Archives par mot-clé : Dauphiné

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (41) : COMME UNE POITRINE DE MARÉCHAL SOVIÉTIQUE !

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (41)

COMME UNE POITRINE DE MARÉCHAL SOVIÉTIQUE !

Comme le mentionnait mon précédent billet (Mélanges 40 : Quand La Goutte raconte l’inondation), la poésie écrite en patois dauphinois (variante locale du franco-provençal de notre région alpine) a donné une littérature d’une richesse longtemps insoupçonnée, voire méprisée, avant d’être redécouverte durant le Premier Empire : elle n’a cessé depuis de provoquer de nouvelles études dans le monde académique, tant chez les historiens que chez les linguistes. A la différence du Grenoblo Malhérou de Blanc la Goutte, poème de circonstance, la Pastorale de Janin de Jean Millet était une pièce de théâtre, tragi-comédie dont le succès ne fut pas moindre et qui enchaîna les rééditions pendant plus d’une centaine d’années avant de connaître son éclipse durant le Siècle des Lumières. Si le texte vit sa résurrection grâce aux érudits philologues du XIXe siècle et à leurs successeurs, l’identité précise de son auteur, moins bien loti à cet égard qu’André Blanc ou que Laurent de Briançon[1], demeure spectrale. Revenons sur ce personnage et son œuvre à travers trois éditions fort rares qui nous permettront également d’établir un petit point inédit de datation bibliographique, mais aussi de croiser un exemplaire au pedigree exceptionnel et bardé d’ex-libris : une vraie poitrine de maréchal soviétique (ou nord-coréen).

I. Jean Millet, cet illustre inconnu

La première source biographique abordant l’existence du poète dauphinois remonte à son époque, ce qui pourrait sembler un bon début : l’homme était jugé suffisamment important pour figurer dans le Who’s who de sa province. L’ouvrage en question était La Bibliothèque de Dauphiné, contenant les noms de ceux qui se sont distinguez par leur sçavoir dans cette Province, & le denombrement de leurs Ouvrages, dépuis XII. Siecles : paru en 1680, ce dictionnaire bio-bibliographique était dû au prolifique historien Guy Allard (1635-1716, par ailleurs magistrat, en sa qualité de conseiller du roi et président en l’élection de Grenoble. Comme toujours, la notice était plutôt succincte, quoique bienveillante : « Jean MILLET, de Grenoble, mort depuis quelques années, n’avoit pas estudié ; mais la nature luy avoit esté si favorable pour la poësie, que quelques ouvrages au langage du Pays ont esté admirez. Il a fait les commedies de la Claude, de la Margoton, & de la Bourgeoisie de Grenoble. La première est inimitable. On à aussi veu de luy de petits ouvrages rimez, & dans le méme Idiome »[2]. Dans la réédition de l’ouvrage d’Allard, procurée (normalement revue et augmentée) en 1797 par Pierre-Vincent Chalvet, professeur d’histoire à l’Ecole normale de Grenoble, cette notice, revisitée, avait encore maigri : « MILLET (Jean), de Grenoble, a laissé dans le patois de sa patrie, trois comédies, la Liauda, Margoton, & la bourgeoisie de Grenoblo. Elles ne sont pas sans mérite, ainsi que quelques autres productions dans le même style qui restent de Millet »[3].

Notice biographique de Jean Millet, revue et corrigée (en fait réduite) par Chalvet dans sa réédition de la « Bibliothèque de Dauphiné » de Guy Allard (Grenoble, Veuve Giroud et fils, 1797). Inv. 1027

On partait donc de loin (plutôt à rebours) et les recherches menées par les premiers philologues patoisants (Champollion-Figeac, Colomb de Batines, Rochas) procurèrent certes des rééditions des textes, mais aussi des erreurs d’attribution (Millet était ainsi donné comme l’auteur du Dialoguo de le quatre comare de Blanc) et pas d’avancées biographiques. Le seul élément nouveau est procuré par Rochas qui fixe la disparition du poète « vers l’an 1675 ». Il faudra attendre les travaux de Pilot de Thorey pour en savoir plus : natif de Grenoble, mais originaire d’une famille de Meylan, Jean Millet aurait été notaire dans la capitale provinciale (les archives de son étude étant conservées entre 1610 et 1650)[4]. Son fils, Martin Millet, aurait été procureur au Parlement de Grenoble. Tout cela serait bel et bon si Edmond Maignien, deux ans plus tard, ne présentait pas le même Millet comme un bon marchand de Grenoble, qui aurait eu, de son mariage avec une certaine Anne Ravanat, un fils baptisé Jean-Baptiste, né en 1657[5]… Les notices d’autorité modernes donnent de leur côté une prudente fourchette de vie « 1600 ? – 1675 ».

Signature autographe de Jean Millet, au verso du dernier feuillet de « Pastorale et tragicommedie de Janin » (Grenoble, Richard Cocson, 1633, édition originale). Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

Qui ou quoi qu’il eût été, Jean Millet n’a pas trop encombré les bibliographies, puisqu’on lui doit seulement cinq titres écrits en une trentaine d’années. La première œuvre que lui attribuaient les anciens érudits est l’un de ses fantômes bibliographiques à la vie dure. La Faye de Sassenage était une pièce citée dans le catalogue de la bibliothèque Falconnet, dressé en 1763 lors de son versement à la Bibliothèque royale : cet inventaire présentait le texte comme un in-quarto paru à Grenoble en 1631. Des générations de bibliographes ont pourchassé cet ouvrage dans les rayons de la Bibliothèque royale/impériale/nationale, sans succès. Requis par son ami et correspondant dauphinois Colomb de Batines, Quérard s’y cassa les dents (« M. Quérard, que j’avais chargé de m’en envoyer la condition, m’a dit qu’on n’avait pu l’y retrouver »[6]). Le grand Brunet lui-même amena pavillon, tout en refusant encore de désavouer les sources antérieures : il parle ainsi d’un « pièce très-rare, portée dans le catal. Falconet, 11704, mais qui ne s’est pas retrouvée à la Bibliothèque impériale, où elle devrait être conservée. Peut-être n’est-ce que le prologue de la pastorale de Janin »[7]. Bref, nous sommes devant l’exemple typique d’un livre dont tout le monde parle sans l’avoir jamais vu, sur la base d’une unique référence bibliographique sommaire : les bibliographes et bibliophiles sont des gens conservateurs, qui aiment croire à leurs rêves et mythes[8] !

Deux après la Pastorale et tragi-comédie de Janin qui est l’objet principal de ce billet, Millet publia en 1635 une autre pièce de bergerie, La Pastorale de la Constance de Philin et Margoton (Grenoble, E. Raba, 1635, 132 pp.), dédiée à « Monseigneur le Comte de Sault »[9]. Intervient alors un silence éditorial assez inexplicable de vingt-cinq ans ! C’est bien long dans la carrière d’un auteur, une génération de silence… C’est donc un Millet âgé qui va livrer deux nouveaux textes dans les années 1660. Tout d’abord, un livre de fête, La vénérable Abbaye de Bongouvert de Grenoble, sur la réjouyssance de la Paix, & du Mariage du Roy (Grenoble, André Gales, 1660)[10]. Enfin arriva une troisième et dernière pièce, La Bourgeoisie de Grenoble (Grenoble, Philippe Charvys, 1665, 148 pp.)[11].

Jean Millet, « La vénérable Abbaye de Bongouvert de Grenoble… », Grenoble, André Gales, 1660, édition originale, seule parue. Collection et photo Jean-Marc Barféty

Arrêtons-nous un instant sur La vénérable Abbaye de Bongouvert. Cette publication patoisante célébrait le mariage de Louis XIV avec Marie-Thérèse d’Autriche, gage de paix durable entre la France et l’Espagne. Loin d’être une institution religieuse, cette « Abbaye de Bongouvert » formait l’une de ces sociétés ou confréries festives, fréquentes dans les villes parlementaires, destinées à animer et organiser les bals, carnavals et autres célébrations. Il ne faut pas croire que cette association de gaudriole était un ramassis de sacripants : elle accueillait au contraire le meilleur monde. Ainsi, le « grand abbé » était le très sérieux Nicolas Rémy, docteur en droit et avocat au Parlement, la dignité de « grand connétable » était revêtue par l’actif et humaniste libraire Jean Nicolas, alors que le « secrétaire général » n’était autre que … Jean Millet ! La première étude sur cette pièce, Le Poète Jean Millet et l’abbaye de Bongouvert, est un travail de Gustave Vallier, publié dans le Bulletin de l’Académie delphinale en 1869 et dont il a été fait un tiré à part tiré à 100 exemplaires (dont 20 sur papier de Hollande). Cette étude contient une reproduction du sceau de l’Abbaye de Bongouvert et un diplôme, avec la signature de Jean Millet.

Gustave Vallier, « Le poète Jean Millet et l’abbaye de Bongouvert… », Grenoble, Drevet, 1869, frontispice et titre. Inv. 947
Gustave Vallier, « Le poète Jean Millet et l’abbaye de Bongouvert… », Grenoble, Drevet, 1869, justificatif de tirage et envoi de l’auteur à Jules Carro (éditeur de Meaux) . Inv. 947

Depuis les travaux de ces érudits du XIXe siècle, Millet n’est pas tombé dans l’oubli et devrait même resurgir à l’occasion d’une prochaine édition critique. Editeur scientifique des œuvres complètes de Laurent de Briançon (1996) et de Blanc la Goutte (2002), le professeur Gaston Tuaillon (1923-2011), enseignant à l’Université Stendhal-Grenoble III et grand spécialiste des littératures régionales, « rangea les traductions de Millet dans un carton où ils tombèrent dans l’oubli jusqu’en 2008 : il lui était propre de se soucier peu de ce que devenait son travail, une fois qu’il était terminé »[12]. Heureusement, cette plaisante distraction d’académique devrait se révéler sans conséquence puisque l’élève du romaniste, la prof. Gunhild Hoyer, devrait assurer la publication de ces recherches menées de concert (c’est en tout cas ce qui était annoncé en 2011[13]). Nul doute que des éléments nouveaux viendront donc bientôt dissiper les voiles de brume entourant encore l’auteur dauphinois.

II. L’étonnant succès d’un berger éconduit (1633 – v. 1740)

Venons-en à présent au principal succès de Jean Millet : La Pastorale et Tragi-comédie de Janin. Egalement connue sous le nom de Pastorale de la Lhauda, la pièce fut représentée à Grenoble et publiée peu après par Cocson en 1633. La dédicace à Messire Sébastien de Pourroy, chevalier, conseiller du roi en ses conseils d’Etat et privé, président au Parlement de Dauphiné, était suivie d’une série de poésies encomiastiques en patois ou français[14], qui disparurent des éditions postérieures. L’argument de la pièce occupe trois pages : il faut bien cela pour détailler les rebondissements, coups de théâtre et minauderies de l’intrigue ! Résumons de manière plus concise : le berger Janin se voit largué par sa fiancée de bergère, Lhauda, laquelle tombe par hasard sur un gentilhomme nommé Amidor. Le coup de foudre est immédiat, mais la romance est perturbée à la fois par le père de la jeune fille, Piéro, et par le prétendant éconduit. Ce dernier, jaloux, bombarde les nouveaux amants avec sa fronde, puis loue les services d’une sorcière du coin : grâce aux pouvoirs de la vieille bonne femme, Janin obtient un flageolet magique qui fait danser à mort tous ceux qui l’entendent. Il parvient aussi à lancer une malédiction qui garantit de « nouer l’aiguillette » aux deux jeunes gens s’ils reçoivent la bénédiction nuptiale. Mais les machinations des fiancés, de Thievena (la mère de Lhauda) et de leurs amis (passant par des déguisements, des cris des commères et voisines, et des noces supersoniques) décrochent l’approbation finale de Piéro, qui annule les effets de la malédiction. De désespoir, Janin finit par se jeter du haut d’une falaise.

La pièce fut bel et bien jouée, mais on ignore quel fut son succès sur les planches et si elle fut reprise au fil du temps. Ce qui est en revanche certain, c’est que le texte connut une carrière éditoriale assez extraordinaire, comme le constata Champollion-Figeac dès 1809 avec quelque surprise : « elle a eu un succès constant, non pas au théâtre, quoiqu’elle y ait paru, mais parmi les littérateurs et les amateurs de nos hameaux, pour qui il a fallu en faire quatre éditions successives et quelques contrefaçons. Cette pièce mérite jusqu’à un certain point cet honneur que n’obtiennent pas tous les bons ouvrages; le sujet semble le justifier aux yeux de ses lecteurs ordinaires »[15]. De fait, le texte ne va pas connaître moins de seize rééditions au bas mot entre la première parution et le début du XIXe siècle !

Jean Millet, « Pastorale et tragicommedie de Janin », Grenoble, Richard Cocson, 1633, édition originale. Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

L’édition originale parut donc à Grenoble chez Richard Cocson en 1633. Le livre, un in-quarto de (6)-118-(2) pages, est des plus rares et il ne semble en exister que quatre exemplaires en bibliothèques publiques selon l’excellent « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle » d’Alain Riffaud : Bibliothèque nationale de France (RES-YE-860 [incomplet du titre] et 8-RF-77483), Bibliothèque municipale de Grenoble (U.1153, avec la signature de Millet au verso du dernier feuillet) et Harvard (Houghton Library, *FC6 M6196 633pg).

A partir de cette édition originale, les rééditions s’enchaînèrent de manière régulière, tout aussi rares les unes que les autres. Une liste d’une quinzaine d’éditions fut établie en premier lieu par Colomb de Batines[16], puis reprise par Brunet dans son fameux Manuel du libraire[17]. Il convient d’y rajouter quelques éditions non croisées par ces deux érudits. Le premier lieu d’impression fut, logiquement, grenoblois :

  • Grenoble, Edouard Raban, 1636, petit in-8° de 144 pp.[18];
  • Grenoble, Jean Nicolas, 1642, in-8° de 144 pp.[19];
  • Grenoble, chez Claude Bureau, pour Jean Nicolas, 1648, in-8° de 144 pp. (selon Colomb de Batines / Brunet)[20] ;
  • Grenoble, André Gales, 1659, in-8° de 126 pp.[21];
  • Grenoble, Edouard S. Dumon, 1676, petit in-8° de 127 pp.[22];
  • [Grenoble ?], s.n., s.d. [1700][23], in-8° de 119 pp. (édition « sans titre et sans faux-titre », selon Champollion-Figeac et Colomb de Batines, mais dont l’existence demanderait à être contrôlée)[24] ;
  • [Grenoble, s.n., 1706, in-12 ?] (sans doute une édition fantôme)[25];

Le second, qui débuta au milieu du XVIIe siècle et continua après la dernière parution grenobloise, fut Lyon :

  • Lyon, Nicolas Gay, 1650, in-8° de 120 pp.[26];
  • Lyon, Nicolas Gay, 1655, in-8° de 120 pp.[27];
  • Lyon, 1666 (édition inconnue de Colomb de Batines ; citée dans le catalogue de la bibliothèque Félix Perrin, 1903, n° 608) ;
  • Lyon, Louis Servant, 1679, in-8° de 126 pp. (« dernière édition »)[28];
  • Lyon, Louis Servant, 1686, petit in-8° de 126 pp.[29];
  • Lyon, Veuve Moulu, 1686, petit in-8° de 126 pp. (édition identique à la précédente, avec changement de la page de titre)[30];
  • Lyon, Louis Servant, 1692, petit in-8° de 126 pp. (différente de celle de 1686)[31] ;
  • Lyon, Antoine Besson, 1706, petit in-8° de 126 pp.[32];
  • Lyon, Antoine Molin, 1706, petit in-8° de 126 pp. (différente de l’édition Besson)[33] (voir développement ci-dessous) ;
  • Lyon, Antoine Molin, 1711, in-8° de 126 pp.[34];
  • Lyon, Antoine Molin, 1735, in-8°[35];
  • Lyon, Antoine Molin, 1738, in-8°[36];
  • Lyon, Antoine Molin, s.d., petit in-8° de 119 pp. (voir développement ci-dessous).

Il est à noter que, contrairement à ce que l’on pourrait croire, vu les proximités chronologiques et morphologiques (pagination), ces éditions sont, pour la plupart (sous réserve de contrôles plus poussés), différentes les unes des autres : il ne s’agit pas forcément de cas de remises en vente avec page de titre changée et rafraîchie. Paul Lacroix (le « Bibliophile Jacob »), dans son célèbre catalogue de la bibliothèque dramatique de M. de Soleinne, affirmait que ces éditions étaient « toutes rares »[37]. Le catalogue Soleinne présente les éditions grenobloises de 1642 et 1676, ainsi que l’édition lyonnaise Molin de 1706, mais cela ne serait qu’une faible part de ce que le collectionneur avait réussi à amasser, à en croire Colomb de Batines[38].

III. De bibliophile en bibliophile : le parcours d’un exemplaire de l’édition lyonnaise de Molin, 1706

Mes deux plus anciens exemplaires de ce « best-seller » appartiennent donc à la « famille lyonnaise » et plus exactement aux éditions Molin[39] : il s’agit de l’édition de 1706 (126 pp.) et de celle sans date (119 pp.). Qualifiée de « dernière édition, revue et corrigée par l’auteur » (comme beaucoup d’autres éditions depuis le milieu du XVIIe siècle), l’édition datée 1706 présente encore les caractéristiques des productions du Grand Siècle, un petit aspect archaïque provincial contrastant avec son habit de veau fauve à la mode des années 1750.

Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, 1706, « dernière édition, revûë & corrigée par l’Auteur », page de titre. Inv. 1028
Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, 1706, « dernière édition, revûë & corrigée par l’Auteur », p. 13 (« Prologue de la Faye de Sassenage »). Inv. 1028
Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, 1706, « dernière édition, revûë & corrigée par l’Auteur », p. 19 (incipit de la pièce). Inv. 1028

Le pedigree de cet exemplaire est de ceux que l’on aime, établissant une chaîne ininterrompue d’une grande bibliothèque à une autre depuis le XVIIIe siècle : les gardes présentent de ce fait un aspect fort proche de la poitrine sur-médaillée d’un maréchal soviétique ou nord-coréen !

Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, 1706, contre-plat et garde avec sa brochette d’ex-libris. Inv. 1028

Le premier propriétaire traçable, par la présence de son ex-libris héraldique (malheureusement recouvert), était un certain Monsieur de Perratierre, que l’on doit peut-être identifier avec un receveur-général des Finances pour Rouen, en poste entre 1732 et 1760 au moins, mais domicilié comme de juste à Paris, « rue neuve des Petits-Champs, à l’Hôtel Mazarin » (selon les listes de hauts fonctionnaires de l’Almanach royal). De ce administrateur, l’exemplaire passa à un éminent médecin et bibliophile : Hyacinthe-Théodore Baron (1707-1787)[40], qui colla son ex-libris armorié par-dessus celui de son prédécesseur. Descendant d’une longue lignée d’apothicaires puis médecins, il devint médecin en chef des armées du roi et (comme son père avant lui) doyen de la Faculté de médecine de Paris (élu en 1751 et 1754). Selon Joannis Guignard, « Baron fut un amateur de livres ardent et éclairé ; et, d’après son catalogue, on peut inférer que son savoir bibliographique égalait ses connaissances médicales. D’abord, par goût et par état, il avait réuni la majeure partie des publications, tant anciennes que modernes, françaises et étrangères, concernant sa profession. En correspondance avec les principaux libraires de l’Europe, il grossissait chaque jour son fonds d’ouvrages sur la littérature, la philosophie, les beaux-arts et les autres parties de la science. L’incomparable bibliographe, abbé de Saint-Léger, son ami, l’aidait dans ses recherches et dans le choix des sujets. C’est dire que sa collection fut l’une des plus riches et des plus curieuses de son temps »[41]. Sa bibliothèque personnelle, considérable, était essentiellement consacrée à la médecine et aux superstitions (démonologie, pratiques occultes, sorcellerie, etc.), mais elle contenait une part importante d’éditions littéraires rares ou curieuses[42]. La passion de ce docteur bibliophile était contagieuse et contamina l’un de ses patients, appelé à devenir l’un des plus grands collectionneurs de son temps : Gaignat[43].

Le docteur Baron, dont la famille était d’origine dauphinoise, marqua un intérêt tout particulier pour ce livre, comme le montre l’annotation à la fois bibliographique et généalogique qu’il laissa sur l’une des gardes, émouvant rappel de son ascendance familiale paternelle : « Les livres en patois Dauphinat ne sont pas communs, et celuy cy est assez rare et curieux. Je fais un cas particulier de ce livre, en ce qu’il est écrit dans le langage que parloient mes ancêtres ; Nicolas Baron commerçant à la Côte St. André, Pere de Mathurin Baron, apoticaire ordinaire du Roy en son artillerie, Pere de Philippes Baron, pourvû de la même charge d’apoticaire du Roy, Pere de Hyacinthe Theodore Baron, Docteur regent et ancien doyen de la faculté de Medecine en l’université de Paris, mon Pere ».

Hyacinthe-Théodore Baron, annotation bio-bibliographique, dans Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, 1706, feuillet de garde. Inv. 1028

Lorsque la bibliothèque du docteur Baron fut dispersée en 1788[44], le volume passa sous le n° 4867 et fut très probablement acheté à ce moment-là par un des grands collectionneurs de l’époque : Dominique-Martin Méon (1748-1829). D’abord employé au Ministère de la Guerre pendant la Révolution française, il fut destitué au début du Consulat et dut se résoudre à vendre en 1803 sa splendide bibliothèque, produit de plus de vingt ans d’achats. Le bibliophile malheureux parvint toutefois à se faire engager comme à la Bibliothèque impériale, où il fut chargé de la section des manuscrits français. Un temps destitué, il fut réintégré et même promu en 1826 conservateur-adjoint à la Bibliothèque royale, recevant au passage la Légion d’honneur et une pension. Bien que son travail de catalogueur ait été critiqué, il laissa une œuvre importante comme éditeur de textes médiévaux (dont Le Roman de la Rose publié en 1814). Alors disons-le d’emblée : à la différence d’autres ouvrages de même provenance dans « une petite bibliothèque », ce volume ne figure pas dans le catalogue de 1803. Mais la provenance est sans conteste possible : pas d’ex-libris gravé, certes, mais cette caractéristique petite cote à l’encre rose sur la page, qui est toujours un choc au cœur quand on la reconnaît.

D’un amateur, l’autre : l’exemplaire passa ensuite chez le plus grand bibliophile théâtral français, Alexandre Martineau de Soleinne (1784-1842). Celui-ci, digne de sa réputation, possédait en fait deux exemplaires de cette édition, comme le relève bien Colomb de Batines[45], qui donna une description précise du plus intéressant des deux volumes (quoiqu’en s’emmêlant dans les Baron, confondant les père et fils homonymes) : « l’un d’eux provient de la bibliothèque de M. Hyacinthe-Théodore Baron, doyen de la faculté de médecine de Paris et médecin des camps et armées du roi. Son fils y a mis la note autographe qui suit : “Les livres en patois Dauphinat (sic) ne sont pas communs …” […] Cette note, qui intéresse l’histoire biographique de notre province, se trouve reproduite sur l’exemplaire de l’édition de 1676 que possède le même M. de Soleine […] ». C’est donc bien cet exemplaire que l’on retrouve dans le grand catalogue de la vente Soleinne, rédigée par Paul Lacroix, sous le n°3975[46].

Paul Lacroix, « Bibliothèque dramatique de M. de Soleinne », Paris, 1844, tome III, p. 357. Collection ND

La suite des aventures de cet exemplaire le fit sans doute passer par la prestigieuse librairie Téchener : c’est sans doute lui qui figure dans le numéro 6 du Bulletin du Bibliophile, en juin 1845[47]. On le retrouve ensuite chez le bibliophile anglais Robert Samuel Turner (1818-1887), qui ajouta son joli ex-libris doré sur cuir. C’est probablement durant la vente de cette collection, en mars 1878[48], que l’avocat et grand bibliophile dauphinois Paul Couturier de Royas père (1823-1896) acquit l’exemplaire, qui passa ensuite à son fils Paul Couturier de Royas fils (1853-1934), qui colla son ex-libris en empiétant légèrement sur celui, très impressionnant, de son père. La collection Couturier de Royas demeura dans la descendance jusqu’à sa dispersion dans les années 1970. En dernier lieu, le livre passa dans la bibliothèque, rassemblée entre 1968 et 2008, de Dany et Louis Gruel (ce dernier étant un sociologue, maître de conférence à l’université de Rennes 2)[49].

IV. La curieuse édition « Molin, sans date » : constatations et hypothèse

L’édition lyonnaise imprimée par Molin, mais dénuée de date, n’est pas sans étonner, par rapport à sa consœur, par l’aspect grossier et rudimentaire de sa page de titre. Toutefois, à l’aspect des polices de caractères employées et du reste du matériel typographique (fleurons, filets, etc.), ainsi que de la mise en page, qui n’évoque pas la fin du règne de Louis XIV ou la Régence, je me demande si cette édition sans date ne devrait pas être placée tard dans la carrière de Molin.

Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, s.d. [vers 1740], page de titre. Inv. 1031

L’édition semble des plus rares, puisqu’aucun exemplaire ne semble exister en collection publique (selon le CCFr). Les anciens catalogues ne montrent pour leur part que l’exemplaire du bibliophile lyonnais Coste (relié en maroquin bleu, il atteignit le prix de 60 francs lors de sa vente, selon Brunet). Mais un exemplaire en est passé en vente en 2007 et, chose intéressante, il était, comme notre exemplaire, relié d’époque avec deux autres textes patoisants : le Recueil de pouséies prouvençalos de François-Toussaint Gros (Marseille, Berte et Sibié, 1734) et le Recueil de poésie en langue vulgaire d’André Blanc (Grenoble, Faure, s.d. [1740])[50] ! C’est aussi le cas de l’exemplaire Barféty, associé également au Recueil de poésie en langue vulgaire, dans une reliure en revanche un peu postérieure (années 1770-1780 ?). Autant d’indices qui m’amèneraient volontiers à penser que cette édition sans date serait postérieure à celle donnée en 1738 et se placerait dans les années 1740[51].

Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, s.d. [vers 1740], p. 11 (« Prologue de la Faye de Sassenage »). Inv. 1031
Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, s.d. [vers 1740], p. 17 (incipit de la pièce). Inv. 1031

L’exemplaire en question a donc été relié au milieu du XVIIIe siècle en tête d’un recueil factice contenant également le Recueil de poésie en langage vulgaire de Grenoble d’André Blanc la Goutte (Grenoble, Faure, s.d. [1741]) et le Grenoblo inonda… d’Antoine Renier (Grenoble, Faure, 1741). Cet ensemble de trois rares éditions patoisantes était le fait, comme le prouve son ex-libris gravé, de Jean-Baptiste Lenoir de La Roche, avocat au Parlement de Dauphiné. La Bibliothèque municipale de Lyon possède une demi-douzaine de pièces de théâtre des années 1760-1770 portant son ex-libris.

Ex-libris de l’avocat grenoblois Jean-Baptiste Lenoir, dans le recueil factice contenant la « Pastorale » de Millet, le « Grenoblo Malhérou » de Blanc la Goutte et le « Grenoblo inonda » de Renier.

V. La « dernière édition ancienne » : une nouvelle datation

Après cette édition Molin datant probablement des années 1740, la Pastorale et tragi-comédie de Janin connaîtra une dernière « édition ancienne » (destinée à la seule lecture, sans être un objet d’étude), avant que ne s’inaugure la lignée des recueils patoisants savants et des éditions critiques du XIXe siècle.

Jean Millet, « Pastorale de Janin, ou La Faye de Sassenage… », Grenoble, Lemaire, s.d. [vers 1790-1795], page de titre. Inv. 744

Non datée, cette édition grenobloise de 119 pages (encore !), d’un beau format in-8° et imprimée sur un bon papier, était pourtant un produit de colportage, mis en vente par un certain Lemaire. Fils d’un commissionnaire grenoblois nommé Pierre Lemaire, il commença sa carrière comme colporteur de journaux et brochures dès 1778, s’associant dès cette date avec l’imprimeur Cuchet (pour lequel il fit entrer en fraude dans Grenoble, cette même année, un stock de papier de contrebande). Il publia des catéchismes de Grenoble en 1790-1792, puis des calendriers, almanachs et décadaires entre 1793 et 1798. Selon Maignien, « à part quelques brochures qu’il colportait dans le jour, Lemaire ne faisait d’autre travail dans la nuit que celui de fraudeur », mais son activité officielle était en tout cas traçable « jusqu’en 1799 ». Il eut en effet de sérieuses difficultés avec les autorités, qui l’arrêtèrent le 13 juin 1798, suite à une perquisition à son domicile (qui avait révélé des cathéchismes non autorisés et des publications politiques contre-révolutionnaires visant « à détruire les sentiments républicains »). A mon sens, il est toutefois possible que Lemaire ait poursuivi son actvité un peu après 1800, puisque la  réédition du Grenoblo Malhérou imprimée par Cuchet pour son compte date probablement de 1801 (voir Mélanges 40) [52].

Selon Colomb de Batines, qui en possédait un exemplaire, il s’agissait d’ « une réimpression textuelle de celle de Grenoble 1700, et est intitulée : Pastorale de Janin, ou la Faye de Sassenage, comédie en vers en cinq acte ». C’est la première fois que cette forme du titre était employée, le sous-titre renvoyant en fait au prologue de la pièce (« Prologue de la Faye de Sassenage »). La chose avait supris Colomb de Batines qui consulta Soleinne (lequel ne possédait pas, par exception, cette édition). Le grand bibliophile du théâtre répondit : « Vous m’étonnez beaucoup en m’indiquant le titre de l’édition de 1800 de la Pastorale de Janin ; je ne pensois pas que l’on eût donné pour second titre à cette pièce celui de La Faye de Sassenage, qui est un ouvrage tout à fait différent. C’est peut-être parce que cette fée fait le prologue que l’éditeur de 1800 a cru devoir lui donner ce second titre »[53].

Jean Millet, « Pastorale de Janin, ou La Faye de Sassenage… », Grenoble, Lemaire, s.d. [vers 1790-1795], p. 11 (« Prologue de la Faye de Sassenage »). Inv. 744
Jean Millet, « Pastorale de Janin, ou La Faye de Sassenage… », Grenoble, Lemaire, s.d. [vers 1790-1795], p. 17 (incipit de la pièce). Inv. 744

C’est le même Colomb de Batines qui donna cette édition comme datant de « vers 1800 », une hypothèse par la suite reprise par Brunet et toutes les notices bibliographiques. On retrouve donc cette indication dans les descriptions des très rares exemplaires localisables : ceux de l’Arsenal (GD-1766), de la Bibliothèque municipale de Grenoble (Fonds Dauphinois, V.15833), ou celui de la collection Félix Perrin (vente 1903, n° 609). Il ne semble pas avoir jamais été fait mention d’une indication pourtant fort intéressante portée sur la page de titre de cette édition : son prix, soit « une livre seize sols ».

Deux systèmes monétaires. En haut, de gauche à droite, celui de l’Ancien Régime : liard, sol, 15 sols et écu. En bas, de gauche à droite, celui de la République : centime, 5 centimes, décime, 5 francs. Collection ND
Deux systèmes monétaires. En haut, de gauche à droite, celui de l’Ancien Régime : liard, sol, 15 sols et écu. En bas, de gauche à droite, celui de la République : centime, 5 centimes, décime, 5 francs. Collection ND

Il faut se rappeler que, parmi les nouveautés capitales apportées par la Révolution française, figure le système décimal, instauré en août 1793, impliquant les unités de mesure, mais aussi les unités de compte, autrement dit les espèces monétaires. Il fallut attendre le décret du 18 germinal an III (7 avril 1795) pour que la réforme atteigne concrètement les monnaies : on abandonna le système séculaire livre-sou-denier au profit du nouveau tandem décimal francs-centimes. Cette mention de prix en livre et sols désignerait donc une période antérieure à l’entrée en vigueur de la réforme : cette édition daterait donc des années 1790-1795, et non des environs de 1800. CQFD.

De petits pas pour mes livres, de … petits bonds pour la bibliographie dauphinoise ! Au-delà de ces quelques constats ou hypothèses, il demeure encore pas mal de questions ouvertes quant à cet intéressant dossier des éditions de La Pastorale et tragi-comédie de Janin (par exemple l’édition grenobloise de 1700), dans l’attente des travaux de recherche annoncés (mais qui concerneront peut-être plus des aspects philologiques que bibliographiques). A coup sûr, voici un billet qui demandera encore pas mal de mises à jour dans les années à venir !

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 1er mai 2020

De gauche à droite : l’édition Lemaire, Grenoble, s.d., en demi-maroquin long grain époque Directoire ou Consulat (Inv. 744) ; l’édition Lyon, Molin, s.d., dans un veau marbré des années 1760 (Inv. 1051) ; l’édition Lyon, Molin, 1706, dans un veau glacé fauve des années 1730 (Inv. 1028).

ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Poitrine de Dmitri Timofeïevitch Iazov (1924-2020), le dernier maréchal d’Union soviétique, ancien ministre de la Défense (1987-1991), lors de la cérémonie au Kremlin pour son 90 anniversaire (8 nov. 2014). Ancien héros de la Seconde Guerre mondiale, il est décédé le 25 février 2020.

NOTES

[1] Vivant sous le règne des Valois, Laurent de Briançon, juriste et sans doute docteur en droit de l’Université de Valence en 1560, était, il est vrai, un éminent représentant de la noblesse provinciale (d’origine savoyarde), membre du Conseil de ville de Grenoble, premier consul de la cité en 1575, représentant de la noblesse aux Etats-Généraux de 1576. On lui doit trois poèmes en patois : Lo Batifel de la Gisen (1032 alexandrins), Lo Bqnauet de la Faye (522 alexandrins) et La Vientenanci du Courtizan (186 alexandrins), œuvres qui ont connu plusieurs éditions dans le courant du XVIIe siècle (toutes rarissimes). Sur ce poète, voir : Laurent de Briançon, Trois poèmes en patois grenoblois du XVIe siècle, éd. et dir. Gaston Tuaillon, numéro spécial de Le Monde alpin et rhodanien – Revue régionale d’ethnologie, Grenoble, 1996 (et notamment l’essais « Laurent de Briançon et son œuvre », pp. 99-22, accessible en ligne).

[2] Guy Allard, La Bibliothèque de Dauphiné…, Grenoble, Laurent Gilibert, 1680, pp. 150-151.

[3] Guy Allard [et Pierre-Vincent Chalvet], Bibliothèque du Dauphiné, contenant l’histoire des habitants de cette province qui se sont distingués par leur génie, leurs talents & leurs connoissances. Nouvelle édition revue & augmentée, Grenoble, Veuve Giroud et fils, 1797, p. 250.

