie originale, envoi autographe à Lucien Faucou. Inv. 2372

Une seconde édition de ce texte vit le jour en 1879, fortement augmentée (les passages inédits figurant en italiques pour être mieux distingués). En attendant de mettre la main sur un exemplaire de l’édition originale, mes rayons abritent deux exemplaires à envoi de cette édition de 1879. Le premier fut offert par Goncourt à son ami le poète parnassien François Coppée (1842-1908). Ce dernier commença mal dans le Journal, Goncourt lui reprochant en avril 1882 d’avoir imité un passage de Manette Salomon. Plus tard, à propos de son drame historique Severo Torelli, il lui accorda « un très grand talent », mais pas « une très grande intelligence »[15]. Bref, Edmond demeurait partagé à son sujet : « curieux type que ce type de Coppée, le poète élégiaque et sentimental et qui est l’irrespectueux par excellence, le blagueur de toute croyance, de toute conviction, de tout dévouement, et apportant dans sa blague une ironie du ruisseau, toute personnelle à la race parisienne, à l’homme né à Paris. Cela toutefois, dit-on, avec des vertus, des bontés, des obligeances tout à fait inconscientes et ne venant d’aucun principe, mais d’une certaine humanité d’entrailles […] »[16]. Jugement ambigu, donc, qui n’empêcha pas Edmond d’offrir un grand nombre de ses livres à Coppée[17], dont ce Gavarni envoyé avec son « souvenir amical » .

Edmond et Jules de Goncourt, « Gavarni », Paris, Charpentier, deuxième édition, en partie originale, envoi autographe à François Coppée. Inv. 1269

Le second exemplaire du Gavarni de 1879 fut dédicacé plus laconiquement encore à Lucien Faucou (1861-1894), archiviste, conservateur du musée Carnavalet et de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, ainsi que directeur de la célèbre revue Intermédiaire des chercheurs et des curieux depuis 1883.

Edmond et Jules de Goncourt, « Gavarni », Paris, Charpentier, deuxième édition, en partie originale, envoi autographe à Lucien Faucou. Inv. 2372

Sa nécrologie dans le journal Le Temps le disait « doué d’une rare activité, toujours alerte et dispos, sans cesse à l’affût d’un objet ». Cet érudit et amateur était bien fait pour devenir ami de Goncourt et apparaît jeune encore dans le Journal en janvier 1890, avertissant le maître d’un article malveillant. En mars 1894, la veuve Sichel, amie de longue date d’Edmond, se plaignit toutefois de convives assommants à ses dîners, parmi lesquels « Faucou, oui, le Faucou que j’ai connu si petit garçon et qui, dans la familiarité des gros bonnets de l’heure présente, serait devenu prétentieux, insupportable et assommant, avec son incessant parlage de Carnavalet ! ». Goncourt sera toutefois ému en apprenant la disparition prématurée de son disciple : « Daudet m’apprend en entrant la mort de Faucou, enlevé en quelques jours par une pneumonie infectieuse. Pauvre garçon, je le revois en collégien venant chez moi le dimanche ! »[18].

II. La passion du XVIIIe siècle

 Dès les années 1850, passionnés par l’histoire du Siècle des Lumières (alors fort négligé), les frères Goncourt se lancèrent dans des recherches historiques, adoptant une approche à mi-chemin entre œuvre scientifique et création littéraire. Leur conception mettait en avant la « petite histoire », celle des arts décoratifs, des modes, des arts et de la littérature, mais aussi et surtout celles des individus et des existences individuelles, d’où une attention toute particulière à des dossiers sociétaux ou biographiques, souvent montés à partir d’archives inédites trouvées en archives publiques, mais aussi auprès de libraires et acquises dans ce cas à grands frais. Après leur Histoire de la société française pendant la Révolution parue en 1854) se succédèrent, jusqu’à la mort d’Edmond, les publications monographiques ou biographiques (voir un prochain billet des Mélanges consacré aux Goncourt historiens).

Une atmosphère du Siècle des Lumières dans le cabinet de travail de Goncourt. Photographie Fernand Lochard, 1886. Cliché Bibliothèque nationale de France / Gallica.

Dans le domaine particulier de l’histoire de l’art, les deux frères firent là aussi souvent œuvre de pionniers, en réhabilitant des peintres des Lumières souvent déconsidérés par le passage du temps et des modes, jugés désormais trop « mignards » et désuets. Cette passion pour les artistes du XVIIIe siècle, ils la pratiquèrent avec une érudition et un sérieux dans la connaissance et la recherche des sources qui leur mérite vraiment le titre d’historiens de l’art. La lettre inédite présentée ci-dessous montre qu’ils n’étaient pas seuls à cultiver le goût des tableaux du siècle passé et qu’ils savaient faire profiter leurs relations de leurs grandes connaissances. Ainsi est-ce avec plaisir que Jules de Goncourt s’attacha à renseigner une « âme sœur » en collectionnite, un nommé Symphorien Boittelle (1813-1897). Puissant haut-fonctionnaire dont la carrière ascendante passa à travers tous les régimes[19], il occupait les fonctions de préfet de police lorsque les Goncourt le croisèrent chez la princesse Mathilde lors d’un dîner le 24 juin 1863 et reparlèrent de leur passion commune pour l’art du Siècle des Lumières. Aussitôt, invitation fut lancée pour le lendemain à la Préfecture de police, une visite dont le Journal  rendit compte assez longuement : « Ce cabinet, témoin de tant de choses redoutables, ce confident de secrets si noirs, ce cabinet du préfet de police, le croirait-on ? il est tout plein d’amoureuses et blondes peintures, de nudités friponnes, de fillettes aux coquets minois, qui ne couvrent pas seulement les panneaux, à l’affreux papier impérial, semé d’abeilles d’or, mais sont éparses sur les fauteuils, les chaises, le bureau, répandues, étalées partout. “Oui, nous dit Boitelle, quand on voit comme moi, toute la journée, de si vilains individus, c’est reposant d’avoir, de temps en temps, une jolie chose à regarder”. Et il nous introduit dans son capharnaüm intime, la maisonnette du jardinier du petit jardin de la préfecture ; bondé de tableaux jusqu’au toit, et où, avec une cuvette d’eau, une éponge, des cigares, il passe ses loisirs et les meilleures heures de sa vie, à faire revenir et revivre les colorations encrassées de toiles énigmatiquement anonymes »[20].

