MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (19) : UNE AMITIÉ DANS LA TOURMENTE

UNE AMITIÉ DANS LA TOURMENTE : MIRBEAU ET ZOLA

La littérature française « fin de siècle » compta plusieurs grands noms engagés en faveur des causes sociales de l’époque. Les lendemains, croyaient-ils, devaient nécessairement chanter… Durant l’ « Affaire » qui divisa la France, la plupart se rangèrent dans le camp des dreyfusards, dont ils furent les chefs de file. On pense évidemment à Emile Zola, mais d’autres auteurs mirent aussi résolument leur plume au service de la vérité et du progrès : parmi eux figurait notamment l’écrivain Octave Mirbeau (1848-1917).

Octave Mirbeau vers 1895

Mirbeau, après avoir subi une longue période d’éclipse durant la majeure partie du XXe siècle, est revenu au premier plan grâce à l’action décisive du prof. Pierre Michel, de l’université d’Angers, qui a consacré sa carrière, avec une rare énergie, à la résurrection de ce romancier (surtout connu pour Le Journal d’une femme de chambre), dramaturge et nouvelliste de première importance[1]. Zola et Mirbeau, ces deux auteurs aux opinions souvent si proches ne pouvaient que se fréquenter et s’apprécier, même si leur amitié connut des éclipses : un exemplaire de l’édition originale de Paris vient témoigner de leur réconciliation dans des instants troublés de l’histoire de France. Occasion aussi de vous faire mieux découvrir ce très bon auteur qu’est Mirbeau, à travers quelques éditions originales et manuscrits.

I. Des relations en dents de scie[2]

Déjà proche de Maupassant et de Paul Alexis (deux membres du « Groupe de Médan » qui avait livré le recueil des Soirées de Médan, contenant notamment Boule de Suif), Octave Mirbeau participa, aux côtés de Huysmans, Hennique et Maupassant, au fameux « dîner Trapp » du 16 avril 1877, durant lequel Flaubert, Goncourt et Zola furent reconnus comme les maîtres de la littérature moderne par la jeune garde naturaliste.

Emile Zola avant 1880

Pour autant, Mirbeau veillera à garder ses distances avec le naturalisme, sceptique devant la prétendue objectivité sociale et le positivisme exprimés par ses membres. Après des débuts qu’il assimila à une forme de prostitution intellectuelle et politique, lui-même remporta ses premiers succès avec notamment les romans Le Calvaire (1886) et L’Abbé Jules (1888).

Octave Mirbeau, « Le Calvaire », édition originale, page de titre. Inv. 2127.
Octave Mirbeau, « Le Calvaire », édition originale, envoi autographe à l’historien Alfred Duquet. Inv. 2127.

Adoubée par le public comme par ses pairs (comme le montre la réaction de Goncourt à L’Abbé Jules dans la lettre autographe ci-dessous), sa carrière était lancée, son talent s’exprimant aussi bien dans le roman que dans la nouvelle ou le théâtre (voir notamment l’exemplaire des Mauvais Bergers présenté dans mon billet Auteurs vs. Acteurs).

Edmond de Goncourt, lettre autographe signée à Octave Mirbeau après la lecture de « L’Abbé Jules » (9 avril 1888) : « Je veux vous dire le plaisir que j’ai eu à lire votre « Abbé Jules », le plaisir nerveux, fouetté, que donne votre prose, et qui met en quelque sorte en vous quelque chose du coup de fouet avec lequel un conducteur qui a de l’huile de bras enlève un attelage. (…) C’est un beau, un original livre, et vous serez et vous êtes un grand romancier. Je vous serre bien amicalement les deux mains ». Inv. 2104.

Son admiration pour Zola était réelle, notamment pour la capacité de l’auteur de Germinal à secouer, voire ébranler les habitudes et idées bourgeoises de l’époque. La critique de Mirbeau au sujet du célèbre roman parue en novembre 1885 dans Le Matin, prit la défense de Zola avec un ton passionné : « aucun homme, en ce siècle, n’a été plus sottement plaisanté, plus durement insulté que Zola, aucun sinon Manet, qui partagea avec son ami et son défenseur cette première consécration enviable du mépris (…). M. Zola nous a donné, dans ce temps si indulgent aux compromissions quelconques, l’exemple presque farouche d’une dignité rare, qu’il faut savoir admirer encore plus, peut-être, qu’on admire son talent ; car le talent de l’artiste s’embellit encore de la dignité de l’homme ». Cet enthousiasme n’allait pas sans quelques réserves, exprimé dans une critique de La France du 11 mars 1885 : « M. Zola l’étale avec une sorte de complaisance agaçante ; il y revient avec persistance, comme s’il éprouvait une joie d’enfant à défier le “bégueulisme” bourgeois, à envoyer des pieds de nez à ses pudeurs qui s’effarouchent. Le mot cru finit par emplir le livre ; on ne voit que lui, on ne sent plus que son odeur. Il gâte le plaisir et fige l’admiration ; pourquoi Zola, qui est un maître et un grand esprit, ne laisse-t-il pas ces procédés démodés à l’insatiable naturalisme des Trublots, qui barbotent toute leur vie dans la crotte ? ».

