Tous les articles par Nicolas Ducimetière

Nicolas Ducimetière (°1979) est vice-directeur de la Fondation Martin Bodmer depuis 2012. Historien du livre et des bibliothèques, auteur ou éditeur d’études et d’articles sur la poésie Renaissance ou la bibliophilie (dont Mignonne, allons voir… – Fleurons de la bibliothèque poétique Barbier-Mueller [2007] et Poètes, princes & collectionneurs [2011]), il a assumé plusieurs commissariats d’exposition, dont Frankenstein, créé des ténèbres (2016), Les Routes de la traduction – Babel à Genève (2017) et Géants et Nains (2019), en co-dirigeant leur catalogue. Vice-président de la Fondation Barbier-Mueller pour l’étude de la poésie italienne de la Renaissance (Université de Genève) depuis 2006, membre de la Commission suisse pour l’UNESCO depuis 2016, il a été reçu chevalier dans l’Ordre des Arts et Lettres en 2010.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (65) – UN PUTSCH CONTRE LE PRINCE DES SOTS !

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (65)

UN PUTSCH CONTRE LE PRINCE DES SOTS !

Il fut un temps où les fous et les bouffons avaient droit de cité auprès des puissants, dans les gouvernements et dans les prétoires. Ce n’est évidemment plus le cas aujourd’hui (enfin, il paraît). Ou peut-être que le XVIIe siècle commençant était moins hypocrite que notre époque compassée et se payait encore le luxe délicieux d’appeler un chat… un chat et de reconnaître que la folie et la sottise se faufilaient partout. Les fous et les simplets (ou prétendus tels, car la plupart étaient au contraire des esprits particulièrement affûtés) étaient d’ailleurs si bien en cour qu’on n’hésitait pas à leur décerner officiellement un titre princier, celui de « prince des sots », une couronne moins symbolique qu’on pouvait le penser, puisqu’elle accordait à son titulaire quelques privilèges bien tangibles. Des privilèges que certains sujets révoltés n’hésitèrent pas à usurper ou à revendiquer jusque devant les plus hautes (et véritables) cours de justice de l’époque. Je veux aujourd’hui revenir sur les mésaventures advenues au prince qui était en titre à la fin du règne d’Henri IV, péripéties parvenues jusqu’à nous par des masses de factum juridiques, mais aussi par différents pamphlets rimés rarissimes, dont deux exemplaires sont venus se blottir dans mes rayons. Partons à la découverte de Son Altesse le sieur Angoulevent, prince de Sottise !

I. L’ascension d’un fou fort censé

En accédant au trône de manière inopinée en 1589, Henri IV avait hérité des bouffons de son prédécesseur. Si beaucoup d’entre-eux étaient d’authentiques simples d’esprit, d’autres, en revanche, n’avaient de « fous » que le nom. Ma thèse m’avait ainsi permis de rendre hommage au principal bouffon du début du règne d’Henri IV, un certain Antoine Anglarez (v. 1540-1592), qui fit carrière sous le nom de « Chicot »[1]. En réalité, loin d’être un de ces semi-déments dont les élucubrations grotesques égayaient la cour (comme un des fous d’Henri III, Sibilot, « brute impure », fréquemment « le bâton à la main, l’écume à la bouche, à l’instar d’un chien enragé »[2]), « Chicot était loin d’être fou : les trop rares documents qui nous permettent de le connaître prouvent que ce Gascon était surtout un soldat spirituel enveloppant ses sages conseils sous des formes railleuses »[3]. A dire vrai, on connaît mieux sa vie et sa carrière, assez brillante, que celles de nombreux gentillâtres provinciaux ! Issu d’une famille modeste, entré un temps au service d’Honorat de Savoie, il avait obtenu, en raison de ses lazzi, le surnom de « Chicot » (le verbe « chiquoter » signifiant « moquer, plaisanter, vétiller »). Remarqué par Charles IX, il obtint de lui en 1564 une première charge officielle de « chelvaucheur ordinaire de l’escurie du Roy », puis devint en 1570 le « portemanteau » du duc d’Anjou (futur Henri III). Devenu roi, ce dernier n’oublia pas et le propulsa au poste de lieutenant du roi pour le château de Loches, tout en maintenant concrètement à ses côtés pour goûter son esprit aiguisé, ses bons mots et ses anecdotes croustillantes : bouffon, certes, mais « bouffon quand il vouloit », écrivit Aubigné. La confiance et la reconnaissance du roi lui valurent finalement, contre l’avis de la Chambre des Comptes, l’obtention de lettres de noblesse en mars 1584.

Peintre flamand anonyme, “Un bal à la cour d’Henri III”, France, vers 1582, huile sur toile. Paris, Musée du Louvre. Photo MRN

Détestant les Guises et désireux de venger l’assassinat de son maître le 1er août 1589, Chicot passa avec armes et bagage dans le camp d’Henri IV, ayant « un continuel dessin de mourir ou tuer le Duc de Mayenne, pour avoir esté battu de lui, & en recerchant cette occasion, s’estoit fait tuer entre les jambes cinq chevaux, en deux ans »[4]. Familier du nouveau roi, Anglarez le suivit dans tous les combats du début du règne, notamment à Arques et à Ivry, où il fit merveille, voyant même ses exploits chantés par plusieurs poètes du temps (comme Sébastien Garnier qui loua « Chiquot qui n’espargnoit personne », le comparant volontiers à une lionne privée de ses petits ou à un « loup enragé » plein de colère). Fort apprécié d’Henri IV pour sa bonne humeur, sa combativité et ses bons conseils, il obtint la confirmation héréditaire de ses lettres de noblesse à la fin de l’année 1591, perdant toutefois la vie quelques mois plus tard durant la campagne de Normandie : on écrivit même à sa mémoire quelques vers funèbres. Si l’on se rappelle que, trois ans plus tard, la tentative d’assassinat de Chastel contre Henri IV fut permise grâce à la « folle » Mathurine (qui, seule de la suite du roi, eut la présence d’esprit de barrer la route au jeune meurtrier), on pourra accorder aux « bouffons » du roi une place de choix parmi ses défenseurs.