Symphorien Boittelle, préfet de police. Photographie de Pierre Petit, vers 1860. Photo WikiCommons

Avouons que cet avis très favorable venant en compenser l’impression désastreuse de leur première rencontre, toujours chez la princesse Mathilde, fin 1862 : les Goncourt l’avaient alors décrit comme un poseur clamant « qu’il aime beaucoup le XVIIIe siècle, qu’il a un dessin d’Oudry, qu’il a des tableaux de Lépicié – tout cela avec un air fort satisfait de lui, une suffisance d’imbécile, des notions de badaud, une de ces belles profondeurs de sottise et un de ces plates étendues de superficialité qu’on perce en quatre mots. Je croyais que ce n’était qu’un sot : “Qui est-ce ?”, ai-je demandé à l’oreille de Chennevières. “C’est M. Boittelle, le préfet de police”. Cela m’a fait trembler pour la vie de l’Empereur. Penser que cette peau-là, une peau qui tient une dynastie, pas mal de la société, le paiement des rentes, et le reste, la peau d’un bon Dieu d’état, est entre les mains d’un pareil imbécile, qui par là-dessus est affligé d’une toquade, s’en va aux commissaires-priseurs flairer des tableaux au lieu de flairer des Orsini, rêve sur un catalogue de Lanneville au lieu d’éventer des bombes »[21]. Il faut croire que la visite du cabinet de Boittelle leur fit oublier ces préventions contre un préfet non pas aux champs, mais à Drouot !

Une semaine après cette mémorable visite de la collection Boittelle, Jules de Goncourt encore sous le charme revint vers leur hôte pour le remercier d’avoir fait les honneurs de ses trésors, mais aussi pour lui apporter quantité de renseignements sur la provenance et l’identité de certains de ses tableaux. Cette lettre débordant d’érudition a été publiée pour la première fois par mes soins en 2020 grâce au très dynamique et passionné William Théry[22] :

Jules de Goncourt, lettre autographe signée à Symphorien Boittelle, préfet de police, S.l. [Paris], 1er juillet 1863. Trois pages in-8° sur papier bleu. Inv. 2255

« Ce 1er juillet 1863

Monsieur, et permettez-nous d’ajouter, cher confrère en dix-huitième siècle,

D’abord, veuillez accepter nos très profonds remerciements pour le souvenir que vous avez bien voulu nous donner. Etourdis de toutes vos belles et jolies choses, nous avions eu à peine le temps de le voir, chez vous. Depuis que nous en jouissons à loisir, nous sommes un peu confus de l’avoir accepté si vite, d’autant que nous croyons lui avoir découvert un intérêt qui ne peut manquer de toucher le propriétaire du tableau : après avoir regardé des portraits de Lépicié, nous ne serions pas du tout éloignés de croire que ce gros bonhomme, si bien vivant, est Lépicié lui-même. Tous les traits de son portrait gravé se retrouvent là, un peu noyés, sous la graisse.

J’arrive maintenant à Melle Duthé. Je retrouve dans mes notes la description minutieuse, exacte, du tableau que vous possédez. Rien n’y manque, pas même le petit amour dans le coin sur un meuble, le doigt sur la bouche. Tout est indiqué, la soie bleue du meuble et de la tenture, la pose de la femme accrochant un tableau, en posant un genou sur une ottomane, etc.

Bref, c’est positivement le portrait que vous possédez.

Or, ce portrait était le numéro 32 de la vente de la duchesse de Raguse, dont l’exposition eu lieu aux Commissaires Priseurs le 13 décembre 1857.

Ceci va nous donner la clef et le nom du portrait. Mme de Raguse était la fille du banquier Perregaux, le banquier, le confesseur d’argent de toutes les actrices et femmes légères du temps, de toutes les impures, comme on disait alors, et spécialement de Melle Duthé.

Je recherche dans les lettres que j’ai d’elle adressées d’Angleterre à Perregaux ; et malheureusement, je ne trouve rien ayant trait à son portrait. Mais voici que dans une note que j’ai prise sur une lettre de Melle Duthé ne m’appartenant plus, j’avise cette mention qui est la lumière : “Melle Duthé parle à Perregaux d’un portrait qu’on a fait d’elle en Angleterre et qu’elle lui envoie”.

Evidemment, c’est le portrait vendu à la vente de la fille de Perregaux, et passé depuis dans votre collection. L’expert l’avait attribué à Melle Lebrun. Il faut malheureusement le rendre à un artiste anglais, fort bon imitateur au reste de notre école.

Au reste, vous pouvez comparer la peinture avec les portraits gravés de Melle Duthé :

1° le portrait gravé par le Beau d’après la miniature de l’Ainé.
2° le portrait gravé par Coutellier. Chez Chéreau, aux 2 piliers d’or.

Tous deux fort rares.

3° et surtout le portrait en couleur Melle D..t.. gravé par Janinet, qui est, je crois, le plus historique, et qui offre une grande analogie avec le vôtre. C’est le type prêté par Bauchaumont, l’Espion anglais etc., à Melle Duthé : une tête blondasse et moutonnière. Je crois que la Bibliothèque ne le possède pas ; mais il est chez moi à votre disposition.

Pardon de cette longue consultation et dissertation.

L’adresse de la personne qui possède les 2 tableaux de Gabriel de St Aubun est Mr Le Blanc, 26, rue Bonaparte, au troisième (avant midi).

