MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (40) : QUAND LA GOUTTE RACONTE L’INONDATION

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (40)

 QUAND LA GOUTTE RACONTE L’INONDATION

A Jean-Marc Barféty,
bibliographe et collectionneur,
créateur de la Bibliothèque dauphinoise
et digne successeur de Maignien

Mes années d’études grenobloises, d’abord en khâgne au Lycée Champollion, puis à l’université, m’ont fait connaître et aimer cette ville capitale du Dauphiné, tout en découvrant ses productions typographiques. Si Grenoble n’a jamais eu une activité comparable à celle de Lyon ou de Genève (songez qu’il n’y eut pas d’atelier dans ses murs pendant une bonne partie du XVIe siècle !), elle se rattrapa à partir de la fin des Guerres de religion, inaugurant quelques grandes dynasties d’imprimeurs locaux : les Charvys, Verdier, Nicolas, éditeurs et libraires qui reproduisaient les succès parisiens, mais donnaient aussi des productions inédites. La plupart de ces publications grenobloises du XVIIe siècle sont aujourd’hui fort rares et j’ai pu, au fil des années, en récolter quelques-unes[1], parfois mal ou pas citées dans les bibliographies spécialisées[2].

Parmi ces auteurs « autochtones », il y avait des historiens (dont les deux frères ennemis Guy Allard et Nicolas Chorier : ce sera sans doute l’occasion d’un prochain billet), des théologiens, des juristes[3], des médecins[4], des prosateurs, des traducteurs, mais aussi beaucoup de poètes. Certains, en relation avec la capitale, écrivaient le français le plus pur, comme la gloire locale que représentait le magistrat et humaniste Claude Expilly (président du Parlement de Dauphiné, et auteur de Poësies parues en 1596 et 1624, dont la vie et l’œuvre ont été évoquées largement dans Mélanges (15) : Le livre qui a changé ma vie), les pieux sieur de La Rolandière (de son vrai nom Benjamin Marin) et Louis Puech, ou le très curieux Christophle Bonnet. D’autres préféraient les muses néo-latines, comme l’incontournable Nicolas Chorier (1612-1692), qui, en plus d’être avocat au Parlement de Grenoble et historien, était également poète à ses heures pas perdues.

Benjamin Marin, sieur de La Rolandière, « Poésies chrestiennes… », Grenoble, E. R. Dumon, 1677, édition originale, seule parue. Inv. 225
Christophle Bonnet, « Le Faut rendre compte, qui est le pis. Poëme en forme de dialogue… », Grenoble, Pierre Frémon, 1673, édition originale, seule parue, de ce « volume extrêmement rare » (Maignien). Inv. 1175
Louis Puech, « Le Panégyrique de la Sainte Vierge », Grenoble, André Galle, 1666, première et seule édition. Inv. 2617
Nicolas Chorier, « Carminum liber unus », Grenoble, François Provensal, 1680, édition originale, seule parue. Inv. 2312

Mais il y eut aussi de petits poètes populaires dont la notoriété ne dépassa pas les frontières de la province montagnarde, voire l’enceinte de la ville. Leurs œuvres modestes, rédigées dans le dialecte/patois grenoblois, une des variantes du franco-provençal parlé dans tout l’arc alpin, ont pourtant connu au niveau local un succès éditorial considérable, enchaînant les rééditions, des impressions populaires fragiles, vouées à la destruction et devenues très rares. Le premier de ces deux billets dauphinois successifs va donc se consacrer à celui qui aurait été bien étonné de devenir un auteur préfacé par George Sand en personne, loué par Victor Hugo, étudié par Champollion l’aîné et une pléthore d’universitaires et d’érudits depuis sa redécouverte au XIXe siècle. On le surnommait « La Goutte », et cela tombe bien, car son principal poème, Grenoblo Malhérou, raconta l’une des plus terribles inondations vécues par la cité des Dauphins…

I. Grenoble, au centre du combat entre Serpent et Dragon

Enserrée entre les massifs du Vercors (à l’ouest / sud-ouest), de la Chartreuse (au nord), du Taillefer (au sud-est) et de Belledonne (à l’est), la ville de Grenoble occupe un bassin en Y formé par le cours des rivières Isère et Drac (et les vallées qu’elles ont creusé). La ville se trouve établie sur la confluence de ces deux puissantes rivières alpines, point stratégique s’il en est, permettant la circulation des marchands. Mais l’emplacement pouvait aussi se révéler dangereux lorsque ces cours d’eau se déchaînaient soudain…

Carte du Dauphiné  (XVIIe siècle). Collection ND. On reconnaît Grenoble au centre, ainsi que les principales rivières locales : l’Isère (nommée du nom de son affluent l’Arc), le Drac et la Romanche.

L’histoire a conservé la mémoire de plusieurs grandes inondations (150 ont été recensées, dont 80 entre 1600 et 1860). La principale d’entre-elles intervint dans la nuit du 14 au 15 septembre 1219, mais ses origines lointaines remontent au 10 août 1191, jour de la Saint Laurent, lorsqu’un écroulement de terrain avait formé un barrage naturel dans la vallée de la Romanche (un affluent du Drac), à trente kilomètres de la ville : un lac, baptisé Saint-Laurent, avait fini par se former près de Bourg-d’Oisans, récoltant toutes les eaux descendant des montagnes. Jusqu’à cette nuit où tout céda durant un violent orage : l’eau du lac (soit un volume estimé à 660 millions de mètres cube) se mit à dévaler entièrement la vallée, passant de l’étroite Romanche au cours du Drac, puis à celui de l’Isère.

Le bourg de Vizille est balayée et Grenoble doit bientôt affronter un reflux catastrophique des eaux de l’Isère, qui emporte le pont Saint-Laurent (le seul de la ville : il faudra dix ans pour le reconstruire) et forme un lac dans la vallée du Grésivaudan dévastée (à l’emplacement de l’actuelle ville de Meylan). Dans le plus sombre de la nuit, alors que les maisons s’écroulent sous les coups de boutoir des eaux, les Grenoblois, coincés par les portes fermées des fortifications, sont emportés par les flots déchaînés. L’évêque Jean de Sassenage évoqua la catastrophe dans un sermon éploré : « Hélas, Trois fois hélas! Quelle voix, quelle langue, quelle expression pourrait traduire la peine, la tristesse et l’angoisse de ces infortunés, les souffrances et la terreur des mourants, hommes, femmes et enfants dont les clameurs sinistres, les plaintes douloureuses et les larmes, les gémissements et les sanglots remplissent la vallée, et perçaient d’un glaive de compassion le cœur de ceux qui les entendaient ». Le dauphin Guigues VI, qui aurait assisté au drame depuis la tour Perrière, fit édifier à partir de 1228 la collégiale Saint-André à titre d’expiation.

Collégiale Saint-André de Grenoble. Photo WikiCommons

Le bilan humain demeure difficile à établir, mais on peut l’estimer à 5’000 personnes au total (un chiffre explicable également par la tenue d’une grande foire dans la ville : beaucoup de marchands étrangers, méconnaissant les lieux, furent les premières victimes de la catastrophe). Grenoble, dépeuplée, n’aurait plus compté que 3’000 habitants après le drame (à tel point que l’évêque et le dauphin durent délivrer des privilèges et exemptions fiscales pour inciter l’installation de nouveaux bourgeois). Tel avait été le tribut du combat entre le serpent (Isère) et le dragon (Drac), un symbole qui demeura gravé profondément dans les mémoires grenobloises.

II. La Goutte et l’inondation : naissance du Grenoblo Malhérou (1733-1741)

Le 13 juillet 1729, l’Isère quitte son lit ancestral et abandonne un grand méandre appelé « le tour de l’eau » qui ralentissait son cours peu avant Grenoble. Trois ans plus tard, le lit de la rivière fait disparaître un second méandre, dit du Versoud, raccourcissant sa course de plus de 2,5 kilomètres. En bref : l’eau de l’Isère atteint désormais Grenoble plus droit et plus vite. Les effets ne vont pas se faire attendre.

Plan cavalier de Grenoble par Georg Braun et Frans Hogenberg (1581). Le Grenoble du XVIIIe siècle est comparable, enserré par un système de fortifications toujours en place. On distingue bien le pont unique reliant la ville au quartier de Saint-Laurent. Collection ND

Comme le rapporta le notaire Jean-François Marchand le Jeune, « lundi 14 septembre 1733, jour de la Croix, sur les quatre heures après midi, il s’éleva un ouragan des plus furieux qui aye parû depuis bien longtemps, qui causa la consternation générale dans la ville ». Devant le déluge, en prévision d’une montée attendue des eaux (l’Isère atteindra 5,57 mètres au-dessus de son niveau moyen), l’intendant et le gouverneur militaire ordonnent la fermeture et le renforcement des portes de la ville. Mais la solution est vaine contre la puissance de la crue : les hautes et lourdes portes des enceintes cèdent sous la pression dans la matinée du 15, les eaux s’engouffrent dans la cité et submergent les rues, inondées jusqu’à une hauteur de 2,60 mètres. La ville va demeurer noyée pendant un jour, avant que la descente des eaux le 16 septembre révèle « une boüe gluante et puante, et en si grande quantité que les rues et places et lieux sont impraticables avec une puanteur extraordinaire ». Des maisons se sont écroulées, 153 bâtiments sont « en péril de chute », le pont, bien entendu, a été emporté. Les possessions des Grenoblois (meubles, vêtements, …) sont bons à jeter ; les exploitations agricoles et les champs ont été balayées dans la vallée. Toute la société grenobloise réagit avec solidarité envers les victimes : les bourses se délièrent, l’entraide familiale fonctionna à plein[5].

