MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (38) : ÉCRIRE DANS LA BOUE DES TRANCHÉES

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (38)

 ÉCRIRE DANS LA BOUE DES TRANCHÉES

L’exposition Guerre et Paix, organisé en partenariat avec l’ONU et le Comité international de la Croix Rouge, vient de refermer ses portes le 1er mars à la Fondation Martin Bodmer, après un très grand succès critique et public. Parmi mes quelques prêts pour l’exposition reviennent dans mes rayons quelques documents en rapport avec le romancier et « poilu » Henri Barbusse (1873-1935), à savoir l’édition originale de son livre Le Feu – Journal d’une escouade (Prix Goncourt 1916) et surtout plusieurs lettres inédites de la correspondance qu’il entretint en 1915, depuis les tranchées, avec sa marraine de guerre. Occasion de revenir sur l’un des grands romans de guerre français, un livre que l’auteur pacifiste tira d’une véritable expérience du combat et qu’il dédia « à la mémoire des camarades tombés à côté de moi à Crouy et sur la cote 119 ».

I. Des débuts littéraires en fanfare

La carrière littéraire d’Henri Barbusse commença très précocement, dès 1892, après sa participation à un concours de poésie lancé par le journal L’Echo de Paris, dirigé par Catulle Mendès (ancien poète parnassien et gendre de Théophile Gautier). Fort bien reçu dans le milieu des lettres parisien, il se lia d’amitié avec certains des grands noms du moment, comme Marcel Schwob (qui lui dédicaça un exemplaire de ses Mimes en 1894 : voir Mélanges 29 – Du rififi autour d’une édition avortée) ou le poète académicien François Coppée, qui écrivit à un ponte du Figaro (sans doute le rédacteur en chef et directeur Fernand de Rodays) pour lui recommander « un jeune poète de talent que j’aime beaucoup, M. Henri Barbusse ».

François Coppée, carte autographe signée à Fernand de Rodays (?), La Faizière, 26 juin [1895 ?]. Inv. 2622

En 1895, le jeune débutant, âgé de seulement vingt-deux ans, sortit chez Charpentier son premier ouvrage, un recueil poétique intitulé Les Pleureuses. Le présent exemplaire fut offert à l’avocat et journaliste Léon Roger (1859-1928), dit Roger-Milès. D’abord professeur au Collège Rollin, il devint par la suite avocat près la cour d’appel, tout en poursuivant une carrière littéraire et journalistique. Directeur de la revue Le Parnasse à partir de 1878, puis directeur-fondateur du Monde poétique entre 1884 et 1888, il était un critique en vue, écrivant pour Le Figaro, Le Soir, Le Temps, Le Gaulois ou la Revue des Deux Mondes, bref la plupart des quotidiens ou périodiques parmi les plus éminents. On comprend que le jeune Barbusse se soit empressé d’offrir son premier livre à un tel manitou du monde des lettres !

Henri Barbusse, « Pleureuses », Paris, Charpentier, 1895, édition originale. Inv. 2566
Henri Barbusse, « Pleureuses », Paris, Charpentier, 1895, édition originale, exemplaire du critique  Roger-Milès avec envoi autographe. Inv. 2566

Après ce premier coup d’éclat, Barbusse va suivre pendant plusieurs années la voie du journalisme. Abandonnant la poésie, il livra en 1903 un premier roman aux accents bibliques, Les Suppliants, une œuvre symboliste curieusement composée en vers et qui passa inaperçue. Cinq ans plus tard, en revanche, son deuxième opus, L’Enfer, déclencha un scandale qui assura son succès. Il y avait de quoi choquer la société Belle-Epoque (pourtant souvent fort libre, quoiqu’on en dise, malgré le corset des apparences sociales). Œuvre naturaliste très remontée contre la société et ses convenances, le livre mettait en scène un trentenaire blasé, employé de banque à Paris, qui distrait l’ennui de son existence en guignant à travers une fissure la vie quotidienne de la chambre d’à-côté. Inutile de dire que les pratiques en usage dans cette respectable pension de famille teintent le récit d’une forte coloration érotique ! Le roman déchaîna les passions, conspué par certains, loué par d’autres (au nombre desquels Anatole France et Maeterlinck). Il imposa en tout cas le nom de Barbusse comme l’un des auteurs marquants de son temps.

