MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (40) : QUAND LA GOUTTE RACONTE L’INONDATION

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (40)

 QUAND LA GOUTTE RACONTE L’INONDATION

A Jean-Marc Barféty,
bibliographe et collectionneur,
créateur de la Bibliothèque dauphinoise
et digne successeur de Maignien

Mes années d’études grenobloises, d’abord en khâgne au Lycée Champollion, puis à l’université, m’ont fait connaître et aimer cette ville capitale du Dauphiné, tout en découvrant ses productions typographiques. Si Grenoble n’a jamais eu une activité comparable à celle de Lyon ou de Genève (songez qu’il n’y eut pas d’atelier dans ses murs pendant une bonne partie du XVIe siècle !), elle se rattrapa à partir de la fin des Guerres de religion, inaugurant quelques grandes dynasties d’imprimeurs locaux : les Charvys, Verdier, Nicolas, éditeurs et libraires qui reproduisaient les succès parisiens, mais donnaient aussi des productions inédites. La plupart de ces publications grenobloises du XVIIe siècle sont aujourd’hui fort rares et j’ai pu, au fil des années, en récolter quelques-unes[1], parfois mal ou pas citées dans les bibliographies spécialisées[2].

Parmi ces auteurs « autochtones », il y avait des historiens (dont les deux frères ennemis Guy Allard et Nicolas Chorier : ce sera sans doute l’occasion d’un prochain billet), des théologiens, des juristes[3], des médecins[4], des prosateurs, des traducteurs, mais aussi beaucoup de poètes. Certains, en relation avec la capitale, écrivaient le français le plus pur, comme la gloire locale que représentait le magistrat et humaniste Claude Expilly (président du Parlement de Dauphiné, et auteur de Poësies parues en 1596 et 1624, dont la vie et l’œuvre ont été évoquées largement dans Mélanges (15) : Le livre qui a changé ma vie), les pieux sieur de La Rolandière (de son vrai nom Benjamin Marin) et Louis Puech, ou le très curieux Christophle Bonnet. D’autres préféraient les muses néo-latines, comme l’incontournable Nicolas Chorier (1612-1692), qui, en plus d’être avocat au Parlement de Grenoble et historien, était également poète à ses heures pas perdues.

Benjamin Marin, sieur de La Rolandière, « Poésies chrestiennes… », Grenoble, E. R. Dumon, 1677, édition originale, seule parue. Inv. 225
Christophle Bonnet, « Le Faut rendre compte, qui est le pis. Poëme en forme de dialogue… », Grenoble, Pierre Frémon, 1673, édition originale, seule parue, de ce « volume extrêmement rare » (Maignien). Inv. 1175
Louis Puech, « Le Panégyrique de la Sainte Vierge », Grenoble, André Galle, 1666, première et seule édition. Inv. 2617
Nicolas Chorier, « Carminum liber unus », Grenoble, François Provensal, 1680, édition originale, seule parue. Inv. 2312

Mais il y eut aussi de petits poètes populaires dont la notoriété ne dépassa pas les frontières de la province montagnarde, voire l’enceinte de la ville. Leurs œuvres modestes, rédigées dans le dialecte/patois grenoblois, une des variantes du franco-provençal parlé dans tout l’arc alpin, ont pourtant connu au niveau local un succès éditorial considérable, enchaînant les rééditions, des impressions populaires fragiles, vouées à la destruction et devenues très rares. Le premier de ces deux billets dauphinois successifs va donc se consacrer à celui qui aurait été bien étonné de devenir un auteur préfacé par George Sand en personne, loué par Victor Hugo, étudié par Champollion l’aîné et une pléthore d’universitaires et d’érudits depuis sa redécouverte au XIXe siècle. On le surnommait « La Goutte », et cela tombe bien, car son principal poème, Grenoblo Malhérou, raconta l’une des plus terribles inondations vécues par la cité des Dauphins…

I. Grenoble, au centre du combat entre Serpent et Dragon

Enserrée entre les massifs du Vercors (à l’ouest / sud-ouest), de la Chartreuse (au nord), du Taillefer (au sud-est) et de Belledonne (à l’est), la ville de Grenoble occupe un bassin en Y formé par le cours des rivières Isère et Drac (et les vallées qu’elles ont creusé). La ville se trouve établie sur la confluence de ces deux puissantes rivières alpines, point stratégique s’il en est, permettant la circulation des marchands. Mais l’emplacement pouvait aussi se révéler dangereux lorsque ces cours d’eau se déchaînaient soudain…

Carte du Dauphiné  (XVIIe siècle). Collection ND. On reconnaît Grenoble au centre, ainsi que les principales rivières locales : l’Isère (nommée du nom de son affluent l’Arc), le Drac et la Romanche.

L’histoire a conservé la mémoire de plusieurs grandes inondations (150 ont été recensées, dont 80 entre 1600 et 1860). La principale d’entre-elles intervint dans la nuit du 14 au 15 septembre 1219, mais ses origines lointaines remontent au 10 août 1191, jour de la Saint Laurent, lorsqu’un écroulement de terrain avait formé un barrage naturel dans la vallée de la Romanche (un affluent du Drac), à trente kilomètres de la ville : un lac, baptisé Saint-Laurent, avait fini par se former près de Bourg-d’Oisans, récoltant toutes les eaux descendant des montagnes. Jusqu’à cette nuit où tout céda durant un violent orage : l’eau du lac (soit un volume estimé à 660 millions de mètres cube) se mit à dévaler entièrement la vallée, passant de l’étroite Romanche au cours du Drac, puis à celui de l’Isère.

