MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (55) – LES GONCOURT HISTORIENS DES LUMIÈRES

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (55)

LES GONCOURT HISTORIENS DES LUMIÈRES

En hommage au prof. Pierre Dufief,
biographe passionné des deux « bichons »

Peu d’écrivains se révélèrent aussi polymorphes que les frères Goncourt, tour à tour romanciers, essayistes, critiques et historiens. En attendant de me pencher dans un prochain article sur leurs productions purement littéraires et surtout sur leur Journal, c’est à leurs écrits de chercheurs que je voulais consacrer ces premiers articles consacrés aux deux « bichons ». Un billet de l’automne 2021 (déjà ! Mélanges 49 : Deux frères en connoisseurship) avait mis en avant leur passion d’amateurs d’art européen comme asiatique, ainsi que les écrits et correspondances qui avaient découlé de ces intérêts. Aujourd’hui, en pendant de cette première présentation, ce sont les œuvres historiques des Goncourt qui seront présentées, illustrant leur engouement pionnier pour l’étude du Siècle des Lumières, de sa société et de quelques-unes de ses grandes figures féminines.

Photographie d’Edmond (à gauche) et Jules (à droite) de Goncourt par Félix Nadar, années 1860. Cliché Getty Images, DR.

Dès les années 1850, passionnés par l’histoire du XVIIIe siècle (alors fort négligé), les frères Goncourt se lancèrent ainsi dans des recherches érudites, adoptant une approche totalement novatrice, à mi-chemin entre œuvre scientifique et création littéraire. Leur conception mettait en avant la « petite histoire », celle des arts décoratifs, des modes, des arts et de la littérature, mais aussi et surtout celles des individus et des existences individuelles, d’où une attention toute particulière à des dossiers sociétaux ou biographiques, souvent montés à partir d’archives inédites trouvées en archives publiques, mais aussi auprès de libraires et acquises dans ce cas à grands frais. A travers quelques éditions originales, toutes à envoi autographe et/ou sur grand papier, brossons un panorama de cette vie d’études dix-huitièmistes, mais aussi des réseaux d’amitié ou d’intérêts littéraires des deux célèbres frères.

I. De la Grande Histoire sociétale …

Leurs premiers essais s’intéressèrent ainsi aux mœurs et comportements durant les dernières années du XVIIIe siècle, avec une Histoire de la société française pendant la Révolution (1854), immédiatement suivie par une complémentaire Histoire de la société française pendant le Directoire (1855). Le premier titre fut publié chez l’éditeur parisien Dentu : il s’agissait d’une édition payée à compte d’auteur, tirée tout de même à 1’000 exemplaires (dont 500 portant la mention fallacieuse de « Deuxième édition »). Comme le révélait la préface, les deux frères avaient, pour livrer cet ouvrage ambitieux, compulsé « environ 15’000 documents contemporains : journaux, livres, brochures ».

Edmond et Jules de Goncourt, “Histoire de la société française pendant la Révolution”, Paris, Dentu, 1854, édition originale, couverture, exemplaire d’Adolphe de Lescure avec envoi. Inv. 1969

Mes rayons conservent deux exemplaires avec envoi de cette première édition de 1854. Le premier avait été adressé au journaliste Charles Brainne (1825-1864), dont les deux frères dressèrent ce portrait acide : « C’est un type du temps et du journalisme présent, que l’homme dont nous parlait Claude ce soir, un nommé Brainne, que j’ai vu cabot en province, il y a longtemps. Il a une correspondance, qu’il copie sur du papier à copies, pour 43 journaux de province et de l’étranger, lesquels lui donnent 40 frs. en argent par mois et 40 frs. d’annonces, croyant le flouer, mais il les revend plus cher aux négociants qu’il entortille. Fait des livres sur les eaux, avec du chantage sur les entrepreneurs, hôtels, cafés, restaurants, casinos. […] Brainne a acheté les annonces du Journal de Francfort. Au couronnement du roi de Prusse, apporte un musicien et une fanfare. Suit l’empereur partout, fait les correspondances sur Compiègnes, Plombières, etc. Lit des vers chez Mme Ancelot, touche des vaudevilles. Fait tous les grands hommes de la Picardie : “Nous venons encore de perdre le capitaine Un Tel, ce brave cœur…”. Type du courtier d’annonces, sur les confins de la littérature »[1]. Il n’empêche que c’était un acteur incontournable du monde journalistique et que le service de presse d’un livre devait l’inclure : les Goncourt lui envoyèrent d’ailleurs leurs autres publications, dont leur roman à clef Les Hommes de lettres[2]. La fin de ce tâcheron des lettres parvint toutefois à émouvoir nos diaristes qui rapportèrent « ce trait, assez touchant et assez dramatique, de Claudin arrivant chez le correspondant universel des journaux de province, Brainne, qui est devenu fou, et trouvant sa femme qui fait toutes les correspondances, même les courriers politiques […] »[3].

Edmond et Jules de Goncourt, “Histoire de la société française pendant la Révolution”, Paris, Dentu, 1854, édition originale, exemplaire de Charles Brainne, avec envoi. Inv. 2277

Le second exemplaire est des plus intéressants, car il était donné par les Goncourt à l’un de leurs plus terribles concurrents en matière historique : Adolphe de Lescure (1833-1892), que les deux frères surnommaient « notre ami, notre ennemi »[4]. Secrétaire personnel du tout-puissant ministre Rouher, l’homme mena ensuite une carrière d’historien en se réclamant disciple des Goncourt … pour mieux les plagier. Dès 1860, les Goncourt, pas dupes, le jugeront avec sévérité dans leur Journal, estimant qu’il y a « toujours les pieds de cet homme dans nos souliers »[5] ! Quand Lescure publia son étude La vrai Marie-Antoinette, il n’eut pas le moindre doute chez ses maîtres : « cette vraie Marie-Antoinette est simplement la nôtre. […] Ce sont nos idées, nos documents, nos citations mêmes, tout notre travail et toute notre œuvre. A première vue, nous nous étions défiés de cet Auvergnat insinuant qui s’est présenté à nous comme notre élève, très humblement, et qui maintenant fait nos livres, comme on fait un mouchoir »[6].

Edmond et Jules de Goncourt, “Histoire de la société française pendant la Révolution”, Paris, Dentu, 1854, édition originale, exemplaire d’Adolphe de Lescure avec envoi. Inv. 1969

Même réaction indignée quatre ans plus tard, à la réception du volume consacré aux Amours d’Henri IV (roi auquel Lescure consacra encore dix ans plus tard une imposante biographie dont je possède l’exemplaire offert au conservateur et bibliophile Paul Lacroix, le fameux « Bibliophile Jacob »[7]) : « il donne effrontément au public comme siennes toutes nos idées d’histoire »[8]. Et cela se poursuivit pendant des années et des années, Edmond s’indignant encore en 1882 : « Ce Lescure, quel chipeur ! Après Marie-Antoinette et autres plagiats, le voilà qui publie L’Amour sous la Terreur, après que j’ai fait l’Amour au XVIIIe siècle, et il le baptise d’un titre général pris à moi : Histoire de la société française pendant la Révolution »[9]. Il est donc assez savoureux de voir le premier ouvrage historique des Goncourt offert de la part de « ses amis » à ce trop fidèle disciple et suiveur !