Les positions des deux hommes divergeaient donc sur un certain nombre de points, tant au niveau politique que littéraire. Dans sa « Chronique du Diable » parue dans L’Événement du 21 juin 1885, Mirbeau donnait le ton de leurs rapports : « J’ai vu l’autre jour M. Émile Zola, je lui ai même parlé. Il me paraît fort honnête homme et je regrette d’avoir dit du mal de lui avec des académiciens. Un académicien, en effet, n’aurait pas jugé plus sévèrement les jeunes romanciers, leurs tendances et leurs prétentions ».

Le découragement d’un romancier : « Je me bats, je me bats contre mon métier, et il est plus fort que moi, et chaque jour, me terrasse. Oui, l’inquiétude, la torture de ne pas rendre ce qu’on ressent ! de traîner dans la banalité ! dans le tout le monde. Je suis découragé… ». Octave Mirbeau, lettre autographe signée au peintre Jean-François Raffaëlli, Paris, s.d. [fin décembre 1885]. Inv. 2123.

Ces antagonismes se cristallisèrent plus vivement vers la fin des années 1880, notamment autour du roman La Terre paru en 1887. Dans une critique plutôt virulente parue le 21 septembre dans Le Gaulois, Mirbeau taxait l’œuvre de « mauvais ouvrage, mauvais socialement, mauvais littérairement » : reprochant à Zola d’avoir livré un portrait à charge caricatural du monde paysan, il parlait d’une « chute regrettable ». Pour autant, Mirbeau ne participa pas au « Manifeste des Cinq » lancé contre Zola, répondant à une lettre de celui-ci par des mots amicaux : « Vous savez combien je vous admire ; je vous l’ai prouvé, hélas ! avec la faiblesse de mes moyens, mais avec toute la sincérité d’un esprit subjugué par la beauté et par la force de vos œuvres. Vous ne savez peut-être pas combien je vous aime. Je vous aime pour votre immense talent, pour votre immense labeur, pour votre caractère, et pour la dignité de votre vie. Je veux que vous sachiez bien cela. Je disais qu’il m’en coûtait infiniment d’écrire ce que je pensais de votre livre ; c’est la vérité “vraie”, et non point une phrase de rhétorique. J’aurais voulu crier au chef-d’œuvre. Mais c’est avec les hommes qu’on estime le plus qu’il faut dire ce qu’on croit être la vérité »[3].

Octave Mirbeau, « Le Mur », manuscrit autographe signé, [1894]. Ce beau « conte cruel » met en scène un modeste paysan acculé à la ruine et au suicide par des tracas administratifs aussi ubuesques qu’implacables. Inv. 1500.

Ce qui agaçait sans doute le plus Mirbeau était l’insistance de Zola à rechercher ou accepter les honneurs officiels, que ce soit la Légion d’honneur ou ses candidatures à l’Académie française. Pour cet anarchiste de pensée, les reconnaissances étatiques sont autant de compromissions aliénant la liberté d’opinion. Ecrivant à son ami Rosny, il eut alors ce jugement définitif : « Vous n’avez pas assez montré, il me semble, l’omnipotence raisonneuse de cet orgueilleux, naïf et féroce parvenu. Au fond, Zola – intellectuellement parlant – c’est Sarcey [célèbre critique « officiel » conservateur, académicien français]. Un Sarcey geignard et gagateux. Il a dans ses jugements sur toutes choses la même lourdeur et la même infrangible inintelligence, Car ce qu’il y a de mieux à dire sur Zola, c’est qu’il est un parfait imbécile ».

II. Rapprochement dans la tourmente

La réconciliation va venir de l’ « Affaire » qui secouait et divisait alors toute la France, autrement dit l’Affaire Dreyfus. Si le capitaine Alfred Dreyfus avait été condamné à la déportation à vie dès décembre 1894, le cas ne prit une ampleur vraiment nationale qu’avec le célèbre article « J’accuse … ! – Lettre au président de la République » publié par Zola en « une » de L’Aurore le 13 janvier 1898, tiré à 300’000 exemplaires. La réaction des personnes impliquées ne tarda pas et Zola fut renvoyé devant la  Cour d’Assises de la Seine sur une plainte du ministre de la Guerre pour diffamation.

Zola et ses proches devant le Palais de justice de Paris (Supplément illustré du « Petit Journal », 20 février 1898). Inv. 420 bis.

