Archives par mot-clé : Edition illustrée

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (64) – CES ENFANTS QUI SONT NOS HÉROS

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (64)

CES ENFANTS QUI SONT NOS HÉROS

A Sophie et Alexis,
mes enfants chéris (et bien réels)
qui grandissent trop vite…

Lors de ses premières expériences de textes littéraires, l’enfant-lecteur est sans doute porté à apprécier davantage les personnages enfantins, des figures proches de lui, auxquels il peut s’identifier, avec l’impression d’être au contact d’un livre dont il est lui-même, un peu, par procuration, le héros. Aussi n’est-il pas surprenant de constater que les livres de fiction pour enfants, depuis leur apparition vers la fin du XVIIe siècle, mettent en scène de manière sinon exclusive (il faudra en effet parler, dans un troisième billet « enfantina » à venir, des premiers rôles accordés à des jouets ou à des animaux), du moins fortement majoritaire, des personnages principaux enfantins. Le succès planétaire pérenne de la saga Harry Potter de J.K. Rowling depuis 1997 apporte un témoignage récent indéniable sur le fait que cette vieille recette demeure toujours d’actualité !

Harry Potter et ses amis : déjà un classique intergénérationnel ! Photo DR

Pour en prendre un exemple plus ancien, mais tout aussi frappant, ouvrons ce petit cahier à la couverture verte offert vers 1852 par un petit garçon de huit ans à sa maman. Il s’appelait alors Anatole Thibault, mais devint plus tard très célèbre sous le nom d’Anatole France (puisque la famille avait adopté ce nom, forme angevine du prénom paternel)[1]. C’est pour la joie de ses parents que le futur Prix Nobel de littérature composa ses premiers écrits, dont certains ont été conservés par miracle, comme ces quelques pages offertes à sa mère Antoinette Gallas (1811-1886). Après une dédicace promettant amour et belles lectures, l’écrivain en herbe n’avait toutefois pas encore fait œuvre inédite, mais s’était borné à recopier, de sa plus belle écriture, un texte existant.

Anatole France, “Choix de jolies petites histoires instructives”, vers 1852, manuscrit autographe signé, p. [1]. Inv. 2122
Anatole France, “Choix de jolies petites histoires instructives”, vers 1852, manuscrit autographe signé, p. [3]. Inv. 2122

Intitulée Les Enfants de bois, la petite histoire dialoguée était en effet tirée d’un ouvrage pour enfants de l’abbé Gaultier, Lectures graduées pour les enfants du premier âge[2]. Publié pour la première fois chez l’éditeur parisien Renouard en 1825, l’ouvrage connut plusieurs rééditions tout au long du XIXe siècle et Anatole France enfant en possédait manifestement une. Le récit faisait intervenir Alexandrine et Charlotte, deux petites filles au langage fort châtié, utilisant avec brio des rafales de subjonctifs passés. Elles discutaient avec leur bonne de Charlotte, qui décrit la sortie faite avec sa maîtresse aux « enfants de bois » (comprendre : un théâtre de marionnettes) dont les caractères, bons ou mauvais, étaient mis en scène durant le spectacle à des fins édifiantes.

Allons donc à notre tour au spectacle pour découvrir d’autres personnages enfantins devenus des icônes de la littérature autant pour les grands que pour les petits ! Ce deuxième billet « enfantina » abordera ainsi de manière spécifique des œuvres dont les héros étaient des enfants, selon quatre axes : les précurseurs (Télémaque et Anacharsis) ;  les personnages fantastiques (Tom Pouce, Peter Pan) ; les enfants plongés dans un monde imaginaire (Alice et Nils Holgersson) ; les enfants du quotidien (Sophie de Réan et ses amies, Cedric Errol, Sara Crew, Heidi, Rémi) ; enfin, les petits aventuriers (Tom Sawyer, Huck Finn, Mowgli, Claude Dorsel et ses cousins).

 I. Au commencement étaient … les Grecs

La fin du XVIIe siècle et le Siècle des Lumières à sa suite ont procuré quelques textes-phares pionniers devenus très rapidement des classiques incontournables de la formation des enfants, employés, réédités et adaptés durant plus de deux cents ans, jusqu’à ce que la première Guerre mondiale change la société européenne trop en profondeur. Sans surprise, deux de ces textes à grande longévité éditoriale mettaient déjà en scène des figures d’enfant, ou du moins d’adolescent, meilleur moyen de créer un courant de sympathie entre ces héros et les jeunes lecteurs. Tous deux furent empruntés à l’Antiquité (comme il était alors de bon ton) et leur nom berça des générations d’écoliers. Le premier de ces livres, qui fait vraiment figure d’œuvre fondatrice, n’était autre que Les Aventures de Télémaque du grand Fénelon.

1. Les voyages sulfureux du fils d’Ulysse

Cadet d’une famille noble du Périgord, François de Salignac de La Mothe-Fénelon (1651-1715) avait été dédié à l’Église, comme il était de coutume. Après avoir reçu la prêtrise et son doctorat de théologie, il s’était retrouvé nommé en 1679 dans un internat parisien recevant des jeunes filles de bonne famille récemment converties au catholicisme. Le jeune pédagogue tira de cette expérience son premier livre (écrit en 1681, mais publié en 1687 seulement), un Traité de l’éducation des filles, initialement destiné à l’usage du duc et de la duchesse de Beauvilliers pour la formation de leurs enfants[3]. Le présent exemplaire de l’édition originale, dans son second tirage (avec les fautes corrigées), appartint à la bibliothèque du couvent Sainte-Ursule de Beauvais.

François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Education des filles…”, Paris, chez Pierre Auboin, Pierre Emery et Charles Clousier, 1687, édition originale, second tirage. Inv. 1168

Distingué par la puissante Madame de Maintenon, il fut nommé en 1689 précepteur du duc de Bourgogne, le petit-fils de Louis XIV (alors âgé de sept ans), puis de ses deux autres frères, les ducs d’Anjou et de Berry. Cette position en vue de précepteur royal lui valut d’entrer à l’Académie française en 1693. Gloire de courte durée, toutefois, puisque sa position dans la querelle théologique sur le quiétisme et son opposition à son ancien ami Bossuet finirent par lui valoir la disgrâce (notamment après la publication du traité Explication des maximes des saints sur la vie intérieure en 1697 [4]) : écarté de l’éducation des jeunes princes, il fut relégué dans son archevêché de Cambrai. Mais il y avait une autre raison à ce limogeage. Dès 1694, Fénelon avait entrepris d’écrire, à destination de son principal élève, un roman pédagogique mettant en scène le jeune fils d’Ulysse, Télémaque, dans une forme inédite de « road book » pour enfants. De manière novatrice, le prélat appliquait à la forme romanesque le principe du « placere et docere » (plaire et instruire) horatien, déjà décliné par La Fontaine avec ses fables. Flanqué de son précepteur Mentor, le jeune Télémaque traversait ainsi, au gré du récit, différents royaumes de l’Antiquité, bonne occasion de se frotter à plusieurs types de gouvernement et d’en analyser les excès, les failles ou les intérêts, avec les conseils éclairés de son sage compagnon. L’œuvre circula sous forme de manuscrits privés, mais, après le prétendu vol par un domestique indélicat (dans ces cas-là, il y a toujours un histoire de valet voleur : ils ont toujours eu bon dos, et pas uniquement pour les bastonnades moliéresques !), le texte aboutit finalement chez la veuve de l’éditeur Claude Barbin. Forte d’un privilège royal obtenu en bonne et dûe forme le 6 avril 1699, elle entreprit la publication le mois suivant quand, en plein travail d’impression, survint l’ordre impératif de tout stopper… Le texte était tombé sous les yeux du roi en personne, et ce dernier avait profondément tiqué en découvrant le personnage de l’arrogant prince Idoménée, qui semblait être sa caricature (réaction qu’eurent aussi, à dire le vrai, beaucoup de lecteurs de l’époque !). Critiquant implicitement le principe de l’absolutisme, le roman semblait promouvoir le droit naturel contre le droit divin… Bonne occasion pour le Roi-Soleil de rappeler qui était le maître ! Les presses cessèrent donc de gémir et le texte du premier volume, le seul alors en cours d’impression, s’arrêta abruptement au bas de la page 208, au bout de quatre chapitres (livres) et demi : on a depuis surnommé cette fameuse édition tronquée « le Fragment » (dont il existe d’ailleurs deux états, des coquilles ayant été corrigées en cours de tirage). Les exemplaires en sont aujourd’hui très rares, une partie importante du tirage ayant été détruite. Oui, mais voilà : « Interdisez-moi, on me lira ! » Le principe ne tarda pas à se constater et des éditions pirates de ce texte censuré commencèrent immédiatement à pulluler.

François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures de Telemaque…”, Paris, chez la Veuve de Claude Barbin, 1699, page de titre. Inv. 632
François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures de Telemaque…”, Paris, chez la Veuve de Claude Barbin, 1699, p. 1. Inv. 632

Une fois l’interdit royal promulgué, un travail éditorial souterrain se mit en place pour procurer et diffuser le texte interdit, depuis la province ou l’étranger. Très vite, les officines wallonnes ou hollandaises, toujours empressées de brocarder la superbe louis-quatorzienne, prirent le relais, avec notamment l’édition bruxelloise de François Foppens ou la série des volumes publiés à La Haye par Adrian Moetjens (qui donna le texte complet, en cinq parties, à partir de juin 1699). Mais les bibliographies donnent, avant même ces interventions étrangères, deux éditions manifestement françaises reprenant le texte du seul « Fragment » : toutes deux sont fort peu communes, pour ne dire des plus rares. La première présente encore au titre le nom et l’adresse en toutes lettres de la veuve Claude Barbin, ce qui plaiderait pour une forme d’antériorité avant la plongée dans l’anonymat.

François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures de Telemaque…”, Paris, chez la Veuve de Claude Barbin, 1699, pp. 214-215. Inv. 632

Comptant 215-(1) pages, ce volume utilise une version déjà raccourcie du titre (soit Les Avantures de Telemaque en lieu et place du bavard intitulé initial, Suite du quatrième livre de l’Odyssee d’Homere, ou Les Avantures de Telemaque, fils d’Ulysse), mais affiche encore le privilège royal d’impression à la dernière page (p. [216]). Quelques corrections ont été apportées par rapport à l’édition-modèle : le mot « Chapelle » dans l’adresse sur la page de titre (au lieu de l’initial « Chappelle ») ; « élevés » (au lieu de « élevez ») à la page 17. En revanche, à cette même page, subsiste l’erreur « Temelaque » au lieu de « Telemaque ». Quant au titre courant, fautif dans le premier état de l’édition originale, il est bien ici rectifié en « Les avantures de Telemaque ». A la page 215, le texte s’achève sur les mots « […] il marche chancelant vers la ville en demandant son fils », exactement comme dans le « Fragment ». En dépit de l’adresse et de la reprise du privilège royal, il ne s’agit certainement pas d’une réelle édition Veuve Barbin, mais plus probablement d’une contrefaçon copiée avec minutie sur le second état de l’édition originale du « Fragment ». Ce curieux volume était demeuré inconnu des principales bibliographies, notamment de Tchemerzine, Lucien Scheler en faisant toutefois état dans une note manuscrite sur son exemplaire personnel[5].

François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures et Histoire de Telemaque…”, s.l.n.n., 1699, page de titre. Inv. 229
François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures et Histoire de Telemaque…”, s.l.n.n., 1699, p. 3. Inv. 229

Tchemerzine avait en revanche bien noté (quoique sans en donner la reproduction, faute d’exemplaire disponible) l’existence d’une autre contrefaçon précoce, déjà relevée en 1840 par l’abbé Caron, pionnier de la bibliographie de Fénelon[6]. Pour reprendre sa description, ce volume en 119-(1) pages « contient la première partie de la veuve Barbin, mais avec des variantes, et quelques lignes de plus à la fin, qui indiquent qu’il fut imprimé sur une copie différente. Cette édition a été sans doute faite dans la précipitation, car elle est remplie de fautes d’impression : on la dit excessivement rare ». Le volume se termine en effet sur les mots « Ils prennent des bâtons et des pierres » et comporte par ailleurs, sur sa dernière page (p. [120]), une « pièce en vers assez curieuse et peu connue » pour reprendre les termes du catalogue Rochebilière[7] (l’une des rares collections à avoir comporté ce volume), en l’occurrence un amusant « Madrigal sur le Telmaque [sic] de Mr. l’Archevêque de Cambray » en onze vers établissant une comparaison entre les qualités du roman et celles du traité sur les maximes des saints : on y jugeait le premier ouvrage nettement supérieur au second !

François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures et Histoire de Telemaque…”, s.l.n.n., 1699, pp. 118-119. Inv. 229

Il fallut attendre la Régence pour que le texte déjà plébiscité par toute l’Europe revît le jour officiellement en France. En 1717 parut enfin une édition complète en deux tomes, mise au point avec soin à partir des manuscrits originaux, à l’initiative du marquis de Fénelon, neveu de l’auteur décédé deux ans plus tôt. Le roman s’y trouvait pour la première fois divisé en vingt-quatre livres, un découpage conservé par toutes les éditions ultérieures. En réalité, il y eut deux tirages de cette édition de 1717, l’un imprimé « en gros caractères », l’autre plus compacte, « en petits caractères » (avec 37 lignes à la page, non compris le titre courant). Si le premier de ces tirages a toujours eu les faveurs des collectionneurs (en raison de son aspect plus agréable à l’œil), ce n’en est pas moins le second qui constitue la véritable première édition complète, comme l’a bien établi le bibliographe Claudin (qui mit en avant l’absence de tables, les coquilles plus nombreuses, ensuite corrigées dans l’édition « en gros caractères », ainsi que la présence de feuillets cartonnés, le tout constituant des indices probants d’antériorité).

François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures de Telemaque…”, Paris, Florent Delaulne, 1717, frontispice et page de titre du tome I. Inv. 3350

Outre sa parfaite correction, cette « première édition conforme au manuscrit original » bénéficiait d’une riche iconographie : aux deux frontispices (dont un portrait de l’auteur par Bailleul, gravé en taille-douce par Duflos) s’ajoutaient vingt-quatre planches hors-texte d’après des  dessins de Bonnart, gravées en taille-douce par Giffart. Une carte dépliante était enfin placée à la fin du tome II, permettant au lecteur de suivre pas à pas les pérégrinations du héros et de son précepteur.

François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures de Telemaque…”, Paris, Florent Delaulne, 1717, illustration du livre I (“Telemaque poussé par les flots sur les bords de l’isle de Calipse”). Inv. 3350
François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures de Telemaque…”, Paris, Florent Delaulne, 1717, illustration du livre III (“Telemaque s’instruit du Commerce des Tyriens”). Inv. 3350
François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures de Telemaque…”, Paris, Florent Delaulne, 1717, illustration du livre VII (“Mentor se precipite avec Telemaque dans la mer”). Inv. 3350
François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures de Telemaque…”, Paris, Florent Delaulne, 1717, “Carte des voyages de Telemaque” à la fin du tome II. Inv. 3350

Comme le souligna Jacques Le Brun, « une nouvelle époque s’ouvrait avec cette publication. Le Télémaque n’était plus une œuvre clandestine, mais un livre que l’approbateur présentait comme méritant “d’être traduit dans toutes les langues que parlent ou qu’entendent les peuples qui aspirent à être heureux” ». Après avoir connu le purgatoire, le Télémaque devenait le compagnon de lecture et d’étude de toute la jeunesse de France. Aux éditions petit format s’ajoutèrent bientôt les imposants in-folio qui marquaient son passage et même sa consécration au rang de classique indétrônable. Du nombre de ces majestueux volumes du XVIIIe siècle, c’est une édition de 1761 qui est venue nicher dans mes rayons.

François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures de Télémaque fils d’Ulysse …”, Lille, J. de Wetstein et Amsterdam, Z. Chatelain et fils, 1761, page de titre. Inv. 257
François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures de Télémaque fils d’Ulysse …”, Lille, J. de Wetstein et Amsterdam, Z. Chatelain et fils, 1761, frontispice. Inv. 257
François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures de Télémaque fils d’Ulysse …”, Lille, J. de Wetstein et Amsterdam, Z. Chatelain et fils, 1761, portrait gravé de l’auteur. Inv. 257

Affirmant être une « Nouvelle édition conforme au Manuscrit original, avec des Notes pour servir d’éclaircissement à la Fable &c. Le tout enrichi de Planches & de Vignettes qui ont raport au sujet », cette édition lillo-amsterdamoise constituait une réimpression de la magnifique édition gravée de 1734[8]. Imprimé sur papier fort et présentant le texte dans une guirlande d’encadrement gravée, l’exemplaire se trouve donc illustré du portrait de Fénelon gravé par Drevet d’après Vivien, d’un frontispice d’après Picart et de 24 planches hors-texte d’après Debrie, Dubourg et Picart, sans compter 13 culs-de-lampe et 24 vignettes ou bandeaux.

François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures de Télémaque fils d’Ulysse …”, Lille, J. de Wetstein et Amsterdam, Z. Chatelain et fils, 1761, planche gravée illustrant le livre I. Inv. 257
François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures de Télémaque fils d’Ulysse …”, Lille, J. de Wetstein et Amsterdam, Z. Chatelain et fils, 1761, planche gravée illustrant le livre III. Inv. 257
François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures de Télémaque fils d’Ulysse …”, Lille, J. de Wetstein et Amsterdam, Z. Chatelain et fils, 1761, planche gravée illustrant le livre V. Inv. 257
François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures de Télémaque fils d’Ulysse …”, Lille, J. de Wetstein et Amsterdam, Z. Chatelain et fils, 1761, planche gravée illustrant le livre X. Inv. 257
François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures de Télémaque fils d’Ulysse …”, Lille, J. de Wetstein et Amsterdam, Z. Chatelain et fils, 1761, planche gravée illustrant le livre XV. Inv. 257
François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Les Avantures de Télémaque fils d’Ulysse …”, Lille, J. de Wetstein et Amsterdam, Z. Chatelain et fils, 1761, planche gravée illustrant le livre XX. Inv. 257

La présence de Télémaque dans ma collection ne s’arrête toutefois pas avec ce beau volume, car la succès du texte n’avait même pas encore atteint son apogée ! Tout au long du XIXe siècle, on ne compta plus, outre les nombreuses rééditions pour adolescents et adultes, les adaptations simplifiées, façon Le petit Télémaque, permettant sa lecture par des enfants plus jeunes. Mais la présente édition illustrée de 1817 (un siècle tout juste après la première édition française officielle) se voulait encore destinée à un public adolescent.

François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse”, Paris, Depelafol, 1817, frontispice et page de titre. Inv. 3348
François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse”, Paris, Depelafol, 1817, frontispice du livre I. Inv. 3348
François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse”, Paris, Depelafol, 1817, frontispice du livre VII. Inv. 3348
François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse”, Paris, Depelafol, 1817, frontispice du livre XI. Inv. 3348

De sa première édition en 1699 à la veille de la première Guerre mondiale, le livre de Fénelon fut l’un des plus réédités et des plus lus de toute la littérature mondiale : on n’en recense pas moins de 550 éditions (sans compter leurs réimpressions) et de 170 traductions. La diffusion de l’œuvre s’étendit, bien au-delà de la France, à toute l’Europe, via des traductions dans quasiment toutes les langues : comme le souligne Nathalie Ferrand, le roman a été « tellement traduit en Europe que le décompte exact de ses traductions reste encore à faire » ! Dans sa version originale, il a également été le texte sur lequel des générations d’écoliers européens ont appris le français.

2. Un adolescent sur les routes de la Grèce antique

L’autre texte fondateur a tout du roman-fleuve, dévidant son récit sur cinq volumes in-quarto trapus. Il fallait bien cela pour rendre compte d’une trentaine d’années de travail ! C’est en effet le temps passé par l’abbé Jean-Jacques Barthélémy (1716-1795) à la rédaction de son Voyage du jeune Anacharsis en Grèce. Parlant plusieurs langues orientales, le fort érudit homme d’Église est le père-fondateur de la recherche scientifique sur les Phéniciens (il en fut le Champollion, déchiffrant leur alphabet à partir de stèles bilingues gréco-phéniciennes en 1784), mais aussi de la science numismatique, devenant d’ailleurs le conservateur du département des médailles de la Bibliothèque royale. C’est toutefois son roman antiquisant qui le fit connaître du grand public, vite passionné par l’érudition déployée à destination de la jeunesse dans ce récit qui savait se montrer aussi savant qu’attirant. La publication d’un tel ouvrage sur la vie antique à la veille de la Révolution connut un impact immédiat, avec un succès jamais démenti jusqu’à la fin du XIXe siècle, occasionnant de nombreuses imitations ou adaptations.