II. Une correspondance de tranchées (1915)

En dépit de ses sentiments pacifistes déjà très marqués à l’arrivée de la guerre, Barbusse va, dès le déclenchement des hostilités en août 1914, s’engager volontaire pour la durée de la guerre, en premier lieu pour lutter contre l’impérialisme allemand et en protéger son pays. Déjà âgé de 41 ans, souffrant de problèmes pulmonaires, il n’était pourtant pas appelable sous les drapeaux. Après une incorporation à Melun puis Albi, il est versé au 6e bataillon du 231e régiment d’infanterie et rejoint le front le 21 décembre 1914.

Le soldat Henri Barbusse en 1916. Photo DR

Arrivé dans la région de Soissons, il participe d’emblée à la bataille de Crouy (8-15 janvier 1915), durant laquelle il monte à l’assaut d’une tranchée allemande à la baïonnette et subit un violent bombardement. Son courage lui vaut d’être promu soldat de 1ère classe et de se voir proposer une mutation au 67e régiment territorial, en arrière des lignes, ce qu’il refuse (de la même manière qu’il rejette un peu plus tard sa nomination au grade de caporal). Début mai 1915, on le retrouve en Artois, son régiment mis en réserve effectuant des travaux de terrassement et de défense. Le 8 juin, Barbusse reçoit la croix de guerre avec une citation à l’ordre de la brigade. Mais deux jours plus tard, il est victime d’une crise de dysenterie qui l’affaiblit : on le nomme alors brancardier de compagnie. Dans ces nouvelles fonctions, il assiste à l’offensive du 25 septembre, suivant l’avancée des troupes sous la mitraille. Pour s’être porté volontaire à cette tâche dangereuse, il reçoit le 15 octobre  une nouvelle citation, cette fois à l’ordre de l’armée : « D’une valeur morale supérieure, s’est engagé pour la durée de la guerre. S’est toujours offert spontanément pour toutes les missions dangereuses, et notamment pour aider à installer, sous un feu violent, un poste de secours avancé dans les lignes qui venaient d’être conquises sur l’ennemi ».

Hôpital de campagne à Herleville (Somme), un des villages français martyrs de la première Guerre mondiale. Photo vers 1915 ? Archives ND

Mais la dysenterie continue à le travailler et, de plus en plus malade, il doit abandonner son poste de brancardier le 18 novembre 1915 : il est alors versé au 8e régiment territorial, pour des travaux de terrassement et d’aménagement. En janvier 1916, il est nommé secrétaire à l’état-major du 21e corps d’armée, dans le secteur de Verdun, ce qui lui vaudra de remonter au front, mais pour de courtes périodes, le plus clair de son temps se passant ensuite en hôpital militaire (à Chartres, puis Plombières), jusqu’à sa réforme définitive le 1er juin 1917.

Durant son séjour au front, Barbusse a entretenu une correspondance assidue avec son épouse Hélyonne Mendès (1879-1955, fille du poète parnassien et homme de presse Catulle Mendès et de la compositrice Augusta Holmès). Ces Lettres de Henri Barbusse à sa femme (1914-1917) ont d’ailleurs été publiées en 1937, deux ans après la mort de l’auteur, chez Flammarion. Mais Barbusse avait aussi une « marraine de guerre » en la personne d’une amie parisienne, Jeanne Charrot, qu’il connaissait depuis au moins 1910. Journaliste, elle devint proche des milieux dadaïstes après-guerre. N’ayant aucun parent ou proche au front, Jeanne Charrot décida, comme beaucoup de femmes dans le même cas, de soutenir tout de même un « poilu » en la personne de son ami Barbusse. L’auteur poursuivit donc une correspondance régulière avec son amie, décrivant les conditions matérielles de la vie du soldat Barbusse (tabac, vêtements, etc.), cette « vie monotone et bête qu’on mène ici », son besoin d’extrait de coca pour stimuler l’organisme épuisé, les morts (« Oui, hélas, il y a beaucoup de disparus. Chaque jour presque m’apprend qu’un nom que je connaissais et j’aimais et rayé de la liste des vivants ! »), mais évoquant aussi un roman en gestation : le futur Le Feu.

