Archives de catégorie : XXe siècle

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (30) : UN FILS D’HOMÈRE À PARIS

UN FILS D’HOMÈRE À PARIS : JEAN MORÉAS

A M. Alexandre Farnoux,
directeur de l’Ecole française d’Athènes,
à Mme Lucile Arnoux-Farnoux,
maître de conférence Université de Tours,
en souvenir d’une très agréable conversation autour de Moréas

Dans la bohème littéraire et poétique de la fin du XIXe siècle fleurirent des écoles littéraires et poétiques aux influences décisives pour le siècle suivant. Certaines naquirent avec de grands noms finalement inclassables : ainsi, Baudelaire, puis, à sa suite, Mallarmé et Verlaine peuvent être compris comme les pères de ce qu’on appellera, à partir de 1886, le « symbolisme », courant qui devait marquer à la fois la littérature, la poésie et la peinture à travers tout le monde occidental. Encore fallait-il mettre un nom et donner une définition à ce que ces grands précurseurs avaient initié. Ce baptême et la théorie qui l’accompagna revinrent à un auteur moins connu aujourd’hui et pourtant capital pour les évolutions de la littérature française « fin de siècle » : Jean Moréas, le plus grec des auteurs français (ou le plus français des auteurs grecs, au choix !).

Portrait photographique de Jean Moréas en 1910. DR

Au fil des années, je me suis pris d’intérêt et d’affection pour cet auteur et sa poésie en constante évolution au gré des années. Lanceur de mouvements et d’écoles, il n’en resta jamais prisonnier, donnant le ton avant de passer à autre chose. Engageons la promenade à travers son oeuvre, grâce à quelques manuscrits, lettres autographes et éditions originales à envoi.

Moréas dans « une petite bibliothèque » : sélection de quelques manuscrits autographes et éditions originales

 

I. Des débuts verlainiens : Les Syrtes (1884)

Fils d’un haut magistrat athénien, Jean Moréas (1856-1910, de son vrai nom Ioánnis Papadiamantópoulos) arriva à Paris en 1875 pour faire son droit, mais aussi pour se rapprocher de ces milieux littéraires qu’il admirait tant[1]. A Athènes déjà, le jeune homme avait taquiné les Muses, publiant en 1878 un recueil intitulé Tourterelles et vipères, principalement composé en grec, mais contenant déjà quelques vers français. Installé en France, l’étudiant francophile livra ses premiers essais dans les revues Lutèce et Le Chat noir, avant de publier un premier recueil poétique inspiré par Verlaine : Les Syrtes (1884). Ce petit ouvrage, imprimé à compte d’auteur auprès de l’imprimerie Léo Trézenick, est aujourd’hui fort peu commun, puisque 124 exemplaires seulement furent tirés.

Jean Moréas, « Les Syrtes », Paris, s.n., 1884, édition originale, un des 124 exemplaires tirés (n° 55), avec envoi autographe au poète félibrige Théodore Aubanel. Inv. 2305

Le poète débutant offrit l’ouvrage à ces amis auteurs et plusieurs exemplaires sont revêtus d’envois de sa large écriture[2], comme c’est le cas de celui-ci, offert à l’imprimeur et poète provençal Théodore Aubanel (1829-1886), l’un des trois principaux membres fondateurs du Félibrige en 1854 aux côtés de Frédéric Mistral et de Joseph Roumanille. Le texte de cet envoi demeure quelque peu mystérieux : est-ce en tant que méditerranéen que Moréas qualifia l’Avignonnais Aubanel de « compatriote », à moins que ce ne soit pour saluer un concitoyen de la République des Muses ?

 

II. Le père-fondateur du Symbolisme : Les Cantilènes (1886)

Deux ans après ce premier recueil, Moréas connut une année des plus actives et déterminantes. Au mois de mai 1886 sortit ses importantes Cantilènes, nouveau recueil d’inspiration encore verlainienne en partie, mais qui fondait dans le même temps une nouvelle école poétique rejetant l’ésotérisme de la poésie décadente.

Jean Moréas, « Les Cantilènes », Paris, Léon Vanier, 1886, édition originale, exemplaire d’Anatole France avec envoi. Inv. 821

Parmi les pièces les plus marquantes de ce volume figurait, aux pages 51-54, le superbe poème Le Ruffian, dont voici un manuscrit autographe :

Jean Moréas, « Le Ruffian » [manuscrit autographe signé], S.l.n.d. [Paris, vers 1886 ?]. Inv. 1834

Célébrés à juste titre comme l’un des meilleurs poèmes de Moréas, ces vers ont connu une belle carrière éditoriale, retenus par exemple pour une publication à part en 1927 avec deux autres poésies à succès :

Jean Moréas, « Le Pur Concept – Le Ruffian – Nocturne », Paris-Maastricht, La Connaissance, juin 1927, un des 150 ex. sur hollande de Pannekoek (seul tirage). Avec un portrait gravé de Moréas en frontispice d’après un dessin de Sierk Schreuder. Inv. 2317
Le poème « Le Ruffian », dans son édition à petit nombre de 1927. Inv. 2317

A la sortie des Cantilènes, Moréas procéda à un service de presse assez large auprès de tous les grands noms de la critique et des lettres. Il fit ainsi parvenir un exemplaire « A mon cher Maître Paul Verlaine, son Jean Moréas » (2e vente colonel Sickles, n° 445, avec photo). Ayant lui aussi reçu un exemplaire des Cantilènes, Mallarmé exprima son enthousiasme dans une lettre dithyrambique écrite le 25 mai : « Votre délicieux livre agite (…) tant de pensers considérables… Il sera certes impossible d’étudier maintenant le vers (…) sans avoir lu les Cantilènes, un recueil qui date ».  Mêmes échos de la part de François Coppée, l’un des maîtres du mouvement parnassien devenu membre de l’Académie depuis deux ans, dans cette lettre autographe :

François Coppée, lettre autographe signée à Jean Moréas au sujet des « Cantilènes », S.l. [Paris], 8 juin [1886]. Inv. 2007
François Coppée, enveloppe autographe de la lettre à Jean Moréas au sujet des « Cantilènes », Paris, Bvd Saint-Germain, 8 juin 1886. Inv. 2007

Bien entendu, certains exemplaires étaient destinés aux proches copains et copines, comme la poétesse Marie Krysinka (1845-1908). Fille d’un avocat de Varsovie, un temps étudiante au Conservatoire de musique de Paris, elle s’était finalement tournée vers la littérature. Amie de Verlaine, elle devint la seule femme membre actif des cercles littéraires des « Zutistes », des « Hirsutes » et des « Jemenfoutistes » qui se réunissaient au cabaret du Chat noir[3]. Cet exemplaire lui fut offert, d’après une note ancienne au crayon, avec cet envoi mystérieux : « A Mandikas, ces phrases atopropées, – et puis ? Jean Moréas » (ce terme de « Mandikas » était manifestement un surnom de la poétesse).

Jean Moréas, « Les Cantilènes », Paris, Léon Vanier, 1886, édition originale, exemplaire de la poétesse Marie Krysinka, avec envoi. Inv. 1267

Mais il y avait aussi les exemplaires destinés aux gens de presse, et parmi eux Anatole France, à la fois grand romancier bien entendu, mais aussi critique réputé et influent dans le journal Le Temps : mieux valait se le concilier, surtout en vue de l’annonce officielle du nouveau mouvement littéraire ! Quatre mois plus tard, le 18 septembre 1886, parut en effet dans le supplément littéraire du Figaro un « Manifeste littéraire » de Moréas, article qui était l’acte de naissance du « Symbolisme ». Utilisant le sens grec originel du mot « symbole » (« jeter ensemble »), le poète, très influencé par l’œuvre de Mallarmé, voulait établir des relations nouvelles entre l’Idée abstraite et l’image chargée de l’exprimer, en réaction avec ce que l’école naturaliste ou le mouvement parnassien avaient pu proposer dans leur poésie. On aurait pu les rattacher au décadentisme si l’auteur ne rejetait l’ésotérisme de ce courant et son goût pour l’ambiguïté de l’épithète. Pour les symbolistes, le monde, loin de se limiter à sa seule apparence concrète et à la connaissance rationnelle. Etait aussi un mystère à déchiffrer en permanence et dans lequel sons, couleurs, visions participent d’une même intuition, faisant du Poète une sorte de mage (et de sa poésie une sorte d’hermétisme). Et Moréas de : « Ennemie de l’enseignement, la déclamation, la fausse sensibilité, la description objective, la poésie symbolique cherche à vêtir l’Idée d’une forme sensible qui, néanmoins, ne serait pas son but à elle-même, mais qui, tout en servant à exprimer l’Idée, demeurerait sujette », ce qui suppose « un style archétype et complexe : d’impollués vocables, la période qui s’arcboute alternant avec la période aux défaillances ondulées, les pléonasmes significatifs, les mystérieuses ellipses, l’anacoluthe en suspens, tout trope hardi et multiforme ».

Jean Moréas, « Les Cantilènes », Paris, Léon Vanier, 1886, édition originale, exemplaire d’Anatole France, avec envoi. Inv. 821

Dans sa tribune littéraire du Temps, le 26 septembre 1886[4], Anatole France fit la présentation du Manifeste…, avec une certaine ironie, mais une bienveillance manifeste : « Mon embarras vient surtout de ce que je ne sais pas exactement ce qu’est le symbolisme. Il est vrai que M. Jean Moréas l’explique. Mais il est vrai aussi que son explication est difficile à suivre ». Mais sa conclusion était nette : « Cher M. Moréas, vous avez de beaux secrets, votre vers sera merveilleux ». Le père du symbolisme, de son côté, n’avait pas perdu de temps et fonda en octobre son propre organe, la revue hebdomadaire Le Symboliste, avec ses amis poètes Paul Adam et Gustave Kahn, autres piliers du nouveau mouvement (respectivement secrétaire et directeur du périodique). Dans le numéro du 7 octobre, Moréas donna une réponse ouverte à la critique de France, avouant : « ce fut une bien agréable surprise que cette critique de fin lettre parmi toutes les injures que les chironactes de la presse m’accablent ». Les rapports entre les deux hommes se poursuivirent en tout cas de manière cordiale pendant des années[5].

Les Cantilènes furent rééditées en 1897 (avec seulement un léger changement dans l’ordre des pièces), puis associées aux Syrtes dans un recueil collectif baptisé Premières poésies (Paris, Mercure de France, 1907), plusieurs fois réimprimé. Le  présent exemplaire de l’édition de 1897 a servi à donner quelques indications de montage pour la confection du recueil collectif dix ans plus tard.

Jean Moréas, « Les Cantilènes », Paris, Bibliothèque artistique et littéraire, 1897. Exemplaire d’épreuves, annoté en vue de l’édition collective de 1907. Inv. 1734

N’oublions pas, pour être complet avec cette grande année 1886, deux autres œuvres, romanesques celles-ci, écrites par Moréas en collaboration avec son ami Paul Adam (1861-1920) : Les Demoiselles Gouvert : mœurs de Paris (Paris, Tresse et Stock) et Le Thé chez Miranda (Paris, Tresse et Stock). Ces deux ouvrages, manifestation du symbolisme en prose, connurent des échecs commerciaux complets.

Félix Vallotton, « Portrait de Paul Adam », dans Rémy de Gourmont, « Livre des masques » (1896). DR

En dépit de ces résultats parfois inégaux (en tout cas vers le grand public), Moréas occupait alors une place très en vue dans le monde des lettres parisien. Son éditeur Léon Vanier (qui était aussi celui de Verlaine) lui passa commande de plusieurs portraits d’auteurs contemporains pour sa série à succès, Les Hommes d’aujourd’hui[6], fascicules de quatre pages proposant un portrait-charge et une notice biographique volontiers satirique. Lui-même objet du n° 268, Moréas rédigea notamment les portraits du jeune Barrès et du romancier et journaliste Félicien Champsaur[7] (qui n’était autre que le créateur de la série !).

Jean Moréas, « Les Hommes d’aujourd’hui : Maurice Barrès », vol. 7, n° 340, Paris, Léon Vanier, [1888-1889], avec un portrait charge de l’auteur débutant par Axilette. Inv. 2036

Vanier ne payait jamais les auteurs de ces petits textes (hormis Verlaine, dans une sorte de mécénat déguisé). Aussi Moréas semble-t-il avoir été quelque peu négligent dans son écriture de la notice Champsaur, n° 327 (7e volume), parue à la fin du printemps 1888. Le manuscrit révèle en effet que le texte, entrepris par Moréas, dut être complété et achevé par l’éditeur Vanier lui-même (avec un résumé  biographique) et surtout par l’écrivain Frédéric Loliée (1855-1915), qui rédigea toute la seconde partie de l’article.

Jean Moréas, « Les Hommes d’aujourd’hui : Félicien Champsaur », manuscrit autographe, s.l.n.d. [Paris, printemps 1888]. Inv. 2109

III. Un poète en transition : Le Pèlerin passionné (1891) et Eriphyle (1894)

Le recueil Le Pèlerin Passionné marqua une étape importante de la carrière poétique de Moréas : ces vers illustrèrent en effet les principes poétiques de cette « Ecole romane » nouvelle qu’il était sur le point de fonder et qu’il entendait opposer au mouvement symboliste dont il s’était pourtant fait le promoteur quelques années auparavant.

Jean Moréas, « Le Pèlerin passionné », Paris, Léon Vanier, 1891, édition originale, exemplaire d’Albert Saint-Paul, avec envoi autographe. Inv. 1585

L’ouvrage fait donc date dans l’histoire de la littérature française du XIXe siècle, puisque la préface « L’auteur au lecteur » (pp. I à V) est considérée comme le manifeste de l’ « Ecole romane », tout en étant aussi l’un des textes importants du symbolisme. Moréas prétendait entreprendre une lutte analogue à celle menée par Hugo pour le romantisme en 1830. Cette préface sera pourtant supprimée dans les éditions suivantes. C’est à un disciple ès poésie, le rimeur Albert Saint-Paul[8], que cet exemplaire s’adressa, accompagné d’un petit mot de sympathique.

Envoi de Jean Moréas à Albert Saint-Paul, sur « Le Pèlerin passionné » (1891), avec son billet d’accompagnement. Inv. 1585

Anxieux de la bonne réception et du succès de ce recueil, Moréas veilla de près à la distribution des exemplaires de presse. Aussi, fort mécontent d’apprendre un couac (voir « Mélanges… (6) : Aller à la Poste, aléas postaux »), il écrivit cette lettre de signalement agacée à son éditeur Léon Vanier : « Samedi [25 janvier 1891]. Mon cher Vanier, Bertal-Graivil [journaliste et critique] que je rencontre me dit n’avoir pas reçu le Pèlerin. Je redoute d’autres cas pareils. Soyons sérieux, je vous prie. Votre Jean Moréas ». Comme toujours consciencieux dans le traitement de sa correspondance, Vanier a inscrit au crayon, au bas de la lettre : « Réclamation injustifiée, Bertal-Graivil ayant reçu son volume en son temps ».

Jean Moréas, lettre autographe à Léon Vanier, [Paris], « Samedi » [25 janvier 1891], enveloppe conservée. Inv. 2032

Le service de presse ne fut, en définitive, pas si mauvais et le volume connut, au moment de sa sortie, un impact énorme. Verlaine lui-même parla à l’éditeur Savine, dans une lettre du 23 janvier 1891, « du bruit énorme causé par le Pèlerin de Moréas, bruit qui attire l’attention sur la poésie ». Maurice Barrès cria même au chef-d’œuvre. La célèbre enquête de Jules Huret sur la poésie contemporaine, publiée dans l’Echo de Paris la même année, abonda en prises de positions hostiles ou passionnées sur le recueil et sa préface. De son côté, Anatole France livra un article très favorable et même élogieux : « M. Jean Moréas est une des sept étoiles de la nouvelle Pléiade. Je le tiens pour le Ronsard du symbolisme. (…) tout difficile et (comme ils disent) abscons qu’il soit par endroits, il est poète assurément, poète en sa manière et très artiste à sa façon. (…) Il a un tour à lui, un style, un goût, une façon de voir et de sentir. Ça et là, il est exquis… ». La publication du Pèlerin passionné fut suivie d’un numéro spécial de La Plume et célébrée par le fameux banquet « qui consacrait à la fois la gloire de Moréas et la réussite du mouvement symboliste », sous la présidence de Mallarmé et en présence de France, Barrès, Catulle Mendès, Henri de Régnier, Pierre Louÿs ou Gide.

