MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (32) : AUTOUR DE “BEL-AMI” : UN ROMAN EN DESSINS

AUTOUR DE BEL-AMI : METTRE UN ROMAN EN DESSINS

Les cartons sont à présent déballés, les livres ont trouvé leur emplacement, les chemises d’autographes reposent dans de nouveaux tiroirs : il est temps de fournir de nouveaux “Mélanges tirés d’une petite bibliothèque”. Pour ce redémarrage, choisissons de l’inédit : autographe certes, mais graphique. Des dessins liés à l’un des plus célèbres romans de la fin du XIXe siècle : Bel-Ami, de Maupassant.

Le nom de cet artiste n’est pas parmi les plus connus de son temps, pourtant son œuvre autant que son destin méritent amplement de s’y arrêter quelques instants[1]. Voici un homme qui, témoin de la bataille de Sedowa en 1866 et de la défaite de 1870, passa encore à travers deux conflits mondiaux, voyant même une partie de son travail partir en fumée en 1944. En près d’un siècle d’existence, il côtoya tous les grands de son temps, tant artistes que politiques. Il faut dire qu’en dépit de son modeste patronyme, il avait de la branche…

Joseph Uzanne, Portrait de Ferdinand Bac en 1904 (dans ” Figures contemporaines tirées de l’Album Mariani”). BnF

Petit-fils du roi Jérôme Bonaparte (par la main gauche), Ferdinand Bac (1859-1952, de son vrai nom Ferdinand-Sigismond Bach) était de ce fait un petit-cousin de Napoléon III et fut élevé au sein de la Cour impériale. Son grand-père, le baron Sigismond-Ferdinand de Stetten avait assisté au Congrès de Vienne et en raconta ses souvenirs à son petit-fils (qui devait mourir après la seconde Guerre mondiale !). Après la chute du régime impérial, Bac bénéficia de l’appui d’Arsène Houssaye et du prince Napoléon, devenant un artiste à la mode : il va vite s’imposer comme l’un des premiers dessinateurs et caricaturistes de son temps, aussi célèbre que Robida, Job, Sem, Jean-Louis Forain ou Caran d’Ache. Il connaissait et fréquentait aussi bien Wagner, Verlaine, Barrès, Daudet, Verdi, Gounod et Maupassant, personnages dont il livra plusieurs portraits-charges. Son œuvre, tant graphique que littéraire, est considérable et se poursuivit jusqu’à l’heure de sa mort (il écrivit beaucoup de livres historiques ou de souvenirs personnels à partir des années 1920).

Ferdinand Bac, Portrait-charge de Verlaine, 1887. DR

C’est donc à Ferdinand Bac, illustrateur en plein ascension, que le célèbre éditeur parisien Ollendorff confia en 1895 le soin d’illustrer pour la première fois le roman célèbre Bel-Ami. Initialement parue en 1885 chez le même éditeur, l’œuvre devait à présent intégrer la collection des Œuvres complètes illustrées de Maupassant, disparu depuis deux ans seulement[2].

“Bel-Ami” dans le tableau de Vincent Van Gogh, “Nature morte avec une statuette de plâtre, une rose et deux romans”, fin 1887, Kröller-Müller Museum (Otterlo).

Bac livra au final 103 magnifiques illustrations, reflets de toute une époque. La beauté cynique du héros, la passion de ses compagnes, sont rendues de manière saisissante, de même que l’atmosphère des caboulots[3]. Gravées par G. Lemoyne, ces illustrations ont connu depuis leur première parution une très, très longue carrière éditoriale, étant reprises dans de très nombreuses (ré)éditions du célèbre roman : 1901, 1905 et 1908 (Ollendorff), 1926, 1941, 1948 et 1952 (Albin Michel), 1958 (Amis du club du livre du mois), 1961 et 1968 (Editions Rencontre), 1983 (Editions de l’Eventail), 1992 (Editions de Crémille), …, et j’en oublie sans doute, sans même parler des traductions à l’étranger.

