MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (41) : COMME UNE POITRINE DE MARÉCHAL SOVIÉTIQUE !

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (41)

COMME UNE POITRINE DE MARÉCHAL SOVIÉTIQUE !

Comme le mentionnait mon précédent billet (Mélanges 40 : Quand La Goutte raconte l’inondation), la poésie écrite en patois dauphinois (variante locale du franco-provençal de notre région alpine) a donné une littérature d’une richesse longtemps insoupçonnée, voire méprisée, avant d’être redécouverte durant le Premier Empire : elle n’a cessé depuis de provoquer de nouvelles études dans le monde académique, tant chez les historiens que chez les linguistes. A la différence du Grenoblo Malhérou de Blanc la Goutte, poème de circonstance, la Pastorale de Janin de Jean Millet était une pièce de théâtre, tragi-comédie dont le succès ne fut pas moindre et qui enchaîna les rééditions pendant plus d’une centaine d’années avant de connaître son éclipse durant le Siècle des Lumières. Si le texte vit sa résurrection grâce aux érudits philologues du XIXe siècle et à leurs successeurs, l’identité précise de son auteur, moins bien loti à cet égard qu’André Blanc ou que Laurent de Briançon[1], demeure spectrale. Revenons sur ce personnage et son œuvre à travers trois éditions fort rares qui nous permettront également d’établir un petit point inédit de datation bibliographique, mais aussi de croiser un exemplaire au pedigree exceptionnel et bardé d’ex-libris : une vraie poitrine de maréchal soviétique (ou nord-coréen).

I. Jean Millet, cet illustre inconnu

La première source biographique abordant l’existence du poète dauphinois remonte à son époque, ce qui pourrait sembler un bon début : l’homme était jugé suffisamment important pour figurer dans le Who’s who de sa province. L’ouvrage en question était La Bibliothèque de Dauphiné, contenant les noms de ceux qui se sont distinguez par leur sçavoir dans cette Province, & le denombrement de leurs Ouvrages, dépuis XII. Siecles : paru en 1680, ce dictionnaire bio-bibliographique était dû au prolifique historien Guy Allard (1635-1716, par ailleurs magistrat, en sa qualité de conseiller du roi et président en l’élection de Grenoble. Comme toujours, la notice était plutôt succincte, quoique bienveillante : « Jean MILLET, de Grenoble, mort depuis quelques années, n’avoit pas estudié ; mais la nature luy avoit esté si favorable pour la poësie, que quelques ouvrages au langage du Pays ont esté admirez. Il a fait les commedies de la Claude, de la Margoton, & de la Bourgeoisie de Grenoble. La première est inimitable. On à aussi veu de luy de petits ouvrages rimez, & dans le méme Idiome »[2]. Dans la réédition de l’ouvrage d’Allard, procurée (normalement revue et augmentée) en 1797 par Pierre-Vincent Chalvet, professeur d’histoire à l’Ecole normale de Grenoble, cette notice, revisitée, avait encore maigri : « MILLET (Jean), de Grenoble, a laissé dans le patois de sa patrie, trois comédies, la Liauda, Margoton, & la bourgeoisie de Grenoblo. Elles ne sont pas sans mérite, ainsi que quelques autres productions dans le même style qui restent de Millet »[3].

Notice biographique de Jean Millet, revue et corrigée (en fait réduite) par Chalvet dans sa réédition de la « Bibliothèque de Dauphiné » de Guy Allard (Grenoble, Veuve Giroud et fils, 1797). Inv. 1027

On partait donc de loin (plutôt à rebours) et les recherches menées par les premiers philologues patoisants (Champollion-Figeac, Colomb de Batines, Rochas) procurèrent certes des rééditions des textes, mais aussi des erreurs d’attribution (Millet était ainsi donné comme l’auteur du Dialoguo de le quatre comare de Blanc) et pas d’avancées biographiques. Le seul élément nouveau est procuré par Rochas qui fixe la disparition du poète « vers l’an 1675 ». Il faudra attendre les travaux de Pilot de Thorey pour en savoir plus : natif de Grenoble, mais originaire d’une famille de Meylan, Jean Millet aurait été notaire dans la capitale provinciale (les archives de son étude étant conservées entre 1610 et 1650)[4]. Son fils, Martin Millet, aurait été procureur au Parlement de Grenoble. Tout cela serait bel et bon si Edmond Maignien, deux ans plus tard, ne présentait pas le même Millet comme un bon marchand de Grenoble, qui aurait eu, de son mariage avec une certaine Anne Ravanat, un fils baptisé Jean-Baptiste, né en 1657[5]… Les notices d’autorité modernes donnent de leur côté une prudente fourchette de vie « 1600 ? – 1675 ».

Signature autographe de Jean Millet, au verso du dernier feuillet de « Pastorale et tragicommedie de Janin » (Grenoble, Richard Cocson, 1633, édition originale). Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

Qui ou quoi qu’il eût été, Jean Millet n’a pas trop encombré les bibliographies, puisqu’on lui doit seulement cinq titres écrits en une trentaine d’années. La première œuvre que lui attribuaient les anciens érudits est l’un de ses fantômes bibliographiques à la vie dure. La Faye de Sassenage était une pièce citée dans le catalogue de la bibliothèque Falconnet, dressé en 1763 lors de son versement à la Bibliothèque royale : cet inventaire présentait le texte comme un in-quarto paru à Grenoble en 1631. Des générations de bibliographes ont pourchassé cet ouvrage dans les rayons de la Bibliothèque royale/impériale/nationale, sans succès. Requis par son ami et correspondant dauphinois Colomb de Batines, Quérard s’y cassa les dents (« M. Quérard, que j’avais chargé de m’en envoyer la condition, m’a dit qu’on n’avait pu l’y retrouver »[6]). Le grand Brunet lui-même amena pavillon, tout en refusant encore de désavouer les sources antérieures : il parle ainsi d’un « pièce très-rare, portée dans le catal. Falconet, 11704, mais qui ne s’est pas retrouvée à la Bibliothèque impériale, où elle devrait être conservée. Peut-être n’est-ce que le prologue de la pastorale de Janin »[7]. Bref, nous sommes devant l’exemple typique d’un livre dont tout le monde parle sans l’avoir jamais vu, sur la base d’une unique référence bibliographique sommaire : les bibliographes et bibliophiles sont des gens conservateurs, qui aiment croire à leurs rêves et mythes[8] !

