Archives par mot-clé : Dauphiné

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (33) : UNE IMPRIMERIE DES CIMES

UNE IMPRIMERIE DES CIMES

A M. Gaoussou Toe,
de la Librairie Hermès (Annemasse)
qui me fit faire mes premiers pas en bibliophilie,
il y a trente ans…

En ces temps fortement neigeux (il est tombé 15 cm. à Chavannex), demeurons au chaud de la bibliothèque mais en respirant tout de même un peu de l’air vivifiant des montagnes, et plus exactement des sommets du massif de la Chartreuse, en Dauphiné. Ordre cloîtré mais actif et répandu à travers toute l’Europe, les Chartreux avaient pour origine une vallée au-dessus de Grenoble, où virent se nicher en 1084 saint Bruno (un écolâtre de Reims) et ses six premiers compagnons. Installé au sommet d’une vallée, le premier monastère, qui regroupait les maisons-cellules des pères, était déjà doté d’une installation annexe, quatre kilomètres plus bas, la « maison basse » ou « Correrie », hébergeant les frères-lais et les ateliers.

Vue actuelle du monastère de la Grande-Chartreuse (“maison haute”). DR

Mais en janvier 1132, catastrophe : la maison haute est ensevelie sous ce que la chronique a rapporté comme une monstrueuse avalanche, mais qui était en fait probablement un glissement de terrain. Le prieur Guigues décida de replier le monastère deux kilomètres plus bas, à son actuel emplacement (par ailleurs plus favorable, mieux ensoleillé toute l’année).

I. Une imprimerie de montagne

Au fil du temps, la distinction drastique entres les maisons hautes et basses des monastères chartreux s’atténua à partir du XIIIe siècle, pour disparaître officiellement sur décision du Chapitre général de l’Ordre en 1679. Dans la maison-mère, les bâtiments devaient être destinés à un nouvel usage : une imprimerie. Son existence même était quelque peu illégale au regard des arrêts royaux de 1630 et 1667. Ces textes faisaient défense « à toutes personnes de quelque qualité et condition qu’elles soient, à tous chefs et supérieurs des collèges, convens et communautés d’avoir à tenir dans aucune maison particulière » des presses privées. Mais les Chartreux n’étaient pas n’importe quel ordre et ils obtinrent, en date du 28 avril 1680, un privilège royal leur permettant d’imprimer leurs propres livres liturgiques. 

Vue actuelle de La Correrie de la Grande-Chartreuse. DR

L’homme à l’origine de cette entreprise n’était autre que le prieur général de l’ordre, dom Innocent Le Masson (1627-1702). Ce natif de Noyon était entré dans l’ordre à l’âge de 19 ans et avait par la suite gravi les échelons : prieur, vicaire et visiteur de la province de Picardie, il accéda au poste suprême en 1675, prenant ses quartiers dans la maison-mère comme 51e prieur général. Sous son priorat, l’ordre devait se doter d’un atelier typographique qui, dans un premier temps, fut implanté au lieu-dit Favrat (Favratii in Sabaudia), sur la commune de Saint-Jeoire, entre Chambéry et Montmélian, autrement dit en terre savoyarde[1]. L’entreprise avait été autorisée, mais seulement de vive voix, par le Sénat de Savoie. Le matériel employé n’était autre que celui de l’imprimeur chambérien Louis Dufour. Les ouvriers typographes Raimond Naville et Pierre Cailliat y imprimèrent en 1679-1680 un Missel cartusien de toute beauté.

Portrait gravé de dom Innocent Le Masson, prieur-général de l’ordre des Chartreux. DR

Véritable maître-d’œuvre de cette politique éditoriale nouvelle (qui devait en grande parti être dédiée à ses propres textes), Le Masson décida toutefois de rapprocher l’atelier de la maison-mère en l’implantant directement à La Correrie. Dès 1681, un premier ouvrage sortait des presses. Ecrits en français comme en latin, trente-sept autres livres devaient suivre jusqu’en 1703, sous l’adresse de « La Correrie », « Correriae », « Correriae Cartusianane » ou « La Correrie–Grenoble ». Pour autant, il ne faut pas imaginer que les presses étaient mises en œuvre par les frères chartreux eux-mêmes : ils n’avaient pas les compétences techniques pour assumer seuls cette tâche. Le travail d’impression fut donc confié à plusieurs imprimeurs majeurs de Grenoble : Laurent Gilibert (1681-1685), Antoine Frémon (1686-1689), André Gallé (1689), Claude Faure (1690-1695) et André Faure (1697-1700). Tous les formats furent concernés, du folio à l’in-16, avec une majorité d’in-8° et d’in-12.

Après des débuts en fanfare, l’atelier s’essouffla et l’activité marqua un coup d’arrêt après 1703, suite à la mort de Le Masson. Après une pause de dix ans, entre 1714 et 1760, dix ouvrages seulement parurent à l’adresse de La Correrie (mais y furent-ils réellement imprimés ?)[2]. La charge de produire les livres de l’ordre fut ensuite confié à la veuve  de l’imprimeur grenoblois André Faure, puis à leur fils : parurent ainsi dans la capitale du Dauphiné un bréviaire (1757), un missel (1772, « une des plus belles impressions sorties des presses grenobloises »[3]), un diurnal (1779) et un psautier (1784).  Monté au monastère lui-même « vers 1760 », le matériel y fut laissé à l’abandon, puis vendu au début de la Révolution à deux imprimeurs grenoblois, F. Cadou et David aîné, installés « place Egalité près de la grille du jardin ».