Eduardo Zamacois y Zabala (1841-1871), “Bufones jugando al Cochonnet” (“Bouffons jouant au cochonnet”, huile sur toile, 1868. Museo de Bellas Artes de Bilbao. Photo DR

Parmi les autres « fous » de la suite royale figurait, alors moins connu, un certain Nicolas Joubert, dont le nom de guerre était « Angoulevent » ou « Engoulevent » (autrement dit : « Avale-vent »). Il n’était certes pas le créateur ou le premier porteur de ce surnom, depuis longtemps employé parmi les joueurs de farce[5], mais il en releva l’usage au début des années 1590, alors que commençait sa carrière. Dans le contexte de la huitième Guerre de religion, il fut beaucoup plus discret que son confrère Chicot, mais il n’en fut pas moins cité dans l’un des plus brillants pamphlets littéraires et politiques de l’époque (et même de toute l’histoire française) : La Satyre Ménippée (à laquelle nous consacrerons bien entendu un article entier dans le futur). Œuvre collective conçue durant le second semestre 1593 par une petite équipe d’humanistes « politiques » (autrement catholiques modérés travaillant au triomphe de la cause henricienne et du principe de légitimé royale), l’œuvre fut considérée par l’historien et magistrat Hénault comme « comme guère moins utile à Henri IV que la bataille d’Ivry : le ridicule a plus de force qu’on ne croit ». Dès les premières éditions parues à partir du printemps 1594 (éditions dites « en 255 pages »), on trouvait, en tête de la série de « petits vers » achevant le volume, une cocasse lettre du « prince des fous », l’« Epistre du sieur d’Engoulevent à ung sien amy. Sur la harangue que le Cardinal de Pelvé fit aux estats de Paris »[6]. Le poème avait auparavant connu une impression séparée (aujourd’hui des plus rares), en seize pages, sous le titre de Rithmes du seigneur d’Engoulevent. Sur les affaires de la Ligue. Extraites de la Satyre Ménippée (Lyon, 1594)[7].

“Epistre du sieur d’Engoulevent à ung sien amy. Sur la harangue que le Cardinal de Pelvé fit aux estats de Paris”, dans “Satyre Ménippée”, s.l.n.n., “1593” [i.e. 1594], “édition en 255 pp.”, p. 243. Inv. 149

« Mon grand amy, tu sçauras par ces vers
Que les Estats furent hyer ouverts :
Où l’on a faict maintes belles harangues,
Mais surtout ceux qui ont le don des langues.
Ce grand Prelat & Cardinal de Sens
Par son discours nous a ravy les sens :
Veux tu l’ouïr ? Detoupe tes aureilles,
Dit la chanson, & tu orras merveilles. […]».

Plaisant et leste, le poème reprochait au prélat ses allégeances multiples et sa fidélité à géométrie variable. Tour à tout évêque d’Amiens (1552), archevêque de Sens (1562), avant de devenir archevêque-duc de Reims (1588), Nicolas de Pellevé (1518-1594) avait été élevé à la pourpre cardinalice en 1570. Après avoir passé vingt ans à la Curie romaine (en sabotant pour partie la politique gallicane d’Henri III), il rentra en France en 1592 seulement, pour soutenir la Ligue ultracatholique contre Henri IV. Déjà malade, il dut assister à la reddition de Paris et à l’entrée triomphale du Bourbon le 22 mars 1594 : cet épisode contribua sans doute à l’achever, car il mourut six jours plus tard dans l’hôtel des archevêques de Sens au sein de la capitale. Le poème d’Angoulevent circulait déjà à cette époque et continua à le présenter comme un traître à son pays :

«Je ne sçay pas s’il fut Grec ou Breton,
De domino, et du pays du Mayne.
En contenance & gravité romaine. […]
Il a parlé en François renegat,
De l’Espagnol, du bonnet du Legat […] ».

N’hésitant pas glisser vers le scatologique, le prétendu Angoulevent ne put s’empêcher de rapporter la mésaventure arrivée à la nièce du cardinal, Mademoiselle de Saussay, durant un bal donné à Louvre par Henri III, sans doute la diarrhée la plus célèbre de la littérature française :

« Quant il parla du lieu qui fut souillé [le Louvre],
On se souvint comme il fut barbouillé
Dansant la volte, et une bonne piece
Dit que ce fut du K K de sa niepce […]».

Le fou du roi était-il bien l’auteur de ces vers signés de son surnom ? Rien de moins sûr : il n’est pas impossible que Nicolas Rapin ait usurpé son identité pour rendre le compte-rendu des États généraux de la Ligue encore plus risibles. La première mention officielle d’Angoulevent dans les archives remonte en tout cas à l’année suivante : en 1595, les comptes de l’argenterie royale stipulent en effet que « cinq aulnes de velours de couleur » furent offertes « à un nommé Angoulevent pour lui faire habillement ». Trois ans plus tard, lors du séjour d’Henri IV à Nantes (le dernier bastion ligueur, qui venait de se rendre), le « fou » se vit octroyer, en probable récompense de son dévouement, une charge officielle toute nouvelle d’auneur et mesureur de toile de la ville. Nommer un « fou » à ce poste faisait sans doute partie de ces petites humiliations que le roi (tout en proclamant l’oubli des fautes) ne pouvait quand même s’empêcher de faire à l’égard de ses plus vieux et tenaces adversaires. Les édiles nantais refusèrent de confirmer le poste, mais y furent finalement contraints en 1601 par lettres de jussion, devant par ailleurs payer au titulaire une indemnité sonnante et trébuchante de 1’000 écus d’or pour leur retard d’exécution. Un pasquil daté du courant de l’année s’amusa de cette nomination qui semblait libérer une autre charge : « Angoulevent quitte sa charge ; / Marquis [de] Marigny, je t’en charge : / Tu seras le prince des Sots ! »[8].