Une partie de cette correspondance entre Henri Barbusse et Jeanne Charrot (soit 41 pièces) est aujourd’hui conservée à la bibliothèque de l’Arsenal (sous la cote Ms. 14702), mais une part non négligeable en a été dispersée lors de différentes ventes aux enchères, notamment vers 2012-2013. J’ai pour ma part pu acquérir, pièce par pièce, une série de douze lettres datant de 1915, qui viennent donc compléter le fonds conservé à l’Arsenal. En voici les reproductions et transcriptions, accompagnées d’autres lettres de même provenance passées dans des ventes récentes.

FONDS « PETITE BIBLIOTHÈQUE »

« [6 janvier 1915] Je reçois ce matin deux lettres exprès de vous et deux parquets merveilleux. Je vais très bien. Je supporte admirablement l’existence du front. Je dors admirablement, et grâce à vous, je mange à la perfection. Je me nourris surtout de lait, de thé, et lorsque je le puis, de viande blanche et légère. Je n’ai besoin de rien, chère amie, pour le moment, en plus de votre amitié qui me soutient et me ravit. Soyez sûre que je pense de vous ce que vous pensez de moi et que je vous suis bien fidèlement dévoué. H.B. Nous avons présentement quitté la tranchée et sommes au repos, cantonnés dans un village autre que je vous l’ai dit. C’est presque la vie des grandes manœuvres ». Inv. 1988

« 17 janvier [1915]. Chère amie, je profite d’un courrier extra rapide pour vous envoyer un mot. J’ai reçu un admirable capuchon (c’était juste ce qu’il ne fallait) et une provision éblouissante et attendrissante de maryland. Mais vous ne m’avez pas, n’est-ce pas, envoyé de brosse à moustaches, et élixir parégorique ? Je le dis en cas de perte. Je suis très ennuyé à cause de vous. Vous ne vous êtes pas suffisamment soignée – et la bonne bronchite a suivi. Au moins tâchez, de grâce, de vous soigner. Et Paul ? Revenez-vous ou reviendrez-vous près d’eux ? Parlez-moi de vous. A la hâte à cause du courrier extraordinaire : une mami qui va à Paris. Vôtre, Henri Barbusse » Inv. 1986

« 25 janv. 1915. Chère amie, je finis demain mardi mes 4 jours de tranchée. 4 jours de repos au cantonnement vont suivre, où l’on va dormir et se restaurer. J’ai l’intention pendant ces périodes de calme, de reprendre mon roman. Je travaillerai dans quelques coins de cuisine, une heure ou deux par jour. Je vous serais très obligé si vous vouliez bien m’expédier chaque semaine un flacon de 60 francs d’extrait fluide américain de coca (à la Pharmacie de la rue du Havre, on en a d’excellent). Pris à petites doses, cela remplace le café ou le thé, et même mieux, ça nourrit et fortifie en même temps . Merci ma chère petite, et bien affectueusement à vous, Henri Barbusse. J’écris dans l’ombre et [XXX] car on emporte les lettres. ». Inv. 1977

« [27 mars 1915] Bonjour, chère amie. Encore un nouveau cantonnement. Voulez-vous être assez gentille pour me [XXX] d’un flacon de coca et de charbon de chaufferette japonaise ? Vais bien. Vous aussi tout à fait, n’est-ce pas ? Bien des choses à Bady, je vous prie, votre Henri Barbusse » Inv. 1987

 

