MONETA (12) : AU LARGE DE LA NOUVELLE-ORLEANS, « EL CAZADOR »

LE TRESOR DU CAZADOR

(GOLFE DU MEXIQUE, 1784)

Retour dans la Mer des Caraïbes pour ce troisième billet « pièce de huit / trésor englouti » ! Avec une nouvelle preuve de l’ « effet papillon », ou comment le naufrage d’un petit brigantin espagnol avec son trésor a eu des répercutions inattendues et considérables sur l’histoire mondiale… Voyons comment.

I. Le bateau

Bateau léger, manœuvrable et rapide, El Cazador (« Le Chasseur ») était un petit brick de guerre espagnol à deux mâts, portant 16 canons et un équipage d’une cinquantaine d’hommes, sous les ordres du lieutenant de vaisseau Gabriel de Campos y Piñeda.

II. Le naufrage

Depuis 1762 et la signature du traité de Fontainebleau, qui marquait la fin de la Guerre de Sept Ans, la Louisiane, jadis colonie française, avait été cédée à l’Espagne, qui récupérait ainsi un territoire immense, se comptant en millions de kilomètres carrés, tout au long du Mississippi, de La Nouvelle-Orléans au Canada. Mais la situation économique de cette colonie difficile à gérer s’était peu à peu dégradée, notamment en raison d’un trop grand usage du papier monnaie, jusqu’à l’amener au bord de la banqueroute : il fallait réagir en injectant une grosse quantité de monnaies sonnantes et trébuchantes.

Le 20 octobre 1783, le navire El Cazador quitte ainsi l’Espagne pour une mission de la plus haute importance : accomplir le transport de fonds destiné à sauver la Louisiane espagnole. Le bateau cingle vers le port de Veracruz, au Mexique, où il charge la somme considérable de 450’000 reales, en pièces d’argent fraîchement frappées à Mexico : des pièces de un demi, un, deux, quatre et huit reales (les fameuses « pièces de huit »), à l’effigie du roi Charles III. Sa précieuse cargaison en cale, le brick appareille le 11 janvier 1784 pour La Nouvelle-Orléans. Mais on l’y attendra en vain : le navire disparut corps et biens, quelque part dans les eaux du golfe du Mexique. Que se passa-t-il ? Toutes les hypothèses ont été avancées, jusqu’à une rencontre malencontreuse avec des pirates. En réalité, le Cazador fut probablement victime d’une des très violentes tempêtes enregistrées par les chroniques en ce début d’année 1784. Au terme d’une attente anxieuse, les autorités royales espagnoles finirent par enregistrer officiellement la perte du navire au mois de juin 1784.

Les conséquences de cette perte sèche furent dramatiques pour la position de l’Espagne au Nouveau-Monde. Cette tentative de consolider la situation économique de la Louisiane espagnole, qui avait saigné à blanc le Mexique, ne put être renouvelée et la décision de revendre la colonie à la France en 1800 en découla directement. Trois ans plus tard, l’immense territoire changeait encore de mains, cédé par Napoléon aux jeunes Etats-Unis pour 15 millions de dollars : les USA doublaient ainsi d’un coup leur surface et se voyaient offrir leur expansion vers l’Ouest. Aussi n’est-ce pas tout à fait sans raison qu’on a prétendu (assez commercialement) voir dans cet épisode maritime « le naufrage qui a changé la face du monde » !

III. La découverte

Disparu mystérieusement en pleine mer et sans le moindre témoin, El Cazador aurait pu demeurer pour l’éternité au fond des eaux. Mais le hasard s’en mêla. Le 2 août 1993, le chalutier de pêche Mistake, commandé par Jerry Murphy, accrocha ses filets sur un obstacle par 100 mètres de fond, à environ 50 miles au sud de La Nouvelle-Orléans. Pensant avoir agrippé un rocher, les pêcheurs remontèrent leurs lignes et découvrirent à l’intérieur de leurs filets des blocs compacts de rondelles noirâtres : des pièces d’argent oxydées.

