Archives de catégorie : XIXe siècle

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (48) : CONVERTIR LES « BAD BOYS » DE GORDES

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (48)

CONVERTIR LES « BAD BOYS » DE GORDES

« Gènt de Gordo, gènt de cordo »
Frédéric Mistral

A Joël et sa famille, Fredo et Marion, les amis de l’Estellan et du Carillon, et tous ceux de Gordes (qui ne sont certes pas « gènt de cordo », quoi qu’on en dise à Bonnieux !)

Classé parmi les « cent plus beaux villages de France », le bourg de Gordes, perché sur son pic rocheux au-dessus de la plaine du Calavon, dans le Luberon, fait régulièrement la « une » des magazines de tourisme, mais aussi des revues de décoration et d’antiquités, voire de la presse « people ». En partie ruiné au sortir de la seconde Guerre mondiale, le village a dû sa renaissance à certains artistes en vue, comme Chagall ou Vasarely, qui en firent une destination à la mode. Tout en conservant de fortes traditions locales, le village demeure aujourd’hui un lieu de villégiature BCBG, mais il n’en a pas toujours été ainsi, à en croire une historiette de Frédéric Mistral, objet du présent billet : dans la seconde moitié du XIXe siècle, Gordes aurait été un repaire de voyous, d’assassins et de voleurs, bref de gens de sac et de corde, au point de donner lieu à un proverbe !

Portrait de Frédéric Mistral en “une” du supplément illustré du “Petit Journal” du 25 décembre 1904, à l’occasion de son Prix Nobel. Collection ND

Membre fondateur et tête de file du mouvement félibrige (qui remit à l’honneur la langue provençale), Frédéric Mistral (1830-1914) fut l’honneur littéraire de la Provence et de la France, obtenant même le Prix Nobel de littérature en 1904 (l’un des trois seuls décernés à un auteur écrivant dans une langue régionale). Sa célébrité naquit avec le grand poème Mirèio (Mireille), paru en 1859. Pour diffuser ses textes et poèmes, ainsi que ceux de ses amis félibriges, il lança deux périodiques littéraires publiés en Avignon par l’éditeur du mouvement, Roumanille :  L’Armana prouvençau pèr lou bèl an de Diéu (revue annuelle, dès 1855) et L’Aïoli (trimensuel à sa création en 1891, puis bimensuelle jusqu’en 1931, enfin mensuel dans la dernière année de son existence en 1932).

Tous les grands auteurs méridionaux publièrent dans ces pages. En 1866, par exemple, Joseph Roumanille y donna la version provençale d’un récit de voyage dans les Corbières paru huit ans plus tôt sous la plume d’un certain Auguste Blanchot de Brenas : ce dernier avait été frappé par le contenu d’un sermon extraordinaire, imagé, fantastique et efficace prononcé par un curé perspicace pour l’édification de ses ouailles. Roumanille adapta et traduisit ce récit sous le titre de Lou Curat de Cucugnan.

Alphonse Daudet, “Le Curé de Cucugnan”, dans “Lettres de mon moulin”, Paris, Alphonse Lemerre, 1869, édition originale, incipit, pp. 130-131. Inv.

La même année, son ami Alphonse Daudet, autre membre éminent du Félibrige, adapta à son tour le texte provençal en français, en le raccourcissant un peu, mais en le dotant d’un préambule et d’un explicit : « Tous les ans, à la Chandeleur, les poètes provençaux publient en Avignon un joyeux petit livre rempli jusqu’aux bords de beaux vers et de jolis contes. Celui de cette année m’arrive à l’instant, et j’y trouve un adorable fabliau que je vais essayer de vous traduire en l’abrégeant un peu. […] Et voilà l’histoire du curé de Cucugnan, telle que m’a ordonné de vous la dire ce grand gueusard de Roumanille, qui la tenait lui-même d’un autre bon compagnon »[1]. Publiée tout d’abord dans le journal L’Evénement du 28 octobre 1866, cette nouvelle amusante du Curé de Cucugnan gagna très vite les faveurs du public et intégra trois ans plus tard le recueil Les Lettres de mon moulin, dont elle demeure l’un des textes les plus connus.

