Archives de catégorie : XVIIe siècle

MONETA (25) : AU LARGE DE L’EQUATEUR, LA “CAPITANA”

JESÚS MARÍA DE LA LIMPIA CONCEPCIÓN
(OU LA « CAPITANA »)

(EQUATEUR, 1654)

La notion de risque maritime est apparue en même temps qu’était lancé le premier bateau et, en dehors d’offrandes à Neptune, il n’y avait guère de ressources pour les capitaines ou armateurs. Les premières assurances contre les pertes en mer remontent au XIVe siècle[1] et on vit par la suite se créer de gros consortium dans l’Angleterre des Stuart, avec la naissance du célèbre Lloyd’s de Londres en 1688. Mais la plupart du temps, un bateau coulé signifiait (sans mauvais jeu de mots) une perte sèche, même quand l’affréteur était le tout-puissant roi d’Espagne ! Pourtant, en une occasion particulière, le sinistre se révéla finalement une manne, une royale et lucrative aubaine pour la Couronne. Voyons en quelles circonstances, en suivant le sillage du galion Jesús María de la limpia Concepción le long des côtes équatoriennes…

I. Le bateau

Pour la première fois en effet, nous allons nous intéresser à un naufrage survenu dans les eaux capricieuses du mal nommé océan Pacifique. C’était la première étape des richesses provenant des mines d’Amérique du Sud (Chili, Bolivie, Pérou) dans leur long voyage vers l’Espagne. Chaque année, une flottille attachée à ce transport, l’Armada del Mar del Sur (l’Escadre de la Mer du Sud), entamait son cabotage le long de la côte, depuis le port de Valparaiso au Chili. Elle faisait ensuite étape dans le port d’Arica (pour charger le produit des mines boliviennes, converti en monnaies à Potosi), puis dans celui de Callao (d’où arrivaient les richesses assemblées à Lima). L’objectif était ensuite de rallier Perico, où la cargaison était déchargée, puis convoyée au dos de mulet jusqu’au port de Portobelo ou de Nombre de Dios, à travers l’isthme de Panama. Là attendait la « Flotille de Terre Ferme » qui partait ensuite vers La Havane où la rejoignait la Flotille de Nouvelle-Espagne, chargée de l’argent mexicain : les deux flotilles assemblées, formant la grande Flota de Plata (Flotte d’argent), prenait ensuite la route de l’Europe.

Le trajet et les étapes de l’ “Armada del Mar del Sur” vers l’isthme de Panama : Valparaiso, Arica, Callao-Lima, Guayaquil, Perico. Carte “America meridionalis” par Joducus Hondius (Amsterdam, vers 1610). DR

Le galion Jesús María de la limpia Concepción était l’orgueil de l’Armada del Mar del Sur, formation de plus petite taille que celles opérant dans le Golfe du Mexique et destinées à traverser l’Atlantique. Les galions opérant dans le Pacifique n’en étaient pas moins impressionnants. Construit en 1644 dans les chantiers navals de l’Isla Puná, près de Guayaquil, le Jesús María ne jaugeait pas moins de 1’150 tonneaux, ce qui en faisait le plus gros bâtiment jamais construit en Amérique du Sud à l’époque de son lancement. Avec ses 122 pieds de long (environ 40 mètres) pour 40 de large (environ treize mètres), ce poids-lourd devait intimider, d’autant que ses sabords étaient bien garnis, avec 44 canons et bouches à feu diverses : une puissance de feu apte à décourager toute tentative d’attaque pirate…

Gravure représentant le galion “Jesús María de la limpia Concepción”, “capitana” de l’ “Armada del Mar del Sur”. DR

C’est donc en toute sérénité que le commandant de la flotte, le capitaine-général Don Francisco de Sosa, donna l’ordre d’appareiller du port de Callao le 18 octobre 1654. L’Armada se composait cette année-là, outre le Jesús María (surnommé la Capitana, car elle portait le capitaine-général), d’un second navire beaucoup plus modeste, jaugeant seulement 400 tonneaux : le San Francisco Solano[2], qui jouait le rôle d’Almiranta (portant donc l’amiral, le numéro deux de la flotte). Chacun des deux navires était par ailleurs flanqué d’une patache, bateau léger, aidant au transport, mais servant aussi de bateau de liaison au besoin.

Portrait de García Sarmiento de Sotomayor y Luna (+ 1659), vice-roi de Nouvelle-Espagne (1642-1648), puis 16e vice-roi du Pérou (1648-1655). Il lui fut reproché d’avoir envoyé trop tardivement l’Armada. Photo WikiCommons

Et de l’aide, il en fallait, cette année-là, pour porter l’abondante production des mines sud-américaines ! Les registres officiels consignaient un chargement précieux d’une valeur de trois millions de pesos en argent pour la seule Capitana, à savoir 2’212 lingots, 216 coffres remplis de pièces de huit et quatre réaux, et 22 caisses d’argent travaillé (bijoux, vaisselle, etc.). Ce montant est à rapprocher, à titre de comparaison, de la production annuelle totale des mines du Pérou, qui était alors d’environ 6 à 7 millions de pesos. On imagine quelle masse tout cela devait représenter pour un bateau à la manœuvrabilité déjà médiocre (châteaux-forts des mers, les lourds galions n’étaient pas les navires les plus équilibrés et les plus « marins »…). Si l’on ajoutait les quelques 600 passagers et hommes d’équipage, la surcharge était réelle et officiellement constatée, mais le désir de plaire au roi et le retard déjà pris pour respecter le calendrier général de la Flota de Plata firent oublier les questions de sécurité les plus élémentaires : selon certains témoins, la ligne de flottaison arrivait au niveau du deuxième pont (autrement le pont-batterie inférieur, où se trouvaient les canons, sous le pont principal extérieur découvert), interdisant l’ouverture des sabords…

II. Le naufrage

Le voyage de l’Armada se déroula sans anicroches les premiers jours. Le seul incident notable, au moment de l’appareillage le 18 octobre, avait été la perte d’une ancre, dont le câble s’était rompu à la remontée. La récupération de cet indispensable et massif  instrument avait fait perdre du temps et le navire ne gagna la haute mer qu’à la nuit tombée. Le capitaine-général de Sosa n’avait pas prévu de faire escale à Guayaquíl, sur la côte équatorienne, lieu de naissance du galion. Ce port, l’aboutissement du Camino Real venant du Pérou, était souvent l’occasion de se ravitailler ou de prendre marchandises ou passagers de dernière minute. Mais la flottille était pressée, la Flotte de Terre-Ferme l’attendait : on décida de passer au large, en laissant le port et la pointe de Santa Elena par le travers.

Vieille et nouvelle villes de Guayaquil, avec leur port, selon une carte-plan du XVIIIe siècle. Noter à gauche l’île de la Puña et son chantier naval, lieu de naissance du “Jesús María de la limpia Concepción“. Collection John Carter Brown Library, Brown University

Cette précipitation entraîna peut-être l’erreur fatale du pilote, qui méjugea de leur position par rapport à la Punta Santa Elena et fit mettre cap à l’est pour continuer la navigation côtière. C’était trop tôt… Et dans la nuit du 25 octobre 1654, la vigie hurla : « Récifs droit devant ! » La zone était en effet tapissée de hauts-fonds rocheux extrêmement dangereux et parcourus de courants violents. Le capitaine-général de Sosa ordonna immédiatement d’affaler les voiles pour laisser courir son navire, mais les courants et les vents poussèrent irrémédiablement le lourd galion vers les brisants. Déjà les marins et les passagers sentaient, dans les profondeurs du vaisseau, la coque racler et gémir sur les dents acérées des rochers et des coraux… Déjà une brèche s’ouvrait et les marins coururent à l’étoupe pour tenter d’étancher et aux pompes pour évacuer l’eau. Dans le même temps, on tirait le canon d’alarme pour prévenir du danger l’Almiranta qui naviguait un peu plus au large.

Zone du naufrage, d’après un atlas maritime français du XVIIIe siècle. Cerclée en rouge, la Punta Santa Elena ; le rectangle rouge indique la “Costa mala” des récifs de Chanduy ; le cercle bleu désigne la ville portuaire de Guayaquil. DR

Par trois fois, le lourd galion vint taper sur le récif. A bord, c’était la panique la plus totale : tout le monde écopait, qui avec un seau ou une jarre, qui avec un bol, voire avec son chapeau. Et cela dura toute la nuit, dans les ténèbres les plus totales. Le capitaine-général de Sosa semblait même avoir cédé au désespoir : un officier témoigna par la suite avoir vu son supérieur nu dans sa cabine, dans un état second laissant penser à un abus d’alcool ou de paraguas (champignon hallucinogène). D’après le même témoin, le capitaine était persuadé de mourir sous peu et tenait à rencontrer son Créateur dans le même état qu’à sa naissance, euphorie en plus…

Au matin, la lumière de l’aube permit aux naufragés de découvrir leur position et ils s’étonnèrent de n’être qu’à trois miles de la côte et pas environ huit pieds d’eau seulement. Le navire, d’ailleurs, n’avait pas encore coulé et flottait toujours en dépit de sa charge et de l’eau accumulée. Mais impossible de le manœuvrer : le gouvernail avait été arraché. Sur ordre du capitaine-général de Sosa enfin dégrisé, on commença à extraire les lingots et les coffres de pièces des cales pour les porter sur le pont. Dans le même temps, la chaloupe était armée et l’officier don Francisco Tello partit demander de l’aide à l’Almiranta. Ce navire, bien qu’ayant légèrement touché sur le récif, était sauf et demeurait ancrée non loin. C’est d’ailleurs grâce à l’aide de cette chaloupe que le bateau put être tracté hors de la zone de danger. Et voilà que pour tout remerciement, l’amiral annonça son intention de sauver son navire et les pataches avant tout ! Il mit donc les voiles, promettant d’envoyer du secours dès son arrivée à Guayaquíl. Un trajet court (20 miles seulement), mais que les vents contraires font rendre long : pas moins de quatre jours à lutter contre les courants…

La Punta Santa Elena et ses falaises, vue depuis la plage au sud. DR

En apprenant cette défection, les naufragés de la Capitana paniquèrent. Abandonnant tous leurs biens, les passagers (souvent des marchands, parfois accompagnés de leur famille) tentèrent de rallier la plage si proche et si lointaine en même temps. L’équipage les aida en transportant plusieurs d’entre-eux en chaloupe. Vingt passagers acharnés tentèrent de nager jusqu’à la plage en portant autour de leur taille de grosses ceintures de cuir bourrées de pièces d’or et d’argent : aucun ne survécut (et ils constituèrent étonnamment les seules pertes de ce naufrage). Après avoir fait coupé et évacué les mâts pour alléger ce qu’il restait de son bateau, le capitaine-général de Sosa parvint à dégager le Jesús María des hauts fonds et à se rapprocher tant bien que mal de la côte, pour faciliter les futures opérations de renflouement. Car le sort du galion touché à mort était désormais aussi prévisible qu’inévitable : gorgé d’eau autant que de métal précieux, le navire finit par sombrer dans quatre brazas de fond (environ sept mètres), à un mile du promontoire surplombant les funestes récifs de Chanduy.

Récifs au large de la Punta Santa Elena. DR

 

III. Le sauvetage

A peine arrivé à terre, le capitaine-général de Sosa envoya la mauvaise nouvelle à Callao, demandant des plongeurs et de l’équipement pour récupérer le plus possible de la cargaison. Une semaine après l’arrivée de l’Almiranta à Perico, le vice-roi du Pérou avait rassemblé une équipe de sauvetage. Un camp de base fut installé sur la plage, on construisit des radeaux et des barges, tout en recrutant des pêcheurs indiens locaux, habiles plongeurs. Dès les premiers jours, les résultats furent plus qu’encourageants : on récupéra en peu de temps 664 lingots, 109 coffres de pièces, sans compter de la vaisselle, des armes (dont 41 des 44 canons), etc. On s’aperçut aussi que le pont du bateau était couvert de 12’000 balles de laine (alors même que le transport de laine était formellement interdit, par édit royal, sur les galions…).

Portrait de Luis Enríquez de Guzmán (v. 1600-1667), comte d’Alba de Liste, vice-roi de Nouvelle-Espagne (1650-1653), puis 17e vice-roi du Pérou (1655-1661). Dès son entrée en fonction le 3 janvier 1655, il eut à gérer le sauvetage de la précieuse cargaison de la “Capitana”. Photo WikiCommons

Au fil des mois suivants, les renfloueurs allèrent de surprise en surprise : au fur et à mesure de l’exploration des ponts inférieurs par les plongeurs, l’épave n’en cessait pas de livrer des masses et des masses d’argent. A la fin de l’année 1655, lorsque des tempêtes ensablèrent l’épave, la rendant en grande partie inaccessible, le total des sommes récupérées avait déjà atteint le triple du montant officiellement chargé à bord du bateau (dont on a déjà vu l’importance) ! Apparaissait alors de manière évidente la fraude généralisée qui avait prévalu, officiers du bord et marchands passagers ayant embarqué de fortes sommes en numéraire de manière tout à fait clandestine, pour échapper aux impôts royaux. La Couronne, dans l’opération, gagna une fortune : n’étaient remboursées que les sommes effectivement déclarées, tout le surplus illégal tomba dans l’escarcelle royale. On estima qu’au total, en plus des trois millions de pesos royaux, le navire naufragé devait en transporter sept autres, en grande partie clandestinement. Sur ces dix millions de pesos, sept furent récupérés, trois demeurèrent au fond de l’eau.

Portrait de Philippe IV, roi d’Espagne, par Velasquez (1656). Ce souverain, surnommé “le roi-planète”, régna sur l’Espagne et son vaste empire entre 1621 et sa mort en 1665. National Gallery, Washington

En dépit de cette manne inespérée, l’affaire témoignait aussi de la corruption générale régnant dans les colonies d’Amérique du Sud. La colère du roi Philippe IV fut grande, les administrations madrilènes s’agitèrent, des enquêteurs furent envoyés, le vice-roi du Pérou fut sommé d’agir… et des têtes commencèrent à tomber. En premier lieu, le capitaine-général de Sosa fut condamné à mort, tant pour la perte de son navire que pour sa complicité évidente dans ce système de fraude à grande échelle, relevant de la trahison et du crime de lèse-majesté. L’officier fit toutefois appel auprès du roi, obtint sa grâce et n’accomplit que deux ans de prison en Espagne, eût égard à son âge, à ses états de service – et aussi à sa puissante famille. D’autres condamnés eurent moins de chance ! Ironie de l’histoire, en revanche : le responsable du sauvetage n’était autre que Bernardo de Campos, le trésorier du navire (et premier responsable de son surpoids fatal). Les malversations étant donc la norme sous ces latitudes, une partie des sommes récupérées fut distraite durant les opérations de renflouement, dans les réserves mêmes établies au camp de base sur la plage… Mais il en restait encore beaucoup ! En décembre 1654, le galion Nuestra Señora de los Angeles fut envoyé à Perico bourré de deux millions de pesos ; à la mi-février, c’est le Santiago qui convoya vers la même destination un million supplémentaire.

IV. La redécouverte

En dépit de l’ensablement du site principal, les efforts des sauveteurs espagnols se prolongèrent jusqu’en 1662, les flots rejetant régulièrement des pièces de huit sur les plages proches. Puis le naufrage et son emplacement furent peu à peu oubliés, jusqu’à leur redécouverte à la fin du XXe siècle.

Vue satellite de la région de Guayaquil et de la Punta Santa Elena. La zone du naufrage (récifs de Chanduy) est cerclée en rouge. Photo GoogleMap

C’est au milieu des années 1990 que la zone du naufrage fut circonscrite. Le gouvernement équatorien délivra des permis et concessions à pas moins de quatre équipes concurrentes. En 1997, l’une d’entre-elles, Oceanic International Corporation, menée par Robert McClung, venant de Floride (principale patrie des chercheurs de trésors subaquatiques), parvint à découvrir, en bordure de sa concession, la partie du trésor qui avait dû être abandonnée en 1654. Mais une géolocalisation plus précise montra qu’en réalité, le site appartenait à la concession voisine, celle de l’entreprise concurrente SudAmerica Discovery, menée par Hermann Moro, Dave Horner et Lou Ullian, également originaires de Floride ! « Treasure is trouble », comme le dit un vieux adage anglo-saxon…

Travail des plongueurs sur le site de la “Capitana”. Photo DR

Les deux sociétés adversaires parvinrent à s’entendre et à partager la trouvaille, mais ce furent alors leurs concurrents déçus qui s’ingénièrent à les décrédibiliser auprès des autorités (assurant que des pièces avaient été dérobées et envoyées illégalement aux USA) ou des investisseurs (suggérant que le site avait été « salé »[3] de pièces de huit d’autres provenances, mais cohérentes avec la date du naufrage, pour faire croire qu’il s’agissait bien du site de la Capitana). Ces manœuvres retardèrent d’un an l’autorisation officielle de fouille qui fut finalement délivrée en 1997, sur la base d’un accord permettant à l’Etat équatorien de toucher la moitié des monnaies récupérées. Les opérations durèrent jusqu’en 2003 et permirent de remonter de nombreux artefacts (notamment des boulets de canon), ainsi que plus de 5’000 pièces de huit et quatre réaux, dont une partie fut proposée en vente publique dès 1999.

Boulet provenant de l’épave de la “Capitana”. vendu aux enchères en 2017. DR

Au niveau numismatique, la cargaison de la Capitana apportait de très intéressants éclairages sur le monnayage colonial de Bolivie, en une période très chargée de son histoire. L’atelier de Potosi, qui frappait l’argent provenant des très riches mines d’argent boliviennes, avait été créé en 1573. Les « pièces de huit » transportées sur le Jesús María étaient toutes frappées récemment, mais de trois types différents : des « contremarquées » de 1649-1652, des « types transitionnels » de 1652 et des « piliers et vagues » de 1653-1654.

L’évolution du monnayage de Potosi au début des années 1650 : du type traditionnel “écu et croix” (fig. 1), on passa aux “piliers et vagues” (style définitif, fig. 3), après quelques mois de frappe d’un type transitoire (fig. 2). DR Ernie Richards

Pourquoi ce changement brutal de l’apparence des monnaies boliviennes, demeuré stable pendant des décennies ? Là encore, tout part d’une gigantesque fraude. Les « pièces de huit » américaines étaient réputées dans le monde entier pour la pureté de leur métal, souvent de 90 à 95 % d’argent. Toute l’opération d’extraction, de raffinage puis de frappe était soigneusement contrôlée. Mais l’appât du gain et la corruption achetèrent les loyautés : on commença donc à « couper » l’argent presque pur avec du cuivre, afin de se mettre dans la poche la différence de métal précieux… Quand le scandale éclata, des enquêteurs spécieux furent dépêchés au Pérou et en Bolivie pour mettre fin à la fraude. Les monnaies frappées furent rappelées en atelier pour examen. Quand la pesée révélait une présence trop forte de cuivre, on procédait à la refonte des monnaies et à leur raffinage. Mais lorsque la différence était modique, on se contentait d’appliquer sur la pièce une contremarque (le plus souvent un petit rond à bord perlé présentant une couronne accompagnée d’une lettre désignant le contrôleur) avec un vigoureux coup de marteau. La monnaie ainsi stigmatisée prenait du coup un cours légal de 7,5 reales au lieu de 8 : on pouvait la réinjecter dans le circuit de distribution monétaire. Mais cela ne réglait que le problème du stock existant déjà frappé. Pour redonner confiance dans les monnaies nouvellement frappées, on décida donc de changer leur « design » : un type « de transition » fut donc essayé en 1652 pour évoluer vers le dessin définitif « aux piliers et aux vagues » l’année suivante.

Philippe IV, Pièce de huit réaux provenant de la “Capitana” (type “écu et croix”), 1649-1652, avers avec les grandes armes des Habsbourg d’Espagne. Collection ND
Philippe IV, Pièce de huit réaux provenant de la “Capitana” (type “écu et croix”), 1649-1652, revers. A noter en haut à gauche la contremarque ronde appliquée pour signaler une monnaie dévaluée à 7,5 réaux : on distingue le bord perlé et la couronne au centre. Collection ND

Mais ces pièces entachées de corruption, de fraude et de trahisons devaient décidément être maudites… Arrivé à Panama par convois de mulets, le trésor fut chargé dans les cales de la Flotte de Terre-Ferme, en premier lieu dans son navire almirante, le galion Nuestra Señora de las Maravillas (voir “Moneta 15”). En janvier 1656, durant son voyage vers l’Espagne, ce puissant navire, victime d’une collision en pleine nuit dans le canal de Floride, alla couler au large des Bahamas… Et jamais deux sans trois : les monnaies récupérées en partie sur l’épave subirent un ultime naufrage, lorsque le bateau Madama do Brasil, lesté d’une petite partie du trésor, s’échoua à son tour sur Gorda Cay, dans les Bahamas, en 1657. Une sacrée loi des séries !

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 23 août 2019

La Punta Santa Elena, vue depuis le sud

BIBLIOGRAPHIE

Ernie « SeaScribe » Richards, Shipwrecks and Their Coins (vol. 2) : The 1654 « Capitana » & 1656 « Almiranta », West Palm Beach, En Rada Publications, 2007.

NOTES

[1] Ce contrat d’assurance fut rédigé à Gênes le 23 octobre 1347 et couvrait un navire commerçant nommé la Santa Clara pour une traversée de Gênes à Majorque.

[2] Natif de Montilla en Espagne, le frère franciscain Francisco Solano y Jimenez (1549-1610) s’embarqua pour le Pérou après vingt ans de couvent et commença à évangéliser les régions de Tucuman et du Paraguay, apprenant plusieurs langues autochtones et développant de bonnes relations avec les populations locales. On dit qu’il aurait prédit le grand tremblement de terre de Trujillo, survenant huit ans après sa mort, ainsi que la date de sa propre disparition. Béatifié en 1675, canonisé en 1726, il fut le premier colon espagnol à être reconnu saint.

[3] Le terme de « salage » renvoie à une pratique minière, très pratiquée dans les filons aurifères par exemple, consistant à saupoudrer de matière précieuse la terre extraite d’une mine ou les bords d’un ruisseau, pour faire croire à des investisseurs ou acheteurs potentiels à la richesse de la zone…

MONETA (24) : AU LARGE DES BAHAMAS, L’ÉPAVE DE LUCAYAN BEACH

 L’ÉPAVE DE LUCAYAN BEACH
(GRAND BAHAMA, 1628 ?)

Dans bon nombre de livres ou de films, les trésors sont entourés de malédictions plus ou moins terribles. Il n’y a qu’à penser au très célèbre Pirates des Caraïbes et à ses marins morts-vivants frappés par l’anathème accompagnant un coffre de pièces d’or aztèques frappées d’une cinématographique tête de mort (!).

Le capitaine Jack Sparrow (alias Johnny Depp) frappé par la malédiction du trésor de Cortès, mais jouant quand même avec une de ses pièces ! Cliquez dessus : c’est un GIF animé. Photo DR

En notre époque contemporaine moins rêveuse et romantique, les malédictions liées aux trésors existent toujours, mais ont pris une autre forme, au moins aussi terrible : pas de morts-vivants vengeurs certes, mais des kyrielles d’avocats, d’escrocs et de fonctionnaires, tous prêts se faire les dents sur les découvreurs ! L’histoire de l’épave de Lucayan Beach est, à cet égard, assez révélatrice : trouver un trésor n’est rien ; le garder est une autre paire de manches… Remontons au milieu des années 1960 pour plonger dans les eaux bleues des Bahamas, décidément riches en épaves à trésor (pensons notamment au naufrage de la Nuestra Señora de las Maravillas, déjà raconté).

I. La découverte

Composé d’environ 700 îles et îlots situés au nord de la mer des Caraïbes, l’archipel des Bahamas, qui demeure une colonie britannique jusqu’en 1973, a longtemps été une zone d’activité intense pour les pirates, surtout au XVIIe siècle. Cela dura jusqu’à l’entrée en fonction du capitaine Woodes Rogers comme gouverneur royal en 1714 et la mise en application de son motto latin approximatif, mais explicite : « Expulsis piratis, restituta commercia ». La traque fut sans pitié et aboutit à la pendaison d’une douzaine de chefs pirates notables, en premier lieu Jack Rackam (dit Calico Jack) en 1720.

Cartes ancienne des Bahamas (XVIIIe siècle). La zone du naufrage est cerclée en rouge.

Après des décennies de tranquillité insulaire, tout changea à partir des années 1960, avec le développement du tourisme impulsé par le gouvernement local et des promoteurs immobiliers. De grands complexes hôteliers commencèrent à pousser sur le bord des plages encore vierges, le principal d’entre eux sur l’île de Grand Bahama étant le « Lucayan Beach Hotel », avec ses tennis, son golf 18 trous, son club house, ses docks pour bateaux de croisière et de pêche au gros, sans parler des plages bien entendu. Le tout était prévu pour attirer la clientèle américaine avide de vacances au soleil.

Vue aérienne du “Lucayan Beach Hotel” à son ouverture (1964-1965)
Prospectus publicitaire vantant les mérites du “Lucayan Beach Hotel” à son ouverture (1965)

C’est au large des plages du « Lucayan Beach Hotel » que fut découvert, par le plus pur hasard, le site d’une ancienne épave. Plongeurs professionnels gérant une petite société d’activités nautiques pour touristes, Jack Slack et Gary Simmons plongeaient au tuba pour explorer les récifs coralliens ceinturant les plages. Le 27 août  1964, ils revinrent en un lieu, à 1’300 yards (environ 1’200 mètres) du littoral, en face du grand hôtel, où Simmons avait la veille découvert une grande ancre posée sur le fond. De fait, il s’agissait bien d’une ancre ancienne de grande taille (plus de trois mètres), munie d’un large anneau. Aussi bien la croûte de corail qui l’enserrait que l’absence de jas prouvaient son ancienneté : cette pièce était en effet en bois jusqu’au XIXe siècle et, après un naufrage, disparaissait rapidement sous l’action des tarets. Bien plus que l’espoir d’un trésor (Slack se disait vacciné de ce genre de rêve après des heures de plongée bredouilles sur des épaves), c’est l’idée d’avoir un nouveau site d’exploration pour leurs touristes qui les animait.

Jack Slack, principal découvreur de l’épave de Lucayan Beach (1967). Photo DR

Mais arrivés sur la zone, Slack et Simmons repèrent rapidement non loin de l’ancre, par seulement 10 pieds (3 mètres) de fond, une masse compacte vaguement parallélépipédique,  qu’ils identifièrent rapidement comme un conglomérat de pièces d’argent soudées ensemble par l’oxydation et les concrétions. Le bloc ne pesait pas moins de 100 kilogrammes ! Des recherches ultérieures, menées avec leurs associés Philipp « Bissell » Shaver et Richard « Dick » Tindall, permettront de retrouver une autre ancre, ainsi que deux canons légers en fer : un fauconneau (boulet d’environ 1,5 livres) et une petite couleuvrine (saker). Tous furent remontés peu à peu des profondeurs.

Sans moyens financiers personnels, le quatuor dut faire appel à des investisseurs pour continuer l’exploration du site : opération coûteuse en hommes (parmi leurs plongeurs figurait en premier lieu un certain Jacques Mayol, le futur recordman du monde d’apnée, premier homme à descendre à 100 mètres de profondeur et dont la carrière inspira le film Le Grand Bleu !), en bateaux et en matériel. Le gouvernement des Bahamas, avisé de la découverte, fit traîner pendant huit mois l’enregistrement officiel de l’épave et le droit d’exploitation de ses découvreurs. Il y eut bien sûr la période de gloire, quelques interviews à CBS ou pour le magazine Look[1], les contacts avec des conservateurs du Smithsonian Institute ou d’autres sommités numismatiques, la rencontre avec la reine Elisabeth durant sa visite aux Bahamas, la considération des « huiles » et des banquiers locaux. Mais les quatre plongeurs durent ensuite affronter un type de requis qu’ils n’avaient jamais croisé : les « businessmen » et leurs avocats. En fait d’investisseurs, ils se retrouvèrent confrontés à des escrocs (dont l’un était le propre neveu du président Dwight D. Eisenhower) sous diverses formes. Ils faillirent perdre plusieurs fois le contrôle de leur société ; ils durent surveiller le site de l’épave, menacé par des intrusions et des vols (une ancre fut même récupérée dans le port de Freeport, avec l’appui des autorités, qui promulguèrent du même coup un Treasure Act en 1965, afin de compléter leur législation, lacunaire en matière d’épaves anciennes) ; ils furent saignés à blanc par un réalisateur de films sous-marins, dans l’optique de réaliser un film de promotion ; etc. Eux que les médias avaient vite fini par étiqueter multimillionnaires (n’avaient-ils pas trouvé un trésor estimé aux alentours de 3 millions de dollars de l’époque ?) furent acculés à la faillite et finirent par revendre leur société (et leurs parts sur le trésor) pour le dixième de leur valeur, afin d’éponger leurs dettes et engagements. Les dissensions internes, les pressions, les soucis financiers eurent raison de l’amitié de ces quatre hommes, qui connaissaient certes la mer, ses dangers et ses récifs, mais pas ceux du monde des affaires, de la finance et du marketing. Dans son livre Finders Losers paru en 1968, Jack Slack doit faire état du trésor en lui-même et de sa découverte sur moins de 10 pages, le reste étant consacré à la description de leurs batailles juridiques et financières… Comme il l’écrivit lui-même, écœuré et amer, « I realize we’re in the home stretch now, but the past two years have been a night-mare. We didn’t uncover a treasure, we unleashed a monster and built a fairy tale around it »[2].

Ce sont donc les investisseurs (certains des plus honnêtes d’ailleurs), les banques et les autres créanciers qui tirèrent finalement bénéfice du trésor découvert, sans parler du gouvernement des Bahamas qui avait droit à 25 % du total. Entre les premières découvertes et les fouilles ultérieurs le long du récif, ce sont 16’000 pièces de huit, de quatre et de deux réaux, essentiellement frappées à Mexico, qui avaient été remontées, en blocs ou individuellement. C’était alors la plus grosse trouvaille jamais faite de pièces espagnoles coloniales sur une épave. La monnaie présentée ci-dessous est donc une de ces pièces de huit réaux, souvent bien conservées et lisibles (surtout pour des “cobs” qui tiennent finalement plus de lingotin que de la véritable pièce de monnaie, vu leur grossière technique de fabrication). Comme le montre les marques “M” et “D” visibles à gauche sur l’avers, aux côtés des grandes armes des rois d’Espagne, elle fut frappée à Mexico, sous le contrôle de l’essayeur Diego de Godoy : comme ce dernier exerça sa charge entre 1618 et 1634, nous avons donc la fourchette chronologique de cette monnaie (comme toujours ou presque, la date est absente, ainsi que la majeure partie de la légende circulaire). Nous allons voir que ce créneau peut être reserré à 1618-1628.

Pièce de huit réaux provenant de l’épave de Lucayan Beach (avers).  Mexico, entre 1618 et 1628. Collection ND
Pièce de huit réaux provenant de l’épave de Lucayan Beach (revers). Mexico, entre 1618 et 1628. Collection ND
Pièce de huit réaux provenant de l’épave de Lucayan Beach dans sa boîte-écrin de Spinks & Son (1968). Collection ND
Boîte-écrin de Spinks & Son pour la commercialisation des premières pières provenant de l’épave de Lucayan Beach (1968). Collection ND

Après des années de procédure, un premier lot fut dispersé à Londres en 1968-1969 par l’entremise de Spink & Son Ltd., médailliers de la reine[3]. Les monnaies furent présentées dans d’élégants coffrets individuels en simili-cuir blanc frappés de l’inscription « Lucayan Beach Pirate Treasure 1628 ». Mais à quoi pouvait bien se référer cette mention ?

II. Un naufrage, des bateaux

Si ce billet a commencé pour une fois à rebours, et non par le naufrage, c’est parce que les seuls faits tout à fait tangibles sont extraits de la découverte et de son récit laconique. Le site, travaillé à l’explosif une fois que les « investisseurs » furent entrés dans la danse, n’a rien livré de l’épave, hormis les éléments déjà décrits : des dizaines de milliers de pièces d’argent, deux ancres, deux canons, plus quelques artefacts mal décrits (tessons de poterie, boulets de canon). Sur le bateau, sa structure, ses dimensions, aucun renseignement, et cela ne semble pas avoir changé beaucoup depuis la découverte de 1964, en dépit de nouvelles campagnes de fouilles dans les années 1990.

Un galion faisant naufrage dans la tempête (ici, l’exemple de la “Nuestra Señora de Atocha”, coulé en 1622)

La « Lucayan Beach Shipwreck » fait donc partie de ces épaves à l’identité jamais établie et dont les circonstances du naufrage demeureront sans doute inconnues. Mais diverses hypothèses ont été émises. La première tient compte de la localisation du site, à quelques encablures de la côte de Grand Bahama. Les archives espagnoles mentionnent en effet une perte dans ses eaux en 1624, celle de la Nuestra Señora de los Remedios. Ce bateau modeste, sous le commandement du capitaine Juan de Berdesia, accueillait un pilote (nommé Francisco Martin), vingt marins et vingt soldats d’escorte. Sa mission était en effet de ramener au gouverneur de Saint Domingue sa situado (sa dotation annuelle) depuis Vera Cruz, port d’embarquement traditionnel de l’argent mexicain. Au même moment, le 12 juillet 1624, appareillait la Flotta de Plata ramenant les richesses mexicaines vers l’Espagne : la Nuestra Señora de los Remedios accompagna tout naturellement le convoi de galions pour bénéficier de leur protection. Plus léger, le navire de Don Juan de Berdesia prit de l’avance. Sa route devait lui faire longer les Bahamas pour piquer ensuite vers Saint Domingue, sa destination. Mais une terrible tempête s’abattit sur le bateau le 11 août, brisant ses mâts. D’après le récit d’un marin survivant, Marcos de Velasco, « le navire se rendit ensuite où le vent et le courant l’emportaient, complètement à la dérive et à la merci des mers. Le lendemain, au lever du soleil, le 12 août, une très grosse vague a emporté le navire et le pont tout entier s’est détaché et a flotté au-dessus de l’eau avec tout le personnel du navire à son bord, à environ un tir d’arquebuse du sommet des récifs où le puissant ressac noya dix-neuf soldats et marins, dont Juan de Berdesia ». Ce témoin, avec sept autres personnes, parvint à surnager pendant six à huit heures, avant d’être emporté sur un îlot qui se dressait au plus haut du récif, à une lieue de là. Deux jours plus tard, avec les débris de l’épave, Velasco et ses compagnons construirent un radeau et s’élancèrent à travers le canal des Bahamas, parvenant à rejoindre la Floride après quinze jours de navigation. Au bout du compte, ils ne furent que huit survivants à rejoindre La Havane. Selon le témoignage de Valesco, les coffres de pièces étaient bien restés sur le récif. Ce naufrage pouvait-il donc correspondre à l’épave de Lucayan Beach ? La localisation plaidait pour, ainsi que la première assertion de Bissell Shaver, l’un des « inventeurs » de l’épave, déclarant que la plus ancienne pièce retrouvée comportait le millésime 1624. Mais il apparut vite que cette affirmation était sujette à caution et que l’identification de l’épave avec la Nuestra Señora de los Remedios devait être abandonnée…

Carte des Bahamas dressée en 1684 par un “wreck fisher” (chercheur d’épave) anglais : on voit que plusieurs sites étaient déjà bien connus à l’époque ! Photo DR

Les lots dispersés entre 1968 et 1972 ont en effet permis d’établir que la plupart des monnaies, des pièces de huit et de quatre réaux frappées à Mexico ou à Potosi, avaient majoritairement été émises entre 1612 et 1628[4]. Quelques monnaies étaient plus anciennes, la palme revenant à une « pièce de huit » de 1584[5]. Le terminus post quem était donc 1628.

Que retiennent les annales navales pour cette année dans la mer des Caraïbes ? Deux galions espagnols de 600 tonneaux, le Santiago y Santa Anna et la Santa Gertrudes, transportant un trésor de 2,5 millions de pesos, coulèrent de nuit, durant un ouragan, faisant route depuis La Havane. L’un toucha un récif sur la côte sud de Grand Bahama et coula à trois kilomètres à l’est. L’autre aurait fait naufrage « à un tir de canon » à l’est du premier, près de Golden Rock. Mais la nature d’un des deux canons retrouvés pose problème à cette identification. En effet, la couleuvrine (saker) était un modèle remontant pour le moins à la seconde moitié du XVIe siècle et vieux de ce fait de plus d’un demi-siècle. Or, comme l’a relevé le chercheur Mendel Peterson, les prescriptions de l’amirauté espagnole interdisait strictement l’usage de pièces d’artillerie âgées de plus de trente ans, mais aussi l’emploi d’anciens canons comme ballast en fond de cale (usage probable de la présente couleuvrine). Pour ces deux raisons, ce bateau ne devait donc pas être espagnol.

Petite couleuvrine française du XVIIe siècle. Cliché DR
Couleuvrine “bâtarde” (moyenne) française, règne d’Henri II, milieu du XVIe siècle. Paris, Musée de l’Armée. Cliché DR

La plupart des historiens pointent de ce fait un autre événement marquant de cette année 1628 dans la zone Caraïbes : la bataille de la Baie de Matanzas. Au début de septembre 1628, la Flota de Plata (Flotte d’argent) était réunie à Cuba, ayant réuni les trésors apportés par la Flottille de Nouvelle-Espagne (provenant du port de Vera Cruz avec l’argent mexicain) et la Flottille de Terre-Ferme (venant de Panama chargée du produit des mines de Colombie, du Pérou et de Bolivie). Tout était donc prêt pour le départ vers l’Espagne ; les galions lèvent l’ancre et cinglent vers le canal des Bahamas. Le saison des ouragans était passé, mais ce n’était pas le seul danger de ces mers… La capture inopinée d’un petit mousse hollandais sur l’île Blanquilla avait révélé qu’une escadre ennemie était en maraude. Une partie de la Flota de Plata (la Flottille de Terre-Ferme), avisée, décida de trouver refuge dans certains ports cubains, mais la majeure partie (la Flottille de Nouvelle-Espagne) poursuivit sa route.

Portrait de l’amiral Piet Heyn, d’après un original perdu de Jan Damen Cool (1625-1629). Source WikiCommons

Le 7 septembre 1628, la flotte hollandaise, composée de trente-et-un vaisseaux commandés par l’amiral Piet Hein (1577-1629)[6] (assisté par son capitaine de pavillon Witte de With), l’amiral Hendrick Lonck et le vice-amiral Joost Banckert (mais accompagnés aussi par le pirate Moses Cohen Henriques), attaqua les vingt-et-un navires espagnols rabattus dans la baie de Matanzas, à une centaine de kilomètres à l’est de La Havane. Seize furent finalement interceptés, avec des sorts divers : un galion fut pris par un assaut surprise en pleine nuit ; neuf petits bateaux marchands se rendirent ; deux furent poursuivis jusqu’en haute mer ; quatre galions furent pris au piège dans la baie. Après plusieurs échanges de canonnades nourries, les Espagnols commandés par don Juan de Benavides Bazán amenèrent pavillon le 8 septembre.

Prise de la flotte espagnole par Piet Hein lors de la bataille de la Baie de Matanzas. Source WikiCommons

Avec seulement quelques blessés à déplorer, l’amiral (et semi-corsaire) Piet Heyn mit ainsi la main basse sur des richesses exceptionnelles, pour un total de 11’509’524 guilders, en lingots et monnaies d’or et argent, mais aussi en denrées précieuses (indigo, cochenille, etc.). Quelques navires espagnols furent également conservés comme prises, mais les équipages ne furent pas gardés en captivité. Bien au contraire, l’amiral fit débarquer à terre les marins espagnols, avec de nombreuses provisions, pour qu’ils puissent regagner La Havane par la côte. Les vaincus s’étonnèrent autant de cette générosité que de la pratique courante de l’espagnol par l’amiral hollandais (il avait pu apprendre cette langue à la perfection, ayant lui-même été prisonnier de guerre).

Le “Batavia”, réplique d’un vaisseau hollandais de 1628, lancé en 1995. Source WikiCommons

Cette bataille navale fut la plus grande victoire hollandaise dans les Caraïbes et conféra à Piet Heyn, à son retour à Rotterdam quelques mois plus tard, un statut de héros national (dont il ne profita d’ailleurs que fort peu, tombant dès le 18 juin 1629 lors d’un combat contre des corsaires dunkerquois). Lui-même demeurait assez désabusé sur l’enthousiasme de ses concitoyens, disant au bourgmestre de Leyde, où il était fêté : « A présent, ils me célèbrent parce que j’ai obtenu des richesses sans le moindre danger ; mais jadis, lorsque j’ai risqué ma vie au combat, ils ne savaient même pas que j’existais… ». L’amiral Heyn demeure en tout cas le seul et unique à avoir pu capturer une si grande part de la mythique Flota de Plata espagnole.

Le butin amassé servira à l’effort de guerre contre l’Espagne et le Portugal, finançant l’armée hollandaise dans son entier pendant huit mois. Durant cette période fut notamment conquise la citadelle de ‘s-Hertogenbosch (Bois-le-Duc en français), dans le Brabant. Les actionnaires de la Compagnie des Indes occidentales reçurent par ailleurs des dividendes exceptionnelles cette année-là ! C’est aussi cette manne qui permit d’armer en décembre 1630 une imposante flotte de soixante-dix vaisseaux qui mirent le cap sur la colonie sucrière portugaise de Pernambuco, sur la côte brésilienne : la cité tomba aux mains des Hollandais, qui en restèrent maîtres pendant quatorze ans (ce furent les prémices du déplacement de la culture du sucre vers la Barbade et le reste des Antilles).

Nicolaes Visscher, carte célébrant la prise de Pernambuco par la flotte hollandaise en février 1630 (gravure aquarellée, vers 1640). Source WikiCommons

Mais tout le trésor espagnol était-il bien parvenu en Hollande ? Le 26 septembre 1628, alors que sa flotte était à 140 (miles ?) à l’ouest des Bermudes, l’amiral Heyn écrivit une dépêche ensuite confiée au plus rapide navire pour qu’il cingle devant la flotte, apportant au plus vite la nouvelle de la victoire au Parlement hollandais à Rotterdam. Selon cette missive, « nous avons capturé quatre gallions avec nous et nous espérons les ramener, deux d’entre-eux sont presque remplis de peaux et de fourrures. En plus des bateaux mentionnés, nous avons également pris avec nous un autre petit bateau d’environ 100 tonneaux qui est principalement chargé de peaux et de bois de Campêche ». Mais aux environs des Bermudes, une terrible tempête frappa le convoi et les documents ultérieurs indiquent qu’au moins deux vaisseaux disparurent dans la tourmente. Certains ont pointé le fait que les Bermudes sont bien distants des Bahamas (environ 1’400 kilomètres). L’argument, toutefois, est faible : on a déjà vu bien des navires endommagés dans des tempêtes parcourir désemparés de longues distances pour faire finalement naufrage très loin de la zone initiale de l’ouragan (rappelons le cas de la Nuestra Señora de la pura y limpia Concepcion qui rencontra en 1641 une tempête au large des côtes nord de la Floride et finit par sombrer devant celles d’Hispaniola [actuelle République dominicaine], soit à 1’600 kilomètres de distance). Il n’est donc pas impossible que l’épave de Lucayan Beach soit l’un des navires perdus de la flotte hollandaise. Mais lequel ? Il sera sans doute impossible de le savoir, mais, si l’on exclut les navires de prise espagnols (le Santa Gertrudis ou le Romario) en raison du vieux canon en ballast, on pourrait retenir comme hypothèse le nom du bateau hollandais Van Lynden (baptisé d’après une grande famille de la noblesse flamande). Mais faute d’éléments tangibles nouveaux, il est fort possible que l’identité réelle de la « Lucayan Beach Shipwreck » reste à jamais un mystère…

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 6 août 2019


NOTES

[1] « The Big Find – Ancient Spanish Mint Ship Yields Richest Treasure to Date », dans Look, 9 mars 1965, pp. 102-106.

[2] Jack Slate, Finders Losers, Londres, Hutchinson, 1968, p. 173.

[3] Une autre vente aux enchères eut lieu chez Schulman en 1969 et chez Sotheby’s Londres en 1972.

[4] John M. Kleeberg, Numismatic Finds of The Amercias – An Inventory of American Coin Hoards, Shipwrecks, Single Finds, And Finds in Excavations, New York, The American Numismatic Society, 2009, p. 33. Selon le Treasure Diver’s Guide de Potter, une des monnaies retrouvées (une monnaie de 2 réaux) porterait la date de 1641, totalement isolée. Les auteurs s’accordent à penser qu’il s’agit d’une « contamination » du site, peut-être lors d’une tentative de renflouement ancienne (les wreck fishers furent actifs dès l’époque dans le canal des Bahamas, si riche en épaves). Pour reprendre les termes d’un des chasseurs de trésor du film Les Grands Fonds, « c’est peut-être un poivrot qui l’a perdu en dégueulant par-dessus bord » !

[5] Selon le Treasure Diver’s Guide de Potter.

