Archives de catégorie : XVIIe siècle

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (54) : ALBIKRAC, BOUM, HUE ! DE L’INÉDIT SUR UN CORNEILLE OUBLIÉ

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (54)

ALBIKRAC, BOUM, HUE !
DE L’INÉDIT SUR UN CORNEILLE OUBLIÉ

Au professeur Alain Riffaud,
en témoignage d’admiration
et de communion dix-septiémiste

Les cas de « gémellités littéraires » ne sont pas rarissimes, mais certains sont nettement plus connus que d’autres. Ainsi l’audience des trois sœurs Brontë, des deux Goncourt est-elle mondiale, à tel point qu’on les nomme presque toujours au pluriel. La réputation des frères Rosny est déjà nettement plus confidentielle (d’autant que La Guerre du feu n’a été écrit que par l’un d’entre-eux : voir Mélanges 34 : Un auteur des âges farouches). Mais qui se souvient encore, dans le grand public, de l’existence du frère cadet du grand Corneille ? Un petit point inédit bibliographique me permet d’aborder aujourd’hui, dans un court billet, l’existence de ce Thomas Corneille, aujourd’hui presque oublié et en tout cas totalement éclipsé par son aîné, mais qui connut jadis une renommée presque similaire, pour la plus grande joie de son frère.

I. Le Corneille oublié

Né dix-neuf ans après son frère Pierre dans une honorable famille bourgeoise rouennaise, Thomas Corneille (1625-1709) vécut une existence en écho de la vie de son aîné. Ne nous méprenons pas : il n’eut pas à subir son ombre écrasante, mais il mena son parcours et sa carrière comme un écho parfait de celles de son frère. Comme ce dernier, il fut formé en collègue jésuite ; comme ce dernier, il suivit un cursus de droit ; comme ce dernier, il épousa une aristocratique demoiselle de Lampérière (Marguerite, la sœur de Marie, la femme épousée par Pierre en 1641) ; comme ce dernier, il se lança dans une carrière de dramaturge et connut le succès ; comme ce dernier, il entra à l’Académie française (succédant au siège de son frère en 1684, élu à l’unanimité).

Jacob van Loo, “Portrait de Thomas Corneille”, huile sur toile. Cliché WikiCommons

La carrière et l’œuvre dramaturgique de Thomas Corneille furent considérables et considérées. Il commença (comme son frère, mais vous avez compris le principe) par de petites comédies inspirées de pièces espagnoles (réussissant à se mesurer à Scarron avec son burlesque Geôlier de lui-même ou Jodelet prince en 1655), avant de passer à la noble tragédie en 1656. Dès son coup d’essai, ce fut un triomphe : sa pièce Timocrate, tirée du roman Cléopâtre de Calprenède, enchaîna une série ininterrompue de quatre-vingts représentations, demeurée un record pour tout le XVIIe siècle français. Au total, seul ou en collaboration (notamment avec Donneau de Visé), il écrivit une quarantaine de pièces jusqu’en 1679, touchant à tous les genres (en cela, il se distinguait enfin de son frère), de la pièce à machine à la comédie-ballet et à l’opéra, en passant par la tragédie classique. En 1677, lorsque la veuve de Molière, Armande Béjart, voulut donner un nouveau souffle à une pièce de son mari défunt, Le Festin de Pierre (mieux connue aujourd’hui sous son titre de Dom Juan, adopté en 1682, lors de sa première parution posthume), c’est à Thomas Corneille qu’elle fit appel, pour une adaptation en vers qui, mise d’abord sous le seul nom de Molière (Thomas Corneille ne la publia sous son nom qu’en 1683), fut interprétée à la Comédie-Française jusque dans les années 1840.