Pourquoi évoquer ce texte cucugnanais aux auteurs multiples ? Parce que cette célèbre nouvelle met en scène un prédicateur efficace, sorte de Don Camillo truculent convertissant tout un village et remettant ses habitants dans le droit chemin. C’est aussi le cas de cette petite histoire sortie en 1892 de la plume de Frédéric Mistral, qui s’était inspiré d’un article paru en mai 1892 dans les Petites Annales de la Congrégation des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée (selon une note du manuscrit). Voici le manuscrit autographe de ce petit récit sentant bon le thym et le romarin, trois pages signées des seules initiales « F. M. » et rédigées au verso de feuillets d’épreuves (en l’occurrence celles d’un « poème patois en douze chants » paru à Rodez en 1892 : D’al brès à la toumbo, œuvre  du chanoine Justin Bessou, principale figure de la littérature occitane en Rouergue).

Frédéric Mistral, « Le Paire Françoun » [« Le Père François »], manuscrit autographe signé, [Avignon, 1892], p. 1. Inv. 1799
Frédéric Mistral, « Le Paire Françoun » [« Le Père François »], manuscrit autographe signé, [Avignon, 1892], p. 2. Inv. 1799
Frédéric Mistral, « Le Paire Françoun » [« Le Père François »], manuscrit autographe signé, [Avignon, 1892], p. 3. Inv. 1799

Dans ce court récit en prose provençale, Mistral met en scène un père blanc, le « paire Françoun » (père François), se rendant à Gordes pour un prêche. Sur son chemin, on le met en garde : les habitants de Gordes sont sans foi ni loi, ce que résume le proverbe « Gent de Gordo, gent de cordo » (« Gens de Gordes, gens de corde »). Le bon père s’obstine et prêche en l’église de Gordes, réussissant à faire avouer leurs péchés aux habitants, alors convertis. Cette jolie historiette fut considérée par Mistral comme un texte plutôt secondaire : le coin supérieur de la première page porte d’ailleurs la mention « Pour remplir ». Pour autant, le texte connut deux publications en périodique : d’abord dans le journal L’Aïoli du 27 juin 1892 (n° 54, p. 3), puis dans L’Armanau prouvençau publié au début de l’année suivante (39e année, 1893, pp. 57-58[2]).

Frédéric Mistral, « L’Armanau prouvençau », Avignon, Roumanille, 1893, couverture. Inv. 2589
Frédéric Mistral, « Le Paire Françoun », dans « L’Armanau prouvençau », Avignon, Roumanille, 1893, p. 57. Inv. 2589

Repris dans les Œuvres complètes de Mistral parues en 1980[3], « Lou paire Françoun » n’est toutefois pas présent en ligne. En voici donc la transcription tirée de la version imprimée de L’Aïoli (conforme totalement au manuscrit et différente d’une phrase seulement, indiquée entre crochets, de la version de L’Armana).

LOU PAIRE FRANÇOUN

Un venerable prèire, lou R. P. Nicolas, de l’ordre dis Oublat o Messiounàri de Prouvènço, qu’es esta, éu peréu bon predicadou prouvençau, vèn de publica ‘no noutiço sus lou bon paire Françoun, qu’es mort aquéstis an e qu’èro poupulàri dins Vau-Cluso coume ges.

Aquéu paire Françoun predicavo jamai qu’en lengo provençalo. Me souvèn de l’agué vist e ausi quand ère enfant, à Nosto-Damo de Lumiero – ounte ma pauro maire me menavo en roumavage. Couchavian dins la glèiso en pregant e cantant, agrouva sus li bard. Pièi finissian pèr nous endourmi. Mai tout-d’un-cop nous destressounavo uno voues broundo que cridavo : « Femo, fiho, pichot, anen, dau, revihas-vous ! que vous anan faire beisa la Santo Vierge negro ! » E, autant que me souvèn, vesian un pichot prèire a figuro rustico s’avança dins la glèiso en nous turtant emé lou pèd, e’m’acò à bèu bóudre beisavian la madono que lou paire Françoun pourtavo entre si man.

