Archives par mot-clé : Coppée

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (46) : DES MAUX ET DES LETTRES

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (46)

DES MAUX ET DES LETTRES

« Je vous l’avais bien dit que j’étais malade ! »
Epitaphe de Groucho Marx (1890-1977)

A mes compères et amis
Jacques Berchtold, Radu Suciu et Alexandre Wenger,
pour nos stimulants « brainstormings » passés et à venir !

Alors que nous commençons ce nouveau millésime 2021, après une période que l’on peut taxer à juste titre d’« annus horribilis », essayons de nous changer un peu les idées avec une thématique encore jamais abordée dans les billets de ces Mélanges : la maladie ! 😊 Il faut dire qu’une exposition en cours de préparation pour la Fondation Martin Bodmer (pour l’horizon 2023) et les passionnantes séances d’échanges de piste entre co-commissaires m’ont donné envie de fouiller un peu les rayons d’« une petite bibliothèque » dans ce sens. Mais attention, il ne s’agit pas d’aborder frontalement le thème de la maladie dans la littérature française, avec des patients inventés et des cas clinique de fiction : des malades de Molière au Hussard sur le toit de Giono, le sujet serait trop vaste, voire écrasant ! Pas de « malades imaginaires » donc : ce billet va se consacrer uniquement, grâce à des correspondances inédites, des envois autographes ou des éditions originales (principalement des XVIIe et XIXe siècles), sur quelques questions entremêlant de très près acte de souffrir et acte d’écrire. Dans un premier temps, nous aborderons quelques célèbres auteurs malades, dont les problèmes de santé s’exprimèrent dans leur œuvre et dont ils furent même parfois une source d’inspiration. Nous examinerons ensuite quelques exemples de relations entre médecins et écrivains, qu’il s’agisse de patients ou de relations plus littéraires ou mondaines. Enfin sera proposée une petite sélection de quelques docteurs auteurs (surtout poètes), mais ayant écrit ou composé spécifiquement sur leur discipline (autrement dit : de l’art de faire de la médecine une littérature, en prose ou vers).

I. Ces malades que nous lisons

Il ne s’agira pas d’aborder ici les écrivains qui ont abordé la maladie comme péripétie de telle ou telle de leurs œuvres, ou encore créé des personnages de malade, mais bien plutôt de se concentrer sur les auteurs qui ont éprouvé réellement la maladie dans leur chair, en ont vécu les souffrances et les ont retranscrites, dans leurs écrits bien entendu, mais aussi dans le quotidien de leur correspondance. De la même manière, le choix d’auteurs fait ici s’est délibérément centré sur le XIXe siècle et le début du XXe siècle, périodes pour lesquelles mes rayons sont les plus riches en la matière. Toutefois, avant d’aborder ces écrivains proches de nous, je ne pouvais passer sous silence l’un des grands « auteurs malades » de l’histoire littéraire française, me sentant solidaire de ses souffrances pour les avoir éprouvées (à petit échelle) pendant une crise de quelques mois.

Portrait gravé de Scarron, dans « Œuvres de Monsieur Scarron », Amsterdam, Wetstein, 1752, tome I. Inv.215

C’est bien entendu du « malade de la Reine », le poète burlesque Paul Scarron (1610-1660), que je veux parler. En 1638, un bain glacé durant le carnaval l’aurait figé et déformé à vie, lui laissant un corps meurtri, tordu et perclus, tel un « cul-de-jatte » (comme il se décrivait lui-même) : « Mes jambes et mes cuisses on fait d’abord un angle obtus et puis un angle égal et enfin un aigu ; mes cuisses et mon corps en forme un autre, et ma tête se penchant sur mon estomac, je ne ressemble pas mal à un Z. J’ai le bras raccourci aussi bien que les jambes et les doigts aussi bien que le bas ; enfin je suis un raccourci de la misère humaine »[1]. Cette pauvre masse informe tassée dans un fauteuil roulant éprouvait par ailleurs des douleurs constantes qu’apaisaient à peine les décoctions de pavot et qui lui faisaient attendre la mort avec plaisir comme sa première vraie nuit de sommeil sereine…

Paul Scarron, « Recueil de quelques vers burlesques », Paris, Toussaint Quinet, 1643, édition originale, page de titre. Inv. 2095

Si la médecine moderne a reconnu dans ces symptômes une très probable et sévère spondylarthrite ankylosante[2], le poète, lui, nous a laissé le témoignage de sa souffrance dans plusieurs de ses poèmes, teintés d’une autodérision qui force l’admiration, quoique cette posture soit fort habilement exploitée par l’auteur, qui savait attirer l’attention et les pensions, par ce procédé, comme l’a fort justement souligné Michel Jeanneret dans son dernier livre[3]. N’en demeurent pas des passages fort émouvants quand on connaît la morsure cruelle de cette maladie :

Paul Scarron, Recueil de quelques vers burlesques, Paris, Toussaint Quinet, 1643, édition originale, pp. 102-103 (« Elegie à Mme de Hautefort revenant à la Cour »). Inv. 2095
Paul Scarron, Recueil de quelques vers burlesques, Paris, Toussaint Quinet, 1643, édition originale, p. 16 (« Le chemin du Marests au Faux-bourg sainct Germain »). Inv. 2095

Après ce hommage liminaire à Scarron, abordons à présent le cœur de notre sujet, avec une série d’auteurs du XIXe siècle. La présence du premier de nos malades peut paraître étonnante, attendu que l’homme est plutôt connu comme une force de la nature, géant bonhomme et solide, mordant la vie à pleines dents comme son personnage Porthos : je veux bien sûr parler d’Alexandre Dumas (1802-1869). « Dumas a porté à son comble le goût de la vie, du plaisir et de la popularité. Il a vécu en jouisseur, il est monté sur les barricades, il s’est battu en duel, il a été traîné devant les tribunaux, il a affrété des bateaux, il a payé des pensions de sa poche, il a aimé, il a dansé, il a gagné dix millions et en a dilapidé vingt, et il est mort sereinement, comme un enfant endormi »[4]. Cet écrivain à succès, haut en couleurs, avait pourtant connu une enfance et une adolescence assez misérables, après la disgrâce puis le décès de son père, le général révolutionnaire Thomas-Alexandre Davy de La Pailleterie (1762-1806), mulâtre fils d’un noble français désargenté et d’une esclave noire, mis sur la touche par Napoléon. En 1821, vivant fort chichement avec sa mère Marie-Louise Labouret, fille d’un aubergiste de Villers-Cotterêts, le futur auteur des Trois Mousquetaires âgé de dix-neuf ans s’essayait avec son ami Adolphe de Leuven à composer ses premiers vers et des pièces de théâtre, drames et vaudevilles qui n’ont pas été conservés (son premier texte connu date de 1822, une tragédie intitulée Ivanhoë, parue seulement en 1974). Quelques mois plus tard, harassé par la médiocrité de sa vie de saute-ruisseau de notaire, il quittait le foyer maternel pour tenter la conquête de Paris : la suite, on la connaît. Mais ces promesses et cet avenir avaient failli s’arrêter net lors d’une grave maladie à l’automne 1821…

Marie-Louise Labouret, veuve Dumas, lettre autographe signée à Auguste Boussin, S.l. [Villers-Cotterêts], « 8 septembre » [1821]. Inv. 2370

Écrivant à un bon ami de la famille, Auguste Boussin, employé des contributions indirectes à Questembert, pour le féliciter de son mariage, la veuve du général Dumas, entre vœux de bonheur et nouvelles de relations communes, évoqua la santé précaire de son fils, tout en mentionnant la présence dans son foyer de sa grande fille, Aimée-Alexandrine (qui avait neuf ans de plus que son frère) : « Vous m’avez rendu justice, Monsieur, en pensant que rien ne pouvoit me faire plus plaisir que de vous savoir enfin fixé et heureux ; le sentiment a été véritablement partagé par ma famille, car vous saurez que ma fille est près de moi depuis trois mois, son mari est toujours à Dreux receveur particulier, mon fils n’est pas encor placé, et dort depuis 15 jours, il est malade, toujours le sang et les nerfs, mais avec des soins j’espère que cela n’aura pas de suitte. […] »

Achille Devéria, portrait d’Alexandre Dumas jeune, 1829. Photo DR

Plus intéressant, c’est le jeune malade lui-même qui prit la plume pour ajouter quelques mots de sa main. Il s’agit donc d’une des plus anciennes lettres connues de Dumas, dont la correspondance encore conservée débute en 1820. Parmi ses premiers correspondants se trouvait déjà Auguste Boussin, auquel il écrivait avec humour le 4 octobre 1820, parlant d’une partie de chasse qui le vit tuer son 130e chevreuil : « Cet exercice auquel je me suis un peu trop livré m’a rendu aussi gros que vous lorsque vous relevâtes de maladie et aussi blanc que mes ancêtres du Nouveau Monde ». Un an plus tard, c’était au jeune Dumas d’être alité et pâlot :

Alexandre Dumas père, lettre autographe signée à Auguste Boussin, S.l. [Villers-Cotterêts], « 8 septembre » [1821]. Inv. 2370

« Voilà à peu près 15 jours ou trois semaines que je suis malade et que cette maladie sans être extrëmement dangereuse me retient au lit et m’empêche de vous répondre et de vous faire des félicitations sur l’heureux événement qui vient de changer votre destinée. Je suis tellement faible que j’ai été obligé de me reprendre deux fois pour vous écrire ce brouillon, croyez que cette faiblesse est tout à fait phisique et qu’elle n’a pas pu refroidir mes sentimens pour vous, ni les vœux que je fais pour votre bonheur. Tout à vous de cœur et d’âme, Dumas. Que votre aimable épouse daigne aussi recevoir mes complimens et mes respects. [ps] faites toujours des charades. Quant à moi, j’en ai tant fait que je me suis donné à peu près la maladie que vous avez eu à Villers-Cotterêts »

Si l’on conserve souvent des auteurs romantiques ou parnassiens une image d’Epinal de pulmonaires souffreteux au dernier degré de la phtisie, il faut reconnaître que ce n’est pas entièrement faux. Certains ont été fauchés fort jeunes, comme le Genevois Imbert Galloix (voir Mélanges 43 : Le journal retrouvé d’un suicidé), Henry Murger (voir Mélanges 45 : Histoires de filles) ou Albert Glatigny (1839-1873). Ce brillant bohème, grand admirateur de Théodore de Banville qui devint son maître et ami, parcourut la France seul ou à la tête d’une petite troupe théâtrale, produisant ses pièces de théâtre de ville en ville (Nevers, Epinal, Belfort, Bruxelles, Nancy, Vichy, Bayonne, etc.), avec de fréquents passages à Paris. C’est en Corse que ce jeune homme à la santé précaire rencontre par malheur son destin : en janvier 1869, confondu avec un assassin en fuite, il fut incarcéré manu militari par des gendarmes obtus et contracta dans sa prison glaciale une affection pulmonaire qui devait le conduire au tombeau quatre ans plus tard, à l’âge de trente-trois ans. En 1871, alors qu’il vient d’épouser Emma Dennie, il envoya de ses nouvelles à son ami le chanteur lyrique Anatole Lionnet[5], occasion de parler de sa maladie, de la Commune et de ses vers à paraître :

Albert Glatigny, lettre autographe signée à Anatole Lionnet, 9 août 1871, p. 1. Inv. 1878
Albert Glatigny, lettre autographe signée à Anatole Lionnet, 9 août 1871, p. 2. Inv. 1878

« Mon cher Anatole, J’ai été bien affecté en apprenant le malheur dont tu as été frappé. J’ai pensé surtout à la douleur de ton excellente mère, à qui je te prie de présenter mes respectueux hommages. Quant à moi, je n’ai fait que me traîner entre la vie et la mort. Pour comble de bénédiction, j’ai passé à Paris tout le temps de la Commune et j’ai assisté à toutes les horreurs de la guerre des rues. Enfin, grâce au docteur Deforrez, grâce surtout au dévouement angélique de ma chère petite femme, j’en suis sauvé. Je vais passer un mois en Normandie. Je pars demain. Si quand je reviendrai à Paris, le médecin m’envoie dans le Midi, j’empresserai de choisir ce lieu béni où tu es. Bonjour à Mme Lefèvre et à ses charmantes sœurs, ainsi qu’à Arthur Rivet. J’ai publié un livre pendant le siège, mais il est impossible d’en rien réciter, vu sa violence. Je te l’enverrai aussitôt que mon éditeur m’en aura redonné quelques exemplaires. Lemerre va publier au commencement d’Octobre mes Gilles & Pasquins, il y aura à prendre là-dedans. Larochelle m’a presque reçu d’avance un drame en vers que je termine ; Le Bois est à l’Odéon. Il ne me manque plus que la santé, le pays basque me la donnera. Je te serre la main ainsi qu’à ton frère, Albert Glatigny. Chez M. Henri Legris, Lillebonne (Seine-Inférieure) »

D’autres auteurs ont réussi à vivre de longues années en dépit de leur mauvais état de santé chronique. Parmi ceux-ci figure le mentor et ami de Glatigny, le poète Théodore de Banville (1823-1891), l’un des maîtres à penser de l’école parnassienne. Un grand nombre de ses lettres exposent ses problèmes de maladie, en voici quelques exemples choisis. Puisque nous sommes en tout début d’année, voici une lettre répondant à un correspondant anonyme un 2 janvier : Banville y explique notamment avoir passé plusieurs semaines claquemuré…

Théodore de Banville, lettre autographe signée à « Mon cher ami », « 2 janvier » [s.d.], p. 1. Inv. 2026
Théodore de Banville, lettre autographe signée à « Mon cher ami », « 2 janvier » [s.d.], p. 2. Inv. 2026

« Mon cher ami, je sais que je puis compter sur votre bonne amitié, et je ne doute pas que vous ayez réussi dans la petite négociation avec M. Simond, dont vous vous êtes chargé si gracieusement. Je voudrais bien que le nouvel ordre des choses puisse être inauguré dès à présent, et si j’insiste, c’est qu’il y a urgence. Je vous écris parce que je ne puis faire mieux. Toujours malade, il y a un grand mois que je n’ai pu sortir, et je ne sais pas quand je le pourrais. Bien à vous, Théodore de Banville »

Même son de cloche dans cet autre courrier où Banville déplore de ne pouvoir assister à une petite sauterie :

Théodore de Banville, lettre autographe signée à « un cher ami », Paris, 19 mai 1889. Inv. 2025

« Hélas ! cher ami, au lieu de pouvoir assister à ta belle fête, j’en ai été réduit à    un quatuor de rhumatismes, et c’est moi qui étais les mandolines ! Comme tu le penses, j’aurais été heureux d’être dans ta chère maison, où je me serais senti rajeuni de trente ans. Bien à toi, cordialement, Théodore de Banville »

S’agissant de s’excuser ou de décommander, on pourrait bien entendu penser à des maladies « diplomatiques », mais chez Banville, ce mauvais état de santé était ancien, chronique et même officiellement constaté depuis ses jeunes années. Déjà souffrant depuis plusieurs années, le poète avait été menacé par une maladie de poitrine en 1850 et, deux ans plus tard, une crise grave faillit l’emporter. A ces poumons sensibles s’ajoutait le stress de la vie journalistique parisienne. Au printemps 1857, son état devint critique et il fut transporté dans la maison de santé du docteur Fleury, à Meudon, où il arriva « pâle, brisé, sans force et sans ressource aucune »[6]. Charles Asselineau, qui l’accompagnait, dut le porter « presque dans ses bras comme un enfant malade ». Selon les Souvenirs du poète[7], la cure dura plusieurs mois (dans leur Journal, les Goncourt confirment encore la présence de Banville à Meudon le 28 octobre 1857). Cette clinique Bellevue était fréquentée par la meilleure société et le séjour devait être fort onéreux : les moyens de l’auteur n’y suffirent pas, d’autant qu’il avait dû arrêter sa production littéraire et journalistique. Cette situation parvint aux oreilles de quelque haut fonctionnaire du Ministère de l’Intérieur qui établit ce rapport daté du 6 octobre 1857, stipulant que

« M. Théodore de Banville, un des jeunes poètes les plus distingués de l’école moderne, est, en ce moment, dans une maison de santé à Auteuil ; atteint d’une maladie grave qui, depuis plus de deux ans, ne lui laisse ni le calme, ni la force nécessaires pour se livrer à ses travaux littéraires, il est dans une situation douloureuse et sollicite un secours de S.E. le Ministre de l’Intérieur. M. Théodore de Banville est digne, à tous égards, de la bienveillance de M. le Ministre »

Rapport à Adolphe Billault, ministre de l’Intérieur, sur la situation de Théodore de Banville [manuscrit], Paris, 6 octobre 1857. Inv. 1906

Comme l’indique une mention au crayon rouge dans la marge, le ministre Billaut accorda une pension de 500 francs. Durant ses recherches pour son livre, Max Fuchs avait pu consulter, dans la célèbre collection Charavay, deux mandats adressés à Banville par le ministère de l’Intérieur, datés de mai et octobre 1857. Plus que bienvenue, cette aide gouvernementale devait toutefois avoir des conséquences sur l’œuvre et la pensée politique du poète, jusqu’alors opposant hostile au régime impérial. Cette pension l’amena à modérer sa pensée dans les rééditions des Odes funambulesques, en ajoutant des pièces plus modérées à son recueil.

Malgré son séjour à la clinique Bellevue en 1857, Banville demeura en mauvaise santé. Fin 1859, on le pensa perdu et il partit faire un séjour à Nice (encore piémontaise), le dernier recours des poitrinaires, et prit le lit dès son arrivée. Deux ans plus tard, en mars 1862, nouvelle crise : Banville fut alors soigné par le docteur Gérard Piogey. C’est dans ce cadre que Banville fit jouer ses relations pour obtenir une nouvelle aide du Ministère de l’Intérieur (alors occupé par le comte de Persigny). Banville put ainsi partir en convalescence à Enghien au mois de juin, puis à Aix-les-Bains. Avant son départ, il ne manqua pas d’exprimer sa gratitude à un haut fonctionnaire (malheureusement non identifié) qui l’avait souvenu dans ses démarches :

Théodore de Banville, Lettre autographe signée à un haut fonctionnaire (?), Paris, 36, rue des Martyrs, 20 mai 1862, p. 1. Inv. 1905
Théodore de Banville, Lettre autographe signée à un haut fonctionnaire (?), Paris, 36, rue des Martyrs, 20 mai 1862, p. 2. Inv. 1905

« Monsieur, je viens vous adresser mes bien sincères remerciements pour la sollicitude que vous a inspiré une situation dont vous avez su apprécier toute la difficulté. Après des années, et tout nouvellement après des mois de souffrance, je me trouvais sans aucun moyen de faire face aux exigences du traitement ordonné. Depuis un temps déjà long, j’ai été forcé d’interrompre mes travaux littéraires, et je ne prévois pas encore le moment où il me sera permis de les reprendre. Vous n’avez pas hésité, Monsieur, à prendre en considération de si tristes circonstances et à faire appel à la bienveillance du ministre, de façon à ce qu’il me fût possible de quitter Paris. Si vous vous êtes intéressé à moi, je sais que je le dois non pas seulement à mes efforts passés, mais surtout à une prière tout officieuse à laquelle vous avez bien voulu avoir égard. Croyez, Monsieur, que j’apprécie d’autant plus le mérite de votre intervention si obligeante ; croyez, je vous prie, aux vifs sentiments de gratitude avec lesquels j’ai l’honneur d’être votre très obligé et très dévoué serviteur, Théodore de Banville, 36, rue des Martyrs. Paris, le 20 Mai 1862 »

Dans ce nouvel épisode de maladie (on parlait alors d’« angine couenneuse », autrement dit d’une angine provoquant des exsudats pseudo-membraneux), Banville put bénéficier de l’assistance dévouée de sa maîtresse, Elisabeth Rochegrosse, rencontrée vers 1859. Son mari s’étant installé à Bayonne en 1861, elle demeura à Paris et soigna Banville avec dévouement, puis, devenue veuve, l’épousa en 1866[8]. Relevant de sa maladie, Banville apprit de quelques mauvaises langues que son disciple et ami le jeune Glatigny projetait un texte sur la bonne amie de son maître vénéré. D’un tempérament pourtant très doux, Banville réagit assez vertement, dans cette lettre demeurée inconnue de la correspondance Banville-Glatigny publiée dès 1923 :

Théodore de Banville, lettre autographe signée à Albert Glatigny, Enghien-les-Bains, 63, Grande-Rue, dimanche 8 juin 1862, p. 1. Inv. 1281
Théodore de Banville, lettre autographe signée à Albert Glatigny, Enghien-les-Bains, 63, Grande-Rue, dimanche 8 juin 1862, p. 2. Inv. 1281

« Soyez enfant, mais ne le soyez pas trop. Vous colportez, me dit-on, un article destiné à la Revue Anecdotique, et qui serait de nature à offenser une personne à laquelle vous savez que je porte une vive affection. Si vous m’aimiez, comme vous le prétendez, vous sauriez déjà que dans la cruelle maladie que j’ai subie récemment, j’ai uniquement dû la vie aux soins persévérants de Mme de Rochegrosse qui a passé à mon chevet sept nuits sans une minute de repos ! Et alors, quand vous l’avez rencontrée chez moi, cette considération vous eût obligé à être poli envers elle, puisqu’il faut des considérations, et puisqu’il n’est pas suffisant pour vous qu’on soit chez moi et sous ma sauvegarde. L’article dont on m’a parlé serait une offense que je ne pourrais pas vous pardonner ; j’aime mieux croire que de Paris à Enghien, cette nouvelle s’est inventée comme tant d’autres, et que vous n’avez jamais fait ou que vous avez jeté au feu l’article en question, qui me forcerait à renoncer à jamais à votre amitié »

Cet article, s’il avait jamais existé ou été projeté, ne vit jamais le jour et l’amitié entre les deux hommes resta intacte jusqu’à la mort précoce de Glatigny en 1874.

Nouvel épisode important de maladie pour Banville en 1885. A cette époque, le poète est suivi et traité par le docteur Gérard Piogey (1820-1894), médecin-chef de l’Asile de la Providence, mais aussi collectionneur, ami et médecin depuis des années de nombreux artistes et écrivains (à commencer par Baudelaire). Dans une lettre à un « cher confère », daté de sa résidence secondaire de Lucenay-lès-Aix (Nièvre) et remontant sans doute à fin mai ou début juin 1885 (d’après l’allusion aux nombreux poèmes sur Victor Hugo, sans doute des hommages composés juste après son décès), le poète priait son correspondant d’excuser le retard de sa réponse, mettant en avant ses soucis de santé :

Théodore de Banville, lettre autographe signée à un « cher confère », Lucenay-les-Aix, s.d. [fin mai ou début juin 1885], p. 1. Inv. 1842
Théodore de Banville, lettre autographe signée à un « cher confère », Lucenay-les-Aix, s.d. [fin mai ou début juin 1885], pp. 2-3. Inv. 1842

« Mon cher confrère, vous avez dû me croire bien oublieux ; je n’étais que malade, et gravement. Très inquiet sur ma santé, mon ami le docteur Piogey m’a fait quitter Paris, tout de suite, sans regarder derrière moi. Je n’ai même pas pu aller au Gil Blas et par conséquent tenter d’y faire insérer votre charmant petit poème. Mais je l’insérerai à mon retour à Paris, je pense même que cela vaudra mieux ainsi, et voici pourquoi. A ce que j’ai appris par une lettre d’un de nos collaborateurs, il a été envoyé au Gil Blas, à ce moment-là, une telle quantité de vers, notamment sur Victor Hugo, que dans l’impossibilité de contenter personne, on s’est décidé à ne publier de long-temps aucune poésie dans le journal. J’espère à mon retour trouver les directeurs plus conciliants sur ce point, et je ferai alors tous mes efforts pour faire ce que vous désirez. Croyez, je vous prie, mon cher confrère, à mes sentiments les plus affectueux, Théodore de Banville »

Il ne s’agissait pas ici d’une posture ou d’une mauvaise excuse : l’année 1885 avait bien été pénible pour l’auteur, comme le prouve sa correspondance avec l’un de ses proches amis : Alphonse Daudet. Par chance, il m’a été possible d’acquérir la quasi-totalité de la correspondance de Banville et de son épouse avec le couple Daudet, qui fera sans doute l’objet d’une publication intégrale dans un prochain billet. Toujours est-il que Banville, dès février 1885, devait décliner les invitations de son ami en raison de sa santé préoccupante, qu’il s’agisse d’un dîner convivial ou d’un petit travail pour la revue Sud America de Buenos-Aires[9] :

Théodore de Banville, lettre autographe signée à Alphonse Daudet, mardi 17 février 1885, p. 1. Inv. 2150
Théodore de Banville, lettre autographe signée à Alphonse Daudet, mardi 17 février 1885, p. 2. Inv. 2150

« Mardi 17 février 1885. Cher ami, je suis dans un état de santé effroyable, je passe des nuits affreuses déchiré et étouffé par le catarrhe. Nous aurions été bien heureux d’aller chez les Charcot ; ma femme se faisait une fête d’y rencontrer madame Julia. Si c’était seulement mardi prochain, peut-être que je pourrais ! Pour la même raison, je ne puis songer au Sud-América et je vous prie de passer la main à Coppée. Mais pour une autre fois, si l’occasion se présente, gardez-moi la préférence, car je ne serai peut-être pas toujours si malade et j’aurai le plus grand besoin de ne dédaigner rien. Nous vous envoyons tous les deux les meilleures, les plus sincères, les plus fidèles amitiés, Théodore de Banville »

Quelques mois plus tard, en plein été, une nouvelle lettre à Daudet adoptait plutôt un discours de solidarité entre malades, puisque Banville avait appris l’état de santé alarmant de son ami, puis son rétablissement. Ce courrier est l’occasion de constater que les écrivains envisageaient leur travail intellectuel comme la source de beaucoup de leurs maux physiques, et notamment de leurs éventuelles affections nerveuses (Edmond de Goncourt était le premier à dire que son frère cadet Jules avait été épuisé et achevé par l’écriture – en plus de la syphilis…). Banville tint donc ce langage à son ami Daudet dans cette belle lettre :

Théodore de Banville, lettre autographe signée à Alphonse Daudet, Villa de Banville, près Lucenay-les-Aix (Nièvre), dimanche 9 août 1885, p. 1. Inv. 2152
Théodore de Banville, lettre autographe signée à Alphonse Daudet, Villa de Banville, près Lucenay-les-Aix (Nièvre), dimanche 9 août 1885, pp. 2-3. Inv. 2152
Théodore de Banville, lettre autographe signée à Alphonse Daudet, Villa de Banville, près Lucenay-les-Aix (Nièvre), dimanche 9 août 1885, p. 4 et enveloppe. Inv. 2152

« Mon cher ami, quel plaisir nous a fait la lettre de madame Julia, en nous apprenant que vous allez tout à fait mieux ! Moi, je le sais depuis long-temps, vous n’étiez malade que d’avoir trop travaillé ; mais quel affreux prodige, d’avoir voulu et su rester dans le délicat et dans le juste, sans avoir jamais accueilli un effet banal ou brutal ! Comme ça, la littérature est meurtrière ; en se contentant du bien commun, ça n’est pas si fatiguant que de ramer des choux. Pourtant, pas de milieu ; il ne faut être un savetier ou un poète, et qui dira que vous n’avez pas choisi la bonne part ? mais à présent que votre œuvre est déjà énorme, et impérissable, osez être un paresseux, quelquefois, même après que vous serez tout à fait, guéri, et ainsi vous aurez fait l’impossible et réalisé l’irréalisable, en ayant bu le poison du travail et en vous portant comme un turc ! Moi, cher ami, j’ai pensé à vous et aux vôtres tous les jours ; je ne suis pas un ingrat, et je n’oublierai jamais que lors de ma brouille au Gil Blas, vous m’avez aidé avec une ardeur filiale ; mais avais-je besoin de cela pour vous aimer ! le difficile est de prendre une plume. J’ai quitté Paris, après avoir eu une petite attaque, qui a beaucoup inquiété Piogey et il m’a défendu… tout ! notamment le travail après mes repas, de sorte que c’est seulement le matin, à partir de cinq heures, que je puis écrire quelques lignes. Cependant, le grand air, la solitude absolue (avec ma femme) dans un endroit délicieux où il ne se passe rien, m’ont fait déjà beaucoup de bien. Je vous charge, cher ami, de mes humbles respects pour madame Alphonse Daudet, des affectueux souvenirs de ma femme, et des baisers pour vos enfants, même Léon, s’il le permet. A vous de tout cœur, Théodore de Banville »

Trois ans plus tard, nouvelle communion entre auteurs souffrants. A en croire Banville, c’est aussi la faute du temps, orageux, qui met les nerfs sensibles des artistes à mal… Selon le malicieux poète, seul l’acide et redouté critique Francisque Sarcey, aussi dur que l’acier, est en mesure de résister parmi les gens de plume ! Les mauvaises herbes ont la vie dure…

Théodore de Banville, lettre autographe signée à Alphonse Daudet, s.l., mardi 15 juillet 1888, p. 1. Inv. 2155
Théodore de Banville, lettre autographe signée à Alphonse Daudet, s.l., mardi 15 juillet 1888, p. 2. Inv. 2155

« Mardi 15 juillet 1888. Oui, cher ami, il pleut aussi tout le temps ici. Cela me désole d’apprendre que vous souffrez ; mais par ces temps abominablement électriques, le seul Sarcey doit ne pas souffrir ! Moi j’ai toujours été malade, naturellement ; mais j’ai l’âge. Oui, votre livre a le destin de toutes les très belles œuvres ; beaucoup de gens l’adorent à tort et à travers, et pour des raisons qui ne sont pas la bonne ; mais qu’importe ! ce qu’il y a de vraiment consolant, c’est que tout finit par se tasser, et que l’éloge, même des sots, finit par tomber juste. J’ai été bien heureux et consolé d’être accueilli dans le supplément du Figaro ; je pense et je sens bien que votre amitié n’est pas étrangère à ce résultat, et je m’en réjouis d’autant plus. Nous vous envoyons à tous respects, amitiés et tendres souvenirs, Théodore de Banville ».

Il faut avouer qu’en terme de maladie chronique, Alphonse Daudet (1840-1897) n’avait de leçon à recevoir de personne… Ayant très tôt contracté la syphilis (probablement à l’âge de dix-sept ans), il eut à endurer le développement long de la maladie dans sa forme la plus douloureuse : le tabès dorsal, une dégénérescence de la colonne vertébrale et de la moëlle épinière, avec altération des terminaisons nerveuses dans tout le corps (une conséquence caractéristique de la neurosyphilis). Dans les dix dernières années de sa vie surtout, Alphonse Daudet dut supporter d’intenses douleurs, à peine atténuées par la morphine, jusqu’à son décès fin 1897. Cette épreuve lui inspira des notes intimes, un journal de maladie tenu notamment entre 1886 et 1889. Demeuré inconnu du public, ce carnet fut exhumé, à la fin des années 1920, par la famille et certains de ses admirateurs, sous le titre de La Doulou. La préface faisait allusion aux longues angoisses de Julia Daudet quant à ce texte : « la veuve et collaboratrice du maître hésitait toujours à livrer au public ce terrible témoignage d’un homme clairvoyant entre tous, qui avait étudié sa propre souffrance avec la même pitié lucide qu’il accordait aux souffrances d’autrui, dans son oeuvre comme dans sa vie ». Bien que nombreuses bibliographies de référence (à commencer par Talvart et Clouzot) la méconnaissent, la véritable édition originale de ce texte parut en 1929, aux éditions La Librairie de France. Le tirage fut seulement de 125 exemplaires numérotés, tous sur papier du Japon, et comportait en frontispice une photographie inédite de Daudet prise en septembre 1896 par son secrétaire.

Alphonse Daudet, « La Doulou », Paris, Librairie de France, 1929, édition originale posthume, un des 125 ex. sur Japon, seul tirage (n° 104), couverture. Inv. 1265
Alphonse Daudet, « La Doulou », Paris, Librairie de France, 1929, édition originale posthume, un des 125 ex. sur Japon, seul tirage (n° 104), frontispice et page de titre. Inv. 1265

Tirée elle à grand nombre, l’édition donnée en 1931 par Fasquelle, souvent présentée par les bibliographies comme l’originale, n’est donc que la deuxième, mais elle est augmentée de nouveaux fragments, avec un avant-propos inédit d’André Ebner, le dernier secrétaire de l’auteur. L’exemplaire ci-dessous présente une provenance intéressante, puisqu’il fut offert par l’un des fils de l’auteur disparu, Lucien Daudet (1878-1946), à la comtesse Sibylle-Gabrielle Riquetti de Mirabeau (1849-1932), plus connue sous son nom de plume : Gyp. Proche des milieux nationalistes et antidreyfusards (tout en étant amie intime d’Anatole France), cette romancière à l’œuvre prolifique (120 titres en 50 ans !) animait par ailleurs un salon très fréquenté par ses confrères hommes de lettres, notamment Alphonse Daudet, dont les fils Léon et Lucien partageaient les idées politiques de Gyp.

Alphonse Daudet, « La Doulou », Paris, Fasquelle, 1931, deuxième édition, couverture. Inv. 1502
Alphonse Daudet, « La Doulou », Paris, Fasquelle, 1931, deuxième édition, envoi autographe de Lucien Daudet à la romancière Gyp. Inv. 1502

La maison de campagne des Daudet à Champrosay (Essonne) vit donc passer pas mal de souffrances, celle du maître de maison en premier lieu, mais aussi de son ami intime Edmond de Goncourt (1822-1896), qui mourut d’ailleurs dans cette demeure le 16 juin 1896. Le Journal fourmille bien entendu de passages relatant de manière émouvante les étapes de la déchéance et de la dernière maladie de Jules (mort en 1870), mais aussi des soucis de santé divers d’Edmond. Fin 1893, Goncourt éprouva plusieurs crises hépatiques sévères, mais il put quand mêmeassister, le 31 décembre, au « grand dîner chez Daudet en l’honneur des fiançailles du jeune couple Hugo et Ménard-Dorian » (Georges Hugo, petit-fils de l’écrivain, et Pauline Ménard-Dorian, fille d’un maître de forge, qui tiendront un salon très fréquenté au début du XXe siècle). Quelques semaines plus tard, l’écrivain malade confirma, avec prudence, sa participation à un autre dîner prévu cette fois à Meudon, chez les Zola (chez lesquels Goncourt était régulièrement invité, ce qui lui permettait ensuite de critiquer leurs goûts criards de parvenus…). Il écrivit donc ce bref mot à Alexandrine Zola (1839-1925), son hôtesse :

Edmond de Goncourt, lettre autographe à Alexandrine Zola, s.l. [Neuilly], « février 1894. Inv. 1519

« Février 1894. Chère Madame, j’irai dîner chez vous le mercredi 7 mars, à moins d’une crise imprévue, une crise semblable à celle d’hier qui me prive ce soir d’aller dîner chez Daudet, et d’assister à la soirée de fiançailles chez les Lockroy du jeune Hugo et de Mlle Dorian. Mes amitiés au ménage, Edmond de Goncourt »

Les crises évoquées ici sont sans doute celles, rapportées dans le Journal, des 12, 13 et 14 février 1894. Le 7 mars 1894, Goncourt put finalement participer à ce grand dîner des Zola et déguster des bécasses au champagne, « dans la nouvelle salle à manger, la salle à manger d’introït à l’Académie, une salle à manger dont les proportions d’une salle à manger pour noces et festins. Une pièce incontestablement d’une très belle proportion, mais défigurée par un épouvantable mobilier : des tapisseries de sainteté, des chandeliers de cuivre hollandais, enfin un mobilier qui a l’air d’être inspiré par le mobilier du Lion d’Or ». A lire ce passage acide, on sent qu’Edmond avait retrouvé la forme !