[4] J.J.A. Pilot de Thorey, Usages, fêtes et coutumes existant ou ayant existé en Dauphiné, Grenoble, Xavier Drevet, 1882, pp. 99-100.

[5] Edmond Maignien, L’Imprimerie, les imprimeurs et les libraires à Grenoble du XVe au XVIIIe siècle, Grenoble, 1884, p. 97.

[6] P. Colomb de Batines, Mélanges biographiques et bibliographiques relatifs à l’histoire littéraire du Dauphiné, Valence, L. borel, 1837, p. 195.

[7] Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire…, Paris, Firmin Didot, 1862, tome III, col. 1722.

[8] Pour une analyse avec toutes les sources de La Faye…, voir la fiche rédigée par Jean-Marc Barféty sur son site La Bibliothèque dauphinoise.

[9] L’exemplaire de la Bibliothèque nationale de France (RES P-YE-1238) provient de la bibliothèque P. Couturier de Royas.

[10] Pour une très belle description de cette édition des plus rares, voir la fiche de Jean-Marc Barféty sur son site. On ne connaîtra que 5 exemplaires localisés de cette publication (dont 3 en collections particulières).

[11] Le texte, étonnamment « courant », se trouve à plusieurs exemplaires dans les collections publiques (selon le catalogue CCFr) : BnF (RES-YF-4257), Arsenal (8-BL-14259 et 8-BL-14260), Mazarine (8° 46749-1), Aix-en-Provence (Méjanes, In-8° 07922), Grenoble (BM, U.1156).

[12] Gunhild Hoyer, « Biographie et bibliographie de Gaston Tuaillon », dans Nouvelles du Centre d’Études Francoprovençales René Willien 64, 2011, pp. 87-146.

[13] Id., p. 143 : « Œuvre de Jean Millet, poète francoprovençal (tome I) : Jean Millet, poète grenoblois. Il s’agit de la publication de l’oeuvre francoprovençale du poète grenoblois Jean Millet : quatre textes – dont trois pièces de théâtre – en francoprovençal de Grenoble, au total 9’900 vers. Cette publication en collaboration avec Gaston Tuaillon [+ Gunhild Hoyer, tome I] et Anita Gagny [tome II – La Bourgeoisie de Grenoble]. Anita Gagny étant décédée en 2010, Gaston Tuaillon, en juin 2011, je continue donc seule à travailler à ce projet commun qu’est la publication de l’œuvre complète de Jean Millet ».

[14] En voici la liste : « A mondit Seigneur – Sonnet » en patois, signé J. Millet ; « A l’auteur – Sonnet », en français, signé S.D.P. ; « A luy mesme. Quatrain » en français, signé S.D.P. ; « A luy mesme. Huictain » en patois, signé S.D.P. ; « A luy mesme. Quatrain » en patois, signé S.D.P. ; « A luy mesme. Stances », deux huitains en français, signé V.H. ; « A luy mesme. Sonnet » en français, signé C.D.R. ; « A luy mesme. Dizain » en patois, signé CL.L. ; « Sur la Bergerie du sieur Millet. Dixain », en français, signé B.F.B. ; « Au mesme, sur la dedicace de sa Bererie. Sixain », en français, signé B.F.B. ; « In eundem. Epigramma », en latin, signé F.M. ; « Sur l’heureux mariage du Gentil’homme Amidor grand veneur, & de Lhauda la bergere boccagere composé par le sieur Millet », 36 vers en patois, signé L.D.F. ; « Autre au Sieur Millet », huitain en français, signé L.D.F.

[15] Champollion-Figeac, Nouvelles recherches sur les patois ou idiomes vulgaires de la France et en particulier sur ceux du département de l’Isère, Paris, Goujon, 1809, pp. 81-82.

[16] Paul Colomb de Batines, « Bibliographie des patois du Dauphiné », dans Mélanges biographiques et bibliographiques relatifs à l’histoire littéraire du Dauphiné, Valence, Borel, Paris, Techener, 1837, tome I, pp. 197-202.

[17] Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire…, Paris, Firmin Didot, 1862, tome III, col. 1722.

[18] Exemplaires localisés de l’édition Grenoble, Raban, 1636 : BnF, Arsenal (8-BL-14620).

Edition Grenoble, Raban, 1636. Exemplaire Bibliothèque de l’Arsenal, Paris. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[19] Exemplaires localisés de l’édition Grenoble, Nicolas, 1642 : catalogue bibliothèque dramatique Soleinne (tome III, n° 3973).

[20] Exemplaires localisés de l’édition Grenoble, Bureau/Nicolas, 1648 : Troyes, Médiathèque (Fonds ancien, Bibliothèque Bouhiers,, x.12.1984, reliure XVIIIe s. en parchemin, tranches rouges) ; Nîmes, Bibliothèque Carré d’Art, 8401 Lettres (reliure vélin) ; Grenoble, BM (Fonds dauphinois, U.1157).

Edition Grenoble, Bureau/Nicolas, 1648. Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[21] Exemplaires localisés de l’édition Grenoble, Gales, 1659 : Lyon, BM (CGA, 808675, reliure basane XVIIe s., bas du titre manquant, ex-libris gravé de P. Adamoli).

Edition Grenoble, André Gales, 1659. Exemplaire Bibliothèque municipale de Lyon. Photo Google Books

[22] Exemplaires localisés de l’édition Grenoble, Dumon, 1676 : Dijon, BM (CGA, 51944) ; Lyon, BM (370592).

Edition Grenoble, Dumon, 1676. Exemplaire Bibliothèque municipale de Lyon. Photo Google Books

[23] Cette date approximative, donnée par Champollion-Figeac, a été reprise par Colomb de Batines, par Rochas, etc. Maignien lui-même n’y trouve rien à redire et avance l’hypothèse d’une impression par Faure (L’Imprimerie…, op. cit., n° 872).

[24] Exemplaires de l’édition « Grenoble, 1700 » : Colomb de Batines ; Bibliothèque municipale de Grenoble (Fonds dauphinois, U.1155) ; Rouen, BM (Fonds Montbret, Mtp-11222). L’exemplaire Salvaing de Boissieu (catalogue vente n° 586), puis Jean-Marc Barféty (voir la fiche descriptive sur son site Bibliothèque dauphinoise.) semble en fait appartenir à l’édition Lyon, Molin, s.d. (à laquelle on aurait ôté ses premières pages) : il serait intéressant de vérifier sur l’exemplaire de la BM de Grenoble la réalité de l’existence de cette édition « Grenoble, 1700 » !

Début de l’exemplaire Barféty identifié comme l’édition Grenoble, 1700 : la comparaison avec mon exemplaire Molin, s.d. montre qu’il s’agit de la même édition. Collection et photo Jean-Marc Barféty

[25] Cette édition citée par les bibliographies (Colomb de Batines et Maignien) à partir des travaux de Jules Ollivier ne se retrouve dans aucun catalogue, aucune collection. Maignien avoue « Nous ne connaissons pas ce volume » et il y a fort à parier qu’il s’agit d’une édition fantôme.

[26] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Gay, 1650 : Besançon, BM (Fonds ancien, 205100) ; Lyon, BM (Rés. 366392).

Edition Lyon, Gay, 1650. Exemplaire Bibliothèque municipale de Lyon. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[27] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Gay, 1655 : BnF (Ye-12512) ; Grenoble, BM (Fonds dauphinois, V.17388).

Edition Lyon, Gay, 1655. Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[28] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Servant, 1679 : Grenoble, BM (Fonds dauphinois, U.1154).

Edition Lyon, Servant, 1679. Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[29] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Servant, 1686 : Grenoble, BM (Fonds dauphinois, U.1157 [bis]).

Edition Lyon, Servant, 1686. Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[30] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Moulu, 1686 : BnF, Arsenal (8-BL-14621).

Edition Lyon, Moulu, 1686. Exemplaire Bibliothèque de l’Arsenal, Lyon. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[31] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Servant, 1692 : BnF (RES-YF-3684) ; Avignon, BM (Fonds patrimoine, 8° 25481) ; Grenoble, BM (U.1158) ; Nîmes, BM (8344/16) ; British Library (11498.aa.23).

Edition Lyon, Servant, 1692. Exemplaire Bibliothèque nationale de France. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[32] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Besson, 1706 : BnF (YE-12514).

[33] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Molin, 1706 : Grenoble, BM (Fonds dauphinois, U.1159) ; Soleinne (1844, n° 3975, veau fauve, fil., 15 frs.), puis baron Taylor (« Catalogue de la bibliothèque dramatique de feu le baron Taylor », 1893, n° 1857, « fort rare », veau fauve de Thouvenin, exemplaire « rogné à la lettre »).

[34] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Molin, 1711 : BnF (RES-YF-3688).

[35] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Molin, 1735 : Grenoble, BM (Fonds dauphinois, U.1160. Au début du volume se trouve une note manuscrite sur N. Pierquin de Gembloux et un mémoire abrégé de la naissance, vie et aventures de la Chauda).

[36] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Molin, 1738 : BnF (RES-YF-4258).

[37] Paul Lacroix, Bibliothèque dramatique de M. de Soleinne, Paris, Administration de l’Alliance des Arts, 1844, tome III, pp. 356-357, nos. 3973, 3974 et 3975.

[38] Selon l’inventaire bibliographique de Colomb de Batines, Soleinne possédait les éditions suivantes : Grenoble, 1633 ; Grenoble, 1642 ; Grenoble, 1648 ; Lyon, 1650 ; Grenoble, 1676 ; Lyon, 1692 ; Lyon, Molin, 1706 (2 exemplaires !) ; Lyon, Besson, 1706.

[39] Antoine Molin (1688-apr. 1763) reprit la librairie de ses parents en 1709 et fut reçu maître en 1710. En faillite en 1739 (année durant laquelle il perd sa seconde épouse), il fera porter la responsabilité de ses mauvaises affaires à sa femme défunte « inconséquente, vendant ses livres à son profit pour se consacrer à ses plaisirs ».

[40] Sur Hyacinthe-Théodore Baron, voir le très bel article que lui a consacré Jean-Paul Fontaine en juin 2019 sur son blog « Histoire de la Bibliophilie ».

[41] Joannis Guignard, Le Livre. Bibliographie rétrospective, Paris, Quantin, 1880, p. 154.

[42] Pour ne prendre que quelques exemples recueillis sur la même page du catalogue de sa vente, citons, pour la seule poésie (p. 18) : Les Poëmes du sieur de Lortigue Provençal (1617), des éditions anciennes de Théophile, les Œuvres satyriques de Sonnet-Courval (1622), les Œuvres poétiques de Jacques Poille (1623) et même les Poëmes de Claude Expilly, dans leur édition grenobloise de 1624, sans compter un très grand nombre de poètes XVIIe siècle (Régnier, Maynard, Du Lorens, Gombaud, Dalibray, Brébeuf, Malherbe, Adam, Racan, Chapelain, etc.).

[43] Selon Le Roux de Lincy, « Gaignat, atteint d’une maladie sérieuse causée par le chagrin qu’il ressentit de la perte de sa femme et de sa fille, à peine âgée de douze ans, fut soigné et remis en bonne santé par Hyacinthe-Théodore Baron, médecin célèbre, professeur de la Faculté de Paris et bibliophile distingué, mais dont la fortune n’était pas assez grande pour satisfaire son goût. Baron donna le conseil à son client d’acheter des livres pour se distraire ; Gaignat suivit ce conseil et devint un des bibliomanes les plus ardents de XVIIIe siècle » (préface au catalogue de la vente de la collection de Jacques-Charles Brunet, Paris, 1868, p. XXXIV).

[44] Catalogue de la bibliothèque de feu M. Baron, premier Médecin des Camps & Armées du Roi en Italie &en Allemagne, ancien Doyen de la Faculté de Médecine de Paris, & c. …, Paris, Paris, chez Née de la Rochelle, libraire, 1788.

[45] Colomb de Batines, « Bibliographie… », op. cit., pp. 200-201. Faute d’avoir connu dans un premier temps cette information cruciale et les descriptions données par Colomb de Batines, j’avais été enclin à considérer que le catalogue Turner, qui donnait des provenances Baron/Méon/Soleinne, faisait erreur, dans la mesure où j’avais retrouvé trace de l’autre exemplaire Soleinne, en reliure de Thouvenin ! Cet exemplaire en reliure Thouvenin passa ensuite dans la bibliothèque du baron Taylor ().

[46] Paul Lacroix, Bibliothèque dramatique de M. de Soleinne, Paris, Administration de l’Alliance des Arts, 1844, tome III, p. 357.

[47] Bulletin du bibliophile, n° 6, juin 1845, p. 265, n° 468, 30 frs., veau fauve.

[48] Catalogue des livres rares et précieux, imprimés et manuscrits, la plupart français et latins, provenant de la bibliothèque de M. Robert S. Turner, Paris, Adolphe Labitte, 1878, n° 420.

[49] Bibliothèque Dany et Louis Gruel, Librairie Prévost (Paris), mars 2010, n° 162.

[50] Vente de livres anciens et modernes, ANAF-Arts Auction, Lyon, 27 juin 2007, n° 280.

[51] Il conviendrait pour cela de disposer de toutes les productions Molin, notamment celles de 1711, 173 et 1738, ce qui n’est pas encore le cas : occasion de recontacter la Bibliothèque de Grenoble !

[52] Sur Lemaire, voir E. Maignien, L’Imprimerie…, op. cit., p. CXII, mais aussi la bonne notice d’autorité du catalogue de la BnF.

[53] Colomb de Batines, « Bibliographie… », op. cit., p. 202-203.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (40) : QUAND LA GOUTTE RACONTE L’INONDATION

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (40)

 QUAND LA GOUTTE RACONTE L’INONDATION

A Jean-Marc Barféty,
bibliographe et collectionneur,
créateur de la Bibliothèque dauphinoise
et digne successeur de Maignien

Mes années d’études grenobloises, d’abord en khâgne au Lycée Champollion, puis à l’université, m’ont fait connaître et aimer cette ville capitale du Dauphiné, tout en découvrant ses productions typographiques. Si Grenoble n’a jamais eu une activité comparable à celle de Lyon ou de Genève (songez qu’il n’y eut pas d’atelier dans ses murs pendant une bonne partie du XVIe siècle !), elle se rattrapa à partir de la fin des Guerres de religion, inaugurant quelques grandes dynasties d’imprimeurs locaux : les Charvys, Verdier, Nicolas, éditeurs et libraires qui reproduisaient les succès parisiens, mais donnaient aussi des productions inédites. La plupart de ces publications grenobloises du XVIIe siècle sont aujourd’hui fort rares et j’ai pu, au fil des années, en récolter quelques-unes[1], parfois mal ou pas citées dans les bibliographies spécialisées[2].

Parmi ces auteurs « autochtones », il y avait des historiens (dont les deux frères ennemis Guy Allard et Nicolas Chorier : ce sera sans doute l’occasion d’un prochain billet), des théologiens, des juristes[3], des médecins[4], des prosateurs, des traducteurs, mais aussi beaucoup de poètes. Certains, en relation avec la capitale, écrivaient le français le plus pur, comme la gloire locale que représentait le magistrat et humaniste Claude Expilly (président du Parlement de Dauphiné, et auteur de Poësies parues en 1596 et 1624, dont la vie et l’œuvre ont été évoquées largement dans Mélanges (15) : Le livre qui a changé ma vie), les pieux sieur de La Rolandière (de son vrai nom Benjamin Marin) et Louis Puech, ou le très curieux Christophle Bonnet. D’autres préféraient les muses néo-latines, comme l’incontournable Nicolas Chorier (1612-1692), qui, en plus d’être avocat au Parlement de Grenoble et historien, était également poète à ses heures pas perdues.

Benjamin Marin, sieur de La Rolandière, « Poésies chrestiennes… », Grenoble, E. R. Dumon, 1677, édition originale, seule parue. Inv. 225
Christophle Bonnet, « Le Faut rendre compte, qui est le pis. Poëme en forme de dialogue… », Grenoble, Pierre Frémon, 1673, édition originale, seule parue, de ce « volume extrêmement rare » (Maignien). Inv. 1175
Louis Puech, « Le Panégyrique de la Sainte Vierge », Grenoble, André Galle, 1666, première et seule édition. Inv. 2617
Nicolas Chorier, « Carminum liber unus », Grenoble, François Provensal, 1680, édition originale, seule parue. Inv. 2312

Mais il y eut aussi de petits poètes populaires dont la notoriété ne dépassa pas les frontières de la province montagnarde, voire l’enceinte de la ville. Leurs œuvres modestes, rédigées dans le dialecte/patois grenoblois, une des variantes du franco-provençal parlé dans tout l’arc alpin, ont pourtant connu au niveau local un succès éditorial considérable, enchaînant les rééditions, des impressions populaires fragiles, vouées à la destruction et devenues très rares. Le premier de ces deux billets dauphinois successifs va donc se consacrer à celui qui aurait été bien étonné de devenir un auteur préfacé par George Sand en personne, loué par Victor Hugo, étudié par Champollion l’aîné et une pléthore d’universitaires et d’érudits depuis sa redécouverte au XIXe siècle. On le surnommait « La Goutte », et cela tombe bien, car son principal poème, Grenoblo Malhérou, raconta l’une des plus terribles inondations vécues par la cité des Dauphins…

I. Grenoble, au centre du combat entre Serpent et Dragon

Enserrée entre les massifs du Vercors (à l’ouest / sud-ouest), de la Chartreuse (au nord), du Taillefer (au sud-est) et de Belledonne (à l’est), la ville de Grenoble occupe un bassin en Y formé par le cours des rivières Isère et Drac (et les vallées qu’elles ont creusé). La ville se trouve établie sur la confluence de ces deux puissantes rivières alpines, point stratégique s’il en est, permettant la circulation des marchands. Mais l’emplacement pouvait aussi se révéler dangereux lorsque ces cours d’eau se déchaînaient soudain…

Carte du Dauphiné  (XVIIe siècle). Collection ND. On reconnaît Grenoble au centre, ainsi que les principales rivières locales : l’Isère (nommée du nom de son affluent l’Arc), le Drac et la Romanche.

