MONETA (9) : L’ANNÉE DES 4 ½ EMPEREURS

L’ANNÉE DES QUATRE EMPEREURS … ET DEMI !

Dans une de mes précédentes chroniques (Romana moneta 7), j’avais eu l’occasion, autour de la figure de l’empereur Othon, de parler des conséquences de la chute de Néron et de cette folle année 69 baptisée « Année des quatre empereurs ». L’histoire romaine étant pleine de rebondissements, il y eut en 193 une seconde « Année des quatre empereurs » qui, à bien des égards, rappelle celle du Ier siècle : fin d’une dynastie, crise de succession, indocilité des prétoriens, prépondérance du pouvoir des armées, etc.  Beaucoup moins connu, cet épisode historique fit émerger en réalité cinq empereurs (enfin, disons 4 ½) et procura une guerre civile s’étalant sur près de quatre ans et dans toutes les provinces de l’Empire. L’histoire de ces affrontements peut être reconstituée grâce aux récits laissés par Dion Cassius et Hérodien, ainsi que par les biographies de l’Histoire Auguste (à prendre avec précaution comme toujours). Inutile de dire que ces souverains souvent éphémères procurèrent des émissions monétaires brèves et fort rares : il m’a donc fallu plusieurs mois pour boucler la boucle et reconstituer une galerie monétaire complète. C’est désormais chose faite, alors en avant !

 –

PRÉLUDE : LA CHUTE DE COMMODE

Commode

Dans les trois dernières années de son règne (180-192), l’empereur Commode, fils et successeur de Marc Aurèle, avait été victime de plusieurs tentatives d’assassinat. Ces complots, dont les auteurs provenaient de la famille impériale ou de la classe sénatoriale, furent sévèrement réprimés, accentuant encore la méfiance entre le souverain et l’aristocratie (dont les historiographes devaient par la suite faire de Commode un portrait de potentat sanguinaire et débauché). Le dernier complot fut finalement fatal à l’empereur. Le 31 décembre 192, affaibli par une tentative d’empoisonnement, Commode fut achevé dans ses bains, étranglé par son maître d’armes, l’esclave Narcisse. Tous les autres acteurs du complot étaient des proches, sur le point d’être disgraciés : Laetus, préfet du prétoire ; Ecletus, chambellan impérial ; et Marcia, la favorite du moment. Avec la mort de Commode s’éteint la dynastie des Antonins, qui régnait depuis cent ans et avait fourni à Rome certains de ses meilleurs souverains (Trajan, Hadrien, Antonin le Pieux, Marc Aurèle). La pourpre était maintenant à celui qui voudrait la prendre, au risque de la guerre civile…

ACTE I : PERTINAX

Pertinax

Le premier à relever le gant est Publius Helvius Pertinax, acclamé empereur par le Sénat dès le 1er janvier 193. Âgé de 66 ans, occupant le poste très important de préfet de la Ville (Rome), il avait peut-être trempé dans l’assassinat de Commode, mais sans certitude. Cet homo novus, fils d’un affranchi enrichi, avait été professeur (grammaticus) dans sa jeunesse, avant de devenir officier dans les légions de Syrie vers 160. Au fil des années, s’étant distingué sur tous les fronts (en Parthie, en Bretagne, sur le Danube), il devient général, accède au Sénat (170) et se trouve même désigné comme consul suffect (175). Nommé à plusieurs postes de confiance (procurateur, gouverneur de plusieurs provinces frontières), il fait partie des « Amis du prince », autrement dit les plus proches collaborateurs de Marc Aurèle. Sur son lit de mort, ce dernier le recommande à son fils Commode qui lui fait gravir les dernières marches du cursus honorum : proconsulat de la province d’Afrique, puis préfet de Rome dès 190, enfin consul suffect à nouveau, aux côtés de l’empereur, en 192.

C’est donc un homme expérimenté, membre du sérail (Sénat), qui accède à la pourpre en janvier 193. Démontrant ses qualités d’administrateur, il restreint le train de vie de l’Etat et autorise l’accession à la propriété pour les paysans s’installant sur des parcelles en friche (avec exonération fiscale de dix ans à la clef, si les parcelles sont mises en exploitation de manière continue). Il va toutefois minimiser l’importance prise par l’armée dans la vie politique. Les soldats appréciaient le prodigue Commode ; ils déchantent sous le nouveau régime. D’abord déçus par le très modeste donativum consenti par le nouvel empereur, ils sont carrément furieux de voir leur solde diminuée de moitié quelques semaines plus tard. A l’époque, un mouvement social ne traîne pas dans la durée et ne fait pas dans la demi-mesure : le 28 mars 193, le palais impérial est envahi par des prétoriens déchaînés qui massacrent, sans autre forme de procès, le trop rigoureux Pertinax. Il aura régné 2 mois et 27 jours.