II. Révolution contre le « prince des sots »

Dans ces premières années du XVIIe siècle, Nicolas Joubert, « sieur d’Angoulevent », peut-être déjà valet de chambre du roi (le titre lui est donné de manière avérée en 1605), disposait donc également du titre ronflant de « prince des sots »[9]. Sous ce terme se cachait en fait la confrérie des acteurs, également appelés « Enfants-sans-Souci », qui interprétaient des soties, ces pièces satiriques très en vogue depuis l’époque médiévale : on y montrait la société sous ses travers les plus burlesques, partant du principe que le monde était fou… La plupart de ces acteurs, à Paris, étaient rassemblés au sein de la troupe de l’Hôtel de Bourgogne, formant une confrérie anticipant la future Comédie-Française, avec ses règles et sa hiérarchie : à la tête de cette « principauté de Sotie » trônait donc Nicolas Joubert. Cela lui octroyait notamment le droit d’entrer par la grande porte, réservé au « Grand Sot », ainsi que la plus grande des loges et la préséance dans les assemblées de la compagnie.  Mais son pouvoir allait bientôt être contesté, ouvrant une des longues procédures judiciaires comme l’époque les aimait.

Reconstitution de l’Hôtel de Bourgogne dans le film “Cyrano de Bergerac” de Jean-Paul Rappeneau (1990). Photo DR

Tout prince qu’il fût (ou à cause de cela), Joubert était quelque peu polisson et amateur de pratiques particulières dans son commerce avec le beau sexe… Disons brièvement qu’il était amateur à son endroit de fessées et autres fouettages aptes à lui exciter les sangs. Dans le courant de l’année 1603, il pensa pouvoir obtenir ce traitement et plus encore de la part d’une femme mariée relativement délurée qui, en définitive, se moqua bien de lui et le livra en pâture à son mari qui rossa d’importance l’indélicat. Bref, une saynète digne de la commedia dell’arte et de la scène de l’Hôtel de Bourgogne ! La réputation princière en prit pour sa grade, Joubert fut blâmé officiellement et certains sujets de Sotie commencèrent à contester son autorité…

Anonyme (« Archi-Poëte des Pois-Pilez »), “La Surprise et Fustigation d’Angoulevent…”, Paris, s.n., 1603, page de titre. Inv. 219

Le premier à se lancer à la curée demeura anonyme, mais se parait du titre d’ « Archi-Poëte des Pois-Pilez », une appellation plutôt énigmatique qui fit depuis couler beaucoup d’encre chez les bibliographes. Deux écoles se confrontent. Selon Emmanuel Viollet-le-Duc, le terme renvoyait à un théâtre parisien de la fin du XVe siècle où se jouaient des farces : il s’agissait du « nom d’une maison à l’enseigne des Poids-Pilés, dans le quartier des Halles, où ces jeux se représentaient, mais c’était des poids (pondus) mis en pile, et non des pois (cicer) mis en purée, comme on l’a cru par allusion au mot farce apparemment »[10]. A la même époque, pourtant, un autre érudit, Edouard Fournier, devait fournir une explication toute différente, à l’opposé de l’hypothèse des « poids empilés », en citant l’autorité ancienne de Gilles Ménage : « On appeloit pois pilés, dit-il, le marc des pois dont on avoit fait de la purée, et il n’étoit pas étonnant qu’on désignât par le même nom ces farces, qui n’étoient que salmigondis »[11]. Au final, dans les deux cas, l’ « Archi-poëte » autoproclamé émanait du milieu de la sotie, où semblait souffler le vent de la révolte contre le chef. La dédicace de l’œuvre était d’ailleurs adressée à un autre « fou » concurrent, le « Comte de Permission », autrement dit Bluet d’Arbères. Ancien charron et canonnier originaire du pays de Gex (récemment annexé à la France), ce curieux personnage monta à Paris pour s’établir comme gazetier au Pont-Neuf, faisant imprimer des « canards » et autres petits pamphlets traitant de l’actualité selon un angle satirique et cocasse (il en revendiquait 180 !), « quoiqu’il ne sçût ny lire ny escrire, et n’y eût jamais apprins ». Le succès venant (d’après ses propres dires, les bourses et cadeaux accordés par les grands seigneurs et nobles dames amusés lui auraient assuré 4’000 écus d’or de revenus, plus que Corneille ne gagna avec ses pièces), il publia même en 1600 un recueil collectif de ses meilleurs textes, où il prit également le titre de « Chevalier des Ligues des XIII Cantons suisses » (ce qui ne manquait pas de piquant pour un sujet savoyard). Cette curieuse figure demeure aujourd’hui l’une des gloires de la ville de Divonne, qui lui a dédié une rue et une plaque commémorative !