L’histoire a conservé la mémoire de plusieurs grandes inondations (150 ont été recensées, dont 80 entre 1600 et 1860). La principale d’entre-elles intervint dans la nuit du 14 au 15 septembre 1219, mais ses origines lointaines remontent au 10 août 1191, jour de la Saint Laurent, lorsqu’un écroulement de terrain avait formé un barrage naturel dans la vallée de la Romanche (un affluent du Drac), à trente kilomètres de la ville : un lac, baptisé Saint-Laurent, avait fini par se former près de Bourg-d’Oisans, récoltant toutes les eaux descendant des montagnes. Jusqu’à cette nuit où tout céda durant un violent orage : l’eau du lac (soit un volume estimé à 660 millions de mètres cube) se mit à dévaler entièrement la vallée, passant de l’étroite Romanche au cours du Drac, puis à celui de l’Isère.

Le bourg de Vizille est balayée et Grenoble doit bientôt affronter un reflux catastrophique des eaux de l’Isère, qui emporte le pont Saint-Laurent (le seul de la ville : il faudra dix ans pour le reconstruire) et forme un lac dans la vallée du Grésivaudan dévastée (à l’emplacement de l’actuelle ville de Meylan). Dans le plus sombre de la nuit, alors que les maisons s’écroulent sous les coups de boutoir des eaux, les Grenoblois, coincés par les portes fermées des fortifications, sont emportés par les flots déchaînés. L’évêque Jean de Sassenage évoqua la catastrophe dans un sermon éploré : « Hélas, Trois fois hélas! Quelle voix, quelle langue, quelle expression pourrait traduire la peine, la tristesse et l’angoisse de ces infortunés, les souffrances et la terreur des mourants, hommes, femmes et enfants dont les clameurs sinistres, les plaintes douloureuses et les larmes, les gémissements et les sanglots remplissent la vallée, et perçaient d’un glaive de compassion le cœur de ceux qui les entendaient ». Le dauphin Guigues VI, qui aurait assisté au drame depuis la tour Perrière, fit édifier à partir de 1228 la collégiale Saint-André à titre d’expiation.

Collégiale Saint-André de Grenoble. Photo WikiCommons

Le bilan humain demeure difficile à établir, mais on peut l’estimer à 5’000 personnes au total (un chiffre explicable également par la tenue d’une grande foire dans la ville : beaucoup de marchands étrangers, méconnaissant les lieux, furent les premières victimes de la catastrophe). Grenoble, dépeuplée, n’aurait plus compté que 3’000 habitants après le drame (à tel point que l’évêque et le dauphin durent délivrer des privilèges et exemptions fiscales pour inciter l’installation de nouveaux bourgeois). Tel avait été le tribut du combat entre le serpent (Isère) et le dragon (Drac), un symbole qui demeura gravé profondément dans les mémoires grenobloises.

II. La Goutte et l’inondation : naissance du Grenoblo Malhérou (1733-1741)

Le 13 juillet 1729, l’Isère quitte son lit ancestral et abandonne un grand méandre appelé « le tour de l’eau » qui ralentissait son cours peu avant Grenoble. Trois ans plus tard, le lit de la rivière fait disparaître un second méandre, dit du Versoud, raccourcissant sa course de plus de 2,5 kilomètres. En bref : l’eau de l’Isère atteint désormais Grenoble plus droit et plus vite. Les effets ne vont pas se faire attendre.

Plan cavalier de Grenoble par Georg Braun et Frans Hogenberg (1581). Le Grenoble du XVIIIe siècle est comparable, enserré par un système de fortifications toujours en place. On distingue bien le pont unique reliant la ville au quartier de Saint-Laurent. Collection ND

Comme le rapporta le notaire Jean-François Marchand le Jeune, « lundi 14 septembre 1733, jour de la Croix, sur les quatre heures après midi, il s’éleva un ouragan des plus furieux qui aye parû depuis bien longtemps, qui causa la consternation générale dans la ville ». Devant le déluge, en prévision d’une montée attendue des eaux (l’Isère atteindra 5,57 mètres au-dessus de son niveau moyen), l’intendant et le gouverneur militaire ordonnent la fermeture et le renforcement des portes de la ville. Mais la solution est vaine contre la puissance de la crue : les hautes et lourdes portes des enceintes cèdent sous la pression dans la matinée du 15, les eaux s’engouffrent dans la cité et submergent les rues, inondées jusqu’à une hauteur de 2,60 mètres. La ville va demeurer noyée pendant un jour, avant que la descente des eaux le 16 septembre révèle « une boüe gluante et puante, et en si grande quantité que les rues et places et lieux sont impraticables avec une puanteur extraordinaire ». Des maisons se sont écroulées, 153 bâtiments sont « en péril de chute », le pont, bien entendu, a été emporté. Les possessions des Grenoblois (meubles, vêtements, …) sont bons à jeter ; les exploitations agricoles et les champs ont été balayées dans la vallée. Toute la société grenobloise réagit avec solidarité envers les victimes : les bourses se délièrent, l’entraide familiale fonctionna à plein[5].

La détresse des Grenoblois lors de l’inondation de 1733, vue par Rahoult (1864). Inv. 2428
La catastrophique inondation de 1733, vue par Rahoult (1864). Inv. 2428

C’est dans ce contexte douloureux qu’un poète patoisant de la ville prit la plume pour raconter la catastrophe : Blanc, dit La Goutte. L’identité de cet auteur a été l’objet d’un long débat, d’abord à partir des quelques rares éléments biographiques glanés dans les vers du poète. Les premiers à se pencher sur ces textes, à partir de 1809, ignoraient tout autre détail de son existence. Tout au plus Champollion-Figeac (le frère aîné de l’égyptologue) relevait-il, sur la foi de souvenirs recueillis auprès de vieux Grenoblois, que ce Blanc la Goutte avait « laissé parmi ceux qui l’ont connu une réputation que ses saillies, ses bons mots, son humeur joviale et sa gaité constante au milieu de ses infirmités lui conserveront long-temps encore ». Mais qui était-il vraiment ? Une première hypothèse (proposé par J.-J.-A. Pilot de Thorey en 1859) l’identifiait à François Blanc (v. 1665/1670-1742). Agé d’au moins 63 ans au moment de la catastrophe, perclus par la goutte (d’où son surnom), ce n’était donc pas un jeune muguet de salon, mais un solide vieux marchand épicier, installé place Claveyson avec ses fils Simon et Charles[6]. Une de ses filles avait épousé l’ébéniste Pierre Hache, d’une célèbre famille d’artisans grenoblois. En dépit de sa douloureuse maladie, les témoignages et souvenirs de l’époque présentent La Goutte comme « un homme badin, gai, plaisant, d’une humeur enjouée ». Cette identification a été remise en question par Albert Ravanat en 1890, sans beaucoup d’échos d’ailleurs, mais les études menées en 2002 par Gaston Tuaillon[7] semblent désormais établir que le poète grenoblois était en fait un des gendres de François Blanc, le mari de sa fille Dominique : André Blanc (1690-1745). Cette affirmation repose notamment sur une lettre miraculeusement conservée d’un certain Delorme, secrétaire de l’évêque de Grenoble, sans doute adressée à son maître pour lui offrir le Grenoblo Malhérou tout juste paru. Or, ce courrier parlait de l’auteur comme d’ « un nommé Blanc md épicier très commode de cette ville qui est impotant et rongé par la gouthe à l’excès quoiqu’âgé de seulement 46 ans ».

Portrait imaginaire de « Blanc la Goutte » par Rahoult (1864). Inv. 2428

L’activité poétique de Blanc la Goutte se déroula entre 1729 et 1741. La première de ses publications (sous couvert d’anonymat) fut de nature festive, une Épître en vers, au langage vulgaire de Grenoble, sur les réjouissances qu’on y a faites pour la naissance de Monseigneur le dauphin, à Mademoiselle*** (Grenoble, Pierre Faure, 1729)[8]. Mais la catastrophe de 1733 amena la composition de son poème le plus célèbre : le Grenoblo Malhérou.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou », Grenoble, André Faure, 1733, édition originale. Collection et photo Bibliothèque de Grenoble.

Ce récit de la catastrophe en 560 alexandrins rimés en patois dauphinois parut chez André Faure le 15 novembre 1733, soit seulement deux mois après les faits. Cette édition originale est très rare (et je regrette encore de ne pas avoir tenté de remporter le magnifique exemplaire passé lors de la vente du Dr. Dénier en 2000, qui était enrichi de la fameuse lettre de Delorme[9] !). Comme le soulignait le secrétaire épiscopal, le poète avait « détaillé nos malheurs dans cet ouvrage, d’une manière si naïve, que l’on ne peut le lire qu’avec plaisir ». Le poème était organisé en une vingtaine d’épisodes, campant d’abord le décor des malheurs du temps (insécurité générale, brigandages, crues, bandes de loups et incendies), avant d’entamer, à partir du vers 125, la chronique à proprement parler de la catastrophe (d ont les moments forts sont la description de la ville depuis le clocher de Saint-André ou la destruction du pont). Le succès manifeste du poème auprès du lectorat grenoblois, très marqué par cet épisode traumatique, encouragea l’auteur à livrer d’autres productions, aboutissant à un Recueil de poésie en langage vulgaire de Grenoble…, publié par André Faure, sans date, mais probablement en 1740 ou 1741 (date donnée par les bibliographies traditionnelles, notamment Maignien[10]). Le volume contient, outre les rééditions de l’Epistre sur les rejouissances et du Grenoblo Malhérou, la première édition du Dialoguo de le quatro comare (également nommé Jacquety de le Comare sur la page de titre), un dialogue entre quatre commères grenobloises. Ce dernier texte sera, par la suite, toujours réédité conjointement avec le Grenoblo Malhérou, à la différence de l’Epistre. Ne figurait en revanche pas dans ce recueil le dernier poème connu de Blanc la Goutte : la Coupi de la lettra ecrita per Blanc dit la Goutta a un de sos amis u sujet de l’inondation arriva à Garnoblo la veille de St Thomas. 20 Xbre 1740 (Grenoble, Pierre Faure, 1741). Traitant de l’autre grande inondation grenobloise du XVIIIe siècle (dit « Déluge de la Saint-Thomas », intervenu les 20 et 21 novembre 1740, avec un étiage à 5,70 mètres au-dessus du niveau moyen), ce poème semble avoir été écrit par l’auteur en prison, selon certains éléments. Le dernier vers « Per Blanc,  dit la Goutta, de placi Claveyson » était la seule mention claire donnée par l’auteur sur son identité : il était temps ! L’absence de ce dernier texte dans le Recueil semblerait donc bien indiquer une parution antérieure (en 1740), à moins qu’il s’agisse d’une édition collective faite pour accompagner la nouveauté du jour, la Coupi de la lettra. Il n’est ainsi pas impossible que l’inondation de 1740 ait provoqué un regain d’intérêt pour le poème de 1733 et soit à l’origine de la publication du Recueil ?

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Recueil de poésie en langage vulgaire de Grenoble… », Grenoble, André Faure, s.d. [1741]. Inv. 1052

L’inondation de 1740 avait en effet provoqué à nouveau un intérêt manifeste du lectorat grenoblois, comme en témoigne cet exemplaire. Provenant de la bibliothèque Jean-Baptiste Le Noir de La Roche (avocat au Parlement de Dauphiné, seconde moitié du XVIIIe siècle) et portant son ex-libris, il comporte, en plus du Grenoblo Malhérou, deux autres textes patoisants. Le premier est la Pastorale… de Millet (autre poète patoisant qui sera l’objet d’un prochain billet) ; le second est la production d’un émule de Blanc la Goutte, Antoine Renier-Pieraud : ce modeste maître d’école publia, sous couvert de ses seules initiales « A.R. », un Grenoblo inonda, ou recit circonstancia du malheur qu’a causa l’inondation arriva lo vingt-un decembro mil sept cens quaranta. Poemo patois, petit texte également publié par Faure et tout aussi rare que les publications de Blanc la Goutte !

Antoine Renier, « Grenoblo inonda… », Grenoble, André Faure, 1741, première et seule édition. Inv. 1053
Ex-libris de Jean-Baptiste Le Noir de Laroche, avocat au Parlement de Grenoble. Inv. 1053

III. Une discrète et populaire renaissance (1790-1800)

Après la réédition de 1741, les poèmes de Blanc la Goutte tombèrent dans l’oubli, jusqu’à leur réimpression soudaine en rafale cinq ou six décennies plus tard. On vit apparaître soudainement quatre éditions populaires donnant le Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro Comare. Ces parutions ne comportaient, dans le meilleur des cas qu’une page de titre assez basique et surtout sans date. La mention des responsables ou commanditaires de ces éditions (qui sont bien distinctes, quoique proche par leur style et leur présentation générale) est portée au bas de la dernière page.

La première de ces publications (« A Grenoble, de l’Imprimerie de J.L.A. Giroud, Place aux Herbes », format in-8°) émane de l’honorable imprimeur Jean-Louis-Antoine Giroud (1755-1817), libraire du Parlement de Dauphiné depuis 1781 et dont le gros des publications (hormis une édition du Werther de Goethe) était formé par des brochures politiques et par les officielles Affiches du Dauphiné (1774-1792)[11]. Il devint par la suite imprimeur du tribunal d’appel. Cette édition est la seule qui me manque encore.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, J.-L.-A. Giroud, s.d. [vers 1801], page de titre. Collection et photo Jean-Marc Barféty
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, J.-L.-A. Giroud, s.d. [vers 1801], p. 24 (avec colophon). Collection et photo Jean-Marc Barféty

La deuxième édition (« A Grenoble, chez J.-M. Cuchet, imprimeur de la Cour d’appel. Se trouve chez Lemaire, colporteur », format in-8°) avait donc été produite par l’imprimeur Joseph-Marie Cuchet (1760-1808)[12]. Nommé imprimeur départemental en 1790, il publia les décrets de la Convention jusqu’à ce qu’un arrêté du Directoire lui interdise de travailler en l’an VI, son journal Le Courrier patriotique étant jugé contre-révolutionnaire. Son atelier et sa librairie ne purent rouvrir qu’en 1801. On le voit ici travailler pour le colporteur Lemaire, son associé de longue date (en 1778, il avait tenté de faire entrer en fraude dans la vile un gros stock de papier destiné à Cuchet)[13]. A vrai dire, selon Maignien, « à part quelques brochures qu’il colportait dans le jour, il ne faisait d’autre travail dans la nuit que celui de fraudeur ». Mon exemplaire, relié en demi-chagrin brun au milieu du XIXe siècle, provient de la bibliothèque d’Armand de Sibeud, comte de Saint-Ferriol (1817-1880) (avec son ex-libris gravé) et passa dans sa vente en 1881 sous le n° 1569 (qualifié de « rare »).

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, J.-M. Cuchet / Lemaire, s.d. [vers 1800 ?], page de titre. Inv. 40
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, J.-M. Cuchet / Lemaire, s.d. [vers 1800 ?], p. (3) (incipit). Inv. 40
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, J.-M. Cuchet / Lemaire, s.d. [vers 1800 ?], p. 24 (avec colophon). Inv. 40

Ex-libris d’Armand de Sibeud, comte de Saint-Ferriol (1817-1880). Inv. 40

La troisième édition (« A Grenoble, chez Courreng, Libraire, au Jardin de la Ville », format in-8°) sort probablement de la boutique du marchand-libraire Jean-François Courenq fils, donné comme installé place Saint-André dans des publications datant de la Restauration (un catalogue de son « nouveau cabinet littéraire » fut diffusé en 1819)[14]. Je possède deux exemplaires de cette édition, l’un en demi-maroquin bleu bradel par Stroobants (dos lisse, titre doré, non rogné) et l’autre en demi-veau bleu par Burckhart (dos lisse, titre doré, non rogné). Ce second exemplaire provient des collections Maurice Jail (de Meylan, tampon humide) et Raymond Joffre (librairie et collectionneur grenoblois, ex-libris gravé).