La détresse des Grenoblois lors de l’inondation de 1733, vue par Rahoult (1864). Inv. 2428
La catastrophique inondation de 1733, vue par Rahoult (1864). Inv. 2428

C’est dans ce contexte douloureux qu’un poète patoisant de la ville prit la plume pour raconter la catastrophe : Blanc, dit La Goutte. L’identité de cet auteur a été l’objet d’un long débat, d’abord à partir des quelques rares éléments biographiques glanés dans les vers du poète. Les premiers à se pencher sur ces textes, à partir de 1809, ignoraient tout autre détail de son existence. Tout au plus Champollion-Figeac (le frère aîné de l’égyptologue) relevait-il, sur la foi de souvenirs recueillis auprès de vieux Grenoblois, que ce Blanc la Goutte avait « laissé parmi ceux qui l’ont connu une réputation que ses saillies, ses bons mots, son humeur joviale et sa gaité constante au milieu de ses infirmités lui conserveront long-temps encore ». Mais qui était-il vraiment ? Une première hypothèse (proposé par J.-J.-A. Pilot de Thorey en 1859) l’identifiait à François Blanc (v. 1665/1670-1742). Agé d’au moins 63 ans au moment de la catastrophe, perclus par la goutte (d’où son surnom), ce n’était donc pas un jeune muguet de salon, mais un solide vieux marchand épicier, installé place Claveyson avec ses fils Simon et Charles[6]. Une de ses filles avait épousé l’ébéniste Pierre Hache, d’une célèbre famille d’artisans grenoblois. En dépit de sa douloureuse maladie, les témoignages et souvenirs de l’époque présentent La Goutte comme « un homme badin, gai, plaisant, d’une humeur enjouée ». Cette identification a été remise en question par Albert Ravanat en 1890, sans beaucoup d’échos d’ailleurs, mais les études menées en 2002 par Gaston Tuaillon[7] semblent désormais établir que le poète grenoblois était en fait un des gendres de François Blanc, le mari de sa fille Dominique : André Blanc (1690-1745). Cette affirmation repose notamment sur une lettre miraculeusement conservée d’un certain Delorme, secrétaire de l’évêque de Grenoble, sans doute adressée à son maître pour lui offrir le Grenoblo Malhérou tout juste paru. Or, ce courrier parlait de l’auteur comme d’ « un nommé Blanc md épicier très commode de cette ville qui est impotant et rongé par la gouthe à l’excès quoiqu’âgé de seulement 46 ans ».

Portrait imaginaire de « Blanc la Goutte » par Rahoult (1864). Inv. 2428

L’activité poétique de Blanc la Goutte se déroula entre 1729 et 1741. La première de ses publications (sous couvert d’anonymat) fut de nature festive, une Épître en vers, au langage vulgaire de Grenoble, sur les réjouissances qu’on y a faites pour la naissance de Monseigneur le dauphin, à Mademoiselle*** (Grenoble, Pierre Faure, 1729)[8]. Mais la catastrophe de 1733 amena la composition de son poème le plus célèbre : le Grenoblo Malhérou.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou », Grenoble, André Faure, 1733, édition originale. Collection et photo Bibliothèque de Grenoble.

Ce récit de la catastrophe en 560 alexandrins rimés en patois dauphinois parut chez André Faure le 15 novembre 1733, soit seulement deux mois après les faits. Cette édition originale est très rare (et je regrette encore de ne pas avoir tenté de remporter le magnifique exemplaire passé lors de la vente du Dr. Dénier en 2000, qui était enrichi de la fameuse lettre de Delorme[9] !). Comme le soulignait le secrétaire épiscopal, le poète avait « détaillé nos malheurs dans cet ouvrage, d’une manière si naïve, que l’on ne peut le lire qu’avec plaisir ». Le poème était organisé en une vingtaine d’épisodes, campant d’abord le décor des malheurs du temps (insécurité générale, brigandages, crues, bandes de loups et incendies), avant d’entamer, à partir du vers 125, la chronique à proprement parler de la catastrophe (d ont les moments forts sont la description de la ville depuis le clocher de Saint-André ou la destruction du pont). Le succès manifeste du poème auprès du lectorat grenoblois, très marqué par cet épisode traumatique, encouragea l’auteur à livrer d’autres productions, aboutissant à un Recueil de poésie en langage vulgaire de Grenoble…, publié par André Faure, sans date, mais probablement en 1740 ou 1741 (date donnée par les bibliographies traditionnelles, notamment Maignien[10]). Le volume contient, outre les rééditions de l’Epistre sur les rejouissances et du Grenoblo Malhérou, la première édition du Dialoguo de le quatro comare (également nommé Jacquety de le Comare sur la page de titre), un dialogue entre quatre commères grenobloises. Ce dernier texte sera, par la suite, toujours réédité conjointement avec le Grenoblo Malhérou, à la différence de l’Epistre. Ne figurait en revanche pas dans ce recueil le dernier poème connu de Blanc la Goutte : la Coupi de la lettra ecrita per Blanc dit la Goutta a un de sos amis u sujet de l’inondation arriva à Garnoblo la veille de St Thomas. 20 Xbre 1740 (Grenoble, Pierre Faure, 1741). Traitant de l’autre grande inondation grenobloise du XVIIIe siècle (dit « Déluge de la Saint-Thomas », intervenu les 20 et 21 novembre 1740, avec un étiage à 5,70 mètres au-dessus du niveau moyen), ce poème semble avoir été écrit par l’auteur en prison, selon certains éléments. Le dernier vers « Per Blanc,  dit la Goutta, de placi Claveyson » était la seule mention claire donnée par l’auteur sur son identité : il était temps ! L’absence de ce dernier texte dans le Recueil semblerait donc bien indiquer une parution antérieure (en 1740), à moins qu’il s’agisse d’une édition collective faite pour accompagner la nouveauté du jour, la Coupi de la lettra. Il n’est ainsi pas impossible que l’inondation de 1740 ait provoqué un regain d’intérêt pour le poème de 1733 et soit à l’origine de la publication du Recueil ?

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Recueil de poésie en langage vulgaire de Grenoble… », Grenoble, André Faure, s.d. [1741]. Inv. 1052

L’inondation de 1740 avait en effet provoqué à nouveau un intérêt manifeste du lectorat grenoblois, comme en témoigne cet exemplaire. Provenant de la bibliothèque Jean-Baptiste Le Noir de La Roche (avocat au Parlement de Dauphiné, seconde moitié du XVIIIe siècle) et portant son ex-libris, il comporte, en plus du Grenoblo Malhérou, deux autres textes patoisants. Le premier est la Pastorale… de Millet (autre poète patoisant qui sera l’objet d’un prochain billet) ; le second est la production d’un émule de Blanc la Goutte, Antoine Renier-Pieraud : ce modeste maître d’école publia, sous couvert de ses seules initiales « A.R. », un Grenoblo inonda, ou recit circonstancia du malheur qu’a causa l’inondation arriva lo vingt-un decembro mil sept cens quaranta. Poemo patois, petit texte également publié par Faure et tout aussi rare que les publications de Blanc la Goutte !

Antoine Renier, « Grenoblo inonda… », Grenoble, André Faure, 1741, première et seule édition. Inv. 1053
Ex-libris de Jean-Baptiste Le Noir de Laroche, avocat au Parlement de Grenoble. Inv. 1053

III. Une discrète et populaire renaissance (1790-1800)

Après la réédition de 1741, les poèmes de Blanc la Goutte tombèrent dans l’oubli, jusqu’à leur réimpression soudaine en rafale cinq ou six décennies plus tard. On vit apparaître soudainement quatre éditions populaires donnant le Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro Comare. Ces parutions ne comportaient, dans le meilleur des cas qu’une page de titre assez basique et surtout sans date. La mention des responsables ou commanditaires de ces éditions (qui sont bien distinctes, quoique proche par leur style et leur présentation générale) est portée au bas de la dernière page.

La première de ces publications (« A Grenoble, de l’Imprimerie de J.L.A. Giroud, Place aux Herbes », format in-8°) émane de l’honorable imprimeur Jean-Louis-Antoine Giroud (1755-1817), libraire du Parlement de Dauphiné depuis 1781 et dont le gros des publications (hormis une édition du Werther de Goethe) était formé par des brochures politiques et par les officielles Affiches du Dauphiné (1774-1792)[11]. Il devint par la suite imprimeur du tribunal d’appel. Cette édition est la seule qui me manque encore.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, J.-L.-A. Giroud, s.d. [vers 1801], page de titre. Collection et photo Jean-Marc Barféty
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, J.-L.-A. Giroud, s.d. [vers 1801], p. 24 (avec colophon). Collection et photo Jean-Marc Barféty

La deuxième édition (« A Grenoble, chez J.-M. Cuchet, imprimeur de la Cour d’appel. Se trouve chez Lemaire, colporteur », format in-8°) avait donc été produite par l’imprimeur Joseph-Marie Cuchet (1760-1808)[12]. Nommé imprimeur départemental en 1790, il publia les décrets de la Convention jusqu’à ce qu’un arrêté du Directoire lui interdise de travailler en l’an VI, son journal Le Courrier patriotique étant jugé contre-révolutionnaire. Son atelier et sa librairie ne purent rouvrir qu’en 1801. On le voit ici travailler pour le colporteur Lemaire, son associé de longue date (en 1778, il avait tenté de faire entrer en fraude dans la vile un gros stock de papier destiné à Cuchet)[13]. A vrai dire, selon Maignien, « à part quelques brochures qu’il colportait dans le jour, il ne faisait d’autre travail dans la nuit que celui de fraudeur ». Mon exemplaire, relié en demi-chagrin brun au milieu du XIXe siècle, provient de la bibliothèque d’Armand de Sibeud, comte de Saint-Ferriol (1817-1880) (avec son ex-libris gravé) et passa dans sa vente en 1881 sous le n° 1569 (qualifié de « rare »).