Dans les dernières années de sa vie, de crise en crise, l’état de santé de l’auteur ne cessa de se dégrader, comme en témoigne cette belle lettre adressée, depuis Champrosay, à sa vieille amie Mme Auguste Sichel, la veuve de l’antiquaire et principal fournisseur de Goncourt en japonaiseries et orientalismes[10] :

Edmond de Goncourt, lettre autographe signée à Mme Auguste Sichel, Champrosay [en-tête imprimé], [fin] juillet 1894, p. 1. Inv. 2239
Edmond de Goncourt, lettre autographe signée à Mme Auguste Sichel, Champrosay [en-tête imprimé], [fin] juillet 1894, p. 2. Inv. 2239

« Chère Madame, hélas, vous dites que vos lettres ne sont qu’une éternelle plainte – c’est tout comme les miennes. Figurez-vous que le second jour de mon arrivée ici, j’ai eu une crise qui, retardée par des piqures de morphine que m’a faites Daudet n’ont été que plus violente, et m’a fait passer presque les premiers quinze jours de mon séjour ici au lit. Et je suis resté tout ébranlé de cette crise, avec une horreur de la nourriture, et une faiblesse qui va grandissante. Puis là-dessus, le jeune Lucien avait la grippe, je l’ai attrapée près de lui, et j’ai des râles plein la poitrine. Vous voyez que ça ne va guère. Je vois que vous allez un peu mieux, mais quelle perspective pour vous que l’idée de tout cet hiver où vous serez séparée de votre fils. Ah, vraiment les quelques bonnes heures qu’on a dans la vie, sont trop payées, par des années d’embêtements, de douleurs et chagrins. Aussitôt mon arrivée à Paris, j’irai vous demander à dîner. Votre affectionné, Edmond de Goncourt »

En 1894, comme depuis plusieurs années, Goncourt passa une partie de son été chez les Daudet, à la campagne : il y séjourna du 9 juillet au 6 août. Mais une crise hépatique le terrassa dès le 11 juillet et il demanda à Daudet de lui faire une piqûre en pleine nuit : « le paralytique accroché au bras de l’hépatique », comme le rapporta le Journal. Autre crise les 18-19 juillet qui le laissa abattu au lit. Ce n’est finalement que le mercredi 8 août, surlendemain de son retour à Paris, qu’il put répondre à l’invitation de son amie : « Dîner ce soir chez Mme Sichel, qui se dispose à partir pour la Suisse avec son fils, qui a une pauvre mine et ce resserrement frileux des membres qu’avait mon frère avant sa mort » (Journal).

La maison de campagne des Daudet à Champrosay, lieu du décès d’Edmond de Goncourt en 1896

Dans certains cas, la maladie empêchait tout travail d’écriture, qu’il s’agisse de correspondance (comme Sully-Prudhomme oubliant de répondre aux félicitations de son vieux camarade Catulle Mendès pour son prix Nobel : voir Mélanges [18] : Le prix Nobel oublié]) ou de travaux académiques (excuse mise en avant par José-Maria de Heredia pour différer sa réception sous la Coupole : voir Mélanges [20] : Être ou ne pas être immortel]). Dans d’autres cas, en revanche, la maladie affrontée et dépassée vint nourrir et même infléchir une œuvre entière. Ce fut le cas du poète parnassien et académicien François Coppée (1842-1908). Ressentant une fatigue générale et souffrant plus particulièrement des bronches, l’auteur était parti se reposer à Pau fin 1896 pour y passer la saison hivernale. Il en informa ces proches et connaissances, en déclinant par exemple cette invitation :

François Coppée, lettre autographe signée à une dame, s.l.n.d. [Paris ?, fin 1896], « Vendredi soir ». Inv. 2681

« Vendredi soir. Hélas ! Madame, je pars demain. Je vais me reposer quelques semaines en province ; car je viens d’être malade, et mon médecin ordonne un petit voyage, un changement d’air. Dès mon retour, vers la mi-janvier, j’irai vous vous voir et vous présenter mes très respectueuses sympathies, François Coppée »

Mais fin janvier 1897, alors que son départ était déjà arrêté, un grave accès de fièvre le prit : on lui diagnostiqua un abcès de la prostate qu’il fallut opérer sur place, une intervention délicate qui fut menée avec brio par un jeune chirurgien, le docteur Duchastelet. De retour à Paris, Coppée fut frappée par une rechute au mois de juin, avec une nouvelle opération périlleuse à la clef. La convalescence fut longue et inquiétante pour ses amis et confrères, qu’il convenait de tranquilliser par des courriers rassurants de ce genre :

François Coppée, lettre autographe signée à un « cher confrère », s.l.n.d. [Paris, 1897] « Jeudi ». Inv. 2678

« Jeudi. Je suis bien touché, mon cher confrère, de votre affectueux télégramme. Ne me reprochez point les idées un peu sévères qui me viennent en ce moment. J’y puise courage et consolations. Je vais d’ailleurs mieux, décidément, et je me lève quelques heures, chaque après-midi. C’est délicieux, après 75 jours de lit ! Si vous trouvez un moment pour venir me serrer la main, vous me ferez grand plaisir. Cordialement à vous, François Coppée »

En le conduisant à deux reprises aux portes de la mort en l’espace de quelques mois, cet épisode de maladie amena Coppée à réfléchir à l’existence et le fit revenir vers la religion catholique. Cette conversion l’incita à écrire le recueil de récits La Bonne Souffrance, qui, inspiré en bonne partie par ces longs mois de maladie, parut en 1898 : en voici l’un des 25 exemplaires sur papier de Hollande, numérotés et paraphé par l’éditeur Alphonse Lemerre, constituant le seul tirage sur grand papier de l’édition originale.

François Coppée, « La Bonne souffrance », Paris, Lemerre, 1898, édition originale, un des 25 ex. sur papier de Hollande (n° 3), seuls grands papiers. Inv. 574

Si la maladie fit donc entrevoir à certains auteurs une forme de « lumière », elle fut en revanche pour d’autres synonyme de ténèbres. Dans ses dernières années, le romancier et poète Pierre Louÿs (1870-1925), par ailleurs grand bibliophile et tout aussi grand érotomane, connut une certaine forme de déchéance. Le dandy fortuné de jadis avait vu sa fortune fondre en raison de la guerre (ce qui l’obligea à vendre sa bibliothèque) et sa santé allait en se dégradant fortement, notamment au niveau oculaire. Ayant créé en 1917 la revue littéraire Les Ecrits nouveaux[11], Maurice Martin du Gard (cousin du romancier Roger Martin du Gard) voulut approcher Louÿs, plus ou moins retiré des cercles littéraires, et passa par l’un de ses jeunes amis, un certain Paul Valéry, lequel ne laissa guère de doute sur la réponse du maître :

Paul Valéry, lettre autographe signée à Maurice Martin du Gard, 23 mars 1918, p. 1. Inv. 1989.
Paul Valéry, lettre autographe signée à Maurice Martin du Gard, 23 mars 1918, p. 2. Inv. 1989.

« Monsieur, je vous remercie des numéros de votre revue que vous avez bien voulu m’envoyer et je me charge bien volontiers de remettre à M. Pierre Louÿs celui que vous lui destinez. Je lui parlerai en même temps de votre désir touchant sa collaboration. Je ne puis vous donner grand espoir sur ce point ; l’état de sa vue lui interdit en ce moment tout travail qui ne soit celui de l’esprit. Mais je l’engagerai de mon mieux à vous trouver quelque chose. En ce qui me concerne, je n’ai maintenant à vous offrir que quelques très petits poëmes. Je vous les enverrai quand vous voudrez. Il me suffit de savoir la date avant laquelle vous avez besoin de les recevoir. Croyez, Monsieur, à mes sentiments les meilleurs »

Et, de fait, si les « petits poèmes » évoqués par Valéry parurent bien dans la revue cette année-là (sous le titre de « Deux petites pièces : L’insinuant ; La caresse ». pp. 85 sqq.), Louÿs, comme prévu, ne put rien donner : ces problèmes oculaires allèrent en s’aggravant, occasionnant même une cécité partielle. Vivant ses dernières années avec sa maîtresse Aline Steenackers depuis 1917 (il l’épousa en 1923[12]), il fut également atteint de paralysie et de troubles mentaux, avant de succomber à une crise d’emphysème. Dans cette émouvante lettre tardive, rédigée au crayon-papier sur un bifeuillet in-folio, son habituelle et très reconnaissable écriture de dandy, généralement apprêtée et calligraphiée à l’encre violette, se montre déformée par sa vue limitée et ses infirmités. Louÿs avait néanmoins pu conserver assez de dixièmes pour lire dans le journal Le Matin du 12 septembre 1922 un gros titre[13] qui fit bondir ce grand connaisseur de l’Antiquité et occasionna cette sèche mise au point d’histoire littéraire et de géographie :

Pierre Louÿs, lettre autographe signée au journal « Le Matin », s.l.n.d. [Paris, 12 septembre 1922], p. 1. Inv. 1921
Pierre Louÿs, lettre autographe signée au journal « Le Matin », s.l.n.d. [Paris, 12 septembre 1922], p. 2. Inv. 1921

« Le Matin qui a un excellent metteur en pages débute le 12 septembre par ce titre malheureux : POUR LA FRANCE, LA GRECE EST TOUJOURS LE PAYS DE L’ILIADE. Non pas. C’est l’Asie Mineure qui est le pays de l’altissimo poeta, de son œuvre et de son action. La Grèce est un pays européen. Il est inconcevable qu’en 1922, la Troade soit prise pour la Grèce et ainsi présentée aux lecteurs français. Pierre Louÿs »

Terminons ce tour d’horizon en demeurant dans l’entre-deux-guerres avec une grande dame des lettres : Anna de Noailles (1876-1933). Durant son enfance, la petite princesse Brancovan était une fillette de constitution plutôt fragile, souvent malade et d’une nervosité exacerbée. Célébrée par la critique et ses pairs auteurs dès la parution de ses premiers vers en 1901, la poétesse, auteur à succès et reine du Tout-Paris, vit sa santé se dégrader à partir de 1912 et vécut dès lors dans un état de souffrance permanent qui la maintint alitée le plus clair du temps. Mais le problème était cette fois aussi d’ordre psychologique, et pas seulement physique, un taedium vitae baudelairien en somme ou, de manière moins poétique, une forme de dépression chronique : « Je meurs de moi-même », confia Anna à son amie la princesse Murat. Cet état, toutefois, vint nourrir son œuvre et lui inspira notamment les vers réunis en 1927 dans le recueil L’Honneur de souffrir, particulièrement poignant, puisqu’il constitue une forme de récit poétique de son combat contre la douleur et son obsession de la mort, au moment où sa maladie prend un tour plus dramatique (peut-être une tumeur au cerveau ?) et qui l’emportera finalement trois ans plus tard.

Anna de Noailles, « L’Honneur de souffrir», Paris, Grasset, 1927, édition originale, un des 46 ex. réimposés in-4° sur papier du Japon (n° 15), couverture blanche. Inv. 684

Le présent exemplaire de l’édition originale est l’un des quarante-six volumes réimposés in-quarto tirés sur papier du Japon et il fut offert par la poétesse à l’un de ses cousins (pour plus de détails, voir Mélanges [11/2] : Familles, je vous hai…me !]), avec un très bel envoi : « A mon cher cousin Basile Photiadès, qui ressuscite le passé par les lignes créatrices – ces chants pour les ombres – avec toute mon amitié, Anna de Noailles ».

Anna de Noailles, « L’Honneur de souffrir», Paris, Grasset, 1927, édition originale, un des 46 ex. réimposés in-4° sur papier du Japon (n° 15), envoi autographe. Inv. 684

Le volume était par ailleurs enrichi de vers inédits et jamais publiés par ailleurs dans ses œuvres, mais qui ont été utilisés par la poétesse sur d’autres exemplaires offerts à des proches (ainsi en fut-il du volume offert aux La Margerie – la sœur d’Edmond Rostand et son mari – qui étaient proches d’Anna de Noailles [14]) :

Qui pourrait s’étonner de la douleur fidèle
Lorsque nous ont quittés les suprêmes amis !
Fille des Grecs, à qui plaît le triste asphodèle,
Je ne vis pas sans vous, je vous l’avais promis
.

Anna de Noailles, « L’Honneur de souffrir», Paris, Grasset, 1927, édition originale, un des 46 ex. sur papier du Japon (n° 15), quatrain autographe. Inv. 684

Anna de Noailles ne manqua pas d’envoyer un exemplaire du recueil à un autre de ses proches, rencontré en 1919 : Paul Valéry[15]. Leur relation fut toujours ambiguë, le succès grandissant du jeune poète et de sa Jeune Parque dans les salons (notamment celui des La Rochefoucauld) n’étant guère compris par la comtesse, peu amatrice de ce classicisme et de l’avant-garde poétique. Selon Maurice Rostand, la gloire naissante de Valéry fut pour Anna une surprise : « elle commença d’abord à en sourire, puis par en rire et finalement par en mourir. Non qu’elle fût jalouse ! Le soleil ne peut l’être d’aucun astre et être jalouse, c’eût été avouer qu’elle reconnaissait à une autre planète la possibilité de rivaliser avec la sienne, mais elle eut l’impression d’une substitution de culte et elle devint triste comme un dieu qui verrait abandonner son autel. Elle eut l’impression d’une erreur ». Pour la princesse Bibesco, il existait entre les deux auteurs une « antipathie profonde, sous une surface de cordialité ». Il faut dire que l’une taxait son cadet de « primaire adamantin », tandis que l’autre, évoquant le recueil Les Forces éternelles de sa rivale, le renommait Les Faiblesses momentanées… En 1926, Valéry fit pourtant parvenir à la comtesse un exemplaire de son Monsieur Teste avec cet envoi : « A Anne de Noailles, la grande, la chère, la triste, son ami Paul Valéry ». L’année suivante, pour ne pas être en reste, Anna de Noailles fit parvenir à son rival un volume de L’Honneur de souffrir, mais sans aller jusqu’au grand papier : l’exemplaire était l’un des 500 exemplaires numérotés du service de presse (SP n° 111), sur papier courant. Il se trouvait néanmoins enrichi d’un très émouvant envoi :

Anna de Noailles, « L’Honneur de souffrir», Paris, Grasset, 1927, édition originale, un des 500 ex. du SP (n° 111), avec envoi autographe à Paul Valéry. Inv. 685

II. Les auteurs et leurs médecins

Pour soigner leurs maux et affections divers, tous ces écrivains souffrants eurent recours à des médecins, souvent réputés, qui, dans certains cas (assez nombreux finalement), devinrent leurs amis, voire leurs intimes. L’un des cas les plus célèbres, dans l’histoire littéraire du XIXe siècle, est sans doute celui d’Honoré de Balzac et du docteur Jean-Baptiste Nacquart (1780-1854). Ce dernier, médecin et chirurgien militaire au début de sa carrière sous l’Empire, était devenu l’un des praticiens les plus en vue de la capitale, président de la Société de médecine de Paris et membre de l’Académie de médecine en 1823. Devenu le médecin de toute la famille Balzac dès 1814, il eut fort à faire avec Honoré[16] : en dépit d’une robuste constitution, l’écrivain avait une santé de plus en plus ébranlée, au fil des années, par son labeur écrasant et son hygiène de vie déplorable (nuits consacrées au travail, phases de sommeil hâchées et hypercaféinisation). Les talents du médecin furent employés au double niveau : d’une part, comme soignant, d’autre part, comme informateur, Balzac l’utilisant comme l’une de ses sources médicales principales pour La Comédie humaine.

Honoré de Balzac, Le Lys dans la vallée, Paris, Charpentier, 1839, deuxième édition et première in-12, en partie originale, page de titre. Inv. 872

Juste retour des choses, le romancier, qui éprouva toujours pour son toubib une confiance sans bornes, lui dédia, par une page louangeuse, l’un de ses plus beaux romans : Le Lys dans la vallée[17]. Néanmoins, dans sa dernière maladie, lorsqu’un œdème généralisé tourna à la péritonite et à la gangrène, lorsque Nacquard et ses trois collègues semblaient impuissants, dépassés et même plutôt nuls d’après le témoignage de Victor Hugo[18], c’est un autre médecin personnel que Balzac convoqua dans ses derniers délires, appelant pour le secourir le docteur Horace Bianchon, son principal personnage de médecin, présent dans une quinzaine de romans de la Comédie humaine

Honoré de Balzac, Le Lys dans la vallée, Paris, Charpentier, 1839, deuxième édition et première in-12, en partie originale, feuillet de dédicace. Inv. 872

Du plus célèbre témoin des derniers instants de Balzac, Victor Hugo, on peut dire qu’il fit globalement le désespoir des médecins au cours de son existence. On parle quand même d’une personne qui mangeait ses oranges avec leur peau et ses homards avec leur carapace, « pour faire passer la chair », disait-il, « sans cela, il serait très lourd »… Selon Juana Lesclide, « il envoyait couramment à tous les diables la médecine et les médecins ». Bref, l’Homme-Océan était une force de la nature, qui avait même réussi à survivre à plusieurs maladies des plus sérieuses (dont un anthrax en 1858, grâce à sa constitution et aux bons soins du docteur Terrier, un proscrit comme lui[19]). Mais vers la fin des années 1870, la vieillesse commença à le rattraper et il dut se résoudre à se faire suivre. Les praticiens retenus se nommaient les docteurs Emile Allix et Germain Sée, deux sommités du monde médical. Médecin et professeur aux hôpitaux de Paris, le docteur Germain Sée (1818-1896) était l’un des cliniciens les plus réputés de son époque, auteur de nombreuses études de médecine interne et découvreur de plusieurs médications. Elu à l’Académie de médecine en 1869, il avait diagnostiqué le calcul rénal de Napoléon III en juillet suivant. Pour autant, cette clientèle de « Badinguet » ne lui fut pas reprochée par Victor Hugo qui préféra au contraire se rappeler d’un épisode survenu durant le coup d’Etat du 2 décembre 1851 et qu’il cita dans son Histoire d’un crime parue en 1877-1878 : « Un homme considérable dans la science, le docteur Germain Sée, déclare que dans une seule maison, la maison des Bains de Jouvence, il y avait, à six heures, sous un hangar dans la cour, environ quatre-vingts blessés, presque tous (soixante-dix au moins) “vieillards, femmes et enfants”. Le docteur Sée leur donna les premiers soins »[20]. Par ailleurs, le bon docteur se montra très impressionné par l’état de santé de son client, affirmant à son premier examen : « On ne m’eût pas nommé le sujet et l’on m’eût fait l’ausculter, le palper dans une chambre sans lumière, que j’aurais affirmé : “C’est là le corps d’un homme de quarante ans ! ” ». Voilà qui dut beaucoup plaire au célèbre patient !

Victor Hugo, « Le Pape », Paris, Calmann-Lévy, 1878, édition originale, avec envoi autographe au docteur Germain Sée, page de titre. Inv. 1230

Quelques mois plus tard, le 29 avril 1878 exactement, Hugo faisait paraître un nouveau recueil poétique intitulé Le Pape. Composé presque entièrement dès 1874-1875, ce long poème de veine anticléricale (en réponse au dogme de l’infaillibilité pontificale) se voulait à la fois une critique satirique de la papauté et un exposé de la pensée religieuse et humaine de l’auteur : le Pape endormi s’y voyait, dans un cauchemar, rejeter les dogmes de l’Église Catholique pour revenir à la pureté initiale du Christ, bon envers les faibles et les pauvres, intransigeant envers les puissants. Connaissant bien les positions politiques et religieuses de son docteur (dont une pétition de cléricaux ultramontains avait voulu dénoncer les doctrines scientifiques au Sénat en mai 1868[21]), Hugo lui offrit avec plaisir un exemplaire de son poème, agrémentant le volume d’un envoi amical : « A mon cher futur collègue Germain Sée ». Ce terme de « futur collègue » demeure une petite énigme pour moi. Les deux hommes étaient déjà tous deux membres de l’Institut de France (l’un à l’Académie tout court, l’autre à l’Académie de médecine). Où auraient-ils pu devenir collègues ? S’agissait-il d’une éventuelle entrée de Sée au Sénat, dont Hugo était membre depuis 1876 ?

Victor Hugo, « Le Pape », Paris, Calmann-Lévy, 1878, édition originale, avec envoi autographe au docteur Germain Sée. Inv. 1230

Les rapports entre Hugo et Sée ne s’arrêtèrent pas là. Quelques semaines ou jours après ce cadeau, dans la nuit du 28 juin 1878, suite à un chaud débat avec Louis Blanc sur la nécessité ou non de célébrer le centenaire de la mort de Rousseau comme on avait fait celui de Voltaire, Hugo semble avoir fait un malaise qui inquiéta son entourage. Sans être à proprement parler une attaque ou une « congestion » cérébrale (en dépit de ce que les témoins indirects et les biographes modernes ont cru ou imaginé, comme l’a établi récemment une enquête passionnante et des plus fouillées[22]), l’alerte, marquée par une certaine confusion de l’auteur, fut néanmoins assez réelle pour que Germain Sée fût convoqué avec Allix. D’après certains biographes, Sée aurait alors informé avec délicatesse son malade de 76 ans qu’il fallait renoncer aux plaisirs charnels : étonné, Hugo aurait dit « Tout de même, la nature devrait prévenir ! ». Après cette alerte, Germain Sée demeura jusqu’au dernier jours le principal médecin de Hugo : entre le 19 et le 22 mai 1885, il veilla sur son agonie et ses derniers instants, avant de se charger de l’autopsie et de l’embaumement de son patient et ami, dans la nuit du 24 au 25 mai.

Nos auteurs avaient également recours aux médecins pour la santé de leurs proches. Aux environs de 1900, Octave Mirbeau fit l’éloge au journaliste Jules Huret[23] d’un certain Dumas, qu’il avait récemment rencontré. Ce n’était certes pas son confrère écrivain Alexandre Dumas fils, que le romancier détestait, mais un homonyme : le Dr. Georges Dumas (1866-1946), médecin et psychologue. Auteur d’un réputé Traité de Psychologie (1923-1924), il était chef du laboratoire de psychologie à la clinique des maladies mentales de la Faculté de Médecine de Paris à l’asile Sainte-Anne depuis 1897. Dans cette lettre au contenu plus médical qu’il n’y paraît, Mirbeau parle de son voyage prochain en Suisse : il s’agissait en réalité de repérages pour faire soigner la neurasthénie de sa femme Alice dans la clinique du docteur Dubois, « professeur de neuropathologie à l’université, célèbre pour ses cures miracles. Fernand Gregh et Mme Arman de Caillavet, l’égérie d’Anatole France, ont également eu recours à sa sagesse »[24].

Octave Mirbeau, lettre autographe signée à Jules Huret, s.l.n.d. [v. 1900]. Inv. 2358

« Cher ami, j’ai vu Dumas, hier soir. Il sera très heureux de vous voir et de vous recevoir à son laboratoire. Ecrivez-lui, à son adresse personnelle 4. Boulevard St Germain. Vous verrez un homme… quelque chose de mieux qu’un auteur dramatique. J’ai pour lui une affection et une admiration sans bornes. J’ai hâte d’être à Berne, et surtout d’en revenir. Je vous écrirai de là-bas. Toutes mes amitiés, Octave Mirbeau. »

A la même époque, durant l’été et le début de l’automne 1901, Mirbeau et sa femme villégiaturèrent dans un charmant petit village près de Fontainebleau. Mais le séjour tourna au cauchemar : crise d’appendicite dès l’arrivée, mort de son fidèle chien Dingo, et très grave accident de voiture d’Alice, dont on pensa qu’elle y laisserait la vie… En septembre, toutefois, Mirbeau pouvait écrire à Jean Finot (1858-1922), directeur de La Revue des Revues, que son épouse semblait hors de danger grâce à son chirurgien, le Dr. Maxime Isch-Wall (1860-1919) :

Octave Mirbeau, lettre autographe signée à Jean Finot, « Veneux-Nadon par Moret, S. & M », s.d., « jeudi matin » [19 septembre 1901]. Inv. 2368

« Cher Monsieur, je vous remercie très affectueusement de votre lettre, et de l’article paru dans la Revue, et du service que vous voulez bien me faire de votre publication, toujours si bien faite. Quant à la question de collaboration, sitôt que vous semblez trouver un petit intérêt pour vous, je vous la promets de grand cœur. Je vous donnerai d’ici deux mois une nouvelle assez longue et qui vous plaira par son côté d’humanité, nous en reparlerons. Je suis très accablé par un affreux accident de voiture arrivé à ma femme, depuis 13 jours, et c’est seulement aujourd’hui que je suis un peu rassuré. Le chirurgien, le docteur Ischwall [sic], que je vous recommande pour sa science opératoire et pour son intelligence, m’assuré que le danger est écarté. Mais il faut encore beaucoup de soins et de surveillance. Je ne suis guère en état de travailler pour l’instant. Mais comptez sur moi. Votre livre m’a plu infiniment. Il contient des pages admirables et il respire une bonté, et un amour de la vie, qui vous enveloppent tout entier. Et puis, vous voyez donc tout. Merci encore, et à bientôt, Octave Mirbeau »

Dans les dernières années de sa vie, Anatole France fréquenta lui aussi beaucoup de médecins, et pas seulement pour son cas personnel. Au début de la première Guerre mondiale, l’écrivain s’était installé à Saint-Cyr-sur-Loire avec sa compagne (et ancienne gouvernante) Emma Laprévotte (1871-1930). Sans avoir ni la beauté, ni l’esprit de son ancienne égérie Léontine de Caillavet, elle était aimable et douce. En septembre 1914, le médecin de famille, le Dr. Couchoud, découvrit toutefois qu’Emma était atteinte par un cancer du sein, maladie qu’on cacha dans un premier temps à Anatole France, alors très dépressif suite aux très violentes réactions de haine qu’avait provoqué son article pacifiste publié dans les premiers jours de la guerre. Informé avec délicatesse, il entoura Emma d’une grande sollicitude. L’opération se révéla nécessaire et Emma entra dans la clinique du Dr. Antonin Gosset (1872-1944), située rue Bizet à Paris, en février 1916. Opérée le 23 février, elle passa ensuite sa convalescence dans une maison de repos de Saint-Cloud en compagnie de France : ils regagnèrent La Béchellerie au mois de juin. Anatole France devait finalement épouser Emma en 1920. Cette lettre au médecin de son amie vient témoigner de la préoccupation de France durant ces mois décisifs :

Anatole France, lettre autographe signée au docteur Antonin Gosset, S.l., vendredi 11 février [1916], p. 1. Inv. 1963
Anatole France, lettre autographe signée au docteur Antonin Gosset, S.l., vendredi 11 février [1916], p. 2. Inv. 1963

« Bien cher ami, j’ai porté tout à l’heure un télégramme à votre adresse. Un mobilisé, que j’ai rencontré à la poste m’a averti que les dépêches parviennent dans la zone des armées moins vite que les lettres. Je n’en ai pas moins expédié mon télégramme. Mais par précaution je vous en communique la teneur que voici. “Pour raison d’indisposition normale, Emma vous prie de lui permettre de remettre son voyage à la fin de la semaine”. L’indisposition a commencé ce matin. Aucun trouble de la circulation ne s’est manifesté en ces derniers jours. Je vous embrasse de tout mon cœur, Anatole France »

Certains médecins en vue, autant par devoir professionnel que par intérêt personnel, fréquentaient de très près les milieux littéraires, au-delà de tel ou tel auteur de leurs malades. A la fois mondains et bohèmes en fonction des circonstances, ils furent des acteurs souvent très actifs de ces cercles et salons, étant souvent eux-mêmes écrivains, d’essais ou de fictions.

Pierre Petit, portrait photographique de Samuel Pozzi, vers 1900. Source WikiCommons

L’un des plus célèbres fut sans doute le docteur Samuel Pozzi (1846-1918), chirurgien de génie et pionnier de la gynécologie. Féru d’art (numismate et collectionneur de statues tanagra), mais aussi de littérature, il soigna notamment Anatole France, Robert de Montesquiou, Jean Lorrain, Pierre Louÿs[25], Marcel Proust, sans compter beaucoup des plus éminentes aristocrates, salonnières et actrices de l’époque. Son existence fut assez flamboyante pour inspirer un roman à l’auteur britannique Julian Barnes[26], paru en 2019 : The Man in the Red Coat. Son importante bibliothèque débordait d’ouvrages offerts par ses amis et clients.

Le docteur Augustin Cabanès (1862-1928), de son coté, fut une figure phare en matière d’histoire de la médecine, connu pour ses ouvrages relatifs à des mystères historico-médicaux ou à des malades célèbres[27]. Anatole France lui offrit en 1896 son discours de réception à l’Académie :

Anatole France, « Discours de réception à l’Académie française », Paris, Firmin-Didot, 1896, édition originale, avec envoi au Dr. Augustin Cabanès. Inv. 2251

Élève de Charcot, membre de l’Académie de médecine en 1909, le comte Maurice de Fleury (1860-1931) s’était pour sa part taillé une flatteuse réputation comme médecin spécialiste des maladies nerveuses et mentales, établissant notamment les différences entre les psychoses fonctionnelles et les psychoses organiques ou lésionnelles. Admirable vulgarisateur, il s’efforça d’initier le grand public aux problèmes soulevés par les maladies de l’intelligence et du caractère, publiant des études sur le sommeil, l’insomnie, l’épuisement nerveux, etc., soit par le biais de livres, soit dans des articles parus dans les plus grands journaux (il collabora au Figaro pendant quarante ans sous le pseudonyme d’ « Horace Bianchon »). Auteur d’un recueil de contes et de biographies, il fut aussi l’ami de plusieurs grands hommes de lettres de son temps, notamment Zola (dont il fut le principal informateur pour Le Docteur Pascal, dernier roman de la série des Rougon-Macquart, et Lourdes) et Huysmans.

R. Maury, portrait de Maurice de Fleury (s.d.). Cliché WikiCommons

D’après Georges Veysset[28], Huysmans n’aimait guère les médecins : ils ne lui inspiraient pas confiance et « rares furent ceux qui eurent du crédit à ses yeux ». Il n’en était pas moins très attiré par la matière médicale et son œuvre fourmille à la fois de personnages malades ou névrosés, ainsi que d’analyses et de cas cliniques justes, notamment dans Sainte Lydwine, pour lequel il se documenta auprès de quelques médecins amis. Parmi ceux-ci figurait en bonne place Maurice de Fleury, qui fut un proche : le médecin laissa d’ailleurs des souvenirs sur l’écrivain, tandis que sa bibliothèque, dispersée le 3 juin 1922, comportait de nombreuses éditions originales avec envoi, et même des manuscrits (notamment la première version du roman En Rade[29]). Ajalbert, dans un article très satirique paru en 1926 et s’adressant aux mânes de Huysmans, présenta Fleury comme une sectateur fanatique du romancier, « celui qui vous hanta, qui vous sut par cœur, qui chantait d’une voix extasiée les strophes de vos délicieux Poèmes en prose, qui scandait à tous propos des phrases d’A Rebours et s’émerveillait de votre Odillon Redon ». Huysmans lui-même ne fut pas toujours tendre pour son admirateur de médecin, à en croire le témoignage de Goncourt : « Huysmans, qui tient le crachoir de la méchanceté, [parle] de ce pauvre Maurice de Fleury dont la femme a l’air de jouer le rôle de dame d’honneur de Mme Zola » (Journal, 26 octobre 1890). Quelques mois plus tard, alors que Goncourt s’ « étonne de l’exposition toute particulière à tous les étalages de ses Amours de médecins », Huysmans lui affirme que Fleury « a fait la place, tous les matins, chez les libraires et qu’il y a chez tout Bordelais de la nature du placeur de vins de Bordeaux » (Journal, 15 février 1891). En dépit de ces piques, leur amitié se poursuivit jusqu’à la mort du romancier et se traduisit par exemple par le cadeau fait de cette biographie-essai Sainte Lydwine de Schiedam, parue en 1901 :

Joris-Karl Huysmans, Sainte Lydwine de Schiedam, Paris, Stock, 1901, édition originale, un des 1150 exemplaires numérotés sur papier courant (n° 184), avec envoi à Maurice de Fleury et son ex-libris gravé. Inv. 1325

Fleury fréquentait également le salon de José-Maria de Heredia à l’Arsenal, ce qui lui valut l’envoi d’un exemplaire de la première édition in-12 des Trophées lors de sa parution en 1893. Ce volume dédicacé fut envoyé par erreur à Pierre Loti qui signala l’erreur à Heredia, lequel écrivit à Fleury pour savoir s’il avait reçu l’exemplaire de Loti !

José-Maria de Heredia, lettre autographe à Maurice de Fleury, [Paris], 20 avril [1893]. Inv. 1931

Ce méli-mélo postal s’arrangea finalement pour le mieux et Fleury, bibliophile impénitent, fut sans aucun doute plus que ravi de récupérer finalement son bien avec un mot de Loti sur le faux-titre s’excusant d’avoir déjà coupé les pages du livre !

José-Maria de Heredia, « Les Trophées », Paris, Lemerre, 1893, première édition in-12, avec envoi à Maurice de Fleury. Inv. 1931

 III. Quand le médecin devient auteur

Abordons à présent la question des médecins auteurs. Bien entendu, docteurs en titre blanchis au chevet des patients ou simples carabins frottés aux bancs de la Faculté durant leur jeunesse, ils sont nombreux dans l’histoire de la littérature française, à commencer sans doute par les plus deux célèbres d’entre eux : Rabelais et Céline. On pourrait donc multiplier les exemples, mais je vais choisir de me concentrer sur un seul aspect : les médecins versifiant la médecine. La fin du XIXe siècle que nous venons de parcourir nous offre un exemple bien connu de médecin-poète inspiré par sa science : le docteur Georges Camuset (1840-1885).

Georges Camuset, « Les Sonnets du Docteur », Paris, Chez la plupart des libraires [Dijon, Imprimerie Darantière], 1884, édition originale, frontispice et page de titre. Inv. 2275

Natif de Lons-le-Saunier, Georges Camuset s’était installé comme médecin ophtalmologue à Dijon et fut l’un des pionniers de l’usage de la vaseline en France[30]. Pendant ses études parisiennes, il s’était taillé une réputation de joyeux luron dans les cercles estudiantins et artistiques, hésitant même à intégrer la bohème littéraire. Octave Uzanne le décrivit comme un « poète rabelaisien de la bonne école, [qui] aime le large rire gaulois et courtise la muse gaillarde et grasselette de Grécourt et de Panard ».

Georges Camuset, « Les Sonnets du Docteur », Paris, Chez la plupart des libraires [Dijon, Imprimerie Darantière], 1884, édition originale, portrait gravé de la Muse du docteur… Inv. 2275

Peu avant son décès précoce, ce respectable praticien commit, sous couvert d’anonymat, un recueil de trente-sept poèmes quelque peu équivoques : Les Sonnets du Docteur. Cette collection de vers quelque peu décadents, poèmes de salle de garde (souvent égrillards et très drôles), est devenue un classique de la littérature médicale, spirituelle et gaillarde. On y trouve plusieurs circonstances rencontrées au quotidien par le médecin dans l’exercice de sa profession, mais présentant sous un jour drolatique ou ironique nos petites misères de santé : « Le Cataplasme », « Ecchymoses », « Calvitie », « Bandages & Appareils », « Le Cor aux pieds », « Le Ver solitaire », « Blennorrhagie » (sic), « Les Engelures », « Le Rhume de Cerveau », « Epidémies, endémies », « Congestion cérébrale », « Constipation », etc.

Georges Camuset, « Les Sonnets du Docteur », Paris, Chez la plupart des libraires [Dijon, Imprimerie Darantière], 1884, édition originale, pp. 18-19, sonnets « Le Rhume de cerveau » et « Dermatologie ». Inv. 2275
Georges Camuset, « Les Sonnets du Docteur », Paris, Chez la plupart des libraires [Dijon, Imprimerie Darantière], 1884, édition originale, pp. 34-35, sonnets « Du signe certain de la mort » et « Constipation ». Inv. 2275

Le Dr Camuset avait bien fait les choses, faisant exécuter par son compatriote Darantière une impression très soignée, ornée d’un frontispice gravé par Clairin, d’une eau-forte (non signée) par Félicien Rops (selon Octave Uzanne, « le chemisier favori des déesses de la mythologie moderne et le gantier des amours, le seul qui sache attacher une jarretière sur les mailles rosées d’un bas follement capiteux ; un grand artiste, en un mot, qui est dans l’art le Villon des petites villotières et le Rembrandt des sabbats charnels ») et du fac-similé sur Chine d’une lettre de Charles Monselet en guise de préface. Le tirage du volume, ad usum amicorum, était limité à 500 exemplaires, dont 25 numérotés sur Japon Impérial (avec les 3 gravures en double état), 125 sur simili-Japon et 350 sur Hollande. Comme le note Clouzot[31], le volume est toujours « recherché », tant par les amateurs de poésie que de curiosa (ce qui lui vaut d’ailleurs l’honneur de figurer dans plusieurs anthologies poétiques érotiques des années 1900-1910[32]). Ayant rencontré le succès, l’œuvre fut rééditée à plusieurs reprises après la mort de son auteur, notamment en 1888 (édition en partie originale, avec huit nouveaux sonnets, illustrée de quatre eaux-fortes dont deux de Rops, tirée à 200 ex.), en 1893 (avec trois eaux-fortes de Rops, tiré à 500 ex.) et en 1926 (avec quatre eaux-fortes de Laboureur). Cet exemplaire sur Hollande comporte un très peu courant envoi de Camuset, qui se dévoilait ici pour un ami non identifié, un certain Monsieur Gersaut.

