Archives de catégorie : XVIe siècle

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (21) : UN NOUVEAU « SOLEIL » DE LA REINE MARGOT

UN NOUVEAU « SOLEIL » DE LA REINE MARGOT

En une époque où la légitime parité des sexes dans les fonctions et les professions trouve peu à peu sa concrétisation, il faut bien le reconnaître : la bibliophilie fut et (probablement) demeure un domaine essentiellement masculin. Les raisons en sont en partie évidentes, l’éducation lettrée ayant longtemps été réservée aux garçons. Au mieux acceptait-on d’éduquer les fillettes, mais sans qu’elles se départissent de leur « modestie naturelle », ce que Molière met en scène dans ses Femmes savantes : « Je consens qu’une femme ait des clartés de tout, / Mais je ne lui veux point la passion choquante / De se rendre savante afin d’être savante ; / Et j’aime que souvent aux questions qu’on fait, / Elle sache ignorer les choses qu’elle sait ; / De son étude enfin je veux qu’elle se cache, / Et qu’elle ait du savoir sans vouloir qu’on le sache, / Sans citer les auteurs, sans dire de grands mots, / Et clouer de l’esprit à ses moindres propos »[1]… Bref, sois savante si tu veux, mais tais-toi… L’une des plus précoces études sur la bibliophilie féminine a vu le jour en 1886 sous la plume d’Ernest Quentin-Bauchart, auteur des Femmes bibliophiles de France (XVIe, XVIIe & XVIIIe siècles) (Paris, Librairie Damascène Morgand, deux tomes). L’ouvrage déclencha des sarcasmes d’une rare misogynie dans le landernau des bibliophiles, notamment de la part d’Octave Uzanne[2]. Quentin-Bauchart lui-même posait certaines limites à son sujet : « Beaucoup de grandes dames ont eu des livres aux siècles passés, mais presque toutes en ignoraient le contenu et le titre de bibliophile ne leur est guère applicable. Le livre acquis, relié et rangé avec plus ou moins de méthode dans une armoire luxueuse, l’effet produit et elles s’en tenaient là ». Il y a pourtant eu quelques brillantes exceptions, principalement – disons-le d’emblée – dans des milieux fortunés et/ou aristocratiques, sinon princiers ou royaux.

C’est à l’une de ces grandes bibliophiles du temps jadis que je veux rendre hommage aujourd’hui, en évoquant l’un des rares livres de sa bibliothèque à avoir survécu. Fille et sœur de rois, reine de Navarre, puis de France, cette princesse, la dernière de sa lignée, a conjugué le charme et l’érudition, tout en navigant de son mieux dans l’une des époques les plus troublées de l’Histoire de France. Elle avait pour nom Marguerite de Valois (1553-1615), mais on la connait mieux, surtout depuis Dumas, sous l’appellation de « Reine Margot ».

I. Une reine amoureuse des arts et des lettres

Septième enfant d’Henri II et de Catherine de Médicis, la princesse Marguerite de Valois n’avait que six ans lorsque son père fut mortellement blessé lors d’un tournoi de parade. Son aîné François II étant monté sur le trône (pour peu de temps) et ses soeurs étant déjà mariées, elle fut élevée avec ses frères, notamment les futurs Charles IX et Henri III.

La famille royale vers 1561 : Catherine de Médicis, reine-douairière en deuil, est entourée de ses enfants, Charles IX, Henri duc d’Anjou (futur Henri III), François-Hercule duc d’Alençon et Marguerite. Atelier de Clouet.

Jouant avec eux dans une « bergerie » (pièce pastorale) mise en vers par Ronsard, elle interprétait le personnage de Margot : ses frères l’appelèrent ainsi par la suite, le surnom lui resta. Elle reçut une excellente éducation (ce qui n’était pas le plus courant, non seulement pour les princesses, mais également pour bien des petits princes d’Europe), Catherine de Médicis ayant un intérêt réel (et bien compris) pour l’éducation.

La princesse Marguerite de Valois vers 1560. Atelier de Clouet.

Devenue une jeune fille d’une grande beauté (comme en témoigna Brantôme), elle eut un béguin pour le jeune Henri de Lorraine-Guise (le futur « Balafré »), mais cet amour fut interdit par raison d’Etat. C’est finalement à Henri de Bourbon, roi de Navarre (et futur Henri IV), qu’elle est mariée en 1572 : ces « noces vermeilles » se clôturèrent sur le massacre de la Saint-Barthélemy. Les rapports de la princesse avec son mari furent ambivalents : les époux ne s’aimaient pas, mais ils tentaient de trouver des intérêts communs.

La princesse Marguerite de Valois vers 1572, à l’époque de son mariage. Atelier de Clouet.

Après la fuite de son mari hors de la Cour en 1575, Marguerite, qui soutient par ailleurs les intrigues de son frère cadet le duc d’Alençon (Conjuration des Malcontents), s’attira de plus en plus la haine d’Henri III. Rejoignant enfin son époux à Nérac à partir de 1577, elle y entretint une petite cour extrêmement brillante durant une pause des Guerres de religion. On y discourait du néoplatonisme et de l’amour platonique (alors que les Protestants les plus endurcis dénonçaient de prétendues débauches) ; on y croisait Saluste du Bartas ou Montaigne. Ce fut, comme le raconta Sully, « un temps douce et plaisante ; car on n’y parlait que d’amour, et des plaisirs et passe-temps qui en dépendent ».

Marguerite de Valois et Henri de Navarre dans les années 1570. Livre d’heures de Catherine de Médicis.

La reprise des conflits (qu’on attribue à Marguerite, la septième Guerre de religion portant même le nom de « Guerre des Amoureux »), le refroidissement des relations avec son époux poussèrent la reine de Navarre à rejoindre Paris où elle ne trouva pas meilleur accueil. En 1583, son frère Henri III la chassa de la Cour et finit par l’enfermer au château d’Usson, perdu au cœur de l’Auvergne. « Plus je vais en avant, plus je ressens et reconnais l’ignominie que cette misérable nous fait. Le mieux que Dieu fera pour elle et pour nous, c’est de la prendre », écrivait le roi, un avis partagé par son mère Catherine de Médicis. Dans cette retraite, « parmy les déserts, rochers et montagnes d’Auvergne » (Brantôme), elle lit beaucoup, commençant aussi la rédaction de ses Mémoires.

Marguerite de Valois, « Mémoires », « Jouxte la copie, à Paris », s.n., 1658 (Inv. 11). L’édition originale de ces « Mémoires » (pour une fois authentiques) parut en 1628. Qualifiée de rare par Nodier, cette édition sort des presses bruxelloises de Foppens (qui donna une émission avec son nom au titre).

Après la mort de sa mère et l’assassinat de son royal frère, Marguerite redevint intéressante pour son mari devenu Henri IV. Il voulait annuler leur mariage (la stérilité évidente de Marguerite fournissait un argument solide) et devait par ailleurs consolider son trône en s’assurant le soutien de la dernière des Valois. Avec l’accord de Marguerite (qui obtint de conserver son rang royal, en plus d’un joli pactole sonnant et trébuchant), le mariage fut finalement annulé en 1599, un an après la conclusion de l’Edit de Nantes : la phase de reconstruction du royaume et d’installation de la nouvelle dynastie des Bourbon s’acheva avec le remariage du roi avec Marie de Médicis l’année suivante.

Marguerite de Valois en 1610. Détail du « Couronnement de Marie de Médicis » par Rubens.

C’est finalement en 1605, après près de vingt ans d’exil en Auvergne, que la reine put revenir à Paris, s’installant dans un grand palais sur les quais de Seine, en face du Louvre. Devenue obèse, la dernière des Valois mena une vie brillante durant ses dernières années, faisant de son palais un foyer intellectuel des plus actifs.

II. La bibliothèque d’une véritable amoureuse des livres

Il convient tout d’abord de dresser le portrait intellectuel de Marguerite de Valois, qui fut, sinon une absolue érudite, du moins une véritable « honnête femme ». Ainsi en témoignait le bio-bibliographe La Croix du Maine en 1585 : « Pour revenir à parler de la très-illustre Royne de Navarre, j’oserai assurer (sans que les faveurs et bienfaits que j’ai reçus de Sa Majesté, soient causes de me le faire ainsi laisser par écrits), qu’elle est ornée d’un tel et si divin esprit, et qu’elle est si docte et tant éloquente, qu’elle ne le cède en rien, mais surpasse toutes celles qui sont en réputation d’être bien nourries aux Lettres ; et ce qui est le plus à admirer en ceci, c’est qu’elle a plus de science née avec elle, que par acquisition ou industrie »[3].

Brantôme se montra également admiratif devant l’érudition de la reine, mais aussi devant ses talents littéraires : « elle sçait bien parler, elle sçait autant bien escripre ». Il juge ses lettres familières du niveau de la correspondance de Cicéron : « qui en pourroit faire ung recueil, et d’elles et de ses discours, ce seroit autant d’escolle et d’apprentissage pour tout le monde ». Cette haute culture s’exprima en plusieurs occasions officielles, notamment lorsqu’elle fit réponse, en septembre 1573, à l’évêque de Cracovie, chef de la délégation polonaise venue proposer à Henri de Valois la couronne de ce royaume. Après la harangue latine du prélat, « la Reyne [de Navarre] luy respondist [en français] si pertinemment, et si eloquemment, sans s’ayder d’aucun truchement, ayant fort bien entendu et compris son harangue, que tous en entrarent en si grande admiration, que d’une voix ils l’appellarent une seconde Minerve ou deesse d’eloquence » (Brantôme). En septembre 1578, c’est devant les membres des Etats de Bordeaux que s’exprime la reine, répondant « si elloquemment, si sagement et si promptement, et aveq telle grace et majesté, mesmes à ung chacun, par un tel changement de parolles, que je vis le soir ledict premier President, qui me vint dire, et à d’autres, en la Chambre de la Reyne, qu’il n’avoist jamais ouy mieux dire en sa vie quiconques fust » (Brantôme). Cette remarquable latiniste participa aussi aux séances de l’Académie du Palais (réunion d’érudits mise en place par son frère Henri III dès 1576) et fréquentait le « salon vert » de l’érudite Catherine de Clermont-Dampierre (la maréchale de Retz)[4].

Rien d’étonnant, dès lors, qu’elle ait mis un point d’honneur à monter une belle bibliothèque, comme le souligna Brantôme : « elle estoit fort curieuse de recouvrer tous les beaux livres nouveaux qui se composoient tant en lettres sainctes qu’humaines », pratiquant l’étude « jusqu’à en perdre le manger et le dormir ». Son exil auvergnat renforça encore, selon ses propres dires, sa fréquentation des livres : « ayant passé le temps de ma captivité au plaisir de la lecture, où je commençay lors à me plaire ; n’ayant cette obligation à la fortune, mais plustost à la providence divine, qui dès lors commença à me produire un si bon remede pour le soulagement des ennuis qui m’estoient preparez à l’advenir »[5].

Mais que reste-t-il de cette bibliothèque, ou plutôt, très probablement, de ces bibliothèques ? Car la princesse, puis reine en eut sans doute plusieurs tout au long de sa vie, d’abord au Louvre, puis à Nérac, ensuite en Auvergne, pour finir dans son palais parisien. Mais nous ne possédons en vérité qu’une vision tardive et partielle des livres de Marguerite, à travers deux inventaires, l’un réalisé de son vivant en 1608 (probablement au moment du déménagement des livres dans l’hôtel de la rue de Seine), l’autre dressé le 27 mars 1615, après son décès[6].

Le palais de la reine Marguerite sur les quais de Seine. Détail du plan de Paris par Mérian (1615).

Rédigé en vue de la vente aux enchères de cette bibliothèque, l’inventaire de 1615 énumérait 281 entrées, montrant une grande variété de livres, d’auteurs grecs, latins, français, italiens et espagnols (les auteurs antiques ou étrangers étant le plus souvent en traduction française)[7]. Chose assez exceptionnelle, cette liste indiquait de manière relativement précise la manière dont les volumes étaient reliés.