Le procès s’ouvrit le 7 février 1898, dans un climat extrêmement tendu, les deux camps s’affrontant avec une haine farouche. A chacune des quinze journées d’audience qui suivirent, Zola fut entouré d’un groupe d’amis fidèles qui, au mépris des injures et parfois des coups, constituèrent sa « garde rapprochée », gardes du corps autant que soutiens moraux. Et bien sûr, au tout premier rang de ceux-ci : Octave Mirbeau, revenu avec résolution et fidélité auprès du « cher homme ». Depuis leur réconciliation de l’été 1896 et surtout depuis le début de l’engagement des « intellectuels » en faveur de Dreyfus à l’automne 1897, Mirbeau est devenu quasiment inséparable de Zola, auquel il s’est rallié inconditionnellement, retrouvant l’esprit frondeur et batailleur qui l’avait séduit vingt ans plus tôt. Ecrivant au directeur du Journal le 4 mars 1898, Mirbeau proclamait tel une profession de foi : « J’ai pour Emile Zola la plus ardente amitié ; pour son œuvre, la plus ardente admiration ; pour son acte de justice et de vérité, la plus ardente foi ».

Incident d’audience durant le procès Zola, opposant le colonel Henry et le lieutenant-colonel Picquart (supplément illustré du « Petit Journal », 27 février 1898). Inv. 420 bis.

Spectateur attentif et inquiet du procès, Mirbeau assista à toutes les audiences et resta atterré par le lourd verdict (un an de prison ferme et 3’000 francs d’amende personnelle) finalement prononcé le 23 février à l’encontre de son ami, au grand contentement d’une salle majoritairement hostile à l’accusé et qui fit alors éclater son triomphe, en hurlant des menaces de mort. Dans une lettre célèbre au peintre Monet, Mirbeau exprima toute son admiration devant l’attitude du condamné : « Zola est admirable. Durant ces quinze audiences, pas une minute de défaillance. C’est comme un Christ ». Les marques de son engagement et de son amitié ne firent ensuite que s’accentuer tout au long de cette bataille judiciaire. La criante injustice du jugement en appel, à l’été suivant, le laissa effondré et en larmes sur son banc, vainement consolé par son amie la journaliste Caroline Rémy, dite Séverine, la « grande prêtresse du dreyfusisme ».

Henry de Groux, « Zola aux outrages » (1898)

Sur le conseil de ses amis, Zola prit le soir même la route de Londres pour échapper à l’emprisonnement. Les biens du condamné risquant d’être saisis en raison de cette fuite, Mirbeau paya de sa poche l’amende de base, augmentée de frais énormes, soit 7 555,25 francs (environ 50’000 euros)[4]. Alors que les tombereaux d’insultes continuaient à se déverser, Mirbeau assénait sans faillir, en novembre 1898 : « Le plus grand prosateur ? Emile Zola, écrivant J’accuse ! ». Début 1899, il se rendit même en Angleterre pour rencontrer l’exilé pour le soutenir, sans jamais oublier, en France, de s’occuper de l’épouse abandonnée, Alexandrine. Zola, de son côté, ne devait pas oublier le dévouement de Mirbeau, qu’il qualifia de « justicier qui a donné son cœur aux misérables et aux souffrants de ce monde ». Dans une lettre de décembre 1898 à Mme Mirbeau, il écrivait encore : « Dites à votre mari combien je l’aime et je l’admire ».

Fiche anthropométrique du prévenu Zola

 

III. Un émouvant témoin

C’est donc dans cette atmosphère de lynchage et de victoire des anti-dreysufards que le nouveau roman de Zola, Paris, sortit en librairie, presque confidentiellement, au début de mars 1898 (il avait été auparavant pré-publié du 23 octobre 1897 au 9 février 1898 dans Le Journal).

Emile Zola, « Paris », édition originale, première de couverture. Inv. 420.

Dès cette publication en journal, Mirbeau n’avait pu retenir son enthousiasme face à un roman qui, en effet, ne pouvait que le séduire et le toucher, par les théories sociales, les idées politiques et les personnages fougueux qu’il mettait en scène. Témoignage de son émotion de lecteur, la lettre immédiatement écrite à Zola : « Votre Paris ? C’est grand, fort, puissant. Ce sera sûrement une de vos plus formidables choses… Je suis écrasé par l’immensité de votre esprit »[5]. Et c’est tout naturellement que Zola, aux environs du 1er mars 1898 (si l’on en croit certaines lettres de sa correspondance échangées avec d’autres dédicataires), offrit à Mirbeau un exemplaire dédicacé de ce Paris qui avait tant plu à son ami. Cela moins d’une semaine, donc, après la fin de l’éprouvant procès en assises durant lequel Mirbeau l’avait soutenu de son amitié sans faille, ce qui donne toute sa valeur à ses quelques mots simples, comme toujours avec les envois de Zola à ses intimes : « A Octave Mirbeau, son ami, Emile Zola ».

Envoi de Zola à Mirbeau sur l’édition originale de « Paris » (1898). Inv. 420.

Les envois de et à Mirbeau ont déjà fait l’objet d’études séparées ou synthétiques[6], mais cet exemplaire leur était demeuré inconnu jusqu’à sa publication par mes soins dans les Cahiers Octave Mirbeau[7]. En fait, la bibliothèque d’Octave Mirbeau comportait à double les volumes de la trilogie des « Trois Villes » de Zola (Lourdes, Rome et Paris). Il s’agissait, d’une part, de trois exemplaires en « grand papier », éditions de luxe sur Hollande, qui restèrent brochés, mais surtout étaient sans dédicace de Zola (n° 770 du catalogue de la première vente Mirbeau des 24-28 mars 1919).