Pierre Corneille, “Le Théâtre…”, , « Suivant la copie imprimée à Paris » [Amsterdam, Abraham Wolfgang], 1664. Maroquin rouge, dos orné (Chambolle-Duru). Prov. : baron Double. Inv. 961

Loin de provoquer une jalousie ou une concurrence entre les deux frères, ces succès et l’estime partagé du public augmentaient en fait leur estime mutuelle. Ils étaient très proches l’un de l’autre, tant dans la vie quotidienne que dans leur travail d’écriture. Pierre avouait volontiers qu’il aurait aimé écrire lui-même les tragédies Le Comte d’Essex et Ariane, deux des tragédies les mieux reçues de son cadet. Ayant pour sa part un caractère tout aussi affable, Thomas refusait modestement les comparaisons avec l’œuvre de son frère qu’il appelait souvent « le grand Corneille », pour bien marquer le distinguo qui s’opérait dans son esprit.

Thomas Corneille, “Bérénice”, « Suivant la copie imprimée à Paris » [Amsterdam, Abraham Wolfgang], 1662, frontispice gravé.  “Répertoire” Riffaud, n° 6234 (cet ex. cité). Inv. 3042
Thomas Corneille, “Bérénice”, « Suivant la copie imprimée à Paris » [Amsterdam, Abraham Wolfgang], 1662, page de titre.  “Répertoire” Riffaud, n° 6234 (cet ex. cité). Inv. 3042

Si « une petite bibliothèque » aligne une bonne douzaine de titres de Corneille aîné (dont la moitié en édition originale), force est de reconnaître que la présence de Thomas Corneille est plus discrète : avouons-le, je n’ai pas mené une traque particulière de ses œuvres… Ce furent plutôt des hasards de rencontre avec quelques titres ou exemplaires. Deux d’entre-eux sont d’ailleurs des contrefaçons hollandaises. La plus ancienne édition est un tirage « Suivant la copie imprimée à Paris » de la tragédie Bérénice qui avait été représentée en 1659, soit bien avant les versions concurrentes de Racine et de Corneille aîné, écrites et jouées en 1670 !

Thomas Corneille, “Maximian”, « Suivant la copie imprimée à Paris » [Amsterdam], 1691, page de titre. “Répertoire” Riffaud, n° 9125 (cet ex. cité). Inv. 716
Thomas Corneille, “Maximian”, « Suivant la copie imprimée à Paris » [Amsterdam], 1691, fin de l’épître dédicatoire et incipit. “Répertoire” Riffaud, n° 9125 (cet ex. cité). Inv. 716

L’autre pièce, une tragédie intitulée Maximian, avait vu le jour pour la première fois en 1662, chez Augustin Courbé et Guillaume de Luynes : c’en est ici une édition hollandaise, sans doute parue à Amsterdam, près de trente ans plus tard. L’intrigue, située à Marseille, s’inspire de la vie de l’empereur Maximien Hercule, bras droit de Dioclétien. Forcé par ce dernier à une retraite commune, il veut remonter sur le trône en écartant son successeur Constantin auquel il a donné sa fille Fauste comme impératrice. La tragédie connut un grand succès dès sa première à l’Hôtel de Bourgogne, comme Jean Loret s’en fit l’écho en vers dans sa Muse historique.

II. Un double apport inédit à la bibliographie « thomascornélienne »

Donnons d’abord quelques notions sur cette comédie intitulée bruyamment Le Baron d’Albikrac. En 1667, la scène comique parisienne est tout entière occupée par un histrion génial : Molière. Alors que les pièces burlesques « à la Jodelet » étaient en train de passer de mode, celles de Molière, frappées du sceau de la nouveauté et même de la modernité, triomphaient, s’attirant quelques remarques peu amènes des Corneille. Quand Le Misanthrope connut un demi-échec et Tartuffe, la censure, Thomas Corneille estima que le temps était venu de renouer avec le genre comique, qu’il avait abandonné depuis 1659. Sans abandonner ses chers modèles espagnols, ni le rôle central du valet-bouffon, il tailla une pièce faite pour le théâtre de l’Hôtel de Bourgogne, un peu en perte de vitesse par rapport à son concurrent, surtout en matière de comédie.