Deux après la Pastorale et tragi-comédie de Janin qui est l’objet principal de ce billet, Millet publia en 1635 une autre pièce de bergerie, La Pastorale de la Constance de Philin et Margoton (Grenoble, E. Raba, 1635, 132 pp.), dédiée à « Monseigneur le Comte de Sault »[9]. Intervient alors un silence éditorial assez inexplicable de vingt-cinq ans ! C’est bien long dans la carrière d’un auteur, une génération de silence… C’est donc un Millet âgé qui va livrer deux nouveaux textes dans les années 1660. Tout d’abord, un livre de fête, La vénérable Abbaye de Bongouvert de Grenoble, sur la réjouyssance de la Paix, & du Mariage du Roy (Grenoble, André Gales, 1660)[10]. Enfin arriva une troisième et dernière pièce, La Bourgeoisie de Grenoble (Grenoble, Philippe Charvys, 1665, 148 pp.)[11].

Jean Millet, « La vénérable Abbaye de Bongouvert de Grenoble… », Grenoble, André Gales, 1660, édition originale, seule parue. Collection et photo Jean-Marc Barféty

Arrêtons-nous un instant sur La vénérable Abbaye de Bongouvert. Cette publication patoisante célébrait le mariage de Louis XIV avec Marie-Thérèse d’Autriche, gage de paix durable entre la France et l’Espagne. Loin d’être une institution religieuse, cette « Abbaye de Bongouvert » formait l’une de ces sociétés ou confréries festives, fréquentes dans les villes parlementaires, destinées à animer et organiser les bals, carnavals et autres célébrations. Il ne faut pas croire que cette association de gaudriole était un ramassis de sacripants : elle accueillait au contraire le meilleur monde. Ainsi, le « grand abbé » était le très sérieux Nicolas Rémy, docteur en droit et avocat au Parlement, la dignité de « grand connétable » était revêtue par l’actif et humaniste libraire Jean Nicolas, alors que le « secrétaire général » n’était autre que … Jean Millet ! La première étude sur cette pièce, Le Poète Jean Millet et l’abbaye de Bongouvert, est un travail de Gustave Vallier, publié dans le Bulletin de l’Académie delphinale en 1869 et dont il a été fait un tiré à part tiré à 100 exemplaires (dont 20 sur papier de Hollande). Cette étude contient une reproduction du sceau de l’Abbaye de Bongouvert et un diplôme, avec la signature de Jean Millet.

Gustave Vallier, « Le poète Jean Millet et l’abbaye de Bongouvert… », Grenoble, Drevet, 1869, frontispice et titre. Inv. 947
Gustave Vallier, « Le poète Jean Millet et l’abbaye de Bongouvert… », Grenoble, Drevet, 1869, justificatif de tirage et envoi de l’auteur à Jules Carro (éditeur de Meaux) . Inv. 947

Depuis les travaux de ces érudits du XIXe siècle, Millet n’est pas tombé dans l’oubli et devrait même resurgir à l’occasion d’une prochaine édition critique. Editeur scientifique des œuvres complètes de Laurent de Briançon (1996) et de Blanc la Goutte (2002), le professeur Gaston Tuaillon (1923-2011), enseignant à l’Université Stendhal-Grenoble III et grand spécialiste des littératures régionales, « rangea les traductions de Millet dans un carton où ils tombèrent dans l’oubli jusqu’en 2008 : il lui était propre de se soucier peu de ce que devenait son travail, une fois qu’il était terminé »[12]. Heureusement, cette plaisante distraction d’académique devrait se révéler sans conséquence puisque l’élève du romaniste, la prof. Gunhild Hoyer, devrait assurer la publication de ces recherches menées de concert (c’est en tout cas ce qui était annoncé en 2011[13]). Nul doute que des éléments nouveaux viendront donc bientôt dissiper les voiles de brume entourant encore l’auteur dauphinois.

II. L’étonnant succès d’un berger éconduit (1633 – v. 1740)

Venons-en à présent au principal succès de Jean Millet : La Pastorale et Tragi-comédie de Janin. Egalement connue sous le nom de Pastorale de la Lhauda, la pièce fut représentée à Grenoble et publiée peu après par Cocson en 1633. La dédicace à Messire Sébastien de Pourroy, chevalier, conseiller du roi en ses conseils d’Etat et privé, président au Parlement de Dauphiné, était suivie d’une série de poésies encomiastiques en patois ou français[14], qui disparurent des éditions postérieures. L’argument de la pièce occupe trois pages : il faut bien cela pour détailler les rebondissements, coups de théâtre et minauderies de l’intrigue ! Résumons de manière plus concise : le berger Janin se voit largué par sa fiancée de bergère, Lhauda, laquelle tombe par hasard sur un gentilhomme nommé Amidor. Le coup de foudre est immédiat, mais la romance est perturbée à la fois par le père de la jeune fille, Piéro, et par le prétendant éconduit. Ce dernier, jaloux, bombarde les nouveaux amants avec sa fronde, puis loue les services d’une sorcière du coin : grâce aux pouvoirs de la vieille bonne femme, Janin obtient un flageolet magique qui fait danser à mort tous ceux qui l’entendent. Il parvient aussi à lancer une malédiction qui garantit de « nouer l’aiguillette » aux deux jeunes gens s’ils reçoivent la bénédiction nuptiale. Mais les machinations des fiancés, de Thievena (la mère de Lhauda) et de leurs amis (passant par des déguisements, des cris des commères et voisines, et des noces supersoniques) décrochent l’approbation finale de Piéro, qui annule les effets de la malédiction. De désespoir, Janin finit par se jeter du haut d’une falaise.