[6] Fils d’un capitaine de bateau, né dans un petit village près de Rotterdam, Piet Heyn (1577-1629) devint marin très jeune, mais fut capturé à l’âge de 20 ans par les Espagnols : il demeura galérien pendant quatre ans, avant d’être échangé. Rejoignant la Compagnie des Indes orientales en 1607, il partit pour l’Asie et gagna la fonction de capitaine en 1612. Installé à Rotterdam, il entra dans le gouvernement local. En 1623, nommé vice-amiral, il partit l’année suivante pour les Antilles, se livrant à une sorte de « piraterie légale » pour le compte de la Compagnie des Indes occidentales : au Brésil, il captura la colonie portugaise de Salvador de Bahia et s’empara ensuite, en 1627, de plusieurs navires transportant du sucre. Ces succès firent naître sa réputation, qui devint presque une légende après sa victoire sur les Espagnols en 1628.

MONETA (23) : AU LARGE DU MOZAMBIQUE, LE “SÃO JOSÉ”

LE TRÉSOR DU SAÕ JOSÉ
(MOZAMBIQUE, 1622)

Tous les naufrages décrits jusqu’à présent dans ces billets étaient le fait de tempêtes (Atocha, Hollandia, …) ou d’erreurs de navigation (Santiago, HMS Association, …). Il est donc temps d’aborder une autre cause notable de ces tragédies, et non des moindres : les batailles navales. Encore faut-il que les bateaux impliqués aient transporté un trésor, et même un trésor constitué de « pièces de huit », puisque c’est bien autour de cette monnaie mythique des récits de pirates que tournent mes billets d’été. Or, c’est le cas du Saõ José, navire amiral portugais qui sombra à la suite d’un combat naval sur la route des Indes. Transportant de très importants fonds dans un but commercial, la flotte dont il faisait partie avait attiré la convoitise des ennemis du Portugal et de l’Espagne. Nous sommes le 22 juillet 1622, dans le canal du Mozambique…

I. Le bateau

Depuis l’expédition capitale menée en 1497-1499 par le navigateur Vasco de Gama (1469-1524) en direction des Indes via le cap de Bonne-Espérance et la circumnavigation de l’Afrique, la route maritime des épices est acquise au royaume du Portugal, qui a ainsi créé les bases de son empire colonial. Dès lors, chaque année, une puissante flotte, l’Armada de Índìa[1], va rallier depuis Lisbonne les comptoirs commerciaux fondés en Inde, en premier lieu la florissante Goa, capitale de l’Empire portugais en Orient et siège du vice-roi des Indes (conquise et annexée en 1510 par Alfonso de Albuquerque, la ville demeura portugaise jusqu’en 1961).

Carte de Goa, dans les “Itinéraires” de Linschoten, ca. 1590. DR

Dans les bazars de la ville et sur les quais du port arrivaient et se négociaient toutes les richesses de l’Orient : perles et coraux de Bahreïn, porcelaine et soie de Chine, épices d’Inde ou de l’archipel malais. Il fallait de l’argent, beaucoup d’argent pour permettre ces échanges : une somme équivalent à environ 100’000 cruzados d’or (soit environ 1’000’000 de « pièces de huit », autrement dit 30 tonnes d’argent[2]) quittait donc chaque année le Portugal vers les Indes à bord de ce convoi. Une proie bien tentante pour les états ennemis du Portugal ou pour des pirates…

La cité de Lisbonne, dans Braun et Hogenberg, “Atlas Civitates orbis terrarum”, v. 1590. DR

Le 18 mars 1622, l’Armada de Índìa annuelle leva donc l’ancre du port de Lisbonne pour entamer son long périple de six mois. En plus de la Capitânia (navire-capitaine) Santa Teresa de Jesus, commandée par le capitaine Dom Filipe Lobo, et de l’Almiranta (navire-amiral) São José, une grande carraque sous les ordres du capitaine Dom Francisco Mascarenhas, la flotte se composait de six autres navires : les nefs (nau) São Carlo (capitaine Francisco Lobo) et Saõ Tomé (capitaine Nuno Pereira), les galions (galeão) São Salvador (capitaine Gonçalo de Sequeira de Sousa) et Trinidate (capitaine Sancho de Tovar da Silva) et deux plus modestes pataches (commandées par Francisco de Sodré Pereira et Francisco Cardoso de Almeida).

L’ “Armada de Índìa” en 1507 selon un manuscrit de l’époque. DR

A bord de ces navires se trouvaient, selon les scrupuleux comptes de l’administration royale, un trésor équivalent à 142’000 cruzados d’or (une somme en hausse par rapport aux années précédentes qui avaient vu l’envoi de « seulement » 80’000 cruzados : il fallait remonter à 1617 pour trouver une somme supérieure). Si cette somme figurait en équivalent-or dans les registres, elle se composait en réalité de nombreux coffres de pièces d’argent, les fameuses « pièces de huit » ou « pièces de quatre » réaux espagnoles[3], connues et acceptées par les marchands partout à travers le monde en raison de leur pureté avérée. Il faut par ailleurs se souvenir que depuis 1580, la dynastie des Aviz s’étant éteinte tragiquement, le royaume du Portugal et ses colonies ont été réunis à l’Empire espagnol en une « Union ibérique » (qui durera jusqu’en 1640). Le commerce portugais aux Indes est donc nourri par l’argent espagnol qui provient en immense majorité de ses colonies américaines (Mexique, Pérou et Bolivie), comme nous le verrons : bref, la mondialisation n’a rien de nouveau !

“Pièces de huit” remontées de l’épave du “São José”. Cliché Arqueonautas SA

Mais la flotte de 1622 ne transportait pas qu’un trésor. Elle emmenait aussi aux Indes portugaises une personnalité de premier plan : dom Francisco de Gama (1565-1632), quatrième comte de Vidigueira, arrière-petit-fils du célèbre navigateur et découvreur de la route des Indes. A l’âge de treize ans, il avait participé, aux côtés de son père, à la désastreuse campagne du roi Sébastien du Portugal contre les Maures (été 1578). Lors de la bataille des Trois-Rois (ou d’Alcácer-Quibir), durant laquelle son père, le roi et une bonne partie de la noblesse portugaise perdirent la vie, il fut capturé et demeura prisonnier jusqu’en 1595.

Dom Francisco de Gama (1565-1632), quatrième comte de Vidigueira. DR

Pour autant, l’horizon de ce grand aristocrate ne s’était pas borné au Maghreb. En 1597, deux ans après sa libération contre rançon, il avait été nommé vice-roi et gouverneur des Indes une première fois. En dépit du manque de fonds et de navires, par une gestion efficace mais impopulaire (jugulant notamment la corruption), il était parvenu non seulement à assurer la défense de la ville-comptoir de Goa contre les maharajahs voisins, les pirates britanniques et les Moghols, mais surtout à conquérir et annexer l’île de Colombo. Il avait toutefois dû quitter son poste en 1600, devant le mécontentement de certains de ses puissants administrés. C’est donc un retour inattendu qu’opérait dom Francisco (il sera d’ailleurs le seul des 128 vices-rois et gouverneurs des Indes portugaises à accomplir deux mandats), mais le voyage ne se fit pas sans difficulté…

La cité de Goa, dans Braun et Hogenberg, “Atlas Civitates orbis terrarum”, v. 1590. DR

 

II. Le naufrage

L’Armada de Índìa devait respecter un calendrier de navigation précis. En effet, pour rejoindre les Indes sans effort depuis les côtes somaliennes, il lui fallait accrocher les vents de la mousson, soufflant du sud-ouest, directement vers le sous-continent, de mai à septembre. La navigation de la flotte le long de la côte occidentale de l’Afrique se passa sans difficultés particulières, du moins dans l’ensemble, car le São José rencontra des problèmes d’ordre médical, une épidémie (scorbut ?) frappant une part importante de son équipage, y compris le capitaine Francisco Mascarenhas et le pilote du navire. A bord se côtoyaient, dans une promiscuité terrible favorisant les maladies, aussi bien des membres de la noblesse que des condamnés envoyés peupler la colonie indienne. Chose très émouvante, on trouvait aussi parmi les passagers de nombreuses « orphelines du roi » (órfãs d’el-rei), des enfants ou jeunes filles dont les pères étaient morts au combat au nom de la Couronne. Dès 1545, le roi Jean III avait pris l’habitude de pensionner et de doter ces jeunes filles, nobles ou roturières (mais « blanches, catholiques et de bonne naissance » [autrement dit nées d’un mariage]), exigeant en contrepartie leur implantation aux Indes (les colonies manquant cruellement de femmes européennes)[4].

Frans Huys, gravure représentant une caraque portugaise, vers 1555-1556. DR The Metropolitan Museum of Art, New York.

Comme l’ordonnait son statut d’Almiranta (navire-amiral), le São José fermait la marche du convoi et assurait l’arrière-garde, tandis que la Capitânia, portant le vice-roi Da Gama, était en tête. Mais, au fil des jours, l’écart entre le São José et le reste du convoi se creusa tout de même inhabituellement en raison de l’équipage réduit du navire, ralentissant toute la flotte. Après avoir contourné le cap de Bonne-Espérance avec retard, deux voies s’offraient alors aux pilotes : la « route extérieure », avec une circumnavigation de Madagascar, ou la « route intérieure », par le canal du Mozambique, plus directe quoique plus dangereuse en raison de ses hauts-fonds (qui avaient provoqué le naufrage de la grosse nef Santiago en 1585). Pour ne pas manquer la mousson, on se décida pour ce second itinéraire et la flotte portugaise cingla en direction de l’île de Mozambique, qui marquait une étape importante de la route des Indes. On y trouvait notamment la forteresse São Sebastiaõ, hérissée de canons et au pied de laquelle avait été bâtie en 1522 la petite chapelle Nossa Senhora Baluarte, sans doute l’un des plus anciens bâtiments européens bâtis dans l’hémisphère sud.

Capela de Nossa Senhora Baluarte, construite en 1522 : il s’agit de l’un des plus anciens bâtiments européens construits dans l’hémisphère sud. DR

Soudain, dans la nuit du 22 juillet 1622, à l’approche de l’île, surgit l’imprévu : la « Flotte de défense » anglo-hollandaise. Après s’être livrés une guerre larvée pendant quatre ans, les deux pays, avides de se tailler des parts de marché en Orient (Inde et Asie du sud-est) pour leurs Compagnies des Indes orientales (créées respectivement en 1600 et 1602), s’étaient alliés en 1620 contre leur ennemi commun en ses eaux, rassemblant leurs navires pour « faire butin et saccage de tous les Portugais et Espagnols, où qu’ils soient rencontrés ». Cette campagne devait notamment provoquer la chute et la ruine de l’important comptoir portugais d’Ormuz, tombé en avril 1622, après trois mois de siège combiné des forces anglaises alliées aux Perses.

Johannes Vingboons, Bataille navale devant Goa entre les flottes portugaise et hollandaise, 1638. DR

Demeuré à la traîne, manœuvrant difficilement par manque de marins valides, le lourd São José devenait une proie facile pour les navires anglo-hollandais. Ils furent bientôt quatre à tourner leurs canons vers la caraque isolée. Le São Carlo vint à la rescousse, mais fut pris à partie par un autre bateau ennemi, un peu au nord du combat principal. La violente canonnade (« more shots into the embattled vessel than ever before recorded in a single-ship attack in the Indian Ocean ») se poursuivit toute la nuit et toute la journée du lendemain, mais, en dépit de sa résistance courageuse, le São José était virtuellement hors de combat au soir du 23 juillet. Très endommagé (le grand-mât s’étant brisé), son capitaine et plusieurs officiers toujours malades, son pilote et un nombre important de ses marins tués, le navire en fuite était désemparé. Les survivants décidèrent de gagner coûte que coûte l’abri de la côte. Mais un récif (aujourd’hui connu sous le nom de “Baixos Infusse”) se dressa sur leur route, au large de la bourgade côtière de Mogincual : touchant durement les roches, le São José endommagea sans recours sa quille et son gouvernail, devenant incontrôlable. Dans un dernier effort, l’équipage mouilla les ancres pour freiner le navire, mais l’eau était déjà trop profonde. Les canons furent passés par-dessus bord pour alléger le bateau percé de toutes parts, mais la caraque finit par se briser et par sombrer le lendemain.

Canon pointant au sommet des murailles du fort de São Sebastao, construit en 1558. DR

Ayant assisté aux difficultés de sa proie et laissant un de ses navires sur place pour suivre son agonie, la flotte anglo-hollandaise se tourna alors vers la Santa Teresa et le São Carlo. La poursuite s’acheva à proximité de l’île de Mozambique, où les deux bateaux portugais s’échouèrent sur le banc de sable de São Laurenço, sous la protection des canons du fort São Sebastião. Redoutant d’être coulés par les batteries de la forteresse, les navires anglais firent retraite et revinrent sur les lieux du naufrage du São José. Le drame fit au total 300 à 400 morts, mais la « Flotte de défense » put néanmoins sauver (et faire prisonnières) pas loin d’une centaine de personnes, dont les « orphelines du roi ». Selon les rapports portugais, l’équivalent de 68’000 cruzados avait pu être sauvé, ainsi que 124 personnes. Les Anglais, de leur côté, annoncèrent avoir récupéré l’équivalent de 68’553 cruzados, trésor ensuite réparti entre les quatre bâtiments de la flotte. Ces montants incluaient l’argent royal, mais aussi les sommes transportées pour des compagnies de commerce privées ou des particuliers.

Le vice-roi Francisco de Gama parvint finalement à rejoindre Goa. Plus aguerri, doté d’une force militaire mieux préparée, il parvint à défendre les possessions portugaises contre les attaques anglo-hollandaises, notamment Malacca (la ville malaise, prise par Alfonso de Albuquerque en 1511, devait finalement tomber aux mains des Hollandais en 1641). Mais il s’attira une fois encore beaucoup d’ennemis en interne : accusé de détournement de fonds et de négligences, il tomba en disgrâce aux yeux du roi Philippe III et fut rappelé au Portugal en 1628, cédant la vice-royauté à l’évêque de Meliapor, Don Luís de Brito et Menezes. Da Gama mourut en 1632 sur la route de Madrid, allant plaider sa cause auprès du roi. Quant à l’épave du Saõ José, elle attendit 382 ans pour qu’on la retrouve…

III. La découverte

Au début des années 2000, la société privée Arqueonautas[5] (basée à Funchal, Madère) conclut un accord de recherches sous-marines avec le gouvernement de la République du Mozambique[6], notamment dans la région côtière de la province de Nampula[7]. C’est le 27 septembre 2004 durant une prospection au magnétomètre que fut repérée l’épave d’abord nommée MOG-003.

Les zones du combat et du naufrage, le long des côtes mozambicaines. Vue satellite Google Map

Le site était en grande partie localisé au nord-ouest du récif Infusse (baixos Infusse), à une profondeur moyenne de 21 mètres, sur un fond de sable et de rochers épars. Une première reconnaissance des lieux par les plongeurs permit de découvrir rapidement trois canons de bronze, cinq de fer et pas moins de sept ancres, le tout étalé dans un champ de débris partant du récif et courant ensuite sur 4,5 kilomètres : le tracé de l’agonie du São José.

Fouilles aux alentours d’une des ancres du “São José”. Cliché Arqueonautas SA
Découverte d’un canon dans les eaux mozambicaines. . Cliché Arqueonautas SA

Les fouilles sur l’épave à proprement parler (environ 750 mètres carrés) débutèrent en mai 2005 et connurent trois saisons. Comme dans toute fouille se respectant, le site fut quadrillé, les objets repérés et cotés. Les pièces de monnaie, réunies et soudées en conglomérats compacts par l’oxydation et les alluvions, gisaient sous des couches de sédiment épaisses de 0,15 à 1 mètre. Comme toujours, en fonction de leur position dans ces « clumps », les pièces de huit étaient de qualité variable, allant d’un excellent état de conservation (« numismatic coins ») à de simples morceaux de métal précieux corrodé (« washers »), en passant par des monnaies abîmées mais encore lisibles (« eroded coins »). Au total, ce sont plus de 23’211 monnaies, pièces de huit (60 %) et de quatre (40 %) réaux, qui furent remontées des eaux.

Découverte d’une “pièce de huit” isolée sur le site de l’épave. Cliché Arqueonautas SA
Ensemble de “pièces de huit” oxydées et soudées en agglomérats, tout juste remontées du site de l’épave. Cliché Arqueonautas SA
Examen et tri des “pièces de huit” remontées de l’épave. Cliché Arqueonautas SA

L’étude d’un lot significatif de ces monnaies (7’525, issues des deux catégories les mieux préservées) a permis de tirer quelques enseignements statistiques. Il s’est ainsi avéré que les sources de ces monnaies étaient au nombre de trois, particulièrement équilibrées : le Mexique (39, 5 %), le Pérou/Bolivie (33,7 %) et l’Espagne (26,8 %). Les pièces espagnoles frappées à Séville et Tolède, de meilleure qualité de frappe, étaient de toute manière souvent faites à partir d’argent du Nouveau Monde. Il faut en effet se rappeler que les mines des colonies espagnoles d’Amérique produisaient chaque année 270 tonnes de métal précieux (dans la décennie 1590), alors que les mines allemandes, les plus productives d’Europe, plafonnaient à 20 tonnes annuelles (dans la seconde moitié du XVIe siècle). L’analyse métallurgique réalisée à partir de monnaies « lavées » a par ailleurs montré que la réputation de ces lourdes pièces n’était pas usurpée, révélant un argent pur à 95-97 %.

“Pièce de huit” (avant traitement) comportant la date 1622. Cliché Arqueonautas SA

Les millésimes déchiffrables donnaient une fourchette chronologique majoritaire entre 1600 et 1621, beaucoup de ces monnaies venant tout juste de débarquer du Nouveau Monde à la « Casa de Contratacíon » de Séville, avant d’être envoyées à Lisbonne. La découverte de ces agglomérats a également permis de résoudre la question du transport de ces trésors. D’après les trouvailles de terrain et les calculs postérieurs, les coffres en bois décrits par les sources anciennes (inventaires notamment) contenaient peu ou prou une somme de 20’000 réaux, divisée en sacs de 2’000 réaux, ce qui représente quand même un poids conséquent d’environ 70 kilos par coffre. Avec le poids de ce dernier, sans doute épais et ferré, on comprend qu’il ait été parfois difficile de pouvoir évacuer facilement ces avoirs lors de situations périlleuses, naufrage ou bataille navale…

Les mines de Potosi représentées dans les “Grands Voyages” de Théodore de Bry (Cologne, fin XVIe siècle). DR

La présente monnaie provient donc de l’atelier de Potosi, ouvert en 1573 pour frapper l’argent extrait des mines boliviennes du Cerro Rico, qui comptaient parmi les plus riches gisements d’Amérique du Sud (mais furent aussi un véritable enfer pour les mineurs qui y travaillaient, souvent contraints et forcés). Durant la période coloniale, plus 2 milliards d’onzas d’argent, autrement d’équivalents de pièces de huit, en furent tirés, faisant aussi la fortune de Potosi, que l’on disait être pavée avec des lingots d’argent.

“Pièce de huit” du “São José”, Potosi, entre 1581 et 1610, avers aux armes d’Espagne. Collection ND
“Pièce de huit” du “São José”, Potosi, entre 1581 et 1610, revers aux armes de Castille et de Léon. Collection ND

Bien que cette monnaie soit lavée et érodée (et je le voulais telle pour marquer les conséquences de son long séjour sous l’eau), on distingue bien, dans le champ à gauche des armes espagnoles, la lettre « P » désignant le fameux atelier. La lettre au-dessous donne pour sa part l’identité de l’ « essayeur » (ensayador), responsable du contrôle de la pureté du métal. Ce « B » était la signature de Juan Ballesteros Narváez, qui effectua une longue carrière à Potosi entre 1581 et 1605/1610, parfois assisté par son frère Hernando Ballesteros. Cette monnaie a donc été frappée dans les dernières années du règne de Philippe II (mort en 1598) ou au début du règne de son fils et successeur Philippe III. Il n’est pas si fréquent de pouvoir ainsi identifier l’essayeur des monnaies du São José : ainsi, dans le corpus des 2’041 monnaies boliviennes étudiées par Alejandro Mirabal, seules 1’115 étaient encore suffisamment lisibles et déchiffrables pour cela.

“Pièce de huit” du “São José” dans son coffret. Collection ND

Comme toutes les autres monnaies extraites du São José, cette « pièce de huit » a été encapsulée par la NGC (Numismatic Guaranty Compagny), une manie bien  américaine de vouloir préserver et authentifier les « collectibles » sous du plastique scellé… En quelque sorte, une forme de préservatif culturel : garanti sans risque pour l’objet aimé, mais sans contact direct et sensuel avec lui. Las, il faut en passer par là pour ces monnaies, qui se rattrapent par une présentation dans de beaux coffrets de bois laqué, portant le nom du São José et dans lesquels la monnaie apparaît sur un fond de velours bleu sombre : on est bien loin de l’époque lointaine où elles étaient entassées par lots de 2’500 dans de grands coffres ferrés pour traverser le monde, des Indes occidentales aux Indes orientales, mais finir parfois au fond des océans…

Nicolas Ducimetière
Sciez, 21 juillet 2019


Légende de l’image d’ent-tête : cité de Goa, dans Braun et Hogenberg, “Atlas Civitates orbis terrarum”, v. 1590. DR

BIBLIOGRAPHIE

Alejandro Mirabal, Spanish Coins in Mozambican Waters : The Numismatic Collection of the São José (1622), Funchal, Arqueonautas Worldwide, 2012.

 NOTES

[1] Pour un très fouillé et synthétique article à propos des différents aspects de la flotte portugaise des Indes aux XVIe et XVIIe siècles, voir cette page : https://howlingpixel.com/i-en/Portuguese_India_Armadas

[2] Un cruzado  d’or équivalant à 8,8 réaux d’argent.

[3] Les pièces de deux réaux et de un réal (singelos) étaient exclues de ces envois, car refusées par les marchands orientaux : les édits royaux les avaient par conséquent interdites d’emploi.

[4] Sur les « orphelines du roi », voir notamment : https://en.wikipedia.org/wiki/%C3%93rf%C3%A3s_d%27El-Rei

[5] Fondée en 1995, cette compagnie de recherches sous-marines a commencé son activité en proposant ses services au gouvernement des îles du Cap-Vert. Au cours des années suivantes, elle repéra et documenta une centaine d’épaves, procédant à douze campagnes de fouilles, notamment celle du vaisseau de commerce français Le Dromadaire, sombré le 19 février 1762. Plus de 10’000 objets et 65’000 monnaies furent récupérés, 70 % des premiers et 40% des secondes demeurant dans les collections publiques du Cap-Vert, exposés au Musée maritime national de Cidade da Praia.

[6] Ce genre d’accord n’est évidemment pas sans faire bondir quelques ayatollahs de l’archéologie publique, prompts à dégainer la « Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique » de l’UNESCO, conclue en 2001. Si ce texte est pétri de bons et beaux sentiments, il ignore toutefois, comme bien souvent, quelques réalités bien tangibles, à savoir que les véritables pilleurs d’épaves n’en ont strictement rien à cirer. Dans la mesure où de nombreux gouvernements de par le monde n’ont ni les compétences, ni les moyens (et ce dernier point englobe de nombreux pays occidentaux) de mener à bien des chantiers nombreux de sauvetage, le choix est donc de voir ces épaves se dégrader sous les coups de boutoir de l’océan ou être pillées sans vergogne. Sacré dilemme ! L’intervention de sociétés archéologiques privées sous mandat, avec préemption des pièces les plus intéressantes par l’Etat et concession contrôlée d’une partie des trouvailles pour commercialisation mais après étude, ne m’apparaît donc pas criminelle, mais pragmatique, alors même que les dépôts archéologiques de par l’Europe débordent à crouler et que certains archéologues prônent la destruction de certaines pièces pour régler la question (n’a-t-on pas vu, à Genève, des centaines de pilotis de villages palafittes préhistoriques être réimmergés dans les profondeurs du lac en 2013 par des archéologues en désaccord avec leur propre autorité de tutelle, le Conseil d’Etat de Genève ? Pour en savoir plus : https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Des-centaines-de-pilotis-lacustres-remis-au-lac/story/23773913).

[7] Les recherches dans les eaux territoriales du Mozambique ont débouché sur la découverte de trente-deux sites d’épaves, trois étant fouillés, dont un vaisseau de commerce portugais, la nau Espadarte, coulé en 1554 et contenant une importante cargaison de porcelaines Ming et douze kilos de pépites et de lingots d’or en forme de disques.

MONETA (22) : AU LARGE DES CORNOUAILLES, L’ÉPAVE DE RILL COVE

L’ÉPAVE DE RILL COVE
(CORNOUAILLES, VERS 1619)

L’inégalité règne même parmi les naufrages. Il y a en effet les connus, voire les célèbres, des bateaux devenus mythiques et dont les derniers instants ont été auscultés sous toutes les coutures, tant en archives que sur le terrain. On connaît leur nom, celui de leur capitaine et de leurs passagers les plus importants, le nombre de leurs canons, le contenu de leur cargaison jusqu’à la moindre « pièce de huit », … Et puis il y a les autres, les anonymes. Ceux dont le destin s’est scellé de nuit, au plus fort d’une tempête, en pleine mer ou sur des haut-fonds étrangers, et sans le moindre survivant. Au matin, quelques fragments de l’épave venaient ponctuer le sable des côtes voisines, les locaux ramassaient les débris, et l’incident était vite oublié dans la mémoire collective.

Victor Hugo, “Oceano Nox”, dans “Les Rayons et les Ombres”, Paris, Delloye, 1840, p. 351, édition originale. Inv. 461

Oh ! combien de marins, combien de capitaines
Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines,
Dans ce morne horizon se sont évanouis !
Combien ont disparu, dure et triste fortune !
Dans une mer sans fond, par une nuit sans lune,
Sous l’aveugle océan à jamais enfouis !
Combien de patrons morts avec leurs équipages !
L’ouragan de leur vie a pris toutes les pages
Et d’un souffle il a tout dispersé sur les flots !
Nul ne saura leur fin dans l’abîme plongée.
Chaque vague en passant d’un butin s’est chargée (…)

Ce saisissant poème  de Victor Hugo, qui m’a tant marqué dans mon enfance, me semble parfaitement illustrer ces tragédies. Perdus corps et biens, tels étaient ses navires, tant dans les eaux que dans les souvenirs et les chroniques. C’est à l’une de ces épaves (et à son trésor) que s’intéresse ce nouveau billet : rendons-nous au large des Cornouailles.

I. Le bateau et le naufrage

L’épave repose à peu de distance des falaises de Rill Cove, située sur la côte occidentale de la péninsule du Lizard, dans les Cornouailles. Le cap Lizard lui-même forme le point le plus méridional de l’Angleterre (mis à part les îles Scilly). Entouré de récifs redoutables, il a été le lieu de nombreux échouages. C’est aussi depuis ce cap que l’Invincible Armada fut repérée pour la première fois, le 29 juillet 1588 en milieu d’après-midi.

Vue satellite de l’entrée ouest de la Manche, avec la position du Cap Lizard. Photo Google
Le Cap Lizard vu depuis son côté est. DR

Disons-le d’emblée : l’identité de ce navire n’a jamais été établie et ne le sera sans doute jamais. C’est à peine si l’on peut tenter de deviner son époque, sa nationalité et son type, le plus souvent grâce au matériel même ramené du fond des eaux, principalement les monnaies, l’ancre et les canons. L’ensemble de ces éléments a permis de définir une sorte de « portrait-robot » du navire naufragé. La monnaie datable la plus récente présente ainsi le millésime 1616, les pièces illisibles appartenant toutes à des modèles frappés entre les années 1590-1610.

L’ancre de Rill Cove. Dessin par Anthony Randall, 1983. DR

Cette période est par ailleurs cohérente avec une ancre en fer retrouvée en 1983 à 140 mètres du site principale : ce type d’ancre est datable également du début du XVIIe siècle[1]. Mesurant près de 4 mètres de haut et plus de deux mètres de large, comportant encore son anneau, elle semble indiquer un navire de tonnage déjà conséquent pour l’époque, jaugeant peut-être dans les 350 tonneaux[2].

Dernier élément : les canons. Les rapports des fouilleurs en 1976 mentionnent la découverte de trois canons sur le site, des pièces d’artillerie de fer, aux caractéristiques là encore datables du début XVIIe siècle. Leur faible nombre (les recherches magnétométriques, au fil des années, ne mettront pas en lumière de nouvelles pièces) permet d’exclure d’emblée un bâtiment militaire, pour faire préférer un navire marchand, et plus précisément « a lightly armed merchantman »[3], dont les restes couvraient « a relatively small area »[4]. On pourrait donc avancer que ce bâtiment ressemblait à une pinasse telle qu’on les considérait à l’époque : un bateau de 100-300 tonneaux, faiblement armé et consacré au commerce.

Bateau de commerce espagnol, fin XVIe – début XVIIe siècle. DR

Tout concourt donc à un naufrage intervenu vers la fin des années 1610, d’un bateau marchand probablement espagnol (bien que les « pièces de 8 » soient déjà une monnaie utilisée internationalement, l’absence de toute autre espèce est à mon sens significative). Or, ce profil correspond à un naufrage bien répertorié dans les archives, celui de l’ « épave d’argent du Lizard » (Lizard silver wreck), intervenu en 1619. L’inventaire des naufrages tenu en Cornouailles dès l’époque élisabéthaine comporte plusieurs mentions de ce naufrage qui frappa manifestement les esprits. On trouve ainsi cette mention, en rapport avec une entrée de 1628 : « About nine years ago [donc en 1619], a ship from St Lucar [Sanlúcar de Barrameda[5]] was wrecked at the Lizard, laden with silver in bars and pieces of 8 »[6]. Comment la cargaison précieuse du bateau était-elle de notoriété publique ? On peut penser que l’épave, coulée en eaux peu profondes, était visible, voire dépassait même de la surface. Les populations locales, attentives à la récupération des fortunes de mer, ont sans doute découvert rapidement la nature du chargement. Voici d’ailleurs ce que donne une autre source d’archives locale : « About 1619, a Spanish ship with silver on board … was wrecked on Lizard, and dwellers there, with Sir John Killigrew at their head, set about recovering it, threatening death to anyone who interfered »[7].

Armes de la famille Killigrew

Influent hobereau local, gouverneur et capitaine du château de Pendennis à Falmouth, sir John Killigrew (1583-1670)[8] était également bien connu pour avoir la main sur toutes les pratiques locales de piraterie (beaucoup de nobles locaux étaient plus ou moins des « gentlemen pirates ») ! Il avait reçu, en cette même année 1619, une patente pour ériger un phare au cap Lizard. On a longtemps pensé que ce phare s’élevait à l’emplacement même du phare moderne, mais la découverte des ruines circulaires à Rill Head, juste au-dessus de Rill Cove, a remis l’hypothèse en question : le phare primitif surplombait sans doute le site du naufrage[9].

Le phare du Cap Lizard. Photo WikiCommons/DR

Cette nouvelle localisation a par conséquence permis une lecture et une interprétation nouvelles d’une lettre de Killigrew à Carlton en date du 15 septembre 1619, expliquant que, non loin de son phare nouvellement bâti, une épave avait livré pour 3’300 livres (une somme correspondant à environ 570’000 £ actuelles) de barres et lingots d’argent. D’après ce courrier, le navire naufragé aurait été hollandais, « wch the Prince, his Highnes, hath », et Killigrew espérait encore récolter bien plus du site. Mais il n’évoqua plus directement l’épave par la suite : peut-être était-elle devenue inaccessible, démantelée par les tempêtes et recouverte par les sables. Pour autant, le capitaine et châtelain continuait à tenir le compte des naufrages survenus dans les parages, avouant d’ailleurs ignorer le plus souvent l’identité des bateaux (d’où une méfiance à observer quant à son avis sur la nationalité de l’épave de Rill Cove). En 1621, il écrivait ainsi au même correspondant qu’il détenait « a certificate of ye losse of 25 ships there and thereabouts within these dozen or twenty years, besides a great number of others whose ruines  lye near these rocks and cliffs, not known of whome or what they were »[10].

Position de Rill Cove sur une carte ancienne des Cornouailles. Document WikiCommons

Au cours des années suivantes, le souvenir demeura assez vif pour déclencher de nouvelles tentatives de renflouement. Ainsi, en 1629, un plongeur hollandais, Jacob Johnson, voulut tenter sa chance avec un appareil de sa conception, mais en fut empêché par la population locale. En 1704 encore, un certain Robert Davis, armateur de Leith, proclamait être descendu de plusieurs brasses dans son engin de plongée, récupérant quelques lingots d’argent.

Naufrage d’un bateau espagnol devant les côtes anglaises au début du XVIIe siècle. Cliché DR

L’épave de Rill Cove se confond-t-elle bien avec la « Lizard Silver Shipwreck » ? Selon Kevin Camidge, auteur du plus récent rapport sur le site (2013), la chose n’est pas assurée. Il pointe notamment l’absence de tout lingot d’argent parmi les découvertes. En réalité, il est fort possible que la quasi-totalité de ces lingots ait été récupérée par sir Killigrew. Ne seraient alors restés que des coffres de pièces, dans des quantités d’ailleurs suffisamment importantes pour demeurer inhabituelles. Comme le note K. Camidge, « the very large number of silver coins recovered from the site is unusual »[11]. On pourrait dès lors appliquer le principe du rasoir d’Ockham : combien de bateaux du début du XVIIe siècle auraient pu sombrer dans cet espace assez restreint du cap Lizard en étant chargés d’une telle cargaison d’argent ? Il est en fait bien possible que tous ces naufrages se résument à un seul et unique !

II. La (re)découverte

Situé en moyenne par neuf à dix mètres de fond, le site fut (re)découverte en 1974 par deux plongeurs locaux, Mike Hall et Ken Simpson, qui cherchaient à récupérer du matériel sur l’épave du Kerris Reed, un chalutier coulé en juin 1968.

Rill Cove : la crique et ses falaises

Selon le récit de Richard Larn, l’un de leurs co-équipiers, « alors qu’il creusait autour de la coque [du chalutier] pour trouver des fragments métalliques, Mike Hall trouva une “poche” de pièces d’argent (8 reales) et une excavation plus profonde les révéla par centaines. Alors que nous l’aidions, Roy Davis et moi miment à jour un canon sur pivot, à manche et chargement par la culasse ». Ce canon, confié au Mary Rose Trust pour sa restauration et préservation, est désormais exposé au Charlestown Shipwreck and Heritage Centre (cote CT 147).

Canon à manche sur pivot, conservé au Charlestown Shipwreck and Heritage Centre. C’est un modèle identique qui fut trouvé sur le site de Rill Cove. DR

En accord avec le Protection of Wrecks Act de mars 1976 (promulgué suite à la découverte du HMS Association [voir Moneta 21]), l’autorisation de fouille (license) fut concédée à l’un des deux découvreurs, Ken Simpson, qui exploita le site jusqu’en 1990. Les campagnes de fouilles annuelles furent en fait au nombre de six, entre 1976 et 1987, lors de la belle saison. Aucune ne permit de découvrir des traces de la coque, manifestement annihilée par les conditions naturelles. Il faut dire que le site n’était pas sans danger : outre les violents courants sous-marins (même à la belle saison), de nombreux blocs de pierre, parfois de plusieurs tonnes, se détachent régulièrement des falaises pour venir tapisser le fond de l’eau (nécessitant parfois l’emploi de la dynamite). Par ailleurs, le site est périodiquement recouvert par d’épaisses couches de sable qui le rendent impraticables (comme en 1984, 1985 et 1988, où une couche de sable de 20 pieds – soit 3,5 mètres – fut constatée). La découverte initiale et les premières années d’exploitation avaient été permises par des épisodes de tempête et leurs puissants courants qui avaient « nettoyé » le site (mais qui le mirent aussi à la merci des éléments naturels).

Selon un inventaire dressé en 1994 par les fouilleurs, 4’556 objets ont été retrouvés sur le site, parmi lesquels les canons et l’ancre déjà cités, mais aussi des plombs de sonde, un lingot de cuivre, des sceaux de bouteille en plomb ou argent, des balles de mousquet et de pierriers, un demi-boulet de canon, des clous (parfois en paquets agglomérés), des boutons d’étain, des fragments de céramique glacée, etc. Mais l’immense majorité des artefacts remontés consistait en pièces d’argent espagnoles, de huit, quatre et deux réaux : 532 lors de la découverte ; environ 200 lors de la campagne 1976 ; 1’690 lors de celle de 1980 (la plus productive) ; 91 en 1981 ; 1’598 en 1983 ; 17 en 1986 ; 343 en 1987. Le site sera ensuite recouvert pendant dix ans : canon et ancre ne réapparaitront qu’en 1998, lors d’une visite du Wessex Archeological Diving Unit, et rarement depuis lors.  Dès 1987, les détenteurs de la licence d’exploitation (Mike Hall succédant à Ken Simpson en 1990) « clearly believed that little more was to be found on the site ».

Au total, d’après l’inventaire de 1994, ce sont donc 4’464 pièces d’argent espagnoles qui furent remontées. Leur commercialisation commença dès 1977 et se poursuit encore à l’heure actuelle, sur des sites marchands ou en ventes aux enchères : lors d’un recensement réalisé en 2008, Mike Hall ne détenait plus que 2’021 pièces, le reste ayant été vendu au fil du temps.

Comme nous l’avons vu, les pièces provenant de l’épave de Rill Cove datent toutes de la fin du règne de Philippe II et du début du règne de Philippe III. Ce sont des monnaies de type « cob », frappes très sommaires réalisées dans le Nouveau Monde à partir de morceaux découpés à la tenaille dans des barres d’argent. La plupart émanaient de l’atelier de Mexico, avec une présence moindre de pièces de Potosi et de monnaies de meilleure apparence frappées en Espagne. Comme l’a bien noté la galerie américaine Sedwick (spécialisée en vente de monnaies de naufrages), « most of the coins are thin from corrosion but with dark toning on fields to enhance details ». Les courants violents que connaisse le site, avec les mouvements abrasifs du sable, ont en effet aminci la plupart des monnaies retrouvées, ce qui est le cas de mes deux pièces, de quatre et huit réaux (respectivement à gauche et à droite ci-dessous).

Pièces de quatre et huit réaux provenant de l’épave de Rill Cove : avers frappés des armes des Habsbourg d’Espagne. Mexico, vers 1610. Collection ND
Pièces de quatre et huit réaux provenant de l’épave de Rill Cove : revers frappés des armes royales de  Léon et de Castille (tours et lions). Mexico, vers 1610. Collection ND

Ainsi, la pièce de huit réaux, pesant normalement dans les 27-28 grammes, a ainsi été « poncée » jusqu’à ne plus peser que 11 grammes ! La pièce de quatre réaux a été moins affectée, avec ces tons noirs, évoqués par Sedwick, qui rehaussent les traits de la gravure. Dans les deux cas, il s’agit de pièces mexicaines frappées vers 1610 sous le règne de Philippe III. Mais elles ne peuvent nous en dire plus et conservent pour toujours par-devers elles la mystérieuse identité de l’épave de Rill Cove !

Nicolas Ducimetière
Sciez, 1er juillet 2019


BIBLIOGRAPHIE

  • Page, The Victoria History of the County of Cornwall – Volume 1. London, 1906
  • Noall, Cornish Lights and Shipwrecks, Bradford Barton, 1968
  • Simpson, M. Hall, R. Davis & R. Larn, « An Early 17th Century Wreck near Rill Cove, Kynance, Cornwall – An Interim Report », dans IJNA, 6(2), 1977, pp.163-66.
  • Larn & B. Larn, Shipwreck Index of the British Isles. Volume 1. London: Lloyd’s Register of Shipping, 1995
  • Camidge, Charlestown Shipwreck and Heritage Centre Project Report. Unpublished report for English Heritage (EH4823), 2006.
  • Camidge, Rill Cove Finds Record: Project Report. Unpublished report for English Heritage (EH5392), 2008.
  • Kevin Camidge, Rill Cove Designated Historic Wreck Site – Desk-Bases Assesment, English Heritage, 2013.

ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Vue panoramique de la crique et des falaises de Rill Cove, sur la côte de la péninsule Lizard, en Cornouailles. Photo DR

NOTES

[1] Camidge, 2013, pp. 34-35.

[2] Camidge, 2013, p. 34.

[3] Camidge, 2013, p. 36.

[4] Camidge, 2013, p. 14.

[5] Sanlúcar de Barrameda est un port espagnol situé en Andalousie, à l’embouchure du Guadalquivir. Il vit partir de nombreux explorateurs : Colomb pour son 3e voyage, Cortès, Magellan, etc.

[6] C.S.P. Dom, Ch I, vol. cxiii, p. 258, cité par Camidge, 2013, p. 11.

[7] S.P. Dom, Jas 1, cxiii, p. 11, cité par Page, 1906, p. 496.

[8] Arrière-petit-fils du premier gouverneur du Pendennis Castle, fils aîné et héritier de John Killigrew (1557-1605) et de Dorothy Monk (sœur de George Monck, 1er duc d’Albemarle), John Killigrew (1583-1633) épousa Jane Fermor, dont il n’eut pas d’enfant. Il était décrit comme un « homme bon et sobre », mais « infortuné dans sa vie ». Son frère William (mort en 1665) fut le premier baronet Killigrew en 1650 (titre éteint en 1704).

[9] Camidge, 2013, p. 11.

[10] Camidge, 2013, p. 12.

[11] Camidge, 2013, p. 36.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (33) : UNE IMPRIMERIE DES CIMES

UNE IMPRIMERIE DES CIMES

A M. Gaoussou Toe,
de la Librairie Hermès (Annemasse)
qui me fit faire mes premiers pas en bibliophilie,
il y a trente ans…

En ces temps fortement neigeux (il est tombé 15 cm. à Chavannex), demeurons au chaud de la bibliothèque mais en respirant tout de même un peu de l’air vivifiant des montagnes, et plus exactement des sommets du massif de la Chartreuse, en Dauphiné. Ordre cloîtré mais actif et répandu à travers toute l’Europe, les Chartreux avaient pour origine une vallée au-dessus de Grenoble, où virent se nicher en 1084 saint Bruno (un écolâtre de Reims) et ses six premiers compagnons. Installé au sommet d’une vallée, le premier monastère, qui regroupait les maisons-cellules des pères, était déjà doté d’une installation annexe, quatre kilomètres plus bas, la « maison basse » ou « Correrie », hébergeant les frères-lais et les ateliers.

Vue actuelle du monastère de la Grande-Chartreuse (“maison haute”). DR

Mais en janvier 1132, catastrophe : la maison haute est ensevelie sous ce que la chronique a rapporté comme une monstrueuse avalanche, mais qui était en fait probablement un glissement de terrain. Le prieur Guigues décida de replier le monastère deux kilomètres plus bas, à son actuel emplacement (par ailleurs plus favorable, mieux ensoleillé toute l’année).

I. Une imprimerie de montagne

Au fil du temps, la distinction drastique entres les maisons hautes et basses des monastères chartreux s’atténua à partir du XIIIe siècle, pour disparaître officiellement sur décision du Chapitre général de l’Ordre en 1679. Dans la maison-mère, les bâtiments devaient être destinés à un nouvel usage : une imprimerie. Son existence même était quelque peu illégale au regard des arrêts royaux de 1630 et 1667. Ces textes faisaient défense « à toutes personnes de quelque qualité et condition qu’elles soient, à tous chefs et supérieurs des collèges, convens et communautés d’avoir à tenir dans aucune maison particulière » des presses privées. Mais les Chartreux n’étaient pas n’importe quel ordre et ils obtinrent, en date du 28 avril 1680, un privilège royal leur permettant d’imprimer leurs propres livres liturgiques. 

Vue actuelle de La Correrie de la Grande-Chartreuse. DR

L’homme à l’origine de cette entreprise n’était autre que le prieur général de l’ordre, dom Innocent Le Masson (1627-1702). Ce natif de Noyon était entré dans l’ordre à l’âge de 19 ans et avait par la suite gravi les échelons : prieur, vicaire et visiteur de la province de Picardie, il accéda au poste suprême en 1675, prenant ses quartiers dans la maison-mère comme 51e prieur général. Sous son priorat, l’ordre devait se doter d’un atelier typographique qui, dans un premier temps, fut implanté au lieu-dit Favrat (Favratii in Sabaudia), sur la commune de Saint-Jeoire, entre Chambéry et Montmélian, autrement dit en terre savoyarde[1]. L’entreprise avait été autorisée, mais seulement de vive voix, par le Sénat de Savoie. Le matériel employé n’était autre que celui de l’imprimeur chambérien Louis Dufour. Les ouvriers typographes Raimond Naville et Pierre Cailliat y imprimèrent en 1679-1680 un Missel cartusien de toute beauté.