Le bourg de Vizille est balayée et Grenoble doit bientôt affronter un reflux catastrophique des eaux de l’Isère, qui emporte le pont Saint-Laurent (le seul de la ville : il faudra dix ans pour le reconstruire) et forme un lac dans la vallée du Grésivaudan dévastée (à l’emplacement de l’actuelle ville de Meylan). Dans le plus sombre de la nuit, alors que les maisons s’écroulent sous les coups de boutoir des eaux, les Grenoblois, coincés par les portes fermées des fortifications, sont emportés par les flots déchaînés. L’évêque Jean de Sassenage évoqua la catastrophe dans un sermon éploré : « Hélas, Trois fois hélas! Quelle voix, quelle langue, quelle expression pourrait traduire la peine, la tristesse et l’angoisse de ces infortunés, les souffrances et la terreur des mourants, hommes, femmes et enfants dont les clameurs sinistres, les plaintes douloureuses et les larmes, les gémissements et les sanglots remplissent la vallée, et perçaient d’un glaive de compassion le cœur de ceux qui les entendaient ». Le dauphin Guigues VI, qui aurait assisté au drame depuis la tour Perrière, fit édifier à partir de 1228 la collégiale Saint-André à titre d’expiation.

Collégiale Saint-André de Grenoble. Photo WikiCommons

Le bilan humain demeure difficile à établir, mais on peut l’estimer à 5’000 personnes au total (un chiffre explicable également par la tenue d’une grande foire dans la ville : beaucoup de marchands étrangers, méconnaissant les lieux, furent les premières victimes de la catastrophe). Grenoble, dépeuplée, n’aurait plus compté que 3’000 habitants après le drame (à tel point que l’évêque et le dauphin durent délivrer des privilèges et exemptions fiscales pour inciter l’installation de nouveaux bourgeois). Tel avait été le tribut du combat entre le serpent (Isère) et le dragon (Drac), un symbole qui demeura gravé profondément dans les mémoires grenobloises.

II. La Goutte et l’inondation : naissance du Grenoblo Malhérou (1733-1741)

Le 13 juillet 1729, l’Isère quitte son lit ancestral et abandonne un grand méandre appelé « le tour de l’eau » qui ralentissait son cours peu avant Grenoble. Trois ans plus tard, le lit de la rivière fait disparaître un second méandre, dit du Versoud, raccourcissant sa course de plus de 2,5 kilomètres. En bref : l’eau de l’Isère atteint désormais Grenoble plus droit et plus vite. Les effets ne vont pas se faire attendre.

Plan cavalier de Grenoble par Georg Braun et Frans Hogenberg (1581). Le Grenoble du XVIIIe siècle est comparable, enserré par un système de fortifications toujours en place. On distingue bien le pont unique reliant la ville au quartier de Saint-Laurent. Collection ND

Comme le rapporta le notaire Jean-François Marchand le Jeune, « lundi 14 septembre 1733, jour de la Croix, sur les quatre heures après midi, il s’éleva un ouragan des plus furieux qui aye parû depuis bien longtemps, qui causa la consternation générale dans la ville ». Devant le déluge, en prévision d’une montée attendue des eaux (l’Isère atteindra 5,57 mètres au-dessus de son niveau moyen), l’intendant et le gouverneur militaire ordonnent la fermeture et le renforcement des portes de la ville. Mais la solution est vaine contre la puissance de la crue : les hautes et lourdes portes des enceintes cèdent sous la pression dans la matinée du 15, les eaux s’engouffrent dans la cité et submergent les rues, inondées jusqu’à une hauteur de 2,60 mètres. La ville va demeurer noyée pendant un jour, avant que la descente des eaux le 16 septembre révèle « une boüe gluante et puante, et en si grande quantité que les rues et places et lieux sont impraticables avec une puanteur extraordinaire ». Des maisons se sont écroulées, 153 bâtiments sont « en péril de chute », le pont, bien entendu, a été emporté. Les possessions des Grenoblois (meubles, vêtements, …) sont bons à jeter ; les exploitations agricoles et les champs ont été balayées dans la vallée. Toute la société grenobloise réagit avec solidarité envers les victimes : les bourses se délièrent, l’entraide familiale fonctionna à plein[5].

La détresse des Grenoblois lors de l’inondation de 1733, vue par Rahoult (1864). Inv. 2428
La catastrophique inondation de 1733, vue par Rahoult (1864). Inv. 2428

C’est dans ce contexte douloureux qu’un poète patoisant de la ville prit la plume pour raconter la catastrophe : Blanc, dit La Goutte. L’identité de cet auteur a été l’objet d’un long débat, d’abord à partir des quelques rares éléments biographiques glanés dans les vers du poète. Les premiers à se pencher sur ces textes, à partir de 1809, ignoraient tout autre détail de son existence. Tout au plus Champollion-Figeac (le frère aîné de l’égyptologue) relevait-il, sur la foi de souvenirs recueillis auprès de vieux Grenoblois, que ce Blanc la Goutte avait « laissé parmi ceux qui l’ont connu une réputation que ses saillies, ses bons mots, son humeur joviale et sa gaité constante au milieu de ses infirmités lui conserveront long-temps encore ». Mais qui était-il vraiment ? Une première hypothèse (proposé par J.-J.-A. Pilot de Thorey en 1859) l’identifiait à François Blanc (v. 1665/1670-1742). Agé d’au moins 63 ans au moment de la catastrophe, perclus par la goutte (d’où son surnom), ce n’était donc pas un jeune muguet de salon, mais un solide vieux marchand épicier, installé place Claveyson avec ses fils Simon et Charles[6]. Une de ses filles avait épousé l’ébéniste Pierre Hache, d’une célèbre famille d’artisans grenoblois. En dépit de sa douloureuse maladie, les témoignages et souvenirs de l’époque présentent La Goutte comme « un homme badin, gai, plaisant, d’une humeur enjouée ». Cette identification a été remise en question par Albert Ravanat en 1890, sans beaucoup d’échos d’ailleurs, mais les études menées en 2002 par Gaston Tuaillon[7] semblent désormais établir que le poète grenoblois était en fait un des gendres de François Blanc, le mari de sa fille Dominique : André Blanc (1690-1745). Cette affirmation repose notamment sur une lettre miraculeusement conservée d’un certain Delorme, secrétaire de l’évêque de Grenoble, sans doute adressée à son maître pour lui offrir le Grenoblo Malhérou tout juste paru. Or, ce courrier parlait de l’auteur comme d’ « un nommé Blanc md épicier très commode de cette ville qui est impotant et rongé par la gouthe à l’excès quoiqu’âgé de seulement 46 ans ».