Veuillez, Monsieur, nous croire, mon frère et moi, vos très obligés et très parfaitement dévoués,

J. de Goncourt

P.S. Je n’ai pas besoin de vous répéter que nous sommes à vos ordres pour le jour et l’heure où il vous conviendra de voir notre collection. Nous aurions grand plaisir à vous la montrer, non par orgueil de propriétaire, mais par désir de la faire voir à un ami de ce temps, qui peut faire plus pour ses peintres que nous n’avons fait pour ses dessinateurs. »

Boittelle avait donc réussi à faire la conquête des deux frères, prêts à lui ouvrir à leur tour leur chambre aux trésors comme à un frère collectionneur. Mais cette sympathie avait sans doute été stimulée également par le cadeau évoqué dans le premier paragraphe : on y voit les Goncourt remercier pour une œuvre en rapport avec le peintre français Nicolas-Bernard Lépicié (1735-1784)[23]. Selon les termes de la lettre, Boittelle étant resté propriétaire du tableau concerné, ce cadeau ne pouvait donc être qu’un dessin préparatoire. Or, on découvre, parmi les prêts accordés par Edmond de Goncourt pour une exposition à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris en mai-juin 1879, l’œuvre en question, un dessin au crayon noir et à la craie : « Dans un intérieur rustique, Lépicié assis, prenant un verre de vin sur la table ; entre ses jambes, un enfant mangeant nu morceau de pain »[24]. La notice précisait même : « C’est le dessin du tableau qui figurait dans la galerie Boittelle ». Devait-on vraiment reconnaître dans « ce gros bonhomme, si bien vivant » les « traits, un peu noyés dans la graisse » du peintre, comme le faisait Jules de Goncourt ? Cela semble un peu hasardeux. Peint en 1777, le tableau est aujourd’hui connu comme Le Jardinier en belle humeur et demeure en mains privées (Boittelle, qui le mit en vente en 1866, regretta peut-être son geste et le racheta pour 1150 francs, avant de le revendre définitivement en 1867)[25]. Quant au dessin, il figura au catalogue de la vente Goncourt en 1897[26].

Nicolas-Bernard Lépicié, « Le Jardinier en belle humeur », huile sur toile. Collection privée. Photo DR

Le second tableau évoqué, dont Jules de Goncourt, en fin connaisseur du marché comme de l’histoire de l’art et du théâtre du XVIIIe siècle, retrace avec brio l’identité et le parcours, était un portrait de Mademoiselle Duthé. Danseuse, actrice, mais surtout grande courtisane, Rosalie Duthé (1748-1830) écuma tout d’abord le monde de la haute finance française (se payant un hôtel particulier à Paris), avant que sa réputation, devenue européenne, ne lui attire jusqu’aux têtes couronnées et aux princes : Christian VII de Danemark, le duc de Chartres ou le comte d’Artois comptèrent parmi ses amants. Elle enthousiasma aussi les peintres et, en pleine Révolution, alors qu’elle était exilée en Angleterre, on peignit la belle en train d’accrocher un tableau à une tenture bleu-vert au-dessus d’un canapé de même couleur. Selon la légende, c’est devant ce tableau que le financier et banquier neuchâtelois Jean-Frédéric Perregaux (1744-1808), le principal admirateur de la Duthé, se serait donné la mort en son château de Chilly-Mazarin. Sur cette photographie de la toile aujourd’hui conservée au Staatliche Kunsthalle de Karlsruhe, on retrouve tous les éléments décrits par Goncourt : « Rien n’y manque, pas même le petit amour dans le coin sur un meuble, le doigt sur la bouche. Tout est indiqué, la soie bleue du meuble et de la tenture, la pose de la femme accrochant un tableau, en posant un genou sur une ottomane, etc. ».

Henri-Pierre Danloux (1753-1809), « Portrait de Mademoiselle Duthé », huile sur toile, vers 1792. Staatliche Kunsthalle Karlsruhe. Photo DR

Mais, malgré son érudition (qui lui permit de décrire plusieurs portraits gravés de l’actrice), le plus jeune des « Bichons » (comme on les appelait parfois) fit erreur en attribuant la toile à un « artiste anglais, fort bon imitateur au reste de notre école » : l’œuvre était en réalité du peintre préféré de la Duthé durant ses années anglaises, le Français Henri-Pierre Danloux (1753-1809). Cet ancien élève de Lépicié s’était, comme l’actrice, exilé outre-Manche en 1792 : il laissa dans ses carnets un récit truculent des séances de pose avec son modèle !

Forts de leur « connoisseurship », les Goncourt exposèrent le résultat de leurs recherches dans plusieurs publications. A partir de 1859, ils donnèrent ainsi, en douze fascicules in-folio séparés, une grande série baptisée L’Art du XVIIIe siècle, qu’Edmond poursuivit après la mort de son frère jusqu’en 1875. Il lui revint en effet de mettre au jour les travaux entamés en duo, mais poursuivis seul jusqu’à leur publication : ce fut le cas pour l’important Catalogue raisonné de l’œuvre peint, dessiné et gravé d’Antoine Watteau. Le peintre n’avait jamais été véritablement oublié, notamment par les écrivains : Gautier, Nerval, Baudelaire, Verlaine, tous l’ont célébré dans leurs vers. Les Goncourt le considéraient pour leur part comme « le grand poète » de son temps.

Jean-Antoine Watteau (ou suiveur ?), « Les Enfants de Bacchus », huile sur toile. Musée du Louvre, Paris, Cliché RMN. Ce tableau, copie ancienne d’après un gravure de 1734 ou « original dégradé » (selon Pierre Rosenberg), est le sujet final dont la collection Chennevières possédait le dessin préparatoire.
Jean-Antoine Watteau, « Le Berger content », huile sur toile. Musée du Louvre, Paris (dépôt à l’Hôtel Matignon). Photo RMN. Ancienne collection Louis La Caze, don au Louve en 1869.