Lou paire Françoun, quand èro jouine, avié agu garda l’avé. E dison que, de fes, talamen la voucacioun i’èro vengudo de bono ouro, mountavo sus un amelié e aqui, touto la batudo, fasié de sermoun à si fedo. Tau sant Francés d’Assise predicavo is aucèu, i cigalo e i peissoun.

Un jour, lou paire Françoun èro vengu precha lou jubilèu à Gordo, e sabès que se dis :

Gènt de Gordo,
Gènt de cordo.

Veici coume coumencè sa proumiero predicanço :

« Mi fraire, aquest matin, en venènt de Bouniéu, ai rescountra ‘n ome que m’a di :

 – “Eh! bèn, paire Françoun, ounte èi qu’anas mai precha ?”
– “Vau à Gordo, j’ai respoundu”
– “Anas à Gordo ! dis, aquéu païs de voulur, de bregand, d’assassin, que se passo pas semano que noun se ié coumete quauque maladoubat ! Anas au tribunau d’At, toujour de gènt de Gordo ! [Anas is assiso de Carpentras, toujour de gènt de Gordo !] Escoutas, paire Françoun : se counvertissès li Gourden, vès, iéu vous doune un merle blanc !”

Avès ausi, mi fraire, reprenguè lou predicadou, coume li gènt vous traton ? Anen, coume se pertout i’avié pas de marridi gènt ! coume se pertout, parai ? se fasié pas de mau ! … Eh ! bèn, aquéu merle, lou tène ! Es pas verai, bràvi gènt de Gordo, que me voudra manteni iéu ? Se i’a, entre vous-autre, quàuqui malurous pecadou, saran li proumié de veni, e dounaran lou bon eisèmple. »

Aquel eisòrdi ex-abrupto empougnè quatecant l’auditòri sousprés. Lou paire Françoun, partènt d’aqui, veguè, touto la semanado, s’esquicha li Gourden autour de sa cadiero e faguè, lou sant ome, uno meissoun de Diéu coume jamai se i’èro fa.

Lou paire Nicolas, qu’a vist à l’obro cinquanto an aquéu moudèste messiounàri de nosto lengo prouvençalo, acabo coume eiçà soun raconte toucant : Si, comme autrefois, le peuple canonisait les saints, le P. Françon aurait déjà des autels.

F. Mistral

De la même manière que le Curé de Cucugnan avait connu des allers-retours linguistiques, j’ai voulu tenter une traduction française (encore inexistante à ma connaissance) de ce petit texte de Mistral, en me plongeant dans le Diciounàri de Bernard de La Tour d’Auvergne (lequel cite en une occasion un passage du « Paire Françoun », à propos de la signification de « l’avé » au sens de « mouton »). J’espère que cette version (mon premier essai de traduction depuis l’occitan, vous l’imaginez bien) ne trahit pas trop le propos initial !

LE PÈRE FRANÇOIS

Un vénérable prêtre, le révérend père Nicolas, de l’Ordre des Oblats et Missionnaires de Provence, qui lui aussi est un bon prédicateur en provençal, vient de publier une notice sur le bon père François, qui est mort cette année courante et qui était populaire comme pas un dans le Vaucluse.

Ledit père François n’a jamais prêché qu’en langue provençale. Je me souviens l’avoir vu et entendu, étant enfant, à Notre-Dame de Lumières – où ma pauvre mère m’avait emmené en pèlerinage. Nous nous pressions dans l’église en priant et chantant, agenouillés sur les dalles. Puis nous finîmes par nous endormir. Mais tout-à-coup nous fûmes réveillés en sursaut par une voix bruissante qui criait : « Femme, jeune fille, petit, allons, debout, réveillez-vous ! que je vous fasse baiser la Sainte Vierge noire ! » Et, autant que je m’en souvienne, nous vîmes un petit prêtre à figure rustique s’avancer dans l’église en nous bousculant avec les pieds, et moi, pour ma part, je baisais je ne sais combien de fois la madone que le père François portait en ses mains.

