MONETA (23) : AU LARGE DU MOZAMBIQUE, LE “SÃO JOSÉ”

LE TRÉSOR DU SAÕ JOSÉ
(MOZAMBIQUE, 1622)

Tous les naufrages décrits jusqu’à présent dans ces billets étaient le fait de tempêtes (Atocha, Hollandia, …) ou d’erreurs de navigation (Santiago, HMS Association, …). Il est donc temps d’aborder une autre cause notable de ces tragédies, et non des moindres : les batailles navales. Encore faut-il que les bateaux impliqués aient transporté un trésor, et même un trésor constitué de « pièces de huit », puisque c’est bien autour de cette monnaie mythique des récits de pirates que tournent mes billets d’été. Or, c’est le cas du Saõ José, navire amiral portugais qui sombra à la suite d’un combat naval sur la route des Indes. Transportant de très importants fonds dans un but commercial, la flotte dont il faisait partie avait attiré la convoitise des ennemis du Portugal et de l’Espagne. Nous sommes le 22 juillet 1622, dans le canal du Mozambique…

I. Le bateau

Depuis l’expédition capitale menée en 1497-1499 par le navigateur Vasco de Gama (1469-1524) en direction des Indes via le cap de Bonne-Espérance et la circumnavigation de l’Afrique, la route maritime des épices est acquise au royaume du Portugal, qui a ainsi créé les bases de son empire colonial. Dès lors, chaque année, une puissante flotte, l’Armada de Índìa[1], va rallier depuis Lisbonne les comptoirs commerciaux fondés en Inde, en premier lieu la florissante Goa, capitale de l’Empire portugais en Orient et siège du vice-roi des Indes (conquise et annexée en 1510 par Alfonso de Albuquerque, la ville demeura portugaise jusqu’en 1961).

Carte de Goa, dans les “Itinéraires” de Linschoten, ca. 1590. DR

Dans les bazars de la ville et sur les quais du port arrivaient et se négociaient toutes les richesses de l’Orient : perles et coraux de Bahreïn, porcelaine et soie de Chine, épices d’Inde ou de l’archipel malais. Il fallait de l’argent, beaucoup d’argent pour permettre ces échanges : une somme équivalent à environ 100’000 cruzados d’or (soit environ 1’000’000 de « pièces de huit », autrement dit 30 tonnes d’argent[2]) quittait donc chaque année le Portugal vers les Indes à bord de ce convoi. Une proie bien tentante pour les états ennemis du Portugal ou pour des pirates…

La cité de Lisbonne, dans Braun et Hogenberg, “Atlas Civitates orbis terrarum”, v. 1590. DR

Le 18 mars 1622, l’Armada de Índìa annuelle leva donc l’ancre du port de Lisbonne pour entamer son long périple de six mois. En plus de la Capitânia (navire-capitaine) Santa Teresa de Jesus, commandée par le capitaine Dom Filipe Lobo, et de l’Almiranta (navire-amiral) São José, une grande carraque sous les ordres du capitaine Dom Francisco Mascarenhas, la flotte se composait de six autres navires : les nefs (nau) São Carlo (capitaine Francisco Lobo) et Saõ Tomé (capitaine Nuno Pereira), les galions (galeão) São Salvador (capitaine Gonçalo de Sequeira de Sousa) et Trinidate (capitaine Sancho de Tovar da Silva) et deux plus modestes pataches (commandées par Francisco de Sodré Pereira et Francisco Cardoso de Almeida).

L’ “Armada de Índìa” en 1507 selon un manuscrit de l’époque. DR

A bord de ces navires se trouvaient, selon les scrupuleux comptes de l’administration royale, un trésor équivalent à 142’000 cruzados d’or (une somme en hausse par rapport aux années précédentes qui avaient vu l’envoi de « seulement » 80’000 cruzados : il fallait remonter à 1617 pour trouver une somme supérieure). Si cette somme figurait en équivalent-or dans les registres, elle se composait en réalité de nombreux coffres de pièces d’argent, les fameuses « pièces de huit » ou « pièces de quatre » réaux espagnoles[3], connues et acceptées par les marchands partout à travers le monde en raison de leur pureté avérée. Il faut par ailleurs se souvenir que depuis 1580, la dynastie des Aviz s’étant éteinte tragiquement, le royaume du Portugal et ses colonies ont été réunis à l’Empire espagnol en une « Union ibérique » (qui durera jusqu’en 1640). Le commerce portugais aux Indes est donc nourri par l’argent espagnol qui provient en immense majorité de ses colonies américaines (Mexique, Pérou et Bolivie), comme nous le verrons : bref, la mondialisation n’a rien de nouveau !