La question des reliures Marguerite fut en effet longue à démêler. Quentin-Bauchart, dans son travail fondateur, avait malheureusement pris une direction totalement erronée, identifiant les livres de provenance Marguerite comme étant ces volumes richement ornés de semis de fleurs qui apparaissaient alors sur le marché : il en dénombra ainsi soixante-douze. Mais en 1935, dans sa magistrale étude Les Reliures à la fanfare, Geoffrey D. Hobson parvint à identifier ces reliures portant un écu chargé de trois fleurs de lys sur une bande cintrée comme étant celles de la bibliothèque de Pietro Duodo, ambassadeur de Venise à Paris : ce style de reliure gagna au passage le nom de « reliure “à la Duodo” ». Par la même occasion, mettant à profit des mentions d’achat portées en 1615 dans deux ouvrages conservés à la Bibliothèque de Pau et à la Pierpont Morgan Library de New York, il parvint à établir que les livres de la reine Margot arboraient en réalité un décor « au soleil à visage », agrémenté de coquilles, motifs déclinés par plusieurs fers en fonction du format des volumes. Les indications de l’inventaire de 1615 laissent penser que la majeure partie des ouvrages les plus précieux, recouverts de maroquin (82 titres, contre 60 en vélin parfois doré, 42 en veau, 52 en parchemin, un en velours, etc.), présentait ce même décor. Un livre de comptes, relié en vélin doré, est même décrit de manière minutieuse comme ayant « au millieu une esquiere [une pièce], ung soleil dedans, coquilles aux coings et fillets dor ». D’autres décors émergèrent par ailleurs, en premier lieu un impressionnant « soleil à l’œil » (un soleil « cyclope » en somme) radiant, réservé aux quartos et folios, sans compter quelques reliures au décor disparate (surtout des exemplaires ou manuscrits de présentation).

Aux neuf volumes recensés par Hobson (pour tous les types de reliure) se sont ajoutés, au fil des découvertes en bibliothèques publiques ou des ventes aux enchères, quelques nouveaux volumes « au soleil à visage ». En juillet 2016, dans un très bon article publié sur le « Blog du Bibliophile », Philippe M. livrait un nouveau recensement des exemplaires connus, portant leur nombre à vingt-trois, dont dix à reliures de décors variés, quatre avec le « soleil cyclope » et dix avec le « soleil au visage ». Voici le détail de ces derniers, rangés par ordre chronologique de parution :

  • Philibert de L’Orme, Le premier tome de l’Architecture, Paris, F. Morel, 1568, in-folio, maroquin rouge (coll. priv.) ;

  • Claude Guichard, Funerailles et diverses manieres d’ensevelir des Romains, Grecs et autres nations, Lyon, J. de Tournes, 1581, in-4, maroquin rouge (Paris, Librairie Belin, 1912)
  • Antonio de Torquemada, Hexameron, ou six jours contenans plusieurs doctes discours, Paris, P. Brachonier, 1583, in-16, maroquin rouge (Tours, BM) ;

  • Louis de Grenade, Prédications, Paris, 1584, in-4, maroquin rouge (Oxford, Bibliotheca Bodleiana) ;
  • Lancelot du Voisin, seigneur de La Popelinière, L’Amiral de France, Paris, Thomas Perier, 1584, in-4, maroquin brun (New York, Pierpont Morgan Library) ;
  • Jean-Aimé de Chavigny, La première face du Janus françois, Lyon, 1594, in-4, maroquin brun (Paris, Bibliothèque de l’Arsenal) ;

  • Dante, La Comédie…, Paris, Jehan Gesselin, 1597, in-12, maroquin havane (3e volume seul [Paradis], vente Binoche, Paris, nov. 2011) ;

  • Jean Liébault, Trois livres appartenans aux infirmités et maladies des femmes, Lyon, Jean Veyrat, 1597, in-8, maroquin brun (vente Alde, Paris, nov. 2015) ;

  • Platon, La République, Paris, Fédéric Morel, 1600, in-folio, maroquin rouge (Paris, Bibliothèque de la Sorbonne) ;

Quelques mois plus tard, le même passionné mentionnait dans un addendum avoir repéré un nouvel exemplaire grâce aux archives d’un site de libraire parisien : c’était bel et bien un onzième exemplaire « au soleil à visage » … et le voici.

III. Un vingt-quatrième « Marguerite » : le Xénophon de la reine

 Bien qu’ayant bénéficié d’une mise en avant sur un stand du Salon international du livre ancien de Paris, au Grand-Palais, au printemps 2009, l’exemplaire n’avait pas trouvé preneur. Il faut dire que l’exemplaire, complet mais avec une reliure lourdement restaurée et marquée de bien des vicissitudes[8], ne pouvait a priori être qualifié de séduisant, d’autant plus que la notice descriptive évoquait vaguement, sur la foi des fers, « une illustre provenance non identifiée ». Pas de quoi se relever la nuit, en somme ! A l’automne 2010, le libraire, déçu de la mévente de l’ouvrage, remit l’exemplaire en circulation à un prix nettement plus abordable (au dixième de la somme d’abord demandée, en fait) sur un site bien connu de ventes aux enchères. En découvrant l’annonce et la photo de la reliure, quel coup au coeur ! Après quelques jours d’anxiété, l’ouvrage me revint finalement à un prix modeste. Sauvée du caniveau (ou peu s’en faut), cette relique reliée en maroquin rouge aux emblèmes de la reine Marguerite prit place peu après sur mes rayons.

Xénophon, « Cyropédie » (Lyon, De Tournes, 1555). Exemplaire de la reine Marguerite de Valois, dans une reliure de maroquin rouge à ses emblèmes. (Inv. 1150).

Venons-en au texte sous la reliure. Ecrite aux environs de 370 av. J.-C., la Cyropédie du général et homme d’Etat athénien Xénophon (v. 430-v. 355 av. J.-C.) est une biographie, déclarée par l’auteur lui-même comme étant « en partie fictive », du souverain perse Cyrus II le Grand (qui régna entre 559 et 530 av. J.-C.). Devenu en latin Cyropaedia, le titre grec original était Κύρου παιδεία / Kúrou paideía, autrement dit « L’Éducation de Cyrus ». Le texte, en effet, appartenait au genre des « miroirs des princes » édifiants, censés apporter un modèle d’éducation idéal, en premier lieu pour les gouvernants. Selon Aulu-Gelle, qui en parle dans ses Nuits Attiques, Xénophon aurait écrit cet ouvrage en réaction aux premiers livres de la République de Platon. Durant toute l’Antiquité gréco-latine, la Cyropédie fut considérée comme une référence pour envisager « l’éducation du dirigeant idéal, entrainé pour gouverner ses sujets admiratifs et consentants comme un despote bienveillant ». Le texte survécut aux Âges sombres et demeura en faveur au fil des siècles, lu aussi bien durant le Moyen Age (à travers des traductions latines) que durant la Renaissance: il influença notamment  Machiavel.

Rien d’étonnant donc que la Cyropédie ait reçu les honneurs précoces de l’impression : son édition princeps (latine) vit le jour à Rome dès 1474. Il fallut en revanche attendre le milieu du XVIe siècle pour qu’une traduction française voit le jour. Son auteur était une personnalité haute en couleurs et fort attachante : Jacques de Vintimille (v. 1512-1582) (dont je publierai une biographie dans le dernier tome du Dictionnaire biographique des poètes français de la seconde moitié du XVIe siècle mené aux côtés de Jean Paul Barbier-Mueller). Descendant des marquis d’Ivrée (brièvement rois d’Italie au Xe siècle), mais aussi des empereurs byzantins de la dynastie Paléologue, Jacques avait dû quitter son île natale de Rhodes en 1523, après l’invasion ottomane (le garçonnet fut même grièvement blessé pendant les combats). Exilé à Lyon, soutenu par la diaspora byzantine (notamment par son parent l’érudit Lascaris), il se montra brillant sujet et poète précoce, attirant l’attention de François Ier en personne, toujours à l’affût d’hommes de talent. Le jeune exilé reçut bientôt une commande royale : traduire en français la Cyropédie de Xénophon. Ce travail de version ne le rebutait pas, il devait même en faire l’éloge plus tard : « J’ay tousjours estimé que ce n’est pas moins d’honneur de bien traduire que d’inventer. (…) Les autheurs plus signalez, qu’ont-ils faict autre chose que traduire, imiter, refaire, desguiser et compiler les inventions d’autruy ? Conférez les Grecs aux Latins, vous trouverez que Plaute et Térence ne sont autre chose que Ménandre et Aristophane deguisez ; Cicéron, orateur tant estimé, imitateur et singe de Démosthène ; Virgile, poëte sans pair, translateur de Théocrite, Hésiode et Homère… »[9]. En 1547, ayant achevé les deux premiers livres de sa traduction, Vintimille voulut les présenter au roi à Rambouillet, mais ce dernier décéda peu avant de recevoir le manuscrit. Son successeur Henri II reçut donc l’hommage de la version complète de ce Xénophon traduit par « Jaques de Vintemille, Rhodien », publié à Paris par Jean Longis en 1547. Mais l’exemplaire possédé par la reine Margot appartenait à la deuxième édition de cette traduction, donnée à Lyon en 1555 par le célèbre éditeur-libraire Jean de Tournes[10].

Xénophon, « Cyropédie », traduction par Jacques de Vintimilles (Lyon, De Tournes, 1555), page de titre. (Inv. 1150)

Comme toutes les éditions sorties de cet atelier lyonnais, cette édition était de toute beauté, depuis la page de titre encadrée de rinceaux typographiques jusqu’au moindre cul-de-lampe, en passant par ces grandes initiales à fond criblé ou tout simplement par la composition parfaitement équilibrée de chaque feuillet. Ce petit in-quarto de (24) 248 pp. (6 de table + 1 privilège) portait exactement le titre de La Cyropedie de Xenophon, de la Vie & Institucion de Cyrus Roy des Perses. Traduite de Grec par Jaques des Comtes de Vintemille Rhodien, Conseiller du Roy au Parlement de Dijon. Une troisième édition de la traduction de Vintimille devait encore voir le jour, à Paris, en 1572, chez Vincent Norment.

Xénophon, « Cyropédie », traduction par Jacques de Vintimilles (Lyon, De Tournes, 1555), pp. 16-17. (Inv. 1150)

Comme une partie des exemplaires conservés de cette bibliothèque, ce Xénophon ne figure pas dans l’inventaire après-décès de 1615. Comme l’a bien noté Marie-Noëlle Baudoin-Matuszeck sur la base de plusieurs indices, « il apparaît certain que Marguerite acquit et posséda au cours de sa vie un nombre plus considérable de livres qui furent donnés, dispersés, ou qui restèrent peut-être dans l’un ou l’autre de ses demeures »[11]. Ainsi, l’exemplaire de L’Amiral de France de La Popelinière cité ci-dessus porte-t-il la mention « Donné par le Royne Marguerite au soubsigné son secretaire en l’année 1605, Bernard »[12]. La place des auteurs antiques dans cette bibliothèque était importante, mais il faut noter que tous ou presque, qu’il s’agisse de Grecs ou de Romains, étaient en traduction française. On ne possède pas de preuves directes que la princesse connaissait le grec (mais ce n’est pas du tout impossible, attendu que son précepteur Pierre du Chastel était un helléniste hors-pair), mais nous avons vu ses capacités en latin. Il faut donc en conclure que Marguerite de Valois, toute érudite qu’elle ait été, préférait manifestement avoir le plaisir d’une bibliothèque de vraie lectrice, avec un accès direct et rapide aux textes, à une bibliothèque de travail pour humaniste professionnel ou de pur apparat. On relève ainsi la présence de nombreux historiens grecs, comme Plutarque, Thucydide, Diodore de Sicile, Polybe ou Hérodien.

Tant en raison de la nature du texte (une éducation des princes), du commanditaire de la traduction (François Ier) et du dédicataire final (son fils Henri II), la Cyropédie de Xénophon version Vintimille accompagna en quelque sorte la dynastie des Valois-Angoulême jusqu’à la mort de sa dernière représentante, Marguerite. On retrouve en effet l’œuvre dans la bibliothèque d’au moins deux autres membres féminins de la famille. Tout d’abord la propre mère de la princesse, la redoutable Catherine de Médicis (1519-1588)[13].