Jean-Jacques Barthélemy, “Voyage du Jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l’ère vulgaire”, Paris, De Bure, 1788, tome I, page de titre. Inv. 1545
Jean-Jacques Barthélemy, “Voyage du Jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l’ère vulgaire”, Paris, De Bure, 1788, tome I, incipit du texte. Inv. 1545

Voulant dresser un tableau complet de la Grèce de Périclès et de Philippe de Macédoine, l’abbé osa substituer à l’analyse historique traditionnelle, la description des lieux, des personnages, des us et coutumes comme s’ils étaient observés par un adolescent fictif, un jeune Scythe nommé Anacharsis, qui aurait donc parcouru la péninsule vers le milieu du IVe siècle av. J.-C. On y trouve de longues descriptions des villes grecques et ioniennes, ainsi que des digressions sur d’autres sujets tels que le théâtre, les coutumes, la philosophie, le vin et les cultes bachiques et dionysiaques, l’agriculture, l’alimentation avec des listes de nourriture avec leur provenance et même des recettes, enfin les fêtes et les cultes.

Jean-Jacques Barthélemy, “Voyage du Jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l’ère vulgaire”, Paris, De Bure, 1788, atlas, carte “La Grèce et ses isles”. Inv. 1545
Jean-Jacques Barthélemy, “Voyage du Jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l’ère vulgaire”, Paris, De Bure, 1788, atlas, carte “Plan du Bosphore de Thrace”. Inv. 1545
Jean-Jacques Barthélemy, “Voyage du Jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l’ère vulgaire”, Paris, De Bure, 1788, atlas, carte “L’Attique, la Mégaride et partie de l’isle d’Eubée”. Inv. 1545
Jean-Jacques Barthélemy, “Voyage du Jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l’ère vulgaire”, Paris, De Bure, 1788, atlas, carte “Plan d’Athènes”. Inv. 1545

Pour permettre aux jeunes lecteurs de suivre le périple du héros, l’ouvrage était accompagné d’un précieux atlas (qui fait souvent défaut aux volumes de texte, selon un cas de figure fréquent) : ce volume complémentaire contenait trente-deux planches gravées dépliantes, presque toutes établies par le renommé géographe du roi Jean-Denis (1760-1825), avec l’utilisation de certains travaux de son collègue et aîné Jean-Baptise d’Anville, l’ensemble étant gravé par Guillaume de La Haye. Quelques planches non cartographiques venaient agrémenter le tout, comme cette planche montrant Platon et ses disciples au cap Sunium.

Jean-Jacques Barthélemy, “Voyage du Jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l’ère vulgaire”, Paris, De Bure, 1788, planche “Platon sur le cap Sunium au milieu de ses disciples”. Inv. 1545
Jean-Jacques Barthélemy, “Voyage du Jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l’ère vulgaire”, Paris, De Bure, 1788, série des cinq volumes de l’édition originale. Inv. 1545

Là encore, le succès durable du roman occasionna une multitude de rééditions au cours du XIXe siècle, le plus souvent sous des formes simplifiées et abrégées (Le petit Télémaque) procurées par des éditeurs de livres pour enfants. Les choses se tassèrent toutefois un peu vers 1900, si l’on en croit le témoignage de celui qui, natif d’Aubagne comme Barthélemy, occupa par la suite le même fauteuil à l’Académie française : dans ses souvenirs de petite enfance, il revit « une très haute fontaine, sous les platanes du Cours, juste devant notre maison. C’est le monument que ses compatriotes élevèrent à notre abbé Barthélemy, considéré comme un homme de gauche, à cause du Voyage du jeune Anacharsis. Peu de personnes l’avaient lu, et beaucoup disaient, en toute bonne foi : Le jeune Anarchiste. […] ». C’est Pagnol qui parle, bien entendu[9] !

 II. Enfan-tastiques

Certains de ces petits héros littéraires n’avaient finalement d’enfants que l’apparence, tant leur nature profonde relevait du merveilleux. Conçu grâce aux opérations magiques de Merlin en personne, l’enfancule Tom Pouce sortit ainsi du ventre de sa mère après trois mois de grossesse, déjà capable des plus grands exploits en dépit de sa petite taille. Quant au non moins fameux Peter Pan, n’était-il pas capable de voler dans les airs, même sous sa forme première de bébé d’une semaine ? Voilà les caractéristiques peu communes de ces « enfan-tastiques ».

1. Un héros taille XXS

Avant tout héros du folklore britannique, Tom Pouce vit donc le jour par magie, grâce aux bons auspices de l’enchanteur Merlin, au sein d’un couple âgé n’ayant pas encore eu d’enfant. Son père, le vieux Thomas de la Montagne, laboureur et membre du Conseil du roi Arthur, était prêt à recevoir n’importe quel fils, même de la hauteur de son pouce – ce en quoi il fut exaucé ! Un peu magicien lui-même, affectueux et aidant avec ses parents, Tom connait bien des aventures en raison de sa petite taille : attrapé ou gobé à longueur de temps par des poissons, des vaches, des oiseaux, des bohémiens, etc., puis recraché, extrait ou déféqué (!), il parvient toujours à s’en sortir avec l’appui de la Reine des Fées, sa marraine.

Publiée à Londres en 1621, la version anglaise de Richard Johnson constitua ainsi le premier conte merveilleux imprimé au Royaume-Uni. L’auteur promettait, en fin de volume, une suite qui ne vint jamais… En revanche, bien des versions, antérieures à l’histoire anglaise ou imitées d’elles, se rencontrent dans les folklores européens. Devenue vers le milieu du XVIIIe siècle un texte exclusivement pour enfants (ce qu’elle n’était pas à l’origine), l’histoire connut maintes réécritures sous la plume des plus grands conteurs (il convient toutefois de la distinguer complétement du conte de Perrault, « Le Petit Poucet »). En 1819, les frères Grimm publièrent ainsi « leur » Tom Pouce sous le nom de « Daumesdick » dans la deuxième édition des Kinder- und Hausmärchen. De son côté, s’inspirant de loin du concept en le faisant évoluer de manière très personnelle, Hans Christian Andersen livra lui un conte nommé « Tommelise », du nom de son petit personnage féminin, soit « Poucette » en français (voir Mélanges 63 : Lisez danois ! Des contes venus du froid).

P.J. Stahl [i.e. Jules Hetzel], “Nouvelles et seules véritables aventures de Tom Pouce”, Paris, Jules Hetzel, 1845, troisième édition, frontispice et page de titre. Inv. 3342

En France, l’histoire avait vu le jour pour la première fois dans une traduction de Théodore Bertin († 1819), parue en 1820 chez Blanchard [10]. Mais la version française demeurée la référence fut publiée en 1844, dans une traduction nouvelle signée « P. J. Stahl ». Derrière ce pseudonyme appelé à s’afficher au titre de bien des livres pour enfants se cachait un jeune éditeur spécialisé en ouvrages jeunesse : Pierre-Jules Hetzel (1814-1886). Bien avant que son nom ne soit associé au succès Jules Verne, il s’était déjà taillé une réputation en lançant dès 1843 une collection baptisée « Le Magasin d’éducation et de récréation », des petits livres destinés à la lecture en famille. N’hésitant pas à recruter les meilleurs auteurs et illustrateurs du moment, il s’aboucha ainsi avec Alexandre Dumas et avec le dessinateur Bertall pour donner l’édition française de référence du Casse-Noisette d’Hoffmann, ainsi que le conte La Bouillie de la Comtesse Berthe (création originale de Dumas), volumes sur lesquels nous reviendrons dans un autre billet. Hetzel, de son côté, livra donc en 1844 sa version des Nouvelles et seules véritables aventures de Tom Pouce, dont une « troisième édition » (en fait la deuxième ?) sortit l’année suivante.

P.J. Stahl [i.e. Jules Hetzel], “Nouvelles et seules véritables aventures de Tom Pouce”, Paris, Jules Hetzel, 1845, troisième édition, p. 5, illustrations de Bertall. Inv. 3342
P.J. Stahl [i.e. Jules Hetzel], “Nouvelles et seules véritables aventures de Tom Pouce”, Paris, Jules Hetzel, 1845, troisième édition, pp. 50-51 (“Tom est avalé par un meunier”), illustrations de Bertall. Inv. 3342
P.J. Stahl [i.e. Jules Hetzel], “Nouvelles et seules véritables aventures de Tom Pouce”, Paris, Jules Hetzel, 1845, troisième édition, pp. 60-61 (“On construit à Tom un palais”), illustrations de Bertall. Inv. 3342
P.J. Stahl [i.e. Jules Hetzel], “Nouvelles et seules véritables aventures de Tom Pouce”, Paris, Jules Hetzel, 1845, troisième édition, p. 72-73 (“L’Album du Roi”), illustrations de Bertall. Inv. 3342

Copieusement illustré (250 bois), le volume présentait sur presque chaque page un ou plusieurs vignettes de Bertall, sans compter quelques planches pleine page. Sous ce nom d’artiste (ou celui de Tortu-Gorth[11]) se dissimulait le très aristocratique vicomte Charles Constant Albert Nicolas d’Arnoux de Limoges Saint-Saëns (1820-1882), l’un des illustrateurs les plus doués et les plus prolifiques de son temps, qui fournit, à partir du début des années 1840, des milliers d’images pour les livres de la Bibliothèque des chemins de fer, pour la Bibliothèque rose ou pour la Semaine des enfants. Selon le bibliophile Henri Beraldi, il était sans doute « impossible de fixer le nombre de dessins publiés par cet artiste très original et sans méchanceté ; un de ces hommes précieux qui ont eu le rare privilège de distraire et d’amuser leurs contemporains, ce dont il leur faut être bien reconnaissant ; il y en a tant qui les ennuient ! ». Comme toujours, une partie des tirages de 1844 et de 1845 fut commercialisée revêtue de reliures éditeur en percaline ornée de fers spéciaux polychromes, dont voici un exemple bien préservé.

P.J. Stahl [i.e. Jules Hetzel], “Nouvelles et seules véritables aventures de Tom Pouce”, Paris, Jules Hetzel, 1845, troisième édition, reliure éditeur polychrome. Inv. 3342

Le retirage de 1845 fut peut-être motivé (au-delà du succès du texte) par une coïncidence bienvenue dans l’actualité dramatique parisienne. En effet, le Théâtre du Vaudeville accueillait le « Général Tom Pouce », en d’autres termes le jeune Charles Sherwood Stratton (1838-1883), un enfant de sept ans atteint de nanisme repéré par le fameux Barnum qui l’emmena en tournée européenne pendant trois ans. Baptisé d’un nom de scène emprunté au conte anglais, l’enfant remporta à Paris un véritable triomphe dans la pièce Le petit Poucet de Dumanoir et de Clairville : on comprend qu’Hetzel ait fourni, dans ce contexte favorable, cette réédition bienvenue.

2. Celui qui ne voulait pas grandir

A l’origine de bien des livres pour la jeunesse se trouve le lien de l’auteur avec des enfants de son entourage (les siens ou ceux des autres). La chose est bien connue pour Lewis Carroll et la petite Alice Liddell, pour Alan Alexander Milne et son fils Christopher (le propriétaire et ami du doux Winnie), ou pour Heinrich Hoffmann (qui écrivit le Struwwelpeter pour son petit garçon Carl, alors âgé de trois ans). C’est aussi le cas de l’écrivain écossais James Matthew Barrie (1860-1937) qui inventa pour les enfants de ses amis Llewelyn Davies un conte merveilleux mettant en scène un enfant qui ne voulait pas grandir : c’est ainsi que naquit Peter Pan en novembre 1902[12].

James Matthew Barrie, “The Little White Bird”, Londres, Hodder & Stoughton, 1902, édition originale, frontispice et page de titre. Inv. 3356
James Matthew Barrie, « Peter Pan », dans “The Little White Bird”, Londres, Hodder & Stoughton, 1902, édition originale, p. 141. Inv. 3356

Le personnage n’occupait alors qu’une partie (les cinq chapitres centraux sur vingt-et-un) du roman à tiroirs The Little White Bird et était bien différent de celui que nous connaissons tous. Au sein de l’histoire du capitaine W., qui emmène un petit garçon nommé David dans un voyage vers le passé à la recherche de sa mère, se trouvent donc enchâssées les aventures de ce petit nourrisson magique qui, vieux de seulement une semaine, a décidé d’arrêter là sa croissance ! Devant le succès rencontré par son livre et notamment par ce curieux petit personnage, Barrie développa son histoire en le transformant en un garçonnet plus âgé présenté dans la pièce Peter Pan; or, the Boy Who Wouldn’t Grow Up, portée sur les planches le 27 décembre 1904 et vite devenue un triomphe : c’est le véritable acte de naissance du Peter Pan d’une dizaine d’années tel que nous le connaissons désormais. Quant à la première version du texte, elle fut republiée en 1906 à part entière, dans une édition séparée, sous le titre de Peter Pan in Kensington Gardens : l’ouvrage, un volume in-quarto relié en toile rouge, est demeuré célèbre pour son illustration fastueuse par Arthur Rackham.

James Matthew Barrie, “Peter and Wendy”, Londres, Hodder & Stoughton, 1911, édition originale, frontispice et page de titre. Inv. 2780

De sa pièce, Barrie tira un roman qui est donc la première matérialisation de l’histoire complète de Peter Pan. Sorti en 1911, le livre, toutefois, s’intitulait Peter and Wendy, partageant ainsi le premier rôle entre les deux enfants, le garçon fantastique et la fillette réelle. Peter emmène donc au Pays imaginaire Wendy Darling et ses frères John et Michael, contrée féérique où ils vont partager ses aventures, en rencontrant la fée Clochette (« Tinker Bell »), les enfants perdus (« the Lost Boys »), la princesse indienne Lily la Tigresse (« Tiger Lily ») et l’infâme capitaine Crochet. Devenu capitaine du Jolly Roger après avoir défait Crochet, Peter ramène à Londres Wendy et ses frères, mais aussi tous les Enfants perdus qui vont être adoptés par les Darling. Peter Pan rentre pour sa part au Pays imaginaire en jurant à Wendy qu’il ne l’oubliera jamais et qu’il reviendra tous les ans pour la ramener au Pays imaginaire.

James Matthew Barrie, “Peter and Wendy”, Londres, Hodder & Stoughton, 1911, édition originale, chapitre IV “The Flight”. Inv. 2780
James Matthew Barrie, “Peter and Wendy”, Londres, Hodder & Stoughton, 1911, édition originale, chapitre XI “Wendy’s Story”. Inv. 2780
James Matthew Barrie, “Peter and Wendy”, Londres, Hodder & Stoughton, 1911, édition originale, illustration “This man is mine” (duel de Peter Pan et du capitaine Crochet). Inv. 2780

Pour faire suite à cette fin ouverte de sa pièce, Barrie compléta donc son propos initial en 1906 dans une postface intitulée When Wendy Grew Up – An Afterthought, qui forma en définitive le dernier chapitre du roman en 1911. On y apprenait que Peter, oublieux de sa promesse, ne revint à Londres que bien longtemps après, retrouvant Wendy grandie et mère de famille ! Il emmènait alors sa fille Jane, puis, une fois celle-ci devenue grande à son tour, sa propre fille, Margaret, poursuivant ainsi un cycle éternel.

James Matthew Barrie, “Peter and Wendy”, Londres, Hodder & Stoughton, 1911, édition originale, reliure. Inv. 2780

Présentée dans une reliure éditeur de toile verte olive agrémentée de fers spéciaux (le dos représentait ainsi le capitaine Crochet en personne), l’édition originale, un joli volume in-octavo, était illustrée par un frontispice et onze planches en demi-teinte, imprimés sur papier glacé, de l’artiste anglais Francis Donkin Bedford (1864-1954) (qui avait déjà illustré plusieurs ouvrages d’enfants à succès comme A Christmas Carol ou A Book of Nursery Rhymes). Comme de coutume dans le monde anglo-saxon, l’édition originale anglaise, parue chez Hodder & Stoughton, fut doublée quelques jours plus tard par une parution américaine chez Charles Scribner’s Sons. Peu après sa sortie, le présent exemplaire de l’édition londonienne constitua un cadeau de Noël idéal pour un certain Ralph Brown, comme le rappelle l’ex-dono « from Mrs. H.S. MacPherson, Xmas 1911 ».

James Matthew Barrie, “Peter and Wendy”, Londres, Hodder & Stoughton, 1911, édition originale, ex-dono. Inv. 2780

Quatre ans plus tard, le texte connut, avec l’accord de Barrie, une adaptation simplifiée mise au point par May Byron, afin de toucher un public encore plus jeune : le titre fut alors modifié en Peter Pan and Wendy, ce qui, au fil des rééditions, finira simplement en Peter Pan. Immense succès planétaire[13], l’œuvre a été adaptée à de multiples reprises, dans des versions souvent édulcorées, au cinéma (version Disney en 1953), à la télévision, en bande dessinée, etc. La France, toutefois, fut longue à découvrir ce texte, puisqu’il fallut attendre les lendemains de la Seconde Guerre mondiale pour obtenir une première version française.

James Matthew Barrie, “Peter Pan (Peter Pan dans les jardins de Kensington – Peter Pan et Wendy)”, Paris, Librairie Hachette, Bibliothèque Rose, 1947, première édition française, frontispice et page de titre. Inv. 3339
James Matthew Barrie, “Peter Pan (Peter Pan dans les jardins de Kensington – Peter Pan et Wendy)”, Paris, Librairie Hachette, Bibliothèque Rose, 1947, première édition française, illustration par A. Pécoud (L’Envol). Inv. 3339
James Matthew Barrie, “Peter Pan (Peter Pan dans les jardins de Kensington – Peter Pan et Wendy)”, Paris, Librairie Hachette, Bibliothèque Rose, 1947, première édition française, illustration par A. Pécoud (Wendy trempée par les sirènes). Inv. 3339

Trente-six ans après sa première parution anglaise, le roman traduit en français parut finalement en 1947 au sein de la « Bibliothèque Rose » des éditions Hachette. Le volume regroupait en fait les « deux Peter Pan », celui de 1902/1906 (déjà traduit en 1906 sous le titre de Piter Pan dans les jardins de Kensington [sic]) et le roman de 1911, dans la version simplifiée de Mary Byron. La traduction avait été assumée par Madeleine Chabrier et l’illustration par A. Pécoud. La traditionnelle reliure éditeur de percaline rouge orné de fers dorés était pour le coup recouverte d’une charmante jaquette présentant le personnage (dans sa version la plus enfantine) perché aux côtés d’un corbeau ou volant dans les airs (au quatrième plat).

James Matthew Barrie, “Peter Pan (Peter Pan dans les jardins de Kensington – Peter Pan et Wendy)”, Paris, Librairie Hachette, Bibliothèque Rose, 1947, première édition française, reliure et jaquette. Inv. 3339

Là encore, le petit livre fut l’objet d’un cadeau destiné à fêter « les treize ans de ma petite Jacqueline », le 31 mars 1948. Cinq ans plus tard sortait sur les écrans l’adaptation animée de Walt Disney, qui, tout en édulcorant le livre original (mais n’était-ce pas déjà le cas avec la version popularisée de May Byron ?), contribua à la diffusion mondiale du personnage.

Peter Pan et les enfants dans l’adaptation Disney (1953). Photo DR

 

III. Suivre le lapin blanc !

Après ces héros enfantins fantastiques et magiques, il y a aussi des enfants bien réels qui sont plongés par les circonstances dans un univers fantastique où ils vont se livrer à une forme de voyage initiatique plus ou moins rationnel et profitable. Alice, en suivant le lapin blanc, plongera jusqu’aux tréfonds du Pays des Merveilles, avant de renouveler l’expérience en explorant les contrées d’au-delà du miroir, dans les deux romans parus en 1865 et 1872. Le destin du jeune Nils Holgersson fut certes différent : son voyage à lui l’amena à parcourir les régions bien réelles de sa Suède natale, mais juché sur le dos d’un jars, après avoir été transformé en un nouveau Tom Pouce pour le punir de sa méchanceté !

1. Vers les Merveilles… et le « nonsense »

Demeurant sans doute l’un des plus livres les plus connus de la littérature anglaise et même mondiale, le fantasque roman Alice’s Adventures in Wonderland naquit, une fois encore, d’une histoire inventée par hasard pour des enfants amis. Enseignant la logique à Oxford et par ailleurs diacre anglican, Charles Lutwidge Dodgson, plus connu sous son pseudonyme de Lewis Carroll (1832-1898), avait voulu amuser les trois sœurs Liddell, filles du doyen du Christ Church College, et en premier la jeune Alice (1852-1934), alors âgée de dix ans.  L’idée du livre apparut « au cœur d’un été tout en or », précisément le 4 juillet 1862, alors que l’auteur canotait avec l’enfant. Cette histoire improvisée au fil de l’eau, alors intitulée Alice’s Adventures under Ground (Les Aventures d’Alice sous terre), Carroll la porta ensuite par écrit en un magnifique manuscrit calligraphié, offert le 26 novembre 1864 à la petite Alice et conservé par elle pendant presque toute sa vie[14].