Extrait du catalogue de la première vente Mirbeau

Et, d’autre part, d’exemplaires sur papier ordinaire, cette fois-ci avec envoi de Zola. On avait ainsi connaissance du volume, broché, de Rome, qui figure dans l’inventaire Coiffait : il faisait partie du lot 323 de la seconde vente Mirbeau des 20-21 juin 1919. En revanche, nulle trace, dans les catalogues de ces deux ventes, de cet exemplaire dédicacé de Paris.

Octave Mirbeau à son bureau vers 1900

Le volume ne comporte malheureusement aucun ex-libris, ni autre mention de propriété qui puisse nous renseigner sur son parcours[8]. Peut-être fut-il offert par Mirbeau, avant sa mort en 1917, à l’un de ses disciples, comme un souvenir, presque une relique, de ce grand combat de l’« Affaire » et de son amitié avec Zola ?

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 21 octobre 2017

L’affaire Zola vue par « Le Petit Journal » (février 1898). Inv. 420 bis.

APPENDICE : Mirbeau dans « une petite bibliothèque »

Manuscrits autographes :

  • Octave Mirbeau, Le Mur, s.d. [1894], manuscrit autographe signé. Nouvelle parue dans L’Echo de Paris (20 février 1894), rééditée dans Les vingt-et-un jours d’un neurasthénique (Paris, Fasquelle, 1901, chapitre XIX), puis dans Contes cruels (Paris, Belles-Lettres, 2009, pp. 291-295). Inv. 1500. Pour découvrir et lire l’intégralité de ce « conte cruel », cliquer ici.

  • Octave Mirbeau, Les deux voyages, s.d. [1900], manuscrit autographe signé. Nouvelle parue dans Le Journal (4 février 1900), rééditée dans La Pipe de cidre (Paris, Flammarion, 1919, pp. 165-172), puis dans Contes cruels (Paris, Belles-Lettres, 2009, pp. 549-554). Inv. 1679. Pour découvrir et lire l’intégralité de cet autre « conte cruel », cliquer ici.

  • Octave Mirbeau, L’Abbé Cuir, s.d. [1902], manuscrit autographe signé. Chronique parue dans Le Journal (16 mars 1902), rééditée dans Combats esthétiques (éd. par Pierre Michel et Jean-François Nivet, Paris, 1993, tome II, pp. 325-328). Inv. 2210.

Lettres autographes :

  • Octave Mirbeau, lettre autographe signée au peintre Jean-François Raffaëlli, Paris, s.d. [fin décembre 1885]. Sur le métier d’écrivain et ses difficultés, ainsi que sur l’organisation d’un des « Dîners des Cosaques ». Publiée dans Octave Mirbeau, Correspondance générale, éd. par P. Michel, L’Âge d’homme, 2002, tome I, n° 286, pp. 482-483. Inv. 2123.
  • Octave Mirbeau, lettre autographe signée à [André Antoine], [Paris], 3 boulevard Delessert, s.d. [1897 ?]. Demande à récupérer une copie manuscrite d’une pièce confiée [Les mauvais bergers] au célèbre metteur en scène, directeur du Théâtre-Antoine. Inv. 2163.
  • Octave Mirbeau, lettre autographe signée à Louis Barthou, Paris, s.d. [1908]. Sur l’adaptation de la pièce Le Foyer à la Comédie-Française et l’affaire que sa censure suscita. Inv. 1972.

Editions originales (à envoi ou sans grands papiers) :

  • Octave Mirbeau, Le Comédien, par un journaliste, et Benoît Coquelin, Les Comédiens, par un comédien, Paris, Editions Brunox, 1883, édition originale du premier livre de Mirbeau, exemplaire du journaliste et librettiste d’opéra Philippe Gille (1831-1901, collaborateur de Bizet, Offenbach et Labiche) (envoi autographe : « A Philippe Gille, en témoignage d’une jeune et durable amitié, Octave Mirbeau »). Inv. 1903.

  • Octave Mirbeau, Le Calvaire, Paris, Paul Ollendorff, 1887, édition originale, exemplaire de l’historien Alfred Duquet (1842-1916, historien militaire, proche des naturalistes, avant de s’en éloigner à cause de l’Affaire Dreyfus) (envoi autographe : « A Alfred Duquet, hommage affectueux et reconnaissant, Octave Mirbeau »). Inv. 2127.
  • Octave Mirbeau, Sébastien Roch – Roman des moeurs, Paris, Charpentier, 1890, édition originale, exemplaire du poète Emile Michelet (1861-1938) (envoi autographe : « A Emile Michelet, son ami Octave Mirbeau »). Inv. 2333.

