MONETA (5) : DUR D’ÊTRE UN ENFANT ROI SOUS LES CESARS…

DUR D’ÊTRE UN ENFANT ROI SOUS LES CESARS…

Les palais impériaux romains fourmillaient d’enfants au destin demeuré mal connu. Il était souvent tragique, à l’image de celui de leurs parents. Ainsi, la petite Julia Drusilia, la fille bien aimée de Caligula, ne survit-elle que quelques heures à l’assassinat de son père. Non seulement elle fut tuée dans des conditions terribles, mais son souvenir se ressentit de la damnatio memoriae de l’empereur : voulant forcer le trait de la folie de famille, Suétone la présenta même comme un petit monstre, prétendant qu’elle attaquait et griffait les yeux de ses petits compagnons de jeux (à 14 mois !).

L’assassinat de la petite Julia Drusilia, fille de Caligula, dans l’excellente série anglais « Moi Claude, empereur » (avec Derek Jakobi dans le rôle-titre). DR

Diaduménien, Maxime, Valérien II, Salonin… Ils furent nombreux, ces petits princes, à connaître un sort funeste, surtout lorsqu’ils avaient été associés au pouvoir. Voici une petite galerie monétaire de ces garçonnets ou adolescents, nommés Césars et Princes de la Jeunesse par leur père, dans des tentatives (vaines) de créer une nouvelle lignée : ces rêves dynastiques sombraient le plus souvent au bout de quelques mois… Voir les légendes des images pour des biographies rapides !

DiadumenienDIADUMENIEN (208-218), fils de l’empereur Macrin

Nommé césar au début du bref règne de son père (217-218), il dut fuir Antioche après la défaite de Macrin devant son concurrent Elagabal. Ses proches voulurent le faire passer en pays parthe, mais il fut rattrapé lors de la traversée de l’Euphrate et mis à mort.

*

Maxime césarMAXIME (220-238), fils de l’empereur Maximin Ier (dit le Thrace)

Nommé césar par son père vers 236, il se trouvait à ses côtés lors du siège d’Aquilée deux ans plus tard, lorsque leur propre garde prétorienne, trouvant plus d’intérêt à rallier les usurpateurs Balbin et Pupien, se retourna contre eux et les massacra.

*

valerien IIVALERIEN II (v. 240-257), fils aîné de l’empereur Gallien

Envoyé par son père en 253 comme césar sur le limes de l’Illyrie, pour symboliser le pouvoir impérial à des légions frontalières toujours promptes à se soulever, il mourut mystérieusement à Sirmium en 257. Les soupçons se portèrent sur son aide de camp, le général Ingenuus, qui, de fait, se révolta peu après, avec le soutien de ses soldats.

*

salonin IISALONIN (v. 242-260), fils cadet de l’empereur Gallien

Fait césar en 258, il fut envoyé par son père en Gaule, afin d’y représenter la famille impériale. Sous la tutelle d’un préfet du prétoire nommé Silvanus, il résidait à Cologne, afin de surveiller le limes rhénan. Pour avoir privé les légions de butin, ils durent affronter la colère des soldats qui les assiègèrent. Débordé par plusieurs guerres ou rébellions à travers l’Empire, Gallien envoya le titre d’auguste à son fils, mais pas de renforts. Salonin et son précepteur furent tués lorsque la ville tomba en juillet 260. Le général des légions gauloises, Postumus, prit le pouvoir, le titre d’auguste et créa l’Empire des Gaules, qui devait durer une quinzaine d’années.
*
tetricus II
TETRICUS II (v. 260 ? – apr. 274), fils de l’empereur Tétricus Ier
Nommé césar en 273 par son père, un sénateur gaulois, gouveneur de la Gaule Aquitaine, qui ramassa la pourpre et fut le dernier souverain de l’éphémère Empire des Gaules. Plus politiques que leurs prédécesseurs, ils surent la partie perdue lorsque l’empereur légitime, Aurélien, passa les Alpes avec ses légions. Après quelques négociations secrètes et un simulacre de bataille près de Châlons-sur-Saône (pour l’honneur), ils rendirent les armes et obtinrent la vie sauve. S’ils durent en passer par l’humiliation de figurer dans le défilé de victoire d’Aurélien, ils furent ensuite comblés d’honneur, gardant leur rang sénatorial et des postes de gouveneur de province. L’un des seuls exemples de règne se terminant bien !
*
crispus
CRISPUS (v. 305-326), fils de l’empereur Constantin Ier
Fait césar en 317, plusieurs fois consul, il remporta plusieurs victoires militaires décisives sur le Francs, les Alamans, ainsi qu’une bataille navale contre l’usurpateur Licinius. En dépit des services rendus, il fut executé sur ordre de son père. Les raisons évoquées sont variées : 1/ Constantin aurait pris ombrage de ces succès et de l’influence de son fils sur les légions ; 2/ Crispus aurait repoussé les avances de sa jeune belle-mère Fausta et celle-ci se serait plainte à son époux Constantin d’un viol imaginaire. Le mensonge n’aurait été découvert qu’après coup (et, de fait, Fausta fut exécutée quelques mois plus tard) ; 3/ Crispus, demeuré païen comme Fausta, aurait comploté à la chute de son père, forçant celui-ci à une réaction sans pitié…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.