Outil « politique », à la fois de communication interne et de rayonnement externe, l’atelier de La Correrie s’adressait finalement à un public restreint : les membres de l’ordre et éventuellement quelques puissants. De ce fait, presque tous les textes publiés (en français comme en latin[4]) concernent l’ordre, son histoire et son fonctionnement : statuts, règles, directoires, avec des compléments sur leur observance et des controverses internes. S’y ajoutaient quelques ouvrages théologiques, liturgiques ou de piété, Le Masson ayant été l’auteur ou l’instigateur de la quasi-totalité de ces textes. Certains naquirent de l’une ou l’autre des grandes controverses religieuses alors en cours. Ainsi, la célèbre et rare Explication de quelques endroits des anciens statuts de l’Ordre des Chartreux fut la réponse de Le Masson au célèbre abbé de Rancé, l’austère supérieur de la Trappe, qui avait dénoncé en 1683 dans un Traité de la Sainteté et des devoirs de la vie monastique, un certain relâchement chez les Chartreux (!). Dès le XVIIIe siècle, ce livre était réputé rare, car « il passe pour avoir été imprimé en secret, et sans permission dans la Grande Chartreuse, et n’ayant point été vendue en public, il ne s’en est répandu que très peu d’exemplaires, ce qui les a rendu rares, et difficiles à trouver »[5].

II. Des ouvrages rares

De fait, les impressions de La Correrie ont toujours eu une réputation méritée de rareté. Edmond Maignien, leur principal bibliographe, en parlait comme d’ « impressions peu connues et fort rares »[6]. Alors qu’un siècle a passé, ce jugement demeure pertinent, puisque, selon le recensement mené par Bertrand Hugonnard-Roche en 2013, « pour seulement vingt-neuf d’entre [elles], il y a des exemplaires connus et signalés dans des collections publiques »[7].

J’ai eu la chance de mettre la main par hasard, au fil des années, sur trois productions cartusiennes, toutes en français. La première, je l’ai vu et eu en main à plusieurs reprises quand, adolescent, je fréquentais la « Librairie Hermès » d’Annemasse, où j’ai fait, à partir de mes dix ans, mon apprentissage en livres anciens. Combien d’heures passées au milieu de ces travées, à échanger avec le propriétaire des lieux, M. Toe ! Un corps de bibliothèque était consacré au « fonds ancien » qui m’attirait principalement et je scrutais les rayons volume par volume, conquérant les dernières tablettes grâce à une grande échelle. Comme toujours dans une librairie, on finissait par retrouver, d’une visite sur l’autre, certains livres, des mal-aimés restés invendus, mais qui finissaient par devenir familiers. Aussi ai-je ouvert plusieurs fois ce volume sans pièce de titre pour le refermer tout de suite, rebuté (avouons-le) par son titre décourageant : Le Directoire des Mourans, qui fleurait par trop la bondieuserie. Et puis sont arrivées mes études à Grenoble et la découverte de l’histoire typographique dauphinoise. En 2000, quand je repris le volume en main lors d’une nouvelle visite, l’adresse de La Correrie me sauta alors aux yeux : l’intérêt de l’exemplaire m’apparaissait enfin !

Page de titre du “Directoire des mourans…” (La Correrie, par Antoine Frémon, 1686). Inv. 861. Maignien 12.

Sujet finalement assez émouvant[8], ce Directoire n’était a priori pas destiné à usage interne, « mais pour les services que les Chartreux peuvent rendre autour d’eux » (quoiqu’on se demande un peu comment des religieux cloîtrés auraient pu se retrouver à assister des mourants dans le « monde » ?). Le traité avait été écrit par Le Masson et parut d’abord en latin en 1685, sous le titre de Directorium morientum ad usum cartusiensis, imprimé par Laurent Gilibert. L’année suivante, c’est Antoine Frémont qui livra la version française de ce texte, traduite par le père Charles-François Maurin, prieur de la maison de Paris et visiteur de la province de France supérieure.

L’intérêt de cet exemplaire réside aussi dans son austère reliure muette. Sans aucune décoration, ni même une mention de titre, elle est typique du « style cartusien »[9] et fut réalisée peut-être à la Grande-Chartreuse même : elle est du même genre que les reliures faites à la même époque, et sur ordre de Le Masson, pour les manuscrits du monastère. Autre indice d’une provenance cartusienne : le bas du dos comporte une étiquette de cote manuscrite marquée de la lettre « F ». Or, les bibliothèques cartusiennes avaient un classement alphabétique, le « F » désignant les ouvrages de « théologie affective », cas de notre Directoire des mourans.

Reliures de type cartusien sur le “Directoire des mourans” (g.) et le “Directoire des novices” (dr.).

Ce volume provient donc bien d’une chartreuse, mais laquelle ? Selon le libraire, le livre provenait de la dispersion de la bibliothèque d’un séminaire proche de Thonon vers 1985. Vu cette dernière localisation, on pourrait avancer l’hypothèse de la chartreuse-château de Ripaille, qui se dresse toujours aux portes de Thonon. Résidence de chasse des comtes de Savoie, transformé au XVe siècle en prieuré et lieu de retraite par le duc Amédée VIII pour son ordre de moines-chevaliers de Saint-Maurice, les bâtiments accueillirent en 1624 les moines de la chartreuse de Vallon, ruinée durant l’occupation des Bernois protestants. Les Chartreux furent expulsés de Ripaille à la Révolution. Le destin de leur bibliothèque après 1793 demeure inconnu, mais on peut envisager une dispersion, les bâtiments eux-mêmes ayant été vendus comme biens nationaux en 1795. On ne peut toutefois exclure une autre chartreuse haut-savoyarde (Mélan, Le Reposoir ou Pomier).

Château de Ripaille de nos jours. DR

Mon deuxième ouvrage cartusien a été trouvé en 2005 dans une ville plus proche de son  lieu de naissance : Grenoble, où il figurait sur les rayons de « La Bouquinerie » chez mes amis Gaspari. Lui aussi revêtu d’une reliure muette cartusienne assez typique, ce mince volume contenait un Directoire des novices chartreux de l’un & l’autre sexe, imprimé par André Faure. L’ouvrage était bien présenté au titre comme une « Seconde Edition », d’ailleurs revue et corrigée par Le Masson : l’édition originale, parue en 1676, était sans nom d’imprimeur, mais « a dû être imprimée à Grenoble »[10].