Alice Liddle (la vraie Alice) déguisée en petite mendiante, photographie de Lewis Carroll, 1858. Photo WikiCommons

Sur le conseil de ses amis, Dodgson proposa l’œuvre à des éditeurs, ajoutant au manuscrit originel quelques nouveaux épisodes (notamment le Chat du Cheshire ou la délirante « tea-party ») qui le firent doubler de volume. Il y avait quelque péril à proposer les aventures peu conventionnelles d’une petite fille de la bonne société victorienne plongée dans un univers étrange et baroque, où régnaient en maîtres le paradoxe et l’absurde, à mille lieues des strictes et étriquées conventions de l’époque. L’ouvrage fut pourtant accepté par le très puissant éditeur londonien Macmillan, qui, plutôt que les dessins personnels prévus par l’auteur, préféra avoir recours, pour l’illustration, au talent de John Tenniel (1820-1914), sans doute le premier « crayon » d’Angleterre, notamment célèbre pour ses caricatures mordantes publiées dans la revue satirique Punch. L’artiste devait fournir 42 planches ou vignettes éparpillées à travers le livre, des gravures devenues iconiques.

Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Alice’s Adventures in Wonderland”, Londres, Macmillan & Co., 1868, quatrième édition, frontispice et page de titre. Inv. 2650

La genèse éditoriale d’Alice fut assez complexe. Tirée à 2’000 exemplaires, l’édition originale sortit des presses de Macmillan dès le mois de juillet 1865 et Carroll avait bien commencé à offrir quelques exemplaires dédicacés, mais l’auteur comme l’illustrateur, déçus par la qualité d’impression de ses vignettes, désavouèrent le résultat et exigèrent le retrait des volumes, auxquels on arracha la page de titre : on ne connaît donc que 23 exemplaires de cette édition ayant pu conserver leur titre originel à la date de 1865 (dont l’un est conservé à la Fondation Martin Bodmer[15]). Le reste des exemplaires, ainsi amputés du titre et du premier cahier, fut envoyé à New York et commercialisé par le correspondant américain de Macmillan, l’éditeur Appleton, avec une page de titre à son nom, datée 1866. L’éditeur londonien, de son côté, réalisa une nouvelle édition (la deuxième donc) en décembre 1865, avec une page de titre également datée 1866, par anticipation.

Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Alice’s Adventures in Wonderland”, Londres, Macmillan & Co., 1868, quatrième édition, illustration « Down the Rabbit-Hole ». Inv. 2650
Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Alice’s Adventures in Wonderland”, Londres, Macmillan & Co., 1868, quatrième édition, illustration « Advice from A Caterpillar ». Inv. 2650
Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Alice’s Adventures in Wonderland”, Londres, Macmillan & Co., 1868, quatrième édition, illustration « Cheshire Cat ». Inv. 2650
Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Alice’s Adventures in Wonderland”, Londres, Macmillan & Co., 1868, quatrième édition, illustration « A Mad Tea-Party ». Inv. 2650
Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Alice’s Adventures in Wonderland”, Londres, Macmillan & Co., 1868, quatrième édition, illustration « Croquet-Ground ». Inv. 2650
Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Alice’s Adventures in Wonderland”, Londres, Macmillan & Co., 1868, quatrième édition, illustration « Alice’s Edvidence ». Inv. 2650

Le livre ayant remporté un rapide succès, les rééditions se succédèrent sans cesse au cours des mois et années suivantes. La troisième édition anglaise vit le jour entre août et novembre 1866, mais fut datée 1867 (avec mention de « Fifth Thousand », « Sixth Thousand » ou « Seventh Thousand » au titre). La quatrième édition suivit en novembre 1867, mais avec la date 1868 au titre (avec les mentions « Eighth Thousand », « Ninth Thousand » ou « Tenth Thousand » au titre). La cinquième, en février 1868, présentait des mention de « Eleventh Thousand », « Twelfth Thousand » ou « Thirteenth Thousand », tout comme la sixième édition d’octobre 1868. Cette édition fut d’ailleurs fut la première à employer le principe de l’édition par planches éléctrotypées, réalisées à partir de la cinquième édition : elle devint ainsi le modèle strictement reproduit par toutes les éditions suivantes jusqu’en 1897 (neuvième édition, avec mention de « 86th Thousand »). Les exemplaires étaient dotés d’une reliure éditeur de toile rouge assez sobre, avec deux fers spéciaux dorés ronds sur l’un et l’autre plat : Alice tenant le bébé cochon au premier plat et le Chat du Cheshire au quatrième. Les exemplaires encore dotés de leur première reliure en bon état étant peu communs, beaucoup d’exemplaires ont été reliés à neuf, fréquemment dans un maroquin rouge avec reproduction des fers originaux sur les plats, comme c’est le cas de cet exemplaire de la quatrième édition, sorti de l’atelier Chelsea Bindery, grand spécialiste des reliures carrolliennes.

Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Alice’s Adventures in Wonderland”, Londres, Macmillan & Co., 1868, quatrième édition, reliure par l’atelier Chelsea Bindery. Inv. 2650

En dépit de la complexité de son histoire jouant sans cesse avec la logique (au point qu’il faudra en proposer en 1889 une version simplifiée pour la rendre accessible aux plus jeunes, sous le titre de The Nursery Alice), ce conte de l’absurde et du « nonsense », destiné autant aux adultes qu’aux enfants (le texte foisonnait d’allusions satiriques aux amis de l’écrivain et aux leçons que les écoliers britanniques devaient mémoriser à l’époque), connut un succès rapide non seulement en Angleterre, mais aussi dans les principaux pays européens. L’ouvrage connut ainsi ses premières traductions dès 1869 : la première fut allemande (par Antonie Zimmerman) et la seconde, française, toutes deux suivies par une version italienne trois ans plus tard.

Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Alice au Pays des Merveilles”, Londres, Macmillan and Co., 1869, première édition française, frontispice et page de titre. Inv. 1615

Cette rapide traduction du texte en français fut une volonté de Carroll, qui en suggéra l’idée à son éditeur dès août 1866 et proposa l’année suivante un traducteur, Henri Bué, fils d’un professeur de français d’Oxford. Comme son homologue allemande, la traduction française sortit des presses de Macmillan avec un tirage de 2’000 exemplaires (semblable à celui de l’édition originale anglaise) et Hachette fut chargé de la diffusion sur sol français. En dépit de l’inévitable recomposition dûe aux différences de longueur entre le texte anglais et sa version française, le volume se présentait dans les grandes lignes comme un décalque très fidèle, avec notamment la reprise complète de l’iconographie de Tenniel.

Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Alice au Pays des Merveilles”, Londres, Macmillan and Co., 1869, première édition française, illustration “Un thé de fous”. Inv. 1615
Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Alice au Pays des Merveilles”, Londres, Macmillan and Co., 1869, première édition française, illustration “Le croquet de la reine”. Inv. 1615
Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Alice au Pays des Merveilles”, Londres, Macmillan and Co., 1869, première édition française, illustration “Le croquet de la reine”. Inv. 1615
Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Alice au Pays des Merveilles”, Londres, Macmillan and Co., 1869, première édition française, illustration “Qui a volé les tartes ?”. Inv. 1615

De la même manière, le livre reçut une copie conforme de la reliure de l’édition anglaise qui la recouvrit, avec toutefois la différence notable de la couleur : l’édition française fut revêtue d’une toile bleue-roi éclatante, tandis que la version allemande était couverte de toile verte. Dans les deux cas, les fers de plats décrits ci-dessus furent réutilisés. Jamais démenti, le succès du texte, adapté par la suite au théâtre, au cinéma, parodié, illustré, est devenu un classique de la « Weltliteratur », traduit dans plus d’une centaine de langues.

Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Alice au Pays des Merveilles”, Londres, Macmillan and Co., 1869, première édition française, reliure éditeur. Inv. 1615

Six ans plus tard, enhardi par ce premier succès, Carroll fit renaître son héroïne dans une nouvelle histoire fantastique et onirique : Through the Looking-Glass, and What Alice Found There (soit : De l’autre côté du miroir, et ce qu’Alice y trouva). Jouant avec sa petite chatte dans le confort du salon familial, Alice s’ennuie et finit par s’endormir dans un fauteuil. Elle rêve alors qu’elle traverse le miroir trônant au-dessus de la cheminée, arrivant dans un nouvel univers absurde. Dans ce « monde à l’envers » qui tient à la fois d’un coin de campagne anglaise et d’un plateau d’échecs, il faut courir très vite pour rester sur place et reculer pour mieux avancer. Au fil de son voyage, la fillette, dont l’objectif est devenir elle-même une reine, croise plusieurs autres pièces de l’échiquier (les reines rouge et blanche ; un absurde et piteux cavalier blanc, présent dès le frontispice), ainsi que de nombreux personnages des histoires et comptines enfantines de l’époque victorienne.

Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Through the Looking-Glass, and What Alice Found There”, Londres, Macmillan, 1872 [27 décembre 1871], édition originale, frontispice et page de titre. Inv. 3312

On croise ainsi les deux jumeaux Tweedledum et Tweedledee (qui vont réciter, au chapitre IV, le long poème « Le charpentier et Monsieur Morse » : pauvres petites huîtres !), l’ovoïde Humpty Dumpty (en français, l’œuf Gros-Coco) (chapitre VI) ou le couple du lion et de la licorne dans leur combat sans fin pour la couronne (allusion aux deux tenants des armes royales britanniques). Bref, on retrouve dans ce second roman tout le mélange de poésie, d’humour et de non-sens qui fait encore le charme de cet univers carrollien, renforcé comme toujours par les illustrations nouvelles de Tenniel.

Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Through the Looking-Glass, and What Alice Found There”, Londres, Macmillan, 1872 [27 décembre 1871], édition originale, illustration « Through the Looking-Glass ». Inv. 3312
Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Through the Looking-Glass, and What Alice Found There”, Londres, Macmillan, 1872 [27 décembre 1871], édition originale, illustration « Tweedledum and Tweedledee ». Inv. 3312
Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Through the Looking-Glass, and What Alice Found There”, Londres, Macmillan, 1872 [27 décembre 1871], édition originale, illustration « The Walrus and the Carpenter ». Inv. 3312
Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Through the Looking-Glass, and What Alice Found There”, Londres, Macmillan, 1872 [27 décembre 1871], édition originale, illustration « Humpty Dumpty ». Inv. 3312

Publiée par Macmillan le 27 décembre 1871, avec la date de 1872 déjà portée au titre, l’édition originale dans son premier tirage doit être sans mention de « thousand » au titre, tout en comportant la faute orthographique « wade » au lieu de « wabe » à la page 21, comme c’est le cas dans le présent exemplaire. Le volume bénéficiait du même type de reliure que le premier opus : toile rouge, dos lisse, avec fers spéciaux sur les deux plats, représentant cette fois les deux reines d’échecs (le présent exemplaire a conservé cette première vêture, après un solide restauration, notamment de remontage du dos). Vendu initialement par la librairie londonienne Smith & Son, située sur le Strand, le présent volume fut, comme le mentionne un ex-dono à la garde, offert à « Kathleen Richardson from Hugues Richardson from Mrs. R, Xmas 1871 ».

Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Through the Looking-Glass, and What Alice Found There”, Londres, Macmillan, 1872 [27 décembre 1871], édition originale, reliure. Inv. 3312
Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Through the Looking-Glass, and What Alice Found There”, Londres, Macmillan, 1872 [27 décembre 1871], édition originale, ex-dono. Inv. 3312

A la différence du livre initial, cette suite des aventures d’Alice ne connut pas immédiatement une version française : il fallut même attendre près de soixante ans pour cela ! C’est en effet en 1930 que le texte, associé à Alice au Pays des Merveilles, vit enfin le jour dans la collection « Le Magasin des Demoiselles » des éditions « Les Œuvres représentatives ». Présentant une traduction de Marie-Marguerite Fayet, le volume était par ailleurs illustré par Jean Hée qui procura des vignettes et planches en noir, ainsi que quelques planches hors-texte d’un jaune éclatant.

Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Alice au Pays des Merveilles, suivi de « L’Autre Côté du miroir »”, Paris, Les Œuvres représentatives, 1930, première édition française de « L’Autre Côté du miroir », page de titre. Inv. 3347
Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Alice au Pays des Merveilles, suivi de « L’Autre Côté du miroir »”, Paris, Les Œuvres représentatives, 1930, première édition française de « L’Autre Côté du miroir », planche hors-texte “Alice passe de l’autre côté du miroir”. Inv. 3347
Lewis Carroll [i.e. Charles Lutwidge Dodgson], “Alice au Pays des Merveilles, suivi de « L’Autre Côté du miroir »”, Paris, Les Œuvres représentatives, 1930, première édition française de « L’Autre Côté du miroir », planche-frontispice du chapitre “Humpty Dumpty”. Inv. 3347

2. Scandinavian Air System

Portons-nous à présent dans les brumes froides du Grand Nord pour observer un autre voyage fantastique : celui de Nils Holgersson. Première femme à recevoir le Prix Nobel de littérature en 1909, la Suédoise Selma Lagerlöff (1858-1940) avait déjà une longue et saluée carrière d’écrivain, lorsqu’elle accepta en 1902 une commande de l’Association nationale des enseignants, consistant à écrire une géographie de la Suède, à la fois savante et distrayante, à destination des jeunes élèves des écoles publiques. Après avoir parcouru le pays en accumulant légendes et folklores locaux, elle livra en 1906-1907, en deux tomes, son Nils Holgerssons underbara resa genom Sverige (soit : Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède).

Nils Holgersson dans l’adaptation animée japonaise de “Studio Pierrot” (1980). Photo DR

Comme dans le cas d’Alice, il s’agissait du passage d’un enfant réel dans un univers fantastique, encore qu’ici, le merveilleux vienne surtout de la punition magique infligé au méchant Nils par un tomte (créature comparable du lutin des contes français) qu’il avait négligé de secourir correctement. D’un tempérament méchant, le petit garçon de ferme, qui se plaisait à martyriser les animaux laissés à sa garde, se voit alors réduit à une taille lilliputienne et, s’accrochant au cou d’un jars (Martin dans la version française) épris de liberté, il est entraîné par le volatile à la suite d’un groupe d’altières oies sauvages volant vers le nord…

Selma Lagerlöf, “Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède”, Paris, Perrin, 1912, première édition française, page de titre. Inv. 2475

Sous la direction de la douairière Akka de Kebnekaise, la bande ailée est ainsi amenée à parcourir une grande partie de la Suède dans sa migration, avec Martin en remorque et Nils sur son dos : bonne occasion pour ce dernier de découvrir peu à peu (et de très haut !), au cours des 55 chapitres (répartis dans les deux tomes), toutes les facettes et les coutumes des régions de son pays, tout en amendant son caractère. Finissant par aimer ses compagnes de voyage, il n’hésitera pas à mettre sa vie en jeu pour les défendre contre la dent du renard Smirre qui les suit, étape après étape, sans décourager, pour les saigner…

Selma Lagerlöf, “Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède”, Paris, Perrin, 1912, première édition française, incipit. Inv. 2475

La première version française du roman parut en 1912 chez Perrin, sous le titre Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède, dans une traduction de Thekla Hammar et édité à Paris chez Perrin. Non illustrée (à la différence de l’édition originale suédoise), ce volume in-12 de XVII feuillets et 408 pages n’est pas des plus courants et j’ai dû me contenter d’un exemplaire propre, mais de vêture modeste. Doté d’un pedigree tout à fait suisse, l’exemplaire fut ainsi relié au sein de l’atelier de l’Institut Saint-Nicolas, à Drognens (canton de Fribourg), une institution catholique d’éducation pour les « garçons difficiles » de 8 à 18 ans, pour aboutir finalement dans la bibliothèque de l’Ecole normale cantonale d’Hauterive (canton de Neuchâtel). Quant à cette traduction, elle fut rééditée en 1931 par Delagrave, à Paris, cette fois avec de splendides illustrations de Roger Reboussin.

IV. Bonheurs et malheurs de l’enfance

Loin des mondes enchantés, d’autres œuvres ont mis en scène des enfants plongés dans des situations bien plus quotidiennes qui, si elles n’ont pas la flamboyance du fantastique, n’en ont pas moins le charme de l’enfance éternelle, avec ses petites joies et ses gros chagrins. Naquit, après la Restauration, une littérature enfantine francophone marquée par le retour en force de la religion et par l’instauration de pesantes valeurs morales au sein de la famille. Stéréotypés et lissés, les petits héros et les petites héroïnes furent bientôt à même de demander des comptes en matière de sainteté à François d’Assise ou à Bernadette Soubirou (d’ailleurs née en 1848)… Prenons donc quelques tasses de ce que Hetzel avait qualifié de « tisane littéraire » !

Julie Delafaye-Bréhier, “Les Enfants des bords du lac, ou Six mois de séjour en Suisse”, Paris, Lehuby, s.d. [1844], page de titre et frontispice. Inv. 3357

Parmi les auteurs de ces romans à la fois mièvres et prudes sentant l’encens, on relève, outre de nombreux ecclésiastiques, plusieurs femmes de lettres fort prolixes. D’une première génération encore née sous l’Ancien Régime, je ne citerai que Julie Delafaye-Bréhier (1785-1849), entrée il y a bien longtemps dans ma bibliothèque, par l’intermédiaire d’un charmant petit ouvrage : Les Enfants des bords du lac, ou Six mois de séjour en Suisse. Emplette réalisée durant le Salon du livre de Genève en 1994 (à une époque où il y avait quelques stands de libraires d’anciens), le livre m’avait séduit par son délicat cartonnage romantique vert (imprimé et non gaufré, pour une fois) et sa grande fraîcheur intérieure.

Julie Delafaye-Bréhier, “Les Enfants des bords du lac, ou Six mois de séjour en Suisse”, Paris, Lehuby, s.d. [1844], pp. 84-85. Inv. 3357
Julie Delafaye-Bréhier, “Les Enfants des bords du lac, ou Six mois de séjour en Suisse”, Paris, Lehuby, s.d. [1844], pp. 276-277. Inv. 3357

Le lac en question n’était pas celui de Genève, mais celui de Neuchâtel, plus petit, mais tout aussi joli. Le roman semble être paru pour la première fois chez Lehuby (éditeur parisien spécialisé en livres d’enfant) en 1837, mais il connut une « nouvelle édition, revue et corrigée » en 1844 chez le même, bénéficiant d’un imprimatur de l’archevêché de Rouen garantissant n’avoir « rien trouvé qui en rende la lecture dangereuse ». Ouf, on avait eu peur ! En réalité, le risque n’était pas bien grand, tant les bons sentiments et une moralité d’airain ruissellent au gré des pérégrinations des personnages qui, au-delà de la Suisse romande et du Jura, feront un crochet par l’exotique Canada. Cela convenait parfaitement pour l’usage premier de ce genre de petits livres : être offert comme prix scolaire. Ce fut le cas de cet exemplaire, remis le 7 septembre 1845 à un élève de l’école primaire d’Entrains (commune de la Nièvre), le jeune Pierre Duban, comme premier prix de lecture.

Julie Delafaye-Bréhier, “Les Enfants des bords du lac, ou Six mois de séjour en Suisse”, Paris, Lehuby, s.d. [1844], étiquette de prix manuscrite. Inv. 3357

Je ne résiste pas à l’envie de citer les deux extrémités du roman. L’incipit nous décrit d’emblée une Suisse éternelle, qui semble déjà attendre ses premiers demandeurs de forfait fiscal : « Le Lac de Neufchâtel, en Suisse, est bordé de maisons de campagne, dont la position est délicieuse. De riches étrangers y viennent jouir fréquemment, non-seulement des beaux aspects de la nature, mais de la douce et pleine sécurité que le gouvernement de ce petit pays assure à toutes les familles paisibles qui se mettent sous sa protection. […] ». Quant à la ligne conclusive, au terme de beaucoup de rebondissements de fortune, de larmes, de déchirements et de remises dans le droit chemin des divers membres la famille Danville et de leurs proches, elle donnait bien le ton général du roman : « Souvenez-vous que nous ne sommes ici-bas que pour aimer Dieu et faire du bien aux hommes » (dans cet ordre). Ce texte édifiant connut plusieurs rééditions jusqu’aux années 1860.