Portrait imaginaire de « Blanc la Goutte » par Rahoult (1864). Inv. 2428

L’activité poétique de Blanc la Goutte se déroula entre 1729 et 1741. La première de ses publications (sous couvert d’anonymat) fut de nature festive, une Épître en vers, au langage vulgaire de Grenoble, sur les réjouissances qu’on y a faites pour la naissance de Monseigneur le dauphin, à Mademoiselle*** (Grenoble, Pierre Faure, 1729)[8]. Mais la catastrophe de 1733 amena la composition de son poème le plus célèbre : le Grenoblo Malhérou.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou », Grenoble, André Faure, 1733, édition originale. Collection et photo Bibliothèque de Grenoble.

Ce récit de la catastrophe en 560 alexandrins rimés en patois dauphinois parut chez André Faure le 15 novembre 1733, soit seulement deux mois après les faits. Cette édition originale est très rare (et je regrette encore de ne pas avoir tenté de remporter le magnifique exemplaire passé lors de la vente du Dr. Dénier en 2000, qui était enrichi de la fameuse lettre de Delorme[9] !). Comme le soulignait le secrétaire épiscopal, le poète avait « détaillé nos malheurs dans cet ouvrage, d’une manière si naïve, que l’on ne peut le lire qu’avec plaisir ». Le poème était organisé en une vingtaine d’épisodes, campant d’abord le décor des malheurs du temps (insécurité générale, brigandages, crues, bandes de loups et incendies), avant d’entamer, à partir du vers 125, la chronique à proprement parler de la catastrophe (d ont les moments forts sont la description de la ville depuis le clocher de Saint-André ou la destruction du pont). Le succès manifeste du poème auprès du lectorat grenoblois, très marqué par cet épisode traumatique, encouragea l’auteur à livrer d’autres productions, aboutissant à un Recueil de poésie en langage vulgaire de Grenoble…, publié par André Faure, sans date, mais probablement en 1740 ou 1741 (date donnée par les bibliographies traditionnelles, notamment Maignien[10]). Le volume contient, outre les rééditions de l’Epistre sur les rejouissances et du Grenoblo Malhérou, la première édition du Dialoguo de le quatro comare (également nommé Jacquety de le Comare sur la page de titre), un dialogue entre quatre commères grenobloises. Ce dernier texte sera, par la suite, toujours réédité conjointement avec le Grenoblo Malhérou, à la différence de l’Epistre. Ne figurait en revanche pas dans ce recueil le dernier poème connu de Blanc la Goutte : la Coupi de la lettra ecrita per Blanc dit la Goutta a un de sos amis u sujet de l’inondation arriva à Garnoblo la veille de St Thomas. 20 Xbre 1740 (Grenoble, Pierre Faure, 1741). Traitant de l’autre grande inondation grenobloise du XVIIIe siècle (dit « Déluge de la Saint-Thomas », intervenu les 20 et 21 novembre 1740, avec un étiage à 5,70 mètres au-dessus du niveau moyen), ce poème semble avoir été écrit par l’auteur en prison, selon certains éléments. Le dernier vers « Per Blanc,  dit la Goutta, de placi Claveyson » était la seule mention claire donnée par l’auteur sur son identité : il était temps ! L’absence de ce dernier texte dans le Recueil semblerait donc bien indiquer une parution antérieure (en 1740), à moins qu’il s’agisse d’une édition collective faite pour accompagner la nouveauté du jour, la Coupi de la lettra. Il n’est ainsi pas impossible que l’inondation de 1740 ait provoqué un regain d’intérêt pour le poème de 1733 et soit à l’origine de la publication du Recueil ?

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Recueil de poésie en langage vulgaire de Grenoble… », Grenoble, André Faure, s.d. [1741]. Inv. 1052

L’inondation de 1740 avait en effet provoqué à nouveau un intérêt manifeste du lectorat grenoblois, comme en témoigne cet exemplaire. Provenant de la bibliothèque Jean-Baptiste Le Noir de La Roche (avocat au Parlement de Dauphiné, seconde moitié du XVIIIe siècle) et portant son ex-libris, il comporte, en plus du Grenoblo Malhérou, deux autres textes patoisants. Le premier est la Pastorale… de Millet (autre poète patoisant qui sera l’objet d’un prochain billet) ; le second est la production d’un émule de Blanc la Goutte, Antoine Renier-Pieraud : ce modeste maître d’école publia, sous couvert de ses seules initiales « A.R. », un Grenoblo inonda, ou recit circonstancia du malheur qu’a causa l’inondation arriva lo vingt-un decembro mil sept cens quaranta. Poemo patois, petit texte également publié par Faure et tout aussi rare que les publications de Blanc la Goutte !