La pièce fut bel et bien jouée, mais on ignore quel fut son succès sur les planches et si elle fut reprise au fil du temps. Ce qui est en revanche certain, c’est que le texte connut une carrière éditoriale assez extraordinaire, comme le constata Champollion-Figeac dès 1809 avec quelque surprise : « elle a eu un succès constant, non pas au théâtre, quoiqu’elle y ait paru, mais parmi les littérateurs et les amateurs de nos hameaux, pour qui il a fallu en faire quatre éditions successives et quelques contrefaçons. Cette pièce mérite jusqu’à un certain point cet honneur que n’obtiennent pas tous les bons ouvrages; le sujet semble le justifier aux yeux de ses lecteurs ordinaires »[15]. De fait, le texte ne va pas connaître moins de seize rééditions au bas mot entre la première parution et le début du XIXe siècle !

Jean Millet, « Pastorale et tragicommedie de Janin », Grenoble, Richard Cocson, 1633, édition originale. Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

L’édition originale parut donc à Grenoble chez Richard Cocson en 1633. Le livre, un in-quarto de (6)-118-(2) pages, est des plus rares et il ne semble en exister que quatre exemplaires en bibliothèques publiques selon l’excellent « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle » d’Alain Riffaud : Bibliothèque nationale de France (RES-YE-860 [incomplet du titre] et 8-RF-77483), Bibliothèque municipale de Grenoble (U.1153, avec la signature de Millet au verso du dernier feuillet) et Harvard (Houghton Library, *FC6 M6196 633pg).

A partir de cette édition originale, les rééditions s’enchaînèrent de manière régulière, tout aussi rares les unes que les autres. Une liste d’une quinzaine d’éditions fut établie en premier lieu par Colomb de Batines[16], puis reprise par Brunet dans son fameux Manuel du libraire[17]. Il convient d’y rajouter quelques éditions non croisées par ces deux érudits. Le premier lieu d’impression fut, logiquement, grenoblois :

  • Grenoble, Edouard Raban, 1636, petit in-8° de 144 pp.[18];
  • Grenoble, Jean Nicolas, 1642, in-8° de 144 pp.[19];
  • Grenoble, chez Claude Bureau, pour Jean Nicolas, 1648, in-8° de 144 pp. (selon Colomb de Batines / Brunet)[20] ;
  • Grenoble, André Gales, 1659, in-8° de 126 pp.[21];
  • Grenoble, Edouard S. Dumon, 1676, petit in-8° de 127 pp.[22];
  • [Grenoble ?], s.n., s.d. [1700][23], in-8° de 119 pp. (édition « sans titre et sans faux-titre », selon Champollion-Figeac et Colomb de Batines, mais dont l’existence demanderait à être contrôlée)[24] ;
  • [Grenoble, s.n., 1706, in-12 ?] (sans doute une édition fantôme)[25];

Le second, qui débuta au milieu du XVIIe siècle et continua après la dernière parution grenobloise, fut Lyon :

  • Lyon, Nicolas Gay, 1650, in-8° de 120 pp.[26];
  • Lyon, Nicolas Gay, 1655, in-8° de 120 pp.[27];
  • Lyon, 1666 (édition inconnue de Colomb de Batines ; citée dans le catalogue de la bibliothèque Félix Perrin, 1903, n° 608) ;
  • Lyon, Louis Servant, 1679, in-8° de 126 pp. (« dernière édition »)[28];
  • Lyon, Louis Servant, 1686, petit in-8° de 126 pp.[29];
  • Lyon, Veuve Moulu, 1686, petit in-8° de 126 pp. (édition identique à la précédente, avec changement de la page de titre)[30];
  • Lyon, Louis Servant, 1692, petit in-8° de 126 pp. (différente de celle de 1686)[31] ;
  • Lyon, Antoine Besson, 1706, petit in-8° de 126 pp.[32];
  • Lyon, Antoine Molin, 1706, petit in-8° de 126 pp. (différente de l’édition Besson)[33] (voir développement ci-dessous) ;
  • Lyon, Antoine Molin, 1711, in-8° de 126 pp.[34];
  • Lyon, Antoine Molin, 1735, in-8°[35];
  • Lyon, Antoine Molin, 1738, in-8°[36];
  • Lyon, Antoine Molin, s.d., petit in-8° de 119 pp. (voir développement ci-dessous).

Il est à noter que, contrairement à ce que l’on pourrait croire, vu les proximités chronologiques et morphologiques (pagination), ces éditions sont, pour la plupart (sous réserve de contrôles plus poussés), différentes les unes des autres : il ne s’agit pas forcément de cas de remises en vente avec page de titre changée et rafraîchie. Paul Lacroix (le « Bibliophile Jacob »), dans son célèbre catalogue de la bibliothèque dramatique de M. de Soleinne, affirmait que ces éditions étaient « toutes rares »[37]. Le catalogue Soleinne présente les éditions grenobloises de 1642 et 1676, ainsi que l’édition lyonnaise Molin de 1706, mais cela ne serait qu’une faible part de ce que le collectionneur avait réussi à amasser, à en croire Colomb de Batines[38].

III. De bibliophile en bibliophile : le parcours d’un exemplaire de l’édition lyonnaise de Molin, 1706

Mes deux plus anciens exemplaires de ce « best-seller » appartiennent donc à la « famille lyonnaise » et plus exactement aux éditions Molin[39] : il s’agit de l’édition de 1706 (126 pp.) et de celle sans date (119 pp.). Qualifiée de « dernière édition, revue et corrigée par l’auteur » (comme beaucoup d’autres éditions depuis le milieu du XVIIe siècle), l’édition datée 1706 présente encore les caractéristiques des productions du Grand Siècle, un petit aspect archaïque provincial contrastant avec son habit de veau fauve à la mode des années 1750.

Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, 1706, « dernière édition, revûë & corrigée par l’Auteur », page de titre. Inv. 1028
Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, 1706, « dernière édition, revûë & corrigée par l’Auteur », p. 13 (« Prologue de la Faye de Sassenage »). Inv. 1028
Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, 1706, « dernière édition, revûë & corrigée par l’Auteur », p. 19 (incipit de la pièce). Inv. 1028

Le pedigree de cet exemplaire est de ceux que l’on aime, établissant une chaîne ininterrompue d’une grande bibliothèque à une autre depuis le XVIIIe siècle : les gardes présentent de ce fait un aspect fort proche de la poitrine sur-médaillée d’un maréchal soviétique ou nord-coréen !

Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, 1706, contre-plat et garde avec sa brochette d’ex-libris. Inv. 1028

Le premier propriétaire traçable, par la présence de son ex-libris héraldique (malheureusement recouvert), était un certain Monsieur de Perratierre, que l’on doit peut-être identifier avec un receveur-général des Finances pour Rouen, en poste entre 1732 et 1760 au moins, mais domicilié comme de juste à Paris, « rue neuve des Petits-Champs, à l’Hôtel Mazarin » (selon les listes de hauts fonctionnaires de l’Almanach royal). De ce administrateur, l’exemplaire passa à un éminent médecin et bibliophile : Hyacinthe-Théodore Baron (1707-1787)[40], qui colla son ex-libris armorié par-dessus celui de son prédécesseur. Descendant d’une longue lignée d’apothicaires puis médecins, il devint médecin en chef des armées du roi et (comme son père avant lui) doyen de la Faculté de médecine de Paris (élu en 1751 et 1754). Selon Joannis Guignard, « Baron fut un amateur de livres ardent et éclairé ; et, d’après son catalogue, on peut inférer que son savoir bibliographique égalait ses connaissances médicales. D’abord, par goût et par état, il avait réuni la majeure partie des publications, tant anciennes que modernes, françaises et étrangères, concernant sa profession. En correspondance avec les principaux libraires de l’Europe, il grossissait chaque jour son fonds d’ouvrages sur la littérature, la philosophie, les beaux-arts et les autres parties de la science. L’incomparable bibliographe, abbé de Saint-Léger, son ami, l’aidait dans ses recherches et dans le choix des sujets. C’est dire que sa collection fut l’une des plus riches et des plus curieuses de son temps »[41]. Sa bibliothèque personnelle, considérable, était essentiellement consacrée à la médecine et aux superstitions (démonologie, pratiques occultes, sorcellerie, etc.), mais elle contenait une part importante d’éditions littéraires rares ou curieuses[42]. La passion de ce docteur bibliophile était contagieuse et contamina l’un de ses patients, appelé à devenir l’un des plus grands collectionneurs de son temps : Gaignat[43].

Le docteur Baron, dont la famille était d’origine dauphinoise, marqua un intérêt tout particulier pour ce livre, comme le montre l’annotation à la fois bibliographique et généalogique qu’il laissa sur l’une des gardes, émouvant rappel de son ascendance familiale paternelle : « Les livres en patois Dauphinat ne sont pas communs, et celuy cy est assez rare et curieux. Je fais un cas particulier de ce livre, en ce qu’il est écrit dans le langage que parloient mes ancêtres ; Nicolas Baron commerçant à la Côte St. André, Pere de Mathurin Baron, apoticaire ordinaire du Roy en son artillerie, Pere de Philippes Baron, pourvû de la même charge d’apoticaire du Roy, Pere de Hyacinthe Theodore Baron, Docteur regent et ancien doyen de la faculté de Medecine en l’université de Paris, mon Pere ».

Hyacinthe-Théodore Baron, annotation bio-bibliographique, dans Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, 1706, feuillet de garde. Inv. 1028

Lorsque la bibliothèque du docteur Baron fut dispersée en 1788[44], le volume passa sous le n° 4867 et fut très probablement acheté à ce moment-là par un des grands collectionneurs de l’époque : Dominique-Martin Méon (1748-1829). D’abord employé au Ministère de la Guerre pendant la Révolution française, il fut destitué au début du Consulat et dut se résoudre à vendre en 1803 sa splendide bibliothèque, produit de plus de vingt ans d’achats. Le bibliophile malheureux parvint toutefois à se faire engager comme à la Bibliothèque impériale, où il fut chargé de la section des manuscrits français. Un temps destitué, il fut réintégré et même promu en 1826 conservateur-adjoint à la Bibliothèque royale, recevant au passage la Légion d’honneur et une pension. Bien que son travail de catalogueur ait été critiqué, il laissa une œuvre importante comme éditeur de textes médiévaux (dont Le Roman de la Rose publié en 1814). Alors disons-le d’emblée : à la différence d’autres ouvrages de même provenance dans « une petite bibliothèque », ce volume ne figure pas dans le catalogue de 1803. Mais la provenance est sans conteste possible : pas d’ex-libris gravé, certes, mais cette caractéristique petite cote à l’encre rose sur la page, qui est toujours un choc au cœur quand on la reconnaît.

D’un amateur, l’autre : l’exemplaire passa ensuite chez le plus grand bibliophile théâtral français, Alexandre Martineau de Soleinne (1784-1842). Celui-ci, digne de sa réputation, possédait en fait deux exemplaires de cette édition, comme le relève bien Colomb de Batines[45], qui donna une description précise du plus intéressant des deux volumes (quoiqu’en s’emmêlant dans les Baron, confondant les père et fils homonymes) : « l’un d’eux provient de la bibliothèque de M. Hyacinthe-Théodore Baron, doyen de la faculté de médecine de Paris et médecin des camps et armées du roi. Son fils y a mis la note autographe qui suit : “Les livres en patois Dauphinat (sic) ne sont pas communs …” […] Cette note, qui intéresse l’histoire biographique de notre province, se trouve reproduite sur l’exemplaire de l’édition de 1676 que possède le même M. de Soleine […] ». C’est donc bien cet exemplaire que l’on retrouve dans le grand catalogue de la vente Soleinne, rédigée par Paul Lacroix, sous le n°3975[46].

Paul Lacroix, « Bibliothèque dramatique de M. de Soleinne », Paris, 1844, tome III, p. 357. Collection ND

La suite des aventures de cet exemplaire le fit sans doute passer par la prestigieuse librairie Téchener : c’est sans doute lui qui figure dans le numéro 6 du Bulletin du Bibliophile, en juin 1845[47]. On le retrouve ensuite chez le bibliophile anglais Robert Samuel Turner (1818-1887), qui ajouta son joli ex-libris doré sur cuir. C’est probablement durant la vente de cette collection, en mars 1878[48], que l’avocat et grand bibliophile dauphinois Paul Couturier de Royas père (1823-1896) acquit l’exemplaire, qui passa ensuite à son fils Paul Couturier de Royas fils (1853-1934), qui colla son ex-libris en empiétant légèrement sur celui, très impressionnant, de son père. La collection Couturier de Royas demeura dans la descendance jusqu’à sa dispersion dans les années 1970. En dernier lieu, le livre passa dans la bibliothèque, rassemblée entre 1968 et 2008, de Dany et Louis Gruel (ce dernier étant un sociologue, maître de conférence à l’université de Rennes 2)[49].