Catherine de Médicis, vers 1565. Atelier de Clouet.

Cette dernière possédait cette même édition lyonnaise Jean de Tournes de 1555, dans une condition somptueuse : ce volume, qui était sans aucun doute l’exemplaire même de présentation,  a survécu, passant au fil du temps dans plusieurs collections prestigieuses[14]. Relié en maroquin citron, rehaussé de bandes d’entrelacs en argent autour des plats, il présentait, au centre des plats et parmi les entrelacs, des semis de chiffres monogrammés, avec les armes royales en or et argent, avec les tranches dorées. On a pu, à juste titre, qualifier cet exemplaire comme « l’un des plus remarquables spécimens de l’art de la reliure à l’époque de la Renaissance française ».

Xénophon, « Cyropédie » (Lyon, De Tournes, 1555). Exemplaire de Catherine de Médicis, aux armes.

La seconde mention repérable nous mène à la bibliothèque de la belle-sœur de Margot, la reine Louise de Lorraine-Vaudémont (1553-1601), mariée à Henri III en 1575 (un vrai mariage d’amour, pour le coup, en totale opposition avec celui de Marguerite avec Henri de Navarre). Cette princesse pieuse et aimable, sincèrement éprise de son mari, lui survécut douze ans, avant de s’éteindre au château de Chenonceaux, devenu sa retraite. Ses livres, d’un contenu varié, sont bien connus grâce à l’inventaire établi après son décès et publié en 1856[15]. Dressé le 8 janvier 1603, cet examen des biens de la souveraine disparue décrivait notamment « une chambre appelée cabinet [dénommé ailleurs comme le « cabinet appellé librayrie »], qu’elle a dict estre le cabinet de la dicte deffunte royne Louise, dernière douairière, depeincte de ses devises, où ont esté trouvez les meubles cy-après, qui ont esté descritz et inventairiez comme s’ensuit. (…) Et ce faict avons faict lever le scellé aposé contre la serreure dudict coffre et faict ouvrir icelluy dans lequel se sont trouvez les livres cy-après … »[16]. Parmi ces volumes, on relève donc « La Cyropedie de Xenophon, couvercte de marrocquin rouge, dorée par la tranche, estimée trante solz »[17].

Louise de Lorraine-Vaudémont, reine de France, vers 1575. Dessin de Jean Clouet.

Comme on l’a vu, l’exemplaire présenté n’appartenait sans doute plus à la reine Marguerite au moment de son décès en 1615. Par quelles mains passa-t-il depuis le début du XVIIe siècle ? Le livre n’est pas avare en indications pourtant, mais les ex-libris manuscrits ont tous été, au fil des propriétaires, cancelés les uns après les autres. Datant peut-être de la fin du XVIe siècle, on trouve sur le contre-plat inférieur, parmi quelques essais de plume, deux chiffres complexes, l’un présentant un double « D » affronté, et l’autre, très intéressant, associant les lettres grecques « Μ », « Α », « Δ » et « Φ », qui n’est pas sans faire penser au monogramme souvent associé à Marguerite dans des manuscrits lui ayant appartenu.

Xénophon, « Cyropédie », traduction par Jacques de Vintimilles (Lyon, De Tournes, 1555), essais de plume et monogrammes au contre-plat inférieur. (Inv. 1150)
Monogrammes dans un recueil manuscrit de poésies ayant appartenu à Marguerite de Valois (Paris, vers 1576). Reproduit dans Fr. Rouget, op. cit.

Du début XVIIe siècle, d’après la graphie, daterait un certain « Henry de la XXX », qui signe aussi « Enrique de la XXX ». Trois autres propriétaires ont eux laissé leur nom entre la fin du XVIIe et le courant du XVIIIe siècle. Le seul ex-libris réellement déchiffrable demeure donc celui de Germain Buisson, substitut du procureur du Roi à Saint-Malo, daté de 1815 (porté au verso du titre)[18]. La restauration de la reliure, qui n’est pas inhabile et a su préserver le maximum des parties sauvables tout en restituant quelques éléments à l’identique, est manifestement du XXe siècle, mais aucun indice pour retracer le parcours récent de cet exemplaire, en dehors de quelques mentions de libraire au crayon (qui ne m’évoquent pas une maison en particulier). Espérons que maintenant que ce volume a retrouvé sa véritable identité, il pourra poursuivre au grand jour son parcours dans le futur, à travers ses prochains propriétaires ! Et qu’il trouvera bientôt de nouveaux compagnons de route, car vingt-quatre exemplaires de provenance « Margot », c’est quand même bien peu… Ce Xénophon royal n’est pas, et de loin, le plus beau livre de ma bibliothèque, mais j’ai pourtant un faible pour cet ouvrage cabossé et resté longtemps méconnu.  Sic transit gloria mundi : cela rend d’autant plus émouvante cette rare relique livresque d’une des reines les plus hautes en couleurs de l’histoire de France.

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 18 décembre 2017


NOTES

[1] Clitandre, dans Molière, Les Femmes savantes, acte I, scène 3.

[2] « Les femmes bibliophiles ! Je ne sache point deux mots qui hurlent plus de se trouver ensemble dans notre milieu social ; je ne conçois pas d’accolade plus hypocrite, d’union qui flaire davantage le divorce ! La femme et la bibliofolie vivent aux antipodes, et, sauf des exceptions aussi rares qu’hétéroclites, – car les filles d’Eve nous déroutent en tout, – je pense qu’il n’existe aucune sympathie profonde et intime entre la femme et le livre ; aucune passion d’épiderme ou d’esprit ; bien plus, je serais tenté de croire qu’il y a en évidence inimité d’instinct, et que la femme la plus affinée sentira toujours dans l’affreux bouquin un rival puissant, inexorable, si éminemment absorbant et fascinateur qu’elle le verra sans cesse se dresser comme une impénétrable muraille entre elle-même et l’homme à conquérir » (sic) (Octave Uzanne, « Les Femmes bibliophiles », dans Les Zigzags d’un curieux : causeries sur l’art des livres et la littérature d’art).

[3] La Croix du Maine, Les Bibliothèques françoises de La Croix du Maine et Du Verdier, Paris, Saillant, Nyon et Lambert, 1772, tome II, p. 83.

[4] Voir notamment François Rouget, « Les orateurs de la Pléiade à l’Académie du Palais (1576) : étude d’un album manuscrit ayant appartenu à Marguerite de Valois », dans Renaissance and Reformation / Renaissance et Réforme, n°31-4, automne 200, pp. 19-42.

[5] Marguerite de Valois, Mémoires, Paris, Charles Chappellain, 1628, p. 147.

[6] Pour une transcription complète de ce document d’archives tiré du Minutier central des notaires de Paris, voir Marie-Noëlle Baudoin-Matuszeck, op. cit., pp. 284-292.

[7] Pour une étude de la composition de ce fonds, voir Marie-Noëlle Baudoin-Matuszeck, op. cit., pp. 275-278.

[8] Description d’après le catalogue du libraire : « Plein veau brun [sic], dos lisse orné de médaillons dans lesquels sont des soleils ou des fleurs. Plats avec au centre un médaillon constitué d’une couronne de laurier à l’intérieur duquel se trouve un soleil, double filet d’encadrement avec dans les écoinçons des coquilles saint Jacques. Exemplaire restauré aux coiffes et mors, coins et une partie du plat supérieur. 1 fer de coquille saint Jacques refait. Belle reliure malgré sa restauration qui évoque par ses fers une illustre provenance non identifiée. Manque angulaire comblé en page de titre. Feuillet de garde doublé. Page de titre bruni en marge droite. Mouillure en marge droite jusqu’à la page 60 allant en s’estompant, et mouillure sur les pages jusqu’à la p. 3. De la p. 81 à 140, galerie de vers dans le coin de la marge droite basse. P. 197 jusqu’à la fin, mouillure en marge droite allant en s’accentuant. Le privilège a été restauré, en comblant des manques marginaux. Page très tâchée. »

[9] J. de Vintimille, « Discours et advertissement aux censeurs de la langue françoise », dans Histoire d’Herodian, excellent historien grec…, Paris, Fédéric Morel, 1580 (seconde édition) (cité d’après Ludovic de Vauzelles, Vie de Jacques, comte de Vintimille, conseiller au Parlement de Bourgogne, littérateur et savant du seizième siècle…, Orléans, H. Herluisson, 1865, p. 52).

[10] Brunet, V, col. 1498. Cartier, II, p. 403, n° 316.

[11] M.-N. Baudoin-Matuszeck, op. cit., p. 282.

[12] Id., p. 278.

[13] Sur la bibliothèque de cette dernière, voir, outre les sources déjà citées sur les femmes bibliophiles, un article dédié à ses livres en 2009 sur le blog « Le Bibliomane moderne ».

[14] On le retrouve notamment dans les bibliothèques Hayford-Thorold, Guyot de Villeneuve, L. de Montgermont et pour finir, dans la première partie de la vente Rahir en 1930 (lot n° 250, vendu pour la somme considérable de 322’000 francs).

[15] Prince Augustin Galitzin, Inventaire des meubles, bijoux et livres estant à Chenonceaux le huit janvier MDCIII, précédé d’une histoire sommaire de la vie de Louise de Lorraine, reine de France, suivi d’une notice sur le château de Chenonceaux, Paris, Jules Techener, 1856.

[16] Notons par exemple, au fil de l’inventaire : Cosmographie universelle de Thévet (2 tomes in-folio recouverts de vélin blanc) ; Vies de Plutarque (recouvert de veau rouge) ; Bible, vies des saints, livres de piété ; Histoire de France de Du Haillan ; Chirurgie d’Ambroise Paré ; Bembo, Sannazaro, Arioste ; Pères de l’Eglise, dont plusieurs saint Augustin ; Horace, Tacite, Virgile, Cicéron, Démosthène, Tite-Live ; etc.

[17] A. Galitzin, Inventaire…, op. cit., p. 11.

[18] A donné une traduction de L’Histoire du mahométisme, comprenant la vie et le caractères du prophète arabe… de C. Mills, dédiée au comte Daru, publiée au profit des Grecs et imprimée à Guernesey, Dumaresq et Mauger, 1826, se vend à  Paris, Dondey-Dupré libraire. Est alors présenté comme de Rennes, avocat et ex-substitut. Semble aussi avoir été poète.


ILLUSTRATION D’EN-TÊTE :

La belle Isabelle Adjani interprétant le rôle de Marguerite de Valois, dans le film La Reine Margot (1994) de Patrice Chéreau, adapté du roman de Dumas. Ce dernier avait porté son livre sur la scène dans une pièce de même titre représentée pour la première fois en 1847 (elle durait neuf heures !).

MONETA (13) : AU LARGE DE MADAGASCAR, LE «SANTIAGO»

LE TRESOR DU SANTIAGO

(BASSAS DA INDIA, 1585)

Le naufrage de la riche nef portugaise Santiago en 1585 est sans doute l’un des plus connus et documentés de l’époque. Intervenue sur un des endroits les plus inhospitaliers de la planète, les « Bassas da India », dans le canal du Mozambique, cette tragédie humaine marqua les esprits et les relations laissées par les quelques survivants furent des succès d’édition à travers l’Europe. La catastrophe ne fut cette fois pas le fruit d’une tempête, mais d’une criminelle erreur de navigation… Il fallut attendre près de quatre siècles pour que l’épave et son riche trésor soient finalement retrouvés.

I. Le bateau

La nef (ou sao) Santiago était un lourd bâtiment au long cours, alliant une grande capacité de stockage et un armement puissant : en somme, une sorte de galion commercial.

Jaugeant 900 tonneaux, il mesurait environ 50 mètres de long pour une largeur maximale de 16,5 mètres. Défendu par douze canons de bronze (deux « camelos », deux « esperas » et huit « berños » aussi désignés comme « falconetes » en raison de leurs dimensions), il embarqua pour son dernier voyage pas moins de 450 personnes, membres d’équipage et passagers (dont trente femmes et plusieurs enfants). Le navire était commandé par le capitaine-général Fernão de Mendonça, assisté du pilote Gaspar Gonçalves et du maître d’équipage Manuel Gonçalves.