Adolphe de Lescure, “Henri IV”, Paris, Paul Ducrocq, 1874, édition originale, avec envoi autographe à Paul Lacroix. Inv. 976

Si cette Histoire de la société française… n’avait pas rencontré sur le moment un grand succès, l’évolution des goûts et de l’intérêt du public, au fil des années, la rendit plus pertinente : cette étude connut finalement plusieurs rééditions, en 1864, 1879 et 1889. De l’édition in-12 de 1879, publiée par Charpentier, Goncourt offrit à un exemplaire au diplomate, homme politique et académicien Francis Charmes (1848-1916), l’une des figures déterminantes du Quai-d’Orsay et des affaires étrangères françaises à la fin du XIXe siècle[10]. Charmes était alors un journaliste en vue et en pleine ascension : rien d’étonnant que Goncourt lui fasse un brin de cour !

Edmond et Jules de Goncourt, “Histoire de la société française pendant la Révolution”, Paris, Charpentier, 1879, “quatrième édition”, avec envoi à Francis Charmes. Inv. 378

Dix ans plus tard, en 1889, la Troisième République célébra avec un faste tout particulier le centenaire de la Révolution française en organisant à Paris la dixième Exposition universelle dont la Tour Eiffel et les pavillons coloniaux constituaient les fleurons[11]. Bonne occasion pour Edmond de Goncourt de sortir une nouvelle édition de son Histoire de la société française pendant la Révolution, mais une édition commémorative, loin de la sobre édition originale. De format grand in-quarto, l’épais volume, publié par Quantin le 8 décembre 1888, était très richement illustré de 44 planches, dont 9 en couleurs et certaines doubles, avec des reproductions de peintures, dessins ou pièces d’archives, documents souvent tirés de la collection personnel des Goncourt, mais provenant également des fonds du Musée Carnavalet.

Edmond et Jules de Goncourt, “Histoire de la société française pendant la Révolution”, Paris, 1889, édition illustrée commémorative, couverture déployée. Exemplaire d’Anatole France, avec envoi. Inv. 381
Edmond et Jules de Goncourt, “Histoire de la société française pendant la Révolution”, Paris, 1889, édition illustrée commémorative, page de titre. Exemplaire d’Anatole France, avec envoi. Inv. 381
Edmond et Jules de Goncourt, “Histoire de la société française pendant la Révolution”, Paris, 1889, édition illustrée commémorative, planche “Prise de la Bastille”. Exemplaire d’Anatole France, avec envoi. Inv. 381
Edmond et Jules de Goncourt, “Histoire de la société française pendant la Révolution”, Paris, 1889, édition illustrée commémorative, planche “La promenade publique”. Exemplaire d’Anatole France, avec envoi. Inv. 381
Edmond et Jules de Goncourt, “Histoire de la société française pendant la Révolution”, Paris, 1889, édition illustrée commémorative, planche “Mort de Louis Capet”. Exemplaire d’Anatole France, avec envoi. Inv. 381
Edmond et Jules de Goncourt, “Histoire de la société française pendant la Révolution”, Paris, 1889, édition illustrée commémorative, planche “The Zenith of French Glory”. Exemplaire d’Anatole France, avec envoi. Inv. 381

Le présent exemplaire de cette belle édition fut offert par Goncourt à Anatole France (1844-1924). Clients de son père, les deux frères connaissaient depuis l’enfance « le petit France, le fils du libraire » et avaient « toujours été charmants pour le jeune morveux » (quoique légèrement méprisants au fond d’eux-mêmes)[12]. Raison pour laquelle Edmond se sentit trahi par l’article négatif écrit par France en 1875 dans le journal Le Temps sur la réédition de son roman Manette Salomon : en raison de « son tempérament de jésuite républicain », le jeune critique aurait, aux yeux de Goncourt, exécuté le livre « au nom des saines doctrines littéraires et des principes révolutionnaires ». Mais en 1887, à la sortie du premier tome du Journal (qui fut en général éreinté par les critiques et les auteurs), la diariste eut l’agréable surprise de découvrir un article très favorable et même laudateur du même Anatole France dans Le Temps[13] (deux des volumes du Journal offerts à France seront présentés dans un prochain billet centré sur ce sommet de la littérature diariste), ce qui n’empêcha pas Goncourt, qui avait la rancune tenace, d’enregistrer le fait avec une bonne dose de mépris : « Ce n’est pas un grand caractère, mais c’est son affaire et pas la mienne, et je lui ai envoyé ma carte ».

Edmond et Jules de Goncourt, “Histoire de la société française pendant la Révolution”, Paris, 1889, édition illustrée commémorative. Exemplaire d’Anatole France, avec envoi. Inv. 381

L’offrande de ce beau livre rentrait néanmoins dans une stratégie de rapprochement et l’exemplaire constitue à mon sens, comme dans le cas de l’Histoire… offerte à Lescure plus haut, un très bel exemple d’ « association copy ». En effet, le sujet traité, la Révolution française, était au plus proche des intérêts et préoccupations d’Anatole France : digne fils d’un libraire justement spécialisé dans l’histoire de la Révolution française, il possédait toute une bibliothèque sur cette période historique et donna plusieurs ouvrages en lien avec la Révolution. Le premier d’entre-eux fut le mince récit des Mémoires d’un volontaire, paru en 1902, et surtout le fameux roman Les Dieux ont soif, sorti dix ans plus tard et consacré à la Terreur[14].

II. … à la petite histoire des mœurs

A la suite de leurs deux premières Histoires, les frères Goncourt avaient entrepris de livrer des études plus ciblées, relevant davantage de l’étude de mœurs ou de la galerie de portraits et de physionomies : ils souhaitaient en fait aborder la grande Histoire par un autre biais, à travers des destins individuels. En 1857-1858 parurent donc chez Dentu les deux tomes de leurs Portraits intimes du XVIIIe siècle, qui rassemblaient une vingtaine de portraits tirés de documents inédits. Parmi les figures historiques traités figuraient notamment Louis XV enfant, l’auteur Bachaumont, l’abbé d’Olivet, Mme Geoffrin, Piron, Beaumarchais, Louis XVI, Théroigne de Méricourt, D’Alembert ou encore Condorcet.