IV. La curieuse édition « Molin, sans date » : constatations et hypothèse

L’édition lyonnaise imprimée par Molin, mais dénuée de date, n’est pas sans étonner, par rapport à sa consœur, par l’aspect grossier et rudimentaire de sa page de titre. Toutefois, à l’aspect des polices de caractères employées et du reste du matériel typographique (fleurons, filets, etc.), ainsi que de la mise en page, qui n’évoque pas la fin du règne de Louis XIV ou la Régence, je me demande si cette édition sans date ne devrait pas être placée tard dans la carrière de Molin.

Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, s.d. [vers 1740], page de titre. Inv. 1031

L’édition semble des plus rares, puisqu’aucun exemplaire ne semble exister en collection publique (selon le CCFr). Les anciens catalogues ne montrent pour leur part que l’exemplaire du bibliophile lyonnais Coste (relié en maroquin bleu, il atteignit le prix de 60 francs lors de sa vente, selon Brunet). Mais un exemplaire en est passé en vente en 2007 et, chose intéressante, il était, comme notre exemplaire, relié d’époque avec deux autres textes patoisants : le Recueil de pouséies prouvençalos de François-Toussaint Gros (Marseille, Berte et Sibié, 1734) et le Recueil de poésie en langue vulgaire d’André Blanc (Grenoble, Faure, s.d. [1740])[50] ! C’est aussi le cas de l’exemplaire Barféty, associé également au Recueil de poésie en langue vulgaire, dans une reliure en revanche un peu postérieure (années 1770-1780 ?). Autant d’indices qui m’amèneraient volontiers à penser que cette édition sans date serait postérieure à celle donnée en 1738 et se placerait dans les années 1740[51].

Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, s.d. [vers 1740], p. 11 (« Prologue de la Faye de Sassenage »). Inv. 1031
Jean Millet, « Pastorale et Tragi-comédie de Janin… », Lyon, Antoine Molin, s.d. [vers 1740], p. 17 (incipit de la pièce). Inv. 1031

L’exemplaire en question a donc été relié au milieu du XVIIIe siècle en tête d’un recueil factice contenant également le Recueil de poésie en langage vulgaire de Grenoble d’André Blanc la Goutte (Grenoble, Faure, s.d. [1741]) et le Grenoblo inonda… d’Antoine Renier (Grenoble, Faure, 1741). Cet ensemble de trois rares éditions patoisantes était le fait, comme le prouve son ex-libris gravé, de Jean-Baptiste Lenoir de La Roche, avocat au Parlement de Dauphiné. La Bibliothèque municipale de Lyon possède une demi-douzaine de pièces de théâtre des années 1760-1770 portant son ex-libris.

Ex-libris de l’avocat grenoblois Jean-Baptiste Lenoir, dans le recueil factice contenant la « Pastorale » de Millet, le « Grenoblo Malhérou » de Blanc la Goutte et le « Grenoblo inonda » de Renier.

V. La « dernière édition ancienne » : une nouvelle datation

Après cette édition Molin datant probablement des années 1740, la Pastorale et tragi-comédie de Janin connaîtra une dernière « édition ancienne » (destinée à la seule lecture, sans être un objet d’étude), avant que ne s’inaugure la lignée des recueils patoisants savants et des éditions critiques du XIXe siècle.

Jean Millet, « Pastorale de Janin, ou La Faye de Sassenage… », Grenoble, Lemaire, s.d. [vers 1790-1795], page de titre. Inv. 744

Non datée, cette édition grenobloise de 119 pages (encore !), d’un beau format in-8° et imprimée sur un bon papier, était pourtant un produit de colportage, mis en vente par un certain Lemaire. Fils d’un commissionnaire grenoblois nommé Pierre Lemaire, il commença sa carrière comme colporteur de journaux et brochures dès 1778, s’associant dès cette date avec l’imprimeur Cuchet (pour lequel il fit entrer en fraude dans Grenoble, cette même année, un stock de papier de contrebande). Il publia des catéchismes de Grenoble en 1790-1792, puis des calendriers, almanachs et décadaires entre 1793 et 1798. Selon Maignien, « à part quelques brochures qu’il colportait dans le jour, Lemaire ne faisait d’autre travail dans la nuit que celui de fraudeur », mais son activité officielle était en tout cas traçable « jusqu’en 1799 ». Il eut en effet de sérieuses difficultés avec les autorités, qui l’arrêtèrent le 13 juin 1798, suite à une perquisition à son domicile (qui avait révélé des cathéchismes non autorisés et des publications politiques contre-révolutionnaires visant « à détruire les sentiments républicains »). A mon sens, il est toutefois possible que Lemaire ait poursuivi son actvité un peu après 1800, puisque la  réédition du Grenoblo Malhérou imprimée par Cuchet pour son compte date probablement de 1801 (voir Mélanges 40) [52].

Selon Colomb de Batines, qui en possédait un exemplaire, il s’agissait d’ « une réimpression textuelle de celle de Grenoble 1700, et est intitulée : Pastorale de Janin, ou la Faye de Sassenage, comédie en vers en cinq acte ». C’est la première fois que cette forme du titre était employée, le sous-titre renvoyant en fait au prologue de la pièce (« Prologue de la Faye de Sassenage »). La chose avait supris Colomb de Batines qui consulta Soleinne (lequel ne possédait pas, par exception, cette édition). Le grand bibliophile du théâtre répondit : « Vous m’étonnez beaucoup en m’indiquant le titre de l’édition de 1800 de la Pastorale de Janin ; je ne pensois pas que l’on eût donné pour second titre à cette pièce celui de La Faye de Sassenage, qui est un ouvrage tout à fait différent. C’est peut-être parce que cette fée fait le prologue que l’éditeur de 1800 a cru devoir lui donner ce second titre »[53].