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], page de titre. Exemplaire 1. Inv. 38
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], p. (3) (incipit). Exemplaire 1. Inv. 38
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], p. 26 (avec colophon). Exemplaire 1. Inv. 38
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], page de titre. Exemplaire 2. Inv. 39
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], p. (3) (incipit). Exemplaire 2. Inv. 39
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], p. 26 (avec colophon). Exemplaire 2. Inv. 39

Ex-libris de Raymond Joffre, libraire et bibliophile grenoblois. Inv. 39

Enfin, on relève une quatrième édition « sans lieu, ni nom, ni date« , peut-être plus rare et mystérieuse encore. Inconnu de Champollion et (plus curieusement) de Maignien, elle est pourtant citée dès 1838 par Paul Colomb de Batines dans son Essai sur l’origine et la formation des dialectes vulgaires du Dauphiné (p. 208) : alors qu’il possédait les éditions Cuchet et Courenq, il mentionnait cette édition anonyme d’après le catalogue de la collection Buchon (n° 202). A la différence des trois précédentes, elle n’est pas de format in-8°, mais présente une taille petit in-12 (avec une pagination séparée des deux textes : 20 pages pour le Grenoblo, 8 pages pour le Dialoguo). Mon exemplaire, en demi-chagrin rouge à petits nerfs du milieu du XIXe siècle, provient de la collection du célèbre bibliophile dauphinois Eugène Chaper (1827-1887), avec son ex-libris gravé.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », s.l.n.n.n.d. [Grenoble, vers 1800 ?], page de titre. Inv. 1102
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », s.l.n.n.n.d. [Grenoble, vers 1800 ?], p. (3) (incipit). Inv. 1102

Ex-libris du bibliophile dauphinois Eugène Chaper (1827-1887). Inv. 1102

 Il s’agit dans les quatre cas d’impressions médiocres, tant par leur composition que par le papier utilisé : il s’agissait manifestement d’ouvrages vendus dans les rues pour quelques sous (et par-là même objets d’une disparition accélérée, ce qui explique leur rareté actuelle). La question de leur datation demeure pendante, puisque les bibliographies, sans trop s’avancer, proposent « vers 1800 ». Cette date avait été indiquée par Champollion-Figeac (dans ses Nouvelles recherches sur les patois parues en 1809, donc peu de temps après la période en question) pour les seules éditions Giroud et Cuchet, les deux autres n’étant pas citées. Elle fut reprise par la suite par tous les érudits du XIXe siècle (notamment par Maignien, dans son Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes du Dauphiné [n° 1070, pp. 141-142]). Ce même Maignien ajoutait l’édition Courenq sobrement donnée comme « s.d. », sans plus d’hypothèses. Quoiqu’imprécise, l’estimation « vers 1800 » est-elle bien exacte ? L’activité de Lemaire, selon Maignien, était traçable « jusqu’en 1799 », mais Cuchet, ici qualifié d’ « imprimeur de la Cour d’appel », ne put reprendre ce titre qu’après la réouverture de son atelier le 5 janvier 1801 (ses cinq presses avaient été mises sous scellés le 5 mars 1798 après l’interdiction de son Journal patriotique). Nous serions donc bien sur le créneau voulu, dans les premières années du tout nouveau Consulat. Même chose pour Cuchet. Le cas de Courenq pourrait faire davantage débat, son activité semblant plus tardive (vers 1810 peut-être ?). Demeure en tout cas mystérieuse la raison de ce groupe de publications : quel événement a pu provoquer une telle floraison de rééditions de poèmes oubliés depuis plus d’un demi-siècle ? Faut-il y voir le début des travaux savants qui allaient définitivement ressusciter ces textes à partir de 1809 ?

IV. La redécouverte par les savants et les lettrés (1809-1890)

Les études patoisantes modernes vont en effet naître très peu de temps après ces rééditions populaires. Par un courrier officiel du 13 novembre 1807, le ministre de l’Intérieur Cretet demanda au préfet de l’Isère Joseph Fourier « des renseignements sur les patois usités dans cette partie de l’Empire, et des échantillons en vers ou prose où ces patois fussent employés ». On mit sur l’affaire l’un des meilleurs philologues du département (et de France) : Jacques-Joseph Champollion-Figeac (1778-1867), le frère aîné du grand égyptologue. De son travail, achevé fin 1808, sortit un an plus tard un livre révolutionnaire : les Nouvelles recherches sur les patois ou idiomes vulgaires de la France et en particulier sur ceux du département de l’Isère; suivies d’un essai sur la littérature dauphinoise, et d’un appendix contenant des pièces en vers ou en prose peu connues, des extraits de manuscrits inédits et un vocabulaire (Paris, Goujon, 1809). L’ouvrage était le premier à fournir des études des œuvres de Jean Millet et de Blanc la Goutte (auquel il attribua bien le Grenoblo Malhérou, mais pas le Dialoguo, demeuré de ce fait anonyme pendant encore longtemps).

Après la période napoléonienne, les études lancées par Champollion-Figeac furent bientôt suivies et augmentées par de nombreux émules. Un recueil de Poésies en langage patois du Dauphiné (comprenant le Grenoblo Malhérou, le Dialoguo toujours anonyme et un extrait de la Pastorale de Janin de Millet) parut en premier lieu (Grenoble, Pruhomme libraire, 1829), puis l’érudit Paul Colomb de Batines donna ses propres Poésies en patois du Dauphiné (Grenoble, Pruhomme, 1840, puis 1859).

J.-J.-A. Pilot de Thorey, « Grenoble inondé… », Grenoble, Maisonville et fils, 1859, 2e édition « revue et augmentée ». Inv. 2632

L’année 1859 marqua un tournant important dans l’étude de ses poèmes. Il se trouve que Grenoble fut à nouveau frappé, le 2 novembre, par une très importante inondation liée à la crue de l’Isère, réveillant l’intérêt du public et des chercheurs pour les textes anciens mentionnant les précédentes catastrophes (1733 et 1740 notamment).

L’inondation de 1859 : le Pont de l’Hôpital assailli par les flots (gravure dans Pilot de Thorey, « Grenoble inondé », Grenoble, Maisonville père et fils, 1859). Inv. 2632
L’inondation de 1859 : la Place Sainte-Claire sous les eaux (gravure dans Pilot de Thorey, « Grenoble inondé », Grenoble, Maisonville père et fils, 1859). Inv. 2632

L’historien et archiviste Jean-Joseph-Antoine Pilot de Thorey (1805-1883) publia une étude sobrement intitulée Grenoble inondé, qui connut, dans l’année, deux éditions chez l’éditeur grenoblois Maisonville père et fils, la seconde étant particulièrement augmentée. Parmi les nombreuses pièces recueillies dans cet ouvrage savant, mélange d’histoire (dont une table historique des inondations), de philologie et de bibliographie, on retrouvait le Grenoblo Malhérou, la Copia de la letra…, ainsi que le Dialoguo (pourtant sans rapport avec les inondations).

J.-J.-A. Pilot de Thorey, « Grenoble inondé… », Grenoble, Maisonville et fils, 1859, 2e édition « revue et augmentée », p. 54 (début de la « Notice sur Blanc la Goutte »). Inv. 2632
J.-J.-A. Pilot de Thorey, « Grenoble inondé… », Grenoble, Maisonville et fils, 1859, 2e édition « revue et augmentée », p. 111 (début de la « Notice sur Antoine Reinier »). Inv. 2632

En plus de l’annotation critique de ces textes, Pilot de Thorey proposait une « Notice sur Blanc la Goutte », la première étude d’ampleur sur le poète et son œuvre, avec de nombreux renseignements biographiques inédits, ainsi qu’une bibliographie complète (qui présentait pour la première fois Blanc la Goutte comme l’auteur du Dialoguo). Poursuivant dans la même veine, le chercheur donnait aussi une édition commentée du Grenoblo inonda (une totale redécouverte) et identifiait même son auteur, procurant une « Notice sur Antoine Reinier ». Le tirage, de 1’000 exemplaires (plus 10 exemplaires sur Hollande et 10 sur papier de couleur), montre à l’évidence que les éditeurs passaient bien écouler cette seconde édition.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864, page de titre. Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864, page de titre du « Grenoblo Malhérou ». Inv. 2428

La consécration arriva pour les poèmes de Blanc en cette même année 1859 avec les débuts de la publication d’une grande et luxueuse édition, splendidement illustrée par les dessins de Diodore Rahoult[15]. Le travail, publié en livraisons, fut finalisé en 1864 et forma les grandes Poésies en patois du Dauphiné (Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs). Cet in-folio magnifique fut enrichi d’une préface signée par George Sand[16], un texte du 23 octobre 1860 dans laquelle la « dame de Nohant » rendait hommage à l’« un de ses morts illustres, ignoré pourtant au-delà de ses horizons, et digne d’être entendu et goûté de toute la France » : « Il y a du Balzac dans ce bonhomme », écrivait-elle, loin de partager les avis critiques de certains savants chagrins et trop formés au classicisme[17]. Victor Hugo (depuis son exil) et Jules Janin devaient eux aussi louer ces vers populaires et la belle édition qui leur était consacrée.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864, p. 69. Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864, p. . Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864, pp. 76-77. Inv. 2428

Cinq ans plus tard, en 1874, les mêmes éditeurs fournirent une réédition de La Coupi de la letra et du Jacquety de le comare (le Dialoguo qui retrouvait son premier titre), le tout agrémenté de dessins et enrichi d’un glossaire linguistique.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », 2e série, Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1874, page de titre. générale. Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », 2e série, Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1874, page de titre de la « Coupi de la lettra ». Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », 2e série, Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1874, page de titre de « Jacquety de la comare » (cadrée). Inv. 2428

Ces deux parutions, éditées à dix ans de distance, se rencontrent pourtant parfois réunies sous la même reliure. Il peut s’agir de reliures à décor « parlant », présentant des fers spéciaux aux armes de Grenoble encadrées par le Serpent et le Dragon (ce qui est le cas du présent exemplaire, dont le décor a été réalisé à froid sur une percaline rouge).

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864-1874, détail du fer aux armes Grenoble encadrées du serpent et du dragon. Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864-1874, reliure. Inv. 2428

 Ce XIXe siècle si riche pour la carrière éditoriale des poésies patoisantes grenobloises devait s’achever sur une nouvelle édition des vers de Blanc la Goute, dans une édition savante où, pour la première fois, l’Epître en vers composée pour la naissance du fils de Louis XV était formellement attribuée à Blanc la Goutte. Le responsable de ce petit volume paru en 1890 était le libraire Albert Ravanat (1845-1894), lequel travaillait par ailleurs à un grand Dictionnaire du patois des environs de Grenoble (qui parut de manière posthume en 1911, dix-sept ans après la mort de son auteur). Alors propriétaire de la fameuse lettre du secrétaire Delorme, il fut le premier à en comprendre la signification et donna, dans son essai biographique sur Blanc la Goutte, la première identification correcte du mystérieux poète-boutiquier grenoblois. Parue initialement dans le périodique L’Actualité dauphinoise illustrée, cette étude donna lieu à un tirage à part imprimée à 100 exemplaires sur papier vélin teinté et 25 exemplaires sur papier de Hollande, tous signés et numérotés par l’auteur. Mon exemplaire, le n° 57, est relié avec la seconde édition de l’étude de Pilot de Thorey présentée ci-dessus.

Albert Ravanat, « Blanc la Goute : Grenôblo hérou … Notes et recherches sur l’âge et les oeuvres de l’auteur », Grenoble, Ravanat, 1890. Inv. 2633

Aujourd’hui, les rivières de l’Isère et du Drac sont des serpent et dragon bien domestiqués, par des décennies de travail d’endiguement et par l’installation plus récentes de différents barrages hydroélectriques sur leur cours. Pour autant, les crues ne sont pas rares (1999, 2000, 2001, 2004, 2008, 2010) et, en cas de circonstances particulières (fortes pluies accompagnant des fontes de neige), il ne serait pas impossible de voir se reproduire des épisodes comme ceux chantés jadis par Blanc la Goutte. A méditer quand vous vous promènerez le long des quais grenoblois !

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 25 avril 2020

Quais de l’Isère, à Grenoble. A gauche, la colline de la Bastille, avec le quartier Saint-Laurent à ses pieds ; au centre, le pont Marius-Gontard (bâti en 2839, il occupe le site de l’ancien pont unique de la ville, détruit à plusieurs reprises au fil des crues) ; à droite, la ville de Grenoble.

NOTES

[1] Parmi les publications littéraires non dauphinoises, mais imprimées à Grenoble, conservées dans mes rayons, citons :

  • Corneille (Pierre), Les Victoires du Roy sur les Estats de Hollande, en l’année 1672…, Grenoble, L. Gilibert, 1673. Reliure de basane marron, dos à nerfs orné (reliure moderne pastiche). Edition parue un an après l’EO parisienne in-quarto. Maignien, 610.
  • Guez de Balzac (Jean-Louis), Aristippe, ou De la Cour, Grenoble, Philippe Charvys, 1665. Reliure de basane marron, dos à nerfs orné, tranches mouchetées rouges (reliure de l’époque). Provenance : J. Excoffon (ex-libris ms. du XVIIe siècle). Maignien, 485. Inv. 626
  • Le Pays (René), Amitiez, amours et amourettes… [suivi de :] Portrait de l’Autheur des Amitiez…, Grenoble, Philippe Charvys (« et se vendent à Paris chez Ch. de Sarcy »), 1665. Troisième édition, en partie originale. Reliure de basane marron, dos à nerfs orné, tranches rouges (reliure du XIXe siècle). Maignien, 477. Inv. 161
  • Martin (Louis) et Belleau (Rémi), L’Eschole de Salerne, en vers burlesques, et Poema macaronicum, de bello Huguenotico …, Grenoble, Jean Nicolas, 1657. Reliure de veau marbré, dos lisse orné, pièce de titre sur maroquin rouge (moderne), tranches rouges (reliure du XVIIIe siècle). Maignien, 376. Inv. 1310
  • Savonarole (Girolamo), Triumphus crucis, sive De veritate Fidei, libri IV…, Grenoble, André Galle, 1666. Reliure de veau glacé noir, dos à quatre nerfs orné, tranches vernies (reliure du XIXe siècle). Provenance : François Duvivier (ex-libris ms. du XVIIIe siècle). Maignien, 499.

[2] Le principal bibliographe dauphinois demeure le grand Edmond Maignien (1847-1915), conservateur de la bibliothèque de la ville entre 1883 et 1915. On lui doit notamment l’incontournable L’Imprimerie, les Imprimeurs et les Libraires à Grenoble du XVe au XVIIIe siècle (Grenoble, 1884) qui est la base de la bibliographie grenobloise ancienne, de même que le Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes du Dauphiné (Grenoble, 1892).

[3] Voici quelques titres juridiques dauphinois dans mes rayons :

  • Basset (Jean-Guy), Plaidoyez (…). Ensemble divers arrests & reglemens du Conseil & dudit Parlement (…), Grenoble, Jacques Petit, 1668. Reliure de maroquin rouge orné « à la Du Seuil » avec monogramme royal couronné dans les caissons du dos, tranches dorées (reliure de l’époque). Provenance : Gustave Rivet (1848-1936, député, puis sénateur de l’Isère, poète et dramaturge, propriétaire du château du Fayet) (ex-libris gravé). Inv. 1778
  • Commissaires députés du roi, Arrest et reglement faict en presence de Monseigneur le Marechal de Lesdiguieres par Messieurs les Commissaires deputez par sa Majesté à la verification & reduction des debtes des Communautez villageoises de Daulphiné, sur la forme d’Imposer, Recepvoir, & exiger les sommes adjugees aux Creanciers des Communautez du Baillage de Graisivodan, & autres Baillages & Senechaussees de ladicte Province, desquelles les debtes ont esté veriffiees par ledicts sieurs Commissaires…, Grenoble, Guillaume Verdier, 1613. Reliure de vélin blanc souple (Burckart). Non recensé par Maignien.
  • Guérin (François), Style de la Cour des Aydes et Finances de Dauphiné, séante à Vienne…, Vienne, par Aimé Pansard, 1640. Reliure de vélin blanc, dos lisse, titre manuscrit (reliure de l’époque). Inv. 277
  • Nevers (duc de), Les Remonstrances faictes l’an MDLXXIV au feu roy Henry III par Monseigneur le Duc de Nivernois et de Rethelois, pair de France … sur l’advisqu’il eut de SA Majesté vouloit aliéner de sa couronne les villes de Pignerol, Savillan, et la Perrouze pour les bailler à Monsieur le duc de Savoye…, Grenoble, Pierre Verdier, 1630. Reliure de vélin blanc souple, dos lisse muet (Burckhart, reliure pastiche).
  • Pape (Guy) et Chorier (Nicolas) (trad.), La jurisprudence du célèbre conseiller et jurisconsulte Guy Pape dans ses « Décisions »…, Paris, Jean Certe, 1692. Reliure de veau marron, dos à nerfs orné, pièce de titre dorée sur cuir fauve, tranches rouges (reliure de l’époque). Inv. 856
  • Parlement de Dauphiné, Continuation des ordonnances … faictes sur le reiglement de la justice et procès …, Lyon, Martin de Tour (et se vendent à Grenoble, chez Jean Martin), 1550. Reliure de basane flammée, dos à nerfs orné (reliure moderne, pastiche du XVIIe siècle). Provenance : Chomel (ex-libris ms., XVIe siècle) ; Dr. André Dénier (ex-libris). Maignien, 16. Inv. 832
  • Parlement de Dauphiné, Ordonnances de la Court du Parlement de Daulphiné faictes sur la modération des fraiz de justice…, Lyon, Jean Pidier, 1547. Reliure de basane flammée, dos à nerfs orné (reliure moderne, pastiche du XVIIe siècle). Provenance : Chomel (ex-libris ms., XVIe siècle) ; Dr. André Dénier (ex-libris). Baudrier, XII, pp. 223-224. Inv. 832
  • Parlement de Dauphiné, Règlement fait … pour la reformation des formalitez de justice…, Grenoble, Antoine Verdier, 1669. Cartonnage bradel blanc façon vélin. Provenance : Charles Jaillet (Vienne) (tampon humide) ; fonds J.-E. Savigné (tampon humide). Non recensé dans Maignien. Inv. 20
  • Parlement de Dauphiné, Recueil des Edits, Déclarations, Lettres-Patentes & Ordonnances du Roy, Arrêts des Conseils de Sa Majesté et du Parlement de Grenoble, concernans en général & en particulier la Province de Dauphin…, Grenoble, Alexandre Giroud, 1689-1690. Inv. 1887

[4] Voici quelques titres médicaux dauphinois dans mes rayons :

  • Massard (Jacques), Panacée, ou discours sur les effets singuliers d’un remede…, Grenoble, « chez l’auteur », 1679. Reliure de basane marron, dos à nerfs orné, tranches mouchetées rouges et grises (reliure de l’époque). Bien complet de la planche hors-texte. Provenance : Duquet (ex-libris ms. : « Ce livre appartient au sieur Duquet, de la compagnie de Mr. le Marquis de Lüllers ») ; Ladoucette (ex-libris ms. : « Ladoucette, bon garçon demeurant à Nancy ») ; notice de catalogue (vers 1930-1950, décrivant l’exemplaire avant sa restauration et le donnant pour « très rare » au prix de 800 frs.) ; docteur André Dénier (ex-libris). Maignien, 679. Inv. 833
  • Villars (Dominique) et alii, Mémoire sur une fièvre putride soporeuse, qui a régné à l’Hôpital Militaire de Grenoble, depuis le 10 Ventôse, jusqu’au 10 Germinal suivant…, Grenoble, Veuve Giroud et fils, 1797. Reliure de basane flammée, dos à nerfs, titre doré, tête dorée, non rogné (reliure moderne). Provenance : Dr. André Dénier (ex-libris). Inv. 947

[5] Voir le très bel article de Théo Blanchard,  « Les inondations de 1733 et 1740 à Grenoble : l’évolution de la résilience dans l’après catastrophe », dans Environnement Urbain, 2, 2008, pp. 73–89 (disponible en ligne).