Anonyme (« Archi-Poëte des Pois-Pilez »), “La Surprise et Fustigation d’Angoulevent…”, Paris, s.n., 1603, pp. [2]-3. Inv. 219

C’est donc à un amuseur en vue, sinon à la cour, du moins à la ville (sorte d’Hanouna du XVIIe siècle ?), que s’adressait La Surprise et Fustigation d’Angoulevent, un « poëme heroïque » de 182 vers se moquant du « magnifique sot » et « brave monarque » récemment ridiculisé. Pour autant, il fallait demeurer prudent à l’égard de ce puissant, même de comédie : le fascicule taisait autant l’identité de son imprimeur que de son auteur. Adoptant en tout cas le ton épique des grandes gestes, le poète allait

« D’Angoulevent chantant la passion,
Qui, forcené des ardeurs de nature,
Courut luy-mesme à sa male advanture,
Estant poussé par sa fragilité
Aux doux attraits d’une tendre beauté […]
La grandeur de ce brave monarque
Est de donner tout ce qu’il peut avoir,
Si quelque femme est pronte à son vouloir ;
Et ce vouloir est qu’en bizarre sorte
Il soit foitté tant que le sang en sorte,
Tout en cadance, et d’un bras reposé.
De telle humeur ce prince est composé.
Ainsi faisant, sa faveur il octroye,
Et, bien qu’il soit fort humble de monnoye,
Si donne-t-il ce qu’il peut amasser,
Passionné de se faire fesser […] »

Comme l’édition de 1603 ne semble pas être actuellement disponible sur le Net en format numérisé (à l’inverse du texte), je vous la livre ici dans son intégralité :

Anonyme (« Archi-Poëte des Pois-Pilez »), “La Surprise et Fustigation d’Angoulevent…”, Paris, s.n., 1603, p. 3. Inv. 219
Anonyme (« Archi-Poëte des Pois-Pilez »), “La Surprise et Fustigation d’Angoulevent…”, Paris, s.n., 1603, p. 4. Inv. 219
Anonyme (« Archi-Poëte des Pois-Pilez »), “La Surprise et Fustigation d’Angoulevent…”, Paris, s.n., 1603, p. 5. Inv. 219
Anonyme (« Archi-Poëte des Pois-Pilez »), “La Surprise et Fustigation d’Angoulevent…”, Paris, s.n., 1603, p. 6. Inv. 219
Anonyme (« Archi-Poëte des Pois-Pilez »), “La Surprise et Fustigation d’Angoulevent…”, Paris, s.n., 1603, p. 7. Inv. 219
Anonyme (« Archi-Poëte des Pois-Pilez »), “La Surprise et Fustigation d’Angoulevent…”, Paris, s.n., 1603, p. 8. Inv. 219
Anonyme (« Archi-Poëte des Pois-Pilez »), “La Surprise et Fustigation d’Angoulevent…”, Paris, s.n., 1603, p. 9. Inv. 219
Anonyme (« Archi-Poëte des Pois-Pilez »), “La Surprise et Fustigation d’Angoulevent…”, Paris, s.n., 1603, p. 10. Inv. 219
Anonyme (« Archi-Poëte des Pois-Pilez »), “La Surprise et Fustigation d’Angoulevent…”, Paris, s.n., 1603, p. 11. Inv. 219
Anonyme (« Archi-Poëte des Pois-Pilez »), “La Surprise et Fustigation d’Angoulevent…”, Paris, s.n., 1603, p. 12. Inv. 219

Le poème est depuis longtemps reconnu pour sa singularité et sa drôlerie, Viollet-le-Duc en parlant comme d’un « récit en vers, fort bien faits pour l’époque » et Brunet la signalant comme une « pièce des plus rares »[12]. Il fut à ce titre réimprimé dès 1831 dans le recueil Les joyeusetez, facéties et folastres imaginations de Caresme Prenant, Gauthier Garguille, Guillot (Paris, Techener), puis en 1857 dans la collection des Variétés historiques et littéraires rassemblées et commentées par Edouard Fournier (Paris, Jannet, tome VIII, pp. 81-91). L’ouvrage, comme on peut s’y attendre pour un éphémère de ce type, est fort rare, mais on en recense tout de même au moins cinq exemplaires dans des collections publiques[13]. Relié en maroquin bleu orné par R. Thomas, le présent exemplaire est passé par la bibliothèque du comte de Salverte.

III. Le prince contre-attaque !

Mais Joubert ne s’était pas élevé jusqu’à la condition de prince pour rien : il avait un tempérament à se défendre et à répliquer du tac-au-tac. Il fallut sans doute peu de temps pour que sa réplique voit le jour sous le titre de La Guirlande et responce d’Angoulevent à l’Archipoëte des pois pillez. C’est l’imprimeur-libraire parisien Hubert Velu († 1615), jadis emprisonné durant la Ligue pour avoir édité des pamphlets contre les Espagnols, qui s’occupa d’éditer cet opuscule rimé de 138 vers.

Nicolas Joubert, dit Angoulevent, “La Guirlande et responce d’Angoulevent à l’Archipoëte des pois pillez”, Paris, Hubert Velu, 1604, page de titre (f. [1] r°). Inv. 220

Couvrant quatre pages et demie, le court poème de réplique commençait bille en tête en plongeant, non pas dans l’invective comme on aurait pu s’y attendre, mais dans un étonnant remerciement de l’insolent et rebelle rimailleur :

« Rymeur des pois pillez, qui par soigneuse peine
As trouvé le ruisseau de la grecque Hypocrene,
Avallant à longs traicts l’honneur du vin coullant
Siz entre deux tresteaux à la table Rolland,
Pour n’estre remarqué vers toy d’ingratitude,
Et mal salarier des bons esprits l’estude, […]
Je te veux guerdonner selon la mode Antique,
Au lieu de Laurier vert & feuillage Olimpique,
De soupples rejettons de ce bas Arbrisseau,
Qui tiedit ma chaleur au fauxbourgs sainct Marceau,
Ployez en cercle rond & que ceste Guirlande
A l’ostel Bourguignon ou ma grandeur commande,
Par la main de mes sots, dont tu crois le monceau,
Soit mise dextrement sur ton docte cerveau […] ».