Antoine Renier, « Grenoblo inonda… », Grenoble, André Faure, 1741, première et seule édition. Inv. 1053
Ex-libris de Jean-Baptiste Le Noir de Laroche, avocat au Parlement de Grenoble. Inv. 1053

III. Une discrète et populaire renaissance (1790-1800)

Après la réédition de 1741, les poèmes de Blanc la Goutte tombèrent dans l’oubli, jusqu’à leur réimpression soudaine en rafale cinq ou six décennies plus tard. On vit apparaître soudainement quatre éditions populaires donnant le Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro Comare. Ces parutions ne comportaient, dans le meilleur des cas qu’une page de titre assez basique et surtout sans date. La mention des responsables ou commanditaires de ces éditions (qui sont bien distinctes, quoique proche par leur style et leur présentation générale) est portée au bas de la dernière page.

La première de ces publications (« A Grenoble, de l’Imprimerie de J.L.A. Giroud, Place aux Herbes », format in-8°) émane de l’honorable imprimeur Jean-Louis-Antoine Giroud (1755-1817), libraire du Parlement de Dauphiné depuis 1781 et dont le gros des publications (hormis une édition du Werther de Goethe) était formé par des brochures politiques et par les officielles Affiches du Dauphiné (1774-1792)[11]. Il devint par la suite imprimeur du tribunal d’appel. Cette édition est la seule qui me manque encore.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, J.-L.-A. Giroud, s.d. [vers 1801], page de titre. Collection et photo Jean-Marc Barféty
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, J.-L.-A. Giroud, s.d. [vers 1801], p. 24 (avec colophon). Collection et photo Jean-Marc Barféty

La deuxième édition (« A Grenoble, chez J.-M. Cuchet, imprimeur de la Cour d’appel. Se trouve chez Lemaire, colporteur », format in-8°) avait donc été produite par l’imprimeur Joseph-Marie Cuchet (1760-1808)[12]. Nommé imprimeur départemental en 1790, il publia les décrets de la Convention jusqu’à ce qu’un arrêté du Directoire lui interdise de travailler en l’an VI, son journal Le Courrier patriotique étant jugé contre-révolutionnaire. Son atelier et sa librairie ne purent rouvrir qu’en 1801. On le voit ici travailler pour le colporteur Lemaire, son associé de longue date (en 1778, il avait tenté de faire entrer en fraude dans la vile un gros stock de papier destiné à Cuchet)[13]. A vrai dire, selon Maignien, « à part quelques brochures qu’il colportait dans le jour, il ne faisait d’autre travail dans la nuit que celui de fraudeur ». Mon exemplaire, relié en demi-chagrin brun au milieu du XIXe siècle, provient de la bibliothèque d’Armand de Sibeud, comte de Saint-Ferriol (1817-1880) (avec son ex-libris gravé) et passa dans sa vente en 1881 sous le n° 1569 (qualifié de « rare »).

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, J.-M. Cuchet / Lemaire, s.d. [vers 1800 ?], page de titre. Inv. 40
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, J.-M. Cuchet / Lemaire, s.d. [vers 1800 ?], p. (3) (incipit). Inv. 40
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, J.-M. Cuchet / Lemaire, s.d. [vers 1800 ?], p. 24 (avec colophon). Inv. 40

Ex-libris d’Armand de Sibeud, comte de Saint-Ferriol (1817-1880). Inv. 40

La troisième édition (« A Grenoble, chez Courreng, Libraire, au Jardin de la Ville », format in-8°) sort probablement de la boutique du marchand-libraire Jean-François Courenq fils, donné comme installé place Saint-André dans des publications datant de la Restauration (un catalogue de son « nouveau cabinet littéraire » fut diffusé en 1819)[14]. Je possède deux exemplaires de cette édition, l’un en demi-maroquin bleu bradel par Stroobants (dos lisse, titre doré, non rogné) et l’autre en demi-veau bleu par Burckhart (dos lisse, titre doré, non rogné). Ce second exemplaire provient des collections Maurice Jail (de Meylan, tampon humide) et Raymond Joffre (librairie et collectionneur grenoblois, ex-libris gravé).

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], page de titre. Exemplaire 1. Inv. 38
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], p. (3) (incipit). Exemplaire 1. Inv. 38
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], p. 26 (avec colophon). Exemplaire 1. Inv. 38
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], page de titre. Exemplaire 2. Inv. 39
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], p. (3) (incipit). Exemplaire 2. Inv. 39
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », Grenoble, Courenq, s.d. [vers 1800 ?], p. 26 (avec colophon). Exemplaire 2. Inv. 39

Ex-libris de Raymond Joffre, libraire et bibliophile grenoblois. Inv. 39

Enfin, on relève une quatrième édition « sans lieu, ni nom, ni date« , peut-être plus rare et mystérieuse encore. Inconnu de Champollion et (plus curieusement) de Maignien, elle est pourtant citée dès 1838 par Paul Colomb de Batines dans son Essai sur l’origine et la formation des dialectes vulgaires du Dauphiné (p. 208) : alors qu’il possédait les éditions Cuchet et Courenq, il mentionnait cette édition anonyme d’après le catalogue de la collection Buchon (n° 202). A la différence des trois précédentes, elle n’est pas de format in-8°, mais présente une taille petit in-12 (avec une pagination séparée des deux textes : 20 pages pour le Grenoblo, 8 pages pour le Dialoguo). Mon exemplaire, en demi-chagrin rouge à petits nerfs du milieu du XIXe siècle, provient de la collection du célèbre bibliophile dauphinois Eugène Chaper (1827-1887), avec son ex-libris gravé.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », s.l.n.n.n.d. [Grenoble, vers 1800 ?], page de titre. Inv. 1102
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Grenoblo Malhérou, suivi du Dialoguo de le quatro comare », s.l.n.n.n.d. [Grenoble, vers 1800 ?], p. (3) (incipit). Inv. 1102