Félix Vallotton, « Portrait de Jean Moréas », dans Rémy de Gourmont, « Livre des masques » (1896). DR

Trois ans plus tard, Moréas édite un recueil de même inspiration, Eriphyle, poème, suivi de Quatre Sylves (Paris, Bibliothèque artistique et littéraire, 1894), tiré à 695 exemplaires. Voici celui (sur simili-Hollande) qui fut  offert au philosophe spirite Léon Denis (1846-1927).

Jean Moréas, « Eriphyle, poème, suivi de Quatre Sylves », Paris, Bibliothèque artistique et littéraire, 1894, édition originale, exemplaire de Léon Denis, avec envoi autographe. Inv. 2304

Surnommé l’ « Apôtre du Spiritisme », Denis fut, avec les plus célèbres Allan Kardec et Camille Flammarion, l’un des principaux promoteurs de ce courant de pensée alors très en vogue[9]. Il est fort probable que Denis découvrit le contenu du livre grâce à l’intervention des esprits surnaturels, et non par des techniques terrestres : l’exemplaire est en effet demeuré entièrement non coupé…

Envoi de Jean Moréas à Léon Denis, sur « Eriphyle, poème » (1894). Inv. 2304

Ce recueil fut ensuite retravaillé et considérablement enrichi, donnant le volume en partie original Poèmes et Sylves (1886-1896), paru en 1898[10]. Parmi les nouvelles Sylves figurait ce poème Romane juvénile fleur[11], offert par l’auteur « A mes disciples » dans ce manuscrit autographe[12] et citant « Pindare et Thibaut et Ronsard » :

Jean Moréas, « A mes disciples – Romane juvénile fleur… » [manuscrit autographe signé], S.l.n.d. [vers 1898]. Inv. 2211

IV. Un nouveau courant : l’Ecole Romane et les Stances (1899-1901)

Faisant évoluer son esthétique, Moréas se détourna du symbolisme pour fonder dès 1892 l’ « Ecole romane », qui voulait rompre avec l’hermétisme et célébrer la lumière du monde gréco-latin : les célèbres Stances relèvent de cette nouvelle veine. Constituant sans doute le recueil le plus célèbre de Moréas, ces poèmes en partie d’inspiration autobiographique furent composés entre septembre 1897 et juillet 1905. « Dans les vers impeccables des Stances, [Moréas traduisit] ses impressions, ses déceptions, son culte de la poésie et sa tristesse stoïque » (Lagarde et Michard). Ces poésies illustraient l’ambition d’un retour vers une langue d’une pureté classique qui n’est pas sans rappeler celle d’André Chénier.

Jean Moréas, « Les Stances », Paris, Editions de la Plume, 1899, édition originale, ex. n° 42/100 sur chine, exemplaire de Lionel des Rieux avec envoi autographe. Inv. 1770

La publication du recueil s’étala sur plusieurs années. Les deux premiers livres furent publiés, d’après le manuscrit original, en fac-similé autographique aux Editions de la Plume en 1899 : agrémenté d’un grand et magnifique portrait de l’auteur par Antonio de La Gandara, le tirage de ce majestueux in-folio fut plutôt confidentiel, limité à seulement 100 exemplaires sur chine et 20 sur japon.

Envoi de Jean Moréas à Lionel des Rieux, sur « Les Stances » (1899), au bas du célèbre portrait de Moréas par La Gandara. Inv. 1770

L’exemplaire en question a appartenu à Pierre Sarlandie des Rieux (1870-1915), dit Lionel des Rieux, l’un des principaux disciples de Moréas au sein de son « Ecole romane » (et ami proche également de Maurras)[13], avant de passer par plusieurs bibliothèques prestigieuses[14]. Il est enrichi des manuscrits autographes d’une version de travail, sur papier vert, des stances X et XIV du premier livre et de la stance I du second livre, sans doute offert à Des Rieux par Moréas lui-même.

Jean Moréas, manuscrit autographe de la stance X du premier livre, contre-collé par-dessus la version autographiée, dans « Les Stances » (1899), exemplaire Lionel des Rieux. Inv. 1770
Jean Moréas, manuscrit autographe de la stance XIV du premier livre, contre-collé par-dessus la version autographiée, dans « Les Stances » (1899), exemplaire Lionel des Rieux. Inv. 1770
Jean Moréas, manuscrit autographe de la stance I du deuxième livre, contre-collé par-dessus la version autographiée, dans « Les Stances » (1899), exemplaire Lionel des Rieux. Inv. 1770

Il faudra attendre deux ans pour que la suite de ce recueil voit le jour : Les Stances : IIIe, IVe, Ve et VIe livres parurent chez le même éditeur en 1901, dans un tirage moins limité, consistant en 25 exemplaires sur Japon et 875 sur vélin satiné.

Jean Moréas, « Les Stances : IIIe, IVe, Ve et VIe livres », Paris, Editions de la Plume, 1901, édition originale, exemplaire de Paul Adam avec envoi autographe. Inv. 1075

C’est à un vieil ami que cet exemplaire sur vélin fut offert, puisqu’il s’agissait de Paul Adam[15], avec lequel Moréas avait co-fondé la revue Le Symboliste et co-écrit les romans, Le Thé chez Miranda et Les Demoiselles Goubert en 1886. Adam avait persisté dans la voie romanesque et rencontrait le succès et la notoriété avec son roman très personnel Être, paru en 1888 (et dont un exemplaire fut offert à José-Maria de Heredia[16]). Ses liens (sinon son amitié) avec Moréas durèrent jusqu’à la mort de ce dernier en 1910, comme l’attestent d’autres exemplaires à envoi connus[17].

Envoi de Jean Moréas à Paul Adam, sur « Les Stances : IIIe, IVe, Ve et VIe livres » (1901). Inv. 1075

Le septième et ultime livre des Stances ne fut édité qu’en 1920, dix ans après la disparition du poète. Depuis, les rééditions du recueil n’ont jamais cessées et l’on a même vu en 1922 paraître un prétendu Huitième livre des Stances, en réalité un pastiche.

Jean Moréas, « Le Septième Livre des Stances – Poëmes inédits », Paris, François Bernouard, 1920, édition originale posthume, un des 500 ex. sur vergé d’Arches (n° 207). Inv. 2315

 

V. Les dernières années (1902-1910)

A partir de 1902, Moréas orienta davantage son écriture vers la prose, commençant avec des Feuillets parus aux Editions de la Plume, suivis, cette même année et dans la même maison, de l’intéressant Voyage de Grèce, qui contient certaines de ses plus belles pages sur son pays natal. Dans la même veine, notons aussi, en 1906, le recueil d’essais Paysages et sentiments (Paris, Sansot), dont voici d’un des douze exemplaires sur hollande[18].

Jean Moréas, « Paysages et sentiments », Paris, E. Sansot et Cie, 1906, édition originale, un des 12 exemplaires sur Hollande (n° 14). Inv. 1277
Jean Moréas, « Paysages et sentiments », Paris, E. Sansot et Cie, 1906, édition originale, un des 12 exemplaires sur Hollande (n° 14). Inv. 1277

 Moréas n’abandonnait pourtant pas totalement la poésie et l’on doit peut-être dater de ce tout début de siècle ce sonnet Zante demeuré, semble-t-il, inédit. Provenant sans doute d’un « album amicorum », ce feuillet présente au verso des vers signés par le compositeur et chansonnier Georges Fragerolle (1855-1920), pianiste au cabaret Le Chat noir (avec Satie) et qu’on surnommait « le maestro du Chat noir et des Hydropathes ». Moréas, qui était lui-même un vieil habitué des lieux, était de ses amis. La seule mention de l’île de Zante (une des îles Ioniennes, où mourut le médecin Vésale en 1564) repérable dans l’œuvre de Moréas se trouve dans Le Voyage en Grèce paru en 1908. Evoquant le poète grec Andréas Kalvos (mort en 1867) qui était natif de Zante, Moréas procurait une traduction-imitation de quelques strophes de la première ode du recueil La Lyre de Kalvos, consacrée à son île natale : « Ô merveille des îles, / Ô Zante où je suis né… » (pp. 117-118). C’est peut-être en se souvenant de ces vers que Moréas composa le beau sonnet suivant :

Jean Moréas, « Zante » [manuscrit autographe signé], s.l.n.d. [vers 1900-1908 ?]. Inv. 2160

Le texte étant inédit, cela mérite d’en donner pour une fois la transcription complète :

Zante

Roc tapissé de fleurs, île des Dieux bénie,
Parmi les pins fluets au panache mourant,
Sur tes bords enchantés, tu t’accoudes rêvant
Aux rythmiques sanglots de la mer d’Ionie.

Du labeur quotidien fuyant la tyrannie,
Ton peuple dilettante erre le nez au vent,
Ou dort sous les rayons du soleil énervant
Dans la campagne par les épis mûrs jaunie.

Et les soirs printaniers parfumés de jasmin,
Le jeune ruffian aux lèvres de carmin,
Stylet sur le côté, guitare en bandoulière,

S’en va chanter un pathétique solo,
La colombe aux yeux pers gardée en la volière
Par les soupçons jaloux de quelque Bartholo.

Jean Moréas

L’intérêt de Moréas pour les classiques se manifesta à cette époque par son Iphigénie, tragédie en cinq actes qui n’était autre qu’une adaptation libre, en vers français, de la pièce d’Euripide. Elle fut jouée pour la première fois au Théâtre antique d’Orange le 24 août 1903, puis donnée au Théâtre de l’Odéon à Paris dès le 10 décembre suivant. Dans sa recension de la pièce, le critique Emile Faguet devait lui trouver un air de Garnier, de Montchrestien (deux tragédiens de la fin XVIe – début XVIIe  siècle), voire de Corneille lui-même : c’est dire la pureté de l’alexandrin et de la langue employés. Cet exemplaire fut offert au jeune Jacques Bainville (1879-1936), historien précoce (et très marqué à droite, tendance monarchiste) qui devait être élu à l’Académie française en 1935[19]. Il avait commis quelques poèmes symbolistes dans sa prime jeunesse et ce très probable admirateur de Moréas a dû lui être présenté par leur ami commun Maurras.

Jean Moréas, « Iphigénie, tragédie en cinq actes », Paris, Mercure de France, 1904, édition originale, exemplaire de Jacques Bainville avec envoi. Inv. 2088
Jean Moréas, envoi autographe à Jacques Bainville sur « Iphigénie » (1904). Inv. 2088

Auteur toujours partagé entre son pays natal et sa terre d’élection, Moréas donna en 1904 des Contes de la Vieille France, dans lesquels il adapta l’ancienne littérature médiévale (un travail qu’il avait commencé avec son Histoire de Jean de Paris, roi de France trois ans plus tôt). Comme il l’expliqua dans sa préface, il souhaitait « que ce livre fût comme un miroir du Moyen Age français : tendre, tragique ou plaisant. De petits poèmes, des fabliaux, ou bien des chroniques en prose m’ont fourni le sujet et les principaux ornements de mes contes… ». Le présent exemplaire fut offert à un poète proche de Moréas : Henri de Régnier (1864-1936), l’un des gendres de José-Maria de Heredia, futur membre de l’Académie française en 1911.

Jean Moréas, « Contes de la Vieille France », Paris, Mercure de France, 1904, édition originale, exemplaire d’Henri de Régnier avec envoi autographe (« à Henri de Régnier, cordial souvenir, Jean Moréas »). Inv. 822

 Les relations entre les deux auteurs étaient importantes sur le plan littéraire. Les nombreux volumes de poésie de Régnier (parus à partir de 1892), fidèles à l’idéal classique tout en étant libres dans la forme, à la rencontre entre le Parnasse et le Symbolisme, révèlent l’influence permanente de Jean Moréas, comme de Gustave Kahn, Stéphane Mallarmé et de son beau-père Heredia. Lors du banquet du 2 février 1891 pour la sortie du Pèlerin, Régnier avait porté un toast en hommage « à Leconte de Lisle, le doyen des Lettres françaises, et aussi à notre ami Jean Moréas », reconnus tous deux comme des maîtres. Deux ans après la mort de Moréas, Régnier, devenu académicien, devait consacrer une chronique (« Lecture d’été ») à la publication posthume des Réflexions sur quelques poètes du disparu, excusant les coups de griffe portées à quelques grands noms (notamment Hugo[20]) et la posture de distance adoptée par Moréas : « Le désintérêt où il nous tenait était si franc, si naturel, si naïf, que l’on ne pouvait vraiment pas lui en vouloir. On lui passait cette négation de tant de talent parce qu’il en avait lui-même beaucoup». L’article se terminait sur la citation jugée « énigmatique » d’un autre jugement de Moréas : « Régnier imite mes stances, mais ce n’est pas cela du tout » ! Pas sûr que l’intéressé ait apprécié…

La dernière trace que je possède de Jean Moréas est une lettre datant du 13 janvier 1910, petite lettre s’adressant sans aucun doute à une maison de service de presse, type « Argus », chargée de collecter les articles en fonction de mots-clefs. L’auteur était donc sensible au suivi de la critique.

Jean Moréas, lettre autographe signée à une agence de presse, « Ce jeudi [13 janvier 1910] ». Inv. 1584

Mais le poète, malade, devait s’éteindre un peu plus de trois mois après, à Saint-Mandé près de Paris, le 30 avril 1910. Incinéré selon ses souhaits, il fut néanmoins symboliquement enterré dans une tombe du cimetière du Père-Lachaise (89e division), un humble carré aujourd’hui bien délaissé.

Tombe-cénotaphe de Jean Moréas au cimetière du Père-Lachaise à Paris, en 2015. La plaque ne se déchiffre plus qu’à grand-peine… DR

Présent à la cérémonie de crémation, Paul Valéry aurait eu ce mot d’adieu, très « fin-de-siècle » et décadentiste, pour son ami : « Quelle belle fin ! Il s’en va comme un cigare… »

Nicolas Ducimetière
Douvaine, juin 2018

Bourdelle, buste en bronze de Jean Moréas, installé dans le « Jardin national » d’Athènes, où se trouvent réunis les représentations de ceux que la Grèce considère comme ses gloires. DR

ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

« Soyez symbolistes !« , portrait charge de Jean Moréas par Paul Gauguin, 1890-1891. DR

NOTES

[1] Plusieurs des grands auteurs symbolistes étaient d’origine étrangère, attirés par la Ville-Lumière comme par un phare de la culture mondiale. Citons notamment l’Américain Francis Vielé-Griffin (1864-1937, natif de Norfolk et fils du général Egbert Ludovicus Viele), qui fut un intime de Mallarmé, un ami de Gide et de Valéry : président de l’Académie Mallarmé, il fut l’un des auteurs préférés d’Apollinaire dans sa jeunesse.

Francis Vielé-Griffin, « Diptyque », Paris, Imprimé pour le compte d’Entretiens politiques et littéraires, mars 1891, édition originale, exemplaire de Pierre Louÿs avec envoi. Inv. 2198

Egalement américain, Stuart Merrill (1863-1915), fils de diplomate, se fixa en France en 1890 et devint l’un des grands théoriciens et poètes du Symbolisme, créant de nouvelles formes et des rythmes inédits, composant plusieurs recueils en français et traduisant en anglais Baudelaire ou Huysmans.