Georges Camuset, « Les Sonnets du Docteur », Paris, Chez la plupart des libraires [Dijon, Imprimerie Darantière], 1884, édition originale, envoi autographe. Inv. 2275

Mais la présence de la poésie médicale dans les rayons d’« une petite bibliothèque » remonte essentiellement au Grand Siècle. Là encore, les médecins écrivains étaient légions, d’autant plus que leur savoir humaniste, littérature gréco-latine en tête, était sans supérieur, dans leur bagage d’étude, aux connaissances physiologiques ou biologiques… Certains, d’ailleurs, firent tous leurs efforts pour faire oublier leur condition de praticien : protégé par Richelieu et élu à l’Académie en 1655, le poète Jules de La Mesnardière (1610-1663) procura ainsi une quantité de vers amoureux doucereux et insipides qui parurent dans un bel in-folio en 1656, mais sans que ces poèmes évoquent le moindre petit clystère (qui aurait sans doute fait tache dans les salons précieux !) : la page de titre ne mentionnait même pas, au milieu de ses titres de courtisan, sa qualité de médecin[33]

Certains de ses confrères, à l’inverse, n’hésitèrent pas à tirer de leur profession une source d’inspiration. Médecin normand originaire de Vire, Thomas Sonnet (1577-1627)[34], sieur de Courval, acquit une certaine célébrité grâce à ses satires morales, rappelant celles de Régnier et dénonçant tour à tour prélats prévaricateurs, nobles dévoyés et magistrats corrompus. La dédicace de ses Œuvres satyriques à la reine Marie de Médicis (parues pour la première fois en 1621) exposait son but en termes médicaux : « De mesme ay je cru que le fiel des Satyres que je vous presentes en toute humilité, servirait de colyre & remede excellent pour esclaircir & dessiller les yeux des François… ».

Thomas Sonnet de Courval, Satyre contre les charlatans, & les pseudomedecins Empyriques…, Paris, Jean Milot, 1610, édition originale, page de titre. Inv. 1221

Mais l’une des premières œuvres de l’auteur (après sa Satyre Ménipée contre les femmes, de 1609) avait été une œuvre en prose entrecoupée de vers à but quelque peu corporatiste : la Satyre contre les charlatans, & les pseudomedecins Empyriques. A défaut de consacrer son talent à une véritable autodérision de sa profession, Sonnet se plut donc à dénoncer les hontes du domaine médicale, ces charlatans qui, « si on gourmette leur folle presomption, & impudence desreglée, ils esleveront en peu de temps avec leurs drogues empoisonnées des monceaux de carcasses qui egaleront en hauteur les Alpes, ou les Pyrenées ». Cette satire exposait par le menu, avec beaucoup de drôlerie, « les ruses & tromperies de tous les theriacleurs, Alchimistes, Chimistes, Paracelsistes, Distillateurs, Extracteurs de Quintescenses, Fondeurs d’or potable, Maistres de l’Elixir, & autre pernicieuse engeance d’imposteurs… ».

Thomas Sonnet de Courval, Satyre contre les charlatans, & les pseudomedecins Empyriques…, Paris, Jean Milot, 1610, édition originale, portrait gravé de l’auteur et page 1. Inv. 1221

Cet exemplaire relié en vélin doré du temps se distingue également par un très pedigree médico-ésotérique. Un ex-libris manuscrit, probablement au XVIIIe siècle d’après la graphie de l’écriture, en donnait alors la propriété à un certain « La Martinière », dans lequel il a été proposé de reconnaître soit Antoine-Augustin Buzen de La Martinière (1662-1746, historien, traducteur de l’Eschole de Salerne en vers français en 1749), soit Germain Pichault de La Martinière (1697-1783, chirurgien personnel de Louis XV, puis Louis XVI, entre 1747 et sa mort). Au siècle suivant, il passa entre les mains de l’occultiste, poète et bibliophile Stanislas de Guaïta (1861-1897)[35], dont la bibliothèque est demeurée une référence dans le domaine[36].

Thomas Sonnet de Courval, Satyre contre les charlatans, & les pseudomedecins Empyriques…, Paris, Jean Milot, 1610, édition originale, reliure. Inv. 1221

D’autres médecins-auteurs avaient pour objectif de rendre dans leur langue, et en vers, certains classiques de la littérature technique médicale. Diplômé de la faculté de médecine de Poitiers, Louis de Fontenettes (1612-1661) avait publié en 1652 un Discours sur les maladies populaires, qui entraîna pas mal de remous et que l’auteur dut défendre dans trois libelles. Deux ans plus tard, il fit paraître, sous couvert d’un très relatif anonymat (« Par M. L. de F. »), une traduction de l’œuvre majeure du père de la médecine : Hippocrate depaïsé: ou la version paraphrasée de ses aphorismes: en vers françois. L’ouvrage était composé en « vers burlesques », avec la version latine du texte en marges. Bien qu’il cite Corneille, Scudéry, Malherbe ou Théophile de Viau dans ses pièces liminaires, le médecin-poète s’était surtout inspiré de la poésie de Scarron. A l’instar de son confrère Guy Patin, doyen de la faculté de médecine de Paris (et dédicataire du poème), Fontenettes arborait une grande méfiance envers Paracelse, les (al)chimistes et leur jargon, allant jusqu’à les qualifier d’ « empoisonneurs » et de « singes du Diable ». Il prônait un ferme retour aux « vraies valeurs » véhiculées par Hippocrate dans ses aphorismes.

Louis de Fontenettes, « Hippocrate depaïsé: ou la version paraphrasée de ses aphorismes: en vers françois… », Paris, Edme Pepingué, 1654, édition originale, seule parue. Inv. 1139

Les traités médiévaux avaient également leurs admirateurs. L’Ecole de Salerne, en Campanie, fut la première créée en Europe, fondée en 802, selon la légende, par quatre maîtres mythiques : le juif Helinus, le grec Pontus, l’arabe Adela et le latin Salernus (allégorie montrant que les sources de l’enseignement venaient de toutes les grandes cultures du bassin méditerranéen). Atteignant son apogée aux XIe-XIIe siècles, avant d’être détrônée par les universités nouvelles de Bologne ou de Montpellier, elle attirait alors les plus grands médecins européens. On y composa à cette époque le Regimen Sanitatis Salernitanum, un poème didactique en hexamètres latins (long à l’origine de 362 vers, il fut enrichi jusqu’à en compter 3520), attribué à un certain Jean de Milan (en fait, un nom générique pour une composition collective). Destiné à être appris par cœur par les étudiants, ce mémento des principes de base de la médecine parlait davantage d’hygiène de vie et de régimes saisonniers que de véritables maladies. Ce fut un véritable « best-seller » : conservé par une centaine de manuscrits médiévaux, il fut imprimé dès 1484 et connut plus de 300 éditions imprimées à travers toute l’Europe jusqu’au XVIIIe siècle, dont beaucoup en traduction.

Portrait-frontispice gravé de Louis Martin dans son « L’Eschole de Salerne, en vers burlesques » (Paris, Jean Hénault, 1649). Cliché : Bibliothèque nationale de France / Gallica

Le XVIIe siècle français procura plusieurs versions de ce texte fondamental également connu sous le nom de Schola Salernitana. En 1649, le docteur Louis Martin, diplômé de la faculté de médecine de Toulouse mais exerçant à Paris, procura ainsi une traduction de L’Echole de Salerne en vers burlesques. Suivant les traces de Merlin Coccaie et de Scarron, le poète s’est amusé à traiter à sa façon les fameux préceptes de santé et « de pimenter à sa façon les vieilles recettes ». L’ouvrage se présente sous la forme d’un poème dicactique en dix chants : le premier donne des avis généraux pour la santé ; le deuxième parle de l’air et des aliments ; le troisième, de la qualité des mets ; le quatrième, des quatre saisons ; le cinquième, du souper et du dessert ; le sixième, des herbes et des légumes ; le septième, des fleurs et graines ; le huitième, des fruits ; le neuvième, des viandes ; et le dernier, des plats de saison. Ainsi apprend-t-on avec bénéfice que « La bécasse hyver et automne // Partout, jusqu’à la merde est bonne » ! La dédicace de ce savoureux volume avait été adressée à l’humaniste Guy Patin (par ailleurs lui aussi docteur en médecine) par l’éditeur-libraire Jean Henault qui associa à l’œuvre de Martin un poème macaronique du siècle précédent, retrouvé et mis en forme par ses soins : le Poema macaronicum, de bello Huguenotico, signé par Rémy Belleau, l’un des compagnons et amis de Ronsard au sein de la Pléiade.

Louis Martin et Rémi Belleau, « L’Eschole de Salerne, en vers burlesques. Et Poema Macaronicum, de Bello Huguenotico… », Paris, Jean Hénault, 1650, deuxième édition, page de titre. Inv. 1515
Louis Martin et Rémi Belleau, « L’Eschole de Salerne, en vers burlesques. Et Poema Macaronicum, de Bello Huguenotico… », Paris, Jean Hénault, 1650, deuxième édition, p. 1 (incipit de l’épître dédicatoire à Charles Ier Stuart). Inv. 1515
Louis Martin et Rémi Belleau, « L’Eschole de Salerne, en vers burlesques. Et Poema Macaronicum, de Bello Huguenotico… », Paris, Jean Hénault, 1650, deuxième édition, p. 3 (incipit du chant I). Inv. 1515

Achevé d’imprimer pour la première fois le 30 octobre 1649, le volume s’ornait d’un très beau portrait-frontispice gravé de l’auteur, qui semble malheureusement absent de la plupart des exemplaires rencontrés (comme c’est le cas pour ce volume, de provenance Brölenmann[37]). Jusqu’à l’édition critique donnée en 1875 par Philibert Le Duc, de très nombreuses rééditions furent données de ce texte[38], notamment cette très peu courante édition grenobloise parue en 1657 pour le compte du libraire Jean Nicolas, mais manifestement sortie des presses de Pierre Frémon selon le matériel typographique[39].

Louis Martin et Rémy Belleau, « L’Eschole de Salerne, en vers burlesques, et Poema macaronicum, de bello Huguenotico », Grenoble, Jean Nicolas, 1657, page de titre. Inv. 1310
Louis Martin et Rémy Belleau, « L’Eschole de Salerne, en vers burlesques, et Poema macaronicum, de bello Huguenotico », Grenoble, Jean Nicolas, 1657, pp. 30-31 (incipit du chant V : « Du soupper & du dessert »). Inv. 1310

Une autre version rimée de l’Ecole de Salerne fut donnée en 1671 par un certain « D.F.C., Docteur en la Faculté de Médecine ». Sous ces initiales et qualité se cachait le médecin et poète burlesque Claude-Denis du Four de La Crespelière (1625-1680). Lorsque parut ce volume, il n’en était certes pas à son coup d’essai littéraire, ayant déjà publié entre 1667 et 1670 divers recueils poétiques galants ou des traductions, tous devenus très rares[40]. Le présent volume était d’ailleurs qualifié de « curieux et fort rare » dans le célèbre catalogue poétique de la Librairie Nourry en 1929 (n° 222). Se voulant informatif et ludique, ce recueil médical en vers français s’inspira de l’Ecole de Salerne, sans en être une traduction, et affirmait contenir « les moyens de se passer de Medecin, & vivre long-temps en santé, avec une infinité de remedes contre toutes sortes de Maladie, & un traitté des Humeurs, & de la Saignées… ».

Claude-Denis du Four de La Crespelière, « Commentaire en Vers François, sur l’Ecole de Salerne… », Paris, chez Gervais Clouzier, 1671, édition originale, seule parue, titre-frontispice gravé. Inv. 1040
Claude-Denis du Four de La Crespelière, « Commentaire en Vers François, sur l’Ecole de Salerne… », Paris, chez Gervais Clouzier, 1671, édition originale, seule parue, page de titre. Inv. 1040

Du Four avait ajouté quelques réflexions de son cru sur des sujets médicaux d’actualité : il traita donc en « vers naïfs et fort savoureux » (selon Nourry) de « La Sanguification, Circulation, Transfusion, la Poudre et l’Onguent de Sympathie, le Thé, le Caphé, le Chocolate, Et le grand secret de la Pierre Philosophale, ou la véritable manière de faire de l’Or, aussi en Vers François, et l’Ouromantie, et l’Hydromantie en Prose ». Il semble exister, également à la date de 1671, des exemplaires avec une page de titre à l’adresse du libraire-juré parisien Gilles Alliot. Puis deux nouvelles éditions virent le jour en 1672 et 1674. Du Four devait ensuite poursuivre dans cette veine en donnant en 1674 une version en vers français des Prognostiques d’Hippocrate : où l’on voit infailliblement si l’on réchappera ou si l’on mourra quand on est malade.

Claude-Denis du Four de La Crespelière, « Commentaire en Vers François, sur l’Ecole de Salerne… », Paris, chez Gervais Clouzier, 1671, édition originale, seule parue, pp. 116-117, « Des qualitez du bon pain ». Inv. 1040
Claude-Denis du Four de La Crespelière, « Commentaire en Vers François, sur l’Ecole de Salerne… », Paris, chez Gervais Clouzier, 1671, édition originale, seule parue, pp. 256-257, « Du choix des œufs ». Inv. 1040

L’intérêt pour les préceptes de l’Ecole de Salerne était encore très vif au XVIIIe siècle. Redonnant les vers latins originels, le médecin Antoine-Augustin Bruzen de La Martinière (1662-1746) les traduisit également en vers français, essayant de « tenir un certain milieu entre le triste et le bouffon ». Au hasard des chapitres (« Utilité de se laver souvent les mains », « Ne pas trop boire d’eau dans le repas », « Des viandes mélancoliques », …), on découvre des aphorismes savoureux : « Prenez jus de Cresson, Frottez-en vos cheveux, / Ce remède les rend plus fort & plus nombreux » ou « Après la veine ouverte, il faut, s’il est possible / Six heures résister aux charmes du sommeil / Ses vapeurs agissant sur le corps trop sensible / Pourraient bien attirer un funeste réveil ». La règle d’or du second aphorisme demeure sans doute la plus intéressante : « Si tibi deficiant medici, medici tibi fiant haec tria : mens hilaris, requies moderata, diaeta », soit « Si les médecins te font défaut, remplace-les par les trois que voici : bonne humeur, repos et sobriété ».

Antoine-Augustin Bruzen de La Martinière, « L’Art de conserver sa santé, composé par l’Ecole de Salerne», Petit-Bourg, chez Paul Decauville, 1888, couverture. Inv. 1914
Antoine-Augustin Bruzen de La Martinière, « L’Art de conserver sa santé, composé par l’Ecole de Salerne», Petit-Bourg, chez Paul Decauville, 1888, pp. 76-77 : sur la saignée. Inv. 1914

Parue pour la première en 1743 à l’adresse de La Haye, cette traduction connut plusieurs rééditions jusqu’au XIXe siècle[41].‎ Reprenant l’édition originale, cette édition de 1888 possède une histoire intéressante. Son instigateur était en effet le célèbre industriel et homme politique Paul Decauville (1846-1922), inventeur du système de voie ferrée à écartement étroit qui porte son nom. Sénateur, il fut aussi, de 1881 à 1892, maire d’Évry-Petit Bourg (commune d’Évry actuelle), où se trouvaient les usines familiales.‎

Antoine-Augustin Bruzen de La Martinière, « L’Art de conserver sa santé, composé par l’Ecole de Salerne», Petit-Bourg, chez Paul Decauville, 1888, justificatif de tirage et page de titre. Inv. 1914

Publiée à ses frais et à petit nombre (une centaine ?) chez l’imprimeur Crété de l’Arbre à Corbeil, cette très élégante édition aux encadrements rouges était presque ad usum amicorum : selon Vicaire, « quelques exemplaires seulement ont été mis dans le commerce, les autres ont été donnés par l’auteur » à ses amis. On croise en effet un certain nombre d’exemplaires agrémentés d’envois autographes, dont celui-ci, qui ne manque pas d’intérêt, puisque le grand industriel offrit le volume à un grand ingénieur et inventeur : Clément Ader (1841-1925), l’un des pères-fondateurs de l’aéronautique. Après avoir inventé une machine à poser les rails (d’où le lien avec Decauville ?) et un moteur-vapeur ultra-léger, puis avoir fait fortune en commercialisant les premiers téléphones, Ader se consacra à son projet-phare des « plus lourds que l’air » qu’il fut le premier à dénommer « avion » : l’Eole, première machine construite en 1890, puis l’Aquillon, dans laquelle il aurait (peut-être) quitté (très légèrement) le sol en 1897.

Antoine-Augustin Bruzen de La Martinière, « L’Art de conserver sa santé, composé par l’Ecole de Salerne», Petit-Bourg, chez Paul Decauville, 1888, envoi de Decauville à Clément Ader. Inv. 1914

Restons encore un instant chez ces médecins du Siècle des Lumières pour constater que les poèmes visant au mieux-être de l’humanité n’étaient pas leur seul cheval de bataille ! Entre 1776 et 1779 se tint l’une de ces grandes querelles dont les milieux lettrés ont toujours été friands (pensons à la Querelle des Anciens et des Modernes ou à celle des Gluckistes et des Piccinnistes, à la même époque). Pour le coup, il s’agissait d’une bataille de médecins qui vit s’affronter les membres de la Faculté de médecine de Paris et les membres de la toute nouvelle Société royale de médecine. Comme le nota avec étonnement Sainte-Beuve en résumant l’affaire[42], on reste estomaqué de « l’excès de vivacité, d’injures et de calomnies qui se dépensa dans cette querelle entre ceux qu’on appelait les Facultaires et les Sociétaires », qui donna naissance à une « nuée de pamphlets et de pasquinades ». Un « jeune médecin de la Faculté, et des plus ardents » mit ses talents de satiriste au service de la cause : il se nommait Jean-Jacques Le Roux des Tillets (1749-1832)[43].

[Jean-Jacques Leroux des Tillets], « Lettre de M. Andry à M. Le Vacher de la Feutrie, doyen de la Faculté de médecine… », S.l.n.n.n.d. [Paris, ca. 1779], incipit. Inv. 1328

Pour défendre son alma mater, il livra en 1778-1779 deux pamphlets aussi virulents que caustiques. A un Dialogue entre Pasquin et Marforio succéda une mordante Lettre de M. Andry à M. Le Vacher de la Feutrie, doyen de la Faculté de médecine. Le Dr. Charles-Louis Andry (1741-1829) avait compté parmi les premiers membres de la Société royale de Médecine et se plaisait à dire qu’il avait « gentilhommisé » la médecine. Ayant mené des recherches sur la rage et répandu la pratique de la vaccine, cet éminent praticien, choisi par Napoléon comme l’un de ses médecins traitants, était également connu de Balzac qui en fit son personnage du Dr Haudry, le médecin de César Birotteau. Mais, un demi-siècle plus tôt, il se fit tourner en ridicule par ce pamphlet de son collègue rigolard : en effet, « la lettre mise sous le nom d’Andry, membre de la Société Royale, n’est faite que pour ridiculiser tout le monde, et Andry lui-même »[44]. Cet exemplaire passa entre les mains d’un grand amateur de toutes les petites histoires des Lumières : Edmond de Goncourt, qui laissa son ex-libris à l’encre rouge, avec un petit commentaire. Vendue durant la dispersion de la bibliothèque Goncourt en 1897[45], la plaquette passa ensuite dans la collection de Georges Hugo (1868-1925), le petit-fils de l’Homme-Océan[46].

[Jean-Jacques Leroux des Tillets], « Lettre de M. Andry à M. Le Vacher de la Feutrie, doyen de la Faculté de médecine… », S.l.n.n.n.d. [Paris, ca. 1779], ex-libris autographe de Goncourt. Inv. 1328

Terminons ce parcours avec un peu de pratique bibliophilique, car, après tout, la bibliophilie peut éventuellement être considérée comme une maladie (douce) ! Dans certains cas de figure, d’ailleurs, c’est la maladie qui fut à l’origine de l’acte de collectionner : l’un des exemples les plus célèbres demeure sans doute celui d’Edmée Maus (1905-1971), la prestigieuse collectionneuse genevoise « dont tous les bibliophiles se flattent de posséder au moins un exemplaire dans leur bibliothèque »[47]. Touchée toute jeune par la poliomyélite et ayant par la suite gardée une santé fragile, elle fut amenée à la passion du livre ancien par son état même. Mon « exemplaire Maus » est certes très modeste par rapport aux véritables trésors de littérature française qu’elle accumula sur ses rayons, mais cette réédition des Soliloques du Pauvre de Jehan-Rictus porte son ex-libris autographe de jeune fille, datée 1922 : une émouvante relique d’une bibliothèque née de la maladie.

Jehan-Rictus, « Les Soliloques du Pauvre », Paris, Eugène Rey, 1921 [réédition de l’édition augmentée de 1903], exemplaire d’Edmée Maus avec ex-libris manuscrit. Inv. 2744

Quant aux médecins, ils se sont toujours révélés nombreux parmi les amateurs et collectionneurs de livres. En 1921 fut même créée une « Société des Médecins bibliophiles » qui commandita plusieurs livres d’artiste dans l’entre-deux-guerres. Dans les rayons d’« une petite bibliothèque », plusieurs ouvrages proviennent de bibliothèques de médecins-bibliophiles, de Hyacinthe-Théodore Baron (1707-1787) à Lucien Graux (1878-1944), en passant par Tibulle Pellet Desbarraux-Bernard (1798-1880)[48]. Mais je m’attarderai sur le plus ancien d’entre eux, l’un de ces pionniers de la bibliophilie moderne :  François Rasse des Neux (v. 1525-1587). Fils d’un chirurgien du roi, il succéda à son père dans cette charge en 1552. Chirurgien de Catherine de Médicis, de Charles IX et d’Henri III, il se convertit ensuite au protestantisme et soigna Jeanne d’Albret, mère d’Henri IV. Ce « chirurgien fameux & excellent » (pour reprendre les mots de son ami Bernard Palissy) fut par ailleurs l’un des plus grands bibliophiles de son temps, dont l’importance fut révélée par les recherches de l’historienne Jeanne Veyrin-Forrer[49]. Cette dernière avait retrouvé et listé, en bibliothèques publiques ou collections privées, 460 titres (sur les environ 1’500 qui comptait peut-être la bibliothèque initiale), mais le présent exemplaire lui était demeuré inconnu. Il s’agit d’une petite édition de l’Astronomicon du poète et astrologue latin Marcus Manilius, qui vécut sous le règne d’Auguste. Ce poème didactique en cinq livres sur l’astronomie et l’astrologie fut imprimé pour la première fois en 1472 et connut de nombreuses rééditions, dont cette publication mise au point par l’érudit lyonnais Antoine du Moulin, qui la dédia à Pontus de Tyard.

Marcus Manilius, « Astronomicon », Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1551, exemplaire de François Rasse des Neux, avec ex-libris manuscrit, puis de Chippart[50]. Inv. 100

Selon son habitude, François Rasse des Neux nota ses noms et qualité (« Franciscus Rass. Noeüs Chirurg. Parisien. »), ainsi la date d’acquisition sur la page de titre. Acheté en 1552, ce volume est donc à rapprocher d’autres livres acquis à la même époque (peu après sa mise en ménage), concernant tous l’astronomie et l’astrologie, comme l’avait relevé J. Veyrin-Forrer : « parmi tant de volumes acquis […] durant le règne d’Henri II, on observe un intérêt croissant pour les mathématiques et l’astronomie »[51]. Comment s’en étonner puisque les médecins furent depuis toujours des humanistes et des grands curieux s’intéressant à tout, « du corps aux étoiles »[52] ?

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 7 janvier 2021


NOTES

[1] Paul Scarron, La Relation veritable de tout ce qui s’est passé en l’autre monde, au combat des Parques & des poëtes, sur la mort de Voiture. Et autres pièces burlesques, Paris, Toussaint Quinet, 1648, épître au lecteur (extrait).

[2] Voir Andrée Mansau et Antoine Fournié, « La maladie de Scarron et son diagnostic actuel », dans Cahiers de la littérature du XVIIe siècle, n° 6 (Hommage à René Fromilhague), 1984, pp. 341-352.

[3] Michel Jeanneret, J’aime ta joie, parce qu’elle est folle, Genève, Droz, 2018, pp. 184-187 : « Il y a beaucoup de rhétorique dans ces images sardoniques et, dans l’exploitation ad nauseam, d’une sollicitation à une autre, de ce même portrait dégradant, un apitoiement intéressé qui tourne au procédé. La mécanique peut paraître usée, mais, à en juger par l’incessante relance des mêmes doléances, la stratégie fonctionne. Le défi à la norme et la différence physique font recette. Il y a un public pour entourer le nabot, il y a des lecteurs pour se complaire au portrait du clown triste ».

[4] Arturo Perez-Reverte, Le Club Dumas, ou l’ombre de Richelieu, Paris, Jean-Claude Lattès, 2014, p. 216 (chapitre IX, « Le Libraire de la rue Bonaparte »).

[5] Comme son frère jumeau Hippolyte (1832-1896), Anatole Lionnet (1832-1896) fut l’un des plus célèbres chanteurs actifs sous le Second Empire, chantant dans tous les salons huppés de Paris. Lionnet et son frère furent les interprètes de nombreuses compositions de Gounod, notamment devant Napoléon III et sa cour. Dans un contrat farce pour une tournée en Espagne, Glatigny écrivit : « Anatole et Hippolyte Lionnet, qui parlent très bien le basque, parleront en mon nom au peuple et termineront leur discours par des chansonnettes ou des imitations à volonté ». Il les citait aussi dans la préface de la seconde édition du Jour de l’an d’un vagabond, en comparant leurs numéros comiques à sa situation ubuesque en Corse : « Je doute que jamais les frères Lionnet, dans leurs scènes militaires […] aient rien trouvé de plus complet ». Dans leurs Souvenirs et anecdotes, Anatole Lionnet se souviendra de son côté de Glatigny comme d’ « un brave cœur », qui lui composa des « vers charmants » intitulés « A une volage » (dédiés à Théodore de Banville), chantés par Lionnet devant la reine Isabelle d’Espagne.

[6] Sur cet épisode, voir Max Fuchs, Théodore de Banville, 1823-1891, Paris, Édouard Cornely, 1912, pp. 201-202.

[7] Théodore de Banville, Mes Souvenirs, Paris, Charpentier, 1883, chapitre XXXVIII, pp. 411 et 424.

[8] Fils d’Elisabeth Rochegrosse, le talentueux peintre et illustrateur Georges-Antoine Rochegrosse (1859-1938) fut peut-être l’enfant de ses amours avec Théodore de Banville. Ce dernier, en tout cas, se comporta avec lui comme un père et lui confia notamment l’illustration de tous ses derniers livres, assurant son avancement auprès de tous ses amis et cercles.

[9] Le directeur littéraire de cette revue argentine, le Français naturalisé Argentin Paul Groussac (1848-1929, nommé d’ailleurs directeur de la bibliothèque nationale cette même année 1885, pour un mandat de 44 ans !), avait offert à Daudet la charge de recruter des collaborateurs français, pour des articles sur la vie intellectuelle et littéraire de leur pays, d’où cette proposition faite à Banville.

[10] L’antiquaire Auguste Sichel était devenu à partir de 1875 l’antiquaire de référence de Goncourt et son principal fournisseur en antiquités japonaises et orientales. Le Journal contient de nombreuses et régulières mentions de passages dans la galerie Sichel, mais aussi de dîners chez le couple (occasion par exemple pour Goncourt de rencontrer le dessinateur Gustave Doré en 1880). Goncourt dîna à leur table presque chaque semaine dans les années 1880 et assista aux funérailles de Sichel le 15 mai 1886, gardant par la suite des liens d’amitié avec sa veuve, comme en témoignent plusieurs dédicaces passées sur le marché. Voici par exemple un exemplaire sur papier de Hollande du Théâtre des Goncourt (1879, première édition collective), avec envoi à Auguste Sichel : voir n° 1251.

[11] Fondée en 1917, la revue Les Ecrits nouveaux était co-dirigée par Martin du Gard et les éditeurs Emile-Paul frères. Le comité de rédaction réunissait Edmond Jaloux, Valéry Larbaud et Philippe Soupault. Son dernier numéro parut en 1922 et la revue poursuivit sa carrière sous le nom de Revue européenne.

[12] Elle lui donna trois enfants sur le tard : Gilles (1920), Suzanne (1923) et enfin Claudine (1924). Mais certaines sources mettent en doute la paternité de Louÿs diminué par la maladie.

[13] Le journal Le Matin, l’un des plus gros tirages de la presse française, avait en effet publié en première colonne de sa « une » du mardi 12 septembre 1922 un article de Stéphane Lauzanne intitulé « Pour la France, la Grèce est toujours le pays de l’Iliade ».

[14] « Notre exemplaire de L’Honneur de souffrir, qui a subi, lui aussi, les effets des bombardements, contient ce beau quatrain ajouté de sa main à l’un de ses poèmes : Qui pourrait s’étonner de la douleur fidèle / Lorsque nous ont quittés les suprêmes amis ! / Fille des Grecs, à qui plaît le triste asphodèle, / Je ne vis pas sans vous, je vous l’avais promis. Ces quatre vers ne figurent point dans les recueils imprimés de ses œuvres, mais ils se trouvent dans l’excellent ouvrage que la duchesse de La Rochefoucauld a consacré à Mme de Noailles » (dans Roland de Margerie, « Rostand, Claudel, Anna de Noailles, Valéry, Gide… », dans Revue des Deux-Mondes, août 1976, p. 293).

[15] Sur les relations entre les deux auteurs, voir l’intervention du professeur Michel Jarrety (Université Paris IV-Sorbonne), « Anna de Noailles et Paul Valéry », durant le colloque Anna de Noailles et les écrivains de son temps (colloque organisé par Pierre Brunel, samedi 17 mai 2003, Sorbonne), ainsi que la biographie de Valéry par Jarrety (parue en 2008).

[16] Sur les relations de Balzac avec son médecin, voir notamment M. Bouteron (éd.), Correspondance inédite de Honoré de Balzac avec le docteur Nacquart (1823-1850), « Les Cahiers balzaciens », Paris, Éditions Lapina, 1928. Voir aussi Mireille Labouret, « Balzac, gros corps malade », dans L’Année balzacienne, 2016/1 (n° 17), pp. 7-32, et Jérôme Watelet, « Balzac, ou l’art d’honorer son foie », dans La Lettre de l’Héptato-gastroentérologue, vol. X, n°9, nov.-déc. 2007, pp. 254-257.

[17] L’édition originale parut en 1836 (Paris, Werdet) : c’est l’un des romans de Balzac les plus difficiles à trouver en édition originale. Le très précieux exemplaire personnel du docteur Nacquart, avec un envoi autographe de Balzac, est aujourd’hui conservé dans une collection privée genevoise. L’édition Charpentier de 1839, la deuxième parue et la première au format in-12, présentait de très profonds remaniements du texte, avec des ajouts et modifications qui en font l’intérêt et permettent de lui donner le statut d’ « en partie originale », la rendant « de plus en plus recherchée » selon Clouzot.

[18] Victor Hugo fut parmi les derniers visiteurs (sinon le dernier) à rencontrer Balzac dans son agonie. Il laissa de cette dernière rencontre un récit très émouvant paru dans Choses vues : « Le 18 août 1850, ma femme, qui avait été dans la journée pour voir Mme de Balzac, me dit que M. de Balzac se mourait. J’y courus. M. de Balzac était atteint depuis dix-huit mois d’une hypertrophie du cœur. Après la révolution de Février, il était allé en Russie et s’y était marié. Quelques jours avant son départ, je l’avais rencontré sur le boulevard ; il se plaignait déjà et respirait bruyamment. En mai 1850, il était revenu en France, marié, riche et mourant. En arrivant, il avait déjà les jambes enflées. Quatre médecins consultés l’auscultèrent. L’un d’eux, M. Louis, me dit le 6 juillet : il n’a pas six semaines à vivre […]. Les médecins l’ont abandonné depuis hier. Il a une plaie à la jambe gauche. La gangrène y est. Les médecins ne savent ce qu’ils font. Ils disaient que l’hydropisie de Monsieur était une hydropisie couenneuse, une infiltration, c’est leur mot, que la peau et la chair étaient comme du lard et qu’il était impossible de lui faire la ponction. Eh bien, le mois dernier, en se couchant, Monsieur s’est heurté à un meuble historié, la peau s’est déchirée, et toute l’eau qu’il avait dans le corps a coulé. Les médecins ont dit : Tiens ! Cela les a étonnés et depuis ce temps-là ils lui ont fait la ponction. Ils ont dit : imitons la nature. Mais il est venu un abcès à la jambe. C’est M. Roux qui l’a opéré. Hier on a levé l’appareil. La plaie, au lieu d’avoir suppuré, était rouge, sèche et brûlante. Alors ils ont dit : il est perdu ! Et ne sont plus revenus. On est allés chez quatre ou cinq, inutilement. Tous ont répondu : il n’y a rien à faire. La nuit a été mauvaise. Ce matin, à neuf heures, Monsieur ne parlait plus. Madame a fait chercher un prêtre. Le prêtre est venu et a donné à Monsieur l’extrême-onction. Monsieur a fait signe qu’il comprenait. Une heure après, il a serré la main à sa sœur, Mme de Surville. Depuis onze heures, il râle et ne voit plus rien […]. Il mourut dans la nuit. Il avait cinquante et un ans […]. Il avait la face violette, presque noire, inclinée à droite, la barbe non faite, les cheveux gris et coupés courts, l’œil ouvert et fixe. Je le voyais de profil et il ressemblait ainsi à l’Empereur ».

[19] Ancien député de l’Allier en 1848, le docteur Prosper Terrier (1805-1876) avait reçu de Hugo un ouvrage ainsi dédicacé : « Je vous donne ce livre comme à l’un des hommes que j’aime et que j’estime le plus au monde. Dans deux maladies graves, vous avez guéri ma fille, et vous m’avez guéri. Je dirais sauvé, si Dieu n’avait pas été là pour vous aider. Dans ces deux occasions inoubliables, vous avez été pour moi, pour nous, un admirable ami. C’est à l’ami que j’offre ce livre. Je l’offre aussi à l’intègre représentant du peuple qui a défendu la République et au vaillant proscrit qui honore l’exil. »

[20] Victor Hugo, Histoire d’un crime, Paris, Calmann-Lévy, 1878, tome II, pp. 97-98 (3e journée : « Le Massacre », chapitre XVI).

[21] Devenu un sujet de débat au Sénat, ovationné par les étudiants de l’Ecole de médecine, Germain Sée ressortit de cet épisode décoré de la Légion d’honneur.

[22] Dominique Mabin, « Qu’est-il arrivé fin juin 1878 ? Affabulations, rumeurs, témoignages, conjectures » : lire en ligne.

[23] Identifié par Pierre Michel, dans Mirbeau, Correspondance générale, éd. Pierre Michel, n° 2364.

[24] Selon Pierre Michel et Jean-François Nivet.

[25] Témoin des rapports de Pozzi avec Pierre Louÿs, la Fondation Martin Bodmer possède l’exemplaire de l’édition originale du roman à succès Aphrodite (1896) offert au médecin :

Pierre Louÿs, « Aphrodite », Paris, Mercure de France, 1896, édition originale, avec envoi au Dr. Samuel Pozzi Collection Fondation Martin Bodmer, cliché ND

Signée Paul Vié, la reliure en demi-vélin blanc au dos recouvert d’un maroquin fauve orné « à la grotesque » est d’un type caractéristique qui se retrouve sur certains ouvrages de la bibliothèque personnelle d’Alphonse Daudet.

[26] Seul écrivain couronné par le Prix Médicis (pour Le Perroquet de Flaubert en 1986) et le Prix Fémina, il a également donné, en plus de son œuvre romanesque, une traduction anglaise de La Doulou d’Alphonse Daudet.