ACTE II : DIDUS JULIANUS

Didius Julianus

Pertinax liquidé, les prétoriens décident de mettre le trône aux enchères. Il y avait déjà quelques exemples antérieurs de cette pratique, mais pas d’une manière aussi organisée. Très vite, deux candidats se détachent : le beau-père du défunt Pertinax, Titus Flavius Sulpicianus, et un autre grand patricien, Marcus Didus Severus Julianus (rapidement présenté dans Romana moneta 4).

Ce dernier, âgé d’environ 60 ans, avait un profil de carrière proche de celui de Pertinax, mais venait d’une famille noble. Elevé par la mère de Marc Aurèle, protégé ensuite par cet empereur, il avait commandé des légions, assumé le gouvernement de diverses provinces (Belgique, Dalmatie, Germanie inférieure), le tout avec succès, ce que récompensa le consulat en 175. Tombé en disgrâce sous Commode, il s’était alors retiré dans ses propriétés du Milanais. C’est donc pour lui une belle revanche que de concourir pour le titre impérial, qu’il finit par décrocher le 28 mars 193 avec une promesse de donativum s’élevant à 25’000 sesterces par prétorien !

Le procédé choque l’ensemble du peuple romain, qui n’est pourtant pas bégueule. Lorsqu’il se présente dans le Cirque, l’empereur est copieusement hué par la foule. Plus grave : le royal donativum accordé aux prétoriens a déchaîné la colère des « simples » légionnaires, avides d’en croquer eux aussi. Pour peu que leurs généraux manifestent quelque ambition, il n’en faut pas plus pour les voir acclamer Auguste par la troupe. Et c’est ainsi qu’éclosent les usurpateurs aux quatre coins de l’Empire : Septime Sévère, commandant des légions de Pannonie ; Clodius Albinus, qui dirige les troupes basées en Bretagne (Angleterre) ; et Pescennius Niger, légat de Syrie.

Septime Sévère, qui est le plus proche de l’Italie, arrive le premier sous les murs de Rome : la ville tombe entre ses mains comme un fruit mûr. Sur ordre du Sénat, l’empereur est arrêté et promptement décapité le 1er juin 193, sanglotant au pied de l’échafaud : « Mais qu’ai-je donc fait ? qui ai-je volé ? qui ai-je assassiné ? ». Il avait régné 2 mois et 4 jours.

ACTE III : PESCENNIUS NIGER

????????????????????????????????????????????????????????????

Le parcours de Caius Pescennius Niger Justus demeure assez obscur, les sources étant souvent sujettes à caution. Officier général renommé (il a combattu les Daces aux côtés de Clodius Albinus), Pescennius Niger a été nommé légat des légions de Syrie en 191. Réagissant à la montée sur le trône de Didius Julianus, ses troupes le proclament Auguste le 9 avril 193, bientôt appuyées par les légions de Cappadoce, d’Arabie et d’Egypte. Même s’il est loin de Rome, ses atouts dans la course au pouvoir sont réels, au niveau militaire (9 légions), économique (l’Egypte est toujours le grenier à blé de l’Empire) et diplomatique (il s’est concilié les souverains parthes).

Pris entre deux feux (Clodius Albinus à l’ouest et Pescennius Niger à l’est), Septime Sévère a bien identifié le danger principal. Temporisant avec Albinus, il quitte Rome pour l’Orient dès juillet 193. Mettant le siège devant Byzance (verrou du Bosphore), il remporte deux victoires sur Niger, à Cyzique (fin 193), puis à Nicée (début 194). La bataille finale se déroule à Isuus au printemps 194 et se conclut sur l’annihilation des forces syriennes, moins entraînées que les légions postées sur le limes  du Danube. Réfugié à Antioche, Niger doit fuir la ville menacée par son adversaire et tente de gagner le royaume parthe : rattrapé sur la route de Palmyre, il est exécuté vers la mi-194, au terme d’un an de règne environ. Au dépit de ce délai relativement long, ses monnaies, frappées à Alexandrie, sont encore plus rares que celles de Pertinax et Didius Julianus.