[2] La Fondation Bodmer possède ainsi l’exemplaire n° 14 de cette rare édition originale des Syrtes, exemplaire au parcours amusant : offert au dramaturge Oscar Méténier par son ami le célèbre  occultiste et poète Stanislas de Guaïta (1861-1897), il reçut seulement dans un second temps un envoi amusant de Moréas, « A mon cher Oscar Méténier, avant encore qu’après l’ami Stanislas, Jean Moréas » !

[3] Au Chat noir, Marie Krysinka participait aux soirées de la Goguette et accompagnait au piano les chansons et les poèmes qu’on y déclamait. Devenue l’épouse du peintre et lithographe Georges Bellenger (1847-1918), elle publia ses propres poèmes dès la première année de parution de la Revue du Chat noir. Elle livra au total trois volumes de poésies, qui comprennent des poèmes en vers libres, ainsi qu’un recueil de nouvelles, trois romans et de très nombreux articles sur la littérature, l’art, la musique et la critique littéraire.

[4] Anatole France, « Le symbolisme. Décadents et déliquescents. Simples observations sur un manifeste de Jean Moréas », dans Le Temps, dimanche 25 septembre 1886.

[5] Parmi les autres marques connues des rapports entre Moréas et France, notons un exemplaire des Paysages et sentiments offert en 1906 « A Anatole France, en témoignage de grande admiration » (cat. Bibliothèque littéraire J.-M. Moulin, n° 220/23).

[6] Revue d’intention à la fois littéraire et satirique, Les Hommes d’aujourd’hui a été créée par l’écrivain et journaliste Félicien Champsaur et le dessinateur André Gill en 1878. Illustré d’un portrait-charge en couleurs sur la première page, chaque numéro formait une petite monographie en trois pages sur une personnalité contemporaine des arts, des lettres, ou plus rarement du monde politique, du monde scientifique et technique ou de la religion. Le premier numéro, consacré à Victor Hugo, parut le 13 septembre 1878 chez l’éditeur parisien A. Cinqualbre. Reprise par l’éditeur Léon Vanier en 1885, elle va alors souvent être rédigée par les auteurs de la maison, comme Moréas et surtout Verlaine (qui, seul auteur à être rétribué pour ses contributions, livra 27 de ces chroniques, notamment celles sur Rimbaud, Mallarmé, Goncourt, France, Barbey d’Aurevilly, Richepin, Villiers de L’Isle-Adam, sans parler de la sienne !). Imprimée dans un format conforme aux standards de la presse de l’époque (27 x 37,5 cm) et vendue à 10 centimes le numéro, la série connaissait une parution irrégulière : entre deux et quatre numéros par mois. Elle atteignit le n° 469, disparaissant en 1889. Il existe une édition en neuf tomes, chacun d’entre-eux réunissant 52 numéros.

[7] Comme beaucoup des auteurs de son temps, Félicien Champsaur (1858-1934) fut à la fois journaliste et romancier. Fréquentant tous les cercles littéraires (Hydropathes, Hirsutes ou Zutistes), il livra des chroniques étonnantes sur le monde des lettres, notamment dans son premier roman, à clefs, Dinah Samuel (1882), dans lequel auteurs et peintres célèbres apparaissent sous des pseudonymes. Sa production littéraire contient des romans, des nouvelles, des vers et du théâtre, pour un total de près d’une vingtaine de titres publiés entre 1882 et 1899.

[8] Albert Saint-Paul (haut-fonctionnaire préfectoral et poète, disciple de Jean Moréas) (envoi autographe : « A Albert Saint-Paul, avec toutes sympathies, Jean Moréas ») ; Librairie « La Part du Rêve » (J.-J. Faure, Genève, cat. N° 175, Un auteur, un livre, une lettre autographe, oct. 2012, n° 326).

[9] Aux côtés de Camille Flammarion, le philosophe spirite Léon Denis (1846-1927), totalement autodidacte, fut l’un des principaux continuateurs du spiritisme après le décès d’Allan Kardec. Son premier livre dans le domaine, Après la mort, parut en 1889 et connut plusieurs rééditions améliorées jusqu’en 1920. Mais son ouvrage majeur demeure Christianisme et Spiritisme en 1898, souvent réédité jusqu’à nos jours. Le spiritisme y est exposé comme un renouveau du Christianisme originel. L’auteur réfute également les interprétations de la Bible définies par l’Église catholique romaine. Denis fit des conférences à travers toute l’Europe dans des congrès internationaux spirites et spiritualistes, défendant activement l’idée de la survie de l’âme et ses conséquences dans le domaine de l’éthique dans les relations humaines. L’abondance de sa production dans la littérature spirite, ainsi que l’affabilité de son caractère et son dévouement, lui ont valu le surnom d’« Apôtre du Spiritisme ».

[10] Les Poèmes et Sylves  de 1898 contenaient : Le Pèlerin passionné, Enone au visage clair et Sylves, Eriphyle et Sylves).

[11] On le retrouve dans la réédition des Poèmes et Sylves  de 1907 (Paris, Mercure de France), aux pp. 189-190.

[12] Ce manuscrit provient d’un homme de lettres prolifique, Léon Barracand (1840-1919), qui commença sa carrière comme poète parnassien, donnant des pièces dans le second Parnasse et publiant chez Lemerre sous le pseudo de Léon Grandet. Il livra par la suite une impressionnante série de romans entre 1884 et 1910. Il fut par ailleurs maire de Romans-sur-Isère (1874-1876) et secrétaire de la Société des Gens de lettres à partir de 1897.

[13] Rimeur précoce, Lionel des Rieux avait donné ses premières poésies, L’Hiver mondain, dès 1884 (il avait quatorze ans !), volume suivi d’une demi-douzaine d’autres recueils jusqu’à la fin du XIXe siècle. Issu d’une famille de hauts fonctionnaires, le jeune homme, proche du bonapartisme, se tourna vers la presse, en parallèle avec la poésie, et collabora à L’Action française dès ses débuts, se rapprochant de Maurras. Il tomba au champ d’honneur, tué au bois de Malancourt en février 1915.

[14] Lionel des Rieux (1870-1915, poète, romancier et journaliste) (envoi autographe : « A mon ami Lionel des Rieux, Jean Moréas ») ; Pierre Veber (1869-1942, écrivain, dramaturge et homme de presse, patron du Gil Blas, grand-père du réalisateur Francis Veber) (ex-libris gravé par son frère Jean Veber, avec la devise « Il sculpte / J’anime ») ; Philippe Zoummeroff (1930-…, industriel et mécène) (cat. Bibliothèque Ph. Zoummeroff, Paris, 1999, n° 355, 6’500 frs.) ; Jean-Marie Moulin (1933-2002, conservateur général du Patrimoine, directeur du Musée-Château de Compiègne et du Musée national de Blérancourt, bibliophile spécialiste de littérature XIXe s., avec une préférence pour les poètes symbolistes) (cat. Bibliothèque littéraire Jean-Marie Moulin, Paris, Artcurial, 18-19 déc. 2003, n° 220/12).

[15] Provenance : Paul Adam (1862-1920, romancier et poète, ami de Jean Moréas) (envoi : « A Paul Adam, cordial souvenir, Jean Moréas » ; Bibliothèque Paul Adam, vente 13 mai 1925, n° 173, broché) ; Jean-Marie Moulin (1933-2002, conservateur général du Patrimoine, directeur du Musée-Château de Compiègne et du Musée national de Blérancourt, bibliophile spécialiste de littérature XIXe s., avec une préférence pour les poètes symbolistes) (cat. Bibliothèque littéraire Jean-Marie Moulin, Paris, Artcurial, 18-19 déc. 2003, n° 220/13) ; Librairie de l’Amateur (Strasbourg).

[16] Je n’ai pas pu trouver grand-chose sur les relations exactes entre Adam et Heredia, l’un des grands auteurs du Parnasse.  L’intitulé de la dédicace montre qu’Adam offrit ce volume de 1888 à Hérédia après la parution des Trophées, autrement dit après 1893.

Paul Adam, « Être », Paris, La Librairie illustrée, 1888, édition originale, exemplaire de José-Maria de Heredia avec envoi. Prov. ult. : bibliothèque littéraire Jean-Marie Moulin. Inv. 819

Leurs contacts se sont en tout cas poursuivis dans les années suivantes : Adam envoya en effet à Hérédia un exemplaire dédicacé de l’édition originale de son utopie de science-fiction, Lettres de Malaisie (Paris, Editions de la Revue Blanche, 1898) (vu en vente dans une librairie parisienne, sept. 2009).

[17] J’ai croisé deux exemplaires de même provenance, manquant de peu le premier. Il s’agit de : Poésies (1886-1896), Paris, « La Plume », 1898, édition en partie originale, avec envoi, relié demi-chagrin noir (prov. Ultérieure : J. Heitz, avec ex-libris ; Librairie Arts et Lettres, Ollioules, 2011) et de Contes de la Vielle France (Paris, 1904, EO, portant un envoi presque identique : « A mon cher Paul Adam, souvenir cordial ». Prov. ult. : cat. Bibliothèque littéraire. J.-M. Moulin, n°220/18).

[18] Le tirage de tête fut de 10 japon et 12 hollande.

[19] Issu d’une famille attachée aux valeurs républicaines, Jacques Bainville (1879-1936) fut un auteur précoce qui livra dès 1900 un Louis II de Bavière à l’issue d’un séjour en Allemagne qui le porta à des sentiments monarchistes. Face à un Second Reich puissant et fascinant, la France de la IIIe République lui semblait à bout de course : il se rapprocha dès lors de Maurras et devint journaliste à L’Action française, en charge de la politique internationale. Historien très marqué à droite, de tendance monarchiste, il livra plusieurs sommes très lues comme une grande Histoire de France (1924), mais sans pour autant êre nationaliste (sa biographie de Napoléon, très critique, et son Histoire de trois générations [1918] montrent qu’il considère le nationalisme comme la cause des catastrophes de 1870 et de 1914-1918). Mauriac devait louer ses capacités d’analyse en tant qu’historien et géopoliticien. Elu à l’Académie en 1935, il meurt moins d’un an plus tard et ses funérailles donnent lieu à un incident durant lequel Léon Blum manqua d’être lynché. A noter que Bainville, dans sa jeunesse, avait composé de poèmes symbolistes, école dont Moréas était l’initiateur. Ils étaient par ailleurs tous les deux liés d’amitié avec Maurras.

[20] « Moréas consacre à Hugo quelques pages amusantes, mais qui sont loin de nous donner le jugement véritable que portait sur l’auteur de La Légende des Siècles, l’auteur des Syrtes. A vrai dire, ce silence n’est peut-être pas extrêmement regrettable. Moréas, en effet, prisant assez peu les partis modernes, et Hugo ne l’enthousiasmant guère […] ».

Henri de Régnier, « Lecture d’été », manuscrit autographe, 1912. Photo : Librairie « Traces écrites »

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (26) : ÉCRIRE, IMPRIMER, RÉSISTER

ÉCRIRE, IMPRIMER, RÉSISTER

En mémoire de mon grand-père
Robert Ducimetière (1918-2011)
ancien résistant (maquis de Sommand, 1942-1944)
incarcéré et torturé au Pax Hôtel (Annemasse, 1944)

L’esprit de résistance est dans l’air ces derniers temps, ces dernières années. Alors abordons, une fois n’est pas coutume, l’histoire littéraire du XXe siècle, par certaines de ses pages les plus dramatiques et les plus héroïques en même temps : la littérature de résistance. S’opposer au pouvoir et à la tyrannie, les livres le faisaient certes depuis des siècles et les puissants avaient bien compris, dès les premiers temps de l’imprimerie, les risques de cette technologie nouvelle. La France occupée de 1940-1944 renoua avec la pratique des imprimeries clandestines, afin de livrer des journaux imprimés sur du mauvais papier de guerre, mais aussi des livres appelés à l’immortalité, aux retombées politiques et idéologiques considérables.

« France Forever » (affiche américaine par Jean Carlu pour le compte du « Free French Movement in America ») (détail). DR

Ayant découvert certains de ces textes dans la bibliothèque de mon grand-père, nourri aussi par la lecture des récits et mémoires de résistants (notamment le colonel Rémy), j’ai consacré au fil des années une petite partie de ma collection à ces textes, qui forment ainsi (à quelques très rares exceptions près) le terminus chronologique de ma bibliothèque. L’idée n’était pas d’être exhaustif, mais de rassembler quelques textes pour lesquels j’éprouve une tendresse particulière.

Quelques publications de résistance françaises et suisses dans « une petite bibliothèque » : outre les titres étudiés dans le présent article, on notera la présence des éditions originales de « L’Armée des Ombres » de Joseph Kessel (Alger, Charlot, 1943), de la « Lettre à un otage » de Saint-Exupéry (New York, Brentano’s, 1943), etc.

Les noms des Editions de Minuit, du Silence de la Mer et de Vercors sont bien entendu indissociables de cette période noire de notre histoire récente : examinons donc le dossier emblématique de ce livre à travers quelques exemples choisis, la mythique édition originale bien entendu, mais aussi ses avatars suisses (tout aussi clandestins) des éditions genevoises A la Porte d’Ivoire. Par cette maison ou les éditions neuchâteloises La Baconnière (avec sa célèbre collection des Cahiers du Rhône), la Suisse a en effet été une plaque tournante de la littérature de résistance française : un rôle encore trop méconnu et qui mérite d’être raconté et honoré.

I. Résister en France occupée : l’épopée du Silence de la Mer

Rarement un livre aura été objet d’un culte tel que l’a été le Silence de la mer, pour des raisons autant patriotiques et conjoncturelles que littéraires (comme l’illustre déjà bien ce petit film datant de 1947). Publiée sous le pseudonyme de « Vercors » par l’illustrateur et écrivain Jean Bruller (1902-1991) et dédiée à Saint-Pol-Roux[1], l’œuvre était attribuée par certains, durant la guerre, à André Gide. Pour rappel, ce court roman met en scène, au début de l’Occupation, un jeune officier allemand, Werner von Ebrennac, cultivé, raffiné et épris de culture française (et en aucun cas nazi), s’installant dans la maison d’une famille bourgeoise comprenant un homme âgé et sa nièce. À travers des monologues prônant le rapprochement des peuples et la fraternité, il tente, sans succès, de rompre le mutisme de ses hôtes dont le patriotisme ne peut s’exprimer que par ce silence actif et absolu. Devant ce rejet total d’une jeune femme qu’il a fini par aimer (et dont on soupçonne qu’elle l’aime aussi), l’officier demande sa mutation vers le Front de l’Est, sans espoir de retour.

Les trois protagonistes dans le film « Le Silence de la Mer » de Melville (1947) : Werner von Ebrennac (Howard Vernon), la nièce (Nicole Stephane) et l’oncle (Jean-Marie Robain).

L’histoire est inspirée de faits réels, Vercors ayant accueilli chez lui un officier allemand avec une jambe raide qui jouait au tennis pour la rééduquer. Toutefois, aucun rapport ne s’était jamais établi entre eux, mais Vercors avait remarqué que cet officier avait pour la France un certain attachement matérialisé par sa possession de nombreux livres français et d’un buste de Pascal. À partir de ces éléments, Vercors a écrit l’histoire que nous connaissons aujourd’hui, sa femme étant devenue sa nièce pour créer un lien passionnel plus dramatique.

Le magnifique acteur suisse Howard Vernon (1914-1996) interprétant Werner von Ebrennac dans le film « Le Silence de la Mer » de Melville, tourné en 1947.

Symbole de la littérature de résistance, l’œuvre a pourtant rencontré de nombreux détracteurs à sa publication. Pour certains résistants (notamment communistes) rendus suspicieux par l’image trop policée (et presque sympathique) de l’officier allemand, c’était une « œuvre de provocation écrite certainement par un nazi pour servir l’action d’intoxication menée par la Gestapo » (selon l’écrivain soviétique Ilya Ehrenbourg) ! En effet, rédigé au cours de l’été-automne 1941, le livre ne sortit qu’au début de l’année suivante. Nombre de lecteurs remarquèrent un décalage entre le récit et les réalités de la situation : pour ceux qui ne supportaient pas le joug allemand, le temps du silence était dépassé, l’heure de la lutte avait sonné.