  • Octave Mirbeau, Les Mauvais Bergers, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1897, édition originale, exemplaire de la comédienne Berthe Bady (1872-1921) (envoi autographe : « A Mademoiselle Berthe Bady, avec l’espoir charmant qu’elle voudra bien, un jour, jouer une pièce de moi. Octave Mirbeau »). Inv. 2202.
  • Octave Mirbeau, Le Jardin des Supplices, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1899, édition originale, exemplaire du romancier Pol Neveux (1865-1939, membre de l’Académie Goncourt) (envoi autographe : « A Pol Neveu [sic], son ami Octave Mirbeau »). Inv. 424.

  • Octave Mirbeau, Le Journal d’une femme de chambre, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1900, édition originale, exemplaire du préfet de police de Paris Célestin Hennion (1862-1915, créateur des « Brigades du Tigre » et l’un des premiers penseurs du rôle social de la police) (envoi autographe : « A M. Hennion, souvenir amical, Octave Mirbeau »). Inv. 692.

  • Octave Mirbeau, Le Portefeuille, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1902, édition originale, un des 10 exemplaires numérotés sur papier du Japon (n° 1). Provenance : Eugène Fasquelle. Inv. 1199.

  • Octave Mirbeau, Les Affaires sont les affaires, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1903, édition originale, exemplaire de l’éditeur Eugène Fasquelle (1863-1952) (envoi autographe : « A M. Alfred Fasquelle, avec toute mon amitié, Octave Mirbeau »). Inv. 2201.


NOTES

[1] Pour plus d’informations, consulter le site de la Société Octave Mirbeau (http://mirbeau.asso.fr/societeom.htm), ainsi que sa page Facebook. Depuis une quinzaine d’années ont été éditées (notamment aux Editions « L’Âge d’Homme ») l’intégrale des romans de Mirbeau, sa correspondance, plusieurs recueils de ces nouvelles, ainsi qu’une revue annuelle, Les Cahiers Octave Mirbeau.

[2] Sur les relations entre les deux hommes, voir notamment Pierre Michel, « Mirbeau et Zola : entre mépris et vénération », Cahiers naturalistes, n° 64, 1990, pp. 47-77.

[3] Lettre d’Octave Mirbeau à Emile Zola, 29 septembre 1887. BnF, Ms. n.a.fr. 24.522, f. 192. Citée d’après Correspondance générale d’Octave Mirbeau, n° 447.

[4] Pierre Michel, « Octave Mirbeau et le paiement de l’amende de Zola pour J’accuse », Cahiers Octave Mirbeau, n° 16, 2009, pp. 211-214 .

[5] Bibliothèque Nationale de France, ms. n.a.fr. 24522, folio 209. Cité par Pierre Michel, « Mirbeau et Zola : entre vénération et mépris », dans Les Cahiers Naturalistes, n°64, société littéraire des amis d’Emile Zola et éditions Grasset-Fasquelle, Paris, 1990, page 70.

[6] Voir notamment Max Coiffait, « Envois de et à Mirbeau dispersés à Paris », Cahiers Octave Mirbeau, n° 11, mars 2004, pp. 330-332.

[7] Nicolas Ducimetière, « Mirbeau et Zola au cœur de la tourmente », Cahiers Octave Mirbeau, n° 12, mars 2005, pp. 392-394

[8] Acheté recouvert d’une demi-toile très récente et très modeste, le volume a été relié en demi-maroquin rouge. A l’origine, Mirbeau l’avait sans doute laissé broché, comme les autres volumes des « Trois Villes » en sa possession. Et pourtant, on sait que, dans le courant de février 1898, il avait symboliquement envoyé tous ses exemplaires des romans de Zola chez son relieur attitré, Paul Vié, pour les y faire établir luxueusement (voir Jean-François Nivet et Pierre Michel, Octave Mirbeau, biographie, librairie Séguier, Paris, 1990, page 575). Les volumes de Lourdes et Rome ne furent donc pas compris dans le lot, pas plus, après coup, que cet exemplaire de Paris reçu le mois suivant.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (18) : LES PREMIERS SERONT LES DERNIERS … LE PRIX NOBEL OUBLIÉ

LES PREMIERS SERONT LES DERNIERS …

LE PRIX NOBEL OUBLIÉ

A la manière des comètes périodiques, les Prix Nobel reviennent pour quelques jours en « une » des gazettes. Du côté de la littérature, c’est le romancier japonais Kazuo Ishiguro, écrivant en anglais, qui est distingué pour son œuvre à cheval sur deux cultures et qui a notamment produit ce magnifique livre que sont Les Vestiges du jour. Il succède ainsi au choix plutôt inattendu de Bob Dylan, l’année précédente. La France, au fil des années, n’a pas démérité, avec des noms qui sonnent encore à toutes les oreilles[1]. Mais qui se souvient encore du premier de cette longue série, qui fut en même temps le tout premier des prix Nobel de littérature ? C’est en effet un poète français, et alors non des moindres, qui fut le premier récipiendaire du Prix Nobel de littérature : Sully-Prudhomme (1839-1907). Bonne occasion de revenir sur l’une des gloires de la France de la Belle Epoque, aujourd’hui bien oubliée…

I. Un premier recueil remarqué : Les Stances et Poëmes (1865)

Né à Paris dans une famille modeste, orphelin de père de bonne heure, René Armand François Prudhomme s’était d’abord destiné à une carrière d’ingénieur, avant de se tourner vers le droit et le notariat. Rien de bien poétique là-dedans donc, mais le jeune homme rimait quand même à ses heures et faisait connaître ses premiers vers au sein de la société étudiante « La Conférence La Bruyère ».