“Pièces de huit” remontées de l’épave du “São José”. Cliché Arqueonautas SA

Mais la flotte de 1622 ne transportait pas qu’un trésor. Elle emmenait aussi aux Indes portugaises une personnalité de premier plan : dom Francisco de Gama (1565-1632), quatrième comte de Vidigueira, arrière-petit-fils du célèbre navigateur et découvreur de la route des Indes. A l’âge de treize ans, il avait participé, aux côtés de son père, à la désastreuse campagne du roi Sébastien du Portugal contre les Maures (été 1578). Lors de la bataille des Trois-Rois (ou d’Alcácer-Quibir), durant laquelle son père, le roi et une bonne partie de la noblesse portugaise perdirent la vie, il fut capturé et demeura prisonnier jusqu’en 1595.

Dom Francisco de Gama (1565-1632), quatrième comte de Vidigueira. DR

Pour autant, l’horizon de ce grand aristocrate ne s’était pas borné au Maghreb. En 1597, deux ans après sa libération contre rançon, il avait été nommé vice-roi et gouverneur des Indes une première fois. En dépit du manque de fonds et de navires, par une gestion efficace mais impopulaire (jugulant notamment la corruption), il était parvenu non seulement à assurer la défense de la ville-comptoir de Goa contre les maharajahs voisins, les pirates britanniques et les Moghols, mais surtout à conquérir et annexer l’île de Colombo. Il avait toutefois dû quitter son poste en 1600, devant le mécontentement de certains de ses puissants administrés. C’est donc un retour inattendu qu’opérait dom Francisco (il sera d’ailleurs le seul des 128 vices-rois et gouverneurs des Indes portugaises à accomplir deux mandats), mais le voyage ne se fit pas sans difficulté…

La cité de Goa, dans Braun et Hogenberg, “Atlas Civitates orbis terrarum”, v. 1590. DR

 

II. Le naufrage

L’Armada de Índìa devait respecter un calendrier de navigation précis. En effet, pour rejoindre les Indes sans effort depuis les côtes somaliennes, il lui fallait accrocher les vents de la mousson, soufflant du sud-ouest, directement vers le sous-continent, de mai à septembre. La navigation de la flotte le long de la côte occidentale de l’Afrique se passa sans difficultés particulières, du moins dans l’ensemble, car le São José rencontra des problèmes d’ordre médical, une épidémie (scorbut ?) frappant une part importante de son équipage, y compris le capitaine Francisco Mascarenhas et le pilote du navire. A bord se côtoyaient, dans une promiscuité terrible favorisant les maladies, aussi bien des membres de la noblesse que des condamnés envoyés peupler la colonie indienne. Chose très émouvante, on trouvait aussi parmi les passagers de nombreuses « orphelines du roi » (órfãs d’el-rei), des enfants ou jeunes filles dont les pères étaient morts au combat au nom de la Couronne. Dès 1545, le roi Jean III avait pris l’habitude de pensionner et de doter ces jeunes filles, nobles ou roturières (mais « blanches, catholiques et de bonne naissance » [autrement dit nées d’un mariage]), exigeant en contrepartie leur implantation aux Indes (les colonies manquant cruellement de femmes européennes)[4].

Frans Huys, gravure représentant une caraque portugaise, vers 1555-1556. DR The Metropolitan Museum of Art, New York.