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, J.-M. Cuchet / Lemaire, s.d. [vers 1800 ?], page de titre. Inv. 40
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, J.-M. Cuchet / Lemaire, s.d. [vers 1800 ?], p. (3) (incipit). Inv. 40
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, J.-M. Cuchet / Lemaire, s.d. [vers 1800 ?], p. 24 (avec colophon). Inv. 40

Ex-libris d’Armand de Sibeud, comte de Saint-Ferriol (1817-1880). Inv. 40

La troisième édition (« A Grenoble, chez Courreng, Libraire, au Jardin de la Ville », format in-8°) sort probablement de la boutique du marchand-libraire Jean-François Courenq fils, donné comme installé place Saint-André dans des publications datant de la Restauration (un catalogue de son « nouveau cabinet littéraire » fut diffusé en 1819)[14]. Je possède deux exemplaires de cette édition, l’un en demi-maroquin bleu bradel par Stroobants (dos lisse, titre doré, non rogné) et l’autre en demi-veau bleu par Burckhart (dos lisse, titre doré, non rogné). Ce second exemplaire provient des collections Maurice Jail (de Meylan, tampon humide) et Raymond Joffre (librairie et collectionneur grenoblois, ex-libris gravé).

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], page de titre. Exemplaire 1. Inv. 38
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], p. (3) (incipit). Exemplaire 1. Inv. 38
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], p. 26 (avec colophon). Exemplaire 1. Inv. 38
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], page de titre. Exemplaire 2. Inv. 39
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], p. (3) (incipit). Exemplaire 2. Inv. 39
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], p. 26 (avec colophon). Exemplaire 2. Inv. 39

Ex-libris de Raymond Joffre, libraire et bibliophile grenoblois. Inv. 39

Enfin, on relève une quatrième édition « sans lieu, ni nom, ni date« , peut-être plus rare et mystérieuse encore. Inconnu de Champollion et (plus curieusement) de Maignien, elle est pourtant citée dès 1838 par Paul Colomb de Batines dans son Essai sur l’origine et la formation des dialectes vulgaires du Dauphiné (p. 208) : alors qu’il possédait les éditions Cuchet et Courenq, il mentionnait cette édition anonyme d’après le catalogue de la collection Buchon (n° 202). A la différence des trois précédentes, elle n’est pas de format in-8°, mais présente une taille petit in-12 (avec une pagination séparée des deux textes : 20 pages pour le Grenoblo, 8 pages pour le Dialoguo). Mon exemplaire, en demi-chagrin rouge à petits nerfs du milieu du XIXe siècle, provient de la collection du célèbre bibliophile dauphinois Eugène Chaper (1827-1887), avec son ex-libris gravé.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », s.l.n.n.n.d. [Grenoble, vers 1800 ?], page de titre. Inv. 1102
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », s.l.n.n.n.d. [Grenoble, vers 1800 ?], p. (3) (incipit). Inv. 1102

Ex-libris du bibliophile dauphinois Eugène Chaper (1827-1887). Inv. 1102

 Il s’agit dans les quatre cas d’impressions médiocres, tant par leur composition que par le papier utilisé : il s’agissait manifestement d’ouvrages vendus dans les rues pour quelques sous (et par-là même objets d’une disparition accélérée, ce qui explique leur rareté actuelle). La question de leur datation demeure pendante, puisque les bibliographies, sans trop s’avancer, proposent « vers 1800 ». Cette date avait été indiquée par Champollion-Figeac (dans ses Nouvelles recherches sur les patois parues en 1809, donc peu de temps après la période en question) pour les seules éditions Giroud et Cuchet, les deux autres n’étant pas citées. Elle fut reprise par la suite par tous les érudits du XIXe siècle (notamment par Maignien, dans son Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes du Dauphiné [n° 1070, pp. 141-142]). Ce même Maignien ajoutait l’édition Courenq sobrement donnée comme « s.d. », sans plus d’hypothèses. Quoiqu’imprécise, l’estimation « vers 1800 » est-elle bien exacte ? L’activité de Lemaire, selon Maignien, était traçable « jusqu’en 1799 », mais Cuchet, ici qualifié d’ « imprimeur de la Cour d’appel », ne put reprendre ce titre qu’après la réouverture de son atelier le 5 janvier 1801 (ses cinq presses avaient été mises sous scellés le 5 mars 1798 après l’interdiction de son Journal patriotique). Nous serions donc bien sur le créneau voulu, dans les premières années du tout nouveau Consulat. Même chose pour Cuchet. Le cas de Courenq pourrait faire davantage débat, son activité semblant plus tardive (vers 1810 peut-être ?). Demeure en tout cas mystérieuse la raison de ce groupe de publications : quel événement a pu provoquer une telle floraison de rééditions de poèmes oubliés depuis plus d’un demi-siècle ? Faut-il y voir le début des travaux savants qui allaient définitivement ressusciter ces textes à partir de 1809 ?

IV. La redécouverte par les savants et les lettrés (1809-1890)

Les études patoisantes modernes vont en effet naître très peu de temps après ces rééditions populaires. Par un courrier officiel du 13 novembre 1807, le ministre de l’Intérieur Cretet demanda au préfet de l’Isère Joseph Fourier « des renseignements sur les patois usités dans cette partie de l’Empire, et des échantillons en vers ou prose où ces patois fussent employés ». On mit sur l’affaire l’un des meilleurs philologues du département (et de France) : Jacques-Joseph Champollion-Figeac (1778-1867), le frère aîné du grand égyptologue. De son travail, achevé fin 1808, sortit un an plus tard un livre révolutionnaire : les Nouvelles recherches sur les patois ou idiomes vulgaires de la France et en particulier sur ceux du département de l’Isère; suivies d’un essai sur la littérature dauphinoise, et d’un appendix contenant des pièces en vers ou en prose peu connues, des extraits de manuscrits inédits et un vocabulaire (Paris, Goujon, 1809). L’ouvrage était le premier à fournir des études des œuvres de Jean Millet et de Blanc la Goutte (auquel il attribua bien le Grenoblo Malhérou, mais pas le Dialoguo, demeuré de ce fait anonyme pendant encore longtemps).

Après la période napoléonienne, les études lancées par Champollion-Figeac furent bientôt suivies et augmentées par de nombreux émules. Un recueil de Poésies en langage patois du Dauphiné (comprenant le Grenoblo Malhérou, le Dialoguo toujours anonyme et un extrait de la Pastorale de Janin de Millet) parut en premier lieu (Grenoble, Pruhomme libraire, 1829), puis l’érudit Paul Colomb de Batines donna ses propres Poésies en patois du Dauphiné (Grenoble, Pruhomme, 1840, puis 1859).

J.-J.-A. Pilot de Thorey, « Grenoble inondé… », Grenoble, Maisonville et fils, 1859, 2e édition « revue et augmentée ». Inv. 2632

L’année 1859 marqua un tournant important dans l’étude de ses poèmes. Il se trouve que Grenoble fut à nouveau frappé, le 2 novembre, par une très importante inondation liée à la crue de l’Isère, réveillant l’intérêt du public et des chercheurs pour les textes anciens mentionnant les précédentes catastrophes (1733 et 1740 notamment).

L’inondation de 1859 : le Pont de l’Hôpital assailli par les flots (gravure dans Pilot de Thorey, « Grenoble inondé », Grenoble, Maisonville père et fils, 1859). Inv. 2632
L’inondation de 1859 : la Place Sainte-Claire sous les eaux (gravure dans Pilot de Thorey, « Grenoble inondé », Grenoble, Maisonville père et fils, 1859). Inv. 2632

L’historien et archiviste Jean-Joseph-Antoine Pilot de Thorey (1805-1883) publia une étude sobrement intitulée Grenoble inondé, qui connut, dans l’année, deux éditions chez l’éditeur grenoblois Maisonville père et fils, la seconde étant particulièrement augmentée. Parmi les nombreuses pièces recueillies dans cet ouvrage savant, mélange d’histoire (dont une table historique des inondations), de philologie et de bibliographie, on retrouvait le Grenoblo Malhérou, la Copia de la letra…, ainsi que le Dialoguo (pourtant sans rapport avec les inondations).

J.-J.-A. Pilot de Thorey, « Grenoble inondé… », Grenoble, Maisonville et fils, 1859, 2e édition « revue et augmentée », p. 54 (début de la « Notice sur Blanc la Goutte »). Inv. 2632
J.-J.-A. Pilot de Thorey, « Grenoble inondé… », Grenoble, Maisonville et fils, 1859, 2e édition « revue et augmentée », p. 111 (début de la « Notice sur Antoine Reinier »). Inv. 2632

En plus de l’annotation critique de ces textes, Pilot de Thorey proposait une « Notice sur Blanc la Goutte », la première étude d’ampleur sur le poète et son œuvre, avec de nombreux renseignements biographiques inédits, ainsi qu’une bibliographie complète (qui présentait pour la première fois Blanc la Goutte comme l’auteur du Dialoguo). Poursuivant dans la même veine, le chercheur donnait aussi une édition commentée du Grenoblo inonda (une totale redécouverte) et identifiait même son auteur, procurant une « Notice sur Antoine Reinier ». Le tirage, de 1’000 exemplaires (plus 10 exemplaires sur Hollande et 10 sur papier de couleur), montre à l’évidence que les éditeurs passaient bien écouler cette seconde édition.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864, page de titre. Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864, page de titre du « Grenoblo Malhérou ». Inv. 2428

La consécration arriva pour les poèmes de Blanc en cette même année 1859 avec les débuts de la publication d’une grande et luxueuse édition, splendidement illustrée par les dessins de Diodore Rahoult[15]. Le travail, publié en livraisons, fut finalisé en 1864 et forma les grandes Poésies en patois du Dauphiné (Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs). Cet in-folio magnifique fut enrichi d’une préface signée par George Sand[16], un texte du 23 octobre 1860 dans laquelle la « dame de Nohant » rendait hommage à l’« un de ses morts illustres, ignoré pourtant au-delà de ses horizons, et digne d’être entendu et goûté de toute la France » : « Il y a du Balzac dans ce bonhomme », écrivait-elle, loin de partager les avis critiques de certains savants chagrins et trop formés au classicisme[17]. Victor Hugo (depuis son exil) et Jules Janin devaient eux aussi louer ces vers populaires et la belle édition qui leur était consacrée.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864, p. 69. Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864, p. . Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864, pp. 76-77. Inv. 2428

Cinq ans plus tard, en 1874, les mêmes éditeurs fournirent une réédition de La Coupi de la letra et du Jacquety de le comare (le Dialoguo qui retrouvait son premier titre), le tout agrémenté de dessins et enrichi d’un glossaire linguistique.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », 2e série, Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1874, page de titre. générale. Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », 2e série, Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1874, page de titre de la « Coupi de la lettra ». Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », 2e série, Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1874, page de titre de « Jacquety de la comare » (cadrée). Inv. 2428

Ces deux parutions, éditées à dix ans de distance, se rencontrent pourtant parfois réunies sous la même reliure. Il peut s’agir de reliures à décor « parlant », présentant des fers spéciaux aux armes de Grenoble encadrées par le Serpent et le Dragon (ce qui est le cas du présent exemplaire, dont le décor a été réalisé à froid sur une percaline rouge).