Portrait photographique de Sully-Prudhomme, dans les années 1880

Publié discrètement en 1865 (il a 26 ans), son premier recueil, Stances et Poëmes, va le propulser du jour au lendemain dans la lumière et en faire une icône du mouvement parnassien. Le poème « Le Vase brisé », métaphore d’un chagrin d’amour, va bientôt être sur toutes les lèvres, et pour des décennies : « Le vase où meurt cette verveine // D’un coup d’éventail fut fêlé ; // Le coup dut l’effleurer à peine : // Aucun bruit ne l’a révélé. (…) ». Au nombre des plus enthousiastes lecteurs, on compta le sévère Sainte-Beuve, mais aussi et surtout Théophile Gautier. Grand nom et symbole du romantisme français, le célèbre romancier était aussi poète et son recueil Emaux et Camées (paru en 1852, puis augmenté au fil des années) a été considéré, comme le vers de Théodore de Banville, comme l’acte initiateur du Parnasse. A ce titre, il était vu comme le précurseur et le maître à penser de ce nouveau courant littéraire, dont Sully-Prudhomme devenait alors l’un des principaux représentants, avec Leconte de Lisle, François Coppée (cf.  Mélanges… 13), José-Maria de Heredia ou un certain Paul Verlaine. Dans une lettre du 8 avril 1865, Antoni Deschamps, ami proche de Gautier, annonçait au maître l’arrivée prochaine de l’exemplaire envoyé par le jeune débutant : « M. Sully Prudhomme, jeune poète d’un vrai sentiment et de beaucoup de talent, doit vous faire hommage de son recueil Stances et Poëmes (…) ». C’est cet exemplaire Gautier, enrichi d’une belle dédicace, que j’ai eu la chance d’acquérir il y a quelques années.

Sully-Prudhomme, « Stances et Poëmes », Paris, Achille Faure, libraire-éditeur, 1865. In-12, de (2) ff., 240 pp. et (8) pp. (catalogue). Demi-reliure de chagrin bleu, dos à nerfs orné de fleurons dorés, tranches mouchetées (reliure de la fin du XIXe siècle). L’exemplaire comporte quatre corrections autographes de l’auteur aux pages 73, 117, 137 et à la table. Inv. 1279.
Provenance : Théophile Gautier (1811-1872, romancier et poète) (envoi : « A monsieur Théophile Gautier, hommage respectueux, Sully Prudhomme » ; « Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. Théophile Gautier », 24-25 fév. 1873, p. 32, n° 193, broché, en lot avec « Les Epreuves » [Paris, 1866] et « Les Solitudes » [Paris, 1869]) ; Fernand Vandérem (1864-1939, bibliophile, bibliographe et romancier) (ex-libris monogrammé ; « Catalogue d’ouvrages d’auteurs du XIXe siècle », 1939, 1e partie, n° 635, 520 frs. ; selon le Dr. Lascoutx, préfacier du catalogue de la vente, « le petit ex-libris de F. Vandérem confère à tous ses livres, et jusqu’au plus modeste, la valeur même d’un cachet de garantie qui les signalera à la faveur et leur assurera la survie »).

Cette offrande allait être grandement récompensée, puisque Théophile Gautier devint l’un des plus vifs soutiens du jeune poète. Dans son Etude sur la poésie française (1830-1868), commande personnelle de Napoléon III, Gautier, après avoir cité en quatre lignes Coppée, Heredia et Verlaine (autres gloires montantes du Parnasse), consacra en effet trois pleines pages enthousiastes à Sully-Prudhomme : « Un des plus nouveaux venus de cette jeune troupe est Sully-Prudhomme, et déjà il se détache au milieu de ses compagnons […]. Dans son premier volume, qui date de 1865 et qui porte le titre de Stances et poëmes, les moindres pièces ont ce mérite d’être composées, d’avoir un commencement, un milieu, une fin, et de tendre à un but, d’exprimer une idée précise. […] Dès les premières pages du livre on rencontre une pièce charmante, d’une fraîcheur d’idée et d’une délicatesse d’exécution qu’on ne saurait trop louer et qui est comme la note caractéristique d’un poète : “Le Vase brisé”. […]. Sully-Prudhomme nous semble destiné à prendre le premier rang parmi ces poëtes de la dernière heure … »[2]. Cet hommage du vieux maître au poète débutant rend donc particulièrement significatif et émouvant son exemplaire des Stances et poëmes.

II. Un pilier du Parnasse, au sein de l’ « écurie Lemerre »

Après ces débuts fulgurants, la carrière de Sully-Prudhomme ne connut aucune éclipse. Il poursuivit dans un premier temps la veine sentimentale de ses premières poésies, notamment dans le recueil Les Epreuves, paru en 1866.