Comme l’ordonnait son statut d’Almiranta (navire-amiral), le São José fermait la marche du convoi et assurait l’arrière-garde, tandis que la Capitânia, portant le vice-roi Da Gama, était en tête. Mais, au fil des jours, l’écart entre le São José et le reste du convoi se creusa tout de même inhabituellement en raison de l’équipage réduit du navire, ralentissant toute la flotte. Après avoir contourné le cap de Bonne-Espérance avec retard, deux voies s’offraient alors aux pilotes : la « route extérieure », avec une circumnavigation de Madagascar, ou la « route intérieure », par le canal du Mozambique, plus directe quoique plus dangereuse en raison de ses hauts-fonds (qui avaient provoqué le naufrage de la grosse nef Santiago en 1585). Pour ne pas manquer la mousson, on se décida pour ce second itinéraire et la flotte portugaise cingla en direction de l’île de Mozambique, qui marquait une étape importante de la route des Indes. On y trouvait notamment la forteresse São Sebastiaõ, hérissée de canons et au pied de laquelle avait été bâtie en 1522 la petite chapelle Nossa Senhora Baluarte, sans doute l’un des plus anciens bâtiments européens bâtis dans l’hémisphère sud.

Capela de Nossa Senhora Baluarte, construite en 1522 : il s’agit de l’un des plus anciens bâtiments européens construits dans l’hémisphère sud. DR

Soudain, dans la nuit du 22 juillet 1622, à l’approche de l’île, surgit l’imprévu : la « Flotte de défense » anglo-hollandaise. Après s’être livrés une guerre larvée pendant quatre ans, les deux pays, avides de se tailler des parts de marché en Orient (Inde et Asie du sud-est) pour leurs Compagnies des Indes orientales (créées respectivement en 1600 et 1602), s’étaient alliés en 1620 contre leur ennemi commun en ses eaux, rassemblant leurs navires pour « faire butin et saccage de tous les Portugais et Espagnols, où qu’ils soient rencontrés ». Cette campagne devait notamment provoquer la chute et la ruine de l’important comptoir portugais d’Ormuz, tombé en avril 1622, après trois mois de siège combiné des forces anglaises alliées aux Perses.

Johannes Vingboons, Bataille navale devant Goa entre les flottes portugaise et hollandaise, 1638. DR

Demeuré à la traîne, manœuvrant difficilement par manque de marins valides, le lourd São José devenait une proie facile pour les navires anglo-hollandais. Ils furent bientôt quatre à tourner leurs canons vers la caraque isolée. Le São Carlo vint à la rescousse, mais fut pris à partie par un autre bateau ennemi, un peu au nord du combat principal. La violente canonnade (« more shots into the embattled vessel than ever before recorded in a single-ship attack in the Indian Ocean ») se poursuivit toute la nuit et toute la journée du lendemain, mais, en dépit de sa résistance courageuse, le São José était virtuellement hors de combat au soir du 23 juillet. Très endommagé (le grand-mât s’étant brisé), son capitaine et plusieurs officiers toujours malades, son pilote et un nombre important de ses marins tués, le navire en fuite était désemparé. Les survivants décidèrent de gagner coûte que coûte l’abri de la côte. Mais un récif (aujourd’hui connu sous le nom de “Baixos Infusse”) se dressa sur leur route, au large de la bourgade côtière de Mogincual : touchant durement les roches, le São José endommagea sans recours sa quille et son gouvernail, devenant incontrôlable. Dans un dernier effort, l’équipage mouilla les ancres pour freiner le navire, mais l’eau était déjà trop profonde. Les canons furent passés par-dessus bord pour alléger le bateau percé de toutes parts, mais la caraque finit par se briser et par sombrer le lendemain.