[27] Docteur en médecine de la Faculté de Paris, médecin de la Préfecture de la Seine, secrétaire de la Société médico-historique, Augustin Cabanès publia tout d’abord une étude Les Souverains névropathes, paru en 1885 dans Le Progrès médical. Il tint par la suite de nombreuses chroniques dans plusieurs journaux ou revues littéraires, avant de fonder en 1894 le journal La Chronique médicale, bimensuel où il publiait des articles inédits sur la santé des personnages de la littérature et de l’histoire, sur les relations de la médecine avec l’histoire, la littérature, l’art, la sociologie, l’économie politique, etc. Il livra par ailleurs une douzaine de volumes sur le même thème, comme Molière et les médecins (1895), Les Curiosités de la médecine (1900-1927), Morts mystérieuses de l’histoire (1901-1911), Fous couronnés (1914), etc. Les nombreux travaux convergeant tous vers un même but de Cabanès ont provoqué le réveil de la critique médicale historique, en expliquant maintes énigmes de l’histoire, restées indéchiffrables.

[28] Dr. Georges Veysset, Huysmans et la médecine, thèse de doctorat, Paris, Société d’édition des Belles-Lettres, 1950.

[29] Le manuscrit passa ensuite dans la collection Paul Voûte (sa vente, 1938, n° 603).

[30] Le docteur Camuset a composé un Manuel d’Ophtalmologie (publié chez Masson en 1877) et un Mémoire sur la Vaseline (Société de médecine, 1877).

[31] Clouzot, Manuel du bibliophile français du XIXe siècle, p. 56.

[32] Voir Pascal Pia, Les Livres de l’Enfer, Paris, Fayard, 1998, pp. 539-540 (diverses éditions de L’œuvre libertine des Poètes du XIXe siècle, éditée par les éditions « La Bibliothèque des Curieux »).

[33] Originaire du Poitou, Jules de La Mesnardière employa l’affaire des « possédées de Loudun » pour se faire remarquer par Richelieu dès sa sortie de la faculté de médecine, en publiant une thèse contrant l’approche rationaliste du médecin protestant écossais Marc Duncan (qui estimait qu’il s’agissait, en termes modernes, d’une hystérie collective). Cette estime du ministre lui fit quitter sa province et gagner Paris : bien que devenu médecin de Gaston d’Orléans, il cessa de publier sur sa discipline, s’engagea dans la voie des belles-lettres, des traductions et de la poésie mondaine, ce qui lui valut pour finir de succéder à Tristan L’Hermite à l’Académie en 1655. L’année suivante parut le recueil in-folio de ses œuvres poétiques, aussi bien imprimé que les vers sont insipides :

Jules de La Mesnardière, « Les Poésies de Iules de la Mesnardiere, de L’Académie Françoise, Conseiller du Roy, et Maistre d’Hostel Ordinaire de Sa Majesté… », Paris, Antoine de Sommaville, 1656, première édition, seule parue. Inv. 1619

[34] Sur cet auteur, voir notamment Joël Coste, « Un regard médical sur la société française à l’époque d’Henri IV et de Marie de Médicis : Thomas Sonnet de Courval (1577-1627), gentilhomme normand et médecin satirique », dans Dix-septième siècle, Paris, PUF, 2008/2, pp. 339-361.

[35] En plus de l’ex-libris héraldique sur cuir noir du célèbre amateur, il figure au catalogue de la bibliothèque Guaïta sous le numéro 2133. Il faut reconnaître que le livre de Sonnet de Courval, par son sujet, intéressait cette thématique, puisque traitant des pratiques occultes et nécromanciennes : il est donc référencé dans les principales bibliographies sur le sujet (Caillet, 10266 ; Dorbon, 4622, pour une édition de 1622).

[36] Maurice Barrès a laissé un beau portrait de son ami Guaïta en bibliophile érudit : « Il passait cinq mois de l’année dans un petit rez-de-chaussée de l’avenue Trudaine, où il ne recevait que quelques occultistes, et dont il lui arrivait de ne pas sortir pendant des semaines. Il avait amassé là toute une bibliothèque étrange et précieuse, des textes latins du moyen âge, des vieux grimoires chargés de pentacles, des parchemins enluminés de miniatures, des traités d’alchimie, les éditions les plus estimées de Van Helmont, Paracelse, Raymond Lulle, Saint-Martin, Martinez de Pasquallis, Corneille Agrippa, Pierre de Lancre, Knorr de Rosenroth, des manuscrits d’Éliphas, des reliures signées Derome, Capé, Trautz-Bauzonnet, Chambolle-Duru … » (dans Un rénovateur de l’occultisme : Stanislas de Guaïta, Paris, Chamuel, 1898, p. 29).

[37] (Arthur-)Auguste Brölemann (1826-1904), bibliophile lyonnais, petit-fils du collectionneur d’art et bibliophile Henri-Auguste Brölemann (1775-1854).

[38] Paris, Jean Hénault, 1650 (in-4°) ; « Suivant la copie imprimée a Paris », s.n., 1651 [i.e. Leyde, Bonaventure et Abraham Elzevier] (in-12, Picot 972) ; Paris, Jean Henault, 1653 (in-4°) ; Grenoble, Jean Nicolas, 1657 (in-12) ; Lyon, Pierre Compagnon, 1657 (in-12) ; Rouen, Clément Malassis, 1660 (in-12, avec portrait gravé) ; Paris, Antoine Rafflé, s.d. [entre 1661 et 1680] (deux éditions in-12) ; Paris, Jean Cochart ou Gabriel Quinet, 1664 (in-12, avec portrait gravé) ; Paris, De Poilly, 1736 (in-12).

[39] Edmond Maignien, L’Imprimerie, les imprimeurs et les libraires à Grenoble du XVe au XVIIIe siècle…, Grenoble, 1884, n° 376.

[40] Il s’agit d’une série de cinq volumes : les Divertissements d’Amour (1667), des Recréations poétiques (1669), Les Fous amoureux (1669), un Recueil d’épigrammes des plus fameux poètes latins mis en vers français (1669) et Les Odes amoureuses charmantes et bachiques des poètes grecs Anacreon, Sappho et Théocrite : et autres galanteries de divers autheurs, en prose et en vers (1670).

[41] Cirons notamment : Paris, Prieur, 1749 ; Douai, Derbay, s.d. [1749] ; Paris, Compagnie des Libraires, 1760 et 1766.

[42] Pour une présentation de cet épisode, voir Charles-Augustin Sainte-Beuve, Causeries du lundi, Paris, Garnier frères, 1876, tome X, pp. 283-289 (article « Vicq d’Azyr »).

[43] Membre de la Faculté de médecine de Paris depuis 1778, Le Roux des Tillets connut une éclipse de sa carrière sous la Révolution en raison de ses attaches royalistes (1792), avant de revenir comme professeur de clinique à l’Ecole de santé. Avec Pinel, il promût la pratique de l’inoculation avant l’arrivée de la vaccination (1799). Pédagogue apprécié, il dirigea la Société d’Instruction médicale, société d’étudiants fondée en 1801. Assistant de Corvisart, il remplaça celui-ci (devenu Premier médecin de l’Empereur) comme médecin de l’Hôpital de la Charité et professeur de clinique interne (1805). Avec Chaussier, il rédigea une notice pour le manuel d’accouchement de Baudelocque (1812). Il est membre de l’Académie Nationale de Médecine et éditeur du Journal de médecine, de chirurgie et de pharmacie. Devenu enfin doyen de la faculté de médecine, il prononça l’éloge de Corvisart au Père-Lachaise (1821). En plus des pamphlets de jeunesse cités, il laissa en 1822 une pièce de théâtre, La Journée de Salamine, tragédie lyrique.

[44] Sainte-Beuve, op. cit.

[45] Bibliothèque des Goncourt – XVIIIe siècle, Paris, 1897, n° 28, au sein d’un lot de douze pamphlets concernant la Faculté de médecine ou les médecins.

[46] Selon les annotations de l’exemplaire Seymour de Ricci du catalogue Goncourt.

[47] Jean Bonna, « Un parcours de collectionneur », dans Revue d’Histoire littéraire de la France, 115e Année, No. 1, « Bibliophilie, collectionnisme et littérature française – Hommage à M. Jean Bonna », janv.-mars 2015, p. 22. Sur cette bibliophile d’exception et sa collection (malheureusement dispersée sans catalogue), voir l’article d’Arthur Rau, « Contemporary Collectors XVI. Edmée Maus », dans The Book Collector, VII, 1958, pp. 38-50.

[48] Voici quelques exemples de provenance médicale :

  • Hyacinthe-Théodore Baron (1707-1787, médecin en chef des armées du roi et doyen de la Faculté de médecine de Paris) : Anonyme, Contes mis en vers par Monsieur D*** et poésies diverses, Amsterdam, 1688, Inv. 1312 / Jean Millet, Pastorale et Tragi-comédie de Janin, Lyon, 1706, Inv. 1028
  • Tibulle Pellet Desbarraux-Bernard (1798-1880) (médecin et bibliographe toulousain, auteur d’études sur les débuts de l’imprimerie à Toulouse et en Languedoc, comme d’articles dans le Bulletin du Bibliophile dans les années 1850-1860. Il vendit sa bibliothèque en deux ventes en 1878) (ex-libris gravé doré Ex schaedis doct. T. D.-B., avec la devise In secundis voluptas, in adversis perfugium) : Jacques de Losme de Monchensnay, Satires nouvelles… par le sieur D***, Paris, Jacques Collombat, 1701, édition originale, Inv. 102. / Pierre Mainfray, Cyrus triomphant…, Rouen, David du Petit-Val, 1618, seule édition, Inv. 160.
  • Lucien Graux (1878-1944, médecin, bibliophile et résistant) : Joris-Karl Huysmans, En Route [épreuves, avec ajouts et corrections autographes], 1895, Inv. 1460
  • Eugène Olivier (1881-1964, médecin, bibliophile et président de l’Académie de philatélie entre 1957 et 1964, spécialiste des ex-libris et livres armoiriés, auteur de nombreuses études sur le sujet) : René Boylesve, Les Bains de Bade, Paris, 1896, EO. Inv. 705
  • Jean-Georges Moreau (membre de la « Société française d’histoire de la médecine », bibliothèque vendue en décembre 2008 et octobre 2009) : Jules Janin, La Gâteau des Rois…, Paris, 1847, EO, Inv. 903 / Jules Janin, Contes fantastiques et contes litéraires…, Paris, 1832, EO, Inv. 937 ; Alphonse Daudet, Les Rois en exil, Paris, 1879, EO, Inv. 1073

[49] Jeanne Veyrin-Forrer, « Un collectionneur engagé : François Rasse des Neux, chirurgien parisien », dans La Lettre et le Texte, Paris, 1987, pp. 423-477. Voir aussi Gilbert Schrenck, « Les livres de théologie dans la bibliothèque du chirurgien François Rasse des Neux : c. 1525-1587 », dans Revue d’histoire et de philosophie religieuses, Strasbourg, Faculté de théologie protestante, 2017, tome 97, n°4.

[50] J’ai relevé ce même ex-libris manuscrit « A. Chippard » accompagné de la même date de 1610 sur un exemplaire des œuvres de Desportes de 1583 en vélin doré présenté par la Librairie Jean-Baptiste de Proyart en juin 2009 (exemplaire H. Destailleurs / Béraldi / Guérin). Je pense qu’il faut l’identifier avec un certain André Chippart, avocat, d’une famille de juristes parisiens. Son père, Nicolas Chippart, avocat (ou conseiller selon d’autres sources) au Parlement de Paris, cité dans le journal de Pierre de L’Estoile à l’occasion de ses funérailles en mars 1592 à l’âge de 70 ans, était l’un des Seize, responsables ligueurs de la capitale pendant sa révolte contre Henri III, puis Henri IV. Son frère, Nicolas Chippart (1561-1640), seigneur du Chippard et de Laas-Saint-Andéol, fut employé par Henri IV et Lpuis XIII pour plusieurs missions diplomatiques en Suisse et Italie, éprouvant quelques difficultés à réintégrer le barreau à son retour.

[51] J. Veyrin-Forrer, op. cit., p. 436.

[52] Pour reprendre le titre de la très belle exposition et du livre dirigés par Gérald d’Andiran à la Fondation Martin Bodmer en 2011.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (42) : UNE PREMIÈRE VIE SUR LE PARNASSE

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (42)

UNE PREMIÈRE VIE SUR LE PARNASSE

Près de cent ans après sa disparition, que reste-t-il d’Anatole France (1844-1924), prix Nobel de littérature 1921, dans l’esprit des Français de 2020 ? Peu de choses, si l’on en croit par exemple le tollé provoqué par sa mise au programme du bac 2016 (des lycéens hagards avaient alors protesté lourdement contre le choix de cet inconnu[1]…). Son nom évoque certes encore quelque chose, mais plus souvent quelque avenue ou rue, école ou collège, que des éléments biographiques ou bibliographiques précis. En dehors de quelques textes majeurs (comme Le Crime de Sylvestre Bonnard, à juste titre), la plupart de ses œuvres ne se trouvent plus guère en éditions récentes dans les rayons des librairies. Alors que j’étonnais de l’absence criante de tout Anatole France dans sa prodigieuse collection, un de mes amis, très grand bibliophile, me répondit avec une rude franchise : « En fait, ça m’emmerde ! ». Et quand on sait que le plus récent biographe de l’auteur a intitulé son étude Anatole France, avant l’oubli, on a l’impression que la messe est dite !

Alors autant l’avouer tout de suite : à rebours de ce lent oubli, j’adore Anatole France ! Au point de lui avoir consacré une part non négligeable du côté moderne de ma bibliothèque et d’avoir accumulé éditions originales, envois autographes et manuscrits de tout poil, lettres et fragments d’œuvres[2]. Romancier à la langue impeccable, bibliophile et bibliographe raffiné et érudit, collectionneur forcené et amoureux du beau, conscience de son époque dans bien des domaines, il marqua près de cinquante ans de l’histoire littéraire et sociale de la France, constituant indéniablement l’une de ses bornes miliaires intellectuelles. Le romancier auteur de Sylvestre Bonnard, de Thaïs, du Lys rouge (qui marqua tellement Proust), du cycle Histoire contemporaine, de L’Affaire Crainquebille forme sans doute la facette la plus connue dans sa carrière : la matière est ample et sera sans doute déclinée dans plusieurs billets futurs. Mais abordons plutôt à présent les débuts de carrière d’Anatole France qui, avant de devenir un célèbre prosateur, fit ses premières armes en poésie, au sein de l’« écurie Lemerre », autrement dit de l’Ecole parnassienne alors triomphante. Occasion de revenir sur l’essor de ce mouvement littéraire qui marqua toute la littérature française de la seconde moitié du XIXe siècle.

I. Les ambitions d’un commis-libraire

On peut dire que le futur auteur et académicien naquit avec des livres en main, à défaut de cuillère en argent dans la bouche. Il vit en effet le jour dans la librairie familiale du quai Malaquais à Paris, un paradis de bibliophile consacré aux ouvrages anciens traitant de l’histoire et surtout de la Révolution française. Connue et fréquentée par tous les collectionneurs et les érudits du temps (comme les frères Goncourt ou Gérard de Nerval qui, à la recherche du récit d’évasion de l’abbé de Bucquoy, la cite dans une nouvelle des Filles du feu[3]), la « Librairie politique ancienne de France » était tenue depuis 1840 par François-Noël Thibault (1805-1890). A l’origine illettré, cet ancien soldat passé sous-officier s’était formé à la dure et, revenu à la vie civile, avait fait de sa passion des livres une profession. Elevé au milieu des livres anciens et des documents autographes (il eut entre les mains des feuillets de l’Ami du Peuple tâchés du sang de Marat ou des condamnations à mort signées Fouquier-Tinville), le jeune Anatole Thibault, ou plutôt Anatole France (puisque la famille avait adopté ce nom, forme angevine du prénom paternel), en conserva toute sa vie le goût pour la bibliophilie et l’érudition. Aimant tendrement ses parents, il composa pour eux ses premiers écrits, dont certains ont été conservés par miracle[4], notamment ce petit cahier d’historiettes offert à sa mère, Antoinette Gallas (1811-1886). Après une dédicace à sa maman lui promettant son amour et de belles lectures, le petit garçon de huit ans avait entrepris de recopier un texte intitulé Les Enfants des bois, une petite histoire probablement tirée d’un de ses livres[5].

Anatole France, « Choix de jolies petites histoires instructives », vers 1852, manuscrit autographe signé, couverture illustrée. Inv. 2122
Anatole France, « Choix de jolies petites histoires instructives », vers 1852, manuscrit autographe signé, page de titre. Inv. 2122
Anatole France, « Choix de jolies petites histoires instructives », vers 1852, manuscrit autographe signé, dédicace à sa mère. Inv. 2122
Anatole France, « Choix de jolies petites histoires instructives », vers 1852, manuscrit autographe signé, début du récit dialogué « Les Enfants des bois ». Inv. 2122

Élève pauvre au sein du huppé Collège Stanislas, le garçon remporta quelques succès scolaires avec ses premières compositions, notamment cette Légende de sainte Radegonde que son père, très fier, fit imprimer sous forme autographiée à une cinquantaine d’exemplaires ad usum amicorum[6]. Mais une fois son bac en poche en novembre 1864, le jeune homme refusa, à la grande déception de son père, de reprendre la librairie familiale (finalement vendue en juin 1866). Au début de cette même année, Anatole France, sans situation et ayant de plus connu une déception amoureuse cuisante auprès de l’actrice Elise Devoyod, avait fini, sur le conseil de Catulle Mendès, par pousser la porte de la Librairie Alphonse Lemerre, sise passage Choiseul. Bachelier et poète en herbe, il fut engagé au poste de commis dans ce qui était en passe de devenir la poussinière d’une nouvelle génération de poètes : le Parnasse. Les maîtres à penser de cette nouvelle école poétique étaient au nombre de trois : le romantique reconverti Théophile Gautier (dont le recueil Emaux et Camées favorisa l’émergence du nouveau courant : sur l’histoire de ce livre, voir « Mélanges (23) : Au crépuscule d’un romantique »), le gentil Théodore de Banville (1823-1891, dont les Odes funambulesques avaient fait date en 1857), et le plus redoutable Charles Leconte de Lisle (1818-1894), qui assuma plus ou moins officiellement le rôle de chef de file. En gros, une version poético-littéraire de Le Bon, la Brute et le Truand !

Bénédict Masson, « Portrait de Théodore de Banville à 39 ans », 1862. Musée Anne de Beaujeu. Photo WikiCommons

La première manifestation éditoriale de ce courant vit justement le jour en octobre 1866, Lemerre publiant le premier volume d’un recueil collectif baptisé Le Parnasse contemporain. Sous la direction de Louis-Xavier de Ricard et surtout de Catulle Mendès furent réunies les œuvres de 37 poètes (dont Banville, Baudelaire, François Coppée, Théophile Gautier, José-Maria de Heredia, Leconte de Lisle, Sully Prudhomme, tandis que Mallarmé et Verlaine y publiaient leurs premiers vers, pour ne citer que les plus célèbres). L’impact fut considérable et Rimbaud devait d’ailleurs s’initier à la poésie contemporaine grâce à ce recueil.

Portrait photographique d’Anatole France en 1875. DR

Mais pour l’heure, le jeune commis France se contentait de graviter autour de ce cercle. Sa première véritable publication, en 1868, ne fut même pas donnée chez Lemerre, mais chez Bachelin-Deflorenne, éditeur de la revue Le Bibliophile français pour laquelle France avait donné quelques articles. Premier jalon de sa future et longue carrière de critique littéraire, il s’agissait d’une étude sur Alfred de Vigny, ornée en guise de frontispice d’un beau portrait de l’auteur récemment défunt, une eau-forte par Staal. Ce texte de jeunesse ne devait être réimprimé qu’en 1923 seulement, chez Claude Aveline. Le présent exemplaire provient de la bibliothèque d’Alfred Werlé (1837-1907), directeur des champagnes Veuve Clicquot-Ponsardin et maire de Reims[7].

Anatole France, « Alfred de Vigny », étude, Paris, ‎Paris, Bachelin-Deflorenne, 1868, édition originale. Prov. : Alfred Werlé. Inv. 394

Rapidement, le jeune Anatole France reçut une forme de promotion et passa au statut de « lecteur » : à ce titre, il préparait les éditions d’auteurs anciens, rédigeait des notices, corrigeait des épreuves, vérifiait des textes. Il avait aussi la lourde responsabilité de lire les innombrables manuscrits poétiques qui parvenaient passage de Choiseul, d’en faire la critique, de faire remonter ses avis au patron qui répondait alors (le plus souvent négativement) aux auteurs candidats à la publication. C’est ainsi que, vers 1870, il résuma son avis sur les vers d’une certaine demoiselle Swartz, exécutés en quelques lignes :

Anatole France, critique du poème « Raphaelle » d’Hélène Swartz [manuscrit autographe signé], s.l.n.d. [Paris, vers 1870]. Prov. : Philippe Zoummeroff (vente 1999, n° 442). Inv. 2515

« Le poëme de Mlle Hélène Swartz, intitulé Raphaelle, témoigne de beaucoup de facilité. Les vers sont harmonieux mais faibles, le langage, naturel et simple, manque d’originalité. Le sujet du poëme est d’ailleurs peu nouveau. Tout en félicitant sincèrement Mlle Hélène Swartz de ses heureux dons, je dois lui conseiller de faire une étude approfondie de la littérature tant classique que contemporaine : c’est en lisant beaucoup qu’elle se donnera les qualités de style et de facture qu’elle n’a pas encore. Je ne puis proposer à M. Lemerre ses œuvres actuelles pour l’impression. A.F. »

Après recherches dans les catalogues en ligne, et jusqu’à plus ample informé, la pauvre apprentie poétesse ne semble pas avoir jamais été publiée…

II. L’adoubement poétique

Gagnant peu à peu ses marques dans le cénacle parnassien, Anatole France parvint à faire accepter ses premiers vers dans les publications Lemerre. Courant 1868, l’éditeur-libraire se lança dans un audacieux projet de publication, un nouveau recueil poétique, mais entièrement illustré par les plus grands artistes européens du moment. C’est dans ce cadre que le poète François Coppée (1842-1908) écrivit à son ami et confrère Ernest d’Hervilly (1839-1911) pour lui confirmer sa participation au volume en préparation :

François Coppée, lettre autographe signée à Ernest d’Hervilly, s.d. [printemps 1868]. Inv. 2675

« De tout mon cœur, merci, mon cher d’Hervilly, pour l’aimable paragraphe consacré dans L’Eclipse à mes Intimités[8]. Je voulais faire le voyage du haut Vaugirard moins pour te remercier que pour te voir et causer avec toi ; mais voyant que je serai forcé de retarder de quelques jours, je veux auparavant t’envoyer ma cordiale poignée de main. Mes amitiés à ta charmante Fathma et à toi de cœur, François Coppée. A propos, ton sonnet pour l’album Lemerre est exquis. C’est, comme nous l’avons tous trouvé, un Seymour Haden dans sa mélancolie grise et pénétrante. Enfin, ton nom et ton talent ne manqueront pas à ce regain parnassien. Bravo ! »

Portrait photographique de François Coppée, par Nadar. Inv. 2033

Intitulé Sonnets et eaux-fortes et tiré en décembre 1868 à 350 exemplaires, ce magnifique petit in-folio était orné de 42 eaux-fortes (tirées d’œuvres de Manet, Doré, Claudius Popelin, Corot, Millet, Victor Hugo, etc.) et présentait 42 sonnets signés par Banville, Cladel, Coppée, Dierx, Gautier, Glatigny, Heredia, Leconte de Lisle, Catulle Mendès, Sully Prudhomme ou Verlaine (pour citer les plus illustres). Hervilly avait pour sa part livré un « La Rookery » illustré d’après un tableau du peintre anglais Francis Seymour Haden, quand Coppée donnait « Le fils de Louis XI », avec une gravure d’après Charles Courtry. Et Anatole France faisait son apparition parmi cet aréopage du Parnasse, avec le sonnet « Un sénateur romain », orné d’une eau-forte d’après Gérôme.

Collectif (Banville, Leconte de Lisle, Mallarmé, France, Verlaine, …), « Le Parnasse contemporain – Recueil de vers nouveaux (1869) », Paris, Lemerre, 1871, édition originale. Inv. 2394

Désormais bien identifié et accueilli dans le groupe parnassien, Anatole France fut convié quelques mois plus tard à participer au deuxième volume du Parnasse contemporain, lequel, sous la direction de Leconte de Lisle en personne, sortit d’abord en livraisons (à partir d’octobre 1869, avec interruption pendant la guerre franco-prussienne), puis en volume en juillet 1871. Parmi les 169 pièces données par 56 auteurs[9] se rencontraient deux pièces de France : « La part de Magdeleine » (pp. 143-147, récit de la conversion de la célèbre pénitente, qui sera lu avec succès en public salle Gerson lors d’une réunion parnassienne) et « La Danse des morts » (pp. 147-152).

Anatole France, « La Part de Magdeleine », dans « Le Parnasse contemporain », Paris, Lemerre, 1871, p. 143. Inv. 2394

En 1873 arriva enfin le moment où le poète put exprimer et livrer au jour les résultats de son travail : Anatole France était reconnu comme un membre de premier plan du Parnasse et de l’ « écurie Lemerre », publiant son premier recueil de vers, Les Poëmes dorés. Dédié à Leconte de Lisle, maître du mouvement, le petit volume fut publié à seulement 580 exemplaires imprimés sur vélin (sans compter deux hors-commerce sur Chine) et recueillit un succès d’estime à défaut de réussite commerciale (une centaine d’exemplaires fut distribuée aux amis, le reste se vendit péniblement).

Anatole France, « Les Poëmes dorés », Paris, Lemerre, 1873, édition originale, exemplaire de Théodore de Banville, avec envoi. Inv. 1280

Certains des plus beaux poèmes d’Anatole France y trouvèrent place, devenus des classiques souvent cités par les amoureux de poésie de la Belle Epoque. Un sonnet en particulier fut remarqué : La Perdrix (qui occupait les pages 16-17 du recueil). Les vers furent par la suite souvent recopiés par France pour ses amis et admirateurs, comme c’est le cas pour ce manuscrit autographe :

Anatole France, « La Perdrix », manuscrit autographe signé, apr. 1873. Inv. 1711

         « Hélas! celle qui, jeune en la belle saison,
Causa dans les blés verts une ardente querelle
Et suivit le vainqueur ensanglanté pour elle,
La compagne au bon cœur qui bâtit la maison
Et nourrit les petits aux jours de la moisson,
Vois : les chiens ont forcé sa retraite infidèle.
C’est en vain qu’elle fuit dans l’air à tire-d’aile,
Le plomb fait dans sa chair passer le grand frisson.
Son sang pur de couveuse à la chaleur divine
Sur son corps déchiré mouille sa plume fine.
Elle tournoie et tombe entre les joncs épais.
Dans les joncs, à l’abri de l’épagneul qui flaire,
Triste, s’enveloppant de silence et de paix,
Ayant fini d’aimer, elle meurt sans colère ».

Sans être l’exemplaire de dédicace, le présent volume des Poëmes dorés n’en possède pas moins une prestigieuse provenance, puisqu’il s’agit du livre offert à Théodore de Banville, avec cet envoi enthousiaste et respectueux : « Au maître aimé, Théodore de Banville, tribut joyeusement apporté, Anatole France ». Si Leconte de Lisle trônait comme le véritable maître du Parnasse, Théodore de Banville en était sans conteste la seconde figure tutélaire, honoré et fréquenté par tous les poètes de cette nouvelle génération. Devenu Parnassien à part entière avec ce premier recueil, Anatole France qualifiait alors Banville de « poète de la lumière et de la joie, le doux rossignol des Muses ».

Anatole France,  envoi autographe à Théodore de Banville, sur « Les Poëmes dorés », Paris, Lemerre, 1873, édition originale. Inv. 1280

Trois ans plus tard, le jeune poète devait offrir son deuxième recueil à Banville avec un envoi tout aussi déférent : « A mon cher et illustre Maître Théodore de Banville »[10]. En 1882, préfaçant le roman Henriette d’Angleterre de Madame de Lafayette, France n’oublia pas d’en envoyer un exemplaire à Banville[11]. Faisant enfin l’éloge funèbre du vieux poète en 1891, France en dressa un portrait à la fois admiratif, saluant « le vieux maître si poli, dont l’âme était fleurie comme son jardin. Il était charmant et c’est le plus chantant des poètes de son âge », né « avec une âme de rossignol » (d’où le reproche de France d’avoir trop vécu dans un monde idéal et rêvé, « un univers enchanté », sans jamais rien laisser voir dans sa poésie de l’amertume et de la souffrance). Il lui reconnaissait toutefois une immense fantaisie : « quand Théodore de Banville n’est pas le poëte funambule, il est le poète virtuose par excellence. On a dit justement qu’il fut le dernier des romantiques et le premier des parnassiens ». Son intérêt pour les vieilles formes poétiques (rondeau, ballade) en avait fait un « Viollet-le-Duc poétique »[12].

C’est aussi en 1873 que Lemerre et l’équipe des Parnassiens saluèrent la disparition d’un des trois maîtres originels : leur ami Théophile Gautier, mort l’année précédente. Pour ce Tombeau de Théophile Gautier, publié chez Lemerre et rassemblant 91 poèmes inédits, Anatole France composa deux pièces, mais seuls les vers « Au Poète » furent finalement utilisés. Le second poème, « A Théophile Gautier, sur Arria Marcella », ne fut révélé que cinq ans plus tard, en première page du journal Le Gaulois du 26 mars 1878[13] :

Anatole France, « A Théophile Gautier, sur Arria Marcella », manuscrit autographe signé, s.d. (apr. 1873). Prov. : Philippe Zoummeroff (vente 1999, n° 442). Inv. 2077

« Le creux d’un sein charmant que la cendre moula
Fut la coupe où tu bus cette ivresse éloquente,
Qui, sous l’étroit portique en volutes d’acanthe,
Fit surgir dans la pourpre Arria Marcella »

Ce joli quatrain renvoyait à la nouvelle fantastique Arria Marcella, parue en 1852 : il devait finalement intégrer les Poèmes d’Anatole France dans la rubrique « Idylles et légendes ». Outre le présent manuscrit, il semble exister un certain nombre de copies autographes de ces vers, sans doute utilisés souvent par Anatole France pour des album amicorum ou des cadeaux[14].

III. Le comité secret du Parnasse[15]

Au fil des années, la position d’Anatole France au sein de la Librairie Lemerre était devenue centrale. Gérant les auteurs, filtrant les manuscrits, contrôlant la fabrication, il entretenait les meilleures relations du monde avec son patron, avec lequel il était « à tu et à toi », reçu en famille dans la résidence de campagne des Lemerre à Ville-d’Avray.

Anatole France (assis à gauche) chez les Lemerre (Alphonse Lemerre debout) à Ville-d’Avray en 1873. Photo DR

Ayant constaté les talents d’écriture de son employé, Lemerre lui commanda un ouvrage consacré à l’édition et aux beaux livres : Le Livre du Bibliophile[16]. Anonyme, le mince volume était toutefois doté d’un « Avertissement au lecteur » signé par Lemerre, laissant croire que ce dernier avait tenu la plume. Mais, comme le nota la préface de la réédition donnée en 1926[17], « on connaît le manuscrit. S’il contient des corrections d’Alphonse Lemerre, le texte n’en est pas moins entièrement de la main d’Anatole France ».

[Anatole France], « Le Livre du Bibliophile », Paris, Lemerre, 1874, « deuxième édition ». Inv. 2683

En 1876, France était donc devenu une autorité respectée parmi les Parnassiens. Raison pour laquelle Lemerre reconnaissant le nomma membre du très secret comité de sélection réuni pour mettre au point le troisième et dernier volume du Parnasse contemporain, aux côtés de deux autres sommités du cénacle, à savoir Théodore de Banville et François Coppée. France avait des sentiments mitigés à l’égard du poète des Humbles, de ses inspirations tirées du quotidien et de ses vers utilisant des mots de tous les jours, au risque de tomber dans le prosaïsme. Selon Robert de Montesquiou[18], France aurait lu un jour, sur une couronne mortuaire, l’inscription : « Le Cercle des Joueurs de boules de Neuilly », qui lui aurait tout de suite fait penser à un alexandrin de Coppée ! Ce dernier et Banville étaient deux « bonnes pâtes », tandis que France, aguerri dans la besogne d’écrémage, se montra souvent plus mordant et expéditif… La composition exacte du comité et le détail des délibérations ne furent connus qu’en mars 1928, avec la révélation d’archives inédites et de notes de travail par la revue Le Manuscrit autographe. Trois catégories avaient été instaurées : les hors-concours intégrés d’office, les refusés d’office et les indécis. Parmi ces derniers furent classés deux immenses poètes qui avaient pourtant participé aux précédentes éditions : Mallarmé et Verlaine. Lorsque le premier proposa « Improvisation d’un faune » (appelé par la suite « L’après-midi d’un faune »), Banville nota avec indulgence : « Doit, je crois, être admis, en dépit du manque de clarté, à cause des rares qualités harmoniques et musicales du poème ». Mais France, suivi par un Coppée prudent, rejeta les vers sans appel, notant lapidairement : « Non, on se moquerait de nous ». Quant au second, sorti de prison depuis peu après avoir revolvérisé son giton, il était à écarter d’office, selon France : « Non, l’auteur est indigne et les vers sont les plus mauvais qu’on ait vus ». Charles Cros fut lui aussi blackboulé, mais pour des raisons plus personnelles : en 1872, le poète avait giflé France au public, jaloux de son succès auprès de l’actrice Nina de Villards. Ambiance chez les « Vilains Bonhommes », comme ils se surnommaient…

Les deux brouillons de lettres ci-dessous se rattachent aux travaux de ce comité. De la main d’Anatole France, ils sont des projets de réponse transmis à Alphonse Lemerre qui signait les lettres de refus en s’abritant derrière l’autorité du tout-puissant et anonyme comité de sélection. Pour refuser l’anonyme Jean Gabriel (manifestement insistant, puisqu’il avait renvoyé une version corrigée de ses vers), on avança l’argument imparable du timing, non sans lui infliger quelques leçons de poétique tirées du classique Traité de poésie française de Banville[19] (sous-entendu : vous pourriez en prendre de la graine). Il eut quand même droit à une publication Lemerre comme cadeau de consolation :

Anatole France, minute autographe d’une lettre à Jean Gabriel, s.l.n.d. [Paris, 1876], p. 1. Inv. 1677
Anatole France, minute autographe d’une lettre à Jean Gabriel, s.l.n.d. [Paris, 1876], p. 2. Inv. 1677

« Monsieur, je ne doute pas que votre envoi, ainsi modifié et complété, n’eût été de nature à faire sur le comité l’impression la plus favorable. Mais le comité ne fonctionne plus et le Parnasse, classé par ordre alphabétique, est composé et tiré jusqu’à la lettre M inclusivement. Dans ces conditions, l’insertion de vos sonnets est matériellement impossible. Croyez à mes regrets, etc. PS vous me demandez ce qu’est le rapport interne par strophe carrée. C’est la strophe de 4 vers dans laquelle le vers 1 rime avec le vers 4 ou le vers 2 avec le vers trois. Vous l’avez-vous-même employée dans plusieurs des sonnets que vous n’envoyez ; je vous renvoie pour plus de détails au traité de poësie française de M. Théodore de Banville, chapitre du sonnet. AL. Lui envoyer, d’après la demande, le Livre des sonnets[20] »

Le second poète à décevoir était d’un tout autre calibre et ne pouvait pas être traité par-dessus la jambe comme un rimeur du dimanche. Eminent latiniste, conseiller général de la Somme et chargé de mission par le ministère de l’Instruction publique, Ernest Prarond (1821-1909) était également poète et ambitionnait le sacrement du Parnasse contemporain. Oui, mais voilà : cette grosse légume soumit ses vers directement à Lemerre, en refusant l’évaluation du comité secret. Les notes de travail publiées en 1928 permettent néanmoins de savoir que les vers de Prarond ont bel et bien été examinés par les trois jurés. Pour le gentil Banville, « tout son envoi me paraît remarquable ». Et c’est bien Anatole France qui émit un avis négatif et trancha sèchement : « Non, c’est ennuyeux comme la pluie ». Restait à présenter la chose en rejetant la faute sur l’audacieux, tout en déchargeant Lemerre de toute responsabilité. Ce à quoi s’employa France :

Anatole France, minute autographe d’une lettre à Ernest Prarond, s.l.n.d. [Paris, 1876]. Inv. 1676

« Monsieur, comme je tiens à n’avoir pas avec vous l’ombre d’une difficulté, je vous rappellerai les faits relatifs à votre envoi d’un poème au Parnasse. Vous m’avez formellement interdit de présenter votre pièce de vers au comité : j’ai respecté votre volonté et la pièce n’a pas été examinée. Elle n’est donc ni admise ni refusée. Comme j’ai renoncé, en faveur du comité, à tout droit sur la composition du parnasse, je n’ai pu introduire vos vers dans le recueil, qui d’ailleurs est composé et déjà tiré en partie. Je regrette, Monsieur, croyez-le, que la détermination formelle, que vous maintenez encore dans votre dernière lettre, ait privé le Parnasse contemporain de votre concours. Mais vous devez comprendre que je n’ai pas qualité pour imposer ma volonté personnelle (qui serait tout en votre faveur) à un jury plus autorisé que moi en matière de poësie. (Lui parler de son volume). Votre très dévoué »

Le rôle d’Anatole France dans ces choix draconiens finit par percer dans les milieux autorisés et lui valut pas mal d’inimitiés, à la fois parmi ses contemporains, mais aussi parmi la génération suivante. Ainsi, Paul Valéry ne lui pardonna jamais d’avoir évincé Mallarmé, prince des poètes, au point que, succédant à Anatole France dans son siège de l’Académie française, il parvint ce tour de force de ne pas citer une seule fois le nom de son prédécesseur dans son discours de réception prononcé le 23 juin 1927 ! Comme le nota un commentateur, ce fut « un interminable chapelet de perfidies envers son prédécesseur, suivant le principe réitéré du compliment ambigu ».