[6] Par une curieuse et tragique coïncidence, les deux fils de François Blanc moururent l’année même des grandes inondations, respectivement le 27 décembre 1733 et le 22 juillet 1740…

[7] Voir Blanc la Goutte, poète de Grenoble, œuvres complètes, présentées et traduites par Gunhild Hoyer et Gaston Tuaillon, Grenoble, « Le Monde Alpin et Rhodanien », année 2002, 4e trimestre. L’introduction, revenant sur la question de l’identité de l’auteur, est disponible en ligne.

[8] Premier fils de Louix XV, le dauphin Louis avait vu le jour le 4 septembre 1729 : sa venue au monde avait été célébré et fêté dans toutes les villes du royaume. Pour Grenoble, ce fut entre le 24 et le 27 septembre, plus deux bals les 29 septembre et 2 octobre.

[9] Exemplaire Couturier de Royas et Génard (vente, mai 1886, n° 67). Passé sous le n° 161 de la vente Dénier (Grenoble, Blache, 16 octobre 2000), il fut adjugé 4’500 francs. Relié en maroquin rouge par Chambolle-Duru, l’exemplaire contient la lettre signée « De Lorme », indiquant que l’exemplaire « est le premier qui sort de chés l’imprimeur ».

[10] E. Maignien, L’Imprimerie…, op. cit., n° 1069.

[11] E. Maignien, L’Imprimerie…, op. cit., pp. LXV-LXVI.

[12] E. Maignien, L’Imprimerie…, op. cit., pp. LXVIII-LXIX.

[13] E. Maignien, L’Imprimerie…, op. cit., p. CXII.

[14] Actif sans doute après le début du XIXe siècle, il ne figure pas dans Maignien (L’Imprimerie…). Le nom de Courenq fils apparaît encore en 1828 dans L’Annuaire des imprimeurs et des libraires de France, à côté d’un Courenq implanté à Mâcon. Il apparaît également dans la Liste générale des brevetés de l’Imprimerie et de la Librairie (Empire et Restauration), document qui le prénomme bien Jean-François (alors que les deux Mâconnais enregistrés se prénomment Jean-Baptiste et Philibert).

[15] Il existe manifestement quelques très rares exemplaires anopistographes sur papier de Chine, tant de la première que de la seconde partie. Une exemplaire est passé au catalogue X de la librairie Anne Lamort (2001).

[16] L’exemplaire personnel de George Sand passa au catalogue de la librairie Morgand (nov. 1893, n° 18493).

[17] L’historien dauphinois Adolphe Rochas assénait ainsi avec condescendance que « la vulgarité [des poésies de Blanc] ne se rachète que par une assez grande variété de détails et beaucoup d’expressions heureuses », un jugement repris par son collègue Auguste Prudhomme en termes presque similaires, parlant de « Blanc la Goutte, auquel on doit le Grenoblo Malhérou, le Dialoguo de le quatro Comare, et plusieurs autres pièces, dont la médiocrité est à peine rachetée par quelques expressions heureuses, par quelques ingénieuses images ». Quant à Jean Lapaume, dans le dernier tome de son Anthologie nouvelle autrement Recueil complet des poésies patoises des bords de l’Isère (Grenoble, Prudhomme, 1866), se montre impitoyable envers Blanc la Goutte, qu’il estime nettement inférieur à Laurent de Briançon et Jean Millet, les deux autres grands noms de la poésie patoisante grenobloise. Doit-on s’en étonner lorsqu’on constate qu’il juge ce poète boutiquier à l’aune des préceptes classiques de l’Art poëtique de Boileau ?

Vue d’ensemble, de gauche à droite : « Recueil… » de 1741 ; édition Pilot de Thorey, 1859 ; deux exemplaires de l’édition Courenq ; édition Cuchet ; édition « s.l.n.n.n.d. ».

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (33) : UNE IMPRIMERIE DES CIMES

UNE IMPRIMERIE DES CIMES

A M. Gaoussou Toe,
de la Librairie Hermès (Annemasse)
qui me fit faire mes premiers pas en bibliophilie,
il y a trente ans…

En ces temps fortement neigeux (il est tombé 15 cm. à Chavannex), demeurons au chaud de la bibliothèque mais en respirant tout de même un peu de l’air vivifiant des montagnes, et plus exactement des sommets du massif de la Chartreuse, en Dauphiné. Ordre cloîtré mais actif et répandu à travers toute l’Europe, les Chartreux avaient pour origine une vallée au-dessus de Grenoble, où virent se nicher en 1084 saint Bruno (un écolâtre de Reims) et ses six premiers compagnons. Installé au sommet d’une vallée, le premier monastère, qui regroupait les maisons-cellules des pères, était déjà doté d’une installation annexe, quatre kilomètres plus bas, la « maison basse » ou « Correrie », hébergeant les frères-lais et les ateliers.

Vue actuelle du monastère de la Grande-Chartreuse (« maison haute »). DR

Mais en janvier 1132, catastrophe : la maison haute est ensevelie sous ce que la chronique a rapporté comme une monstrueuse avalanche, mais qui était en fait probablement un glissement de terrain. Le prieur Guigues décida de replier le monastère deux kilomètres plus bas, à son actuel emplacement (par ailleurs plus favorable, mieux ensoleillé toute l’année).

I. Une imprimerie de montagne

Au fil du temps, la distinction drastique entres les maisons hautes et basses des monastères chartreux s’atténua à partir du XIIIe siècle, pour disparaître officiellement sur décision du Chapitre général de l’Ordre en 1679. Dans la maison-mère, les bâtiments devaient être destinés à un nouvel usage : une imprimerie. Son existence même était quelque peu illégale au regard des arrêts royaux de 1630 et 1667. Ces textes faisaient défense « à toutes personnes de quelque qualité et condition qu’elles soient, à tous chefs et supérieurs des collèges, convens et communautés d’avoir à tenir dans aucune maison particulière » des presses privées. Mais les Chartreux n’étaient pas n’importe quel ordre et ils obtinrent, en date du 28 avril 1680, un privilège royal leur permettant d’imprimer leurs propres livres liturgiques. 

Vue actuelle de La Correrie de la Grande-Chartreuse. DR

L’homme à l’origine de cette entreprise n’était autre que le prieur général de l’ordre, dom Innocent Le Masson (1627-1702). Ce natif de Noyon était entré dans l’ordre à l’âge de 19 ans et avait par la suite gravi les échelons : prieur, vicaire et visiteur de la province de Picardie, il accéda au poste suprême en 1675, prenant ses quartiers dans la maison-mère comme 51e prieur général. Sous son priorat, l’ordre devait se doter d’un atelier typographique qui, dans un premier temps, fut implanté au lieu-dit Favrat (Favratii in Sabaudia), sur la commune de Saint-Jeoire, entre Chambéry et Montmélian, autrement dit en terre savoyarde[1]. L’entreprise avait été autorisée, mais seulement de vive voix, par le Sénat de Savoie. Le matériel employé n’était autre que celui de l’imprimeur chambérien Louis Dufour. Les ouvriers typographes Raimond Naville et Pierre Cailliat y imprimèrent en 1679-1680 un Missel cartusien de toute beauté.

Portrait gravé de dom Innocent Le Masson, prieur-général de l’ordre des Chartreux. DR

Véritable maître-d’œuvre de cette politique éditoriale nouvelle (qui devait en grande parti être dédiée à ses propres textes), Le Masson décida toutefois de rapprocher l’atelier de la maison-mère en l’implantant directement à La Correrie. Dès 1681, un premier ouvrage sortait des presses. Ecrits en français comme en latin, trente-sept autres livres devaient suivre jusqu’en 1703, sous l’adresse de « La Correrie », « Correriae », « Correriae Cartusianane » ou « La Correrie–Grenoble ». Pour autant, il ne faut pas imaginer que les presses étaient mises en œuvre par les frères chartreux eux-mêmes : ils n’avaient pas les compétences techniques pour assumer seuls cette tâche. Le travail d’impression fut donc confié à plusieurs imprimeurs majeurs de Grenoble : Laurent Gilibert (1681-1685), Antoine Frémon (1686-1689), André Gallé (1689), Claude Faure (1690-1695) et André Faure (1697-1700). Tous les formats furent concernés, du folio à l’in-16, avec une majorité d’in-8° et d’in-12.

Après des débuts en fanfare, l’atelier s’essouffla et l’activité marqua un coup d’arrêt après 1703, suite à la mort de Le Masson. Après une pause de dix ans, entre 1714 et 1760, dix ouvrages seulement parurent à l’adresse de La Correrie (mais y furent-ils réellement imprimés ?)[2]. La charge de produire les livres de l’ordre fut ensuite confié à la veuve  de l’imprimeur grenoblois André Faure, puis à leur fils : parurent ainsi dans la capitale du Dauphiné un bréviaire (1757), un missel (1772, « une des plus belles impressions sorties des presses grenobloises »[3]), un diurnal (1779) et un psautier (1784).  Monté au monastère lui-même « vers 1760 », le matériel y fut laissé à l’abandon, puis vendu au début de la Révolution à deux imprimeurs grenoblois, F. Cadou et David aîné, installés « place Egalité près de la grille du jardin ».

Outil « politique », à la fois de communication interne et de rayonnement externe, l’atelier de La Correrie s’adressait finalement à un public restreint : les membres de l’ordre et éventuellement quelques puissants. De ce fait, presque tous les textes publiés (en français comme en latin[4]) concernent l’ordre, son histoire et son fonctionnement : statuts, règles, directoires, avec des compléments sur leur observance et des controverses internes. S’y ajoutaient quelques ouvrages théologiques, liturgiques ou de piété, Le Masson ayant été l’auteur ou l’instigateur de la quasi-totalité de ces textes. Certains naquirent de l’une ou l’autre des grandes controverses religieuses alors en cours. Ainsi, la célèbre et rare Explication de quelques endroits des anciens statuts de l’Ordre des Chartreux fut la réponse de Le Masson au célèbre abbé de Rancé, l’austère supérieur de la Trappe, qui avait dénoncé en 1683 dans un Traité de la Sainteté et des devoirs de la vie monastique, un certain relâchement chez les Chartreux (!). Dès le XVIIIe siècle, ce livre était réputé rare, car « il passe pour avoir été imprimé en secret, et sans permission dans la Grande Chartreuse, et n’ayant point été vendue en public, il ne s’en est répandu que très peu d’exemplaires, ce qui les a rendu rares, et difficiles à trouver »[5].

II. Des ouvrages rares

De fait, les impressions de La Correrie ont toujours eu une réputation méritée de rareté. Edmond Maignien, leur principal bibliographe, en parlait comme d’ « impressions peu connues et fort rares »[6]. Alors qu’un siècle a passé, ce jugement demeure pertinent, puisque, selon le recensement mené par Bertrand Hugonnard-Roche en 2013, « pour seulement vingt-neuf d’entre [elles], il y a des exemplaires connus et signalés dans des collections publiques »[7].

J’ai eu la chance de mettre la main par hasard, au fil des années, sur trois productions cartusiennes, toutes en français. La première, je l’ai vu et eu en main à plusieurs reprises quand, adolescent, je fréquentais la « Librairie Hermès » d’Annemasse, où j’ai fait, à partir de mes dix ans, mon apprentissage en livres anciens. Combien d’heures passées au milieu de ces travées, à échanger avec le propriétaire des lieux, M. Toe ! Un corps de bibliothèque était consacré au « fonds ancien » qui m’attirait principalement et je scrutais les rayons volume par volume, conquérant les dernières tablettes grâce à une grande échelle. Comme toujours dans une librairie, on finissait par retrouver, d’une visite sur l’autre, certains livres, des mal-aimés restés invendus, mais qui finissaient par devenir familiers. Aussi ai-je ouvert plusieurs fois ce volume sans pièce de titre pour le refermer tout de suite, rebuté (avouons-le) par son titre décourageant : Le Directoire des Mourans, qui fleurait par trop la bondieuserie. Et puis sont arrivées mes études à Grenoble et la découverte de l’histoire typographique dauphinoise. En 2000, quand je repris le volume en main lors d’une nouvelle visite, l’adresse de La Correrie me sauta alors aux yeux : l’intérêt de l’exemplaire m’apparaissait enfin !

Page de titre du « Directoire des mourans… » (La Correrie, par Antoine Frémon, 1686). Inv. 861. Maignien 12.

Sujet finalement assez émouvant[8], ce Directoire n’était a priori pas destiné à usage interne, « mais pour les services que les Chartreux peuvent rendre autour d’eux » (quoiqu’on se demande un peu comment des religieux cloîtrés auraient pu se retrouver à assister des mourants dans le « monde » ?). Le traité avait été écrit par Le Masson et parut d’abord en latin en 1685, sous le titre de Directorium morientum ad usum cartusiensis, imprimé par Laurent Gilibert. L’année suivante, c’est Antoine Frémont qui livra la version française de ce texte, traduite par le père Charles-François Maurin, prieur de la maison de Paris et visiteur de la province de France supérieure.

L’intérêt de cet exemplaire réside aussi dans son austère reliure muette. Sans aucune décoration, ni même une mention de titre, elle est typique du « style cartusien »[9] et fut réalisée peut-être à la Grande-Chartreuse même : elle est du même genre que les reliures faites à la même époque, et sur ordre de Le Masson, pour les manuscrits du monastère. Autre indice d’une provenance cartusienne : le bas du dos comporte une étiquette de cote manuscrite marquée de la lettre « F ». Or, les bibliothèques cartusiennes avaient un classement alphabétique, le « F » désignant les ouvrages de « théologie affective », cas de notre Directoire des mourans.

Reliures de type cartusien sur le « Directoire des mourans » (g.) et le « Directoire des novices » (dr.).

Ce volume provient donc bien d’une chartreuse, mais laquelle ? Selon le libraire, le livre provenait de la dispersion de la bibliothèque d’un séminaire proche de Thonon vers 1985. Vu cette dernière localisation, on pourrait avancer l’hypothèse de la chartreuse-château de Ripaille, qui se dresse toujours aux portes de Thonon. Résidence de chasse des comtes de Savoie, transformé au XVe siècle en prieuré et lieu de retraite par le duc Amédée VIII pour son ordre de moines-chevaliers de Saint-Maurice, les bâtiments accueillirent en 1624 les moines de la chartreuse de Vallon, ruinée durant l’occupation des Bernois protestants. Les Chartreux furent expulsés de Ripaille à la Révolution. Le destin de leur bibliothèque après 1793 demeure inconnu, mais on peut envisager une dispersion, les bâtiments eux-mêmes ayant été vendus comme biens nationaux en 1795. On ne peut toutefois exclure une autre chartreuse haut-savoyarde (Mélan, Le Reposoir ou Pomier).

Château de Ripaille de nos jours. DR

Mon deuxième ouvrage cartusien a été trouvé en 2005 dans une ville plus proche de son  lieu de naissance : Grenoble, où il figurait sur les rayons de « La Bouquinerie » chez mes amis Gaspari. Lui aussi revêtu d’une reliure muette cartusienne assez typique, ce mince volume contenait un Directoire des novices chartreux de l’un & l’autre sexe, imprimé par André Faure. L’ouvrage était bien présenté au titre comme une « Seconde Edition », d’ailleurs revue et corrigée par Le Masson : l’édition originale, parue en 1676, était sans nom d’imprimeur, mais « a dû être imprimée à Grenoble »[10].

Page de titre du « Directoire des novices chartreux… » (La Correrie, par André Faure, 1697). Inv. 862. Maignien 28.