Clara Fileul de Pétigny, “Théodore et Pauline, ou les épreuves de la vertu”, Paris, Picard fils ainé, s.d. [1843], édition originale, avec corrections manuscrites de l’auteur, frontispice et page de titre. Inv. 1767

Parmi les plus jeunes consœurs de Madame Delafye-Bréhier figura la toute aussi productive Clara Filleul de Pétigny (1822-1878). Intéressant parcours que celui de cette jeune femme issue d’un milieu plutôt conservateur et très catholique, mais qui n’hésita pas, en 1848, à suivre son professeur de peinture au Chili, menant dans la toute jeune république sud-américaine une carrière reconnue de portraitiste pendant une dizaine d’années. Mais elle poursuivit en parallèle, à partir de 1838, une carrière de femme de lettres, écrivant des livres pour la jeunesse (romans, contes, poésies, récits historiques, mais aussi de nombreux ouvrages sur la géographie et ses nombreux voyages, notamment un beau volume sur la Suisse[16]) constituant une collection appelée « Mosaïque de la jeunesse ». Curieusement, pour une jeune femme aussi aventurière, ses livres de fiction devaient se complaire dans une pesante moralité catholique, comme c’est le cas dans le roman Théodore et Pauline, ou les épreuves de la vertu, paru pour la première fois en 1843. Ma foi, tout est dans le titre…

Clara Fileul de Pétigny, “Théodore et Pauline, ou les épreuves de la vertu”, Paris, Picard fils ainé, s.d. [1843], édition originale, avec corrections manuscrites de l’auteur, p. 29. Inv. 1767
Clara Fileul de Pétigny, “Théodore et Pauline, ou les épreuves de la vertu”, Paris, Picard fils ainé, s.d. [1843], édition originale, avec corrections manuscrites de l’auteur, pp. 88-89. Inv. 1767
Clara Fileul de Pétigny, “Théodore et Pauline, ou les épreuves de la vertu”, Paris, Picard fils ainé, s.d. [1843], édition originale, avec corrections manuscrites de l’auteur, pp. 100-101. Inv. 1767

Faisant état d’une réédition du texte en 1856, la très compassée Bibliographie catholique en avait donné ce résumé : « Théodore et Pauline, orphelins dès leur jeune âge, finissent par vivre heureux et tranquilles après mille épreuves qu’ils traversent avec courage. Rien de dangereux dans ce livre, dont l’intérêt languit trop souvent, où l’on aime trop citer des vers, où l’on craint trop d’appeler Dieu par son nom ». C’est tout dire, quand la recension suivante, parlant d’une biographie de François Ier pour jeune public, faisait ces reproches à l’auteur : il « admire trop la Renaissance, c’est peu chrétien ; il maltraite les Guises, c’est mal connaître les services rendus à la religion par cette famille » (dont le premier, pour mémoire, est en effet le massacre consciencieux des protestants français pendant un demi-siècle…). Il a donc vraiment fallu un exemplaire curieux pour que Clara se taille son passage jusque dans mes rayons, mais je ne pouvais laisser passer cet exemplaire d’auteur de la première édition de Théodore et Pauline entièrement repris et corrigé par la romancière en vue d’une réédition : les repentirs, ratures et reprises rendent l’exemplaire des plus intéressants. On relève ainsi, outre des corrections de coquilles ou de style, des reprise de passages en discours direct au disours indirect, ainsi que des suppressions de paragraphes entiers (curieusement, beaucoup d’entre-eux sont des moments où les personnages versaient justement dans la prière de manière par trop bigote et fréquente !).

Clara Fileul de Pétigny, “Théodore et Pauline, ou les épreuves de la vertu”, Paris, Picard fils ainé, s.d. [1843], édition originale, avec corrections manuscrites de l’auteur, pp. 164-165, avec paperolle. Inv. 1767
Clara Fileul de Pétigny, “Théodore et Pauline, ou les épreuves de la vertu”, Paris, Picard fils ainé, s.d. [1843], édition originale, avec corrections manuscrites de l’auteur, pp. 170-171. Inv. 1767

En dépit (ou plutôt à cause) de sa morale très empesée, cette production de romans pour enfants durant la période 1820-1850 a pu être qualifiée, avec quelque raison, d’ « ennuyeuse »[17] : « la pauvreté des textes et leur sensiblerie vont régner sans partage dans les récits de la vie familiale, mettant en scène des enfants maniérés à la psychologie peu vraisemblable »[18]. Mais alors Ségur vint ! En apportant à ses personnages une touche inédite de « naturalisme », la bonne comtesse de Ségur a révolutionné la conception des histoires enfantines, dont les héros, qu’ils ou elles soient petits diables ou presque saints, ont gardé leur fraîcheur jusqu’à nos jours. Du côté anglosaxon comme français, on voit apparaître par la suite de véritables romans « sociaux », à rebondissements, dans lesquels l’enfant des quartiers populeux de New York devient du jour au lendemain l’héritier d’un des plus grands titres nobiliaires d’Angleterre ou qui voient la pensionnaire choyée rejeter au rang de la dernière domestique. Bourlingués, chahutés par les revers de fortune, par la guerre, par les besoins économiques ou sociaux, ces enfants finiront toutefois par surmonter les épreuves et connaître un bienvenu « happy end ». Il y a enfin la place croissante laissée aux enfants « de tous les jours », émouvantes figures célébrées pour le plaisir des grands comme des petits !

1. Des modèles à ne pas (toujours) suivre ! 

Pour un francophone, « livre d’enfant » rime presque avec « comtesse de Ségur », tant il est vrai que la romancière née Sophie Rostopchine (1799-1874) a révolutionné et impacté durablement le genre, au point que ses plus grands romans demeurent toujours parmi les lectures des enfants du XXIe siècle (enfin, disons pour certains d’entre-eux, tant quand la bien-pensance « woke » n’aura pas brûlé ou réécrit ces livres pour apologie prétendue de la fessée comme moyen éducatif !). Entre 1856 et 1871, la prolifique écrivaine donna une vingtaine de romans ou de recueils d’histoires et de contes pour la jeunesse[19], le plus souvent prépubliés dans les colonnes de La Semaine des enfants avant d’être édité par Hachette dans la collection « La Bibliothèque rose ».

Sophie de Ségur, “Les petites filles modèles”, Paris, Librairie de L. Hachette, 1863, troisième édition, page de titre. Inv. 3326

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les éditions originales des œuvres de la comtesse de Ségur sont bien difficiles à trouver, et encore plus dans leur cartonnage rouge orné de la « Bibliothèque rose » ! Ses romans les plus connus demeurent sans doute ceux de la « trilogie de Sophie » qui, au départ, devait d’ailleurs être un dyptique, Sophie n’étant qu’un personnage secondaire dans le projet initial. L’ordre de parution n’est pas du tout celui de la chronologie interne de l’histoire finale : Les petites filles modèles, deuxième volume de la série, fut en effet le premier à voir le jour (manuscrit remis à Hachette en octobre 1857 ; sortie en librairie en avril 1858), suivi des Malheurs de Sophie (manuscrit remis en mai 1858 pour une parution au printemps 1859), et Les Vacances (texte remis en août 1858, avec sortie en novembre 1859). Bref, il me faut pour l’heure me contenter (et avec une certaine satisfaction déjà) d’une troisième édition des Petites filles modèles, à la date de 1863, certes reliée à l’époque avec l’édition originale, parue la même année, du Général Dourakine, autre « must » de la comtesse (ceci compense cela).

Sophie de Ségur, “Les petites filles modèles”, Paris, Librairie de L. Hachette, 1863, troisième édition, pp. 106-107, “La poupée”. Inv. 3326
Sophie de Ségur, “Les petites filles modèles”, Paris, Librairie de L. Hachette, 1863, troisième édition, pp. 196-197, “Jeannette grondée”. Inv. 3326
Sophie de Ségur, “Les petites filles modèles”, Paris, Librairie de L. Hachette, 1863, troisième édition, pp. , “Madame Fichini et Sophie”. Inv. 3326

Illustré par l’incontournable Bertall (qui procura 21 gravures hors-texte, mais qui fut jugé insignifiant, voire médiocre par l’exigeante romancière), le deuxième roman du « cycle de Sophie » s’inspira comme souvent de la vie de la comtesse et de celle de ses proches (en l’occurrence Camille et Madeleine de Malaret, deux de ses petites-filles). Sophie de Ségur l’avoua elle-même : « Mes Petites Filles modèles ne sont pas une création ; elles existent bien réellement : ce sont des portraits ; la preuve en est dans leurs imperfections mêmes. Elles ont des défauts, des ombres légères qui font ressortir le charme du portrait et attestent l’existence du modèle. Camille et Madeleine sont une réalité dont peut s’assurer toute personne qui connaît l’auteur ». Centré autour de Camille et Madeleine de Fleurville, les amies de Sophie de Réan, le roman nous fait découvrir les nouveaux personnages de Marguerite de Rosbourg et de sa mère, tout en présentant le retour de Sophie, devenue orpheline et placée sous la férule tyrannique de sa belle-mère Madame Fichini. Rendue méchante par le malheur et les punitions, Sophie bénéficie de la patience et de la gentillesse des Fleurville, qui finissent par la recueillir.

Sophie de Ségur, “Les Deux Nigauds”, Paris, Hachette, 1863, édition originale, page de titre. Inv. 3358

Dans le moins connu roman Les Deux Nigauds, également paru en 1863, la comtesse, sur un ton plus léger, met en scène un frère et une sœur de 14 et 12 ans, Innocent et Simplicie Gargilier, jeunes Bretons ne rêvant que de vivre à Paris. Agacé de leurs constantes prières, leur père accepte, de guerre lasse, de les envoyer dans la capitale pour une saison, le garçon étant mis en pension et la fille chez sa tante Madame Bonbeck. Les désillusions seront à la hauteur des espérances : entre les moqueries vachardes des camarades de pension, la violente dureté de la tata et les laideurs de la grande ville, les deux adolescents, leur bonne et leurs deux nouveaux amis n’auront de cesse de revenir dans le confortable et serein logis familial en province.

Sophie de Ségur, Les Deux Nigauds, Paris, Hachette, 1863, édition originale, portraits d’Innocent et de Simplicie Gargilier. Inv. 3358

Illustré par Horace Castelli (le seul artiste qui trouva plus ou moins grâce aux yeux de la comtesse), le roman était un pied-de-nez de Sophie de Ségur autant à la vie parisienne qu’aux fausses idées des provinciaux. Ayant passé presque toute sa vie dans la tranquillité de son château campagnard, la femme de lettres s’en trouvait fort bien et se moquait ici de l’inexpérience des deux enfants et de leurs ridicules provinciaux (qui ne l’étaient d’ailleurs que par contraste avec les mauvaises mœurs des Parisiens). Occasion aussi de montrer comment des parents trop conciliants et mous dans leur éducation peuvent faire le malheur de leur progéniture : il y aurait bien du profit, pour certains parents modernes « progressistes », de relire la bonne comtesse !

2. Il a tout d’un Grand !

Et pas par l’âge ou la taille : Cédric, un petit garçon américain de huit ans, apprend qu’il est l’unique héritier du comte anglais de Dorincourt et quitte New York avec sa mère pour aller vivre dans le château de ses ancêtres. Mais son grand-père ne souhaite que le petit garçon à ses côtés, détestant (sans la connaître) sa mère (que l’enfant surnomme « Chérie », « Dearest » en anglais), qui a le double défaut d’être américaine et roturière. Hargneux, méfiant, dur, égoïste, le vieux comte n’a rappelé l’enfant que parce qu’il est l’unique héritier de la lignée. Il pense trouver un gamin grossier et mal élevé, mais le petit garçon devenu porteur du titre ancestral de lord Fauntleroy a été fort bien éduqué et instruit par sa mère.

Le comte de Dorincourt (Alec Guiness) et son héritier Lord Fauntleroy (Rick Schröder) dans l’adaptation télévisée de “Little Lord Fauntleroy” (1983). Photo DR

Au contact de ses meilleurs amis, l’épicier Hobbes et le cireur de chaussures Dick, il a acquis les qualités humaines, de confiance et de cœur qui font défaut au comte, dès l’abord surpris, puis peu à peu séduit par les qualités de l’enfant. Lorsqu’un coup de théâtre menace d’ôter sa couronne au petit lord, le vieil aristocrate bourru et tyrannique comprend qu’il ne peut plus se passer de Cedric. Au fil du roman, il s’est peu à peu transformé en un grand-père aimant, tout autant qu’en un maître et propriétaire soucieux de ses gens, grâce à l’exemple édifiant des vertus morales de son petit-fils et de sa bru qu’il accueille enfin au château.

Frances Hodgson Burnett, “Little Lord Fauntleroy”, New York, Charles Scribner’s Sons, 1886, édition originale US, frontispice et page de titre. Inv. 2662

Classique du roman pour enfants autant que du genre de l’histoire aristocratique (fort goûté des deux côtés de l’Atlantique, comme nous le verrons dans un prochain billet), Little Lord Fauntleroy naquit de l’imagination de l’écrivaine anglo-américaine Frances Hodgson Burnett (1849-1924). Le texte fut dans un premier temps publié en 1885 aux États-Unis, sous forme de feuilleton, dans le journal St. Nicholas Magazine. L’important succès du feuilleton mena à sa publication sous forme de livre en 1886 chez l’éditeur new-yorkais Charles Scribner’s Sons[20] : le roman remporta un tout aussi grand triomphe sous cette forme, aidé en cela par les 26 illustrations de Reginald Birch.

Frances Hodgson Burnett, “Little Lord Fauntleroy”, Londres, Frederick Warne, 1886, édition originale UK, illustration “Cedric écrit à ses amis”. Inv. 2663
Frances Hodgson Burnett, “Little Lord Fauntleroy”, Londres, Frederick Warne, 1886, édition originale UK, illustration “La rencontre de Cedric avec son grand-père le comte”. Inv. 2663
Frances Hodgson Burnett, “Little Lord Fauntleroy”, Londres, Frederick Warne, 1886, édition originale UK, illustration “Cedric chez son ami l’épicier Hobbes”. Inv. 2663

Le premier tirage de l’édition originale présente les caractéristiques suivantes : 1°) la mention d’impression de « De Vinne Press » avec logo, au verso de la dernière page de texte ; 2°) la présence des chiffres « 12 » et « 14 » pour la signature des cahiers en question ; 3°) la présence de quatorze pages d’ « ads » (autrement dit « ajouts », le terme anglais désignant le catalogue de l’éditeur placé en fin de volume). L’édition fut doté, comme de coutume, d’une belle reliure éditeur de toile ornée de fers spéciaux et d’un décor représentant le petit Cedric.

Frances Hodgson Burnett, “Little Lord Fauntleroy”, New York, Charles Scribner’s Sons, 1886, édition originale US, reliure éditeur. Inv. 2662
Frances Hodgson Burnett, “Little Lord Fauntleroy”, Londres, Frederick Warne, 1886, édition originale UK, reliure éditeur. Inv. 2663

Quelques jours plus tard à peine, une édition anglaise sortait des presses chez l’éditeur londonien Frederick Warne and Co., avec une autre reliure éditeur des plus réussies, en toile taupe ornée. Les caractéristiques du premier tirage anglais sont la présence de la date 1886 à la fois au bas et au verso de la page de titre. Les illustrations de l’ouvrage firent fureur chez les modistes pour enfants et on fit fleurir pour de nombreuses années des petits garçons habillés « à la Little Lord », avec un habit de velours noir à grand col de dentelle blanche (depuis connu sous le nom de « Lord Fauntleroy collar »), avec bas de soie, costume que Van Dyck en personne n’aurait certes pas désavoué ! Comptant parmi les premiers exemplaires commercialisés, le présent exemplaire fut offert en cadeau à la petite Nelly Lewis pour le « Christmasday 1886, From her Mother ».

Frances Hodgson Burnett, “Little Lord Fauntleroy”, Londres, Frederick Warne, 1886, édition originale UK, frontispice et page de titre. Inv. 2663
Frances Hodgson Burnett, “Little Lord Fauntleroy”, Londres, Frederick Warne, 1886, édition originale UK, ex-dono daté de Noël 1886. Inv. 2663

Il fallut deux ans seulement à Cedric et à son bougon grand-père pour passer la Manche et connaître une première édition française, dans une traduction-adaptation d’Eudoxie Dupuis. Comme dans le cas du texte anglais, le texte parut tout d’abord en prépublication en 1887, au sein du magazine Saint Nicolas, journal illustré pouar les garçons et les filles, créé par l’éditeur Delagrave sept ans plus tôt. L’année suivante sortait enfin le livre sous le titre Le Petit Lord, dans un format grand in-quarto plus majestueux que les éditions anglo-américaines petit in-quarto. A noter que la page de titre faisait surtout les honneurs à Eudoxie Dupuis, placée en position d’auteur (alors que l’auteure américaine était citée en tous petits caractères), tandis que les illustrations de Brich étaient reprises fidèlement. Quant à la reliure, elle affiche une toile rouge pétant à décors dorés, un ensemble fort réussi conçu par Souze et réalisé par l’atelier Engel.

Frances Hodgson Burnett et Eudoxie Dupuis (trad.), “Le Petit Lord”, Paris, Librairie Charles Delagrave, 1888, première édition française, frontispice et page de titre. Inv. 3331
Frances Hodgson Burnett et Eudoxie Dupuis (trad.), “Le Petit Lord”, Paris, Librairie Charles Delagrave, 1888, première édition française, reliure. Inv. 3331

3. Une princesse bien maltraitée

Deux ans après le triomphe de Little Lord Fauntleroy, Frances Hodgson Burnett récidiva avec un nouveau personnage-culte, une petite fille cette fois : Sara Crewe, que tout le monde connaît aujourd’hui sous le nom de « Princesse Sara ». Rappelons l’histoire en quelques traits. La jeune Sara, fille adorée et gâtée du riche capitaine Ralph Crewe, est déjà orpheline de mère à l’âge de sept ans. Partant pour les Indes dans le cadre de ses obligations militaires, le père confie sa fillette à une pension londonienne dirigée par la très antipathique Miss Minchin, aussi obséquieuse que sévère.

Shirley Temple dans le rôle-titre de l’adaptation cinématographique “Princess Sara” (1939). Photo DR

Hélas, quatre ans plus tard, la nouvelle de la mort du capitaine parvient à la pension, en même temps que l’annonce de sa ruine dans de mauvaises affaires. L’élève-modèle de l’établissement Minchin, désormais sans le sou, est ravalée au rang de souillon au service des autres élèves, ses seuls gages étant la jouissance consentie d’un galetas sordide sous les toits. Exploitée, sous-alimentée, Sara fait par hasard la connaissance d’un voisin généreux nouvellement installé, M. Carrisford. Ce dernier, revenu malade des Indes, prend conscience de la misère de la petite fille et organise plusieurs « miracles » en la comblant de cadeaux et de petits plats en secret, par l’entremise de son serviteur hindou passant par les toits : il devient pour elle le mystérieux « Magician » qui allège et enchante sa dure existence. Pour finir, on découvre que le philanthrope n’est autre que l’ancien associé du capitaine Crewe, que tous deux avaient risqué leurs avoirs dans un projet minier d’abord stérile, puis florissant, et que M. Carrisford était depuis des mois en quête de la fille de son ami pour lui remettre la fortune qui lui revenait. Jolie « happy end » qui a déjà réjoui des générations de lecteurs !

Frances Hodgson Burnett, “Sara Crewe, or What Happened at Miss Minchin’s”, New York, Charles Scribner’s Sons, 1888, édition originale, reliure. Inv. 3330

Comme les aventures de la petite Sara, l’histoire éditoriale de ce roman a été des plus mouvementées et évolutive. Comme pour Little Lord Fauntleroy, l’histoire vit d’abord le jour dans le St. Nicholas Magazine à partir de décembre 1887, avant de connaître la publication en volume dans le courant de l’année suivante, toujours chez Charles Scribner’s Sons. Les tout premiers exemplaires se distinguent des tirages un peu plus tardifs (comme celui-ci) par l’absence de la mention « Forty-third Thousand » en tête du catalogue final (dans l’annonce concernant Little Lord Fauntleroy).

Frances Hodgson Burnett, “Sara Crewe, or What Happened at Miss Minchin’s”, New York, Charles Scribner’s Sons, 1888, édition originale, frontispice et page de titre. Inv. 3330
Frances Hodgson Burnett, “Sara Crewe, or What Happened at Miss Minchin’s”, New York, Charles Scribner’s Sons, 1888, édition originale, “Sara face à Miss Minchin”. Inv. 3330
Frances Hodgson Burnett, “Sara Crewe, or What Happened at Miss Minchin’s”, New York, Charles Scribner’s Sons, 1888, édition originale, “Sara et le petit singe”. Inv. 3330
Frances Hodgson Burnett, “Sara Crewe, or What Happened at Miss Minchin’s”, New York, Charles Scribner’s Sons, 1888, édition originale, “Sara adoptée”. Inv. 3330

Encore une fois, le présent exemplaire se trouve être un cadeau de Noël. Mais pour une fois pas à l’époque de la publication ! Le livre fut en effet offert « To Carol Seranton, from Esther Warner » à la fin de l’année 1946, une date à laquelle cette édition originale, âgée de près de soixante ans et devenue un classique, était déjà un objet de collection à tenir apriori loin de mains enfantines ! Mais la petite Carol, qui vivait dans la petite bourgade de Schoharie, dans l’état de New York, était manifestement une bibliophile en herbe, comme l’attestent d’une part, au contre-plat, son touchant ex-libris orné de la Blanche-Neige de Walt Disney, et d’autre part, l’état toujours impeccable du volume.