Sully-Prudhomme, « Les Epreuves », Paris, Alphonse Lemerre, 1866. In-12, de 80 pp. et (3) ff. Broché, sous couvertures imprimées jaunes. Edition originale, un des 50 exemplaires sur Hollande (n° 38), numérotés et contresignés par l’éditeur. Inv. 1636.

 

Membre de l’ « écurie Lemerre » (l’éditeur qui publiait la majeure partie des auteurs parnassiens), Sully-Prudhomme croisait bien sûr dans les bureaux du passage Choiseul (ou dans les salons de la capitale) la fine fleur du monde des lettres, dont beaucoup étaient ou devenaient ses amis.

Paul Chabas, « Chez Alphonse Lemerre, à Ville D’Avray ». Ce tableau commandé par Alphonse Lemerre réunit les principaux auteurs figurant au catalogue de l’éditeur : Sully-Prudhomme, Paul Bourget, Alphonse Daudet, Leconte de Lisle, etc.

 

Parmi ceux-ci, un peu en marge (voire carrément marginal), se trouvait Albert Glatigny (1839-1873), le fils spirituel de Banville. Sully-Prudhomme s’était pris d’affection pour son strict contemporain et plusieurs dédicaces croisées manifestèrent leur amitié : Glatigny lui avait ainsi offert des pièces dans son recueil Les Vignes folles (« Rien n’est plus ennuyeux de ces villes banales… ») ou dans Gilles et Pasquins (sonnet « A Sully-Prudhomme » : « Des princes vagabons illustrent leurs annales… »). Mais ce bohème fantasque et errant fut emporté à 33 ans par une maladie de poitrine sournoise (il l’avait contractée quatre ans plus tôt en Corse dans la cellule où un gendarme obtus l’avait enfermé, le prenant par erreur pour un assassin célèbre…). Sully-Prudhomme le pleura et lui rendit hommage dans un sonnet « Aux mânes d’Albert Glatigny » : « Si quelqu’un de tes fils, parjure ingrat du Beau, / Muse consolatrice, ose en toi méconnaître / La vertu d’essuyer les pleurs que tu fais naître, / Prends à témoin celui qui dort dans ce tombeau ! […] ». Il semble que ces vers ait fait l’objet d’une première publication séparée, en deux feuillets seulement, en 1891[3]. Curieusement, ce sonnet funèbre ne vit jamais le jour en volume du vivant de Sully-Prudhomme : sa première édition intervint seulement en 1908 dans le recueil posthume Les Epaves[4].

Sully-Prudhomme, « Aux mânes de Albert Glatigny – Sonnet », manuscrit autographe, s.l.n.d. [vers 1873 ?]. Inv. 1498.

A partir des années 1870 (le poète ayant été profondément marqué par la guerre de 1870), l’inspiration de Sully-Prudhomme se modifia, associant une recherche stylistique formelle (bien dans le goût des préoccupations esthétiques des auteurs du Parnasse) à son vieil intérêt de jeunesse pour la science et la philosophie. En témoigne un recueil comme Le Prisme, paru en 1886, deux ans avant qu’il n’arrête la poésie pour se consacrer entièrement à des essais philosophiques. L’exemplaire avait été offert à l’homme politique Pierre Tirard (1827-1893), futur président du Conseil [5].

Sully-Prudhomme, « Le Prisme – Poésies diverses », Paris, Lemerre, 1886. In-12, de 173 pp. Demi-reliure de chagrin rouge à coins, dos à nerfs richement orné, titre doré, tête dorée (reliure de l’époque). Inv. 996.
Provenance : Pierre Tirard (1827-1893, président du Conseil, ministre à plusieurs reprises, député, puis sénateur de la Seine) (envoi autographe : « A Monsieur P. Tirard, bien affectueux souvenir, Sully Prudhomme »).

 

Cette importance accordée à la science, envisagée selon une optique positiviste, devait encore s’affirmer dans la dernière partie de sa vie, tant dans ses productions poétiques que dans ses articles et essais. Parue comme préface à « L’Almanach du Bibliophile » de 1901, ce poème « La Science » exprime bien la philosophie de Sully-Prudhomme à la fin de sa vie.

Epreuves corrigées du sonnet « La Science », paru dans « L’Almanach du Bibliophile » (1901). Inv. 1946. L’auteur demande de nouvelles épreuves pour contrôler les modifications apportées au second tercet, mais celles-ci ne se lisent finalement ni dans « L’Almanach… », ni dans le recueil posthume des « Epreuves » (qui reprit ce poème en 1909, p. 98)

 

III. Au sommet des honneurs : le prix Nobel (1901)

Faisant partie des auteurs les plus en vue de son temps, élu à l’Académie française en 1881, couvert de décorations et d’honneurs, Sully-Prudhomme fut donc aussi, en 1901, le premier lauréat du Prix Nobel de littérature tout juste créé.