ACTE IV : CLODIUS ALBINUS

Clodius Albinus

Originaire d’une famille sénatoriale romaine installée dans la province d’Afrique (il voit le jour à Hadrumète, à l’emplacement actuel de la ville tunisienne de Sousse), il obtient le commandement d’une légion sous Marc Aurèle et participe aux guerres contre les Daces, avec Pescennius Niger, son contemporain, comme compagnon d’armes. Nommé consul (à une date inconnue entre 185 et 187), il assume ensuite le gouvernement de la Bretagne, avec trois légions turbulentes sous ses ordres.

Les manigances de Didius Julianus le poussent à la révolte, mais il refuse le titre impérial que lui proposent ses troupes. Cette hésitation (ou reste de légitimisme) est exploitée par Septime Sévère : depuis Rome, il accorde à Clodius Albinus le titre de césar, l’associant ainsi au gouvernement de l’Empire, à un rang toutefois inférieur. Nous ne le compterons donc, pour cette année 193, qu’au titre d’un demi-empereur : nous arrivons donc bien à 4,5 pour cette période de « rush » ! Un monnayage est frappé à Rome aux nom et titre de ce « vice-roi » qui est par ailleurs associé à Septime Sévère pour le consulat de l’année 194.

Mais une fois les affaires orientales réglées (Pescennius Niger liquidé, les Parthes remis au pas et Byzance enfin tombée, après deux ans de siège), le ton change. En décembre 195, rentré à Rome, Septime Sévère fait déclarer Albinus ennemi public par le Sénat et tente même de le faire assassiner par un faux plénipotentiaire. Puis, en mai 196, l’empereur élève son fils de huit ans, le petit Caracalla, au rang de césar. Le trop candide Albinus[1], qui ne semble pas avoir quitté son île depuis le début de la guerre civile, se voit forcé de réagir et, en désespoir de cause, se fait proclamer auguste à l’automne 196. Franchissant la Manche avec 40’000 hommes, il s’assure vite du contrôle des Gaules et de l’Espagne (en ralliant le gouverneur Lucius Novius Rufus et sa Legio VII Gemina), tout en jugulant la menace du tribun Virius Lupus et de ses légions de Germanie (qui demeurent néamoins fidèles à Septime Sévère). Il installe ensuite sa capitale dans une ville stratégiquement située : Lugdunum (Lyon). L’atelier de cette ville va frapper des monnaies (le plus souvent des deniers d’assez mauvaise qualité et souvent mal conservées, mais très rares) le représentant cette fois couronné de lauriers, attribut des augustes.

Clodius Albinus2

Evitant les cols alpins tenus par leurs ennemis et jouant de l’effet de surprise, les armées de Septime Sévère arrivent en Gaule par le Jura et fondent l’ennemi. La première rencontre se déroule près de Tinurtium (Tournus) et tourne à l’avantage de Septime Sévère, sans que la victoire soit décisive. Le 19 février 197, non loin de la ville romaine (aujourd’hui, la place Sathonay de Lyon, au pied de la colline de la Croix-Rousse), c’est le choc final, un affrontement titanesque : 120’000 à 150’000 légionnaires (sur les 400’000 qui composent l’ensemble des armées romaines), répartis également entre les deux partis, se combattent à mort, pendant deux jours, dans ce qui demeure la plus grande bataille jamais menée entre Romains. Les pertes sont très lourdes, dans les deux camps : Dion Cassius et Tertullien se feront l’écho de cette boucherie, décrivant les rives du Rhône teintées de sang. La bataille fut longtemps incertaine, Septime Sévère étant même mis à bas de son cheval tué par une balle de fronde. En définitive, il semble que la cavalerie de Septime Sévère, sous le commandement de Laetus, ait fait la différence : ses armées ont finalement le dessus et déciment littéralement les troupes d’Albinus. La débandade est totale et sans ordre. Les vestiges archéologiques nombreux d’armes et de pièces d’équipement abandonnés (aujourd’hui présentés au Musée gallo-romain de Fourvière) l’attestent, comme les trésors monétaires hâtivement cachés et jamais récupérés (trésor de Genas, trouvé en 1826 et contenant 2000 deniers à l’effigie de Clodius Albinus ; trésor de Saint-Didier-au-Mont-d’Or, trouvé en 1844 à côté de squelettes de soldats romains).