Caravelle portugaise vue par Cranach, dans son tableau « La Chute d’Icare »

Le 10 avril 1585, le Santiago appareilla de Lisbonne, pour se rendre dans la riche cité de Goa, en Inde. Le navire était la nef capitane d’un convoi comptant cinq autres navires : les nefs São Salvador, Santo Alberto, Saõ Lourenço et le galion Saõ Pedro (qui rebroussa rapidement chemin en raison d’avaries). En fait, le convoi se dissémina tout au long de la route et les bateaux arrivèrent en Inde de manière très dispersée, après s’être perdus de vue les uns après les autres. En ce qui concerne le Santiago, le voyage suivit son cours de manière à peu près normale : croisement des îles du Cap Vert le 1er mai (Saint-Jacques) ; passage de l’équateur le 28 mai ; au large de Tristan da Cunha vers la fin juin ; arrivée en vue du cap de Bonne-Espérance le 12 juillet. Le tout rythmé par de nombreuses messes et autres fêtes religieuses pour préserver le moral des passagers, à défaut de leur santé : le scorbut avait déjà fait son apparition chez les passagers les plus faibles.

Bateaux doublant le cap de Bonne-Espérance, sur une carte hollandaise du XVIIe siècle

Il fallut plus de deux semaines pour doubler le cap, en raison de vents contraires persistants. Se posa alors la question de la route à suivre. A partir de Bonne-Espérance, les nerfs portugaises gagnaient en effet l’Inde par deux voies : la route « externe » (por foras) qui passait par l’Océan Indien, au large et à l’est de Madagascar, ou la voie « interne » (por dentros) qui empruntait le canal du Mozambique, entre la côte africaine et Madagascar. Ce choix était dicté par le calendrier des moussons, sachant qu’il y avait un risque de rester bloqués pour hivernage soit à Moçambique, soit à Cochin (sud de l’Inde). Sous la pression des marchands soucieux d’arriver le plus rapidement possible, la « route externe » fut d’abord choisie, mais, le 16 août, de violents vents d’ouest incitèrent le pilote à emprunter finalement la « route interne », le canal du Mozambique.

Le canal du Mozambique sur un portulan du début du XVIe siècle : aucune île, aucun récif n’est encore porté entre la côté africaine et Madagascar.

 

II. Le naufrage

Or, le canal du Mozambique est un endroit dangereux, semé d’îlots et de récifs affleurant ; aujourd’hui encore, à l’heure du positionnement par satellite, sa navigation demeure difficile : alors que dire du XVIe siècle, quand les marins avançaient à l’estime, à partir de cartes et portulans sommaires ? Ces bouts de terre, dont la majeure partie font partie des Territoires français d’Outre-Mer sous le nom significatif d’ « Iles éparses », se nomment Europe, Tromelin, Glorieuses ou Juan de Nova, sans même parler de la plus importante Mayotte. En fait aussi partie le redoutable récif des « Bassas da India ». Située à environ 400 kilomètres de l’Afrique et de Madagascar (soit en plein milieu du canal du Mozambique), cette barrière de corail forme un anneau d’environ douze kilomètres de diamètre, ceinturant un lagon peu profond, le tout placé au sommet d’un ancien volcan sous-marin issu de nulle part (ce qui explique que rien ne signale l’arrivée du banc à la sonde : on passe de profondeurs de plusieurs centaines de mètres à l’affleurement, sans aucun préavis).

Carte des Bassas da India et de ses eaux : le cercle rouge désigne la zone du naufrage du « Santiago »

À part quelques rochers « culminant » à un peu plus de deux mètres d’altitude, ces coraux et bancs de sable sont presque entièrement submergées à marée haute ; au mieux, on se déplace avec de l’eau jusqu’au genou à marée basse.

Vue aérienne des Bassas da India, depuis le nord-est

Ce lieu impropre à toute vie avait été découvert vers le début du XVIe siècle par un navigateur portugais nommé Lopo de Abreu. En novembre 1505, l’ordre de mission donné à un capitaine partant pour Goa stipule de reconnaître la position exacte de ces hauts fonds, « pour la sécurité de la ligne des Indes ». L’année suivante, l’atoll gagne son premier nom, « Baixos da Judia » (Bancs de la Juive), d’après le nom du bateau Judia du capitaine João Colaço. Les portulans enregistrent pour leur part cette barrière naturelle aux environs de 1513 (carte de Francisco Rodrigues, conservée à la Bibliothèque de l’Assemblée nationale).

« Bassas da India » portées sur la carte de Le Testu (1555), sous la forme de hauts-fonds

Le pilote du Santiago, Gaspar Gonçalves, avait bien connaissance du banc, comme d’ailleurs d’autres membres d’équipage et passagers. Il commit pourtant une erreur grossière de navigation, en fixant la position de son bateau à « 22° un tiers », ce dont tentèrent de l’avertir certains officiers et marins « qui firent eux aussi le point, trouvèrent 22° et demi, ce qui était juste, et avertirent aussitôt qu’ils allaient s’échouer cette nuit sur le banc de la Juive »[1]. A l’écoute de ces débats inquiétants, le malaise régnait et plusieurs passagers auraient eu des prémonitions, comme cet « enfant de sept ans, qui dormait avec son père, se réveilla en sursaut, peu avant l’accident, et lui dit que la nef éclatait en morceaux »[2]. Pourtant, dans la soirée du 19 août, on avait vu disparaître les oiseaux « alcatrazes » (albatros ou mouettes ?)  qui suivaient le bateau depuis la veille. Certains avaient voulu en conclure que les terres les plus proches, autrement dit les bancs, avaient été dépassées.

Une nef approchant de « Bassas da India », sur une carte hollandaise du XVIIe siècle

Le drame était dès lors inévitable. Le 19 août 1585, vers 22 heures et sans le moindre préavis des vigies, « le navire, qui filait toutes voiles dehors, poussé en poupe par un vent meilleur qu’ils n’en avaient jamais eu depuis le départ, heurta de plein fouet le banc. (…) Le navire donna trois terribles chocs, dans lesquels toute la carène fut arrachée et renversée, car le haut-fond était escarpé, puis elle fut rejetée sur les récifs. La partie haute du vaisseau heurta à son tour le banc. Deux des ponts furent mis en pièces et les deux ponts supérieurs, portant la mâture et les voiles poussées par le vent, vinrent s’encastrer sur les récifs. (…) Sous la force de l’impact, le mât se brisa au ras du deuxième pont, au niveau de l’étambrai, puis on trancha ses haubans et il s’abattit complètement. Il est certain que si le vent avait soufflé quelque peu moins fort, tout le monde aurait coulé à pic en un rien de temps »[3].

Le naufrage du « Santiago », selon un gravure de Pierre Bret (« Tabularum geographicum… », 1606)

Drossée sur la barrière de corail, la nef se désintégrait peu à peu dans un bruit de cauchemar, au milieu du fracas des vagues. Voyant leur fin prochaine, les passagers et membres d’équipage demandaient à grands cris la confession aux six prêtres et moines présents sur le bateau : toute la nuit passa ainsi. Comme le raconta le père Pedro Martins, « ce naufrage, nonobstant, eut des circonstances qui en font à mon avis le plus effroyable ou l’un des plus effroyables et horribles qu’il y eut au monde. La première fut le temps, à savoir une nuit des plus ténébreuses où l’on ne voyait ni ciel ni terre, et à peine les rouleaux de la mer qui nous submergeaient sans relâche. La seconde, de nous avoir pris en plein sommeil, si bien que nous étions presque tous semi-dénudés. La troisième, d’avoir été de minuit jusqu’à l’aube en une continuelle agonie de la mort, parmi les débris du tillac sur lequel les vagues déferlaient sans cesse, sans oublier les cris et lamentations de tous (…). D’autres étreignaient les deux croix, l’une du château de poupe, et l’autre de celui de proue, en versant mille lamentations et mille larmes. En cette nuit des plus obscures passée au milieu des vagues, accrochés à nos bouts de planches, nous n’entendîmes que des cris, des pleurs “Seigneur Dieu !”, “Miséricorde !” : chacun n’avait d’autre soin que de sauver son âme, car nous tenions tout le reste pour perdu, et, en cette immense affliction, nous fûmes tous occupés à mourir sans jamais cesser de mourir »[4].

Le lever du jour n’apporta guère d’encouragements : les naufragés se découvrirent perdus sur un récif sans la moindre terre émergée, flottant au milieu des débris échappés de leur navire brisé en trois morceaux : « la proue, la poupe et le flanc faisaient une sorte de triangle, avec au nord une brèche (…). Ces trois parties formaient en leur centre un vaste bassin, dans lequel un homme, même grand, n’avait pas pied à marée haute, et où l’eau montait au genou à marée basse ». A cette heure, on estimait à douze le nombre de victimes du naufrage à proprement parler ; autant devait périr dans la matinée en essayant de récupérer des débris de bois pour en faire des radeaux. Le capitaine-général Fernão de Mendonça, accompagné du maître d’équipage Manuel Gonçalves et d’une vingtaine de marins et de passagers (dont un enfant de neuf ans que son père avait caché), tenta de reconnaître des rochers à l’autre bout du lagon, qui semblaient constituer un îlot. Peine perdue, et voyant la cause désespérée, les occupants du canot décidèrent (contre l’avis du capitaine-général, a-t-on dit) de mettre le cap vers la côte africaine.

La fuite des embarcations et l’abandon des passagers sur l’épave du « Santiago »

Ce premier abandon fut rapidement suivi de plusieurs autres. Un radeau emmena ainsi une quinzaine de personnes dirigée par le second pilote Rodrigo Miguéis  qui dut abandonner sur le récif son fils grièvement blessé par les coraux… Puis ce fut le tour du pilote principal, auteur du naufrage. La grande chaloupe du navire, bien qu’endommagée, avait pu être réparée et un groupe d’environ 70 hommes, comprenant le pilote Gaspar Gonçalves, la mena vers le groupe de rochers déjà évoqué. Ils laissaient derrière eux sans doute 200 à 300 personnes, dont 90 environ tentèrent de nager vers la frêle embarcation : « quelques femmes et quelques hommes tentèrent de s’accrocher au bord, et les passagers durent les frapper pour les faire lâcher »[5]. Les plus désespérés furent même repoussés à coups d’épée, assénés sur les mains qui tentaient d’agripper le rebord… La barque se dirigea ensuite sur les cailloux formant le seul point culminant de l’atoll, où d’autres naufragés s’étaient déjà réfugiés. On assista alors à de nouvelles scènes déchirantes : « ils s’approchaient, nus, avec de l’eau jusqu’à la poitrine. Toute la nuit ne fut qu’une longue clameur, car ils criaient sans cesse à cause de la froideur de l’eau et des douleurs qui les accablaient. On n’entendait que les gémissements, les lamentations et les hurlements qu’ils adressaient aux gens de la barque »[6]. Au moment de prendre le large, l’indigne pilote refusa d’embarquer tous les présents et dix-sept personnes furent contraintes, sous la menace, de débarquer sur le récif ou de sauter plus tard à la mer…  Quatre radeaux prirent encore la mer de conserve avec la barque, portant chacun entre vingt et cinq personnes chacun, mais un seul survécut à la traversée.

Le trajet des survivants du « Santiago » vers la côte africaine : en vert, le premier radeau ; en orange, l’esquif du capitaine Fernao de Mendonça ; en violet, la chaloupe du pilote et le second radeau.

Au total, ce sont quatre embarcations (l’esquif du capitaine-général, la barque et deux radeaux) qui touchèrent terre, après huit à douze jours de mer, sur la côté du Mozambique, à hauteur de Quelimane. Après bien des vicissitudes (maladies, attaques indigènes, etc.) qui décimèrent encore leurs rangs pendant plusieurs mois, seule une soixantaine de survivants (uniquement des hommes, en premier lieu des officiers, marins, religieux ou riches passagers) put finalement arriver à bon port. De Goa, le 9 décembre 1586, le père jésuite Pedro Martins (1541-1597, futur évêque de Funaï au Japon) rédigea une description du drame : imprimé l’année suivant au Portugal, ce récit connut un grand succès, étant traduit en français et italien dès 1588. Plusieurs autres relations, dont celle de Manuel Godinho Cardoso (parue en 1602), contribuèrent à faire de ce naufrage l’un des plus célèbres et des plus documentés de l’époque.