« 18 avril 1915. Chère amie, me voici de retour aux tranchées après une période longue de repos interrompue seulement par des exercices fastidieux et les alertes dont je vous ai parlé. Ne craignez point que je m’habitue à ce coca. Je n’en prends plus que des petites doses, de temps en temps, lorsqu’il y a un effort à fournir, et j’en donne autour de moi. C’est pour cette raison même que je n’en ai plus et que je vous demande de m’en envoyer dare-dare, chère amie. J’ai renoncé à travailler ici. Plus tard, plus tard ! Allez-vous tout à fait bien, vous ? Votre Henri Barbusse » Inv. 1978

« 19 mai 1915. Chère amie, j’ai le paquet de linge et de cigarettes. J’ai bien reçu les autres et vous en ai écrit. Mais je vois que les lettres ont subi des bouleversements et des arrêts dans leurs cours – par suite de notre changement de direction et sans doute du désir qu’on avait de ne pas divulguer des mouvements. Pourriez-vous ne pas vous décourager de mon silence et continuer à m’écrire sur vous et vos occupations ! Cela m’intéresse et me repose dans la vie monotone et bête qu’on mène ici. Tous les régiments font beaucoup de travaux de terrassement pour aménager les nouvelles [XXX]. C’est un métier dur et boueux par le temps qui court ! Au revoir, ma bonne amie, et bien affectueusement à vous, Henri Barbusse » Inv. 1979

« 22 juin 1915. Ma chère Jeanne, cette lettre est une lettre témoin destinée à constater si la distance ici-mairie de l’Elysée est plus longue pour mes missives que la distance ici-avenue Montaigne. En plus de cette mission [sportive ?], cette carte vous portera mes affectueuses amitiés et vous suppliera, comme l’autre, de ménager vos forces et votre santé. Songez à ceux qui ont besoin de vous ! Je profite aussi du voyage de ladite lettre pour lui confier un portrait de moi effectué dans des conditions un peu macabres. Vous seriez mille fois [XXX] de m’envoyer coca en même temps que colis gentiane promis. Votre Henri Barbusse » Inv. 1980

« 25 juin 1915. Chère petite amie, je reçois ce matin un papier à lettres charmant et combien utile ! Dans ce patelin perdu où nous sommes pourtant considérés comme au repos ! Je suis ravi de ce paquet avec son trésor de maryland, perfectionnée de 106 [XXX]. J’espère que vous avez reçu mes dernières lettres, mais je n’en suis pas plus sûr que cela, car de grosses lacunes se sont faites dernièrement dans ma correspondance, ce qui est drôle, mais qu’y faire. Nous allons ce soir à la tranchée. Après nous aurons, nous assure-t-on, un repos plus long. Avez-vous eu ma photo, et mes demandes (coca et adresse Bailby, notamment). Dites-moi vite comment vous allez, ma chère enfant. Votre ami fidèle, Henri Barbusse. Annie n’a pas l’air de ne pas recevoir mes lettres elle non plus ! Je n’ai rien d’elle depuis longtemps » Inv. 1981

« 4 août 1915. Mais oui, mon enfant, j’ai eu la lettre où vous en parlez de votre [XXX] votre bonne et saine constitution, le séjour que vous projetez à la campagne suivra net tout cela et remettra les choses en l’état, dans le bel état d’avant. Moi je continue à aller mieux [XXX] excellent exemple. Je ne retournerai pas aux tranchées avant une dizaine de jours [XXX]. Annie m’a écrit qu’elle va faire un petit tour avec vous dans les petits patelins [XXX] aux environs de Limoges [?]  et je me plais à vous évoquer toutes les deux dans un aimable décor rustique, oubliant la vie parisienne et surtout les fatigues que vous y avez subies. Je sais bien que [XXX] dont vous parlez. [XXX] Oui, j’écrirai un petit mot Bd Kellermann [?] et un autre petit avenue Van Dyck. Bien affectueusement à vous, ma chère enfant, Henri Barbusse » Inv. 1982