Page de titre du “Directoire des novices chartreux…” (La Correrie, par André Faure, 1697). Inv. 862. Maignien 28.

La troisième édition cartusienne de ma bibliothèque est sans doute la plus aboutie typographiquement : il s’agit des Sujets de meditations sur le Cantique des Cantiques. Avec son explication selon le sentiment des Peres de l’Eglise. Pour l’usage des Religieuses chartreuses, imprimé par Claude Faure en 1691. Œuvre de Le Masson (qui se dissimulait derrière les initiales F.I.P.D.C. [Frère Innocent, Prieur de Chartreuse]), ce traité était patronné par plusieurs prélats, en premier lieu le cardinal Le Camus, prince-évêque de Grenoble.

Page de titre des “Sujets de méditations sur le Cantique des Cantiques” (La Correrie, Claude Faure, 1691). Inv. . Maignien 20.

Chose assez inhabituelle, le livre contient non seulement une pièce en vers liminaire (« A Jésus-Christ, le désir des collines éternelles, que les Anges désirent de considérer »), mais aussi une assez belle planche gravée allégorique (signée MB).

Gravure allégorique et début du poème “Le désir des collines éternelles…” (ff. 5-6 des “Sujets de méditations…”).

Notons que l’exemplaire présente une particularité non relevée par Edmond Maignien dans sa collation : le feuillet des pages 287-288 est présenté dans deux états, suite à une évidente erreur de composition du typographe. La correction fut l’occasion d’une modification du texte.

Etat primitif (fautif) de la p. 288 : le premier paragraphe se clot sur une phrase inachevée.
Etat corrigée de la p. 288 : la correction est intervenue et a entraîné une réécriture totale de la suite, avec disparition du texte original.

Bien entendu, nous sommes ici loin de mon « cœur de collection », essentiellement consacré, pour le XVIIe siècle, à la poésie française. Mais mon goût pour le « Grand Siècle » m’a incité à développer, en lien avec mes années grenobloises, une section consacrée aux impressions anciennes du Dauphiné : l’atelier de La Correrie et ses livres y trouvaient donc une place naturelle.

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 2 février 2019


PISTES BIBLIOGRAPHIQUES

  • Colomb de Batines, « Sur deux ouvrages fort rares sortis des presses de La Correrie », dans Bulletin du bibliophile, Paris, 1839, pp. 794-796.
  • Edmond Magnien, « Bibliographie des ouvrages des presses de La Correrie », dans Bulletin du bibliophile, Paris, 1896, p. 5-25.
  • Hubert Élie, Les Éditions des Statuts de l’Ordre des Chartreux, Paris, Vrin, 1943.
  • Emmanuelle Toulet, Imprimeries privées françaises (XVe – XIXe siècles), choix d’ouvrages tirés de la collection du duc d’Aumale. Exposition présentée dans le Cabinet des livres du Château de Chantilly en 2002. Le catalogue est consultable en ligne via ce lien.
  • Thierry Boillot (Textor), « Une imprimerie particulière : La Correrie en Chartreuse », sur blog Le Bibliomane moderne, 2013. A consulter via ce lien.

NOTES

[1] Sur cet atelier chartreux en terre savoyarde, voir Auguste Dufour et François Rabut, L’Imprimerie, les imprimeurs et les libraires en Savoie du XVe au XIXe siècle, Chambéry, Bottero, 1877, p. 278 sqq.

[2] E. Maignien, op. cit., nos. 40 (1714) à 50.

[3] Id., p. 6.

[4] 20 français, 27 latins.

[5] Guillaume-François de Bure le jeune, Bibliographie instructive, Paris, 1763-1768, n° 995, II, p. 57-60, addition, p. XV-XVI.

[6] E. Maignien, op. cit., p. 7.

[7] B. Hugonnard-Roche, op. cit.

[8] Le catalogue Perrin parle d’une « charité pénétrante qui doit sa chaleur aux sentiments de la fraternité humaine autant qu’aux raisons purement religieuses ».

[9] Un autre exemplaire était lui revêtu en veau noir, avec encadrements de filets à froid et tranches rouge : le catalogue Perrin décrivait cet habit comme une « reliure spéciale dite des Chartreux ». Cf. Catalogue vente bibliothèque Félix Perrin, Grenoble, déc. 1903, n° 167.

[10] Maignien, op. cit., p. 18.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (15) : LE LIVRE QUI A CHANGÉ MA VIE

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (15)


LE LIVRE QUI A CHANGÉ MA VIE : LES POESIES D’EXPILLY (1596)

En mémoire de Jean Paul Barbier-Mueller (1930-2016)[1]

Nous avons tous connu des moments tournants dans notre existence, des instants où tout bascule, sans d’ailleurs qu’on le sache ou comprenne immédiatement, les conséquences ne se faisant sentir qu’à plus ou moins long terme. Certains nous demeurent à jamais inconnus ; d’autres, en revanche, sont parfaitement identifiables et leurs conséquences, calculables : ces jours que l’on dit « à marquer d’une pierre blanche ». A titre personnel, l’un de ces moments charnières a été provoqué (mais est-ce une surprise ?) par un livre, et c’est ce volume, cet exemplaire que je veux vous présenter aujourd’hui.

I. Un livre auquel je dois tout

L’impact personnel, je le décrirai en quelques mots. Le 13 juin 2003, vers la fin de mes études, je reçois au domicile de mes parents, près de Douvaine, le catalogue de la librairie « La Bouquinerie », sise dans le centre-ville de Grenoble, juste à côté du lycée Champollion.

015-labouquinerie

Durant mes années d’hypokhâgne-khâgne, j’y avais passé bien des heures, après-midis et soirées, glanant au fil des années quelques très beaux livres, avec de très sympathiques et érudites conversations avec les amis François et Martine Gaspari. Or donc, ce catalogue « Choix de livres » présentait, sous le n° 95, une notice qui me fit sauter le cœur.

notice-expilly-gaspari

Il s’agissait ni plus ni moins que d’un exemplaire des Poésies de Claude Expilly (1596), un ouvrage fort rare que je connaissais par le catalogue Ma bibliothèque poétique de Jean Paul Barbier-Mueller, offert par mes parents durant mon adolescence. Ni une, ni deux, je réserve le livre par téléphone, saute dans ma voiture et fais l’aller-retour jusqu’à Grenoble, payant le livre d’un mois de pension paternelle (sans doute le meilleur investissement jamais fait !).