Jean Millet, « Pastorale de Janin, ou La Faye de Sassenage… », Grenoble, Lemaire, s.d. [vers 1790-1795], p. 11 (« Prologue de la Faye de Sassenage »). Inv. 744
Jean Millet, « Pastorale de Janin, ou La Faye de Sassenage… », Grenoble, Lemaire, s.d. [vers 1790-1795], p. 17 (incipit de la pièce). Inv. 744

C’est le même Colomb de Batines qui donna cette édition comme datant de « vers 1800 », une hypothèse par la suite reprise par Brunet et toutes les notices bibliographiques. On retrouve donc cette indication dans les descriptions des très rares exemplaires localisables : ceux de l’Arsenal (GD-1766), de la Bibliothèque municipale de Grenoble (Fonds Dauphinois, V.15833), ou celui de la collection Félix Perrin (vente 1903, n° 609). Il ne semble pas avoir jamais été fait mention d’une indication pourtant fort intéressante portée sur la page de titre de cette édition : son prix, soit « une livre seize sols ».

Deux systèmes monétaires. En haut, de gauche à droite, celui de l’Ancien Régime : liard, sol, 15 sols et écu. En bas, de gauche à droite, celui de la République : centime, 5 centimes, décime, 5 francs. Collection ND
Deux systèmes monétaires. En haut, de gauche à droite, celui de l’Ancien Régime : liard, sol, 15 sols et écu. En bas, de gauche à droite, celui de la République : centime, 5 centimes, décime, 5 francs. Collection ND

Il faut se rappeler que, parmi les nouveautés capitales apportées par la Révolution française, figure le système décimal, instauré en août 1793, impliquant les unités de mesure, mais aussi les unités de compte, autrement dit les espèces monétaires. Il fallut attendre le décret du 18 germinal an III (7 avril 1795) pour que la réforme atteigne concrètement les monnaies : on abandonna le système séculaire livre-sou-denier au profit du nouveau tandem décimal francs-centimes. Cette mention de prix en livre et sols désignerait donc une période antérieure à l’entrée en vigueur de la réforme : cette édition daterait donc des années 1790-1795, et non des environs de 1800. CQFD.

De petits pas pour mes livres, de … petits bonds pour la bibliographie dauphinoise ! Au-delà de ces quelques constats ou hypothèses, il demeure encore pas mal de questions ouvertes quant à cet intéressant dossier des éditions de La Pastorale et tragi-comédie de Janin (par exemple l’édition grenobloise de 1700), dans l’attente des travaux de recherche annoncés (mais qui concerneront peut-être plus des aspects philologiques que bibliographiques). A coup sûr, voici un billet qui demandera encore pas mal de mises à jour dans les années à venir !

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 1er mai 2020

De gauche à droite : l’édition Lemaire, Grenoble, s.d., en demi-maroquin long grain époque Directoire ou Consulat (Inv. 744) ; l’édition Lyon, Molin, s.d., dans un veau marbré des années 1760 (Inv. 1051) ; l’édition Lyon, Molin, 1706, dans un veau glacé fauve des années 1730 (Inv. 1028).

ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Poitrine de Dmitri Timofeïevitch Iazov (1924-2020), le dernier maréchal d’Union soviétique, ancien ministre de la Défense (1987-1991), lors de la cérémonie au Kremlin pour son 90 anniversaire (8 nov. 2014). Ancien héros de la Seconde Guerre mondiale, il est décédé le 25 février 2020.

NOTES

[1] Vivant sous le règne des Valois, Laurent de Briançon, juriste et sans doute docteur en droit de l’Université de Valence en 1560, était, il est vrai, un éminent représentant de la noblesse provinciale (d’origine savoyarde), membre du Conseil de ville de Grenoble, premier consul de la cité en 1575, représentant de la noblesse aux Etats-Généraux de 1576. On lui doit trois poèmes en patois : Lo Batifel de la Gisen (1032 alexandrins), Lo Bqnauet de la Faye (522 alexandrins) et La Vientenanci du Courtizan (186 alexandrins), œuvres qui ont connu plusieurs éditions dans le courant du XVIIe siècle (toutes rarissimes). Sur ce poète, voir : Laurent de Briançon, Trois poèmes en patois grenoblois du XVIe siècle, éd. et dir. Gaston Tuaillon, numéro spécial de Le Monde alpin et rhodanien – Revue régionale d’ethnologie, Grenoble, 1996 (et notamment l’essais « Laurent de Briançon et son œuvre », pp. 99-22, accessible en ligne).

[2] Guy Allard, La Bibliothèque de Dauphiné…, Grenoble, Laurent Gilibert, 1680, pp. 150-151.

[3] Guy Allard [et Pierre-Vincent Chalvet], Bibliothèque du Dauphiné, contenant l’histoire des habitants de cette province qui se sont distingués par leur génie, leurs talents & leurs connoissances. Nouvelle édition revue & augmentée, Grenoble, Veuve Giroud et fils, 1797, p. 250.

[4] J.J.A. Pilot de Thorey, Usages, fêtes et coutumes existant ou ayant existé en Dauphiné, Grenoble, Xavier Drevet, 1882, pp. 99-100.

[5] Edmond Maignien, L’Imprimerie, les imprimeurs et les libraires à Grenoble du XVe au XVIIIe siècle, Grenoble, 1884, p. 97.

[6] P. Colomb de Batines, Mélanges biographiques et bibliographiques relatifs à l’histoire littéraire du Dauphiné, Valence, L. borel, 1837, p. 195.

[7] Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire…, Paris, Firmin Didot, 1862, tome III, col. 1722.

[8] Pour une analyse avec toutes les sources de La Faye…, voir la fiche rédigée par Jean-Marc Barféty sur son site La Bibliothèque dauphinoise.

[9] L’exemplaire de la Bibliothèque nationale de France (RES P-YE-1238) provient de la bibliothèque P. Couturier de Royas.

[10] Pour une très belle description de cette édition des plus rares, voir la fiche de Jean-Marc Barféty sur son site. On ne connaîtra que 5 exemplaires localisés de cette publication (dont 3 en collections particulières).

[11] Le texte, étonnamment « courant », se trouve à plusieurs exemplaires dans les collections publiques (selon le catalogue CCFr) : BnF (RES-YF-4257), Arsenal (8-BL-14259 et 8-BL-14260), Mazarine (8° 46749-1), Aix-en-Provence (Méjanes, In-8° 07922), Grenoble (BM, U.1156).