Portrait gravé de dom Innocent Le Masson, prieur-général de l’ordre des Chartreux. DR

Véritable maître-d’œuvre de cette politique éditoriale nouvelle (qui devait en grande parti être dédiée à ses propres textes), Le Masson décida toutefois de rapprocher l’atelier de la maison-mère en l’implantant directement à La Correrie. Dès 1681, un premier ouvrage sortait des presses. Ecrits en français comme en latin, trente-sept autres livres devaient suivre jusqu’en 1703, sous l’adresse de « La Correrie », « Correriae », « Correriae Cartusianane » ou « La Correrie–Grenoble ». Pour autant, il ne faut pas imaginer que les presses étaient mises en œuvre par les frères chartreux eux-mêmes : ils n’avaient pas les compétences techniques pour assumer seuls cette tâche. Le travail d’impression fut donc confié à plusieurs imprimeurs majeurs de Grenoble : Laurent Gilibert (1681-1685), Antoine Frémon (1686-1689), André Gallé (1689), Claude Faure (1690-1695) et André Faure (1697-1700). Tous les formats furent concernés, du folio à l’in-16, avec une majorité d’in-8° et d’in-12.

Après des débuts en fanfare, l’atelier s’essouffla et l’activité marqua un coup d’arrêt après 1703, suite à la mort de Le Masson. Après une pause de dix ans, entre 1714 et 1760, dix ouvrages seulement parurent à l’adresse de La Correrie (mais y furent-ils réellement imprimés ?)[2]. La charge de produire les livres de l’ordre fut ensuite confié à la veuve  de l’imprimeur grenoblois André Faure, puis à leur fils : parurent ainsi dans la capitale du Dauphiné un bréviaire (1757), un missel (1772, « une des plus belles impressions sorties des presses grenobloises »[3]), un diurnal (1779) et un psautier (1784).  Monté au monastère lui-même « vers 1760 », le matériel y fut laissé à l’abandon, puis vendu au début de la Révolution à deux imprimeurs grenoblois, F. Cadou et David aîné, installés « place Egalité près de la grille du jardin ».

Outil « politique », à la fois de communication interne et de rayonnement externe, l’atelier de La Correrie s’adressait finalement à un public restreint : les membres de l’ordre et éventuellement quelques puissants. De ce fait, presque tous les textes publiés (en français comme en latin[4]) concernent l’ordre, son histoire et son fonctionnement : statuts, règles, directoires, avec des compléments sur leur observance et des controverses internes. S’y ajoutaient quelques ouvrages théologiques, liturgiques ou de piété, Le Masson ayant été l’auteur ou l’instigateur de la quasi-totalité de ces textes. Certains naquirent de l’une ou l’autre des grandes controverses religieuses alors en cours. Ainsi, la célèbre et rare Explication de quelques endroits des anciens statuts de l’Ordre des Chartreux fut la réponse de Le Masson au célèbre abbé de Rancé, l’austère supérieur de la Trappe, qui avait dénoncé en 1683 dans un Traité de la Sainteté et des devoirs de la vie monastique, un certain relâchement chez les Chartreux (!). Dès le XVIIIe siècle, ce livre était réputé rare, car « il passe pour avoir été imprimé en secret, et sans permission dans la Grande Chartreuse, et n’ayant point été vendue en public, il ne s’en est répandu que très peu d’exemplaires, ce qui les a rendu rares, et difficiles à trouver »[5].

II. Des ouvrages rares

De fait, les impressions de La Correrie ont toujours eu une réputation méritée de rareté. Edmond Maignien, leur principal bibliographe, en parlait comme d’ « impressions peu connues et fort rares »[6]. Alors qu’un siècle a passé, ce jugement demeure pertinent, puisque, selon le recensement mené par Bertrand Hugonnard-Roche en 2013, « pour seulement vingt-neuf d’entre [elles], il y a des exemplaires connus et signalés dans des collections publiques »[7].

J’ai eu la chance de mettre la main par hasard, au fil des années, sur trois productions cartusiennes, toutes en français. La première, je l’ai vu et eu en main à plusieurs reprises quand, adolescent, je fréquentais la « Librairie Hermès » d’Annemasse, où j’ai fait, à partir de mes dix ans, mon apprentissage en livres anciens. Combien d’heures passées au milieu de ces travées, à échanger avec le propriétaire des lieux, M. Toe ! Un corps de bibliothèque était consacré au « fonds ancien » qui m’attirait principalement et je scrutais les rayons volume par volume, conquérant les dernières tablettes grâce à une grande échelle. Comme toujours dans une librairie, on finissait par retrouver, d’une visite sur l’autre, certains livres, des mal-aimés restés invendus, mais qui finissaient par devenir familiers. Aussi ai-je ouvert plusieurs fois ce volume sans pièce de titre pour le refermer tout de suite, rebuté (avouons-le) par son titre décourageant : Le Directoire des Mourans, qui fleurait par trop la bondieuserie. Et puis sont arrivées mes études à Grenoble et la découverte de l’histoire typographique dauphinoise. En 2000, quand je repris le volume en main lors d’une nouvelle visite, l’adresse de La Correrie me sauta alors aux yeux : l’intérêt de l’exemplaire m’apparaissait enfin !

Page de titre du “Directoire des mourans…” (La Correrie, par Antoine Frémon, 1686). Inv. 861. Maignien 12.

Sujet finalement assez émouvant[8], ce Directoire n’était a priori pas destiné à usage interne, « mais pour les services que les Chartreux peuvent rendre autour d’eux » (quoiqu’on se demande un peu comment des religieux cloîtrés auraient pu se retrouver à assister des mourants dans le « monde » ?). Le traité avait été écrit par Le Masson et parut d’abord en latin en 1685, sous le titre de Directorium morientum ad usum cartusiensis, imprimé par Laurent Gilibert. L’année suivante, c’est Antoine Frémont qui livra la version française de ce texte, traduite par le père Charles-François Maurin, prieur de la maison de Paris et visiteur de la province de France supérieure.

L’intérêt de cet exemplaire réside aussi dans son austère reliure muette. Sans aucune décoration, ni même une mention de titre, elle est typique du « style cartusien »[9] et fut réalisée peut-être à la Grande-Chartreuse même : elle est du même genre que les reliures faites à la même époque, et sur ordre de Le Masson, pour les manuscrits du monastère. Autre indice d’une provenance cartusienne : le bas du dos comporte une étiquette de cote manuscrite marquée de la lettre « F ». Or, les bibliothèques cartusiennes avaient un classement alphabétique, le « F » désignant les ouvrages de « théologie affective », cas de notre Directoire des mourans.

Reliures de type cartusien sur le “Directoire des mourans” (g.) et le “Directoire des novices” (dr.).

Ce volume provient donc bien d’une chartreuse, mais laquelle ? Selon le libraire, le livre provenait de la dispersion de la bibliothèque d’un séminaire proche de Thonon vers 1985. Vu cette dernière localisation, on pourrait avancer l’hypothèse de la chartreuse-château de Ripaille, qui se dresse toujours aux portes de Thonon. Résidence de chasse des comtes de Savoie, transformé au XVe siècle en prieuré et lieu de retraite par le duc Amédée VIII pour son ordre de moines-chevaliers de Saint-Maurice, les bâtiments accueillirent en 1624 les moines de la chartreuse de Vallon, ruinée durant l’occupation des Bernois protestants. Les Chartreux furent expulsés de Ripaille à la Révolution. Le destin de leur bibliothèque après 1793 demeure inconnu, mais on peut envisager une dispersion, les bâtiments eux-mêmes ayant été vendus comme biens nationaux en 1795. On ne peut toutefois exclure une autre chartreuse haut-savoyarde (Mélan, Le Reposoir ou Pomier).

Château de Ripaille de nos jours. DR

Mon deuxième ouvrage cartusien a été trouvé en 2005 dans une ville plus proche de son  lieu de naissance : Grenoble, où il figurait sur les rayons de « La Bouquinerie » chez mes amis Gaspari. Lui aussi revêtu d’une reliure muette cartusienne assez typique, ce mince volume contenait un Directoire des novices chartreux de l’un & l’autre sexe, imprimé par André Faure. L’ouvrage était bien présenté au titre comme une « Seconde Edition », d’ailleurs revue et corrigée par Le Masson : l’édition originale, parue en 1676, était sans nom d’imprimeur, mais « a dû être imprimée à Grenoble »[10].

Page de titre du “Directoire des novices chartreux…” (La Correrie, par André Faure, 1697). Inv. 862. Maignien 28.

La troisième édition cartusienne de ma bibliothèque est sans doute la plus aboutie typographiquement : il s’agit des Sujets de meditations sur le Cantique des Cantiques. Avec son explication selon le sentiment des Peres de l’Eglise. Pour l’usage des Religieuses chartreuses, imprimé par Claude Faure en 1691. Œuvre de Le Masson (qui se dissimulait derrière les initiales F.I.P.D.C. [Frère Innocent, Prieur de Chartreuse]), ce traité était patronné par plusieurs prélats, en premier lieu le cardinal Le Camus, prince-évêque de Grenoble.

Page de titre des “Sujets de méditations sur le Cantique des Cantiques” (La Correrie, Claude Faure, 1691). Inv. . Maignien 20.

Chose assez inhabituelle, le livre contient non seulement une pièce en vers liminaire (« A Jésus-Christ, le désir des collines éternelles, que les Anges désirent de considérer »), mais aussi une assez belle planche gravée allégorique (signée MB).

Gravure allégorique et début du poème “Le désir des collines éternelles…” (ff. 5-6 des “Sujets de méditations…”).

Notons que l’exemplaire présente une particularité non relevée par Edmond Maignien dans sa collation : le feuillet des pages 287-288 est présenté dans deux états, suite à une évidente erreur de composition du typographe. La correction fut l’occasion d’une modification du texte.

Etat primitif (fautif) de la p. 288 : le premier paragraphe se clot sur une phrase inachevée.
Etat corrigée de la p. 288 : la correction est intervenue et a entraîné une réécriture totale de la suite, avec disparition du texte original.

Bien entendu, nous sommes ici loin de mon « cœur de collection », essentiellement consacré, pour le XVIIe siècle, à la poésie française. Mais mon goût pour le « Grand Siècle » m’a incité à développer, en lien avec mes années grenobloises, une section consacrée aux impressions anciennes du Dauphiné : l’atelier de La Correrie et ses livres y trouvaient donc une place naturelle.

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 2 février 2019


PISTES BIBLIOGRAPHIQUES

  • Colomb de Batines, « Sur deux ouvrages fort rares sortis des presses de La Correrie », dans Bulletin du bibliophile, Paris, 1839, pp. 794-796.
  • Edmond Magnien, « Bibliographie des ouvrages des presses de La Correrie », dans Bulletin du bibliophile, Paris, 1896, p. 5-25.
  • Hubert Élie, Les Éditions des Statuts de l’Ordre des Chartreux, Paris, Vrin, 1943.
  • Emmanuelle Toulet, Imprimeries privées françaises (XVe – XIXe siècles), choix d’ouvrages tirés de la collection du duc d’Aumale. Exposition présentée dans le Cabinet des livres du Château de Chantilly en 2002. Le catalogue est consultable en ligne via ce lien.
  • Thierry Boillot (Textor), « Une imprimerie particulière : La Correrie en Chartreuse », sur blog Le Bibliomane moderne, 2013. A consulter via ce lien.

NOTES

[1] Sur cet atelier chartreux en terre savoyarde, voir Auguste Dufour et François Rabut, L’Imprimerie, les imprimeurs et les libraires en Savoie du XVe au XIXe siècle, Chambéry, Bottero, 1877, p. 278 sqq.

[2] E. Maignien, op. cit., nos. 40 (1714) à 50.

[3] Id., p. 6.

[4] 20 français, 27 latins.

[5] Guillaume-François de Bure le jeune, Bibliographie instructive, Paris, 1763-1768, n° 995, II, p. 57-60, addition, p. XV-XVI.

[6] E. Maignien, op. cit., p. 7.

[7] B. Hugonnard-Roche, op. cit.

[8] Le catalogue Perrin parle d’une « charité pénétrante qui doit sa chaleur aux sentiments de la fraternité humaine autant qu’aux raisons purement religieuses ».

[9] Un autre exemplaire était lui revêtu en veau noir, avec encadrements de filets à froid et tranches rouge : le catalogue Perrin décrivait cet habit comme une « reliure spéciale dite des Chartreux ». Cf. Catalogue vente bibliothèque Félix Perrin, Grenoble, déc. 1903, n° 167.

[10] Maignien, op. cit., p. 18.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (31) : “LA LYRE DU JEUNE APOLLON” ET SES EXEMPLAIRES DE PRÉSENTATION

AUTOUR D’UN OBLAT DE LA POÉSIE :
LA LYRE DU JEUNE APOLLON
ET SES EXEMPLAIRES DE PR
ÉSENTATION

A Jean-Marc Chatelain,
en souvenir d’une rencontre
autour d’un autre poète du XVIIe siècle,
il y a maintenant dix-sept ans…

Depuis plusieurs années, la question des « débuts » m’intéresse beaucoup, occasionnant quelques articles sur le sujet pour présenter  des cas glanés à travers les siècles[1]. Avant d’être un auteur couronné par ses contemporains et/ou la postérité, l’écrivain a été un novice dans son art, il a livré des tentatives timides, connu éventuellement des déboires ou, au contraire, des coups de chance. Certains démarrages ont été laborieux, d’autres fulgurants. Dans les siècles passés, les talents poétiques précoces n’étaient pas chose rarissime : la Renaissance, puis le Grand-Siècle ont connu leur lot de « génies en herbe », publiant en vers français ou latins vers dix ou douze ans (mais retombant ensuite souvent dans le plus total anonymat, après ce bref moment de gloire)[2]. C’est à l’un de ces enfants que ce billet est consacré, une sorte d’ « oblat » des lettres, livré par sa famille, non pas à un obscur monastère, mais à la poésie courtisane. Demeuré sa seule et unique production, son recueil La Lyre du jeune Apollon, paru en 1657, était un monument élevé à la gloire des puissants du temps, résultat d’une campagne très aboutie de promotion, aboutissant à la mise au point d’exemplaires de présentation magnifiques, tant par leur reliure que par leur programme iconographique. Certains de ces exemplaires de prestige, récemment réapparus sur le marché, permettent de compléter un dossier ouvert par Jean-Marc Chatelain en 2002 dans un article de référence[3].

I. L’unique publication d’un enfant prodige

Né en 1645, François-Mathieu Chastelet était le fils de deux comédiens célèbres du temps, Son père, François Chastelet, avait pris le nom de guerre de « Beauchasteau », en raison de son physique avantageux : il appartenait aux Comédiens du Roi en 1626, puis fut reçu dans la troupe de l’Hôtel de Bourgogne en 1633, pour interpréter « les seconds roles Tragiques, & Amoureux comiques »[4]. En décembre 1634, il reçut un ordre direct du roi Louis XIII, lui intimant (à la demande probable de Richelieu) « d’aller [s’associer] avec Mondory [patron de la troupe du Marais] »[5]. La même année, le pamphlet Le Testament de feu Gaultier Garguille faisait des gorges chaudes du comportement volage de l’acteur : « Notre Beauchasteau qui ne trouve point de chasteté capable de lui résister, qui n’est vu que pour estre aimé, qui, jaloux de son métier, est exact au dernier point ». Il mourut « au commencement de Septembre 1665 »[6]. Sa femme, Madeleine du Pouget, jouait elle aussi à l’Hôtel de Bourgogne, au moins dès 1637 : « elle remplissoit les roles de Princesses dans le Tragique, & d’Amoureuses Comiques ». « Retirée avant 1680 », elle mourut « à Versailles le mercredi 6 janvier 1683 »[7]. L’un comme l’autre avaient créé certains des plus grands rôles du théâtre français du XVIIe siècle, en tout cas des pièces de Corneille : Beauchasteau fut le premier Cinna, le premier Horace et (peut-être) le premier Rodrigue du Cid (Molière raillant d’ailleurs sa déclamation dans L’Impromptu de Versailles) ; sa femme tint (selon Scudéry[8]) le rôle de l’Infante dans Le Cid.

Portrait gravé de François-Mathieu Chastelet, dit “le petit de Beauchasteau”, à l’âge de onze ans. Frontispice de “La Lyre du jeune Apollon” (Paris, 1657). Inv. 1220

Avec des parents célèbres aussi bien à la Ville qu’à la Cour, le petit Beauchasteau baigna donc dans le milieu des arts et des lettres dès son plus jeune âge. Aussi ne faut-il pas s’étonner qu’il ait développé des dons poétiques précoces, composant dès l’âge de huit ou neuf ans des pièces bien tournées. Ses talents ne s’arrêtaient pas là : « il savait en outre le latin de manière à expliquer Martial à livre ouvert ; il parlait l’italien comme le français, et comprenait l’espagnol »[9]. Cette facilité à tourner les vers intrigua le cardinal Mazarin, la reine de Suède et plusieurs grands personnages de la Cour ; le jeune garçon devint alors une sorte de singe savant : on l’enfermait dans un cabinet après lui avoir fourni un sujet de composition et il en ressortait avec un madrigal, une épigramme ou un sonnet élégamment troussé. Ainsi, « la Cour estant à Compiegne l’an passé [1656], quantité de seigneurs mettant en doute que l’Autheur sceut faire des vers, l’enfermerent, entre autres Messieurs de Mancini, de Marsillac, de la Chastre, d’Alvy, de Vivonne, et lui donnerent un sujet sur lequel il fit en leur presence le sonnet suivant (…) ». Afin de pérenniser les fruits de son talent (et servir aussi les intérêts bien compris de ses parents), ces courtes pièces furent réunies en mai 1657 et publiées chez Charles de Sercy et Guillaume de Luynes dans un recueil pompeusement baptisé La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau.

François-Mathieu Chastelet, dit “le petit de Beauchasteau”, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657), frontispice et page de titre. Inv. 1220

Les talents poétiques précoces n’étaient pas chose rarissime, mais le doute planait toujours un peu sur l’authenticité de leurs compétences : ainsi, dans le cas du petit Beauchasteau, c’est le célèbre dix-septièmiste Georges Mongrédien qui porta le fer, soutenant qu’il s’agissait d’une mystification organisée avec la complicité d’acteurs et d’auteurs proches du couple Beauchasteau. Il est vrai que Boileau lui-même, bien des années plus tard, s’était fait l’écho de cette théorie, décrivant le recueil à Brossette en des termes méprisants dans une lettre du 12 mars 1707 : « un amas de miserables Madrigaux qu’on attribuoit à ce fils [de Beauchasteau] et que de fades Auteurs qui frequentoient le Pere avoient composés ». La rumeur était-elle pour autant crédible ? A l’inverse de son confrère, l’érudit bibliographe et bibliophile Frédéric Lachèvre a souligné que les prestations de l’apprenti poète avaient été soumises aux contrôles les plus stricts de la part de personnages éminents, sans compter les louanges dithyrambiques adressées à l’enfant par les plus grands auteurs du temps. En effet, le volume s’ouvre sur pas moins d’une quarantaine de feuillets liminaires comportant les interventions rimées de 54 poètes. Sous le titre d’ « Approbation des Muses », ce sont 71 pièces françaises et 6 en langues variées (latin, grec, italien) qui saluent le jeune prodige, sous les signatures de Gilles Boileau (frère aîné du satiriste, également membre de l’Académie française), Boisrobert, Brébeuf, Guillaume Colletet, Gilbert, Jules de La Mesnardière, Maynard, Beys et même Scarron. A travers le jeune garçon, la Cour se grisa de son importance et tout le monde, à sa suite, se plut à crier au génie, voire au miracle. Le poète-journaliste Loret lui consacra plusieurs articles dans sa Muse historique, gazette rimée de « ce pays-là ». En février 1658, la jeune Académie française reçut le livre avec des « marques de grande estime » et l’on aurait même songé sérieusement à y faire entrer le petit François[10] !

François-Mathieu Chastelet, dit “le petit de Beauchasteau”, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657), frontispice et incipit de l’ “Approbation des Muses”. Inv. 1220

Le recueil en lui-même contient 375 poèmes du petit Beauchasteau, essentiellement des sonnets, madrigaux et épigrammes. Au fil du temps, les avis sur la qualité de ces vers ont plutôt été positives : pour Viollet-le-Duc par exemple, « il faut avouer que ces petites pièces sont en général ingénieusement tournées et fort extraordinairement pour un enfant de cet âge »[11] ; Brunet reconnaît de son côté « qu’il n’était pas sans talent »[12]. Toute la pyramide hiérarchique de la haute noblesse était littéralement arrosée de compliments rimés, et même au-delà. « Le livre était si bien fait pour plaire à tous et n’oublier personne, jusqu’à se transformer en une espèce de trombinoscope rimaillé de la cour de France, qu’il comportait même, pour ultime madrigal, une pièce dédiée “A toutes les personnes de condition, et de mérite, qui ne sont pas dans le livre de l’Autheur” »[13] ! Du roi aux prélats, en passant par tous les princes et princesses du sang et par les principaux grands seigneurs du royaume, c’est la fine-fleur de l’aristocratie, non seulement française, mais aussi italienne, qui est l’objet de ces vers.

Mais au-delà des poèmes, c’est le programme iconographique du livre qui le rendait aussi précieux : « les principaux [personnages distingués], membres de la famille royale, altesses, cardinaux et grands ministres, avaient droit, en plus des poèmes qui leur étaient destinés, à un portrait gravé inséré devant ces derniers ». Ces portraits-médaillons, à pleine page, sont de remarquables œuvres peintes par Hans, puis gravées en taille-douce par J. Frosne.

Portrait gravé de Louis XIV et sonnet “Au Roy”, dans François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657). Inv. 1220

Portrait gravé de la reine-mère Anne d’Autriche, avec sonnet “A la Reyne”, dans François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657). Inv. 1220

Portrait gravé de la reine Christine de Suède et sonnet “Sur son arrivée à Paris”, dans François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657). Inv. 1220

Portrait gravé de Gaston d’Orléans et madrigal, dans François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657). Inv. 1220

Portrait gravé du cardinal Mazarin et huitain “Pour son Eminence”, dans François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657). Inv. 1220

Portrait gravé du chancelier Séguier et épigrammes, dans François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657). Inv. 1220

Portrait gravé du surintendant des finances Nicolas Fouquet et épigramme, dans François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657). Inv. 1220

Portrait gravé du cardinal de Richelieu et madrigal, dans François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657). Inv. 1220

Portrait gravé du duc de Savoie Charles-Emmanuel II et épigramme, dans François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657). Inv. 1220

Portrait gravé de Louise[-Christine] de Savoie, fille du duc Victor-Amédée Ier, avec madrigal, dans François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657). Inv. 1220

Oui, mais voilà : comme bien souvent dans ces cas-là, l’intégralité des portraits n’était pas forcément insérée avec systématique dans tous les exemplaires ! Selon Frédéric Lachèvre, philosophe en la matière, « un exemplaire parfait de la Lyre du jeune Apollon a grand’chance de ne pas exister ». Mais qu’entend-on par « parfait » ? Le grand bibliographe Brunet présentait l’ouvrage comme illustré d’une série de 22 portraits qui « donnent quelque prix » au livre[14]. En fait, selon les exemplaires, et d’après les pointages de Lachèvre, on peut en dénombrer (d’origine) « entre 20 et 26, quelquefois un peu moins » (en plus du portrait-frontispice de l’auteur) ! Ainsi, mon exemplaire en contient 24 au total : le portrait-frontispice du jeune auteur, puis les portraits de Louis XIV, de sa mère Anne d’Autriche, de la reine Christine de Suède, du duc d’Anjou, du duc d’Orléans, de Mademoiselle (de Montpensier), du cardinal de Richelieu, du prince de Conti, du chancelier Séguier, du premier président, du comte de Servien, de Foucquet, du Pape, de Mazarin, du cardinal de Chisi, du cardinal Barberin, du duc de Savoie et de sa femme, etc. (manquent dont les portraits de la reine d’Angleterre, du cardinal d’Este et de Madame Royale de Savoie).

II. La pyramide hiérarchisée des exemplaires de présentation

A ce riche programme iconographique s’ajoutait une ambitieuse campagne de reliure, afin de confectionner toute une série d’exemplaires de présentation destinés aux principaux dédicataires, mais aussi, plus largement, à la Cour. Jean-Marc Chatelain a été le premier à étudier avec minutie cet ensemble : dans son très bel article paru en 2002, il établissait de manière très claire, à travers ce corpus, une délibérée « hiérarchie des gestes de référence »[15]. Ainsi, cette série de reliures commandée par les maîtres-d’œuvre du recueil (les parents Beauchasteau) s’organisa-t-elle « selon une pyramide dont le sommet est formé par l’exemplaire de Louis XIV et par ceux qui ont pu semblablement faire l’objet d’un décor singulier, dont la base est constituée par les volumes recouverts d’un décor exécuté en série, et dont la partie centrale  regroupe les exemplaires à décor relativement standardisé mais particularisé toutefois par l’insertion d’un cartouche héraldique, la qualité du cuir utilisé allant aussi, du sommet jusqu’à la base de la pyramide, en diminuant ». Le tout sortait manifestement d’ « un même atelier, probablement parisien », mais demeurant non identifié (même si certains fers sont assez proches de ceux employés par l’atelier dit « de Rocolet »)[16].

Au sommet culminaient donc les exemplaires royaux. Celui de Catherine de Suède n’est pas retrouvé à cette heure, mais celui de Louis XIV a survécu[17] : relié en maroquin rouge avec un riche et très complexe décor « à la fanfare » enserrant les armes royales au centre des plats, doublé de contre-plats de maroquin olive également ornés d’un décor semblable, il présente des versions aquarellées de toutes les gravures, le portrait du roi étant par ailleurs tiré sur vélin. En revanche, chose curieuse, l’exemplaire est fortement incomplet : il manque huit feuillets à l’« Approbation des Muses » ; la première partie du recueil ne comporte que 162 pages sur les 262 attendues ; les portraits sont au nombre de 19 seulement. La table des matières manque aussi (mais c’est chose fréquente à la quasi totalité des exemplaires : ce table est même qualifiée de « rarissime » par Lachèvre !). F. Lachèvre repéra à la Bibliothèque nationale un autre exemplaire, en maroquin citron « avec semis de fleurs de lys sur les plats et au dos », qu’il suggérait d’identifier comme l’exemplaire d’Anne d’Autriche (le volume présentant les mêmes manques que l’exemplaire royal).

François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657), exemplaire de présentation à Louis XIV. Cliché BnF

Un cran en-dessous se trouvaient les exemplaires réservés aux membres de la famille royale et aux grands ministres. J.-M. Chatelain avait repéré l’exemplaire de Mazarin, relié en vélin souple doré, avec un assez ordinaire décor « à la Du Seuil »[18]. F. Lachèvre avait de son côté repéré un exemplaire relié « en parchemin avec semis de fleurs de lys sur les plats et au dos », avec 20 portraits, livre qu’il avait attribué un peu vite à Gaston d’Orléans. En réalité, sur la même matière de base, mais avec un raffinement de plus, l’exemplaire personnel de Gaston d’Orléans, l’oncle turbulent du roi, est réapparu il y a peu en vente aux enchères[19] : il présente des pièces de maroquin dorées collées sur le vélin, comprenant des écoinçons, des cartouches monogrammés et couronnés, enfin les armes d’Orléans au centre des plats.

François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657), exemplaire de présentation à Gaston d’Orléans. Cliché Christie’s (2015)

Les hauts nobles ou grands commis de l’Etat reçurent pour leur part des exemplaires revêtus de veau maroquiné fauve richement ornés par des décors à plaques, avec insertion d’un cartouche central héraldique doré sur maroquin de couleur. Si le décor général est distinct d’un exemplaire à l’autre, il présente une « mise en page » commune, le même matériel se retrouvant d’un exemplaire à l’autre (exemplaire de Louis XIV inclus), employé de manière légèrement différente. Les recherches de J.-M. Chatelain ont ainsi pu mettre en lumière les exemplaires du duc de Lesdiguières[20], de la duchesse d’Aiguillon (nièce de Richelieu)[21] et de l’avocat général Denis Talon[22]. Dans une récente communication personnelle (16 août 2018), il a pu ajouter à cette première série trois nouveaux volumes : l’exemplaire de Christine de France, duchesse de Savoie (vente de bibliothèque Edouard Kann, Paris, 14-15 novembre 1930, n° 21, avec reproduction) ; l’exemplaire de Maximilien Pierre François de Béthune, duc de Sully, à ses armes accolées à celles de Marie Servien, son épouse (Bibliothèque municipale de Nancy, reproduit dans André Markiewicz, A livres couverts : reliures du Moyen Âge à nos jours, Bibliothèque de Nancy, 2007, p. 114-115, n° 74) ; l’exemplaire d’un membre de la famille Della Rovere (armes surmontées d’une couronne comtale) (conservé au Musée du livre de Moscou, Bibliothèque d’Etat [ex-Bibliothèque Lénine], reproduit dans le catalogue des reliures de cette institution publié en 2007 par Tatiana Dolgodova, n° 42).

François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657), exemplaire de présentation au duc de Lesdiguières. Cliché BM de Grenoble

François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657), exemplaire de présentation à la duchesse d’Aiguillon. Cliché BnF

François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657), exemplaire de présentation à l’avocat général Talon. Cliché Librairie Lardanchet (1970)

La dernière catégorie se manifeste par un « groupe d’exemplaires, ornés d’un décor doré abondant mais sans aucune marque héraldique d’individualisation », exécuté « non seulement avec les mêmes fers, mais exactement sur le même patron »[23], sur un maroquin fauve de plus modeste qualité. L’étude de J.-M. Chatelain en avait cité deux, celui passé au catalogue de la librairie Coulet en 2001[24] (reproduit) et celui présent dans le catalogue de la librairie londonienne Pickering & Chatto en 1900 (qui contenait 23 portraits, y compris l’auteur)[25]. Si un coup d’oeil superficiel peut faire croire qu’il s’agit du même exemplaire, faire le “jeu des sept erreurs” sur le dos permet d’établir qu’il s’agit bel et bien de deux volumes différents, sans aucun doute les plus jumeaux de tout le corpus !

François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657), exemplaire de présentation “banalisé” 1. Cliché Librairie Laurent Coulet (2001)

 

François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657), exemplaire de présentation “banalisé” 2. Extrait du catalogue de la librairie “Pickering & Chatoo” (1900)

Il convient d’ajouter trois nouveaux exemplaires à cette série. Le premier, cité en note par J.- M. Chatelain alors que son article était sous presse, figura au catalogue de la librairie Jean-Marc Dechaud en 2002[26] : comprenant 22 portraits au total (y compris celui de l’auteur), il présente un assez curieux encadrement étoilé en plus de l’habituel décor « à la gerbe ». Le deuxième, anciennement de la collection Delessert[27] et contenant 26 portraits au total, est passé en vente publique en 2007 chez Pierre Bergé & Associés : son décor est plus caractéristique de la série[28]. Enfin, la même librairie Dechaud m’a procuré mon propre exemplaire en 2011, comprenant 24 portraits (dont l’auteur)[29].

François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657), exemplaire de présentation “banalisé” 3. Cliché Librairie Jean-Marc Decaud (2002)

François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657), exemplaire de présentation “banalisé” 4. Cliché Pierre Bergé & Associés (2007)

François-Mathieu Chastelet, “La Lyre du jeune Apollon, ou La Muse naissante du petit de Beauchasteau” (Paris, 1657), exemplaire de présentation “banalisé” 5. Inv. 1220

A cette heure, il y aurait donc seize exemplaires de présentation repérables : un exemplaire à très grand décor sur maroquin rouge doublé (Louis XIV) et un fleurdelisé sur maroquin citron (Anne d’Autriche ?) ; trois exemplaires utilisant le vélin doré (avec ou sans insertions de maroquin) ; six exemplaires à grand décor et cartouche héraldique ; et cinq exemplaires à grand décor « banalisé ». Nul doute toutefois que d’autres exemplaires ont existé et peuvent sans doute être retrouvés en bibliothèque ou resurgir en vente ou librairie dans les prochaines années.

Quels furent les effets de ce programme « marketing » très abouti ? Le petit Beauchasteau et ses parents touchèrent-ils les brillants bénéfices de leurs efforts ? Dans l’immédiat, oui. A en croire la préface donnée au livre par le poète Maynard, Mazarin aurait assuré au garçon une pension de mille livres et une autre de cent écus lui arriva du chancelier Séguier. De son côté, Christine de Suède, la première protectrice de l’auteur en herbe, lui avait, selon Loret, fait présent d’ « une chaine et medaille d’or »[30].

Mais, en dépit de la devise ambitieuse qu’arborait la page de faux-titre du livre, « Diutius durabo » (« Je durerai plus longtemps »), le soufflé ne tarda pas à se dégonfler… Comme le nota Adrien Baillet dans son livre sur les enfants prodiges, « cette Muse ayant fait sur le theatre du monde le personnage pour lequel elle estoit née, se retira dès qu’elle eust joüée son petit rôle »[31]. Le destin du jeune homme après la parution de son livre demeure énigmatique. Boileau, dans la lettre déjà citée, postérieure de cinquante ans aux faits, se fit sévère : « Tout ce que je puis vous dire de la destinée de cet enfant célèbre, c’est que ce fut un fameux frippon que, ne pouvant subsister en France, il passa en Angleterre où il abjura la religion catholique, et où il est mort, il y a plus de vingt ans, ministre de la religion prétendue réformée ». Selon certaines sources, il aurait même été accueilli par Cromwell en personne ! Il existe toutefois une autre variante de sa vie, résumée ainsi par Viollet-le-Duc, à partir de renseignements du XVIIIe siècle : « à l’âge de quatorze ans, cet enfant passa en Angleterre avec un religieux apostat, qui bientôt l’emmena en Perse, d’où l’on n’entendit plus parler de lui »[32]. Après cette fuite/fugue (?) et cette conversion à l’anglicanisme, le jeune prodige aurait donc disparu pour toujours, après 1661, dans les confins mystérieux de l’Orient. Sic transit gloria mundi…

Nicolas Ducimetière
Douvaine, 15 juillet 2018


BIBLIOGRAPHIE

  • Jean-Marc Chatelain, « La Lyre du jeune Apollon du petit Beauchâteau : reliures sur mesure pour poèmes sur commande », dans Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 12, Paris, 2002, pp. 37-40.
  • Frédéric Lachèvre, Glanes bibliographiques, Paris, Giraud-Badin, 1929, tome I, pp. 51-57, et tome II, pp. 221-225.
  • Frédéric Lachèvre, Bibliographie des recueils collectifs de poésie publiés de 1597 à 1700, Paris, H. Leclerc, 1903, tome II, pp. 121-122.

ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Détail du décor sur le premier plat de reliure, François-Mathieu Chastelet, dit le petit de Beauchasteau, ‎La Lyre du jeune Apollon, ou la Muse naissante du petit de Beauchasteau…, Paris, chez Charles de Sercy et Guillaume de Luynes, 1657. ‎Inv. 1220

NOTES

[1] Le dernier en date vient de paraître : Nicolas Ducimetière, « L’abbé et son pénitent – Un exemplaire retrouvé des Odes et poésies diverses de Victor Hugo (1822) », dans Bulletin du Bibliophile, Paris, 2018, n° 2018-1, pp. 93-119.

[2] A ce sujet, voir Nicolas Ducimetière, « Coups d’essai : les étudiants poètes et leurs éditeurs durant la seconde moitié du XVIe siècle », dans François Rouget et Denis Bjaï (éds.), Les Poètes français de la Renaissance et leurs « libraires » – Actes du colloque international d’Orléans (5-7 juin 2013), Genève, Droz, 2015, pp. 211-255.

[3] Jean-Marc Chatelain, « La Lyre du jeune Apollon du petit Beauchâteau : reliures sur mesure pour poèmes sur commande », dans Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 12, Paris, 2002, pp. 37-40.

[4] François Parfaict, Dictionnaire des Théâtres de Paris…, Paris, Lambert, 1756, tome I, p. 396.

[5] Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’état du cardinal de Richelieu, tome IV, p. 645, n.1, lettre de Saint-Simon à Bouthillier : « Le roy a leu vostre lettre et m’a commandé de vous dire qu’il désire qu’envoiez quérir Beauchasteau de sa part, pour luy faire commandement d’aller avec Mondory, car c’est l’intention de Sa Majesté ».

[6] F. Parfaict, Dictionnaire des Théâtres de Paris…, tome I, p. 396.

[7] Id., p. 397.

[8] Qui écrivit assez méchamment : « on voit clairement que D. Urraque n’y est [dans Le Cid] que pour faire jouer la Beauchasteau » (dans Observations sur Le Cid).

[9] Viollet-le-Duc, Bibliothèque poétique…, Paris, 1844, p. 484.

[10] Corinne Touchelay, Le Printemps des Génies, Bibliothèque nationale, 1993, pp. 106-107

[11] Eugène Viollet-le-Duc, Catalogue des livres composant la bibliothèque poétique de M. Viollet-le-Duc…, Paris, Hachette, 1843, tome I, p. 485.

[12] Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, Paris, Firmin Didot, 1860, tome I, col. 715.

[13] J.-M. Chatelain, op. cit., p. 37.

[14] J.-Ch. Brunet, op. cit., col. 715.

[15] J.-M. Chatelain, op. cit., p. 37.

[16] Id., p. 40.

[17] Bibliothèque nationale de France, Rés. m Ye.98. Ex-collection Salomon de Rothschild, léguée en 1923.

[18] Paris, Bibliothèque Mazarine, 10894 Rés.

[19] Vente Maurice Burrus (1882-1959) : la bibliothèque d’un homme de goût. Première partie, Paris, Christie’s, 15 décembre 2015, n° 78, contenant 27 portraits au total.

[20] Grenoble, Bibliothèque municipale, F.6431 Réserve.

[21] Bibliothèque nationale de France, Rés. M Ye.590.

[22] Passé par la Librairie Lardanchet, Paris (cat. 70, 1977, n° 10).

[23] J.-M. Chatelain, op. cit., p. 40.

[24] Librairie Laurent Coulet, Paris, cat. nov. 2001, n° 17.

[25] Catalogue of Old and Rare Books, and A Collection of Valuable Old Bindings…, Londres, Pickering & Chatto, 1900, p. 396, n° 3382 (avec reproduction photographique).

[26] Librairie Jean-Marc Dechaud (Crissay-sur Manse), cat. 10, 2002, n° 57, avec reproduction N/B. Exemplaire sans la table des matières.

[27] Catalogue des livres rares et précieux composant le cabinet de feu M. Benjamin Delessert…, Paris, Emile Paul et fils, 1912, n° 247, avec reproduction photo N/B (la notice parle de « reliure genre Le Gascon »). Cette provenance avait été oubliée dans la notice de la vente Bergé de 2007.

[28] Vente Livres anciens et modernes, Paris, Pierre Bergé & Associés, 21 novembre 2007, n° 94. Exemplaire sans la table des matières. Description précise et collation : François-Mathieu Chastelet, dit le petit de Beauchasteau, ‎La Lyre du jeune Apollon, ou la Muse naissante du petit de Beauchasteau…, Paris, chez Charles de Sercy et Guillaume de Luynes, 1657. ‎In-4°, de (2) ff. (titre front. et portrait), (44) ff., 278 pp. (mal ch. 262), (4) ff., 144 pp. (mal ch. 127), (1) p. et (1) f. (privilège). Reliure plein maroquin fauve, dos à nerfs richement orné de fleurons et filets dorés, plats richement ornés d’une composition de fleurons, dentelles et filets dorés avec un riche décor aux petits fers composé de quatre grandes gerbes entourant un motif central fait de triple filets courbes juxtaposés et d’un large fleuron en pointillés dorés, aux angles larges triangles en pointillés dorés, tranches dorées (reliure de l’époque). Légères et fines restaurations à deux coins et aux coiffes, quelques cahiers uniformément roussis (comme souvent pour cette édition), petite déchirure à une page avec manque de papier. Inv. 1220

[29] Librairie Jean-Marc Dechaud (Crissay-sur Manse), cat. 27, 2011, n° 68, avec reproduction couleurs. Exemplaire sans la table des matières.

[30] Jean Loret, La Muze historique…, lettre du 12 janvier 1658.

[31] Adrien Baillet, Des enfans devenus celebres par leurs etudes ou par leurs écrits, Paris, Dezallier, 1688, p. 399.

[32] E. Viollet-le-Duc, op. cit., p. 485.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (28) : UN TRAIT D’UNION ENTRE LES SIÈCLES

UN TRAIT D’UNION ENTRE LES SIÈCLES :
GUILLAUME COLLETET, POÈTE ET HISTORIEN

Un achat récent (mon 303e volume de poésie imprimé entre 1600 et 1720) m’incite à vous livrer aujourd’hui un bref portrait d’un petit auteur du XVIIe siècle, Guillaume Colletet (1598-1659), plus connu, finalement, pour son travail crucial de bio-bibliographe de ces prédécesseurs des siècles précédents que pour sa propre œuvre. Mon intérêt pour cet auteur, l’un des premiers académiciens français, ne tient donc pas seulement à sa production poétique, mais aussi beaucoup à son œuvre d’historien et de biographe : au bout de douze ans de travail sur le Dictionnaire biographique des poètes français de la seconde moitié du XVIe siècle, j’ai eu à fréquenter et à apprécier les efforts fournis par ce lointain prédécesseur pour sortir des limbes les poètes anciens déjà presque oubliés à son époque. Lui-même n’a survécu que grâce à la prévoyance du premier ronsardisant moderne, Prosper Blanchemain, autre grand bio-bibliographe. Examinons donc en trois temps cet attachant personnage, qui fut une passerelle entre la Renaissance des Valois et la France moderne de Louis XIV : d’abord sa vie et son œuvre poétique, ensuite son travail de biographe et d’historien (en partie sauvé du grand incendie des Tuileries), enfin son fils et successeur.

I. Vie et œuvre d’un des premiers académiciens

Après avoir longtemps souffert de on-dits plus ou moins médisants (en grande partie venus d’auteurs contemporains), la biographie du poète et académicien est désormais bien connue grâce aux travaux de référence de deux chercheurs italiens[1]. Un Eloge et abrégé de la vie de Monsieur Guillaume Colletet avait bien été rédigée par l’un de ses amis, Pierre Cadot, mais le texte disparut irrémédiablement, sans qu’un érudit ait pu en faire copie (nous y reviendrons).

Le portrait que fut longtemps colporté de cet aimable érudit fut donc celui d’un pochard jamais dégrisé, écrivant toujours entre la descente de deux bouteilles de vin. En octobre 1654, le poète Jean Chapelain écrivit ainsi à son correspondant Heinsius : « Je n’ai pu encore donner à M. Colletet celle [une lettre] qui estoit pour luy dans vostre paquet precedent, les vendanges l’ayant attiré à la campagne, & vous sçavés qu’il est amy de la vendange »[2] ! Il faut avouer que ses propres poèmes l’avaient présenté à plusieurs reprises sous cet angle particulier, colportant le « topos » du poète aviné cher à certains auteurs libertins du XVIIe siècle. Ainsi cette « Sarabande, Dialogue d’un Amant, & d’un Yvrongne », cet « Advis, à un poëte beuveur d’eau » (sonnet 14 du « Quatorzain burlesque ») :

Dans Guillaume Colletet, “Poësies diverses de Monsieur Colletet…”, Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p. 410. Inv. 2291

ou cette belle « Chanson à boire » :

Dans Guillaume Colletet, “Poësies diverses de Monsieur Colletet…”, Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p. 396. Inv. 2291

Mais la plus célèbre expression de cette poésie bachique se rencontre dans le « Banquet des Poëtes », dont le premier titre avait été « Le Trebuchement de l’Ivrongne »[3] :

Dans Guillaume Colletet, “Poësies diverses de Monsieur Colletet…”, Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p.  . Inv. 2291

Amateur du biberon, Colletet était également considéré comme un jouisseur amateur de femmes, excité par le premier jupon de passage, même si de basse condition : « Il étoit naturellement voluptueux, et pour le tenter, il ne falloit estre ni belle ni jeune. Comme il ne vouloit point estre en scandale à son voisinage, et qu’il ne pouvoit vivre sans quelque servante, il épousoit celle qu’il avoit prise, et qui n’étoit pas plustost morte qu’il en cherchoit quelqu’autre dont il ne manquoit pas de faire sa femme », à en croire le témoignage d’Urbain Chevreau. La plupart des sources biographiques jusqu’au XXe siècle n’ont donc pas manqué d’en faire un amateur d’amours ancillaires, ayant épousé successivement trois de ses servantes, une légende tenace encore colportée, à l’heure actuelle, tant par Wikipédia que par le site officiel de l’Académie française !

Quant à son art, enfin, on ne lui déniait pas du talent, mais mercenaire, comme le soulignait à nouveau Chapelain : « Quant au seigneur Colletet, si je puis vous en parler ingénûment, il est plutôt né versificateur que poète, & il travaille plus pour le profit que pour l’honneur. Les grands mouvements lui sont inconnus, & il arrive rarement, lorsqu’il s’élève, que ses pensées soient justes & qu’il ne prenne l’enflure pour l’embonpoint  »[4]. Boileau, de son côté, avait taillé un costard sur mesure, selon son habitude, dans deux vers de sa première Satire : « Tandis que Colletet crotté jusqu’à l’échine / S’en va chercher son pain de cuisine en cuisine »[5]. Il se trouve que le frère du satiriste, Gilles Boileau, avait succédé au fauteuil de Colletet à l’Académie. Chose amusante, le nom de Colletet, attesté par des préfaçons ou contrefaçons hollandaises des Satires en 1665-1667, ne figure en fait pas dans l’édition originale de 1666, remplacé par celui de Pelletier.