Profitant des vacances pour étudier le livre et son histoire sous toutes les coutures, je me paye le culot d’écrire à Jean Paul Barbier-Mueller le 13 juillet suivant, répondant ainsi à l’invitation qu’il avait faite, dix ans plus tôt, dans la préface d’un des tomes de son catalogue bibliographique, aux jeunes chercheurs et collectionneurs. Quelques jours plus tard, il me répond très aimablement de sa retraite estivale, m’expliquant que c’est la première fois que cette invitation trouvait un écho ! Nous convenons d’un rendez-vous pour comparer nos exemplaires, ce qui advient finalement le 17 septembre 2003, lors d’une communion mémorable autour des livres poétiques Renaissance de sa prodigieuse collection. Avec son immense et coutumière générosité, il me fait alors cadeau d’une des quatre lettres autographes d’Expilly en sa possession, m’expliquant avec humour pouvoir « très bien vivre avec seulement trois lettres » du poète ! Six mois plus tard, alors que je prépare l’agrégation d’histoire, sa secrétaire personnelle me téléphone et me propose le poste de conservateur de la bibliothèque, alors vacant, pour le 1er août 2004. De là, près de 10 ans au Musée Barbier-Mueller, avec de nombreux challenges (l’exposition Mignonne, allons voir…, les recherches en vue du Dictionnaire des poètes du XVIe siècle, etc.), puis, dans la lignée directe, mon poste à la Fondation Bodmer. Et, last but not least, la rencontre de ma femme Ella (qui travaillait alors comme « petite main » au Musée Barbier-Mueller pour payer ses études) et, par voie de conséquence, la naissance de nos enfants Sophie et Alexis. Bref, du seul achat de ce livre (que j’aurai pu rater en recevant le catalogue en retard ou en étant le deuxième à décrocher mon téléphone : j’en tremble rétrospectivement !) découle donc toute une série de rencontres favorables et d’opportunités extraordinaires. On comprendra que Claude Expilly occupe une place particulière dans ma collection !

II. Claude Expilly, magistrat et poète grenoblois

Issu d’une famille de la petite noblesse dauphinoise, Claude Expilly (Voiron, 1561 – Grenoble, 1636) mena ses études à Paris, au collège de Tournon, avant de se fréquenter les universités de Turin, puis Padoue, où il rencontra l’humaniste et poète Sperone Speroni, qui l’initia « à la galanterie des Muses » (autrement dit aux vers). Il obtint son doctorat en droit à l’université de Bourges en 1583. Il entra dans la carrière juridique comme avocat au Parlement de Grenoble, où il se distingua par ses brillants plaidoyers. Il soutint un temps le parti de la Ligue, mais se rallia, après la victoire remportée par les Royaux à Pontcharra le 18 septembre 1591, à la cause d’Henri IV et à son représentant dauphinois, le duc de Lesdiguières. Le monarque lui confia plusieurs missions de confiance et le nomma conseiller d’Etat. Outre ses remarquables travaux de juriste, Expilly fut aussi un poète remarqué. Il fut finalement nommé conseiller au Parlement de Grenoble, avocat-général en 1604, puis président de cette cours, une fonction qu’il occupa de 1616 à 1629.

015-portrait-de-claude-expilly
Portrait de Claude Expilly (dans “Les Poëmes”, 1596)

Les autographes de Claude Expilly semblent très rares sur le marché. Jean Paul Barbier-Mueller avait donc eu la bonne fortune d’en acheter un lot dans les années 1980. Il en reproduisit une dans Ma Bibliothèque poétique, afin d’illustrer la notice consacrée à Expilly. Lors de notre première rencontre, il m’avait fait le magnifique cadeau de celle reproduite ci-dessous ; généreuse récidive quelques années plus tard, quand une autre de ces lettres fut, de la même manière, offerte à un autre possesseur genevois de l’édition de 1596.

expilly-las
Claude Expilly, lettre autographe signée au comte de Maugeron (représentant du roi en Dauphiné), Vizile, 30 septembre 1604.

 III. Les Poëmes de 1596 : un livre connu à seize exemplaires

En 1596, Claude Expilly, alors âgé de 35 ans et procureur général de la Cour des Comptes de Dauphiné, se rendit à Paris où il représenta les deux premiers ordres de sa province au fameux « procès des tailles ». Il profita de ce séjour pour faire éditer ses poésies chez le meilleur imprimeur de la capitale, en un tirage « à compte d’auteur », par principe limité.

img_6691
Titre de la première partie des “Poëmes” de 1596

titre-seconde-partie-1596
Titre de la seconde partie des “Poëmes” de 1596

Le recueil se divisait donc en deux sections, chacune ornée d’une page de titre gravée et d’un frontispice, la première (dédiée à Gabrielle d’Estrées, marquise de Monceau, la toute-puissante maîtresse du roi) regroupant des vers amoureux, la seconde (offerte à François de Bonne, duc de Lesdiguières) des poèmes de circonstance (dont certains poèmes célébrant les victoires du parti royaliste en Dauphiné), le tout dans une veine néo-pétrarquiste de bon aloi.

portrait-gabrielle-destree
Portrait de Gabrielle d’Estrées (dans “Les Poëmes”, 1596)

Certains exemplaires furent offerts directement par Expilly à des amis. Deux volumes contiennent ainsi un ex-dono daté de Paris, le 7 juillet 1596, soit un peu plus d’un mois après l’achevé d’imprimé (daté du 1er juin). L’un était destiné à un membre de la famille de Revol (mentions : « Monsieur d’Expilly m’a fait present de ce sien livre (…) juillet [sic] 1596 » et « J’ay ce livre en don de Monsieur d’Expilly, auteur d’iceluy, le septiesme julliet [sic] 1596, Revol »[2]) ; l’autre au fameux érudit et historien bordelais Bernard de Girard du Haillan (mention « Du don de l’Autheur au Sr. Du Haillan, faict à Paris le Viie de juillet 1596 »).

expillyrennes003

Sans doute ces parlementaires étaient-ils également partie prenante du « procès des tailles ». Quelques exemplaires semblent avoir été revêtus d’une reliure de vélin souple doré, avec couronne de feuillages au centre des plats, un ensemble qui fut peut-être une commande de l’auteur à quelque atelier parisien : on en connaît encore au moins cinq exemplaires[3].