Restait à lui consacrer une étude exhaustive. Edmond s’y employa et traqua jusqu’à la plus modeste œuvre qu’il put retrouver, enquêtant chez les collectionneurs, les galeristes, les conservateurs. Le 7 janvier 1875, bouclant son dossier, il écrivait encore à Iñès Lafontan (1829-1906), l’épouse de Philippe de Chennevières, l’influent directeur des Beaux-Arts déjà croisé, pour demander quelques renseignements sur deux dessins possédés par son époux. Chennevières était en effet et conservait plusieurs dessins de (ou attribués à) Watteau que l’on retrouvera tous décrits dans la publication finale de Goncourt[27].

Edmond de Goncourt, lettre autographe signée à Mme Philippe de Chennevières, [Auteuil], 7 janvier 1875. Inv. 2335

Auteuil, 7 janvier 1875

Chère Madame,

Seriez-vous assez bonne pour me rendre un grand service. Voici la chose : votre mari m’a promis un renseignement, mais on n’est pas Directeur des Beaux Arts sans être un peu oublieux. Moi, en attendant le renseignement, j’ai attrapé une fluxion de poitrine qui m’a tenu quinze jours au lit et ne me permet pas encore de sortir. Il faudrait que vous ayez l’amabilité de m’envoyer la description prise dans son catalogue de dessins qu’il a à Paris, de deux Watteau qui sont l’un, une Bacchanale d’enfants, l’autre un agenouillement d’un berger aux pieds d’une bergère. Cela me serait de la plus grande utilité pour un catalogue de Watteau que je suis en train d’imprimer. Pardonnez, chère Madame, la nature indiscrète de la demande et croyez-moi d’avance votre bien reconnaissant et votre bien dévoué,

Edmond de Goncourt

53, Boulevard Montmorency (Paris Auteuil)

Edmond de Goncourt, « Catalogue raisonné de l’œuvre peint, dessiné et gravé d’Antoine Watteau », Paris, Rapillu, 1875, édition originale. Exemplaire de Claudius Popelin, avec envoi. Inv. 2339

Le Catalogue raisonné de l’œuvre peint, dessiné et gravé d’Antoine Watteau parut finalement peu après chez l’éditeur parisien Rapilly[28]. Le présent exemplaire de cet ouvrage, l’un des quelques exemplaires tirés sur papier de Hollande (selon une mention de la main de Goncourt, alors que les bibliographies ne mentionnent que « quelques exemplaires sur papier de Chine et sur papier Whatman »[29]), fut adressé à un ami proche des Goncourt : Claudius Popelin (1825-1892).

Edmond de Goncourt, « Catalogue raisonné de l’œuvre peint, dessiné et gravé d’Antoine Watteau », Paris, Rapillu, 1875, édition originale. Exemplaire de Claudius Popelin, avec envoi. Inv. 2339

Peintre d’histoire, portraitiste, émailleur, traducteur (il donna une version français du célèbre Hypnerotomachia Poliphili) et poète (disciple et imitateur de Théophile Gautier), cet artiste complet avait a priori de quoi plaire aux deux frères qui firent sa rencontre, à la fin des années 1860, dans le salon de la princesse Mathilde (dont l’artiste devint le dernier amant, jouant le rôle de « maître de maison » dans les années 1870-1880). Edmond accueillit son recueil Un Livre des Sonnets dans la vitrine spéciale réservée aux amis du grenier d’Auteuil, avec une reliure portant le portrait de Popelin executé par son propre fils Gustave.

Jules de Goncourt, « Lettres », Paris, Charpentier, 1885, édition originale. Exemplaire de Roger Marx, avec envoi d’Edmond de Goncourt. Inv. 1403. Le portrait-frontispice de l’auteur défunt est tiré d’un portrait sur émail réalisé par Claudius Popelin.

Mais les premières impressions avaient quand même été des plus désagréables envers « l’émailleur des faux émaux anciens »[30] : « un faufilé partout, un artiste devenu riche et resté amer, la figure travaillée et nerveuse, la parole sèche, ennemie, contredisante, ayant l’air d’un ouvrir aigri, secrétaire d’un club de 48 ». Une bonne part de jalousie entrait bien entendu dans ces observations et Edmond finit par se rapprocher de Popelin au fil des années, à tel point qu’il demanda à l’artiste un portrait sur émail de son bien-aimé frère défunt, reproduit en frontispice aux Lettres de Jules parues en 1885.

III. Des pionniers et propagateurs du japonisme

L’intérêt des frères Goncourt pour le Japon et son art se déclara très précocement, dès les années 1850 : ils méritent bien, à ce titre, la qualité de pionniers et d’initiateurs du japonisme en France. Leur premier roman En 18.. , paru fin 1852, comportait déjà des passages décrivant des objets d’art japonais. Leurs premiers achats se firent rue de Rivoli, en la boutique de Mme Desoye que fréquenta un peu après eux Baudelaire, les impressionnistes et leur ami-concurrent Philippe Burty. C’était encore l’époque « des brocanteurs auvergnats, des ferrailleurs », qui se transformèrent après 1870 « en messieurs habillés par nos illustres tailleurs, achetant et lisant des livres », mariés à des femmes distinguées et « donnant des dîners où le service était fait par des domestiques en cravate blanche »[31].

Les porcelaines précieuses des Goncourt : une partie de leur « cabinet d’Extrême-Orient ». Photographie Fernand Lochard, 1886. Cliché Bibliothèque nationale de France / Gallica.