Frances Hodgson Burnett, “Sara Crewe, or What Happened at Miss Minchin’s”, New York, Charles Scribner’s Sons, 1888, édition originale, ex-dono daté décembre 1946. Inv. 3330
Frances Hodgson Burnett, “Sara Crewe, or What Happened at Miss Minchin’s”, New York, Charles Scribner’s Sons, 1888, édition originale, ex-libris d’enfant. Inv. 3330

Bien que traduit en français dès 1891[21], ce roman Sara Crewe, or What Happened at Miss Minchin’s, relativement court (83 pages), n’est pas l’histoire que l’on connaît bien aujourd’hui : il en constitue le noyau primitif, la forme embryonnaire. Le livre s’ouvre ainsi directement par les malheurs de Sara et avec la mort de son père, sans raconter le contexte antérieur (notamment la triste situation du capitaine en Inde), sinon par quelques allusions rapides. Les personnages sont bien moins détaillés, notamment les élèves de la pension, traitées en groupe, tandis que les nombreux actes de bonté de Sara sont à peine évoqués. On la voit en revanche fréquenter une bibliothèque pour y lire des ouvrages traitant de figures féminines connaissant la détresse (un épisode supprimé dans la version définitive).

Princesse Sara vue par les animateurs japonais (1985), un honneur que ne reçut pas le petit lord Fauntleroy. Photo DR

Par la suite, l’écrivaine devait en effet revenir deux fois à son personnage : en 1902, avec une pièce en trois actes (A Little Un-fairy Princess), et surtout en 1905, avec la parution d’une forme bien plus développée du roman, parue sous le titre désormais bien connu de The Little Princess. C’est cette version qui fut par la suite adaptée de tant de façons différentes, que cela soit sous les traits de la petite Shirley Temple en 1939 ou sous les pinceaux des dessinateurs de Nippon Animation en 1985.

4. Quatre sœurs au caractère bien trempée

Ce n’est pas la tyrannie sadique d’une directrice de pension qui affecta les héroïnes de l’Américaine Louisa May Alcott (1832-1888), mais bien la pire forme de conflit : une guerre civile, en l’occurrence la terrible Guerre de Sécession. Un foyer du Massachusetts voit ainsi partir son père de famille, Robert March (qui est pasteur, eh oui !), comme aumônier militaire dans l’armée nordiste. Il laisse derrière lui, dans une situation économique incertaine (il vient de connaître un important revers de fortune), sa femme Mary (surnommée « Marmee ») et ses quatre filles.

La famille Marsch dans le dessin animé japonais adapté du roman (). Photo DR

Lorsque, tombé très malade sur le front, il est rapatrié à Washington, son épouse l’y rejoint pour le soigner. Les sœurs March (ou Marsch, dans la version française) vont devoir faire face à la difficulté des temps, tout en assumant la vie commune, pas toujours évidente vu la disparité de leur caractère : l’aînée est la raisonnable Margaret (surnommée Meg, seize ans, douce et prudente, quoique parfois envieuse de la fortune familiale perdue) ; l’intrépide Joséphine (surnommée Jo, quinze ans) est un peu le « garçon manqué » de la fratrie, rêvant de devenir écrivain (Alcott mit beaucoup d’elle-même dans ce personnage) ; la douce et charitable Élisabeth (surnommée Beth, treize ans) ne combat sa timidité qu’au clavier de son piano ou dans ses bonnes actions (qui lui coûteront presque la vie, lorsqu’elle soigne un bébé mourant et contracte la scarlatine) ; enfin, la plus jeune et la plus coquette, Amy (onze ans), d’un tempérament artiste, mais aussi capricieux et vaniteux.

Louisa May Alcott (et P.J. Stahl / Jules Hetzel, trad. et adapt.), “Les quatre filles du Docteur Marsch”, Paris, Jules Hetzel, Bibliothèque d’éducation et de récréation, s.d. [1880], deuxième édition française, reliure. Inv. 3343

Sous son titre original de Little Women, or Meg, Jo, Beth and Amy, le roman écrit en deux mois seulement parut à Boston en octobre 1868 : il répondait à une commande de l’éditeur qui souhaitait mettre à son catalogue une « girl’s story ». Alcott n’était pas des plus enthousiastes, comme elle le nota dans son journal personnel : « Never liked girls or knew many, except my sisters ». Mais devant le succès inespéré du livre auprès de tous les publics (les 2’000 exemplaires de l’édition originale furent écoulés en moins d’un mois), l’histoire fut bientôt enrichie d’une suite imprévue, Good Wives, sortie dès l’année suivante (on y suivait l’évolution des quatre fillettes en adolescentes, puis en jeunes femmes, Meg convolant pour finir avec un ami de la famille, le jeune Theodor « Laurie » Laurence). Trois ans plus tard, une certaine Madame Rémy procura, « avec l’autorisation de l’auteur », la première version française sous le titre de Petites Femmes : le volume, sorti des presses de H. Mignot à Lausanne, semble fort rare (euphémisme) et je n’ai pu mettre la main dessus pour le moment. Mais sa diffusion demeura tout à fait confidentielle par rapport à la nouvelle édition donnée en 1880 par l’inévitable Jules Hetzel, qui assuma le travail de traduction-adaptation (sous son pseudonyme habituel de P.-J. Hetzel) et publia le volume dans sa collection « Bibliothèque d’éducation et de récréation ».

Louisa May Alcott (et P.J. Stahl / Jules Hetzel, trad. et adapt.), “Les quatre filles du Docteur Marsch”, Paris, Jules Hetzel, Bibliothèque d’éducation et de récréation, s.d. [1880], deuxième édition française, page de titre. Inv. 3343

Sentant peut-être le besoin de se justifier, Hetzel se fendit d’une note explicative pour préciser les conditions et les limites de son travail : « Cet ouvrage se compose de deux gros volumes dans le texte américain. Je n’ai connu que le premier, par une traduction littérale de M. Lermont. Le second, me dit-on, n’eût pas été possible pour nous. Mais la donnée générale de l’œuvre m’a paru si intéressante que j’ai cru bon de faire pour elle le travail d’adaptation que j’avais fait précédemment pour les Patins d’argent. N’ayant eu à ma disposition que la première moitié de l’ouvrage, j’ai dû, en bien des points, le modifier, l’arranger, pour le conduire à un dénouement qui ne pouvait être celui de l’auteur, puisque je l’ignorais. Le livre, tel qu’il était, n’aurait pu, je le crains, réussir en France ; mais la physionomie des caractères des quatre sœurs méritait d’être conservée dans ses lignes principales. J’ai cru pouvoir en faire une lecture agréable et profitable pour nos jeunes lecteurs, et je ne regretterai pas mes efforts si j’y suis parvenu. »

Louisa May Alcott (et P.J. Stahl / Jules Hetzel, trad. et adapt.), “Les quatre filles du Docteur Marsch”, Paris, Jules Hetzel, Bibliothèque d’éducation et de récréation, s.d. [1880], deuxième édition française, incipit. Inv. 3343
Louisa May Alcott (et P.J. Stahl / Jules Hetzel, trad. et adapt.), “Les quatre filles du Docteur Marsch”, Paris, Jules Hetzel, Bibliothèque d’éducation et de récréation, s.d. [1880], deuxième édition française, “Beth consolée par Jo après la mort du bébé”, illustration par Adrien Marie. Inv. 3343
Louisa May Alcott (et P.J. Stahl / Jules Hetzel, trad. et adapt.), “Les quatre filles du Docteur Marsch”, Paris, Jules Hetzel, Bibliothèque d’éducation et de récréation, s.d. [1880], deuxième édition française, “Les petits bouquets de Meg”, illustration par Adrien Marie. Inv. 3343

Outre sa très belle reliure, le volume bénéficiait d’une illustration fort réussie par Adrien Marie. La première édition, sans date au titre (comme de juste), se reconnaît par la présence de la vignette « à la ruche d’abeille » qui sera remplacée dans la réédition de 1882 par les initiales « J.H. » de l’éditeur, puis fera son retour dans l’édition du début des années 1890 (mais le titre sera alors complété d’un sous-titre jusqu’alors absent : « Histoire d’une famille américaine, d’après Louisa May Alcott »). Cette traduction est longtemps restée de référence (c’est encore celle donnée sur Wikisource) et elle a bercé des générations de petits lecteurs, jusqu’à Simone de Beauvoir qui écrivait au sujet du livre en 1958, dans ses Mémoires d’une jeune fille rangée : « Il y eut un livre où je crus reconnaître mon visage et mon destin : Les Quatre filles du Docteur March, de Louisa May Alcott ». Et pourtant, cette traduction n’a plus guère le vent en poupe… Il faut reconnaître qu’Hetzel avait adapté en taillant à la serpe : le pasteur devenu médecin (mieux vu dans la France de la IIIe République éprise de laïcité) ; les March devenus Marsch ; et surtout une Jo au caractère indépendant sérieusement tempéré ; titre général et titres de chapitre modifiés ; conclusion imaginée ; etc. Néanmoins, comme l’a souligné la chercheuse Claire Le Brun dans un très bon article, cette édition, en dépit de ses limites et incorrections, « a joué un rôle décisif dans la transmission de Little Women en domaine francophone. Cette adaptation, plus ou moins retouchée par les éditeurs et des adaptateurs anonymes, continue d’avoir cours et nous l’avons incluse dans le choix de traductions. Elle a imposé au récit des distorsions qui n’ont pas été rectifiées depuis »[22]. Mais n’est-ce pas le propre des grands textes de se démultiplier et réinventer ?

5. La petite fille des montagnes

Poursuivons avec celle qui a été la petite reine de 2023 en décrochant sa place au registre de la « Mémoire du Monde » de l’UNESCO (cela restera une de mes fiertés professionnelles d’avoir suggéré et aidé ce dossier comme membre de la Commission suisse pour l’UNECO), je veux parler de la petite Suissesse Heidi. Qui ne connaît pas cette petite fille des alpages ? Mais de laquelle parle-t-on exactement ? De la très réussie version animée japonaise réalisée en 1974 par Isao Takahata (le réalisateur du Tombeau des lucioles) ? De la non moins belle adaptation télé de 1978, avec la mignonne Autrichienne Katia Polletin dans le rôle-titre ? Ou encore des multiples albums illustrés édités par les éditions Flammarion dans le monde francophone ? De ces derniers, il demeure souvent dans le souvenir du lectorat français une impression sévère de mièvrerie fade, au point de se demander si un tel texte méritait bien les plus honneurs. Oui, mais voilà : si vous avez lu ces éditions Flammarion de Heidi, vous ne connaissez toujours pas Heidi ! De ces six volumes, les deux premiers seulement constituaient, non pas une vraie traduction des romans suisses alémaniques originaux, mais une totale et infidèle réécriture, ne respectant guère que le nom des personnages et le canevas général[23]. Quant aux quatre volumes suivants, ils étaient carrément de l’invention du traducteur français… Certes, ces versions assurèrent l’implantation et le succès du personnage auprès des lecteurs francophones, mais au prix d’une grande trahison de la portée et de la qualité initiales du texte.

Heidi vue par le feuilleton télé germano-austro-suisse de 1978, avec Heidi (Katia Polletin), Clara (Katharina Böhm) et le grand-père (René Deltgen). Photo DR

Le roman initial vit en réalité le jour en Allemagne, à Gotha, chez l’éditeur Perthes, sous le titre Heidis Lehr-und Wanderjahre (soit L’apprentissage et les années de voyage d‘Heidi, clin d’oeil évident aux romans Wilhelm Meisters Lehrjahre et Wilhelm Meisters Wanderjahre oder die Entsagenden de Goethe, ce qui inscrivait bien Heidi dans la tradition du Bildungsroman ou « roman de formation »). Cette édition originale de 1880, fort rare, était dépourvue d’illustrations. La « mère » de la petite montagnarde était Zurichoise et se nommait donc Johanna Spyri (1827-1901), une écrivaine pour enfants qui avait déjà plusieurs publications à son actif[24]. Son nouveau roman avait été nourri par les nombreux séjours qu’elle avait accomplis dans le canton des Grisons, dans ce bourg de Maienfeld qui devint la patrie de la fillette et qui est aujourd’hui (parfois pour son malheur !) la capitale du « Heidiland ». Devant le succès rencontré par le roman en terre germanophone, la romancière lui donna rapidement une suite parue dès 1881 sous le titre Heidi kann brauchen, was es gelernt hat.

Johanna Spyri, “Heidi – Une histoire pour les enfants et ceux qui les aiment”, Bâle et Genève, H. Georg, 1882, deuxième édition française, reliure éditeur. Inv. 1932

L’année suivante, Heidi paraissait pour la première fois en français dans une traduction anonyme, mais provenant de la plume d’une autre Suisse, Camille Vidart (1854-1930). Fascinante figure que celle de cette enseignante et traductrice, qui fut également l’une des premières militantes féministes en Suisse, assumant la présidence de nombreuses associations, à une époque où les lois helvétiques accordaient des droits proches de zéro à la gent féminine. Suffragette de la première heure, elle lutta des années pour obtenir le droit de vote, sans succès (faut-il rappeler que la Suisse, au niveau fédéral, attendit 1971 pour instaurer enfin le suffrage féminin et que, pour les scrutins locaux, le canton d’Appenzell Rhodes-Inférieures se fit même tirer les oreilles jusqu’en 1991, cédant à contre-cœur devant une décision injonctive du Tribunal fédéral ? Ma foi oui, il faut – ça ne peut pas faire de mal !).

Johanna Spyri, “Heidi – Une histoire pour les enfants et ceux qui les aiment”, Bâle et Genève, H. Georg, 1882, deuxième édition française, page de titre. Inv. 1932

C’est après une rencontre avec Spyri[25] et avec son accord qu’elle se lança dans la traduction d’Heidi, volume sorti en 1882 chez l’éditeur historique Perthes à Gotha. Cette édition princeps, hystériquement rare[26], fut suivie très peu de temps après par une magnifique édition, illustrée cette fois, provoquée par l’éditeur Henri Georg, sis à Berne et Genève. En France, les volumes intitulés Heidi, une histoire pour les enfants et ceux qui les aiment furent écoulés par l’éditeur-libraire protestant Fischbacher, figurant d’ailleurs en bonne place dans son catalogue d’étrennes 1883-1884. Pour autant, les ventes furent modestes et le rayonnement très confidentiel : jusqu’au lendemain de la Première Guerre mondiale, Heidi passa presque totalement sous les radars des petits Français[27]. Et c’est assez injuste, tant cette première traduction d’Heidi était méritoire[28] (même si elle ne parvenait pas à rendre certains « helvétismes » présents dans le texte allemand original), comme l’a souligné la journaliste Eléonore Sulser dans un article récent : « Je n’avais qu’un vague souvenir de la petite fille aux chèvres et au grand-père. Un souvenir d’ailleurs un peu terne, je l’avoue. Le roman n’étant pas de toute première fraîcheur – il date de 1880 –, j’ai plongé dans des listes de livres électroniques et en suis ressortie avec une édition en français, presque gratuite… Et j’ai été étonnée, dès les premières pages, par la vivacité de ce texte, coloré et précis, très loin du souvenir que j’avais gardé, enfant, de la lecture légèrement ennuyeuse de Heidi. »[29]

Johanna Spyri, “Heidi – Une histoire pour les enfants et ceux qui les aimen”t, Bâle et Genève, H. Georg, 1882, deuxième édition française, pp. 14-15, illustration “Heidi et Peter à l’alpage avec les chèvres”. Inv. 1932
Johanna Spyri, “Heidi – Une histoire pour les enfants et ceux qui les aimen”t, Bâle et Genève, H. Georg, 1882, deuxième édition française, pp. 116-117, illustration “Heidi avec Clara et Madame Rottemeier”. Inv. 1932
Johanna Spyri, “Heidi – Une histoire pour les enfants et ceux qui les aimen”t, Bâle et Genève, H. Georg, 1882, deuxième édition française, pp. 232-233, illustration “Heidi retrouve son grand-père”. Inv. 1932

Résumons ce premier volume en quelques mots. Petite orpheline de cinq ans, Heidi est déposée comme un ballot par sa tante maternelle chez son grand-père, vieil homme bourru et misanthrope retiré dans un alpage situé au-dessus de Maienfeld dans le canton des Grisons, en Suisse. Alors qu’elle s’est adaptée à la vie montagnarde, qu’elle a su gagner l’affection de son grand-père et trouver de nouveaux amis (en premier lieu, le petit chevrier Peter), sa tante revient la chercher pour vivre à Francfort, en Allemagne, où elle doit servir de demoiselle de compagnie à Clara Sesemann, une enfant de dix ans appartenant à l’une des premières familles de la ville, mais paralysée par une maladie mystérieuse. Mais Heidi, prise en grippe par la gouvernante Fraülein Rottemeier qui régit la maison, est nostalgique de son alpage, ne s’adapte à l’air vicié de la ville et tombe peu à peu malade. Après bien des péripéties partagées avec son amie Clara, elle pourra finalement retourner chez son grand-père. Au-delà de l’aspect émouvant de ce destin enfantin, Spyri avait voulu montrer, de manière sous-jacente, les tensions entre les zones campagnardes pauvres et les attractions citadines, monstre dévorant les âmes et les santés. « Pourtant, que la montagne est belle ! », aurait renchéri Jean Ferrat quatre-vingts ans plus tard.

Johanna Spyri, “Heidi – Une histoire pour les enfants et ceux qui les aiment”, Bâle et Genève, H. Georg, 1882, deuxième édition française, ex-dono. Inv. 1932

Ce volume et sa suite furent précisément un cadeau d’étrennes. Le souvenir de ce don fut conservé par la petite récipiendaire elle-même, qui le consigna sur la garde de couleur du volume : « Berthe Nicollier, souvenir de son Papa et sa Maman, 1er janvier 1884 »). Cette petite fille n’est pas une « anonyme », ce qui la rend d’autant plus touchante. En effet, j’ai pu retrouvé sa trace, dans le numéro de la revue Le Conteur vaudois du samedi 4 janvier 1902, dans lequel on annonçait que « Mlle Berthe Nicollier, à Vevey, vient de publier un charmant petit volume, Des Croquis, plein de ravissantes choses. L’aimable auteur conte avec beaucoup de finesse », ce dont on pouvait juger par la publication dans les colonnes suivantes du conte « Les Bricelets » (mot désignant des bonbons des fêtes de l’an). Le livre avait paru à Lausanne, chez l’éditeur Rouge, dans le courant de l’année précédente. La carrière littéraire de la Vaudoise ne semble pas s’être poursuivie, mais il est émouvant de penser qu’elle puisa peut-être ses premières inspirations dans sa lecture de Heidi.

Johanna Spyri, “Encore Heidi”, Bâle et Genève, H. Georg, 1882, première édition française, reliure. Inv. 1933
Johanna Spyri, “Encore Heidi”, Bâle et Genève, H. Georg, 1882, première édition française, page de titre. Inv. 1933

Revenons là-encore rapidement sur la trame du second volume heidien : attristée par le départ de son amie, Clara voudrait bien lui rendre visite sur son alpage, mais son état de santé, plutôt en dégradation, semble bien trop précaire pour le lui permettre. C’est donc son médecin, ami de M. Sesemann, qui va faire un voyage de reconnaissance jusqu’en Suisse. Heidi, qui lui est reconnaissante d’avoir permis son retour chez son grand-père, l’accueille avec joie et lui fait découvrir sa vie à la montagne, un environnement sain et revigorant qui conquiert le docteur. Pendant ce temps, la santé de Clara périclite, provoquant l’inquiétude de ses proches. Le médecin, en désespoir de cause, donne son accord pour une cure en alpage, décision qui réussira si bien à la jeune fille, nourrie au lait de chèvre et emplie de bon air, qu’elle finira par guérir.

Johanna Spyri, “Encore Heidi”, Bâle et Genève, H. Georg, 1882, première édition française, illustration “Le docteur à l’alpage”. Inv. 1933
Johanna Spyri, “Encore Heidi”, Bâle et Genève, H. Georg, 1882, première édition française, illustration “Clara revoit Heidi et rencontre Peter”. Inv. 1933
Johanna Spyri, Encore Heidi, Bâle et Genève, H. Georg, 1882, première édition française, illustration “M. Sesemann découvre Clara guérie”. Inv. 1933

A partir des années 1920, Heidi va peu à peu devenir un phénomène planétaire, touchant le lectorat aussi bien en Europe qu’en Amérique ou au Japon (où les bouleversements de l’époque Meiji, l’industrialisation et la désertification des campagnes n’étaient pas sans évoquer des échos de sympathie avec les habitants de Maienfeld obligés d’aller vendre leurs services en ville).

Heidi dans le dessin animé des studios Zuiyo Eizo (futur Nippon Animation) en 1974. Photo DR

Popularisé à travers le monde par des adapatations plus ou moins fidèles, le roman va encore gagner en audience dans les années 1970 avec plusieurs déclinaisons de qualité pour le petit écran, en feuilleton télé ou dessin animé. Devenus d’incontournables classiques internationaux de la littérature enfantine, ces romans de Johanna Spyri sont aujourd’hui traduits dans plus d’une centaine de langues (j’avais reçu avec émotion en 2018, peu après l’exposition Les Routes de la traduction, un exemplaire de Heidi traduit pour la première fois en kurde, de la part du traducteur), offrant un cas d’école de texte « Weltliteratur » à portée universelle méritant la reconnaissance de l’UNESO.