On peut donc retrouver la trace de dix-huit exemplaires, dont deux disparus de longue date : l’un figurait dans le catalogue de la bibliothèque du baron Georges von Hohendorf (vendue à Leyde en 1720[4]) et n’est plus localisé ; l’autre appartenait aux fonds de la bibliothèque municipale d’Arras[5] et a disparu lors d’un bombardement allemand en juillet 1915. Parmi les seize autres connus, dix sont incomplets de l’un ou l’autre portrait, titre gravé ou feuillet de dédicace. Voici leur pedigree tel que j’ai pu le reconstituer. Six sont en mains privées :

  1. Exemplaire Jean Paul Barbier-Mueller (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Complet des deux portraits gravés (portrait d’Expilly provenant d’un autre exemplaire) et des deux titres gravés. Provenance : [ex-dono sans mention du destinataire] ; comte de Fresnes (vente Paris, 1893) ; baron Roger Portalis (vente Paris, 1913).
  2. Exemplaire Jean Bonna (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : De Bazemont (signature au titre) ; Librairie Valette (Paris, Foire du livre 1991).
  3. Exemplaire F.L. (Paris). Vélin souple (reliure de l’époque). Complet des deux portraits et des deux titres gravés.
  4. Exemplaire Nicolas Ducimetière 1 (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Incomplet du portrait d’Expilly et du premier titre gravé. Provenance : E./B. (monogrammes EE et BB dorés aux plats : à noter que Claude Expilly avait épousé une certaine Isabeau de Bonneton en 1569…) ; Devinay (Annonay, 1663) (ex-libris ms.) ; Librairie « La Bouquinerie » (Grenoble, cat. juin 2003, n° 95).
  5. Exemplaire Nicolas Ducimetière 2 (Genève). Reliure maroquin bleu orné (Hardy-Mennil). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrées et de la dédicace à la même. Provenance : Michel Vieusseux fils (ex-libris ms., XVIIIe) ; Henri Bordes (Bordeaux) (ex-libris ; cat. 1ère vente, fév. 1873, n°248) ; Ambroise Firmin-Didot (Paris) (ex-libris ; cat. 1ère vente, 1878, n° 351) ; Eugène Chaper (Grenoble) (ex-libris) ; Librairie Maggs Bros. (Londres, cat. 484 « French books from 1470 to 1700 », Noël 1926, n° 290 a, 45 £ ; Paris, cat. 9 « La Bibliothèque d’un humaniste », 1935, n° 190, pl. IX, 2500 frs.) ; Auguste Garnier (ex-libris ; pas au catalogue de sa vente de 1978) ; Librairie des Argonautes (Paris, juin 2010).
  6. Exemplaire Génard/Couturier de Royas (non localisé). Reliure maroquin bleu orné (Thibaron-Joly). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrée. Provenance : Génard (Grenoble) (vente Paris, 1882, n° 189) ; Couturier de Royas (Grenoble) ; Librairie Maggs (Londres, cat. 484 « French books from 1470 to 1700 », 1926, n° 290, pl. XXXIV ; Paris, cat. 9 « Bibliothèque d’un humaniste », 1935, n° 189).

Les dix exemplaires en institutions publiques sont donc les suivants :

  1. Bibliothèque nationale de France (Paris) (cote : Rés.-Ye-174)[6]. Demi-reliure XIXe siècle. Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : marquis de Courtanvaux (XVIIIe) ; Bibliothèque royale du château de Compiègne. Consultable sur « Gallica ».
  2. Bibliothèque de l’Arsenal (Paris) (cote : 4°-BL-2924). Reliure veau marbré orné XVIIIe siècle. Incomplet des deux portraits, du second titre gravé et de la dédicace à Lesdiguières (pp. 111-112). Provenance : famille Bigot (Rouen, XVIIe-XVIIIe) ; duc de La Vallière (vente 1785, n° 13048) ; marquis de Paulmy ; comte d’Artois.
  3. Bibliothèque municipale de Grenoble (cote : Fonds dauphinois, V.1385). Reliure maroquin marron orné (Fraeuly). Incomplet des deux portraits et de la dédicace à Gabrielle d’Estrée.
  4. Bibliothèque municipale de Digne (cote : Rés. 94). Cartonnage fort en papier crème (reliure d’époque ?). Incomplet des deux portraits. Provenance : [couvent des Minimes de Mane ?] ; entrée dans les collections de la BM avant 1856.
  5. Bibliothèque municipale de Rennes (cote : 15063 Rés. 16e siècle). Reliure de vélin souple doré (reliure de l’époque). Incomplet du portrait d’Expilly. Provenance : François de Revol (ex-dono) ; famille de Revol ; [collège des Jésuites de Rennes ?].
  6. Bibliothèque municipale de Bordeaux (cote : B.1226 Rés.). Reliure de basane brune (reliure du XVIIe siècle). Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : Bernard Girard du Haillan (ex-dono) ; [Académie royale de Bordeaux ?].
  7. Bayerische Staatsbibliothek (Munich) (cote : res 4.P.o.gall.46). Reliure de parchemin rigide (reliure du XVIIe siècle). Incomplet du second titre gravé. Provenance : prince-électeur Karl-Theodor von der Pflaz (super-libris, château de Mannheim) ; Bibliothèque du château de Munich à partir de 1803-1804.
  8. British Library (Londres) (cote : 640.k.7). Reliure moderne. Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : Royal Library (acquisition XVIIe?) ; British Museum (versé en 1753).
  9. Biblioteca nazionale centrale Vittorio-Emanuele II (Rome) (cote : 6.7.K.8). Reliure de veau rouge orné (reliure fin XVIIe ou début XVIIIe siècle). Incomplet du portrait d’Expilly et du second titre gravé.
  10. University of Virginia library (Charlottesville, USA) (cote : Gordon.1596.E86). Reliure de maroquin rouge orné (Lortic). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrée. Provenance : Adrien Lebeuf de Montgermont (cat. vente, mars 1876, n° 371) ; Eugène Chaper (Grenoble) (attesté par un notice de Gariel en 1878) ; G. de Béréa (Genève) (provenance attestée par la notice manuscrite écrite par M. Gordon dans son catalogue, mais le livre ne figure pas au catalogue de la vente de Béréa, salle Kündig, Genève, 26 juin 1947) ; Librairie Nicolas Rauch (Genève) (présenté sous le n°132 du cat. 4, “Beaux-livres”, 1952, n° 132, 1000 CHF) ; Douglas H. Gordon (Baltimore, Maryland, USA) (acheté à la librairie Rauch, noté dans son catalogue manuscrit sous le n°287) ; Bibibliothèque de l’University of Virginia (Charlottesville, Virginia, USA), fonds Gordon (légué fin 1986).