Sully-Prudhomme vers 1900

La récompense lui avait été décernée « en reconnaissance spéciale pour son oeuvre poétique, qui a donné des preuves de son idéalisme tranquille, de sa perfection artistique, et d’une rare combinaison de qualités de coeur et d’esprit ». Il était alors plus ou moins reclus dans sa propriété de Châtenay-Malabry, souffrant d’attaques récurrentes de paralysie. Ce nouvel honneur était donc aussi pour lui source de soucis et c’est ce qu’il exprime dans cette lettre à son vieux camarade Catulle Mendès (1841-1909), ex-beau-fils de Gautier et autre grande figure du mouvement parnassien en son temps :

« Que devez-vous penser de moi, mon cher ami ? Vous m’avez adressé vos félicitations par un télégramme d’une cordialité qui m’a vivement touché et je n’y ai pas répondu ! Pardonnez-le moi. Je suis malade depuis le commencement du printemps dernier, je le suis encore : ma guérison est d’une lenteur désespérante, bien que je souffre moins. C’est dans les plus pénibles conditions que j’ai appris la nouvelle de mon prix Nobel ; j’ai été pris de découragement devant les obligations que cet honneur inattendu me créait et je ne pouvais me résigner à n’envoyer qu’une carte de remerciement aux plus anciens témoins de mes débuts. Mal m’en a pris, j’ai été débordé. C’est aujourd’hui seulement que je remercie Heredia ! J’ai pu lui écrire assez lisiblement, mais j’ai des mouvements nerveux qui m’empêchent de manier correctement ma plume. J’espère toutefois que vous déchiffrerez ces lignes trop tardives où j’évoque nos communs souvenirs de jeunesse. Vous vous rappellerez la visite du débutant au directeur de revue, qui n’était guère son aîné. Que ce temps est loin ! Vous avez raconté notre première entrevue dans un article tant sympathique. Nous avons suivi des voies différentes, divergentes même ; je n’en ai pas moins trouvé, comme tous nos confrères du Parnasse, un fidèle et sûr camarade en vous. Vous n’avez jamais failli à la solidarité littéraire, je veux dire au respect des lettres dans leurs représentants dévoués. Je tenais à vous rendre ce témoignage en échange du vôtre, et je regrette beaucoup de le faire si tardivement. Je vous serre les mains, Sully Prudhomme »

Sully-Prudhomme, lettre autographe signée à Catulle Mendès, Châtenay-Malabry, 17 janvier 1902, p. 1. Inv. 1608.
Sully-Prudhomme, lettre autographe signée à Catulle Mendès, Châtenay-Malabry, 17 janvier 1902, p. 2. Inv. 1608.

Disposant déjà d’une certaine aisance, le lauréat profita de l’essentiel de son prix pour créer un prix de poésie géré et décerné par la Société des Gens de lettres. Il mourut six ans plus tard et fut inhumé en grande pompe à Paris, au cimetière du Père-Lachaise (44e division).

Tombe de Sully-Prudhomme au cimetière du Père-Lachaise

Sic transit gloria mundi… Le nom de cette gloire des lettres françaises, le premier prix Nobel de littérature, a été depuis bien oublié… Son « Vase brisé » doit encore hanter un coin de Lagarde et Michard, mais n’affole guère les listes de ventes sur Amazon. Alors ayez une petite pensée pour lui lorsque vous découvrirez, dans les média, le prochain palmarès venu de Stockholm ! 🙂

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 8 oct. 2017


NOTES

[1] Lauréats français : Frédéric Mistral (1904), Romain Rolland (1915) Anatole France (1921), Bergson (1927), Roger Martin du Gard (1937), André Gide (1947), François Mauriac (1952), Albert Camus (1957), Saint-John Perse (1960), Claude Simon (1985), Jean-Marie Le Clézio (2008) et Patrick Modiano (2014).

[2] Théophile Gautier, Histoire du Romantisme, 1874, pp. 364-367.

[3] Bibliothèque nationale de France, Richelieu 4-RF-42970.

[4] Sully-Prudhomme, Les Epaves, Paris, Lemerre, 1908, pp. 145-146.

[5] Homme politique natif de Genève, Pierre Tirard (1827-1893) fut élu maire du 2e arrondissement de Paris en 1870 et tenta, sans succès, de jouer les conciliateurs entre les insurgés de la Commune de Paris et le gouvernement réfugié à Versailles. Député de la Seine de 1871 à 1883, il fut à cette date désigné comme sénateur inamovible par la Chambre des députés. Il occupa également de nombreuses fonctions ministérielles : ministre de l’Agriculture et du Commerce (1879-1882 et 1889-1890), des Finances (1882-1888 et 1892-1893), tout en assumant à deux reprises la Présidence du Conseil (11 déc. 1887 au 30 mars 1888, puis 22 fév. 1889 au 13 mars 1890). Sully-Prudhomme fut amené à côtoyer Tirard à plusieurs reprises au cours de cérémonies : ainsi, en 1882, se trouva-t-il à un banquet avec « à sa droite M. Tirard et à sa gauche M. Théodore de Banville », et son éditeur, Lemerre, en vis-à-vis (selon les souvenirs de Jules Claretie, La Vie à Paris – 1882, p. 145).