Au nombre de ces antiquaires fournisseurs des Goncourt figurèrent Bing et Hayashi, mais en tout premier lieu la famille Sichel dès la chute du Second Empire. Goncourt devait assez vite le familier de ce marchand, se permettant de constater devant lui l’évolution de la profession : « Je faisais ces réflexions chez Auguste Sichel, devant un potage aux nids d’hirondelles, et en remarquant le pied d’égalité établi entre le maître de la maison et les opulents clients que le ménage avait à sa table. Ce commerce n’est plus, chez le vendeur, un état d’infériorité vis-à-vis de l’acheteur, qui semble au contraire l’obligé du vendeur ». Jusqu’à sa mort en 1886, Auguste Sichel fut ainsi le principal fournisseur d’Edmond en antiquités japonaises et orientales, le Journal contenant de fort nombreuses mentions de passages dans la galerie Sichel. On comprend dès lors que Goncourt ait réservé à Sichel certains tirages de tête de ses livres, comme cet exemplaire sur papier de Hollande de l’édition collective de son Théâtre, porteur d’un envoi amical :

Edmond et Jules de Goncourt, « Théâtre (Henriette Maréchal – La Patrie en danger) », Paris, Charpentier, 1879, première édition collective, un des cinquante exemplaires sur Hollande (n° 4). Exemplaire d’Auguste Sichel, avec envoi autographe : « A M. Auguste Sichel, souvenir amical, Edmond de Goncourt ». Inv. 1251
Edmond et Jules de Goncourt, « Théâtre (Henriette Maréchal – La Patrie en danger) », Paris, Charpentier, 1879, première édition collective, un des cinquante exemplaires sur Hollande (n° 4). Exemplaire d’Auguste Sichel, avec envoi autographe. Inv. 1251

Devenu un ami intime du couple, Goncourt dîna chez eux au moins une fois par semaine dans le courant des années 1880, soirées durant lesquelles il eut l’occasion de rencontrer à plusieurs reprises le célèbre dessinateur Gustave. Ayant participé aux funérailles de Sichel le 15 mai 1886, Edmond garda par le suite des liens d’amitié durables avec son fils Philippe (qu’il décrit comme l’un des grands vulgarisateurs de l’art japonais en France), mais surtout avec sa veuve, comme en témoignent plusieurs dédicaces, mais aussi cette émouvante lettre de maladie écrite de la maison de campagne des Daudet en 1894 (voir Mélanges 46 : Des maux et des lettres).

Les deux frères étaient très heureux de pouvoir partager leur passion, en faisant découvrir leur collection ou en découvrant celle d’autres amateurs. Ainsi Jules se prit-il d’amitié pour une des premières collectionneuses d’art asiatique, Clémence Lecarpentier (1823-1898), veuve Desgranges. A l’époque de leurs premiers contacts, elle était encore très connue à Paris sous son sobriquet de « Gisette ». Actrice d’envergure modeste, elle était devenue au début des années 1850 la maîtresse d’un auteur dramatique en pleine ascension, Adolphe d’Ennery (1811-1899). Ce dernier, surnommé « le Shakespeare du peuple » et dénigré comme un « fabricant de pièces » (il en a écrit plus de 250 !), remplissait les salles… et son portefeuille. Ce qui permit à son amie de quitter les planches et de commencer sa véritable passion : la collection d’objets asiatiques (chinois et japonais), dont elle devint l’un des plus grands spécialistes de son époque. « Si vous veniez voir mes monstres ? » : ainsi invita-t-elle Jules de Goncourt, en 1859, à visiter sa collection, installée rue de l’Echiquier.

Vue d’une des salles du Musée D’Ennery. Photo DR

La collection Desgranges était alors constituée de 150 chimères chinoises, point de départ modeste au regard des 7’200 pièces que compta finalement cet ensemble extraordinaire (légué à l’Etat en 1899 et aujourd’hui musée présentant les lieux dans leur état d’origine, en un magnifique hôtel particulier de l’avenue Hoch)[32]. L’écrivain, pourtant avare de compliments, ressortit enchanté de sa visite et devint l’un des habitués de la maison, évoqua dans son Journal « un des plus singuliers salons du monde », « la ménagerie de la fantaisie », « toutes les chimères d’un rêve d’opium ». Il est vrai qu’avec son parler un peu cru, ses manières de théâtre, la vive et séduisante Clémence Desgranges faisait tourner les têtes et attirait à ses dîners les meilleurs auteurs et artistes du moment.

Jules de Goncourt, lettre autographe signée à Clémence Desgranges-Dennery (dite Gisette), s.d. [janvier 1863]. Inv. 1591

« Madame et ami [sic], Voici ma prise de Pékin. Mon monstre, celui du couvercle, et moi, nous vous souhaitons la bonne année. Vous savez que ces bêtes-là avalent les mauvais sorts en Chine. Je désire de tout mon cœur qu’il en soit de même à Paris. Et je vous embrasse, sans la permission des autorités, Jules de Goncourt »

Ce billet un peu cryptique « était accompagné comme étrennes, d’un brûle-parfum en bronze du Tonkin, dont le couvercle était formé par un chien de Fô ». C’est Edmond de Goncourt lui-même qui expliqua ce contexte, en reproduisant cette lettre dans son édition de la correspondance de son frère en 1885[33], chez Charpentier. S’il établit la date du courrier (« Janvier 1863 »), tout en donnant en note des explications sur son contenu, il ne livra en revanche pas l’identité de la destinataire, remplaçant son nom par « A Madame *** » (ce qui en fait d’ailleurs la seule destinataire anonyme de tout le recueil). A noter que la mention de « la prise de Pékin » renvoyait avec humour à une pièce de même titre écrite par D’Ennery deux ans plus tôt (La Prise de Pékin, drame militaire à grand spectacle en cinq actes et onze tableaux, représenté pour la première fois au Théâtre Impérial du Cirque le 27 Juillet 1861).