Le sort de Clodius Albinus varie selon les sources : selon Dion Cassius, il aura fui vers Lyon pour finir par se jeter sur son épée ; selon Hérodien, il aurait été capturé par des soldats ennemis et décapité sur ordre de son adversaire. L’Histoire auguste, toujours riche en détails sanglants, prétend que Septime Sévère aura piétiné longuement le corps décapité avec son cheval, l’aurait ensuite fait déchiqueter par ses chiens, avant de jeter les rebuts dans le Rhône. Tous les auteurs s’accordent en tout cas à dire que la tête de Clodius Albinus fut envoyée et exposée en public à Rome. Son règne comme auguste avait duré environ quatre mois.

ACTE V ET FINAL : SEPTIME SEVERE

Septime_ Severe

Ayant ainsi anéanti son dernier adversaire, Septime Sévère se retrouvait, à 52 ans, le seul maître de l’Empire. Ses premiers actes ne furent pas empreints de mansuétude : il ordonna l’exécution de tous les parents et alliés de Clodius Albinus (en premier lieu sa veuve et leurs enfants, ainsi que 29 sénateurs et 5000 membres de son état-major et de sa suite), livrant ensuite la capitale de son ennemi à la soldatesque. La ville est consciencieusement ravagée, pillée et incendiée ; sa milice, la XIIIe cohorte urbaine, est dissoute et remplacée par des troupes sûres, venues des légions germaines fidèles ; les cultes impériaux sont modifiés de manière à introduire un rapport maître/esclave entre l’objet du culte (l’empereur) et les célébrants (édiles municipaux). La puissance de Lugdunum est considérablement affaiblie et la ville jouera un rôle bien moindre dans les siècles à venir, en comparaison de Vienne ou d’Arles, choisies comme villes-capitales par les empereurs du IVe siècle.

Avec Septime Sévère, c’est le descendant d’une famille libyco-punique, natif de Leptis Magna (Lybie actuelle), qui arrive au pouvoir. En dépit de ses succès militaires, c’est, de formation, un juriste, homme cultivé parlant latin, grec et punique. Affecté à différents postes surtout administratifs à travers l’Empire (Tarraconaise, Sardaigne, Afrique proconsulaire, Sicile ou Syrie, où il fait la connaissance de Pertinax), il accède au consulat en 190 et ne reçoit son premier commandement militaire que l’année suivante, devenant légat de la Pannonie supérieure, un poste qu’il occupe encore quand se déclenche la course à l’Empire. Après quatre ans de guerre civile, Septime Sévère restaure la paix intérieure et met en place un système impérial renforcé. Propulsant le petit césar Caracalla (représenté ci-dessous) au rang d’auguste dès 198, il crée une dynastie qui va présider au destin de l’Empire jusqu’en 235.

Caracalla césar


Notes

[1] On dit que ce militaire sévère avait pourtant écrit un traité d’agriculture et un recueil de « contes milésiens » (des œuvres « érotiques » dans la lignée des poèmes d’Aristide de Milet).

Illustration de tête

« Tondo severiano« , peinture à tempera sur bois, IIe siècle, 305 mm de diamètre. Antikensammlung, Berlin (cote 31329). Portrait officiel de la famille impériale, représentant Septime Sévère, sa femme et leurs deux fils : c’est le seul exemple conservé de ces représentations, qui devaient sans doute être utilisées dans tous les bâtiments officiels, mais ont disparu en raison de la nature périssable de leur support.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (14) : « JACK » A DIT !

AUTOUR DE JACK D’ALPHONSE DAUDET

On dit souvent qu’une collection peut constituer une forme d’œuvre d’art. Si c’est le cas, alors c’est nécessairement par petites touches successives, tel un tableau impressionniste qu’on peindrait sur de nombreuses années : une telle entreprise se réalise en effet avec un plan et une vue d’ensemble, mais aussi, par force, au gré de livres et manuscrits le plus souvent croisés par hasard et acquis par chance. Mais, au fil du temps, il y a parfois des « dossiers », des « séries », qui, à la suite d’un ou deux achats initiaux, se mettent doucement en place et commencent à former, plus ou moins volontairement, un vrai ensemble cohérent, autour d’un titre ou d’une thématique ponctuelle (et n’est-ce pas, finalement, le propos du collectionneur : (re)créer du sens à partir de « membra disjecta » ?) .