Entraîné à travers les rues de Paris dans un costume très officiel de héraut « Vestu de jaune & vert », « le Poëte / Heroique & gaillard du Prince Angoulevent », comparé « à Cretin, Magny, Beze et Clement [Marot] », devait diffuser partout, « à chascun carrefour au son de la trompette », « le narré » du « peril estrange » du maître des fous. Ce dernier s’insurgeait comme ces « jeunes muguets desquels l’authorité, / Provient du bien d’autruy qui grand interest porte » et n’hésitaient pas à “assassiner le père” pour se faire de la place au soleil. Trônant au sommet de la pyramide hiérarchique des Fous, se présentait pourtant de manière bonasse, assurant n’avoir qu’une modeste ambition :

« Mon dessein est borné, ma voulonté collee,
A vivre doucement j’ay la langue affillee,
A plaire à mes amis & par nouveaux propos,
Les esmouvoir à ris esgayant leur repos,
L’encombre aventureux de ma risque derniere,
Ne ravalle mon cœur ma gloire en est plus fiere,
Puisque c’est accident s’accorde ou je pretens,
De faire rire autruy mesmes à mes despens :
Aux siecles advenir ceste histoire notable,
Servira de subjet à resjouyr à table.
Ceste seule action chef d’œuvre de ma vie
Me peut eterniser du temps contre l’envie […] »

Beau joueur, le royal bouffon parvenait donc à retourner les rieurs de son côté, assurant que son étrillage rejoignait le patrimoine des histoires bien gauloises. Loin de l’insulter ou de l’humilier, l’ « Archi-Poëte » lui offrait donc de la gloire et les clefs de la postérité ! Laissant le laurier au dieu des poètes, le pampre à Bacchus et l’olive à Minerve, Angoulevent se faisait fierté du bouleau souple par lequel il avait été « moulu de coups ». Occasion de terminer le poème sur un éloge paradoxal de ce végétal trop dénigré et pourtant porteur d’immortalité !

Nicolas Joubert, dit Angoulevent, “La Guirlande et responce d’Angoulevent à l’Archipoëte des pois pillez”, Paris, Hubert Velu, 1604, f. [2] r°. Inv. 220

Plus rare encore que l’œuvre de l’ « Archi-poëte » (en 1860, Brunet ne citait aucun exemplaire en dehors de celui de la Bibliothèque impériale[14]), cette réplique d’Angoulevent ne semble exister qu’à quatre exemplaires dans les fonds publics[15]. A noter une petite imprécision dans la description de l’exemplaire Rothschild, aujourd’hui conservé dans le fonds du même nom à la Bibliothèque nationale de France (Richelieu). Emile Picot, le savant bibliothécaire du collectionneur, avait bien décrit le volume comme relié en maroquin janséniste citron de Chambolle-Duru, mais lui avait accolé la provenance Lignerolles, citant même le catalogue de la vente de ce dernier, éléments repris dans la fiche actuelle de la BnF. Mais en réalité, quand on reprend la notice du catalogue Lignerolles[16], on constate que l’exemplaire était relié en maroquin rouge janséniste de Trautz-Bauzonnet : c’est bien le présent volume.

IV. Démêlés, disgrâce et mort

Après ce premier coup de semonce, les ennuis continuèrent pour le pauvre Angoulevent dont les adversaires ne désarmèrent pas. L’ « Archi-poëte » donna une Replique à la responce du poëte Angoulevent, à laquelle le Prince des Sots ne rétorqua cette fois pas. Il faut dire que la fronde contre lui prenait de l’ampleur et que l’affaire était alors portée devant les tribunaux parisiens. Le 2 mars 1604, Joubert obtint un premier arrêt en sa faveur, mais c’était gagner une bataille, et non une guerre dont les épisodes s’étalèrent sur des années. Dès l’année suivante se déroula une nouvelle attaque massive, devant la cour du Châtelet. On en connaît le détail et les protagonistes grâce à la publication du Plaidoyer faict en Chastelet, le 19. de mars 1605, pour Nicolas Joubert, sieur d’Angoulevent, vallet de chambre ordinaire du roy, prince des Sots, et premier chef de la sotize de France, deffendeur, à l’encontre de Marcelot Poulet, soy disant seigneur et guidon de la Sottize, et Nicolas Arnant [sic], aussi soy disant seigneur et heraut de la Sottize, demandeur[s]. Cette fois-ci, Joubert perdit, comme le révèle la très officielle Sentence de monsieur le Prevost de Paris donnée contre Angoullevent de faire son entrée de prince des Sots, avec ses heraulx, supposts et officiers[17].