Edmond de Goncourt, « Outamaro – le peintre des maisons vertes », Paris, Charpentier, 1891, édition originale. Exemplaire du romancier Edouard Rod, avec envoi autographe. Provenance : Dr. Gabriel Lombard (ex-libris gravé). Inv. 721

Les dernières années de Goncourt furent en partie occupées par son désir de faire connaître les peintres et dessinateurs japonais, jusqu’alors méconnus et fort méprisés (un critique parlait même d’ « estampes au trait confuses, monotones, mal venues […] quelques fois spirituelles par le sujet, rarement par l’exécution […]. Cela rappelle notre imagerie d’Epinal… »). Au printemps 1891, il fit donc paraître Outamaro, le peintre des Maisons vertes[34], annonçant dans sa préface : « je publie le premier volume d’une série vraiment intimidante par ce qu’elle demande d’investigations lointaines et de travail compliqué au logis ». Ce qu’il avait jadis mené de concert avec son frère sur l’art du XVIIIe siècle, il ambitionnait à présent de le mener pour l’art japonais, décrivant déjà l’ampleur de son projet par les monographies à venir, concernant cinq peintres, deux laqueurs, un ciseleur de fer, un sculpteur de bois, un d’ivoire, un bronzier, un brodeur et un potier ! Ainsi voulait-il rendre hommage à « l’art du Japon, le seul pays de la terre où l’art industriel touche presque toujours au grand art ». Le projet démarrait donc avec le peintre Otamaro (v. 1753-1806), qualifié par Goncourt de « Watteau de là-bas ».

Edmond de Goncourt, « Outamaro – le peintre des maisons vertes », Paris, Charpentier, 1891, édition originale. Exemplaire du romancier Edouard Rod, avec envoi autographe : « A Rod, amicalement, Edmond de Goncourt ». Inv. 721

Le présent exemplaire d’Outamaro fut envoyé par Goncourt au romancier et futur académicien Edouard Rod (1857-1910). D’origine suisse (il était natif de Nyon, sur les rives du lac Léman), l’homme de lettres était devenu un habitué du « grenier d’Auteuil » dans les mois précédant la publication de ce Outamaro. Auteur naturaliste, critique littéraire, tout en occupant un temps (entre 1887 et 1893) la chaire de littérature comparée de l’Université de Genève, il avait publié dans la Revue bleue, le 25 janvier 1890, un article remarqué sur « M. de Goncourt et ses amitiés littéraires », fort apprécié par l’intéressé qui le décrivit ainsi : « Rod, qui traverse Paris, apparaît dans mon Grenier – lui autrefois si maigre – avec une figure rondelette de lettré suisse »[35]. Les liens d’amitié persistèrent entre les deux hommes jusqu’à la disparition de Goncourt[36].

Portrait photographique d’Edmond de Goncourt par Nadar, dans la « Galerie contemporaine », Paris, Goupil & Cie, 1880. Collection ND

En février 1896 parut enfin le nouveau volume de cette série japonaise, Hokousaï, pour lequel Goncourt avait bénéficié de l’aide précieuse de son marchand Hayashi. Ce second livre fut toutefois le dernier de la série et de la vie d’Edmond de Goncourt, une existence qui s’acheva donc comme elle avait été menée : dans l’amour de l’art et du beau, en vrai « connoisseur ».

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 20 septembre 2021


ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Portrait des frères Edmond et Jules de Goncourt, par Paul Gavarni, publié pour la première fois dans le journal Paris, du 5 avril 1853, pour illustrer la série consacré aux auteurs en vogue, « Messieurs du feuilleton ». Cliché British Library

NOTES

[1] Sur la passion des Goncourt pour l’art, voir notamment l’étude de Dominique Pety, Les Goncourt et la collection. De l’objet d’art à l’art d’écrire, Genève, Droz, 2003, ainsi que son article « Les Goncourt collectionneurs et la renaissance des arts décoratifs », dans Jean-Louis Cabanès, Pierre-Jean Dufief, Robert Kopp et Jean-Yves Mollier (dir.), Les Goncourt dans leur siècle – Un siècle de Goncourt, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2005, pp. 127-135.

[2] Sur la collection japonaise des Goncourt, voir notamment l’article de Laurent Houssais, « Les Goncourt et le japonisme », dans Les Goncourt dans leur siècle…, op. cit., pp. 137-155.

[3] Rendons ici hommage au travail minutieux mené par notre ami Christian Galantaris, libraire.-expert renommé, qui a publié Les Goncourt dédicateurs : 650 ex-dono (dans les Cahiers Edmond & Jules de Goncourt, Paris, 1993) et Ex-dono et portraits des Goncourt retrouvés (dans les Cahiers Edmond & Jules de Goncourt, n° 4, Paris, 1995-1996, listant 135 nouveaux exemplaire à envoi).

[4] Pierre Kyria, La Passion Goncourt, Paris, France Loisir, 2003, p. 133.

[5] J. L. Cabanes, Les frères Goncourt : art et écriture, Presses Universitaires de Bordeaux, 1997, p. 137.

[6] Clouzot, Guide du bibliophile français du XIXe siècle, p. 135.

[7] Inspecteur des Beaux-Arts, puis inspecteur général adjoint des musées de province, Roger Marx (1859-1913), dont la devise était « Rien sans art », fut aussi un critique d’art réputé, se signalant par son ardeur à soutenir des artistes alors méconnus, comme Gauguin, Maurice Denis, Degas, Toulouse-Lautrec, Monet, Renoir, etc. Auteur de nombreux ouvrages sur l’art, il était aussi proche des milieux littéraires et livra une étude sur Huysmans (1894).

Portrait de Roger Marx par Eugène Carrière, huile sur toile, 1886. Musée d’Orsay, Paris. Photo WikiCommons

Familier d’Edmond de Goncourt dans les dernières années de sa vie, cité à plusieurs reprises dans le Journal, il reçut pas moins d’une trentaine d’ouvrages offerts par Goncourt avec dédicace, dont cet exemplaire des Lettres de Jules de Goncourt paru en 1885 :

Jules de Goncourt, « Lettres », Paris, Charpentierm 1885, édition originale. Exemplaire de Roger Marx, avec envoi autographe d’Edmond de Goncourt. Inv. 1403

Outre la préface des Etudes d’art, il devait par ailleurs préfacer le catalogue de la vente posthume des Goncourt en 1897 et leur consacrer le premier chapitre (« Les Goncourt et l’Art ») de son essai Les Maîtres d’hier et d’aujourd’hui, paru en 1914. Il donna aussi, dès 1894, un court article sur les Goncourt et leur écriture collaborative dans le recueil collectif Portraits du prochain siècle initié par le poète et éditeur Edmond Girard (tome I : « Poètes et Prosateurs », seul paru, dans la section des « Précurseurs », p. IX). En voici le manuscrit autographe, suivi de sa transcription :