Pour illustrer ce propos de manière concrète, j’ai choisi de présenter une petite série de documents en rapport avec le roman Jack d’Alphonse Daudet, un ouvrage cruel et sombre, un « livre de pitié, de colère et d’ironie » loin du Daudet jovial et léger que tout le monde croit connaître. Après une présentation générale de ce livre (qui mérite bien d’être connu et lu) seront donc présentés six documents qui, tous, marquent une étape de la vie de ce texte, depuis un exemplaire particulier de l’édition originale jusqu’à l’évocation des premières illustrations données au roman, en passant par son adaptation théâtrale. Les documents en question, ouvrages imprimés ou manuscrits autographes, ont été acquis sur une période de 12 ans (2004-2016) auprès de 4 libraires totalement différents (Paris, Lyon, Avignon, Béziers).

Jack présenté en quelques mots

En décembre 1858, Ida de Barancy, fausse comtesse mais vraie « demi-mondaine » légère et écervelée, veut placer son fils naturel, Jack, un petit garçon de sept/huit ans, blond, gracieux, gentil et tendre, dans un pensionnat pour satisfaire les caprices de sa vie débridée. Las, le très select collège jésuite de Vaugirard refuse l’enfant en raison du pedigree de la mère, non sans que le supérieur de l’établissement s’émeuve du sort futur du « pauvre enfant ». Il faut donc se rabattre sur le Gymnase Moronval, un internat tenu par un mulâtre et fréquenté principalement par des personnalités venus des « petits pays chaud » : enfants de notables, potentats ou roitelets d’Afrique ou d’Asie, désireux de donner à leur progéniture une éducation à la française. Ida s’amourache du professeur de littérature de l’école, un certain D’Argenson, vicomte ruiné et poète raté. S’enfuyant à son tour du collège, Jack parvient, après plusieurs tribulations, à rejoindre le couple. L’intelligence de l’enfant se développe au contact d’un ami, le docteur Rivals, mais son sadique beau-père D’Argenton, qui le hait et lui rend la vie infernale, décrète que Jack deviendra ouvrier : l’enfant est alors placé chez les Roudic, pour apprendre le dur métier de fondeur. Exploité à outrance dans cette usine, passé ensuite dans l’enfer des salles des machines de grands vapeurs comme « chauffeur », Jack s’étiole, sombre dans le désespoir et l’alcool, avant de s’éteindre dévoré par la phtisie, alors que la mère indigne exprime quelques remords aussi tardifs qu’inutiles.

Comptant parmi les œuvres les plus sombres de Daudet, Jack est un véritable roman social, décrivant aussi bien certaines situations de castes (cas des filles-mères et leurs enfants, figures honteuses et déclassées) que l’exploitation des enfants. Daudet rejoint ici un registre naturaliste, proche d’un Zola, auquel son nom n’est habituellement pas rattaché. Mais cet auteur souvent considéré comme un Provençal léger, aux livres pleins de soleil, a donné des romans très noirs, sans aucune illusion d’une part sur la nature humaine, mais aussi sur les rapports sociaux de son époque. Le malheureux Jack rejoint ainsi la légion des enfants martyrs de la littérature XIXe siècle, qu’il s’agisse d’Olivier Twist, de David Copperfield, de Poil de Carotte ou du Petit Chose (du même Daudet).

Genèse et parution d’un « livre de pitié, de colère et d’ironie » (1875-1876)

D’abord paru sous forme de feuilleton dans Le Moniteur universel entre le 15 juin et le 2 octobre 1877, Jack connut sa première édition, en deux tomes, aux éditions Dentu en 1876 : « Ce livre de pitié, de colère et d’ironie est dédié à Gustave Flaubert, mon ami et mon maître ».

Jack_titre

Comme il l’a fait pour d’autres romans ou recueils de nouvelles sous forme de courts récits baptisés « Histoire de mes livres », Alphonse Daudet a raconté dans le détail l’origine de Jack, lui consacrant un chapitre dans Trente ans de Paris – A travers ma vie et mes livres, paru en 1888[1]. On apprend ainsi que le fond du roman est tiré d’une histoire authentique. En 1868, Daudet avait connu un jeune homme nommé Raoul D…, fils abandonné d’une courtisane, réfugié à Champrosay, non loin de la maison de campagne des Daudet. Mi-étudiant, mi-vagabond, il avait frotté ses fonds de culotte sur les bancs des lycées avant de devoir travailler comme « chauffeur » de locomotive. Daudet le prit sous sa protection, lui ouvrit sa bibliothèque, lui procura quelques commandes d’articles et lui trouva pour finir une place en Algérie, en espérant que le climat arrangerait son délabrement physique. Après l’avoir perdu de vue pendant la guerre de 1870, Daudet finit par apprendre que le jeune homme, miné par la maladie, s’était éteint à l’hôpital d’Alger, sans que sa mère daigne seulement lui écrire.