Le père François, quand il était jeune, avait gardé les moutons. Et on disait que, des fois, tellement la vocation lui était venue de bonne heure, il montait sur un amandier et, de là, pendant toute sa journée de travail, il faisait des sermons à ses moutons. Tout comme saint François d’Assise avait prêché aux oiseaux, aux cigales et aux poissons.

Un jour, le père François alla prêcher le jubilé à Gordes, et vous savez ce qui se dit :

Gens de Gordes,
Gens de corde.

Voici comme débuta sa première prédication :

« Mes frères, ce matin, en venant de Bonnieux, j’ai rencontré un homme qui m’a dit :

 – “Eh ! bien, père François, où est-ce donc que vous allez prêcher ?”
– “Je vais à Gordes, ai-je répondu”
– “Vous allez à Gordes ! me dit-il, mais quel pays de voleurs, de brigands, d’assassins ! Il ne se passe pas semaine qu’il ne s’y commette quelque méfait ! Allez au tribunal d’Apt, toujours des gens de Gordes ! [Allez aux assises de Carpentras, toujours des gens de Gordes !] Ecoutez, père François : si vous convertissez les Gordiens, je vous donne un merle blanc !”

Entendez-vous, mes frères, reprit le prédicateur, comment les gens vous traitent ? Allons, comme s’il n’y avait pas partout de méchantes gens ! comme si partout, n’est-ce pas ?, il ne se faisait pas de vilenie ! Eh bien, ce merle, je le tiens ! N’est-ce pas vrai, braves gens de Gordes, que vous voudrez me le garder ? S’il y a, entre vous autres, quelques malheureux pécheurs, ils seront les premiers à venir, et à donner le bon exemple ».

Un tel exorde ex-abrupto s’empara sur-le-champ de l’auditoire surpris. Le père François, partant de là, vint toute la semaine, pressa les Gordiens autour de sa chaire et fit, le saint homme, une moisson de Dieu comme jamais il ne s’en était fait.

Le père Nicolas, qui vit à la besogne pendant cinquante ans ce modeste missionnaire de notre langue provençale, achevait comme cela son récit à ce sujet : Si, comme autrefois, le peuple canonisait les saints, le P. Françon aurait déjà des autels.

F. Mistral

Nef de l’église Saint-Firmin de Gordes (XVIIe siècle). A droite, la chaire d’où prêcha le père François. Photo DR Commune de Gordes

Quand vous viendrez visiter Gordes et sillonnerez ses ruelles pittoresques, arrêtez-vous un instant en la majestueuse église Saint-Firmin, dont la silhouette marque de manière si caractéristique le village. Datant de 1755, l’édifice actuel, d’architecture baroque, a souffert tant des tremblements de terre que du désintérêt général : dégradé, il est rénové depuis 2016, la municipalité ayant lancé récemment une campagne de financement participatif via la Fondation de Sauvegarde de l’Art français. En rentrant sous la haute nef, jetez un coup d’œil, à droite, sur la chaire en pierre sculptée émergeant du mur d’une chapelle et ayez une pensée pour le bon père François qui s’y exprima jadis de manière si habile et convaincante, avec l’accent des cigales ! 😊

Nicolas Ducimetière
Gordes, 15 août 2021


NOTES

[1] Ces références n’empêchèrent pas Blanchot de Brenas réclame à Daudet et Roumanille la paternité du texte. Sans réponse de leur part il menace Roumanille d’un procès pour plagiat. Celui-ci arrive à faire traîner les choses et échappe au procès grâce à la mort de Blanchot en 1877.

[2] Par coïncidence, on trouvait également dans ce numéro de L’Armana prouvençau, aux pages 97-98, la traduction par Mistral du chapitre XIX de la Genèse, qui a fait l’objet d’un autre billet en 2016 : voir Mélanges (10) : Sodome et Gomorrhe .. .avé l’assen, fatché de con !

[3] Frédéric Mistral, Œuvres complètes – Contes provençaux, Raphèle-lès-Arles, Culture provençale et méridionale, 1980, pp. 199-201.