Ex-libris du bibliophile dauphinois Eugène Chaper (1827-1887). Inv. 1102

 Il s’agit dans les quatre cas d’impressions médiocres, tant par leur composition que par le papier utilisé : il s’agissait manifestement d’ouvrages vendus dans les rues pour quelques sous (et par-là même objets d’une disparition accélérée, ce qui explique leur rareté actuelle). La question de leur datation demeure pendante, puisque les bibliographies, sans trop s’avancer, proposent « vers 1800 ». Cette date avait été indiquée par Champollion-Figeac (dans ses Nouvelles recherches sur les patois parues en 1809, donc peu de temps après la période en question) pour les seules éditions Giroud et Cuchet, les deux autres n’étant pas citées. Elle fut reprise par la suite par tous les érudits du XIXe siècle (notamment par Maignien, dans son Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes du Dauphiné [n° 1070, pp. 141-142]). Ce même Maignien ajoutait l’édition Courenq sobrement donnée comme « s.d. », sans plus d’hypothèses. Quoiqu’imprécise, l’estimation « vers 1800 » est-elle bien exacte ? L’activité de Lemaire, selon Maignien, était traçable « jusqu’en 1799 », mais Cuchet, ici qualifié d’ « imprimeur de la Cour d’appel », ne put reprendre ce titre qu’après la réouverture de son atelier le 5 janvier 1801 (ses cinq presses avaient été mises sous scellés le 5 mars 1798 après l’interdiction de son Journal patriotique). Nous serions donc bien sur le créneau voulu, dans les premières années du tout nouveau Consulat. Même chose pour Cuchet. Le cas de Courenq pourrait faire davantage débat, son activité semblant plus tardive (vers 1810 peut-être ?). Demeure en tout cas mystérieuse la raison de ce groupe de publications : quel événement a pu provoquer une telle floraison de rééditions de poèmes oubliés depuis plus d’un demi-siècle ? Faut-il y voir le début des travaux savants qui allaient définitivement ressusciter ces textes à partir de 1809 ?

IV. La redécouverte par les savants et les lettrés (1809-1890)

Les études patoisantes modernes vont en effet naître très peu de temps après ces rééditions populaires. Par un courrier officiel du 13 novembre 1807, le ministre de l’Intérieur Cretet demanda au préfet de l’Isère Joseph Fourier « des renseignements sur les patois usités dans cette partie de l’Empire, et des échantillons en vers ou prose où ces patois fussent employés ». On mit sur l’affaire l’un des meilleurs philologues du département (et de France) : Jacques-Joseph Champollion-Figeac (1778-1867), le frère aîné du grand égyptologue. De son travail, achevé fin 1808, sortit un an plus tard un livre révolutionnaire : les Nouvelles recherches sur les patois ou idiomes vulgaires de la France et en particulier sur ceux du département de l’Isère; suivies d’un essai sur la littérature dauphinoise, et d’un appendix contenant des pièces en vers ou en prose peu connues, des extraits de manuscrits inédits et un vocabulaire (Paris, Goujon, 1809). L’ouvrage était le premier à fournir des études des œuvres de Jean Millet et de Blanc la Goutte (auquel il attribua bien le Grenoblo Malhérou, mais pas le Dialoguo, demeuré de ce fait anonyme pendant encore longtemps).

Après la période napoléonienne, les études lancées par Champollion-Figeac furent bientôt suivies et augmentées par de nombreux émules. Un recueil de Poésies en langage patois du Dauphiné (comprenant le Grenoblo Malhérou, le Dialoguo toujours anonyme et un extrait de la Pastorale de Janin de Millet) parut en premier lieu (Grenoble, Pruhomme libraire, 1829), puis l’érudit Paul Colomb de Batines donna ses propres Poésies en patois du Dauphiné (Grenoble, Pruhomme, 1840, puis 1859).

J.-J.-A. Pilot de Thorey, « Grenoble inondé… », Grenoble, Maisonville et fils, 1859, 2e édition « revue et augmentée ». Inv. 2632

L’année 1859 marqua un tournant important dans l’étude de ses poèmes. Il se trouve que Grenoble fut à nouveau frappé, le 2 novembre, par une très importante inondation liée à la crue de l’Isère, réveillant l’intérêt du public et des chercheurs pour les textes anciens mentionnant les précédentes catastrophes (1733 et 1740 notamment).

L’inondation de 1859 : le Pont de l’Hôpital assailli par les flots (gravure dans Pilot de Thorey, « Grenoble inondé », Grenoble, Maisonville père et fils, 1859). Inv. 2632
L’inondation de 1859 : la Place Sainte-Claire sous les eaux (gravure dans Pilot de Thorey, « Grenoble inondé », Grenoble, Maisonville père et fils, 1859). Inv. 2632

L’historien et archiviste Jean-Joseph-Antoine Pilot de Thorey (1805-1883) publia une étude sobrement intitulée Grenoble inondé, qui connut, dans l’année, deux éditions chez l’éditeur grenoblois Maisonville père et fils, la seconde étant particulièrement augmentée. Parmi les nombreuses pièces recueillies dans cet ouvrage savant, mélange d’histoire (dont une table historique des inondations), de philologie et de bibliographie, on retrouvait le Grenoblo Malhérou, la Copia de la letra…, ainsi que le Dialoguo (pourtant sans rapport avec les inondations).

