Archives de catégorie : Empire romain

MONETA (30) : L’AS DES AS

MONETA (30) : L’AS DES AS

« La Numismatique est la conjugaison
de l’Art, de l’Histoire et des Valeurs »
Victor Gadoury

Pour reprendre les célèbres paroles bibliques, il faut toujours rendre à César ce qui est à César. Avec le passage des années, on se souvient avec reconnaissance et nostalgie des instants ou des personnes qui ont déterminé l’émergence d’une passion (Moneta (18) : Retour aux sources, la monnaie « n° 1 ») ou son inflexion, la découverte d’un nouveau monde ou champ de connaissance. Aussi le souvenir de ma première « romaine » est-il durablement gravé dans ma mémoire, d’autant que ce fut un cadeau, fait par l’un des grands numismates de la fin du siècle dernier.

Portrait du numismate Victor Gadoury (1941-1994). DR

En avril 1990, pour mes onze ans, mes parents m’offrirent l’une des « bibles » de la numismatique française : le « Gadoury » rouge, baptisé ainsi du nom de son auteur, Victor Gadoury (1941-1994), marchand de monnaies très réputé, installé à Monaco depuis la fin des années 1970. En 1973, il avait donné la première édition d’un guide très pratique et complet des Monnaies françaises frappées depuis la Révolution. A partir de cette date, cet ouvrage, sous sa couverture rouge très reconnaissable, connut des rééditions augmentées, adaptées et corrigées paraissant tous les deux ans, et s’imposa comme un classique incontournable. L’édition offerte par mes parents était la neuvième, éditée en 1989 et formant une « Edition spéciale bicentenaire » particulièrement épaisse. Que d’heures passées à étudier ces notices, à découvrir les particularités des ateliers, l’histoire de ces tirages, à identifier les monnaies déjà présentes sur mes plateaux ou celles que j’ambitionnais d’y ajouter !

Le « rouge » et le « blanc », les deux principaux « Gadoury » dans leur édition de 1989 et 1987

Mes principaux fournisseurs étaient alors à Toulon, non loin de notre appartement de vacances à Six-Fours. L’un, bien nommé « Numismatique du Port », existe toujours, sur le quai Cronstadt, juste à côté de la Préfecture maritime : c’était celui de la fin de journée, avant un petit goûter vers les cinq heures, à la terrasse d’un des cafés bordant le port. L’autre, plus pittoresque, était au cœur même de la vieille ville, alors non rénovée et dont les rues, tortueuses et souvent peu ragoutantes, pleines d’authentiques bars à matelots, ressemblaient à autant de coupe-gorge mal famés. L’une de ses ruelles se signalait par un vieux canon de marine (vestige du siège de 1793 ?), au métal poli par les pluies et les frôlements, fiché verticalement dans le trottoir pour servir de borne : c’était mon point de repère favori. Non loin, dans une boutique à façade de bois noirci, se trouvait le numismate Boitard qui avait déjà un âge très avancé. Entre 1989 et 1995 environ, je devais être parmi ses plus jeunes clients et nous débarquions en famille, pour y passer deux ou trois heures, dans son échoppe un peu obscure pleine de médailliers de bois lustré à plateaux de velours : pas mal de mes économies d’enfant sont passées dans les monnaies royales achetées chez lui, comme par exemple la plupart de ces beaux et massifs écus d’argent, s’échelonnant de Louis XIV à la Troisième République.

Écu après écu : souvenirs de pas mal de passages dans les ruelles ou sur le port de Toulon. Collection ND

A l’été 1991, voyant la passion avec laquelle j’épluchais mon « Gadou’ », mes parents proposèrent de rendre visite au numismate lui-même en faisant un saut en famille jusqu’à Monte-Carlo. C’est ainsi que, le 25 juillet, je pus rencontrer Victor Gadoury dans sa galerie. Nous n’avions pas pris rendez-vous, mais il nous reçut très aimablement, me dédicaça le livre déjà en ma possession, ainsi que celui dont je fis l’emplette : le Gadoury « blanc », consacré aux Monnaies royales françaises (1610-1792), paru quatre ans plus tôt. Comme tous les ouvrages de référence neufs, le volume en question coûtait assez cher et je me trouvais donc à sec après avoir fait l’acquisition d’une ou deux monnaies de petite valeur (comme le joli ‘écu de Louis XVI figurant sur la photo précédente).