Edmond et Jules de Goncourt, “Portraits intimes du XVIIIe siècle”, Paris, Charpentier, 1878, nouvelle édition avec texte modifié. Exemplaire de Frédéric Masson, avec envoi. Inv. 2390

Edmond donna en 1878 une réédition de l’œuvre en un volume, avec un texte modifié et augmenté, le tout dédié au peintre et émailleur ami Claudius Popelin. Trois notices avaient été supprimées pour trouver un emploi dans d’autres publications des Goncourt (Watteau, la Du Barry et la Camargot), tandis que trois autres textes faisaient leur apparition (Legrenée l’aîné, Collin d’Harleville et la comtesse d’Albany), de même que des correspondances de Condorcet, D’Alembert ou autres figures du temps, glanées dans différentes bibliothèques italiennes (Milan, Parme, Florence et Rome). Le nombre important d’exemplaires recensés avec envoi témoigne de la volonté de l’auteur de diffuser l’ouvrage le plus largement possible, auprès des critiques, des amis et des historiens[15]. En témoigne le présent volume, offert à un jeune chercheur en pleine ascension : le futur académicien Frédéric Masson (1847-1923), grand historien de la période napoléonienne. Il était encore un tout jeune homme lorsque ce livre lui fut envoyé, mais son nom apparaît en fait dans le Journal dès le 15 décembre 1864 comme « le petit Masson, [d’] une génération de petits docteurs de république ». Beau-frère d’Edouard de Béhaine (un ami intime des Goncourt), il fréquenta par la suite beaucoup Edmond de Goncourt, qui l’introduisit à son tour, en 1878, chez la Princesse Mathilde. Devenu le secrétaire et l’ami du prince Jérôme Napoléon, cet historien du XVIIIe siècle consacra ensuite ses recherches au seul Napoléon, à tel point que Goncourt le classa bientôt parmi les « fanatiques de la mémoire napoléonienne »[16]… Il se montra d’ailleurs peu tendre avec certains livres de Masson, comme Les Femmes de l’Empereur, ouvrage « fabriqué avec de vrais documents, mais sans caractère historique : c’est de l’histoire qui ressemble par endroits à l’histoire faite par Houssaye »[17].

Edmond et Jules de Goncourt, “Portraits intimes du XVIIIe siècle”, Paris, Charpentier, 1878, nouvelle édition avec texte modifié. Exemplaire de Frédéric Masson, avec envoi. Inv. 2390

Avec le XVIIIe siècle, c’est la Femme qui constitua l’autre principale passion des Goncourt (passion ambivalente, d’ailleurs, faite d’affection et de répulsion, avec une bonne dose de misogynie). Aussi associèrent-ils ces deux grands centres d’intérêt pour fournir des études consacrées aux figures féminines majeures de l’époque, des têtes couronnées aux actrices et courtisanes, en plus de textes généraux sur le sexe dit faible. A cet égard, La Femme au dix-huitième siècle, parue en 1862[18] et dédiée à Paul de Saint-Victor, est une œuvre représentative des Goncourt anthropologues des femmes des Lumières, aristocrates, bourgeoises ou paysannes, dont la vie était étudiée et scrutée par phases ou thèmes : « Naissance », « Couvent », « Mariage », « Monde », « Dissipations et l’amour », « Femmes du peuple », « Galantes », « Mode », etc.

Edmond et Jules de Goncourt, “La Femme au XVIIIe siècle”, Paris, Firmin-Didot, 1862, édition originale. Exemplaire de Xavier Aubryet, avec envoi. Inv. 383

Le présent exemplaire fut offert au journaliste Xavier Aubryet (1827-1880). Co-directeur de L’Artiste et auteur d’ouvrages légers[19], il écrivait aussi dans de nombreux autres journaux auxquels collaboraient les Goncourt. Ceux-ci citèrent à plusieurs reprises dans leur Journal les traits de cet homme d’esprit qui passait pour être « l’auteur de la plupart des mots à succès qu’on répétait sur le boulevard » (selon Gustave Claudin, qui jugeait qu’il « passait sa vie à passer son esprit par les fenêtres »). Les Goncourt pensaient la même chose de ce « Prudhomme déguisé en paradoxe » : « Brave garçon au fond, mais fatigant de gestes et d’efforts de causerie. A tout moment, il fait craquer sa cervelle »[20]. Ils lui reprochèrent toujours cette pose de rhéteur mondain bavard : « Aubryet ! Oh Aubryet ! Condamné à vivre avec lui, j’achèterais un revolver et je lui dirais : “Écoutez, au premier mot de votre part qui ne sera pas simple, je vous brûle la cervelle !” »[21].

Edmond et Jules de Goncourt, “La Femme au XVIIIe siècle”, Paris, Firmin-Didot, 1862, édition originale. Exemplaire de Xavier Aubryet, avec envoi. Inv. 383

Le texte avait connu assez de succès pour motiver en 1877 une réédition chez Charpentier en un volume in-12 trapu de plus de 500 pages, dont le tirage de tête fut constitué de cinquante exemplaires sur papier de Hollande : en voici le n° 42. Selon la pratique presque systématique de Goncourt lors de ces rééditions d’études co-écrites avec son frère, le texte avait été revu et augmenté à la lumière de nouvelles découvertes.

Edmond et Jules de Goncourt, “La Femme au dix-huitième siècle”, Paris, Charpentier, 1877, deuxième édition « revue et augmentée », un des 50 ex. sur hollande (n° 42). Inv. 384
Edmond et Jules de Goncourt, “La Femme au dix-huitième siècle”, Paris, Charpentier, 1877, deuxième édition « revue et augmentée », un des 50 ex. sur hollande (n° 42). Inv. 384

Deux ans plus tôt déjà, en 1875, Edmond était revenu vers ce texte fondateur pour en republier un extrait particulier, le chapitre IV pour être précis, dans une jolie édition bibliophilique à tirage limité, sous le titre de L’Amour au dix-huitième siècle. Le texte de ce mignon volume était encadré de très jolis ornements (vignettes et culs-de-lampe) gravés par Boilvin, encore rehaussés par un frontispice de Lalauze. Outre un exemplaire unique sur japon réservé à l’auteur, le tirage de tête consistait, selon Alidor Delzant, en « quelques exemplaires sur grand vélin teinté, sur Chine, Whatman et Hollande », le justificatif de tirage du livre ne mentionnant que les chines et whatman, sans plus de précisions quant à leur nombre. Voici donc l’un de ces exemplaires sur papier de Chine, dont le nombre exact demeure inconnu (peut-être de l’ordre d’une dizaine ?).

Edmond et Jules de Goncourt, “L’Amour au dix-huitième siècle”, Paris, Dentu, 1875, édition originale, un des « quelques exemplaires » sur papier de Chine. Inv. 2792
Edmond et Jules de Goncourt, “L’Amour au dix-huitième siècle”, Paris, Dentu, 1875, édition originale, un des « quelques exemplaires » sur papier de Chine. Inv. 2792
Edmond et Jules de Goncourt, “L’Amour au dix-huitième siècle”, Paris, Dentu, 1875, édition originale, un des « quelques exemplaires » sur papier de Chine. Inv. 2792

Parmi les exemplaires du tirage courant, Goncourt en réserva et dédicaça un à un vieil « ami-ennemi » : Emile Zola. L’auteur des Rougon-Macquart fit son apparition dans le Journal en 1872 sous les traits d’un auteur débutant s’usant à écrire. Il devient ensuite l’un des piliers des « dîners Flaubert » (ou « dîners des Cinq »), qui réunirent, entre 1874 et 1880, Flaubert, Tourgueniev, Goncourt, Daudet et Zola : « un dîner de gens de talent qui s’estiment », comme le définit Goncourt (1874). Zola éprouva et manifesta toujours estime et respect pour Goncourt, lui consacrant notamment un chapitre de son essai Les Romanciers naturalistes (1881), sans compter plusieurs articles élogieux. En 1895, avec la complicité de Daudet, il décrocha même la croix d’officier de la Légion pour leur vieil ami commun.