Vercors, « Le Silence de la Mer », Paris, Editions de Minuit, 1942, page de titre de la mythique édition originale. Inv. 2099

Le Silence de la Mer devint le tout premier ouvrage imprimé aux célèbres « Editions de Minuit », appelé à devenir le principal organe éditorial de la Résistance. Cette maison clandestine fut créée en 1941 par Vercors et son ami l’écrivain et journaliste Pierre (de) Lescure (1891-1963). Dans ses mémoires La Bataille du silence, Vercors expliqua l’origine de ce nom aujourd’hui célèbre : « Éditions souterraines, Éditions des Catacombes […], Éditions de la Liberté, Éditions du Refus… Mais un jour, rue Bonaparte, je jouais avec les mots : l’ombre, la nuit, minuit — sur ce dernier me reviennent soudain un titre de Duhamel, un autre de Mac Orlan… La Confession de minuitLa Tradition de minuit… Bon sang, mais voilà ce qu’il nous faut : Les Éditions de Minuit ! J’en suis si enchanté que je file aussitôt chez Lescure qui n’en est pas moins heureux que moi »[2]. En fait, contrairement à la légende, c’est en plein jour que l’impression se déroulait, avant d’être programmée sur les jours de fermeture des imprimeries.

Vercors, « Le Silence de la Mer », Paris, Editions de Minuit, 1942, la fameux achevé d’imprimer de l’édition originale. Inv. 2099

Achevée d’imprimer le 20 février 1942 par Claude Oudeville et son compositeur Ernest Aulard, l’édition originale du Silence de la Mer fut tirée à 350 exemplaires, résultat de deux mois de travail. Mais la diffusion n’intervint qu’à l’automne 1942 : d’abord à une centaine de personnalités parisiennes (artistes, écrivains, grands patrons de l’industrie et de la finance, magistrats, universitaires et scientifiques), puis à destination de la Zone sud. La plupart de ces exemplaires prévus pour la « zone libre » (ou « zone nono », pour « non occupée ») furent toutefois saisis par les Allemands lors du passage de la zone de démarcation, puis détruits : on peut donc supposer qu’environ 150 à 200 exemplaires seulement survivent encore. Il n’est donc pas excessif d’écrire à son sujet qu’elle est à la fois « quasi mythique » et « d’une insigne rareté », comme l’a énoncé en 2001 le très beau catalogue L’Intelligence en guerre des librairies Henri Vignes et La Palourde[3]. Une deuxième édition devait voir le jour, entièrement recomposée, le 25 juillet 1943, « jour de la chute du tyran de Rome ».

Vercors, « La Marche à l’Etoile », Paris, Editions de Minuit, 1943, édition originale, couverture. Inv. 1899

Ce premier succès incita Vercors et Lescure à procurer rapidement de nouveaux textes. A l’automne 1943, le romancier écrivit l’histoire poignante (inspirée du parcours de son propre père) d’un exilé hongrois venu chercher refuge en France, « par amour pour la France, pays de Voltaire, d’Hugo et de la liberté », et qui sera finalement frappé de l’infâme étoile jaune pour tomber sous les mitraillettes de gendarmes français[4]. Moins connue que Le Silence de la Mer, mais méritant la lecture, cette Marche à l’étoile, qui dénonçait autant la collaboration vichyssoise que les exactions nazies, fut publiée « sous l’oppression aux dépens de quelques lettrés patriotes, a été achevé d’imprimer à Paris, le jour de Noël 1943 ».

Envoi autographe de Vercors sur un exemplaire de la première édition publique de « La Marche à l’Etoile » (Paris, Editions de Minuit, 1945). Inv. 1066

Quant au Silence de la Mer, son succès déborda rapidement les frontières nationales. Le texte du  se diffusa hors de France par des copies dactylographiées et le livre parvint à Londres, où le général De Gaulle en ordonna une réédition sur le champ afin d’augmenter sa diffusion : l’ouvrage parut ainsi dans la collection des « Cahiers du Silence » en juin 1943. Suivirent des rééditions nombreuses, notamment à New-York (Pantheon Books, décembre 1943) ou à Alger (Editions Charlot, décembre 1943). D’autres éditions verront le jour au Sénégal, en Australie, au Québec ou au Liban. Mais l’une des toutes premières, contemporaines de la réédition londonienne, fut bel et bien donnée en Suisse, en plus précisément à Genève. Sa particularité : être toute aussi clandestine que l’original français !

 II. Résister en pays neutre : un éditeur clandestin à Genève

 Sur les bords du lac Léman, le jeune étudiant en droit François-Paul Lachenal (1918-1997) avait participé en octobre 1940 au lancement de la revue lausannoise Traits, hostile à l’ « ordre nouveau » hitlérien. Un an plus tard, recevant de son ami Pierre Seghers des poèmes sur les assassinats d’otages de Nantes et de Châteaubriant, il les publia dans le périodique, qui accueillit ainsi les premières poésies de résistance.

François Lachenal à Vichy. DR

Nommé attaché auprès de la Légation de Suisse à Vichy en novembre 1942, Lachenal fut ensuite muté au consulat de Suisse à Marseille (printemps 1943), puis de Lyon avec les fonctions de vice-consul (été 1944), avant de partir pour Berlin. Quarante ans plus tard, il devait résumer ainsi sa volonté de l’époque[5] : « Cette période fut, pour la Suisse, entre autres devoirs, l’occasion de prendre le relais de l’édition française — voire d’être un refuge — et, pour moi, de tirer pleinement profit de mon poste à Vichy en jouant au “porteur de valises” ». Utilisant la valise diplomatique, il fit circuler, entre la Suisse et la France, des manuscrits d’écrivains résistants dans un sens et les publications réalisées à Lausanne ou Neuchâtel dans l’autre.

Laissez-passer diplomatique de François Lachenal lors de son séjour à Berlin en 1944-1945. DR

Ayant repris la direction des éditions lausannoises des Trois-Collines avec son associé Jean Descoullayes, Lachenal projeta, début 1943, de publier en Suisse Le Silence de la Mer de Vercors. A Pâques, il fit d’ailleurs la rencontre de l’un des deux co-fondateurs des Editions de Minuit, Pierre de Lescure. Mais la censure fédérale suisse exigea la suppression de quelques phrases et mots, afin de ne pas indisposer le puissant voisin allemand et transgresser le principe de neutralité. Indigné, Lachenal ne voulut faire paraître une version tronquée dans son pays, alors que ses collègues imprimeurs risquaient leur vie en France occupée pour un texte complet…

Vue aérienne de Genève aux alentours de 1940. DR

Au printemps 1943, Lachenal créa donc à Genève, avec son associé Descoullayes, une franchise clandestine sous le nom « A la Porte d’Ivoire », suggéré par Jean Starobinski en référence au mythe de Morphée[6]. Le Silence de la Mer fut le premier né de ces éditions souterraines. Paru sans date, mais vers la fin du printemps 1943, le petit volume se présentait sous une couverture blanche à bandeau d’encadrement tricolore-bleu-blanc-rouge, qui allait devenir emblématique de cette maison. Quant à la préface, elle annonçait elle aussi la couleur : « L’honneur de la Suisse, et sa haute raison d’être, aujourd’hui, sont de permettre à ceux qui, en France, méprisent glorieusement l’avilissante attente des antichambres, d’élever leur voix d’hommes libres. Les éditions A la Porte d’Ivoire, en inaugurant la présente collection, se placent au service du courage et de la liberté ».

Vercors, « Le Silence de la Mer », s.l. [Genève], « A la Porte d’Ivoire », s.d. [printemps 1943], première édition suisse clandestine. Inv. 2098

Le premier tirage fut de 500 exemplaires, écoulés à la main et hors des circuits conventionnels des libraires, notamment par des amis barmans des grands hôtels internationaux ou par les réseaux diplomatiques (en lien avec la Société des Nations). Le succès fut tel qu’une réédition fut donnée au printemps 1944. La distinction entre ces deux tirages est des plus subtiles (délice de bibliophile, en général), puisqu’elle consiste en une variation de la taille de la lettrine ornant la première ligne de la préface suisse inédite, le « C » de 1943 étant sensiblement plus petit que celui de 1944 !

Edition de 1943, « au petit C » (lettrine de la première ligne de la préface anonyme). Inv. 2098
Edition de 1944, « au grand C » (lettrine de la première ligne de la préface anonyme). Inv. 890

Voici à présent une trouvaille faite dans les premiers temps des catalogues de libraires en ligne : j’étais alors étudiant et épluchais ces premiers sites avec passion, en dépit des lenteurs des modems 56k ! En juillet 2002, je tombe donc sur la notice, plutôt imprécise par laconisme, d’un libraire du village du livre valaisan, Saint-Pierre-de-Clages : bonne occasion d’aller vérifier la nature du livre sur place. Belle balade en Valais et, au final, un livre émouvant : jugez plutôt.

Vercors, « Le Silence de la Mer », s.l. [Genève], « A la Porte d’Ivoire », s.d. [printemps 1944], seconde édition suisse clandestine. Exemplaire du poète Pericle Patocchi, avec double envoi de Pierre de Lescure et de Vercors, les deux co-fondateurs des « Editions de Minuit », à des dates très lourdes de signification (1945 et 1958). Inv. 890

L’exemplaire provenait de Pericle Patocchi (1911-1968), professeur de littérature française à Lugano, poète et traducteur, ami de Jouve et de Saint-John-Perse[7]. Sur le verso du faux-titre et à la page de titre s’étalaient un très bel envoi double, par les deux créateurs des Editions de Minuit. Au titre, Pierre de Lescure avait ajouté à la mention de l’éditeur genevois « ou les Editions de Minuit », offrant le texte « Pour Pericle Patocchi en ce 1er janvier 1945 avec l’expression d’une amitié ». Puis treize ans plus tard, alors que la France connaissait de nouvelles heures difficiles (à deux doigts d’un putsch militaire dirigé depuis Alger), c’est Vercors lui-même qui écrit « pour Pericle Patocchi, ce récit du temps des amitiés incorruptibles, en ce soir de mai 1958 plein d’interrogations amères, avec cependant tout l’espoir de l’avenir et l’amitié de Vercors ». La rencontre de ces deux noms fondateurs à des dates aussi symboliques de l’histoire française, le tout sur une édition clandestine suisse très peu commune : ce fut le rêve, je suis revenu du Valais sous un ciel pleinement ensoleillé, mais sur un petit nuage !

Après son premier coup d’éclat du printemps 1943, au fil des mois suivants, la collection clandestine publia trois autres grands textes-phares de la Résistance française, repris des Editions de Minuit : La Marche à l’étoile, du même Vercors ; Le Musée Grévin, poème poignant d’Aragon, sous le pseudonyme de « François la Colère »[8] ; et l’anthologie Poèmes français (réédition du recueil Honneur des poètes, dirigé par Eluard, ici augmenté de onze nouvelles pièces), cette dernière imprimée en format in-8° contre le petit in-16 des autres textes.

Vercors, « La Marche à l’Etoile », s.l. [Genève], « A la Porte d’Ivoire », s.d. [1944], première édition suisse clandestine. Inv. 1898
« François la Colère » [i.e. Aragon], « Le Musée Grévin », s.l. [Genève], « A la Porte d’Ivoire », s.d. [1944], première édition suisse clandestine. Inv. 1901
Eluard (dir.) et alii, « Poèmes français », s.l. [Lausanne-Genève], « A la Porte d’Ivoire », s.d. [1943], première édition suisse clandestine. Inv. 1902

Imprimés chez Kundig, ces petits livres étaient toujours présentés au verso du faux-titre comme « Tiré comme manuscrit, pour des amis, à quelques exemplaires ».

III. Bleus, blancs, rouges : les « Cahiers du Rhône »

« Malgré tout, nous avions le sentiment de respirer à travers la Suisse, il y avait une toute petite lucarne ouverte par laquelle nous arrivait ce qu’écrivaient à l’étranger Saint-John-Perse, Maritain, Supervielle, œuvres qui nous parvenaient à travers les Editions de la Baconnière, les Cahiers du Rhône, les Trois Collines … »[9].

Créées à Neuchâtel en 1927, les Editions de la Baconnière vont accueillir à partir de 1942 une collection initiée par Albert Béguin, jeune professeur de français à Bâle. Résolument engagée en faveur de la résistance française, cette série s’intitula Les Cahiers du Rhône et se divisa en trois catégories aux couvertures bleues (revue littéraire), blanches et rouges (poésie et essais). François Lachenal devait apporter des valises (diplomatiques) entières de ces publications en France, où ils passaient dans les circuits de distribution clandestins.

A mon sens, le recueil le plus important édité dans cette collection mythique est sans conteste Les Yeux d’Elsa d’Aragon. L’édition originale fut achevée d’imprimer le 15 mars 1942[10]. Le volume s’ouvre sur le fac-similé du manuscrit de la « Nuit de Dunkerque », placé en frontispice. Ecrits pour Elsa Triolet, compagne du poète, ces poètes comptent tout autant parmi les pages les plus magnifiques de la littérature amoureuse française que parmi les textes « engagés » les plus virulents. Il mêle les scènes de guerre de « C », des « Nuits » (« Nuit de Dunkerque », « Nuit d’exil », …) aux poésies amoureuses imitées des « blasons » du XVIe siècle (« Cantique à Elsa »). Suit la « Leçon de Ribérac » qui poursuit ce mélange des genres, avec l’évocation de la poésie courtoise occitane, glissant ensuite vers la figure du chevalier luttant pour sa belle (« Elsa ou la France », « Lancelot », « Imité de Camöens »).

Aragon, « Les Yeux d’Elsa », Neuchâtel, Editions de La Baconnière, coll. « Cahiers du Rhône », 1942, édition originale. Inv. 891
Aragon, « Les Yeux d’Elsa », Neuchâtel, Editions de La Baconnière, coll. « Cahiers du Rhône », 1942, édition originale, frontispice et page de titre. Inv. 891

La série blanche reçut également la deuxième édition d’un autre grand recueil poétique de la Résistance : Poésie et Vérité 1942 de Paul Eluard, contenant le célèbre poème « Liberté » (« Sur mes cahiers d’écolier… »)[11]. L’édition originale avait vu le jour le 3 avril 1942 dans cette mince et fragile plaquette imprimée sur un mauvais papier de guerre (facile à envoyer discrètement ou à détruire dans les toilettes au besoin !), et évidemment sans le visa de la censure allemande, aux Editions de la Main à Plume (fondées par les surréalistes).

Eluard, « Poésie et Vérité 1942 », Paris, Edition de La Main à Plume, 3 avril 1942 [i.e. 2 ou 3 octobre 1942], édition originale. Inv. 1900

Repris dans différentes périodiques ou placards de la Résistance (en zone sud dans la revue Fontaine, sous le titre « Une seule pensée » en juin 1942 ; à Londres dans la revue officielle gaulliste La France libre ; parachuté la même année à des milliers d’exemplaires par des avions britanniques de la Royal Air Force au-dessus du sol français), le recueil est donc réédité en janvier 1943 par les Cahiers du Rhône, dans une version augmentée de plusieurs poèmes encore inédits[12]. A noter que ce titre est le seul de la collection à ne pas comporter sur sa couverture l’emblème fort catholique des Editions de la Baconnière (un navire à flot avec la devise « Dieu premier servy »). Eluard, athée, avait refusé vigoureusement ce logo et demandé à Balthus une vignette particulière. Comme l’artiste ne donna pas suite, la couverture demeura donc vierge à cet endroit !