6. De la misère à la richesse

Poursuivons avec une « boy’s story » mettant en scène la longue pérégrination d’un petit garçon perdu : c’est le fameux Sans famille d’Hector Malot (1830-1907), décliné au fil du temps en de nombreuses adaptations sur grand ou petit écran (le premier film date de 1914, le dernier est sorti en 2018, sans parler des téléfilms réalisés un peu partout dans le monde et de la fameuse adaptation animée de Nippon TV en 1977 qui, par son caractère très dur, a fait larmoyer au moins deux ou trois générations de bambins). De son propre aveu, Malot estimait que ce roman occupait une place mineure dans son oeuvre, davantage portée aux romans réalistes pour adultes, porteurs de thèmes sociétaux souvent engagés, comme le montre ce courrier remontant à 1877 :

Hector Malot, lettre autographe signée, s.d. [1877]. Inv. 2237

Mon cher confrère, voici le premier volume d’une série Les Batailles du mariage qui en aura trois, que Dentu va publier de 15 en 15 jours :
–       Un bon jeune homme
–      Comte du pape
–       Marié par les prêtres
Vous voyez que c’est un roman anticlérical, à ce titre voulez vous bien l’appuyer dans vos journaux, je vous en serai très reconnaissant.
Croyez aux meilleurs sentiments de votre dévoué,
Hector Malot

Résumons très sommairement l’intrigue de Sans famille dont les rebondissements sont fort nombreux. Enfant trouvé confié à des parents nourriciers, le petit Rémi se voit arraché du foyer de Madame Barberin à l’âge de dix ans et confié de force au signor Vitalis, un mystérieux musicien ambulant. Passant avec lui de ville en village en gré des routes de France, le petit garçon va être confronté à la rude vie des saltimbanques, chantant pour gagner sa croûte et subissant bien des épreuves. Son mentor finira même par mourir de froid sur un bord de route enneigé : pathos et larmes garantis ! Accompagné du fidèle chien Capi et du petit singe Joli-Coeur, Rémi va mener un voyage long de plusieurs années à travers la France, mais aussi en Angleterre, en Suisse et en Italie, croisant des figures détestables ou au contraire aimables et aidantes (comme la famille Acquin qui l’adopte pour un temps avant d’être ruinée). Ce trajet initiatique, par les effets du destin, va amener Rémi à retrouver celle qui se révèle être sa mère, la riche et généreuse Madame Milligan, qui avait recueilli par hasard certains des petits amis orphelins de son fils.

Hector Malot, “Sans famille”, Paris, Hetzel, 1880, première édition illustrée, reliure. Inv. 3344

L’édition originale du roman, parue en deux tomes in-12 non illustrés chez Dentu en 1878, semble des plus rares (au mieux trouve-t-on des exemplaires à la date de 1879, avec la mention de « Troisième édition »). Remarqué, le livre obtint le Prix Montyon de l’Académie française. L’inévitable Hetzel, qui avait été à l’origine du roman, comprit vite l’intérêt de proposer une version illustrée du livre. Sa propre édition parut donc en 1880 avec des illustrations in- et hors-texte tirées des bois originaux d’Emile Bayard : cette première représentation iconique du personnage devait conditionner et inspirer toutes les réadaptations ultérieures.

Hector Malot, “Sans famille”, Paris, Hetzel, 1880, première édition illustrée, frontispice et page de titre. Inv. 3344
Hector Malot, “Sans famille”, Paris, Hetzel, 1880, première édition illustrée, illustration “Vitalis ouvrait la marche”. Inv. 3344
Hector Malot, “Sans famille”, Paris, Hetzel, 1880, première édition illustrée, illustration “J’eus la satisfaction de solfier un air”. Inv. 3344
Hector Malot, “Sans famille”, Paris, Hetzel, 1880, première édition illustrée, illustration “Je pris ma harpe”. Inv. 3344

Quant à l’impressionnante reliure éditeur, sortie des ateliers Engel, elle présentait le héros portant sa harpe, flanqué de son fidèle Capi. La toile utilisée est le plus souvent rouge, mais c’est un très beau bleu qui a été employé pour cet exemplaire de la première édition (comportant en fin de volume, comme il se doit, le catalogue-éditeur AI, « En préparation pour l’année 1881 »).

7. Enfants de tous les jours

Achevons cette galerie d’enfants XIXe siècle avec des personnages moins flamboyants, au destin moins chaotique, mais tout aussi attachants, sortis de l’imagination d’un des grands écrivains de l’époque : Anatole France (1844-1924). On a déjà pu constater par ailleurs l’intérêt de ce dernier pour le monde de l’enfance (voir Mélanges 56 : Histoire triste : un père et sa fille). En une période où le livre pour enfant se faisait souvent technique (positivisme aidant), il plaidait pour l’imagination :  « Quand vous écrivez pour les enfants, ne vous faites point une manière particulière. Pensez très bien, écrivez très bien. Que tout vive, que tout soit grand, large, puissant dans votre récit. C’est là l’unique secret pour plaire à vos lecteurs. […] Il faut des contes aux petits et aux grands enfants, de beaux contes en vers ou en prose, des écrits qui nous donnent à rire ou à pleurer, et qui nous mettent dans l’enchantement […] ». Mettant en application ces préceptes, France livra en 1887 deux minces et délicats ouvrages illustrés, Nos Enfants – Scènes de la ville et des champs et Filles et Garçons, parus aux Editions Hachette. L’édition originale, comportant la date aux titres (moyen facile – pour une fois – de distinguer cette EO des nombreux retirages postérieurs !), fut commercialisée sous deux formes.

Anatole France, “Nos Enfants [et Filles et Garçons]”, Paris, Hachette, 1887, édition originale, sous reliure brique. Inv. 3359

La plus précoce associait en réalité les deux titres, à pagination continue (soit au total 50 pages, plus 24 planches), sous une même sobre reliure de demi-toile bordeaux à coins, avec un grand motif floral bordeaux sur fond brique au premier plat. Bien que joli, l’ensemble demeure tout de même plutôt austère pour un livre d’enfants… A noter d’ailleurs que les exemplaires offerts par l’illustrateur ou l’auteur appartiennent à ce tirage et furent tous distribués à des “grands” ! Il y eut même quelques très rares exemplaires tirés sur papier japon impérial.

Anatole France, “Nos Enfants”, Paris, Hachette, 1887, édition originale, reliure éditeur illustrée. Inv. 3361
Anatole France, “Nos Enfants”, Paris, Hachette, 1887, édition originale, reliure éditeur illustrée, page de titre. Inv. 3361

Mais l’éditeur avait aussi prévu la commercialisation séparée des deux ouvrages (25 et 25 pages, plus les planches) sous des couvertures cartonnées illustrées du meilleur aloi, présentant les petits personnages dessinés par Maurice Boutet de Monvel (1850-1913). Figurant parmi les plus talentueux et renommés illustrateurs de son temps, ce dernier avait adopté ici un style venu d’Angleterre, popularisé par l’album Under The Window de la dessinatrice préraphaélite Kate Greenaway (1878, traduit en français dès 1881 sous le titre La Lanterne magique). Sous les pinceaux de Monvel, qui tempéra un peu l’univers très éthéré de sa consœur anglaise, l’enfance prenait vie dans des « petits tableaux familiaux, d’un maniérisme épuré et délicat, dans lesquels les acteurs, idéalisés, resteront cependant toujours vraisemblables »[30], tout au long des 24 illustrations couleur pleine page hors-texte (non paginées) et des 48 vignettes noir-blanc in-texte (qui occupent en réalité la plus grande partie du livre).

Anatole France, “Nos Enfants”, Paris, Hachette, 1887, édition originale, reliure éditeur illustrée, illustration “Fanchon et les oiseaux”. Inv. 3361
Anatole France, “Nos Enfants”, Paris, Hachette, 1887, édition originale, reliure éditeur illustrée, illustration “Le lever de Fanchon”. Inv. 3361
Anatole France, “Nos Enfants”, Paris, Hachette, 1887, édition originale, reliure éditeur illustrée, illustration “Le bal costumé”. Inv. 3361
Anatole France, “Nos Enfants”, Paris, Hachette, 1887, édition originale, reliure éditeur illustrée, illustration “Les petits loups de mer”. Inv. 3361

Anatole France, “Nos Enfants [et Filles et Garçons]”, Paris, Hachette, 1887, édition originale, sous reliure brique, illustration “La Convalescence”. Inv. 3359
Anatole France, “Nos Enfants [et Filles et Garçons]”, Paris, Hachette, 1887, édition originale, sous reliure brique, illustration “A travers champs”. Inv. 3359
Anatole France, “Nos Enfants [et Filles et Garçons]”, Paris, Hachette, 1887, édition originale, sous reliure brique, illustration “La Revue”. Inv. 3359
Anatole France, “Nos Enfants [et Filles et Garçons]”, Paris, Hachette, 1887, édition originale, sous reliure brique, illustration “Feuilles mortes”. Inv. 3359

Toutefois, comme le remarquèrent bien Embs et Mellot, ces jolies vignettes ou planches, malgré leur fraîcheur, dérange un peu par leur aspect presque figé : il y « plane un silence un peu compassé, presque triste. Les grandes personnes, d’une élégance irréprochable, semblent toujours considérer leurs progénitures d’un œil à la fois éteint et étonné, que réveille à peine un pâle sourire désabusé. La gravité des visages enfantins confine parfois au somnambulisme et leurs yeux vides paraissent traduire le détachement d’une résignation obéissante, dans des instants d’arrêt où leurs traits perdent tout expression. C’était là un effet recherché par le dessinateur, car il accentuait le caractère de fragilité des sages petits personnages que l’on ne verra jamais s’abandonner à rire à gorge déployée »[31].

Anatole France, “Nos enfants [et Filles et Garçons]”, Paris, Hachette, 1887, édition originale, sous reliure brique, envoi de l’illustrateur. Inv. 3359

Le présent exemplaire à couverture brique fut dédicacé par Monvel à un certain M. Harpignies, qui s’empressa de l’offrir à son tour « affectueusement » à « [ses] bonnes fifilles » comme cadeau d’étrennes du 1er janvier 1887. Ce généreux personnage n’était autre que le peintre multi-honoré Henri Harpignies (1819-1916), qu’Anatole France avait d’ailleurs lui-même qualifié de « Michel-Ange des arbres et des campagnes paisibles ».  Mais à quelles « bonnes fifilles » ce vieux monsieur sans enfant offrit-il le livre ? A des petites-nièces peut-être ? Espérons en tout cas que ces bambins surent apprécier cet ouvrage ainsi rehaussé d’un envoi, mais que cela ne les empêcha pas de goûter aussi des textes aux personnages plus turbulents et aux aventures plus corsées !

V. A l’aventure !

Ces personnages d’enfants calmes ou malmenés par le destin n’en demeuraient pas moins sérieusement ancrés dans la vie quotidienne de leur temps, dans ses aspects les plus agréables ou détestables : leur histoire constituait un parcours initiatique au sein de la société, avec des péripéties dictées par les lois qui la régissaient (pauvreté / richesse ; perte des parents / existence familiale ; école ; etc.). On pourrait donc ranger dans une autre catégorie les « véritables » aventuriers : ceux qui provoquaient les événements. Leur profil des ces derniers est certes différent d’une histoire à l’autre (l’enfant de la jungle indienne n’est pas comparable au petit rebelle de l’Amérique profonde ; ce dernier cherche l’exploit par gloriole enfantine, alors que son ami perd à l’aventure par nécessité et style de vie ; le petit Robinson avide d’aventure doit affronter la solitude par un fâcheux hasard, tandis que Claude et ses cousins peuvent compter, après avoir arrêté deux ou trois bandits, sur les bons gâteaux de la cuisinière de famille), mais tous se rejoignent finalement par leur capacité à l’action.

 1. Un héritier de Robinson

Depuis son apparition en 1719, le Robinson Crusoé de Daniel Defoe n’a cessé de fasciner et de connaître réécritures et adaptations. Ce premier grand roman d’aventures de la littérature mondiale moderne s’attira rapidement des lecteurs passionnés, d’abord chez les « grands » (Rousseau ne fut pas le dernier), puis chez les enfants. Pour ces derniers, on en vint à écrire une série impressionnante de textes dérivés ou « robinsonnades », dont les exemples les plus célèbres, au XIXe siècle, seront Le Robinson suisse de Johann David Wyss dès 1812 (présentant les aventures d’un prédicateur suisse et de sa famille naufragés en Indonésie)[32] et bien entendu L’Ile mystérieuse de Jules Verne en 1874. Mais ces romans, s’ils mettaient bien en scène des enfants ou adolescents (quatre frères dans la famille suisse et Harbert Brown, âgé de quinze ans, dans le livre de Verne), n’en avaient pas fait les héros principaux, à la différence du livre de Jeanne-Sophie Mallès de Beaulieu (1760-1825).

Jeanne-Sophie Mallès de Beaulieu, “Le Robinson de douze ans”, Paris, Pierre Blanchard, 1821, troisième édition, frontispice et titre gravé. Inv. 3362
Jeanne-Sophie Mallès de Beaulieu, “Le Robinson de douze ans”, Paris, Pierre Blanchard, 1821, troisième édition, page de titre. Inv. 3362

Originaire du Morbihan, cette femme de lettres se spécialisa dans les écrits moraux destinés à la jeunesse, livrant près d’une dizaine d’ouvrages entre 1816 et sa mort. Beaucoup connurent une assez longue carrière éditoriale tout au long du siècle, mais le plus connu de ses écrits demeure son Robinson de douze ans – Histoire intéressante d’un jeune mousse français, abandonné dans une île déserte, paru pour la première fois chez Blanchard en 1818 (une édition originale d’ailleurs fort peu courante, semble-t-il). Le livre était présenté à ses jeunes lecteurs comme la transcription d’un récit authentique : « Vous voilà, je pense, mes enfants, bien satisfaits de voir votre ami Félix en sûreté sur le rivage. Je vais le laisser parler lui-même et vous rendre compte de ce qu’il pensa et de ce qu’il fit quand il eut recouvré l’usage de ses sens. Il a écrit lui-même la relation de ce qui lui est arrivé, depuis l’instant de son naufrage jusqu’à celui où il fut rendu à la société ; j’ai eu cette relation entre les mains, et j’en ai fait un extrait pour votre usage ». Mon plus ancien exemplaire de ce roman appartient à la troisième édition, donnée par Blanchard en 1821. Complet de ses six gravures (y compris le frontispice et le titre gravé), le volume est néanmoins dans un état fort modeste, mais c’est un cadeau de ma sœur cadette pour mes seize ans : en ce qui concerne les livres, tout n’est pas que pure bibliophilie.

Jeanne-Sophie Mallès de Beaulieu, “Le Robinson de douze ans”, Paris, Pierre Blanchard, 1821, troisième édition, illustration “Félix et son chien se défendent contre des singes”. Inv. 3362

Jeune garçon turbulent et orphelin de père, le jeune Félix Francœur serait aujourd’hui catalogué comme « enfant problématique », causant bien des soucis à sa mère, jeune veuve trop molle et indulgente pour lui tenir la bride. N’en faisant qu’à sa tête et désireux de voir le monde, il s’embarque, âgé de douze ans seulement, comme mousse, mais son navire fait naufrage dans les mers australes. Seul survivant, l’enfant se retrouve jeté sur une île déserte, avec le fidèle chien du bord, Castor. Contraint de s’organiser pour survivre, il va devenir, sans aucune expérience antérieure, un Robinson qualifié (ce qui nuit un peu à la crédibilité du roman, mais passons !) en franchissant avec brio toutes les étapes du cursus : construction de cabane ; domestication de chèvres et de l’incontournable perroquet ; aménagement d’une caverne façon « Relais & Châteaux » ; haute couture à partir de peaux desdites chèvres ; récolte d’œufs de tortue ; chasse aux tortues et aux flamants roses ; et même archéologie amateur (en découvrant une ancienne grotte funéraire sacrée).

Jeanne-Sophie Mallès de Beaulieu, “Le Robinson de douze ans”, Paris, Pierre Blanchard, 1821, troisième édition, illustration “Félix a trouvé un jeune enfant qu’il élève”. Inv. 3362

Au bout de trois ans, des indigènes papous, venus d’une autre île pour pêcher, chavirent devant le rivage et sont dévorés par les poissons qu’ils voulaient attraper. Ne subsiste dans la pirogue qu’un bébé adopté par Félix : ce sera son Vendredi à lui, baptisé Tomy. Deux ans plus tard encore, c’est au tour d’un navire européen de faire naufrage : une femme est rejetée sur la grève par la mer déchaînée. Coup de théâtre : c’est la propre mère de Félix, partie à sa recherche en se faisant employer comme dame de compagnie d’une riche voyageuse ! Comme il a maintenant vingt ans ou presque, Félix rechigne un peu à venir faire un câlin, mais se résout finalement à demander pardon, en bon fils prodigue repentant. Transformant l’île en une forme de nursery idéelle (rien ne peut leur arriver de mal dans un univers où Dame Nature règne seule), ils élèvent ensemble le petit Tomy, jusqu’au jour où des marins anglais, venus à terre pour tenter de chasser, les retrouvent et les rapatrient en Europe.

Jeanne-Sophie Mallès de Beaulieu, “Le Robinson de douze ans”, Paris, Lehuby, 1852, frontispice et page de titre. Inv. 3366
Jeanne-Sophie Mallès de Beaulieu, “Le Robinson de douze ans”, Paris, Lehuby, 1852, reliure polychrome. Inv. 3366

Succès de librairie, le roman connut, dans les décennies suivant sa sortie, presque une réédition par an à la “Librairie de l’enfance et de la jeunesse”, d’abord sous le nom de Blanchard, puis de ses successeurs, Pierre-Charles Lehuby (à partir de 1833), puis Eugène Ducrocq (qui racheta la librairie vers 1860). L’édition donnée par Lehuby en 1836 est ainsi présentée par le catalogue de la BnF comme la treizième ; celle procurée en 1852 était la dix-huitième, tandis que celle du début des années 1860 s’annonce elle-même au titre comme la vingt-troisième. Elles pouvaient se rencontrer munies de belles reliures-éditeur en cartonnage toilée polychrome, comme c’est le cas ici. Il existe aussi des reliures en cartonnage gaufré, avec médaillon en chromo sur le premier plat, représentant Félix tiré des eaux par Castor. Au fil des rééditions, l”illustration évolua elle-aussi, de nouvelles gravures apparaissant et adoptant la technique de la chromolithographie.

Jeanne-Sophie Mallès de Beaulieu, “Le Robinson de douze ans”, Paris, Ducrocq, s.d. [v. 1860], frontispice et page de titre. Inv. 3373
Jeanne-Sophie Mallès de Beaulieu, “Le Robinson de douze ans”, Paris, Ducrocq, s.d. [v. 1860], illustration “La tempête”. Inv. 3373
Jeanne-Sophie Mallès de Beaulieu, “Le Robinson de douze ans”, Paris, Ducrocq, s.d. [v. 1860], illustration “Le sauvetage de Tomy”. Inv. 3373

Le roman fut constamment réédité jusqu’au lendemain de la Première Guerre mondiale (la dernière édition ancienne repérable du Robinson de douze ans datant de 1923), mais a connu un retirage en 2021 aux Editions Ararauna. Pour finir, une étonnante et authentique historiette. Peu crédibles aventures, disais-je plus haut, que celles de ce Robinson en culottes courtes ? A voir ! En 1858, un mousse de quatorze ans, nommé Narcisse Pelletier (1844-1894)[33], fait naufrage avec son navire Le Saint-Paul sur les côtes de la Nouvelle-Guinée. Fuyant les attaques des indigènes, l’équipage part en chaloupe, mais profite d’une escale d’avitaillement pour abandonner le mousse blessé sur les côtés de la péninsule australienne du cap York. Recueilli dans une tribu aborigène, il passa dix-sept ans en leur compagnie, avant d’être découvert par des marins anglais, enlevé de force et finalement ramené à sa famille en France, finissant sa vie comme gardien de phare et employé du port de Saint-Nazaire ! Quand l’histoire rejoint la fiction…

2. Sur les bords du Mississippi

Quand son éditeur et sa femme lui affirmèrent qu’il avait écrit un magnifique livre pour enfants (tous deux insistèrent d’ailleurs pour édulcorer la langue du manuscrit original), Mark Twain (1835-1910) se serait fâché tout rouge : il était persuadé d’avoir procuré, avec The Adventures of Tom Sawyer, une satire humoristique de la vie provinciale américaine, dans un genre qu’il qualifia lui-même de « roman pour enfants pour adultes » ! Mais il devait également en parler comme d’une « comic idyll of childhood » ou d’un « hymn in prose form » en l’honneur de l’enfance. S’inspirant en partie de sa propre jeunesse sur les bords du Mississippi, le romancier originaire du Missouri plaça l’action en 1844 dans une petite ville imaginaire de cet état, Saint-Petersburg, sise sur les rives du grand fleuve. On y suivra donc les péripéties d’un jeune garçon à l’âge d’ailleurs peu déterminé (dix à douze ans) dont le caractère s’avère bien plus complexe que d’autres héros enfantins. Certes, il demeure pour tous un symbole d’amour de la liberté, d’esprit d’aventure, de courage et de générosité, associant des qualités de cœur et d’esprit, mais Twain l’a également dépeint, dans bien des passages, sous des dehors moins sympathiques : on le découvre ainsi vaniteux et histrion, aimant plastronner, recherchant la gloire à tout prix, faisant souvent preuve d’un solide égoïsme. Son créateur devait d’ailleurs avouer : « J’ai décidé de ne pas amener le garçon jusqu’à l’âge adulte parce qu’alors il mentirait comme tous ces héros de quatre sous de la littérature et le lecteur se mettrait à le mépriser cordialement ». Devenu riche par la découverte du trésor de Joe l’Indien, assuré du respect de ses concitoyens et de l’amour de la blonde Becky Thatcher, inscrit à la National Military Academy, le libertaire Tom est promis de rentrer dans le rang et de devenir un très honorable notable.