Nicolas Boileau, « Satires du sieur D*** », Paris, Louis Billaine, 1666, p. 6 (Satire I « Adieux d’un poète à la ville de Paris »), édition originale. Inv. 702. La version initiale du poème citant Colletet a été corrigée par Boileau en “Tandis que Pelletier, crotté jusqu’à l’échine …”.

Il faudra attendre l’édition de 1694, revue par Boileau, pour que le nom originel de Colletet revienne dans ces vers. Frédéric Lachèvre a magnifiquement établi la chronologie et les raisons de ces va-et-vient[6], en retrouvant une note (d’ailleurs en partie inexacte) de Brossette, confident et commentateur de Boileau : « Il y avoit ainsi Colletet dans la première édition [en fait dans les manuscrits], mais depuis à la prière de M. Ogier, ami de Colletet, on mit Pelletier pour Colletet ». Condisciple d’étude de Colletet, l’écrivain François Ogier (1590-1670) était demeuré son intime, partageant notamment son amour de Ronsard ; il fut aussi le parrain de son fils, François Colletet : on comprend donc son intervention auprès de Boileau pour préserver la mémoire de son ami défunt. Dans des notes ultérieures, Boileau devait conclure : « Colletet estoit un poëte fort gueux et d’un mérite assez médiocre ».

Nicolas Boileau, « Œuvres diverses du sieur D*** », Paris, Denis Thierry, 1694, tome I, p. 12 (Satire I « Adieux d’un poète à la ville de Paris »), édition originale. Inv. 1694. La version initiale du poème est de retour au bout de 28 ans : “Tandis que Colletet, crotté jusqu’à l’échine …”.

Venons-en à présent à quelques aspects plus tangibles. Fils d’un procureur au Châtelet, juriste de formation lui-même, Guillaume Colletet (1598-1659) exerça comme avocat au Parlement de Paris, cour de justice suprême du royaume. Quant à sa vie maritale, elle fut en effet bigarré, mais sans les excès caricaturés par ses ennemis. Colletet épousa en premières noces une certaine Marie Prunelle (qu’il appelait « Brunelle » à cause de la couleur de ses cheveux), qui mourut le 11 décembre 1641, lui laissant un fils, François. De fait, le veuf se mit ensuite en ménage (mais sans l’épouser) avec sa servante, Michelle Soyer, qui disparut en 1651. Enfin, le 18 novembre 1652, il se remaria avec la jeune Claude Le Hain (peut-être une nièce de Michelle Soyer), qu’il surnommait Claudine : cette jolie blonde (selon Furetière) avait trente-six ans de moins que son époux ! Il lui consacra une collection de 54 sonnets intitulés « Les Amours de Claudine »[7]. Plusieurs de ces poèmes sont brûlants (du moins assez pour effaroucher les premiers commentateurs modernes), comme ces vers explicites sur la jouissance :

Dans Guillaume Colletet, “Poësies diverses de Monsieur Colletet…”, Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, pp. 124-125. Inv. 2291

ou ce sonnet célébrant avec orgueil sa première rencontre charnelle avec ce jeune tendron de Claudine :

Dans Guillaume Colletet, “Poësies diverses de Monsieur Colletet…”, Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p. 335. Inv. 2291

Très épris, Colletet voulut faire passer sa jeune femme pour une poétesse, composant et imprimant des vers en les signant de son nom. A l’article de la mort, pour éviter que la supercherie ne soit révélée, il rédigea une ultime pièce où la prétendue poétesse déclarait renoncer pour toujours aux vers en raison de son veuvage : « J’ensevelis mon cœur et ma plume avec vous ». Mais personne ne fut dupe, La Fontaine (qui avait troussé quelques vers aimables à la dame) s’interrogeant méchamment dans un madrigal rosse, mais rigolo : « Les oracles ont cessé, / Colletet est trepassé. / Dès qu’il est la bouche close, / Sa femme ne dit plus rien ; / Elle enterra vers et prose / Avec le pauvre chrétien. (…) ».

Si le droit l’avait au départ nourri, la véritable passion de Colletet était la poésie. Dans sa jeunesse, il avait fait partie du groupe de jeunes poètes libertins qui entouraient Théophile de Viau. De ces années plutôt libres demeure notamment ce sizain programmatique qu’il composa pour être placé en tête du fort grivois Parnasse satyrique : « Tout y chevauche, tout y fout, / L’on fout en ce livre par tout, / Afin que le lecteur n’en doute ; / Les odes foutent les sonnets, / Les lignes foutent les feuillets, / Les lettres mêmes s’entrefoutent ! ».

Quoiqu’en aient dit ses détracteurs, il était reconnu comme un pair par les plus grands auteurs du moment, dont il énumère les noms célèbres (ou aujourd’hui moins connus) dans ce sonnet « Les Poëtes amis », daté de 1625 :

Dans Guillaume Colletet, “Poësies diverses de Monsieur Colletet…”, Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p. 233. Inv. 2291

Fréquentant l’hôtel de Rambouillet et le parti des « Barbares », il réunissait dans son modeste logis les derniers disciples de Ronsard, pour lequel il éprouvait une grande admiration, en dépit du déclin de plus en plus marqué de l’ancien Prince des Poètes (dont la dernière édition collective des œuvres parut en 1630, l’année même où les œuvres de Malherbe voyaient le jour à titre posthume). A cet égard, et de manière assez juste, on voit généralement en Colletet une sorte de trait d’union entre les derniers vestiges de l’Académie des Valois et l’aura naissante de celle de Richelieu.

Eloge de Ronsard par Colletet, dans “Poësies diverses de Monsieur Colletet…”, Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p. 393. Inv. 2291

Son talent s’exerça dans différents domaines poétiques. Comme auteur dramatique, il commit une tragi-comédie, Cyminde, ou Les deux victimes (1642), et figura parmi les cinq auteurs (avec notamment Rotrou, Boisrobert et Desmarets de Saint-Sorlin) de La Comedie des Thuileries et de l’Aveugle de Smyrne, deux pièces écrites en 1638 à la commande de Richelieu. Dans la première, le cardinal-ministre apprécia tellement un passage de six vers dûs à Colletet qu’il lui envoya cinquante pistoles de gratification. Pauvre comme Job, Colletet répondit avec sincérité et franchise à cet envoi : « Armand, qui pour six vers me donne six cents livres / Que ne puis-je à ce prix te vendre tous mes livres ! ». Egalement théoricien de la poésie, Colletet laissa plusieurs traités qui furent réunis en 1653 dans un Art poétique, comprenant notamment un « Traitté de l’épigramme » et un « Traitté du sonnet », mais qui traitait aussi « du poème bucolique, de l’églogue, de la pastorale et de l’idyle, de la poésie morale et sentencieuse , avec un discours de l’éloquence et de l’imitation des anciens, un autre discours contre la traduction et la nouvelle morale »[8]. Ce fin lettré livra enfin différents traductions à partir du grec et du latin, non seulement d’auteurs antiques, mais aussi de poètes néo-latins, en particulier Les Couches sacrées de la Vierge (1634), une version en prose française du célèbre poème De partu Virginis de l’Italien Jacopo Sannazaro. L’ouvrage fut réimprimée en 1645 et 1646.

Jacopo Sannazaro (et Guillaume Colletet, trad.), “Les Couches sacrées de la Vierge, poème héroïque …”, Paris, Chez Gaspard Meturas, 1646, page de titre. Inv. 144

Reliure de veau blond fleurdelisé sur “Les Couches sacrées de la Vierge”. D’après une mention manuscrite sur la garde, séchée à la poudre d’or et rédigée de la main du père jésuite Charles de Hallot de Mérouville (1625-1705, préfet des études au collège de Clermont / collège Louis le Grand, auteur d’une édition des “Oraisons” de Cicéron en 1684) , cet ouvrage aurait été offert au prince Louis (III) de Bourbon-Condé (1668-1710), petit-fils du Grand Condé. Inv. 144

Essayant de vivre de sa plume, Colletet composa plusieurs pièces courtisanes de bonne facture, notamment sur le siège de La Rochelle et ses conséquences (1629-1630). Il livra aussi, en 1633[9], Le Triomphe des Muses, à Monseigneur le Cardinal Duc de Richelieu, qui connut par la suite plusieurs rééditions (agrémentées de traductions de vers en latin par le sieur de La Rochemaillet et en italien par le sieur Camola[10]). Ces différents travaux lui assurèrent la protection du puissant cardinal, qui l’inclut parmi les premiers membres de son Académie (aujourd’hui française). Occupant le fauteuil 23, Colletet fut admis avant le 13 mars 1634 et prononça le dix-huitième discours prononcé au sein de l’institution : De l’imitation des Anciens.

C’est finalement très tardivement que les œuvres poétiques de Colletet furent révélées au public dans leur intégralité. En 1653, chez Louis Chamhoudry, ce sont ses épigrammes, genre dans lequel il excellait, qui connurent la première mise à l’honneur[11]. Ce recueil est sans doute la meilleure et le plus connue de ses productions : on y trouve « d’ingénieuses et piquantes pièces »[12]. Adressées à la plupart des membres éminents de la République des Lettres, le plus souvent datées, ces épigrammes forment également une précieuse source d’histoire littéraire. On trouve par ailleurs, au début du volume, un « Discours sur l’Epigramme où il est traitté de sa première origine; de son usage ancien et moderne; de son véritable caractère; de ses vertus et de ses vices; et des qualitez requises à, ceux qui s’appliquent à ce genre d’éscrire », un véritable art poétique de ce type de poèmes.

Guillaume Colletet, “Epigrammes du sieur Colletet…”, Paris, Louis Chamhoudry, 1653, édition originale, « assez recherchée » (Brunet). Inv. 619

Trois ans plus tard, le fils du poète assura chez Jean-Baptiste Loyson l’édition de la quasi-intégralité des œuvres de Colletet dans le recueil Poésies diverses de Mr. Colletet, contenant des Sujets Heroïques, des Passions amoureuses, et d’autres Matières burlesques et enjouées.

Guillaume Colletet, “Poësies diverses de Monsieur Colletet…”, Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, première édition collective, en grande partie originale, page de titre. Inv. 2291

Ni ces publications, ni son fauteuil à l’Académie ne sauvèrent toutefois Colletet de la misère, un état que les sources anciennes lui reprochèrent (il aurait gaspillé sa fortune par ses vices, etc.). Lorsque vint le trépas, le 19 février 1659, « notre pauvre M. Colletet (…) mourut véritablement pauvre, ayant fallu quêter pour le faire enterrer » (comme le rapporta son collègue académicien Chapelain un mois plus tard).

II. Un biographe et historien de la poésie française

Travaillant depuis 2006 sur le grand Dictionnaire biographique des poètes français de la seconde moitié du XVIe siècle initié par Jean Paul Barbier-Mueller (dont le cinquième tome devrait sortir en 2019), j’ai appris à apprécier et admirer un autre aspect des travaux de Guillaume Colletet. Non content d’être un poète et un théoricien de la poésie, il fut aussi un historien de la poésie, en fait le premier (ou presque) dont puisse se flatter les lettres françaises (si l’on excepte les travaux précurseurs, mais plus laconiques, de La Croix du Maine et de Du Verdier en 1584-1585).

L’érudit et passionné Colletet s’était en effet lancé dans la rédaction de Vies des Poëtes François, courant de l’an 1209 jusqu’en 1647. Amassant une documentation de première main, l’humaniste se révéla « un historien de la littérature doué d’une profonde sagacité et d’un réel don de sympathie, que l’on aurait aimé retrouver chez certains de ses successeurs »[13] pourtant touchés par la gloire et reconnus par la postérité : Lanson disait d’ailleurs à cet égard que Colletet avait, lui, compris le XVIe siècle, à la différence du sévère Boileau[14]. Rangées par ordre chronologique, ces quelques 459 notices biographiques documentées remplissaient pas moins de cinq gros volumes in-quarto, de l’écriture même de Colletet. Car ce travail monumental resta malheureusement inédit du vivant de son auteur et ne fut ensuite pas publié par son fils (tout aussi désargenté que son géniteur), bien que celui-ci ait mis au point une copie manuscrite destinée à un potentiel éditeur. De collectionneur en libraire[15], les manuscrits finirent par atterrir dans la bibliothèque du Louvre en 1808 et, là, on se sent respirer : les voilà sauvés ! Sauf que … dans la nuit du 23-24 mai 1871, en pleine tourmente de la Commune, la précieuse bibliothèque partit en fumée, touchée par l’incendie volontaire du palais des Tuileries, tout voisin.

L’incendie du Palais des Tuileries (23-24 mai 1871), lithographie de Léon Sabatier et Albert Adam pour “Paris et ses ruines” (publié en 1873). Document BnF

Les manuscrits originaux de Colletet et de son fils disparurent dans les flammes, emportant notamment la biographie même du poète-historien par son ami Cadot. Conscient de cette perte cruelle pour l’histoire des lettres, plusieurs conservateurs essayèrent d’évaluer les dégâts. Le directeur du Cabinet historique, Louis Paris, consacra ainsi plusieurs pages de son étude Les Manuscrits de la Bibliothèque du Louvre brûlés dans la nuit du 23 au 24 mai 1871 au fonds Colletet[16].

Louis Paris, “Les Manuscrits de la Bibliothèque du Louvre brûlés dans la nuit du 23 au 24 mai 1871”, Paris, Bureau du Cabinet historique, 1872. Non coté

De son côté, l’archiviste-paléographe Léopold Pannier, conservateur à la Bibliothèque nationale, livra une étude monographique en bonne et due forme avec Le Manuscrit des Vies des poètes françois de Guillaume Colletet, brûlé dans l’incendie de la Bibliothèque du Louvre. Essai de restitution[17]. Complétant celle de Paris, son analyse montra que 208 des 459 biographies de poètes avaient, tout ou partie, été conservées, grâce aux historiens qui les avaient patiemment recopiées à partir des originaux dans les années 1850-1860. Certaines avaient été publiées dans des recueils biographiques régionaux ou en tête de rééditions annotées et commentées critiques (souvent de belles éditions destinées aux bibliophiles amateurs de poètes anciens).

Les ruines du Palais des Tuileries, photographie anonyme, 1871. Album historique, BNF/Gallica

L’un des plus importants utilisateurs des manuscrits Colletet n’était autre que le premier ronsardisant moderne, Prosper Blanchemain (1816-1879), alors bibliothécaire au Ministère de l’Intérieur (!) et par la suite bibliographe et éditeur infatigable des poètes des XVIe et XVIIe siècles : la recherche moderne lui doit beaucoup et, pour ma part, j’ai recherché et acquis, dans la mesure du possible, certaines de ces éditions, magnifiques objets bibliophiliques publiés à petit nombre et sur beaux papiers[18]. Blanchemain avait compris tout le potentiel des textes de Colletet ; il sauva ainsi la propre biographie de Ronsard, publiée en 1855 en tête de son édition des Œuvres inédites de Pierre de Ronsard.

“Pierre de Ronsard, par Guillaume Colletet”, dans “Œuvres inédites de Pierre de Ronsard”, éd. par P. Blanchemain, Paris, Auguste Aubry, 1855, édition originale. Inv. 135. Le tirage fut seulement de 220 exemplaires, dont 180 sur vergé (comme celui-ci).

Il récidiva en 1869 en publiant la vie de Jean Doublet par Colletet, au début de son édition des Elégies de ce poète dieppois du milieu du XVIe siècle. Ces deux exemples de publication intégrale sont sans compter les emprunts et citations faits pour d’autres éditions agrémentées de notices biographiques.

“Jean Doublet, par Guillaume Colletet”, dans Jean Double, “Elégies…”, éd. par P. Blanchemain, Rouen, Lanctin 1869. Inv 633. Cette réédition des rarissimes “Elégies” de 1559 fut donnée à petit nombre.

Le prévoyant Blanchemain avait par bonheur recopié plusieurs vies d’avance dans les manuscrits Colletet. Aussi put-il continuer à employer cette manne après la catastrophe de 1871, notamment dans le cas du poète normand Robert Angot de L’Eperonnière, un de ces auteurs satiriques des années 1610-1630 comme je les aime (et qui feront sans doute l’objet d’un article à venir[19]) ! Il procéda en deux temps, mettant tout d’abord au jour la biographie écrite par Colletet dans une publication séparée pour le compte de la très active Société rouennaise de Bibliophiles. J’ai eu la bonne fortune, il y a quelques années, de tomber sur les épreuves de cette plaquette, comportant les corrections et adjonctions autographes de Prosper Blanchemain. Outre des indications et corrections typographiques (encrage, titres courants, coquilles), le chercheur a rajouté des éléments sur les manuscrits Colletet et les notices sauvées, ainsi que sur le portrait d’Angot, absent de ses épreuves et rajouté semble-t-il au dernier moment.

 

Guillaume Colletet, “Vie du poète normand Robert Angot, sieur de l’Eperonière”, éd. par Prosper Blanchemain, Rouen, Espérance Cagniard, 1873, épreuves corrigées. Inv. 182

Guillaume Colletet, “Vie du poète normand Robert Angot, sieur de l’Eperonière”, éd. par Prosper Blanchemain, Rouen, Espérance Cagniard, 1873, épreuves corrigées, détail de l’incipit. Inv. 182

Guillaume Colletet, “Vie du poète normand Robert Angot, sieur de l’Eperonière”, éd. par Prosper Blanchemain, Rouen, Espérance Cagniard, 1873, épreuves corrigées, ajout autographe détaillant le nombre de notices biographiques sauvées. Inv. 182

C’est donc enrichie d’un beau portrait-frontispice gravé du poète que cette Vie du poète normand Robert Angot, sieur de l’Eperonière sortit finalement chez l’éditeur rouennais Cagnard en 1873, avec la prise en compte des interventions de Blanchemain.

Guillaume Colletet, Vie du poète normand Robert Angot, sieur de l’Eperonière, éd. par Prosper Blanchemain, Rouen, Espérance Cagniard, 1873, édition originale, portrait-frontispice et page de titre. Inv. 183

Ce travail préliminaire sur la notice Colletet constitua se retrouva trois ans plus tard, complété par un « Supplément à la Vie d’Angot » (car Colletet n’avait eu connaissance, bizarrement, que des débuts du poète normand), au début de l’édition des Satires et Exercices gaillards de L’Eperonnière que procura Blanchemain chez Alphonse Lemerre.

Robert Angot, “‎Les Nouveaux Satires et Exercices gaillards d’Angot l’Eperonnière”, éd. et annotée par P. Blanchemain, ‎Paris, Lemerre, 1877, page de titre. Inv. 824

Guillaume Colletet, “Vie de Robert Angot”, dans “‎Les Nouveaux Satires et Exercices gaillards d’Angot l’Eperonnière”, éd. et annotée par P. Blanchemain, ‎Paris, Lemerre, 1877. Inv. 824

III. Un digne successeur

De son premier mariage avec Marie Prunelle (morte en 1641), Colletet avait donc eu un fils prénommé François (1628-v. 1680), qui suivit avec un certain talent les traces de son père. Pourtant, en dépit (ou à cause) d’une plume prolifique ou de la réputation en demi-teinte de son paternel, il fut jugé sévèrement par ses contemporains, tel Tallemant des Réaux (qui le jugeait « dadais »). Le qualificatif de « poète crotté » donné à son père par Boileau lui a d’ailleurs longtemps été attribué, la plupart des sources anciennes ayant confondu le géniteur et sa progéniture[20]. Le Dictionnaire Bouillet, le prêt-à-penser de la bourgeoisie du XIXe siècle, colporta bien évidemment l’erreur, tout en ajoutant : « Il a comme son père fait des vers, mais il est encore inférieur à son père ». De la critique et de la biographie de haut vol !

François Colletet. “Journal de la ville de Paris…”, Paris, Mille de Beaujeu, 1676, seul numéro paru, très rare. Exemplaire passé en vente dans la vente “Libri, manoscritti, stampe e disegni” de la maison Gonnelli (17 mai 2014, lot 220). DR

La vie de Colletet fils fut bien plus aventureuse que celle de son père. Agent du cardinal Mazarin pendant la Fronde, à partir de 1651, il demeura prisonnier des Espagnols pendant deux années, au château de Porcheresses, près de Luxembourg. De retour à Paris, il travailla comme précepteur dans une famille noble, tout en publiant, non seulement des vers (comme nous allons le voir), mais aussi des articles de presse. Il fut en effet l’un des premiers « journalistes » français[21], exerçant à partir de 1659 pour le compte de deux libraires parisiens successifs, Jean-Baptiste Loyson (avec qui il entra en procès en 1660) et Alexandre Lesselin. Fort d’un privilège général obtenu en 1660 pour ses publications, il se lança dans l’édition de ses propres périodiques, imprimés seul ou en association avec un libraire, ce qui lui attira des poursuites pour cause de concurrence au privilège général obtenu par la Gazette des Renaudot. Virent ainsi le jour à partir de 1676 : le Journal de la ville de Paris (un seul numéro paru), le Journal des avis et des affaires de Paris (dix-huit numéros, avec d’être censuré et interdit à partir du 26 novembre 1676), l’éphémère Bureau academique des honnestes divertissemens de l’esprit (du 5 mars au 30 nov. 1677) et La Bibliographie françoise et latine de Paris (1678).

Son œuvre poétique est tout aussi intéressante. Son poème le plus célèbre demeure sans doute Tracas de Paris en vers burlesques, contenant la foire Saint-Laurent, les marionnettes, les subtilités du Pont-Neuf, le départ des coches, composé dès 1658, mais imprimé en 1666 pour former une sorte de suite à la Ville de Paris en vers burlesques de Berthod. On lui doit aussi de très nombreuses participations à des recueils collectifs du temps : 43 poèmes dans les Muses illustres de MM. Malherbe, Théophile. (…) et plusieurs autres auteurs de ce temps (1658) ; 73 pièces dans La Muse coquette (1665) ; l’intégralité des vers de L’Académie familière des filles. Lettres et diversités folâtres de prose et de vers. Suite de la Muse coquette. Troisième et quatrième parties (Paris, Loyson, 1665) sans parler de quelques plaquettes encomiastiques.

François Colletet, “Juvénal burlesque, par le Sieur Colletet le fils”, Paris, chez Pierre David, 1657, édition originale, page de titre. Inv. 1569

Mais ses débuts remontent à 1657, lorsque parut le Juvénal burlesque, par le Sieur Colletet le fils, chez Pierre David[22]. « Coup d’essai de sa muse naissante », cette traduction de la première satire de Juvénal, la première donnée du poète latin en vers burlesques, constituait sans doute une œuvre de commande, écrite en « quelques jours » : la dédicace au très riche et puissant François-Honorat de Beauvilliers, duc de Saint-Aignan (1607-1687), qualifié de « Mecene », l’atteste, comme un madrigal liminaire signé de Guillaume Colletet. Militaire de haut rang, vétéran de plusieurs guerres, gouverneur de provinces, le duc était aussi un fin lettré, élu à l’Académie en 1663 (en remplacement de Jules de La Mesnardière). Avant le coup de chapeau de Colletet fils, ce protecteur des poètes avait déjà reçu la dédicace de l’Ovide en belle humeur de D’Assoucy en 1650, de l’Ovide bouffon de Richer, etc.

Portrait gravé de François-Honorat de Beauvilliers, duc de Saint-Aignan (1607-1687). DR

S’inspirant des deux traductions récentes de Challine (en prose) et de Michel de Marolles (en vers), le travail de Colletet (qui comptait au total près de 1’400 octosyllabes) puisait aussi dans les vers burlesques de Scarron. Le petit volume fut imprimé dans le courant de l’automne 1656, mais à la date de 1657. Le poème ne semble pas avoir rencontré son public et la veuve de l’éditeur Pierre David remit en circulation les exemplaires invendus en 1662, avec un titre rafraîchi, modifié en Juvénal travesty, traduit en vers burlesques. Une édition pirate avait pourtant vu le jour à la fausse adresse d’Anvers dès 1657.

Comme son père, François Colletet mena jusqu’à sa disparition, vers 1680, une existence de forçat des lettres, vendant ses vers «à cent sous le cent» (selon Tallemant des Réaux), accumulant poème sur poème sans pouvoir gagner péniblement 200 francs par an, si l’on en croit Richelet (qui en parla comme exemple dans son Dictionnaire, à l’article « Rat-de-cave » !).

En dépit de leur place sans doute légitime dans le second rayon, ces deux littérateurs du XVIIe siècle me sont bien sympathiques, ce qui explique ces différents volumes collectés au cours des années (et que d’autres viendront rejoindre, je l’espère). J’ai une tendresse toute particulière pour Guillaume Colletet qui a tenté, comme je le fais depuis plusieurs années, de ressusciter ces figures souvent fantomatiques qu’étaient les poètes anciens. Partiellement sauvé par d’autres chercheurs érudits et passionnés comme l’était Prosper Blanchemain, son travail demeure, encore aujourd’hui, une des bases de travail du bio-bibliographe moderne : ne serait-ce que pour cela, que des grâces éternelles lui soient rendues ! Entre « collègues » biographes, on se comprend… 😉

Nicolas Ducimetière
Douvaine, 20 mai 2018


NOTES

[1] Pasquale A. Jannini, Verso il tempo della ragione : studi e ricerche su Guillaume Colletet, Milan, Viscontea, 1965, et Valeria Pompejano Natoli, Verso una biografia di Guillaume Colletet, Fasano, Schena, 1989. Une édition critique des Poësies diverses de Colletet fut donnée par P. Jannini en 1968 (‎Naples, Edizioni scientifiche italiane – / Paris, Editions A.G. Nizet, 93 pp.).

[2] Jean Chapelain, lettre à Heinsius du 9 octobre 1654, dans Soixante-dix-neuf lettres inédites à Nicolas Heinsius, éd. par Bernard Bray, La Hye, Nijhoff, 1966, p. 265.

[3] Ce poème parut pour la première fois en 1627 (Paris, s.n.) et fut redonné, sous son nouveau titre, en 1646 (Nicolas Boisset, in-8°), puis en 1656 dans les Diverses Poësies. Selon Edouard Fournier (qui le réimprima en 1855 dans le tome III de ses Variétés historiques et littéraires), le poème de 1627 « est tout à fait différent de celui des autres, à ce point que, désespérant de pouvoir relever toutes les variantes, nous avons pris le parti de n’en donner aucune. Le plus court eût été non pas de remarquer les différences, mais les très rares similitudes de texte. Nous tenons là, en pleine verve de jeunesse, la première pensée d’un poëte qui ne se permit pas souvent, et surtout avec autant de bonheur, de pareilles fougues et fantaisies bachiques. Quand il fit ce morceau, il étoit de la coterie littéraire de Salomon Certon, du sieur de la Charnaye, etc. (voy. Viollet-Leduc, Biblioth. poétique, p. 452), et ce dut être le contingent poétique auquel il étoit tenu comme membre de cette assemblée ».

[4] J. Chapelain, lettre du 30 octobre 1658 à Guez de Balzac.

[5] Nicolas Boileau, Satires, Satire I, vers 77-78.

[6] Frédéric Lachèvre, « Boileau et Colletet : à propos de deux vers de la satire première », dans Revue d’histoire littéraire de la France, XXIII (1916), pp. 368-375.

[7] « Claudine » fut également louée et chantée par de nombreux poètes du temps, amis de son mari : Pinchesne, La Mesnardière, Tallemant, mais aussi Gilles Boileau et même La Fontaine !

[8] L’ouvrage fut à plusieurs reprises réédité, sous ce titre ou sous celui de L’Escole des Muses, dans laquelle sont enseignées toutes les Reigles qui concernent la Poësie françoise.

[9] Paris, Jean Camusat, 1633, 12 pp.

[10] Paris, veuve Jean Camusat, 1640, « Quatriesme Edition ».

[11] Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres… (1860), tome II, col. 154.

[12] Dixit le Grand dictionnaire Larousse du XIXe siècle.

[13] Gilles Banderier, « Note biographique sur Guillaume Colletet », dans Revue belge de philologie et d’histoire, tome 80, fasc. 3, 2002, p. 946.

[14] Gustave Lanson, Histoire de la littérature française, Paris, Hachette, 1909, p. 499.

[15] D’après le père Lelong (1665-1721), auteur de la célèbre Bibliothèque historique de la France (1719), le manuscrit Colletet avait été la propriété du librairie parisien Florentin Delaulne. Après la mort de ce dernier en 1723, le manuscrit fut vendu par sa veuve à un confère, Gabriel Martin, et se trouvait encore en 1772 en possession du fils de celui-ci, Claude Martin, également libraire. “C’est sans doute des mains de ce dernier ou de ses héritiers que le Colletet entra dans la bibliothèque du Louvre par acquisition en 1808, et sur la proposition de M. A.-A. Barbier” (Louis Paris, op. cit., p. 64).

[16] Louis Paris, Les Manuscrits de la Bibliothèque du Louvre brûlés dans la nuit du 23 au 24 mai 1871…, Paris, Bureau du Cabinet historique, 1872, n° 331, pp. 57-64.

[17] Paris, Franck, 1872, tiré à seulement 60 exemplaires (comme tiré à part de la Revue critique d’histoire et de littérature), mais disponible en ligne : https://archive.org/details/PannierLeManuscrit . Le travail de Pannier fut encore précisé par Paul Bonnefon, « Contribution à un essai de restitution du manuscrit de G. Colletet intitulé Vie des poètes françois », dans Revue d’histoire littéraire de la France, II (1895), pp. 59-77.

[18] Outre la première grande édition critique moderne de Ronsard, on lui doit la réédition, avec force notes et préfaces, des Œuvres poétiques de Vauquelin des Yveteaux, des Bouquets poétiques d’Angot de l’Éperonnière, des Œuvres poétiques de Sonnet de Courval, des Élégies de Jean Doublet, des Satires de Du Lorens, des Épigrammes inédites de Gombauld, des Œuvres de Louise Labé, des Rondeaux et vers d’amour de Jehan Marion, du poème Philandre de Maynard, des Œuvres complètes de Mellin de Saint-Gelais, des Mignardises amoureuses et des Poésies de Jacques Tahureau, des Foresteries de Vauquelin de La Fresnaye, de la tragédie L’odieux et sanglant meurtre commis par le maudit Cain de Thomas Le Coq, etc. Voici, par ordre chronologique de publication, quelques-unes de ces éditions, en elles-mêmes livres rares et objets de collection, tirées des rayons d’ « une petite bibliothèque » :

Nicolas Vauquelin des Yveteaux, “Les Œuvres poétiques…”, Paris, Auguste Aubry, 1854. Inv. 211. Tirage à 300 exemplaires (2 sur peau de vélin, 9 sur grand papier chamois, 15 sur grand papier vélin et 274 sur vergé de Hollande), celui-ci étant l’un des 15 grands papiers sur vélin (n° 18).

Pierre de Ronsard, “Œuvres inédites …”, éd. par P. Blanchemain, Paris, Auguste Aubry, 1855, édition originale. Inv. 135. Le tirage fut seulement de 220 exemplaires, dont 180 sur vergé (comme celui-ci).

Jean Double, “Elégies…”, éd. par P. Blanchemain, Rouen, Lanctin 1869, page de titre. Inv. 633. Cette réédition des rarissimes “Elégies” de 1559 fut donnée à petit nombre : 3 sur parchemin, 15 Chine, 15 Whatman et 300 vergé (ici, n° 71).

Jehan Marion, “Rondeaulx et vers d’amour…”, publiés par P. Blanchemain, Paris, Léon Willem, édition originale. Inv. 1054. Cette édition d’un manuscrit encore inédit du XVIe siècle fut tirée à seulement 100 exemplaires numérotés (94 sur Hollande, comme celui-ci, et 6 sur Chine).

Thomas Le Coq, “L’odieux et sanglant meurtre commis par le maudit Caïn, tragédie”, avec une introduction de P. Blanchemain, Rouen, Henry Boissel, 1879. Inv . 2082. Réimpression de l’édition originale de 1580 pour le compte de la Société des Bibliophiles normands.

[19] Je possède de L’Eperonnière la quatrième édition (rare, comme toutes les autres) de son recueil Les Exercices de ce temps… (Rouen, Guillaume de La Haye, 1626), relié en veau brun marbré orné du XVIIIe siècle (Inv. 31).

[20] Voir l’article de Fr. Lachèvre, op. cit. L’erreur remonte à l’édition annotée des Œuvres de M. Boileau Despreaux parue à Genève, Fabri et Barillot, en 1716.

[21] Sur ce versant de ses activités, voir A. Heulhard, Le Journal de Colletet, premier petit journal parisien (1676) avec une notice sur Colletet, gazetier, Paris, Le Moniteur du Bibliophile, 1878, ainsi que J. Cousin, «Le Journal de Paris de François Colletet», dans Bulletin de la Société historique de Paris, t. V, 1878, p. 141-142.

[22] Pour une présentation de ce livre, voir notamment le très intéressant travail de Jean Leclerc, L’Antiquité travestie : anthologie de poésie burlesque (1644-1658), Québec, Presses universitaires de Laval, 2010, pp. 341-348 (notice).

 

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (25) : COMMENT SAUVER MOÏSE ET L’OFFRIR À UN COPAIN

COMMENT SAUVER MOÏSE ET L’OFFRIR À UN COPAIN

Au professeur Michel Jeanneret,
en toute amitié, et dans l’amour partagé
de ces poètes exubérants du XVIIe siècle

Avant de s’enfoncer dans le conformisme encadré de la seconde moitié du règne de Louis XIV, la littérature du XVIIe siècle a fourni toute une galerie d’auteurs truculents et attachants, des poètes libertins et fantasques, qui assurèrent la renaissance de la satire, à partir de l’exemple fondateur de Mathurin Régnier (1573-1613). Après la génération du sieur de Sonnet-Courval et d’Auvray succéda celle des Théophile de Viau, Tristan L’Hermite, Boisrobert, D’Assoucy, tous de bons vivants aimablement débauchés, amateurs de la « dive bouteille » et des charmes des filles de petite vertu, domaines qu’ils abordaient avec complaisance (et peut-être même avec exagération) dans leurs vers.

Adrian Brouwer, “Les Fumeurs”, vers 1636, Metropolitan Museum.

Examinons aujourd’hui le parcours de l’un de ses plaisants drilles, Antoine Girard (1594-1661), sieur de Saint-Amant, qui, après une aimable production de poèmes graveleux et de chansons à boire (ou à manger !), se tourna vers des sujets plus sévères, notamment un Moyse sauvé qu’il voyait comme son grand-œuvre. Il n’oublia pas pour autant ses amis de bamboche et mon exemplaire de la première édition de ce poème en témoigne parfaitement, comportant un magnifique envoi autographe (une pratique alors peu commune) à l’un de ses compagnons les plus intimes : Urbain Chevreau, autre grand acteur des lettres de son temps.

I. Saint-Amant, « poète crotté » et bon vivant

Notre poète vit le jour au sein d’une famille protestante, dans un faubourg de Rouen, en la paroisse de Petit-Quevilly, et fut baptisé quelques jours plus tard, le 30 septembre 1594, sous le nom tout simple d’Antoine Girard, un patronyme qui se devait se complexifier au fil du temps et de son ascension sociale pour aboutir à la formule complète de « Marc-Antoine de Girard, écuyer, sieur de Saint-Amant ». Son père Antoine (1551-1624) aurait mené une vie d’aventurier, devenant capitaine d’une escadre de vaisseaux au service de la reine d’Angleterre et connaissant même les geôles turques pendant trois ans : une carrière qu’il faut sans doute prendre avec prudence ! Mais il est vrai que deux des frères du poète menèrent eux aussi une carrière militaire au long cours, Guillaume tombant lors d’un combat en Mer Rouge en 1620 et Salomon étant tué par les Turcs au cours d’une campagne en Crète en 1648.

Ecole napolitaine, “Soldat mort”, vers 1630 (jadis attribué à Velasquez).

Plus sage, Antoine Girard suivit sans doute des études dans un collège réformé en Normandie, qui lui procura une culture classique solide, quoiqu’il ait voulu occulter ce fait : « Car, Dieu mercy, ny mon Grec, ny mon Latin ne me feront jamais passer pour Pedant : Que si vous en voyez deux ou trois mots en quelques endroits de ce Livre, je vous puis bien asseurer que ce n’est pas de celui de l’Université »[1]. Il apprit par ailleurs l’espagnol, l’italien et l’anglais, concluant ses études par une navigation qui l’emmena aux Canaries, sur la côté d’Afrique et aux Antilles.

Arrivé à Paris vers 1616, le jeune Girard fréquenta les milieux littéraires et en fut bien reçu, composant un poème, « La Solitude », qui le lança. Il rencontra Théophile de Viau, Bois-Robert ou Claude de Malleville, les gloires poétiques du moment, fréquentant les mêmes tavernes et tripots de Paris, tout en étant familier des hôtels particuliers et antichambres de plusieurs grands seigneurs en place à la Cour. « Drôles, excentriques, provocants parfois, ils défient les convenances et se libèrent des lourdeurs routinières » (M. Jeanneret).

Ernest Meissonier, “Le Jeu de piquet”, 1861, Wales National Museum.

C’est probablement entre 1620 et 1624 que Girard se plaça sous la protection du duc de Retz, adoptant à ce moment le nom de « sieur de Saint-Amant ». On le connaissait aussi dans le célèbre salon littéraire de l’hôtel de Rambouillet sous le surnom de « Sapurnius ». Composant beaucoup, il collaborait volontiers avec des amis, écrivant avec Viau et Bois-Robert pour le ballet royal des Saturnales. Il dédia plusieurs poèmes à de grands seigneurs, de Gaston d’Orléans au duc de Montmorency, en passant par l’évêque de Nantes qui avait reçu sa conversion au catholicisme. Appartenant à la suite de plusieurs hauts nobles (Retz, Montmorency, le comte d’Harcourt, le maréchal de Créquy), il dut suivre un bon nombre d’entre eux dans des campagnes militaires ou des voyages diplomatiques, en Italie (1630, 1633, 1640), en Angleterre (1643) et en Pologne (1649-1651).

Saint-Amant, poème “La Solitude”, dans “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau …”, Rouen, chez Jean Boulley, 1642, pp. 6-7.

Faisant partie des membres fondateurs de l’Académie française en 1634 (un peu par hasard, en raison de son amitié pour Bois-Robert ou Malleville), il ne participa guère aux travaux de l’auguste assemblée naissante, placée sous le patronage du cardinal de Richelieu (preuve que la moralité de Saint-Amant, capable de passer sous les fourches caudines du prélat-ministre, n’était pas jugée trop exécrable !). Au retour de ses nombreux voyages, il s’orienta vers une poésie plus grave, avant de s’éteindre à Paris, au-dessus du vieux cabaret « Au Petit Maure » (au n° 26 de l’actuelle rue de Seine), en décembre 1661.

Plaque commémorative scellée sur la façade du 26, rue de Seine, à Paris, à côté de l’enseigne rappelant l’existence du cabaret “Au Petit Maure”, fondé dans cette maison sous Henri IV.

II. Un poète des joies de vivre et du burlesque

Au service de ses protecteurs ou pour plaire à ses amis, Saint-Amant avait beaucoup produit, mais sans chercher à publier. C’est une édition pirate de son poème « La Solitude » qui l’incita finalement à se préoccuper du sort éditorial de ses œuvres. En 1629 parut donc des Œuvres de Monsieur de Saint-Amant qui rencontra un immense succès et fut réédité à plus de vingt reprises entre 1632 et 1668. Par la suite, Saint-Amant livra périodiquement ses nouvelles publications, donnant une Suite de la première partie des Œuvres en 1631 (contenant les poèmes « Le Soleil levant », « Le Melon », « Le Poëte Crotté », « La Crevaille », « Orgie », « Le Tombeau de Marmousette », « Le Paresseux » et « Les Goinfres »), puis une Deuxième partie des Œuvres en 1643, enfin un Dernier recueil des Œuvres en 1659.

Les éditions précoces de Saint-Amant sont pour la plupart assez peu courantes et méritent  l’intérêt. Deux d’entre elles, comportant la première partie des Œuvres et la Suite de la première partie, cohabitent dans mes rayons. La première, imprimée à Rouen par Jean Boulley, date de 1642. La seconde est une impression lyonnaise, réalisée en 1643 pour le compte de Nicolas Gay (mais il n’est pas impossible qu’il s’agisse en fait d’une remise en vente avec titre renouvelé de l’édition Nicolas Gay de 1637, laquelle présente la même collation) : un exemplaire en figurait notamment dans la bibliothèque de Flaubert[2].

Saint-Amant, “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau …”, Rouen, chez Jean Boulley, 1642. Provenance : de la bibliothèque gastronomique du baron Léon Lambert (1929-1987), banquier bruxellois de profession, bibliophile-gastronome de goût, avec son ex-libris gravé aux initiales LL et mention « Deuzel » [soit “deux-L”]). Inv. 1329.
 

Saint-Amant, “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau…”, Lyon, pour Nicolas Gay, 1643. Inv. 1568.

En dehors de ses vers plus ou moins courtisans, une partie importante des vers de Saint-Amant chantait les plaisirs de la vie, notamment du bien boire et du bien manger, mais aussi des plaisirs de la chair : « Le Fromage », « La Vigne », « La Jouissance », « Les Goinfres » ou « La Chambre du Débauché » sont parmi les plus célèbres.

Jan Steen, “La Cuisine grasse”, v. 1652-1654. Musée national des Beaux-Arts du Canada.

Ces poèmes ont fait entrer, à l’image de ce qu’avaient fait Rabelais en prose ou plus récemment Annibal de Lortigue en poésie[3], le goût et l’odeur des bonnes choses dans la littérature. Lui-même joua beaucoup sur une réputation ou légende de gentilhomme bourlingueur, poète-soldat, et surtout bon vivant, un « bon gros » comme il se décrivait lui-même, « plus frisé qu’un gros comte allemand, le teint frais, les yeux doux et la bouche vermeille ». Jusqu’à quel point était-ce une réalité ou, à l’inverse, une posture littéraire ? Cela lui valut en tout cas d’être le chef de file des poètes burlesques, légers et libertins de son époque.

Saint-Amant, poème “Le Poëte crotté”, dans “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau …”, Rouen, chez Jean Boulley, 1642, pp. 244-245. Cette pièce satirique décrivait le poète Marc de Maillet (mort vers 1628), auteur de recueils d’épigrammes.

Saint-Amant, poème “Le Fromage”, dans “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau …”, Rouen, chez Jean Boulley, 1642, pp. 170-171. Ce célèbre poème est l’un des plus fameux de la littérature gastronomique française.

Saint-Amant, poème “Le Melon”, dans “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau …”, Rouen, chez Jean Boulley, 1642, p. 231. Trois cents ans avec “L’Orange” de Francis Ponge, un poème à la gloire d’un fruit tout aussi succulent !

Saint-Amant, poème “La Crevaille”, dans “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau …”, Rouen, chez Jean Boulley, 1642, p. 267. Ce poème bacchique est en fait presque une préfiguration du film “La Grande Bouffe” (1973, avec Marcello Mastroianni et Philippe Noiret) : manger à s’en faire crever la panse !

Saint-Amant, poème “La Jouyssance”, dans “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau …”, Rouen, chez Jean Boulley, 1642, p. 119.

Saint-Amant, poème “La Desbauche”, dans “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau …”, Rouen, chez Jean Boulley, 1642, p. 151. Tout un programme !

Sous le règne de Louis XIV, la postérité immédiate devait juger durement ces poèmes et leur auteur… Le sévère Boileau, par exemple, le présenta comme un semi-miséreux[4], « n’ayant de génie que dans les ouvrages de débauche et de satire ». En 1754,  Louis Du Four de Longuerue déclarait pour sa part : « si cet ivrogne de Saint Amant avait su quelque chose et qu’il eut voulu autant travailler que boire, la nature lui avait donné du génie et il aurait pu aller loin ».

Nicolas Boileau, “Satires du sieur D***”, Paris, Louis Billaine, 1666, p. 7 (Satire I « Adieux d’un poète à la ville de Paris »), édition originale. Inv. 702.

« Saint-Amant n’eut du ciel que sa veine en partage,
L’habit qu’il eut sur lui fut son seul héritage,
Un lit et deux placets composoient tout son bien
Ou, pour en mieux parler, Saint-Amant n’avoit rien.
Mais quoi ! las de traîner une vie importune,
Il engagea ce rien pour chercher la fortune,
Et, tout chargé de vers qu’il devoit mettre au jour,
Conduit d’un vain espoir, il parut à la cour.
Qu’arriva-t-il enfin de sa muse abusée ?
Il en revint couvert de honte et de risée ;
Et la fièvre, au retour, terminant son destin.
Fit par avance en lui ce qu’auroit tait la faim
. »

C’est finalement Théophile Gautier, dans sa série de portraits critiques Les Grotesques, en 1844, qui lui rendit toute sa place et son importance, écrivant : « c’est à coup sûr un excellent poète (…). Sa rime est extrêmement riche, abondante et souvent inespérée. Son rythme est nombreux, habilement soutenu et ménagé. Son style très varié, très pittoresque, très imagé, quelquefois sans goût, mais toujours amusant et neuf »[5].