Eluard, « Poésie et Vérité 1942 », Neuchâtel, Editions de La Baconnière, coll. « Cahiers du Rhône », 1943, édition en partie originale. Inv. 240
Eluard, « Poésie et Vérité 1942 », Neuchâtel, Editions de La Baconnière, coll. « Cahiers du Rhône », 1943, édition en partie originale, frontispice et page de titre. Inv. 240

Du côté de la collection rouge, signalons notamment la présence d’Aragon (avec le recueil peu connu Brocéliande, paru en 1942 et tout entier inspiré par la matière arthurienne revisitée et adaptée à la France occupée[13]) ou de Pierre Jean-Jouve (avec Les Témoins – Poèmes choisis de 1930 à 1942).

Aragon, « Brocéliande », Neuchâtel, La Baconnière, « Collection des Cahiers du Rhône », 1942, édition originale. Inv. 893
Aragon, « Brocéliande », Neuchâtel, La Baconnière, « Collection des Cahiers du Rhône », 1942, édition originale, frontispice (portrait de l’auteur par Matisse) et page de titre. Inv. 893

Cet exemplaire des Témoins de Pierre Jean Jouve (« interprète de l’âme française » pendant la guerre, selon De Gaulle) illustre à merveille la circulation de cette littérature de résistance parmi les cercles d’intellectuels en exil. L’exemplaire comporte en effet un envoi amical à Grigore Gafencu (1892-1957) et à son épouse Blanche : homme politique roumain, il était devenu ministre des Affaires étrangères de son pays dans les heures les plus sombres du début de la guerre, entre avril 1939 et mars 1940, tentant sans succès de protéger la neutralité de la Roumanie. Un temps ambassadeur à Moscou, il dut ensuite gagner l’exil en Suisse, et plus exactement à Genève, où il devint un collaborateur du Journal de Genève.

Pierre Jean Jouve, « Les Témoins – Poèmes choisis de 1930 à 1942 », Neuchâtel, Editions de La Baconnière, coll. « Cahiers du Rhône », 1942, édition originale. Inv. 19
Pierre Jean Jouve, envoi à l’ancien ministre roumain Grigore Gafencu : « pour Grégoire et Blanche Gefenco, « Les Témoins » des longues années de foi et d’espérance, avec une amicale fraternité, Pierre Jean Jouve ». Inv. 19

Pour refermer ce dossier sur les publications de résistance en Suisse, il conviendrait encore de citer (sans même être exhaustif) plusieurs autres maisons militantes, comme la Librairie de l’Université de Fribourg ou les éditions neuchâteloises Ides et Calendes, fondées par l’avocat Fred Uhler en 1941 dans le but express de faire connaître des auteurs interdits d’impression et de vente en France (Aragon y publia en 1943 la première édition de son En français dans le texte).

Envoi d’André Gide à l’avocat suisse Fred Uhler (1908-1982), créateur des éditions « Ides et Calendes », sur l’édition originale d’ « Œdipe » (Paris, Editions de la Pléiade, 1931, un des 25 ex. sur hollande Van Gelder). Inv. 1217

Certains des volumes décrits ci-dessus ont pu être présentés au public dans les vitrines de la Fondation Martin Bodmer, lors de l’exposition L’Histoire à la une – Collection Josep Bosch à l’automne 2014. Cette exposition confrontait des « unes » célèbres de l’histoire du XXe siècle avec des ouvrages ayant inspiré, provoqué ou suivi les événements rapportés dans leur immédiateté par la presse. Trois vitrines étaient ainsi réservées à la Seconde Guerre mondiale et faisaient la part belle aux publications de la Résistance, avec un hommage appuyé aux maisons suisses (il faut également rappeler que Martin Bodmer avait soutenu fidèlement le poète Pierre Jean-Jouve durant son exil suisse).

Difficile d’épuiser un thème aussi riche en un seul billet : il me faudra sans doute y revenir pour évoquer notamment les publications de résistance faites en Angleterre, aux Etats-Unis (Pilote de guerre ou Lettre à un otage de Saint-Exupéry) ou en Algérie (le sublime roman L’Armée des ombres de Kessel). Finissons donc en musique, dans le ton, avec le magnifique et émouvant « thème de Gerbier » (tiré du film L’Armée des ombres de Melville), mais aussi et surtout avec l’immortel Chant des partisans (ici dans sa toute première version par Germaine Sablon, filmée et enregistrée à Londres en mai 1943) !

Nicolas Ducimetière
Douvaine, 13 avril 2018

Vitrine consacrée aux « Cahiers du Rhône » durant l’exposition « L’Histoire à la une » (Fondation Bodmer, octobre-novembre 2014). Inv. 891, 240 et 19.

NOTES

[1] La dédicace à Saint-Pol-Roux souligne le sens du récit. Le poète, ami de Jean Moulin et de Max Jacob, était mort en décembre 1940 à l’hôpital de Brest, six mois après qu’un soldat allemand ivre eut forcé la porte de son manoir, tué sa servante et violé sa fille, Divine.

[2] Cité d’après Jean Bruller / Vercors, La Bataille du Silence – Souvenirs de minuit, Paris, Presses de la Cité, 1967, p. 202.

Cadeau de mon grand-père en 2005. Non coté.

[3] Henri Vignes et Jean-Yves Lacroix, L’Intelligence en guerre – Géographie nocturne, Paris-Nîmes, 2001, p. 15. Ce magnifique catalogue de 1232 numéros, doté d’un index, demeure une référence bibliographique et thématique incontournable dans le domaine de la littérature de résistance de la Seconde Guerre mondiale.

[4] Ce roman est beaucoup moins connu que Le Silence de la Mer, mais il mérite vraiment la lecture. Vercors livre ici une histoire simple et terrible de cette époque : celle d’un homme trahi par la France. C’est donc l’histoire d’un certain Thomas Muritz, issu d’une famille bourgeoise exilée des Vosges en Bohême : il a reçu l’amour de la France par la lait maternel, les livres de la bibliothèque familiale (« Dumas ? Pfuff, ce n’est pas Dumas… C’est… c’est… LA France ! »). Tout jeune encore, il décide de quitter son pays, dégoûté par ces mœurs (c’est encore l’Empire austo-hongrois), pour gagner le pays de la Liberté et pouvoir arpenter le Pont des Arts : il rejoint donc la France à pied… Son rêve s’accompli, et cet amour de la France ne le quittera plus, durant des années, même aux débuts du régime de Vichy, lorsqu’il refuse encore de croire aux méfaits du gouvernement dit français. Puis c’est la rafle qui  le saisit car étranger, puis l’internement, et il ne veut toujours pas comprendre. Enfin, les autorités allemandes demandent de choisir cinquante personnes parmi les internés étrangers : ils sont regroupés dans une grange par des gendarmes français et, là, soudain, à l’ultime moment, Thomas comprend enfin et crie son désespoir au « pandore » aux cheveux roux comme ceux de l’aubergiste qui l’avait accueilli lorsqu’il franchit la frontière en guenilles des années plus tôt… Mais cet homme-là ne lui donnera rien d’autre que le coup de grâce… Le récit était en partie inspiré par la propre vie du père de l’auteur, Louis Bruller, « venu à quinze ans, à pied, de sa Hongrie natale, par amour pour la France, pays de Voltaire, d’Hugo et de la liberté ».

[5] François Lachenal, Editions des Trois Collines (Genève-Paris), préface de Jean Lescure, Paris, IMEC Editions, 1995.

[6] Selon Homère, les Oneiroi, divinités des songes, sortaient chaque soir des profondeurs d’une grotte située aux confins occidentaux de l’Océan, dans l’Erèbe, par deux portes : ceux qui passaient par la porte de corne emportaient des rêves prémonitoires, ceux qui empruntaient la porte d’ivoire colporter les autres rêves. Anatole France a intitulé « Par la porte de corne ou par la porte d’ivoire » un chapitre de son roman Sur la pierre blanche (1905), passage mettant en scène une France du futur située en l’an 2270.

[7] Participant à des revues littéraires aux côtés de ses amis Saint-John Perse ou Jouve, Pericle Patocchi avait notamment édité un recueil de poèmes en 1941, Musiques légères, illustré de bois gravés de son frère aîné Aldo. Après sa mort précoce, sa bibliothèque était revenue à son frère, lui-même disparu en 1987. Le fonds avait finalement été dispersé en 2001, la Bibliothèque cantonale de Neuchâtel préemptant la grande majorité des volumes.

[8] Ecrit par Aragon sous le beau et célèbre pseudonyme de « François la Colère », le long poème Le Musée Grévin parut tout d’abord sous forme d’une affiche-tract en été 1943, puis fut repris aux Editions de Minuit le 6 octobre suivant. Pierre de Lescure, co-fondateur de la maison clandestine avec Vercors, hésita longtemps avant de publier cette œuvre beaucoup plus militante et violente que les précédentes publications, car le choix de cette publication risquait d’orienter l’esprit de la maison d’édition. Le poème devint toutefois l’un des grands symboles de la littérature de résistance ; il est notamment fameux pour être le premier texte littéraire à évoquer l’existence du camp de concentration d’Auschwitz : « Aux confins de la Pologne existe une géhenne… // Auschwitz ! Auschwitz ! Ô syllabes sanglantes ! ». Des quatre publications des éditions « A la Porte d’Ivoire », ce poème d’Aragon est sans doute la plus rare.

« François la Colère » [i.e. Aragon], « Le Musée Grévin », Paris, Editions de Minuit, 1945, première édition publique, un des 200 ex. sur papier pur fil (2e papier), avec envoi autographe à Marcel Adéma (grand spécialiste, biographe et bibliographe d’Apollinaire). Inv. 895

[9] Le romancier René Tavernier, cité par Jacques Debû-Bridel, dans La Résistance intellectuelle (Paris, Julliard, 1970).

[10] Librairie Vignes, L’Intelligence de guerre, p. 132, n° 905.

[11] Liberté a été composé comme une ode à cette valeur, contre l’asservissement de la France occupée par l’Allemagne depuis 1940. Longue énumération de tous les lieux, réels ou imaginaires, sur lesquels le narrateur écrit le mot « liberté », le poème est constitué de vingt-et-un quatrains tous formés, à l’exception du dernier, sur une structure identique : les trois premiers vers débutent par l’anaphore « Sur… » suivie d’un complément de lieu, et le dernier vers est un leitmotiv : « J’écris ton nom », en référence à la liberté. La vingt-et-unième strophe se termine par : « Pour te nommer ». Le titre initial du poème était Une seule pensée. « Je pensais révéler pour conclure le nom de la femme que j’aimais, à qui ce poème était destiné. Mais je me suis vite aperçu que le seul mot que j’avais en tête était le mot Liberté. Ainsi, la femme que j’aimais incarnait un désir plus grand qu’elle. Je la confondais avec mon aspiration la plus sublime, et ce mot Liberté n’était lui-même dans tout mon poème que pour éterniser une très simple volonté, très quotidienne, très appliquée, celle de se libérer de l’Occupant », a confié Éluard.

[12] À partir de 1945, Poésie et vérité 1942 est ensuite intégré dans le recueil Le Rendez-vous allemand, publié par les Éditions de Minuit. Dans cette édition imprimée sur un papier bleuté de guerre paraît pour la première fois le beau portrait-frontispice d’Eluard par Picasso.

Eluard, « Le Rendez-vous allemand, suivi de Poésie et Vérité 1942 », Paris, Editions de Minuit, 1945, deuxième édition française, en partie originale, portrait-frontispice et page de titre. Inv. 897

[13] Ce recueil de sept poèmes d’Aragon utilise et détourne les images et le fonds des cycles bretons et arthurien pour décrire les situations de la France occupée de 1942 : éloge des chevaliers et des héros qui combattent pour la juste cause, les pluies meurtrières sur des cités de pierre, les « Merlin » ou vieux sages humiliés et emprisonnés, …, tout autant d’images transparentes, parfois encore précisées par des appels à la reconquête de la liberté et à l’exaltation du sacrifice de « héros foudroyés », afin que puisse être dit : « Je te reprends Légende et j’en ferais l’Histoire ».

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (20) : ÊTRE OU NE PAS ÊTRE IMMORTEL…

ÊTRE OU NE PAS ÊTRE IMMORTEL…

Au fil des années, mon métier m’a permis, de loin en loin,  de croiser plusieurs membres de l’Académie française[1] ou de correspondre avec eux pour tel ou tel projet[2]. Avec sa gentillesse coutumière, Jean d’Ormesson, dont j’avais découvert et admiré depuis l’adolescence La Gloire de l’Empire et Au plaisir de Dieu, m’avait ainsi fait, en 2007, le grand honneur d’un avant-propos à mon livre Mignonne, allons voir.

Jean d’Ormesson, lettre autographe signée, s.d. (2007), suite à l’envoi de « Mignonne, allons voir… ». Les termes rappellent un peu les emphases de Victor Hugo dans sa correspondance, mais, dans les deux cas, on ne peut qu’admirer la gentillesse et l’élégance de répondre toujours, et « propria manu », au moindre correspondant : quelle classe !

La venue récente du romancier Jean-Christophe Rufin à la Fondation Bodmer m’a donné envie de rédiger un billet autour de cette vénérable institution, qui (qu’on le veuille ou non) a profondément marqué l’histoire de notre pays (et pas seulement l’histoire littéraire) et continue d’ailleurs d’exercer une influence non négligeable, comme l’ont montré les réactions passionnées autour de la sortie récente du premier manuel scolaire en écriture inclusive et de la prise de position officielle des académicien-ne-s[3]. 😉

Rencontre avec Jean-Christophe Rufin (Fondation Martin Bodmer, septembre 2017)

Aborder un tel sujet n’est a priori pas trop difficile pour un bibliophile. Après tout, il y a eu plus de 700 académiciens français depuis la création de cette auguste assemblée par Richelieu en 1634, et une collection devrait vraiment faire très fort pour ne pas posséder au moins un livre de l’un ou l’autre de ces écrivains, scientifiques, militaires, prélats, etc. Cela pourrait même constituer une bibliothèque « à thème » quelque peu rebelle et militante : tenter d’éviter à tout prix de faire entrer un académicien dans ses rayons ! Au contraire, il y a plutôt eu (et il y a encore) des collections entièrement montées sur l’Académie et ses membres. Le livre consacré par Philippe de Flers et Thierry Bodin à l’impressionnante collection assemblée par la famille de Flers pendant trois générations, L’Académie française au fil des lettres (Gallimard, 2010), illustre à merveille cette pratique, comme la section consacrée à l’Académie ouvrant traditionnellement les catalogues de la librairie Eric Fosse.

Le tout n’est donc pas de posséder telle édition originale ou tel manuscrit émanant d’un académicien : la chose est évidente et courante (on peine même, parfois, à trouver une édition originale de mon compatriote savoyard Henry Bordeaux[4] qui soit SANS envoi autographe !). Plus curieux se révèlent les livres provenant de la bibliothèque de tel et tel académicien (souvent bibliophiles par métier ou goût), qu’il s’agisse de livres anciens de collection ou de cadeaux d’auteurs contemporains (le plus souvent avec envoi autographe) : mes rayons en abritent un certain nombre (49 au total [5]), remontant à des académiciens du XVIIe siècle pour les plus vénérables, notamment Jean Ballesdens (1595-1675, membre de l’Académie française en 1648), bibliothécaire du chancelier Séguier et grand bibliophile lui-même.

Un bibliophile parmi les premiers académiciens français : l’un de mes deux livres de provenance Jean Ballesdens, le curieux « De falsa regni Yvetoti narratione », sur le prétendu petit royaume indépendant d’Yvetot en Normandie (Inv. 791). Le titre comporte l’élégante signature de Ballesdens, encadrée de fermesses selon son habitude.