Mark Twain, “The Adventures of Tom Sawyer”, Hartford, The American Publishing Company, 1876, première édition US, première édition illustrée, second tirage, frontispice et page de titre. Inv. 3345

Suite à la remise du manuscrit par Twain en novembre 1875, deux « éditions originales » vont voir le jour, avec de subtiles nuances de texte. Surprise : la véritable première édition de The Adventures of Tom Sawyer n’est pas américaine, mais parut à Londres en juin 1876 chez Chatto & Windus, sans illustrations, tandis que la deuxième (et première américaine), au texte encore revu par Twain, sortit à Hartford, chez l’American Publishing Company, en novembre suivant. Le tirage, non négligeable, fut de 5’000 exemplaires et il n’est pourtant pas évident d’en rencontrer des exemplaires en état correct (sans même parler de parfait, dans leur premier vêtement de toile bleue ornée), car, comme le résuma le bibliographe américain Kevin MacDonnell : « This was a true boy’s book, and surviving copies are proof of how rough on books little boys can be ». L’intérêt supérieur de cette première édition américaine est de présenter, à la différence de l’édition princeps anglaise non illustrée, une riche iconographie (pas moins de 106 planches, vignettes ou lettrines) qui donnait, pour la première fois, des traits à Tom Sawyer et à tous les personnages de son petit monde.

Mark Twain, “The Adventures of Tom Sawyer”, Hartford, The American Publishing Company, 1876, première édition US, première édition illustrée, second tirage, table des illustrations et incipit (chapitre I). Inv. 3345
Mark Twain, “The Adventures of Tom Sawyer”, Hartford, The American Publishing Company, 1876, première édition US, première édition illustrée, second tirage, illustration “Becky Tatcher” (chapitre III). Inv. 3345
Mark Twain, “The Adventures of Tom Sawyer”, Hartford, The American Publishing Company, 1876, première édition US, première édition illustrée, second tirage, illustration “Huckleberry Finn”. Inv. 3345

Comme toujours, cette première édition américaine (et première édition illustrée) a connu plusieurs tirages. Le premier tirage se reconnaît très aisément puisque le faux-titre et le frontispice y constituent deux feuillets séparés, alors que dans le second tirage (cas du présent exemplaire), le frontispice est imprimé au verso du faux-titre. On relève toutefois bien d’autres indices de tirage précoce dans notre exemplaires : la date 1875 au copyright (verso du titre), alors que le titre indique 1876 ; des caractères de police plus petits pour le “THE [ADVENTURES…]” à la page de faux-titre ; la deuxième et la troisième page de la table des matières paginées respectivement XII et XIII ; la seconde page de la table des illustrations paginée XVI ; enfin, quatre pages de catalogue (ads) en fin de volume comportant la mention « Revised December 1st, 1876 » suivie d’une ligne blanche.

Mark Twain, “The Adventures of Tom Sawyer”, Hartford, The American Publishing Company, 1876, première édition US, première édition illustrée, second tirage, illustration chapitre XXXI “An Exploring Expedition”. Inv. 3345
Mark Twain, “The Adventures of Tom Sawyer”, Hartford, The American Publishing Company, 1876, première édition US, première édition illustrée, second tirage, illustration “Attacked by Natives”. Inv. 3345
Mark Twain, “The Adventures of Tom Sawyer”, Hartford, The American Publishing Company, 1876, première édition US, première édition illustrée, second tirage, illustration chapitre XXXIII “The Fate of Injun Joe”. Inv. 3345
Mark Twain, “The Adventures of Tom Sawyer”, Hartford, The American Publishing Company, 1876, première édition US, première édition illustrée, second tirage, illustration “Tom backs his statement”. Inv. 3345

Le succès du livre ayant vite été anticipé des deux côtés de l’Atlantique, le petit semestre écoulé entre les deux éditions anglaise et américaine suffit à voir instantanément fleurir des éditions pirates anglophones, tant au Canada qu’en Allemagne (éditions Tauchnitz), preuves d’un succès depuis lors jamais démenti.

Mark Twain, “Les Aventures de Tom Sawyer”, Paris, Bibliothèque nouvelle de la jeunesse, A. Hennuyer, imprimeur-éditeur, s.d. [1884], première édition française, reliure éditeur. Inv. 2950

Il fallut en revanche attendre huit ans pour qu’une première édition française, officiellement autorisée par Twain, voit enfin le jour chez l’éditeur Hennuyer grâce aux soins de William Hughes.  Le résultat fut un très bel in-quarto de 238 pages illustré par un ensemble de dessins originaux, œuvres d’Achille Sirouy (1834-1904). La reliure éditeur, de toile blanche à décor polychrome, était de son côté signée par Auguste Souze.

Mark Twain, “Les Aventures de Tom Sawyer”, Paris, Bibliothèque nouvelle de la jeunesse, A. Hennuyer, imprimeur-éditeur, s.d. [1884], première édition française, frontispice et titre. Inv. 2950

L’un des grands intérêts de cette édition française est de montrer une illustration originale, tout à fait différente des dessins américains, même si les morceaux de bravoure représentés sont souvent les mêmes. Tout en s’inspirant probablement de son homologue américain, Sirouy avait réussi à faire sien ce petit coin de Missouri et à en donner une très convaincante adaptation.

Mark Twain, “Les Aventures de Tom Sawyer”, Paris, Bibliothèque nouvelle de la jeunesse, A. Hennuyer, imprimeur-éditeur, s.d. [1884], première édition française, illustration “Un badigeonnage aux enchères”. Inv. 2950
Mark Twain, “Les Aventures de Tom Sawyer”, Paris, Bibliothèque nouvelle de la jeunesse, A. Hennuyer, imprimeur-éditeur, s.d. [1884], première édition française,illustration “Becky Thatcher”. Inv. 2950
Mark Twain, “Les Aventures de Tom Sawyer”, Paris, Bibliothèque nouvelle de la jeunesse, A. Hennuyer, imprimeur-éditeur, s.d. [1884], première édition française, illustration “Tom et Becky dans la cave”. Inv. 2950
Mark Twain, “Les Aventures de Tom Sawyer”, Paris, Bibliothèque nouvelle de la jeunesse, A. Hennuyer, imprimeur-éditeur, s.d. [1884], première édition française, illustration “Huck Finn”. Inv. 2950

Deux ans s’écoulèrent encore avant que le même trio éditeur/illustrateur/relieur fournisse la suite du cycle mississippien de Twain. Le focus était maintenant mis sur l’ami intime de Tom, le vagabond Huckleberry Finn. Loin de rentrer dans le moule après avoir fait fortune, le garçon indépendant veut fuir la tutelle étouffante de la veuve Douglas qui l’a recueilli, mais c’est pour tomber sous l’emprise de son soulard de père, qui le séquestre et le bat. Simulant son propre assassinat, Huck s’échappe par le fleuve en compagnie de Jim, un esclave en fuite. Ils vont descendre le Mississippi en canot sur 1’200 kilomètres, croisant chasseurs d’esclaves, escrocs, vendettas familiales, etc. Intitulé Adventures of Huckleberry Finn (sans l’article « the » qui apportait un aspect clos à celles de Tom Sawyer, tandis que celles de Huck peuvent être sans limites), le roman parut en 1884-1885, dans deux éditions, d’abord à Londres, puis à New York.

Mark Twain, “Les Aventures de Huck Finn, l’ami de Tom Sawyer”, Paris, Bibliothèque nouvelle de la jeunesse, A. Hennuyer, imprimeur-éditeur, s.d. [1886], première édition française, reliure éditeur. Inv. 3346

Si le premier opus pouvait encore être considéré comme plein de fraîcheur (encore que l’épisode du meurtre brutal du docteur ou la mort de Joe apportent des touches de violence crue), ce second livre était tout empreint d’une dureté accrue, montrant et dénonçant, à travers le regard d’un jeune garçon, les déviances et les plaies de la société, cette prétendue « sivilisation » (sic) qu’Huck veut fuir à tout prix. Violences du père, mensonges et trahisons, esclavagisme, tout y passe, sans compter la cruauté plus ou moins inconsciente d’un Tom Sawyer qui, par jeu et pour faire correspondre la réalité à ses lectures, va s’amuser à compliquer l’évasion de Jim capturé – alors même qu’il sait l’esclave affranchi depuis deux mois…  Bref, un ouvrage sombre décrivant un monde méchant et peu fait pour accueillir des âmes simples et généreuses comme celle du jeune vagabond.

Mark Twain, “Les Aventures de Huck Finn, l’ami de Tom Sawyer”, Paris, Bibliothèque nouvelle de la jeunesse, A. Hennuyer, imprimeur-éditeur, s.d. [1886], première édition française, page de titre. Inv. 3346
Mark Twain, “Les Aventures de Huck Finn, l’ami de Tom Sawyer”, Paris, Bibliothèque nouvelle de la jeunesse, A. Hennuyer, imprimeur-éditeur, s.d. [1886], première édition française, illustration “Sur le Mississippi”. Inv. 3346
Mark Twain, “Les Aventures de Huck Finn, l’ami de Tom Sawyer”, Paris, Bibliothèque nouvelle de la jeunesse, A. Hennuyer, imprimeur-éditeur, s.d. [1886], première édition française, illustration “Le Sauvetage”. Inv. 3346
Mark Twain, “Les Aventures de Huck Finn, l’ami de Tom Sawyer”, Paris, Bibliothèque nouvelle de la jeunesse, A. Hennuyer, imprimeur-éditeur, s.d. [1886], première édition française, illustration “Arrivée des deux escrocs : le duc de Bridgewater et Louis XVII”. Inv. 3346
Mark Twain, “Les Aventures de Huck Finn, l’ami de Tom Sawyer”, Paris, Bibliothèque nouvelle de la jeunesse, A. Hennuyer, imprimeur-éditeur, s.d. [1886], première édition française, illustration “Les deux escrocs : le duc de Bridgewater et Louis XVII”. Inv. 3346

Pour aider les gosiers français, l’éditeur Hennuyer avait simplifié le nom du personnage de « Huckleberry » en « Huck », tout en se sentant obligé de l’identifier comme « l’ami de Tom Sawyer ». En dépit de la qualité de ce nouveau récit (aujourd’hui en butte aux réactions hostiles des bien-pensants, effarouchés par le présence de trop nombreuses occurrences du terme « nigger » au point de censurer le texte, de l’interdire dans les bibliothèques, de le chasser des programmes scolaires ou de le réécrire, façon camp de rééducation maoïste[34])[35], c’est depuis toujours son camarade Tom qui connaît principalement la gloire et les feux de la rampe…, ainsi qu’une suite à ses aventures, quoiqu’ait promis son créateur[36] !

3. Au cœur de la jungle, l’enfant sauvage

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est bien loin des Indes que Rudyard Kipling (1865-1936) écrivit son célèbre The Jungle Book. Installé dans une petite maison du Vermont avec sa femme et leur premier enfant (une petite Josephine qui mourut malheureusement de pneumonie en 1899, âgée de six ans), il fit appel aux souvenirs de ses sept ans de séjour indien, entre 1882 et 1889, pour composer ces contes de la forêt vierge : « mon bureau faisait sept pieds sur huit et, de décembre à avril, la neige s’accumulait jusqu’au rebord de la fenêtre. Or il se trouvait que j’avais rédigé une histoire sur les travaux forestiers en Inde où je parlais d’un enfant élevé par des loups. Dans le silence et l’attente de cet hiver 1892, je sentis remonter des souvenirs des lions maçonniques des magazines pour la jeunesse que je lisais enfant […]. L’idée une fois précisée dans ma tête, la plume fait le reste, et je n’ai qu’à la regarder commencer à écrire des histoires sur Mowgli et les animaux qui allaient constituer le Livre de la jungle ». Autre élément parfois méconnu : sur les quinze nouvelles constituant les deux tomes du Livre de la Jungle, seules huit mettent en scène Mowgli, les autres voyant intervenir des personnages animaliers anthropomorphisés formant un extraordinaire bestiaire (avec Rikki-Tikki-Tavi la mangouste, Kala Nag l’éléphant, Chuchundra le rat musqué, Nag le cobra royal, etc.).

Rudyard Kipling, “The Jungle Book” et “The Second Jungle Book”, Londres et New York, MacMillan and Co., 1894 et 1895, éditions originales, reliures éditeur. Inv. 2915 et 2916

C’est donc en 1894, après une prépublication en magazine, que parut The Jungle Book chez l’éditeur londonien Macmillan. Séparé de ses parents à la suite de l’attaque de son village par le tigre Shere Khan (qui se brûla la patte dans leur feu au passage), le petit garçon indien Mowgli marcha à quatre pattes jusqu’à la tanière de Père Loup et sa femelle Raksha. S’opposant au tigre cruel, le couple de loups recueillit le « petit d’homme » et décida de l’élever avec leurs propres louveteaux. Mowgli fut, de la même manière, accepté officiellement au sein de la meute dirigée par Akela, grâce aux interventions formatrices de l’ours Baloo (qui enseignait la loi de la jungle aux jeunes loups) et de la panthère noire Bagheera, qui offrit un taureau fraîchement tué pour « racheter » la vie du garçonnet. Ce premier tome contenait donc trois aventures de l’enfant sauvage : « Les Frères de Mowgli » (qui raconte l’adoption de Mowgli, sa vie avec la meute jusqu’à onze ans, puis son départ en dépit d’une victoire sur le tigre, réalisé avec ce feu que ses frères loups craignent), « La Chasse de Kaa » (réprimandé par Baloo, Mowgli rencontre les fantasques Bandar-log [soit Gens-Singes], qui ne respectent pas la loi de la jungle et qui l’enlèvent dans une cité en ruines, jusqu’à l’intervention providentielle du python Kaa) et « Au tigre ! Au tigre ! » (Mowgli, de retour parmi les hommes et adopté par un couple, réapprend la vie en village, mais va se trouver confronté à son vieil ennemi Shere Khan : il le vainc, mais perd sa place parmi les hommes, créant sa propre meute avec ses frères loups).

Rudyard Kipling, “The Jungle Book”, Londres et New York, MacMillan and Co., 1894, édition originale, frontispice et page de titre. Inv. 2915
Rudyard Kipling, “The Jungle Book”, Londres et New York, MacMillan and Co., 1894, édition originale, illustration “The Meeting at the Council Rock”. Inv. 2915
Rudyard Kipling, “The Jungle Book”, Londres et New York, MacMillan and Co., 1894, édition originale, illustration “Mowgli spread the skin out on the flat stone”. Inv. 2915

Illustré par le propre père de l’auteur, Lockwood Kipling, le roman fut suivi, dès l’année suivante, par un second volume contenant huit nouvelles, dont cinq ayant Mowgli pour héros : « Comme vint la crainte », « La descente de la jungle », « L’Ankus du roi », « Chien rouge » et « La Course du printemps ». Ma préférée a toujours été la dramatique « The King’s Ankus » qui voit Mowgli tomber dans les souterrains d’une ville royale en ruines et mangée par la jungle : les « Grottes froides ». Il y découvre un fabuleux trésor gardé par un cobra royal albinos, le méchant Thuus, et parvient à mettre la main sur l’objet qui lui semble le plus fascinant : un aiguillon à éléphant en or rehaussé de pierres précieuses. Mais ce qui, pour Mowgli, n’est qu’un bel objet rutilant est un joyau sans prix pour les autres hommes : après l’avoir perdu dans la jungle où il est ramassé par un paysan, Mowgli, en tentant de le récupérer, va constater que l’artefact maudit sème le crime et la mort sur sa route. Après l’avoir repris, il retournera dans la cité perdue pour le jeter sur le tas de richesses, s’attirant les commentaires goguenards du vieux serpent.

Rudyard Kipling, “The Second Jungle Book”, Londres et New York, MacMillan and Co., 1895, édition originale, page de titre. Inv. 2916
Rudyard Kipling, “The Second Jungle Book”, Londres et New York, MacMillan and Co., 1895, édition originale, incipit de la nouvelle “The King’s Ankus”. Inv. 2916
Rudyard Kipling, “The Second Jungle Book”, Londres et New York, MacMillan and Co., 1895, édition originale, fin de la nouvelle “The King’s Ankus”. Inv. 2916

Les premières versions françaises ne tardèrent pas à voir le jour : dès 1899, les Editions du Mercure de France procurèrent les deux volumes dans une traduction signée par Louis Fabulet et Robert d’Humières. Comme souvent avec ces textes, leurs premières éditions (dénuées de date à leur page de titre…) ne sont pas courantes et, pour le moment, je n’ai pu me procurer que la seconde partie, dans un demi-maroquin signé Paul Vié.

Rudyard Kipling, “Le Second Livre de la Jungle”, Paris, Editions du Mercure de France, s.d. [1899], première édition française. Inv. 3324
4. Comme les doigts de la main !

Terminons-en provisoirement avec une bande qui a enchanté nos après-midi de lectures enfantines : l’inoxydable « Club des Cinq » ! C’est en 1942 que la romancière anglaise Enid Blyton (1897-1968), déjà reconnue depuis une vingtaine d’années comme une talentueuse écrivaine pour enfants, invente les cinq personnages appelés à une célébrité internationale : les quatre cousins Kirrin (dont la cheffe de file, Georgina, dite George, ce “garçon manqué” qu’Enid Blyton avoua être autobiographique) et leur chien Timmy (dans la version originale). Pleines de passages secrets, de châteaux en ruines, d’îles aux côtes déchiquetées, d’épaves, de trésors cachés et de bandits de tous poils, leurs aventures se déclinèrent finalement dans vingt-et-un livres publiés jusqu’en 1963.

Enid Blyton, “Le Club des Cinq”, Paris, Hachette, 1955, première édition française, première de couverture. Inv. 3372

Il fallut attendre le milieu des années 1950 pour que le quintet arrive en France sous des noms connus de tous les enfants depuis soixante-quinze ans : Claude Dorsel (ne l’appelez pas Claudine !), ses trois cousins  François, Michel (Mick) et Annie Gauthier, ainsi que leur chien Dagobert (Dag’). Transposées des côtes du Dorset à celles de la Bretagne, les aventures prennent place dans le village de Plomarech, au large duquel se dresse l’île de Kernach, surplomblée des ruines du château du même nom. C’est le repaire de la petite bande, offerte à Claude par sa mère, et le lieu de leur première aventure, Five on a Treasure Island. Mais, curieusement, les éditions Hachette, lorsqu’elles lancèrent la série au sein de la mythique « Bibliothèque rose » en 1955, ne respectèrent pas du tout l’ordre de publication des romans. La collection commença donc avec le n° 2, soit Five Go Adventuring Again (1943), traduit fort sobrement par Le Club des Cinq.

Enid Blyton, “Le Club des Cinq”, Paris, Hachette, 1955, première édition française, illustration “Annie fit allumer la bougie par François” (la découverte du souterrain). Inv. 3372

Dans la version française, l’histoire fait donc se rencontrer pour la première fois les cousins, lorsque les trois jeunes Gauthier doivent aller passer les fêtes de Noël à Kernach, en raison de la maladie de leur mère. Les cousins sympathisent vite et rendent visite aux fermiers voisins, chez lesquels ils découvrent un parchemin latin donnant des instructions pour trouver un souterrain. Dans le même temps, le sévère Henri Dorsel, scientifique renommé et père de Claude, voit certains de ses travaux scientifiques disparaître de son bureau. Il en accuse Claude, dont le chien avait été puni pour avoir mordu le précepteur familial, le louche M. Rolland. Au terme de leur enquête, les enfants découvriront que le fameux passage secret reliait certaines chambres louées de la ferme directement au bureau du prof. Dorcel : de mèche avec M. Rolland, les voleurs s’étaient introduits pas là pour voler certaines découvertes scientifiques importantes.