Abraham Bosse, “Acteurs en l’Hôtel de Bourgogne”. Parmi les acteurs sur scène, on reconnaît les farceurs Turlupin, Gaultier-Garguille et Gros-Guillaume. Cliché WikiCommons

Pièce en cinq actes et en vers, la comédie met en scène un amour contrarié entre deux jeunes gens, dans la grande tradition dramaturgique de l’époque. Arrivant d’Angleterre avec son ami Léandre, le jeune Oronte est venu demander secours à une veuve d’un âge avancé afin de soutenir un procès qu’on lui fait. Or, la vieille femme héberge chez elle une jeune nièce nommée Angélique, sévèrement gardée, mais dont Oronte tombe amoureux. Mais l’irascible tante, vieille coquette en quête d’amour, ne veut rien entendre, n’acceptant que sa pupille puisse se marier avant qu’elle-même ait trouvé un nouveau parti, ce qui semble impossible, d’autant plus que, pour tout compliquer, elle finit par s’amouracher d’Oronte ! Pour arranger la situation, Oronte contacte un de ses amis, un noble de province ruiné, le gascon baron d’Albikrac, qui cherche un bon parti sans être trop regardant. Mais il tarde à arriver de son castel et Léandre propose que son valet, La Montagne, joue le rôle de l’aristocrate en retard… Après bien des péripéties, les deux jeunes gens pourront enfin s’épouser, en ayant dupé tout leur monde.

La comédie fut sans doute jouée pour la première fois à l’automne 1667, s’attirant un bon retour du public et ayant notamment beaucoup fait rire Madame (autrement dit Henriette d’Angleterre, la belle-sœur de Louis XIV) qui avait fait tenir une représentation en son hôtel. Sans obtenir un franc triomphe, la comédie eut un écho favorable à la ville comme à la cour, et connut plusieurs reprises jusqu’en 1670, puis à nouveau à partir de 1682 (cette fois à la Comédie-Française). La carrière de la pièce ne devait par la suite plus s’arrêter jusqu’à la Révolution, comptant au moins 168 représentations rien qu’à Paris, sans compter des mises en scène à Bruxelles et à Vienne. Chiffres qui provoquèrent l’étonnement de Gustave Reynier, le biographe de Thomas Corneille, surpris de l’ « énorme succès de cette médiocre comédie d’intrigue, qui n’avait pas le mérite d’être originale ; et ce qu’il y a de plus étonnant, c’est que ce succès dura deux siècles ». Conclusion peu amène et fort peu réfléchie, car justement : le public se serait-il vraiment trompé pendant 200 ans ? Selon certaines sources, le nom du personnage éponyme aurait fourni l’expression “raconter des craques”, mais sa première occurrence remonte en réalité à 1718, sous la forme d’une interjection faisant référence à un majestueux marronnier du Palais-Royal. Planté sous Richelieu et surnommé l’ “Arbre de Cracovie”, il était devenu le lieu de rendez-vous de tous les nouvellistes de Paris. Le nombre de “fake news” échangées sous ses feuilles aurait contribué à ce cri de “Cracq !” comme réaction à une nouvelle jugée fantaisiste ou mensongère.

Thomas Corneille, “Le Baron d’Albikrac”, Paris, Quinet, 1669, édition originale, privilège royal et achevé d’imprimer. Inv. 3041

Ayant obtenu un privilège royal d’impression dès le 21 février 1668, la pièce fut achevée d’imprimer dans l’atelier rouennais de Laurent Maurry le 8 février 1669, puis diffusée sous le nom des libraires parisiens Gabriel Quinet et Claude Barbin, sous la forme d’un in-12, de X-113 pages. C’est donc sur un exemplaire de cette édition originale partagée (qui sera suivie d’au moins dix rééditions[1]) que je retombe durant mon déménagement de l’été 2018, en mettant ma bibliothèque en cartons. L’exemplaire est modeste, avec sa basane brune d’époque, certes desquamée, mais demeurant gentiment patinée et dotée d’une de ses jolis petits dos à nerfs orné auxquels je ne résiste pas. Pourtant, j’avais totalement oublié cet achat déjà ancien, placé en second rayon et même pas entré, par oubli, dans ma base de données ou dans l’inventaire particulier du théâtre XVIIe