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864-1874, détail du fer aux armes Grenoble encadrées du serpent et du dragon. Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864-1874, reliure. Inv. 2428

 Ce XIXe siècle si riche pour la carrière éditoriale des poésies patoisantes grenobloises devait s’achever sur une nouvelle édition des vers de Blanc la Goute, dans une édition savante où, pour la première fois, l’Epître en vers composée pour la naissance du fils de Louis XV était formellement attribuée à Blanc la Goutte. Le responsable de ce petit volume paru en 1890 était le libraire Albert Ravanat (1845-1894), lequel travaillait par ailleurs à un grand Dictionnaire du patois des environs de Grenoble (qui parut de manière posthume en 1911, dix-sept ans après la mort de son auteur). Alors propriétaire de la fameuse lettre du secrétaire Delorme, il fut le premier à en comprendre la signification et donna, dans son essai biographique sur Blanc la Goutte, la première identification correcte du mystérieux poète-boutiquier grenoblois. Parue initialement dans le périodique L’Actualité dauphinoise illustrée, cette étude donna lieu à un tirage à part imprimée à 100 exemplaires sur papier vélin teinté et 25 exemplaires sur papier de Hollande, tous signés et numérotés par l’auteur. Mon exemplaire, le n° 57, est relié avec la seconde édition de l’étude de Pilot de Thorey présentée ci-dessus.

Albert Ravanat, « Blanc la Goute : Grenôblo hérou … Notes et recherches sur l’âge et les oeuvres de l’auteur », Grenoble, Ravanat, 1890. Inv. 2633

Aujourd’hui, les rivières de l’Isère et du Drac sont des serpent et dragon bien domestiqués, par des décennies de travail d’endiguement et par l’installation plus récentes de différents barrages hydroélectriques sur leur cours. Pour autant, les crues ne sont pas rares (1999, 2000, 2001, 2004, 2008, 2010) et, en cas de circonstances particulières (fortes pluies accompagnant des fontes de neige), il ne serait pas impossible de voir se reproduire des épisodes comme ceux chantés jadis par Blanc la Goutte. A méditer quand vous vous promènerez le long des quais grenoblois !

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 25 avril 2020

Quais de l’Isère, à Grenoble. A gauche, la colline de la Bastille, avec le quartier Saint-Laurent à ses pieds ; au centre, le pont Marius-Gontard (bâti en 2839, il occupe le site de l’ancien pont unique de la ville, détruit à plusieurs reprises au fil des crues) ; à droite, la ville de Grenoble.

NOTES

[1] Parmi les publications littéraires non dauphinoises, mais imprimées à Grenoble, conservées dans mes rayons, citons :

  • Corneille (Pierre), Les Victoires du Roy sur les Estats de Hollande, en l’année 1672…, Grenoble, L. Gilibert, 1673. Reliure de basane marron, dos à nerfs orné (reliure moderne pastiche). Edition parue un an après l’EO parisienne in-quarto. Maignien, 610.
  • Guez de Balzac (Jean-Louis), Aristippe, ou De la Cour, Grenoble, Philippe Charvys, 1665. Reliure de basane marron, dos à nerfs orné, tranches mouchetées rouges (reliure de l’époque). Provenance : J. Excoffon (ex-libris ms. du XVIIe siècle). Maignien, 485. Inv. 626
  • Le Pays (René), Amitiez, amours et amourettes… [suivi de :] Portrait de l’Autheur des Amitiez…, Grenoble, Philippe Charvys (« et se vendent à Paris chez Ch. de Sarcy »), 1665. Troisième édition, en partie originale. Reliure de basane marron, dos à nerfs orné, tranches rouges (reliure du XIXe siècle). Maignien, 477. Inv. 161
  • Martin (Louis) et Belleau (Rémi), L’Eschole de Salerne, en vers burlesques, et Poema macaronicum, de bello Huguenotico …, Grenoble, Jean Nicolas, 1657. Reliure de veau marbré, dos lisse orné, pièce de titre sur maroquin rouge (moderne), tranches rouges (reliure du XVIIIe siècle). Maignien, 376. Inv. 1310
  • Savonarole (Girolamo), Triumphus crucis, sive De veritate Fidei, libri IV…, Grenoble, André Galle, 1666. Reliure de veau glacé noir, dos à quatre nerfs orné, tranches vernies (reliure du XIXe siècle). Provenance : François Duvivier (ex-libris ms. du XVIIIe siècle). Maignien, 499.

[2] Le principal bibliographe dauphinois demeure le grand Edmond Maignien (1847-1915), conservateur de la bibliothèque de la ville entre 1883 et 1915. On lui doit notamment l’incontournable L’Imprimerie, les Imprimeurs et les Libraires à Grenoble du XVe au XVIIIe siècle (Grenoble, 1884) qui est la base de la bibliographie grenobloise ancienne, de même que le Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes du Dauphiné (Grenoble, 1892).

[3] Voici quelques titres juridiques dauphinois dans mes rayons :

  • Basset (Jean-Guy), Plaidoyez (…). Ensemble divers arrests & reglemens du Conseil & dudit Parlement (…), Grenoble, Jacques Petit, 1668. Reliure de maroquin rouge orné « à la Du Seuil » avec monogramme royal couronné dans les caissons du dos, tranches dorées (reliure de l’époque). Provenance : Gustave Rivet (1848-1936, député, puis sénateur de l’Isère, poète et dramaturge, propriétaire du château du Fayet) (ex-libris gravé). Inv. 1778
  • Commissaires députés du roi, Arrest et reglement faict en presence de Monseigneur le Marechal de Lesdiguieres par Messieurs les Commissaires deputez par sa Majesté à la verification & reduction des debtes des Communautez villageoises de Daulphiné, sur la forme d’Imposer, Recepvoir, & exiger les sommes adjugees aux Creanciers des Communautez du Baillage de Graisivodan, & autres Baillages & Senechaussees de ladicte Province, desquelles les debtes ont esté veriffiees par ledicts sieurs Commissaires…, Grenoble, Guillaume Verdier, 1613. Reliure de vélin blanc souple (Burckart). Non recensé par Maignien.
  • Guérin (François), Style de la Cour des Aydes et Finances de Dauphiné, séante à Vienne…, Vienne, par Aimé Pansard, 1640. Reliure de vélin blanc, dos lisse, titre manuscrit (reliure de l’époque). Inv. 277
  • Nevers (duc de), Les Remonstrances faictes l’an MDLXXIV au feu roy Henry III par Monseigneur le Duc de Nivernois et de Rethelois, pair de France … sur l’advisqu’il eut de SA Majesté vouloit aliéner de sa couronne les villes de Pignerol, Savillan, et la Perrouze pour les bailler à Monsieur le duc de Savoye…, Grenoble, Pierre Verdier, 1630. Reliure de vélin blanc souple, dos lisse muet (Burckhart, reliure pastiche).
  • Pape (Guy) et Chorier (Nicolas) (trad.), La jurisprudence du célèbre conseiller et jurisconsulte Guy Pape dans ses « Décisions »…, Paris, Jean Certe, 1692. Reliure de veau marron, dos à nerfs orné, pièce de titre dorée sur cuir fauve, tranches rouges (reliure de l’époque). Inv. 856
  • Parlement de Dauphiné, Continuation des ordonnances … faictes sur le reiglement de la justice et procès …, Lyon, Martin de Tour (et se vendent à Grenoble, chez Jean Martin), 1550. Reliure de basane flammée, dos à nerfs orné (reliure moderne, pastiche du XVIIe siècle). Provenance : Chomel (ex-libris ms., XVIe siècle) ; Dr. André Dénier (ex-libris). Maignien, 16. Inv. 832
  • Parlement de Dauphiné, Ordonnances de la Court du Parlement de Daulphiné faictes sur la modération des fraiz de justice…, Lyon, Jean Pidier, 1547. Reliure de basane flammée, dos à nerfs orné (reliure moderne, pastiche du XVIIe siècle). Provenance : Chomel (ex-libris ms., XVIe siècle) ; Dr. André Dénier (ex-libris). Baudrier, XII, pp. 223-224. Inv. 832
  • Parlement de Dauphiné, Règlement fait … pour la reformation des formalitez de justice…, Grenoble, Antoine Verdier, 1669. Cartonnage bradel blanc façon vélin. Provenance : Charles Jaillet (Vienne) (tampon humide) ; fonds J.-E. Savigné (tampon humide). Non recensé dans Maignien. Inv. 20
  • Parlement de Dauphiné, Recueil des Edits, Déclarations, Lettres-Patentes & Ordonnances du Roy, Arrêts des Conseils de Sa Majesté et du Parlement de Grenoble, concernans en général & en particulier la Province de Dauphin…, Grenoble, Alexandre Giroud, 1689-1690. Inv. 1887