J.-J.-A. Pilot de Thorey, « Grenoble inondé… », Grenoble, Maisonville et fils, 1859, 2e édition « revue et augmentée », p. 54 (début de la « Notice sur Blanc la Goutte »). Inv. 2632
J.-J.-A. Pilot de Thorey, « Grenoble inondé… », Grenoble, Maisonville et fils, 1859, 2e édition « revue et augmentée », p. 111 (début de la « Notice sur Antoine Reinier »). Inv. 2632

En plus de l’annotation critique de ces textes, Pilot de Thorey proposait une « Notice sur Blanc la Goutte », la première étude d’ampleur sur le poète et son œuvre, avec de nombreux renseignements biographiques inédits, ainsi qu’une bibliographie complète (qui présentait pour la première fois Blanc la Goutte comme l’auteur du Dialoguo). Poursuivant dans la même veine, le chercheur donnait aussi une édition commentée du Grenoblo inonda (une totale redécouverte) et identifiait même son auteur, procurant une « Notice sur Antoine Reinier ». Le tirage, de 1’000 exemplaires (plus 10 exemplaires sur Hollande et 10 sur papier de couleur), montre à l’évidence que les éditeurs passaient bien écouler cette seconde édition.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864, page de titre. Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864, page de titre du « Grenoblo Malhérou ». Inv. 2428

La consécration arriva pour les poèmes de Blanc en cette même année 1859 avec les débuts de la publication d’une grande et luxueuse édition, splendidement illustrée par les dessins de Diodore Rahoult[15]. Le travail, publié en livraisons, fut finalisé en 1864 et forma les grandes Poésies en patois du Dauphiné (Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs). Cet in-folio magnifique fut enrichi d’une préface signée par George Sand[16], un texte du 23 octobre 1860 dans laquelle la « dame de Nohant » rendait hommage à l’« un de ses morts illustres, ignoré pourtant au-delà de ses horizons, et digne d’être entendu et goûté de toute la France » : « Il y a du Balzac dans ce bonhomme », écrivait-elle, loin de partager les avis critiques de certains savants chagrins et trop formés au classicisme[17]. Victor Hugo (depuis son exil) et Jules Janin devaient eux aussi louer ces vers populaires et la belle édition qui leur était consacrée.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864, p. 69. Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864, p. . Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864, pp. 76-77. Inv. 2428

Cinq ans plus tard, en 1874, les mêmes éditeurs fournirent une réédition de La Coupi de la letra et du Jacquety de le comare (le Dialoguo qui retrouvait son premier titre), le tout agrémenté de dessins et enrichi d’un glossaire linguistique.

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », 2e série, Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1874, page de titre. générale. Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », 2e série, Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1874, page de titre de la « Coupi de la lettra ». Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », 2e série, Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1874, page de titre de « Jacquety de la comare » (cadrée). Inv. 2428

Ces deux parutions, éditées à dix ans de distance, se rencontrent pourtant parfois réunies sous la même reliure. Il peut s’agir de reliures à décor « parlant », présentant des fers spéciaux aux armes de Grenoble encadrées par le Serpent et le Dragon (ce qui est le cas du présent exemplaire, dont le décor a été réalisé à froid sur une percaline rouge).

André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864-1874, détail du fer aux armes Grenoble encadrées du serpent et du dragon. Inv. 2428
André Blanc, dit « Blanc la Goutte », « Poésies en patois du Dauphiné », Grenoble, Rahoulet et Dardelet éditeurs, 1864-1874, reliure. Inv. 2428

 Ce XIXe siècle si riche pour la carrière éditoriale des poésies patoisantes grenobloises devait s’achever sur une nouvelle édition des vers de Blanc la Goute, dans une édition savante où, pour la première fois, l’Epître en vers composée pour la naissance du fils de Louis XV était formellement attribuée à Blanc la Goutte. Le responsable de ce petit volume paru en 1890 était le libraire Albert Ravanat (1845-1894), lequel travaillait par ailleurs à un grand Dictionnaire du patois des environs de Grenoble (qui parut de manière posthume en 1911, dix-sept ans après la mort de son auteur). Alors propriétaire de la fameuse lettre du secrétaire Delorme, il fut le premier à en comprendre la signification et donna, dans son essai biographique sur Blanc la Goutte, la première identification correcte du mystérieux poète-boutiquier grenoblois. Parue initialement dans le périodique L’Actualité dauphinoise illustrée, cette étude donna lieu à un tirage à part imprimée à 100 exemplaires sur papier vélin teinté et 25 exemplaires sur papier de Hollande, tous signés et numérotés par l’auteur. Mon exemplaire, le n° 57, est relié avec la seconde édition de l’étude de Pilot de Thorey présentée ci-dessus.

Albert Ravanat, « Blanc la Goute : Grenôblo hérou … Notes et recherches sur l’âge et les oeuvres de l’auteur », Grenoble, Ravanat, 1890. Inv. 2633

Aujourd’hui, les rivières de l’Isère et du Drac sont des serpent et dragon bien domestiqués, par des décennies de travail d’endiguement et par l’installation plus récentes de différents barrages hydroélectriques sur leur cours. Pour autant, les crues ne sont pas rares (1999, 2000, 2001, 2004, 2008, 2010) et, en cas de circonstances particulières (fortes pluies accompagnant des fontes de neige), il ne serait pas impossible de voir se reproduire des épisodes comme ceux chantés jadis par Blanc la Goutte. A méditer quand vous vous promènerez le long des quais grenoblois !

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 25 avril 2020

Quais de l’Isère, à Grenoble. A gauche, la colline de la Bastille, avec le quartier Saint-Laurent à ses pieds ; au centre, le pont Marius-Gontard (bâti en 2839, il occupe le site de l’ancien pont unique de la ville, détruit à plusieurs reprises au fil des crues) ; à droite, la ville de Grenoble.