La troisième édition cartusienne de ma bibliothèque est sans doute la plus aboutie typographiquement : il s’agit des Sujets de meditations sur le Cantique des Cantiques. Avec son explication selon le sentiment des Peres de l’Eglise. Pour l’usage des Religieuses chartreuses, imprimé par Claude Faure en 1691. Œuvre de Le Masson (qui se dissimulait derrière les initiales F.I.P.D.C. [Frère Innocent, Prieur de Chartreuse]), ce traité était patronné par plusieurs prélats, en premier lieu le cardinal Le Camus, prince-évêque de Grenoble.

Page de titre des « Sujets de méditations sur le Cantique des Cantiques » (La Correrie, Claude Faure, 1691). Inv. . Maignien 20.

Chose assez inhabituelle, le livre contient non seulement une pièce en vers liminaire (« A Jésus-Christ, le désir des collines éternelles, que les Anges désirent de considérer »), mais aussi une assez belle planche gravée allégorique (signée MB).

Gravure allégorique et début du poème « Le désir des collines éternelles… » (ff. 5-6 des « Sujets de méditations… »).

Notons que l’exemplaire présente une particularité non relevée par Edmond Maignien dans sa collation : le feuillet des pages 287-288 est présenté dans deux états, suite à une évidente erreur de composition du typographe. La correction fut l’occasion d’une modification du texte.

Etat primitif (fautif) de la p. 288 : le premier paragraphe se clot sur une phrase inachevée.
Etat corrigée de la p. 288 : la correction est intervenue et a entraîné une réécriture totale de la suite, avec disparition du texte original.

Bien entendu, nous sommes ici loin de mon « cœur de collection », essentiellement consacré, pour le XVIIe siècle, à la poésie française. Mais mon goût pour le « Grand Siècle » m’a incité à développer, en lien avec mes années grenobloises, une section consacrée aux impressions anciennes du Dauphiné : l’atelier de La Correrie et ses livres y trouvaient donc une place naturelle.

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 2 février 2019


PISTES BIBLIOGRAPHIQUES

  • Colomb de Batines, « Sur deux ouvrages fort rares sortis des presses de La Correrie », dans Bulletin du bibliophile, Paris, 1839, pp. 794-796.
  • Edmond Magnien, « Bibliographie des ouvrages des presses de La Correrie », dans Bulletin du bibliophile, Paris, 1896, p. 5-25.
  • Hubert Élie, Les Éditions des Statuts de l’Ordre des Chartreux, Paris, Vrin, 1943.
  • Emmanuelle Toulet, Imprimeries privées françaises (XVe – XIXe siècles), choix d’ouvrages tirés de la collection du duc d’Aumale. Exposition présentée dans le Cabinet des livres du Château de Chantilly en 2002. Le catalogue est consultable en ligne via ce lien.
  • Thierry Boillot (Textor), « Une imprimerie particulière : La Correrie en Chartreuse », sur blog Le Bibliomane moderne, 2013. A consulter via ce lien.

NOTES

[1] Sur cet atelier chartreux en terre savoyarde, voir Auguste Dufour et François Rabut, L’Imprimerie, les imprimeurs et les libraires en Savoie du XVe au XIXe siècle, Chambéry, Bottero, 1877, p. 278 sqq.

[2] E. Maignien, op. cit., nos. 40 (1714) à 50.

[3] Id., p. 6.

[4] 20 français, 27 latins.

[5] Guillaume-François de Bure le jeune, Bibliographie instructive, Paris, 1763-1768, n° 995, II, p. 57-60, addition, p. XV-XVI.

[6] E. Maignien, op. cit., p. 7.

[7] B. Hugonnard-Roche, op. cit.

[8] Le catalogue Perrin parle d’une « charité pénétrante qui doit sa chaleur aux sentiments de la fraternité humaine autant qu’aux raisons purement religieuses ».

[9] Un autre exemplaire était lui revêtu en veau noir, avec encadrements de filets à froid et tranches rouge : le catalogue Perrin décrivait cet habit comme une « reliure spéciale dite des Chartreux ». Cf. Catalogue vente bibliothèque Félix Perrin, Grenoble, déc. 1903, n° 167.

[10] Maignien, op. cit., p. 18.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (15) : LE LIVRE QUI A CHANGÉ MA VIE

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (15)


LE LIVRE QUI A CHANGÉ MA VIE : LES POESIES D’EXPILLY (1596)

En mémoire de Jean Paul Barbier-Mueller (1930-2016)[1]

Nous avons tous connu des moments tournants dans notre existence, des instants où tout bascule, sans d’ailleurs qu’on le sache ou comprenne immédiatement, les conséquences ne se faisant sentir qu’à plus ou moins long terme. Certains nous demeurent à jamais inconnus ; d’autres, en revanche, sont parfaitement identifiables et leurs conséquences, calculables : ces jours que l’on dit « à marquer d’une pierre blanche ». A titre personnel, l’un de ces moments charnières a été provoqué (mais est-ce une surprise ?) par un livre, et c’est ce volume, cet exemplaire que je veux vous présenter aujourd’hui.

I. Un livre auquel je dois tout

L’impact personnel, je le décrirai en quelques mots. Le 13 juin 2003, vers la fin de mes études, je reçois au domicile de mes parents, près de Douvaine, le catalogue de la librairie « La Bouquinerie », sise dans le centre-ville de Grenoble, juste à côté du lycée Champollion.

015-labouquinerie

Durant mes années d’hypokhâgne-khâgne, j’y avais passé bien des heures, après-midis et soirées, glanant au fil des années quelques très beaux livres, avec de très sympathiques et érudites conversations avec les amis François et Martine Gaspari. Or donc, ce catalogue « Choix de livres » présentait, sous le n° 95, une notice qui me fit sauter le cœur.

notice-expilly-gaspari

Il s’agissait ni plus ni moins que d’un exemplaire des Poésies de Claude Expilly (1596), un ouvrage fort rare que je connaissais par le catalogue Ma bibliothèque poétique de Jean Paul Barbier-Mueller, offert par mes parents durant mon adolescence. Ni une, ni deux, je réserve le livre par téléphone, saute dans ma voiture et fais l’aller-retour jusqu’à Grenoble, payant le livre d’un mois de pension paternelle (sans doute le meilleur investissement jamais fait !).

Profitant des vacances pour étudier le livre et son histoire sous toutes les coutures, je me paye le culot d’écrire à Jean Paul Barbier-Mueller le 13 juillet suivant, répondant ainsi à l’invitation qu’il avait faite, dix ans plus tôt, dans la préface d’un des tomes de son catalogue bibliographique, aux jeunes chercheurs et collectionneurs. Quelques jours plus tard, il me répond très aimablement de sa retraite estivale, m’expliquant que c’est la première fois que cette invitation trouvait un écho ! Nous convenons d’un rendez-vous pour comparer nos exemplaires, ce qui advient finalement le 17 septembre 2003, lors d’une communion mémorable autour des livres poétiques Renaissance de sa prodigieuse collection. Avec son immense et coutumière générosité, il me fait alors cadeau d’une des quatre lettres autographes d’Expilly en sa possession, m’expliquant avec humour pouvoir « très bien vivre avec seulement trois lettres » du poète ! Six mois plus tard, alors que je prépare l’agrégation d’histoire, sa secrétaire personnelle me téléphone et me propose le poste de conservateur de la bibliothèque, alors vacant, pour le 1er août 2004. De là, près de 10 ans au Musée Barbier-Mueller, avec de nombreux challenges (l’exposition Mignonne, allons voir…, les recherches en vue du Dictionnaire des poètes du XVIe siècle, etc.), puis, dans la lignée directe, mon poste à la Fondation Bodmer. Et, last but not least, la rencontre de ma femme Ella (qui travaillait alors comme « petite main » au Musée Barbier-Mueller pour payer ses études) et, par voie de conséquence, la naissance de nos enfants Sophie et Alexis. Bref, du seul achat de ce livre (que j’aurai pu rater en recevant le catalogue en retard ou en étant le deuxième à décrocher mon téléphone : j’en tremble rétrospectivement !) découle donc toute une série de rencontres favorables et d’opportunités extraordinaires. On comprendra que Claude Expilly occupe une place particulière dans ma collection !

II. Claude Expilly, magistrat et poète grenoblois

Issu d’une famille de la petite noblesse dauphinoise, Claude Expilly (Voiron, 1561 – Grenoble, 1636) mena ses études à Paris, au collège de Tournon, avant de se fréquenter les universités de Turin, puis Padoue, où il rencontra l’humaniste et poète Sperone Speroni, qui l’initia « à la galanterie des Muses » (autrement dit aux vers). Il obtint son doctorat en droit à l’université de Bourges en 1583. Il entra dans la carrière juridique comme avocat au Parlement de Grenoble, où il se distingua par ses brillants plaidoyers. Il soutint un temps le parti de la Ligue, mais se rallia, après la victoire remportée par les Royaux à Pontcharra le 18 septembre 1591, à la cause d’Henri IV et à son représentant dauphinois, le duc de Lesdiguières. Le monarque lui confia plusieurs missions de confiance et le nomma conseiller d’Etat. Outre ses remarquables travaux de juriste, Expilly fut aussi un poète remarqué. Il fut finalement nommé conseiller au Parlement de Grenoble, avocat-général en 1604, puis président de cette cours, une fonction qu’il occupa de 1616 à 1629.

015-portrait-de-claude-expilly
Portrait de Claude Expilly (dans « Les Poëmes », 1596)

Les autographes de Claude Expilly semblent très rares sur le marché. Jean Paul Barbier-Mueller avait donc eu la bonne fortune d’en acheter un lot dans les années 1980. Il en reproduisit une dans Ma Bibliothèque poétique, afin d’illustrer la notice consacrée à Expilly. Lors de notre première rencontre, il m’avait fait le magnifique cadeau de celle reproduite ci-dessous ; généreuse récidive quelques années plus tard, quand une autre de ces lettres fut, de la même manière, offerte à un autre possesseur genevois de l’édition de 1596.

expilly-las
Claude Expilly, lettre autographe signée au comte de Maugeron (représentant du roi en Dauphiné), Vizile, 30 septembre 1604.

 III. Les Poëmes de 1596 : un livre connu à seize exemplaires

En 1596, Claude Expilly, alors âgé de 35 ans et procureur général de la Cour des Comptes de Dauphiné, se rendit à Paris où il représenta les deux premiers ordres de sa province au fameux « procès des tailles ». Il profita de ce séjour pour faire éditer ses poésies chez le meilleur imprimeur de la capitale, en un tirage « à compte d’auteur », par principe limité.

img_6691
Titre de la première partie des « Poëmes » de 1596

titre-seconde-partie-1596
Titre de la seconde partie des « Poëmes » de 1596

Le recueil se divisait donc en deux sections, chacune ornée d’une page de titre gravée et d’un frontispice, la première (dédiée à Gabrielle d’Estrées, marquise de Monceau, la toute-puissante maîtresse du roi) regroupant des vers amoureux, la seconde (offerte à François de Bonne, duc de Lesdiguières) des poèmes de circonstance (dont certains poèmes célébrant les victoires du parti royaliste en Dauphiné), le tout dans une veine néo-pétrarquiste de bon aloi.

portrait-gabrielle-destree
Portrait de Gabrielle d’Estrées (dans « Les Poëmes », 1596)

Certains exemplaires furent offerts directement par Expilly à des amis. Deux volumes contiennent ainsi un ex-dono daté de Paris, le 7 juillet 1596, soit un peu plus d’un mois après l’achevé d’imprimé (daté du 1er juin). L’un était destiné à un membre de la famille de Revol (mentions : « Monsieur d’Expilly m’a fait present de ce sien livre (…) juillet [sic] 1596 » et « J’ay ce livre en don de Monsieur d’Expilly, auteur d’iceluy, le septiesme julliet [sic] 1596, Revol »[2]) ; l’autre au fameux érudit et historien bordelais Bernard de Girard du Haillan (mention « Du don de l’Autheur au Sr. Du Haillan, faict à Paris le Viie de juillet 1596 »).

expillyrennes003

Sans doute ces parlementaires étaient-ils également partie prenante du « procès des tailles ». Quelques exemplaires semblent avoir été revêtus d’une reliure de vélin souple doré, avec couronne de feuillages au centre des plats, un ensemble qui fut peut-être une commande de l’auteur à quelque atelier parisien : on en connaît encore au moins cinq exemplaires[3].

On peut donc retrouver la trace de dix-huit exemplaires, dont deux disparus de longue date : l’un figurait dans le catalogue de la bibliothèque du baron Georges von Hohendorf (vendue à Leyde en 1720[4]) et n’est plus localisé ; l’autre appartenait aux fonds de la bibliothèque municipale d’Arras[5] et a disparu lors d’un bombardement allemand en juillet 1915. Parmi les seize autres connus, dix sont incomplets de l’un ou l’autre portrait, titre gravé ou feuillet de dédicace. Voici leur pedigree tel que j’ai pu le reconstituer. Six sont en mains privées :

  1. Exemplaire Jean Paul Barbier-Mueller (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Complet des deux portraits gravés (portrait d’Expilly provenant d’un autre exemplaire) et des deux titres gravés. Provenance : [ex-dono sans mention du destinataire] ; comte de Fresnes (vente Paris, 1893) ; baron Roger Portalis (vente Paris, 1913).
  2. Exemplaire Jean Bonna (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : De Bazemont (signature au titre) ; Librairie Valette (Paris, Foire du livre 1991).
  3. Exemplaire F.L. (Paris). Vélin souple (reliure de l’époque). Complet des deux portraits et des deux titres gravés.
  4. Exemplaire Nicolas Ducimetière 1 (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Incomplet du portrait d’Expilly et du premier titre gravé. Provenance : E./B. (monogrammes EE et BB dorés aux plats : à noter que Claude Expilly avait épousé une certaine Isabeau de Bonneton en 1569…) ; Devinay (Annonay, 1663) (ex-libris ms.) ; Librairie « La Bouquinerie » (Grenoble, cat. juin 2003, n° 95).
  5. Exemplaire Nicolas Ducimetière 2 (Genève). Reliure maroquin bleu orné (Hardy-Mennil). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrées et de la dédicace à la même. Provenance : Michel Vieusseux fils (ex-libris ms., XVIIIe) ; Henri Bordes (Bordeaux) (ex-libris ; cat. 1ère vente, fév. 1873, n°248) ; Ambroise Firmin-Didot (Paris) (ex-libris ; cat. 1ère vente, 1878, n° 351) ; Eugène Chaper (Grenoble) (ex-libris) ; Librairie Maggs Bros. (Londres, cat. 484 « French books from 1470 to 1700 », Noël 1926, n° 290 a, 45 £ ; Paris, cat. 9 « La Bibliothèque d’un humaniste », 1935, n° 190, pl. IX, 2500 frs.) ; Auguste Garnier (ex-libris ; pas au catalogue de sa vente de 1978) ; Librairie des Argonautes (Paris, juin 2010).
  6. Exemplaire Génard/Couturier de Royas (non localisé). Reliure maroquin bleu orné (Thibaron-Joly). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrée. Provenance : Génard (Grenoble) (vente Paris, 1882, n° 189) ; Couturier de Royas (Grenoble) ; Librairie Maggs (Londres, cat. 484 « French books from 1470 to 1700 », 1926, n° 290, pl. XXXIV ; Paris, cat. 9 « Bibliothèque d’un humaniste », 1935, n° 189).

Les dix exemplaires en institutions publiques sont donc les suivants :

  1. Bibliothèque nationale de France (Paris) (cote : Rés.-Ye-174)[6]. Demi-reliure XIXe siècle. Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : marquis de Courtanvaux (XVIIIe) ; Bibliothèque royale du château de Compiègne. Consultable sur « Gallica ».
  2. Bibliothèque de l’Arsenal (Paris) (cote : 4°-BL-2924). Reliure veau marbré orné XVIIIe siècle. Incomplet des deux portraits, du second titre gravé et de la dédicace à Lesdiguières (pp. 111-112). Provenance : famille Bigot (Rouen, XVIIe-XVIIIe) ; duc de La Vallière (vente 1785, n° 13048) ; marquis de Paulmy ; comte d’Artois.
  3. Bibliothèque municipale de Grenoble (cote : Fonds dauphinois, V.1385). Reliure maroquin marron orné (Fraeuly). Incomplet des deux portraits et de la dédicace à Gabrielle d’Estrée.
  4. Bibliothèque municipale de Digne (cote : Rés. 94). Cartonnage fort en papier crème (reliure d’époque ?). Incomplet des deux portraits. Provenance : [couvent des Minimes de Mane ?] ; entrée dans les collections de la BM avant 1856.
  5. Bibliothèque municipale de Rennes (cote : 15063 Rés. 16e siècle). Reliure de vélin souple doré (reliure de l’époque). Incomplet du portrait d’Expilly. Provenance : François de Revol (ex-dono) ; famille de Revol ; [collège des Jésuites de Rennes ?].
  6. Bibliothèque municipale de Bordeaux (cote : B.1226 Rés.). Reliure de basane brune (reliure du XVIIe siècle). Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : Bernard Girard du Haillan (ex-dono) ; [Académie royale de Bordeaux ?].
  7. Bayerische Staatsbibliothek (Munich) (cote : res 4.P.o.gall.46). Reliure de parchemin rigide (reliure du XVIIe siècle). Incomplet du second titre gravé. Provenance : prince-électeur Karl-Theodor von der Pflaz (super-libris, château de Mannheim) ; Bibliothèque du château de Munich à partir de 1803-1804.
  8. British Library (Londres) (cote : 640.k.7). Reliure moderne. Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : Royal Library (acquisition XVIIe?) ; British Museum (versé en 1753).
  9. Biblioteca nazionale centrale Vittorio-Emanuele II (Rome) (cote : 6.7.K.8). Reliure de veau rouge orné (reliure fin XVIIe ou début XVIIIe siècle). Incomplet du portrait d’Expilly et du second titre gravé.
  10. University of Virginia library (Charlottesville, USA) (cote : Gordon.1596.E86). Reliure de maroquin rouge orné (Lortic). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrée. Provenance : Adrien Lebeuf de Montgermont (cat. vente, mars 1876, n° 371) ; Eugène Chaper (Grenoble) (attesté par un notice de Gariel en 1878) ; G. de Béréa (Genève) (provenance attestée par la notice manuscrite écrite par M. Gordon dans son catalogue, mais le livre ne figure pas au catalogue de la vente de Béréa, salle Kündig, Genève, 26 juin 1947) ; Librairie Nicolas Rauch (Genève) (présenté sous le n°132 du cat. 4, « Beaux-livres », 1952, n° 132, 1000 CHF) ; Douglas H. Gordon (Baltimore, Maryland, USA) (acheté à la librairie Rauch, noté dans son catalogue manuscrit sous le n°287) ; Bibibliothèque de l’University of Virginia (Charlottesville, Virginia, USA), fonds Gordon (légué fin 1986).