Canon pointant au sommet des murailles du fort de São Sebastao, construit en 1558. DR

Ayant assisté aux difficultés de sa proie et laissant un de ses navires sur place pour suivre son agonie, la flotte anglo-hollandaise se tourna alors vers la Santa Teresa et le São Carlo. La poursuite s’acheva à proximité de l’île de Mozambique, où les deux bateaux portugais s’échouèrent sur le banc de sable de São Laurenço, sous la protection des canons du fort São Sebastião. Redoutant d’être coulés par les batteries de la forteresse, les navires anglais firent retraite et revinrent sur les lieux du naufrage du São José. Le drame fit au total 300 à 400 morts, mais la « Flotte de défense » put néanmoins sauver (et faire prisonnières) pas loin d’une centaine de personnes, dont les « orphelines du roi ». Selon les rapports portugais, l’équivalent de 68’000 cruzados avait pu être sauvé, ainsi que 124 personnes. Les Anglais, de leur côté, annoncèrent avoir récupéré l’équivalent de 68’553 cruzados, trésor ensuite réparti entre les quatre bâtiments de la flotte. Ces montants incluaient l’argent royal, mais aussi les sommes transportées pour des compagnies de commerce privées ou des particuliers.

Le vice-roi Francisco de Gama parvint finalement à rejoindre Goa. Plus aguerri, doté d’une force militaire mieux préparée, il parvint à défendre les possessions portugaises contre les attaques anglo-hollandaises, notamment Malacca (la ville malaise, prise par Alfonso de Albuquerque en 1511, devait finalement tomber aux mains des Hollandais en 1641). Mais il s’attira une fois encore beaucoup d’ennemis en interne : accusé de détournement de fonds et de négligences, il tomba en disgrâce aux yeux du roi Philippe III et fut rappelé au Portugal en 1628, cédant la vice-royauté à l’évêque de Meliapor, Don Luís de Brito et Menezes. Da Gama mourut en 1632 sur la route de Madrid, allant plaider sa cause auprès du roi. Quant à l’épave du Saõ José, elle attendit 382 ans pour qu’on la retrouve…

III. La découverte

Au début des années 2000, la société privée Arqueonautas[5] (basée à Funchal, Madère) conclut un accord de recherches sous-marines avec le gouvernement de la République du Mozambique[6], notamment dans la région côtière de la province de Nampula[7]. C’est le 27 septembre 2004 durant une prospection au magnétomètre que fut repérée l’épave d’abord nommée MOG-003.

Les zones du combat et du naufrage, le long des côtes mozambicaines. Vue satellite Google Map

Le site était en grande partie localisé au nord-ouest du récif Infusse (baixos Infusse), à une profondeur moyenne de 21 mètres, sur un fond de sable et de rochers épars. Une première reconnaissance des lieux par les plongeurs permit de découvrir rapidement trois canons de bronze, cinq de fer et pas moins de sept ancres, le tout étalé dans un champ de débris partant du récif et courant ensuite sur 4,5 kilomètres : le tracé de l’agonie du São José.

Fouilles aux alentours d’une des ancres du “São José”. Cliché Arqueonautas SA
Découverte d’un canon dans les eaux mozambicaines. . Cliché Arqueonautas SA

Les fouilles sur l’épave à proprement parler (environ 750 mètres carrés) débutèrent en mai 2005 et connurent trois saisons. Comme dans toute fouille se respectant, le site fut quadrillé, les objets repérés et cotés. Les pièces de monnaie, réunies et soudées en conglomérats compacts par l’oxydation et les alluvions, gisaient sous des couches de sédiment épaisses de 0,15 à 1 mètre. Comme toujours, en fonction de leur position dans ces « clumps », les pièces de huit étaient de qualité variable, allant d’un excellent état de conservation (« numismatic coins ») à de simples morceaux de métal précieux corrodé (« washers »), en passant par des monnaies abîmées mais encore lisibles (« eroded coins »). Au total, ce sont plus de 23’211 monnaies, pièces de huit (60 %) et de quatre (40 %) réaux, qui furent remontées des eaux.