Enid Blyton, “Le Club des Cinq”, Paris, Hachette, 1955, première édition française, illustration “Le grimoire”. Inv. 3372

Présentant une traduction française par Hélène Commin, cette première édition française bénéficiait aussi d’illustrations (pleines pages et vignettes) signées Simone Baudoin. Le volume au premier plat illustré en couleurs était doté d’un dos toilé jaune, qui sera par la suite abandonné au profit d’un dos carré lisse rose (marque de la « Nouvelle Bibliothèque rose », à partir de 1958). Au moment de leur publication, ces romans d’aventures étaient envisagés avec la plus grande méfiance, certains critiques britanniques n’hésitant pas à en parler comme d’un « poison lent »au « contenu médiocre »… Après avoir été ainsi les victimes d’un conservatisme guindé à leurs débuts, ces livres plébiscités ont connu une seconde attaque massive, “progressiste” cette fois, en ce début de XXIe siècle. On ne sait que trop combien ces romans ont été la cible, à partir des années 2000-2010, des thuriféraires du « politiquement correct » : sans aucun respect pour le travail de l’auteur et des premiers traducteurs, les textes ont été copieusement caviardés, réécrits avec condescendance, simplifiés jusqu’à l’abêtissement, avec une extermination du passé simple, un banissement de tout vocabulaire un tant soit peu soutenu, un génocide du vouvoiement, sans compter le nivellement de toute prétendue aspérité morale pour présenter un monde lisse et sans bavures [37].  Dans le même temps, en plus de ces histoires de forme, les apôtres du progressisme reprochaient à Blyton et à ses romans d’être (je cite, avec des pincettes) « racistes, sexistes, homophobes et [frappés] de mauvaise réputation » (argumentaire du comité de la Royal Mint de Londres refusant la frappe d’une monnaie commémorative de Blyton en 2018). Quant aux foulards rouges de service, ils ne manquaient pas de se crisper « face aux élans de snobisme » et « au niveau de privilège dont jouissent les familles et les enfants dans ces livres» (Michael Rosen, récipiendaire du prestigieux prix Children’s Laureate en 2007). Aux fous ! Heureusement, et c’est encourageant, la fronde sourde des parents lucides a bel et bien fonctionné : attentifs à ne pas fournir à leurs enfants des produits frelatés, ils se sont tournés vers les ouvrages d’occasion. Merci eBay : j’ai ainsi pu me procurer l’ensemble de la collection, dans des éditions des années 1960-1980, pour mes deux petits lecteurs. Et je ne dois pas être le seul à avoir “chiné” de la sorte, puisque les éditeurs français et anglosaxons du Club des Cinq ont été forcés d’admettre en 2021, au bout de douze ans de révisionnisme, que leurs versions abâtardies étaient de cinglants échecs commerciaux, se résignant ainsi à l’arrêt de leur production et au retour des textes originaux[38]. ¡No pasarán!

Au  terme de ce billet-fleuve, il y aurait pourtant encore bien des livres à ajouter, soit en édition originale, soit en première française, tant les classiques des « livres d’enfants pour enfants » constituent un terrain de recherche passionnant, porteur d’ouvrages magnifiques et célébrissimes la plupart du temps. Sophie de Réan, Jim Hawkins, Pippi Långstrump, Dick Sand et toi, là, le petit Nicolas : vous manquez encore à mes rayons… « Laissez venir à ma bibliothèque les petits enfants ! » : ce sera un grand plaisir que de pouvoir agrandir cette troupe de bambins littéraires au fil des années à venir… en associant, je l’espère, mes enfants à ces recherches !

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 3 mars 2024


BIBLIOGRAPHIE

  •  Isabelle Nières, « Les vacances de la comtesse de Ségur, ou : Pour en finir avec le malheur de Sophie », dans La Revue des livres pour enfants, nos. 131-132, printemps 1990, pp. 62-73.
  • Isabelle Nières-Chevrel (dir.), L’Invention du roman pour la jeunesse au XIXe siècle, numéro 304 (2002/4) de la Revue de littérature comparée, Paris, Klincksieck, 2002.
  • Isabelle Nières-Chevrel, « Avant-propos », dans L’Invention du roman pour la jeunesse au XIXe siècle, numéro 304 (2002/4) de la Revue de littérature comparée, Paris, Klincksieck, 2002, pp. 413-420.
  • Dennis Butts, « The Birth of the Boy’s Story and the Transition from the Robinsonnades to the Adventure Story », dans L’Invention du roman pour la jeunesse au XIXe siècle, numéro 304 (2002/4) de la Revue de littérature comparée, Paris, Klincksieck, 2002, pp. 445-454.
  • Jean-Marie Embs et Philippe Mellot, Cent ans de livres d’enfants et de jeunesse (1840-1940), Paris, Editions de Lodi, 2006.
  • Olivier Piffault (dir.), Babar, Harry Potter & Cie – Livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2008 (catalogue de l’exposition éponyme, BnF, 2008-2009).
  • Jacques Le Brun, « Les Aventures de Télémaque : destin d’un best-seller », dans Littératures classiques, 2009/3 (n° 70 : Les Aventures de Télémaque), pp. 133-146.
  • Isabelle Nières-Chevrel, « Heidi et ses langues : de Zurich à Tokyo », dans Barbara Cassin et Nicolas Ducimetière (dir.), Les Routes de la traduction – Babel à Genève, Paris, Gallimard, 2017, pp. 281-292.
  • Sophie Van der Linden, Tout sur la littérature jeunesse : De la petite enfance aux jeunes adultes, Paris, Gallimard Jeunesse, 2021.

NOTES

[1] Sur les débuts d’Anatole France et ce cahier, voir notamment Mélanges 42 – Une première vie sur le Parnasse, mis en ligne en 2020.

[2] Pages 194-205 dans le tome I de la première édition (Paris, Renouard, 1825).

[3] L’édition originale comporte les caractéristiques suivantes, avec deux erreurs dans la numérotation des pages : la page 163 est numérotée 103 et la page 193 est chiffrée 199. Le second tirage de l’édition originale, plus courant, se distingue par la présence d’un erratum. Certains exemplaires présentent aussi deux feuillets finaux, après le privilège, donnant un « Catalogue de livres de dévotion nouvellement imprimez ».

[4] D’origine italienne, mais également très en vogue dans les pays protestants, le « quiétisme » consistait en une pensée ou doctrine mystique établissant un itinéraire spirituel, un « cheminement vers Dieu » très personnel. Le mouvement, en France, se cristallisa autour de la personne de la mystique Jean-Marie Bouvier de La Motte (ou Madame Guyon, de son nom d’épouse) qui connut l’emprisonnement, mais fut justement défendu par Fénelon, notamment dans son Explication des maximes des saints sur la vie intérieure parue en 1697. Il y défendait la doctrine du « pur amour » en s’appuyant sur les Pères Grecs (Clément d’Alexandrie et Jean Cassien, notamment) et sur de nombreux mystiques chrétiens occidentaux. Relié en maroquin bleu-nuit, le présent exemplaire provient de la collection du banquier Henry Huth (1815-1878).

François de Salignac de La Mothe-Fénelon, “Explication des maximes des saints sur la vie intérieure”, Paris, Pierre Aubouin, Pierre Emery et Charles Clousier, 1697, édition originale, page de titre. Prov. : Henry Huth. Inv. 2353
François de Salignac de La Mothe-Fénelon, Explication des maximes des saints sur la vie intérieure, Paris, Pierre Aubouin, Pierre Emery et Charles Clousier, 1697, édition originale, ex-libris Huth. Prov. : Henry Huth. Inv. 2353

[5] Voir l’actuelle édition de référence du Tchemerzine-Scheler, Bibliographie d’éditions originales et rares d’auteurs français des XVe, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Hermann, 1977, tome III, p. 200.

[6] Abbé Caron, Recherches bibliographiques sur le Télémaque, les Oraisons funèbre de Bossuet et le Discours sur l’histoire universelle, Paris-Lyon, Perisse frères, 1840 [2e éd.], pp. 15-16.

[7] A. Claudin, Bibliographie des éditions originales d’auteurs français composant la Bibliothèque de feu M. A. Rochebilière…, Paris, Claudin, 1892, pp. 307-308, n° 584. Voir aussi Tchemerzine-Scheler, op. cit., tome III, p. 200 (a) (n’indique aucun exemplaire ou adjudication, citant seulement d’après Rochebilière).

[8] Cohen et Ricci, Livres à figures du XVIIIe siècle, col. 381.

[9] Extrait du début de La Gloire de mon père.

[10] Tom Pouce, ou le petit garçon pas plus grand que le doigt, conte traduit de l’anglais, par feu Théodore Bertin, Paris, Blanchard, 1820, in-16, 177 pages, fig. Le texte fut réédité en 1834, 1828 et 1834.

[11] Nous le retrouverons sous ce nom dans un billet à venir consacré aux pièces de théâtre de Victor Hugo et à leurs pastiches satiriques d’époque.

[12] Barrie destina au départ son histoire aux fils de sa grande amie Sylvia Llewelyn Davies, fille de George du Maurier, dessinateur satirique et compagnon de route de Henry James. « Peter » était le prénom de Peter Llewelyn Davies, le troisième fils de Sylvia Llewelyn Davies, tandis que le nom « Pan » renvoyait au dieu grec de la Nature. Pour certains commentateurs, le personnage aurait aussi pu être influencé par le souvenir du frère aîné de l’auteur, David, mort à l’âge de treize ans.

[13] A noter que depuis 1929, suite à un legs de Barrie, tous les droits d’auteurs de Peter Pan furent versés au Great Ormond Street Hospital, un hôpital pour enfants londonien.

[14] Ayant perdu deux de ses trois fils durant la Première Guerre mondiale, puis son mari en 1926, Alice Liddell-Hargreaves dut se résoudre en 1928, devant des difficultés financières, à vendre l’exemplaire que Dodgson lui a donné d’Alice’s Adventures under Ground (Les Aventures d’Alice sous Terre). Effectuée chez Sotheby’s, la vente lui rapporta la somme alors énorme de 15’400 £.

[15] Pour un inventaire des vingt-trois exemplaires du Alice de 1865, voir l’article de référence de Selwyn Goodacre, “Census of copies of the suppressed 1865 Alice”. “‘Alice’s Adventures in Wonderland’, an 1865 printing re-described and newly identified as the Publisher’s ‘File copy’” by Justin Schiller, dans la revue The Jabberwocky, 1990. ci-dessous, photographie de l’exemplaire Bodmer :

L’exemplaire Bodmer, l’un des 23 survivants de la véritable édition originale d’ “Alice’s Adventures in Wonderland”. Photo Naomi Wenger / FMB

[16] Grande voyageuse, Clara Filleul se rendit, en plus du Chili, en Palestine (elle y accomplit un pèlerinage à l’âge de dix-huit ans), en Savoie et en Suisse, en Toscane, en Egypte et en Algérie. Il en résulta de nombreux récits, comme Les jeunes voyageurs en Egypte (Paris, Lozouet, 1845), L’Algérie (Tours, Pornin, 1846), L’Egypte, son histoire et ses merveilles (Evreux, Costerousse, 1850), La Palestine, ou Une visite aux Lieux saints (Rouen, Mégard, 1866), Souvenirs de voyage dans l’Asie, le Nord de l’Afrique, Syrie, Tripoli, Tunis, etc. (Limoges, Ardant, 1884), et donc, pour la Suisse, Voyages en Suisse, description des curiosités naturelles, détails sur les mœurs et coutumes, sur la division politique de chaque canton (Rouen, Ardant, 1860), dont voici un exemplaire en reliure-éditeur de percaline ornée :

Clara Filleul de Pétigny, “Voyages en Suisse, description des curiosités naturelles, détails sur les mœurs et coutumes, sur la division politique de chaque canton”, Rouen, Ardant, 1860, édition originale, reliure-éditeur. Inv. 3368
Clara Filleul de Pétigny, “Voyages en Suisse, description des curiosités naturelles, détails sur les mœurs et coutumes, sur la division politique de chaque canton”, Rouen, Ardant, 1860, édition originale, frontispice et titre gravés. Inv. 3368
Clara Filleul de Pétigny, “Voyages en Suisse, description des curiosités naturelles, détails sur les mœurs et coutumes, sur la division politique de chaque canton”, Rouen, Ardant, 1860, édition originale, gravure “Canton de Zurich”. Inv. 3368

[17] Pour reprendre l’adjectif sans appel de Marie-Thérèse Latzarus.

[18] Jean-Marie Embs et Philippe Mellot, Cent ans de livres d’enfants et de jeunesse (1840-1940), Paris, Editions de Lodi, 2006, p. 100.

[19] A ces romans et recueils, la partie la plus connue de l’œuvre de la comtesse, il faut ajouter des ouvrages didactiques et/ou pieux, comme La Santé des enfants (1855-1857), L’Evangile d’une grand-mère (1865) et La Bible d’une grand-mère (1869).

[20] Le livre marqua également un précédent dans les lois sur le copyright en 1888, quand son auteur gagna un procès pour obtenir les droits sur les adaptations faites de son œuvre au théâtre.

[21] Paru dans une traduction de Georges Lamy chez Armand Colin (dans la collection « Bibliothèque du Petit Français »), le volume non daté de 181 pages, intitulé Princesse Sarah : aventures d’une petite écolière anglaise semble, une fois encore, fort peu commun…

[22] Claire Lebrun, « De Little Women de Louisa May Alcott aux Quatre filles du docteur March. Les traductions françaises d’un roman de formation au féminin », dans Meta, volume 48, nos. 1-2 (« Traduction pour les enfants »), Montréal, Presses de l’Université de Montréal, mai 2003, pp. 47-67.

[23] Parus dans les années 1930 dans la traduction-adaptation de Charles Tritten, ces six volumes Flammarion consistaient en : Heidi, la merveilleuse histoire d’une fille de la montagne (1933), Heidi grandit (1934) avec « une fin inédite du traducteur », autrement dit la version déjà altérée des deux livres de Johanna Spyri, auxquels l’éditeur français ajouta par la suite toute une franchise totalement inventée : Heidi jeune fille (1936), Heidi et ses enfants (1939) (tous deux de la plume du premier traducteur), Au pays de Heidi (1938, recueil de quatre histoires qui sont cette fois bien de Johanna Spyri, mais sans lien avec Heidi), enfin un Heidi grand’mère (1946), à nouveau purement inventé. Les versions Flammarion avaient été reprises dès 1939 par l’éditeur genevois Henri Studer, étendant ainsi à la Suisse romande cette connaissance biaisée d’Heidi. Il faudra attendre 1979 et l’édition donnée par l’Ecole des Loisirs avec les illustrations de Tomi Ungerer pour qu’une traduction enfin fidèle, par Luc de Goustine et Alain Huriot, soit procurée.

[24] Au total, de 1871 à sa mort, Johanna Spyri livra trente-et-un ouvrages, soit vingt-sept romans ou histoires et quatre recueils de contes. Sa vie fut marquée par la perte presque simultanée, en 1884, de son mari l’avocat, puis chancelier de Zurich Johnann-Bernhard Spyri et de leur fils unique Bernhard.

[25] Johanna Spyri aurait même contribué, en 1880, à faire attribuer à Camille Vidart un poste d’enseignante de français à l’Ecole supérieure pour jeunes filles de Zurich.

[26] On peine à comprendre pourquoi, mais cette véritable première édition française est rarissime. Selon Susan Stan, deux exemplaires seulement seraient repérables : Penn State University (fonds Allison-Shelley) et Universitäts- und Forschungsbibliothek Erfurt.

[27] Jusqu’à la Première Guerre mondiale, Heidi connut des traductions dans huit langues (anglais, danois, suédois, norvégien et néerlandais). Le texte est aujourd’hui traduit dans presque 100 langues. Voir à ce sujet le bel essai d’Isabelle Nières-Chevrel, « Heidi et ses langues : de Zurich à Tokyo », dans Barbara Cassin et Nicolas Ducimetière (dir.), Les Routes de la traduction – Babel à Genève, Paris, Gallimard, 2017, pp. 281-292.

[28] Dans une lettre du 26 décembre 1881 à une amie, Johanna Spyri devait écrire : « Figure-toi, Heidi vient de paraître en français. C’est Mlle Vidart qui l’a traduit, mais elle ne veut pas qu’on le sache. C’est remarquablement bien traduit ».

[29] Eléonore Sulser, « Une Heidi peut en cacher une autre », dans Le Temps, 26 juillet 2020 (à lire en ligne via le lien proposé).

[30] Jean-Marie Embs et Philippe Mellot, Cent ans de livres d’enfants et de jeunesse (1840-1940), Paris, Editions de Lodi, 2006, p. 105.

[31] Ibid.

[32] La première édition française vit le jour à Lausanne dès 1813, dans une traduction d’Isabelle de Montolieu. Elle fut rééditée à Paris l’année suivant chez Arhus Bertrand, en quatre volumes in-12 illustrés. Parmi les autres traductions marquantes, citons celles d’Elise Voïart, sortie en 1837, et dont une belle édition illustrée de 200 gravures par Lemercier fut publiée en 1841, avec une introduction signée Charles Nodier.

Johann David Wyss et Elise Voïard (trad.), “Le Robinson suisse”, Paris, Lavigne, 1841, frontispice et page de titre. Inv.
Johann David Wyss et Elise Voïard (trad.), “Le Robinson suisse”, Paris, Lavigne, 1841, illustration de Lemercier. Inv.

[33] Pour plus d’informations sur Narcisse Pelletier, le Robinson de quatorze ans, surnommé par la presse « le sauvage blanc » au moment de sa « découverte », voir sa notice très documentée sur Wikipedia.

[34] Comme l’avait asséné l’humoriste américain Lenny Bruce (1925-1966), grande figure contestataire des années 1960, cité par Desproges vingt ans après sa mort : « Nègre ! Nègre ! Nègre… Je dirai ce mot jusqu’à ce que plus un seul enfant noir ne pleure en l’entendant ». Cela mérite d’y réfléchir : la censure des mots est-elle une solution efficace ou n’est-ce qu’un confort faisant croire à l’évacuation d’un problème par sa négation linguistique ? N’est-il pas plus efficient de se confronter à un texte ? Ou, comme le disait un temps Ronsard au sujet du protestantisme adversaire : « Il faut, en disputant, par livres lui répondre, / Par livres l’assaillir, par livres le confondre ». L’autodafé et la censure sont les piètres et inutiles réponses des impuissants et des médiocres.

[35] Voir à ce sujet l’article de Karen Bruneaud-Wheal, « (M)oralité et traduction : les voix de Huck », sur glottopol.univ-rouen.fr [archive], no 15, juillet 2010.

[36] Mark Twain devait prolonger la vie de son personnage le plus connu avec deux autres romans (Tom Sawyer Abroad [1894, traduit par Tom Sawyer à travers le monde] ; Tom Sawyer Detective [1896]) et des récits demeurés en partie inachevés.

[37] Voir à cet égard, formant un bon résumé des dégâts, ce passage du livre Théorie de la dictature de Michel Onfray en 2019 (on aime ou on aime pas le personnage, peu me chaut, son constat est factuel et difficile à remettre en question) : « […] Notre époque qui se veut en pointe du progrès réécrit les volumes publiés dans la série Le Club des cinq pour remplacer le passé simple par le présent, pour appauvrir le vocabulaire, pour raccourcir les descriptions, voire pour les faire franchement disparaître. Les « nous » se trouvent transformés en « on ». Le volume intitulé Le Club des cinq et les saltimbanques a été rebaptisé à l’eau bénite du politiquement correct, ce qui donne Le Club des cinq et le cirque de l’Étoile. Dans la nouvelle version la jeune fille qui pleurait ne pleure plus, elle faisait la cuisine elle ne la fait plus, les forains qui se méfiaient de la police ne s’en méfient plus, le petit garçon qui était battu par son oncle ne l’est plus, la vieille foraine qui récupère ses singes enfuis en parlant comme une sorcière ne grommelle plus, d’ailleurs le mot “grommeler” a franchement disparu, trop compliqué ; ce qui était : « Nous resterons ici aussi longtemps qu’il nous plaira » devient : « On restera ici aussi longtemps qu’on voudra », l’oncle qui prévoit un cambriolage ne le prévoit plus, l’information selon laquelle l’enfant a été élevé pour de l’argent passe à la trappe, comme toute autre qui montrerait que la vie n’est pas un long fleuve tranquille ou toute autre indication qui renseignerait sur la vérité de la nature humaine. Bien évidemment, dans ce récit réécrit, les enfants disposent d’un téléphone portable — voilà comment on éduque au plus tôt à la servitude volontaire. […] ».

[38] Article “Le Club des cinq: les versions «politiquement correctes» se vendent mal“, Le Figaro, 10 février 2021.