En parcourant cette liste, et à côté des noms impérissables de Hugo, Mérimée ou Vigny, on repense immanquablement, pour la plupart de ces patronymes, à la réplique du bourgeois du début de Cyrano de Bergerac : « Voici Boudu, Boissat, et Cureau de la Chambre, / Porchères, Colomby, Bourzeys, Bourdon, Arbaud… / Tous ces noms dont pas un ne mourra, que c’est beau ! »[6] (sachant que le facétieux et ironique Rostand avait justement choisi les plus obscurs des académiciens de cette époque, seulement connus de quelques érudits).

Mais le jeu devient bien entendu encore plus intéressant lorsque l’exemplaire ou le document concerne directement l’institution elle-même, qu’il s’agisse d’y candidater, d’y entrer en grande pompe … ou de la dénigrer. Voici donc quelques livres et manuscrits tirés de mes rayons en l’honneur de la « Vieille Dame du quai Conti » et de ses membres.

I. Les candidats

Pour entrer sous la Coupole, il faut d’abord en passer par la candidature officielle et tout son lot de visites diplomatiques aux membres déjà installés. La plupart du temps, c’est l’ultime étape d’un processus étalé sur des années, construit dans le temps par des relations soigneusement entretenues avec les membres déjà en place, au cas où, un jour plus ou moins lointain, ils auraient à voter pour vous…

Dans les années 1880, Anatole France (1844-1924) commença ainsi à gagner, livre après livre, une stature de futur académicien, encouragé en cela par son égérie Léontine Arman de Caillavet (rencontrée en 1883). C’est ainsi qu’il veille soigneusement à offrir ces romans aux membres de l’Académie, comme c’est le cas en 1885 avec le dramaturge Eugène Labiche[7], puis en 1893 avec le romancier Victor Cherbuliez (d’origine suisse et qu’on surnomma parfois l’ « Anatole France genevois »[8]). Dans les deux s’étale, long comme le bras, un « de l’Académie française » de bon aloi.

Anatole France, « Le Livre de mon ami », Paris, Calmann-Lévy, 1885, édition originale, avec envoi « A Monsieur Eugène Labiche, de l’Académie française, hommage de l’auteur, Anatole France ». (Inv. 620).
Anatole France, « Les Opinions de M. Jérôme Coignard », Paris, Calmann-Lévy, 1893, édition originale, avec envoi « A monsieur V. Cherbuliez, de l’Académie française, en témoignage d’une admiration constante, Anatole France »). (Inv. 1497) Dans sa « Vie littéraire » (1891, 3e série, p. 331), Anatole France en parlait comme d’ « un homme d’infiniment d’esprit et qui a beaucoup exercé la faculté de comprendre ».

Auteur des romans épistolaires orientalistes Un Eté dans le Sahara et Une Année dans le Sahel, ainsi que du révolutionnaire roman Dominique, le peintre et romancier Eugène Fromentin (1820-1876) décida de se lancer en 1874 et postula en profitant de la réédition de ses deux ouvrages à succès dans un noble format in-octavo. Il fit parvenir les deux tomes à bien des académiciens, dont le présent volume à Mgr Félix Dupanloup (1802-1879), évêque d’Orléans et prédicateur à succès (c’est aussi le « Père Dupanloup » d’une chanson cochonne bien connue). Siégeant à l’Académie française depuis 1854, ce dernier y était le chef du parti religieux, capable de mettre son veto à toute candidature malvenue (comme celles d’Émile Littré, de Taine et de Renan). Mieux valait l’avoir de son côté ! D’où cet envoi ampoulé.

Eugène Fromentin, « Un Été au Sahara », Paris, 1874, 2e édition, avec envoi autographe : « à Monseigneur l’Evêque d’Orléans, Membre de l’Académie Française. Hommage de profond respect. L’auteur Eug. Fromentin »). (Inv. 817)

Pour autant, ces envois (il m’est arrivé de croiser d’autres exemplaires de ces mêmes éditions avec des dédicaces de teneur identique, preuve d’une véritable campagne) ne parvinrent pas à faire entrer Fromentin sous la Coupole. Il présenta bien sa candidature à l’élection du 8 juin 1876 devant pourvoir le siège de Louis de Carné, mais échoua, recevant 12 voix contre 21 à Charles Blanc. Il mourut le 27 août suivant à La Rochelle, d’une courte maladie (ou, selon certains, du chagrin de ne pas être académicien).

Après ses manœuvres préparatoires arrive enfin l’acte de candidature à proprement parler et la campagne active pour décrocher les voix. Visites officielles et demandes de soutien par lettre s’enchaînent. Devenu quasiment du jour au lendemain un auteur phare grâce à son recueil Les Méditations poétiques paru en 1820 et considéré comme l’acte de naissance du romantisme française, Alphonse de Lamartine (1790-1869), auréolé de gloire, dut emprunter cette voie comme les autres. Il connut à plusieurs reprises la déception de l’échec : une première tentative vaine en 1824 fut suivie de trois autres dans la seule année 1826. Mais cela ne le découragea pas. Lorsque le fauteuil du comte Pierre Daru se trouva finalement vacant, il postula à nouveau et trois candidats se retirèrent d’emblée devant son nom.

C’est dans ces conditions favorables que Lamartine prit la plume, en octobre 1829, pour écrire à l’académicien-marquis de Lally-Tollendal[9], afin de lui présenter les choses rondement : « Monsieur le marquis, le souvenir de quelques moments passés avec vous m’autorisent-ils à réclamer une marque de souvenir aussi, et de bienveillance qu’une circonstance impérieuse m’empêche d’aller solliciter en personne ? J’aspirerais à succéder à M. Daru à l’Académie française. Je désirerais votre suffrage, plus encore pour l’honneur de l’obtenir que pour la chance de succès que me donnerait une voix de plus. Les voix comme la vôtre se pèsent plus qu’elles ne se comptent. Je sais qu’une première fois, je ne fus pas assez heureux pour l’obtenir, mes titres ne se sont pas accru depuis cette époque, mais je n’ai pas, je crois, les mêmes rivaux. J’aime donc à me flatter d’une meilleure espérance. Il me serait bien doux, monsieur le marquis, d’aller vous porter au moment de l’élection, ou aussitôt après le tribut de ma vieille admiration et celui d’une reconnaissance personnelle que j’aimerais à vous devoir. J’ai l’honneur d’être, avec les sentiments les plus respectueux, monsieur le marquis, votre très humble serviteur, Alphonse de Lamartine »

Alphonse de Lamartine, lettre autographe signée au marquis de Lally-Tollendal, Château de Montulot, près Dijon, 12 octobre 1829, p. 1. (Inv. 1670)
Alphonse de Lamartine, lettre autographe signée au marquis de Lally-Tollendal, Château de Montulot, près Dijon, 12 octobre 1829, p. 2. (Inv. 1670)
Alphonse de Lamartine, lettre autographe signée au marquis de Lally-Tollendal, Château de Montulot, près Dijon, 12 octobre 1829, p. 3. (Inv. 1670)
Alphonse de Lamartine, lettre autographe signée au marquis de Lally-Tollendal, Château de Montulot, près Dijon, 12 octobre 1829, p. 4 (adresse). (Inv. 1670)

Le poète se trouva finalement opposé à Philippe de Ségur, D’Azaïs et David ; il fut élu le 5 novembre 1829, par 19 voix sur 33 votants. Sa réception eut lieu le 1er avril 1830, avec un discours de réception de Georges Cuvier. Il fut le premier des auteurs romantiques à pénétrer sous la Coupole et s’efforça ensuite, avec Chateaubriand, d’y faire entrer Hugo dès 1836, votant ensuite pour Vigny et Balzac à chacune de leurs tentatives.

II. Les recalés

Beaucoup d’appelés, mais peu d’élus… Certains auteurs ont été des Stakhanov de la candidature, la palme revenant de loin à Emile Zola. Jeune, il avait qualifié l’Académie de « serre d’hivernage pour les médiocrités qui craignent la gelée ». Cela ne dut pas aider son dossier lorsque, vingt ans plus tard, en 1890, il déposa sa première demande… Sans se décourager, et jusqu’en 1898 (époque à laquelle sa prise de position dans l’ « Affaire » lui condamna à jamais les portes), il fut vingt-cinq fois candidat, battant, selon les mots mêmes du site internet de l’institution, « des records d’obstination » !

Il n’était en effet pas rare, même pour des auteurs réputés et « politiquement corrects » (selon les critères du temps), d’essuyer une première rebuffade.  C’est ce qui arriva tout d’abord à Maurice Barrès (1862-1923). Après la publication des différents volumes composant son « Roman de l’énergie nationale » (1897-1902), il était sans conteste l’un des auteurs français les plus en vue, sans compter son poids politique auprès de la droite française. Doté de nombreux appuis, il présente sa candidature à l’Académie française au début de 1905, pour succéder au sculpteur Eugène Guillaume pour le fauteuil 21. Mais il fut battu par l’avocat et homme politique Etienne Lamy (1845-1919), qui remporta 21 voix contre 12 à Barrès.

Maurice Barrès, lettre autographe signée au dramaturge et journaliste Henri Lavedan (élu à l’Académie en 1898), Neuilly-sur-Seine, s.d. [9 juin 1905 selon le cachet postal], p. 1. (Inv. 1823)
Maurice Barrès, lettre autographe signée au dramaturge et journaliste Henri Lavedan (élu à l’Académie en 1898), Neuilly-sur-Seine, s.d. [9 juin 1905 selon le cachet postal], p. 2. (Inv. 1823)

L’académicien Henri Lavedan, qui avait donné sa voix à Lamy, se reprocha ensuite amèrement de n’avoir pas voté pour Barrès. Cela revint aux oreilles de l’intéressé, qui lui écrivit en ces termes : « Mon cher ami, c’est bête de donner de l’ennui à ses amis, et c’est moi qui vous en donne avec cette élection. Votre voix m’aurait porté de 12 voix à 13, c’eut été un fait agréable, mais tout de même je serais resté en échec dès le premier tour. Aussi n’ai-je pas subi de dommage appréciable. Autour de moi, dès la première minute, on n’a pas douté de votre ennui. Bourget, Vandal, Masson, que j’ai vus avant de vous voir, m’ont dit votre erreur. Mais je n’avais pas besoin de leur témoignage. Vous avez été parfait pour moi dès la première minute ; vous m’avez donné cette sécurité de la véritable sympathie et amitié. Je vous en suis très reconnaissant et je vous prie de ne vous rappeler cet accident sans conséquence que comme une cocasserie. Veuillez me croire très affectueusement votre ami, Barrès »

Barrès devait vite se consoler en se représentant, à la fin de la même année, pour succéder à José-Maria de Heredia, décédé en décembre 1905 : il sera élu à ce fauteuil le 25 janvier 1906.

III. Les reçus

Les voilà élus, mais il faut encore en passer par l’étape cruciale de la réception pour intégrer l’illustre compagnie. En cette occasion, l’impétrant doit prononcer, dans un discours très attendu, l’hommage de son prédécesseur, tandis qu’un académicien en place reçoit le nouveau venu par une autre harangue. Dans certains cas, les compliments de façade pouvaient devenir vachards, comme lors de la réception d’Henri de Régnier par Albert de Mun en 1912. Devant parler des romans de Régnier, son parrain s’exclama : « Ah ! Monsieur, comme je suis embarrassé ! Je les ai lus, ces romans, je les ai lus tous, et, jusqu’au bout. Car j’ai été capitaine de cuirassiers ». Malaise sous la Coupole…

Dans d’autres cas, le problème vint du reçu. Ainsi, le poète José-Maria de Heredia (1842-1905), élu à l’Académie française le 22 février 1894, au fauteuil 4, pour son unique mais grandiose recueil de 118 sonnets, Les Trophées, paru l’année précédente. L’automne suivant, alors que s’approchait la date de la réception officielle, il écrivit à son désormais futur collègue Albert Sorel (1842-1906), pour confesser un petit embarras et un profond ennui : « Cher ami, Je vais rentrer à Paris demain et, vous l’avouerai-je ? Mon discours n’est pas fait. J’ai été malade puis paresseux. J’ai joui de la campagne, je me suis reposé […] Je ne voudrais pourtant pas entraver toute la vie académique et j’ai pensé, que puisque le fauteuil de Taine était vacant avant le mien et que votre discours, paraît-il est fait, vous pourriez me rendre le service de parler avant moi. Je ne sais si c’est contraire aux usages et d’un autre côté si votre contre-discoureur qui, je crois, est le duc de Broglie, a achevé sa harangue, vous seriez bien aimable, cher ami de vous renseigner là-dessus et de m’en écrire un mot. Vous me rendriez, si cela se pouvait, un fameux service et cela ne retarderait rien puisque nous permuterons simplement et que, de toute façon, Bourget ne doit parler que le dernier […] De toute façon dès mon arrivée, je vais me calfeutrer et me mettre à l’ouvrage. Mais Dieu ! Que c’est ennuyeux ! […] JM. De Heredia ».

José-Maria de Heredia, lettre autographe signée à l’historien et diplomate Albert Sorel, Blanche-Couronne, 14 octobre 1894, p. 1. (Inv. 1855)
José-Maria de Heredia, lettre autographe signée à l’historien et diplomate Albert Sorel, Blanche-Couronne, 14 octobre 1894, p. 3. (Inv. 1855)

De fait, plusieurs sièges avaient été pourvus en même temps et, outre Heredia, l’historien Albert Sorel (1842-1906) et le romancier Paul Bourget (1852-1935) devaient faire leur entrée sous la Coupole. Comme le lui demandait Heredia, Sorel put se faire recevoir en premier, dès le 7 février 1895, alors que la cérémonie de réception d’Heredia se tint le 30 mai suivant, François Coppé prononçant le discours de réponse.

Il arrivait aussi que les ennuis se fassent jour après la réception, à cause d’un discours aux termes malheureux. C’est ce qui arriva en partie à Anatole France (1844-1924), déjà croisé. Elu le 23 janvier 1896, il fut officiellement reçu sous la Coupole le 24 décembre suivant. Succédant à Ferdinand de Lesseps, l’initiateur et architecte du canal de Suez, il prononça, selon la tradition, l’éloge de ce grand soutien du Second Empire. Rendant un hommage appuyé au grand-œuvre du canal, il souligna aussi sa fidélité à ses souverains, et notamment à l’impératrice dont Lesseps avait été un intime de longue date. Ainsi, au moment de la chute de l’Empire, Eugénie de Montijo, « quittant dans l’horreur d’un immense désastre son palais désert, trouva M. de Lesseps, avec quelques rares amis, pour lui offrir le bras et assurer sa fuite à travers la capitale où grondait la Révolution ».

Anatole France, « Discours … pour la réception de M. Anatole France » (Paris, 1896, EO), avec envoi au Dr. Cabanès (1862-1928, historien de la médecine). (Inv. 2251).

Mais cette description un peu rapide des faits froissa le Dr. Thomas W. Evans (1823-1897), dentiste personnel de Napoléon III (et d’autres têtes couronnées), qui avait justement fait part de ce groupe des derniers fidèles. Il protesta avec véhémence auprès du nouvel académicien, demandant un correctif public.

Anatole France, lettre autographe signée à Thomas W. Evans, s.l. [Paris], 29 décembre 1896, pp. 1 et 2. (Inv. 1875)

Anatole France dut donc répondre en ces termes à la protestation d’Evans : « Monsieur, je n’ai pas songé un moment à nier votre rôle honorable dans la journée du 4 septembre 1870. Je l’ai même indiqué dans mon discours, par ces mots « avec quelques rares amis ». J’ai, dans une interview de M. André Marcel, [barré : affirmé] déclaré de nouveau que je contestais en aucune façon vos affirmations. Et je vous ai donné ainsi une satisfaction publique. Croyez que je suis bien sensible à vos félicitations et agréez, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués, Anatole France, 29 décembre 1896 ».

Les académiciens en place continuent de pratiquer la sociabilité de l’envoi autographe, soit pour leurs pairs, soit pour des auteurs qui deviendront de futurs collègues (parfois bien longtemps après). Choisis parmi un petit ensemble de 21 volumes[10], voici un florilège de quelques envois autographes entre académiciens ou écrits/destinés par/à des futurs académiciens.