Certains exemplaires (Barbier-Mueller, Ducimetière 1, F.L.) comportent d’assez nombreuses corrections manuscrites (jusqu’à une trentaine), reprenant en partie le contenu des errata de la p. 215 ou s’ajoutant à cette liste. Il faut par ailleurs relever une petite particularité de tirage : suivant les exemplaires, la page 189 peut se rencontrer chiffrée « 891 » (marque d’un tirage antérieur de ce cahier ?) ou « 189 » (version corrigée ?).

img_6693N° 750 – Petit in-4°, de VIII ff., 106 pp., I f. et 216 pp.. Reliure de vélin souple doré, dos lisse orné de filets et de fleurs de lys dorés, plats encadrés d’un mince double filet doré, couronne de lauriers centrale à chiffres entrelacés, tranches dorées (reliure de l’époque). Texte réglé à l’encre brune. Corrections manuscrites ; nombreux essais de plume et croquis d’époque. Exemplaire à toutes marges, aussi grand que l’exemplaire Barbier-Mueller (239mm). Incomplet du premier titre gravé et du portrait d’Expilly, vélin racorni et coutures faibles. Provenance : cf. recensement ci-dessus.

img_6700N° 1000 – Petit in-4°, de [2] ff., 106 et 216 pp. Reliure de maroquin bleu foncé, dos à nerfs orné aux petits fers, filets dorés sur les coupes, riche dentelle intérieure, tranches dorées sur marbrures (Hardy-Mennil). Provenance : cf. recensement ci-dessus.

img_6690

Bibliographie : Jean Paul Barbier-Mueller, Ma Bibliothèque Poétique, tome IV-2, Genève, Droz, 2001, pp. 185-198 ; Nicolas Ducimetière, Mignonne, allons voir… Fleurons de la bibliothèque poétique de Jean Paul Barbier-Mueller, Hazan, 2007, n° 88 ; Jean Balsamo et Michel Simonin, Abel L’Angelier et Françoise de Louvain…, n° 268.

IV. Les Poëmes de 1624 : une belle édition grenobloise

Vingt-huit ans après l’édition originale parue à Paris en 1596, Claude Expilly, devenu premier président du Parlement du Dauphiné, livra, mais cette fois chez un imprimeur grenoblois, le plus talentueux d’alors, Pierre Verdier, une nouvelle édition de ses poèmes, considérablement augmentée, notamment par une troisième partie inédite, dédiée au cardinal de Richelieu, alors au sommet de sa puissance. Cette nouvelle édition comporte aussi la première édition du Supplément à la vie de Bayard, étude historique reprise en 1650 dans la Vie de Bayard éditée par le libraire grenoblois Jean Nicolas. Le volume est l’un des seuls in-quarto produits par Verdier qui utilisa une typographie très réussie et agréable.

titre-poemes-1624
Page de titre de l’édition grenobloise de 1624

Expilly voulut employer, en vain, son orthographe réformée, un projet lui tenant beaucoup à cœur (il avait publié à Lyon, en 1618, un in-folio très rare intitulé « L’Orthographe françoise selon la prononciation de notre langue »). Dans une note à la fin de ces Poëmes de 1624, il dit être « marry que l’orthografe moderne que j’ay voulu suivre, n’ait été exactement observée an cete impression, mêmes aux androis où j’ay retranché les S. qui ne se prononsent point, & an ceux où les E. se pronsent an A ». La page de titre est ornée des armes au coq de Claude Expilly, gravées sur bois. A la page 459, comme dans la majorité des exemplaires, on note une correction à l’encre de la main même d’Expilly. Cet exemplaire appartient au tirage dit “A”, comme identifié par Jean Paul Barbier-Mueller.

N° 751 – In-4°, de (4) ff., 461 pp. et (5) pp. Reliure de vélin ivoire souple à rabats, dos lisse portant le titre calligraphié, tranches poncées (reliure pastiche dans le goût du XVIIe siècle, atelier Burckhart, automne 2003). La reliure d’origine était aussi en parchemin souple, avec titre maladroitement inscrit à l’encre au dos. Son état médiocre (manques, déreliages) a motivé son remplacement. Exemplaire grand de marges, sur papier fort. Provenance : P. Delouley (ex-dono manuscrit : “Ce livre m’a esté donné par Monsr. D’Expilly, à Grenoble, le 25e Mars 1633”) ; Jacques de Blesson (né en 1902, diplomate, ambassadeur de France en Irlande en 1955-1960, en Suède, etc., époux de Georgette Monier de La Sizeranne) (ex-libris héraldique gravé) ; famille Monier de La Sizeranne (cat. vente de la bibliothèque Monier de La Sizeranne, Paris, Drouot, 13 juin 2003, n° 316).

ex-libris-jacques-de-blessons

Bibliographie : J.P. Barbier-Mueller, Ma Bibliothèque poétique, tome IV-2, pp. 200-210 ; E. Maignien, Imprimerie… à Grenoble…, n° 142 ; BM de Grenoble, exposition Sommets de la bibliophilie dauphinoise, Grenoble, 1992, p. 47, n° 32b.