Paul Valéry, « Discours de réception à l’Académie française », Paris, Gallimard, 1927, deuxième édition (après celle donnée par l’Institut de France aux éditions Firmin-Didot). Inv. 2053

Dans cette histoire, toutefois, le plus accablé de remords demeura bien France lui-même. Au cours des années suivantes, devenu un critique de renommée internationale par ses chroniques dans Le Temps, il se révéla l’un des plus farouches défenseurs de Mallarmé et de Verlaine, qui lui inspira même le personnage de Choulette dans son roman Le Lys rouge. Le « Pauvre Lélian », d’ailleurs, ne lui avait pas trop tenu rigueur et l’égratigna à peine dans la notice-charge qu’il rédigea sur lui en 1887 dans la série périodique des Hommes d’aujourd’hui éditée par Lemerre.

Paul Verlaine, « Anatole France », Paris, Lemerre, s.d. [1887], n° 346 de la série des « Hommes d’aujourd’hui ». Inv. 1992

 

IV. Derniers feux d’un Parnassien :

En cette même 1876 qui vit sortir le troisième et dernier Parnasse contemporain, Anatole France livra un nouveau recueil poétique : Les Noces corinthiennes. Publié par Lemerre à 500 exemplaires, le petit volume contenait plusieurs œuvres de longueur variée. A la principale, qui donnait son titre au volume, étaient associés les poèmes « Leuconoé », « La Veuve », « La Pia », « La Prise de voile » et « L’Auteur à un ami ».

Anatole France, « Les Noces corinthiennes », Paris, Lemerre, 1876, édition originale. Exemplaire de dédicace à Frédéric Plessis, avec envoi. Inv. 991

Inspirées par une pièce de Goethe (et peut-être par Atala de Chateaubriand, sans compter des réminiscences de Lamartine ou Flaubert), « Les Noces corinthiennes » étaient un drame antique en vers, dont l’intrigue se situait sous le règne des Antonins et présentait le monde païen, usé mais brillant, succombant sous le fanatisme du christianisme et de ses interdits religieux (reflet des positions anticléricales de France). La belle Daphné, contrainte à la chasteté par son intransigeante mère, finit par se suicider, son fiancé Hippias invectivant le Christ et sa morale mortifère. C’est pourtant un passage moins violent, évoquant le baptême de Daphné, que France tira de l’acte I, scène 3, et recopia à la demande d’une jeune fille :

Anatole France, réplique de Daphné dans « Les Noces corinthiennes » (acte I, scène 3), manuscrit autographe signé, « offert à Mademoiselle Bréguet pour son album amicorum », avec enveloppe autographe. Inv. 2365

« Un prêtre, ayant chassé les nymphes d’un ruisseau,
Enfant, me baptisa par le sel et par l’eau,
Et je devins ainsi la sœur et la compagne
De Celui qui voulut mourir sur la Montagne. »

Faisant partie des exemplaires d’auteur envoyés à des amis[21], le présent volume de l’édition originale des Noces corinthiennes est celui-là même qui fut offert par Anatole France au dédicataire de l’œuvre, son ami Frédéric Plessis (1851-1942). Normalien, latiniste et helléniste distingué, il était aussi un jeune poète accueilli pour la première fois dans le Parnasse de 1876 (avec le poème « Le Coffret »). France devait écrire lui : « je n’ai connu que Frédéric Plessis qui goûtât à ce point le vers pour lui-même, pour sa mélodie mystérieuse, pour sa beauté secrète »[22]. Le jeune Breton publia en 1887 un volume de poèmes, La Lampe d’Argile, qui lui valut une critique enthousiaste d’Anatole France dans Le Temps, reprise l’année suivante dans La Vie littéraire : « par ces nobles élégies, l’illustrateur de Properce se montre un nouveau Properce »[23]. Si sa carrière de poète tourna finalement court, Plessis connut un parcours académique distingué, enseignant à Normale Sup’ avant d’occuper la chaire de latin de la Sorbonne (1905-1922). Devenu à la fin du siècle défenseur du néo-classicisme et partisan de Maurras, il s’éloigna de son ancien ami pour des raisons politiques et idéologiques.

Anatole France, « Les Noces corinthiennes… », Paris, Lemerre, 1876, édition originale. Exemplaire de dédicace à Frédéric Plessis, avec envoi : « A Frédéric Plessis, son ami, Anatole France »). Inv. 991
Anatole France, « Les Noces corinthiennes… », Paris, Lemerre, 1876, édition originale, dédicace imprimée à Frédéric Plessis. Inv. 991

Pièce de théâtre, Les Noces corinthiennes ne connaîtront pourtant pas les planches avant de longues années. Une unique représentation privée fut donnée au Cercle des Arts intimes le 24 février 1884, sans prolongement public : la France profondément catholique des débuts de la IIIe République n’aurait pas supporté un texte anti-religieux et la carrière montante de France n’y aurait peut-être pas survécu. Il fallut donc attendre le 30 janvier 1902 pour que la pièce soit inscrite au répertoire du Théâtre de l’Odéon : l’arrivée du « petit Père Combes » à la tête du gouvernement ouvrait alors la voie à la séparation de l’Eglise et de l’Etat. La pièce fut ensuite reprise, vingt ans plus tard, à l’Opéra-Comique, adaptée et transformée en opéra sur une musique d’Henri Büsser : l’œuvre tint l’affiche jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale.

Avec ce second recueil des Noces corinthiennes s’acheva la carrière poétique d’Anatole France, mais aussi son engagement chez Lemerre. Il décrocha en effet un poste de commis-surveillant à la Bibliothèque du Sénat, sinécure fonctionnariale qui lui assurait respectabilité et revenu décent. Une nouvelle ère s’ouvrait à lui et c’est un homme installé et marié qui publia en 1879 une nouvelle œuvre, Jocaste ou le chat maigre, son premier ouvrage en prose (d’ailleurs objet d’une brouille avec Lemerre[24]), avant de rencontrer le succès public avec Le Crime de Sylvestre Bonnard en 1881. Pour autant, les liens avec ses amis parnassiens n’avaient pas été rompus par la nouvelle orientation de son inspiration et ces romans ou recueils d’articles critiques en portent les marques.

Portrait photographique d’Anatole France au début des années 1880. DR

Ainsi en fut-il au moment de la sortie de Les Désirs de Jean Servien en 1882. Ce livre, bien qu’édité un an après Le Crime de Sylvestre Bonnard, est en fait tenu pour le premier roman de l’auteur, car une première version en fut écrite bien avant 1880. Sur les 1’500 exemplaires édités par Lemerre, France en réserva un pour l’offrir au vieux maître du Parnasse : Charles Leconte de Lisle[25]. Les rapports entre les deux hommes avaient débuté autour de l’édition des deux premiers Parnasse contemporain. En 1873, Lemerre les avait désigné pour éditer et achever le Grand Dictionnaire de la Cuisine, remis trois ans plus tôt à l’éditeur par Alexandre Dumas, mort entre temps. La préface de l’ouvrage fut finalement signée « L.T. » pour « Leconte » et « Thibault » (le vrai patronyme de France). La même année, France avait dédié son premier recueil, Les Poëmes dorés, « à Leconte de Lisle, auteur des Poèmes antiques et des Poèmes barbares, en témoignage d’une vive et constante admiration ». Leconte de Lisle procura à France, considéré alors comme son principal disciple parmi les Parnassiens (et par ailleurs son collègue à la Bibliothèque du Sénat, où Leconte de Lisle occupait les fonctions de sous-bibliothécaire), le moyen de faire imprimer ses premiers articles critiques, d’où la déférence montrée par France en 1882 avec cet exemplaire dédicacé des Désirs de Jean Servien, offert « à mon cher et illustre maître, Leconte de Lisle, humble hommage ».

Anatole France, « Les Désirs de Jean Servien », Paris, Lemerre, 1882, édition originale, exemplaire de Leconte de Lisle, avec envoi autographe. Inv. 820

Mais leur relation devait ensuite se dégrader fortement[26]. En mars 1887, revenant sur le discours d’entrée de Leconte de Lisle à l’Académie française, France parla de son ancien mentor comme d’ « un prêtre de l’art, l’abbé crossé et mitré des monastères poétiques […], un éloquent et fanatique défenseur de l’orthodoxie du vers »[27]. S’il protestait encore de son admiration, il avouait que c’était « malgré moi […], par hygiène intellectuelle ». Puis, le 3 mars 1891, répondant à une enquête de L’Echo de Paris sur l’état de la littérature contemporaine, France plaida en faveur d’ « un vers plus libre, plus élastique et plus vivant », égratignant lourdement au passage Leconte de Lisle. S’estimant « odieusement offensé », ce dernier demanda à son ancien disciple d’envoyer ses témoins, choisissant pour sa part deux amis (dont José-Maria de Heredia), mais le duel n’eut finalement pas lieu, Anatole France traitant la provocation par le mépris.

Portrait photographique de Leconte de Lisle, par Nadar (1873). Photo DR

Outre sa carrière de romancier, les années 1880 marquaient les débuts de France comme critique littéraire influent. Début 1887, il se vit confier la succession d’Edouard Scherer à la tête de la rubrique « La Vie littéraire » (autrement dit les critiques des nouvelles parutions) dans l’important quotidien Le Temps, journal de la haute bourgeoisie et des intellectuels. De cette chronique, qu’il tint jusqu’en 1893, il tira la matière de quatre recueils d’articles critiques, contenant des études sur plusieurs auteurs, outre les meilleures de ces critiques très suivies par le lectorat. Plusieurs d’entre-elles concernaient des Parnassiens : Sully-Prudhomme, Coppée, Frédéric Plessis, Verlaine, Auguste Vacquerie, Théodore de Banville, Glatigny, Heredia furent ainsi mis à l’honneur au fil des années. C’est d’ailleurs à José-Maria de Heredia (1842-1905) que s’adressa cet exemplaire de l’édition originale du premier tome de La Vie littéraire, avec un envoi proclamant l’ « admirante amitié » de l’auteur[28]. Les deux hommes avaient eu un parcours très proche depuis des années : familier des cercles parnassiens, chez Lemerre comme chez Leconte de Lisle, ils furent également confrères bibliothécaires (Heredia était conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal) et enfin collègues à l’Académie française (Heredia élu en 1894 et France en 1896).

Anatole France, « La Vie littéraire (1ère série) », Paris, Calmann-Lévy, 1888, édition originale, exemplaire de José-Maria de Heredia, avec envoi. Inv. 703

Avec les années 1880 se refermait donc la première étape, poétique et parnassienne, de la carrière d’Anatole France. Au fil des années, il devait livrer un énorme œuvre en prose, comptant romans, nouvelles et essais, qui lui assurèrent l’une des premières places parmi la littérature de son temps. Jamais il ne revint à la poésie. Charles Maurras, après la parution de Thaïs (à une époque donc où la politique ne les avait pas encore séparé), lui avait demandé s’il n’avait pas quelque recueil de vers en gestation lente, s’attirant cette réponse de France : « Non, j’ai perdu le rythme ». Et Maurras de déplorer cette situation : « Quel dommage et quelle erreur de d’être arrêté comme il l’a fait au milieu du chant. La leçon de sa voix a durement manqué à tout le demi-siècle écoulé depuis qu’il l’a tu ».

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 18 août 2020


ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Raphaël, Le Parnasse, fresque, Palais du Vatican, 1509-1511 (détail). Photo WikiCommons.

BIBLIOGRAPHIE 

  • Jacques Suffel, Anatole France par lui-même, Paris, Editions du Seuil, 1957.
  • Marie-Claire Bancquart, Anatole France, Paris, Julliard, 1994.
  • Edouard Leduc, Anatole France, avant l’oubli, Paris, Publibooks, 2004.
  • Maurice Souriau, Histoire du Parnasse, Paris, Spes, 1929.
  • Yann Mortelette, Histoire du Parnasse, Paris, Fayard, 2005.

NOTES

[1] Sur cette polémique, voir notamment un article sur la réaction des lycéens de 2016 (France Info) et un autre revenant sur la campagne d’oubli systématique lancée contre Anatole France par les pseudo-auteurs « modernes » (Surréalistes en tête) depuis sa mort en 1924 (Marianne).

[2] Pour des éléments « franciens » déjà employés dans de précédents billets, voir notamment : 1/ une lettre à Sybill Sanderson, créatrice du rôle de Thaïs, ou une édition de L’Affaire Crainquebille offerte au comédien Lucien Guitry, créateur du rôle (dans « Mélanges (16) : Auteurs vs. Acteurs ») ; 2/ des éditions originales offertes à des académiciens, puis le discours dédicacé de France entrant à l’Académie (dans « Mélanges (20) : Être ou ne pas être immortel ») ; 3/ un émouvant livre offert par France à sa fille Suzanne (dans « Mélanges (11/2) : Familles, je vous hai…me [2] »).

[3] « D’ailleurs, nous avons encore à visiter les vieux libraires. Il y a France ; il y a Merlin ; il y a Techener… M. France me dit : “Je connais bien le livre ; je l’ai eu dans les mains dix fois… Vous pouvez le trouver par hasard sur les quais : je l’y ai trouvé pour dix sous”. Courir les quais plusieurs jours pour chercher un livre noté comme rare… J’ai mieux aimé aller chez Merlin » (Gérard de Nerval, « Angélique », dans Les Filles du Feu).

[4] Ce cahier provient d’un lot dispersé aux enchères en 2015 et qui contenait plusieurs autres carnets d’enfance d’Anatole France, ainsi que des cartes ou lettres adressées à ses parents (remerciements pour un cadeau, compliments pour le fête de son père (25 décembre 1852), dessins à la mine de plomb (mai et juillet 1849), journal de vacances (août 1852), etc., sans compter des cahiers scolaires, des bulletins, etc.

[5] Cette petite histoire dialoguée était en effet tirée d’un ouvrage pour enfants de l’abbé Gaultier, Lectures graduées pour les enfants du premier âge (Paris, Renouard, 1825, tome I, pp. 276 sqq., pour la première édition). L’ouvrage connut plusieurs rééditions tout au long du XIXe siècle et Anatole France enfant devait manifestement en posséder une.

[6] Relatant l’histoire de la reine Radegonde, femme de Clotaire, qui rompit son mariage et se réfugia dans un monastère, ce petit texte fut calligraphié par la belle main de Jean-Pierre Dufour, ancien grognard devenu le second mari de la grand-mère paternelle d’Anatole France. La plaquette est bien entendu devenue rarissime et l’exemplaire le plus précieux demeure en mains privées : celui du père d’Anatole France, qui passa ensuite entre les mains de Louis Barthou (qui le truffa d’un manuscrit autographe d’Anatole France racontant en six pages l’histoire de cette brochure et qui écrivit par ailleurs une petite plaquette historique sur l’exemplaire, tirée à six exemplaires seulement) (vente Barthou, II, 1935, n°603), puis dans la bibliothèque Du Bourg de Bozas (vente 1990, I, n° 303), enfin dans la collection Philippe Zoummeroff (vente 1999, n° 488).

[7] Fils d’Edouard Werlé (1801-1884), directeur et associé de la veuve Clicquot-Ponsardin pour diriger ses caves, maire de la ville de Reims de 1852 à 1868, et député de la Marne, Alfred Werlé (1837-1907) lui succéda à la tête de la maison Veuve Clicquot-Ponsardin. Epoux de Mathilde Lannes de Montebello, il occupa lui aussi de nombreuses fonctions : administrateur de la Compagnie des Chemins de fer de l’Est, consul de Russie, membre du Comité de la Bibliothèque et du Musée de Reims, membre titulaire de l’Académie nationale de Reims. Sa riche bibliothèque était conservée en partie dans son hôtel de Reims et en partie dans sa maison de campagne à Pargny. Les plus riches reliures, en maroquin, portaient sur les plats, mosaïquées ou dorées, les initiales « W M » (Werlé de Montebello) ou « A W » (Alfred Werlé). Il utilisait aussi un petit ex-libris représentant un demi lion dressé, avec les initiales « A W ». Ce fonds, comptant 4737 articles exactement, fut dispersé à Paris en 1908, au cours de cinq ventes, et rapporta 5 à 600’000 francs (la moitié seulement du montant des sommes dépensées par le collectionneur).

[8] Le recueil Intimités, le troisième opus de François Coppée, vit le jour chez Alphonse Lemerre en 1868.

[9] On notait notamment la présence de Leconte de Lisle (1 poème), Banville (12), Coppée (1), Louise Colet (2), Charles Cros (2), Heredia (1), Villiers de l’Isle-Adam (1), Verlaine (5), Sully Prudhomme (5), Sainte-Beuve (1), Mallarmé (1), Théophile Gautier (4), Glatigny (4), pour ne citer que les plus célèbres.

[10] Bibliothèque du Colonel Sickles, tome IV, nov. 1990, n° 1124.

[11] Exemplaire sur Hollande, avec envoi, passé dans la bibliothèque Fernand Vandérem (1921, n° 502).

[12] Anatole France, « Théodore de Banville », dans La Vie littéraire, Paris, Calmann- Lévy, 1891, tome IV, pp. 231-239.

[13] Le Gaulois, du 26 mars 1878, n° 3342, rubrique « Les Poëtes du lundi ».

[14] Voir notamment cet autre manuscrit passé dans la vente « Lettres et manuscrits », Ader, Paris, 22 juin 2016, n° 190, sur papier violet, présenté par le poète comme des « Vers inédits copiés pour M. Armand Lods ».

[15] Sur cet épisode, voir notamment Yann Mortelette, Histoire du Parnasse, Paris, Fayard, 2005, pp. 341-343, et M. Souriau, Histoire du Parnasse, Paris, Spes, 1929, pp. 407-409.

[16] L’édition originale, tirée à 100 exemplaires sur papier Whatman, 25 exemplaires sur papier de Chine, 3 exemplaires sur parchemin et 3 exemplaires sur vélin, tous numérotés et paraphés par l’éditeur, a été imprimée « aux presses à bras » de Jules Claye. La seconde édition, de la même année, a été imprimée « aux presses mécaniques » du même imprimeur.

[17] Anatole France, Le Livre du Bibliophile, collection « Les Livrets du Bibliophile » n° 3, Maestricht, Editions A.A.M. Stols, et se vend à Paris, chez Claude Aveline, 1929.

[18] Robert de Montesquiou, Têtes couronnées, Paris, Sansot, pp. 209-210.

[19] Premier art poétique français important depuis ceux de Malherbe et Boileau, l’édition originale du Petit Traité de poésie française de Banville parut en 1872, à la Bibliothèque de l’Echo de la Sorbonne, et constitua la Bible des Parnassiens. Mon exemplaire de la deuxième édition (Paris, Charpentier, 1881) a appartenu à l’ami et collègue parnassien de Banville, Sully-Prudhomme (1839-1907), premier prix Nobel de littérature en 1901 (voir « Mélanges (18) – Les premiers seront les derniers : le Prix Nobel oublié ») :

Théodore de Banville, « Petit Traité de poésie française », Paris, Charpentier, 1881, deuxième édition, exemplaire de Sully-Prudhomme, avec envoi. Inv. 1841

[20] Paru chez Lemerre en 1874, avec une préface de Charles Asselineau, le Livre des sonnets était une anthologie de ce style de poème, avec un choix effectué parmi les meilleurs sonnets de la poésie française, du XVIe au XIXe siècle : Ronsard, Du Bellay, Baïf, Malherbe, Nerval, Baudelaire, Leconte de Lisle, Heredia, etc.

[21] Parmi les exemplaires de choix dont j’ai pu retrouver la trace, citons ceux de : Théodore de Banville (avec envoi « A mon cher et illustre Maître Théodore de Banville, Anatole France ») (4e vente Sickles, 1990, n° 1124, en mar. bleu doublé et orné de Noulhac) ;  Stéphane Mallarmé (avec envoi « A Stéphane Mallarmé, Anatole France ») (4e vente Sickles, 1990, n° 1125, demi mar. La Vallière de Alix) ; poète et académicien Victor de Laprade (ex. débroché avec envoi, cat. Livres choisis n° 3, librairie « Chez les libraires associés », Paris, 2006, n° 138) ; Marie-Valérie Guérin de Fauville, la première Madame Anatole France (avec ex-libris, mais sans envoi, passé ensuite dans la collection Dr. Lucien-Graux [cat IX, 1959, n° 79, demi-percaline Bradel marron, relié avec deux clichés photographiques originaux de la pièce], puis à la librairie « Abraxas-Libris », Bécherel, 2010).

[22] Anatole France, Vie littéraire, 4e série, Paris, Calmann Lévy, 1891, p. 178.

[23] Anatole France, Vie littéraire, 1ère série, Paris, Calmann Lévy, 1888, p. 166.

[24] Le premier récit romanesque d’Anatole France parut, en douze feuilletons, du 9 au 24 octobre 1878, sans nom d’auteur, dans Le Temps. Il devait ensuite être publié en volume chez Lemerre (les épreuves du livre existent d’ailleurs encore dans les collections de la BnF), mais Anatole France signa dans l’intervalle un contrat d’exclusivité avec la maison d’édition Calmann Lévy, qui réclama donc le volume aux dépends de Lemerre, qui se fâcha durablement.

Anatole France, « Jocaste et Le Chat Maigre », Paris, Calmann Lévy, 1879, édition originale, exemplaire d’Albert Delpit avec envoi. Inv. 2181

Les exemplaires de Jocaste et Le Chat maigre avec envoi autographe semblent, pour autant que j’ai pu en juger, assez peu courants. Celui en ma possession fut offert à l’écrivain américain naturalisé français Albert Delpit (1849-1893), ancien communard, qui se battit  en duel en 1883 avec Alphonse Daudet.

Anatole France, « Jocaste et Le Chat Maigre », Paris, Calmann Lévy, 1879, édition originale, exemplaire d’Albert Delpit avec envoi. Inv. 2181

[25] Sur les relations entre France et Leconte de Lisle, voir Fernand Calmettes, Leconte de Lisle et ses amis – Un demi-siècle littéraire, Paris, Librairies-Imprimeries réunies, [1902], pp. 295-307.

[26] D’un caractère difficile, Leconte de Lisle se fit beaucoup d’ennemis, souvent d’anciens amis. Verlaine parlait de lui comme « Lecon – te de L’Isle » (voir « Mélanges (12) : Un Verlaine bath aux pommes »). Le gentil François Coppée, pour sa part, assurait après son élection à l’Académie : « Leconte de Lisle répandra à l’Académie sa noire méchanceté, comme la seiche dans les flots de la mer »…

[27] Anatole France, « Monsieur Leconte de Lisle à l’Académie française », dans Vie littéraire (1ère série), Paris, Calmann Lévy, 1888, p. 101.

[28] Le volume passa par la suite dans la riche collection du baron Horace de Landau (1824-1903, ancien banquier chez les Rothschild, grand bibliophile habitant un palais de Florence), puis dans celle du vicomte de Cossette (un des héritiers de Landau, avec la famille Finaly).

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (18) : LES PREMIERS SERONT LES DERNIERS … LE PRIX NOBEL OUBLIÉ

LES PREMIERS SERONT LES DERNIERS …

LE PRIX NOBEL OUBLIÉ

A la manière des comètes périodiques, les Prix Nobel reviennent pour quelques jours en « une » des gazettes. Du côté de la littérature, c’est le romancier japonais Kazuo Ishiguro, écrivant en anglais, qui est distingué pour son œuvre à cheval sur deux cultures et qui a notamment produit ce magnifique livre que sont Les Vestiges du jour. Il succède ainsi au choix plutôt inattendu de Bob Dylan, l’année précédente. La France, au fil des années, n’a pas démérité, avec des noms qui sonnent encore à toutes les oreilles[1]. Mais qui se souvient encore du premier de cette longue série, qui fut en même temps le tout premier des prix Nobel de littérature ? C’est en effet un poète français, et alors non des moindres, qui fut le premier récipiendaire du Prix Nobel de littérature : Sully-Prudhomme (1839-1907). Bonne occasion de revenir sur l’une des gloires de la France de la Belle Epoque, aujourd’hui bien oubliée…

I. Un premier recueil remarqué : Les Stances et Poëmes (1865)

Né à Paris dans une famille modeste, orphelin de père de bonne heure, René Armand François Prudhomme s’était d’abord destiné à une carrière d’ingénieur, avant de se tourner vers le droit et le notariat. Rien de bien poétique là-dedans donc, mais le jeune homme rimait quand même à ses heures et faisait connaître ses premiers vers au sein de la société étudiante « La Conférence La Bruyère ».

Portrait photographique de Sully-Prudhomme, dans les années 1880

Publié discrètement en 1865 (il a 26 ans), son premier recueil, Stances et Poëmes, va le propulser du jour au lendemain dans la lumière et en faire une icône du mouvement parnassien. Le poème « Le Vase brisé », métaphore d’un chagrin d’amour, va bientôt être sur toutes les lèvres, et pour des décennies : « Le vase où meurt cette verveine // D’un coup d’éventail fut fêlé ; // Le coup dut l’effleurer à peine : // Aucun bruit ne l’a révélé. (…) ». Au nombre des plus enthousiastes lecteurs, on compta le sévère Sainte-Beuve, mais aussi et surtout Théophile Gautier. Grand nom et symbole du romantisme français, le célèbre romancier était aussi poète et son recueil Emaux et Camées (paru en 1852, puis augmenté au fil des années) a été considéré, comme le vers de Théodore de Banville, comme l’acte initiateur du Parnasse. A ce titre, il était vu comme le précurseur et le maître à penser de ce nouveau courant littéraire, dont Sully-Prudhomme devenait alors l’un des principaux représentants, avec Leconte de Lisle, François Coppée (cf.  Mélanges… 13), José-Maria de Heredia ou un certain Paul Verlaine. Dans une lettre du 8 avril 1865, Antoni Deschamps, ami proche de Gautier, annonçait au maître l’arrivée prochaine de l’exemplaire envoyé par le jeune débutant : « M. Sully Prudhomme, jeune poète d’un vrai sentiment et de beaucoup de talent, doit vous faire hommage de son recueil Stances et Poëmes (…) ». C’est cet exemplaire Gautier, enrichi d’une belle dédicace, que j’ai eu la chance d’acquérir il y a quelques années.

Sully-Prudhomme, « Stances et Poëmes », Paris, Achille Faure, libraire-éditeur, 1865. In-12, de (2) ff., 240 pp. et (8) pp. (catalogue). Demi-reliure de chagrin bleu, dos à nerfs orné de fleurons dorés, tranches mouchetées (reliure de la fin du XIXe siècle). L’exemplaire comporte quatre corrections autographes de l’auteur aux pages 73, 117, 137 et à la table. Inv. 1279.
Provenance : Théophile Gautier (1811-1872, romancier et poète) (envoi : « A monsieur Théophile Gautier, hommage respectueux, Sully Prudhomme » ; « Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. Théophile Gautier », 24-25 fév. 1873, p. 32, n° 193, broché, en lot avec « Les Epreuves » [Paris, 1866] et « Les Solitudes » [Paris, 1869]) ; Fernand Vandérem (1864-1939, bibliophile, bibliographe et romancier) (ex-libris monogrammé ; « Catalogue d’ouvrages d’auteurs du XIXe siècle », 1939, 1e partie, n° 635, 520 frs. ; selon le Dr. Lascoutx, préfacier du catalogue de la vente, « le petit ex-libris de F. Vandérem confère à tous ses livres, et jusqu’au plus modeste, la valeur même d’un cachet de garantie qui les signalera à la faveur et leur assurera la survie »).

Cette offrande allait être grandement récompensée, puisque Théophile Gautier devint l’un des plus vifs soutiens du jeune poète. Dans son Etude sur la poésie française (1830-1868), commande personnelle de Napoléon III, Gautier, après avoir cité en quatre lignes Coppée, Heredia et Verlaine (autres gloires montantes du Parnasse), consacra en effet trois pleines pages enthousiastes à Sully-Prudhomme : « Un des plus nouveaux venus de cette jeune troupe est Sully-Prudhomme, et déjà il se détache au milieu de ses compagnons […]. Dans son premier volume, qui date de 1865 et qui porte le titre de Stances et poëmes, les moindres pièces ont ce mérite d’être composées, d’avoir un commencement, un milieu, une fin, et de tendre à un but, d’exprimer une idée précise. […] Dès les premières pages du livre on rencontre une pièce charmante, d’une fraîcheur d’idée et d’une délicatesse d’exécution qu’on ne saurait trop louer et qui est comme la note caractéristique d’un poète : “Le Vase brisé”. […]. Sully-Prudhomme nous semble destiné à prendre le premier rang parmi ces poëtes de la dernière heure … »[2]. Cet hommage du vieux maître au poète débutant rend donc particulièrement significatif et émouvant son exemplaire des Stances et poëmes.

II. Un pilier du Parnasse, au sein de l’ « écurie Lemerre »

Après ces débuts fulgurants, la carrière de Sully-Prudhomme ne connut aucune éclipse. Il poursuivit dans un premier temps la veine sentimentale de ses premières poésies, notamment dans le recueil Les Epreuves, paru en 1866.

Sully-Prudhomme, « Les Epreuves », Paris, Alphonse Lemerre, 1866. In-12, de 80 pp. et (3) ff. Broché, sous couvertures imprimées jaunes. Edition originale, un des 50 exemplaires sur Hollande (n° 38), numérotés et contresignés par l’éditeur. Inv. 1636.

 

Membre de l’ « écurie Lemerre » (l’éditeur qui publiait la majeure partie des auteurs parnassiens), Sully-Prudhomme croisait bien sûr dans les bureaux du passage Choiseul (ou dans les salons de la capitale) la fine fleur du monde des lettres, dont beaucoup étaient ou devenaient ses amis.

Paul Chabas, « Chez Alphonse Lemerre, à Ville D’Avray ». Ce tableau commandé par Alphonse Lemerre réunit les principaux auteurs figurant au catalogue de l’éditeur : Sully-Prudhomme, Paul Bourget, Alphonse Daudet, Leconte de Lisle, etc.

 

Parmi ceux-ci, un peu en marge (voire carrément marginal), se trouvait Albert Glatigny (1839-1873), le fils spirituel de Banville. Sully-Prudhomme s’était pris d’affection pour son strict contemporain et plusieurs dédicaces croisées manifestèrent leur amitié : Glatigny lui avait ainsi offert des pièces dans son recueil Les Vignes folles (« Rien n’est plus ennuyeux de ces villes banales… ») ou dans Gilles et Pasquins (sonnet « A Sully-Prudhomme » : « Des princes vagabons illustrent leurs annales… »). Mais ce bohème fantasque et errant fut emporté à 33 ans par une maladie de poitrine sournoise (il l’avait contractée quatre ans plus tôt en Corse dans la cellule où un gendarme obtus l’avait enfermé, le prenant par erreur pour un assassin célèbre…). Sully-Prudhomme le pleura et lui rendit hommage dans un sonnet « Aux mânes d’Albert Glatigny » : « Si quelqu’un de tes fils, parjure ingrat du Beau, / Muse consolatrice, ose en toi méconnaître / La vertu d’essuyer les pleurs que tu fais naître, / Prends à témoin celui qui dort dans ce tombeau ! […] ». Il semble que ces vers ait fait l’objet d’une première publication séparée, en deux feuillets seulement, en 1891[3]. Curieusement, ce sonnet funèbre ne vit jamais le jour en volume du vivant de Sully-Prudhomme : sa première édition intervint seulement en 1908 dans le recueil posthume Les Epaves[4].

Sully-Prudhomme, « Aux mânes de Albert Glatigny – Sonnet », manuscrit autographe, s.l.n.d. [vers 1873 ?]. Inv. 1498.

A partir des années 1870 (le poète ayant été profondément marqué par la guerre de 1870), l’inspiration de Sully-Prudhomme se modifia, associant une recherche stylistique formelle (bien dans le goût des préoccupations esthétiques des auteurs du Parnasse) à son vieil intérêt de jeunesse pour la science et la philosophie. En témoigne un recueil comme Le Prisme, paru en 1886, deux ans avant qu’il n’arrête la poésie pour se consacrer entièrement à des essais philosophiques. L’exemplaire avait été offert à l’homme politique Pierre Tirard (1827-1893), futur président du Conseil [5].

Sully-Prudhomme, « Le Prisme – Poésies diverses », Paris, Lemerre, 1886. In-12, de 173 pp. Demi-reliure de chagrin rouge à coins, dos à nerfs richement orné, titre doré, tête dorée (reliure de l’époque). Inv. 996.
Provenance : Pierre Tirard (1827-1893, président du Conseil, ministre à plusieurs reprises, député, puis sénateur de la Seine) (envoi autographe : « A Monsieur P. Tirard, bien affectueux souvenir, Sully Prudhomme »).

 

Cette importance accordée à la science, envisagée selon une optique positiviste, devait encore s’affirmer dans la dernière partie de sa vie, tant dans ses productions poétiques que dans ses articles et essais. Parue comme préface à « L’Almanach du Bibliophile » de 1901, ce poème « La Science » exprime bien la philosophie de Sully-Prudhomme à la fin de sa vie.

Epreuves corrigées du sonnet « La Science », paru dans « L’Almanach du Bibliophile » (1901). Inv. 1946. L’auteur demande de nouvelles épreuves pour contrôler les modifications apportées au second tercet, mais celles-ci ne se lisent finalement ni dans « L’Almanach… », ni dans le recueil posthume des « Epreuves » (qui reprit ce poème en 1909, p. 98)

 

III. Au sommet des honneurs : le prix Nobel (1901)

Faisant partie des auteurs les plus en vue de son temps, élu à l’Académie française en 1881, couvert de décorations et d’honneurs, Sully-Prudhomme fut donc aussi, en 1901, le premier lauréat du Prix Nobel de littérature tout juste créé.