Toutes frappées à Mexico peu de temps avant le voyage (millésime 1783 principalement), ces monnaies étaient du type « busto », qui remplaça en 1773 les columnarios, en faisant apparaître le buste en profil du souverain espagnol. L’examen des monnaies, et principalement leurs dates de frappe concordantes, amena à soupçonner l’identité de l’épave, par la suite confirmée quand les fouilles mirent à jour divers artefacts : canons, cloche du navire, etc.

Trois monnaies issues de cette épave sont venues enrichir mon médaillier. La première est une « pièce de huit » de type « busto » et à la date de 1783 : la monnaie type de la cargaison du Cazador, dans un état plus que correct (seule la bordure du portrait a subi la corrosion propre à l’eau de mer).

Voici mon second exemplaire de même provenance, mais qui a davantage souffert de son séjour dans l’élément marin, ce qui le rend également intéressant (et d’autant plus émouvant).

On constate en effet à quel point l’argent des « pièces de huit » subit une réaction d’ordre chimique, le métal se changeant peu à peu en chlorure d’argent au contact de l’eau de mer salée. Une couche, voire une gangue, se forme alors autour de la monnaie. Le processus sera plus ou moins fort selon la salinité de l’eau, sa température, les courants, l’exposition de la monnaie, etc. Provenant du Cazador, les deux monnaies ci-dessous sont dans cet état initial, soudées entre elles et encroûtées de chlorure.

Sorties de l’océan, ces monnaies doivent absolument subir un traitement électrolytique, faute de quoi elles finiront par se désagréger complètement à l’air libre… Les zones attaquées, débarassées des plaques de chlorure, gagneront cet aspect plus ou moins « rongé » caractéristique des pièces d’argent « de naufrage ».

Provenant du petit numéraire transporté par le navire, voici pour finir ma troisième monnaie de provenance Cazador : une modeste pièce de deux reales d’argent, qui va à présent rejoindre, dans son petit support, le paysage de mon bureau, probablement à la Fondation (ça changera des livres !). De quoi rêver d’aventures et de trésors engloutis à chaque fois que je porterai les yeux dessus !

Nicolas Ducimetière

Plouhinec, 28 juillet 2017

 

MONETA (11) : AU LARGE DES SCILLY, LE « HOLLANDIA »

LE TRESOR DU HOLLANDIA

(ÎLES SCILLY, 1743)

Les eaux chaudes de la Mer des Caraïbes et de la Floride ne sont pas les seules à héberger des trésors de « pièces de huit ». Etalon monétaire international, ces monnaies ont été en usage à travers toute la planète, bien au-delà des seuls territoires espagnols. Pour ce deuxième naufrage et trésor célèbre, voguons du côté des courants glacés de la Manche, à quelques encablures des îles Scilly, au large de la Cornouaille. C’est là que sombra en 1743 un puissant et riche vaisseau de commerce, une des fiertés de la Compagnie des Indes orientales : le Hollandia.

I. Le bateau

Construit en 1742 par les chantiers de la puissante Compagnie hollandaise des Indes Orientales (VOC : Vereenigde Oost-Indische Compagnie), le Hollandia était un imposant trois-mâts carré jaugeant 700 tonneaux, pour une longueur de 42 mètres. Doté d’une puissance de feu de 32 canons (qui en faisait, comme beaucoup des bâtiments de la VOC, un petit navire de guerre autant qu’un bateau de commerce), il était servi par 276 hommes d’équipage, sous les ordres du capitaine Jan Kelder.