NOTES

[1] Parmi les publications littéraires non dauphinoises, mais imprimées à Grenoble, conservées dans mes rayons, citons :

  • Corneille (Pierre), Les Victoires du Roy sur les Estats de Hollande, en l’année 1672…, Grenoble, L. Gilibert, 1673. Reliure de basane marron, dos à nerfs orné (reliure moderne pastiche). Edition parue un an après l’EO parisienne in-quarto. Maignien, 610.
  • Guez de Balzac (Jean-Louis), Aristippe, ou De la Cour, Grenoble, Philippe Charvys, 1665. Reliure de basane marron, dos à nerfs orné, tranches mouchetées rouges (reliure de l’époque). Provenance : J. Excoffon (ex-libris ms. du XVIIe siècle). Maignien, 485. Inv. 626
  • Le Pays (René), Amitiez, amours et amourettes… [suivi de :] Portrait de l’Autheur des Amitiez…, Grenoble, Philippe Charvys (« et se vendent à Paris chez Ch. de Sarcy »), 1665. Troisième édition, en partie originale. Reliure de basane marron, dos à nerfs orné, tranches rouges (reliure du XIXe siècle). Maignien, 477. Inv. 161
  • Martin (Louis) et Belleau (Rémi), L’Eschole de Salerne, en vers burlesques, et Poema macaronicum, de bello Huguenotico …, Grenoble, Jean Nicolas, 1657. Reliure de veau marbré, dos lisse orné, pièce de titre sur maroquin rouge (moderne), tranches rouges (reliure du XVIIIe siècle). Maignien, 376. Inv. 1310
  • Savonarole (Girolamo), Triumphus crucis, sive De veritate Fidei, libri IV…, Grenoble, André Galle, 1666. Reliure de veau glacé noir, dos à quatre nerfs orné, tranches vernies (reliure du XIXe siècle). Provenance : François Duvivier (ex-libris ms. du XVIIIe siècle). Maignien, 499.

[2] Le principal bibliographe dauphinois demeure le grand Edmond Maignien (1847-1915), conservateur de la bibliothèque de la ville entre 1883 et 1915. On lui doit notamment l’incontournable L’Imprimerie, les Imprimeurs et les Libraires à Grenoble du XVe au XVIIIe siècle (Grenoble, 1884) qui est la base de la bibliographie grenobloise ancienne, de même que le Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes du Dauphiné (Grenoble, 1892).

[3] Voici quelques titres juridiques dauphinois dans mes rayons :

  • Basset (Jean-Guy), Plaidoyez (…). Ensemble divers arrests & reglemens du Conseil & dudit Parlement (…), Grenoble, Jacques Petit, 1668. Reliure de maroquin rouge orné « à la Du Seuil » avec monogramme royal couronné dans les caissons du dos, tranches dorées (reliure de l’époque). Provenance : Gustave Rivet (1848-1936, député, puis sénateur de l’Isère, poète et dramaturge, propriétaire du château du Fayet) (ex-libris gravé). Inv. 1778
  • Commissaires députés du roi, Arrest et reglement faict en presence de Monseigneur le Marechal de Lesdiguieres par Messieurs les Commissaires deputez par sa Majesté à la verification & reduction des debtes des Communautez villageoises de Daulphiné, sur la forme d’Imposer, Recepvoir, & exiger les sommes adjugees aux Creanciers des Communautez du Baillage de Graisivodan, & autres Baillages & Senechaussees de ladicte Province, desquelles les debtes ont esté veriffiees par ledicts sieurs Commissaires…, Grenoble, Guillaume Verdier, 1613. Reliure de vélin blanc souple (Burckart). Non recensé par Maignien.
  • Guérin (François), Style de la Cour des Aydes et Finances de Dauphiné, séante à Vienne…, Vienne, par Aimé Pansard, 1640. Reliure de vélin blanc, dos lisse, titre manuscrit (reliure de l’époque). Inv. 277
  • Nevers (duc de), Les Remonstrances faictes l’an MDLXXIV au feu roy Henry III par Monseigneur le Duc de Nivernois et de Rethelois, pair de France … sur l’advisqu’il eut de SA Majesté vouloit aliéner de sa couronne les villes de Pignerol, Savillan, et la Perrouze pour les bailler à Monsieur le duc de Savoye…, Grenoble, Pierre Verdier, 1630. Reliure de vélin blanc souple, dos lisse muet (Burckhart, reliure pastiche).
  • Pape (Guy) et Chorier (Nicolas) (trad.), La jurisprudence du célèbre conseiller et jurisconsulte Guy Pape dans ses « Décisions »…, Paris, Jean Certe, 1692. Reliure de veau marron, dos à nerfs orné, pièce de titre dorée sur cuir fauve, tranches rouges (reliure de l’époque). Inv. 856
  • Parlement de Dauphiné, Continuation des ordonnances … faictes sur le reiglement de la justice et procès …, Lyon, Martin de Tour (et se vendent à Grenoble, chez Jean Martin), 1550. Reliure de basane flammée, dos à nerfs orné (reliure moderne, pastiche du XVIIe siècle). Provenance : Chomel (ex-libris ms., XVIe siècle) ; Dr. André Dénier (ex-libris). Maignien, 16. Inv. 832
  • Parlement de Dauphiné, Ordonnances de la Court du Parlement de Daulphiné faictes sur la modération des fraiz de justice…, Lyon, Jean Pidier, 1547. Reliure de basane flammée, dos à nerfs orné (reliure moderne, pastiche du XVIIe siècle). Provenance : Chomel (ex-libris ms., XVIe siècle) ; Dr. André Dénier (ex-libris). Baudrier, XII, pp. 223-224. Inv. 832
  • Parlement de Dauphiné, Règlement fait … pour la reformation des formalitez de justice…, Grenoble, Antoine Verdier, 1669. Cartonnage bradel blanc façon vélin. Provenance : Charles Jaillet (Vienne) (tampon humide) ; fonds J.-E. Savigné (tampon humide). Non recensé dans Maignien. Inv. 20
  • Parlement de Dauphiné, Recueil des Edits, Déclarations, Lettres-Patentes & Ordonnances du Roy, Arrêts des Conseils de Sa Majesté et du Parlement de Grenoble, concernans en général & en particulier la Province de Dauphin…, Grenoble, Alexandre Giroud, 1689-1690. Inv. 1887