Sully-Prudhomme vers 1900

La récompense lui avait été décernée « en reconnaissance spéciale pour son oeuvre poétique, qui a donné des preuves de son idéalisme tranquille, de sa perfection artistique, et d’une rare combinaison de qualités de coeur et d’esprit ». Il était alors plus ou moins reclus dans sa propriété de Châtenay-Malabry, souffrant d’attaques récurrentes de paralysie. Ce nouvel honneur était donc aussi pour lui source de soucis et c’est ce qu’il exprime dans cette lettre à son vieux camarade Catulle Mendès (1841-1909), ex-beau-fils de Gautier et autre grande figure du mouvement parnassien en son temps :

« Que devez-vous penser de moi, mon cher ami ? Vous m’avez adressé vos félicitations par un télégramme d’une cordialité qui m’a vivement touché et je n’y ai pas répondu ! Pardonnez-le moi. Je suis malade depuis le commencement du printemps dernier, je le suis encore : ma guérison est d’une lenteur désespérante, bien que je souffre moins. C’est dans les plus pénibles conditions que j’ai appris la nouvelle de mon prix Nobel ; j’ai été pris de découragement devant les obligations que cet honneur inattendu me créait et je ne pouvais me résigner à n’envoyer qu’une carte de remerciement aux plus anciens témoins de mes débuts. Mal m’en a pris, j’ai été débordé. C’est aujourd’hui seulement que je remercie Heredia ! J’ai pu lui écrire assez lisiblement, mais j’ai des mouvements nerveux qui m’empêchent de manier correctement ma plume. J’espère toutefois que vous déchiffrerez ces lignes trop tardives où j’évoque nos communs souvenirs de jeunesse. Vous vous rappellerez la visite du débutant au directeur de revue, qui n’était guère son aîné. Que ce temps est loin ! Vous avez raconté notre première entrevue dans un article tant sympathique. Nous avons suivi des voies différentes, divergentes même ; je n’en ai pas moins trouvé, comme tous nos confrères du Parnasse, un fidèle et sûr camarade en vous. Vous n’avez jamais failli à la solidarité littéraire, je veux dire au respect des lettres dans leurs représentants dévoués. Je tenais à vous rendre ce témoignage en échange du vôtre, et je regrette beaucoup de le faire si tardivement. Je vous serre les mains, Sully Prudhomme »

Sully-Prudhomme, lettre autographe signée à Catulle Mendès, Châtenay-Malabry, 17 janvier 1902, p. 1. Inv. 1608.
Sully-Prudhomme, lettre autographe signée à Catulle Mendès, Châtenay-Malabry, 17 janvier 1902, p. 2. Inv. 1608.

Disposant déjà d’une certaine aisance, le lauréat profita de l’essentiel de son prix pour créer un prix de poésie géré et décerné par la Société des Gens de lettres. Il mourut six ans plus tard et fut inhumé en grande pompe à Paris, au cimetière du Père-Lachaise (44e division).

Tombe de Sully-Prudhomme au cimetière du Père-Lachaise

Sic transit gloria mundi… Le nom de cette gloire des lettres françaises, le premier prix Nobel de littérature, a été depuis bien oublié… Son « Vase brisé » doit encore hanter un coin de Lagarde et Michard, mais n’affole guère les listes de ventes sur Amazon. Alors ayez une petite pensée pour lui lorsque vous découvrirez, dans les média, le prochain palmarès venu de Stockholm ! 🙂

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 8 oct. 2017


NOTES

[1] Lauréats français : Frédéric Mistral (1904), Romain Rolland (1915) Anatole France (1921), Bergson (1927), Roger Martin du Gard (1937), André Gide (1947), François Mauriac (1952), Albert Camus (1957), Saint-John Perse (1960), Claude Simon (1985), Jean-Marie Le Clézio (2008) et Patrick Modiano (2014).

[2] Théophile Gautier, Histoire du Romantisme, 1874, pp. 364-367.

[3] Bibliothèque nationale de France, Richelieu 4-RF-42970.

[4] Sully-Prudhomme, Les Epaves, Paris, Lemerre, 1908, pp. 145-146.

[5] Homme politique natif de Genève, Pierre Tirard (1827-1893) fut élu maire du 2e arrondissement de Paris en 1870 et tenta, sans succès, de jouer les conciliateurs entre les insurgés de la Commune de Paris et le gouvernement réfugié à Versailles. Député de la Seine de 1871 à 1883, il fut à cette date désigné comme sénateur inamovible par la Chambre des députés. Il occupa également de nombreuses fonctions ministérielles : ministre de l’Agriculture et du Commerce (1879-1882 et 1889-1890), des Finances (1882-1888 et 1892-1893), tout en assumant à deux reprises la Présidence du Conseil (11 déc. 1887 au 30 mars 1888, puis 22 fév. 1889 au 13 mars 1890). Sully-Prudhomme fut amené à côtoyer Tirard à plusieurs reprises au cours de cérémonies : ainsi, en 1882, se trouva-t-il à un banquet avec « à sa droite M. Tirard et à sa gauche M. Théodore de Banville », et son éditeur, Lemerre, en vis-à-vis (selon les souvenirs de Jules Claretie, La Vie à Paris – 1882, p. 145).

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (16) : AUTEURS VS. ACTEURS

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (16)


AUTEURS VS. ACTEURS

Sans même parler des dramaturges, le monde du théâtre et du spectacle a toujours exercé une importante fascination sur les auteurs, qui l’ont décrit à plaisir dans leurs mémoires et mis en scène dans leurs poèmes ou leurs romans. Pour ne parler que de quelques noms du XIXe siècle (parmi tant d’autres), le facétieux jeune Mérimée alla jusqu’à usurper l’identité et les traits d’une prétendue actrice espagnole créée de toutes pièces, Clara Gazul[1], quand Théodore de Banville, quelques années plus tard, donna ses titres de gloire aux clowns et pierrots funambulesques[2]. Même fascination chez Edmond de Goncourt qui fut un historien minutieux du théâtre du XVIIIe siècle, donnant les premières biographies de certaines des plus grandes actrices du Siècle des Lumières (comme La Sainte-Huberty [1882][3] ou Mademoiselle Clairon [1890][4], établies sur une documentation venant souvent de sa propre collection). Quant à Daudet, on retrouve plusieurs chapitres de ses livres de souvenirs évoquant ce milieu du théâtre, et même un ouvrage entier : Entre les frises et la rampe (1894)[5].

J’avais donc envie de consacrer cette nouvelle chronique à certains exemplaires de ma bibliothèque relevant de cette thématique, non pas en listant des pièces de théâtre (cela aurait vite été fastidieux[6] !), mais en privilégiant les rapports personnels entre auteurs et monde du théâtre (en premier lieu acteurs et actrices, mais aussi directeurs de salle, metteurs en scène, etc.). Ces rapports se concrétisent ici par une vingtaine de documents : des études monographiques dans certains cas (Janin, Goncourt), des provenances (la Clairon), mais aussi et surtout par des lettres ou envois autographes échangés entre des auteurs et leurs acteurs ayant incarné les personnages sortis de leur imagination. Depuis le milieu du XVIIIe siècle jusqu’au début des années 1970, voici quelques tandems qui font se croiser Victor Hugo, Lucien Guitry, Jules et Edmond de Goncourt, Lino Ventura, Pierre Louÿs, Porel, Octave Mirbeau, Rachel, Edmond Rostand, Polaire, etc. Montez donc sur scène pour parcourir quelques morceaux d’histoire théâtrale souvent hauts en couleurs ! Attention, silence… Tam-tam-tam-tam. Tam. Tam. Tammm. Lever de rideau.

I. Hauteroche et LA CLAIRON (vers 1750)

Sur l’auteur : fils d’un huissier voulant devenir comédien, Noël Le Breton (v. 1630 – 1707), dit le sieur de Hauteroche, commença sa carrière au théâtre du Marais avant de gagner celui de Bourgogne, se retirant en 1684 avec une pension de 1000 livres. Acteur célèbre, il connut aussi le succès comme auteur, ses pièces valant surtout par leur vivacité et leurs rebondissements, moins par leur valeur psychologique. Elles parurent entre 1668 et 1691.

Mademoiselle Clairon en Médée, par Charles-André Van Loo

Sur la provenance : depuis mes années d’étudiant, après les incontournables péchés de jeune collectionneur, je m’abstiens en général comme de la peste des tomes isolés. Mais ce tome d’une réédition des Œuvres de  Hauteroche parue en 1742 méritait l’attention en raison de sa provenance : il appartint en effet à la plus grande actrice et tragédienne du XVIIIe siècle : Claire Léris (1723-1803), dite Mademoiselle Clairon. Venue d’une famille très modeste (origine qu’elle tenta par la suite à embourgeoiser en prenant le patronyme de « Léris de La Tude », alors qu’elle était la fille d’un sergent et d’une batelière),  elle débuta sa carrière à la Comédie-Italienne en 1736. Reçue à la Comédie-Française en 1743, elle triompha dans le rôle de Phèdre et fit évoluer peu à peu son art vers plus de vérité, d’authenticité et de naturel dans le jeu, supprimant aussi les perruques, les robes extravagantes pour plus de dépouillement. Elle joua dans des pièces de Marivaux, Racine, Corneille, Crébillon, Marmontel, et surtout Voltaire, dont elle créa certaines des plus grandes tragédies. Plébiscitée  par Diderot et d’autres éminents philosophes, elle fut aussi une grande collectionneuse, à la tête d’un cabinet de curiosités (momie égyptienne, livre malabar, parasol en plumes d’autruche, etc.) et d’une collection de tableaux et d’estampes (notamment de Rembrandt) que la fin de sa relation avec le comte de Tourves l’obligea à vendre en 1773[7]. Devenu la maîtresse du margrave d’Ansbach, elle y demeura dix-sept ans, pour revenir à Paris au début de la Révolution. Réfugiée chez sa fille adoptive, elle  mourut oubliée et ruinée.

Selon le discours de réception d’Alfred de Vigny à l’Académie le 29 janvier 1846, son prédécesseur, Charles-Guillaume Etienne (1777-1845), avait  « connu une imposante et très-dramatique personne qui, dans sa vieillesse, l’accueillait avec des sentiments tout maternels. C’était la grande tragédienne de Voltaire, mademoiselle Clairon, qui lui légua sa bibliothèque, comme à Voltaire enfant Ninon avait légué la sienne. – On voit que le théâtre faisait les premiers pas vers lui. – Des feuilles de ces livres moqueurs sont sortis sans doute les esprits familiers de la comédie et du journal qui, toute sa vie lui parleront à l’oreille ». Comme le décrit Edmond de Goncourt, « les livres de Clairon, généralement reliés en veau, portent sur le plat en caractères d’or : Mlle Clairon »[8]. Il possédait lui-même les Œuvres de Saint-Evremond ayant appartenu à l’actrice[9]. Les reliques de la Clairon sont aujourd’hui aussi peu communes qu’émouvantes.

Noël Le Breton (v. 1630-1707), dit le sieur de Hauteroche, Les Œuvres de théâtre de Monsieur de Hauteroche [Tome second], Paris, Compagnie des Libraires associés, 1742. Exemplaire de la Clairon. Inv. 167.

Comme je le disais plus haut, Edmond de Goncourt consacra en 1890 une importante biographie à Mademoiselle Clairon : en voici l’exemplaire n°2 sur Japon, offert à Julia Daudet.

II. VICTOR HUGO et Salvador (1851)

Le texte : « Pourriez-vous, Monsieur, disposer en ma faveur d’une loge pour la représentation de ce soir. Je vous en serais obligé. Recevez, Monsieur, avec mes remerciements, l’assurance de ma considération très distinguée, Victor Hugo. Mercredi 5 novembre. Monsieur Salvador, administrateur de l’Ambigu ».

Seul « portrait » retrouvé de l’acteur Salvador !

Le contexte : élu membre de l’Assemblée législative en 1849, Victor Hugo rompit avec le président Louis-Napoléon Bonaparte après le soutien de ce dernier au retour du pape à Rome. Entré dans l’opposition, il participa à la ligne éditoriale du journal Le Bien-Être universel, qui se qualifiait de « Moniteur du progrès social » et parut de février à novembre 1851. Cela explique que la présente lettre soit rédigée sur un papier à en-tête de ce journal. Le destinataire en était Jean-Baptiste Tuffet, dit Salvador (1803-1873), acteur et dramaturge devenu l’administrateur et secrétaire général du Théâtre de l’Ambigu-Comique. Je n’ai malheureusement pas pu identifier la pièce que Hugo voulait aller voir ce soir-là en sortant des locaux du journal.

Un mois après ce courrier, le prince-président lançait son coup d’Etat, le 2 décembre 1851. Se sachant sur la liste des proscrits, Hugo tenta de s’enfuir, puis se ravisa et voulut se constituer prisonnier, mais un commissaire refusa de l’arrêter. Il prit alors le chemin de l’exil vers Bruxelles, puis Jersey.

Victor Hugo (1802-1885), lettre autographe signée à Salvador, administrateur du Théâtre de l’Ambigu-Comique. S.l. [Paris], mercredi 5 novembre [1851]. Une page sur un bi-feuillet in-8°, à en-tête du journal « Le Bien-Être universel ». Adresse autographe au verso : « Monsieur l’administrateur du théâtre de l’ambigu », avec les mentions « Victor Hugo » et « Pressé ». Ajout manuscrit : « une loge 4 places, Salvador », avec date « 5 novembre » au composteur avec cachet humide du théâtre. Inédit. Inv. 2132.

III. JULES JANIN et Rachel (1859)

Le texte : Jules Janin (1804-1874) fut avant tout un romancier, révélé par le succès de L’Ane mort et la femme guillotinée, roman fantastique paru en 1829. Il donna aussi des contes, des nouvelles et de nombreux volumes d’histoire. Janin fut aussi un bibliophile de goût, auteur de L’Amour des livres, un ouvrage toujours très recherché. Il écrivit enfin de nombreux ouvrages sur l’histoire du théâtre, des acteurs et actrices : Mademoiselle Mars en 1843, et surtout ce Rachel et la tragédie, l’un des tous premiers livres au monde à être illustré de photographies. La célèbre Rachel Félix (1821-1858) redonna son lustre aux tragédies classiques de Corneille ou Racine, boudées par les romantiques. Sa célébrité était énorme dans toute l’Europe. Morte de tuberculose, pleurée par tout Paris, elle laissa un enfant de sa liaison avec le comte Waleski, fils naturel de Napoléon : les actuels comtes Waleski sont leurs descendants.

Les photographies illustrant ce volume furent réalisées par Henri de La Blanchère : elles représentent Rachel dans ses principaux rôles (Hermione, Camille, Monime, Phèdre, Roxane, Athalie), ainsi qu’au naturel, copiant son portait par Muller (frontispice). Ces tirages précieux sur papier albuminés furent collés individuellement sur les planches hors-texte. Selon Clouzot, il existe « quelques exemplaires (50 ?) grand in-4, avec les photographies aggrandies (premier ouvrage ayant utilisé ce procédé ?), le plus souvent richement reliés. Très recherché dans cette condition. Existe avec fer de reliure représentant Rachel sur scène »[10].

La provenance : esprit ouvert et cultivé, Charles Monselet (1825-1888) était, tout comme son ami intime Janin, un polygraphe de génie, livrant aussi bien des romans ou des pièces (Ariel, drame fantastique en 1845) que des études historiques (Histoire du Tribunal révolutionnaire en 1852, Les Galanteries du XVIIIe siècle en 1862). Mais il fut avant tout, comme Brillat-Savarin, l’un des plus grands « écrivains gastronomiques » du XIXe siècle. Depuis toujours amateur de bonne chère, il franchit le pas justement en 1859 en publiant son premier ouvrage lié à l’art culinaire : La Cuisinière poétique, aujourd’hui très recherché des amateurs. Puis, entre 1862 et 1869, vient la série des Almanachs gourmands ; en 1874, sa Gastronomie, récits de table ; en 1877, ses Lettres gourmandes ; en 1880, les périodiques Mois gastronomiques et les « Dindons de la farce. On voit le pourquoi des « agapes » rappelées par Janin dans sa dédicace. Par ailleurs, ce Rachel ne pouvait que passionner Monselet qui livra lui-même de nombreux écrits sur l’histoire du théâtre : Les Tréteaux, en 1859 ; Les Femmes qui font des scènes, en 1865 ; Les premières représentations célèbres, ainsi que Acteurs et actrices, en 1867 ; Chanvallon – Histoire d’un souffleur de la Comédie-Française en 1872 (exemplaire offert à Théodore de Banville : voir note [11]); ou encore Une troupe de comédiens, en 1879.

Jules Janin, Rachel et la tragédie, Paris, Amyot, 1859. Provenance : Charles Monselet (1825-1888, écrivain) (envoi autographe : « Pour mon cher et fidèle / Charles Monselet, / en souvenir de nos / fraternelles agapes. / Vous auriez préféré certes / des recettes inédites. / Consolez-vous en pensant / que le théâtre, en son genre, / est un genre de cuisine. / Bien affectueusement, à vous / Jules Janin » ; ex-libris portant son nom sur papier photographique glacé, gratté ; reproduction d’un autre de ses ex-libris gravés). Inv. 555.

IV. JULES DE GONCOURT et Gisette (1863)

Le texte : « Madame et ami [sic], Voici ma prise de Pékin. Mon monstre, celui du couvercle, et moi, nous vous souhaitons la bonne année. Vous savez que ces bêtes-là avalent les mauvais sorts en Chine. Je désire de tout mon cœur qu’il en soit de même à Paris. Et je vous embrasse avec la permission des autorités, Jules de Goncourt ».

Si on trouve deux bustes de D’Ennery dans le musée du même nom, impossible de trouver la moindre représentation de sa femme, la vraie collectionneuse !

Le contexte : à l’époque de cette lettre, Clémence Lecarpentier (1823-1898), veuve Desgranges, est encore très connue à Paris sous le sobriquet de « Gisette ». Actrice modeste, elle est devenue au début des années 1850 la maîtresse d’un auteur dramatique en pleine ascension, Adolphe d’Ennery (1811-1899). Ce dernier, surnommé « le Shakespeare du peuple » et dénigré comme un « fabricant de pièces » (il en a écrit plus de 250 !), remplissait les salles… et son portefeuille. Ce qui permit à son amie de quitter les planches et de commencer sa véritable passion : la collection d’objets asiatiques (chinois et japonais), dont elle devint l’un des plus grands spécialistes de son époque.

« Si vous veniez voir mes monstres ? » : ainsi invita-t-elle Jules de Goncourt, en 1859,  à visiter sa collection, alors installée rue de l’Echiquier. Les frères Goncourt partageaient cette passion pour les « chinoiseries » (Edmond devait, trente ans plus tard, être l’un des principaux acteurs de la mode du « japonisme »). La collection Desgranges était alors constituée de 150 chimères chinoises, point de départ modeste au regard des 7’200 pièces que compta finalement cet ensemble extraordinaire (légué à l’Etat en 1899 et aujourd’hui musée présentant les lieux dans leur état d’origine, en un magnifique hôtel particulier de l’avenue Hoch). L’écrivain, pourtant avare de compliments, ressortit enchanté de sa visite et devint l’un des habitués de la maison, évoqua dans son Journal « un des plus singuliers salons du monde », « la ménagerie de la fantaisie », « toutes les chimères d’un rêve d’opium ». Il est vrai qu’avec son parler un peu cru, ses manières de théâtre, la vive et séduisante Clémence Desgranges faisait tourner les têtes et attirait à ses dîners les meilleurs auteurs et artistes du moment.

Ce billet un peu cryptique « était accompagné comme étrennes, d’un brûle-parfum en bronze du Tonkin, dont le couvercle était formé par un chien de Fô ». C’est Edmond de Goncourt lui-même qui expliqua ce contexte, en reproduisant cette lettre dans son édition de la correspondance de son frère en 1885, chez Charpentier. S’il établit la date du courrier (« Janvier 1863 »), tout en donnant en note des explications sur son contenu, il ne livra en revanche pas l’identité de la destinataire, remplaçant son nom par « A Madame *** » (ce qui en fait d’ailleurs la seule destinataire anonyme de tout le recueil). A noter que la mention de « la prise de Pékin » renvoyait avec humour à une pièce de même titre écrite par D’Ennery deux ans plus tôt (La Prise de Pékin, drame militaire à grand spectacle en cinq actes et onze tableaux, représenté pour la première fois au Théâtre Impérial du Cirque le 27 Juillet 1861).

Jules de Goncourt, billet autographe signé [à Clémence Desgranges-Dennery, dite Gisette]. S.l. [Paris], s.d. [janvier 1863]. Une page à l’encre noire, sur un bi-feuillet in-8° de papier bleu. Inv. 1591.

Bibliographie : Jules de Goncourt, Lettres, Paris, Charpentier, 1885, p. 193. Sur le Musée d’Ennery, voir un très joli article de Laurence Mouillefarine paru dans la Gazette Drouot en 2018.

V. GEORGE SAND et Edmée Ramelli (1864)

Sur l’œuvre : George Sand effectua un voyage en Auvergne en juin 1859. De ce séjour découla l’action de trois romans : Jean de la Roche, La Ville noire et Le Marquis de Villemer. Dans ce dernier, le Velay est le lieu des racines et de l’authenticité, opposé à Paris, aristocratique et artificiel. L’intrigue amoureuse entre le marquis de Villemer et la belle Caroline de Saint-Geneix se déroule au cœur des paysages visités par la romancière : Le Puy-en-Velay et sa cathédrale, Espaly et ses orgues, Polignac et son château forment le théâtre de cet amour grandissant. Quant aux Estables, sur les flancs du mont Mézenc, elles jettent la lumière crue d’un beau soleil levant sur un épilogue parfaitement maîtrisé. Le Marquis de Villemer complète le cycle des romans auvergnats de George Sand. Il met en scène de façon très réaliste une paysannerie encore anonyme et une aristocratie à l’influence finissante. Le succès du roman sorti en  provoqua son adaptation sur la scène, d’où cette pièce de même nom, créée le 29 février 1864 au théâtre de l’Odéon. Plusieurs éléments contribuèrent à faire de cette pièce intimiste, dont la mésalliance et les préjugés de classe sont au centre de l’intrigue, un événement parisien et médiatique. La distribution, sa connaissance du jeu dramatique et son style en rupture avec l’indigence de la production théâtrale contemporaine, firent du Marquis de Villemer une véritable réussite. Elle avait en outre bénéficié de l’appui et des conseils de Dumas fils.

Portrait photographique d’Edmée Ramelli, par Pierre Petit

Sur la provenance : de son vrai nom Edmée Broussin, l’actrice Edmée Ramelli (morte en 1899) a créé le rôle de la marquise de Villemer. Maîtresse du fils de George Sand, Maurice, qui la surnommait parfois « la Maussadina » en rainson de ses caprices, elle n’était guère aimée par la sœur de son amant, Solange Sand, qui précisa sur une lettre qu’ « elle était très brune et de caractère exigeant ».

Inv. 2460 – George Sand, Le Marquis de Villemer, Paris, Michel Lévy Frères / A la Librairie nouvelle, 1864. In-8°, de 1 f. bl., 2 ff. n.fol., 165 pp. et 2 ff. bl. Demi-reliure de chagrin maroquiné cerise, dos à nerfs orné de filets gras à froid, filets en pointillés dorés sur les nerfs, triples caissons d’encadrement dorés, titre doré, toutes tranches mouchetées (reliure de l’époque). Provenance : Edmée Ramelli (18..-1899, Edmée Broussin, dite…, actrice, créatrice du rôle de la marquise de Villemer) (envoi autographe : ‘ »à l’excellente artiste / et femme Mlle / Ramelli / G. Sand »).

VI. ALBERT GLATIGNY et Coquelin aîné (1867)

Sur le texte : la bibliographie du poète, dramaturge et acteur Albert Glatigny (1839-1873), ami intime de Banville et grand représentant de la Bohème littéraire sous le Second Empire, comporte de nombreuses pièces courtes, des « prologues » donnés pour l’ouverture de salles théâtres. Ainsi, L’Ombre de Callot, en 1863, pour l’inauguration du théâtre de Nancy, qui fut sa première pièce. Le présent Prologue est sa deuxième pièce de théâtre, écrite à l’âge de 18 ans : elle fut représentée pour l’ouverture du Théâtre des Délassements comiques (dirigé par Hugot et Maillot), le samedi 4 mai 1867. L’œuvre est dédiée à Mme Raynard. La bibliographie des œuvres de Glatigny par Claretie, établie en 1875, ne mentionne que le tirage courant sur papier vergé ; Clouzot complète en indiquant « quelques Hollande et 5 Chine ».

Raimundo de Madrazo y Garreta, « Portrait de Coquelin aîné dans le rôle de Don César du « Ruy Blas » de Victor Hugo », 1879. Collection privée. Source : WikiCommons

Sur la provenance : Benoît-Constant Coquelin (1841-1909), dit Coquelin aîné, demeure l’un des plus importants acteurs de son temps. Actif à la Comédie française entre 1864 et 1886 (rcéant plus de 40 rôles), puis en tournée dans le monde avant de prendre la direction du Théâtre de la Porte Saint-Martin en 1896. L’année suivante, il crée le rôle de Cyrano de Bergerac dans la pièce de Rostand, ce qui lui assurera une gloire éternelle. Glatigny lui dédia un Prologue d’une comédie bouffonne en 10 quatrains, paru dans le recueil Les Flèches d’or en 1864. C’est peut-être grâce à Coquelin que Glatigny obtint l’emploi de rédacteur en chef du journal Vichy-Saison. En 1868, Glatigny dédia à Coquelin sa première pièce d’importance, Le Bois, comédie en un acte. Pendant le siège de Paris encore, Coquelin cadet donne à lire à Edouard Thierry « des vers de Glatigny pour l’anniversaire de Corneille » : preuve que l’amitié de Glatigny s’étendait aux deux frères.

Inv. 2432 – Albert Glatigny, Prologue représenté pour l’ouverture du Théâtre des Délassements-Comiques…, Paris, Alphonse Lemerre, 1867. In-12, de 16 pp. Broché, sous couvertures imprimées jaunes. Provenance : Benoît-Constant Coquelin, dit Coquelin aîné (1841-1909, acteur et directeur de théâtre, créateur du rôle de Cyrano de Bergerac) (envoi : « à mon cher Coquelin, Albert Glatigny »).

VII. VICTOR HUGO et Ritt & Larochelle (1873)

Le texte : « Mes chers directeurs, je croyais (à tort) à la répétition le jour ; je ne suis malheureusement jamais libre le soir, à cause de mon fils qui a besoin de moi. Est-ce que les répétitions ne sont plus possibles le jour ? Je compte pourtant que vous me ferez la grâce de dîner un de ces soirs avec moi, je ne pourrai venir ce soir. Ecrivez-moi, je vous prie, un mot qui me fixe, et recevez mon plus cordial serrement de main, Victor Hugo ».

Le tandem Larochelle et Ritt

Le contexte : cette lettre inédite s’inscrit dans le cadre de la reprise de la pièce Marie Tudor, jouée pour la première fois en 1835, avec Juliette Drouet dans le rôle-titre. Dès 1872, Eugène Ritt (1817-1898) et Henri Larochelle (1827-1884), acteurs devenus les directeurs du Théâtre de la Porte-Saint-Martin[12], avaient demandé à Hugo de pouvoir reprendre l’une de ses pièces, leur choix s’étant fixé sur Le Roi s’amuse. La correspondance échangée entre Hugo, alors à Guernesey, et son disciple Paul Meurice témoigne des étapes du montage de la pièce, entre l’automne 1872 et le début de juillet 1873, avec notamment moult discussions autour du choix des acteurs, finalement confirmé par une lettre adressée à Ritt et Larochelle, en date du 29 juin 1873. Mais, le 2 juillet, les journaux annoncèrent que la pièce, tendancieuse vis-à-vis de tout pouvoir, était interdite par le général de Ladmiraut, par la seule vertu de l’état de siège ! Deux jours plus tard, les directeurs du théâtre indiquent à Hugo qu’ils vont finalement reprendre Marie Tudor. Nouveaux échanges de correspondance sur la distribution au cours de l’été 1873 : sont retenus Dumaine pour le rôle de Gilbert, Marie Laurent pour celui de Marie Tudor, Jane Essler enfin pour celui de Jane. Dès le 7 juillet, Hugo confirme à Meurice : « On peut mener Marie Tudor aussi vite qu’on voudra. Dites-le de ma part à MM. Ritt et Larochelle ». A la fin de l’été 1873, il est de retour à Paris pour les premières répétitions. Il y retrouve son fils François-Victor, très malade depuis plus d’un an (atteint d’une grave tuberculose rénale), sans que son père en ait eu tout de suite conscience. En juillet, Edmond de Goncourt avait vu le père et le fils, côte à côte, et était revenu effrayé par l’inévitable comparaison entre l’homme âgé, mais plein de vie, et son fils, miné par la maladie, à la figure crayeuse, déjà annonciatrice de la mort, qui finalement le prendra « après une agonie d’un an », le 26 décembre 1873. Dans notre lettre, Hugo indique bien, en effet, que la santé de son fils le préoccupe et que ces soirées doivent être libres. Certes, mais cette raison n’est pas la seule !

En effet, à cette même époque, Hugo, âgé de 71 ans, entretient une relation passionnée avec une jeune femme d’une vingtaine d’années, Blanche Lanvin, que Juliette Drouet a commis l’erreur de prendre à son service. La liaison dure maintenant depuis le début de 1872 et la fine Juliette commence à avoir des soupçons, à juste titre d’ailleurs : les petits carnets écrits au jour le jour par Hugo attestent qu’après chaque répétition de Marie Tudor, c’est sa jeune maîtresse qu’il court retrouver en fin d’après-midi-début de soirée, revenant ensuite dîner en famille avec Juliette et, effectivement, son fils ! C’est d’ailleurs trois jours plus tard qu’éclate le drame : le 19, Juliette ouvre une lettre de Blanche, adressée à Hugo, mais signée heureusement « Cosette ». Comprenant néanmoins que son ami entretient une nouvelle liaison, elle part dans l’instant, en empruntant 200 frs à son couturière, alors qu’il y avait 120’000 frs d’actions au porteur dans son tiroir ! Elle laisse une lettre de rupture que Hugo retrouve le soir : désespéré, il entreprend des recherches fiévreuses pendant plusieurs jours, télégraphiant à tour de bras, pour finalement la retrouver à Bruxelles, réfugiée chez son neveu Louis Koch. Il note : « Tous les supplices à la fois. Nécessité du secret : je dois garder le silence et avoir mon air normal. Pas de torture pareille. Je vais à mes répétitions (lundi soir), j’ai des amis à dîner (dimanche chez Victor) … ». Finalement, Hugo trouvant un « alibi », Juliette accepte de revenir le 26 Septembre : « j’ai été dire à la Porte St. Martin que je n’assisterais pas à la répétition générale de Marie Tudor ». Il attend en effet le train de Juliette, debout sur un quai de la gare du Nord, pendant plus d’une heure. Enfin, elle arrive : retrouvailles et grand bonheur de Juliette que Hugo emmène quelques jours plus tard à une représentation de Marie Tudor, dont la première aura eu finalement lieu le 27 septembre 1873, remportant un véritable triomphe (Hugo n’y assistait pas, selon son habitude : il dînait chez lui avec Juliette et François-Victor). Mais, pour être honnête, reconnaissons que Hugo, lorsqu’il dit être déjà pris pour le soir de ce 16 septembre, ne pensait pas à son adorée Blanche : au terme de cette journée qui avait vu les troupes prussiennes évacuer la France et – coïncidence ? – sa propre plaquette La Libération du Territoire sortir en librairie, l’ « Homme-Océan » avait invité pour dîner Mme Hollis, une médium américaine très réputée. Après le dîner eut lieu une séance de spiritisme, domaine qui passionnait Hugo depuis son exil. Et ce soir-là, – coïncidence ? -, c’est la première femme qu’aima Hugo qui se manifesta : sa femme légitime, Adèle, à cette époque morte depuis cinq ans… De l’au-delà, elle lui affirma être très heureuse…

Victor Hugo (1802-1885), lettre autographe signée à Ritt et Larochelle, s.l. [Paris], « mardi 16 » [septembre 1873]. Une page à l’encre noire, sur un feuillet in-16. Au verso : identification des destinataires par une note manuscrite d’époque au crayon. Montée en tête d’une édition de Lucrèce Borgia – Marie Tudor – Angelo (Paris, Lemerre v. 1895). Provenance : A.T. (vignette ex-libris gravée, avec initiales entrelacées, épée et plume croisées et la devise « Vita sine litteris est mors »). Inv. 469.

Bibliographie : Nicolas Ducimetière, article « Victor Hugo, auteur et père : une lettre inédite autour de la reprise de Marie Tudor (1875) », publié sur le site du « Groupe Victor Hugo » de la Sorbonne. Accessible via :

http://groupugo.div.jussieu.fr/Groupugo/Textes_et_documents/Lettre_VH_16-09-1873.htm

VIII. FRANCOIS COPPÉE et Eugénie Doche (1876)

Sur l’œuvre : issu d’un milieu modeste, François Coppée fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue intimistes, du monde des humbles : rencontrant un grand succès avec ses recueils et ses pièces, il devint archiviste de la Comédie-Française en 1878, puis fut élu à l’Académie française en 1884. Le Luthier de Crémone raconte l’amour malheureux d’un apprenti-luthier de génie, mais bossu, pour la fille de son patron. Bien qu’ayant gagné le concours qui devait le marier à la jeune fille, il décide, par esprit de sacrifice, de laisser la place à son rival. Ecrit à Milan en mars 1876, ce manuscrit est donc antérieur de deux mois à la première représentation de la pièce, donnée à la Comédie-Française le 23 mai 1876. Ayant reçu un accueil triomphal (selon un télégramme à Eugénie Doche : « Première hier. Hurlement. Très grand succès. Ecrirai détails. Amitiés »), la pièce fut imprimée peu après par Lemerre (tirage de tête : 12 Chine et 6 Whatman).

Eugénie Doche vers 1850

Sur la provenance : François Coppée avait rencontré la grande actrice Eugénie Doche (1823-1900), créatrice du rôle de la Dame aux Camélias (« quand une artiste a ce talent, elle devient une collaboratrice », avait affirmé Dumas fils) dès ses débuts littéraires et leur liaison avait beaucoup fait jaser, notamment en raison de leur différence d’âge (Goncourt parlant méchamment le 25 janvier 1876 de « l’accouplement d’un squelette avec un fœtus moisi »). Leur amour se changea en une amitié qui dura jusqu’à la mort d’Eugénie Doche. Coppée lui offrit toutes ses œuvres, dédicacées au fur et à mesure de sa carrière, ainsi que toute une série de manuscrits (pièces ou poèmes épars) qu’elle faisait relier de manière uniforme par Pierson, en vélin blanc avec titrage aux encres de couleur.

François Coppée (1842-1908), Le Luthier de Crémone, manuscrit autographe signée, Milan, mars 1876. Envoi autographe : « A Eugénie Doche, ce manuscrit autographe est offert par son ami dévoué, François Coppée ». Inv. 1880.

 IX. ALPHONSE DAUDET et Gustave Worms (1877)

Sur l’œuvre : dans ce roman parisien, Daudet décrit une fois de plus un aspect de la vie dans la capitale sous le Second Empire, à travers les affaires, la politique et les mœurs. Fournissant en perles de jouvence le duc de Mora, un haut dignitaire de l’Empire, le docteur Jenkins lui présente Jansoulet, dit « le Nabab », un aventurier de basse extraction qui a réalisé une colossale fortune en Tunisie. Depuis son retour en France, de nombreux solliciteurs gravitent bien sûr autour de ce « Nabab », à l’indignation de son secrétaire, l’honnête Paul de Géry. Le roman fut adapté au théâtre dans une pièce de même titre, représentée pour la première fois au Théâtre du Vaudeville le 30 janvier 1880.

Worms dans le rôle de Charles-Quint

Sur la provenance : fils d’un contrôleur-en-chef de l’Opéra-comique, Gustave Worms (1836-1910) entra à la Comédie-Française en 1858, devenant sociétaire en 1863. Mais ce titre ne fut pas confirmé par le ministère et Worms partit pour Saint-Pétersbourg où il joua au Théâtre-Michel. Rentré en 1875, il fut engagé au Théâtre du Gymnase, avant que la Comédie-Française ne le réclame en 1877. Ce retour fut plus que brillant et Alphonse Daudet le loua notamment pour son rôle de Charles-Quint dans la reprise d’Hernani de Hugo en novembre 1877 : « nous n’avions vu M. Worms que dans ces rôles de jeune premier où il apportait d’éminentes qualités de diction, de chaleur, de jeunesse (…) Mais le Charles-Quint de l’autre soir nous a montré en outre une science exquise de composition, une rare possession de soi-même, enfin des facultés d’étude (…) Tour à tour hautain, passionné, ironique, Worms a notamment enthousiasmé la salle par la façon dont il interprète l’incomparable monologue du 4e acte. (…) Des bravos prolongés l’ont bien récompensé de ses efforts ». Daudet offrit sans doute son Nabab, paru depuis peu, à la suite de cette mémorable représentation.