« Voilà ce que l’existence m’a fourni. Longtemps, je ne vis dans cette histoire qu’une de ces mille tristesses extérieures qui traversent nos propres tristesses. Cela s’était passé trop près de moi pour mon regard de romancier ; l’étude humaine se perdait dans mon émotion personnelle. Un jour à Champrosay, assis avec Gustave Droz sur un arbre abattu, dans la mélancolie des bois, l’automne, je lui racontais la misérable existence de Raoul, à quelques pas de la masure en pierres rouges où elle s’était traînée aux heures de maladie et d’abandon. “Quel beau livre à faire !” me dit Droz, très ému. Dès ce jour, laissant de côté le Nabab [roman finalement paru en 1877], que j’étais en train de bâtir, je partis sur cette nouvelle piste, avec une hâte, une fièvre, ce frémissement au bout des doigts qui me prend au début et à la fin de tous mes livres »[2].

Aussi était-ce fort émouvant de mettre la main, en mars 2004, chez un libraire parisien, sur l’exemplaire offert par Daudet à celui-là même qui avait servi de déclencheur à son inspiration : son proche ami le romancier Gustave Droz (1832-1895)[3].

Envoi_à_Droz

Alphonse Daudet, Jack – Mœurs contemporaines, Paris, Eugène Dentu, 1876. Deux volumes in-12, de 396 et 366 pp. Demi-reliures bradel de percaline verte, dos lisses ornés d’un fleuron et de filets dorés, pièces de titre sur chagrin noir, tranches naturelles, non rognés (reliures de l’époque)[4]. Edition originale[5]. Provenance : Gustave Droz (1832-1895, écrivain et peintre) (envoi autographe : « A Gustave Droz, Alphonse Daudet »). Inventaire n° 390.

0390-reliure

Jack sur les planches : une adaptation au forceps (1879-1881)

A en croire le chroniqueur théâtral Arnold Mortier[6], Daudet avait pensé à une adaptation de Jack pour la scène alors même qu’il écrivait son roman, ébauchant déjà un premier scénario[7]. Puis accaparé par d’autres chantiers, il mit de côté ce projet. Vers 1878, ayant aidé un jeune romancier débutant, Henri Liesse, à publier sa première œuvre, Daudet lui proposa une collaboration dramatique et lui donna pour mission d’achever la version théâtrale de Jack, en reprenant le matériau présent dans les premières ébauches écrites trois ou quatre ans plus tôt. Mais le résultat fut loin de soulever l’enthousiasme de Daudet, prêt à jeter l’éponge définitivement. La pièce passa néanmoins devant les yeux de l’acteur Henri Lafontaine (1826-1898), sociétaire de la Comédie-Française, pressenti pour créer le rôle de l’ignoble D’Argenton. Le comédien, également auteur, estima que la pièce n’était en effet pas au point et proposa plusieurs idées de remaniements, à tel point que Daudet finit par l’associer au projet d’écriture.

Les échanges entre Daudet et son nouveau collaborateur se manifestèrent par une correspondance dont j’ai pu réunir, coup par coup, trois lettres, achetées en mars 2013 auprès d’une librairie lyonnaise. Elles marquent trois temps dans l’élaboration de cette pièce :

  • novembre 1879 : la prise de connaissance par Daudet des suggestions de Lafontaine et le redémarrage du projet,
  • courant 1880 : finalisation de l’association entre les deux auteurs, premiers jalons pour la mise en œuvre de la pièce (publicité, repérages d’acteurs…),
  • décembre 1880 : répétitions et dernières modifications du texte.

1647-LAS

« Mon cher Lafontaine, Ce que vous m’avez dit de Jack me raccommode avec lui. Oui, la pièce devient éloquente, intéressante, avec les modifications que vous m’avez proposées. Mettez-vous donc à l’œuvre aussitôt que vous pourrez ; nous viendrons peut être à bout à nous deux de faire un drame émouvant et jouable ? Adieu, mon collabo, – et au revoir. Alph. Daudet. Je viens de télégraphier en Allemagne pour qu’on m’expédie les deux derniers tableaux. Dites bien à Mme Lafontaine le plaisir qu’elle ferait à ma femme, en l’échappant une heure, un de ces mercredis, avenue de l’Observatoire »

Alphonse Daudet, Lettre autographe signée à Henri Lafontaine, [Paris], 27 novembre 1879, 1 page in-12. Inv. n° 1647.