Le récif des Bassas da India et le naufrage du « Santiago » font l’objet d’un chapitre particulier des « Tabularum geographicum » de Pierre Bert, parues pour la première fois en 1600
Relation du naufrage par Manoel Godinho Cardozo, rééditée dans les « História trágico-marítima » de Bernardo Gomes de Brito (tome II, 1736).

On connaît le destin ultérieur de quelques-uns des rescapés, notamment celui de l’indigne pilote Gaspar Gonçalves. Mis en accusation à son retour en Europe, celui-ci parvint à être blanchi, en prétextant que le banc du naufrage n’était pas celui des « Baixos de Juda », mais un autre, encore inconnu. Il obtint un nouveau poste en 1588, sur la même ligne, « et peu s’en fallut qu’il exposât ce second vaisseau au même danger sur ces mêmes écueils, si au lever du jour il ne les avait découverts »[7] ! C’est finalement au retour de ce voyage que son incompétence le rattrapa : il disparut dans le naufrage de son navire aux environs du cap de Bonne-Espérance… Même destin pour le second pilote Rodrigo Miguéis : devenu officier-pilote de la nef Santo Alberto, il sombra avec elle dans le sud-est de l’Afrique en 1593.

Astrolabe des pilotes du « Santiago », retrouvé sur le site et aujourd’hui conservé au Musée de la Marine, à Lisbonne

 

III. La redécouverte

Hostiles et presque inaccessibles, les « Bassas da India » ne constituèrent jamais un objet de destination, sinon malencontreuse (comme pour le navire Sussex, de la Compagnie anglaise des Indes, qui s’y échoua en avril 1738, non loin du site du Santiago). Au contraire, on veilla soigneusement à les éviter pendant des siècles. Jusqu’au 22 août 1897, date à laquelle le ministère des Colonies envoya sur place le croiseur léger Fabert afin de prendre  possession officielle de ce récif au nom de la France. Dans son rapport, le capitaine de vaisseau Forestier, impressionné par ce paysage dantesque, nota qu’ « on peut voir du reste sur le récif quelques ancres provenant certainement de naufrages »[8].

Une ancre et un canon du « Santiago » posés sur le récif, vus d’hélicoptère (état 2007). [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

La dangerosité de la zone explique qu’aucune tentative de récupération de la cargaison du Santiago n’ait jamais été menée à l’époque. Et pourtant, le trésor transporté par le Santiago avait de quoi attirer les convoitises ! Voici ce que dit à cet égard la relation de Manuel Godinho Cardoso : « Cette nef, de l’avis général, était la plus riche et la mieux garnie de toutes celles qui étaient parties du Portugal depuis des années. Et bien que l’on eût jeté de la monnaie par-dessus bord à pleins sacs, le gaillard était encore jonché de pièces de huit réaux, mais les gens s’en souciaient alors si peu qu’ils les foulaient aux pieds sans même les regarder, mis à part quelques personnes du commun qui, par cupidité, en remplissaient des bourses, qu’ils comptaient emporter avec eux sur des radeaux »[9].

Même récit de la part de Pedro Martins : « Je notai deux grandes nouveautés dans ce désastre. La première fut de constater que le plancher de poupe de la nef étant semé de milliers de pièces, tous avaient marché dessus sans que personne ne daignât s’abaisser pour les ramasser, et en vérité elles se trouvaient bien là à leur place. Le second fut de voir qu’au seuil de la mort, il y en eut qui se mirent à s’emparer soudain de cet argent, alors qu’ils n’avaient plus la volonté de se nourrir ni de boire, choses bien plus nécessaires à la vie ; et son pouvoir trompeur était tel que quelques-uns en avaient mis des sacs pleins dans la barque et d’autres remplis leurs poches. Ils disaient qu’à terre il serait utile pour acheter leur liberté et de quoi manger : en fait, bien moins que ce qu’ils emportaient aurait suffi, mais ils lui faisaient davantage confiance qu’à la miséricorde de Dieu, qui pourtant nous sauva miraculeusement de ce naufrage »[10]. L’abondance monétaire était telle qu’on put employer les ballots d’argent pour compléter l’équipement de fortune des embarcations : ainsi, la barque fut dotée d’une ancre-grappin formée de six gros coins métalliques pris à l’artillerie de bord et surtout d’ « un sac contenant 13’000 cruzados »[11]. Ces « pièces de huit » espagnoles étaient destinées au commerce, à l’achat des épices et soieries du comptoir de Goa, et elles constituaient l’un des étalons monétaires mondiaux. Leur présence sur une nef portugaise n’est donc pas étonnante, d’autant plus que le Portugal avait été réuni à l’Espagne cinq ans plus tôt (et le demeura jusqu’en 1640).

Pièces de huit provenant du « Santiago ». [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

L’isolement et la désolation des lieux protégèrent donc l’épave du Santiago durant près de quatre siècles, jusqu’à ce qu’un Suisse nommé Ernst Klaar entende parler de ce naufrage par le livre Treasures Diver’s Guide.

Le découvreur du « Santiago », Ernst Klaar, dans sa maison de Bâle en 2007. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor da Bassas da India »]
Souvenir de la découverte : Klaar porte toujours cette pièce de quatre reales montée en médaillon. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

L’homme n’avait pas le profil-type de l’aventurier pilleur d’épaves, ni du chasseur de trésors professionnel bardé de matériel high-tech et d’investisseurs. C’est tout bonnement en famille, avec femme et enfants, qu’il se rendit sur le site en décembre 1977, dans un voilier de plaisance ! Parcourant le récif, il parvint à localiser le site du naufrage, marqué par les ancres et l’artillerie du Santiago.

Un des canons du « Santiago » à fleur d’eau. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

La récupération était des plus aisées : il suffisait de se pencher pour relever les vestiges. En trois ans, et avec un matériel assez rudimentaire (le voilier d’origine fut tout de même remplacé par un ketch), douze canons, une astrolabe, divers artefacts et surtout des kilos de monnaies (soit des milliers de « pièces de huit ») furent ainsi récupérés.

Des monnaies pêchées à la main, dans quelques centimètres de sable. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]
Remontée d’un sac de pièces d’argent sur le pont. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]
Les pièces de huit sont oxydées et soudées par les chlorures. On distingue la croix du revers sur la première de la pile. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

C’est donc parmi ces kilos de monnaies corrodées que se trouvait cette « pièce de huit » en particulier, non pas frappée à Mexico ou Potosi, mais sur les bords du Quadalquivir, dans l’andalouse Séville. Après quatre siècles passés sur un récif hostile, à taper contre le corail et à se faire ronger par l’eau salée de l’océan, je trouve qu’elle a encore fière allure, avec ses grands armes de Philippe II d’Espagne presque intactes !

Si ces monnaies se récupéraient aisément, coincées dans les anfractuosités du corail ou dissimulées sous quelques centimètres de sable (comme le montrent les images ci-dessus), il fut plus délicat pour Klaar de relever les lourds canons de bronze, d’abord soulevés du récif par des flotteurs de fortune, puis hissés à bord par un palan (pour un total de sept tonnes)…

Par le biais d’une société baptisée « Santiago Marketing Ltd. », ces objets furent proposés à des particuliers, mais en premier lieu à différents musées : les principaux acheteurs furent ainsi le South African Natal Museum, mais aussi le très célèbre Museu de Marinha de Lisbonne.

Un des canons du « Santiago » à son arrivée dans un musée d’Afrique du Sud [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

D’autres équipes, sud-africaines cette fois, prirent le relais, l’une d’elle étant même appréhendée en flagrant délit sur le récif en 1983 par un bâtiment de la Marine française en patrouille. Car c’est là que le bât blesse : ce lopin de corail est un « territoire de la République », comme l’on dit. Et le droit français, certes républicain mais hérité en droite ligne des pratiques de nos bons rois, assure à l’Etat la propriété pleine et entière de toute épave et de son contenu. Ce qui explique d’ailleurs que je ne possède bien entendu pas la monnaie présentée ci-dessus (ou peut-être que si ? allez savoir !). Bref, au-delà de l’indéniable intérêt archéologique du site, c’est aussi une question de principe de propriété. Il faut dire que depuis la prise de possession de 1897, bien de l’eau avait ruisselé sur ce corail et cette épave, sans beaucoup de marques d’intérêt de l’Etat français. Cette affaire de pillage va réveiller un peu l’administration, d’autant que les protestations officielles auprès du Portugal (pays ami) et de l’Afrique du Sud (un peu moins ami à l’époque) resteront lettres mortes. En 1987, une expédition officielle, avec de lourds moyens (financés d’ailleurs en partie par du mécénat privé), est envoyée sur zone. Las : alors que le site est tout juste repéré, un membre de l’équipe tombe dans un trou du récif et est attaqué par une murène qui le mord cruellement, faisant craindre pour sa vie. Puis c’est un cyclone qui arrive, balayant du bateau Fish Eagle toute la logistique d’assistance : il faut plier bagage après seulement quinze jours sur zone. Une seconde mission reviendra bien sur les « Bassas da India » … mais vingt ans plus tard ! Cette fois, c’est la menace bien réelle des pirates somaliens qui obligera à un nouveau retrait précipité. Bilan : les canons et ancres encore présents sur le site (et repérés par hélicoptère) attendent toujours à cette heure qu’une expédition archéologique française officielle vienne enfin les relever, quarante ans (!) après la première prise de conscience d’un pillage… On peut sans doute se féliciter de la mise en place d’arsenaux législatifs fort sévères, censés prévenir le pillage désastreux de ces sites. Mais ces lois coercitives et autres prétentions étatiques tonitruantes, pour ne pas se résumer à de faciles, mais stériles rodomontades, devraient être suivies d’actions de récupération et de sauvegarde rapides, efficaces et pragmatiques. C’est loin d’être le cas. Et l’alternative, en définitive, demeure la suivante :

  • laisser se perdre définitivement, par l’action corrosive de l’eau de mer et des éléments déchaînés, l’ensemble de ce patrimoine, en attendant l’éventuelle (ré)action de son « légitime propriétaire »  ?
  • pouvoir admirer, dans au moins deux musées et d’innombrables collections privées (dont beaucoup arriveront, tôt ou tard, dans des fonds publics, par rachat, dation ou donation, voire saisie), des objets sauvegardés pour le futur ?

A titre personnel, mon choix est fait, motivé en premier lieu par le devenir et la sauvegarde de ces objets, non par des motifs plus ou moins idéologiques : c’est sans doute faiblesse de ma part ?

Si vous voulez en savoir plus sur le naufrage du Santiago, n’hésitez pas à vous procurer en premier lieu chez votre libraire l’édition moderne des relations de Godinho et de Martins, parue en 2006 aux Editions Chandeigne,  dans une traduction de Philippe Billé et Xavier de Castro, avec un avant-propos historique de Michel L’Hour (patron de l’archéologie sous-marine française).

Vous pourrez prolonger très utilement votre lecture avec un film documentaire d’une heure, « Le Secret du trésor de Bassas da India« , réalisé par Karel Prokop pour Arte et consacré à l’expédition de 2007. Vous pouvez cliquer sur le titre ci-dessus pour visionner ce film sur YouTube : c’est à voir, l’enquête est passionnante, les images superbes, le dépaysement garanti !

Nicolas Ducimetière

Plouhinec, 20 juillet 2017


NOTES

[1] Le Naufrage du Santiago sur les »Bancs de la Juivre » (Bassas da India, 1585), Paris, Chandeigne, 2006, p. 55 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

[2] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 51, note 1 (récit de Diogo do Couto).

[3] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 51-52 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

[4] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 141-142 (« Lettre de Pedro Martins »).

[5] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 69 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

[6] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 70 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

[7] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 62, note 1 (Linschoten, Itinerio…, 1595, ch. 92).

[8] Cité dans Naufrage du Santiago, op. cit., p. 12 (préface de Michel L’Hour).

[9] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 65 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

[10] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 164 (« Lettre de Pedro Martins »).