Une reliure marquée, mais pourtant dotée (à mes yeux) d’une patine de vécu pas désagréable. Inv. 3041

L’exemplaire se réclama par ailleurs d’une provenance aristocratique de l’époque, arborant sur son contre-plat un bel ex-libris héraldique au dessin complexe : “Écartelé, aux 1 et 4, palé contre-palé d’or et d’azur de six pièces, aux 2 et 3, de gueules, au griffon d’argent, à la bordure d’azur chargée de huit besants d’or“. Grâce aux érudits membres du réseau FB “Héraldique française“, la provenance de ces armes est identifiée : il s’agit de la famille Paviot, des “robins” normands qui possédaient les fief et château de Mussegros. Vu la facture de cet ex-libris, qui sent sa seconde moitié ou sa fin du XVIIe siècle, on peut avancer les noms de Charles Paviot, procureur-général à la Chambre des Comptes de Rouen et acheteur de Mussegros, ou de son fils Charles-Hyacinthe Paviot († 1723), chevalier, seigneur de Bouillon et de Mussegros, conseiller, puis procureur-général  au Parlement de Normandie.

Ex-libris aux armes de la famille normande Paviot de Mussegros, seconde moitié ou fin du XVIIe siècle, dans Thomas Corneille, “Le Baron d’Albikrac”, Paris, Quinet, 1669. Inv. 3041

Ni une, ni deux, je consulte l’excellent, indispensable et richissime « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle », cette colossale base de données en ligne créée par Alain Riffaud, un travail bibliographique qui force l’admiration : https://repertoiretheatreimprime.yale.edu/ . Au sein de ces milliers de notices (comportant toujours une identification du maximum d’exemplaires croisés, en bibliothèques publiques ou privées, avec le plus souvent des photographies des pages de titre), on retrouve notre Baron d’Albikrac sous le numéro de référence 6907. Comme souvent dans ces cas d’éditions partagées, plusieurs pages de titre avaient logiquement été composées. Au minimum, on pouvait s’attendre à deux états : l’un au nom de Quinet, l’autre au nom de Barbin. Mais le baron d’Albikrac n’était pas Gascon pour rien, il était sujet à la surenchère : en 2018, les recherches du prof. Riffaud établissaient l’existence de cinq variantes ! Ces pages de titre au nom des deux libraires parisiens se distinguaient notamment par l’emploi de trois fleurons gravés différents, que nous qualifierons ainsi : 1/ la corbeille de fleurs et fruits en osier tressé losangé ; 2/ la corbeille de fleurs et fruits « à l’ange » ; et 3/ la corbeille de fleurs et fruits à composition rectangulaire. L’état de la situation se présentait donc ainsi :

Thomas Corneille, “Le Baron d’Albikrac”, 1669, édition originale. Exemplaire avec le titre Barbin, avec le fleuron à la corbeille d’osier tressé (1). Bibliothèque de Dublin. Photo extraite du “Répertoire” d’Alain Riffaud.
Thomas Corneille, “Le Baron d’Albikrac”, 1669, édition originale. Exemplaire avec le titre Quinet, avec le fleuron à la corbeille d’osier tressé (1). Bibliothèque de Dublin. Photo extraite du “Répertoire” d’Alain Riffaud.
Thomas Corneille, “Le Baron d’Albikrac”, 1669, édition originale. Exemplaire avec le titre Barbin, avec le fleuron à la corbeille “à l’ange” (2). Bibliothèque Mazarine. Photo extraite du “Répertoire” d’Alain Riffaud.
Thomas Corneille, “Le Baron d’Albikrac”, 1669, édition originale. Exemplaire avec le titre Quinet, avec le fleuron à la corbeille “à l’ange” (2). Bibliothèque de Bourg-en-Bresse. Photo extraite du “Répertoire” d’Alain Riffaud.
Thomas Corneille, “Le Baron d’Albikrac”, 1669, édition originale. Exemplaire avec le titre Quinet, avec le fleuron à la corbeille à composition rectangulaire (3). Bibliothèque de Nantes. Photo extraite du “Répertoire” d’Alain Riffaud.