Israël Silvestre, “Le Grand Chastelet de Paris”, gravure, vers 1650. Photo DR

Parallèlement à ces papiers timbrés, on assista à une reprise des assauts poétiques, avec la publication de L’Archi-sot, echo satyrique, qui réagissait à une nouvelle usurpation, un des concurrents de Joubert ayant pris de son propre chef ce titre clinquant et jugé supérieur à celui de prince. Au verso du titre, quelques stances liminaires étaient adressées par « Le Prince aux subjects revoltez ». Quelques amis, néanmoins, vinrent en renfort du souverain attaqué, comme le montre La Deffence du Prince des Sots[18], dont la page de titre s’ornait d’un tercet « Aux lecteurs » : « Lisant ce peu de pages / Vous confesserez tous / Qu’il n’appartient qu’aux sages ». Deux ans plus, alors que l’affaire traînait toujours, Angoulevent reçut l’appui inespéré d’alliés puissants : les clercs de la Basoche parisienne. Soutien de poids quand on connaît la puissance de ce réseau de bons compagnons juristes (voir Mélanges 7 – Tambours et trompettes : v’là les Fanfares !). On diffusa en faveur de Joubert un Arrest du Royaume de la Basoche donné au profit du sieur d’Angoulevent, valet de chambre du roy, prince des Sots et premier chef de la Sottie de l’Hostel de Bourgongne et Isle de France, contre les pretendus maistres et autres officiers dudit Hostel, rebelles contre leurs princes, texte signé Herpin et daté du 27 février 1607[19]. Cet engagement des Basochiens ne fut guère du goût de la plus sérieuse cour du Châtelet qui répliqua en emprisonnant Joubert, comme le consigna une Sentence prononcée contre le sieur Angoulevent, le mardy sixiesme jour du mois de mars mil six cens sept, par laquelle on voit comment l’on peut apprehender ledit Angoulevent au corps[20]. Ce fut sans doute le moment culminant de cette longue lutte. Ainsi condamné par le prévôt de Paris, le Prince des Sots interjeta appel devant le Parlement de Paris, la juridiction suprême, où les deux camps se retrouvèrent face-à-face. Afin d’assurer la défense d’Angoulevent, on avait fait appel à l’un des ténors du barreau parisien, l’avocat Julien Peleüs, par ailleurs poète à ses heures. Son plaidoyer fut prononcé devant la cour haute le 19 février 1608 et a été, comme le reste de la procédure, imprimé presque immédiatement, tant ce match au royaume des fous passionnait les Parisiens[21]. Dans son arrêt rendu « entre Nicolas Joubert, sieur d’Angoullevent, prince des Sots, appellant de deux sentences données par le prevost de Paris le 6e mars et 29e may [1607] et demandeur en lettres du 16e fevrier, d’une part, et Martin Hemon, ayant droit perspect de Jean L’Enfant, inthimé, d’autre », le Parlement, en dépit de l’éloquence de Peleus, confirmait la sentence du prévôt et condamnait définitivement Angoulevent.

Après cette défaite, la vie se fit plus calme, mais aussi moins flamboyante pour Angoulevent, cité de loin en loin dans les publications comiques du temps. Son nom figure en 1613 au titre d’un Discours sur l’apparition et faits pretendus de l’effroyable Tasteur, dedié à mesdames les poissonnieres, harengeres, fruitieres et autres, qui se levent du matin d’auprès de leurs maris [22]. Deux ans plus tard environ se diffuse un Legat testamentaire du prince des Sots à M. C. d’Acreigne, Tullois, advocat en parlement, pour avoir descrit la defaite de deux mille hommes de pied, avec la prise de vingt cinq enseignes par monseigneur le duc de Guyse[23]. Cette courte pièce en huit pages était bien signée in-fine « Angoulevent, prince des Sots. Et scellé de cire invisible. Et sur le reply : Par monseigneur le princes des Sots : Bigot », mais était-ce bien encore Nicolas Joubert qui tenait la plume ?

Cadet Angoulevent, “Les Satyres bastardes…”, Paris, Antoine Estoc, 1615, édition originale, page de titre, exemplaire Carrière. Cliché SVV Binoche-Giquello

On commençait également à voir fleurir des publications empruntant, de manière arrangée, l’identité d’Angoulevent, afin de jouir de sa célébrité. En 1615 parut ainsi un recueil baptisé Les Satires bastardes et autres œuvres folastres du Cadet Angoulevent, dont le véritable auteur est inconnu. Manifestement, ce rimeur d’œuvres légères, comiques ou érotiques cherchait à exploiter la célébrité de son aîné en usurpant partiellement son nom. Le volume est depuis longtemps considéré comme rare (notons toutefois la présence d’un exemplaire, d’ailleurs modeste, dans la bibliothèque baroque Jean-Claude Carrière[24]), d’où sa réimpression au XIXe siècle, selon un cas de figure fréquent. En 1865, une société de bibliophile se réunit pour ressusciter ces poèmes grivois à petit nombre, sur des presses installées à Quimper-Corentin. Selon l’achevé d’imprimer, le petit volume de 188 pp. aurait été tiré à 106 exemplaires seulement, soit 100 Hollande, 4 Chine et 2 sur peau de vélin. J’ai un peu honte de présenter mon exemplaire, qui est pour l’heure dans un bien « petit état » et a subi les avanies du temps breton (avec une fort large mouillure…), mais sa rareté relative ajoutée surtout à son statut de numéro 1 sur papier de Chine justifiera bien un jour une restauration dans les formes.

Cadet Angoulevent, “Les Satyres bastardes…”, Quimper-Corentin, sur les presses de la société, 1865, ex. n°1 sur Chine, page de titre. Inv. 3387
Cadet Angoulevent, “Les Satyres bastardes…”, Quimper-Corentin, sur les presses de la société, 1865, ex. n°1 sur Chine, justificatif de tirage. Inv. 3387

Deux ans plus, un nouveau Plaidoyé pour la deffense du prince des Sots[25], signé des initiales L. V., circula dans les rues de Paris, semblant indiquer de nouveaux soucis judiciaires pour Joubert. Mais plus de protecteur cette fois-ci… Henri IV était mort depuis sept ans et son fils Louis XIII n’avait jamais trop goûté l’humour du bouffon de son père. D’après le témoignage du médecin royal Héroard, Louis encore dauphin et petit garçon s’en prit au prince des Sots un matin de novembre 1606 : « Il chasse Engoulevent, bouffon ; il haïssoit naturellement les plaisants et bouffons. […] Engoulevent étoit rentré en sa chambre, il le chasse, lui donne des coups de pied »[26]. Depuis l’assassinat d’Henri, on peut donc supposer que l’étoile du Prince des Sots à la cour avait fortement pâli jusqu’à quasiment disparaître (ce qui semble se refléter d’ailleurs dans les publications le citant ou le concernant).