[4] Voici quelques titres médicaux dauphinois dans mes rayons :

  • Massard (Jacques), Panacée, ou discours sur les effets singuliers d’un remede…, Grenoble, « chez l’auteur », 1679. Reliure de basane marron, dos à nerfs orné, tranches mouchetées rouges et grises (reliure de l’époque). Bien complet de la planche hors-texte. Provenance : Duquet (ex-libris ms. : « Ce livre appartient au sieur Duquet, de la compagnie de Mr. le Marquis de Lüllers ») ; Ladoucette (ex-libris ms. : « Ladoucette, bon garçon demeurant à Nancy ») ; notice de catalogue (vers 1930-1950, décrivant l’exemplaire avant sa restauration et le donnant pour « très rare » au prix de 800 frs.) ; docteur André Dénier (ex-libris). Maignien, 679. Inv. 833
  • Villars (Dominique) et alii, Mémoire sur une fièvre putride soporeuse, qui a régné à l’Hôpital Militaire de Grenoble, depuis le 10 Ventôse, jusqu’au 10 Germinal suivant…, Grenoble, Veuve Giroud et fils, 1797. Reliure de basane flammée, dos à nerfs, titre doré, tête dorée, non rogné (reliure moderne). Provenance : Dr. André Dénier (ex-libris). Inv. 947

[5] Voir le très bel article de Théo Blanchard,  « Les inondations de 1733 et 1740 à Grenoble : l’évolution de la résilience dans l’après catastrophe », dans Environnement Urbain, 2, 2008, pp. 73–89 (disponible en ligne).

[6] Par une curieuse et tragique coïncidence, les deux fils de François Blanc moururent l’année même des grandes inondations, respectivement le 27 décembre 1733 et le 22 juillet 1740…

[7] Voir Blanc la Goutte, poète de Grenoble, œuvres complètes, présentées et traduites par Gunhild Hoyer et Gaston Tuaillon, Grenoble, « Le Monde Alpin et Rhodanien », année 2002, 4e trimestre. L’introduction, revenant sur la question de l’identité de l’auteur, est disponible en ligne.

[8] Premier fils de Louix XV, le dauphin Louis avait vu le jour le 4 septembre 1729 : sa venue au monde avait été célébré et fêté dans toutes les villes du royaume. Pour Grenoble, ce fut entre le 24 et le 27 septembre, plus deux bals les 29 septembre et 2 octobre.

[9] Exemplaire Couturier de Royas et Génard (vente, mai 1886, n° 67). Passé sous le n° 161 de la vente Dénier (Grenoble, Blache, 16 octobre 2000), il fut adjugé 4’500 francs. Relié en maroquin rouge par Chambolle-Duru, l’exemplaire contient la lettre signée « De Lorme », indiquant que l’exemplaire « est le premier qui sort de chés l’imprimeur ».

[10] E. Maignien, L’Imprimerie…, op. cit., n° 1069.

[11] E. Maignien, L’Imprimerie…, op. cit., pp. LXV-LXVI.

[12] E. Maignien, L’Imprimerie…, op. cit., pp. LXVIII-LXIX.

[13] E. Maignien, L’Imprimerie…, op. cit., p. CXII.

[14] Actif sans doute après le début du XIXe siècle, il ne figure pas dans Maignien (L’Imprimerie…). Le nom de Courenq fils apparaît encore en 1828 dans L’Annuaire des imprimeurs et des libraires de France, à côté d’un Courenq implanté à Mâcon. Il apparaît également dans la Liste générale des brevetés de l’Imprimerie et de la Librairie (Empire et Restauration), document qui le prénomme bien Jean-François (alors que les deux Mâconnais enregistrés se prénomment Jean-Baptiste et Philibert).

[15] Il existe manifestement quelques très rares exemplaires anopistographes sur papier de Chine, tant de la première que de la seconde partie. Une exemplaire est passé au catalogue X de la librairie Anne Lamort (2001).

[16] L’exemplaire personnel de George Sand passa au catalogue de la librairie Morgand (nov. 1893, n° 18493).

[17] L’historien dauphinois Adolphe Rochas assénait ainsi avec condescendance que « la vulgarité [des poésies de Blanc] ne se rachète que par une assez grande variété de détails et beaucoup d’expressions heureuses », un jugement repris par son collègue Auguste Prudhomme en termes presque similaires, parlant de « Blanc la Goutte, auquel on doit le Grenoblo Malhérou, le Dialoguo de le quatro Comare, et plusieurs autres pièces, dont la médiocrité est à peine rachetée par quelques expressions heureuses, par quelques ingénieuses images ». Quant à Jean Lapaume, dans le dernier tome de son Anthologie nouvelle autrement Recueil complet des poésies patoises des bords de l’Isère (Grenoble, Prudhomme, 1866), se montre impitoyable envers Blanc la Goutte, qu’il estime nettement inférieur à Laurent de Briançon et Jean Millet, les deux autres grands noms de la poésie patoisante grenobloise. Doit-on s’en étonner lorsqu’on constate qu’il juge ce poète boutiquier à l’aune des préceptes classiques de l’Art poëtique de Boileau ?

Vue d’ensemble, de gauche à droite : « Recueil… » de 1741 ; édition Pilot de Thorey, 1859 ; deux exemplaires de l’édition Courenq ; édition Cuchet ; édition « s.l.n.n.n.d. ».

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (39) : GRANDEURS ET DÉCHÉANCE D’UN FORÇAT LITTÉRAIRE

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (39)

GRANDEURS ET DÉCHÉANCE D’UN FORÇAT LITTÉRAIRE

L’actuelle réforme des retraites initiée en France depuis plusieurs mois a mis sous les feux de l’actualité une inquiétude latente générale : le risque d’une vieillesse dans la pauvreté. L’angoisse n’est pas certes pas nouvelle : comme des maladies que l’on pensait appartenir au passé, la voilà qui resurgit. Elle a certes touché surtout les catégories laborieuses, mais pas uniquement. Ce contexte m’avait fait pensé à l’un des plus grands auteurs romantiques français qui dut, en dépit de sa position sociale supérieure, affronter ces affres et passer la fin de son existence à affronter des « travaux forcés littéraires » (pour reprendre son expression), en tendant périodiquement la sébile de manière assez triste : j’ai nommé Lamartine. Ce n’est certes pas la période la plus flamboyante de sa vie (et de loin), mais elle rend d’autant plus humain le héros romantique, auteur adulé par plusieurs générations, mais tombant malgré tout dans la nécessité. A travers quelques documents autographes et éditions originales, évoquons le parcours et le crépuscule de ce grand auteur français.

Un auteur au sommet de sa gloire : « Alphonse de Lamartine et ses lévriers », par Henri Descaines, 1839. Source : Wikicommons

I. Les triomphes de la jeunesse

Né en 1790, fils d’un officier au régiment Dauphin-cavalerie, il tâta lui-même de l’uniforme en devenant quelques mois membre des gardes du corps de Louis XVIII durant la Première Restauration. Mais il abandonna la carrière dès 1815, se repliant dans le domaine familial de son enfance, le château de Milly (village dont il avait nommé maire dès 1812, sans avoir l’âge légal !). Seul garçon de la famille, il était l’héritier unique tout désigné du domaine, mais il s’engagea dès cette époque à verser des rentes de dédommagement à ses sœurs : une attitude juste et généreuse qui fut la sienne sa vie durant, mais fut également la cause de beaucoup de ses malheurs financiers.

Le château/manoir de Milly, lieu de l’enfance de Lamartine. Source : Wikicommons

Menant une vie de gentilhomme rural, il poursuivait la composition de vers, mais dut partir en cure de convalescence en 1816 dans la station thermale d’Aix-les-Bains où il rencontra son premier grand amour, Julie Charles, atteinte de phtisie et qui mourut quelques mois plus tard. Cette idylle brisée inspira une partie importante de son premier recueil : Les Méditations poétiques (dont trois poèmes auraient été imprimés dès 1819 en un fascicule à 20 exemplaires, dont aucun ne semble avoir survécu). Tiré à 500 exemplaires, le volume contenant 24 poèmes (dont le célébrissime « Le Lac », fleuron de la poésie française : « O temps, suspends ton vol ! ») parut en librairie le 11 mars 1820 et se révéla immédiatement un succès d’édition, épuisé en quelques heures. Il fallut réimprimer à plusieurs reprises au cours de la seule année 1820, la deuxième édition (à 1’500 exemplaires) étant enrichie de deux poèmes nouveaux. Au final, le recueil s’étoffera jusqu’à contenir 41 pièces dans l’édition définitive de 1849.

Alphonse de Lamartine, « Méditations poétiques », Paris, Librairie grecque-latine-allemande, 1820, édition originale, tirée à 500 ex. Provenance : Jules Le Roy, puis Louis Le Roy. Inv. 1671
Alphonse de Lamartine, « Le Lac de B** », dans « Méditations poétiques », Paris, Librairie grecque-latine-allemande, 1820, édition originale. Inv. 1671
Alphonse de Lamartine, « Méditations poétiques », Paris, Librairie grecque-latine-allemande, 1820, deuxième édition, en partie originale, tirée à 1’500 ex. Inv. 509
Alphonse de Lamartine, « Méditations poétiques », Paris, Librairie grecque-latine-allemande, 1820, quatrième édition. Inv. 508

Propulsé parmi les auteurs contemporains les plus en vue, marié à la fille d’un riche major anglais (Mary-Ann Birch, par ailleurs artiste-peintre) et bientôt père de famille, secrétaire d’ambassade à Rome en 1825, Lamartine enchaîna dès lors les publications : Les Nouvelles Méditations poétiques et La Mort de Socrate (1823), le Chant du Sacre (1825, pour célébrer l’accession au trône de Charles X), les Harmonies poétiques et religieuses (1830). En 1829, après deux échecs (comme le rappelle sa lettre autographe au marquis de Lally-Tollendal : voir Mélanges 20 : Être ou ne pas être immortel), l’Académie lui ouvre ses portes.