D’un débutant à un maître et futur collègue : Victor Hugo (1802-1885) offre son « Cromwell » à l’historien Abel-François Villemain (1790-1870, élu à l’Académie en 1821 et futur ministre de l’Instruction publique) par ailleurs auteur en 1819 d’une « Histoire de Cromwell » employée par Hugo. (Inv. 2050)
D’un maître et académicien à un débutant et futur collègue (posthume) : vers 1900-1905, Heredia (mort en 1906) dédicace son recueil « Les Trophées » au tout jeune Jacques de Lacretelle (1888-1985, qui entrera sous la Coupole en 1936). (Inv. 1382)
Entre futurs collègues : Jean d’Ormesson (élu en 1973) offre l’édition originale de son roman « La Gloire de l’Empire » (1971) à l’historien René Rémond, qui le rejoindra sous la Coupole en 1998. (Inv. 2045)
Entre nouveaux collègues : Pierre Loti (tout juste élu) reçoit l’édition originale des « Paroles sincères » (Paris, 1891) du poète François Coppée (élu en 1884) (Inv. 2188)
Entre collègues : Paul Hervieu (élu en 1900) offre un des dix exemplaires sur Chine de son « Connais-toi » (Paris, 1909, EO) à Edmond Rostand (élu en 1901). (Inv. 1227)

 

IV. Les rebelles

Et puis il y a les irréductibles, les rebelles, les convaincus, les amers, les malchanceux ou les indifférents (la fameuse histoire du « 41e fauteuil », forgée par Arsène Houssaye dès 1855). Ceux aussi qui, par conviction ou jalousie, regardent carrément de travers la « Vieille Dame du Quai de Conti ». Le sentiment est aussi ancien que l’Académie elle-même ; le plaisant chansonnier Piron (1689-1773) affirmait déjà : « Ils sont quarante à avoir de l’esprit comme quatre » !

L’un des plus virulents, au XIXe siècle, contre l’institution fut probablement Jules Barbey d’Aurevilly (1808-1889), le bouillonnant « connétable des lettres ». Ses chroniques au vitriol dans Le Figaro ou dans le très républicain Le Nain jaune (dont ce monarchiste aimait le ton libéré) lui valurent des procès retentissants, mais débouchèrent sur la publication d’un pamphlet mordant : Les Quarante médaillons de l’Académie (Paris, Dentu, 1864). Cette collection de portraits à charge n’épargnait pas un seul des membres, pas même l’exilé Hugo (« cette énormité : M. Victor Hugo à l’Académie ! (…) Ce jour-là, où était la fierté de la Muse romantique ? »), pourtant aimé par Barbey. L’ouvrage se voulait ainsi une sorte de « Déclaration des droits et devoirs » de l’écrivain : Barbey d’Aurevilly proclamait son admiration pour Hugo, Lamartine, Mérimée ou encore Vigny, mais en se demandant ce qu’ils étaient venus faire dans la galère académique où ramait sans brio la « nullité couronnée »…

Jules Barbey d’Aurevilly, « Les Quarantes Médaillons de l’Académie », Paris, Dentu, 1864 (EO), première de couverture. (Inv. 2086)
Un exemplaire modeste, mais dont la reliure demi-toile bradel, avec sa tête rouge et sa date en queue, ressemble furieusement à celles établies par Pierson pour Théodore de Banville !

 

De la même manière, Edmond de Goncourt était farouchement opposé à cette assemblée jugée sclérosée et sclérosante, d’où son intention, tôt proclamée, de créer une « Académie des Goncourt » afin de de promouvoir des écrivains selon son cœur. Par statuts, ses membres étaient interdits d’intégrer la « véritable » Académie, sous peine d’exclusion immédiate !

Rencontre avec Bernard Pivot, président de l’Académie Goncourt depuis 2014 (Fondation Martin Bodmer, juin 2014).

Son ami et disciple Alphonse Daudet (1840-1897), en dépit de moments de « faiblesse » (il caressa l’idée de candidater en 1883 au siège de Jules Sandeau), le suivit dans cette voie et se positionna radicalement avec son roman L’Immortel, paru en 1888. Objet d’un scandale assez retentissant à sa sortie, ce roman fut l’un des plus grands succès de Daudet, mais il est aujourd’hui oublié, à tort. Il met en scène un certain Léonard Astier-Réhu, historien érudit dont l’ambition ultime est d’entrer sous la Coupole, poussé par l’ambition de son épouse. Après bien des démarches et des reptations, il est finalement élu et devient même le secrétaire perpétuel de la « Compagnie des Immortels ». Mais il est bientôt la victime d’une escroquerie qui en fait la risée de tout Paris : on lui a vendu de prétendus documents historiques capitaux qui se révèlent des faux grossiers. Moqué et ridiculisé par tout son entourage, même sa femme, il finit par se jeter dans la Seine. Le roman était bien sûr inspiré par un fait-divers réel : l’incroyable « Affaire Chasles », du nom de ce grand mathématicien qui se fit fourguer des lettres de César à Vercingétorix ou de Cléopâtre à Marc-Antoine … toutes rédigées dans une sorte de vieux français par le faussaire Vrain-Lucas !

Alphonse Daudet, « L’Immortel », Paris, Alphonse Lemerre, 1888, édition originale (Inv. 723). Exemplaire avec envoi au romancier (et futur académicien) Paul Bourget (1852-1935), inclus un temps parmi les papables de la future Académie Goncourt. Ensuite passé dans la collection Ernest Chuard (1857-1942, président de la Confédération suisse en 1924).
Alphonse Daudet, « L’Immortel », Paris, Alphonse Lemerre, 1888, édition originale, page de titre (Inv. 723).
Alphonse Daudet, « L’Immortel », Paris, Alphonse Lemerre, 1888, édition originale, un des 200 exemplaires sur Hollande (n° 43), justificatif de tirage et page de titre (Inv. 1111).

Dans un avant-propos, Daudet avait tenu à préciser que ce livre ne constituait en rien une vengeance envers l’Académie (qui l’avait refusé), comme certains le sous-entendaient : c’est peu dire qu’il ne fut pas cru ! Certains proches des milieux académiques lui firent reproche de la dureté du roman. Ce fut le cas de Georges Duruy fils (1853-1918), normalien, professeur à Polytechnique et surtout fils d’académicien (l’historien et ministre Georges Duruy), dans une lettre savoureuse : « (…) peut-être devrais-je vous dire que L’Immortel m’a scandalisé un peu comme La France Juive a scandalisé quelques Israélites qui ne sont pas plus des usuriers ou des voleurs, n’en déplaise à notre ami Drumont, que tous les universitaires ne sont des cuistres – ne vous déplaise. Mais voyez combien cette Université, cette Ecole Normale contre lesquellles vous venez de partir en guerre, malgré la grande tendresse qu’elles ont toujours eue, et qu’elles gardent pour vous, – voyez comme elles font de leurs nourrissons (encore un mot petdeloup, ça !) des hommes tolérants et sans rancune : bien loin de me chagriner, l’Immortel m’a prodigieusement amusé et c’est ce que je tiens à vous dire tout d’abord en vous remerciant de me l’avoir envoyé. Je pourrais à la rigueur ajouter – pour n’avoir point l’air de « rire du professeur » en vous parlant secrètement de ce que j’admire dans votre livre, – que je vous trouve sévère, quand vous notez à plusieurs reprises l’empressement que certains académiciens mettent à toucher leurs jetons. Il y en a de pauvres parmi eux, cher Maître, et qui ne vendent pas en six mois, de livres sur lesquels ils ont passé parfois plusieurs années de leur vie, autant d’exemplaires qu’il s’en vend des vôtres en une heure ! Savez-vous bien que c’est un peu cruel, de jeter si durement au nez de l’Académie ces malheureux jetons qui aident, peut-être, d’aussi honnêtes gens qu’Astier-Réhu à payer leur modeste loyer ? Si encore le Cardinal de Richelieu avait aussi largement fait les choses que les fera, dit-on, votre ami Goncourt ! Mais non, quelques pauvres billets de cent francs, tout au plus une misère… Vrai, vous avez été bien méchant ! Mais comment vous en vouloir, alors que vous donnez cette fois encore, tant de pages délicieuses (…) ».

Georges Duruy fils, lettre autographe à Alphonse Daudet au sujet du roman « L’Immortel » (Baguères de Bigorre, 20 juillet 1888), p. 1. (Inv. 2253)
Georges Duruy fils, lettre autographe à Alphonse Daudet au sujet du roman « L’Immortel » (Baguères de Bigorre, 20 juillet 1888), p. 2-3. (Inv. 2253)
Georges Duruy fils, lettre autographe à Alphonse Daudet au sujet du roman « L’Immortel » (Baguères de Bigorre, 20 juillet 1888), p. 4. (Inv. 2253)

Tous n’eurent pas la même tolérance que Duruy ou Théodore de Banville (qui répondit au roman de Daudet par un poème intitulé « L’Immortelle », paru la même année dans le recueil Sonnailles et clochettes). Ainsi, l’académicien Victorien Sardou livra dans le journal Le Gaulois du 2 août 1888 une diatribe enflammée contre le livre et son auteur, parlant de l’oeuvre comme d’une « macédoine d’inexactitudes (…) postiviment détestable dans le fond et dans la forme ». Selon lui, Daudet n’avait en fait « qu’une ennemie sur cette terre, mais une ennemie acharnée : ce n’est pas l’Académie française, c’est la grammaire française »…

Les conséquences de ce roman se firent sentir pour Daudet et ses proches durant de longues années. Beau-frère d’Alphonse Daudet à double titre (sa sœur Julia est l’épouse de Daudet, dont il a épousé lui-même la sœur, Anna Daudet), Léon Allard (1847-1925) était aussi un auteur ayant connu quelques succès, tant auprès du grand public que des milieux lettrés (son roman Les Vies muettes avait reçu un prix de l’Académie en 1886). Son roman Les deux portraits parut chez Alphonse Lemerre en 1893 ; on en espérait une nouvelle distinction académique. Mais L’Immortel était encore dans toutes les mémoires, d’où cette lettre d’Alphonse Daudet à un ami académicien : « Cher ami, l’Académie a-t-elle donné un prix ? J’avais écrit à Coppée pour lui recommander, lui signaler plutôt Les deux portraits de mon beau-frère Léon Allard ; il ne m’en a jamais parlé, et je crains bien que ma recommandation ait nui à une œuvre digne en tous points de la récompense académique. Vous seriez bien gentil, si l’affaire n’est pas dans le sac, d’en écrire ou dire un mot à Coppée, à Sully. Je serais désolé qu’on fit payer à ce brave garçon, aussi talentueux que timide, sa parenté avec L’Immortel. Donnez-nous des nouvelles de votre chère femme et, si vous êtes libre d’aujourd’hui jeudi en huit, venez dîner à Champrosay, A. Daudet »

Alphonse Daudet, lettre signée à un « cher ami » académicien, Champrosay, jeudi 20 septembre [1893], p. 1. (Inv. 1937)
Alphonse Daudet, lettre signée à un « cher ami » académicien, Champrosay, jeudi 20 septembre [1893], p. 2. (Inv. 1937)

Le ressentiment de certains envers l’Académie était d’origine et de nature complexes. Le romancier Pierre Louÿs (1870-1925), helléniste érudit, bibliophile consommé et érotomane frénétique, nagea pourtant dans l’académisme pendant des années. Primo, il était beau-fils d’académicien (il avait en effet épousé Louise, fille cadette de José-Luis de Heredia). Deuxio, il était beau-frère d’académicien (Henri de Régnier). Tercio, il était l’amant d’une fille d’académicien (Marie de Heredia, sœur et femme des deux susdits). Tout semblait donc l’engager vers la Coupole, lui dont le disciple s’appelait Paul Valéry. Mais voilà : sa réputation scandaleuse, sa vie sexuelle débridée, la fin de son mariage l’éloignèrent des honneurs officiels. Pas de quoi porter le Quai de Conti dans son cœur… La fin de sa vie, assez sinistre (il perdit quasiment la vue), fut occupée par une recherche entreprise vers 1916 et devenue presque obsessionnelle : prouver que les comédies de Molière avaient en réalité été écrites par Corneille. Louÿs croyait ainsi avoir découvert et mis au jour la plus grande supercherie littéraire de l’histoire, une thèse qui connaît aujourd’hui encore des sursauts médiatiques périodiques. Des centaines de feuillets de notes érudites furent accumulées par Louÿs pour ce dossier gigantesque qui déboucha sur un article-brûlot, « Molière est un chef-d’œuvre de Corneille », publié en 1919 dans la revue littéraire Comœdia.

Pierre Louÿs, Notes sur Corneille [manuscrit autographe], s.d. [vers 1919], p. 1 (sur 5). (Inv. 2031)
Pierre Louÿs, Notes sur Corneille [manuscrit autographe], s.d. [vers 1919], p. 2. (Inv. 2031)
Pierre Louÿs, Notes sur Corneille [manuscrit autographe], s.d. [vers 1919], p. 3. (Inv. 2031)
Pierre Louÿs, Notes sur Corneille [manuscrit autographe], s.d. [vers 1919], p. 4. (Inv. 2031)

Louÿs n’oubliait pas que l’Académie avait jadis critiqué vertement Le Cid par l’intermédiaire de Jean Chapelain et de ses Sentiments de l’Académie sur la tragi-comédie du Cid qui faisait chorus aux attaques de Jean Mairet et de Georges de Scudéry contre la pièce. Dans ces recherches, Louÿs égratigne donc les sages du Quai de Conti à propos de certaines précisions chronologiques et bibliographiques, petite vengeance : « On croit que le triomphe du Cid créa le théâtre français entre novembre 1636 et janvier 1637. Nous pardonnerions à l’Académie les Sentiments […] gaffe immortelle au frontispice de son histoire, si, faute de savoir lire Le Cid, l’un des Quarante, un seul, avait su le dater ». De même, on ignore quel Cinna fut joué devant Richelieu : « la tragédie qui porte ce titre d’assassin est une excuse publique prononcée par un velléitaire qui tuerait le cardinal s’il en avait le courage et qui le dit. Mais Corneille attendit la mort de Richelieu pour imprimer Cinna et le seul texte que nous sachions est celui de 1643 ».

Enfin, il y a ceux qui savaient pertinemment qu’ils n’entreraient jamais à l’Académie, qui ne le voulaient d’ailleurs pas et qui n’en avaient pas grand-chose à faire. Du coup, leurs moqueries étaient tout à fait pures de tout ressentiment. C’est le cas du romancier Gaston Leroux (1868-1927), l’un des premiers et plus grands auteurs de romans policiers français, le père de Rouletabille, du Fantôme de l’Opéra et de Chéri-Bibi. En 1909-1910, il fit paraître dans le mensuel Je sais tout un roman-feuilleton intitulé Le Fauteuil hanté. L’intrigue tourne entièrement autour de l’Académie, où, à la suite de la mort de Monseigneur d’Abbeville, chaque nouveau candidat à l’immortalité qui est désigné pour occuper son fauteuil meurt sous la Coupole, en plein discours d’hommage à son prédécesseur. Un prétendu mage, dont la candidature avait été blackboulée, aurait lancé une malédiction sur le siège… Hippolyte Patard, le secrétaire perpétuel, commence à désespérer, personne ne voulant plus se porter candidat. Jusqu’au jour où un antiquaire spécialiste en tableaux anciens, l’innocent Gaspard Lalouette, se présente…

Gaston Leroux, « Le Fauteuil hanté », Paris, Pierre Lafitte, 1910, édition originale, première de couverture. (Inv. 1528)

Je ne révélerais pas le fin mot de cette histoire-enquête (lue pour la première fois durant mon adolescence), mais c’est une histoire à la fois sombre et cocasse, dans laquelle l’Académie et ses membres sont présentés sous un jour à la fois drôle, ridicule, mais tendre. Le roman a d’ailleurs été porté à l’écran par Claude Chabrol en 2010, dans la série « Contes et nouvelles du XIXe siècle », sur France 2 : un bon moyen de continuer votre voyage dans le monde de la « Vieille Dame du Quai Conti » ! 😉

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 15 novembre 2017


NOTES

[1] Il m’a ainsi été permis de rencontrer, en petit comité ou tête-à-tête, Alain Decaux, Jean d’Ormesson, Jean-Claude Rufin, Marc Fumaroli et Gabriel de Broglie.