Roger Marx, « Edmond et Jules de Goncourt », manuscrit autographe signé, s.d. [1894]. Inv.2287

« Edmond et Jules de GONCOURT – L’exemple d’Edmond et de Jules de Goncourt inflige le démenti nécessaire aux systèmes qui dénient la survie à l’œuvre issue d’une collaboration. Dans l’histoire des lettres modernes, nulle contribution ne fut davantage que la leur, essentielle. Ils ont embrassé les plus étendus horizons, parcouru tous les champs de la pensée, ensemencé dans tous les sillons. La Philosophie, l’Histoire, le Roman, la Critique, le Théâtre les réclament et partout les deux frères auront laissé la marque triomphale des apporteurs de neuf et des initiateurs. Aristocratiquement, par l’indépendance souveraine des jugements, par la valabilité de l’enquête sociale sur jadis et naguère, par l’ardeur des revendications en faveur de l’art national délaissé, de l’art japonais inconnu, ils se distinguent, ils dominent, et, non moins que l’idée, leur appartient en propre sa parure appropriée, cette écriture artiste à laquelle s’est complu l’acuité nerveuse de leurs sens affinés ! Des révolutionnaires, a-t-on dit ; bien plutôt des connétables glorieux d’avoir annexé au domaine des lettres des provinces ignorées, immenses. ROGER MARX. »

Provenance du manuscrit : Edmond Girard (1860-1928, poète et éditeur) ; Jean-Louis Debauve (1926-2016, magistrat, bibliophile spécialiste de Devos, Sade et Laforgue, éditeur des œuvres de Laforgue) (cachet humide au verso). Publié dans Portraits du prochain siècle – Tome I : Poètes et Prosateurs, Paris, E. Girard, 1894, p. IX.

[8] Un seul Goncourt de provenance Lorrain figure dans l’excellent recensement Les Goncourt dédicateurs de Christian Galantaris (n° 474) : une réédition de 1895 de La Fille Elisa (passé dans la vente de la bibliothèque du Dr. Pozzi en 1919). Le présent exemplaire d’Etudes d’art est ensuite passé par la collection d’Adolphe Lefrancq (conservateur du Musée des Beaux-Arts de Valenciennes [1922-1943], maire de Valenciennes [1941-1944]) (ex-libris héraldique gravé).

[9] Sur les rapports Goncourt/Lorrain, voir Stéphanie Champeau, « Jean Lorrain et les Goncourt », dans Jean Lorrain, produit d’extrême civilisation, Presses universitaires de Rouen, 2009, pp. 149-188, ainsi que André Billy, Les frères Goncourt, Paris, Flammarion, 1954, pp. 436-437.

[10] Cette tendance de Lorrain à mordre ira parfois à l’encontre de Goncourt et de ses amis : « Article épouvantable de ce sacré Lorrain, auquel j’avais demandé instamment de ne pas toucher à Mlle Abbatucci. Que le diable l’enlève ! » (26 février 1891), « Oh, le Chinois que ce Lorrain ! (…) article plein de perfidies » contre Daudet (31 octobre 1889), etc. Goncourt semble souvent fasciné par la personnalité trouble de Lorrain (même s’il ne fait qu’une seule allusion à son homosexualité).

[11] Goncourt, Journal, 10 novembre 1863.

[12] Créés par Gavarni en 1862, les « dîners Magny » réunissaient, au restaurant parisien du même nom (puis au restaurant « Le Brébant » à partir de 1870), un cénacle de journalistes, d’écrivains, d’artistes et de scientifiques. Le dîner se tenait deux fois par mois et seuls les hommes y étaient admis. L’unique exception fut George Sand, qui accepta de se joindre au groupe après une longue hésitation. Les principaux convives étaient Sainte-Beuve, Paul Gavarni, Théophile Gautier, Gustave Flaubert, Guy de Maupassant, les frères Goncourt, Ernest Renan, Marcellin Berthelot, Hippolyte Taine, Jules Claretie, Ivan Tourgueniev, Paul de Saint-Victor…

[13] Jules et Edmond de Goncourt, Pages retrouvées, Paris, Charpentier, 1886, pp. 93-100. Le livre ainsi décrit était Les derniers contes de Jean de Falaise, Paris, Poulet-Malassis et De Broise, 1860.

[14] Sur les rapports de Goncourt avec Gavarni, voir Ségolène Le Men, « Les Goncourt et Gavarni », dans Francofonia, n° 21, Florence, Olschki, 1991, pp. 71-85.

Quant à l’article consacré à Gavarni par Sainte-Beuve, voici une belle lettre à ce sujet, adressée par le critique et homme de lettres au grand et puissant patron de presse Emile de Girardin (1802-1881) qui avait, entre autres journaux, fondé en 1829 La Mode, périodique dans lequel Gavarni fit ses débuts. En 1863, Sainte-Beuve interrogeait donc Girardin en tant que premier « patron » du célèbre illustrateur :

Charles-Augustin Sainte-Beuve, lettre autographe signée à Emile de Girardin, Paris, 21 septembre 1863. Inv. 1991

« Ce 21 7bre 1863 [11, rue mont Parnasse]. Mon cher ami, on me dit que vous êtes de retour. Votre article de La Presse sur cet […] diplomatique me le dit aussi. Je voudrais vous demander, à propos de Gavarni sur qui je vais écrire, une indication précise. C’est avec vous, n’est-ce pas qu’il a commencé cette 1ère série qui l’a fait connaître. A quelle date précisément ? C’est à La Mode, n’est-ce pas ? Ces cahiers de lui que je vous ai vu apporter à la Princesse, sont-ce ces débuts-là, et où peut-on se les procurer ? voilà bien des questions sèches qu’il serait plus agréable de faire en vous rencontrant. Je ne vous écris que parce que je crains que vous ne repartiez sans que j’aie ce plaisir. Bien à vous, Sainte-Beuve. Vous avez fait là, comme pour les Elections, une seconde campagne couronnée de succès par l’événement. »

[15] Goncourt, Journal, 17 janvier 1886.