Alphonse de Lamartine, lettre autographe signée au marquis de Lally-Tollendal, Château de Montulot, près Dijon, 12 octobre 1829, p. 1. Inv. 1670
Alphonse de Lamartine, « Harmonies poétiques et religieuses », Paris, Charles Gosselin, 1830, édition originale. Inv. 513

En 1832, il entreprend un voyage en Orient, en famille, visitant la Grèce, le Liban et Jérusalem, mais ce périple est marqué par la disparition de son seul enfant, sa petite fille Julia, âgée de dix ans. Ce drame marque profondément Lamartine qui compose Gethsémani ou la Mort de Julia, intégré dans le récit du Voyage en Orient.

Julie de Lamartine, peinte par sa mère, huile sur toile. Château de Saint-Point. Source : Wikicommons

C’est alors qu’il fait venir auprès de lui, dans sa résidence du château de Saint-Point, puis dans celui voisin de Monceau, ses deux jeunes nièces, dont Valentine de Cessiat (1821-1894) (qui deviendra la muse et la secrétaire de son oncle, avant de devenir sa femme : voir Mélanges 11/1 : Familles, je vous hai…me !). L’auteur dédicace alors une récente édition de son récit douloureux à celle qui apportait de nouvelles joies dans sa vie de famille et qui prit en charge son foyer après la mort de sa femme en 1863.

Alphonse de Lamartine, « Voyage en Orient – 1832-1833 », Paris, Gosselin, 1841, première édition in-12, tome I avec envoi à Valentine de Cessiat, nièce (et future épouse de l’auteur) (« A Valentine, Al. de Lamartine »). Inv. 520
Alphonse de Lamartine, « Voyage en Orient – 1832-1833 », Paris, Gosselin, 1841, première édition in-12, tome II avec envoi à Valentine de Cessiat, nièce (et future épouse de l’auteur) (« A Valentine de Cessiat, St Point 24 juin 1842, Al. de Lamartine »). Inv. 520

Selon Lamartine, la jeune femme « désassombrit tout » et l’auteur retrouve goût à la vie, comme en témoigne cette lettre primesautière évoquant Dumas et sa maîtresse Anna Bauër[1] :

Alphonse de Lamartine, lettre autographe signée à sa nièce Valentine de Cessiat, s.l.n.d. [vers 1850]. Inv. 2352

Chère nièce, ce matin, j’ai eu l’heureuse chance de rencontrer la chère Anna du brave Dumas. Tout en lui remettant ta lettre, très peu confiant dans les promesses de ces sortes de nymphes, j’ai trouvé moyen de lui soustraire [XXX]. Je pars ce soir pour Arcueil et organiser demain (bien entendu à mes frais) la soirée de Cendrillon. Ton oncle, Alphonse. Ce 1 mai. Dimanche à Arcueil, Bassan père et filles, plus le couple Chambry. Allons-nous nous amuser !!!!!!

Leurs échanges épistolaires entre l’oncle et sa nièce ont été publiés pour la première fois dans Lamartine et ses nièces : correspondance inédite par le comte de Chastellier (Paris, Plon, 1928), mais sous une forme censurée, puis dans Correspondance, Lettres à Valentine Cessiat (1841-1854), éditée par Christian Croisille (Paris, Honoré Champion, 2014), qui a rétabli des passages coupés par souci de bienséance familiale et amplifié la connaissance de ces lettres puisque leur nombre est passé de 131 à 213, pour la plupart conservées maintenant à la bibliothèque de l’Université de Syracuse (USA).

II. Les triomphes de l’âge mûr

Les recueils ou les romans se succèdent : Jocelyn (1836), La Chute d’un Ange (1838), les Recueillements poétiques (1839), etc. En parallèle débute sa carrière politique : il va demeurer député sans discontinuer de 1833 à 1851. Mais dans le même temps, les premiers ennuis financiers sérieux apparaissent, dûs à son style de vie, mais aussi à sa générosité pour ses proches ou pour de nobles causes (antiesclavagisme, abolition de la peine de mort, etc.).

Alphonse de Lamartine, « Jocelyn », Paris, Furne et Charles Gosselin, 1826, édition originale. Inv. 1377
Alphonse de Lamartine, « La Chute d’un Ange », Paris, Charles Gosselin, 1838 et « Recueillements poétiques », Paris, Charles Gosselin, 1839. Inv. 519 et 514. Parallèlement aux éditions originales in-8° prévues pour la France paraissaient des éditions de format in-12 carré, marquées « Edition originale » sur la couverture et au titre : elles étaient prévues pour l’exportation à l’étranger.

 

Le 24 février 1848, après deux jours d’émeutes croissantes dans la capitale, Louis-Philippe dépassé et refusant une répression dans le sang abdique vers midi et tente en vain de transmettre le  pouvoir  à son petit-fils le comte de Paris. Le lendemain, à 15h00, depuis l’Hôtel de ville,  Lamartine proclame officiellement la Deuxième République et parvient à mettre en place le soir même un gouvernement provisoire réunissant les différentes tendances des insurgés. Les idées progressistes et même révolutionnaires trouvent ainsi leur reconnaissance : son nom a été proposé aux insurgés par la Chambre des Députés (dont il est membre). L’auteur assume dès lors assumer les responsabilités de ministre des Affaires étrangères et chef officieux du gouvernement (cette responsabilité étant en fait exercée collectivement par la « commission exécutive » réunissant également Arago, Ledru-Rollin, Louis Blanc, Dupont de l’Eure et l’ouvrier Albert). C’est sans aucun doute durant ses heures haletantes du changement de régime que Lamartine écrit à l’influent Emile de Girardin (1802-1881), le puissant fondateur et patron du journal La Presse.

Alphonse de Lamartine, lettre autographe signée à Emile de Girardin, s.l. [Paris], s.d. [25-25 février 1848]. Inv. 2236

Mon cher Girardin, j’ai été si touché d’un mot de vous dit par vous à Lagueronière le jour où il s’agissait du concours de la Presse à mon ministère éventuel que j’y ai reconnu une [X] amitié dont j’éprouve le besoin de vous remercier [en] tête à tête. Je voulais aller ce soir vous serrer la main et vous dire que ce mot m’est allé au coeur. Lamartine. [PS :] car il en venait. Mes respectueux sentiments à Mme de Girardin.

Ministre, Lamartine va marquer de son empreinte les débuts de la nouvelle République. Le 25 février, dans un discours célèbre, il s’oppose au drapeau rouge comme emblème national et obtient le maintien du drapeau tricolore, rappelant devant une foule d’abord hostile, puis conquise : « Citoyens, pour ma part, le drapeau rouge, je ne l’adopterai jamais, et je vais vous dire pourquoi je m’y oppose de toute la force de mon patriotisme. C’est que le drapeau tricolore a fait le tour du monde avec la République et l’Empire, avec vos libertés et vos gloires, et que le drapeau rouge n’a fait que le tour du Champ-de-Mars, traîné dans le sang du peuple ». Parmi les autres réalisations cruciales de son court mandat, relevons notamment que Lamartine sera le signataire de l’abolition définitive de l’esclavage par la France.

Félix Philippoteaux, « Lamartine repoussant le drapeau rouge », v. 1848. Huile sur toile, 63 × 27,5 cm. Musée Carnavalet, Paris. Source : Wikicommons

Lors des élections légistatives pour l’Assemblée constituante, en avril, la popularité de Lamartine est encore manifeste, puisqu’il est élu spontanément dans dix-sept départements ! Mais le recentrage du gouvernement (dont les membres les plus à gauche sont remerciés), la fermeture des Ateliers nationaux (qui avaient garanti du travail à une masse importante de chômeurs), puis la répression dans le sang des Journées de Juin le discréditent rapidement auprès de l’opinion. Quittant son portefeuille, il veut continuer l’action politique, mais n’obtient que 0,26% des suffrages (18’000 voix) lors de l’élection présidentielle de décembre suivant, qui voit le triomphe de Louis-Napoléon Bonaparte (le futur Napoléon III).

Alphonse de Lamartine, « Trois mois au pouvoir », Paris, Michel Lévy, 1848, édition originale. Inv. 1210
Alphonse de Lamartine, « Le Passé, le Présent, l’Avenir de la République », Paris, Au Bureau du « Conseiller du Peuple », 1850, édition originale. Inv. 1752

Désabusé par ce score humiliant, Lamartine se met en retrait de la vie politique et livre sa vision du pouvoir dans son journal Le Conseiller du Peuple (1848-1851, dont sont tirés des volumes à part, comme Le Passé, le Présent et l’Avenir de la République en 1850) et dans un livre de souvenirs écrit à chaud, Trois mois au pouvoir (1848), avant de reprendre sa carrière littéraire (Raphaël et Les Confidences en 1849, ce dernier titre contenant la nouvelle « Graziella » qui paraîtra à part en 1852).

Alphonse de Lamartine, « Raphaël », Paris, Perrotin et Furne, 1849, édition originale, avec envoi autographe. Inv. 1540

Cet exemplaire de Raphaël a été dédicacé par Lamartine à l’une de ses fidèles lectrices : le nom de Coralie de Tussac, appartenant à la haute bourgeoisie parisienne et fille du botaniste François Richard de Tussac (1786-1827),  se retrouve en effet dans la liste des souscripteurs des Œuvres complètes du poète en 1850.

