MONETA (15) : AU LARGE DES BAHAMAS, LA « NUESTRA SEÑORA DE LAS MARAVILLAS »

LE TRESOR DE LA NUESTRA SEÑORA DE LAS MARAVILLAS

(BAHAMAS, 1656)

Porteur d’un des plus gros trésors ayant quitté le Nouveau Monde au XVIIe siècle, le galion espagnol Nuestra Señora de las Maravillas ne fut pas victime, comme tant d’autres, d’un cyclone, mais d’un autre type d’accident maritime : une collision. Echoué en eaux peu profondes sur un banc des Bahamas, il tomba peu à peu dans l’oubli jusqu’à ce que des chercheurs d’épaves américains en retrouvent la trace dans les années 1970-1980 : exploitée pendant quinze ans avec l’accord du gouvernement local, le navire a procuré l’un des plus grands trésors d’épave jamais retrouvés, supérieur au célébrissime Atocha.

I. Le bateau

La Nuestra Señora de las Maravillas était un lourd galion espagnol jaugeant 900 tonneaux et puissamment armé : trente-six canons longs de bronze, quatre demi-canons de dix-huit livres, seize demi-canons de seize livres, huit quarts-de-canon de dix livres, quatre-vingts mousquets et cinquante arquebuses. Il le fallait bien pour la mission confiée en cet été 1654 : escorter la plata flota qui ramenait annuellement les richesses du Nouveau Monde et la protéger de toute attaque. En effet, des informations provenant d’Angleterre confirmaient qu’une flotte de nombreux vaisseaux de guerre avait appareillé de la perfide Albion pour s’emparer du tentant convoi…

Un des canons de la « Nuestra Senora de las Maravillas » in-situ
Remontée de l’un des canons de la « Nuestra Senora de las Maravillas »

 

En réponse, une Real Armada composée de cinq galions (dont la Nuestra Señora de las Maravillas, placée sous le commandement de Matias de Orellana, avec le rôle d’ « almirante » formant l’arrière-garde), deux pataches et un navire marchand leva l’ancre le 10 juillet 1654 pour rejoindre les Caraïbes. Après une traversée sans histoire, la flottille arriva à Carthagène des Indes le 22 août et le transbordement des richesses arrivées du Pérou commença. Les opérations prirent plus longtemps que prévu, car la « capitana » du Pacifique, le galion Jesús-Maria, avait heurté un récif dans la baie de Gayaquil, en Equateur : il fallut plusieurs semaines pour extraire sa cargaison, avec d’ailleurs des surprises de taille[1]. Puis il fallut encore ajourner le départ en raison de la présence de l’escadre anglaise redoutée, qui se contenta finalement d’assiéger Saint-Domingue…. Envoyée à Veracruz, la flotte espagnole y récupéra les richesses provenant cette fois du Mexique. Le galions étaient alors chargés au maximum des possibilités : les lingots et pièces d’or et d’argent étaient entassés dans des chambres-fortes au plus profond de leurs flancs ; les caisses d’ivoires, de soieries, de porcelaines devaient être installées jusqu’entre les canons.

Enfin, les navires anglais repartis, on put faire voile vers La Havane (qui était le point de ralliement et de départ traditionnel pour la traversée de l’Atlantique), atteinte le 10 octobre 1655. Ce fut l’occasion de procéder à des réparations des coques, bienvenues après ces longs mois de séjour en eaux tropicales. On embarqua aussi quelques dernières marchandises locales (sucre, cacao, tabac), qui s’ajoutèrent au produit de trois années de richesses venant du Nouveau Monde, mais aussi d’Orient. Selon les chroniqueurs, on n’avait plus vu une si riche cargaison dans la Plata flota depuis des décennies. La pièce maîtresse aurait été une statue grandeur nature en or massif de la Vierge à l’enfant, pesant 500 kilos !

Remontée de l’ancre de la « Nuestra Senora de las Maravillas »

II. Le naufrage

Le 1er janvier 1656, la Real Armada se lança sur l’océan, sous le commandement du capitaine-général et marquis Luis Francisco de Montealegre, installé dans le galion capitane, la Nuestra Señora de la Limpia Concepción. Composée de deux autres galions et de deux pataches en plus de la capitana et de la Nuestra Señora de las Maravillas comme almiranta, la flotille espagnole fit voile au nord-est, dans des vents contraires qui l’obligea à louvoyer et à tirer des bords. En dépit de sa lourde cargaison et de ses 650 passagers et hommes d’équipage, la Nuestra Señora de las Maravillas marchait à merveille et abandonna son rôle d’almiranta pour occuper au contraire l’avant-garde.