V. Autres œuvres d’Expilly : le juriste et l’historien

Fidèle à la maison L’Angelier, Expilly employa les services du libraire parisien pour mettre au jour sa production juridique. Editée en 1608, avec une dédicace adressée au chancelier de Sillery, la première édition de ses fameux Pladoyez en réussissait une série de vingt-cinq, accompagnés de « quelques arrests & reglemens notables dudict Parlement de Grenoble »[7]. Tout au long du XVIIe siècle se succéderont les rééditions : 1612 (Paris, Veuve Abel L’Angelier), 1619 (id.), 1628 et 1631 (Lyon, Rigaud), 1636 (Lyon, Durand), 1656 (Lyon, Radisson), etc.[8].

Quatrième édition des “Plaidoyez” d’Expilly (Lyon, Rigaud, 1628). Inv. 2233.

Mais Expilly mena aussi une carrière d’historien, s’attachant à parfaire la biographie d’une grande figure du Dauphiné : Pierre du Terrail (v. 1475-1524), dit « le chevalier Bayard »[9]. Une Très joyeuse, plaisante & récréative histoire du chevalier sans paour et sans reproches avait paru pour la première fois en 1527 chez Galliot Dupré : signée « Le Loyal Serviteur », elle est en général attribuée à Jacques de Mailles, le secrétaire personnel de Bayard. Une nouvelle biographie vit ensuite le jour en 1558 sous la plume de Symphorien Champier. Dans la troisième partie (inédite) de ses Poëmes de 1624, Expilly avait consacré un « Supplément à l’histoire du chevalier Bayard » (pp. 370-417), suivi d’un court « tombeau » poétique. On retrouve ces recherches dans le présent ouvrage, une réédition de la biographie (peu critique à l’origine) du « Loyal serviteur », mais augmentée des notes et commentaires de Théodore Godefroy, ainsi que des interventions de « Louis Videl » (en fait, le président de Boissieu) et d’Expilly. Le fameux libraire grenoblois Nicolas, maître-d’œuvre du livre, avait sollicité l’imprimeur Frémon pour cette première édition strictement dauphinoise de la vie de Bayard : l’ouvrage parut donc en 1650, l’édition de 1651 n’ayant que le titre rafraîchi.

vie-de-bayard1N°752 – Histoire du chevalier Bayard…, Grenoble, Jean Nicolas, 1651.  Petit in-8°, de 480-123 pp. Reliure de maroquin rouge ancien, dos à nerfs orné de fleurons dorés, plats décorés “à la Du Seuil”, tranches dorées (reliure de l’époque). Très grande fraîcheur intérieure.

img_6701

Provenance : Docteur André Dénier (ex-libris ; catalogue Suite de l’importante bibliothèque de M. A…, bibliophile dauphinois [4e vente Dénier], Grenoble, 25 mai 2003, n° 232 : « Maroquin vieux rouge, dos à nerfs orné, encadrements sur les plats, toutes tranches dorées. Reliure ancienne. Edition de 1650, avec une page de titre datée 1651 »).

ex-libris-denier

Bibliographie : Ed. Maignien, Imprimerie… à Grenoble…, n° 332 ; Brunet, Manuel du libraire…, tome III, col. 183 ; catalogue Les Sommets de la bibliophilie dauphinoise (BM de Grenoble, novembre 1992-janvier 1993), p.24, n° 12.

VI. Postérité : Expilly et ses biographes

Neveu de Claude Expilly,  Antoine Boniel de Catilhon était conseiller du roi et membre de la Chambre des Comptes de Dauphiné. Il rendit hommage à son oncle (mort en 1636), grande figure du monde parlementaire grenoblois, dans cette très laudative et peu critique biographie, texte toutefois scrupuleux dans son récit et plein d’anecdotes vivantes. Orné d’un portrait d’Expilly sur la fin de sa vie, cet ouvrage a manifestement été doté d’une « reliure éditeur » : j’ai croisé plusieurs exemplaires portant une vêture en tous points identiques à celle-ci, que ce soit en fonds publics, collections privées (exemplaire Barbier-Mueller) ou librairies d’anciens.

img_6706N° 858 – Antoine Boniel de Catilhon, La Vie de Messire Claude Expilly…, Grenoble, Philippe Charvys, 1660. Petit in-4°, de 166 pp. Reliure de basane marron, dos muet à quatre nerfs, plats encadrées d’un filet doré, sur les plats, tranches mouchetées (reliure de l’époque). Etiquettes de cote manuscrite et imprimée. Légères restaurations en queue (Burckhart). Bien complet de la gravure à l’eau-forte représentant Claude Expilly, après la page de titre. Provenance : Librairie « Le Bouquiniste » – François Perrin (Grenoble) (août 2001).

img_6705Bibliographie : Brunet, Manuel du libraire, volume II, col. 1136 (article « Expilly » : « On a une vie de Cl. Expilly écrite par Ant. Boniel de Cathillon, son neveu, Grenoble, Charvys, 1660, in-4° ») ; Maignien, Imprimerie et imprimeurs à Grenoble, pp. 178-179, n° 412 (fait remarquer la biographie en latin d’Expilly, tirée de l’œuvre de Jacques Philippes Tomasin, évêque de Cita-Nova, les Eloges des hommes illustres [ici, pp. 147-166]).