« [s.d.  : vers le 10 août 1915] Chère amie, un mot à la hâte, pendant une étape d’une marche. J’ai reçu deux fois des cartes postales m’annonçant votre arrivée et les péripéties d’icelle. Je suis ravi que vous soyez dans une campagne qui vous plait et qui, d’après ce que me disent et me montrent vos cartes, est fort jolie. Si vous voyez Demuny [? ou Donnay ?],  ce qui est en effet une gentille et excellente [XXX], dites-lui bien des choses de ma part. Portez-vous bien – et pour cela reposez-vous, allégez-vous l’esprit, laissez-vous aller à la belle nature qui est si tranquille. Je fais ce vœu de tout mon cœur, en vous serrant les mains. Votre H.B. » Inv. 1985

« 18 août 1915. Chère amie, Hum ! ce n’est pas très fameux, cette santé ? Votre lettre m’a, à ce propos, très désagréablement surpris. Je croyais que vous aviez triomphé des insidieux ennuis de la maladie, et je constate que ce n’est pas tout à fait fini. Il faut encore, pour vous aussi, ma chère enfant, de la patience et de l’attente – comme sur toute la ligne ! Puissiez-vous avoir suffisamment de résolution et de ténacité pour savoir vous dorloter longtemps ! J’espère qu’Annie vous y obligera. Envoyez-moi la coca que vous avez. Elle sera, en ce moment, la bienvenue, et plus tôt elle viendra, meilleure elle sera. A part ça, je n’ai besoin de rien, et suis riche, très riche pour longtemps. Le contrôle épistolaire n’a pas persisté, ainsi que je vous l’ai déjà fait savoir. Des affiches relatives à ce contrôle ont été apposées réellement. Il a dû se passer quelque chose en haut lieu – et finalement, on a rapporté la mesure. Tant mieux, hein, car ce n’était pas drôle du tout, ce passage au crible, et il y avait pour conséquence des cartes postales rares et étiques. Et voilà. Ici, c’est la vie de cantonnement. Je vous ai déjà parlé de ce petit bois à l’orée duquel sont nos tentes et nos trous. La dernière fois, je couchais sous une grande voiture ; cette fois, la voiture est plus petite, mais je couche dedans – sur un brancard à blessés. On dort fort bien dans cette sleeping-charrette. Tout autour de moi, il y a des installations de cuisines, de forges, et autres ateliers en plein air. C’est pittoresque, mais peu confortable, à cause de la pluie. Nos tentes sont traversées par les averses, et on remplit des seaux et des marmites en dirigeant vers ces ustensiles le dégoulinage des toiles tendues sur des piquets. Et de la boue, ah ! ça, comme pas ordinaire ! Au revoir, ma chère amie, et bien affectueusement à vous, Henri Barbusse » Inv. 1983

« 15 oct. 1915. Chère amie, j’ai reçu votre lettre attristée. Oui, hélas, il y a beaucoup de disparus. Chaque jour presque m’apprend qu’un nom que je connaissais et j’aimais et rayé de la liste des vivants ! Présentez à votre belle-sœur mes respectueuses condoléances avec mes souvenirs sympathiques. Vous êtes bien gentille de m’écrire si souvent. Moi, dans les difficultés que me fait éprouver l’existence des tranchées vécue en ce moment, j’écris le plus souvent possible. Je vais bien ma chère amie et après vos copieux envois joins à ceux d’Annie, je n’ai plus besoin de rien du tout. Que de nouvelles et surtout de bonnes nouvelles de vous. Votre  Henri Barbusse. Je vous écris à Paris : à cause du temps que mettent les lettres. Je pense que vous y serez quand ceci arrivera » Inv. 1984

Ces lettres ont été montrées pour la première fois en public dans le cadre de l’exposition Guerre et Paix à la Fondation Martin Bodmer, donnant lieu à la publication d’une notice de présentation dans le catalogue éponyme paru aux Editions Gallimard.