Dédicace de Victor Gadoury sur ses « Monnaies françaises »
Dédicace de Victor Gadoury sur ses « Monnaies royales »

Victor Gadoury me demanda alors si j’étais intéressé par les monnaies romaines. En principe, je l’étais, mais c’était un domaine inconnu pour moi, encore inaccessible en termes de connaissances autant que de prix. Il me sortit alors un de ses catalogues récents en la matière (Monnaies romaines 1989) et l’ajouta sur la pile de mes livres, puis il ouvrit un meuble-vitrine plein de plateaux pour se saisir d’une rondelle de bronze et la plaquer avec un bruit sonore sympathique sur le plateau de verre du meuble : « Tiens, dit-il avec un sourire, c’est un cadeau. Tu regarderas dans ce catalogue pour essayer de l’identifier et tu m’écriras le résultat de tes recherches ». C’était ma première « romaine ».

Claude, as de bronze, Rome, 41-42, avers. Collection ND

Le lendemain, de retour dans notre villégiature de Six-Fours, j’épluchais immédiatement, avec ferveur, le beau catalogue (c’était encore l’époque des reproductions noir-blanc) et identifiais sans trop de mal la monnaie comme un as de bronze frappé par l’empereur Claude, à Rome, vers 41-42 de notre ère. A l’avers se trouvait le profil de l’empereur bègue et sa longue titulature (TI CLAVDIVS CAESAR AVG P M TR P IMP, soit “Tiberius Claudius Cæsar Augustus Pontifex Maximus Tribunicia Potestate Imperator”). Au revers, une Pallas armée et portant bouclier était entourée des deux grandes lettres SC (pour « Senatus Consulto ») rappelant que l’émission des monnaies de bronze (as, sesterce et dupondius) se faisait sous le contrôle et avec l’accord du Sénat (même si, à cette époque, cela relevait seulement de la tradition historique).

Claude, as de bronze, Rome, 41-42, revers. Collection ND

Comme promis, j’écrivis sur-le-champ une lettre pour annoncer au donateur ma « découverte » et lui donner la référence de ma source dans son catalogue. Nous devions retourner le visiter à Monte-Carlo, mais la chose ne se fit jamais et Victor Gadoury disparut brutalement en avril 1994. Ses livres, toutefois, lui ont survécu et le « Gadoury rouge » continue à paraître avec régularité, toujours plébiscité par les collectionneurs et les professionnels.

Bien que présentant un petit état « Beau », cette monnaie patinée et burinée par les siècles était l’une de mes fiertés d’enfant. Pensez : une relique affichant près de 2000 ans d’âge ! Lors du jour d’entrée en classe de 6e, alors que nous devions nous présenter à notre voisin/voisine de table, ce fut l’un des éléments retenus par ma nouvelle camarade Laure, devenue une amie chère hélas disparue depuis vingt ans. Bien des années plus tard, elle m’avait donné le cahier de ce premier jour, rapportant l’anecdote de l’as de Claude…

Le souvenir cher d’une amie disparue et de notre premier jour de sixième…

Au cours des années suivantes, diverses monnaies romaines sont venues sur mes plateaux, principalement des sesterces, trouvés par mes ancêtres maternels dans leurs champs de Haute-Marne, ou des petits bronzes constantiniens trouvés en brocante. Mais avec les études et surtout le démarrage sérieux de ma bibliothèque ancienne, il n’était pas encore temps pour se lancer vraiment dans une grande galerie monétaire des empereurs, jusqu’à ce que ce vieux projet réapparaisse en 2015.

Sesterces de Domitien, Trajan, Alexandre-Sévère ou Philippe l’Arabe ; petits bronzes de Claude II, Licinius ou Constantin : mes premières romaines, venues des champs de mes aïeux ou des brocantes de mon adolescence. Collection ND

Bien que ma série de monnaies romaines soit désormais dédiée seulement aux monnaies en métal « noble » (de l’or le plus pur au billon saucé), cette pièce un peu fruste demeure en bonne place dans mon médaillier, comme les autres romaines de mon enfance : les beaux souvenirs n’ont pas de cote, pas de prix ! Comme le dit l’adage : « Tout ce qui brille n’est pas en or ».

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 6 juin 2021