img_6707

La figure d’Expilly devait connaître un regain d’intérêt à compter du début du XIXe siècle, lorsqu’un professeur et historien local, Jean-Claude Martin, lui consacra une nouvelle biographie, en grande partie nourrie de celle de Boniel de Catilhon.

img_6703

N° XXX – Jean-Claude Martin, Histoire et vie de Claude Expilly, chevalier, conseiller du roi en son conseil d’Etat, et président du, parlement de Grenoble; avec notes, Grenoble, Imprimerie de Peyronard, 1803. Demi-reliure de veau bleu foncé, dos lisse, titre doré en long, non rogné (Burckhart).

img_6704

A la fin du siècle, c’est un magistrat et érudit savoyard, François Mugnier, conseiller-doyen de la Cour d’appel de Chambéry (et à ce titre lointain successeur d’Expilly), qui s’intéressa au cas du poète grenoblois, dont il donna une courte et assez rare bio-bibliographie en 1892, abordant notamment « ses oeuvres, ses portraits, ses médailles », pour reprendre le sous-titre.

François Mugnier, “Claude Expilly, président au conseil de Chambéry et au Parlement de Grenoble”, Chambéry, Imprimerie Ménard, 1892. Collection ND

Enfin, tout récemment, on notera les travaux d’Alessandra Preda, maître de conférences à l’Université de Milan, qui a livré une série d’articles passionnants sur l’auteur grenoblois :

  • « Le poète correcteur de ses œuvres : les deux éditions des poèmes de Claude Expilly », dans D’un siècle à l’autre : littérature et société (1590-1610), sous la direction de Philippe Desan et Giovanni Dotoli, Fasano, Schena Editore et Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2001, pp. 153-188.
  • « Montaigne et Claude Expilly », dans Montaigne Studies, vol. XIII, nos. 1-2 (« La Famiglia de Montaigne »), 2001, p. 200
  • « Tra Tasso e Montaigne : il petrarchismo di Claude Expilly », dans Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, études réunies par Jean Balsamo, coll. « Textes et Travaux de la Fondation Barbier-Mueller », Genève, Droz, 2004, pp. 429-443.

Quatorze ans plus tard, je rencontre à nouveau Expilly au détour d’un nouveau projet : ma thèse sur la poésie politique durant la huitième Guerre de Religion. Ses vers sur la bataille de Pontcharra ou le siège du château des Echelles y trouveront leur place naturelle, comme l’un des principaux chantres de la cause royale en terre alpine : l’histoire entre nous deux va donc encore se poursuivre un moment ! 🙂

Nicolas Ducimetière

Janvier 2017

img_6696img_6698

Essais de plume et croquis dans mon exemplaire 1 de l’édition 1596.


NOTES

[1] Cette chronique était déjà en grande partie écrite il y a plusieurs semaines, lorsque survint, le 22 décembre 2016, la disparition de mon mentor Jean Paul Barbier-Mueller, jadis rencontré autour et grâce au livre en question.

[2] Une pièce funèbre des Poëmes de 1596 (p. 201) était consacrée au trépas de Louis de Revol (1531-1594), nommé secrétaire d’Etat au département de la guerre en 1588 et qui avait rempli ensuite de nombreuses missions pour Henri IV. C’est à son neveu, François de Revol, seigneur de La Ramoillière, qu’Expilly offrit son livre en 1596.

[3] Exemplaires Barbier-Mueller / Bonna / Ducimetière 1 / Bibliothèque municipale de Rennes / collection F.L..

[4] Aimablement signalé par Jean Balsamo (communication personnelle, mars 2010).

[5] A. Wicquot, Catalogue méthodique de la Bibliothèque communale d’Arras, Reims, 1889, tome IV (“Belles-Lettres”), n° 1745

[6] Contient « deux séries de cahiers d’une impression différente, postérieure à 1603 ». Il s’agit tout d’abord de 31 pp. insérées entre les deux parties et constituées des « Stances pour Eriphyle » et des « Mascarades », pièces inédites prises dans l’édition de 1624 (pp. 109-123 et 152-168), et, in-fine, du « Tombeau de Laurent de Galles » (pas inédit) et du « Discours à M. de Morges » (inédit) (pp. 307-309 et 243-256 de l’édition de 1624).

[7] J. Balsamo et M. Simonin, op. cit., n° 465.

[8] Voir Edmond Maignien, Bibliographie des plaidoyers de Claude Expilly…, Grenoble, Allier, 1913.

[9] Pierre du Terrail naquit vers 1475 au château de Bayard, en Dauphiné. Attaché au duc de Savoie, puis à Charles VIII, le page se distingua par ses talents guerriers lors des guerres d’Italie : il devint le meilleur capitaine de son temps, notamment à Marignan, François Ier lui demandant de l’adouber chevalier après la bataille. Parangon de la chevalerie, on le voit en 1523, à Grenoble, soigner des malades de la peste ou chasser du Dauphiné des bandes de pillards. Il tomba en couvrant la retraite de ses troupes après la défaite de Biagrasso, frappé par un coup d’arquebuse (30 avril 1524). Ses funérailles se dérouleront en grande pompe à Grenoble, puis il sera inhumé au couvent des Minimes de Saint-Martin d’Hères (son tombeau, violé en 1562, est ici décrit en détails aux pages 105-121).


AJOUT (juin 2018)

Ayant croisé il y a quelques jours un exemplaire de la Vie d’Expilly en reliure d’époque chez mes amis Gaspari, je souhaitais faire ce léger additif pour signaler que cette biographie par Boniel de Catilhon forme un exemple intéressant de “reliure éditeur” du XVIIe siècle. En effet, tous les exemplaires que j’ai pu croiser en une quinzaine d’années portaient tous la même reliure assez modeste de basane, avec dos à nerfs muet souligné de filets et encadrement de filets simples sur les plats. En voici deux exemples à comparer avec mon exemplaire :

Exemplaire de la “Vie d’Expilly” vu à la librairie “La Bouquinerie” de Grenoble, juin 2018