Alphonse Daudet (1840-1897), Le Nabab, Paris, Charpentier, 1877, édition originale. Provenance : Gustave Worms (1836-1910, acteur, sociétaire de la Comédie française, époux de la comédienne et sociétaire Blanche Barreta [1855-1939]) (envoi : « à Worms, avec tous mes bravos, Alphonse Daudet ») ; Librairie Eric Fosse (Paris). Inv. 1074.

X. EDMOND DE GONCOURT et Paul Porel (1882)

Sur l’œuvre : appartenant à la série des romans féminins de Goncourt, La Faustin a pour décor l’univers du théâtre et comme protagoniste une comédienne, Juliette Faustin, employée au Théâtre-Français. Elle se perd au contact d’un amant anglais, William Rayne, personnage trouble, ambigu et débauché. Goncourt initiait là le type littéraire du pédéraste-sadique.

Paul Porel, photographié par Nadar

Sur la provenance : La Faustin connut un succès immédiat, appuyé par une grande campagne de presse et de publicité. Encouragé, Goncourt travailla dans la foulée à une adaptation pour le théâtre, entre mai 1892 et septembre 1893. Il la proposa d’emblée à son vieil ami Paul Porel (1842-1917). Ce dernier, acteur, directeur de théâtre et mari de la très célèbre comédienne Réjane, avait déjà monté toutes les autres pièces de Goncourt depuis 1884 et avait repris, après sa démission de l’Odéon, l’immense « Eden-Théâtre », rebaptisé « Grand-Théâtre » (et en faillite dès 1893). Comme le prouve cet exemplaire, Goncourt voulait depuis longtemps adapter son roman sous la mise en scène de Porel avec « Sarah Bernard » (sic) dans le rôle-titre. De fait, le 17 octobre 1893, la pièce fut lue chez Sarah Bernhardt, qui montra peu d’enthousiasme. Puis ce fut au tour de Goncourt d’être déçu après avoir vu l’actrice jouer : « Eh bien, cette voix d’or, c’est très joli pour des vers peut-être, mais elle est d’un factice, d’un artificiel qui fait qu’elle n’est pas la voix qu’il faut pour un drame moderne » (Journal, 5 novembre 1893). Pour finir, le 22 février 1894, Sarah Bernhardt renvoya à Goncourt le manuscrit de La Faustin sans un mot d’explication. En juin 1896, Jules Claretie proposa à Goncourt de monter la pièce au Théâtre-Français ; même proposition d’Antoine pour l’Odéon. En fait, la pièce ne sera jamais jouée en France et ne sera publiée qu’en 1910 grâce à Léon Hennique, président de l’Académie Goncourt et ami de l’auteur.

Edmond de Goncourt (1822-1896), La Faustin, Paris, Charpentier, 1882, édition originale, avec envoi autographe : « A Porel, son très reconnaissant Edmond de Goncourt, qui lui demande de voler une heure à son théâtre pour lire ça, et lui indiquer, s’il sait diable qui pourrait en faire une pièce – une pièce qui serait curieuse à voir jouer par une Sarah Bernard ou une sous Sarah Bernard ») [NB : cet envoi date peut-être des premiers contacts entre Porel et Goncourt, vers 1885, car l’auteur ne parle pas encore d’écrire l’adaptation lui-même et orthographie mal le nom de Sarah Bernhardt]. Inv. 810.

XI. EDMOND DE GONCOURT et Albert Lambert (1885)

Sur l’œuvre : drame en trois actes et en prose, Henriette Maréchal avait été représenté pour la première fois à la Comédie Française le 5 décembre 1865, causant un grand scandale, les représentations étant fort chahutées (c’est à l’occasion de l’une d’elle que Daudet rencontra sa femme). Vingt ans plus tard, la pièce fut reprise par la prestigieuse troupe de l’Odéon et donna lieu à cette nouvelle édition, précédée d’une préface inédite d’Edmond de Goncourt.

Albert Lambert père
Albert Lambert fils

Sur la provenance : parmi les acteurs de cette reprise de 1885 figuraient un père et un fils : les Lambert. Acteur des boulevards, puis au Théâtre de l’Odéon à partir de 1880, (Léon)-Albert Lambert (1847-1918) interprétait, dans la pièce de Goncourt, le personnage de Pierre de Bréville (soi-disant ex-consul à Caracas et chercheur d’or en Californie), quand son fils, (Raphaël-)Albert Lambert (1865-1941, future star de la Comédie-Française) jouait le rôle de Paul de Bréville. Selon le Journal, Lambert fils, « jeune cabot du Quartier latin », s’était attiré une remarque méprisante de Léonide Leblanc durant les répétitions : « Vous mettrez des bottines vernies ? Mais vous aurez l’air d’un étudiant sur son trente-deux. C’est étonnant que vous ne puissiez pas vous habituer à ressembler à des gens du monde ! » (26 fév. 1885). Quant au père, il s’attira l’ironie de Goncourt au cours des mêmes répétitions : « “Ne croyez-vous pas que comme consul à Caracas, je ne devrais pas porter une décoration étrangère … une décoration ridicule, la décoration du « Lapin blanc de Sumatra » ?”. C’est Lambert aîné, parlant sur le ton de blague, mais au fond très désireux d’avoir un ordre étranger à sa boutonnière » (27 fév. 1885). L’interprète de M. Maréchal demandera d’ailleurs le même jour à Goncourt d’affubler son personnage du ruban rouge de la Légion d’honneur ! La générale eut lieu le 2 mars au soir et la première, le lendemain, fut un grand succès. Mais cela dura peu : si la pièce ne provoqua pas les mêmes réactions passionnées qu’en 1865, elle ne trouva pas son public et dut cesser, dans l’indifférence, au bout de deux mois.

Edmond et Jules de Goncourt (1822-1896 / 1830-1870), Henriette Maréchal, Paris, Charpentier, 1885. Provenance : (Léon)-Albert Lambert (1847-1918) (envoi autographe : « A Albert Lambert, Edmond de Goncourt »). Inv. 1252.

XII. ALPHONSE DAUDET et Paul Porel (1896)

Sur l’œuvre : ce second volume du théâtre complet de Daudet contient La Lutte pour la vie, L’Obstacle et Numa Roumestan (inspiré du roman homonyme et créé par Porel au Théâtre de l’Odéon en 1886). La publication du Théâtre de Daudet fut très étalée dans le temps : la première série avait paru chez Charpentier en 1880 avec les pièces de jeunesse (dont L’Arlésienne) ; la troisième série, posthume, contiendra en 1899 les pièces les plus tardives (Sapho, Jack et Le Nabab).

Paul Porel avec son fils, photographiés par Nadar (1905)

Sur la provenance : d’abord comédien, puis directeur du théâtre de l’Odéon fin 1884, Porel (de son vrai nom Paul-Désire Parfouru) modernisa la salle et la programmation, travaillant avec les meilleurs auteurs dramatiques du moment, notamment avec Goncourt (dont il monta plusieurs pièces). Il entretenait avec Daudet les meilleurs rapports et reprit notamment sa pièce L’Arlésienne : créée en 1872 sans le moindre écho, elle fut redonnée au Théâtre de l’Odéon, sous la direction de Porel, le 5 mai 1885, et connut enfin le succès. Le 15 février 1887, il créa à l’Odéon la pièce Numa Roumestan (adaptée du roman du même nom et que l’on retrouve dans le présent recueil), qui rencontre là encore les faveurs du public.

Alphonse Daudet (1822-1896), Théâtre (2e série) : La Lutte pour la vie, L’Obstacle, Numa Roumestan, Paris, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1896, première édition collective. Provenance : Paul Porel (1843-1917, acteur et directeur de théâtre, mari de la comédienne Réjane) (envoi autographe : « A Porel, en souvenir, Alph. Daudet »). Inv. 1909.

XIII. ANATOLE FRANCE et Sybil Anderson (1896)

Le texte : « Je veux vous redire encore, Madame, toute la reconnaissance que je vous ai d’avoir fait vivre ma Thaïs d’une vie poétique et profonde. Voluptueuse et pénitente, vous avez égalé et surpassé les rêves du poète. J’emporte de vous vingt images animées et chantantes, plus belles – un autre vous l’a dit – que les peintures des vases grecs et que les figurines de Tanagra. Je vous embrasse, Anatole France. Mes meilleurs souvenirs à votre frère ».

Sybil Sanderson dans le rôle de Thaïs

Le contexte : paru en 1891, le roman Thaïs prend place dans l’Alexandrie du IVe siècle. Après une jeunesse débauchée, Paphnuce, après des années de retraite à la tête d’un groupe de moines cénobites, revient sur les lieux de sa jeunesse pour tirer la comédienne Thaïs d’une vie dissolue qui la conduit tout droit à la damnation. Il y parviendra, la convaincant de rejoindre un couvent. Mais lui-même finira par renier sa foi, s’apercevant qu’il était toujours amoureux de la pécheresse.

« Thaïs » fait la une du « Petit Journal » après la première

Avec quelques adaptations (Paphnuce devenant Athanaël), le roman donna matière à un opéra de même titre composé par Jules Massenet[13]. L’œuvre fut écrite en 1894 pour la soprano Sibyl Sanderson, muse du compositeur à cette époque. Typique de son temps, l’œuvre baigne dans un climat de volupté et de religiosité sulpicienne. Louis Gallet, le librettiste, n’a pas retenu l’aspect sceptique, ironique et discrètement anticlérical du roman d’Anatole France. En revanche, il a organisé le drame de manière rigoureuse et efficace. Le nœud de l’histoire est marqué, à l’acte II, par la célèbre « Méditation religieuse », confiée au violon solo et connue sous le nom de « Méditation de Thaïs », souvent jouée en concert.

Sybil Sanderson jouant Thaïs, face à Delmas (acte II)

La provenance : native de Sacramento, la soprano Sybil Sanderson (1864-1903) chanta surtout un répertoire français. Après des études au Conservatoire de San Francisco, elle vint à Paris compléter sa formation, mais débuta à La Haye, en 1888, sous le nom d’Ada Palmer. Revenue à Paris, elle chanta au Palais Garnier, notamment Gilda et Juliette. Elle fut très admirée de Jules Massenet, qui écrivit pour elle Esclarmonde (1889) et Thaïs (1894). Elle créa aussi Phryné (1893) de Camille Saint-Saëns. Elle paraît aussi à Londres en 1891, à Saint Petersbourg en 1892, puis à New York en 1895 et 1901. Sa grande beauté, ses dons d’actrice, mais aussi sa voix d’une exceptionnelle étendue (trois octaves) lui valurent une grande popularité. Elle se retira de la scène après son mariage et mourut prématurément d’une pneumonie.

Anatole France (1844-1924), lettre autographe signée à la cantatrice Sibyl Sanderson, Paris, 10 mars 1896, deux pages sur un bi-feuillet in-16. Provenance : Sibyl Sanderson (1864-1903, soprano américaine, égérie de Massenet et première interprète du rôle de Thaïs dans l’opéra du même nom en 1894) ; Vente « Livres anciens et autographes », étude Audap et Miraud, Paris, 7 novembre 2012, n° 12. Inv. 1602.

XIV. JEAN RICHEPIN et Caroline-Eugénie Segond-Weber (1897)

Sur le texte et le contexte : si son recueil poétique La Chanson des Gueux lui avait valu dès 1876 une réputation flatteuse, Jean Richepin (1849-1926) se heurta longtemps à l’indifférence du public dans le domaine dramaturgique. Il n’atteignit le plein succès qu’avec sa pièce Le Chemineau, drame de cinq actes en vers représenté pour la première fois au Théâtre de l’Odéon le 16 février 1897, avec dans les rôles principaux Decori (le chemineau) et la tragédienne Segond-Weber (Toinette). Plus de cent soixante représentations devaient suivre sur cette seule scène, sans compter de nombreuses reprises dans le demi-siècle suivant.

Le 16 avril 1897, dans le cadre du spectacle-concert du Vendredi-Saint offert par le Théâtre de l’Odéon, Richepin composa tout spécialement un épilogue (certains dirent un « sixième acte ») à sa pièce, avec un acte isolé, en vers, intitulé La Rose du pauvre : Decori reprenait le rôle du pauvre mendiant, alors que Mme Segond-Weber assumait celui, nouveau, de l’ange. Représentée trois fois avec succès durant l’année 1897, cette courte et émouvante pièce mettait en scène la mort du chemineau, tombant accablé de fatigue sur une grand-route enneigée. L’ange le console, lui assure qu’il trouvera au Ciel le pain et l’idéal qui lui ont toujours manqué ; il tend enfin au mourant sa rose : « La rose du pauvre, la rose tremière / Cette fleur qui fleurit demain / L’espérance dans la lumière ». Le texte fut publié pour la première fois dans La Revue illustrée du 1er juin 1897 (inv. 1598), mais ne fut pas repris dans les nombreuses éditions du Chemineau.

Mme Segond-Weber dans le rôle de Marie (« Les Jacobites » de François Coppée, 1885)

Sur la provenance : l’actrice et tragédienne Caroline-Eugénie Weber, dite Madame Segond-Weber (1867-1945), fut l’une des principales rivales de Sarah Bernhardt. Pensionnaire puis sociétaire de la Comédie-Française entre 1887 et 1926, elle interpréta durant ses quarante années de carrière presque toutes les grandes tragédies du répertoire classique, mais joua aussi dans des pièces de contemporains (Jean Richepin, Anatole France, François Coppée, etc.).

Jean Richepin (1849-1926), La Rose du Pauvre [manuscrit autographe signé], S.l.n.d. [Paris, mars-avril 1897], 7 pp. sur 7 ff. in-folio, reliés en veau glacé café. Provenance : Caroline-Eugénie Weber, dite Madame Segond-Weber (1867-1945, actrice) (envoi : « A Madame Segond-Weber, avec mon affectueuse et admirative gratitude, Jean Richepin »). Inv. 1599.

XV. OCTAVE MIRBEAU et André Antoine (1897)

Le texte : « 3, Boulevard Delessert. Mon cher ami, vous avez encore, je crois une copie, – celle que je vous avais envoyée – de ma pièce. Je vous serais fort obligé de vouloir bien me la faire remettre. Mille remerciements et tout à vous, Octave Mirbeau ».

Le contexte : c’est en 1897 qu’Octave Mirbeau (1848-1917) s’installe dans un bel appartement du 3, boulevard Delessert, à Paris : il y restera domicilié jusqu’à son déménagement avenue du Bois en novembre 1901. Ce billet évoque une célèbre pièce de Mirbeau représentée durant ce laps de temps : Les Mauvais Bergers. L’histoire en est proche de celle de Germinal, présentant le récit l’histoire d’une grève ouvrière écrasée par la troupe (voir numéro suivant pour une description plus complète). A l’origine, la pièce avait été promise au directeur du Théâtre-Antoine, l’acteur et metteur en scène André Antoine (1858-1943), avec lequel Mirbeau était en rapport depuis longtemps mais sans succès : dans cette relation toujours délicate, les deux hommes se cherchaient en effet sans toujours se trouver. Dans le cas présent, Mirbeau avait bien l’intention de lui confier ses Mauvais Bergers et il lui en lit d’ailleurs la moitié au printemps 1897. Ce billet semblerait indiquer également l’envoi d’une copie manuscrite. Mais Mirbeau s’est ensuite dédit pour confier sa pièce à Lucien Guitry et Sarah Bernhardt, qui la jouèrent au Théâtre de la Renaissance le 14 décembre 1897. En compensation, Mirbeau finira par confier à Antoine une autre de ses pièces, L’Épidémie, en 1898[14].

Provenance : André Antoine (1858-1943, acteur, fondateur et directeur du Théâtre libre [1887-1894], puis du Théâtre Antoine, l’un des premiers metteurs en scène modernes français). Inv. 2163.

 XVI. OCTAVE MIRBEAU et Berthe Bady (v. 1898-1900)

Le texte : dans sa pièce Les Mauvais Bergers, représentée pour la première fois le 15 décembre 1897 au Théâtre de la Renaissance, l’écrivain Octave Mirbeau, très marqué à gauche et préoccupé par les questions sociales de son temps, traitait de l’histoire d’une grève ouvrière. Un peu comme dans Germinal de Zola, l’action s’achevait sur une tragédie, avec l’intervention sanglante de la troupe, requise par un patronat intransigeant. Le meneur du mouvement, Jean Roule, est tué aux côtés de sa jeune maîtresse Madeleine (enceinte), ainsi que le propre fils du patron, Robert Hargand (qui avait rompu avec les siens pour épouser la cause des ouvriers). Bref, cette pièce marquée du sceau du pessimisme (et presque du nihilisme) diffère du roman zolien par l’absence totale de toute espérance finale. En fait, pour Mirbeau, les « mauvais bergers » sont autant les patrons inflexibles et l’Etat complice que les idéalistes gauchistes qui mènent leurs disciples à la mort. Portée par les deux « monstres sacrés » qu’étaient Lucien Guitry (dans le rôle de Jean Roule) et Sarah Bernhardt (dans celui de Madeleine), la pièce connut une très importante réception.

La provenance : actrice d’origine belge, Berthe Bady (1872-1921) était une célébrité de son temps : elle joua dans de nombreuses pièces mises en scène par Lugné-Poe au Théâtre de l’Œuvre, avant de devenir l’égérie et la compagne du dramaturge Henry Bataille (dont elle interpréta cinq pièces entre 1902 et 1913). Mais contrairement au souhait énoncé par Mirbeau sur cet exemplaire, probablement vers 1898-1900, elle ne joua jamais pour l’auteur des Mauvais Bergers. Les fortunes gagnées sur les planches furent dilapidées pour soutenir son amant Bataille et Berthe Bady s’éteignit finalement dans la misère, oubliée de tous, dans un hôtel sordide (un destin tragique évoqué par Aragon dans Blanche, ou l’oubli)… ‎

Octave Mirbeau (1848-1917), ‎Les Mauvais bergers Pièce en cinq actes. Représentée à Paris sur le Théâtre de la Renaissance le 14 décembre 1897‎, ‎Paris, Charpentier et Fasquelle, 1898 18 x 12 cm, demi-chagrin havane, dos à nerfs, titre doré, tête dorée, couv. non conservées, 3 ff. n. ch., 152 pp. Edition originale sur papier d’édition. Envoi autographe signé de l’auteur : « A Mademoiselle Berthe Bady / avec l’espoir charmant qu’elle / voudra bien, un jour, jouer une pièce / de moi. Octave Mirbeau ».

 XVII. OCTAVE MIRBEAU et Maurice de Féraudy (1901)

Sur l’œuvre : Vieux ménages est une comédie en un acte, créée au Théâtre d’Application le 20 décembre 1894, mais publiée seulement en 1901 (avec un tirage de tête de 20 ex. sur Hollande), avant d’être recueillie en 1904 dans le recueil Farces et moralités  (avec un titre modifié en Vieux ménage). Mirbeau y traite de l’enfer conjugal et illustre une nouvelle fois les turpitudes et la tartufferie de la bourgeoisie. Il met en scène un vieux couple anonyme, qui passe son temps à se déchirer, mais qui reste uni par la pourriture et la haine, liens bien plus durables et solides que l’amour. Le Mari, « respectable » magistrat à la retraite, catholique proclamé, impitoyable aux pauvres, et qui prétend ne pas transiger avec ses principes de haute moralité, se révèle être un coureur de jupons, voire un amateur de chair adolescente. Quant à la Femme, vieille podagre aigrie et solitaire, qui ne peut plus accomplir son « devoir conjugal », elle lui conseille cyniquement de jeter son dévolu sur sa nouvelle et jolie voisine divorcée, qui n’a donc plus de propriétaire en titre, plutôt que de lui « prendre [ses] bonnes », qu’elle se plaît à houspiller, dernier plaisir qui lui reste.

Sur la provenance : entré à la Comédie-Française en 1880, Maurice de Féraudy (1859-1932) connut la célébrité dans les rôles comiques, grâce à son jeu plein de gaité, et était le doyen de l’institution lors de sa retraite en 1929. Il joua par ailleurs dans de nombreux films muets : Louis de Funès a rendu hommage à son influence importante non seulement pour le cinéma français, mais aussi pour lui-même. Mais le rôle de sa vie, qu’il a joué 1 200 fois en près de 30 ans et dont il avait le monopole, est celui d’Isidore Lechat dans la pièce Les affaires sont les affaires d’Octave Mirbeau, créée en avril1903, ce qui donne toute sa valeur à cet envoi autographe. Après la première, décourant un Féraudy, à la fois burlesque et terrible, Mirbeau,  ravi,  le couvre de compliments : « Vous avez donné à Isidore Lechat – et cela miraculeusement – non seulement sa stricte enveloppe physique, ses habitudes de famille, ses gestes, ses tics, sa marque sociale mais encore et surtout son âme ». Féraudy créa également le personnage de Biron dans la pièce Le Foyer du même Mirbeau en 1907.

Inv. 2472 – Octave Mirbeau, Vieux Ménages, Paris, Librairie Charpentier-Fasquelle, 1901. In-12, de 35 pp. Broché, sous couvertures imprimées vertes. Couvertures et papier jaunis. Provenance : Maurice de Féraudy (1859-1932, acteur, sociétaire de la Comédie-Française entre 1887 et 1929, créateur du rôle d’Isidore Lechat dans Les Affaires sont les affaires de Mirbeau) (envoi autographe : « A Maurice de Féraudy, son ami Octave Mirbeau »).

XVIII. ANATOLE FRANCE et Lucien Guitry (1902)

Le texte : œuvre à succès d’Anatole France, le court roman Crainquebille livre une critique en règle de l’institution judiciaire, aveugle et inhumaine, créatrice d’injustices poussant les pauvres gens au crime. Ainsi, le père Crainquebille, marchand de quatre-saisons très estimé dans son quartier, se voit condamné pour avoir soi-disant insulté un agent de police lors d’une discussion un peu vive. Le pauvre homme sort de prison aigri et tombe dans la déchéance avant de trouver la rédemption. La première édition, illustrée par Steinlen, vit le jour en 1901 chez l’éditeur Edouard Pelletan, ami proche d’Anatole France. Cette deuxième édition, en partie originale, est la « première complète en un volume ordinaire » (pour reprendre les propres de Péguy dans l’avant-propos) : elle contient en effet les chapitres I et IV en intégralité. Premier numéro de la quatrième série des « Cahiers de la Quinzaine », le mince volume fut tiré à 5’000 exemplaires.‎

Lucien Guitry, par Constantin Egorovich Makovsky (vers 1905)

La provenance : considéré comme l’égal masculin de Sarah Bernhardt, Lucien Guitry (1860-1925) créa certains des plus grands rôles de son temps, à Paris ou Saint-Pétersbourg (où naquit son fils Sacha). Il joua notamment dans les premières créations de La Princesse lointaine, de L’Aiglon ou de Chantecler d’Edmond Rostand, des Mauvais bergers d’Octave Mirbeau, etc. Il tint le rôle principal dans plusieurs adaptations de romans d’Anatole France, notamment L’Affaire Crainquebille, d’abord en 1903 (Théâtre de la Renaissance), puis en 1910 (Théâtre de la Porte-Saint-Martin). A partir de l’édition Calmann-Lévy de 1904, Crainquebille sera d’ailleurs dédiée « À Alexandre Steinlen et à Lucien Guitry, qui ont su donner, l’un en une suite d’admirables dessins, l’autre par une belle création de son génie dramatique, un caractère de grandeur tragique à l’humble figure de mon pauvre marchand des quatre-saisons ».

Guitry dans le rôle de Coupeau (« L’Assommoir » d’Emile Zola)

Anatole France (1844-1924), L’Affaire Crainquebille, Paris, Cahiers de la Quinzaine, 1902, deuxième édition, en partie originale. Provenance : Lucien Guitry (1860-1925, acteur, créateur du rôle de Crainquebille au théâtre) (envoi autographe : « A Lucien Guitry, C’est ne lui donner rien, C’est seulement lui faire un présent de son bien (Cinna, a. 1, sc.), son collaborateur et ami Anatole France »). Inv. 2012.

XIX. PIERRE LOUYS et Polaire (1908)

XX. PIERRE LOUYS et Régina Badet (1910)

Pour ces deux documents, voir un billet à venir des Mélanges tirés d’une petite bibliothèque.

XXI. EDMOND ROSTAND et Pierre Magnier (1910)

Le texte : après le succès planétaire de Cyrano en 1898, puis de L’Aiglon deux ans plus tard, Edmond Rostand (1868-1918) reprend un vieux projet : porter sur scène une tragédie animalière. Il lui faudra huit ans pour mener à bien cette entreprise, dont il conçoit également les costumes et les maquettes de décor. La pièce fait intervenir plus de 70 personnages, avec 195 costumes somptueux ayant demandé 35 000 heures de travail. Le rôle-titre, celui du coq Chantecler, est tenu par le grand Lucien Guitry. Le soir de la première au Théâtre de la Porte-Saint-Martin, le 7 février 1910, le public, venu du monde entier, est dans une attente d’une extraordinaire ferveur, qui a encore été attisée par des retards répétés. Las, les aventures de ce coq trop imbu de lui-même, qui pensait faire naître le soleil par son chant et qui doit regagner la confiance de la basse-cour en luttant contre un épervier, est finalement un relatif échec, dû (selon Rostand) au peu de conviction de Guitry. En fait, le public est dérouté devant ces acteurs grimés en poulets, mais qui s’expriment dans des alexandrins raffinés. Pourtant, l’œuvre avait de véritables qualités d’avant-garde, avec la présence un peu surréaliste d’animaux parlants et l’aspect satirique de l’œuvre. Blessé, Rostand ne donna plus de pièce de son vivant. Mais il attaqua en fait dès 1911 un « poème dramatique en deux actes et un prologue » baptisé La Dernière nuit de Don Juan. La guerre, puis la mort prématurée de l’auteur en 1918 (de la grippe espagnole) empêchèrent de représenter la pièce avant 1921.

Pierre Magnier dans le rôle de Cyrano de Bergerac (1922)

Le contexte et la provenance : il est émouvant de découvrir cette dédicace, car  l’acteur Pierre Magnier (1869-1959), grande star du cinéma muet, intervint dans de nombreuses pièces de Rostand au cours de sa carrière. Au printemps 1910, il tint le rôle-titre de Chantecler, lorsque la pièce partit en tournée à Bruxelles (d’où cette dédicace), puis le reprit en juin au Théâtre de la Porte-Saint-Martin, lorsque Guitry, dégoûté, jeta l’éponge après 150 représentations. Magnier demeura ensuite fidèle à l’œuvre de Rostand, même après la mort prématurée de celui-ci. En 1922, il joua le personnage principal dans la création de La Dernière Nuit de Don Juan, au Théâtre de la Porte-Saint-Martin (voir fragment manuscrit ci-dessous [Inv. 2170]). En cette même année, Magnier incarna Cyrano de Bergerac dans une importante adaptation cinématographique franco-italienne de l’œuvre de Rostand, muette mais colorisée à l’époque au pochoir (travail dantesque qui repoussa la sortie en salle de trois années !).

La célèbre reliure en veau souple estampé, signée du maître-verrier René Lalique

Edmond Rostand, Chantecler, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1910, édition originale, en reliure de veau souple estampé (Lalique). Exemplaire nominatif sur Japon impérial pour l’acteur Pierre Magnier, avec envoi autographe : « en remerciement du cop plein de foi qu’il a été à Bruxelles ! son tout dévoué, Edmond Rostand ». Inv. 2200.

Fragment du manuscrit autographe de « La dernière nuit de Don Juan » d’Edmond Rostand : dernière réplique de Don Juan dans le prologue de la pièce. Pierre Magnier créa le rôle en 1922. Inv. 2170.

XXII. ALAIN DECAUX et Lino Ventura (1972)

Le texte : intéressante entreprise que celle d’Alain Decaux dans cette grande fresque en dix volumes, examinant bien sûr les femmes célèbres de l’histoire de France, mais aussi, d’une manière plus large, la place de la femme dans la société française au fil des siècles. Ce premier tome faisait le portrait aussi bien de Blanche de Castille que de Catherine de Médicis, de Jeanne d’Arc que de Mme de Sévigné. On y retrouve les belles Frondeuses galopant en quête de leur liberté, les précieuses réformant le langage, les villageoises inconnues de la Gaule, les épouses mérovingiennes naissantes, etc.

Sur la provenance : cet exemplaire associe deux personnes que j’admire beaucoup : Alain Decaux et Lino Ventura. Autant le dire : j’ai été surpris, voire choqué de la globale indifférence avec laquelle la mort d’Alain Decaux, l’année dernière, a été traitée par les médias et le public français… Voilà un homme qui a passé sa vie à passionner les foules en rendant l’Histoire accessible et vivante pour le plus grand nombre, dans tous les foyers français, et que les oraisons funèbres n’ont présenté que comme un « vulgarisateur », avec un ton condescendant. Incroyables journalistes, incapables de saisir les propos de chercheurs les plus pointus, mais prêts dans le même temps à mépriser ceux qui s’efforcent à rendre leur science accessible ! Je l’avoue sans détour : enfant, les livres d’Alain Decaux ont beaucoup fait pour développer mon goût pour l’histoire. C’est pourquoi j’ai été heureux, par la suite, de lui faire connaître mes travaux de recherche, après l’avoir rencontré dans le cadre de l’exposition Mignonne, allons voir… au château de Chantilly (dont il était le principal responsable au nom de l’Académie).

Quant à Lino Ventura, il est sans doute l’un de mes acteurs préférés, en premier lieu pour sa magistrale interprétation du personnage de Philippe Gerbier dans L’Armée des Ombres, film de Jean-Pierre Melville (1969), inspiré du roman du même nom de Joseph Kessel, l’un des plus beaux livres de la littérature de résistance, paru en 1943.

Lino Ventura dans le rôle de Philippe Gerbier (« L’Armée des Ombres » de Jean-Pierre Melville, d’après le roman de Josepk Kessel, 1969)

Le contexte : il peut sembler difficile d’associer ces deux personnages, mais n’avaient-ils pas en commun l’écran, petit ou grand ? De fait, ils se retrouvèrent au moins sur un grand projet cinématographique : l’adaptation des Misérables de Hugo par Robert Hossein en 1982. Decaux en était le scénariste et le dialoguiste[18] ; Ventura interprétait le personnage de Jean Valjean. Mais cet exemplaire à la dédicace si élogieuse semble faire remonter leurs rapports à 1972 pour le moins (à moins qu’il ne s’agisse d’un cadeau plus tardif de dix ans ?).

Lino Ventura dans le rôle de Jean Valjean (« Les Misérables » de Robert Hossein, d’après le roman de Victor Hugo, 1982)

Alain Decaux (1925-2016), Histoire des Françaises [tome I], Paris, Perrin, 1972. Provenance : Lino Ventura (1919-1987, acteur) (envoi autographe : « pour Lino Ventura que j’admire tant, en signe de ma vive sympathie, Alain Decaux »). Inv. 2046.

Nicolas Ducimetière
Douvaine, 13 mars 2017
(mise à jour : 16 déc. 2019 [notices V, VI et XVII])


En guise de cul-de-lampe final, de magnifiques bacchantes, les vraies et leur version autoportraiturée par l’auteur !


NOTES

[1] L’édition originale de 1825 présentait même un portrait frontispice qui n’était autre que celui de l’auteur grimé en femme ! La deuxième édition, parue en 1830, était augmentée deux pièces encore inédites (« L’Occasion » et « Le Carrosse du Saint-Sacrement ») (inv. 494).

[2] En plus des célèbres Odes funambulesques (1857) (inv. 1510), on peut citer Les pauvres saltimbanques (Paris, Michel Lévy, 1853) (inv. 401), qualifié de « peu commun » par Clouzot.

[3] Paris, Charpentier, 1882. Exemplaire offert à François Coppée, avec envoi autographe (inv. 380).

[4] Paris, Charpentier, 1890. Un des 5 exemplaires sur Japon (n° 2), avec envoi autographe à Julia Daudet (inv. 1609).

[5] Paris, Dentu, 1894. Exemplaire du poète parnassien et futur académicien François Coppée, avec un amusant envoi à teneur théâtral : « A François Coppée, ami des bons cabots » (inv. 666).

[6] Suite à une demande récente d’un dix-septièmiste célèbre, j’ai fait un petit inventaire de mes pièces de théâtre XVIIe en édition d’époque et suis parvenu, un peu surpris, au chiffre rondelet de 68 ! C’est fou comme les livres s’accumulent au fil des années… C’est le siècle le mieux représenté dans ma collection, juste après le XIXe s.

[7] Catalogue du cabinet d’histoire naturelle de Mlle C***, dont la vente se fera rue du Baq, près le Pont Royal, dans le mois de février 1773, Paris, Michel Lambert, 1773. L’ensemble fut racheté en bloc par le comte Demidoff pour 30’000 livres.

[8] Edmond de Goncourt, Mademoiselle Clairon, Paris, Charpentier, 1890, p. 326, note 2.

[9] Œuvres de Saint-Evremond…, s.l. [Paris], 1740, 10 vol. in-12, fig. de Picart, veau fauve, avec super-libris. Cette série se retrouve dans le catalogue Bibliothèque des Goncourt – XVIIIe siècle : livres, manuscrits, autographes…, Paris, Duchesne et Morgand, 1897, p. 102, n° 658.

[10] Clouzot, Guide du bibliophile français du XIXe siècle, p. 159.

[11] J’en possède l’exemplaire offert au poète Théodore de Banville, ami de longue date de Monselet (en 1859, ce dernier écrivait : « Au premier rang de nos meilleurs poètes, entre Musset et Gautier, on doit placer M. Théodore de Banville, dont plusieurs recueils, Les Cariatides ou Les Stalactites attestent l’éclat, la grâce et l’esprit »). Relié en demi-toile bradel rouge (dans l’habituelle et très reconnaissable « reliure Banville » à tête rouge), l’exemplaire comporte l’ex-libris gravé de Banville (inv. 598).

[12] Sur ces deux personnages, voir Geneviève Faye, « Henri Larochelle : une réussite exemplaire », dans Pascale Goetschel et Jean-Claude Yon (dir.), Directeurs de théâtre (XIXe – XXe s.) : histoire d’une profession, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008, pp. 131-142.

[13] Pour une très belle présentation de cet opéra et de ses représentations, voir ce site : http://www.artlyriquefr.fr/oeuvres/Thais.html

[14] Sur ces épisodes, voir : André Antoine, Mes souvenirs sur le Théâtre Antoine et l’Odéon, Paris, 1928 ; Pierre Michel, «Les Mauvais bergers et Le Repas du lion », dans Cahiers Octave Mirbeau, n° 3, 1996, pp. 213-220.

[18] Decaux devait consacrer une importante biographie à Victor Hugo deux ans plus tard (Paris, Perrin, 1984). Mon exemplaire est celui offert par l’historien au producteur de cinéma Bernard Artigues.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (13) : QUAND LES GREVES INSPIRAIENT LES POETES…

 QUAND LES GREVES INSPIRAIENT LES POETES…

En ces temps de grogne sociale généralisée, il semblait intéressant, pour rester dans le ton, d’exhumer un texte évoquant le monde ouvrier du XIXe siècle et ses grèves. Et pas n’importe quel texte : des vers, et des plus célèbres en leur temps, tombés de la plume de celui qu’on surnommait alors « le poète des humbles », François Coppée (1842-1908). Voici une brève présentation du manuscrit autographe de ce poème et d’un exemplaire sur chine de l’édition originale, arrivés dans mes rayons il y a quelques années.

Portrait de François Coppée par Nadar (vers 1876). Tirage en photoglyptie, extrait de la « Galerie contemporaine »

Fils de fonctionnaire, Coppée commença à travailler comme employé de bureau du Ministère de la Guerre, tout en composant ses premiers vers, imprimés en 1866 dans le recueil Le Reliquaire. Membre du courant poétique du Parnasse et de l’ « écurie » des écrivains des Editions Lemerre, il accéda à la célébrité en 1869 avec sa pièce de théâtre Le Passant, dans laquelle jouait Sarah Bernhardt. Le succès ne se démentit dès lors plus que ce soit pour ses pièces ou pour ses recueils de poésie. Bibliothécaire du Sénat, puis archiviste de la Comédie-Française, il cumula peu à peu les honneurs : Académie française en 1884, officier de la Légion d’honneur en 1888. Auteur très en faveur dans les milieux bourgeois, devenu l’un des chantres du nationalisme au moment de l’Affaire Dreyfus, il fut pourtant l’un des seuls auteurs à mettre en scène, avec un intérêt et une compassion vrais, le sort des plus modestes et des déshérités dans son œuvre. Avant même le recueil Les Humbles (1872), il avait donné un poème à teneur sociale dès 1869, baptisé La Grève des Forgerons.