Edmond et Jules de Goncourt, “L’Amour au dix-huitième siècle”, Paris, Dentu, 1875, édition originale. Exemplaire d’Emile Zola, avec envoi.

A l’inverse, Goncourt, envieux du succès de son disciple (il voyait beaucoup de son roman Germinie Lacerteux dans L’Assommoir), devint, au fil du temps, de plus en plus acide envers Zola. Il continua certes à le fréquenter jusqu’à sa mort, il intégra L’Assommoir dans la fameuse vitrine du Grenier d’Auteuil, mais les propos furent toujours aigres, avec des relents d’italianophobie, décrivant l’œuvre de Zola comme « une machine graissée pour une besogne industrielle ».

Edmond et Jules de Goncourt, “L’Amour au dix-huitième siècle”, Paris, Dentu, 1875, édition originale. Exemplaire d’Emile Zola, avec envoi.

Néanmoins, en dépit d’éclats passagers dans des dîners ou des salons, les deux hommes demeurèrent tout de même inséparables, en dehors de trois ou quatre années de froid : Zola était même prévu parmi les dix premiers membres fondateurs de l’Académie Goncourt, selon le testament du créateur. Dans les années suivant la mort de Zola en 1902, le volume passa à l’un de ses plus fidèles défenseurs durant l’Affaire Dreyfus : Joseph Reinach (1856-1921)[22], député des Basses-Alpes et maire de Digne, auteur d’une monumentale Histoire de l’Affaire Dreyfus.

III. Du général au particulier : les Goncourt biographes

A force d’exhumer des figures féminines du siècle passé, souvent tombées dans l’oubli, certains critiques mauvaises langues finirent par qualifier les deux frères de « sergents Bertrand de l’Histoire », allusion peu délicate à un célèbre nécrophile surnommé le « Vampire du Montparnasse », qui avait défrayé la chronique dans les années 1840, en violant (dans tous les sens du terme) certaines tombes de ce grand cimetière parisien… En réalité, le travail des Goncourt contribua à ressusciter plusieurs de ces figures féminines souvent tombées dans l’oubli ou en passe de l’être. Mais leur premier ouvrage devait honorer en 1858 une reine martyre toujours célébrée depuis sa mort : Marie-Antoinette.

Edmond et Jules de Goncourt, “Histoire de Marie-Antoinette”, Paris, Firmin-Didot, 1858, édition originale. Exemplaire de M. Peyrot, avec envoi autographe. Inv. 3140

Sous le Second Empire, la dernière grande reine de France est sans conteste à la mode, grâce notamment à l’intérêt manifesté par l’impératrice Eugénie qui l’a presque prise comme modèle. Dans ce contexte favorable, les Goncourt donnèrent l’une des premières grandes biographies de la défunte reine Marie-Antoinette, ouvrage qui s’inscrivait par ailleurs résolument dans l’historiographie royaliste, à la fois comme une réhabilitation de la souveraine et comme une condamnation absolue de la Révolution (qui se réduit pour eux à la Terreur). Brossant un portrait original et inédit de cette femme souvent vilipendée par les uns ou transformée en sainte par les autres, cette première grande biographie des Goncourt devint vite, et pour de nombreuses années, une référence incontournable des historiens. Comme l’affirmait la préface, « les auteurs de ce livre ne donnent pas pour le portrait de la reine la figure de convention, l’espèce de fausse duchesse d’Angoulême fabriquée par la Restauration. Ils montrent une femme, une femme du XVIIIe siècle aimant la vie, l’amusement, la distraction, ainsi que l’aime, ainsi que l’a toujours aimée, la jeunesse de la beauté, une femme un peu vive, un peu folâtre, un peu moqueuse, un peu étourdie, mais une femme honnête, mais une femme pure, qui n’a jamais eu, selon l’expression du prince de Ligne, qu’une coquetterie de reine pour plaire à tout le monde ! Il ne faut pas oublier que Marie-Antoinette avait quatorze ans lorsqu’elle arrive en France, lorsqu’elle tombe dans ce royaume du papillotage et du Plaisir, parmi cette génération de Françaises qui semblent représenter la déraison dans l’agitation fiévreuse de leurs existences futiles et vides. Demander à cette jeune fille d’échapper entièrement aux milieux dans lesquels sa vie se passe, de n’appartenir en rien à l’humanité de sa nouvelle patrie : c’est exiger de la Nature qu’elle ait fait un miracle et elle n’en fait pas ». Comme l’a souligné Robert Kopp dans son édition critique du texte en 1990, la documentation réunie par nos historiens débutants sur la reine et son temps fut « vaste et variée », permettant de tisser une « immense tapisserie dans laquelle on voit évoluer toute la cour de France, mais aussi tous les écrivains et tous les artistes de l’époque », « défilé de masques bariolés » qui devait finir en « danse macabre ».‎

Edmond et Jules de Goncourt, “Histoire de Marie-Antoinette”, Paris, Firmin-Didot, 1858, édition originale. Exemplaire de M. Peyrot, avec envoi autographe. Inv. 3140

Le présent exemplaire de l’édition originale parue chez Firmin-Didot en 1858 comporte, de la même de Jules, un envoi autographe « A Mer Peyrot, ses bien dévoués E. et J. de Goncourt », tandis que la mention « Mr Peyrot » était portée par le cadet des frères sur le premier plat de la couverture bleue. Intéressant « association copy » puisque le destinataire du volume fut l’un des « informateurs » des deux frères durant leurs recherches, comme le relève une note de leur Journal, fin février 1854 : « Tout cet hiver, travail enragé pour notre histoire de la Révolution. Nous emportons des quatre cents brochures d’un coup de chez M. Peyrot qui loge rue des Martyrs. Nous les dépouillons tout le jour. Nous écrivons notre livre la nuit ».