[16] Goncourt, Journal, 4 juillet 1885.

[17] Outre Gavarni et La Saint-Huberty qui se trouvent dans mes rayons, on peut retrouver trace de : La Fille Elisa (EO, 1877, bradel papier, vente biblio. Jean-Marie Moulin, déc. 2003, n°122/1 : « A François Coppée, l’ami, Edmond de Goncourt ») ; Les Frères Zemganno (EO, 1879, 1/2 maroquin havane de Laurenchet, vente biblio. Jean-Marie Moulin, déc. 2003, n°122/3 : « A François Coppée, l’ami, Edmond de Goncourt »).

[18] Goncourt, Journal, 29 novembre 1894.

[19] Saint-cyrien et officier de cavalerie (1833-1845), il quitta ensuite l’armée pour entrer dans le corps préfectoral : sous-préfet de Saint-Quentin (1852), préfet de l’Aisne (1853), puis de l’Yonne (1856), il devint, après l’attentat d’Orsini, préfet de police (1858-1866), puis sénateur. Il disparut de la scène politique après un échec aux élections de 1881.

[20] Edmond et Jules de Goncourt, Journal, Paris, Charpentier, 1891, tome II (1862-1865), p. 127 (25 juin 1863).

[21] Edmond et Jules de Goncourt, Journal – Mémoires de la vie littéraire, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », tome I (1851-1865), p. 902 (13 décembre 1862).

[22] « Entre collectionneurs : une lettre inédite de Jules de Goncourt à Symphorien Boittelle, préfet de police de Paris (1er juillet 1863) », dans L’Amateur d’autographes, n° 23, Librairie William Théry, juillet 2020, pp. 1-6.

[23] Prix de Rome, peintre du roi, membre et professeur à l’Académie royale de peinture, Lépicié, souvent comparé à Chardin ou Greuze, fut l’un des peintres les plus appréciés de son époque.

[24] Catalogue descriptif des dessins des maîtres anciens exposés à l’Ecole des Beaux-Arts (mai-juin 1879), Paris, Typographie Georges Chamerot, 1879, p. 148, n° 611.

[25] Le pedigree de ce tableau est le suivant : Philippe-Henri, marquis de Ségur (vente Paris, 1793, lot 98) ; M. Pallu, de Poitiers (vente Paris, 1863, lot 14) ; Boittelle (ventes en 1866 et 1867) ; Maillet du Boulay (Paris, 1870, lot 9, acheté par …) ; Galerie Pamart ; Victomtesse Vigier (vente 1970, lot 6) ; Herner Wengraf Ltd., Londres ; Ron & Michael Shears, Londres (1972) ; John G. Scanlon (Floride) et descendance (jusqu’en 2009) ; Galerie Lawrence Steigrad Fine Arts (2009).

[26] Dessins, aquarelles et pastels du XVIIIe siècle… composant la collection des Goncourt, Paris, 15-17 février 1897, p. 83, n° 171 (intitulé « La Collation »). Plus récemment, on l’a vu repassé en vente chez Sotheby’s New York, durant la grande vente dela collection Florence J. Gould (25 avril 1985, lot 106).

[27] Dans le catalogue Watteau établi par Goncourt, on retrouve ainsi plusieurs dessins provenant de Chennevières (pp. 344-345) : « un Pierrot dont Colombine caresse le menton ; sanguine provenant de la collection Crozat et Roqueplan, et où est jetée dans un coin une étude de naïade couchée près d’un dauphin. On trouve encore au milieu des nombreux dessins de cette collection : Une jeune femme assise et vue de dos, dessin aux trois crayons. — Une conversation amoureuse dans un parc au-dessous d’un groupe de Vénus et de l’Amour, sanguine. — Une arabesque, où un buveur assis tient un verre d’une main, un flacon de Tautre, sanguine. — Six paysages d’après Titien venant de la collection Crozat, sanguines. — Un profil d’enfant priant les mains jointes d’après Véronèse, sanguine, etc. ». De même sont décrits : « 627. Jeune homme embrassant une femme au bord d’un chemin où passe un âne chargé » (p. 291) ; « 493. Turc assis, vu de trois quarts » (p. 268), et « 411. Jeu d’enfants dont l’un est monté sur un bâton terminé par une tête de chèvre » (p. 251).

[28] L’année suivante, le même éditeur devait publier le Catalogue raisonné de l’œuvre peint, dessiné et gravé de P.P. Prudhon mis au point par Goncourt.

[29] Voir Vicaire, tome III, col. 1057 et Clouzot, p. 137.

[30] Popelin s’efforçait en effet de retrouver les techniques anciennes perdues de cet art.

[31] Goncourt, Journal, 17 juin 1875.

[32] Sur le très méconnu Musée d’Ennery, voir un très joli article de Laurence Mouillefarine paru dans la Gazette Drouot en 2018.

[33] Jules de Goncourt, Lettres, Paris, Charpentier, 1885, p. 193.

[34] Sur ce livre, voir notamment Edouard Graham, Passages d’encre, Paris, Gallimard, 2008, n° 63, pp. 322-325. La collection Bonna possède l’exemplaire sur Japon en reliure japonisante avec envoi autographe de Goncourt à son secrétaire-biographe Alidor Delzant (« bien amicalement »).

[35] Goncourt, Journal, 22 mars 1891.

[36] Rod envoya par la suite à Goncourt un des 25 exemplaires sur Hollande des deux tomes de sa Vie privée de Michel Teissier (Paris, Perrin, 1893-94), avec les envois « A Edmond de Goncourt, hommage de respectueuse admiration, Edouard Rod » et « A Edmond de Goncourt, en hommage respectueux, Edouard Rod » (vus à la Librairie Anne Chaptal, Paris, juin 2009).