II. Le naufrage

Le 3 juin 1743, le Hollandia appareilla du port de Texel pour son voyage inaugural, faisant partie d’un convoi de la Compagnie en partance pour Batavia (aujourd’hui Djakarta), capitale des Indes néerlandaises. Il emportait plusieurs passagers importants, notamment des proches du nouveau gouverneur-général des Indes néérlandaises, le baron Gustaaf Willem van Imhoff (en l’occurence son frère, la femme de celui-ci et sa belle-soeur, toutes deux issues de l’aristocratique famille Bevervoede), ainsi que de  très nombreux tonnelets de pièces d’argent pour un montant conséquent de 129’700 gulden. En fait, les monnaies embarquées n’étaient pas uniquement hollandaises, elles étaient même en grande majorité espagnoles : il s’agissait de pièces d’argent de quatre et surtout huit reales (les fameuses « pièces de huit » des histoires de pirates !), frappées au Mexique ou en Bolivie, et n’ayant jamais (ou presque) circulé depuis leur frappe et leur premier voyage à travers l’Atlantique. La très haute teneur en métal précieux de ces monnaies (au moins 90 %) était reconnue dans le monde entier, ce qui en faisait un étalon particulièrement apprécié dans toute opération commerciale : elles avaient ainsi cours partout dans le monde, de l’Europe à l’Asie, en passant par les Amériques. D’abord frappées de manière grossière au marteau à partir de rondelles tronçonnées dans des barres d’argent (cobs), elles gagnèrent en raffinement à partir de 1732, grâce à des presses à balanciers : on les désigne alors sous le nom de columnarios. Frappées jusqu’en 1773, ces monnaies comportaient à l’avers les armes royales espagnoles et au revers, les colonnes d’Hercule encadrant deux globes terrestres (d’où le surnom de « pillars dollars » donné à ces pièces).

Le 13 juillet 1743, alors qu’il sortait du Channel, le vaisseau hollandais s’égara sans doute dans le brouillard, par une mer assez grosse, et se rapprocha dangereusement des îles Scilly, au large de la Cornouaille.

Au petit matin, il finit par s’encastrer sur des récifs, les Gunner’s Rocks, à seulement 1,5 mille nautique de l’île inhabitée Annet. L’équipage désemparé aurait tiré plusieurs coups de canon pour demander du secours aux insulaires (le nom actuel du récif viendrait d’ailleurs peut-être de cet épisode), mais ceux-ci ne purent se porter au secours des naufragés. Le bateau fut totalement disloqué par les éléments et coula corps et biens par trente mètres de fond, entraînant tous les passagers et membres d’équipage. De nombreux corps furent par la suite retrouvés le long des plages de St. Mary et d’autres îles de l’archipel.

III. La découverte

L’emplacement de l’épave était connu de la VOC qui tenta, deux mois plus tard, un renflouement de la précieuse cargaison. Mais la profondeur dépassait les moyens techniques de l’époque et le projet n’eut pas de suite. Le naufrage fut oublié pendant plus de deux siècles jusqu’à ce qu’un juriste londonien, Rex Cowan, en retrouve la mention dans les archives anglaises et hollandaises en 1967.

Après quatre ans de recherches, il localisa l’épave le 16 septembre 1971, au moyen d’un magnétomètre à protons (équipement alors révolutionnaire), et en commença la fouille avec une équipe de plongeurs, dirigée par le Lt. Cdr. Jack Grayton, ancien officier de la Royal Navy : en plusieurs campagnes étalées sur deux ans, ils récupèrent près de 30’000 pièces d’argent (plus ou moins corrodées par leur séjour dans l’eau de mer), ainsi qu’une partie des canons et mortiers de bronze du navire. Les monnaies récupérées furent en partie mises en vente cerclées dans une monture d’argent, dont la bordure gravée rappelle la provenance et la date du naufrage.

Comme toujours, certaines monnaies ont subi les atteintes de la salinité de l’eau, d’où des effets de rongement de surface pour les pièces les plus exposées. Mais les mieux préservées semblent sortir de l’atelier de frappe, ou peu s’en faut, comme mon second exemplaire !