[12] Gunhild Hoyer, « Biographie et bibliographie de Gaston Tuaillon », dans Nouvelles du Centre d’Études Francoprovençales René Willien 64, 2011, pp. 87-146.

[13] Id., p. 143 : « Œuvre de Jean Millet, poète francoprovençal (tome I) : Jean Millet, poète grenoblois. Il s’agit de la publication de l’oeuvre francoprovençale du poète grenoblois Jean Millet : quatre textes – dont trois pièces de théâtre – en francoprovençal de Grenoble, au total 9’900 vers. Cette publication en collaboration avec Gaston Tuaillon [+ Gunhild Hoyer, tome I] et Anita Gagny [tome II – La Bourgeoisie de Grenoble]. Anita Gagny étant décédée en 2010, Gaston Tuaillon, en juin 2011, je continue donc seule à travailler à ce projet commun qu’est la publication de l’œuvre complète de Jean Millet ».

[14] En voici la liste : « A mondit Seigneur – Sonnet » en patois, signé J. Millet ; « A l’auteur – Sonnet », en français, signé S.D.P. ; « A luy mesme. Quatrain » en français, signé S.D.P. ; « A luy mesme. Huictain » en patois, signé S.D.P. ; « A luy mesme. Quatrain » en patois, signé S.D.P. ; « A luy mesme. Stances », deux huitains en français, signé V.H. ; « A luy mesme. Sonnet » en français, signé C.D.R. ; « A luy mesme. Dizain » en patois, signé CL.L. ; « Sur la Bergerie du sieur Millet. Dixain », en français, signé B.F.B. ; « Au mesme, sur la dedicace de sa Bererie. Sixain », en français, signé B.F.B. ; « In eundem. Epigramma », en latin, signé F.M. ; « Sur l’heureux mariage du Gentil’homme Amidor grand veneur, & de Lhauda la bergere boccagere composé par le sieur Millet », 36 vers en patois, signé L.D.F. ; « Autre au Sieur Millet », huitain en français, signé L.D.F.

[15] Champollion-Figeac, Nouvelles recherches sur les patois ou idiomes vulgaires de la France et en particulier sur ceux du département de l’Isère, Paris, Goujon, 1809, pp. 81-82.

[16] Paul Colomb de Batines, « Bibliographie des patois du Dauphiné », dans Mélanges biographiques et bibliographiques relatifs à l’histoire littéraire du Dauphiné, Valence, Borel, Paris, Techener, 1837, tome I, pp. 197-202.

[17] Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire…, Paris, Firmin Didot, 1862, tome III, col. 1722.

[18] Exemplaires localisés de l’édition Grenoble, Raban, 1636 : BnF, Arsenal (8-BL-14620).

Edition Grenoble, Raban, 1636. Exemplaire Bibliothèque de l’Arsenal, Paris. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[19] Exemplaires localisés de l’édition Grenoble, Nicolas, 1642 : catalogue bibliothèque dramatique Soleinne (tome III, n° 3973).

[20] Exemplaires localisés de l’édition Grenoble, Bureau/Nicolas, 1648 : Troyes, Médiathèque (Fonds ancien, Bibliothèque Bouhiers,, x.12.1984, reliure XVIIIe s. en parchemin, tranches rouges) ; Nîmes, Bibliothèque Carré d’Art, 8401 Lettres (reliure vélin) ; Grenoble, BM (Fonds dauphinois, U.1157).

Edition Grenoble, Bureau/Nicolas, 1648. Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[21] Exemplaires localisés de l’édition Grenoble, Gales, 1659 : Lyon, BM (CGA, 808675, reliure basane XVIIe s., bas du titre manquant, ex-libris gravé de P. Adamoli).

Edition Grenoble, André Gales, 1659. Exemplaire Bibliothèque municipale de Lyon. Photo Google Books

[22] Exemplaires localisés de l’édition Grenoble, Dumon, 1676 : Dijon, BM (CGA, 51944) ; Lyon, BM (370592).

Edition Grenoble, Dumon, 1676. Exemplaire Bibliothèque municipale de Lyon. Photo Google Books

[23] Cette date approximative, donnée par Champollion-Figeac, a été reprise par Colomb de Batines, par Rochas, etc. Maignien lui-même n’y trouve rien à redire et avance l’hypothèse d’une impression par Faure (L’Imprimerie…, op. cit., n° 872).

[24] Exemplaires de l’édition « Grenoble, 1700 » : Colomb de Batines ; Bibliothèque municipale de Grenoble (Fonds dauphinois, U.1155) ; Rouen, BM (Fonds Montbret, Mtp-11222). L’exemplaire Salvaing de Boissieu (catalogue vente n° 586), puis Jean-Marc Barféty (voir la fiche descriptive sur son site Bibliothèque dauphinoise.) semble en fait appartenir à l’édition Lyon, Molin, s.d. (à laquelle on aurait ôté ses premières pages) : il serait intéressant de vérifier sur l’exemplaire de la BM de Grenoble la réalité de l’existence de cette édition « Grenoble, 1700 » !

Début de l’exemplaire Barféty identifié comme l’édition Grenoble, 1700 : la comparaison avec mon exemplaire Molin, s.d. montre qu’il s’agit de la même édition. Collection et photo Jean-Marc Barféty

[25] Cette édition citée par les bibliographies (Colomb de Batines et Maignien) à partir des travaux de Jules Ollivier ne se retrouve dans aucun catalogue, aucune collection. Maignien avoue « Nous ne connaissons pas ce volume » et il y a fort à parier qu’il s’agit d’une édition fantôme.

[26] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Gay, 1650 : Besançon, BM (Fonds ancien, 205100) ; Lyon, BM (Rés. 366392).

Edition Lyon, Gay, 1650. Exemplaire Bibliothèque municipale de Lyon. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[27] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Gay, 1655 : BnF (Ye-12512) ; Grenoble, BM (Fonds dauphinois, V.17388).

Edition Lyon, Gay, 1655. Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[28] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Servant, 1679 : Grenoble, BM (Fonds dauphinois, U.1154).

Edition Lyon, Servant, 1679. Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[29] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Servant, 1686 : Grenoble, BM (Fonds dauphinois, U.1157 [bis]).