Découverte d’une “pièce de huit” isolée sur le site de l’épave. Cliché Arqueonautas SA
Ensemble de “pièces de huit” oxydées et soudées en agglomérats, tout juste remontées du site de l’épave. Cliché Arqueonautas SA
Examen et tri des “pièces de huit” remontées de l’épave. Cliché Arqueonautas SA

L’étude d’un lot significatif de ces monnaies (7’525, issues des deux catégories les mieux préservées) a permis de tirer quelques enseignements statistiques. Il s’est ainsi avéré que les sources de ces monnaies étaient au nombre de trois, particulièrement équilibrées : le Mexique (39, 5 %), le Pérou/Bolivie (33,7 %) et l’Espagne (26,8 %). Les pièces espagnoles frappées à Séville et Tolède, de meilleure qualité de frappe, étaient de toute manière souvent faites à partir d’argent du Nouveau Monde. Il faut en effet se rappeler que les mines des colonies espagnoles d’Amérique produisaient chaque année 270 tonnes de métal précieux (dans la décennie 1590), alors que les mines allemandes, les plus productives d’Europe, plafonnaient à 20 tonnes annuelles (dans la seconde moitié du XVIe siècle). L’analyse métallurgique réalisée à partir de monnaies « lavées » a par ailleurs montré que la réputation de ces lourdes pièces n’était pas usurpée, révélant un argent pur à 95-97 %.

“Pièce de huit” (avant traitement) comportant la date 1622. Cliché Arqueonautas SA

Les millésimes déchiffrables donnaient une fourchette chronologique majoritaire entre 1600 et 1621, beaucoup de ces monnaies venant tout juste de débarquer du Nouveau Monde à la « Casa de Contratacíon » de Séville, avant d’être envoyées à Lisbonne. La découverte de ces agglomérats a également permis de résoudre la question du transport de ces trésors. D’après les trouvailles de terrain et les calculs postérieurs, les coffres en bois décrits par les sources anciennes (inventaires notamment) contenaient peu ou prou une somme de 20’000 réaux, divisée en sacs de 2’000 réaux, ce qui représente quand même un poids conséquent d’environ 70 kilos par coffre. Avec le poids de ce dernier, sans doute épais et ferré, on comprend qu’il ait été parfois difficile de pouvoir évacuer facilement ces avoirs lors de situations périlleuses, naufrage ou bataille navale…

Les mines de Potosi représentées dans les “Grands Voyages” de Théodore de Bry (Cologne, fin XVIe siècle). DR

La présente monnaie provient donc de l’atelier de Potosi, ouvert en 1573 pour frapper l’argent extrait des mines boliviennes du Cerro Rico, qui comptaient parmi les plus riches gisements d’Amérique du Sud (mais furent aussi un véritable enfer pour les mineurs qui y travaillaient, souvent contraints et forcés). Durant la période coloniale, plus 2 milliards d’onzas d’argent, autrement d’équivalents de pièces de huit, en furent tirés, faisant aussi la fortune de Potosi, que l’on disait être pavée avec des lingots d’argent.

“Pièce de huit” du “São José”, Potosi, entre 1581 et 1610, avers aux armes d’Espagne. Collection ND
“Pièce de huit” du “São José”, Potosi, entre 1581 et 1610, revers aux armes de Castille et de Léon. Collection ND

Bien que cette monnaie soit lavée et érodée (et je le voulais telle pour marquer les conséquences de son long séjour sous l’eau), on distingue bien, dans le champ à gauche des armes espagnoles, la lettre « P » désignant le fameux atelier. La lettre au-dessous donne pour sa part l’identité de l’ « essayeur » (ensayador), responsable du contrôle de la pureté du métal. Ce « B » était la signature de Juan Ballesteros Narváez, qui effectua une longue carrière à Potosi entre 1581 et 1605/1610, parfois assisté par son frère Hernando Ballesteros. Cette monnaie a donc été frappée dans les dernières années du règne de Philippe II (mort en 1598) ou au début du règne de son fils et successeur Philippe III. Il n’est pas si fréquent de pouvoir ainsi identifier l’essayeur des monnaies du São José : ainsi, dans le corpus des 2’041 monnaies boliviennes étudiées par Alejandro Mirabal, seules 1’115 étaient encore suffisamment lisibles et déchiffrables pour cela.