1648-LAS

« Mon cher Lafontaine, Il reste entendu que Jack, drame en cinq actes, sera signé de votre nom et du mien. Quant aux droits, ils seront partagés entre vous, Henri Liesse et moi. Trois parts égales. De cette façon, tout le monde est content. Souhaitons que le public le soit aussi. Cordialement votre. Alphonse Daudet. Plusieurs journaux du soir ont donné la note de librairie que je voulais faire. C’est Calmann qui a dû la faire passer. Tâchez donc de voir une répétition du Gymnase »

Alphonse Daudet, Lettre autographe signée à Henri Lafontaine, [Paris], s.d. [premier semestre 1880 ?], 1 page in-12. Inv. n° 1648.

1649-LAS

« Mon cher et vaillant collabo, Je ne compte pas venir aujourd’hui ; mais si vous avez besoin de moi, un petit signe et j’accours, je suis là tout près, le nez dans l’encre, à la maison. Ne criez pas trop, ne vous énervez pas, hier vous aviez les traits tirés. Il nous faut un D’Argenton en fleur. Et à propos de d’Argenton, rappelez-vous pour l’entrée de Hirsch : « Le docteur Hirsch, de la faculté de (avec un rien d’hésitation et un regard questionneur à Hirsch) Pernambuco… Hirsch (Entre ses dents et d’un ton de je m’en fous) Si tu veux… D’Argenton : Universaliste… très fort… » Voyez si au lieu du : « Si tu veux… », vous pouvez glisser aux dents de Hirsch : « médecin in partibus », comme vous disiez hier ; ou carrément comme ceci : « Hirsch à Ida (ton de blague) « Comme qui dirait médecin in partibus« . Alph. Daudet. »

Alphonse Daudet, Lettre autographe signée à Henri Lafontaine, [Paris], 14 décembre 1880, 2 pages in-12. Inv. n° 1649.

Le drame Jack fut en définitive joué pour la première fois le 11 janvier 1881 au Théâtre de l’Odéon, devant une salle remplie de célébrités. Faisant la une de plusieurs journaux et suppléments illustrés (ci-dessous Le Monde illustré  et L’Univers illustré), la pièce remporta de nombreuses critiques élogieuses (dont celle de Mortier). Mais le succès alla ensuite en s’essoufflant : la pièce fut finalement retirée vers la fin de l’année, après avoir quand même franchi le cap très respectable des 300 représentations.

     Représentation de Jack à l'Odéon 1881Représentation de Jack à l'Odéon 1881 (3)

La dernière étape consista en la publication du texte de la pièce, qui parut en 1882 aux Editions Dentu, sous le titre Jack, pièce en cinq actes, cosigné par Daudet et Lafontaine. Si le mince volume n’est bien entendu pas le Daudet le plus recherché des bibliophiles, il n’en est pas moins assez rare, surtout en bel état. Il m’a fallu attendre janvier 2016 pour en dénicher un bon exemplaire, en reliure signée et avec bon pedigree, chez un libraire ami d’Avignon.

2048-titre

Alphonse Daudet et Henri Lafontaine, Jack, pièce en cinq actes, Paris, E. Dentu, 1882. In-12, de 107 pp. Demi-reliure bradel de maroquin bleu nuit à larges coins, dos lisse, titre doré, date en queue, non rogné, couvertures conservées (Champs). Edition originale. Provenance : Paul Bellon (1853-1895, avocat et bibliophile lyonnais) (ex-libris gravé ; Catalogues de beaux livres anciens et modernes composant la bibliothèque de feu M. Paul Bellon, de Lyon, 1ère partie, Paris, Techener, 1896, n° 344, en lot avec trois autres pièces de Daudet, reliées de la même manière). Inv. N° 2048.

2048-ex-libris

Jack en images : autour de la première édition illustrée

Alors même que la pièce tenait l’affiche à l’Odéon, les deux principaux éditeurs de Daudet, Eugène Dentu (1830-1884) et Georges Charpentier (1846-1905), s’associèrent pour proposer ses premières Œuvres complètes, qui plus est illustrées. Entre juillet 1881 et le courant de l’année 1882, quatre volumes parurent[8], dont l’un (le tome III) contenait Jack, avec des dessins du peintre Charles Delort (1841-1895) reproduits en fac-similé par héliogravure.