Edmond et Jules de Goncourt, “Histoire de la société française pendant la Révolution”, Paris, Dentu, 1854, édition originale, exemplaire d’Adolphe de Lescure avec envoi. Inv. 1969

Les Goncourt exprimèrent d’ailleurs, dans la préface de leur livre, leur gratitude pour « M. Peyrot, possesseur d’un précieuse collection sur la Révolution française, [qui] l’a mise toute à notre disposition, avec un empressement et une grâce de bon office qui méritent qu’on n’en soit pas oublieux ». Rien d’étonnant, donc, à ce que cet exemplaire de la biographie de Marie-Antoinette soit offert à l’érudit quatre ans plus tard. Maurice Tourneux, dans sa présentation de La Bibliothèque des Goncourt (1897), devait encore évoquer ce bibliophile « M. Perrot ou Peyrot » et le destin de sa collection : « celui-là jetait son dévolu sur les pamphlets de la période révolutionnaire, et, pour satisfaire ses goûts, allait, paraît-il, jusqu’à porter de temps à autre sa montre d’argent au Mont-de-piété. C’est de chez M. Perrot, logé tout près d’eux, rue des Martyrs, qu’ils emportaient par brassées les imprimés dont ils avaient besoin. Cette collection, vendue peu après en bloc par son possesseur et passée depuis entre diverses mains, est aujourd’hui entièrement dispersée, et comme les exemplaires de M. Perrot ne portaient aucun signe extérieur, il serait absolument impossible d’en rétablir la provenance ».

Cet exemplaire connut un destin improbable par la suite : comme l’indique une petite étiquette ovale bleue collée à la garde, le relieur qui le recouvrit d’un chagrin rouge exerçait son activité … à Saïgon, 423, boulevard Gallieni, et répondait au nom de P. Ng. V. Chau ! Le livre avait donc fait un bien lointain voyage, pour aboutir, Dieu sait comment, chez un bibliophile de l’Indochine française, puis accomplir (sans doute dans la seconde moitié des années 1950 ?) le voyage de retour. Habent sua fata libelli…

La reine guillotinée ne fut toutefois pas la seule, et de loin, à retenir l’attention des deux frères. Au fil des années, avant et après la mort de Jules, les Goncourt livrèrent ainsi des études biographiques des maîtresses de Louis XV, un ouvrage général paraissant dès 1860, les chapitres étant ensuite débités en volumes séparés souvent enrichis de documents nouveaux : Madame du Barry (1878), Madame de Pompadour (1878), la duchesse de Châteauroux et ses sœurs (1879).

Edmond et Jules de Goncourt, “La Duchesse de Châteauroux”, Paris, Charpentier, 1879, “nouvelle édition revue et augmentée”. Exemplaire d’Alidor Delzant, avec envoi. Inv. 2089

La présente édition séparée de la biographie de la duchesse de Châteauroux (1717-1744, morte d’une péritonite peu après le scandale de Metz) et de ses deux sœurs, était donnée comme « revue et augmentée de lettres et documents inédits, tirés de la Bibliothèque nationale, de la Bibliothèque de Rouen, des Archives nationales et de collections particulières ».‎ L’exemplaire fut offert par Goncourt à son disciple et biographe, Alidor Delzant (1848-1905). L’homme de lettres avait rencontré Goncourt en 1887 et lui avait proposé d’écrire sa vie. Intéressé par le projet, Goncourt lui ouvrit ses archives et sa correspondance, mais se montra finalement déçu à la réception du livre, le 9 mai 1889 : « notre personnalité, notre originalité, bien entendu, comme je m’y attendais n’est pas dégagée, […] beaucoup d’inexactitudes, beaucoup d’erreurs. Alidor est l’homme qui écoute à moitié ce qu’on lui dit, qui lit à moitié ce qu’il parcourt. Un peu hannetonnant, Alidor… Maintenant, bien certainement, un sentiment très sympathique et aucune petite perfidie ». Goncourt qualifia ensuite Delzant de « nécrologue », de « biographe timoré, qui ne sort qu’à moitié son admiration » ou de « trembleur », ce qui ne l’empêcha pas d’offrir le livre avec envoi à ses amis, comme Banville ou Coppée. Goncourt reçut Delzant dans son « grenier » jusqu’à sa mort et lui dédicaça au total 36 de ses livres dont je possède à l’heure actuelle une demi-douzaine (seul Burty en eut plus, atteignant les 48). Delzant fut aussi l’un des exécuteurs testamentaires de Goncourt et se chargea de la dispersion de ses livres, donnant une intéressante préface au catalogue de la vente en 1897.

Edmond et Jules de Goncourt, “La Duchesse de Châteauroux”, Paris, Charpentier, 1879, “nouvelle édition revue et augmentée”. Exemplaire d’Alidor Delzant, avec envoi. Inv. 2089

Mais une grande partie de l’intérêt des Goncourt fut consacrée aux actrices du Siècle des Lumières. Dès 1857, après être tombés sur un lot d’archives, ils donnèrent une biographie de la grande actrice et cantatrice Sophie Arnould (1740-1802), qui débuta sa carrière en 1757 et tint la scène pendant vingt ans. Elle se distinguait, selon ses contemporains, par la finesse de son jeu et l’agrément de sa voix. Elle acquit une grande célébrité par ses bons mots, dont Albéric Deville a fait un recueil intitulé Arnoldiana, ou Sophie Arnould et ses Contemporaines (1813), largement utilisé par les Goncourt. Selon Élisabeth Vigée Le Brun, « Mademoiselle Arnould n’était point jolie ; sa bouche déparait son visage, ses yeux seulement lui donnaient une physionomie où se peignait l’esprit remarquable qui l’a rendue célèbre. On a répété et imprimé un nombre infini de ses bons mots ». Elle créa notamment le rôle éponyme d’Iphigénie en Aulide de Gluck. De sa relation adultère avec le duc de Lauragais, elle eut quatre enfants (dont le colonel Antoine-Constant de Brancas, mort à Essling).

Edmond et Jules de Goncourt, “Sophie Arnould”, Paris, Poulet-Malassis et De Broise, 1857, édition originale, un des 30 exemplaires (?) contenant l’appendice final. Inv. 3154

Publié par les esthètes Poulet-Malassis et De Broise (qui devaient éditer en cette même année Les Fleurs du Mal de Baudelaire), l’édition originale avait bien été imprimée dans leur atelier d’Alençon, mais présentait au titre l’adresse de leur nouvelle librairie parisienne au 4, rue Buci. Le volume fut tiré à 750 exemplaires (au prix de 2 francs), plus 10 exemplaires hors commerce sur vergé de Hollande. Selon un renseignement donné par Vicaire, ces exemplaires de luxe, ainsi que 30 exemplaires du tirage ordinaire (dont celui-ci), contiennent un appendice final de deux pages reproduisant le certificat du Dr Morand sur la santé de Sophie Arnould, mais rétablissant surtout  les passages censurés par des points de suspension dans le texte. S’il semble bien que tous les exemplaires ne présentent pas ce feuillet final additif, je demeure un peu sceptique (peut-être à tort ?) quant à leur faible nombre annoncé.

Edmond et Jules de Goncourt, “Sophie Arnould”, Paris, Charpentier, 1885, quatrième édition, définitive, un des 50 exemplaires sur papier de Hollande (n° 21). Inv. 646

Outre la première édition, cette biographie de Sophie Arnould connut trois éditions, chaque nouvelle découverte de documents appelant une nouvelle édition revue et augmentée. L’édition Poulet-Malassis et De Broise connut un retirage en 1859, puis en 1861. Une nouvelle édition, retouchée par Edmond, vit le jour en 1877, chez E. Dentu, sous un titre identique. Enfin, l’édition définitive parut en 1885, titre identique, chez Charpentier (Bibliothèque-Charpentier à 3 fr. 50 le volume) : en voici un des cinquante exemplaires de tête sur papier de Hollande (n° 21).