Théophile Gautier, “Les Grotesques”, Paris, Desessart, 1845, deuxième édition. Inv. 676.

En ce qui concerne la veine satirique de Saint-Amant, arrêtons-nous un instant sur son poème La Rome Ridicule. Il y séjourna en 1633, dans la nombreuse suite (500 personnes) de son maître d’alors, le maréchal de Créquy, parti négocier auprès du pape Urbain VIII le mariage secret de Gaston d’Orléans (frère de Louis XIII) et de Marguerite de Lorraine. Tout en fréquentant avec assiduité les tavernes et bordels de la ville papale, Saint-Amant y fit la rencontre du voyageur Pietro della Valle (qui fit connaître les caractères cunéiformes en Europe) et surtout de Galilée.

Saint-Amant, “La Rome ridicule, caprice”, s.l.n.n. [Rouen, Louis du Mesnil], 1643, première édition in-12. Inv. 2284

En dépit de tels compagnons, Saint-Amant ne goûta guère la Ville éternelle : fin observateur, mais doté d’une bonne dose de chauvinisme, il critiqua à plaisir dans son poème les monuments et fontaines de la ville, déplora la cruauté et l’exubérance des mœurs italiennes, ainsi que l’âpreté générale au gain. Tour à tour, ce sont les matrones trop prudes et les maris jaloux qui sont moqués, alors que la vie du petit peuple dans les rues animées de Rome est décrite avec couleurs, tandis que le poète maugrée sur la piètre qualité de la nourriture, des boissons ou des logis. Burlesque, écrit au vitriol et parfois fort cru, ce poème-pamphlet fut très bien accueilli lors de sa parution en 1643, sans nom d’auteur et sans privilège du roi d’ailleurs : de nombreuses éditions furent données la même année, d’autant plus que l’œuvre avait finalement été interdite et son premier imprimeur, emprisonné !

Annotations manuscrites du XVIIIe siècle, dans Saint-Amant, “La Rome ridicule, caprice”, s.l.n.n. [Rouen, Louis du Mesnil], 1643. Inv. 2284

 III. Une œuvre-maîtresse, l’exemplaire d’un ami

Dès 1629, Saint-Amant avait entrepris la composition d’un poème épique des plus sérieux, intitulé Moyse sauvé. En 1638 déjà, Chapelain dit en avoir entendu réciter quelques cetaines de vers par l’auteur. Mais les travaux de commande, les voyages, les changements de mécènes retardèrent son travail. A partir de 1644, assuré du soutien financier de Louise-Marie de Gonzague (1611-1667), épouse du roi Ladislas IV Vasa de Pologne (qui l’avait pensionné et fait gentilhomme de sa chambre), le poète put se consacrer tout entier à ce texte contant la sortie d’Égypte du peuple hébreu mené par le patriarche Moïse. Après les troubles de la Fronde, Saint-Amant se résolut à présenter l’avancement de son œuvre à sa maîtresse, d’où cet épique et long voyage vers la Pologne et la Suède.

Saint-Amant, “Moyse sauvé…”, Paris, Augustin Courbé, 1653, page de titre, édition originale. Inv. 790.

À son retour en France, à l’été 1651, Saint-Amant, alors âge de 57 ans (presque un vieillard selon les critères de l’époque), se retira à Rouen pour terminer son Moyse sauvé, idyle heroïque. Dédié comme de juste « à la Sérénissime Reine de Pologne et de Suède », le poème vit le jour en 1653 chez l’éditeur-libraire parisien Augustin Courbé, sous la forme d’un bel in-quarto orné de bandeaux et culs-de-lampe gravés. L’ouvrage était normalement pourvu de deux planches gravées, un frontispice allégorique par Claude Vignon (représentant le sauvetage de l’enfant Moïse des eaux du Nil, sur ordre de la reine assise dans un somptueux char tiré par trois licornes) et un portrait de la dédicataire par Robert Nanteuil.

Robert Nanteuil, portrait gravé de Louise-Marie de Gonzague, reine de Pologne, prévu pour le “Moyse sauvé…”.

Mais rares sont les exemplaires à les contenir. Certains exemplaires, pourtant offerts à des proches de l’auteur, sont même dépourvus de la page de titre et des premiers feuillets (épître, privilège). Le bibliographe Frédéric Lachèvre avait émis l’hypothèse d’une sorte de « pré-originale », mise en circulation à très petit nombre « pour répondre à l’impatience de quelques amis » de l’auteur. Sans partager cette opinion, Lagny releva toutefois les mêmes éléments troublants : « le frontispice manque dans plus d’un exemplaire ; le portrait, dans le plus grand nombre », tandis que d’autres sont également incomplets du titre et parfois même du premier cahier tout entier[6]. Je suis pour ma part plutôt tenté d’y voir une intervention des « chasseurs de gravures » du XIXe siècle.

Mais la réception du poème fut mitigée : Scudéry fit l’éloge du poème, mais le très critique Furetière aurait pour sa part surnommé le texte et son auteur « Moïse noyé »… Boileau, à nouveau, l’étrilla dans son Art poétique, dont plusieurs passages, explicités par des manchettes, prennent à partie le poète.

Nicolas Boileau, “L’Art poétique” (chant I), dans “Œuvres diverses du sieur D***”, Paris, Denis Thierry, 1674, p. 104, première édition collective. Inv. 1883.

« Mais souvent un esprit qui se flatte et qui s’aime
Méconnoit son génie, et s’ignore soi-même :
Ainsi tel, autrefois qu’on vit avec Faret
Charbonner de ses vers les murs d’un cabaret,

S’en va, mal à propos, d’une voix insolente,
Chanter du peuple hébreu la fuite triomphante,
Et, poursuivant Moïse au travers des déserts,
Court avec Pharaon se noyer dans les mers. »[7]

Nicolas Boileau, “L’Art poétique” (chant III), dans “Œuvres diverses du Sr. Boileau-Despreaux”, Paris, Denis Thierry, 1701, p. 252 (“l’édition favorite” de l’auteur”. Inv. 1429.

« N’imitez pas ce fou qui, décrivant les mers,
Et peignant, au milieu de leurs flots entr’ouverts,
L’Hébreu sauvé du joug de ses injustes maîtres,
Met, pour le voir passer, les poissons aux fenêtres ;
Peint le petit enfant qui va, saute, revient,
Et joyeux à sa mère offre un caillou qu’il tient.
Sur de trop vains objets c’est arrêter la vue.
Donnez à votre ouvrage une juste étendue … »[8].

La critique du XIXe siècle fut bien plus admirative, Emile Faguet écrivant : « c’est une œuvre qui fait encore honneur à la poésie française ». Pour sa part, le poète Rémy de Gourmont y voyait « le plus grand effort poétique, de Ronsard à Victor Hugo, et qui n’a pas été tout à fait vain. Le Moïse a surtout une valeur de poésie picturale : c’est une curieuse fresque ».‎ En 1968, enfin, Gérard Genette en a fait un exemple de poésie baroque, « antimalherbien », où « rompre la cadence, sortir du mode » est la règle, « mais il était déjà trop tard, et pour Boileau, ce poème est l’œuvre d’un fou »[9]. Le Moyse sauvé a souvent critiqué pour sa longueur et sa lourdeur, mais, en dépit de ces défauts, l’œuvre présente un grand nombre de morceaux remarquables de la poésie du XVIIe siècle, comme le combat de Moïse et de l’Égyptien, ou le bain de la princesse Rermuth.

Très fier de sa production, Saint-Amant avait procédé à une véritable émission d’exemplaires de présentation agrémentés d’envois autographes personnalisés, une pratique alors peu courante, surtout en série. L’un d’entre eux, probablement le plus émouvant, s’adressait à un ami de cœur de l’auteur : l’écrivain Urbain Chevreau (1613-1701).

Portrait gravé d’Urbain Chevreau (fin XVIIe siècle).

Erudit réputé pour son esprit, ce dernier fut tour à tour secrétaire de Christine de Suède, conseiller de l’Electeur-palatin et proche de sa fille, la Princesse Palatine, enfin précepteur du fils naturel de Louis XIV, le duc de Maine. Son œuvre est fort variée : cinq comédies, un roman (Hermiogène, 1648) et surtout ses Chevraeana, recueil de ses pensées piquantes. Selon Moréri, ce brillant homme de lettres laissa aussi « une bibliothèque composée de livres très choisis ». Les Chevraeana apportent des précisions sur l’amitié unissant Chevreau et Saint-Amant dans les années 1640-1660. En dépit de la différence d’âge et d’objectifs, Chevreau écrit bien : « Nous étions inséparables ». A cette époque, il composait lui aussi des vers légers et burlesques. Leur amitié resta vive jusqu’à la mort de Saint-Amant en 1661, avec une correspondance suivie entre les deux hommes. Pour Jean Lagny, biographe de Saint-Amant, « Chevreau [le] connaissait très bien : nous en avons la certitude par ses œuvres et par la dédicace que lui adressa la poète en 1653, sur un exemplaire de son Moyse sauvé ». De fait, l’ouvrage lui fut offert avec un envoi très amical : « Pour mon tres-cher et tres-rare Amy / Monsieur Chevreau / Son tres humble et tres passionne / serviteur Saint Amant ».

Saint-Amant, “Moyse sauvé…”, Paris, Augustin Courbé, 1653, page de faux-titre avec envoi autographe à Chevreau, édition originale. Inv. 790.

Tout de suite après la mort de Chevreau (et peut-être en fonction de ses dispositions testamentaires), le volume passa dans la bibliothèque de l’abbaye Saint-Jouin de Marnes, sise en Poitou, comme l’atteste l’ex-libris manuscrit au titre : « S. Jovini de Marnis Congr. S. Mauri catl. inscriptus 1702 ». Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le livre était devenu propriété d’un certain « Milet, curé-archiprêtre à Civray » (selon son ex-libris imprimé), avant de figurer en 1951 au catalogue dans la librairie Georges Privat (cat. 273, n° 896), où il fut repéré par Lagny (qui le recensa dans son inventaire des exemplaires dédicacés sous le n° 11)[10].

En effet, outre cet exemplaire, Lagny avait pu retrouver, de manière directe ou indirecte, la trace de quinze autres exemplaires du Moyse sauvé comportant un envoi autographe, preuve d’une véritable « campagne de presse », adressée tant à des grands seigneurs ou ministres (mécènes potentiels) qu’à des amis poètes. Voici la liste de ces exemplaires :

  1. Isaac de Laffemas (proche de Mazarin) (aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France),
  2. l’abbé de Villeloins (soit Michel de Marolles), ami proche (aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France),
  3. Mgr le Chancelier (soit Pierre Séguier) (aujourd’hui à la Mazarine),
  4. Mme de Laval (soit Marie Séguier, fille du chancelier) (aujourd’hui à la bibliothèque de l’Académie française),
  5. Jean-Henry Hervart, financier réformé, ami du poète (aujourd’hui à la bibliothèque de Nîmes),
  6. baron de Villarnoul, un proche ami du poète qui le surnomme « ma moitié» (aujourd’hui à la bibliothèque de Niort),
  7. de Mezeray, de l’Académie française (aujourd’hui à la bibliothèque du Worcester Collège d’Oxford),
  8. de L’Angle (soit Jean-Maximilien de Baux, un pasteur) (catalogue collection M.H.D.M., 1867, cité par Brunet),
  9. Mgr le Premier Président (soit Pomponne de Bellièvre[11]) (puis : Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye [1697-1781], philologue, historien et académicien [signature sur une garde] ; Comte de Lignerolles [catalogue vente, 1894, II, n° 1154] ; Vente Alde, Livres Anciens et du XIXe siècle – Histoire naturelle, Paris, 13 mai 2015, lot n°127)[12],

Envoi autographe de Saint-Amant au président Pomponne de Bellièvre dans un exemplaire de l’édition originale du “Moyse sauvé”.

10. Mgr le surintendant comte [Abel] de Servient (catalogue Grolier, I, 1942 ; catalogue XVIIe siècle, Librairie Berès, 1977, n° 423),

Envoi autographe de Saint-Amant au comte de Servient dans un exemplaire de l’édition originale du “Moyse sauvé”.

11. Pierre Corneille, ami proche (envoi signalé par Picot sur le faux-titre d’un exemplaire de l’Arsenal, le feuillet en question ayant depuis été volé),
12. Costar, un autre ami proche de Saint-Amant (envoi sur faux-titre détaché, vu dans cat. librairie Charavay en 1888),
13. Jean de Launoy, érudit (vu par Lagny sur un exemplaire passé chez un bouquiniste des quais),
14. l’écrivain Conrart (ex-dono sur faux-titre détaché, conservé à la Bibliothèque nationale de France),
15. Nicolas Perrot d’Ablancourt (aujourd’hui à la bibliothèque de Fontainebleau, gratifié du même texte que pour Chevreau).

Depuis ce recensement de Lagny, un dernier exemplaire est apparu en 1977 dans le catalogue XVIIe siècle de la librairie Berès, à côté de l’exemplaire Servient : il s’agissait de l’exemplaire offert à un autre ami du poète, M. du Boineau, ensuite passé à la ville de Marseille[13].

Envoi autographe de Saint-Amant à son ami Du Boineau dans un exemplaire de l’édition originale du “Moyse sauvé”.

Citons aussi l’exemplaire reçu avec dédicace par le critique Guillaume Colletet, connu mais aujourd’hui perdu. Il faut enfin citer ce qui semble être l’exemplaire de dédicace lui-même, révélé dans les ventes du fonds Berès en 2007 : un bel exemplaire relié en maroquin rouge orné « à la Du Seuil », comportant au verso du faux titre la mention manuscrite « Serenissima Regina Donum Varsovia die 14 Sept. 1654 »[14].

Exemplaire de dédicace du “Moyse sauvé”, avec envoi à la reine de Pologne au verso du faux-titre. En regard, la planche gravée allégorique par Claude Vignon.

Ce sont donc dix-huit exemplaires à envoi qui peuvent être recensés, dont neuf en collections publiques et neuf en circulation (mais dont cinq n’ont pas été revus depuis des temps fort anciens). Cette série est d’autant plus précieuse que Jean Lagny présentait, à juste titre, les autographes de Saint-Amant comme « extrêmement rares ».

En dépit du relatif insuccès du Moyse sauvé (du moins auprès de la critique), plusieurs rééditions et contrefaçons devaient rapidement voir le jour. L’année même de la sortie du poème, les Elzevier de Leyde en donnèrent une édition in-12 sous l’adresse « Jean Sambix »[15]. Parut peu après une contrefaçon de cette contrefaçon, qui se distingue de la production elzévirienne par son format plus petit, son nombre de pages ([16] ff. et 174 pp.) et le nombre de lignes à la page de titre (sept au lieu de neuf). Par ailleurs, si elle reprend la fausse adresse de Sambix pour brouiller les pistes, son texte est en réalité calqué sur l’édition originale officielle in-4° de Paris ! Ce petit livre avait été repéré par le grand collectionneur poétique Viollet-le-Duc (Bibliothèque poétique, p. 501, qui lui donne à tort le format in-12), puis mentionné par Brunet (V, 35) et Tchemerzine. Selon Lagny, cette édition, « bien que moins recherchée que l’édition elzévirienne, est aussi plus rare, bien qu’on ne puis la qualifier de “rarissime” comme le fait Berghman »[16]. Il semble que cette édition doublement pirate ait été donnée à Grenoble, probablement à l’instigation du fameux libraire-éditeur Nicolas. Une nouvelle édition in-12 fut ensuite procurée par le Parisien Antoine de Sommaville en 1660[17].

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 30 mars 2018

Au centre, la reliure de basane noire d’époque recouvrant l’exemplaire du “Moyse sauvé” ayant appartenu à Chevreau. Le livre est entouré de quelques poètes de veine proche (comme Régnier ou Du Lorens), mais aussi quelques éditions de Boileau (1674, 1701, …), ce qui ne manque pas de piquant !


NOTES

Signalons en préambule la sortie très récente d’un essai de Michel Jeanneret consacrant quelques pages à Saint-Amant, comme exemple d’une problématique jubilatoire : J’aime ta joie parce qu’elle est folle – Ecrivains en fête (XVIe et XVIIe siècles) (Genève, Editions Droz, 2018). Voir le bel article de recension donné par Philippe Simon dans le journal Le Temps.

[1] Saint-Amant, Œuvres, 1629, « Avertissement au Lecteur ».

[2] Catalogue vente Flaubert, ‎1931, n° 228, vélin ancien.

[3] Annibal de Lortigue (1570-1630), poète et officier provençal : dans ses Poèmes parus en 1617, il révéla un très curieux « Hymne au Formage », long éloge des variétés, des goûts et des pouvoirs (même aphrodisiaques) de ce mets. Voir Nicolas Ducimetière, Mignonne, allons voir…, 2007, pp. 521-523.

[4] Nicolas Boileau, Les Satires, Satire I, vers 97-108.

[5] Théophile Gautier, Les Grotesques, Paris, Desessart, 1845, tome I, pp. 234-284.

[6] Jean Lagny, Bibliographie des éditions anciennes des œuvres de Saint-Amant, Paris, Giraud-Badin, 1960, p. 42 sqq.

[7] Boileau, Art poétique, chant I.

[8] Boileau, Art poétique, chant III.

[9] Gérard Genette, « D’un récit baroque », dans Figures II, Paris, 1969, pp. 195-222.

[10] L’exemplaire ne comporte pas les deux planches gravées, mais elles ont bien figuré dans le livre : on remarque encore nettement les traces de leur présence par deux onglets de papier avant et après le titre. En revanche, le texte est complet, comprenant bien le titre, l’épître et la préface.

[11] Conseiller d’État en 1642, Pomponne de Bellièvre (1606-1657), qui portait le nom de son grand-père, chancelier célèbre du XVIe siècle, fut premier président au Parlement de Paris entre 1653 et 1657.

[12] Exemplaire en maroquin rouge de l’époque, richement orné « à la Du Seuil » : cette reliure de prestige a peut-être été réalisée aux frais de l’auteur dans un excellent atelier parisien (Jean Lagny cite cinq exemplaires dans cette condition).

L’envoi à Pomponne de Bellièvre est formulé en ces termes : « Pour Monseigneur Le Premier Président Son treshumble et tresobeîssant serviteur St Amant ». Les fautes relevées dans l’errata ont été corrigées dans le texte à la plume. L’exemplaire ne comporte ni  le frontispice gravé par François Chauveau d’après Claude Vignon, ni le portrait de la dédicataire gravé par Robert Nanteuil.

[13] Catalogue XVIIe siècle, Librairie Berès, 1977, n° 422.

[14] Vente Pierre Berès, 80 ans de passion – 6e vente : Fonds de la librairie Berès, des incunables à nos jours (4e partie), Paris, Pierre Bergé Associés, 17-18 décembre 2007, n° 102. L’exemplaire était passé par la bibliothèque des princes Gagarine. Depuis repassé en vente à la Librairie Amélie Sourget.

[15] Willems, Bibliographie des Elzevier, 754.

[16] Lagny, Bibliographie…, op. cit., pp. 53-55, n° 38.‎

[17] Edition reprise sur celle de 1653. Elle figurait dans la bibliothèque de Sainte-Beuve.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (21) : UN NOUVEAU “SOLEIL” DE LA REINE MARGOT

UN NOUVEAU “SOLEIL” DE LA REINE MARGOT

En une époque où la légitime parité des sexes dans les fonctions et les professions trouve peu à peu sa concrétisation, il faut bien le reconnaître : la bibliophilie fut et (probablement) demeure un domaine essentiellement masculin. Les raisons en sont en partie évidentes, l’éducation lettrée ayant longtemps été réservée aux garçons. Au mieux acceptait-on d’éduquer les fillettes, mais sans qu’elles se départissent de leur « modestie naturelle », ce que Molière met en scène dans ses Femmes savantes : « Je consens qu’une femme ait des clartés de tout, / Mais je ne lui veux point la passion choquante / De se rendre savante afin d’être savante ; / Et j’aime que souvent aux questions qu’on fait, / Elle sache ignorer les choses qu’elle sait ; / De son étude enfin je veux qu’elle se cache, / Et qu’elle ait du savoir sans vouloir qu’on le sache, / Sans citer les auteurs, sans dire de grands mots, / Et clouer de l’esprit à ses moindres propos »[1]… Bref, sois savante si tu veux, mais tais-toi… L’une des plus précoces études sur la bibliophilie féminine a vu le jour en 1886 sous la plume d’Ernest Quentin-Bauchart, auteur des Femmes bibliophiles de France (XVIe, XVIIe & XVIIIe siècles) (Paris, Librairie Damascène Morgand, deux tomes). L’ouvrage déclencha des sarcasmes d’une rare misogynie dans le landernau des bibliophiles, notamment de la part d’Octave Uzanne[2]. Quentin-Bauchart lui-même posait certaines limites à son sujet : « Beaucoup de grandes dames ont eu des livres aux siècles passés, mais presque toutes en ignoraient le contenu et le titre de bibliophile ne leur est guère applicable. Le livre acquis, relié et rangé avec plus ou moins de méthode dans une armoire luxueuse, l’effet produit et elles s’en tenaient là ». Il y a pourtant eu quelques brillantes exceptions, principalement – disons-le d’emblée – dans des milieux fortunés et/ou aristocratiques, sinon princiers ou royaux.

C’est à l’une de ces grandes bibliophiles du temps jadis que je veux rendre hommage aujourd’hui, en évoquant l’un des rares livres de sa bibliothèque à avoir survécu. Fille et sœur de rois, reine de Navarre, puis de France, cette princesse, la dernière de sa lignée, a conjugué le charme et l’érudition, tout en navigant de son mieux dans l’une des époques les plus troublées de l’Histoire de France. Elle avait pour nom Marguerite de Valois (1553-1615), mais on la connait mieux, surtout depuis Dumas, sous l’appellation de « Reine Margot ».

I. Une reine amoureuse des arts et des lettres

Septième enfant d’Henri II et de Catherine de Médicis, la princesse Marguerite de Valois n’avait que six ans lorsque son père fut mortellement blessé lors d’un tournoi de parade. Son aîné François II étant monté sur le trône (pour peu de temps) et ses soeurs étant déjà mariées, elle fut élevée avec ses frères, notamment les futurs Charles IX et Henri III.

La famille royale vers 1561 : Catherine de Médicis, reine-douairière en deuil, est entourée de ses enfants, Charles IX, Henri duc d’Anjou (futur Henri III), François-Hercule duc d’Alençon et Marguerite. Atelier de Clouet.

Jouant avec eux dans une « bergerie » (pièce pastorale) mise en vers par Ronsard, elle interprétait le personnage de Margot : ses frères l’appelèrent ainsi par la suite, le surnom lui resta. Elle reçut une excellente éducation (ce qui n’était pas le plus courant, non seulement pour les princesses, mais également pour bien des petits princes d’Europe), Catherine de Médicis ayant un intérêt réel (et bien compris) pour l’éducation.

La princesse Marguerite de Valois vers 1560. Atelier de Clouet.

Devenue une jeune fille d’une grande beauté (comme en témoigna Brantôme), elle eut un béguin pour le jeune Henri de Lorraine-Guise (le futur « Balafré »), mais cet amour fut interdit par raison d’Etat. C’est finalement à Henri de Bourbon, roi de Navarre (et futur Henri IV), qu’elle est mariée en 1572 : ces « noces vermeilles » se clôturèrent sur le massacre de la Saint-Barthélemy. Les rapports de la princesse avec son mari furent ambivalents : les époux ne s’aimaient pas, mais ils tentaient de trouver des intérêts communs.

La princesse Marguerite de Valois vers 1572, à l’époque de son mariage. Atelier de Clouet.

Après la fuite de son mari hors de la Cour en 1575, Marguerite, qui soutient par ailleurs les intrigues de son frère cadet le duc d’Alençon (Conjuration des Malcontents), s’attira de plus en plus la haine d’Henri III. Rejoignant enfin son époux à Nérac à partir de 1577, elle y entretint une petite cour extrêmement brillante durant une pause des Guerres de religion. On y discourait du néoplatonisme et de l’amour platonique (alors que les Protestants les plus endurcis dénonçaient de prétendues débauches) ; on y croisait Saluste du Bartas ou Montaigne. Ce fut, comme le raconta Sully, « un temps douce et plaisante ; car on n’y parlait que d’amour, et des plaisirs et passe-temps qui en dépendent ».

Marguerite de Valois et Henri de Navarre dans les années 1570. Livre d’heures de Catherine de Médicis.

La reprise des conflits (qu’on attribue à Marguerite, la septième Guerre de religion portant même le nom de « Guerre des Amoureux »), le refroidissement des relations avec son époux poussèrent la reine de Navarre à rejoindre Paris où elle ne trouva pas meilleur accueil. En 1583, son frère Henri III la chassa de la Cour et finit par l’enfermer au château d’Usson, perdu au cœur de l’Auvergne. « Plus je vais en avant, plus je ressens et reconnais l’ignominie que cette misérable nous fait. Le mieux que Dieu fera pour elle et pour nous, c’est de la prendre », écrivait le roi, un avis partagé par son mère Catherine de Médicis. Dans cette retraite, « parmy les déserts, rochers et montagnes d’Auvergne » (Brantôme), elle lit beaucoup, commençant aussi la rédaction de ses Mémoires.

Marguerite de Valois, “Mémoires”, “Jouxte la copie, à Paris”, s.n., 1658 (Inv. 11). L’édition originale de ces “Mémoires” (pour une fois authentiques) parut en 1628. Qualifiée de rare par Nodier, cette édition sort des presses bruxelloises de Foppens (qui donna une émission avec son nom au titre).

Après la mort de sa mère et l’assassinat de son royal frère, Marguerite redevint intéressante pour son mari devenu Henri IV. Il voulait annuler leur mariage (la stérilité évidente de Marguerite fournissait un argument solide) et devait par ailleurs consolider son trône en s’assurant le soutien de la dernière des Valois. Avec l’accord de Marguerite (qui obtint de conserver son rang royal, en plus d’un joli pactole sonnant et trébuchant), le mariage fut finalement annulé en 1599, un an après la conclusion de l’Edit de Nantes : la phase de reconstruction du royaume et d’installation de la nouvelle dynastie des Bourbon s’acheva avec le remariage du roi avec Marie de Médicis l’année suivante.

Marguerite de Valois en 1610. Détail du “Couronnement de Marie de Médicis” par Rubens.

C’est finalement en 1605, après près de vingt ans d’exil en Auvergne, que la reine put revenir à Paris, s’installant dans un grand palais sur les quais de Seine, en face du Louvre. Devenue obèse, la dernière des Valois mena une vie brillante durant ses dernières années, faisant de son palais un foyer intellectuel des plus actifs.

II. La bibliothèque d’une véritable amoureuse des livres

Il convient tout d’abord de dresser le portrait intellectuel de Marguerite de Valois, qui fut, sinon une absolue érudite, du moins une véritable « honnête femme ». Ainsi en témoignait le bio-bibliographe La Croix du Maine en 1585 : « Pour revenir à parler de la très-illustre Royne de Navarre, j’oserai assurer (sans que les faveurs et bienfaits que j’ai reçus de Sa Majesté, soient causes de me le faire ainsi laisser par écrits), qu’elle est ornée d’un tel et si divin esprit, et qu’elle est si docte et tant éloquente, qu’elle ne le cède en rien, mais surpasse toutes celles qui sont en réputation d’être bien nourries aux Lettres ; et ce qui est le plus à admirer en ceci, c’est qu’elle a plus de science née avec elle, que par acquisition ou industrie »[3].

Brantôme se montra également admiratif devant l’érudition de la reine, mais aussi devant ses talents littéraires : « elle sçait bien parler, elle sçait autant bien escripre ». Il juge ses lettres familières du niveau de la correspondance de Cicéron : « qui en pourroit faire ung recueil, et d’elles et de ses discours, ce seroit autant d’escolle et d’apprentissage pour tout le monde ». Cette haute culture s’exprima en plusieurs occasions officielles, notamment lorsqu’elle fit réponse, en septembre 1573, à l’évêque de Cracovie, chef de la délégation polonaise venue proposer à Henri de Valois la couronne de ce royaume. Après la harangue latine du prélat, « la Reyne [de Navarre] luy respondist [en français] si pertinemment, et si eloquemment, sans s’ayder d’aucun truchement, ayant fort bien entendu et compris son harangue, que tous en entrarent en si grande admiration, que d’une voix ils l’appellarent une seconde Minerve ou deesse d’eloquence » (Brantôme). En septembre 1578, c’est devant les membres des Etats de Bordeaux que s’exprime la reine, répondant « si elloquemment, si sagement et si promptement, et aveq telle grace et majesté, mesmes à ung chacun, par un tel changement de parolles, que je vis le soir ledict premier President, qui me vint dire, et à d’autres, en la Chambre de la Reyne, qu’il n’avoist jamais ouy mieux dire en sa vie quiconques fust » (Brantôme). Cette remarquable latiniste participa aussi aux séances de l’Académie du Palais (réunion d’érudits mise en place par son frère Henri III dès 1576) et fréquentait le « salon vert » de l’érudite Catherine de Clermont-Dampierre (la maréchale de Retz)[4].

Rien d’étonnant, dès lors, qu’elle ait mis un point d’honneur à monter une belle bibliothèque, comme le souligna Brantôme : « elle estoit fort curieuse de recouvrer tous les beaux livres nouveaux qui se composoient tant en lettres sainctes qu’humaines », pratiquant l’étude « jusqu’à en perdre le manger et le dormir ». Son exil auvergnat renforça encore, selon ses propres dires, sa fréquentation des livres : « ayant passé le temps de ma captivité au plaisir de la lecture, où je commençay lors à me plaire ; n’ayant cette obligation à la fortune, mais plustost à la providence divine, qui dès lors commença à me produire un si bon remede pour le soulagement des ennuis qui m’estoient preparez à l’advenir »[5].

Mais que reste-t-il de cette bibliothèque, ou plutôt, très probablement, de ces bibliothèques ? Car la princesse, puis reine en eut sans doute plusieurs tout au long de sa vie, d’abord au Louvre, puis à Nérac, ensuite en Auvergne, pour finir dans son palais parisien. Mais nous ne possédons en vérité qu’une vision tardive et partielle des livres de Marguerite, à travers deux inventaires, l’un réalisé de son vivant en 1608 (probablement au moment du déménagement des livres dans l’hôtel de la rue de Seine), l’autre dressé le 27 mars 1615, après son décès[6].

Le palais de la reine Marguerite sur les quais de Seine. Détail du plan de Paris par Mérian (1615).

Rédigé en vue de la vente aux enchères de cette bibliothèque, l’inventaire de 1615 énumérait 281 entrées, montrant une grande variété de livres, d’auteurs grecs, latins, français, italiens et espagnols (les auteurs antiques ou étrangers étant le plus souvent en traduction française)[7]. Chose assez exceptionnelle, cette liste indiquait de manière relativement précise la manière dont les volumes étaient reliés.

La question des reliures Marguerite fut en effet longue à démêler. Quentin-Bauchart, dans son travail fondateur, avait malheureusement pris une direction totalement erronée, identifiant les livres de provenance Marguerite comme étant ces volumes richement ornés de semis de fleurs qui apparaissaient alors sur le marché : il en dénombra ainsi soixante-douze. Mais en 1935, dans sa magistrale étude Les Reliures à la fanfare, Geoffrey D. Hobson parvint à identifier ces reliures portant un écu chargé de trois fleurs de lys sur une bande cintrée comme étant celles de la bibliothèque de Pietro Duodo, ambassadeur de Venise à Paris : ce style de reliure gagna au passage le nom de « reliure “à la Duodo” ». Par la même occasion, mettant à profit des mentions d’achat portées en 1615 dans deux ouvrages conservés à la Bibliothèque de Pau et à la Pierpont Morgan Library de New York, il parvint à établir que les livres de la reine Margot arboraient en réalité un décor « au soleil à visage », agrémenté de coquilles, motifs déclinés par plusieurs fers en fonction du format des volumes. Les indications de l’inventaire de 1615 laissent penser que la majeure partie des ouvrages les plus précieux, recouverts de maroquin (82 titres, contre 60 en vélin parfois doré, 42 en veau, 52 en parchemin, un en velours, etc.), présentait ce même décor. Un livre de comptes, relié en vélin doré, est même décrit de manière minutieuse comme ayant « au millieu une esquiere [une pièce], ung soleil dedans, coquilles aux coings et fillets dor ». D’autres décors émergèrent par ailleurs, en premier lieu un impressionnant « soleil à l’œil » (un soleil « cyclope » en somme) radiant, réservé aux quartos et folios, sans compter quelques reliures au décor disparate (surtout des exemplaires ou manuscrits de présentation).

Aux neuf volumes recensés par Hobson (pour tous les types de reliure) se sont ajoutés, au fil des découvertes en bibliothèques publiques ou des ventes aux enchères, quelques nouveaux volumes « au soleil à visage ». En juillet 2016, dans un très bon article publié sur le « Blog du Bibliophile », Philippe M. livrait un nouveau recensement des exemplaires connus, portant leur nombre à vingt-trois, dont dix à reliures de décors variés, quatre avec le « soleil cyclope » et dix avec le « soleil au visage ». Voici le détail de ces derniers, rangés par ordre chronologique de parution :

  • Philibert de L’Orme, Le premier tome de l’Architecture, Paris, F. Morel, 1568, in-folio, maroquin rouge (coll. priv.) ;

  • Claude Guichard, Funerailles et diverses manieres d’ensevelir des Romains, Grecs et autres nations, Lyon, J. de Tournes, 1581, in-4, maroquin rouge (Paris, Librairie Belin, 1912)
  • Antonio de Torquemada, Hexameron, ou six jours contenans plusieurs doctes discours, Paris, P. Brachonier, 1583, in-16, maroquin rouge (Tours, BM) ;

  • Louis de Grenade, Prédications, Paris, 1584, in-4, maroquin rouge (Oxford, Bibliotheca Bodleiana) ;
  • Lancelot du Voisin, seigneur de La Popelinière, L’Amiral de France, Paris, Thomas Perier, 1584, in-4, maroquin brun (New York, Pierpont Morgan Library) ;
  • Jean-Aimé de Chavigny, La première face du Janus françois, Lyon, 1594, in-4, maroquin brun (Paris, Bibliothèque de l’Arsenal) ;

  • Dante, La Comédie…, Paris, Jehan Gesselin, 1597, in-12, maroquin havane (3e volume seul [Paradis], vente Binoche, Paris, nov. 2011) ;

  • Jean Liébault, Trois livres appartenans aux infirmités et maladies des femmes, Lyon, Jean Veyrat, 1597, in-8, maroquin brun (vente Alde, Paris, nov. 2015) ;

  • Platon, La République, Paris, Fédéric Morel, 1600, in-folio, maroquin rouge (Paris, Bibliothèque de la Sorbonne) ;

Quelques mois plus tard, le même passionné mentionnait dans un addendum avoir repéré un nouvel exemplaire grâce aux archives d’un site de libraire parisien : c’était bel et bien un onzième exemplaire « au soleil à visage » … et le voici.

III. Un vingt-quatrième « Marguerite » : le Xénophon de la reine

 Bien qu’ayant bénéficié d’une mise en avant sur un stand du Salon international du livre ancien de Paris, au Grand-Palais, au printemps 2009, l’exemplaire n’avait pas trouvé preneur. Il faut dire que l’exemplaire, complet mais avec une reliure lourdement restaurée et marquée de bien des vicissitudes[8], ne pouvait a priori être qualifié de séduisant, d’autant plus que la notice descriptive évoquait vaguement, sur la foi des fers, « une illustre provenance non identifiée ». Pas de quoi se relever la nuit, en somme ! A l’automne 2010, le libraire, déçu de la mévente de l’ouvrage, remit l’exemplaire en circulation à un prix nettement plus abordable (au dixième de la somme d’abord demandée, en fait) sur un site bien connu de ventes aux enchères. En découvrant l’annonce et la photo de la reliure, quel coup au coeur ! Après quelques jours d’anxiété, l’ouvrage me revint finalement à un prix modeste. Sauvée du caniveau (ou peu s’en faut), cette relique reliée en maroquin rouge aux emblèmes de la reine Marguerite prit place peu après sur mes rayons.

Xénophon, “Cyropédie” (Lyon, De Tournes, 1555). Exemplaire de la reine Marguerite de Valois, dans une reliure de maroquin rouge à ses emblèmes. (Inv. 1150).

Venons-en au texte sous la reliure. Ecrite aux environs de 370 av. J.-C., la Cyropédie du général et homme d’Etat athénien Xénophon (v. 430-v. 355 av. J.-C.) est une biographie, déclarée par l’auteur lui-même comme étant « en partie fictive », du souverain perse Cyrus II le Grand (qui régna entre 559 et 530 av. J.-C.). Devenu en latin Cyropaedia, le titre grec original était Κύρου παιδεία / Kúrou paideía, autrement dit « L’Éducation de Cyrus ». Le texte, en effet, appartenait au genre des « miroirs des princes » édifiants, censés apporter un modèle d’éducation idéal, en premier lieu pour les gouvernants. Selon Aulu-Gelle, qui en parle dans ses Nuits Attiques, Xénophon aurait écrit cet ouvrage en réaction aux premiers livres de la République de Platon. Durant toute l’Antiquité gréco-latine, la Cyropédie fut considérée comme une référence pour envisager « l’éducation du dirigeant idéal, entrainé pour gouverner ses sujets admiratifs et consentants comme un despote bienveillant ». Le texte survécut aux Âges sombres et demeura en faveur au fil des siècles, lu aussi bien durant le Moyen Age (à travers des traductions latines) que durant la Renaissance: il influença notamment  Machiavel.

Rien d’étonnant donc que la Cyropédie ait reçu les honneurs précoces de l’impression : son édition princeps (latine) vit le jour à Rome dès 1474. Il fallut en revanche attendre le milieu du XVIe siècle pour qu’une traduction française voit le jour. Son auteur était une personnalité haute en couleurs et fort attachante : Jacques de Vintimille (v. 1512-1582) (dont je publierai une biographie dans le dernier tome du Dictionnaire biographique des poètes français de la seconde moitié du XVIe siècle mené aux côtés de Jean Paul Barbier-Mueller). Descendant des marquis d’Ivrée (brièvement rois d’Italie au Xe siècle), mais aussi des empereurs byzantins de la dynastie Paléologue, Jacques avait dû quitter son île natale de Rhodes en 1523, après l’invasion ottomane (le garçonnet fut même grièvement blessé pendant les combats). Exilé à Lyon, soutenu par la diaspora byzantine (notamment par son parent l’érudit Lascaris), il se montra brillant sujet et poète précoce, attirant l’attention de François Ier en personne, toujours à l’affût d’hommes de talent. Le jeune exilé reçut bientôt une commande royale : traduire en français la Cyropédie de Xénophon. Ce travail de version ne le rebutait pas, il devait même en faire l’éloge plus tard : « J’ay tousjours estimé que ce n’est pas moins d’honneur de bien traduire que d’inventer. (…) Les autheurs plus signalez, qu’ont-ils faict autre chose que traduire, imiter, refaire, desguiser et compiler les inventions d’autruy ? Conférez les Grecs aux Latins, vous trouverez que Plaute et Térence ne sont autre chose que Ménandre et Aristophane deguisez ; Cicéron, orateur tant estimé, imitateur et singe de Démosthène ; Virgile, poëte sans pair, translateur de Théocrite, Hésiode et Homère… »[9]. En 1547, ayant achevé les deux premiers livres de sa traduction, Vintimille voulut les présenter au roi à Rambouillet, mais ce dernier décéda peu avant de recevoir le manuscrit. Son successeur Henri II reçut donc l’hommage de la version complète de ce Xénophon traduit par « Jaques de Vintemille, Rhodien », publié à Paris par Jean Longis en 1547. Mais l’exemplaire possédé par la reine Margot appartenait à la deuxième édition de cette traduction, donnée à Lyon en 1555 par le célèbre éditeur-libraire Jean de Tournes[10].

Xénophon, “Cyropédie”, traduction par Jacques de Vintimilles (Lyon, De Tournes, 1555), page de titre. (Inv. 1150)

Comme toutes les éditions sorties de cet atelier lyonnais, cette édition était de toute beauté, depuis la page de titre encadrée de rinceaux typographiques jusqu’au moindre cul-de-lampe, en passant par ces grandes initiales à fond criblé ou tout simplement par la composition parfaitement équilibrée de chaque feuillet. Ce petit in-quarto de (24) 248 pp. (6 de table + 1 privilège) portait exactement le titre de La Cyropedie de Xenophon, de la Vie & Institucion de Cyrus Roy des Perses. Traduite de Grec par Jaques des Comtes de Vintemille Rhodien, Conseiller du Roy au Parlement de Dijon. Une troisième édition de la traduction de Vintimille devait encore voir le jour, à Paris, en 1572, chez Vincent Norment.

Xénophon, “Cyropédie”, traduction par Jacques de Vintimilles (Lyon, De Tournes, 1555), pp. 16-17. (Inv. 1150)

Comme une partie des exemplaires conservés de cette bibliothèque, ce Xénophon ne figure pas dans l’inventaire après-décès de 1615. Comme l’a bien noté Marie-Noëlle Baudoin-Matuszeck sur la base de plusieurs indices, « il apparaît certain que Marguerite acquit et posséda au cours de sa vie un nombre plus considérable de livres qui furent donnés, dispersés, ou qui restèrent peut-être dans l’un ou l’autre de ses demeures »[11]. Ainsi, l’exemplaire de L’Amiral de France de La Popelinière cité ci-dessus porte-t-il la mention « Donné par le Royne Marguerite au soubsigné son secretaire en l’année 1605, Bernard »[12]. La place des auteurs antiques dans cette bibliothèque était importante, mais il faut noter que tous ou presque, qu’il s’agisse de Grecs ou de Romains, étaient en traduction française. On ne possède pas de preuves directes que la princesse connaissait le grec (mais ce n’est pas du tout impossible, attendu que son précepteur Pierre du Chastel était un helléniste hors-pair), mais nous avons vu ses capacités en latin. Il faut donc en conclure que Marguerite de Valois, toute érudite qu’elle ait été, préférait manifestement avoir le plaisir d’une bibliothèque de vraie lectrice, avec un accès direct et rapide aux textes, à une bibliothèque de travail pour humaniste professionnel ou de pur apparat. On relève ainsi la présence de nombreux historiens grecs, comme Plutarque, Thucydide, Diodore de Sicile, Polybe ou Hérodien.

Tant en raison de la nature du texte (une éducation des princes), du commanditaire de la traduction (François Ier) et du dédicataire final (son fils Henri II), la Cyropédie de Xénophon version Vintimille accompagna en quelque sorte la dynastie des Valois-Angoulême jusqu’à la mort de sa dernière représentante, Marguerite. On retrouve en effet l’œuvre dans la bibliothèque d’au moins deux autres membres féminins de la famille. Tout d’abord la propre mère de la princesse, la redoutable Catherine de Médicis (1519-1588)[13].

Catherine de Médicis, vers 1565. Atelier de Clouet.

Cette dernière possédait cette même édition lyonnaise Jean de Tournes de 1555, dans une condition somptueuse : ce volume, qui était sans aucun doute l’exemplaire même de présentation,  a survécu, passant au fil du temps dans plusieurs collections prestigieuses[14]. Relié en maroquin citron, rehaussé de bandes d’entrelacs en argent autour des plats, il présentait, au centre des plats et parmi les entrelacs, des semis de chiffres monogrammés, avec les armes royales en or et argent, avec les tranches dorées. On a pu, à juste titre, qualifier cet exemplaire comme « l’un des plus remarquables spécimens de l’art de la reliure à l’époque de la Renaissance française ».

Xénophon, “Cyropédie” (Lyon, De Tournes, 1555). Exemplaire de Catherine de Médicis, aux armes.

La seconde mention repérable nous mène à la bibliothèque de la belle-sœur de Margot, la reine Louise de Lorraine-Vaudémont (1553-1601), mariée à Henri III en 1575 (un vrai mariage d’amour, pour le coup, en totale opposition avec celui de Marguerite avec Henri de Navarre). Cette princesse pieuse et aimable, sincèrement éprise de son mari, lui survécut douze ans, avant de s’éteindre au château de Chenonceaux, devenu sa retraite. Ses livres, d’un contenu varié, sont bien connus grâce à l’inventaire établi après son décès et publié en 1856[15]. Dressé le 8 janvier 1603, cet examen des biens de la souveraine disparue décrivait notamment « une chambre appelée cabinet [dénommé ailleurs comme le « cabinet appellé librayrie »], qu’elle a dict estre le cabinet de la dicte deffunte royne Louise, dernière douairière, depeincte de ses devises, où ont esté trouvez les meubles cy-après, qui ont esté descritz et inventairiez comme s’ensuit. (…) Et ce faict avons faict lever le scellé aposé contre la serreure dudict coffre et faict ouvrir icelluy dans lequel se sont trouvez les livres cy-après … »[16]. Parmi ces volumes, on relève donc « La Cyropedie de Xenophon, couvercte de marrocquin rouge, dorée par la tranche, estimée trante solz »[17].