Alphonse de Lamartine, « Les Confidences », Paris, Perrotin, 1849, édition originale, exemplaire interfolié d’une quarantaine de gravures (portraits, scènes historiques, etc.). Inv. 1319

III. Une vieillesse condamnée aux « travaux forcés littéraires »

Avec l’avènement du Second Empire, Lamartine, retiré de la vie politique, voit sa situation financière se détériorer de plus en plus. Pour répondre aux sollicitations incessantes de ses créanciers, il doit très vite se résoudre à composer des œuvres alimentaires : la qualité de ses œuvres s’en ressent rapidement, l’auteur faisant feu de tout bois. Il lance un nouveau journal, Le Civilisateur (1852-1854), contenant notamment des études biographiques qui sont publiées sous forme de volumes séparés. C’est ainsi que paraissent entre 1853 et 1864, d’abord chez Hachette, puis chez Michel Lévy, sous forme de petits livres in-16, les vies de Nelson, Colomb, Jeanne d’Arc, Bossuet ou Cromwell.

Alphonse de Lamartine, « Gutenberg », Paris, Hachette, 1853, édition originale en volume. Inv. 2610

La plus intéressante, toutefois, me semble être celle de Gutenberg[2], occasion pour l’auteur de faire l’éloge de l’écrit, de l’art typographique et de la révolution qu’il occasionna.

« La parole donnée, trouvée ou inventée, il y avait encore des siècles à traverses avant d’arriver à cet autre phénomène : renfermer la pensée immatérielle et invisible dans des signes visibles et matériels, gravés sur une substance palpable. Ce phénomène, c’est l’écriture. L’écriture transporte d’un sens à l’autre la pensée. La parole communiquait la pensée de la bouche à l’oreille par le son ; l’écriture saisit le son insaisissable au passage, le transforme en signes ou en lettres, et communique ainsi la pensée de la main aux yeux. Les yeux la communiquent à l’âme par cette relation à jamais mystérieuse qui existe entre notre intelligence et nos sens, et voilà la parole devenue visible et palpable, d’invisible et d’immatérielle qu’elle était. Y a-t-il miracle comparable à celui-là ? »

Lamartine raconte l’épopée des scribes, puis chante la geste (dans le plus pur style des historiens romantiques comme Michelet) de Johannes Gutenberg, chevalier devenu artisan (vision fantasmée : il était issu de la haute bourgeoise de Mayence, formant un patriciat, pas une aristocratie). L’élaboration de son invention est présentée de manière très lyrique :

« Il travailla ainsi, mais ce temps lui parut court. Enfin il trempe le bois dans une liqueur noirâtre, le pose sur un parchemin, et, pesant de tout le poids de son corps sur sa main, il s’en sert comme d’une presse, il imprime la première lettre qu’il avait taillée en relief. Il contemple son œuvre et un second cri, plein de l’extase du génie satisfait, s’exhale de sa bouche. Il ferme les yeux avec un air de béatitude telle que les saints du paradis pouvaient en être jaloux, et tombe épuisé sur un escabeau ; et quand le sommeil s’empara de lui, il murmurait : “Je suis immortel !” »

Jean-Antoine Laurent (1773-1832), « Gutenberg inventant l’imprimerie », vers 1830, huile sur toile. Musée de Grenoble. Photo ND

Bien que l’ouvrage soit plus littéraire qu’historique, Lamartine a fait l’effort de recherches de terrain, notamment à Strasbourg, ville des premières expériences de Gutenberg qui y séjourna entre 1434 et 1444[3]. L’auteur mentionne d’ailleurs dans un ultime paragraphe de son livre que « les documents qui servent de témoignage à ce récit sont dus aux recherches savantes et consciencieuses de M. Jung, bibliothécaire de la ville, et de M. Schnéegands, archiviste à Strasbourg, ainsi qu’au Traité de M. Didot sur la typographie ». C’est justement à l’un de ces deux érudits et historiens alsaciens, le directeur de la bibliohtèque André Jung (1793-1863) ou l’archiviste municipal Louis Schneegans (1812-1858), que s’adressa la lettre suivante, envoyée par Lamartine à la parution de son livre.

Alphonse de Lamartine, lettre autographe signée à André Jung  ou Louis Schnéegands concernant la parution de « Gutenberg », Monceaux, 20 octobre 1852. Inv. 2133

Je viens de terminer, Monsieur, une vie, malheureusement très incomplète, de votre compatriote Gutenberg – car la naissance à Mayence n’enlève pas à Strasbourg la gloire d’avoir encouragé ses premiers efforts et de lui avoir donné ses premiers collaborateurs – c’est grâce aux détails que vous avez pris la peine de me communiquer que j’ai supléer les lacunes des documents que j’ai pu me procurer – Recevez je vous prie mes meilleurs remerciements ainsi que l’expression de ma considération bien distinguée, Lamartine. Monceaux, Mâcon, 20 oct., Saône-et-Loire

Dans sa vie de Gutenberg, Lamartine avait mis en avant les difficultés rencontrées par ce « pauvre inventeur qui n’avait à léguer à celle qui lui survivait [sa sœur] que la richesse de presque tous les inventeurs comme lui, sa jeunesse consumée, sa vie persécutée, son nom méconnu, ses sueurs, ses insomnies, et l’oubli de ses contemporains ! ». En détaillant ce parcours du premier typographe, ses procès, sa faillite, son biographe savait de quoi parler : il éprouvait les mêmes problèmes. Son train de vie était fastueux et il n’hésita pas à emprunter pour rembourser ses dettes précédentes. Selon son biographe Albert de Luppé, « quand tout va bien, les revenus de ses terres représentent tout juste les intérêts qu’il doit payer à ses sœurs et nièces. Si les vendanges sont mauvaises, l’équilibre est rompu. Ce que lui rapporte son travail sert surtout à payer les annuités des autres dettes. De plus, ses spéculations sur le vin sont généralement désastreuses. Alors il emprunte de nouveau, et quand arrivent les échéances, ou qu’il doit rembourser les capitaux eux-mêmes, il se livre à d’étranges acrobaties financières, demande 10’000 francs à Lacroix fils pour verser 10’000 francs à Lacroix père, court financiers, notaires, Banque de France, Crédit Foncier, et s’étonne que les prêteurs se fassent de plus en plus en plus rares et de plus en plus circonspects. »

Endetté jusqu’au cou, mis au ban du nouveau régime, glissant vers l’oubli, il lui restait pourtant un public de lecteurs fidèles, mais qu’il fallait relancer et solliciter sans cesse. En 1856 (et jusqu’en 1869), Lamartine lance un nouveau périodique, le Cours familier de littérature, qui va représenter au total 28 volumes in-octavo (10’000 pages !). Parmi ses études et biographies d’auteurs figure un bel hommage à Alfred de Musset, paru en 1857, l’année même de sa mort.

Alphonse de Lamartine, « Cours familier de littérature – 16e entretien : Alfred de Musset », Paris, chez l’auteur, 1857, édition originale. Prov. : Jean Noilly. Inv. 1462
Alphonse de Lamartine, « Cours familier de littérature – 16e entretien : Alfred de Musset », Paris, chez l’auteur, 1857, édition originale, avec ajout d’un protrait gravé de l’auteur. Inv. 1462

Il se fait « aussi passeur de lettres,  en délivrant un exposé critique de la littérature de l’Inde, ou encore en lançant des écrivains encore inconnus tels que Frédéric Mistral [qui lui dédie son Mireio dans sa deuxième édition, la première parisienne, parue chez Charpentier en 1860]. Il en profite aussi pour publier de nouvelles œuvres. Le tout se mélangeant parfois. Quant à la forme, elle est simple : “Ce Cours familier de littérature n’est qu’un entretien à vol d’idées et à cœur ouvert ” ». C’est écrit vite, mais c’est du Lamartine. C’est écrit gros, mais c’est d’une profondeur insoupçonnée. Il y a de grandes marges, mais elles appellent des notes »[4].

Alphonse de Lamartine, lettre autographe signée à M. Herschler, Paris, 6 avril 1856. Inv. 1912

M. de Lamartine autorise de nouveau M. Herschler de faire souscrire des abonnements à domicile des Entretiens littéraires, à délivrer les quittances imprimées, et à recevoir le montant …

Pour maintenir le niveau d’abonnements requis (jusqu’à 20’000 souscripteurs), Lamartine engage des courtiers et des démarcheurs (comme le montre ci-dessus l’autorisation délivrée à un certain Herschler, VRP de son état), écrit à longueur de temps à ses fidèles lecteurs, afin de les inciter à maintenir leur effort à sa faveur, vantant la qualité de la publication, mais mettant aussi en avant, sans fards, ses déboires financiers.  Ainsi, écrit-il dans un de ces courriers : « Je mène une rude vie. Je viens de faire en dix jours : 1° Tout un volume de 500 pages grand in-8° ; 2° La moitié d’un Entretien sur Rousseau ; 3° Une correction d’épreuves de 200 pages ; 4° Enfin deux cents lettres de ma main (correspondance), le tout sur mon genou, de ma main, sans secrétaire. Ayant des affaires de banque et comptes, quatre heures par jour. » (À Dubois, 13 août 1861). Ces courriers collectifs, autographiés (c’est-à-dire des imprimés reproduisant en fac-similé la lettre originale de l’auteur), sont souvent présentés comme des originaux, tant la patine du temps a gommé superficiellement leurs différences avec une lettre réellement autographe. En voici quelques exemples datant de ces années 1850-1860.