Edmond et Jules de Goncourt, “Sophie Arnould”, Paris, Charpentier, 1885, quatrième édition, définitive, un des 50 exemplaires sur papier de Hollande (n° 21). Inv. 646

Après la mort de son frère, Edmond reprit le flambeau et consacra, entre 1882 et 1893, pas moins de trois ouvrages biographiques à des grandes tragédiennes de jadis. La série fut ouverte avec La Saint-Huberty, autrement dit la cantatrice Anne-Antoinette-Cécile Clavel (1756-1812), plus connue en effet sous son nom de guerre, Mme Saint-Huberty. Distinguée par Louis XVI lui-même, elle rencontra le succès à l’opéra de Paris à partir de la fin des années 1770. Maîtresse du comte d’Antraigues, elle le suivit en émigration et son engagement pour la cause royale l’amena même à remplir certaines missions secrètes. Ayant épousé discrètement son amant à Lausanne en décembre 1790, elle le suivit ensuite dans son exil à Saint-Pétersbourg, où, ayant mis un terme à sa carrière de chanteuse, elle se consacra à l’écriture de pièces de théâtre. Retiré ensuite à Londres en 1809, le couple connut une fin tragique, assassiné à l’arme blanche par leur domestique italien (le coup avait été apparemment monté par les services secrets anglais, désireux de récupérer des papiers compromettants, notamment l’original du testament de Louis XVI). Une vie mouvementée et haute en couleurs dont on comprend qu’elle ait excité la curiosité de Goncourt !

Edmond de Goncourt, “La Saint-Huberty”, Paris, Dentu, 1882, édition originale, exemplaire de François Coppée, avec envoi. Inv. 380

Cet exemplaire fut offert au poète parnassien François Coppée (1842-1908), chantre des modestes, qui devait être élu à l’Académie française en 1884. C’est justement en 1882 que Coppée fit son entrée dans le Journal, de manière assez malheureuse d’ailleurs, puisqu’Edmond lui reprochait d’avoir copié un passage de Manette Salomon. Le jugement du résident de Neuilly demeura toujours ambivalent, accordant à Coppée « un très grand talent », mais pas « une très grande intelligence ». Il le considérait comme un « curieux type », capable d’un cynisme blagueur et d’une « ironie du ruisseau », tout en manifestant une réelle « humanité d’entrailles […] ». Goncourt offrit en tout cas plusieurs livres à son collègue, dont la seconde édition de sa biographie de Gavarni.

Edmond de Goncourt, “La Saint-Huberty”, Paris, Dentu, 1882, édition originale, exemplaire de François Coppée, avec envoi. Inv. 380

En 1890, Edmond poursuivit sur sa lancée en procurant cette fois la vie de Mademoiselle Clairon, nom de scène de la tragédienne Claire Josèphe Hippolyte Léris (1723-1803)[23]. Issue d’un milieu très modeste qu’elle s’évertua par la suite à faire oublier, elle s’enfuit du domicile maternel pour commencer une carrière de comédienne à tout juste treize ans. Après avoir débuté et pérégriné à Paris, Rouen, Lille, Gand et Dunkerque, elle entra enfin à la Comédie-Française en 1743, dans le rôle de Phèdre où elle triompha. Grande rivale de la Dumesnil, elle mena une carrière encensée comme sociétaire de la Comédie-Française, devenant l’amie et l’actrice fétiche de Voltaire. Après avoir passé dix-sept ans en Allemagne à l’invitation du jeune margrave d’Ansbach, fou d’elle, elle regagna la France à la veille de la Révolution. Peu à peu oubliée, elle passa ses dernières années dans le dénuement, recueillie par sa fille adoptive. Comme l’expliqua Edmond de Goncourt dans sa préface, son livre avait pour objectif de revisiter et d’amender le portrait trop lisse, « l’être conventionnel, la créature idéalement accomplie » qui apparaissaient dans les propres Mémoires de l’actrice, parus en 1799. Il écuma donc les sources manuscrites inédites, mais aussi les travaux de ses prédécesseurs, notamment la notice biographique donnée en 1881 par l’historien Charles Gueullette (1834-1892) dans son livre Acteurs et actrices du temps passé (Paris, Librairie des Bibliophiles).  Ce dernier n’ayant pas toujours donné ses sources, l’exigeant Goncourt se permit quelques questions dans une lettre de novembre 1885 :

Edmond de Goncourt, lettre autographe signée à Charles Gueullette, Auteuil, 53, bd Montmorency, 30 novembre 1885. Inv. 3272

30 novembre 85. Monsieur et cher confrère, je vous serai bien reconnaissant de m’indiquer où vous avez pris les renseignements qui font de la propriété première (telle que la représente Thierry) une petite maison de campagne dont lui aurait fait présent le baron de Staël, et encore où vous avez trouvé le détail sur la ruine de sa maison d’Issy à la fin de sa vie. Agréez, Monsieur et cher confrère, l’assurance mes sentiments sympathiques, Edmond de Goncourt, 53, boulevard Montmorency (Auteuil)

Edmond de Goncourt, enveloppe autographe à Charles Gueullette, timbrée et affranchie. Inv. 3272

Grâce à son ami Henry Céard, Goncourt disposait du contrat d’achat par la Clairon d’une belle propriété à Issy-les-Moulineaux, mais il échoua ensuite à la localiser : « j’ai tâché de la retrouver, mais vainement ». Aussi fut-il très intéressé par les éléments fournis par Gueullette. Aux pages 319-320 de son livre, ce dernier avait en effet évoqué de manière assez misérabiliste les dernières années de l’actrice « à Issy, une petite propriété dont le baron de Staël lui avait fait présent et qu’il promettait d’entretenir à ses frais. […] Ce qui est certain, c’est qu’après avoir disposé presque toute sa vie de sommes considérables, elle devint dans sa vieillesse plus pauvre que Mlle Dumesnil. Sa maison d’Issy, négligée par M. de Staël, tomba dans un tel délabrement, disent les biographes, que le toit, percé à jour, ne la protégeait plus contre l’eau du ciel. […] Sa maison d’Issy tombant en ruine, elle revint à Paris, où une certaine dame de La Licanderie, qui se disait sa fille, la recueillit dans sa maison, rue de Lille ».  Il semble que Gueullette put fournir les éléments demandés. Goncourt, tout en  citant les dernières volontés de la Clairon le 9 octobre 1801 (« le testament d’une personne riche, d’une femme qui a une maison montée. Elle laisse des legs à une femme de chambre, à un laquais, à un cuisinier »), souligne qu’en effet, l’actrice quitta peu après ce havre. Et de corriger la source fautive : « Et à ce propos, je ne sais sur quelle sérieuse autorité M. de Manne, dans sa seconde édition de la Troupe de Voltaire, affirme que la maison d’Issy, dont le baron de Staël avait fait cadeau à Mlle Clairon, et qu’il s’était engagé à entretenir, n’étant pas entretenue par lui, vint à tomber dans un tel état de délabrement, que le toit, percé à jour, ne défendait plus la vieille femme contre l’eau du ciel […]  » (Mademoiselle Clairon, p. 467).  C’est donc à la lumière de documents nouveaux ou de sources scrupuleusement reprises et vérifiées que Goncourt devait fournir une vision nouvelle, plus réaliste, de la Clairon, cette « figure originale du XVIIIe siècle, avec les jalousies, les intolérances, les tyrannies, de son caractère, et les faiblesses et les vices, et les côtés terriblement humains de la femme ».