[11] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 68 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

IMAGES

La plupart des images cinématographiques employées pour ce billet sont extraites du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India », et notamment des films Super8 réalisés sur le site à la fin des années 1970 par Ernst Klaar.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (15) : LE LIVRE QUI A CHANGÉ MA VIE

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (15)


LE LIVRE QUI A CHANGÉ MA VIE : LES POESIES D’EXPILLY (1596)

En mémoire de Jean Paul Barbier-Mueller (1930-2016)[1]

Nous avons tous connu des moments tournants dans notre existence, des instants où tout bascule, sans d’ailleurs qu’on le sache ou comprenne immédiatement, les conséquences ne se faisant sentir qu’à plus ou moins long terme. Certains nous demeurent à jamais inconnus ; d’autres, en revanche, sont parfaitement identifiables et leurs conséquences, calculables : ces jours que l’on dit « à marquer d’une pierre blanche ». A titre personnel, l’un de ces moments charnières a été provoqué (mais est-ce une surprise ?) par un livre, et c’est ce volume, cet exemplaire que je veux vous présenter aujourd’hui.

I. Un livre auquel je dois tout

L’impact personnel, je le décrirai en quelques mots. Le 13 juin 2003, vers la fin de mes études, je reçois au domicile de mes parents, près de Douvaine, le catalogue de la librairie « La Bouquinerie », sise dans le centre-ville de Grenoble, juste à côté du lycée Champollion.

015-labouquinerie

Durant mes années d’hypokhâgne-khâgne, j’y avais passé bien des heures, après-midis et soirées, glanant au fil des années quelques très beaux livres, avec de très sympathiques et érudites conversations avec les amis François et Martine Gaspari. Or donc, ce catalogue « Choix de livres » présentait, sous le n° 95, une notice qui me fit sauter le cœur.

notice-expilly-gaspari

Il s’agissait ni plus ni moins que d’un exemplaire des Poésies de Claude Expilly (1596), un ouvrage fort rare que je connaissais par le catalogue Ma bibliothèque poétique de Jean Paul Barbier-Mueller, offert par mes parents durant mon adolescence. Ni une, ni deux, je réserve le livre par téléphone, saute dans ma voiture et fais l’aller-retour jusqu’à Grenoble, payant le livre d’un mois de pension paternelle (sans doute le meilleur investissement jamais fait !).

Profitant des vacances pour étudier le livre et son histoire sous toutes les coutures, je me paye le culot d’écrire à Jean Paul Barbier-Mueller le 13 juillet suivant, répondant ainsi à l’invitation qu’il avait faite, dix ans plus tôt, dans la préface d’un des tomes de son catalogue bibliographique, aux jeunes chercheurs et collectionneurs. Quelques jours plus tard, il me répond très aimablement de sa retraite estivale, m’expliquant que c’est la première fois que cette invitation trouvait un écho ! Nous convenons d’un rendez-vous pour comparer nos exemplaires, ce qui advient finalement le 17 septembre 2003, lors d’une communion mémorable autour des livres poétiques Renaissance de sa prodigieuse collection. Avec son immense et coutumière générosité, il me fait alors cadeau d’une des quatre lettres autographes d’Expilly en sa possession, m’expliquant avec humour pouvoir « très bien vivre avec seulement trois lettres » du poète ! Six mois plus tard, alors que je prépare l’agrégation d’histoire, sa secrétaire personnelle me téléphone et me propose le poste de conservateur de la bibliothèque, alors vacant, pour le 1er août 2004. De là, près de 10 ans au Musée Barbier-Mueller, avec de nombreux challenges (l’exposition Mignonne, allons voir…, les recherches en vue du Dictionnaire des poètes du XVIe siècle, etc.), puis, dans la lignée directe, mon poste à la Fondation Bodmer. Et, last but not least, la rencontre de ma femme Ella (qui travaillait alors comme « petite main » au Musée Barbier-Mueller pour payer ses études) et, par voie de conséquence, la naissance de nos enfants Sophie et Alexis. Bref, du seul achat de ce livre (que j’aurai pu rater en recevant le catalogue en retard ou en étant le deuxième à décrocher mon téléphone : j’en tremble rétrospectivement !) découle donc toute une série de rencontres favorables et d’opportunités extraordinaires. On comprendra que Claude Expilly occupe une place particulière dans ma collection !

II. Claude Expilly, magistrat et poète grenoblois

Issu d’une famille de la petite noblesse dauphinoise, Claude Expilly (Voiron, 1561 – Grenoble, 1636) mena ses études à Paris, au collège de Tournon, avant de se fréquenter les universités de Turin, puis Padoue, où il rencontra l’humaniste et poète Sperone Speroni, qui l’initia « à la galanterie des Muses » (autrement dit aux vers). Il obtint son doctorat en droit à l’université de Bourges en 1583. Il entra dans la carrière juridique comme avocat au Parlement de Grenoble, où il se distingua par ses brillants plaidoyers. Il soutint un temps le parti de la Ligue, mais se rallia, après la victoire remportée par les Royaux à Pontcharra le 18 septembre 1591, à la cause d’Henri IV et à son représentant dauphinois, le duc de Lesdiguières. Le monarque lui confia plusieurs missions de confiance et le nomma conseiller d’Etat. Outre ses remarquables travaux de juriste, Expilly fut aussi un poète remarqué. Il fut finalement nommé conseiller au Parlement de Grenoble, avocat-général en 1604, puis président de cette cours, une fonction qu’il occupa de 1616 à 1629.

015-portrait-de-claude-expilly
Portrait de Claude Expilly (dans « Les Poëmes », 1596)

Les autographes de Claude Expilly semblent très rares sur le marché. Jean Paul Barbier-Mueller avait donc eu la bonne fortune d’en acheter un lot dans les années 1980. Il en reproduisit une dans Ma Bibliothèque poétique, afin d’illustrer la notice consacrée à Expilly. Lors de notre première rencontre, il m’avait fait le magnifique cadeau de celle reproduite ci-dessous ; généreuse récidive quelques années plus tard, quand une autre de ces lettres fut, de la même manière, offerte à un autre possesseur genevois de l’édition de 1596.

expilly-las
Claude Expilly, lettre autographe signée au comte de Maugeron (représentant du roi en Dauphiné), Vizile, 30 septembre 1604.

 III. Les Poëmes de 1596 : un livre connu à seize exemplaires

En 1596, Claude Expilly, alors âgé de 35 ans et procureur général de la Cour des Comptes de Dauphiné, se rendit à Paris où il représenta les deux premiers ordres de sa province au fameux « procès des tailles ». Il profita de ce séjour pour faire éditer ses poésies chez le meilleur imprimeur de la capitale, en un tirage « à compte d’auteur », par principe limité.

img_6691
Titre de la première partie des « Poëmes » de 1596
titre-seconde-partie-1596
Titre de la seconde partie des « Poëmes » de 1596

Le recueil se divisait donc en deux sections, chacune ornée d’une page de titre gravée et d’un frontispice, la première (dédiée à Gabrielle d’Estrées, marquise de Monceau, la toute-puissante maîtresse du roi) regroupant des vers amoureux, la seconde (offerte à François de Bonne, duc de Lesdiguières) des poèmes de circonstance (dont certains poèmes célébrant les victoires du parti royaliste en Dauphiné), le tout dans une veine néo-pétrarquiste de bon aloi.

portrait-gabrielle-destree
Portrait de Gabrielle d’Estrées (dans « Les Poëmes », 1596)

Certains exemplaires furent offerts directement par Expilly à des amis. Deux volumes contiennent ainsi un ex-dono daté de Paris, le 7 juillet 1596, soit un peu plus d’un mois après l’achevé d’imprimé (daté du 1er juin). L’un était destiné à un membre de la famille de Revol (mentions : « Monsieur d’Expilly m’a fait present de ce sien livre (…) juillet [sic] 1596 » et « J’ay ce livre en don de Monsieur d’Expilly, auteur d’iceluy, le septiesme julliet [sic] 1596, Revol »[2]) ; l’autre au fameux érudit et historien bordelais Bernard de Girard du Haillan (mention « Du don de l’Autheur au Sr. Du Haillan, faict à Paris le Viie de juillet 1596 »).

expillyrennes003

Sans doute ces parlementaires étaient-ils également partie prenante du « procès des tailles ». Quelques exemplaires semblent avoir été revêtus d’une reliure de vélin souple doré, avec couronne de feuillages au centre des plats, un ensemble qui fut peut-être une commande de l’auteur à quelque atelier parisien : on en connaît encore au moins cinq exemplaires[3].

On peut donc retrouver la trace de dix-huit exemplaires, dont deux disparus de longue date : l’un figurait dans le catalogue de la bibliothèque du baron Georges von Hohendorf (vendue à Leyde en 1720[4]) et n’est plus localisé ; l’autre appartenait aux fonds de la bibliothèque municipale d’Arras[5] et a disparu lors d’un bombardement allemand en juillet 1915. Parmi les seize autres connus, dix sont incomplets de l’un ou l’autre portrait, titre gravé ou feuillet de dédicace. Voici leur pedigree tel que j’ai pu le reconstituer. Six sont en mains privées :

  1. Exemplaire Jean Paul Barbier-Mueller (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Complet des deux portraits gravés (portrait d’Expilly provenant d’un autre exemplaire) et des deux titres gravés. Provenance : [ex-dono sans mention du destinataire] ; comte de Fresnes (vente Paris, 1893) ; baron Roger Portalis (vente Paris, 1913).
  2. Exemplaire Jean Bonna (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : De Bazemont (signature au titre) ; Librairie Valette (Paris, Foire du livre 1991).
  3. Exemplaire F.L. (Paris). Vélin souple (reliure de l’époque). Complet des deux portraits et des deux titres gravés.
  4. Exemplaire Nicolas Ducimetière 1 (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Incomplet du portrait d’Expilly et du premier titre gravé. Provenance : E./B. (monogrammes EE et BB dorés aux plats : à noter que Claude Expilly avait épousé une certaine Isabeau de Bonneton en 1569…) ; Devinay (Annonay, 1663) (ex-libris ms.) ; Librairie « La Bouquinerie » (Grenoble, cat. juin 2003, n° 95).
  5. Exemplaire Nicolas Ducimetière 2 (Genève). Reliure maroquin bleu orné (Hardy-Mennil). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrées et de la dédicace à la même. Provenance : Michel Vieusseux fils (ex-libris ms., XVIIIe) ; Henri Bordes (Bordeaux) (ex-libris ; cat. 1ère vente, fév. 1873, n°248) ; Ambroise Firmin-Didot (Paris) (ex-libris ; cat. 1ère vente, 1878, n° 351) ; Eugène Chaper (Grenoble) (ex-libris) ; Librairie Maggs Bros. (Londres, cat. 484 « French books from 1470 to 1700 », Noël 1926, n° 290 a, 45 £ ; Paris, cat. 9 « La Bibliothèque d’un humaniste », 1935, n° 190, pl. IX, 2500 frs.) ; Auguste Garnier (ex-libris ; pas au catalogue de sa vente de 1978) ; Librairie des Argonautes (Paris, juin 2010).
  6. Exemplaire Génard/Couturier de Royas (non localisé). Reliure maroquin bleu orné (Thibaron-Joly). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrée. Provenance : Génard (Grenoble) (vente Paris, 1882, n° 189) ; Couturier de Royas (Grenoble) ; Librairie Maggs (Londres, cat. 484 « French books from 1470 to 1700 », 1926, n° 290, pl. XXXIV ; Paris, cat. 9 « Bibliothèque d’un humaniste », 1935, n° 189).