Certains exemplaires (Barbier-Mueller, Ducimetière 1, F.L.) comportent d’assez nombreuses corrections manuscrites (jusqu’à une trentaine), reprenant en partie le contenu des errata de la p. 215 ou s’ajoutant à cette liste. Il faut par ailleurs relever une petite particularité de tirage : suivant les exemplaires, la page 189 peut se rencontrer chiffrée « 891 » (marque d’un tirage antérieur de ce cahier ?) ou « 189 » (version corrigée ?).

img_6693N° 750 – Petit in-4°, de VIII ff., 106 pp., I f. et 216 pp.. Reliure de vélin souple doré, dos lisse orné de filets et de fleurs de lys dorés, plats encadrés d’un mince double filet doré, couronne de lauriers centrale à chiffres entrelacés, tranches dorées (reliure de l’époque). Texte réglé à l’encre brune. Corrections manuscrites ; nombreux essais de plume et croquis d’époque. Exemplaire à toutes marges, aussi grand que l’exemplaire Barbier-Mueller (239mm). Incomplet du premier titre gravé et du portrait d’Expilly, vélin racorni et coutures faibles. Provenance : cf. recensement ci-dessus.

img_6700N° 1000 – Petit in-4°, de [2] ff., 106 et 216 pp. Reliure de maroquin bleu foncé, dos à nerfs orné aux petits fers, filets dorés sur les coupes, riche dentelle intérieure, tranches dorées sur marbrures (Hardy-Mennil). Provenance : cf. recensement ci-dessus.

img_6690

Bibliographie : Jean Paul Barbier-Mueller, Ma Bibliothèque Poétique, tome IV-2, Genève, Droz, 2001, pp. 185-198 ; Nicolas Ducimetière, Mignonne, allons voir… Fleurons de la bibliothèque poétique de Jean Paul Barbier-Mueller, Hazan, 2007, n° 88 ; Jean Balsamo et Michel Simonin, Abel L’Angelier et Françoise de Louvain…, n° 268.

IV. Les Poëmes de 1624 : une belle édition grenobloise

Vingt-huit ans après l’édition originale parue à Paris en 1596, Claude Expilly, devenu premier président du Parlement du Dauphiné, livra, mais cette fois chez un imprimeur grenoblois, le plus talentueux d’alors, Pierre Verdier, une nouvelle édition de ses poèmes, considérablement augmentée, notamment par une troisième partie inédite, dédiée au cardinal de Richelieu, alors au sommet de sa puissance. Cette nouvelle édition comporte aussi la première édition du Supplément à la vie de Bayard, étude historique reprise en 1650 dans la Vie de Bayard éditée par le libraire grenoblois Jean Nicolas. Le volume est l’un des seuls in-quarto produits par Verdier qui utilisa une typographie très réussie et agréable.

titre-poemes-1624
Page de titre de l’édition grenobloise de 1624

Expilly voulut employer, en vain, son orthographe réformée, un projet lui tenant beaucoup à cœur (il avait publié à Lyon, en 1618, un in-folio très rare intitulé « L’Orthographe françoise selon la prononciation de notre langue »). Dans une note à la fin de ces Poëmes de 1624, il dit être « marry que l’orthografe moderne que j’ay voulu suivre, n’ait été exactement observée an cete impression, mêmes aux androis où j’ay retranché les S. qui ne se prononsent point, & an ceux où les E. se pronsent an A ». La page de titre est ornée des armes au coq de Claude Expilly, gravées sur bois. A la page 459, comme dans la majorité des exemplaires, on note une correction à l’encre de la main même d’Expilly. Cet exemplaire appartient au tirage dit « A », comme identifié par Jean Paul Barbier-Mueller.

N° 751 – In-4°, de (4) ff., 461 pp. et (5) pp. Reliure de vélin ivoire souple à rabats, dos lisse portant le titre calligraphié, tranches poncées (reliure pastiche dans le goût du XVIIe siècle, atelier Burckhart, automne 2003). La reliure d’origine était aussi en parchemin souple, avec titre maladroitement inscrit à l’encre au dos. Son état médiocre (manques, déreliages) a motivé son remplacement. Exemplaire grand de marges, sur papier fort. Provenance : P. Delouley (ex-dono manuscrit : « Ce livre m’a esté donné par Monsr. D’Expilly, à Grenoble, le 25e Mars 1633 ») ; Jacques de Blesson (né en 1902, diplomate, ambassadeur de France en Irlande en 1955-1960, en Suède, etc., époux de Georgette Monier de La Sizeranne) (ex-libris héraldique gravé) ; famille Monier de La Sizeranne (cat. vente de la bibliothèque Monier de La Sizeranne, Paris, Drouot, 13 juin 2003, n° 316).

ex-libris-jacques-de-blessons

Bibliographie : J.P. Barbier-Mueller, Ma Bibliothèque poétique, tome IV-2, pp. 200-210 ; E. Maignien, Imprimerie… à Grenoble…, n° 142 ; BM de Grenoble, exposition Sommets de la bibliophilie dauphinoise, Grenoble, 1992, p. 47, n° 32b.

V. Autres œuvres d’Expilly : le juriste et l’historien

Fidèle à la maison L’Angelier, Expilly employa les services du libraire parisien pour mettre au jour sa production juridique. Editée en 1608, avec une dédicace adressée au chancelier de Sillery, la première édition de ses fameux Pladoyez en réussissait une série de vingt-cinq, accompagnés de « quelques arrests & reglemens notables dudict Parlement de Grenoble »[7]. Tout au long du XVIIe siècle se succéderont les rééditions : 1612 (Paris, Veuve Abel L’Angelier), 1619 (id.), 1628 et 1631 (Lyon, Rigaud), 1636 (Lyon, Durand), 1656 (Lyon, Radisson), etc.[8].

Quatrième édition des « Plaidoyez » d’Expilly (Lyon, Rigaud, 1628). Inv. 2233.

Mais Expilly mena aussi une carrière d’historien, s’attachant à parfaire la biographie d’une grande figure du Dauphiné : Pierre du Terrail (v. 1475-1524), dit « le chevalier Bayard »[9]. Une Très joyeuse, plaisante & récréative histoire du chevalier sans paour et sans reproches avait paru pour la première fois en 1527 chez Galliot Dupré : signée « Le Loyal Serviteur », elle est en général attribuée à Jacques de Mailles, le secrétaire personnel de Bayard. Une nouvelle biographie vit ensuite le jour en 1558 sous la plume de Symphorien Champier. Dans la troisième partie (inédite) de ses Poëmes de 1624, Expilly avait consacré un « Supplément à l’histoire du chevalier Bayard » (pp. 370-417), suivi d’un court « tombeau » poétique. On retrouve ces recherches dans le présent ouvrage, une réédition de la biographie (peu critique à l’origine) du « Loyal serviteur », mais augmentée des notes et commentaires de Théodore Godefroy, ainsi que des interventions de « Louis Videl » (en fait, le président de Boissieu) et d’Expilly. Le fameux libraire grenoblois Nicolas, maître-d’œuvre du livre, avait sollicité l’imprimeur Frémon pour cette première édition strictement dauphinoise de la vie de Bayard : l’ouvrage parut donc en 1650, l’édition de 1651 n’ayant que le titre rafraîchi.

vie-de-bayard1N°752 – Histoire du chevalier Bayard…, Grenoble, Jean Nicolas, 1651.  Petit in-8°, de 480-123 pp. Reliure de maroquin rouge ancien, dos à nerfs orné de fleurons dorés, plats décorés « à la Du Seuil », tranches dorées (reliure de l’époque). Très grande fraîcheur intérieure.

img_6701

Provenance : Docteur André Dénier (ex-libris ; catalogue Suite de l’importante bibliothèque de M. A…, bibliophile dauphinois [4e vente Dénier], Grenoble, 25 mai 2003, n° 232 : « Maroquin vieux rouge, dos à nerfs orné, encadrements sur les plats, toutes tranches dorées. Reliure ancienne. Edition de 1650, avec une page de titre datée 1651 »).

ex-libris-denier

Bibliographie : Ed. Maignien, Imprimerie… à Grenoble…, n° 332 ; Brunet, Manuel du libraire…, tome III, col. 183 ; catalogue Les Sommets de la bibliophilie dauphinoise (BM de Grenoble, novembre 1992-janvier 1993), p.24, n° 12.

VI. Postérité : Expilly et ses biographes

Neveu de Claude Expilly,  Antoine Boniel de Catilhon était conseiller du roi et membre de la Chambre des Comptes de Dauphiné. Il rendit hommage à son oncle (mort en 1636), grande figure du monde parlementaire grenoblois, dans cette très laudative et peu critique biographie, texte toutefois scrupuleux dans son récit et plein d’anecdotes vivantes. Orné d’un portrait d’Expilly sur la fin de sa vie, cet ouvrage a manifestement été doté d’une « reliure éditeur » : j’ai croisé plusieurs exemplaires portant une vêture en tous points identiques à celle-ci, que ce soit en fonds publics, collections privées (exemplaire Barbier-Mueller) ou librairies d’anciens.

img_6706N° 858 – Antoine Boniel de Catilhon, La Vie de Messire Claude Expilly…, Grenoble, Philippe Charvys, 1660. Petit in-4°, de 166 pp. Reliure de basane marron, dos muet à quatre nerfs, plats encadrées d’un filet doré, sur les plats, tranches mouchetées (reliure de l’époque). Etiquettes de cote manuscrite et imprimée. Légères restaurations en queue (Burckhart). Bien complet de la gravure à l’eau-forte représentant Claude Expilly, après la page de titre. Provenance : Librairie « Le Bouquiniste » – François Perrin (Grenoble) (août 2001).

img_6705Bibliographie : Brunet, Manuel du libraire, volume II, col. 1136 (article « Expilly » : « On a une vie de Cl. Expilly écrite par Ant. Boniel de Cathillon, son neveu, Grenoble, Charvys, 1660, in-4° ») ; Maignien, Imprimerie et imprimeurs à Grenoble, pp. 178-179, n° 412 (fait remarquer la biographie en latin d’Expilly, tirée de l’œuvre de Jacques Philippes Tomasin, évêque de Cita-Nova, les Eloges des hommes illustres [ici, pp. 147-166]).

img_6707

La figure d’Expilly devait connaître un regain d’intérêt à compter du début du XIXe siècle, lorsqu’un professeur et historien local, Jean-Claude Martin, lui consacra une nouvelle biographie, en grande partie nourrie de celle de Boniel de Catilhon.

img_6703

N° XXX – Jean-Claude Martin, Histoire et vie de Claude Expilly, chevalier, conseiller du roi en son conseil d’Etat, et président du, parlement de Grenoble; avec notes, Grenoble, Imprimerie de Peyronard, 1803. Demi-reliure de veau bleu foncé, dos lisse, titre doré en long, non rogné (Burckhart).

img_6704

A la fin du siècle, c’est un magistrat et érudit savoyard, François Mugnier, conseiller-doyen de la Cour d’appel de Chambéry (et à ce titre lointain successeur d’Expilly), qui s’intéressa au cas du poète grenoblois, dont il donna une courte et assez rare bio-bibliographie en 1892, abordant notamment « ses oeuvres, ses portraits, ses médailles », pour reprendre le sous-titre.

François Mugnier, « Claude Expilly, président au conseil de Chambéry et au Parlement de Grenoble », Chambéry, Imprimerie Ménard, 1892. Collection ND

Enfin, tout récemment, on notera les travaux d’Alessandra Preda, maître de conférences à l’Université de Milan, qui a livré une série d’articles passionnants sur l’auteur grenoblois :

  • « Le poète correcteur de ses œuvres : les deux éditions des poèmes de Claude Expilly », dans D’un siècle à l’autre : littérature et société (1590-1610), sous la direction de Philippe Desan et Giovanni Dotoli, Fasano, Schena Editore et Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2001, pp. 153-188.
  • « Montaigne et Claude Expilly », dans Montaigne Studies, vol. XIII, nos. 1-2 (« La Famiglia de Montaigne »), 2001, p. 200
  • « Tra Tasso e Montaigne : il petrarchismo di Claude Expilly », dans Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, études réunies par Jean Balsamo, coll. « Textes et Travaux de la Fondation Barbier-Mueller », Genève, Droz, 2004, pp. 429-443.

Quatorze ans plus tard, je rencontre à nouveau Expilly au détour d’un nouveau projet : ma thèse sur la poésie politique durant la huitième Guerre de Religion. Ses vers sur la bataille de Pontcharra ou le siège du château des Echelles y trouveront leur place naturelle, comme l’un des principaux chantres de la cause royale en terre alpine : l’histoire entre nous deux va donc encore se poursuivre un moment ! 🙂

Nicolas Ducimetière

Janvier 2017

img_6696img_6698

Essais de plume et croquis dans mon exemplaire 1 de l’édition 1596.


NOTES

[1] Cette chronique était déjà en grande partie écrite il y a plusieurs semaines, lorsque survint, le 22 décembre 2016, la disparition de mon mentor Jean Paul Barbier-Mueller, jadis rencontré autour et grâce au livre en question.

[2] Une pièce funèbre des Poëmes de 1596 (p. 201) était consacrée au trépas de Louis de Revol (1531-1594), nommé secrétaire d’Etat au département de la guerre en 1588 et qui avait rempli ensuite de nombreuses missions pour Henri IV. C’est à son neveu, François de Revol, seigneur de La Ramoillière, qu’Expilly offrit son livre en 1596.

[3] Exemplaires Barbier-Mueller / Bonna / Ducimetière 1 / Bibliothèque municipale de Rennes / collection F.L..

[4] Aimablement signalé par Jean Balsamo (communication personnelle, mars 2010).

[5] A. Wicquot, Catalogue méthodique de la Bibliothèque communale d’Arras, Reims, 1889, tome IV (« Belles-Lettres »), n° 1745

[6] Contient « deux séries de cahiers d’une impression différente, postérieure à 1603 ». Il s’agit tout d’abord de 31 pp. insérées entre les deux parties et constituées des « Stances pour Eriphyle » et des « Mascarades », pièces inédites prises dans l’édition de 1624 (pp. 109-123 et 152-168), et, in-fine, du « Tombeau de Laurent de Galles » (pas inédit) et du « Discours à M. de Morges » (inédit) (pp. 307-309 et 243-256 de l’édition de 1624).

[7] J. Balsamo et M. Simonin, op. cit., n° 465.

[8] Voir Edmond Maignien, Bibliographie des plaidoyers de Claude Expilly…, Grenoble, Allier, 1913.

[9] Pierre du Terrail naquit vers 1475 au château de Bayard, en Dauphiné. Attaché au duc de Savoie, puis à Charles VIII, le page se distingua par ses talents guerriers lors des guerres d’Italie : il devint le meilleur capitaine de son temps, notamment à Marignan, François Ier lui demandant de l’adouber chevalier après la bataille. Parangon de la chevalerie, on le voit en 1523, à Grenoble, soigner des malades de la peste ou chasser du Dauphiné des bandes de pillards. Il tomba en couvrant la retraite de ses troupes après la défaite de Biagrasso, frappé par un coup d’arquebuse (30 avril 1524). Ses funérailles se dérouleront en grande pompe à Grenoble, puis il sera inhumé au couvent des Minimes de Saint-Martin d’Hères (son tombeau, violé en 1562, est ici décrit en détails aux pages 105-121).


AJOUT (juin 2018)

Ayant croisé il y a quelques jours un exemplaire de la Vie d’Expilly en reliure d’époque chez mes amis Gaspari, je souhaitais faire ce léger additif pour signaler que cette biographie par Boniel de Catilhon forme un exemple intéressant de « reliure éditeur » du XVIIe siècle. En effet, tous les exemplaires que j’ai pu croiser en une quinzaine d’années portaient tous la même reliure assez modeste de basane, avec dos à nerfs muet souligné de filets et encadrement de filets simples sur les plats. En voici deux exemples à comparer avec mon exemplaire :

Exemplaire de la « Vie d’Expilly » vu à la librairie « La Bouquinerie » de Grenoble, juin 2018