Edmond de Goncourt, “Mademoiselle Clairon”, Paris, Charpentier, 1890, édition originale, un des cinq exemplaires sur Japon, exemplaire de Julia Daudet, avec envoi. Inv. 1609

La biographie de cette grande actrice fut en l’occurence offerte à une femme, et non des moindres parmi les proches de Goncourt, puisqu’il s’agit de Julia Allard (1844-1940), l’épouse d’Alphonse Daudet. Ayant épousé en 1867 ce jeune auteur encore inconnu, elle était devenue plus qu’une compagne : une collaboratrice à l’influence très importante sur l’écriture des principaux romans de Daudet. Ce dernier l’avouait volontiers : « Pas une page qu’elle n’ait revue ou retouchée ». Edmond de Goncourt connaissait d’ailleurs parfaitement son rôle et l’admirait beaucoup pour cela, notant dans son Journal dès sa première rencontre avec les Daudet : « La femme écrit et je la soupçonne d’être l’artiste du ménage » (5 juin 1874). Connaissant les goûts bibliophiliques de son amie (différente en cela de son « affreux mari qui coupe les livres avec une allumette », pour reprendre le reproche formulé avec humour par Goncourt dans un envoi célèbre), le maître du Grenier de Neuilly lui offrit un exemplaire précieux, l’un des cinq tirés sur papier du Japon, agrémenté d’un envoi à l’encre rouge proclamant « à Madame Alphonse Daudet, son affectionné Edmond de Goncourt ».

Edmond de Goncourt, “Mademoiselle Clairon”, Paris, Charpentier, 1890, édition originale, un des cinq exemplaires sur Japon, exemplaire de Julia Daudet, avec envoi. Inv. 1609

Enfin, en 1893, trois ans avant sa disparition, Goncourt publia La Guimard. Après la cantatrice, après la comédienne, c’était à présent au tour d’une danseuse d’être étudiée : Marie-Madeleine Guimard (1743-1816). Elle débuta sa carrière en 1758 dans le corps de ballet de la Comédie-Française avant d’être admise à l’Académie royale de musique en 1761. D’une beauté égale à son talent, elle fut notamment aimée par le riche comte Benjamin de Laborde, fermier général, premier valet de chambre du roi et grand amateur de musique, auquel elle donna une fille également prénommée Marie-Madeleine (1763-1779).

Edmond de Goncourt, “La Guimard”, Paris, Charpentier, 1893, édition originale, un des cinquante exemplaires sur hollande (n° 9). Inv. 3099

Tout en s’appuyant sur de solides sources archivistiques (comme les registres des Menus-Plaisirs ou la bibliothèque de l’Opéra), Goncourt se plut, selon ses penchants habituels, à mettre en avant de manière un peu trop salace les aventures amoureuses de la danseuse que les sources de l’époque distinguent pourtant clairement d’une courtisane ordinaire. D’une liberté de mœurs qui frappa les esprits même dans ce milieu peu bégueule, sa franchise désarmante se doublait d’une la volonté sincère d’utiliser son crédit auprès de personnages puissants et influents afin de « pousser » les meilleurs artistes du moment, en particulier Fragonard qu’elle admirait et sut faire admirer. Son action comme mécène et protectrice des arts doit donc être saluée. Comme pour d’autres publications tardives de Goncourt, l’édition originale de cette biographie connut un tirage de tête à cinq exemplaires sur Japon (hors commerce) et cinquante exemplaires sur papier de Hollande, dont voici le n° 9.

Edmond de Goncourt, “La Guimard”, Paris, Charpentier, 1893, édition originale, un des cinquante exemplaires sur hollande (n° 9). Inv. 3099

Avec La Guimard se refermait la série des « Portraits d’actrices du XVIIIe siècle », mais aussi les publications consacrées aux Lumières : ce fut le dernier volume publié sur ce thème par Edmond de Goncourt, qui mourut en 1896 après avoir consacré les recherches de ses dernières années à l’art japonais. Historiens amateurs mâtinés d’hommes de lettres, les Goncourt ont néanmoins eu, pour la redécouverte de leur période de prédilection, une action décisive, tout en inaugurant une pratique alors inédite de l’histoire sociétale et de la vie quotidienne dans ses plus petits détails : comme l’a souligné Jean-Louis Cabanès, ils surent ouvrir des « voies nouvelles » pour la compréhension du passé et inaugurèrent « une histoire des représentations, une histoire des images qu’une société laisse d’elle-même, en traitant de sujets toujours nouveaux, les modes (rien de plus sérieux que le frivole), ou de sujets éternels, mais négligés alors des historiens, l’amour, la mort ». Paradoxalement, comme l’a justement relevé Robert Kopp, cette quête historique avait fait de ces deux « anti-modernes » assumés, qui cherchaient un âge d’or perdu dans le siècle des Lumières, des précurseurs de la micro-histoire.

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 21 mars 2023
[mise à jour : 5 mai 2023]

Les Goncourt historiens dans “une petite bibliothèque”

PISTES BIBLIOGRAPHIQUES

Outre la récente et excellente biographie donnée par Jean-Louis Cabanès et Pierre-Jean Dufief, Les frères Goncourt hommes de lettres (Paris, Fayard, 2020), on pourra consulter le collectif dirigé par Éléonore Reverzy et Nicolas Bourguinat, Les Goncourt historiens (Strasbourg, Presses universitaires, 2017, avec notamment l’étude de Pierre Dufief, « Les Goncourt et l’archive vivante », pp. 19-34). 

Le numéro 12 des Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, paru en 2005, était par ailleurs tout entier consacré  aux « Goncourt historiens ». On peut notamment y lire les articles références de Robert Kopp (« Les Goncourt historiens », pp. 7-17) et de Jean-Louis Cabanès (« Les Goncourt amateurs d’histoire », pp. 19-35).

NOTES

[1] Goncourt, Journal, 30 mars 1862.

[2] Premier véritable roman des Goncourt sorti en librairie (au départ une comédie),  Les Hommes de lettres était une œuvre « à clefs » qui leur valut de très solides inimités au sein du monde des lettres. Roman à clefs, il mettait en scène de façon très caustique certaines des principales figures des lettres parisiennes : par exemple, Pommageol est en fait Champfleury, Boisroger est Théodore de Banville, Masson représente Théophile Gautier.