AUTRES PROVENANCES (HORS ARSENAL)

« [19 mars 1915] Le tabac et le papier à cigarettes sont venus à point, mais halte, mon enfant, halte. Si vous avez vraiment en réserve du lait condensé et du potted ham, envoyez-m’en – mais je vous en supplie, n’en achetez pas exprès pour moi, hé ? De même pour la lampe électrique, car je puis vous le dire, l’autre, nonobstant des réparations successives, n’a jamais marché. Sa mauvaise volonté était telle que j’ai dû, à mon grand regret, me séparer d’elle. Il a eu un mot aimable de Rachel Boyer… ». Prov. : vente Lettres et manuscrits autographes, Ader, Paris, 14 avril 2015, n°67.

« [17 mai 1915] Barbusse est touché de son insistance à s’informer de ses besoins : « Depuis, vous avez reçu sans doute mes mots réclamant chemise, chaussettes, rouleaux de pellicules Kodak 4½/6 et carré toile émeri fine. Je ne vois rien d’autre, et m’excuse, chère enfant, d’être si peu exigeant !!! J’ai eu la coca qui m’a rendu service et que je tiens précieusement en réserve. La noix de jambon, la kola carnée etc. m’ont été plus qu’utiles. Peut-être bien après tout, un paquet de tabac Maryland … ». Prov. : vente Lettres et manuscrits autographes, Ader, Paris, 14 avril 2015, n°67.

« 26 juin [19]15 (…) Mon régiment et même mon escouade ont passé par de durs moments : ce secteur est terrible. Je n’aurais pas été brancardier et, en plus, indisponible, que j’étais sûrement tué cette fois-ci. À quoi tiennent les choses ? Ma crise de dysenterie m’a, sans aucun doute possible, sauvé la vie ! ». Prov. : vente Lettres et manuscrits autographes, Alde, Paris, 7 juin 2019, n° 117

Henri Barbusse, lettre autographe signée à Jeanne Charrot, 26 juin 1915.

III. Un livre devenu mythique : Le Feu (1916)

Selon certaines sources[1], Henri Barbusse aurait commencé l’écriture de son roman Le Feu seulement à partir de début 1916, lorsque, loin du front, son travail de secrétaire d’état-major lui en laissait la possibilité. Il indique dans une lettre du 26 janvier 1916 « amasser des lignes », puis parle dans un courrier du 19 mars suivant d’un ouvrage : « mon livre sur la guerre n’est pas nouveau, oh non ! Il s’agit de décrire une escouade de soldats à travers les diverses phases et péripétie de la campagne ». En réalité, on l’a vu notamment par les lettres à Jeanne Charrot, le livre est en gestation dès l’année 1915, ce que prouvent aussi les carnets de Barbusse conservés à la Bibliothèque nationale de France. L’auteur avait en effet tenu dans les tranchées un calepin dans lequel il nota ses expériences du combat, les expressions des poilus, ainsi que des esquisses de texte.

Henri Barbusse, Carnet de guerre contenant des notes pour « Le Feu » (1915-1916), Bibliothèque nationale de France, NAF 16482 . Source : Gallica

Une première version du roman est écrite pour le journal L’Œuvre de Téry, qui la publie en une centaine de feuilletons entre août et novembre 1916. Puis Barbusse reprend son texte et le retravaille pour en faire un véritable roman. Abordé en septembre par les frères Fischer, les commerciaux des Editions Flammarion, les négociations préliminaires prévoient un tirage à 4’000 exemplaires. Finalement, l’édition originale n’est tirée qu’à 800 exemplaires (plus 33 ex. de tête sur Japon impérial et 165 ex. sur Hollande), mais en contrepartie d’un « lancement de publicité tel qu’aucun maison d’édition n’en a sans doute fait pour aucun volume depuis vingt ans » (pour reprendre les termes d’une lettre d’Ernest Flammarion aux frères Fischer le 3 avril 1917). En dépit des aspects quelque peu polémiques et pacifistes du texte, le roman obtient le visa de la censure le 27 novembre 1916, puis reçoit triomphalement le Prix Goncourt le 15 décembre suivant.