Le 4 janvier, vers midi, la vigie signala la côte de Floride : Matias de Orellana donna l’ordre de virer de bord vers l’est. Vers 23 heures, par une nuit très sombre, le marin en charge de la sonde lança un cri d’alarme : brusquement, les lancers donnaient treize brasses seulement, indiquant la proximité de hauts fonds ou de bancs de sable, fréquents dans les Bahamas. Le capitaine fit immédiatement tirer du canon pour avertir le reste de la flotte et entreprit de virer de bord pour éviter la zone dangereuse. Par malchance, pendant cette manœuvre, le galion capitane, la Nuestra Señora de la Limpia Concepción, surgit de l’obscurité et éperonna avec violence la Nuestra Señora de las Maravillas, occasionnant une large brèche dans son flanc. Le choc fut d’une telle violence, et la proximité si grande, qu’un marin travaillant dans les gréements de l’almiranta se retrouva projeté dans la mâture de la capitana !

La « Nuestra Senora de las Maravillas » naviguant dans l’obscurité

Réagissant avec compétence et rapidité, l’amiral de Orellana fit procéder aux travaux de colmatage indispensables, tout en faisant activer les quatre pompes du bateau. Constatant vite l’ampleur des dommages et l’inanité de ces efforts, le commandant mit cap à l’est pour chercher un haut-fond et s’y échouer volontairement. Vers 2 ou 3 heures du matin, la sonde donna six brasses de fond : les ancres furent alors mouillées et le bateau ainsi immobilisé coula en eau peu profonde, se posant en douceur sur un banc de sable (aujourd’hui connu sous le nom de « banc de Los Mimbres », près de Grand Bahama, il n’était alors pas porté sur les cartes).

Position du naufrage, au large de Grand Bahama

Ce naufrage aurait donc pu trouver une conclusion heureuse, si une violente tempête ne s’était levée dans la nuit. Battue par le vent et les vagues, l’épave se disloqua, emportant peu à peu la plupart des 650 malheureux naufragés. Au plus fort de l’ouragan, c’est tout le lourd château arrière du galion qui se détacha en bloc et fut emporté au loin par les courants. Lorsque la tempête cessa et que le soleil se leva, seuls 45 survivants s’accrochaient encore aux débris. Ils furent secourus le jour suivant par des canots détachés d’un autre galion du convoi.

L’éparpillement des débris témoigne de la dislocation de l’épave

Les lieux du naufrage étant connus et en eaux peu profondes, une opération de renflouage fut tentée trois mois plus tard. Venus du Venezuela, les bateaux de secours donnèrent une description explicite de la situation : « l’eau était si claire et le sable si blanc qu’on pouvait voir distinctement tout ce qu’il y avait sur le fond. On pouvait voir les barres d’argent répandues au fond de la coque. Toute l’artillerie se trouvait parmi le lest des pierres, mêlée aux montages de barres d’argent ». Restés sur zone pendant cinq mois, les renfloueurs espagnols et leurs plongeurs indiens parvinrent à remonter seize canons, quelques dizaines de lingots d’argent et quelques pièces d’or : même limitée, la profondeur demeurait trop grande pour les moyens de l’époque. Quatre ans plus tard, une nouvelle expédition récupéra encore plusieurs tonnes d’argent, mais on estima que les trois-quarts de la cargaison demeuraient au fond de l’eau…

III. La redécouverte

L’épave fut ensuite oubliée pendant trois siècles, jusqu’à ce qu’un célèbre chercheur d’épaves américain, Robert Marx, en retrouve la trace en 1972, en compulsant les Archives des Indes, à Séville. Mais un conflit l’opposa au gouvernement des Bahamas et il ne put obtenir de permis de fouille.

Le chasseur de trésors Bob Marx

C’est finalement un autre Américain, Herbert Humphreys, par ailleurs capitaine de l’US Merchant Marine, qui put travailler sur le site à partir de 1986.

Herbert Humphreys en uniforme de capitaine, présentant quelques-unes de ses découvertes

 

Le bateau « Beacon », qui permit la fouille de l’épave

 

Pendant une quinzaine d’années, à bord du navire Beacon, la société MAREX et son équipe de plongueurs fouillèrent le site. Les premières campagnes produisirent des résultats tout de suite époustouflants, permettant de remonter de somptueux joyaux et une quarantaine d’émeraudes brutes, dont l’une pesant plus de 100 carats.