Louise de Lorraine-Vaudémont, reine de France, vers 1575. Dessin de Jean Clouet.

Comme on l’a vu, l’exemplaire présenté n’appartenait sans doute plus à la reine Marguerite au moment de son décès en 1615. Par quelles mains passa-t-il depuis le début du XVIIe siècle ? Le livre n’est pas avare en indications pourtant, mais les ex-libris manuscrits ont tous été, au fil des propriétaires, cancelés les uns après les autres. Datant peut-être de la fin du XVIe siècle, on trouve sur le contre-plat inférieur, parmi quelques essais de plume, deux chiffres complexes, l’un présentant un double « D » affronté, et l’autre, très intéressant, associant les lettres grecques « Μ », « Α », « Δ » et « Φ », qui n’est pas sans faire penser au monogramme souvent associé à Marguerite dans des manuscrits lui ayant appartenu.

Xénophon, “Cyropédie”, traduction par Jacques de Vintimilles (Lyon, De Tournes, 1555), essais de plume et monogrammes au contre-plat inférieur. (Inv. 1150)

Monogrammes dans un recueil manuscrit de poésies ayant appartenu à Marguerite de Valois (Paris, vers 1576). Reproduit dans Fr. Rouget, op. cit.

Du début XVIIe siècle, d’après la graphie, daterait un certain « Henry de la XXX », qui signe aussi « Enrique de la XXX ». Trois autres propriétaires ont eux laissé leur nom entre la fin du XVIIe et le courant du XVIIIe siècle. Le seul ex-libris réellement déchiffrable demeure donc celui de Germain Buisson, substitut du procureur du Roi à Saint-Malo, daté de 1815 (porté au verso du titre)[18]. La restauration de la reliure, qui n’est pas inhabile et a su préserver le maximum des parties sauvables tout en restituant quelques éléments à l’identique, est manifestement du XXe siècle, mais aucun indice pour retracer le parcours récent de cet exemplaire, en dehors de quelques mentions de libraire au crayon (qui ne m’évoquent pas une maison en particulier). Espérons que maintenant que ce volume a retrouvé sa véritable identité, il pourra poursuivre au grand jour son parcours dans le futur, à travers ses prochains propriétaires ! Et qu’il trouvera bientôt de nouveaux compagnons de route, car vingt-quatre exemplaires de provenance « Margot », c’est quand même bien peu… Ce Xénophon royal n’est pas, et de loin, le plus beau livre de ma bibliothèque, mais j’ai pourtant un faible pour cet ouvrage cabossé et resté longtemps méconnu.  Sic transit gloria mundi : cela rend d’autant plus émouvante cette rare relique livresque d’une des reines les plus hautes en couleurs de l’histoire de France.

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 17 décembre 2017


ADDENTUM

Près de deux ans après ce billet, à la rentrée 2019, la réception du catalogue 72 de l’excellente librairie Laurent Coulet (Paris) m’a réservé un coup au coeur, en y découvrant le douzième  volume en reliure “au soleil souriant et aux coquilles”, encore inédit ! Sous le n° 4 est en effet décrit un magnifique exemplaire en reliure de maroquin olive, avec le décor caractéristique aux livres de Marguerite de Valois, de L’Histoire entière des poissons de Guillaume Rondelet (Lyon, Macé Bonhomme, 1558).

Guillaume Rondelet, “L’Histoire entière des poissons…”, Lyon, Macé Bonhomme, 1558, in-folio, première édition française. Exemplaire de Marguerite de Valois, dans une reliure portant ses emblèmes. Photo Librairie Laurent Coulet

La notice, quoiqu’en retard d’un exemplaire dans son décompte, mentionnait fort utilement la présence d’une référence “554-4 lt.” qui vient corroborer l’hypothèse de Mme Baudouin-Matuszek quant à l’existence d’une bibliothèque plus importante que ne le laissait penser l’inventaire de 1615. Le présent in-folio figurait pour sa part bien dans cette liste, sous le n° 71, groupé avec les deux volumes de l’édition latine de Rondelet.


NOTES

[1] Clitandre, dans Molière, Les Femmes savantes, acte I, scène 3.

[2] « Les femmes bibliophiles ! Je ne sache point deux mots qui hurlent plus de se trouver ensemble dans notre milieu social ; je ne conçois pas d’accolade plus hypocrite, d’union qui flaire davantage le divorce ! La femme et la bibliofolie vivent aux antipodes, et, sauf des exceptions aussi rares qu’hétéroclites, – car les filles d’Eve nous déroutent en tout, – je pense qu’il n’existe aucune sympathie profonde et intime entre la femme et le livre ; aucune passion d’épiderme ou d’esprit ; bien plus, je serais tenté de croire qu’il y a en évidence inimité d’instinct, et que la femme la plus affinée sentira toujours dans l’affreux bouquin un rival puissant, inexorable, si éminemment absorbant et fascinateur qu’elle le verra sans cesse se dresser comme une impénétrable muraille entre elle-même et l’homme à conquérir » (sic) (Octave Uzanne, « Les Femmes bibliophiles », dans Les Zigzags d’un curieux : causeries sur l’art des livres et la littérature d’art).

[3] La Croix du Maine, Les Bibliothèques françoises de La Croix du Maine et Du Verdier, Paris, Saillant, Nyon et Lambert, 1772, tome II, p. 83.

[4] Voir notamment François Rouget, « Les orateurs de la Pléiade à l’Académie du Palais (1576) : étude d’un album manuscrit ayant appartenu à Marguerite de Valois », dans Renaissance and Reformation / Renaissance et Réforme, n°31-4, automne 200, pp. 19-42.

[5] Marguerite de Valois, Mémoires, Paris, Charles Chappellain, 1628, p. 147.

[6] Pour une transcription complète de ce document d’archives tiré du Minutier central des notaires de Paris, voir Marie-Noëlle Baudouin-Matuszek, “La bibliothèque de Marguerite de Valois”, dans Henri III mécène : des arts, des sciences et des lettres, Paris, PUPS, 2006, pp. 284-292.

[7] Pour une étude de la composition de ce fonds, voir M.-N. Baudoin-Matuszeck, op. cit., pp. 275-278.

[8] Description d’après le catalogue du libraire : « Plein veau brun [sic], dos lisse orné de médaillons dans lesquels sont des soleils ou des fleurs. Plats avec au centre un médaillon constitué d’une couronne de laurier à l’intérieur duquel se trouve un soleil, double filet d’encadrement avec dans les écoinçons des coquilles saint Jacques. Exemplaire restauré aux coiffes et mors, coins et une partie du plat supérieur. 1 fer de coquille saint Jacques refait. Belle reliure malgré sa restauration qui évoque par ses fers une illustre provenance non identifiée. Manque angulaire comblé en page de titre. Feuillet de garde doublé. Page de titre bruni en marge droite. Mouillure en marge droite jusqu’à la page 60 allant en s’estompant, et mouillure sur les pages jusqu’à la p. 3. De la p. 81 à 140, galerie de vers dans le coin de la marge droite basse. P. 197 jusqu’à la fin, mouillure en marge droite allant en s’accentuant. Le privilège a été restauré, en comblant des manques marginaux. Page très tâchée. »

[9] J. de Vintimille, « Discours et advertissement aux censeurs de la langue françoise », dans Histoire d’Herodian, excellent historien grec…, Paris, Fédéric Morel, 1580 (seconde édition) (cité d’après Ludovic de Vauzelles, Vie de Jacques, comte de Vintimille, conseiller au Parlement de Bourgogne, littérateur et savant du seizième siècle…, Orléans, H. Herluisson, 1865, p. 52).

[10] Brunet, V, col. 1498. Cartier, II, p. 403, n° 316.

[11] M.-N. Baudoin-Matuszeck, op. cit., p. 282.

[12] Id., p. 278.

[13] Sur la bibliothèque de cette dernière, voir, outre les sources déjà citées sur les femmes bibliophiles, un article dédié à ses livres en 2009 sur le blog « Le Bibliomane moderne ».

[14] On le retrouve notamment dans les bibliothèques Hayford-Thorold, Guyot de Villeneuve, L. de Montgermont et pour finir, dans la première partie de la vente Rahir en 1930 (lot n° 250, vendu pour la somme considérable de 322’000 francs).

[15] Prince Augustin Galitzin, Inventaire des meubles, bijoux et livres estant à Chenonceaux le huit janvier MDCIII, précédé d’une histoire sommaire de la vie de Louise de Lorraine, reine de France, suivi d’une notice sur le château de Chenonceaux, Paris, Jules Techener, 1856.

[16] Notons par exemple, au fil de l’inventaire : Cosmographie universelle de Thévet (2 tomes in-folio recouverts de vélin blanc) ; Vies de Plutarque (recouvert de veau rouge) ; Bible, vies des saints, livres de piété ; Histoire de France de Du Haillan ; Chirurgie d’Ambroise Paré ; Bembo, Sannazaro, Arioste ; Pères de l’Eglise, dont plusieurs saint Augustin ; Horace, Tacite, Virgile, Cicéron, Démosthène, Tite-Live ; etc.

[17] A. Galitzin, Inventaire…, op. cit., p. 11.

[18] A donné une traduction de L’Histoire du mahométisme, comprenant la vie et le caractères du prophète arabe… de C. Mills, dédiée au comte Daru, publiée au profit des Grecs et imprimée à Guernesey, Dumaresq et Mauger, 1826, se vend à  Paris, Dondey-Dupré libraire. Est alors présenté comme de Rennes, avocat et ex-substitut. Semble aussi avoir été poète.


ILLUSTRATION D’EN-TÊTE :

La belle Isabelle Adjani interprétant le rôle de Marguerite de Valois, dans le film La Reine Margot (1994) de Patrice Chéreau, adapté du roman de Dumas. Ce dernier avait porté son livre sur la scène dans une pièce de même titre représentée pour la première fois en 1847 (elle durait neuf heures !).

MONETA (16) : AU LARGE D’HISPANIOLA, LA “NUESTRA SEÑORA DE LA PURA Y LIMPIA CONCEPCION”

LE TRESOR DE LA NUESTRA SEÑORA DE LA PURA Y LIMPIA CONCEPCION

(REPUBLIQUE DOMINICAINE, 1641)

Rarement épave aura été autant (re)cherchée et (re)trouvée ! Après les premières tentatives espagnoles, ce fut d’abord, dès le XVIIe siècle, l’action d’un Anglais inventif, William Phips, qui devint une gloire nationale en s’emparant des richesses perdues de l’ennemi espagnol, puis, plus près de nous, la personnalité longtemps préférée des Français : le commandant Cousteau. Pourtant, jouant de malchance, ce dernier échoua dans sa quête du navire, retrouvé et fouillé dix ans plus tard, à cinq cents mètres de là… Découvrez l’histoire de ce galion « low-cost » qui transportait pourtant l’un des plus riches chargements venus des Amériques durant tout le XVIIe siècle : la Nuestra Señora de la pura y limpia Concepcion.

I. Le bateau

Sorti des chantiers navals de La Havane en 1620, la Nuestra Señora de la pura y limpia Concepcion n’était plus, à l’heure de son dernier voyage, un navire de première jeunesse. C’était même un bateau usé, fatigué par plusieurs traversées de l’Atlantique et des années de navigation dans les eaux chaudes et délétères des Caraïbes (terribles pour les coques de bois). Âgé de vingt ans, ce vétéran se présentait néanmoins comme un galion espagnol de belle taille, jaugeant 600-650 tonneaux pour 140 pieds de longueur pour 45 de large. Comme toujours, en plus d’un armement conséquent de canons (36 pièces exactement), le navire était lourdement orné de sculptures, de frises, couronnes et guirlandes taillées dans le chêne, notamment au niveau des galeries d’arrière et des pavois. Comment montrer davantage la grandeur du royaume d’Espagne, tout en impressionnant l’ennemi potentiel ? Pour autant, un regard plus attentif aurait pu déceler des bémols dans tout ce clinquant. Ainsi, l’habituelle feuille dorée destinée aux figures sculptées avait été remplacée par une simple couche de peinture jaune… Manque d’argent ? Non : manque de temps.

Vue reconstituée du galion “Nuestra Senora de la pura y limpia Concepcion” (gravure moderne)

Lorsque don Diego López de Pacheco Cabrera y Bobadilla (1599-1653), marquis de Villena et duc d’Escalona, prit ses fonctions de vice-roi de Nouvelle-Espagne en 1640, il réalisa rapidement que la marine espagnole en mer des Caraïbes était devenue dramatiquement insuffisante. Au total, il ne demeurait plus guère que vingt-cinq navires aptes à franchir l’océan. La situation peut sembler étrange pour ce royaume qui avait bâti sa fortune sur les voyages d’exploration et de colonisation ; elle datait en fait de nombreuses années déjà et devait se poursuivre par la suite : en 1661, par exemple, la couronne espagnole dut solliciter la flotte hollandaise pour faire franchir l’Atlantique aux produits du Nouveau-Monde. Un comble ! Dynamique, Escalona tenta de changer la donne et mit en chantier à Vera Cruz plusieurs bâtiments pour reconstituer une digne Flottille de Nouvelle-Espagne : en un an, huit galions et une frégate purent ainsi être lancés, la Nuestra Señora de la pura y limpia Concepcion fut pour sa part l’objet d’importants travaux de rénovation. Mais pour tenir à la fois les délais et les coûts, on avait réduit les exigences, certes sur le superflu (comme les ornementations à la feuille d’or déjà évoqués), mais aussi sur le nécessaire (comme les calfatages ou la fourniture d’ancres supplémentaires). Néanmoins, tout était prêt pour l’appareillage au mois de juillet 1641.

Gravure ancienne représentant la “Nuestra Senora de la pura y limpia Concepcion” en compagnie d’un autre galion

Cette impatience était justifiée. Par manque de bateaux, aucune Flota de plata (flotte d’argent) n’avait pu gagner l’Espagne l’année précédente. Or, les besoins financiers du royaume étaient considérables, notamment à cause de la ruineuse Guerre de Trente Ans. C’est donc une énorme cargaison de richesses cumulées, en grande partie des lingots et pièces d’argent, qui fut chargée sur la Concepcion, pour un poids total d’une centaine de tonnes. Le 23 juillet 1641, la Concepcion et le reste de la Flottille de Nouvelle-Espagne appareilla de San Juan d’Illoa, le port de Vera Cruz, en direction de La Havane, où devait les rejoindre la seconde composante de la Flota de plata : la flottille de Terre-Ferme, venant de Panama chargée du produit des mines de Colombie, du Pérou et de Bolivie.

Ensemble de “pièces de huit” provenant de la “Concepcion”

C’est donc une flotte de trente-et-un navires qui devait finalement prendre le large depuis Cuba. Mais les différents retards de chargement et de procédures administratives, les fêtes données par le gouverneur de La Havane pour les hauts dignitaires de la Flotte, retardèrent le départ : ce n’est que le 13 septembre 1641 que les ancres furent relevées, alors que débutait la saison des cyclones…

II. Le naufrage

Avec 525 passagers et membres d’équipage à son bord, la Concepcion transportait également l’amiral don Juan de Villavicencio (alors âgé de 37 ans, il était subordonné au capitaine-général don Juan de Campos, véritable commandant de la flotte), donnant ainsi au galion le rang envié d’almiranta (nef-amirale). Les navires s’engagèrent au nord, pour emprunter le détroit de Floride, situé entre cette péninsule et les Bahamas, la meilleure route pour gagner les vents favorables de l’océan Atlantique. Mais dès le deuxième jour de navigation, on s’aperçut que l’almiranta prenait l’eau de manière bien trop importante, sans que les pompes parviennent à compenser ces infiltrations. On ordonna un demi-tour général vers La Havane où les chantiers navals exécutèrent des réparations et consolidations dans l’urgence, en abattant le navire en carène (ce qui impliquait de vider entièrement le navire, canons compris !). Deux semaines (dont dix jours de travaux) furent perdues dans l’opération et le périple ne put reprendre que le 28 septembre, en une période devenue dangereuse pour la navigation dans ces eaux…

Vue d’artiste représentant la “Concepcion” toutes voiles dehors dans son dernier voyage

Le 28 septembre 1641, ayant dépassé les parages périlleux des Bahamas et de leurs cayes (écueils), la flotte se trouvait environ à 30° de latitude nord, au large de la ville espagnole de Saint Augustine (Floride),  quand un violent cyclone s’abattit sur les bateaux. Le bilan immédiat fut catastrophique : trois navires coulèrent en pleine mer, quatre furent poussés vers la Floride où ils s’échouèrent, tous sombrant corps et biens. La patache (bateau de liaison léger) heurta un récif : certains marins et passagers (dont un prêtre) voulurent gagner la côte à la nage, mais furent dévorés par les requins, quand d’autres demeurèrent accrochés aux débris de l’épave et furent secourus peu après.

Pour la Nuestra Señora de la pura y limpia Concepcion, la fin ne fut pas aussi rapide. On peut même dire que ce naufrage, loin d’avoir l’habituelle brutale soudaineté liée à ce genre d’événement (en général, en une nuit ou un-deux jours de tempête), devait établir une forme de record, puisque l’agonie du galion dura … des semaines ! Ayant perdu la majeure partie de ses gréements dans la tourmente, le galion démâté et désemparé fut poussé sans contrôle par les éléments déchaînés, vagues et vents l’entraînant de manière erratique, le ballotant tantôt vers l’ouest, tantôt vers le sud. Etrave et beaupré avaient été arrachés, de même que les deux canots ; on avait basculé par-dessus bord les canons et les boulets afin d’alléger la structure. Marins et passagers étaient entassés dans le château arrière ou dans les cales, priant dans le noir pour que cesse la tourmente. Lorsque les éléments se calmèrent, l’équipage parvint à dresser un mât de fortune, tandis qu’on se relayait sans discontinuer aux pompes. Mais la situation était sans espoir : réparé trop vite, le navire prenait l’eau de toutes parts, ses coutures lâchant les unes après les autres sans qu’on parvienne à calfater.

Vue d’ensemble du dernier voyage de la “Concepcion”

Vu la direction générale prise par le navire (ou ce qui en restait), l’amiral pensait, sur le conseil de ses pilotes Bartolome Guillen et Mathias Destevan, pouvoir rejoindre Porto Rico. En réalité, le calcul de leur position, réalisé à l’estime et dans de terribles conditions, était totalement erroné : en voulant gagner un havre sûr en évitant les très redoutés Abreojos, ils donnèrent en plein sur ces écueils… Le 1er novembre 1641 (soit plus d’un mois après le début du drame), vers 21h00, la vigie annonça une barrière de récifs droit devant : les Abreojos ! Les cordes des ancres furent immédiatement tranchées tant pour essayer de ralentir le navire que pour s’alléger de l’immense poids des deux ancres de bossoir, des deux ancres de veille (de 15 tonnes chacune) et de l’énorme ancre de miséricorde. Par miracle, la manœuvre permit au galion de « sauter » par-dessus la barrière de corail, non sans racler gravement sa coque. Le lendemain, 2 novembre, l’équipage put mener le navire en eaux libres et l’y stabiliser non seulement avec les ancres, mais aussi avec les derniers canons encore à bord.

Entourée en rouge, la position du “Banc d’Argent” au large des côtés d’Hispaniola (aujourd’hui République dominicaine)

Le pire semblait donc avoir été évité, quand une nouvelle tempête frappa le galion dans la nuit du 2 au 3 novembre, vers minuit. Deux heures plus tard, les cordages des ancres et amarres de fortune lâchèrent : le navire bousculé par les vagues alla donner en plein sur le récif, proue la première, et s’y encastra. Durant toute la journée suivante, en s’enfonçant dans le cœur du banc, il se déchiqueta peu à peu. Envahi par l’eau, il coula par l’arrière sur le corail et, se brisant, s’ouvrit en deux. Alors que la proue disparaissait sous les eaux, la poupe toucha le fond en laissant dépasser le haut de sa structure. C’est là que les survivants du drame se massèrent, occupant les deux étages du château arrière (la tolda et la toldilla). Pour finir, même ce refuge fut disloqué par les flots et les naufragés se retrouvèrent à même le récif. Les uns après les autres, ils étaient emportés par les vagues ou happés par un requin en maraude. La position étant intenable, des radeaux furent construits, mais les avis divergeaient sur la direction à prendre : les pilotes se croyaient toujours près de Porto Rico ; l’amiral estimait être au nord de la côte d’Hispaniola. Il était dans le vrai et ceux qui le suivirent furent finalement les seuls survivants ; on perdit toute trace des autres radeaux. Enfin, une trentaine de naufragés avaient décidé de demeurer sur place dans l’attente de secours. Installés sur une sorte de plate-forme construite à partir de planches, poutres et autres débris de leur navire, ils récupérèrent des chaudrons, un peu de nourriture, d’or et d’argent. Mais après plusieurs semaines de vaine attente, désespérés, ils partirent eux aussi sur un esquif bricolé qui fit naufrage sur la côte d’Hispaniola : il y eut un unique survivant. Des 525 passagers et marins de la Nuestra Señora de la pura y limpia Concepcion, seuls 190 eurent la vie sauve.

III. La première redécouverte : William Phips (1687)

Les lieux du naufrage étant connus et en eaux peu profondes, plusieurs opérations de renflouage furent tentées par la couronne espagnole, sans succès. L’amiral de Villavicencio lui-même prit la tête de certaines de ces expéditions, mais il ne parvint jamais à retrouver l’épave. Celle-ci, pourtant, devait reposer en eaux peu profondes… L’histoire de ce bateau chargé de richesses était connue dans toutes les Caraïbes et influa certainement sur le nom donné ensuite au nouveau nom du redoutable récif : le « Banc d’Argent »

Tout cela changea en 1686 avec l’arrivée d’un natif de Boston (et donc sujet anglais) : William Phips (1651-1695). Devenu à seulement vingt-trois ans le capitaine d’un bateau de commerce appelé The Star of Boston, il avait sillonné la mer des Caraïbes pendant plusieurs années, avant de recueillir par hasard, à Hispaniola, le témoignage, sur son lit de mort, d’un des survivants de la Concepcion qui avait pu retourner sur les lieux du naufrage des années plus tôt et retrouver l’épave.

Portrait du capitaine William Phips au moment de son expédition (vers 1687)

Comprenant que cette chasse au trésor demanderait de gros moyens, techniques et militaires, Phips se rendit à Londres pour proposer l’entreprise au roi Charles II en personne. Intéressé, le souverain lui confia le commandement d’une petite frégate de dix-huit canons, la Rose d’Alger. Las, en dépit d’un quadrillage du Banc d’Argent, examiné avec des lunettes de calfat permettant de voir sous l’eau, l’expédition fut un échec cuisant. A son retour en Angleterre, Phips apprit la mort de son royal protecteur et la montée sur le trône de Jacques II, qui refusa tout nouveau financement. L’espoir vint d’un jeune grand seigneur, Henry Christopher, duc d’Albemarle, qui s’entremit pour obtenir une concession royale, trouver des associés et avancer une partie du capital nécessaire. Le 12 septembre 1686, Phips put ainsi repartir avec deux navires, le James and Mary (200 tonneaux, 22 canons) et le Henry of London (10 canons). Le chasseur de trésors avait cette fois une arme secrète qui devait se révéler décisive : une cloche de plongée.

Entreprise de renflouement sous-marin au XVIIe siècle (gravure anglaise de l’époque)

Cloche sous-marine et plongeur en action sur une épave (détail de la gravure précédente)

Muni de cet instrument révolutionnaire et ayant par ailleurs engagé des plongeurs indigènes à Porto Plata (réputés les meilleurs des Caraïbes), Phips s’engagea sur le Banc d’Argent le 29 janvier 1687. Cette fois, l’épave fut rapidement repérée, coincée entre les coraux, sous quelques brasses d’eau. Leur travail sur zone dura deux mois, durant lesquels les plongées s’enchaînèrent sans discontinuer, au prix de grands sacrifices (plusieurs plongeurs furent victimes d’accidents de décompression). L’importance de l’armement permit de tenir à distance quelques bateaux corsaires attirés par les rumeurs et par l’odeur de l’or. Après un voyage de retour anxieux, les bateaux de l’expédition arrivèrent dans les Downs le 6 juin 1687. Leur arrivée se fit dans une ambiance de délire : une grande balance fut installée sur le pont du James and Mary et le pesage du trésor commença. Au total, Phips avait récupéré au fond de la mer 37’538 livres d’argent en « pièces de huit », 27’556 livres en lingots et pains, 347 livres d’argent en vaisselle précieuse et 25 livres d’or, sans compter les bijoux.

Les trésors de la “Concepcion” ramenés sur le pont du “James and Mary” de William Phips (gravure du XIXe siècle)

Outre son seizième de la récolte qui en fit un homme riche, Phips gagna dans l’aventure un statut de héros national et le titre de chevalier conféré par le roi Jacques. Une très belle médaille commémorative fut même frappée, présentant le couple royal à l’avers et une représentation de l’entreprise au revers, avec la devise « Semper tibi pendeat hamus » (« Laisse toujours pendre un hameçon », allusion aux crochets et grappins de fer utilisés pour haler les lourds coffres de pièces depuis le fond sur le James and Mary).

Médaille commémorative célébrant la réussite de l’expédition de Phips (1687)

Revenu dans sa ville natale de Boston, Phips finit par être nommé gouverneur du Massachusetts, ainsi que gouverneur général du Maine et de la Nouvelle-Ecosse. A ce titre, il dut mener la guerre contre le Canada français, parvint à s’emparer de l’Arcadie, mais échoua à prendre Québec d’assaut. Cette défaite lui valut des ennemis, des dettes et finit par lui coûter sa charge. Arrêté et emprisonné à Londres sur demande de ses créanciers, il mourut en cellule, confiant à son geôlier, pour payer son cercueil, l’ultime souvenir de ses aventures : le premier lingot remonté de la Concepcion. Le roi finit par payer ses funérailles et son tombeau (depuis disparu) en l’église londonienne Sainte-Marie-Woolnoth, sur Lombard Street.

Le gouverneur Sir William Phips à la fin de sa vie

IV. Les redécouvertes modernes 

L’examen des archives espagnoles et anglaises par les chercheurs modernes permit d’établir qu’une partie seulement de la cargaison précieuse de la Concepcion avait été relevée par Phips : il demeurait sans doute l’équivalent au fond de l’eau. De quoi réveiller les convoitises… L’un des premiers à s’emparer du dossier fut le flamboyant Rémy de Haenen (1916-2008), alors maire et conseiller général de Saint-Barthélemy, cette petite île française des Antilles. Pionnier de l’aviation dans cette région du monde, marin et aventurier, il recoupa des témoignages d’époque, fit des repérages en avion et pensa enfin pouvoir identifier l’endroit précis du naufrage.

Rémy de Haenen, maire de Saint-Barth’, marin, aviateur … et chasseur d’épaves !

De Haenen soumit alors un projet de fouilles à un prestigieux ami : Jacques-Yves Cousteau (1910-1997), le célèbre « commandant Cousteau ». C’est ainsi que la Calypso s’engagea en juillet 1968 sur le Banc d’Argent : assistés par l’archéologue sous-marin Frédéric Dumas, les plongeurs de l’équipe travaillèrent deux mois sur le site repéré et dégagèrent bien une épave ancienne.

Le pongeur Bernard Delemotte, de la “Calypso”, découvre un canon sur le “Banc d’Argent”. Cette superbe photo a marqué mon enfance et je crois qu’elle a déjà un effet comparable sur mon petit Alexis (2 ans) !

L’archéologue sous-marin Frédéric Dumas cherche à déterminer le calibre d’un canon en essayant différents types de boulets retrouvés sur le site

Remontée d’une des ancres principales de l’épave anonyme sur le pont de la “Calypso”

Mais au fil de semaines et de découvertes (notamment d’impressionnants canons), après déblayé des dizaines de tonnes de corail, il se révéla peu à peu qu’il s’agissait probablement d’un gros navire français du XVIIIe siècle, brisé en deux et par ailleurs inconnu : pas une « pièce de huit » à l’horizon…

Le commandant Cousteau présente deux des bouteilles à section carrée découvertes sur l’épave anonyme du “Banc d’Argent”

Ironie du sort : la Concepcion n’était en fait qu’à quelques centaines de mètres du site fouillé par Cousteau… Dix ans après le passage de la Calypso sur le Banc d’Argent, c’est finalement un chasseur de trésors américain, Burt D. Webber Jr. (né en 1942), et sa société « Seaquest International Inc. » qui découvrirent finalement l’épave du galion le 28 novembre 1978.

Le chasseur d’épaves Burt Webber dans les années 1960

Ce résultat ne devait rien au hasard, mais découlait de dix ans de recherches en archives, tant en Espagne qu’en Angleterre, et d’une première expédition infructueuse sur zone. La preuve déterminante avait été la mise au jour du journal de bord du Henry of London, le plus petit des deux bateaux de Phips. L’utilisation de matériel de pointe, en premier lieu un magnétomètre à protons, permit également de localiser plus aisément l’épave.

Sur le site de l’épave : un morceau de la charpente de la “Concepcion” (cliché National Geographic)

Au final, ce sont plus de 60’000 pièces de huit et de quatre reales qui furent remontés du fond. Parmi ces trouvailles figurait donc la monnaie ci-dessous, une “pièce de huit” frappée à Mexico peu avant le naufrage (plus exactement entre 1634 et 1641).

A cela s’ajoutaient aussi de nombreux bijoux (demeurés en grande partie propriété du gouvernement dominicain qui avait accordé le droit d’exploitation).

Quelques bijoux sortis de l’épave de la “Concepcion” (photo National Geographic)

Mais les objets précieux ne furent pas le seuls remontés de l’épave. Des témoignages plus modestes, mais porteurs d’une grande émotion, sont venus témoigner des conditions de vie des marins et passagers, à travers de nombreux ustensiles du quotidien.

Eléments de vaisselle extraits de l’épave de la “Concepcion” (photo National Geographic)

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 9 sept. 2017


BIBLIOGRAPHIE

Plusieurs ouvrages ont été consacrés au naufrage de la Nuestra Señora de la pura y limpia Concepcion :

  • Jacques-Yves Cousteau et Philippe Diolé, Un trésor englouti, Flammarion 1971 : un livre que j’ai bien dû lire 15 ou 20 fois depuis mon enfance et qui m’a marqué dès mes dix ans.

  • Peter Earle, The Treasure of the Concepcion – The Wreck of the Almiranta, New York, Viking, 1980.

  • John Grissim, The Lost Treasure of the Concepcion : The Story of One of the World’s Greatest Treasure Finds and Burt Webber, the Man Who Never Gave Up, 1980.
  • William M. Mathers and Nancy Shaw, Treasure of the Concepcion – The Archaeological Recoivert of a Spanish Galleon, Best Pub Co., 1995.
  • John Christopher Fine, Treasures of the Spanish Main : Shipwrecked Galleons In The New World, Guilford, The Lyons Press, 2006, p. 45 sqq.
    .

 

MONETA (15) : AU LARGE DES BAHAMAS, LA « NUESTRA SEÑORA DE LAS MARAVILLAS »

LE TRESOR DE LA NUESTRA SEÑORA DE LAS MARAVILLAS

(BAHAMAS, 1656)

Porteur d’un des plus gros trésors ayant quitté le Nouveau Monde au XVIIe siècle, le galion espagnol Nuestra Señora de las Maravillas ne fut pas victime, comme tant d’autres, d’un cyclone, mais d’un autre type d’accident maritime : une collision. Echoué en eaux peu profondes sur un banc des Bahamas, il tomba peu à peu dans l’oubli jusqu’à ce que des chercheurs d’épaves américains en retrouvent la trace dans les années 1970-1980 : exploitée pendant quinze ans avec l’accord du gouvernement local, le navire a procuré l’un des plus grands trésors d’épave jamais retrouvés, supérieur au célébrissime Atocha.

I. Le bateau

La Nuestra Señora de las Maravillas était un lourd galion espagnol jaugeant 900 tonneaux et puissamment armé : trente-six canons longs de bronze, quatre demi-canons de dix-huit livres, seize demi-canons de seize livres, huit quarts-de-canon de dix livres, quatre-vingts mousquets et cinquante arquebuses. Il le fallait bien pour la mission confiée en cet été 1654 : escorter la plata flota qui ramenait annuellement les richesses du Nouveau Monde et la protéger de toute attaque. En effet, des informations provenant d’Angleterre confirmaient qu’une flotte de nombreux vaisseaux de guerre avait appareillé de la perfide Albion pour s’emparer du tentant convoi…

Un des canons de la “Nuestra Senora de las Maravillas” in-situ

Remontée de l’un des canons de la “Nuestra Senora de las Maravillas”

 

En réponse, une Real Armada composée de cinq galions (dont la Nuestra Señora de las Maravillas, placée sous le commandement de Matias de Orellana, avec le rôle d’ « almirante » formant l’arrière-garde), deux pataches et un navire marchand leva l’ancre le 10 juillet 1654 pour rejoindre les Caraïbes. Après une traversée sans histoire, la flottille arriva à Carthagène des Indes le 22 août et le transbordement des richesses arrivées du Pérou commença. Les opérations prirent plus longtemps que prévu, car la « capitana » du Pacifique, le galion Jesús-Maria, avait heurté un récif dans la baie de Gayaquil, en Equateur : il fallut plusieurs semaines pour extraire sa cargaison, avec d’ailleurs des surprises de taille[1]. Puis il fallut encore ajourner le départ en raison de la présence de l’escadre anglaise redoutée, qui se contenta finalement d’assiéger Saint-Domingue…. Envoyée à Veracruz, la flotte espagnole y récupéra les richesses provenant cette fois du Mexique. Le galions étaient alors chargés au maximum des possibilités : les lingots et pièces d’or et d’argent étaient entassés dans des chambres-fortes au plus profond de leurs flancs ; les caisses d’ivoires, de soieries, de porcelaines devaient être installées jusqu’entre les canons.

Enfin, les navires anglais repartis, on put faire voile vers La Havane (qui était le point de ralliement et de départ traditionnel pour la traversée de l’Atlantique), atteinte le 10 octobre 1655. Ce fut l’occasion de procéder à des réparations des coques, bienvenues après ces longs mois de séjour en eaux tropicales. On embarqua aussi quelques dernières marchandises locales (sucre, cacao, tabac), qui s’ajoutèrent au produit de trois années de richesses venant du Nouveau Monde, mais aussi d’Orient. Selon les chroniqueurs, on n’avait plus vu une si riche cargaison dans la Plata flota depuis des décennies. La pièce maîtresse aurait été une statue grandeur nature en or massif de la Vierge à l’enfant, pesant 500 kilos !

Remontée de l’ancre de la “Nuestra Senora de las Maravillas”

II. Le naufrage

Le 1er janvier 1656, la Real Armada se lança sur l’océan, sous le commandement du capitaine-général et marquis Luis Francisco de Montealegre, installé dans le galion capitane, la Nuestra Señora de la Limpia Concepción. Composée de deux autres galions et de deux pataches en plus de la capitana et de la Nuestra Señora de las Maravillas comme almiranta, la flotille espagnole fit voile au nord-est, dans des vents contraires qui l’obligea à louvoyer et à tirer des bords. En dépit de sa lourde cargaison et de ses 650 passagers et hommes d’équipage, la Nuestra Señora de las Maravillas marchait à merveille et abandonna son rôle d’almiranta pour occuper au contraire l’avant-garde.

Le 4 janvier, vers midi, la vigie signala la côte de Floride : Matias de Orellana donna l’ordre de virer de bord vers l’est. Vers 23 heures, par une nuit très sombre, le marin en charge de la sonde lança un cri d’alarme : brusquement, les lancers donnaient treize brasses seulement, indiquant la proximité de hauts fonds ou de bancs de sable, fréquents dans les Bahamas. Le capitaine fit immédiatement tirer du canon pour avertir le reste de la flotte et entreprit de virer de bord pour éviter la zone dangereuse. Par malchance, pendant cette manœuvre, le galion capitane, la Nuestra Señora de la Limpia Concepción, surgit de l’obscurité et éperonna avec violence la Nuestra Señora de las Maravillas, occasionnant une large brèche dans son flanc. Le choc fut d’une telle violence, et la proximité si grande, qu’un marin travaillant dans les gréements de l’almiranta se retrouva projeté dans la mâture de la capitana !

La “Nuestra Senora de las Maravillas” naviguant dans l’obscurité

Réagissant avec compétence et rapidité, l’amiral de Orellana fit procéder aux travaux de colmatage indispensables, tout en faisant activer les quatre pompes du bateau. Constatant vite l’ampleur des dommages et l’inanité de ces efforts, le commandant mit cap à l’est pour chercher un haut-fond et s’y échouer volontairement. Vers 2 ou 3 heures du matin, la sonde donna six brasses de fond : les ancres furent alors mouillées et le bateau ainsi immobilisé coula en eau peu profonde, se posant en douceur sur un banc de sable (aujourd’hui connu sous le nom de « banc de Los Mimbres », près de Grand Bahama, il n’était alors pas porté sur les cartes).

Position du naufrage, au large de Grand Bahama

Ce naufrage aurait donc pu trouver une conclusion heureuse, si une violente tempête ne s’était levée dans la nuit. Battue par le vent et les vagues, l’épave se disloqua, emportant peu à peu la plupart des 650 malheureux naufragés. Au plus fort de l’ouragan, c’est tout le lourd château arrière du galion qui se détacha en bloc et fut emporté au loin par les courants. Lorsque la tempête cessa et que le soleil se leva, seuls 45 survivants s’accrochaient encore aux débris. Ils furent secourus le jour suivant par des canots détachés d’un autre galion du convoi.

L’éparpillement des débris témoigne de la dislocation de l’épave

Les lieux du naufrage étant connus et en eaux peu profondes, une opération de renflouage fut tentée trois mois plus tard. Venus du Venezuela, les bateaux de secours donnèrent une description explicite de la situation : « l’eau était si claire et le sable si blanc qu’on pouvait voir distinctement tout ce qu’il y avait sur le fond. On pouvait voir les barres d’argent répandues au fond de la coque. Toute l’artillerie se trouvait parmi le lest des pierres, mêlée aux montages de barres d’argent ». Restés sur zone pendant cinq mois, les renfloueurs espagnols et leurs plongeurs indiens parvinrent à remonter seize canons, quelques dizaines de lingots d’argent et quelques pièces d’or : même limitée, la profondeur demeurait trop grande pour les moyens de l’époque. Quatre ans plus tard, une nouvelle expédition récupéra encore plusieurs tonnes d’argent, mais on estima que les trois-quarts de la cargaison demeuraient au fond de l’eau…

III. La redécouverte

L’épave fut ensuite oubliée pendant trois siècles, jusqu’à ce qu’un célèbre chercheur d’épaves américain, Robert Marx, en retrouve la trace en 1972, en compulsant les Archives des Indes, à Séville. Mais un conflit l’opposa au gouvernement des Bahamas et il ne put obtenir de permis de fouille.

Le chasseur de trésors Bob Marx

C’est finalement un autre Américain, Herbert Humphreys, par ailleurs capitaine de l’US Merchant Marine, qui put travailler sur le site à partir de 1986.

Herbert Humphreys en uniforme de capitaine, présentant quelques-unes de ses découvertes

 

Le bateau “Beacon”, qui permit la fouille de l’épave

 

Pendant une quinzaine d’années, à bord du navire Beacon, la société MAREX et son équipe de plongueurs fouillèrent le site. Les premières campagnes produisirent des résultats tout de suite époustouflants, permettant de remonter de somptueux joyaux et de centaines d’émeraudes brutes, dont quarante de très grosse taille (l’une pesant même plus de 100 carats !).

Deux des plus célèbres joyaux de la “Maravillas”, inscrustés d’émeraudes

 

Lingot d’or provenant de la “Maravillas”

Suivirent de très nombreux lingots et pièces d’or et d’argent : au début des années 2000, le total des objets remontés se chiffrerait à près d’un milliard et demi de dollars, ce qui en fait le plus important trésor d’épave jamais récupéré. Comme toujours, les pièces d’argent sortaient de l’eau couvertes par les oxydations, avant de retrouver leur lustre par traitement électrolytique.

Pièces collectées au cours des fouilles

“Pièces de huit” au sortir de l’eau : des morceaux de métal informes et charbonneux

Après traitement : les monnaies sont à nouveau lisibles

Chose curieuse, certaines de ces pièces n’en étaient donc pas à leur premier bain… Comme évoqué plus haut, on comptait en effet à bord des « pièces de huit » provenant de l’épave du Jesus Maria de la Limpia Concepcion, plus connu de nos jours sous le surnom de Capitana, la nef capitane de la flotte du Pacifique, échouée au large de l’Equateur alors qu’elle amenait les produits des mines d’argent de Potosi et du Pérou vers Panama. Une infime partie de la cargaison monétaire avait été récupérée et elle aboutit dans les cales de la Nuestra Señora de las Maravillas. Mais la malchance s’attachait décidément à ces pièces : certaines ne furent en effet sauvées de ce deuxième naufrage que pour en subir un troisième, lorsque le bateau Madama do Brasil, qui avait récupéré une petite partie du trésor, s’échoua à son tour sur Gorda Cay, dans les Bahamas, en 1657 ! On peut donc bien parler d’argent maudit…

Dans le trésor de la Nuestra Señora de las Maravillas figurait donc la présente « pièce de huit », de style « cob » (frappé à partir de morceaux de lingotins, des monnaies comme toujours assez frustes et au contour biscornu), frappée à Mexico en 1654. C’est un bel exemplaire comportant les grandes armes d’Espagne, accompagnées des marques d’atelier (M) et d’essayeur (P), à l’avers

Pièce de huit reales, Mexico, 1654, provenant de l’épave de la “Nuestra Senora de las Maravillas”. Collection ND

De même provenance, voici également une petite émeraude brute de 0,33 carats. Ces petits et fragiles cristaux verts, que l’on surnommait parfois les “iris du Diable”, étaient nombreux à bord de la Nuestra Señora de las Maravillas : les principales mines d’émeraudes exploitées par les Espgnols se trouvaient déjà, comme aujourd’hui, en Colombie (le gisement de Chivor fut découvert dès 1545 et celui de Muzo en 1594).

Emeraude brute de 0,33 cts, provenant de l’épave de la “Nuestra Senora de las Maravillas”. Collection ND

En dépit du temps passé, l’Espagne n’a pas oublié le courageux amiral de Orellana : une plaque en sa mémoire a ainsi été apposée dans sa ville natale de Casas de Reina, dans la province d’Estrémadure,  le 22 mars 2014, en présence d’élus et d’officiers de la Marine royale.

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 20 août 2017


NOTES

Pour poursuivre cette lecture avec un court reportage de 10 minutes sur la fouille de la “Maravillas” (tournée par la société MAREX dans un but promotionnel), cliquer ici.

[1] Afin de contourner la taxe royale, le fameux « Quinto Real » équivalent à 20 % des sommes convoyées, la contrebande était importante, grâce à la corruption des officiers et marins. Ainsi, la cargaison mise au jour durant les opérations de sauvetage contenait finalement cinq fois plus d’or et argent qu’officiellement enregistré au départ, sans parler de tout un ensemble de marchandises non déclarées (11’000 jarres de vin, 200 sacs de farine, 4’000 blocs de sel, des sacs de cochenille, des balles de laine et des tonneaux d’indigo) !

MONETA (10) : AU LARGE DE LA FLORIDE, L’ “ATOCHA”

LE TRESOR DE L’ATOCHA

(FLORIDE, 1622)

Afin de changer un peu des monnayages romains, j’ouvre une brève parenthèse de trois billets estivaux autour d’un sujet numismatique croustillant, et non des moindres : les pièces provenant de trésors et d’épaves célèbres ! Dans mon enfance, la découverte de L’Ile au trésor dans différentes versions (roman, BD, film, dessin animé, etc.), ainsi que d’autres histoires de pirates ou de trésors cachés (comme Le Scarabée d’or de Poe, mais aussi, avant cela, les aventures du Club des cinq), m’a profondément marqué. « Pièces de huuuuit ! » : le cri de Capt’ain Flint, le perroquet de Long John Silver, résonne encore dans mes oreilles.

Et justement, je rêvais depuis tout gosse d’en découvrir au moins une, de ces fameuses et lourdes « pièces de huit » d’argent, de sentir son poids dans ma paume, de préférence après l’avoir retirée de l’épave de quelque galion comparable à la Licorne

Las, les rêves attendirent. Descendre, il n’y fallait guère songer ; acquérir, c’était au-delà de mes moyens, malgré la tentation offerte par l’échoppe d’un certain musée au bout des Keys de Floride, visité lorsque j’avais 14 ans… Et puis finalement les voilà ! Quand tout à coup on réactive un vieux rêve et qu’il peut enfin se réaliser : quelques « pièces de huit », arrachées des flots et des fonds marins par quelques intrépides ou chanceux, sont arrivées ces jours dans mon médailler. Voici leur histoire, celle de quelques naufrages célèbres, de leurs trésors mythiques et de leur redécouverte. Le premier épisode va nous entraîner au large de la Floride, à la recherche d’un des plus célèbres galions espagnols coulés : la Nuestra Señora de Atocha, perdue en 1622.