Henri Barbusse, « Le Feu (Journal d’une escouade) », Paris, Flammarion, 1916, édition originale. Inv. 2404

Ainsi lancé par l’obtention du Goncourt et par une campagne publicitaire à grande échelle, le roman devient rapidement un best-seller dont le succès ne se démentira plus[2], en dépit de quelques critiques grognons (comme Maurras, qui, tout en reconnaissant son talent, accuse l’auteur d’utiliser le vécu des combattants pour faire passer ses idées). Fin janvier 1917, deux mois après la sortie, 45’000 exemplaires se trouvent déjà écoulés ; il s’agira de 135’000 au mois de juillet suivant, de 200’000 en juillet 1918, de 350’000 en 1924. En 1935, l’année même de la mort de l’auteur à Moscou, l’ouvrage avait été traduit en 60 langues de par le monde[3].

Henri Barbusse dans les années 1930. Photo DR

Parmi les réactions de lecteurs anciens combattants figurait celle d’un certain Robert Carré qui découvrit le roman dans les tranchées et raconta son expérience directement à l’auteur : « Votre Feu a été la révélation, le messie attendu. Tous ceux qui ont vu, qui ont senti l’épouvante de la luette de la chair contre le fer et le feu, tous ceux qui ont vu la détresse de l’être humain obligé de se garantir contre la mort victorieuse souhaitaient, avec quelle ferveur !, le livre qui nous est venu. Enfin, avons-nous pensé, celui-là écrit ce que nous pensons » (lettre citée par citée par Benjamin Gilles, Lectures de poilus : livres et journaux dans les tranchées (1914-1918), 2013, note 57). Il se trouve que j’ai pu mettre la main par hasard sur la lettre de réponse de Barbusse, datant du 1er décembre 1917 : « Mon cher camarade, je viens de lire votre admirable lettre dont la forme éloquente et la haute pensée m’ont profondément impressionné. Il serait à souhaiter que parmi ceux qui se groupent autour de nous, il y en eut beaucoup qui aient votre valeur et votre talent, sachant penser et parler comme vous le faites ! Je vous considère comme une recrue précieuse pour nous, et je vous serre fraternellement les mains, Henri Barbusse. »

Henri Barbusse, lettre autographe signée à Robert Carré, « Le Vertige », Alpes Maritimes, 1er décembre 1917. Inv. 1976

La parution et le succès du Feu, ainsi que le retour du front d’autres écrivains, vont susciter une importante littérature de guerre dans les mois et années suivantes, romans parmi lesquels on retiendra surtout Les Croix de Bois de l’ancien caporal Roland Dorgelès (1873-1985), sorti en 1919 et qui manqua le Goncourt de peu (coiffé au poteau par A l’ombre des jeunes filles en fleur de Proust[4]), mais décrocha finalement le Prix Femina.

Roland Dorgelès, « Les Croix de bois », Paris, Albin Michel, 1919, éditioin originale. Inv. 2405

Comme son confrère Barbusse, il fut en rapport avec l’ancien poilu Robert Carré, auquel il écrivit en 1925 ces mots de camaraderie et de souvenirs : « Arcachon. Mon cher camarade, votre lettre, si franche, m’a vivement touché. Le témoignage d’un ancien combattant est pour moi le seul qui compte. La muflerie générale doit nous rapprocher tous : serrons-nous les coudes, comme dans une phase d’attaque. Ah, Pontavert, où je cueillais du muguet, derrière les tranchées, en 1915… Mon cimetière est celui de Neuville St Wast, en Artois. Souvenirs dont mon cœur déborde encore, après tant d’années… Les 2 mains, Roland Dorgelès ». Au sein du 39e régiment d’infanterie de ligne, Dorgelès participa aux combats du bois du Luxembourg en février 1915 et à la deuxième bataille d’Artois dans le cimetière de Neuville-Saint-Vaast en juin 1915, entre autres, d’où cette allusion à cet épisode particulier dans son courrier.