Alphonse de Lamartine, lettre signée, Paris, 43, rue de la Ville-l’Evêque, 1er décembre 1856, p. 1. Inv. 2606
Alphonse de Lamartine, lettre signée, Paris, 43, rue de la Ville-l’Evêque, 1er décembre 1856, pp. 2-3. Inv. 2606

Monsieur, mes abonnés ne sont pas pour moi un public, ils sont une famille d’amis. Je n’ignore pas que la bienveillance personnelle a eu plus de part que la curiosité littéraire à votre abonnement. Je ne m’en humilie pas, je m’en glorifie. J’aime mieux la cordialité que la gloire. Si le désir de concourir utilement à mon travail a été en effet pour beaucoup dans votre souscription pour 1856, j’ose vous prier franchement & personnellement de la continuer pour 1857. Dans une publication à fonder, les frais de la 1ère année dévorent le prix d’abonnement, vous le savez. Le réabonnement de 1857 part du 1er janvier prochain, puisque j’ai livré les douze entretiens ou les deux volumes promis pour 1856. En vue de vous faciliter ce réabonnement, j’ai pris les mesures qui simplifient le mieux vos rapports avec moi. Vous les trouverez énoncées dans la note imprimée, jointe au dernier entretien. Soyez assez bon, Monsieur, pour m’adresser le plus tôt possible votre réponse, afin de m’éviter les frais très onéreux d’impression et de poste inutiles, & quelle que soit cette réponse, croyez que votre nom inscrit sur mes listes restera à jamais aussi gravé par la reconnaissance dans mon cœur. Paris, 1er décembre 1856, 43 rue de la Ville Levêque

Alphonse de Lamartine, lettre autographiée signée, Paris, 43, rue de la Ville-l’Evêque, 2 décembre 1857, p. 1. Inv. 2607
Alphonse de Lamartine, lettre autographiée signée, Paris, 43, rue de la Ville-l’Evêque, 2 décembre 1857, p. 2. Inv. 2607

Paris, 2 décembre 1857. Particulière. Madame, mes rapports avec mes abonnés, parmi lesquels j’ai le bonheur de compter une véritable famille d’amis, ont toujours été à cœur ouvert. Je ne leur ai point caché mes labeurs et mes efforts pour satisfaire honorablement à d’immenses devoirs par un immense travail. Je ne leur cache pas davantage que le poids de ces devoirs pèse principalement sur cette fin d’année. Tous les Entretiens de l’année 1857, formant les troisième et quatrième volume du Cours familier, vous ont été servis par le courrier d’hier. J’ose vous priser, Madame, en considération des circonstances personnelle ci-dessus et aussi pour le service plus prompt et plus régulier des Entretiens de 1858, de vouloir bien (si cela entre dans vos intentions et dans vos convenances) faire acquitter avant le 25 de décembre courant le montant de votre abonnement de 1858, soit directement au bureau, soit en un mandat de poste, soit en m’adressant l’engagement ci-joint, signé par vous. J’aime à compter, Madame, sur votre obligeante empressement, comme vous pouvez compter sur ma reconnaissance, Lamartine

Alphonse de Lamartine, lettre autographiée, Paris, 43, rue de la Ville-l’Evêque, mars 1863, p. 1. Inv. 2608
Alphonse de Lamartine, lettre autographiée, Paris, 43, rue de la Ville-l’Evêque, mars 1863, pp. 2-3. Inv. 2608

Monsieur, les marques de sympathie, que vous m’avez tant de fois données, m’engagent à vous proposer mon Cours familier de littérature (un entretien par mois) qui en est à sa huitième année d’existence et au 14ème volume grand in-octavo. Cet ouvrage, que je me promets de continuer tant que je vivrai, ne fait pas partie de mes Œuvres complètes. Si vous désirez le recevoir immédiatement (il y a 85 entretiens parus), vous n’aurez, Monsieur, qu’à signer 80 francs en 2 billets ci-joints, pour le prix des 7 années écoulées, plus un billet de 20 francs pour l’abonnement à l’année courante. Vous pouvez, Monsieur, si vous le jugez convenable, reculer les échéances des billets. La constance de mes abonnés de 8 ans à renouveler avec un intérêt toujours croissant leur souscription à cet ouvrage, et les éloges qu’ils ont la bonté de m’adresser à cet égard, me donnent la confiance de vous l’offrir aujourd’hui et d’accroître ainsi par mon travail les chances de ma libération, Al. de Lamartine. Paris, mars 1863, 43, rue de la Ville l’evêque

Alphonse de Lamartine, lettre autographiée, Paris, 7 décembre 1863, p. 1. Inv. 2609

Paris, 7décembre 1863. Monsieur et ami, vous avez appris mes irréparables malheurs. Les catastrophes domestiques ont retardé de trois mois le service de mes Entretiens ; maintenant, les 12 numéros vous sont livrés. Je travaille malgré la douleur, pour ceux à qui je dois ma vie toute entière. Aidez-moi, si vous le pouvez, en me renvoyant avant le premier janvier l’engagement ci-joint pour 1864. A vous, de reconnaissance, et d’amitié éternelle, Al. de Lamartine

Alphonse de Lamartine, lettre autographiée, Paris, 43, rue de la Ville-l’Evêque, 5 décembre 1864, p. 1. Inv. 2611

Paris, 5 décembre 1864. M. de Lamartine, dépouillé cette année par la partialité de l’Angleterre de la fortune de sa femme qui devait l’aider à désintéresser ses créanciers, est obligé plus que jamais de recourir aux deux honorables ressources qui ne lui ont jamais manqué : son travail et votre amitié. Il vous prie en conséquence, de lui renvoyer le plus promptement possible, le mandat d’abonnement ci-joint signé par vous. Alph. de Lamartine, 43, rue de la Ville l’evêque

Alphonse de Lamartine, lettre autographiée, Paris, 43, rue de la Ville-l’Evêque, 20 mars 1865, p. 1. Inv. 2612
Alphonse de Lamartine, lettre autographiée, Paris, 43, rue de la Ville-l’Evêque, 20 mars 1865, pp. 2-3. Inv. 2612

Paris, 20 mars, 1865, Monsieur, une cessation subite et inattendue de mes ressources motivée par l’ajournement indéfini de mon capital en Angleterre, et de la même somme en France, réduisent momentanément de 700’000 f. environ mes forces de remboursement. Ce remboursement touchait à son terme dans deux ans. Il ne me reste d’autres moyens d’y subvenir qu’un emprunt de 200’000 f. Je l’ai déjà éprouvé il y a quatre ans et je le paye depuis trois mois à bureua ouvert. Je me suis adressé à l’amitié publique qui ne m’a jamais manqué et à laquelle je ne manquerai pas moi-même. Soyez assez bon, Monsieur, pour réfléchir et pour examiner si l’absence d’un faible capitale de 100 f., de 500 f., ou de 1000 f. pendant deux ans, serait de nature à vous gêner dans vos affaires, et pour me signer en me la renvoyant, l’autorisation de vous adresser en retour une obligation équivalente, remboursable par moi dans deux ans. Agréez, Monsieur, l’assurance de ma considération distinguée et par anticipation celle de ma reconnaissance. Alph. de Lamartine, 43, rue de la Ville l’evêque. P.S. écrire votre nom, votre adresse et la somme à laquelle vous voulez bien souscrire, très lisiblement

Ces souscriptions à répétitions, ces « travaux forcés littéraires » et ces besoins d’argent lui attirent le surnom ingénieux mais plutôt rosse de « tire-lyre » ! Pour autant, cela ne sauve pas son patrimoine, notamment le domaine tant aimé de son enfance, le château de Milly, qu’il lui faut vendre à la fin des années 1860. Bien qu’opposant au Second Empire, Lamartine ruiné doit se résoudre à accepter l’aide de Napoléon III, qui le fit loger dans un chalet du bois de Boulogne.

« Lamartine âgé », photographie par A. Martin, Paris, 1865. Source : Wikicommons

Mort le 28 février 1869, l’auteur s’était jadis attiré les compliments de son vieil ami Victor Hugo, honorant une figure « noble, tranquille, généreux, tout entier au pays, poussant le patriotisme jusqu’au dévouement, et le dévouement jusqu’à l’abnégation »[5]. Mais la plus jeune génération avait un avis fort différent, plus détaché (Rimbaud le reconnaissant « quelquefois voyant, mais étranglé par la vieille forme »), voire cruel, comme celui de Gustave Flaubert, qui écrivait dès 1853 : « Lamartine se crève, dit-on. Je ne le pleure pas […]. Non, je nʼai aucune sympathie pour cet écrivain sans rythme, pour cet homme dʼÉtat sans initiative. […] Il ne restera pas de Lamartine de quoi faire un demi-volume de pièces détachées. Cʼest un esprit eunuque, la couille lui manque, il nʼa jamais pissé que de lʼeau claire »[6]… Pourtant à l’aune du temps, force est de reconnaître que le délicat poète romantique à la vie contrastée, faite d’heures de gloire, de triomphes littéraires, mais aussi de hontes financières et d’oubli poussiéreux, a passé le cap de la postérité et a mérité sa place dans le panthéon littéraire français.

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 2 avril 2020


NOTES

Concernant la notion de « lettre autographiée », voir le point très utile livré par un bibliophile ami sur le site « Le Bibliomane moderne » dans un post du 20 mars 2020.

[1] Juive allemande originaire du pays de Bade, Anne Herzer (1823-1884) épousa un agent commercial autrichein nommé Karl-Anton Bauër et devint la maîtresse d’Alexandre Dumas (qui entretenait alors plusieurs relations parallèles) : de leur liaison naquit un fils, Henry Bauër (1851-1915), dont la ressemblance avec son père fut des plus frappantes et qui deviendra un journaliste et critique réputé et engagé (après avoir été Communard et avoir fait sept ans d’exil en colonie pénitentiaire, il fut l’un des rares soutiens de Jarry, par exemple). Son propre fils Gérard Bauër (1888-1967) suivit ses pas comme chroniqueur au « Figaro » et devint membre de l’Académie Goncourt en 1948.

[2] Paris, Hachette, 1853. Réimprimé en 1997 par les Editions Folle Avoine en un joli petit volume tiré à 1’500 exemplaires.

[3] On ne connaît que 36 documents du vivant de Gutenberg, la majeure partie étant des archives judiciaires liées aux procès subis par l’inventeur avec ses associés.

[4] Blog « Ivre de Livres », malheureusement fermé depuis 2015, mais disponible en lien caché.

[5] Victor Hugo, Choses vues (1847-1848), Paris, Gallimard, 1972, p. 435.

[6] Gustave Flaubert, Correspondance, Gallimard (Pléiade), 1980, t. II, Lettre à Louise Colet du 6 avril 1853, p. 299.