Jean Auvray, “Le Banquet des Muses”, Rouen, David Ferrand, 1628, deuxième édition en partie originale, pp. 320-321 (incipit du “Tombeau d’Angoulevent”). Inv. 95

La dernière trace repérable d’Angoulevent marque l’instant de son trépas. Elle se rencontre dans le recueil du Banquet des Muses du poète normand Jean Auvray (sur lequel reviendra un prochain billet). Dès la première édition de ce volume, en 1623, on découvrait en effet un « Tombeau d’Angoulevent », long poème funébro-burlesque composé de 48 strophes de six vers octosyllabiques[27]. L’oeuvre fut ensuite reprise dans l’édition de 1628, aux pages 321-333. Ce « tombeau » bien peu funèbre annonçait la couleur dès ses premiers vers, mettant en avant les exploits amoureux du défunt « Qui sçeut si bien de son vivant / Cajoler les dames farouches / Qu’il a jetta plus à l’envers / Que l’Esté n’engendre de vers, / ni l’hyver ne fait choir de mouches ». Après un tel incipit, le poème poursuivait dans cette même veine, sans s’encombrer de finesses excessives :

« La Dame si tost n’escoutoit
Ce Pipeur, qu’elle se sentoit
Lier de chaines aymantines,
Et son cœur d’amour si vaincu
qu’elle pensoit avoir au cu
un essaim de mouches bovines […] »

Gerrit Hermansz Van Honthorst (Gérard de la Nuit) (1590-1656), “L’Entremetteuse”, huile sur panneau, 1625. Utrecht, Centraal Museum. Photo WikiCommons

Mélangeant à plaisir les registres de langue, en alternant le « doux-coulant » de la poésie amoureuse un peu mièvre du temps avec les gaillardises le plus roides, Auvray exprima sa sincère admiration pour les prouesses sexuels du bouffon et pour sa connaissance approfondie de tous les bas-fonds de la capitale.

« Il n’y a si petit bordeau,
Cabaret, charlatan, beadeau,
Coupeur de bourse, ny belistre,
Dariolette de cypris,
Cocu, ny cornard dans Paris
Dont il ne faisoit bon Registre. […] ».

En bref, il méritait bien « D’estre nommé dans les Provinces Et dans les plus grands Bordeaux / Le grand Prince des maquereaux, / Et le grand maquereau des Princes ». Mais il exerçait aussi des talents curieux de rebouteux dans les domaines les plus étranges :

« Il avoit mille inventions,
Faisoit mourir les morpions,
Rendoit les mamelles plus dures,
Guarissoit chancres & poulains,
Et par les lignes de nos mains
Il predisoit les advantures. […] »

Surtout, à en croire Auvray, il avait mérité la reconnaissance éternelle de bien des « filles de bon lieu » qui, au moment de se ranger, allaient voir Angoulevent pour obtenir un « astringent medicament » qui « resseroit tout si proprement » que les meilleurs médecins et sages-femmes en étaient trompés, sans parler des nouveaux maris qui pouvaient affirmer sincèrement « A tous les Diables du Vauvert / Que leurs femmes estoyent pucelles »… Étant donc descendu aux Enfers, Joubert s’y trouve accueilli fraîchement par le maître des lieux, Pluton étant persuadé que « ce ruzé maquereau / Fera de l’enfer un bordeau, / Il nous débauchera la Parque » ! Aussi interdit-il à Charron de lui faire passer le Styx. Le prince des Sots se proposait d’ailleurs d’embaucher Cupidon pour remplacer le vieux nocher. Devant le refus du candidat, Joubert décidément mal embouché le couvrit d’insultes :

« Voyez un peu l’orgeuil hautain
De ce petit fils de putain
Dit Angoulevent en collere,
Comme il faict de moy peu de cas,
Et l’impudent ne songe pas
Qu’il est Maquereau de sa mere.
Est-ce pas ta mere [bastard]
Qui t’adonné ce riche dard,
Ta trousse qui les dieux maistrise,
Et ton arc si bien ciselé
Pour luy avoir maquerellé
Mercure, Adon, Mars, & Anchise ? […] ».

Voyant ses qualités particulières si peu prisées par les dieux et déesses, Angoulevent décide finalement de se passer des services de Charron pour traverser le fleuve infernal par ses propres moyens, se résolvant de « faire un batteau / D’un grand vieux châlit de bordeau », tout en prenant « pour servir d’avirons / Les potences de deux larrons ». Et ainsi Angoulevent démontra « Qu’un maquereau passe par tout / Sans pyer tribut ny peage » ! Nul doute que cet hommage rigolard aurait bien plu à ce prince sans doute déchu, mais dont le nom résonne encore à travers les siècles, quand tant de vrais souverains sont oubliés…

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 7 avril 2024

Gerrit Hermansz Van Honthorst (Gérard de la Nuit) (1590-1656), “Le Souper avec le Joueur de Luth” [plutôt “Scène de bordel”], huile sur toile, vers 1619. Gravement endommagé durant l’attentat mafieux de la Via dei Georgofili (nuit du 26-27 mai 1993). Florence, Uffizi. Photo WikiCommons

ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Eduardo Zamacois y Zabala (1841-1871), El Favorito del Rey, huile sur toile, 1865-1867, détail. Frankel Family Trust Collection, Dallas. Photo WikiCommons

PISTES BIBLIOGRAPHIQUES

– Gustave Brunet, « Procès du Princes des Sots », dans Bibliophile belge, tome V, 1849, pp. 424-429.

– Émile Picot, Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. le Baron James de Rothschild, tome IV, Paris, Damascène Morgand, 1912, n° 3004, pp. 363-366.

– Frédéric Lachèvre, Les recueils collectifs de poésies libres et satiriques publiés depuis 1600 jusqu’à la mort de Théophile (1626), Paris, Champion, 1914, pp. 240-244.

– Alexandre Cioranescu, Bibliographie de la literature française du dix-septième siècle, tome II, Paris, CNRS, 1969, tome II, p. 1088.