Le poème vit le jour en juillet 1869, dans un contexte social extrêmement lourd. Un mois plus tôt, les mineurs du bassin houiller de La Ricamarie (près de Saint-Etienne) s’étaient engagés dans une grève très dure, pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail (notamment la journée de huit heures). Le 16 juin, des grévistes tentèrent de s’opposer au départ de stocks de charbon vers les usines locales : des compagnies d’infanterie, appelées pour couvrir le transfert, procédèrent à quarante arrestations. Et c’est alors que les prisonniers étaient emmenés vers Saint-Etienne que le drame intervint : confrontés au rassemblement de plusieurs centaines de collègues et de proches des mineurs interpelés, les soldats, sans doute effrayés, ouvrirent le feu, sans sommation ni ordre, tuant quatorze personnes (dont un bébé de seize mois) et occasionnant de nombreuses blessures graves. Dix jours plus tard, c’était au tour des ouvriers et ouvrières de la soie lyonnaise de se mettre en grève pour plus d’un mois.

Un humble manuscrit, « dans son jus »…

Composé peu après ses événements, le long poème de Coppée (253 alexandrins) prend place dans le monde des forges, autrement dit de l’industrie sidérurgique. Il met en scène un vieil ouvrier, le père Jean, respecté de tous, qui se voit désigné par ses camarades comme porte-parole auprès du maître de forge pour demander une hausse de salaire. Devant le refus poli du patron (éternelle question : comment demeurer compétitif ?), les ouvriers se mettent en grève. L’argent en vient vite à manquer chez le vieil homme, une situation critique puisqu’il doit nourrir sa femme et ses deux petits-enfants, demeurés à sa charge. Annonçant à ses compagnons qu’il doit reprendre le travail, il se fait alors traiter de lâche par un jeune exalté. Ne pouvant supporter l’affront, le père Jean défit son insulteur en duel et l’abat d’un coup de marteau. Et l’on découvre alors que ce long monologue, placé dans la bouche même du père Jean, avec des phrases brèves et sans fioritures, s’adressait en fait aux juges de la cour d’assise.

En voici les premiers vers :

Mon histoire, messieurs les juges, sera brève.
Voilà . Les forgerons s’étaient tous mis en grève.
C’était leur droit. L’hiver était très dur ; enfin,
Cette fois, le faubourg était las d’avoir faim.
Le samedi, le soir du payement de semaine,
On me prend doucement par le bras, on m’emmène
Au cabaret ; et, là, les plus vieux compagnons
– J’ai déjà refusé de vous livrer leurs noms –
Me disent :  » Père Jean, nous manquons de courage ;
Qu’on augmente la paye, ou sinon plus d’ouvrage !
On nous exploite, et c’est notre unique moyen. […]

Tout en se démarquant des premières productions de Coppée (toutes parnassiennes et donc purement esthétisantes), La Grève des Forgerons va devenir emblématique de sa veine personnelle, s’intéressant à la vie quotidienne du peuple de Paris et de ses banlieues : dans ce long monologue, le poète trace un portrait sans fard, à la Zola, d’une réalité sociale très dure. Cette démarche narrative (que l’on retrouvera dans les poèmes du recueil Les Humbles) le conduira à adopter un prosaïsme volontaire et revendiqué, un refus du « poétisme », qui sera moqué par Verlaine, Rimbaud, les Zutistes ou les Symbolistes. Verlaine, notamment, s’amusa à le pasticher et disait qu’il faisait « un Vieux-Coppée » quand il s’amusait à composer un dizain au sujet un peu banal. Pour Jules Renard (qui avait souvent la dent dure dans son Journal), Coppée faisait « de la prose sans le savoir » (et Renard de prophétiser : « On ne rouvrira pas Coppée. Qu’est-ce qu’un poète dont la lecture ne nous augmente pas ? »). Anatole France, de son côté, avait fait une blague un peu vacharde, en disant avoir vu, un jour d’enterrement, une couronne funéraire portant l’inscription « Offert par le Cercle de boules d’Auteil » (soit un alexandrin) et avoir pensé : « On dirait un vers de Coppée ! ». Mais France lui reconnaissait aussi d’avoir su casser l’alexandrin traditionnel et d’avoir trouvé le moyen de conserver le naturel dans l’art. Certains critiques, de nos jours encore, se prenant pour des Verlaine au petit pied, adorent descendre ce poète mort et oublié depuis plus d’un siècle, parlant à plaisir de son style populiste, de ses lieux communs, de son sentimentalisme  à l’eau de rose, etc. Critiques non dénuées de quelques raisons, mais à mon sens un peu faciles, faisant fi un peu rapidement de l’écho rencontré par cette poésie auprès du lectorat de l’époque (mais les critiques et exégètes, d’aujourd’hui comme d’hier, sont si facilement méprisants pour les goûts des simples lecteurs, incapables par définition de séparer le bon grain de l’ivraie, puisque n’étant pas membres du sérail des professionnels des lettres, fin de la parenthèse…). Il n’est donc pas inintéressant, à mes yeux d’historien et de collectionneur, de redécouvrir l’œuvre de François Coppée où se rencontrent des œuvres d’une certaine force, ou du moins d’un réel intérêt historique, comme l’est cette Grève des Forgerons, demeurée l’une de ses pièces majeures.

013-3-MAS fin

La fin tragique du poème

Manifestement écrit sur les feuillets d’un petit cahier ou carnet, le présent manuscrit autographe signé, comptant 9 pages, n’est pas daté, mais doit remonter à l’époque de la composition du poème : l’écriture de Coppée présente encore des formes juvéniles qui ne figurent plus dans sa calligraphie d’homme de lettres confirmé des années 1870-1880. L’œuvre sera publiée chez Alphonse Lemerre dans le courant du second semestre 1869, sous d’un petit fascicule indépendant, une plaquette in-octavo de 15 pages. Cette édition originale comportait un tirage de tête de 24 exemplaires sur chine et de 24 autres sur hollande, non numérotés. Le présent exemplaire, broché, est l’un des 24 chine.

013-4-titre      Un des 24 exemplaires sur papier de Chine

Incipit du poème

Si vous voulez lire ce poème dans l’édition originale, vous pouvez le retrouver en reproduction numérique via ce LIEN  ou en version texte via cet autre (http://www.bmlisieux.com/archives/forgeron.htm).

Allez, bonne lecture et salut à tous, camarades ! « C’est la lutteuh finaleuh, groupons-nous et demain, le livre ancien sera le genre humain » 🙂

MELANGES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (11/1) : FAMILLES, JE VOUS HAI…ME ! (1/2)

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (11/1) :

FAMILLES, JE VOUS HAI…ME !

Un récent et très joli catalogue de la librairie Walden s’est trouvé tout entier dédié aux Histoires de familles, un thème qui m’a toujours paru fort intéressant et dont ma bibliothèque, au fil des années, a fini par rassembler quelques spécimens parfois fort émouvants. Cela m’a soudain donné envie de rassembler ce corpus de manière cohérente. De 1837 à 1927, je vous propose d’en découvrir, en deux articles, une vingtaine d’exemples choisis, soit ouvrages dédicacés, soit lettres autographes.

Musset, Vigny, Lamartine, Goncourt, Banville, Daudet, Loti, … : avant d’être les géants littéraires que tout le monde connaît, ils ont été des fils, des fiancés et maris, des pères, des frères, neveux, oncles ou cousins.  Voici quelques manifestations de leur vie familiale, entrevues par des courriers ou des envois autographes sur des livres offerts à leurs proches. Certains de ses documents témoignent d’un amour partagé, d’autres de relations plus compliquées, voire de séparations et de vraies douleurs, mais tous ont derrière l’encre et le papier une vraie histoire, souvent poignante.

1837 : ALFRED DE MUSSET à sa maîtresse (inv. 550)

11-1-Lettre Musset (verso1)

Alfred de Musset (1810-1857), lettre autographe signée à Caroline Jaubert, [Paris], « Mardi » [2 mai 1837]. Cachets postaux.

Cette très jolie lettre autographe de Musset à son ex-maîtresse Caroline Jaubert, « la Conseillère » comme il la surnommait, se rapporte à l’écriture de la nouvelle Emmeline, dont l’histoire est justement inspirée par leur relation amoureuse, deux ans plus tôt. Fera l’objet d’un article à venir (désormais disponible : suivre ce lien vers Mélanges tirés d’une petite bibliothèque (27) : Un instant de la naissance d’Emmeline).

 —

1842 : ALPHONSE DE LAMARTINE à sa nièce et épouse (inv. 520)

11-2-Lamartine111-2-Lamartine1b

Alphonse de Lamartine, Voyage en Orient – 1832-1833, Paris, Gosselin, 1841, 2 vol., première édition in-12. Envois autographes : «  A Valentine // al. de Lamart[ine] » (tome I) et « A Valentine de Cessia[t] // St Point 24 Juin 1842 // al. de Lamartine » (tome II).

La provenance : Valentine de Cessiat (1821-1894) était la fille de Cécile de Lamartine, la sœur du poète. Avec les deux plus jeunes de ses six sœurs, Valentine fut périodiquement « prêtée » par sa mère au poète et à sa femme, Marianne Birch, à partir de 1833 : il s’agissait d’essayer de leur faire oublier la mort au Proche-Orient, de leur petite fille Julia, dont les époux se remettaient très difficilement, sombrant dans la tristesse. Les petites Cessiat séjournèrent dès lors très souvent dans les propriétés de leur oncle, en Bourgogne ou à Paris. Valentine devient vite la nièce préférée de Lamartine qui dit d’elle, parlant de sa joie de vivre, de sa beauté et de sa vivacité : « Elle désassombrit tout », écrivait Lamartine. A partir de 1841, pendant une maladie de sa mère, elle la remplace à la plume pour la correspondance entretenue avec le poète et devient ainsi sa correspondante attitrée. Elle le sera pendant treize ans jusqu’à ce qu’elle s’installe définitivement chez les Lamartine en 1854. Vivant dans le culte de son oncle et de son génie (elle semble être tombée amoureuse de lui dès son adolescence), elle va devenir son assistante, sa secrétaire (elle arrive à imiter son écriture à la perfection), mais surtout et avant tout une des raisons de vivre et d’écrire du poète, très proche de sa muse (jusqu’à quel point alors ?). Dans sa biographie de Lamartine, Xavier de La Fournière écrit : « Non, il n’est pas téméraire de penser qu’avec celle qu’il appelait son ange, Alphonse, tout au soir de sa vie, trouva enfin ce qui, pour lui, représentait l’amour total et dont, durant le reste de son existence, il n’avait eu que des éléments. Elément gracieux, encore enfantin, avec les Caroline, les Henriette et même les Antoniella, sensuel avec Nina, avec Léna surtout, intellectuel ou plutôt cérébral avec Delphine de Girardin, Eléanore de Canonge et tant d’autres, familial avec Marianne Birch, sublime avec Julie. Avec Valentine, il les avait toutes en une seule personne. Elle n’était pas seulement sa nièce de prédilection. Elle était, tout ensemble, sa sœur, sa fille, sa mère, son amie, son amante, son épouse, son égérie, son double »[1].

Valentine refusa de nombreuses propositions de mariage pour rester aux côtés de son oncle. Cinq ans après la mort de Marianne Birch, qu’elle avait soignée, la pieuse Valentine, chanoinesse de Saint-Anne-de-Bavière, devenait, avec dispense papale et par décret impérial du 31 août 1868, Madame de Lamartine. Le 28 février suivant, Lamartine s’éteignait en réalisant son vœu : il put se soulever, mettre sa tête sur les genoux de sa femme et ainsi « mourir sur le cœur de la bien-aimée ». Valentine de Lamartine devait passer le quart de siècle suivant à entretenir la mémoire du poète. Elle édita par exemple ses Poésies inédites en 1873. Des poètes la consultait de temps à autre comme la gardienne de la poésie lamartinienne et romantique. Ses contemporains gardaient le contact avec elle, comme Victor Hugo. On lui envoyait des volumes à envoi. Mais l’oubli la gagna peu à peu.

Le château de Saint-Point (d’où est daté l’un des envois) était la résidence principale de Lamartine en Bourgogne (ce château du XVe siècle lui fut offert par son père en cadeau de mariage et il le fit transformer en castel néo-gothique !). C’est là que Valentine passa le reste de sa vie après la mort de Lamartine, c’est là qu’elle avait ses livres. Le poète lui en avait offert beaucoup, dont un exemplaire de L’Imitation de Jésus-Christ. Les descendants des Lamartine, les marquis de Noblet, ont vendu Saint-Point au début de 2004 : la bibliothèque de Valentine, qui était encore en partie dans le château, a été dispersée aux enchères à Drouot le 20 avril 2005[2]. Plusieurs œuvres de Lamartine figuraient parmi les livres, mais seulement deux avec envoi : une EO du Pèlerinage d’Harold offerte au père de Valentine, Joseph-César de Cessiat, et un exemplaire relié en veau rose signé des premières Œuvres complètes (1826) offert à Valentine (« A Valentine de Cessiat // donné deux fois // Al. de Lamartine 6 aoust 1836 », et non 1826 comme dit au catalogue).

Les présents volumes semblent avoir quitté la bibliothèque de Saint-Point à une date antérieure, sans que rien ne puisse indiquer leur cheminement (ils auraient été achetés dans un dépôt-vente !). Ils furent offerts à Valentine le 24 juin 1842, un vendredi, alors qu’elle séjournait avec une de ses sœurs. Ce séjour est prouvé par la correspondance de Lamartine[3] qui, dans une lettre du 8 juin, datée de Saint-Point, écrit à un ami suisse : « Les charmantes nièces sont ici (…) ». Dans une lettre du 11 au marquis de Lagrange, il indique à son correspondant que « [sa] femme et Valentine lui disent les choses les plus aimantes ». Ils devaient tous partir vers la mi-juillet pour Marseille, mais la mort accidentelle du fils aîné de Louis-Philippe obligea Lamartine à rentrer à Paris. Il n’y a pas d’autres lettres connues à Valentine d’ici la fin 1842.

A noter enfin que Valentine de Cessiat semble avoir eu un attrait considérable pour ce Voyage en Orient, car la vente du 20 avril 2005, a présenté un autre exemplaire de la même œuvre, dans l’édition de Gosselin, 1835 (quatre vol. in-18). Valentine avait apposé sa signature sur chacun des volumes.

L’œuvre : le récit d’un voyage au Proche-Orient (Adriatique, Grèce, Rhodes, Libam Syrie, Palestine) qui, du rêve initial (Lamartine désirait beaucoup se confronter à l’exotisme encore mystérieux de ces terres), tourna au drame, avec la mort de la fille de l’auteur, la petite Julia, en décembre 1832. Ce livre, qui contient des pages extraordinaires sur l’Orient vu par un romantique (beaucoup en ont parlé sans y être allés, comme Hugo), parut chez Gosselin, en 1835 (quatre volumes in-4°, ornés de cartes).

11-2-Lamartine3

1842 : ALFRED DE VIGNY à son cousin (inv. 670)

11-3-Vigny-0670-envoi

Alfred de Vigny (1797-1863), Théâtre complet, Paris, Charpentier, 1841, première édition collective et première in-12. Envoi autographe : « [A] Mr. G. de Nogerie, son ami et son parent, Alfred de Vigny / juin 1842».

La provenance : alors, celui-là, il m’aura donné du mal ! L’écriture de Vigny étant difficilement lisible, il m’aura déjà fallu du temps pour décrypter le patronyme du destinataire de cet envoi. Il s’agit en fait d’un petit-cousin de l’auteur, dont la grand-mère maternelle, épouse du marquis Didier de Baraudin (chef d’escadre dans la flotte royale), se nommait Jeanne Pernelle de Nogerie (1731-1797). Mais la piste s’arrête là… La famille de Nogerie semble d’une discrétion maladive et n’apparaît dans aucun nobiliaire ou armorial en ma possession… Du coup, s’agit-il d’un Guillaume, d’un Gérard ou d’un Gaston de Nogerie ? Aucune idée pour le moment : toute suggestion est la bienvenue sur ce parent mystère du grand Vigny !

L’œuvre : ce volume de la collection Charpentier contient, pour la première fois, l’intégralité des pièces de Vigny alors publiées, à savoir : Le More de Venise, Le Marchand de Venise, La Maréchale d’Ancre, Quitte pour la Peur et Chatterton.

1852 : EDMOND ET JULES DE GONCOURT à leur cousin (inv. 648)

11-4-Goncourt

Edmond et Jules de Goncourt (1822-1896 et 1830-1870), Salon de 1852, Paris, Michel Lévy frères, 1852, édition originale. Envoi autographe : « à notre cher cousin Alphonse de Courmont, E. et J. de Goncourt ».

La provenance : fils cadet de Jules Le Bas de Courmont (conseiller à la Cour des Comptes et châtelain de Croissy-Beaubourg) et de Nepthalie Lefebvre de Behaine (le modèle des Goncourt pour l’héroïne éponyme de leur Madame Gervaisais [1869]), Alphonse Le Bas de Courmont (1834-1880), qui devint également membre de la Cour des Comptes, fut sans doute, au départ, le cousin préféré des Goncourt, cité dans le Journal dès 1853. Ils partageaient d’ailleurs certains goûts, notamment des passions de collectionneurs : ils le décrivent ainsi, en octobre 1856, comme ayant « toute sa tête et tout son cœur est dans le rococo. Il m’a dit : « Je vais te dire une chose que je ne dis qu’à toi. Je me marierai et comme les femmes meurent plus tôt (…), j’hériterai de toutes les curiosités que je lui ai données » ». Ils dînaient et sortaient parfois ensemble (soirée du 30 janvier 1858). Mais, au fil du temps, les remarques se firent plus dures : « Alphonse a réglé et ordonnancé comme un budget de peuple toute sa vie. L’enterrement de son père est aligné et il a en tête la robe de chambre avec laquelle il entrera chez sa femme, à la nuit de noces. Il n’aime point son plaisir et il hait celui des autres. Le prochain n’existe pas pour lui. Son château n’a pas de billard, parce qu’il n’y joue pas ; il n’aurait pas de lieux, s’il ne digérait pas. Ce graçon de vingt-cinq ans a dans le cœur les soixante-dix ans de son père » (Croissy, juillet 1858). Fin 1858, les Goncourt se plaignirent du désintérêt de leur cousin pour leur prochain livre, Les Hommes de lettres. Les deux frères décrivirent ensuite ses tentatives de mariage, finalement couronnées de succès en 1865. Le cousin était dépeint comme un pur cynique, ayant déjà mangé en partie sa fortune et cherchant un beau parti comme on arrange une spéculation en bourse : « on a beau savoir la vie, on a froid dans le dos » (24 janvier 1859). Enfin, le 9 août 1860, la brouille était achevée : « il y a des gens comme notre cousin, dont toutes les idées sont bêtes, arriérées, des idées de vieillard, de bourgeois absurde, maniaque, des rengaines, des préjugés, des naïvetés… ». Fermez le ban !

L’œuvre : deuxième ouvrage des frères Goncourt à connaître l’impression, ce compte-rendu esthétique du Salon de peinture de 1852 (un exercice assez courant alors pour les jeunes auteurs) connut un tirage confidentiel, puisqu’il ne fut tiré qu’à 210 exemplaires, dont dix papiers forts (selon Clouzot). Un certain nombre d’exemplaires fut utilisé par les débutants pour des cadeaux à de proches parents, comme dans le cas présent.

1864 : ALEXANDRE DUMAS à son fils (inv. 1499)

11-5-Dumas

Alexandre Dumas père (1802-1870), billet autographe signé à Alexandre Dumas fils, s.l.n.d. [Naples, 1864 ?].

La provenance : né des relations du jeune Alexandre Dumas avec une voisine de palier, Alexandre Dumas fils (1824-1895) fut déclaré de père et mère inconnus, puis placé en pension. Son père ne le reconnut qu’en 1831 : le petit garçon avait alors sept ans. Toute sa vie, il devait conserver à l’égard de ce père flamboyant et génial un ressentiment profond, même s’il n’y eut jamais de rupture totale. L’œuvre de Dumas fils fut imprégnée par les questions liées à la famille éclatée, à l’abandon, aux enfants naturels, etc.

Le texte : « Ce n’est pas moi qui ai traité pour Olympe de Clèves, c’est toi. Douze des cent mille francs de prime. Si tu n’as pas touché les 500 f. des Mohicans, donne moi un bon pour les toucher. à toi, A. Dumas ».

Le contexte : Dumas avait passé en décembre 1859 un traité avec Raphaël Félix (frère de la tragédienne Rachel) pour l’exploitation dramatique de ses romans. C’est dans un billet envoyé de Turin le 18 février 1863 que Dumas père proposait à son fils de faire une pièce ensemble à partir du roman Olympe de Clèves (paru en 1852). Dans une lettre envoyée de Naples vers le 15 mars 1863, Dumas père évoquait une cession de certaines de ses œuvres pour des adaptations, à l’exception des Mohicans de Paris (parus en 1854-1855) : « Je dois sur les Mohicans 2500 frs. à mad. Procher. Par conséquent, les Mohicans ne peuvent entrer dans la cession ». Le 20 mars, nouvelle question dans une fin de courrier : « Lis donc Olympe de Clèves et dis moi si tu n’y vois pas un drame ». Finalement créée en 1864, en même temps que Les Mohicans de Paris, la pièce Olympe de Clèves appartient donc au dernier théâtre de Dumas, préoccupé alors d’ultimes adaptations romanesques (Joseph Balsamo, achevé par son fils) ou shakespeariennes (Roméo et Juliette). On connaît plus de 200 lettres ou billets de Dumas père à son fils, sur près de quarante ans (1832-1870). Comme c’est le cas de ce billet, un nombre important de ces courriers  « témoignent des pratiques des écrivains quant à leur survie économique, jamais assurée, et illustrent ce qu’on pourrait nommer la gloire de Dumas »[1]

 1866 : THEOPHILE GAUTIER à son fils (inv. 490)

11-6-Gautier

Théophile Gautier (1811-1872), Spirite, Paris, Charpentier, 1866, édition originale. Envoi autographe : « A Théophile Gautier fils // Théophile Gautier père ».

La provenance : surnommé « Toto » par son père, Théophile Gautier fils (1836-1904), fils unique de l’écrivain, était un enfant naturel, né des amours de Gautier avec la belle Eugénie Fort (à qui l’écrivain refusa le mariage, le regrettant ensuite). Gautier reconnut l’enfant et fut toute sa vie très proche de lui : dans les années 1850, il l’amèna même dans ses voyages en Russie. Chef du cabinet de la presse au Ministère de l’Intérieur (1868), puis sous-préfet, enfin secrétaire du puissant ministre Eugène Rouher, Théophile fils fut lui aussi écrivain, remplaçant parfois son père pour l’écriture de ses feuilletons hebdomadaires. Germaniste accompli, il livra des traductions réputées, notamment du Wilhelm Meister de Goethe (1861), mais surtout des Aventures du Baron de Münchausen (1857), qui parut dans une édition demeurée célèbre, illustrée par Gustave Doré. Ayant eu des enfants de son mariage avec Elise Portal, il fut inhumé aux côtés de son père, au cimetière de Montmartre.

L’œuvre : écrite six ans avant la mort de Gautier, Spirite est la dernière de ses treize œuvres fantastiques. Comme dans d’autres récits ou nouvelles antérieures (La Cafetière [1831], Omphale, histoire rococo [1834], La Morte amoureuse [1836] ou Arria Marcella [1852]), on retrouve le thème de l’amour d’outre-tombe (le présent roman étant très imprégné des théories métaphysiques de Swendenborg).

DSC00661

Vers 1867 : ALPHONSE DAUDET à sa femme (inv. 1650)

11-7-Daudet-1650-reliure

Alphonse Daudet (1840-1897), Le Roman du Chaperon rouge, Paris, Michel Lévy, 1862, édition originale. Exemplaire de Julia Daudet, épouse de l’auteur, dans une reliure peinte à son chiffre (Gayler-Hirou).

La provenance : fille de commerçants aisés, Julie Allard (1844-1940) épousa Alphonse Daudet, jeune auteur encore inconnu, en 1867. Elle devint vite plus qu’une compagne : une collaboratrice à l’influence très importante sur l’écriture des principaux romans de Daudet. Ce dernier l’avouait volontiers : « Pas une page qu’elle n’ait revue ou retouchée ». Edmond de Goncourt connaissait d’ailleurs parfaitement son rôle et l’admirait beaucoup pour cela, notant dans son Journal dès sa première rencontre avec les Daudet : « La femme écrit et je la soupçonne d’être l’artiste du ménage » (5 juin 1874). De fait, elle publia sous son propre nom des Impressions de nature et d’art en 1879, puis deux romans, L’Enfance d’une Parisienne et Enfants et mères en 1892. Après son mariage, Julia confia au relieur parisien Gayler-Hirou (spécialiste des décors encrés sur vélin, également employés par Barbey d’Aurevilly ou Banville pour des livres de leur bibliothèque) les ouvrages de son époux, les titres antérieurs à leur mariage étant sans envoi. Le présent volume (passé par la collection Etienne Cluzel) rentre ainsi dans une prestigieuse série dont le collectionneur Philippe Zoummeroff a sans doute réuni l’ensemble le plus impressionnant. Le catalogue de sa vente de 1999 présentait ainsi, de même provenance et dans le même type de reliure : Les Amoureuses et La Double Conversion (n° 375, textes précoces sans envoi), L’Evangéliste (n° 383, envoi), Les Rois en exil (n° 418, envoi), Rose et Ninette (n° 425, sans envoi), et Le Trésor d’Arlatan (n° 439, envoi)[4].

L’œuvre : troisième ouvrage publié par Alphonse Daudet, ce recueil de six saynètes comprenait : « Le Roman du Chaperon rouge », « Les Ames du Paradis », « L’Amour-Trompette », « Les huit Pendues de Barbe-Bleue », « Un concours pour Charenton » et « Les Rossignols du cimetière ». Histoire loufoque, l’œuvre-titre présente un petit Chaperon rouge assez déluré, ayant déjà lu sa propre histoire et n’en faisant qu’à sa tête, prodiguant des conseils décalés à un fou et à un écrivain perdus dans la fôret… Paru sans tirage de tête sur grand papier, ce volume a été vite considéré comme « rarissime, disent les catalogues, comme le « Roman du Chaperon rouge », que Daudet publiait chez Michel Lévy (1862) en le faisant imprimer chez Poupart Davyl » (Jules Claretie, Alphonse Daudet, 1883).

1874 : ALPHONSE DAUDET à ses oncle et tante par alliance (inv. 1652)

11-8-Daudet-1652-envoi

Alphonse Daudet (1840-1897), Robert Helmont – Etudes et paysages, Paris, Dentu, 1874, édition originale. Envoi autographe : « offert à mes amis Paul et Cécile Navoit, leur Grand Neveu Alph. Daudet ».

La provenance : fils de Jacques Navoit (1793-1866, industriel enrichi ayant acheté le château de Vigneux, village dont il était aussi le maire), Paul Navoit était l’oncle maternel de Julia Allard, l’épouse d’Alphonse Daudet. Ce dernier a toujours entretenu d’excellentes relations avec tous les membres de sa belle-famille (dans les premiers temps de leur mariage, le jeune couple passa ses vancaces dans le château de Vigneux). Paul Navoit exerçait comme commissaire-priseur à Paris dans les années 1860 et semble être décédé dans les années 1870. Son épouse et lui reçurent plusieurs livres dédicacés par Alphonse Daudet et parfois Julia, comme le prouvent deux autres livres en ma possession, revêtus du même type de reliures en demi-chagrin bronze[6].

L’œuvre : inspiré à Daudet par sa propre expérience pendant la Commune, le court roman Robert Helmont met en scène le personnage éponyme durant les cinq mois de la guerre franco-prussienne. S’étant cassé la jambe au début du conflit, il reste bloqué dans un vieux domaine de la forêt de Sénart, non loin de Paris, où il va vivre divers aventures, sur fond d’occupation militaire et de guérilla. Diverses nouvelles, en bonne partie inédites, accompagnaient ce récit.

1876 : FRANCOIS COPPÉE à sa maîtresse (inv. 1880)

11-9-Coppée-1880-envoi

François Coppée (1842-1908), Le Luthier de Crémone, manuscrit autographe signée, Milan, mars 1876. Envoi autographe : « A Eugénie Doche, ce manuscrit autographe est offert par son ami dévoué, François Coppée ».

La provenance : François Coppée avait rencontré la grande actrice Eugénie Doche (1823-1900), créatrice du rôle de la Dame aux Camélias (« quand une artiste a ce talent, elle devient une collaboratrice », avait affirmé Dumas fils) dès ses débuts littéraires et leur liaison avait beaucoup fait jaser, notamment en raison de leur différence d’âge (Goncourt parlant méchamment le 25 janvier 1876 de « l’accouplement d’un squelette avec un fœtus moisi »). Leur amour se changea en une amitié qui dura jusqu’à la mort d’Eugénie Doche. Coppée lui offrit toutes ses œuvres, dédicacées au fur et à mesure de sa carrière, ainsi que toute une série de manuscrits (pièces ou poèmes épars) qu’elle faisait relier de manière uniforme par Pierson, en vélin blanc avec titrage aux encres de couleur.

L’œuvre : issu d’un milieu modeste, François Coppée fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue intimistes, du monde des humbles : rencontrant un grand succès avec ses recueils et ses pièces, il devint archiviste de la Comédie-Française en 1878, puis fut élu à l’Académie française en 1884. Le Luthier de Crémone raconte l’amour malheureux d’un apprenti-luthier de génie, mais bossu, pour la fille de son patron. Bien qu’ayant gagné le concours qui devait le marier à la jeune fille, il décide, par esprit de sacrifice, de laisser la place à son rival. Ecrit à Milan en mars 1876, ce manuscrit est donc antérieur de deux mois à la première représentation de la pièce, donnée à la Comédie-Française le 23 mai 1876. Ayant reçu un accueil triomphal (selon un télégramme à Eugénie Doche : « Première hier. Hurlement. Très grand succès. Ecrirai détails. Amitiés »), la pièce fut imprimée peu après par Lemerre (tirage de tête : 12 Chine et 6 Whatman).

1876 : PIERRE LOTI à sa mère (inv. 1973)

11-10-Loti111-10-Loti211-10-Loti311-10-Loti4

Pierre Loti (Julien Viaud, dit…) (1850-1923), lettre autographe signée à sa mère Nadine Texier-Viaud, Constantinople, 14 septembre [1876], 4 pp. enveloppe conservée.

La provenance : épouse de Théodore Viaud, Nadine Texier-Viaud († 1896) avait déjà des grands enfants de dix-neuf et quatorze ans, lorsque le petit Julien vint au monde en 1850. Elle éleva son fils au domicile familial, assurant son instruction jusqu’à ses douze ans (après quoi il entra au lycée de Rochefort) : les liens fils-mère étaient donc très étroits.

Le texte : « Constantinople 14 sep[tem]bre. Une paire de gants de Suède, s.v.p. à deux boutons, 6 3/4 de femme. Mère aimée, Voici l’adresse que vous devrez mettre sur ma caisse ; vous paierez le port seulement jusqu’à Marseille (à domicile). La compagnie Fraissinet se chargera du reste ; vous leur écrirez un mot en même temps en donnant votre adresse, pour qu’ils puissent vous accuser réception de la caisse. (…) ». Il demande l’envoi de quelques vêtements : cravates, chemises, galons, en fournissant des demandes précises (dimensions, matière). Il demande aussi à sa mère de trouver « sur mon bureau un certain petit cahier cartonné, vous me l’enverrez aussi avec les papiers qu’il contient ; vous le reconnaitrez en le lisant ; c’est une espèce de dictionnaire tahitien manuscrit ». Il explique avoir besoin d’argent, suite à la perte de son portefeuille durant une randonnée à cheval. « Nous allons partir bientôt sans doute pour remonter le Danube ; ce sera un voyage de 3 semaines ; ne vous inquiltez pas du retard que mes lettres pourraient avoir ». Il termine sur un post-scriptum expliquait devoir verser 4 francs pour des « produits photographiques consomnés à l’école [de gymnastique de Joinville] ».

Le contexte : le 1er août 1876, affecté sur le navire Le Gladiateur, l’enseigne de vaisseau Julien Viaud arrive à Constantinople. En novembre, il s’installe dans le quartier Eyoub, sous le nom de Arif-Effendi ; deux mois plus tard, il débute une liaison passionnée avec une odalisque nommée Hadidjé, future héroïne de son premier roman Aziyadé (1879) qui fera découvrir positivement la culture turque en France. Relevons que le cahier de tahitien renvoit au séjour de deux mois de Loti dans les îles du Pacifique en 1872, durant lequel il gagnera le surnom de « Loti » (laurier-rose) dont il fera son pseudonyme et qui donnera la matière des romans Rarahu (1880) et Le Mariage de Loti (1882).

11-10-Loti5

1878 : THEODORE DE BANVILLE à son cousin (inv. 1023)

11-11-Banville

Théodore de Banville (1823-1891), Poésies complètes II, Paris, Charpentier, 1878. Envoi autographe : « A Léon de Banville / Avec ma plus chère affection / Son cousin / Théodore de Banville ».

La provenance : il faudrait en fait parler de petit-cousin, car ce Léon Faullain de Banville, fils d’Alfred de Banville (ingénieur civil), était le petit-fils d’un autre Léon, notaire de son état et oncle paternel du poète[7]. Il devait encore être enfant lorsqu’il reçut cet exemplaire. Il figurait dans le cortège lors de l’enterrement de l’auteur en 1891. Marié à Paris à une jeune Américaine (Miss Helene Nono) en janvier 1894, il mena une carrière d’industriel, comme administrateur et directeur de la « Société anonyme d’éclairage électrique départemental » à Moulins.

L’œuvre : surnommé « le poète du bonheur », Banville, auteur notamment des Odes funambulesques (1857), est l’un des poètes majeurs du XIXe siècle français. Ami de Hugo, Gautier et Baudelaire, découvreur de Rimbaud, il fut le trait d’union entre le Romantisme et le Parnasse, dont il fut l’un des principaux initiateurs. Cette « édition définitive » de ses poésies comprenait certains de ses plus célèbres recueils : Les Exilés, Odelettes, Améthystes, Rimes dorées, Rondels, Les Princesses et Trente-six ballades joyeuses.

A suivre, la semaine prochaine, dans la seconde partie de cet article : les relations familiales compliquées et souvent scabreuses d’Heredia, de ses filles et de ses gendres ; la parentèle emparticulée de Gide ; la triste histoire de Suzanne France, fille d’Anatole ; Barbusse et sa marraine (de guerre, bien entendu) ; etc.

Notes :

[1] Xavier de La Fournière, Lamartine, Paris, Perrin, 1990 (notamment pp. 249-256 et 284-311).

[2] Catalogue de la vente de la bibliothèque Philippe Zoummeroff et du château de Saint-Point Lamartin, Etude Piasa, Paris, Drouot, 20 avril 2005, pp. 73 à 82.

[3] Correspondance d’Alphonse de Lamartine (1830-1867), tome IV : 1842-1846, textes réunis, classés et annotés par Christian Croisille, Paris, éd. Champion, 2001.

[4] Etude Piasa, Bibliothèque Philippe Zoummeroff, Paris, Drouot, 28-29 avril 1999.

[5] Claude Schopp, introduction à Alexandre Dumas père, Lettres à mon fils, Paris, Mercure de France, 2008 (édition commentée des 200 courriers retrouvées de Dumas père à son fils).

[6] Lettres à un absent (Paris, Lemerre, 1871, EO, avec envoi : « A nos chers amis Paul & Cécile, Alphonse et Julia ») ; L’Evangéliste (Paris, Dentu, 1883, EO, avec envoi : « A notre chère tante Paul Navoit, Alphonse Daudet »).

[7] Sur les proches du poète, voir Raymond Lacroix, Théodore de Banville : une famille pour un poète – Biographie originale, historique et documentaire, Moulins, Imprimerie Potier, 1990.