[2] Notamment Dominique Fernandez et François Cheng.

[3] On se rappellera le mot de Jean d’Ormesson après l’élection de Marguerite Yourcenar (qu’il avait amplement favorisé) : « Désormais, dans les toilettes réservées aux académiciens, il y aura deux portes : “Messieurs” et “Marguerite Yourcenar” » ! 😀

[4] Elu au fauteuil 20 en 1919. Natif de Thonon, ce romancier catholique, comptant parmi les auteurs français les plus lus durant la première moitié du XXe siècle (je l’ai découvert enfant en dévorant son Chevalier de l’air : la vie héroïque de Guynemer), livra en 1959 ses souvenirs d’académicien : Quarante ans chez les Quarante.

[5] Ouvrages ayant appartenus à des académiciens (rangés par ordre chronologique, en fonction de leur année d’entrée sous la Coupole) :

  • 1648 / Jean Ballesdens (1595-1675, bibliothécaire du chancelier Pierre Séguier) : Antoine Mornac, De falsa Regni Yvetoti narratione (Paris, 1615) (Inv. 791) ; Odoardo Fialetti, De gli habiti delle religioni (Venise, 1626) (Inv. 2080) ;
  • 1711 / Jean d’Estrées (1666 – 1718, archevêque de Cambrai) : La Voix gémissante du peuple chrestien et catholique… (Paris, 1640) (Inv. 179) ;
  • 1738 / Charles V de La Trémoille (1708-1741, duc de Thouars et de La Trémoïlle, chevalier du Saint-Esprit en 1726) : Jean Bouchet, Épitres morales et familières du Traverseur (1545) (Inv. 865) ;
  • 1775 / Emmanuel-Félicité de Durfort (1715-1789, duc de Duras, pair et maréchal de France, ambassadeur de France en Espagne) : abbé de Choisy, Mémoires sur le siècle de Louis XIV (Utrecht, 1727, aux armes) (Inv. 763) ;
  • 1811-1829 / Charles-Guillaume Etienne (1777-1845, auteur dramatique élu DEUX fois à l’Académie, ayant été radié en 1816) : Les Œuvres de théâtre de M. de Hauteroche (Paris, 1742, tome II seul), ayant appartenu à la tragédienne La Clairon, qui légua sa bibliothèque au susdit (Inv. 167) ;
  • 1833 / Charles Nodier (1780-1844, romancier, conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal) : Jean Béhourt, Hypsicratee (Paris, 1604, EO) (Inv. 1430) ; Jean Ogier de Gombault, Les Epigrammes (Paris, 1657, EO) (Inv. 1050) ;
  • 1835 / Narcisse-Achille de Salvandy (1795-1856, comte, conseiller d’Etat, député, ministre de l’Education) : Auguste Brizeux, Les Bretons, poème (Paris, 1845, EO avec envoi) (Inv. 942) ;
  • 1841 / Victor Hugo (1802-1885) : Ernest-Hubert Michaux, Etude sur la question des peines (Paris, 1875, EO avec envoi) (Inv. 470) ; Juliette Adam, Païenne (Paris, 1883, EO avec envoi) (Inv. 2213) ; F. Lecomte, Les Tablettes – Récit de la LXXXVIIIe Olympiade (Paris, 1884, EO avec envoi) (Inv. 137) ;
  • 1844 / Prosper Mérimée (1803-1870) : Juliette Figuier, Mos de Lavène – Scènes et souvenirs du bas Languedoc (Paris, 1859, EO avec envoi) (Inv. 603) (provenance très rare, car la bibliothèque de Mérimée a entièrement brûlée durant la Commune) ;
  • 1844 / Saint-Marc Girardin (1801-1873, professeur, député, conseiller d’État et ministre de l’Instruction publique) : Marc Perachon, Poëme sur la naissance de Jesus Christ (Paris, 1669, ex. Viollet-le-Duc) (Inv. 1046) ;
  • 1845 / Alfred de Vigny (1797-1863, poète et romancier) : Charles Calemard de Lafayette, Le Poème des champs (Paris, 1861, EO avec envoi) (Inv. 89) ;
  • 1852 / Pierre-Antoine Berryer (1790-1868, avocat et homme politique) : Auguste Creuzé de Lesser, Amadis de Gaule, poème (Paris, 1816) (Inv. 1004) ;
  • 1881 / Victor Cherbuliez (1829-1899, romancier et dramaturge d’origine genevoise) : Emile Zola, Rome (Paris, 1896, EO avec envoi) (Inv. 1800) ;
  • 1881 / Sully Prudhomme (1839-1907, poète parnassien, premier Prix Nobel de littérature en 1901) : Théodore de Banville, Petit traité de poésie française (Paris, 1881, 3e éd., avec envoi) (Inv. 1841) ;
  • 1884 / François Coppée (1842-1908, poète et dramaturge) : Edmond de Goncourt, La Saint-Huberty (Paris, 1882, EO avec envoi) (Inv. 380) ; Edmond et Jules de Goncourt, Gavarni (Paris, 1879, 2e éd. avec envoi) (Inv. 1269) ; Emile Zola, Germinal (Paris, 1885, EO avec envoi) (Inv. 1580) ;
  • 1888 / Jules Claretie (1840-1913, romancier et dramaturge) : Victor Hugo, Les Burgraves (Paris, 1843, EO) (Inv. 193) et « Tortu Goth », Les Buses graves (s.l.n.d. [1843]) (Inv. 194) ; Edmond et Jules de Goncourt, Henriette Maréchal (Paris, 1866, EO avec envoi) (Inv. 1521) ;
  • 1891 / Pierre Loti (1850-1923, romancier, officier de marine) : Edmond de Goncourt, Manette Salomon (Paris, 1881, avec envoi) (Inv. 1249) ; Francis Jammes, Monsieur le curé d’Ozeron (Paris, 1918, EO avec envoi) (Inv. 1952) ;
  • 1894 / Henry Houssaye (1848-1911, historien, critique d’art et critique littéraire) : Jean-Baptiste Rousseau, Œuvres diverses (Rotterdam, 1714) (Inv. 1654) ; Alphonse Daudet, Les Rois en exil (Paris, 1879, EO) (Inv. 1073) ;
  • 1894 / José-Maria de Heredia (1842-1905, poète, conservateur de l’Arsenal) : Mme Auguste Penquer, Révélations poétiques (Paris, 1865, EO avec envoi) (Inv. 1819) ; Théodore de Banville, Trente-six ballades joyeuses (Paris, 1873, EO avec envoi) (Inv. 1231) ; Alphonse Daudet, Le Nabab (Paris, 1877, EO avec envoi) (Inv. 2041) ; Théodore de Banville, Nous tous (Paris, 1884, EO avec envoi) (Inv. 1232) ; Paul Adam, Être (Paris, 1888, EO avec envoi) (Inv. 812) ; Alphonse Daudet, Trente ans de Paris (Paris, 1888, EO avec envoi) (Inv. 1360) ; Henri Lavedan, Inconsolables (Paris, s.d., EO avec envoi) (Inv. 1383) ;
  • 1894 / Paul Bourget (1852-1935, romancier) : Edmond et Jules de Goncourt, Idées et Sensations (Paris, 1877, première in-12 avec envoi) (Inv. 382) ;
  • 1895 / Jules Lemaître (1853-1914, écrivain et critique) : Gyp, Petit-Bob (Paris, 1882) (Inv. 1214) ;
  • 1896 / Anatole France (1844-1924, romancier et poète) : Gyp, Sans voiles ! (Paris, 1885, EO avec envoi) (Inv. 572) ; Jean Moréas, Les Cantilènes (Paris, 1886, EO avec envoi) (Inv. 821) ; Edmond de Goncourt, Histoire de la société française pendant la Révolution (Paris, 1889, 2e éd. avec envoi) (Inv. 381) ; Francis Jammes, De l’âge divin à l’âge ingrat – Mémoires (Paris, 1921, EO avec envoi) (Inv. 1759) ;
  • 1897 / Gabriel Hanotaux (1853-1944, ministre, diplomate et historien) : Soupirs françois sur la paix italienne (1649) (Inv. 262) et Cyrano de Bergerac, La Sybille moderne (Paris, 1649) (Inv. 263) ;
  • 1903 / René Bazin (1853-1932, juriste et professeur de droit, romancier, journaliste et historien) : Louis Mercier, Le Poème de la maison (Paris, 1901, EO avec envoi) (Inv. 1197) ;
  • 1906 / Maurice Barrès (1862-1923, romancier) : Alphonse Daudet, Théâtre (Paris, 1896, 1ère éd. coll. avec envoi) (Inv. 2011) ;
  • 1908 / Jean Richepin (1849-1926, romancier, poète et dramaturge) : Alfred Jarry, Ubu roi (Paris, 1896, EO avec envoi) (Inv. 1610) ;
  • 1911 / Henri de Régnier (1864-1936, romancier et poète) : Jean Moréas, Contes de la vieille France (Paris, 1904, EO avec envoi) (Inv. 822) ;
  • 1914 / Henri Bergson (1859-1941, philosophe, prix Nobel de littérature en 1927) : Pierre Louÿs, Poétique (Paris, 1916, EO avec envoi) (Inv. 1951) ;
  • 1924 / Albert Besnard (1849-1934, peintre, graveur et décorateur) : Pierre Louÿs, Léda (Paris, 1893, EO avec envoi) (Inv. 1862) ;
  • 1935 / Jacques Bainville (1879-1939, journaliste et historien) : Jean Moréas, Iphigénie (Paris, 1904, EO avec envoi) (Inv. 2088) ;
  • 1955 / Jean Cocteau (1889-1963) : Francis Jammes, Diane (Paris, 1928, EO avec envoi) (Inv. 2044) ;
  • 1956 / Robert Kemp (1879-1959, critique littéraire) : Albert Camus, La Chute (1956, EO avec envoi) (Inv. 1760) ;
  • 1960 / Henry de Montherlant (1895-1972, romancier et dramaturge) : Paul Géraldy, Tragédiens légères (Paris, 1950, première éd. coll. avec envoi) (Inv. 643) ;

[6] Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, acte I, scène 2.

[7] Le nom de Labiche (1815-1888), l’un des plus prolifiques dramaturges du XIXe siècle, demeure attaché au Second Empire, dont certaines de ses pièces sont devenues emblématiques, comme le Voyage de M. Perrichon (1860). Son élection à l’Académie française en 1880 firent dire aux mauvaises langues qu’il ne lui faudrait pas un siège sous la Coupole, mais un banc pour l’y loger avec tous ses « nègres » !

[8] En 1929, le critique Albert Thibaudet a décrit ses romans comme « aussi solides que les meubles du Second Empire » : « Cherbuliez a été sur un plan modeste, une manière d’Anatole France genevois. Né parmi les livres, il a toujours gardé, comme le liseur du Quai  Malaquais, un pli livresque ». En 1936, André Célières, dans sa biographie de Cherbuliez, faisait remarquer la ressemblance entre les deux auteurs, notant que « les lecteurs d’Anatole France, ont dû se recruter parmi ceux de Cherbuliez ».

[9] Marquis Gérard de Lally-Tollendal (1751-1830, membre de l’Académie française depuis 1816, pair de France et ministre d’État, grand officier de la Légion d’honneur, chevalier commandeur et grand trésorier du Saint-Esprit).

[10] Exemplaires dédicacés par des académiciens (ou futurs académiciens) à des académiciens (ou futurs académiciens), rangés par ordre chronologique d’entrée de leur propriétaire à l’Académie :

  • 1821 / Abel-François Villemain (1790-1870, historien, conseiller d’Etat, député, pair de France, ministre de l’Instruction publique, auteur d’une Histoire de Cromwell en 1819) : Victor Hugo, Cromwell (Paris, 1828, EO avec envoi) (Inv. 2050) ;
  • 1845 / Alfred de Vigny (1797-1863, poète et romancier) : Charles-Augustin Sainte-Beuve, Vie, poésies et pensées de Joseph Delorme (Paris, 1828, EO avec envoi) (Inv. 2128) ; Charles-Augustin Sainte-Beuve, Les Consolations (Paris, 1830, EO avec envoi) (Inv. 2129) ;
  • 1881 / Sully Prudhomme (1839-1907, poète parnassien, premier Prix Nobel de littérature en 1901) : Pierre Loti, Propos d’exil (Paris, 1887, EO avec envoi) (Inv. 1314) ; Leconte de Lisle, L’Apollonide (Paris, 1888, EO avec envoi) (Inv. 1398) ;
  • 1886 / Leconte de Lisle (1818-1894, poète) : Anatole France, Les Désirs de Jean Servien (Paris, 1882, avec envoi) (Inv. 820) ;
  • 1891 / Pierre Loti (1850-1923, romancier, officier de marine) : François Coppée, Les Paroles sincères (Paris, 1891, EO avec envoi) (Inv. 2188) ;
  • 1894 / José-Maria de Heredia (1842-1905, poète, conservateur de l’Arsenal) : Anatole France, La Vie littéraire (Paris, 1888, EO avec envoi) (Inv. 703) ;
  • 1896 / Anatole France (1844-1924, romancier et poète) : Pierre Loti, Fantôme d’Orient (Paris, 1892, EO avec envoi) (Inv. 599) ; José-Maria de Heredia, Les Trophées (Paris, 1893, 1ère éd. in-12, avec envoi) (Inv. 1820) ; Maurice Barrès, L’Ennemi des lois (Paris, 1893, EO avec envoi) (Inv. 2171) ;
  • 1897 / Gabriel Hanotaux (1853-1944, ministre, diplomate et historien) : Georges de Porto-Riche, Le Vieil Homme (Paris, 1911, EO avec envoi) (Inv. 1256) ;
  • 1901 / Edmond Rostand (1868-1918, dramaturge) : Paul Hervieu, Connais-toi (Paris, 1909, EO sur chine avec envoi) (Inv. 1227) ;
  • 1907 / Henri Barboux (1834-1910, avocat et journaliste) : Henri de Régnier, La Flambée (Paris, 1909, EO avec envoi) (Inv. 584) ;
  • 1909 / Marcel Prévost (1862-1941, romancier) : José-Maria de Heredia, Les Trophées (Paris, 1893, EO avec envoi) (Inv. 349) ;
  • 1909 / Raymond Poincaré (1860-1934, président de la République) : Anatole France, Histoire comique (Paris, 1906, EO avec envoi) (Inv. 1849) ;
  • 1912 / Hubert Lyautey (1854-1934, maréchal de France) : François Mauriac, Le Jeune Homme (Paris, 1926, EO avec envoi) (Inv. 1892) ;
  • 1936 / Edmond Jaloux (1878-1949, romancier et critique) : Paul Claudel, Morceaux choisis (Paris, 1925, avec envoi) (Inv. 1761) ;
  • 1936 / Jacques de Lacretelle (1888-1985, romancier, prix Femina en 1922) : José-Maria de Heredia, Les Trophées (Paris, v. 1900, avec envoi) (Inv. 1382) ;
  • 1978 / Jean Dutourd (1920-2011, romancier et essayiste) : François Cheng, Le Livre du vide médian (Paris, 2004, EO avec envoi) (Inv. 1666) ;
  • 1998 / René Rémond (1918-2007, historien et politologue) : Jean d’Ormesson, La Gloire de l’Empire (Paris, 1971, EO avec envoi) (Inv. 2045) ;