[4] Voici quelques titres médicaux dauphinois dans mes rayons :

  • Massard (Jacques), Panacée, ou discours sur les effets singuliers d’un remede…, Grenoble, « chez l’auteur », 1679. Reliure de basane marron, dos à nerfs orné, tranches mouchetées rouges et grises (reliure de l’époque). Bien complet de la planche hors-texte. Provenance : Duquet (ex-libris ms. : « Ce livre appartient au sieur Duquet, de la compagnie de Mr. le Marquis de Lüllers ») ; Ladoucette (ex-libris ms. : « Ladoucette, bon garçon demeurant à Nancy ») ; notice de catalogue (vers 1930-1950, décrivant l’exemplaire avant sa restauration et le donnant pour « très rare » au prix de 800 frs.) ; docteur André Dénier (ex-libris). Maignien, 679. Inv. 833
  • Villars (Dominique) et alii, Mémoire sur une fièvre putride soporeuse, qui a régné à l’Hôpital Militaire de Grenoble, depuis le 10 Ventôse, jusqu’au 10 Germinal suivant…, Grenoble, Veuve Giroud et fils, 1797. Reliure de basane flammée, dos à nerfs, titre doré, tête dorée, non rogné (reliure moderne). Provenance : Dr. André Dénier (ex-libris). Inv. 947

[5] Voir le très bel article de Théo Blanchard,  « Les inondations de 1733 et 1740 à Grenoble : l’évolution de la résilience dans l’après catastrophe », dans Environnement Urbain, 2, 2008, pp. 73–89 (disponible en ligne).

[6] Par une curieuse et tragique coïncidence, les deux fils de François Blanc moururent l’année même des grandes inondations, respectivement le 27 décembre 1733 et le 22 juillet 1740…

[7] Voir Blanc la Goutte, poète de Grenoble, œuvres complètes, présentées et traduites par Gunhild Hoyer et Gaston Tuaillon, Grenoble, « Le Monde Alpin et Rhodanien », année 2002, 4e trimestre. L’introduction, revenant sur la question de l’identité de l’auteur, est disponible en ligne.

[8] Premier fils de Louix XV, le dauphin Louis avait vu le jour le 4 septembre 1729 : sa venue au monde avait été célébré et fêté dans toutes les villes du royaume. Pour Grenoble, ce fut entre le 24 et le 27 septembre, plus deux bals les 29 septembre et 2 octobre.

[9] Exemplaire Couturier de Royas et Génard (vente, mai 1886, n° 67). Passé sous le n° 161 de la vente Dénier (Grenoble, Blache, 16 octobre 2000), il fut adjugé 4’500 francs. Relié en maroquin rouge par Chambolle-Duru, l’exemplaire contient la lettre signée « De Lorme », indiquant que l’exemplaire « est le premier qui sort de chés l’imprimeur ».

[10] E. Maignien, L’Imprimerie…, op. cit., n° 1069.

[11] E. Maignien, L’Imprimerie…, op. cit., pp. LXV-LXVI.

[12] E. Maignien, L’Imprimerie…, op. cit., pp. LXVIII-LXIX.

[13] E. Maignien, L’Imprimerie…, op. cit., p. CXII.

[14] Actif sans doute après le début du XIXe siècle, il ne figure pas dans Maignien (L’Imprimerie…). Le nom de Courenq fils apparaît encore en 1828 dans L’Annuaire des imprimeurs et des libraires de France, à côté d’un Courenq implanté à Mâcon. Il apparaît également dans la Liste générale des brevetés de l’Imprimerie et de la Librairie (Empire et Restauration), document qui le prénomme bien Jean-François (alors que les deux Mâconnais enregistrés se prénomment Jean-Baptiste et Philibert).

[15] Il existe manifestement quelques très rares exemplaires anopistographes sur papier de Chine, tant de la première que de la seconde partie. Une exemplaire est passé au catalogue X de la librairie Anne Lamort (2001).

[16] L’exemplaire personnel de George Sand passa au catalogue de la librairie Morgand (nov. 1893, n° 18493).

[17] L’historien dauphinois Adolphe Rochas assénait ainsi avec condescendance que « la vulgarité [des poésies de Blanc] ne se rachète que par une assez grande variété de détails et beaucoup d’expressions heureuses », un jugement repris par son collègue Auguste Prudhomme en termes presque similaires, parlant de « Blanc la Goutte, auquel on doit le Grenoblo Malhérou, le Dialoguo de le quatro Comare, et plusieurs autres pièces, dont la médiocrité est à peine rachetée par quelques expressions heureuses, par quelques ingénieuses images ». Quant à Jean Lapaume, dans le dernier tome de son Anthologie nouvelle autrement Recueil complet des poésies patoises des bords de l’Isère (Grenoble, Prudhomme, 1866), se montre impitoyable envers Blanc la Goutte, qu’il estime nettement inférieur à Laurent de Briançon et Jean Millet, les deux autres grands noms de la poésie patoisante grenobloise. Doit-on s’en étonner lorsqu’on constate qu’il juge ce poète boutiquier à l’aune des préceptes classiques de l’Art poëtique de Boileau ?

Vue d’ensemble, de gauche à droite : « Recueil… » de 1741 ; édition Pilot de Thorey, 1859 ; deux exemplaires de l’édition Courenq ; édition Cuchet ; édition « s.l.n.n.n.d. ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.