“Pièce de huit” du “São José” dans son coffret. Collection ND

Comme toutes les autres monnaies extraites du São José, cette « pièce de huit » a été encapsulée par la NGC (Numismatic Guaranty Compagny), une manie bien  américaine de vouloir préserver et authentifier les « collectibles » sous du plastique scellé… En quelque sorte, une forme de préservatif culturel : garanti sans risque pour l’objet aimé, mais sans contact direct et sensuel avec lui. Las, il faut en passer par là pour ces monnaies, qui se rattrapent par une présentation dans de beaux coffrets de bois laqué, portant le nom du São José et dans lesquels la monnaie apparaît sur un fond de velours bleu sombre : on est bien loin de l’époque lointaine où elles étaient entassées par lots de 2’500 dans de grands coffres ferrés pour traverser le monde, des Indes occidentales aux Indes orientales, mais finir parfois au fond des océans…

Nicolas Ducimetière
Sciez, 21 juillet 2019


Légende de l’image d’ent-tête : cité de Goa, dans Braun et Hogenberg, “Atlas Civitates orbis terrarum”, v. 1590. DR

BIBLIOGRAPHIE

Alejandro Mirabal, Spanish Coins in Mozambican Waters : The Numismatic Collection of the São José (1622), Funchal, Arqueonautas Worldwide, 2012.

 NOTES

[1] Pour un très fouillé et synthétique article à propos des différents aspects de la flotte portugaise des Indes aux XVIe et XVIIe siècles, voir cette page : https://howlingpixel.com/i-en/Portuguese_India_Armadas

[2] Un cruzado  d’or équivalant à 8,8 réaux d’argent.

[3] Les pièces de deux réaux et de un réal (singelos) étaient exclues de ces envois, car refusées par les marchands orientaux : les édits royaux les avaient par conséquent interdites d’emploi.

[4] Sur les « orphelines du roi », voir notamment : https://en.wikipedia.org/wiki/%C3%93rf%C3%A3s_d%27El-Rei

[5] Fondée en 1995, cette compagnie de recherches sous-marines a commencé son activité en proposant ses services au gouvernement des îles du Cap-Vert. Au cours des années suivantes, elle repéra et documenta une centaine d’épaves, procédant à douze campagnes de fouilles, notamment celle du vaisseau de commerce français Le Dromadaire, sombré le 19 février 1762. Plus de 10’000 objets et 65’000 monnaies furent récupérés, 70 % des premiers et 40% des secondes demeurant dans les collections publiques du Cap-Vert, exposés au Musée maritime national de Cidade da Praia.

[6] Ce genre d’accord n’est évidemment pas sans faire bondir quelques ayatollahs de l’archéologie publique, prompts à dégainer la « Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique » de l’UNESCO, conclue en 2001. Si ce texte est pétri de bons et beaux sentiments, il ignore toutefois, comme bien souvent, quelques réalités bien tangibles, à savoir que les véritables pilleurs d’épaves n’en ont strictement rien à cirer. Dans la mesure où de nombreux gouvernements de par le monde n’ont ni les compétences, ni les moyens (et ce dernier point englobe de nombreux pays occidentaux) de mener à bien des chantiers nombreux de sauvetage, le choix est donc de voir ces épaves se dégrader sous les coups de boutoir de l’océan ou être pillées sans vergogne. Sacré dilemme ! L’intervention de sociétés archéologiques privées sous mandat, avec préemption des pièces les plus intéressantes par l’Etat et concession contrôlée d’une partie des trouvailles pour commercialisation mais après étude, ne m’apparaît donc pas criminelle, mais pragmatique, alors même que les dépôts archéologiques de par l’Europe débordent à crouler et que certains archéologues prônent la destruction de certaines pièces pour régler la question (n’a-t-on pas vu, à Genève, des centaines de pilotis de villages palafittes préhistoriques être réimmergés dans les profondeurs du lac en 2013 par des archéologues en désaccord avec leur propre autorité de tutelle, le Conseil d’Etat de Genève ? Pour en savoir plus : https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Des-centaines-de-pilotis-lacustres-remis-au-lac/story/23773913).

[7] Les recherches dans les eaux territoriales du Mozambique ont débouché sur la découverte de trente-deux sites d’épaves, trois étant fouillés, dont un vaisseau de commerce portugais, la nau Espadarte, coulé en 1554 et contenant une importante cargaison de porcelaines Ming et douze kilos de pépites et de lingots d’or en forme de disques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.