– Podcast “France Culture”, série Histoire du rire, épisode “Bouffon ! Quand le roi s’amuse”, 31 mars 2021

NOTES

[1] Voir Nicolas Ducimetière, “Ralliez-vous à mon panache blanc !” – La poésie au service d’Henri IV et de la cause royale, de l’accession au trône au Traité de Lyon (1589-1601), Genève, Université de Genève – Open Archives, 2023, pp. 281-282, 534-535, 935, 996, 1198-1200, 1288-1289 (entre autres passages).

[2] Selon le curé ligueur Jean Boucher, cité par Alexandre Gazeau, Les Bouffons, Paris, Hachette, 1882, pp. 120-121.

[3] Jules Mathorez, Histoire de Chicot, bouffon de Henri III, Paris, Librairie Henri Leclerc, 1914, p. 7.

[4] Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle…, « Amsterdam, pour les héritiers de Hier. Comelin », 1626, tome I, col. 361 (livre III, chapitre XV).

[5] On trouve ainsi un Angoulevent mentionné vers la fin du Dyalogue de messieurs de Mallepaye et Baillevant et , ainsi que dans le Monologue des nouveaux Sotz, deux pièces comiques du début du XVIe siècle.

[6] Collectif, Satyre Ménippée de la vertu du Catholicon d’Espagne…, op. cit., pp. 243-244.

[7] Un exemplaire, peut-être unique, en est conservé à la Bibliothèque nationale de France (Rés. Ye-3960).

[8] Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 19187, f. 18.

[9] Gérard de Nerval intitula Le Prince des Sots l’un de ses romans mettant en scène le règne de Charles VI. L’œuvre, demeurée inachevée à sa mort, fut achevée par Louis Ulbach.

[10] Emmanuel Viollet-le-Duc, Bibliographie des chansons, fabliaux, contes en vers et en prose, facéties, pièces comiques et burlesques, dissertations singulières, aventures galantes, amoureuses et prodigieuses, ayant fait partie de la collection de M. Viollet-le-Duc, Paris, Claudin, 1859, p. 137. Voir Emmanuel Viollet-le-Duc, Ancien Théâtre françois, Paris, Jannet, 1857, tome X, p. 416.

[11] Edouard Fournier, Variétés historiques et littéraires, Paris, Jannet, 1857, tome VIII, p. 84, note (édition commentée de La Surprise et Fustigation…). La « comédie aux Pois pilez » était citée dans Le Baron de Fæneste d’Agrippa d’Aubigné.

[12] Jacques-Charles Brunet, Manuel du Libraire et de de l’Amateur de livres, Paris, Firmin Didot, 1860, tome I, col. 296.

[13] Les exemplaires repérables de La Surprise et fustigation… sont les suivants :

  • Paris, BnF, Rés. 8-Z-DON-594
  • Paris, BnF, Rés-Ye-4870
  • Paris, BnF, Ye-33636
  • Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Fonds ancien, C.2952
  • Berne, UB Münstergasse, MUE Bong VI 212 : 8 (Fonds Bongars)

[14] Brunet, op. cit.

[15] On peut croiser les exemplaires suivants, selon le CCFr et WorldCat :

  • Paris, BnF, Rés. Ye-571 (demi-reliure moderne ; numérisé sur Gallica) ;
  • Paris, BnF, Fonds Rothschild, Rothschild 3004 (1072a) (maroquin janséniste citron de Chambolle-Duru) ;
  • Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Rsé. Q.0115/14 ;
  • Rouen, Bibliothèque municipale, Fonds Leber, Lberm-1719 (maroquin rouge de Koehler).

[16] Catalogue des livres rares et précieux, manuscrits et imprimés, composant la bibliothèque de feu M. le comte de Lignerolles, 2e partie (belles-lettres), Paris, Charles Porquet, 1894, p. 182, n° 1497, « très rare opuscule ».

[17] Paris, par David Le Clerc, rue Frementel, au petit Corbeil, 1605, in-8. Exemplaire : Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, 36266.

[18] S.l.n.n.n.d. [Paris, 1605], in-8°, de 19 pp. Exemplaire : Paris, Bibliothèque nationale de France, Fonds Rothschild 3005 (relié en maroquin rouge par Niédrée). L’exemplaire provient de la somptueuse bibliothèque dramatique Soleinne (cat., tome V, n° 280) et de la collection lyonnaise Morel (cat., 1873, n° 18).

[19] S.l.n.n., 1607, in-8°. Exemplaire : Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, 362663.

[20] Paris, par Jean Fuzy, 1607, in-8°. Exemplaire : Lignerolles, cat. n° 570.

[21] Julien Peleus, Plaidoyé sur la principauté des Sots, avec l’arrest de la cour intervenu sur iceluy, Paris, chez David Douceur, libraire juré, rue S. Jacques, au Mercure arresté, 1608, in-8°. Exemplaire : Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, 362664. Le plaidoyer de 1608 est réimprimé dans les Plaidoyers de Me Julien Peleüs (Paris, 1614, in-4°).

[22] Paris, pour Nicolas Martinant, demeurant rue de la Harpe, au Mouton rouge, 1613, in-8°. Voir Édouard Fournier, Variétés historiques et littéraires, tome II, p. 37-47.

[23] Exemplaires : Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, 362664 ; Londres, British Library, C.32.c (29). Voir aussi Édouard Fournier, Variétés historiques et littéraires, tome III, p. 353-359.

[24] Vente Bibliothèque baroque de Jean-Claude Carrière, Paris, Binoche et Giquello, 4 décembre 2013, n° 199 (invendu), puis 21 novembre 2014 (n° 41) (700 euros).

[25] Paris, chez Nicolas Rousset, 1617, in-8° de 16 pp.

[26] Héroard, Journal, mercredi 22 novembre 1606.

[27] Voir un billet à venir sur les satiristes normands.