Et là, patatras, en comparant avec les photos des exemplaires enregistrés (BnF, Dublin, Nantes, etc.), je m’aperçois vite que mon exemplaire présente apriori non pas une, mais deux versions de titre insolites et non répertoriées, dont l’une collée sur l’autre ! Celle « du dessus » est la version Quinet avec la corbeille « à l’ange », mais avec une inédite mention « A Rouen, Et se vend … ». Celle « du dessous », qu’on pouvait parfaitement lire du verso, par transparence, présentait une version Barbin avec le grand fleuron fruits et fleurs en composition rectangulaire qui ne figurait pas parmi les variantes enregistrées dans le « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle ». Échange de courriels immédiat avec Alain Riffaud qui confirme mes observations et enregistre tout de suite cette étonnante et capitale nouvelle qui devait donc ébranler le landernau : Le Baron d’Albikrac avait une sixième et même une septième variante de sa page de titre ! Oui, je vous entends déjà tomber de vos chaises, foudroyés d’effarement…

Thomas Corneille, “Le Baron d’Albikrac”, 1669, édition originale. Exemplaire avec le titre Quinet, avec le fleuron à la corbeille “à l’ange” (2), avec la mention inédite “A Rouen, Et se vend”. Inv. 3041
Thomas Corneille, “Le Baron d’Albikrac”, 1669, édition originale. Par transparence : une page de titre Barbin avec le fleuron à la corbeille de fruits et fleurs à composition rectangulaire (3). Inv. 3041

Blague à part, la recherche (et notamment dans l’histoire du livre, des bibliothèques et de la bibliographie matérielle), c’est aussi ce genre de petits cailloux. Preuve que les collections privées, même modestes, peuvent et doivent se partager, pour permettre l’émergence de documents inédits et compléter ainsi des dossiers. Ce n’est donc pas sans plaisir que je découvris quelques jours plus tard les conséquences de cette mini-découverte au sein du “Répertoire du théâtre imprimé” :

Notice de l’édition originale du “Baron d’Albikrac”, dans son état du 2 août 2018.

Depuis cet été 2018, les recherches d’Alain Riffaud ont encore avancé, de nouveaux exemplaires ont vu le jour (de dix enregistrés en 2018, on est passé à seize). Les choses s’affinent, les exemplaires surgissent, les réputations de rareté s’étiolent (ou se confirment), les bibliographies progressent, même à coup de briquettes aussi modestes que ces deux pages de titre pour l’heure uniques (mais jusqu’à quand ?) du Baron d’Albikrac ! 😉

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 8 octobre 2022


ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Simon Kick (1603-1652), Intérieur avec un officier enfilant sa botte, aidé par un valet, huile sur panneau, New York, collection particulière Lawrence Steigrad Arts. Cliché DR

BIBLIOGRAPHIE

Thomas Corneille, Le Baron d’Albikrac, édition critique établie par Aloys Clarke de Dromantin, mémoire de Master 1, sous la direction du prof. Georges Forestier, Université Paris IV-Sorbonne, 2006-2007 (non publié). Consultable et téléchargeable via cet hyperlien.

NOTES

[1] Suivront en effet : 2nde éd./ une édition sans date, en 112 pp., sortie sans doute dans les années 1670 ; 3e éd./ une contrefaçon hollandaise, in-12 de 96 pp, parue en 1689 et donnant l’auteur comme « P. Corneille » ; 4e à 8e éd./ dans les éditions collectives des œuvres de Thomas Corneille : Paris, Luynes, 1682 / Paris, Luynes, 1692 / Amsterdam, Desbordes, 1701 / Paris, Osmont, 1706 / Amsterdam, Chatelain, 1709 ; 9e éd. / Paris, Compagnie des Libraires, 1764 ; 10e éd. / Paris, Compagnie des Libraires, 1774 ; 11e éd. / Paris, Petite Bibliothèques des Théâtres, 1786.