Edition Lyon, Servant, 1686. Exemplaire Bibliothèque municipale de Grenoble. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[30] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Moulu, 1686 : BnF, Arsenal (8-BL-14621).

Edition Lyon, Moulu, 1686. Exemplaire Bibliothèque de l’Arsenal, Lyon. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[31] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Servant, 1692 : BnF (RES-YF-3684) ; Avignon, BM (Fonds patrimoine, 8° 25481) ; Grenoble, BM (U.1158) ; Nîmes, BM (8344/16) ; British Library (11498.aa.23).

Edition Lyon, Servant, 1692. Exemplaire Bibliothèque nationale de France. Photo Alain Riffaud / « Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle »

[32] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Besson, 1706 : BnF (YE-12514).

[33] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Molin, 1706 : Grenoble, BM (Fonds dauphinois, U.1159) ; Soleinne (1844, n° 3975, veau fauve, fil., 15 frs.), puis baron Taylor (« Catalogue de la bibliothèque dramatique de feu le baron Taylor », 1893, n° 1857, « fort rare », veau fauve de Thouvenin, exemplaire « rogné à la lettre »).

[34] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Molin, 1711 : BnF (RES-YF-3688).

[35] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Molin, 1735 : Grenoble, BM (Fonds dauphinois, U.1160. Au début du volume se trouve une note manuscrite sur N. Pierquin de Gembloux et un mémoire abrégé de la naissance, vie et aventures de la Chauda).

[36] Exemplaires localisés de l’édition Lyon, Molin, 1738 : BnF (RES-YF-4258).

[37] Paul Lacroix, Bibliothèque dramatique de M. de Soleinne, Paris, Administration de l’Alliance des Arts, 1844, tome III, pp. 356-357, nos. 3973, 3974 et 3975.

[38] Selon l’inventaire bibliographique de Colomb de Batines, Soleinne possédait les éditions suivantes : Grenoble, 1633 ; Grenoble, 1642 ; Grenoble, 1648 ; Lyon, 1650 ; Grenoble, 1676 ; Lyon, 1692 ; Lyon, Molin, 1706 (2 exemplaires !) ; Lyon, Besson, 1706.

[39] Antoine Molin (1688-apr. 1763) reprit la librairie de ses parents en 1709 et fut reçu maître en 1710. En faillite en 1739 (année durant laquelle il perd sa seconde épouse), il fera porter la responsabilité de ses mauvaises affaires à sa femme défunte « inconséquente, vendant ses livres à son profit pour se consacrer à ses plaisirs ».

[40] Sur Hyacinthe-Théodore Baron, voir le très bel article que lui a consacré Jean-Paul Fontaine en juin 2019 sur son blog « Histoire de la Bibliophilie ».

[41] Joannis Guignard, Le Livre. Bibliographie rétrospective, Paris, Quantin, 1880, p. 154.

[42] Pour ne prendre que quelques exemples recueillis sur la même page du catalogue de sa vente, citons, pour la seule poésie (p. 18) : Les Poëmes du sieur de Lortigue Provençal (1617), des éditions anciennes de Théophile, les Œuvres satyriques de Sonnet-Courval (1622), les Œuvres poétiques de Jacques Poille (1623) et même les Poëmes de Claude Expilly, dans leur édition grenobloise de 1624, sans compter un très grand nombre de poètes XVIIe siècle (Régnier, Maynard, Du Lorens, Gombaud, Dalibray, Brébeuf, Malherbe, Adam, Racan, Chapelain, etc.).

[43] Selon Le Roux de Lincy, « Gaignat, atteint d’une maladie sérieuse causée par le chagrin qu’il ressentit de la perte de sa femme et de sa fille, à peine âgée de douze ans, fut soigné et remis en bonne santé par Hyacinthe-Théodore Baron, médecin célèbre, professeur de la Faculté de Paris et bibliophile distingué, mais dont la fortune n’était pas assez grande pour satisfaire son goût. Baron donna le conseil à son client d’acheter des livres pour se distraire ; Gaignat suivit ce conseil et devint un des bibliomanes les plus ardents de XVIIIe siècle » (préface au catalogue de la vente de la collection de Jacques-Charles Brunet, Paris, 1868, p. XXXIV).

[44] Catalogue de la bibliothèque de feu M. Baron, premier Médecin des Camps & Armées du Roi en Italie &en Allemagne, ancien Doyen de la Faculté de Médecine de Paris, & c. …, Paris, Paris, chez Née de la Rochelle, libraire, 1788.

[45] Colomb de Batines, « Bibliographie… », op. cit., pp. 200-201. Faute d’avoir connu dans un premier temps cette information cruciale et les descriptions données par Colomb de Batines, j’avais été enclin à considérer que le catalogue Turner, qui donnait des provenances Baron/Méon/Soleinne, faisait erreur, dans la mesure où j’avais retrouvé trace de l’autre exemplaire Soleinne, en reliure de Thouvenin ! Cet exemplaire en reliure Thouvenin passa ensuite dans la bibliothèque du baron Taylor ().

[46] Paul Lacroix, Bibliothèque dramatique de M. de Soleinne, Paris, Administration de l’Alliance des Arts, 1844, tome III, p. 357.

[47] Bulletin du bibliophile, n° 6, juin 1845, p. 265, n° 468, 30 frs., veau fauve.

[48] Catalogue des livres rares et précieux, imprimés et manuscrits, la plupart français et latins, provenant de la bibliothèque de M. Robert S. Turner, Paris, Adolphe Labitte, 1878, n° 420.

[49] Bibliothèque Dany et Louis Gruel, Librairie Prévost (Paris), mars 2010, n° 162.

[50] Vente de livres anciens et modernes, ANAF-Arts Auction, Lyon, 27 juin 2007, n° 280.

[51] Il conviendrait pour cela de disposer de toutes les productions Molin, notamment celles de 1711, 173 et 1738, ce qui n’est pas encore le cas : occasion de recontacter la Bibliothèque de Grenoble !

[52] Sur Lemaire, voir E. Maignien, L’Imprimerie…, op. cit., p. CXII, mais aussi la bonne notice d’autorité du catalogue de la BnF.

[53] Colomb de Batines, « Bibliographie… », op. cit., p. 202-203.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.