Les dix exemplaires en institutions publiques sont donc les suivants :

  1. Bibliothèque nationale de France (Paris) (cote : Rés.-Ye-174)[6]. Demi-reliure XIXe siècle. Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : marquis de Courtanvaux (XVIIIe) ; Bibliothèque royale du château de Compiègne. Consultable sur « Gallica ».
  2. Bibliothèque de l’Arsenal (Paris) (cote : 4°-BL-2924). Reliure veau marbré orné XVIIIe siècle. Incomplet des deux portraits, du second titre gravé et de la dédicace à Lesdiguières (pp. 111-112). Provenance : famille Bigot (Rouen, XVIIe-XVIIIe) ; duc de La Vallière (vente 1785, n° 13048) ; marquis de Paulmy ; comte d’Artois.
  3. Bibliothèque municipale de Grenoble (cote : Fonds dauphinois, V.1385). Reliure maroquin marron orné (Fraeuly). Incomplet des deux portraits et de la dédicace à Gabrielle d’Estrée.
  4. Bibliothèque municipale de Digne (cote : Rés. 94). Cartonnage fort en papier crème (reliure d’époque ?). Incomplet des deux portraits. Provenance : [couvent des Minimes de Mane ?] ; entrée dans les collections de la BM avant 1856.
  5. Bibliothèque municipale de Rennes (cote : 15063 Rés. 16e siècle). Reliure de vélin souple doré (reliure de l’époque). Incomplet du portrait d’Expilly. Provenance : François de Revol (ex-dono) ; famille de Revol ; [collège des Jésuites de Rennes ?].
  6. Bibliothèque municipale de Bordeaux (cote : B.1226 Rés.). Reliure de basane brune (reliure du XVIIe siècle). Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : Bernard Girard du Haillan (ex-dono) ; [Académie royale de Bordeaux ?].
  7. Bayerische Staatsbibliothek (Munich) (cote : res 4.P.o.gall.46). Reliure de parchemin rigide (reliure du XVIIe siècle). Incomplet du second titre gravé. Provenance : prince-électeur Karl-Theodor von der Pflaz (super-libris, château de Mannheim) ; Bibliothèque du château de Munich à partir de 1803-1804.
  8. British Library (Londres) (cote : 640.k.7). Reliure moderne. Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : Royal Library (acquisition XVIIe?) ; British Museum (versé en 1753).
  9. Biblioteca nazionale centrale Vittorio-Emanuele II (Rome) (cote : 6.7.K.8). Reliure de veau rouge orné (reliure fin XVIIe ou début XVIIIe siècle). Incomplet du portrait d’Expilly et du second titre gravé.
  10. University of Virginia library (Charlottesville, USA) (cote : Gordon.1596.E86). Reliure de maroquin rouge orné (Lortic). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrée. Provenance : Adrien Lebeuf de Montgermont (cat. vente, mars 1876, n° 371) ; Eugène Chaper (Grenoble) (attesté par un notice de Gariel en 1878) ; G. de Béréa (Genève) (provenance attestée par la notice manuscrite écrite par M. Gordon dans son catalogue, mais le livre ne figure pas au catalogue de la vente de Béréa, salle Kündig, Genève, 26 juin 1947) ; Librairie Nicolas Rauch (Genève) (présenté sous le n°132 du cat. 4, « Beaux-livres », 1952, n° 132, 1000 CHF) ; Douglas H. Gordon (Baltimore, Maryland, USA) (acheté à la librairie Rauch, noté dans son catalogue manuscrit sous le n°287) ; Bibibliothèque de l’University of Virginia (Charlottesville, Virginia, USA), fonds Gordon (légué fin 1986).

Certains exemplaires (Barbier-Mueller, Ducimetière 1, F.L.) comportent d’assez nombreuses corrections manuscrites (jusqu’à une trentaine), reprenant en partie le contenu des errata de la p. 215 ou s’ajoutant à cette liste. Il faut par ailleurs relever une petite particularité de tirage : suivant les exemplaires, la page 189 peut se rencontrer chiffrée « 891 » (marque d’un tirage antérieur de ce cahier ?) ou « 189 » (version corrigée ?).

img_6693N° 750 – Petit in-4°, de VIII ff., 106 pp., I f. et 216 pp.. Reliure de vélin souple doré, dos lisse orné de filets et de fleurs de lys dorés, plats encadrés d’un mince double filet doré, couronne de lauriers centrale à chiffres entrelacés, tranches dorées (reliure de l’époque). Texte réglé à l’encre brune. Corrections manuscrites ; nombreux essais de plume et croquis d’époque. Exemplaire à toutes marges, aussi grand que l’exemplaire Barbier-Mueller (239mm). Incomplet du premier titre gravé et du portrait d’Expilly, vélin racorni et coutures faibles. Provenance : cf. recensement ci-dessus.

img_6700N° 1000 – Petit in-4°, de [2] ff., 106 et 216 pp. Reliure de maroquin bleu foncé, dos à nerfs orné aux petits fers, filets dorés sur les coupes, riche dentelle intérieure, tranches dorées sur marbrures (Hardy-Mennil). Provenance : cf. recensement ci-dessus.

img_6690

Bibliographie : Jean Paul Barbier-Mueller, Ma Bibliothèque Poétique, tome IV-2, Genève, Droz, 2001, pp. 185-198 ; Nicolas Ducimetière, Mignonne, allons voir… Fleurons de la bibliothèque poétique de Jean Paul Barbier-Mueller, Hazan, 2007, n° 88 ; Jean Balsamo et Michel Simonin, Abel L’Angelier et Françoise de Louvain…, n° 268.

IV. Les Poëmes de 1624 : une belle édition grenobloise

Vingt-huit ans après l’édition originale parue à Paris en 1596, Claude Expilly, devenu premier président du Parlement du Dauphiné, livra, mais cette fois chez un imprimeur grenoblois, le plus talentueux d’alors, Pierre Verdier, une nouvelle édition de ses poèmes, considérablement augmentée, notamment par une troisième partie inédite, dédiée au cardinal de Richelieu, alors au sommet de sa puissance. Cette nouvelle édition comporte aussi la première édition du Supplément à la vie de Bayard, étude historique reprise en 1650 dans la Vie de Bayard éditée par le libraire grenoblois Jean Nicolas. Le volume est l’un des seuls in-quarto produits par Verdier qui utilisa une typographie très réussie et agréable.

titre-poemes-1624
Page de titre de l’édition grenobloise de 1624

Expilly voulut employer, en vain, son orthographe réformée, un projet lui tenant beaucoup à cœur (il avait publié à Lyon, en 1618, un in-folio très rare intitulé « L’Orthographe françoise selon la prononciation de notre langue »). Dans une note à la fin de ces Poëmes de 1624, il dit être « marry que l’orthografe moderne que j’ay voulu suivre, n’ait été exactement observée an cete impression, mêmes aux androis où j’ay retranché les S. qui ne se prononsent point, & an ceux où les E. se pronsent an A ». La page de titre est ornée des armes au coq de Claude Expilly, gravées sur bois. A la page 459, comme dans la majorité des exemplaires, on note une correction à l’encre de la main même d’Expilly. Cet exemplaire appartient au tirage dit « A », comme identifié par Jean Paul Barbier-Mueller.

N° 751 – In-4°, de (4) ff., 461 pp. et (5) pp. Reliure de vélin ivoire souple à rabats, dos lisse portant le titre calligraphié, tranches poncées (reliure pastiche dans le goût du XVIIe siècle, atelier Burckhart, automne 2003). La reliure d’origine était aussi en parchemin souple, avec titre maladroitement inscrit à l’encre au dos. Son état médiocre (manques, déreliages) a motivé son remplacement. Exemplaire grand de marges, sur papier fort. Provenance : P. Delouley (ex-dono manuscrit : « Ce livre m’a esté donné par Monsr. D’Expilly, à Grenoble, le 25e Mars 1633 ») ; Jacques de Blesson (né en 1902, diplomate, ambassadeur de France en Irlande en 1955-1960, en Suède, etc., époux de Georgette Monier de La Sizeranne) (ex-libris héraldique gravé) ; famille Monier de La Sizeranne (cat. vente de la bibliothèque Monier de La Sizeranne, Paris, Drouot, 13 juin 2003, n° 316).

ex-libris-jacques-de-blessons

Bibliographie : J.P. Barbier-Mueller, Ma Bibliothèque poétique, tome IV-2, pp. 200-210 ; E. Maignien, Imprimerie… à Grenoble…, n° 142 ; BM de Grenoble, exposition Sommets de la bibliophilie dauphinoise, Grenoble, 1992, p. 47, n° 32b.

V. Autres œuvres d’Expilly : le juriste et l’historien

Fidèle à la maison L’Angelier, Expilly employa les services du libraire parisien pour mettre au jour sa production juridique. Editée en 1608, avec une dédicace adressée au chancelier de Sillery, la première édition de ses fameux Pladoyez en réussissait une série de vingt-cinq, accompagnés de « quelques arrests & reglemens notables dudict Parlement de Grenoble »[7]. Tout au long du XVIIe siècle se succéderont les rééditions : 1612 (Paris, Veuve Abel L’Angelier), 1619 (id.), 1628 et 1631 (Lyon, Rigaud), 1636 (Lyon, Durand), 1656 (Lyon, Radisson), etc.[8].

Quatrième édition des « Plaidoyez » d’Expilly (Lyon, Rigaud, 1628). Inv. 2233.

Mais Expilly mena aussi une carrière d’historien, s’attachant à parfaire la biographie d’une grande figure du Dauphiné : Pierre du Terrail (v. 1475-1524), dit « le chevalier Bayard »[9]. Une Très joyeuse, plaisante & récréative histoire du chevalier sans paour et sans reproches avait paru pour la première fois en 1527 chez Galliot Dupré : signée « Le Loyal Serviteur », elle est en général attribuée à Jacques de Mailles, le secrétaire personnel de Bayard. Une nouvelle biographie vit ensuite le jour en 1558 sous la plume de Symphorien Champier. Dans la troisième partie (inédite) de ses Poëmes de 1624, Expilly avait consacré un « Supplément à l’histoire du chevalier Bayard » (pp. 370-417), suivi d’un court « tombeau » poétique. On retrouve ces recherches dans le présent ouvrage, une réédition de la biographie (peu critique à l’origine) du « Loyal serviteur », mais augmentée des notes et commentaires de Théodore Godefroy, ainsi que des interventions de « Louis Videl » (en fait, le président de Boissieu) et d’Expilly. Le fameux libraire grenoblois Nicolas, maître-d’œuvre du livre, avait sollicité l’imprimeur Frémon pour cette première édition strictement dauphinoise de la vie de Bayard : l’ouvrage parut donc en 1650, l’édition de 1651 n’ayant que le titre rafraîchi.

vie-de-bayard1N°752 – Histoire du chevalier Bayard…, Grenoble, Jean Nicolas, 1651.  Petit in-8°, de 480-123 pp. Reliure de maroquin rouge ancien, dos à nerfs orné de fleurons dorés, plats décorés « à la Du Seuil », tranches dorées (reliure de l’époque). Très grande fraîcheur intérieure.

img_6701

Provenance : Docteur André Dénier (ex-libris ; catalogue Suite de l’importante bibliothèque de M. A…, bibliophile dauphinois [4e vente Dénier], Grenoble, 25 mai 2003, n° 232 : « Maroquin vieux rouge, dos à nerfs orné, encadrements sur les plats, toutes tranches dorées. Reliure ancienne. Edition de 1650, avec une page de titre datée 1651 »).

ex-libris-denier

Bibliographie : Ed. Maignien, Imprimerie… à Grenoble…, n° 332 ; Brunet, Manuel du libraire…, tome III, col. 183 ; catalogue Les Sommets de la bibliophilie dauphinoise (BM de Grenoble, novembre 1992-janvier 1993), p.24, n° 12.