C’est dans ce contexte que Charpentier relaya à Dentu, en mars 1882, une demande de Delort, qui souhaitait exposer les originaux de ses illustrations pour Jack au Cercle des Mirlitons, club d’artistes huppé sis place Vendôme. Une lettre qui s’est donc rajoutée par hasard à ce dossier Jack, dégotée chez un libraire de l’Hérault en 2011 (et cataloguée seulement maintenant, après cinq ans d’oubli dans une chemise !).

              2087-LAS1 2087-LAS2

« Mon cher confrère, Monsieur Delort désire exposer au cercle des mirlitons les dessins originaux de Jack. Je lui ai remis les deux que j’ai entre les mains et il me demande un mot pour vous prier de lui prêter celui que vous avez. Je le fais bien volontiers pensant que vous n’y verrez nul inconvénient. Veuillez recevoir, mon cher confrère, l’assurance de mes meilleurs sentiments, G. Charpentier ».

Georges Charpentier, Lettre autographe signée à Eugène Dentu, Paris, 19 mars 1882. Deux pages sur un bi-feuillet in-12, à en-tête « Bibliothèque Charpentier, 13, rue de Grenelle, St Germain, Paris ». Inv. n° 2087.

———————-

[1] A. Daudet, Trente ans de Paris – A travers ma vie et mes livres, Paris, Marpon et Flammarion, 1888, pp. 257-285.

[2] Id., pp. 270-271.

[3] Fils du sculpteur Jules Droz, l’écrivain et peintre Gustave Droz (1832-1895) se révéla tout d’abord dans la peinture, exposant durant plusieurs années avec un certain succès. Sur les conseils d’un ami, après bien des hésitations, il accepta, en 1864, de prendre une place de rédacteur dans le journal La Vie parisienne : ses chroniques légères et enjouées devaient vite faire la fortune du journal. Devenu un auteur à succès, il publia en 1866 son plus célèbre roman, Monsieur, Madame et Bébé, l’un des plus gros succès de librairie de la fin du XIXe siècle. Il écrivit aussi le Cahier bleu de Mademoiselle Cibot (1868) et on lui attribue (sans doute à raison) un grand classique de la littérature érotique : Un Eté à la campagne.

[4] Vu en vente, à la même époque (printemps 2004) et dans deux autres librairies parisiennes, deux autres œuvres de Daudet en édition originale avec envoi à Gustave Droz, dans des reliures strictement similaires à celles-ci : Fromont jeune et Risler aîné – Mœurs parisiennes (1874) et Numa Roumestan (1881).

[5] Clouzot, Guide du bibliophile français du XIXe siècle, p. 81 (« Recherché. Quelques très rares exemplaires sur Hollande »).

[6] Arnold Mortier, Les Soirées parisiennes par un monsieur de l’orchestre – Année 1881, Paris, 1882, pp. 5-10.

[7] Un plan très détaillé (sur pas moins de 63 pages !) avait été noté dans un des carnets sur lesquels Daudet écrivait ses critiques littéraires et dramaturgiques. Passé dans les collections Gérard de Berny (II, n° 124), puis colonel Sickles (XI, n° 4229), ce document est repassé dans une vente Piasa (Paris, 29 avril 1999, n° 368).

La Fondation Martin Bodmer possède pour sa part le manuscrit autographe de l’acte V de la pièce, commençant « Le parloir des Rivals à la campagne… ». Ces 11 feuillets correspondent surtout aux pages 98-101 de l’édition originale de la pièce, avec toutefois des variantes et des passages non publiés. Prov. : Librairie Scherling, Leiden, fév. 1955, cat. 52.

[8] Signalons à ce propos ce petit billet de Daudet à son éditeur (Inv. 1582, achat 2014, librairie genevoise), datant sans doute de 1882, demandant à Charpentier de lui envoyer « un exemplaire hollande des quatre volumes parus de notre grande édition », en prévision de la soirée « chez le Vieux » (avec une majuscule, comprendre : Victor Hugo !). En 1881-1882 avaient donc paru quatre volumes (Fromont jeune et Risler aîné ; Jack ; Robert Helmont ; Le Petit Chose), puis trois nouveaux volumes devaient s’étaler entre 1884 et 1886. Chacun de ces volumes avait connu un tirage de tête de 55 exemplaires sur Hollande.

1582-LAS