Deux des plus célèbres joyaux de la « Maravillas », inscrustés d’émeraudes

 

Lingot d’or provenant de la « Maravillas »

Suivirent de très nombreux lingots et pièces d’or et d’argent : au début des années 2000, le total des objets remontés se chiffrerait à près d’un milliard et demi de dollars, ce qui en fait le plus important trésor d’épave jamais récupéré. Comme toujours, les pièces d’argent sortaient de l’eau couvertes par les oxydations, avant de retrouver leur lustre par traitement électrolytique.

Pièces collectées au cours des fouilles
« Pièces de huit » au sortir de l’eau : des morceaux de métal informes et charbonneux
Après traitement : les monnaies sont à nouveau lisibles

Chose curieuse, certaines de ces pièces n’en étaient donc pas à leur premier bain… Comme évoqué plus haut, on comptait en effet à bord des « pièces de huit » provenant de l’épave du Jesus Maria de la Limpia Concepcion, plus connu de nos jours sous le surnom de Capitana, la nef capitane de la flotte du Pacifique, échouée au large de l’Equateur alors qu’elle amenait les produits des mines d’argent de Potosi et du Pérou vers Panama. Une infime partie de la cargaison monétaire avait été récupérée et elle aboutit dans les cales de la Nuestra Señora de las Maravillas. Mais la malchance s’attachait décidément à ces pièces : certaines ne furent en effet sauvées de ce deuxième naufrage que pour en subir un troisième, lorsque le bateau Madama do Brasil, qui avait récupéré une petite partie du trésor, s’échoua à son tour sur Gorda Cay, dans les Bahamas, en 1657 ! On peut donc bien parler d’argent maudit…

Dans le trésor de la Nuestra Señora de las Maravillas figurait donc la présente « pièce de huit », de style « cob » (frappé à partir de morceaux de lingotins, comme toujours assez fruste et au contour biscornu), frappée à Mexico en 1654.

L’Espagne n’a pas oublié le courageux amiral de Orellana : une plaque en sa mémoire a ainsi été apposée dans sa ville natale de Casas de Reina, dans la province d’Estrémadure,  le 22 mars 2014, en présence d’élus et d’officiers de la Marine royale.

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 20 août 2017


NOTES

Pour poursuivre cette lecture avec un court reportage de 10 minutes sur la fouille de la « Maravillas » (tournée par la société MAREX dans un but promotionnel), cliquer ici.

[1] Afin de contourner la taxe royale, le fameux « Quinto Real » équivalent à 20 % des sommes convoyées, la contrebande était importante, grâce à la corruption des officiers et marins. Ainsi, la cargaison mise au jour durant les opérations de sauvetage contenait finalement cinq fois plus d’or et argent qu’officiellement enregistré au départ, sans parler de tout un ensemble de marchandises non déclarées (11’000 jarres de vin, 200 sacs de farine, 4’000 blocs de sel, des sacs de cochenille, des balles de laine et des tonneaux d’indigo) !


2 réflexions sur « MONETA (15) : AU LARGE DES BAHAMAS, LA « NUESTRA SEÑORA DE LAS MARAVILLAS » »

  1. Que sont devenus les pièces précieuses remontées à l’air libre ? Conservées dans un musée ou revendues ?

    1. Bonne question, cher Jean-Paul ! La plupart des cas dont je parle sont considérés comme des opérations de « sauvetage », très encadrées par le droit maritime des pays locaux ou international. Les sociétés en question négocient avec les gouvernements locaux (quand il s’agit des eaux territoriales) un pourcentage de ou sur les objets retrouvés. Les pièces d’importance historique sont normalement destinées à des musées, mais cela peut aussi tomber en vente publique (et il arrive dans ce cas que l’argent de la vente soit partagée entre fouilleurs et état). Certains pays ont l’habitude de ce genre d’entreprises : Equateur, Pérou, République Dominicaine, Bahamas, etc. En Floride, il y a longtemps eu un vide juridique : les objets trouvés sur la plage étaient pleine et entière propriété de l’ « inventeur » (c’est encore le cas aujourd’hui), alors que la législation a évolué pour les épaves en pleine eau depuis les grandes découvertes des années 1960-1980 (Flotte de 1715 ; Atocha de 1622). En France, bien entendu, c’est tout pour l’Etat, sans aucune possibilité de négociation. Très bonne journée à vous, bien amicalement, Nicolas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.