VI. Postérité : Expilly et ses biographes

Neveu de Claude Expilly,  Antoine Boniel de Catilhon était conseiller du roi et membre de la Chambre des Comptes de Dauphiné. Il rendit hommage à son oncle (mort en 1636), grande figure du monde parlementaire grenoblois, dans cette très laudative et peu critique biographie, texte toutefois scrupuleux dans son récit et plein d’anecdotes vivantes. Orné d’un portrait d’Expilly sur la fin de sa vie, cet ouvrage a manifestement été doté d’une « reliure éditeur » : j’ai croisé plusieurs exemplaires portant une vêture en tous points identiques à celle-ci, que ce soit en fonds publics, collections privées (exemplaire Barbier-Mueller) ou librairies d’anciens.

img_6706N° 858 – Antoine Boniel de Catilhon, La Vie de Messire Claude Expilly…, Grenoble, Philippe Charvys, 1660. Petit in-4°, de 166 pp. Reliure de basane marron, dos muet à quatre nerfs, plats encadrées d’un filet doré, sur les plats, tranches mouchetées (reliure de l’époque). Etiquettes de cote manuscrite et imprimée. Légères restaurations en queue (Burckhart). Bien complet de la gravure à l’eau-forte représentant Claude Expilly, après la page de titre. Provenance : Librairie « Le Bouquiniste » – François Perrin (Grenoble) (août 2001).

img_6705Bibliographie : Brunet, Manuel du libraire, volume II, col. 1136 (article « Expilly » : « On a une vie de Cl. Expilly écrite par Ant. Boniel de Cathillon, son neveu, Grenoble, Charvys, 1660, in-4° ») ; Maignien, Imprimerie et imprimeurs à Grenoble, pp. 178-179, n° 412 (fait remarquer la biographie en latin d’Expilly, tirée de l’œuvre de Jacques Philippes Tomasin, évêque de Cita-Nova, les Eloges des hommes illustres [ici, pp. 147-166]).

img_6707

La figure d’Expilly devait connaître un regain d’intérêt à compter du début du XIXe siècle, lorsqu’un professeur et historien local, Jean-Claude Martin, lui consacra une nouvelle biographie, en grande partie nourrie de celle de Boniel de Catilhon.

img_6703

N° XXX – Jean-Claude Martin, Histoire et vie de Claude Expilly, chevalier, conseiller du roi en son conseil d’Etat, et président du, parlement de Grenoble; avec notes, Grenoble, Imprimerie de Peyronard, 1803. Demi-reliure de veau bleu foncé, dos lisse, titre doré en long, non rogné (Burckhart).

img_6704

Enfin, tout récemment, on notera les travaux d’Alessandra Preda, maître de conférences à l’Université de Milan, qui a livré une série d’articles passionnants sur l’auteur grenoblois :

  • « Le poète correcteur de ses œuvres : les deux éditions des poèmes de Claude Expilly », dans D’un siècle à l’autre : littérature et société (1590-1610), sous la direction de Philippe Desan et Giovanni Dotoli, Fasano, Schena Editore et Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2001, pp. 153-188.
  • « Montaigne et Claude Expilly », dans Montaigne Studies, vol. XIII, nos. 1-2 (« La Famiglia de Montaigne »), 2001, p. 200
  • « Tra Tasso e Montaigne : il petrarchismo di Claude Expilly », dans Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, études réunies par Jean Balsamo, coll. « Textes et Travaux de la Fondation Barbier-Mueller », Genève, Droz, 2004, pp. 429-443.

Quatorze ans plus tard, je rencontre à nouveau Expilly au détour d’un nouveau projet : ma thèse sur la poésie politique durant la huitième Guerre de Religion. Ses vers sur la bataille de Pontcharra ou le siège du château des Echelles y trouveront leur place naturelle, comme l’un des principaux chantres de la cause royale en terre alpine : l’histoire entre nous deux va donc encore se poursuivre un moment ! 🙂

Nicolas Ducimetière

Janvier 2017

img_6696img_6698

Essais de plume et croquis dans mon exemplaire 1 de l’édition 1596.


NOTES

[1] Cette chronique était déjà en grande partie écrite il y a plusieurs semaines, lorsque survint, le 22 décembre 2016, la disparition de mon mentor Jean Paul Barbier-Mueller, jadis rencontré autour et grâce au livre en question.

[2] Une pièce funèbre des Poëmes de 1596 (p. 201) était consacrée au trépas de Louis de Revol (1531-1594), nommé secrétaire d’Etat au département de la guerre en 1588 et qui avait rempli ensuite de nombreuses missions pour Henri IV. C’est à son neveu, François de Revol, seigneur de La Ramoillière, qu’Expilly offrit son livre en 1596.

[3] Exemplaires Barbier-Mueller / Bonna / Ducimetière 1 / Bibliothèque municipale de Rennes / collection F.L..

[4] Aimablement signalé par Jean Balsamo (communication personnelle, mars 2010).

[5] A. Wicquot, Catalogue méthodique de la Bibliothèque communale d’Arras, Reims, 1889, tome IV (« Belles-Lettres »), n° 1745

[6] Contient « deux séries de cahiers d’une impression différente, postérieure à 1603 ». Il s’agit tout d’abord de 31 pp. insérées entre les deux parties et constituées des « Stances pour Eriphyle » et des « Mascarades », pièces inédites prises dans l’édition de 1624 (pp. 109-123 et 152-168), et, in-fine, du « Tombeau de Laurent de Galles » (pas inédit) et du « Discours à M. de Morges » (inédit) (pp. 307-309 et 243-256 de l’édition de 1624).

[7] J. Balsamo et M. Simonin, op. cit., n° 465.

[8] Voir Edmond Maignien, Bibliographie des plaidoyers de Claude Expilly…, Grenoble, Allier, 1913.

[9] Pierre du Terrail naquit vers 1475 au château de Bayard, en Dauphiné. Attaché au duc de Savoie, puis à Charles VIII, le page se distingua par ses talents guerriers lors des guerres d’Italie : il devint le meilleur capitaine de son temps, notamment à Marignan, François Ier lui demandant de l’adouber chevalier après la bataille. Parangon de la chevalerie, on le voit en 1523, à Grenoble, soigner des malades de la peste ou chasser du Dauphiné des bandes de pillards. Il tomba en couvrant la retraite de ses troupes après la défaite de Biagrasso, frappé par un coup d’arquebuse (30 avril 1524). Ses funérailles se dérouleront en grande pompe à Grenoble, puis il sera inhumé au couvent des Minimes de Saint-Martin d’Hères (son tombeau, violé en 1562, est ici décrit en détails aux pages 105-121).

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (3) : ECRIRE ET RIRE, CONTRE LA GUERRE ET LE MALHEUR

ECRIRE ET RIRE, CONTRE LA GUERRE ET LE MALHEUR

0001-titre

J’avais déjà choisi ce très curieux texte de la Renaissance et écrit cette chronique quand les événements de vendredi sont survenus… A la lumière de ce drame, ce rarissime petit poème prend une coloration particulière et nous montre comment des poètes français, provençaux en l’occurrence, ont fait du rire et de la dérision une arme de représaille après que leur province a été entièrement ravagée par la guerre et son cortège de malheur. Chapeau bas et hommage à l’auteur de cette Historia bravissima Caroli Quinti imperatoris de 1536 [cat. ND n° 1], qui nous montre comment on a déjà su résister à la violence barbare : par l’écriture et le rire.

Revenons d’abord sur les circonstances d’inspiration de ce poème. La guerre entre la France de François Ier et le Saint-Empire de Charles Quint s’était rallumée au début de l’année 1536. A l’invasion du duché de Savoie par les troupes françaises, l’empereur avait répondu par une attaque de la Provence : le 25 juillet, après avoir franchi le col de Tende, l’empereur s’abattait sur l’arrière-pays de Nice et le Var avec 50’000 hommes, ravageant la Provence. Quelques jours plus tard, il mettait le siège devant Marseille. Pour affamer l’agresseur, le connétable Anne de Montmorency fut contraint de pratiquer la politique de la terre brûlée durant tout l’été. Enfin, le 11 septembre, les Impériaux durent se replier et quitter la Midi sans avoir livré la moindre bataille. Mais la Provence mit plusieurs années à panser ses plaies…

Cette période resta connue en Provence sous le nom d’ « An du Dégât » (c’est dire !), mais elle suscita paradoxalement la verve des poètes comiques méridionaux. Ces derniers étaient adeptes du macaronisme, un genre littéraire venu d’Italie et recouvrant des poésies composées dans des langues inventées, formées de mots de français combinés avec une syntaxe et des terminaisons latines fantaisites. La principale intervention fut celle d’un juge de Saint-Rémy-de-Provence, Antoine de Arena (v. 1508 – apr. 1563), qui fit paraître en Avignon dès 1537 une Meygra Entrepriza catoliqui imperatoris quando de anno Domini mille CCCCC XXXVI veniebat per Provensam, bene corrossatus, impostam prendere Fransam cum villis de Provensa, propter grossas et menutas gentes rejohire. Au même moment, un avocat de Forcalquier, Jean Germain, procurait lui aussi (mais en antidatant le livre au millésime de 1536) un poème macaronique sur le sujet, intitulé Historia bravissima Caroli Quinti, imperatoris à Provincialibus Paysanis triumphanter fugati & desbifati. Quæque in Provincia illo existente novissime gesta fuere Macaronico carmine…. L’œuvre tournait bien entendu l’équipée guerrière de Charles Quint en dérision, dans un latin de cuisine parfaitement lisible, tenant davantage du français déguisé.

Souvent cité de seconde main par les sources anciennes, ce poème a longtemps été confondue par les bibliographes avec celui d’Arena (bien que Du Verdier et Naudé en aient eu connaissance, ainsi que le père Lelong). Charles Nodier avait réussi à se procurer ce qu’on pensait être deux éditions différentes d’un même texte et, les confrontant, découvrir leur vraie nature : « la découverte fut bientôt faite, et il faut convenir qu’elle n’était pas difficile, mais elle me parut fort douce. J’avais deux poètes macaroniques au lieu d’un ». Les bibliographes des XVIIe et XVIIIe siècles s’étaient montrés assez durs sur la qualité de ces macaronées, mais Nodier remit en cause ces jugements, mettant en avant l’intérêt du poème comme source historique au minimum et appelant de ses vœux « une bonne édition critique ». Celle-ci devait voir le jour en 1866, tirée à seulement 100 exemplaires [cat. ND n° 218 : exemplaire n°88, relié en demi-veau de l’époque]. Le poème a par ailleurs fait l’objet d’une édition critique moderne et de plusieurs études par les spécialistes de la poésie macaronique.

Mais, outre l’intérêt enfin reconnu du texte, nous parlons aussi de bibliophilie. Et Nodier d’écrire dans son catalogue : « on ne considère pas ici les livres sous le rapport de leur mérite littéraire. Ce qu’il y a de certain, c’est que le poème macaronique de 1536 est aussi rare que le poème macaronique de 1537, qui est l’un des livres les plus rares de notre littérature ». Et il avait bien raison, le père Nodier ! D’après mes recherches, confirmées par mon ami Jean-Marc Chatelain (directeur de la Réserve de la Bibliothèque nationale de France), il ne semble exister que trois autres exemplaires de ce poème, outre le présent exemplaire (de provenance Landau) :

1/ celui possédé et décrit jadis par Nodier (en maroquin rouge de Koelher, passé ensuite chez Borluut, Nicolas Yemeniz, enfin bibliothèque Paul Arbaud à Aix-en-Provence, où il se trouve toujours) ;

2/ celui de la collection MacCarthy (qui se confond peut-être avec le premier ?) ;

3/ celui conservé à la Bibliothèque nationale de France (Rés. P-YC-97, déjà présent en 1866).

A noter enfin que j’ai aussi vu passer en vente à Bruxelles, en 2008, un exemplaire portant l’adresse de l’imprimeur lyonnais « J. Modernus », avec la même date.

Description : Jean Germain, Historia bravissima Caroli Quinti, imperatoris…, s.l. [Lyon], chez François Juste, 1536. Mince petit in-8°, de [18] ff., à caractères ronds. Reliure de veau fauve glacé, dos lisse avec caissons et fleurons dorés, pièce de titre sur maroquin rouge avec titre doré en long, triple filet doré en encadrement des plats, filet doré sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées (reliure du milieu du XVIIIe siècle).

Provenance : baron Horace de Landau (1824-1903, ancien banquier chez les Rothschild, grand bibliophile habitant un palais de Florence) (ex-libris gravé à monogramme couronné, avec la cote « 3820 » au composteur ; Catalogue des livres manuscrits et imprimés de M. Horace de Landau, Florence, 1885, tome I, p. 214, qualifié d’ « opuscule fort rare » ; pas dans les catalogues de vente de la bibliothèque en 1948-1949).

 0001-reliure0001-ex-libris

Bibliographie : Charles Nodier, Description d’une jolie collection de livres (1844, pp. 117-119, n° 277) ; Brunet, Manuel du libraire (1860, tome II, col. 1553-1554) ; Macaronee provenzali, ed. critica a cura di Fausta Garavini e Lucia Lazzerini (Milan, R. Ricciardi, 1984).