Roland Dorgelès, lettre autographe signée à Robert Carré, Arcachon, [19 mars 1925]. Inv. 1975

Plus d’un siècle après sa parution, Le Feu – Journal d’une escouade demeure le roman français symbolique de la première Guerre mondiale et l’un des principaux récits de guerre mondiaux, une apologie vibrante de la paix par la description sobre, naturaliste et émouvante de l’horreur de la guerre, dans un quotidien de « poilu » éclairé par la correspondance de l’auteur avec sa « marraine ».

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 8 mars 2020

Lettres de tranchées d’Henri Barbusse et de « poilus » anonymes présentées durant l’exposition « Guerre et Paix » à la Fondation Martin Bodmer (2019-2020).

ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Poilus français au repos dans les tranchées. Source : Gallica

NOTES

[1] Voir notamment Jean Reulinger, Henri Barbusse, écrivain combattant, Paris, PUF, 1994.

[2] Sur cette question, voir Denis Pernot, « Henri Barbusse : faire du Feu un best-seller », dans Revue d’Histoire littéraire de la France, 117e année, No. 4 (oct.-déc. 2017), pp. 847-860.

[3] La première traduction, une version anglaise par Fitzwater Wray, parut dès 1917 chez J.M. Dent & Sons, sous le titre Under Fire.

[4] L’éditeur Albin Michel se paya le culot de faire paraître le volume avec la manchette « Prix Goncourt – 4 voix sur 10 » : la maison sera condamné pour cette action devant un tribunal à 2 000 francs de dommages et intérêts.

Quelques romans de la Grande Guerre en édition originale dans « une petite bibliothèque » : Barbusse, « Le Feu » (1916) ; Dorgelès, « Les Croix de bois » (1919), broché et dans une jolie reliure parlante de Guétant ; Maurois, « Les Silences du colonel Bramble » (1918). Quant à « La Guerre des boutons » (1912), elle rappelle la mort au combat de Louis Pergaud en 1915.

7 réflexions sur « MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (38) : ÉCRIRE DANS LA BOUE DES TRANCHÉES »

  1. brosse à moustache, et élixir parégorique [XXX]
    Lettre du 22 juin 1915 :
    destinée à constater — en plus de cette mission sportive (?)
    lettre du 4 août 1915 :
    Mais oui, mon enfant, j’ai eu la lettre…
    en l’état, dans le bel état…
    Limoges (?) et je me plais à vous évoquer toutes les deux dans un aimable décor rustique, oubliant…
    un petit mot Bd Kellermann (?) et avenue Van Dyck
    Lettre du 10 aout 1915 :
    Demuny (? ou Donnay ?), ce qui est une gentille et excellente idée,…
    reposez-vous, allégez vous l’esprit…

    1. Bravo et merci ! La letttre à demi-effacée du 4 août est une supplice pour les yeux : j’ai du y perdre 1/10e de vision à chaque œil 😉 Bien cordialement, Nicolas Ducimetière

      1. oui, je n’ai pas lu grand chose non plus 🙂 mais on doit pouvoir, en y passant les 10 prochaines années, trouver quelques syllabes supplémentaires 🙂

        1. 😀 Je ne vous donne pas tort ! J’avais demandé à notre photographe des éclairages variés pour tenter de rendre plus lisible ce courrier, mais en vain. Peut-être à la lampe de Wood ? En tout cas, le dossier n’est pas clos. Un très grand merci pour votre aide bienvenue ! Etes-vous vous-même particulièrement un amateur et connaisseur de Barbusse ? Je ne crois pas vous avoir vu évoquer cet auteur sur votre page FB. Bien cordialement à vous, Nicolas Ducimetière

          1. j’aime bien Barbusse, mais pas d’un point de vue bibliophilique – mais mes recherches modestes sur Doucet m’ont fait apprécier le déchiffrage d’écritures illisibles 🙂

    1. Un très grand merci pour cet apport ! Je dois avouer que certains passages m’ont donné du fil à retordre, entre l’écriture microscopique de Barbusse tu la qualité du crayon employé (l’un des courriers est presque entièrement effacé). N’hésitez pas à m’en faire part d’autres observations ! Très cordialement à vous, Nicolas Ducimetière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.