I. Le bateau

Nommée d’après une célèbre église madrilène, la Nuestra Señora de Atocha était un galion espagnol construit à La Havane (Cuba) en 1620. Jaugeant 550 tonneaux, ce vaisseau mesurait 112 pieds de long pour 34 de large (environ 40 x 11 mètres) et portait trois mâts (deux grands mâts à voiles carrés et un mât d’arrière en brigantine à voile latine). Avec ses grands châteaux de proue et de poupe, il avait le profil typique des grands galions du début du XVIIe siècle. Servi par environ 180 marins et 82 soldats d’infanterie, il était doté d’une importante puissance de feu pour l’époque, avec une bonne vingtaine de canons de bronze, qui le désignait pour le rôle d’almirante (arrière-garde) de la Flotte des Indes.

Après son lancement, il effectua, dans le courant de 1621, son premier voyage vers l’Espagne, traversée durant laquelle son grand-mât se brisa. Pour contrer les attaques des pirates ou des corsaires anglais ou français, la Couronne espagnole avait mis en place, dès 1566, une technique de convoi maritime surprotégé pour ramener les richesses du Nouveau-Monde vers le port de Séville : la Flotte des Indes (ou Flotte de l’Or).

Les ports de départ étaient respectivement Veracruz, en Nouvelle-Espagne (Mexique), et Carthagène des Indes ou Porto Bello, en Nouvelle-Grenade (Colombie). Vers le premier transitaient les richesses du Mexique ; vers le second, celles de l’Amérique du Sud, et notamment du Pérou et de la Bolivie. Les deux flottes se réunissaient ensuite à La Havane pour traverser ensemble l’Atlantique. Ce convoi annuel, comportant parfois jusqu’à cent navires vers la fin du XVIe siècle, était donc formé de navires marchands (caraques) escortés de puissants galions. Le calendrier devait être précis, pour éviter autant que possible les aléas de la mer, en premier lieu les cyclones saisonniers.

II. Le naufrage

Le 23 mars 1622, l’Atocha quitte Séville avec le reste de la Flotte des Indes et atteint sans encombre sa destination, Portobello, le 24 mai suivant. Après l’arrivée des trésors venus de Lima et de Potosi par bateau jusqu’à Panama, puis de là par convois de mules à travers l’isthme de Darien, il faut deux mois pour comptabiliser et enregistrer la précieuse cargaison sur le manifeste. Le 22 juillet, les bateaux lèvent l’ancre et rejoignent la flotille de Veracruz au port de Carthagène, où l’Atocha reçoit un supplément de cargaison. A nouveau, la bureaucratie espagnole doit tout enregistrer, à la fois les biens de la Couronne, mais aussi ceux des passagers (tous taxés à 20 %, pour prix de la sécurité du passage). Lorsque l’ancre est enfin levée le 22 juillet, l’Atocha recèle dans ses flancs une fortune : 125 barres et disques d’or colombien, 24 tonneaux d’argent (contenant 1’038 lingots et 180’000 pesos en pièces d’argent, soit environ 24 tonnes), 1’200 livres d’argenterie travaillée, des émeraudes brutes de Colombie, 582 lingots de cuivre, 350 coffres d’indigo et 525 fardes de tabac, sans compter les objets personnels des passagers (dont de nombreux bijoux en or, ce métal précieux étant exempté de taxes sous cette forme travaillée !).

Après avoir fait la traditionnelle escale d’avitaillement à La Havane, les vingt-huit navires de la Flotte des Indes appareillent pour l’Espagne le dimanche 4 septembre 1622. La décision n’était pas évidente, car, en raison des retards accumulés en chemin, la saison des cycloniques est maintenant entamée. Mettant cap au nord, en direction de la Floride et des courants du Gulf Stream, les navires se mettent en file indienne, l’Atocha occupant sa place d’arrière-garde.

Le temps est d’abord clément, mais le vent commence à se lever en fin de journée, soufflant de plus en plus fort. Au matin du 5 septembre, la mer est houleuse et le vent, violent, tourne au sud-ouest, repoussant la plupart des bateaux vers l’intérieur du Golfe du Mexique. Mais les bâtiments composant la queue du convoi ont moins de chance : l’Atocha, mais aussi la Santa Margarita, la Nuestra Señora del Rosario et deux petits vaisseaux, reçoivent de plein fouet l’ouragan, qui déchirent leurs voiles, pulvérisent leur gréement et cassent leurs  mâts. Incapables de contrôler leur course, les cinq navires sont entraînés par les vents en direction des dangereux récifs qui bordent la zone comprise entre les Dry Tortugas et les Marquesas Keys, au large de Key West (dernière île de cet archipel marquant l’extrémité méridionale de la Floride)[1].

Dans la nuit du 5 au 6 septembre, l’Atocha, soulevé par une vague en dépit du poids considérable de son chargement, se fracasse sur un récif de corail et coule presque instantanément par vingt mètres de fond. Le matin suivant, la tempête apaisée, un navire marchand sillonnant la zone découvre, accrochés désespérément au mât de misaine dépassant encore de l’eau, deux marins et trois esclaves noirs : ils sont les seuls survivants des 265 membres d’équipage et passagers du galion. Parmi les victimes figurait notamment le navigateur Bartolomé Garcia de Nodal (1574-1622), qui avait exploré la Terre de Feu et le passage de Drake en 1619, découvrant à cette occasion les îles Diego Rodriguez (à cent kilomètres au sud-ouest du cap Horn, elles sont longtemps demeurées le point le plus austral atteint par l’homme).

Marqué par ce mât encore debout, le site du naufrage est facile à repérer et une entreprise de renflouement est rapidement tentée. Mais les plongeurs en apnée ne parviennent pas à descendre aussi bas ou si peu qu’ils sont de toute manière incapables de percer la coque ou le pont. Alors qu’on s’active à chercher le matériel nécessaire à La Havane (cloches de plongée), un second ouragan touche la région et achève le délabrement de l’épave, abattant notamment le mât survivant. En dépit de leurs efforts, les autorités de Cuba ne parviendront plus à retrouver les restes de l’Atocha.

III. La redécouverte

Le souvenir de l’Atocha ne s’éteignit jamais complétement, mais gagna peu à peu le statut de mythe. Des copies du registre du navire et du procès-verbal constatant la perte du navire furent conservées aux Archives générales des Indes, à Séville, parmi des kilomètres de documents rapatriés de La Havane en 1898. En 1969, un des premiers plongeurs professionnels et chasseurs d’épaves, Mel Fischer (1922-1998), décide d’entreprendre la quête de cette épave légendaire. Il a alors à son actif la découverte des galions de la Flotte d’Or de 1715, coulés au large de Cap Canaveral. Mais sa nouvelle entreprise va lui prendre seize ans !

Après s’être fourvoyé du côté des Matacumbas Keys où la tradition locale plaçait à tort le naufrage, Fischer bénéficie des recherches de l’historien Eugène Lyon, qui retrouve dans les archives de Séville la position approximative du naufrage, au large des Marquesas Keys.

Bingo ! Avoir trouvé en 1973 les trois premiers lingots d’argent (dont les numéros d’inventaire, frappés dans le métal, coïncident bien avec le manifeste de l’Atocha) et une énorme ancre, les recherches vont les emmener, au fil des années, sur plusieurs kilomètres, une piste balisée par des découvertes ponctuelles, suivies de « blancs » : le chemin d’agonie du galion. L’une des principales étapes est la découverte d’une zone très riche de monnaies d’argent, bientôt rebaptisée « Banque d’Espagne ».

En 1975, ce sont les canons de bronze qui sont retrouvés par le fils aîné de Fischer, Dirk (qui, pris dans une tempête, perd la vie quelques semaines plus tard avec son épouse et un plongeur de l’équipe). En 1980, les restes de la Santa Margarita est découverte, avec une portion de sa cargaison précieuse, non récupérée à l’époque. Il faut attendre le 20 juillet 1985 pour que le site principal du naufrage de l’Atocha soit enfin localisé : les fouilleurs découvrent alors, selon leurs propres mots, un « récif de barres d’argent ». Parmi les découvertes, outre de somptueux bijoux en or et de nombreuses émeraudes,  figurent en premier lieu d’innombrables tas de « pièces de huit », jadis en sacs ou tonneaux, retrouvées soudées ensemble par l’oxydation et les concrétions.

Ces légendaires « pièces de huit [reales] » frappées à Potosi ou à Mexico pesaient une « onza », autrement dit 28 grammes : elles correspondaient au salaire mensuel d’un marin espagnol au début du XVIIe siècle. Leur principe de fabrication de ces « reales de plata », appelés « cobs », était grossier : on découpait les rondelles dans des barres d’argent plus ou moins cylindriques, puis les petites plaques de métal étaient frappées d’un grand coup de marteau entre deux coins (souvent usés). Le résultat était donc peu esthétique, mais la pureté du métal, elle, était grande : en général, 85 à 90 % (alors que les monnaies frappées en Espagne étaient de billon, titrant à moins de 50 %). Les presses à balanciers ne firent leur apparition dans ces ateliers coloniaux qu’en 1732 : les pièces produites prirent le nom de columnarios.

Les pièces de l’Atocha furent classées en 5 « grades », en fonction de leur état de conservation : le séjour dans l’eau de mer avait en effet rendu presque illisible les plus exposées aux courants et à la salinité. Les mieux conservées étaient celles des milieux de sac, isolées de l’environnement marin par les couches supérieures de monnaies et une gangue de concrétions. A la découverte, ces monnaies ressemblaient à des rondelles irrégulières noirâtres ; il fallut leur appliquer des procédés de nettoyage électrolytique pour éliminer les impuretés (ce qui élimina malheureusement aussi toute patine).

Chaque monnaie était accompagnée d’un petit certificat donnant son numéro d’inventaire, ainsi que l’année et le lieu de sa découverte. Ainsi, ma pièce de huit « grade 1 » provient-elle de l’épave principale découverte en 1985, secteur de fouille #292. Frappée en 1619 à Potosi à partir de l’argent des mines boliviennes, elle pèse 26,6 grammes, soit un peu moins que le poids théorique officiel. L’avers s’orne des grandes et complexes armoiries couronnées du roi Philippe III d’Espagne ; on trouve à l’avers, dans un espace quadrilobé, les armes écartelées de Castille et de Léon.

Voilà un “bout d’histoire” que je n’ai pas tenu dans mes mains sans un vrai frisson et une immense émotion !

Nicolas Ducimetière

————————–

NOTE

[1] Les quatre compagnons d’infortune de l’Atocha vont tous faire naufrage corps et biens. La Rosario sera retrouvée peu après, coulée en eaux peu profondes : sa cargaison pourra être récupérée. Il faudra attendre 1626 pour que la Santa Margarita soit repérée ; là encore, son contenu sera, au fil des années, renfloué.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (15) : LE LIVRE QUI A CHANGÉ MA VIE

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (15)


LE LIVRE QUI A CHANGÉ MA VIE : LES POESIES D’EXPILLY (1596)

En mémoire de Jean Paul Barbier-Mueller (1930-2016)[1]

Nous avons tous connu des moments tournants dans notre existence, des instants où tout bascule, sans d’ailleurs qu’on le sache ou comprenne immédiatement, les conséquences ne se faisant sentir qu’à plus ou moins long terme. Certains nous demeurent à jamais inconnus ; d’autres, en revanche, sont parfaitement identifiables et leurs conséquences, calculables : ces jours que l’on dit « à marquer d’une pierre blanche ». A titre personnel, l’un de ces moments charnières a été provoqué (mais est-ce une surprise ?) par un livre, et c’est ce volume, cet exemplaire que je veux vous présenter aujourd’hui.

I. Un livre auquel je dois tout

L’impact personnel, je le décrirai en quelques mots. Le 13 juin 2003, vers la fin de mes études, je reçois au domicile de mes parents, près de Douvaine, le catalogue de la librairie « La Bouquinerie », sise dans le centre-ville de Grenoble, juste à côté du lycée Champollion.

015-labouquinerie

Durant mes années d’hypokhâgne-khâgne, j’y avais passé bien des heures, après-midis et soirées, glanant au fil des années quelques très beaux livres, avec de très sympathiques et érudites conversations avec les amis François et Martine Gaspari. Or donc, ce catalogue « Choix de livres » présentait, sous le n° 95, une notice qui me fit sauter le cœur.

notice-expilly-gaspari

Il s’agissait ni plus ni moins que d’un exemplaire des Poésies de Claude Expilly (1596), un ouvrage fort rare que je connaissais par le catalogue Ma bibliothèque poétique de Jean Paul Barbier-Mueller, offert par mes parents durant mon adolescence. Ni une, ni deux, je réserve le livre par téléphone, saute dans ma voiture et fais l’aller-retour jusqu’à Grenoble, payant le livre d’un mois de pension paternelle (sans doute le meilleur investissement jamais fait !).

Profitant des vacances pour étudier le livre et son histoire sous toutes les coutures, je me paye le culot d’écrire à Jean Paul Barbier-Mueller le 13 juillet suivant, répondant ainsi à l’invitation qu’il avait faite, dix ans plus tôt, dans la préface d’un des tomes de son catalogue bibliographique, aux jeunes chercheurs et collectionneurs. Quelques jours plus tard, il me répond très aimablement de sa retraite estivale, m’expliquant que c’est la première fois que cette invitation trouvait un écho ! Nous convenons d’un rendez-vous pour comparer nos exemplaires, ce qui advient finalement le 17 septembre 2003, lors d’une communion mémorable autour des livres poétiques Renaissance de sa prodigieuse collection. Avec son immense et coutumière générosité, il me fait alors cadeau d’une des quatre lettres autographes d’Expilly en sa possession, m’expliquant avec humour pouvoir « très bien vivre avec seulement trois lettres » du poète ! Six mois plus tard, alors que je prépare l’agrégation d’histoire, sa secrétaire personnelle me téléphone et me propose le poste de conservateur de la bibliothèque, alors vacant, pour le 1er août 2004. De là, près de 10 ans au Musée Barbier-Mueller, avec de nombreux challenges (l’exposition Mignonne, allons voir…, les recherches en vue du Dictionnaire des poètes du XVIe siècle, etc.), puis, dans la lignée directe, mon poste à la Fondation Bodmer. Et, last but not least, la rencontre de ma femme Ella (qui travaillait alors comme « petite main » au Musée Barbier-Mueller pour payer ses études) et, par voie de conséquence, la naissance de nos enfants Sophie et Alexis. Bref, du seul achat de ce livre (que j’aurai pu rater en recevant le catalogue en retard ou en étant le deuxième à décrocher mon téléphone : j’en tremble rétrospectivement !) découle donc toute une série de rencontres favorables et d’opportunités extraordinaires. On comprendra que Claude Expilly occupe une place particulière dans ma collection !

II. Claude Expilly, magistrat et poète grenoblois

Issu d’une famille de la petite noblesse dauphinoise, Claude Expilly (Voiron, 1561 – Grenoble, 1636) mena ses études à Paris, au collège de Tournon, avant de se fréquenter les universités de Turin, puis Padoue, où il rencontra l’humaniste et poète Sperone Speroni, qui l’initia « à la galanterie des Muses » (autrement dit aux vers). Il obtint son doctorat en droit à l’université de Bourges en 1583. Il entra dans la carrière juridique comme avocat au Parlement de Grenoble, où il se distingua par ses brillants plaidoyers. Il soutint un temps le parti de la Ligue, mais se rallia, après la victoire remportée par les Royaux à Pontcharra le 18 septembre 1591, à la cause d’Henri IV et à son représentant dauphinois, le duc de Lesdiguières. Le monarque lui confia plusieurs missions de confiance et le nomma conseiller d’Etat. Outre ses remarquables travaux de juriste, Expilly fut aussi un poète remarqué. Il fut finalement nommé conseiller au Parlement de Grenoble, avocat-général en 1604, puis président de cette cours, une fonction qu’il occupa de 1616 à 1629.

015-portrait-de-claude-expilly
Portrait de Claude Expilly (dans “Les Poëmes”, 1596)

Les autographes de Claude Expilly semblent très rares sur le marché. Jean Paul Barbier-Mueller avait donc eu la bonne fortune d’en acheter un lot dans les années 1980. Il en reproduisit une dans Ma Bibliothèque poétique, afin d’illustrer la notice consacrée à Expilly. Lors de notre première rencontre, il m’avait fait le magnifique cadeau de celle reproduite ci-dessous ; généreuse récidive quelques années plus tard, quand une autre de ces lettres fut, de la même manière, offerte à un autre possesseur genevois de l’édition de 1596.

expilly-las
Claude Expilly, lettre autographe signée au comte de Maugeron (représentant du roi en Dauphiné), Vizile, 30 septembre 1604.

 III. Les Poëmes de 1596 : un livre connu à seize exemplaires

En 1596, Claude Expilly, alors âgé de 35 ans et procureur général de la Cour des Comptes de Dauphiné, se rendit à Paris où il représenta les deux premiers ordres de sa province au fameux « procès des tailles ». Il profita de ce séjour pour faire éditer ses poésies chez le meilleur imprimeur de la capitale, en un tirage « à compte d’auteur », par principe limité.

img_6691
Titre de la première partie des “Poëmes” de 1596

titre-seconde-partie-1596
Titre de la seconde partie des “Poëmes” de 1596

Le recueil se divisait donc en deux sections, chacune ornée d’une page de titre gravée et d’un frontispice, la première (dédiée à Gabrielle d’Estrées, marquise de Monceau, la toute-puissante maîtresse du roi) regroupant des vers amoureux, la seconde (offerte à François de Bonne, duc de Lesdiguières) des poèmes de circonstance (dont certains poèmes célébrant les victoires du parti royaliste en Dauphiné), le tout dans une veine néo-pétrarquiste de bon aloi.

portrait-gabrielle-destree
Portrait de Gabrielle d’Estrées (dans “Les Poëmes”, 1596)

Certains exemplaires furent offerts directement par Expilly à des amis. Deux volumes contiennent ainsi un ex-dono daté de Paris, le 7 juillet 1596, soit un peu plus d’un mois après l’achevé d’imprimé (daté du 1er juin). L’un était destiné à un membre de la famille de Revol (mentions : « Monsieur d’Expilly m’a fait present de ce sien livre (…) juillet [sic] 1596 » et « J’ay ce livre en don de Monsieur d’Expilly, auteur d’iceluy, le septiesme julliet [sic] 1596, Revol »[2]) ; l’autre au fameux érudit et historien bordelais Bernard de Girard du Haillan (mention « Du don de l’Autheur au Sr. Du Haillan, faict à Paris le Viie de juillet 1596 »).

expillyrennes003

Sans doute ces parlementaires étaient-ils également partie prenante du « procès des tailles ». Quelques exemplaires semblent avoir été revêtus d’une reliure de vélin souple doré, avec couronne de feuillages au centre des plats, un ensemble qui fut peut-être une commande de l’auteur à quelque atelier parisien : on en connaît encore au moins cinq exemplaires[3].

On peut donc retrouver la trace de dix-huit exemplaires, dont deux disparus de longue date : l’un figurait dans le catalogue de la bibliothèque du baron Georges von Hohendorf (vendue à Leyde en 1720[4]) et n’est plus localisé ; l’autre appartenait aux fonds de la bibliothèque municipale d’Arras[5] et a disparu lors d’un bombardement allemand en juillet 1915. Parmi les seize autres connus, dix sont incomplets de l’un ou l’autre portrait, titre gravé ou feuillet de dédicace. Voici leur pedigree tel que j’ai pu le reconstituer. Six sont en mains privées :

  1. Exemplaire Jean Paul Barbier-Mueller (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Complet des deux portraits gravés (portrait d’Expilly provenant d’un autre exemplaire) et des deux titres gravés. Provenance : [ex-dono sans mention du destinataire] ; comte de Fresnes (vente Paris, 1893) ; baron Roger Portalis (vente Paris, 1913).
  2. Exemplaire Jean Bonna (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : De Bazemont (signature au titre) ; Librairie Valette (Paris, Foire du livre 1991).
  3. Exemplaire F.L. (Paris). Vélin souple (reliure de l’époque). Complet des deux portraits et des deux titres gravés.
  4. Exemplaire Nicolas Ducimetière 1 (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Incomplet du portrait d’Expilly et du premier titre gravé. Provenance : E./B. (monogrammes EE et BB dorés aux plats : à noter que Claude Expilly avait épousé une certaine Isabeau de Bonneton en 1569…) ; Devinay (Annonay, 1663) (ex-libris ms.) ; Librairie « La Bouquinerie » (Grenoble, cat. juin 2003, n° 95).
  5. Exemplaire Nicolas Ducimetière 2 (Genève). Reliure maroquin bleu orné (Hardy-Mennil). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrées et de la dédicace à la même. Provenance : Michel Vieusseux fils (ex-libris ms., XVIIIe) ; Henri Bordes (Bordeaux) (ex-libris ; cat. 1ère vente, fév. 1873, n°248) ; Ambroise Firmin-Didot (Paris) (ex-libris ; cat. 1ère vente, 1878, n° 351) ; Eugène Chaper (Grenoble) (ex-libris) ; Librairie Maggs Bros. (Londres, cat. 484 « French books from 1470 to 1700 », Noël 1926, n° 290 a, 45 £ ; Paris, cat. 9 « La Bibliothèque d’un humaniste », 1935, n° 190, pl. IX, 2500 frs.) ; Auguste Garnier (ex-libris ; pas au catalogue de sa vente de 1978) ; Librairie des Argonautes (Paris, juin 2010).
  6. Exemplaire Génard/Couturier de Royas (non localisé). Reliure maroquin bleu orné (Thibaron-Joly). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrée. Provenance : Génard (Grenoble) (vente Paris, 1882, n° 189) ; Couturier de Royas (Grenoble) ; Librairie Maggs (Londres, cat. 484 « French books from 1470 to 1700 », 1926, n° 290, pl. XXXIV ; Paris, cat. 9 « Bibliothèque d’un humaniste », 1935, n° 189).

Les dix exemplaires en institutions publiques sont donc les suivants :

  1. Bibliothèque nationale de France (Paris) (cote : Rés.-Ye-174)[6]. Demi-reliure XIXe siècle. Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : marquis de Courtanvaux (XVIIIe) ; Bibliothèque royale du château de Compiègne. Consultable sur « Gallica ».
  2. Bibliothèque de l’Arsenal (Paris) (cote : 4°-BL-2924). Reliure veau marbré orné XVIIIe siècle. Incomplet des deux portraits, du second titre gravé et de la dédicace à Lesdiguières (pp. 111-112). Provenance : famille Bigot (Rouen, XVIIe-XVIIIe) ; duc de La Vallière (vente 1785, n° 13048) ; marquis de Paulmy ; comte d’Artois.
  3. Bibliothèque municipale de Grenoble (cote : Fonds dauphinois, V.1385). Reliure maroquin marron orné (Fraeuly). Incomplet des deux portraits et de la dédicace à Gabrielle d’Estrée.
  4. Bibliothèque municipale de Digne (cote : Rés. 94). Cartonnage fort en papier crème (reliure d’époque ?). Incomplet des deux portraits. Provenance : [couvent des Minimes de Mane ?] ; entrée dans les collections de la BM avant 1856.
  5. Bibliothèque municipale de Rennes (cote : 15063 Rés. 16e siècle). Reliure de vélin souple doré (reliure de l’époque). Incomplet du portrait d’Expilly. Provenance : François de Revol (ex-dono) ; famille de Revol ; [collège des Jésuites de Rennes ?].
  6. Bibliothèque municipale de Bordeaux (cote : B.1226 Rés.). Reliure de basane brune (reliure du XVIIe siècle). Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : Bernard Girard du Haillan (ex-dono) ; [Académie royale de Bordeaux ?].
  7. Bayerische Staatsbibliothek (Munich) (cote : res 4.P.o.gall.46). Reliure de parchemin rigide (reliure du XVIIe siècle). Incomplet du second titre gravé. Provenance : prince-électeur Karl-Theodor von der Pflaz (super-libris, château de Mannheim) ; Bibliothèque du château de Munich à partir de 1803-1804.
  8. British Library (Londres) (cote : 640.k.7). Reliure moderne. Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : Royal Library (acquisition XVIIe?) ; British Museum (versé en 1753).
  9. Biblioteca nazionale centrale Vittorio-Emanuele II (Rome) (cote : 6.7.K.8). Reliure de veau rouge orné (reliure fin XVIIe ou début XVIIIe siècle). Incomplet du portrait d’Expilly et du second titre gravé.
  10. University of Virginia library (Charlottesville, USA) (cote : Gordon.1596.E86). Reliure de maroquin rouge orné (Lortic). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrée. Provenance : Adrien Lebeuf de Montgermont (cat. vente, mars 1876, n° 371) ; Eugène Chaper (Grenoble) (attesté par un notice de Gariel en 1878) ; G. de Béréa (Genève) (provenance attestée par la notice manuscrite écrite par M. Gordon dans son catalogue, mais le livre ne figure pas au catalogue de la vente de Béréa, salle Kündig, Genève, 26 juin 1947) ; Librairie Nicolas Rauch (Genève) (présenté sous le n°132 du cat. 4, “Beaux-livres”, 1952, n° 132, 1000 CHF) ; Douglas H. Gordon (Baltimore, Maryland, USA) (acheté à la librairie Rauch, noté dans son catalogue manuscrit sous le n°287) ; Bibibliothèque de l’University of Virginia (Charlottesville, Virginia, USA), fonds Gordon (légué fin 1986).

Certains exemplaires (Barbier-Mueller, Ducimetière 1, F.L.) comportent d’assez nombreuses corrections manuscrites (jusqu’à une trentaine), reprenant en partie le contenu des errata de la p. 215 ou s’ajoutant à cette liste. Il faut par ailleurs relever une petite particularité de tirage : suivant les exemplaires, la page 189 peut se rencontrer chiffrée « 891 » (marque d’un tirage antérieur de ce cahier ?) ou « 189 » (version corrigée ?).

img_6693N° 750 – Petit in-4°, de VIII ff., 106 pp., I f. et 216 pp.. Reliure de vélin souple doré, dos lisse orné de filets et de fleurs de lys dorés, plats encadrés d’un mince double filet doré, couronne de lauriers centrale à chiffres entrelacés, tranches dorées (reliure de l’époque). Texte réglé à l’encre brune. Corrections manuscrites ; nombreux essais de plume et croquis d’époque. Exemplaire à toutes marges, aussi grand que l’exemplaire Barbier-Mueller (239mm). Incomplet du premier titre gravé et du portrait d’Expilly, vélin racorni et coutures faibles. Provenance : cf. recensement ci-dessus.

img_6700N° 1000 – Petit in-4°, de [2] ff., 106 et 216 pp. Reliure de maroquin bleu foncé, dos à nerfs orné aux petits fers, filets dorés sur les coupes, riche dentelle intérieure, tranches dorées sur marbrures (Hardy-Mennil). Provenance : cf. recensement ci-dessus.

img_6690

Bibliographie : Jean Paul Barbier-Mueller, Ma Bibliothèque Poétique, tome IV-2, Genève, Droz, 2001, pp. 185-198 ; Nicolas Ducimetière, Mignonne, allons voir… Fleurons de la bibliothèque poétique de Jean Paul Barbier-Mueller, Hazan, 2007, n° 88 ; Jean Balsamo et Michel Simonin, Abel L’Angelier et Françoise de Louvain…, n° 268.

IV. Les Poëmes de 1624 : une belle édition grenobloise

Vingt-huit ans après l’édition originale parue à Paris en 1596, Claude Expilly, devenu premier président du Parlement du Dauphiné, livra, mais cette fois chez un imprimeur grenoblois, le plus talentueux d’alors, Pierre Verdier, une nouvelle édition de ses poèmes, considérablement augmentée, notamment par une troisième partie inédite, dédiée au cardinal de Richelieu, alors au sommet de sa puissance. Cette nouvelle édition comporte aussi la première édition du Supplément à la vie de Bayard, étude historique reprise en 1650 dans la Vie de Bayard éditée par le libraire grenoblois Jean Nicolas. Le volume est l’un des seuls in-quarto produits par Verdier qui utilisa une typographie très réussie et agréable.

titre-poemes-1624
Page de titre de l’édition grenobloise de 1624

Expilly voulut employer, en vain, son orthographe réformée, un projet lui tenant beaucoup à cœur (il avait publié à Lyon, en 1618, un in-folio très rare intitulé « L’Orthographe françoise selon la prononciation de notre langue »). Dans une note à la fin de ces Poëmes de 1624, il dit être « marry que l’orthografe moderne que j’ay voulu suivre, n’ait été exactement observée an cete impression, mêmes aux androis où j’ay retranché les S. qui ne se prononsent point, & an ceux où les E. se pronsent an A ». La page de titre est ornée des armes au coq de Claude Expilly, gravées sur bois. A la page 459, comme dans la majorité des exemplaires, on note une correction à l’encre de la main même d’Expilly. Cet exemplaire appartient au tirage dit “A”, comme identifié par Jean Paul Barbier-Mueller.

N° 751 – In-4°, de (4) ff., 461 pp. et (5) pp. Reliure de vélin ivoire souple à rabats, dos lisse portant le titre calligraphié, tranches poncées (reliure pastiche dans le goût du XVIIe siècle, atelier Burckhart, automne 2003). La reliure d’origine était aussi en parchemin souple, avec titre maladroitement inscrit à l’encre au dos. Son état médiocre (manques, déreliages) a motivé son remplacement. Exemplaire grand de marges, sur papier fort. Provenance : P. Delouley (ex-dono manuscrit : “Ce livre m’a esté donné par Monsr. D’Expilly, à Grenoble, le 25e Mars 1633”) ; Jacques de Blesson (né en 1902, diplomate, ambassadeur de France en Irlande en 1955-1960, en Suède, etc., époux de Georgette Monier de La Sizeranne) (ex-libris héraldique gravé) ; famille Monier de La Sizeranne (cat. vente de la bibliothèque Monier de La Sizeranne, Paris, Drouot, 13 juin 2003, n° 316).

ex-libris-jacques-de-blessons

Bibliographie : J.P. Barbier-Mueller, Ma Bibliothèque poétique, tome IV-2, pp. 200-210 ; E. Maignien, Imprimerie… à Grenoble…, n° 142 ; BM de Grenoble, exposition Sommets de la bibliophilie dauphinoise, Grenoble, 1992, p. 47, n° 32b.

V. Autres œuvres d’Expilly : le juriste et l’historien

Fidèle à la maison L’Angelier, Expilly employa les services du libraire parisien pour mettre au jour sa production juridique. Editée en 1608, avec une dédicace adressée au chancelier de Sillery, la première édition de ses fameux Pladoyez en réussissait une série de vingt-cinq, accompagnés de « quelques arrests & reglemens notables dudict Parlement de Grenoble »[7]. Tout au long du XVIIe siècle se succéderont les rééditions : 1612 (Paris, Veuve Abel L’Angelier), 1619 (id.), 1628 et 1631 (Lyon, Rigaud), 1636 (Lyon, Durand), 1656 (Lyon, Radisson), etc.[8].

Quatrième édition des “Plaidoyez” d’Expilly (Lyon, Rigaud, 1628). Inv. 2233.

Mais Expilly mena aussi une carrière d’historien, s’attachant à parfaire la biographie d’une grande figure du Dauphiné : Pierre du Terrail (v. 1475-1524), dit « le chevalier Bayard »[9]. Une Très joyeuse, plaisante & récréative histoire du chevalier sans paour et sans reproches avait paru pour la première fois en 1527 chez Galliot Dupré : signée « Le Loyal Serviteur », elle est en général attribuée à Jacques de Mailles, le secrétaire personnel de Bayard. Une nouvelle biographie vit ensuite le jour en 1558 sous la plume de Symphorien Champier. Dans la troisième partie (inédite) de ses Poëmes de 1624, Expilly avait consacré un « Supplément à l’histoire du chevalier Bayard » (pp. 370-417), suivi d’un court « tombeau » poétique. On retrouve ces recherches dans le présent ouvrage, une réédition de la biographie (peu critique à l’origine) du « Loyal serviteur », mais augmentée des notes et commentaires de Théodore Godefroy, ainsi que des interventions de « Louis Videl » (en fait, le président de Boissieu) et d’Expilly. Le fameux libraire grenoblois Nicolas, maître-d’œuvre du livre, avait sollicité l’imprimeur Frémon pour cette première édition strictement dauphinoise de la vie de Bayard : l’ouvrage parut donc en 1650, l’édition de 1651 n’ayant que le titre rafraîchi.

vie-de-bayard1N°752 – Histoire du chevalier Bayard…, Grenoble, Jean Nicolas, 1651.  Petit in-8°, de 480-123 pp. Reliure de maroquin rouge ancien, dos à nerfs orné de fleurons dorés, plats décorés “à la Du Seuil”, tranches dorées (reliure de l’époque). Très grande fraîcheur intérieure.

img_6701

Provenance : Docteur André Dénier (ex-libris ; catalogue Suite de l’importante bibliothèque de M. A…, bibliophile dauphinois [4e vente Dénier], Grenoble, 25 mai 2003, n° 232 : « Maroquin vieux rouge, dos à nerfs orné, encadrements sur les plats, toutes tranches dorées. Reliure ancienne. Edition de 1650, avec une page de titre datée 1651 »).

ex-libris-denier

Bibliographie : Ed. Maignien, Imprimerie… à Grenoble…, n° 332 ; Brunet, Manuel du libraire…, tome III, col. 183 ; catalogue Les Sommets de la bibliophilie dauphinoise (BM de Grenoble, novembre 1992-janvier 1993), p.24, n° 12.

VI. Postérité : Expilly et ses biographes

Neveu de Claude Expilly,  Antoine Boniel de Catilhon était conseiller du roi et membre de la Chambre des Comptes de Dauphiné. Il rendit hommage à son oncle (mort en 1636), grande figure du monde parlementaire grenoblois, dans cette très laudative et peu critique biographie, texte toutefois scrupuleux dans son récit et plein d’anecdotes vivantes. Orné d’un portrait d’Expilly sur la fin de sa vie, cet ouvrage a manifestement été doté d’une « reliure éditeur » : j’ai croisé plusieurs exemplaires portant une vêture en tous points identiques à celle-ci, que ce soit en fonds publics, collections privées (exemplaire Barbier-Mueller) ou librairies d’anciens.

img_6706N° 858 – Antoine Boniel de Catilhon, La Vie de Messire Claude Expilly…, Grenoble, Philippe Charvys, 1660. Petit in-4°, de 166 pp. Reliure de basane marron, dos muet à quatre nerfs, plats encadrées d’un filet doré, sur les plats, tranches mouchetées (reliure de l’époque). Etiquettes de cote manuscrite et imprimée. Légères restaurations en queue (Burckhart). Bien complet de la gravure à l’eau-forte représentant Claude Expilly, après la page de titre. Provenance : Librairie « Le Bouquiniste » – François Perrin (Grenoble) (août 2001).

img_6705Bibliographie : Brunet, Manuel du libraire, volume II, col. 1136 (article « Expilly » : « On a une vie de Cl. Expilly écrite par Ant. Boniel de Cathillon, son neveu, Grenoble, Charvys, 1660, in-4° ») ; Maignien, Imprimerie et imprimeurs à Grenoble, pp. 178-179, n° 412 (fait remarquer la biographie en latin d’Expilly, tirée de l’œuvre de Jacques Philippes Tomasin, évêque de Cita-Nova, les Eloges des hommes illustres [ici, pp. 147-166]).

img_6707

La figure d’Expilly devait connaître un regain d’intérêt à compter du début du XIXe siècle, lorsqu’un professeur et historien local, Jean-Claude Martin, lui consacra une nouvelle biographie, en grande partie nourrie de celle de Boniel de Catilhon.

img_6703

N° XXX – Jean-Claude Martin, Histoire et vie de Claude Expilly, chevalier, conseiller du roi en son conseil d’Etat, et président du, parlement de Grenoble; avec notes, Grenoble, Imprimerie de Peyronard, 1803. Demi-reliure de veau bleu foncé, dos lisse, titre doré en long, non rogné (Burckhart).

img_6704

A la fin du siècle, c’est un magistrat et érudit savoyard, François Mugnier, conseiller-doyen de la Cour d’appel de Chambéry (et à ce titre lointain successeur d’Expilly), qui s’intéressa au cas du poète grenoblois, dont il donna une courte et assez rare bio-bibliographie en 1892, abordant notamment « ses oeuvres, ses portraits, ses médailles », pour reprendre le sous-titre.

François Mugnier, “Claude Expilly, président au conseil de Chambéry et au Parlement de Grenoble”, Chambéry, Imprimerie Ménard, 1892. Collection ND

Enfin, tout récemment, on notera les travaux d’Alessandra Preda, maître de conférences à l’Université de Milan, qui a livré une série d’articles passionnants sur l’auteur grenoblois :

  • « Le poète correcteur de ses œuvres : les deux éditions des poèmes de Claude Expilly », dans D’un siècle à l’autre : littérature et société (1590-1610), sous la direction de Philippe Desan et Giovanni Dotoli, Fasano, Schena Editore et Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2001, pp. 153-188.
  • « Montaigne et Claude Expilly », dans Montaigne Studies, vol. XIII, nos. 1-2 (« La Famiglia de Montaigne »), 2001, p. 200
  • « Tra Tasso e Montaigne : il petrarchismo di Claude Expilly », dans Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, études réunies par Jean Balsamo, coll. « Textes et Travaux de la Fondation Barbier-Mueller », Genève, Droz, 2004, pp. 429-443.

Quatorze ans plus tard, je rencontre à nouveau Expilly au détour d’un nouveau projet : ma thèse sur la poésie politique durant la huitième Guerre de Religion. Ses vers sur la bataille de Pontcharra ou le siège du château des Echelles y trouveront leur place naturelle, comme l’un des principaux chantres de la cause royale en terre alpine : l’histoire entre nous deux va donc encore se poursuivre un moment ! 🙂

Nicolas Ducimetière

Janvier 2017

img_6696img_6698

Essais de plume et croquis dans mon exemplaire 1 de l’édition 1596.


NOTES

[1] Cette chronique était déjà en grande partie écrite il y a plusieurs semaines, lorsque survint, le 22 décembre 2016, la disparition de mon mentor Jean Paul Barbier-Mueller, jadis rencontré autour et grâce au livre en question.

[2] Une pièce funèbre des Poëmes de 1596 (p. 201) était consacrée au trépas de Louis de Revol (1531-1594), nommé secrétaire d’Etat au département de la guerre en 1588 et qui avait rempli ensuite de nombreuses missions pour Henri IV. C’est à son neveu, François de Revol, seigneur de La Ramoillière, qu’Expilly offrit son livre en 1596.

[3] Exemplaires Barbier-Mueller / Bonna / Ducimetière 1 / Bibliothèque municipale de Rennes / collection F.L..

[4] Aimablement signalé par Jean Balsamo (communication personnelle, mars 2010).

[5] A. Wicquot, Catalogue méthodique de la Bibliothèque communale d’Arras, Reims, 1889, tome IV (“Belles-Lettres”), n° 1745

[6] Contient « deux séries de cahiers d’une impression différente, postérieure à 1603 ». Il s’agit tout d’abord de 31 pp. insérées entre les deux parties et constituées des « Stances pour Eriphyle » et des « Mascarades », pièces inédites prises dans l’édition de 1624 (pp. 109-123 et 152-168), et, in-fine, du « Tombeau de Laurent de Galles » (pas inédit) et du « Discours à M. de Morges » (inédit) (pp. 307-309 et 243-256 de l’édition de 1624).

[7] J. Balsamo et M. Simonin, op. cit., n° 465.

[8] Voir Edmond Maignien, Bibliographie des plaidoyers de Claude Expilly…, Grenoble, Allier, 1913.

[9] Pierre du Terrail naquit vers 1475 au château de Bayard, en Dauphiné. Attaché au duc de Savoie, puis à Charles VIII, le page se distingua par ses talents guerriers lors des guerres d’Italie : il devint le meilleur capitaine de son temps, notamment à Marignan, François Ier lui demandant de l’adouber chevalier après la bataille. Parangon de la chevalerie, on le voit en 1523, à Grenoble, soigner des malades de la peste ou chasser du Dauphiné des bandes de pillards. Il tomba en couvrant la retraite de ses troupes après la défaite de Biagrasso, frappé par un coup d’arquebuse (30 avril 1524). Ses funérailles se dérouleront en grande pompe à Grenoble, puis il sera inhumé au couvent des Minimes de Saint-Martin d’Hères (son tombeau, violé en 1562, est ici décrit en détails aux pages 105-121).


AJOUT (juin 2018)

Ayant croisé il y a quelques jours un exemplaire de la Vie d’Expilly en reliure d’époque chez mes amis Gaspari, je souhaitais faire ce léger additif pour signaler que cette biographie par Boniel de Catilhon forme un exemple intéressant de “reliure éditeur” du XVIIe siècle. En effet, tous les exemplaires que j’ai pu croiser en une quinzaine d’années portaient tous la même reliure assez modeste de basane, avec dos à nerfs muet souligné de filets et encadrement de filets simples sur les plats. En voici deux exemples à comparer avec mon exemplaire :

Exemplaire de la “Vie d’Expilly” vu à la librairie “La Bouquinerie” de Grenoble, juin 2018

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (9) : POUR ENTRER DANS “LES CARACTERES”, PRENEZ LES CLEFS…

IPOUR ENTRER DANS LES CARACTERES, PRENEZ LES CLEFS…

Précepteur du (très) turbulent petit-fils du Grand Condé, Jean de La Bruyère (1645-1696), moitié gentilhomme moitié domestique, avait longtemps été confronté à la proximité des grands et à l’atmosphère empoisonnée de la Cour : il y avait de quoi perdre toute illusion sur la nature humaine ! Aussi chercha-t-il le réconfort, ou au moins une philosophie de vie, chez les moralistes antiques, en premier lieu le Grec Théophraste. En traduisant l’œuvre de ce philosophe élève d’Aristote, La Bruyère fut tenté de poursuivre l’entreprise en analysant à son tour les vices et travers de son époque : composant des portraits moraux généraux ou pris « d’après nature » sur ses contemporains, il ébaucha ainsi le recueil connu sous le titre Les Caractères, ou les Mœurs de ce Siècle. Si la première mention du livre se rencontre dans une lettre de Boileau à Racine en 1687, le projet remontait sans doute au début des années 1670.

La première édition des Caractères vit le jour chez Etienne Michallet en mai 1688. A la traduction de Théophraste était ajoutée une suite, anonyme, de 418 maximes ou « caractères ». Le succès fut immédiat : le livre aurait été épuisé en quinze jours et il fallut donner deux nouvelles éditions dans la même année pour satisfaire le public.

09-LB2
Exemplaire de la deuxième édition (Paris, Michallet, 1688)

Pendant les huit années qui lui restaient à vivre, La Bruyère travailla à l’augmentation de son texte : des 418 « caractères » initiaux (1688), on atteignit, à terme, les 1’120 dans la neuvième édition (1696), posthume, mais encore « revue et corrigée » par l’auteur (et tout aussi anonyme que les précédentes). A part les deuxième et troisième édition, toutes les autres contenaient des ajouts plus ou moins importants, ainsi que des corrections aux textes déjà existants. La quatrième édition reçut ainsi 306 nouveaux caractères ; la cinquième, 141 ; la sixième, 77 (dont ceux du Distrait ou d’Onuphre, ainsi que le portrait de La Fontaine) ; etc. Réunir les neuf “éditions originales” de La Bruyère est donc un challenge des plus tentants pour le bibliophile amoureux du Grand Siècle, sans compter que des subtilités de tirage (par exemple, des passages modifiés en cours d’impression, d’où l’existence de “cartons” correctifs) viennent encore pimenter la recherche… Me manquent encore la première édition (notoirement rare et recherchée, d’où grosse cote) et la troisième (peu banale, elle aussi). A partir de l’importante quatrième édition (un très bel exemplaire dans un beau maroquin rouge du relieur Canape), ma série est ensuite complète, le plus souvent en reliure d’époque, en veau ou basane.

09-LB409-LB509-LB609-LB7 (3)09-LB809-LB9

Exemplaires des quatrième (1689), cinquième (1690), sixième (1691), septième (1692), huitième (1694) et neuvième (1696) éditions des Caractères, toutes anonymes et toutes sorties des presses d’Etienne Michallet, premier imprimeur du roi


Fin observateur de son époque, La Bruyère excella (surtout à partir de la quatrième édition) dans la confection de portraits brossés d’après nature, mais où la satire se trouve souvent teintée d’une indulgence amusée. Aussi, dans les cercles lettrés parisiens, chacun s’amusait à tenter de retrouver l’original derrière les masques de fantaisie : on croyait reconnaître, par exemple, Fontenelle ou Perrault dans Cydias, le bel esprit pédant. Ces cogitations se concrétisèrent vite sous la forme de « clefs » (simples noms ou petites notices éclaircissant le contexte d’une anecdote), compilées dans de minces recueils manuscrits ou plus généralement portées par les lecteurs dans la marge de leur exemplaire. Dans le présent extrait, tiré d’un exemplaire annoté de la septième édition (1691, provenance marquis de Gaillon) , on voit quelques dom juans et grandes dames légères être cités nommément dans les marges du chapitre « Des Femmes ».