Edmond et Jules de Goncourt, “Les Hommes de lettres”, Paris, Dentu, 1860, édition originale, exemplaire de Brainne, avec envoi autographe de Jules. Inv. 647
Edmond et Jules de Goncourt, “Les Hommes de lettres”, Paris, Dentu, 1860, édition originale, exemplaire de Brainne, avec envoi autographe de Jules. Inv. 647

[3] Goncourt, Journal, 22 décembre 1863. A noter que Mme Brainne avait été la dédicataire du roman Le Roi des Montagnes d’Edmond About en 1856.

[4] Goncourt, Journal, 28 janvier 1865.

[5] Goncourt, Journal, 2 février 1868.

[6] Goncourt, Journal, 4 janvier 1863.

[7] Publiée par l’éditeur parisien Paul Ducrocq, cette belle édition in-quarto était illustrée de 10 gravures sur acier et de 11 bois gravés, imités de tableaux de maîtres par Léopold Flameng, sans compter les jolis fleurons et culs de lampes dans le texte. Le présent exemplaire (Inv. 976) fut offert Paul Lacroix (1806-1884), conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal, écrivain et bibliographe, sous le pseudonyme de “Bibliophile Jacob”, avec un envoi autographe « à mon cher maître et ami M. Paul Lacroix. Respectueux et affectueux hommage. 6 Xbre 73 , M. de Lescure ».

Adolphe de Lescure, “Henri IV”, Paris, Paul Ducrocq, 1874, édition originale, avec envoi autographe à Paul Lacroix. Inv. 976

[8] Goncourt, Journal, 4 mai 1864.

[9] Goncourt, Journal, 1er juin 1882.

[10] Fonctionnaire de l’Assistance publique dans sa jeunesse, ce natif d’Aurillac entame une carrière de journaliste après 1870, donnant des articles dans Le XIXe siècle, puis dans le Journal des Débats. Il s’y fait vite remarquer par la pertinence de ses analyses géopolitiques : avec le soutien de Thiers, il devient ministre plénipotentiaire en 1880, puis directeur au Quay d’Orsay. Il se lance aussi en politique et est élu député du Cantal en 1881-1885, puis 1889-1892, enfin sénateur entre 1900 et 1912. Dans le même temps, il prend la direction de la Revue des Deux-Mondes entre 1907 et 1915. Apogée de sa carrière, il est reçu à l’Académie française en 1908.

[11] Cette thématique républicaine et révolutionnaire marquée fit que l’Exposition fut boycottée par toutes les monarchies européennes : l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, la Belgique, l’Espagne, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni, la Russie et la Suède furent officiellement absents, quoiqu’éventuellement représentés par des firmes privées.

[12] Avec une condescendance toute aristocratique, Goncourt devait ainsi noter, après la sortie et le succès du roman Le Lys Rouge : « moi qui ai vu ce garçon dans le milieu de son passé, dans la boutique de libraire de son père, où sa mère faisait la cuisine sur une espèce de gueux de l’arrière-boutique, je me demande si un garçon élevé si miséreusement peut jamais peindre de la mondanité aristocratique. Pour la peindre, cette mondanité, il faut y être né » (Journal, 26 juillet 1894).

[13] « Rarement un écrivain est si bien inspiré que lorsqu’il se raconte. […] Quant aux confidences des hommes de talent, elles ont une grâce spéciale ; voilà pourquoi je suis ravi, pour ma part, de la publication anticipée du Journal des Goncourt. […] Ils ont pris la plume et le papier comme on prend le voile et le scapulaire. Leur vie est un perpétuel travail d’observation et d’expression […] On est saisi de respect pour cet obstiné travail […] A cet égard, le Journal des Goncourt est un document unique ». La critique, intitulée « A propos du Journal des Goncourt », se retrouve dans le recueil La Vie littéraire (tome I, pp. 84-94).

[14] Paris, Calmann-Lévy, 1912. Comme l’a bien résumé l’universitaire Marie-Claire Bancquart écrit : « Les dieux ont soif, roman de la Terreur, depuis sa naissance jusqu’à son effacement par la réaction thermidorienne, est un des plus beaux romans historiques qui aient été écrits sur cette époque »

[15] Grâce au précieux recensement de Christian Galantaris (Les Goncourt dédicateurs), on connaît par exemple l’existence des volumes envoyés à Philippe Burty, Alidor Delzant, Edouard Dentu, José-Maria de Heredia, Claudius Popelin et Auguste Sichel.

[16] Goncourt, Journal, 11 juillet 1895.

[17] Goncourt, Journal, 30 juillet 1893.

[18] Le tirage de tête avait compté seulement huit exemplaires sur Hollande.

[19] Citons : La Femme de vingt-cinq ans (1853), Les Patriciennes de l’Amour (1870) ou La République rose (1871). Mais il donna aussi des textes plus « sérieux », comme Philosophie mondaine pu Représailles du sens commun.

[20] Goncourt, Journal, 4 juillet 1857.

[21] Goncourt, Journal, 6 mai 1868.

[22] Sur les liens entre les deux hommes, voir l’article de H. Bruchard, « Petits mémoires du temps de la Ligue : Emile Zola et Joseph Reinach », dans Revue critique des Idées et des Livres, XIV, n° 82, 10 sept., pp. 598-620.

[23] Sur cette actrice et sa bibliothèque, voir aussi mon billet Mélanges 16 : Auteurs vs. acteurs.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nicolas Ducimetière (21 mars 2023). MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (55) – LES GONCOURT HISTORIENS DES LUMIÈRES. MELANGES TIRES D'UNE PETITE BIBLIOTHEQUE. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r5bu


2 réflexions sur « MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (55) – LES GONCOURT HISTORIENS DES LUMIÈRES »

  1. très intéressant, et réunir autant d’exemplaires suppose des années de recherche… bravo !
    Je note que Michelle Maurois, dans ses livres de souvenirs sur les Arman de Caillavet, relève également l’appréciation négative d’Edmond – et note que cela faisait de nombreuses années que France était intégré à ce milieu, et que de toutes façons il était suffisamment talentueux pour pouvoir dépeindre un milieu dont il n’aurait pas fait partie..

    1. Un grand merci, cher Christian, pour ce retour si sympathique ! Oui, vous avez raison, après reprise de mes fiches, il y a pas loin de vingt ans qui séparent le plus ancien livre acheté et le plus récent (“Histoire de Marie-Antoinette”). Je regrette un peu de n’avoir pas pu présenter de correspondance avec ce thème des Goncourt historiens, j’ai loupé une ou deux lettre sur ce sujet (mais l’intérêt d’un blog est de pouvoir enrichir après coup les articles ce qui m’arrive souvent). Bien amicalement à vous, en vous souhaitant un très bon week-end de Pâques, Nicolas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.