09-LB6 (5)

Quant aux notes portées dans cet exemplaire de la dixième édition (1699), elles se rapportent à des artistes en vogue, à un dandy anglais et à un prélat avide d’honneurs. L’identification de ce dernier fut d’ailleurs corrigée : on pensa d’abord y voir un portrait de Bossuet (en raison du prénom Bénigne), c’était en réalité le cardinal Le Camus.

09-LB10-3

Diverses traditions (les plus célèbres étant la « Clef de 1693 » et la « Clef Cochin ») coexistèrent, présentant des variantes parfois importantes. Les développements explicatifs demandaient parfois plus de place que les marges des éditions ne pouvaient en fournir : on élabora donc des manuscrits séparés compilant de véritables notes critiques. Les plus élaborés se référaient, comme c’est le cas de ce manuscrit, à la huitième édition ou à la neuvième et dernière, révisée par La Bruyère juste avant sa mort en 1696. Dans le passage ci-dessous, concernant le chapitre « Des ouvrages de l’esprit », on lit différentes remarques impliquant les noms de Perrault, Boursault, Boileau ou Molière.

09-LB ms.
Recueil manuscrit de “clefs” des Caractères. De format in-4°, il s’appuye sur la huitième édition (1694), mais a sans doute été calligraphié peu après 1696 : un curieux avant-propos évoque en effet la mort de La Bruyère, survenue “sine veneni supsicio”.

 

Arriva enfin une version imprimée : cette nouvelle « Clef » (souvent fantaisiste d’ailleurs dans ses identifications) vit le jour sous la forme d’un petit fascicule séparé, destiné à être joint à une contrefaçon bruxelloise des Caractères parue en 1697. D’autres versions devaient ensuite apparaître, d’abord sous forme de minces plaquettes placées à la suite de certaines éditions pirates françaises usurpant le nom de Michallet, puis sous forme de manchettes dans les premières éditions commentées du XVIIIe siècle (notamment celle donnée par Coste en 1731, rééditée tout au long du siècle).

DSC00625
Photo de famille : “bimbos” en reliures de maroquin bibliophilique XIXe ou de veau d’époque, “ancêtres” aux basanes demandant un lifting !

Avant de quitter La Bruyère, une remarque sur certaines reliures d’époque recouvrant Les Caractères. Un nombre non négligeable d’exemplaires comporte, en queue, une frise alternant dauphins couronnés et fleurs de lys. Ce décor, trop souvent présenté comme en rapport avec le Grand Dauphin, semble en réalité être assez commun. Mais sa fréquence sur les reliures recouvrant le livre de La Bruyère est tout de même étonnante. Les catalogues d’enchères ou de libraires, anciens ou récents, en présentent avec régularité et je pourrais rajouter bien des cas aux trois exemplaires présentés ci-dessous. Affaire à suivre, sans doute…

DSC00618

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (7) : TAMBOURS ET TROMPETTES, V’LÀ “LES FANFARES” !

TAMBOURS ET TROMPETTES : V’LÀ LES FANFARES !

Chambéry, 1613. Il sort des presses de Louis Du Four, très officiel « Imprimeur de S. A. [le duc de Savoie]»[1], un petit ouvrage en prose et vers doté d’un assez ridicule titre à rallonge : Les Fanfares et courvees abbadesques des Roule-Bontemps de la haute & basse Coquaigne, & dependances. Comme toutes les impressions savoyardes, le volume est des plus rares, mais cet ouvrage se réclame également par la bizarrerie et l’intérêt cocasse de son contenu, par le mystère qui entoure toujours son auteur et enfin par la manière dont il fut « redécouvert » au XIXe siècle et propulsé, un peu par hasard, au rang de  véritable mythe de la bibliophilie moderne. Trouvé dans un carton de vieux bouquins, entre un tome dépareillé des Sermons de Bourdaloue et un bréviaire XIXe à l’usage d’Annecy, l’un des douze exemplaires connus a trouvé refuge dans ma bibliothèque, il y a maintenant près de quinze ans : bonne occasion de présenter quelques éléments sur ces « merles blancs » légendaires !

 –

 07-Fanfares

Le douzième exemplaire connu, découvert en 2001

 I. Une aimable fantaisie littéraire “made in Savoie”

Petit in-octavo de [VIII]-168 pages, l’œuvre s’ouvre, dans la grande tradition du temps, sur une dédicace de l’ « auteur » à une éminente personnalité locale, en l’occurrence Pierre Favier, conseiller ducal et avocat général au Souverain Sénat de Savoie (cour de justice suprême). Le propos est pourtant moins que sérieux ! Mélange de textes souvent burlesques en vers et en prose, le recueil constitue un bon exemple de ces ouvrages populaires de veine rabelaisienne, le prétexte et le thème directeur étant le Carnaval, par excellence fête des fols et de tous les renversements des valeurs. Les divers textes démontrent une bonne connaissance et une grande pratique de la littérature burlesque du temps, ces livres dits « de hautle gresse » : la scène de dispute des philosophes semble par exemple tirée du Moyen de parvenir, dont la première édition parut en 1610. Sans présenter le détail de l’ensemble des onze textes[2], voici quelques éléments sur les plus importants :

–          les « Extraits des archives de la basoche de rovle-bontemps, et sentence définitive contre sieur Carnaval, & execution d’icelle » (pp. 13-39). Sous la forme d’un procès burlesque en vers, c’est le traditionnel affrontement du sévère Carême contre le festif Carnaval qui est mis en scène, les deux adversaires avançant l’un après l’autre leurs arguments. Ainsi donc, dans les « Extraits des archives… », le joyeux Carnaval passe une fois encore en jugement, assisté de ses avocats, « bouchers, cuy-tripières, marmitons & goulus taverniers (…), gens de feu, gens de pot, de broche, de couteaux, de grille, de lardoir, se rangeant au rooleau » (pp. 13-14). Son accusateur : « Quaresme efflanqué » à la « maigre mine » (p. 14) qui, tel un procureur, tonne contre les abus et débauches de Carnaval, infractions contre « la loy De Ventre, Digestis Edendo, forgée en s’abbreuvant du tiltre Bibendo » (p. 35). C’est l’application de l’anti-hédonisme par excellence : « Pourquoy tant mignarder notre charnel phantosme, ce nain petry de boue & le jouet du fort, ceste feuille à tout vent, c’est l’ombre de la mort, [un] sepulchre portatif (…) » (p.30). La peine sera sévère : une « quarantaine » en cellule chez les Chartreux que l’auteur semble considérer comme les séides vivants du sévère Carême (rappelons en effet que l’ordre cartusien était sans doute l’un des plus sévères et rigoristes qui soient). On peut donc retrouver dans ces textes savoyards de nombreux indices du style rabelaisien. Ainsi, l’utilisation de nombreuses accumulations et anaphores (voir les pages 7/8/9 avec le terme « vieille » et l’accumulation des cuisiniers des pages 13-14). Ou encore la présence de fausses indications bibliographiques, détournement et usage parodique des connaissances humanistes que l’on recontrait déjà chez Rabelais : « septième livre des histoires du sieur Merlus de Cocquayaz, oracle des historiographes » (p.45 : selon Gustave Brunet, il faut y reconnaître le nom de Merlin Coccaie, pseudonyme employé par Folengo pour mettre à jour l’Histoire macaronique) ; « Galien & Aristote, au livre des grosses et grasses Morales, I. chapitre chapitrant » (p. 95) ; « Cicéron, au livre cinquième de sa divination, section première du fromage à 24 sols la livre » (id.) ;  « l’abbé Martial, en son traité des universaux & catégories drolatiques, & des individus vagans de l’Abbaye, au feuillet raté, livre premier, chapitre second, en son enten-trois » (p. 168).

–          l’Apologie problematiquement carnavalisée, de la bonne filette Zophire, sur le dialogue fuyant (pp. 45-94). Ce texte en prose nous décrit la rencontre au sommet des plus grands philosophes, penseurs et littérateurs de l’Antiquité gréco-latine, pour une sorte de colloque qui leur permet de confronter les doctrines et théories. On croise donc, sans respect pour la chronologie, Diogène et Lucien (p. 47), Platon, Euripide, Démocrite, Héraclite, Socrate (p. 54), Pline second, Empédocle, Pythagore, Aristippe, Thalès (p. 55-57), et quantité d’autres auteurs de même pointure. C’est surtout l’occasion de tourner en dérision les « philosophes » et de se moquer des querelles spécieuses qui opposent souvent les grands esprits sur les sujets les plus futiles, ce qui donne lieu à des passages assez savoureux. Cela débute par « mille & mille intrigues de questions », dans une sorte d’ « escrime » oratoire et rhétorique de plus en plus violente : « [il y avait un] qui vouloit gager dix escus que les couleurs n’estoient point couleur. […] Et pour cinq sols qu’il est dedans, et pour cinq sols qu’il est dehors, comme au jeu des Bohémiens. Sur ce venoit un tiers enchérisseur, disant, et pour dix sols, qu’il n’était ni dedans, ni dehors ». Pour finir, les humeurs s’exacerbent : «  En façon que leur paffion augmentée à fe chamailler par arguments, il fallut pour conclufion employer la Dialectique de Zenon (qu’estoit le poing ferré) & l’appliquer à la figure de Ferio en donnant une bonne gormade à fon compaignon. Et ailleurs, on vint à fe fervir de la figure Barbara, empoignant la grande barbe philofophique de fon adverfaire ; d’autres fe fervirent de la figure Barroca & sauterent à une grosse barre qu’il y avoit près de la porte pour en frotter les oreilles de leur homme, pour luy reveiller la memoire […] Quant une quinzaine de philofophes eurent commencé l’efcarmouche, les autres fe vont reffouvenir de leur axione philofophique : Qui n’a point de cholère, n’a point d’esprit […]. Le plus gros danger estoit pour les pauvres Stoiciens, qui n’osoient violer leur précepte : Que le fage ne fe doit efmouvoir que rien ne luy arrive : tellement que quand on les tarabuftoit & teftonnoit, ils ne faisoient que ioindre les efpaules, fans fe remuer de leur place » (pp. 62-63).

–          le « Dialogue en rithme françoise et savoisienne » (pp. 95-144). Cette sorte de saynète savoureuse et haute en couleurs s’organise en six mouvements (prologue, quatre actes, épilogue) et fait  intervenir six comédiens : un narrateur pour le prologue et l’épilogue, Naïde et Glaurinde, deux commères et voisines, Zophyre, la chambrière de Glaurinde, et enfin Damon et Phillis, voisins de Glaurinde. Comme dans bien des comédies (de Molière à Marivaux), le ressort de la pièce tourne autour d’une lettre d’amour égarée. La lettre était envoyée par Naïde, une « Amazone » qui avait consenti à se rendre aux feux de l’amour, et qui est plus qu’ennuyée de ce fâcheux contretemps… On retrouve les ingrédients habituels à ce type de pièce comique : le serviteur idiot qui égare la lettre ; l’amie et voisine de bon conseil (Glaurinde) ; et surtout la servante au verbe coloré, Zophyre, « qui fut certainement une grand-tante des Marton et des Dorine » (A. Despine).

D’origine modeste, cette soubrette versifie, pour moitié, dans son patois savoyard natal. Et c’est ce qui fait toute l’importance de cette pièce, l’œuvre la plus essentielle du recueil : grâce à elle, une fenêtre s’ouvre sur la langue savoyarde du début du XVIIe siècle, idiome qui, comme tous les parlers provinciaux, n’a que très rarement été conservé à l’écrit. D’après Alphonse Despine[3], le patois en question était employé « dans les environs d’Annecy » et les répliques de Zophyre de « beaucoup d’expressions locales, de nombreux reflets des préjugés populaires (…) et de ces crudités si familières au patois ». Bref, « le langage populaire est [ici] fidèlement reproduit ». Notons au passage dans la bouche de Naïde, parlant des propos rassurants de sa chambrière, qui renvoient au titre même du livre : « Cela n’est rien qu’une fanfare / Pour amuser petits enfans (…) » (p. 108). La pièce semble en tout cas avoir été jouée, si l’on en croit une allusion dans un autre passage, au contenu philosopho-scatologique[4].

07-2-gravure

Une mystérieuse gravure (exemplaire Méjanes)

Imprimé sur un papier grossier, l’ouvrage ne se réclame certes pas par un art typographique exceptionnel : des frises, fleurons et bandeaux typographiques fort simples composent la majeure partie de l’ornementation des pages, avec quelques lettrines (parfois historiées) déjà bien usagées. Mais, et ce n’est pas la moindre des bizarreries du volume, une planche étonnante, manifestement gravée sur cuivre pour l’occasion, a également été employée. La jugeant « sans intérêt comme art » et « sans aucun rapport avec les diverses pièces du recueil » (selon Gustave Brunet), les sources anciennes (ou moins anciennes) ont souvent livrées des descriptions approximatives de cette illustration[5].

En réalité, le titre de cette gravure, « EXEQVVTION DE LA SENTENCE », est des plus explicites et se rapporte évidemment au jugement et à la condamnation du bonhomme Carnaval, prononcée dans la pièce déjà décrite, dans laquelle on lit d’ailleurs clairement : « […] sera sa personne vanée par les quatre Vertus à tous les carrefours » (p.36). On retrouve sur la gravure ces quatre Vertus, personnifiées sous les traits de femmes à demi-vêtues, drapées à l’antique, à savoir : 1/ la Justice (avec les vers « Je tranche Jufte et distribue / En temps a lame sa repeüe »), 2/ la Force (« En palme je resiste au poids / de mon terrestre contrepoids »), 3/ la Prudence (« Je mesure avec ce compas / les deux confins de mõ trepas »), et 4/ la Tempérance (« Je donne aux appetiz le mord / pour frustrer un pire remord »). Les quatre Vertus sont munies de leur attribut : l’épée pour la Justice, la palme pour la Force, un compas pour la Prudence, enfin un mors et des rênes pour la Tempérance. La Prudence utilise son compas pour déterminer notre sort post-mortem, la mort étant symbolisée par un crâne : à équidistance, se trouvent le Paradis et l’Enfer. Au centre, enfin, sur un drap, un linceul, tenu aux coins par nos quatre Vertus, se trouve allongé le corps nu d’un homme, portant une moustache de la Henri IV, selon la mode du début XVIIe siècle : Carnaval. Il semble toutefois vouloir saisir ou montrer de la main droite l’épée de Justice, et, surtout, il désigne clairement de l’index gauche l’alternative « Paradis / Enfer », située juste au dessous de lui. L’allégorie morale semble assez évidente, sans avoir besoin de supposer des «  figures hiéroglyphiques chères à Nicolas Flamel » (comme le toujours enthousiaste bibliographe Paul Lacroix le supposait).

Le style du graveur n’est certes pas de grande qualité et l’on peut comprendre les réticences des bibliographes du XIXe siècle : on est loin d’une figure bien léchée de Eisen ! Mais on retrouve les naïvetés (le dessin simpliste du crâne), les archaïsmes et maladresses (anatomie des Vertus) de la gravure populaire du début du XVIIe siècle. Enfin, dernier point, mais non des moindres, un « détail » oublié par la plupart des sources (hormis l’érudit Alfred Dupré, auteur d’une brillante notice sur les Fanfares parue dans le Bulletin du Bibliophile[6]) : la signature « C. Simonet » se lit dans le coin inférieur droit (est-elle celle du graveur ou de l’auteur des vers : attendu que toutes les pièces du recueil sont anonymes, je penche plutôt pour l’artiste).

II. « I.P.A. » : 150 ans de fantasmes bibliographiques sur l’auteur mystère

L’anonymat le plus absolu règne donc sur cet ouvrage : auteur principal, auteurs des vers encomiastiques, tous se sont dissimulés derrière des initiales. La page de titre, comme la signature de l’épître dédicatoire, présente l’auteur comme « I. P. A. ». Bien des bibliographes ont voulu présenter leur théorie, sans jamais parvenir à convaincre.

Le premier fut sans doute Paul Lacroix, le célèbre « Bibliophile Jacob », dans la notice qu’il donna sur l’ouvrage dans le catalogue de la bibliothèque dramatique Soleinne[7]. Pour le bibliographe, pas de doute : ces initiales étaient celles d’un poète bien attesté du temps, Jean Prévost, qui commit quatre tragédies bourrées de références à son autre passion, l’alchimie. Or, Lacroix voyait beaucoup de références alchimiques dans Les Fanfares : d’après lui, « ce volume burlesque indique à chaque instant un adepte de la philosophie hermétique ». « I. P. A. » signifiait donc « Iean Prevost Alchimiste », CQFD ! Deux problèmes : 1/ la lecture de ces textes montrent surtout une philosophie de la dérision et de la déconne, plus qu’une quelconque recherche sérieuse de la « philosophie par le feu », 2/ Prévost (dont je donnerai un jour la description des œuvres très rares de 1618, qui sont quelque part sur mes rayons), était Poitevin… Par quel mystérieux concours de circonstance serait-il venu faire imprimer des œuvres à Chambéry (où il n’a sans doute jamais mis les pieds) et, surtout, comment cet homme de l’Ouest aurait-il acquis une aussi bonne maîtrise du patois de la région annécienne ? Car, comme le fait remarquer Gustave Brunet, « seul un enfant des montagnes placées entre la France et l’Italie pouvait manier [aussi bien] l’idiome savoyard ».

 Pourtant, dès 1860, pour l’érudit savoyard Alphonse Despine, l’auteur ne pouvait être qu’ « un abbé attitré qui ne souleva le voile de l’anonyme seulement par les initiales I.P.A. ». C’était prendre un peu trop à la lettre les termes de la préface, mais il y avait de l’idée. A la fin du XIXe siècle, les bibliographes G. Brunet ou Barbier[8] parlaient gentiment d’« hypothèse bien contestable » à propos de l’idée de Lacroix… Mais en bibliographie, rien ne meurt ou ne se perd jamais vraiment, ce qui explique que des théories ou des affirmations un peu légères persistent encore vaillamment cent ou cent cinquante ans après leur impression… Aussi bien des catalogues contemporains, jusqu’à celui de la British Library, utilisent encore le nom de Prévost, tout en reconnaissant une « attribution douteuse » ou « improbable ».

 En 1880, dans sa longue notice sur l’exemplaire Chaponay-Béhague[9], Emile Picot avait plus clairement mis les pieds dans le plat, en déclarant : « [Lacroix s’est] étrangement mépris [quant au thème hermétique] et ne paraît pas voir été mieux inspiré en regardant les initiales I.P.A. comme celles de Jean Prévost (…) ». « Plus prudent », Picot se garda d’avancer une identification, remarquant d’ailleurs à juste titre l’avertissement donné par un quatrain :

« Qui voudra le nom deviner

De ce truchement d’abaye,

Faut qu’il prenne avant que disner

Trois pilules de prophetie ».

Alors qu’en est-il de ce prétendu abbé et de son curieux monastère ? N’oublions pas que le recueil est placé, dès le départ, sous le signe de la farce et des faux-semblants carnavalesques. Si abbaye il y a, elle fut plutôt de Thélème et l’on peut tenter de dresser un portrait-robot de ce singulier  abbé « pour de rire ».

Vu sa maîtrise du patois local, on peut penser que notre auteur anonyme était sans aucun doute savoyard, peut-être même originaire de la région annécienne (ce qui expliqerait peut-être le « A » final, souvent réservé, dans ce genre d’acronyme, à la provenance géographique). Il semble par ailleurs bien connaître le conseiller ducal et sénateur Favier : le texte liminaire, sous les flatteries habituelles, semble en effet laisser percer les mots et le ton d’un familier. Cette même préface le dit par ailleurs plus coutumier de propos et de littérature sérieuses que burlesques. Les références livresques prouvent qu’il s’agissait d’un personnage cultivé, connaissant la littérature antique, maîtrisant le jargon du style juridique, mais lisant aussi des opuscules burlesques (on note d’évidentes réminiscences du Moyen de parvenir, des Bigarrures de Tabourot – dont il cite le personnage du « sieur Gaulard » -, ou de l’Histoire macaronique de Folengo). D’après ces indices, on pourrait donc voir en I.P.A. un clerc savoyard, sans doute un juriste (avocat ou juge), siégeant peut-être au Sénat de Savoie, mais plus vraisemblablement dans une cour d’importance inférieure, doté d’une solide formation classique, mais resté ouvert à la culture populaire : il serait intéressant de voir si d’autres ouvrages chambériens de la même époque, aux auteurs connus, présentent ces critères.  Picot concluait déjà, pour sa part, que « les Fanfares [étaient] l’œuvre d’un des « facteurs », d’un des poètes ordinaires de la Bazoche de Chambéry ».

Mais qu’était cette « Bazoche » ? Ni plus, ni moins qu’une association de juristes joyeux drilles. Dans de nombreuses villes de parlement (cours de justice) existaient de telles réunions corporatistes depuis le Moyen Age (par exemple Aix-en-Provence, Poitiers ou Dijon), qui avaient leurs rites, leurs célébrations, leurs grades, et souvent leurs productions littéraires. A Chambéry, l’Abbaye de la Bazoche remontait, de façon certaine, au moins au début du XVe siècle : organisatrice de nombreuses réjouissances et productions théâtrales (elle monta plusieurs mystères religieux à Chambéry, mais aussi à Saint-Jean-de-Maurienne ou Modane), son rayonnement et sa puissance étaient dignes d’un véritable grand établissement monastique. Aidée financièrement par la Cour ducale et les diverses Chambres, elle « s’arrogeait même le droit de percevoir un impôt sur les veufs ou veuves qui se remariaient ». Notons d’ailleurs que la dédicace est adressée à un haut magistrat, sans doute pour le remercier de sa protection envers l’institution et ses privilèges. Cette confrérie de clercs, qui s’intitulaient eux-mêmes les « Roule-Bontemps de l’Abbaye de la Bazoche », organisaient aussi des jeux populaires, des charivaris, brocards bien dans l’esprit carnavalesque[10].

Cet arrière-plan associatif, mais aussi la variété de tons des onze pièces du recueil ont donc parfois amené une autre hypothèse : celle d’un ouvrage collectif. L’idée était d’abord venue à Edouard Rahir, qui voyait dans cette œuvre « une compilation facétieuse due à des basochiens savoyards »[11]. Beaucoup plus récemment, après avoir considérée « sans vraisemblance » la vieille hypothèse de Lacroix, le bibliographe Jean-Paul Laroche envisageait les Fanfares comme un ouvrage collectif, « publié  sous l’égide d’une confrérie de bazochiens »[12].

Peut-on trancher la question ? Sans doute pas. Dès 1860, Gustave Brunet avait reconnu « voir sans solution » la question de l’auteur, proposant « ce petit mystère littéraire » à la sagacité d’un membre de l’Académie de Savoie : il n’y eut, semble-t-il, pas d’écho, ce qui laisse toujours le problème entier. Et cela n’ôte rien au talent du ou des auteurs de ce recueil. Ainsi, Alfred Dupré n’avait, à juste titre, pas tari d’éloges sur cette production, « facétie spirituelle, contenant, malgré la trivialité du style, pour ainsi dire obligatoire dans les pièces de ce genre, des pensées fines ou philosophique, des idées franchement comiques et parfois des passages vraiment poétiques ».

III. Alors Nodier vint : le triomphe des Fanfares

Lacroix, les deux Brunet, Barbier, Rahir, Picot, … La fine-fleur des géants classiques de la bibliographie s’est intéressée, et longuement, à ce petit livre chambérien[13], devenu un livre mythique dans le monde des bibliophiles. Tout vient (une fois encore) de Charles Nodier (1780-1844), grand bibliophile, bibliographe, découvreur de livres oubliés … et spécialiste du marketing !

Voilà comment tout a commencé, d’après les propres dires de Nodier. En janvier 1829, lors d’une « vente obscure » organisée à Paris dans la salle Sylvestre (le Drouot de l’époque), est présenté un exemplaire « en mauvais état » du livre chambérien. Notre homme de lettres l’achète pour 20 francs et l’apporte tout de suite à son relieur attitré, Joseph Thouvenin (1791-1834), l’un des « papes » de la reliure parisienne sous la Restauration. Nodier lui demanda de laver l’exemplaire, de casser la reliure ancienne (argh !) et d’établir le volume dans le goût de ce décor compliqué en usage à la fin XVIe – début XVIIe siècle, où des compartiments géométriques chargés de rinceaux dorés s’organisaient autour d’un ovale central. Ainsi fut fait. Mais quelques mois plus tard (car les relieurs travaillaient alors avec une célérité devenue aussi rare que les livres confiés), Nodier, qui devait marier sa fille (et éponger des dettes), dut mettre en vente une partie de sa bibliothèque. Bien montées en sauce, les Fanfares constituèrent un des clous de la vente : le catalogue (écrit par Nodier : on n’est jamais mieux servi…) ne présentait-il pas l’ouvrage comme un « livre des plus singuliers, des plus bizarres que nous ayons jamais vus, et que nous croyons d’une extrême rareté »[14] ? Et le tout dans une reliure constituant « un véritable chef-d’œuvre de l’habile Thouvenin »…

07-2b-Catalogue Nodier 1830

Extrait du catalogue de la vente Nodier (1830)

Laissons la parole à Nodier pour expliquer, quelques années après les faits, le carton atteint par le volume et le phénomène de mode qu’il créa : « [parmi mes livres] se trouva un volume facétieux et fort rare, intitulé : Fanfares et Courvées abbadesques des Roule-Bontemps de la Basse-Coquaigne [sic], qui malheureusement ne fait plus et ne fera probablement jamais partie de ma bibliothèque. Je jouis quelques mois de ce nouveau bijou, et puis je me décidai à le vendre avec une grande partie de mes livres, pour me procurer le seul moyen possible d’en acheter d’autres. Son apparition dans la salle de vente produisit plus d’effets que je ne me l’étois promis moi-même, et le somptueux bouquin, tiré de la foule par la magnificence de son habit, comme tant de parvenus célèbres, s’éleva du modeste maximum de vingt francs qu’il avoit à grand’peine atteint jusque-là, au prix énorme de cinq cents francs qu’il n’obtiendroit sans doute plus. C’est donc du livre des Fanfares que procède le nom de la dorure à la fanfare, dont il est fait aujourd’hui très honorable mention dans les catalogues, et j’ai rapporté cette anecdote telle quelle pour épargner des tortures aux Saumaises futurs, si jamais les catalogues ont des Saumaises »[15].

07-3-exNodier

Exemplaire de Charles Nodier, avec la fameuse reliure de Thouvenin

Et voilà comment, la « reliure à la fanfare », ces type et style superbes de décoration de reliure (l’un des sommets de cet art en France, notamment par les mains des Eve, et de leurs imitateurs), gagna, à partir du pastiche confectionné par Thouvenin, son nom, aujourd’hui devenu conventionnel, mais créé entièrement a posteriori[16].

 IV. Ex bibliotheca … : petit recensement des exemplaires connus

Suite à cette redécouverte en fanfare, le livre, jusqu’alors inconnu, bénéficia d’une importante publicité. Outre les bibliophiles, les savants et bibliographes s’en mêlèrent. En 1860, le livre entre dans « le Brunet », avec une très copieuse notice, car « l’importance qu’il s’est acquise dans ces derniers temps nous détermine à en donner une description détaillée » (dixit le « pape des bibliographes »). Trois ans plus tard, en 1863 (tout juste 250 ans après l’édition chambérienne), grâce aux efforts de l’autre Brunet (Gustave), une « réimpression textuelle » était donnée, afin de tirer «  de l’obscurité qui l’enveloppe » cet ouvrage « d’une extrême rareté », dont « il n’avait été donné qu’à une demi-douzaine de curieux de le placer sur les rayons de leur cabinet ». Imprimée chez l’éditeur parisien Jules Gay , cette réédition ne connut toutefois qu’un tirage limité : seulement 100 exemplaires numérotés (et j’ai mis pas mal de temps à pouvoir en trouver un !)[17].

07-7-éd. de 1863

Moins rare, mais quand même : l’un des 100 ex. de la réédition de 1863

La réputation de rareté proverbiale du livre est-elle justifiée ? On sait que Nodier n’a pas hésité parfois à « faire mousser » ses livres en accentuant un peu les adjectifs laudateurs ou en soulignant à plaisir leur caractère peu commun. Dans sa notice du Manuel du libraire, Jacques-Charles Brunet relevait déjà, outre celui de Nodier, deux autres exemplaires piochés dans d’anciens catalogues : ceux de Gaignat et du duc de La Vallière. Puis l’autre Brunet, dans son introduction à la réédition, porta ce nombre à cinq. Depuis 1863, quelques exemplaires se sont rajoutés, mais assez peu finalement. A ma connaissance, douze exemplaires sont aujourd’hui recensables (l’astérisque après le chiffre indique ceux que j’ai pu avoir en main et consulter).  Huit se trouvent en collections publiques :

1/ Bibliothèque nationale de France, Paris : Rés. Ye-3215 (ex-collection Falconet, entrée à la Bibliothèque royale en 1763). Reliure de l’époque, en parchemin. Incomplet de la gravure.

2/ Bibliothèque nationale de France, Paris : Rés. Ye-3216 (achat en 1860, après être passé par les bibliothèques Gaignat [vente 1764], Bignon [vente en 1837] et Solar [vente en 1860]). Maroquin vert du XVIIIe siècle. Complet de la gravure.

3/ Musée du Petit-Palais, Paris : Fonds Dutuit, L. Dut. 529 (l’exemplaire Nodier, ensuite passé dans la bibliothèque du duc de Rivoli, du prince d’Essling [vente en 1839], de Lacarelle [vente en 1847], puis d’Eugène Dutuit, qui légua sa collection au Petit-Palais). Reliure pastiche de maroquin bleu orné « à la fanfare » (Thouvenin). Complet de la gravure.

4/ Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence : Fonds ancien, C.1091 (provient du fonds originel du marquis de Méjanes). Reliure de l’époque, en parchemin souple. Complet de la gravure.

5*/ Bibliothèque municipale de Chambéry : Rés. A 000.668.001 (achat en 2004, ancien exemplaire duc de La Vallière [1784] ; Soleinne [1844] ; Léon Téchener [1889] ; Librairie Dupré ; comte François de Salverte [1998] ; Librairie Chamonal [2002]). Reliure de maroquin rouge, dos lisse orné à la grotesque (reliure du XVIIIe siècle, attribuable à Padeloup). Complet de la gravure.

6/ British Library, Londres : C.57.b.13 (provient là encore du fonds originel du British Museum : l’exemplaire est déjà cité dans le catalogue établi en 1813, sous l’ancienne cote 1073.e.26(1.)). Reliure de basane marron, avec double filet doré sur les plats (atelier du BM, fin XIXe s.). Complet de la gravure.

7/ Dublin : cote 60.u.24.No.2 (renseignement communiqué par Alain Riffaud, 2018).

8/ Passau : Sigel 154 (renseignement communiqué par Alain Riffaud, 2018).

07-4-exLaVallière

Exemplaire La Vallière

Quant aux quatre exemplaires encore en mains privées, voici quelques éléments sur leur parcours (les dates renvoient aux apparitions dans les catalogues de vente de ces collections, je ne donne pas tous les détails et références, un peu fastidieux) :

7*/ Exemplaire Académie des Sciences (Lyon) [XVIIIe s.] ; Jean-Louis Coste (de Lyon) [1854] ; comte de Chaponais [1863] ; comte Octave de Béhague ; Georges Heilbrun ; Henry Arthur Johnstone [v. 1899] ; Claude Guérin [1990] ; Librairie Pierre Berès [1995] ; Librairie Bredford [2005] ; Vente Sotheby’s , Londres [2009] ; Jean A. Bonna (Genève)[18]. Reliure de maroquin rouge, dos à nerfs et plats richement ornés (Trautz-Bauzonnet), sur commande de Chaponais (qui voulait remplacer un veau modeste, peut-être d’époque ?).

8*/ Exemplaire Andres Roure (Barcelone) ; Librairie Lardanchet (Paris) [1979] ; Roger Budin (Genève) ; Librairie Quentin (Genève) ; A*** M*** (Savoie). Reliure de maroquin citron, avec dos à nerfs et plats richement ornés (Hardy). Complet de la gravure.

9/ Exemplaire Librairie Galantaris (Paris, cat. 1977, n° 73) : semble toujours en mains privées. Veau brun (reliure du XVIIe siècle). Incomplet de la gravure.

10*/ Exemplaire ND (achat en 2001). Reliure de l’époque, en parchemin souple. Incomplet de la gravure.

07-5-fanfares4a

Exemplaire Roure/Budin/M***

Tirée sur un feuillet séparé, la gravure sur cuivre a été, la plupart du temps, placée entre les pages 40 (blanche) et 41 (début de Palinodie de l’Amant), autrement dit entre les cahiers signés C et D. La gravure regarde normalement l’incipit de la Palinodie. Je dis « la plupart du temps » et « normalement », car la place de cette gravure varie d’un exemplaire à l’autre, ce qu’avait bien relevé Alfred Dupré dans le Bulletin du bibliophile. Dans l’exemplaire Nodier, c’est sans doute Thouvenin, au moment du lavage et de la reliure, qui déplaça la gravure pour la remonter en guise de frontispice. L’exemplaire de Chambéry (olim La Vallière) présente quant à lui une très curieuse variante : la gravure occupe en effet la page 40 (normalement blanche) et s’y trouve imprimée à l’envers ! Mon exemplaire fait donc malheureusement partie des trois volumes incomplets de cette planche volante, mais il présente en revanche l’intérêt d’être l’un des trois encore conservés « dans son jus », tout à fait complet du texte et impeccable dans son parchemin souple d’époque aussi solide que patiné et légèrement fripé, comme on aime ! En fait, quand je dis d’époque, ce n’est pas tout à fait vrai : ce parchemin est une charte réemployée, dont le début du texte, une fois le rabat déplié, présente encore la mention « (…) decimo quarto, Indicione septima, die vnesimaquarta, mensis Julli », ce qui permet de fixer sa rédaction au mardi 24 juillet 1414, sous le règne du bon comte (et bientôt duc) Amédée VIII de Savoie ! Les circonstances d’achat sont tout autant « du terroir », puisque ce volume attachant a été déniché en 2001 sur une sorte de vide-grenier dans la région de Régnier, auprès d’un broc’ bien du cru qui me l’avait fait payer « cher » (500 francs, l’équivalent de 75 euros…) parce que « c’était vieux et du coin » !!! Cela fait partie des quelques coups de chance qu’on pouvait encore avoir au début des années 2000.

07-6-charte

Charte de 1416 employée comme reliure

En dehors de ce remploi, nulle marque de provenance, prestigieuse ou autre, sur ce volume, si ce n’est quelques quelques essais de plume sur les gardes et, inscrit à la mine de plomb, ce credo naïf et touchant d’un des premiers lecteurs du livre :

Vive le Roy

Vive la Foy

Vive ma maistresse et moy


Remerciements :

Ma gratitude aux conservateurs ayant répondu en 2001-2003 au jeune étudiant bibliophile que j’étais : M. Jean-Marc Chatelain (BnF, réserve des livres rares), Mlle M. Allard (Bibliothèque Méjane) et M. Desmond Mc Ternan (British Library, réserve des livres anciens français). Merci également au collectionneur A*** M***, qui m’a permis d’examiner son exemplaire chez un libraire de nos amis, en octobre 2003.  Enfin et surtout, merci à Jean-Marc Chatelain et Jacques Quentin, grands traqueurs de livres rares devant l’Eternel, de m’avoir fait découvrir en 2009 l’exemplaire n° 9, qui m’était jusqu’alors inconnu, et de m’avoir signalé quelques étapes supplémentaires dans le parcours des autres.

Notes :

[1] Sur la dynastie chambérienne des imprimeurs Du Four, voir notamment Auguste Dufour et François Rabut, L’Imprimerie, les imprimeurs et les libraires en Savoie du XVe au XIXe siècle,  Chambéry, 1877 [Slatkine Reprints, Genève, 1998], pp. 74 sqq.

[2] Voici la table complète des pièces contenues dans ce recueil :

  • pages 1 à 11 : Paradoxe poétique et discours facétieux du courtisan avanturier. Pamphilades, à la damoiselle Glifterion. La pièce est en vers et la page 12 est laissée blanche.
  • pages 13 à 39 : Extraits des archives de la basoche de rovle-bontemps, et sentence définitive contre sieur Carnaval, & execution d’icelle. C’est l’affrontement traditionnel du sévère Carême contre Carnaval, dans un procès burlesque, les deux adversaires avançant l’un après l’autre leurs arguments. La page 40 est laissée blanche. Texte en vers.
  • pages 41 à 43 : Palinodie de l’Amant, à l’imitation d’Ovide en son Elegie des Amours. Il s’agit d’une poésie élégiaque, au ton enflammé.
  • page 44 : Chanson. Petit poème élégiaque d’un amant à sa maîtresse qui l’accuse à tort d’inconstance.
  • pages 45 à 94 : Apologie problematiquement carnavalisée, de la bonne filette Zophire, sur le dialogue fuyant. Texte en prose.
  • pages 95 à 144 : Dialogue en rithme françoise et savoisienne. C’est un dialogue théâtral, alliant le français et le patois savoyard dans un mélange assez savoureux et haut en couleurs… Il fait intervenir six comédiens : un narrateur pour le prologue et l’épilogue, Naïde et Glaurinde, deux commères et voisines, Zophyre, la chambrière de Glaurinde, et enfin Damon et Phillis, voisins de Glaurinde. Texte en vers.
  • pages 145 à 153 : Cartel de M.D.L.G.D.M. pour le Capitaine des Egyptiens, ou Sarrazins.
  • pages 154 à 158 : Cartel de M.L.M.D.C.L. pour le Capitaine des Egyptiens, ou Sarrazins.
  • pages 159 à 160 : Cartel aux Dames et deux autres cartels.
  • pages 161 à 167 : Cartel à M.C.D.L.C. Pour les trois Déesses.
  • page 168 : Grâce faite à Zoïle. Petit texte en vers contre un ennemi : « Mais fi des coups ainfi trompeurs / Sa gorge contre moy defferre : / Les meteores & vapeurs / de mon cul luy feront la guerre »…

[3] Alphonse Despine, « Recherches sur les poésies en dialecte savoyard », dans la Revue Savoisienne, 6e année, Annecy, Académie florimontane, février 1865, n° 2, p. 13.

[4] « Quelque honnête homme, présent au Dialogue qu’on jouait des Commères ou de Zophire, croyant sous le rire des spectateurs de pouvoir faire glisser quelques soupirs de sa Cornemuse, & donner passe-port à un joli petit pet bien troussé. Le bon-homme, par la mauvaise foi & lacheté de son traître cul, chia dans ses chausses tout amplement. Par ce gros solécisme, ou équivoque casuel de Logique, sa Cornemuse montrait bien là qu’elle n’avait pas été à l’école de Vives pour organiser les pets scientifiquement & musicalement, quand il prit le fausset pour le basson, [ce] qui ne laissa pas de gagner le superius du nez des assistants […] » (fin de l’ « Apologie problematiquement carnavalisée, de la bonne filette Zophire, sur le dialogue fuyant », p. 91).

[5] En 1860, la notice du Manuel du libraire de Jacques-Charles Brunet nous la présente comme une « gravure singulière où sont personnifiés le Paradis et l’Enfer », description d’ailleurs reprise telle quelle par les experts d’une vente publique en décembre 1990 pour leur catalogue. Dans sa préface à la réédition du livre en 1863, Gustave Brunet nous donnait lui comme sujet « une homme berné par quatre personnages : la Justice, la Force, la Prudence et la Tempérance », notant aussi les deux vers accompagnant chacun de ces personnages. Notons, par ailleurs, que Gustave Brunet, jugeant cette planche « sans intérêt comme art » et « sans aucun rapport avec les diverses pièces du recueil », n’avait pas jugé bon de la reproduire dans cette réédition… Ces deux descriptions, incomplètes et fautives, mais facilement accessibles, ont toutefois été reprises, depuis le XIXe siècle, par toutes les bibliographies et tous les catalogues,  alors que l’article paru dès 1889 dans le Bulletin du Bibliophile avait déjà donnée une très exacte description de cette gravure. Bien sûr, les bibliographes ont souvent dû travailler, faute de mieux, sur des renseignements de seconde main, des descriptions plus ou moins bonnes fournies par les libraires, sans qu’il aient pu eux-même examiner les volumes, souvent en collections privées. Mais on s’explique quant même difficilement comment, en 1990 encore, des experts, ayant le volume entre les mains, en soient restés à la description originelle donnée par J.-C. Brunet…

[6] Alfred Dupré, « Bibliographie d’un amateur : description et analyse de livres rares et curieux », dans Bulletin du Bibliophile, 1889, pp. 528-560. Les Fanfares est le cinquième et dernier livre examiné cette année-là et il a droit à l’article le plus long et le plus détaillé (description donnée d’après l’exemplaire olim La Vallière).

07-8-bulletinbiblio

[7] Paul Lacroix, Bibliothèque dramatique de M. de Soleinne, Paris, 1843, tome I, p. 200, n° 957.

[8] Antoine-Alexandre Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes, Paris, 1869 (3e éd.), tome II, col. 431 (dans une petite notice concernant la réimpression de 1863 et l’identité de l’auteur).

[9] Bulletin de la librairie Damascène Morgand, Paris, novembre 1880, pp. 473-476, n° 6702.

[10] La Bibliothèque Mmnicipale de Grenoble conserve d’ailleurs un manuscrit contenant le texte rimé d’un de ces charivaris : cet ouvrage est l’un des très rare témoignage de ces manifestations, tout comme les Fanfares, « une des rares productions des anciens bazochiens que nous possédions », selon l’anonyme A.D.

[11] Edouard Rahir, La Bibliothèque de l’amateur, Paris, Lefrançois, 1924, p. 422.

[12] Jean-Paul Laroche, Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au XVIIe siècle, tome XXI (Rhône-Alpes II : Annecy, Chambéry, Melphe) (« Bibliotheca Bibliographica Aureliana », CLIII), Baden-Baden, Editions Valentin Koerner, 1996, pp. 65-66.

[13] Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres anciens, Paris, Didot, 1860, tome II, colonnes 1176-1177 (d’après l’exemplaire Nodier, semble-t-il) ; Jean-Georges Graesse, Trésor de livres rares et précieux, Dresde, Kuntze, 1861, tome II, p. 550 (notice reprise du Brunet) ; F.-C. Lonchamp, Manuel du Bibliophile Français, Paris/Lausanne, Librairie des Bibliophiles, s.d., tome II (« Répertoire alphabétique des ouvrages les plus estimés »), volume 1, pp. 156-157 ; Alexandre Cioranescu, Bibliographie de la littérature française du XVII e siècle, Genève, Slatkine Reprints, 1994, tome III, p. 1652 ; Roméo Arbour, L’Ere baroque en France – Répertoire chronologique des éditions de textes littéraires : première partie (1585 – 1615), Genève, Droz, 1977, tome II, p. 338.

[14] Catalogue des livres curieux, rares et précieux … composant la bibliothèque de M. Ch. Nodier, Paris, Merlin, 1829, p. 86, n° 596.

[15] Charles Nodier, Description raisonné d’une jolie collection de livres, Paris, Téchener, 1844, p. 140.

[16] Sur l’origine du nom « reliure à la fanfare », voir : Henri Beraldi, La Reliure du XIXe siècle, Paris, Conquet, 1895, tome I, pp. 109-114 (Beraldi évoque cet exemplaire Nodier et sa reliure, ainsi que l’estime, excessive selon l’auteur, qu’il s’attira par la suite) ; Roger Devauchelle, La Reliure en France de ses origines à nos jours, Paris, Rousseau-Girard, 1960), tome II, pp. 163-164), ; et bien entendu les incontournables travaux de G.D. Hobson, Les Reliures à la fanfare, Londres, Chiswick, 1935 (pour la première édition) ou Amsterdam, 1970 (éd. revue et augmentée).

[17] Paris, chez Jules Gay, 1863, in-12, de a-l et 176 pp. Relié en demi-maroquin vert avec dos à nerfs (V. Champs), cet exemplaire porte le n° 45. Beaucoup sont en collections publiques : Bibliothèque nationale de France, Bibliothèques municipales de Chambéry (n°68) et de Nancy, British Library, Bibliothèque du Congrès, Bibliothèques des universités d’Oxford (n° 2), de Yale et de Colombus Ohio State University, pour n’en citer que quelques-unes.

[18] Vérène de Diesbach-Soultrait, Six siècles de littérature française – XVIIe siècle [Collection Bonna], Genève, Droz, 2010, tome I, pp. 126-127, n° 103.