Page de titre de la première édition illustrée (Paris, Ollendorff, 1895). Inv. 2393
 
Version espagnole parue en 1897, deux ans après la première illustrée française. DR

Version colorisée (!) des dessins de Bac, dans l’édition de “Bel-Ami” donnée par les Editions de Crémille (Genève, 1992). Procédé peu élégant de ce livre imprimé à Singapour : le nom de l’illustrateur n’est même pas cité…

C’est en 2014 que j’ai eu la chance de tomber sur la mise en vente, à la pièce, de ces beaux lavis, qui comportent encore les tampons et annotations au crayon bleu de l’éditeur. Huit me sont demeurés entre les mains, le maximum que j’ai pu, et, je crois, parmi les plus beaux de ceux dispersés. Les voici dans leur ordre d’apparition dans le livre, avec quelques commentaires pour resituer les passages dans l’œuvre, avec les pages correspondantes de l’édition Ollendorff :

1/ « Georges chez Mme de Marelles » : repris pleine-page à la page 86 de l’édition Ollendorff (1895), ce dessin représente Georges Duroy arrivant un matin chez Clotilde de Marelles, qui l’accueille en tenue légère (elle deviendra sa maîtresse peu après). Inv. 1803

2/ « Georges et Clotilde dans un caboulot populaire » : repris en pleine-page à la page 117 de l’édition Ollendorff (1895), ce dessin représente les deux personnages dans un cabaret où ils viennent s’encanailler, Clotilde de Marelle déguisée en soubrette. Mon préféré : le regard des deux personnages féminins, planté dans celui du lecteur, est d’une rare intensité. Ce sont d’ailleurs les seuls à “regarder” le lecteur, droit dans les yeux. Inv. 1805

3/ « Clotilde quittant le fiacre suite à une dispute » : repris en pleine-page à la page 132 de l’édition Ollendorff (1895), ce dessin représente la maîtresse de “Bel-Ami” quittant leur fiacre après une dispute, sous les lazzi du populaire goguenard qui s’égaye de la réplique vigoureuse lancée par cette dame à son amant. Inv. 1806

4/ « Georges en société » : reprise en vignette à la page 137 de l’édition Ollendorff (1895), ce dessin représente “Bel-Ami”, Georges Duroy, plastronnant à son avantage lors d’une soirée mondaine. Le personnage, campé dans son frac, le huit-reflets à la main, est magnifique. Inv. 1804

5/ « Georges présentant ses parents à Madeleine » : repris pleine-page à la page 249 de l’édition Ollendorff (1895), ce dessin représente Georges Duroy présentant avec gêne ses parents, deux paysans normands plutôt frustes, à sa jeune et sophistiquée épouse parisienne, Madeleine. Inv. 1896

6/ « Georges se réchauffant les pieds » : repris en vignette à la page 269 de l’édition Ollendorff (1895), ce dessin présente le héros dans son quotidien, se réchauffant les pieds sous son bureau, lors d’une séance de travail d’écriture avec Madeleine Forestier. Inv. 1807

7/ « Constat d’adultère de Madeleine avec Laroche-Mathieu » : reprise pleine-page à la page 402 de l’édition Ollendorff (1895), ce dessin représente Madeleine, femme de “Bel-Ami”, prise sur le fait en plein adultère avec le député Laroche-Mathieu. Inv. 1897

8/ « Virginie affolée tombant à la renverse » : repris en vignette à la page 425 de l’édition Ollendorff (1895), ce dessins représente l’épouvante de Virginie Walter, lorsque elle découvre que “Bel-Ami”, son amant, courtise sa fille et compte l’épouser. Inv. 1808

Nicolas Ducimetière

Sciez, 20 janvier 2019


NOTES

[1] Sur Ferdinand Bac, voir Ghislain de Diesbach, Un prince 1900 : Ferdinand Bac, Paris, Perrin, 2002. On peut aussi utilement, pour découvrir un peu l’homme et son œuvre, consulter le catalogue de la vente Ferdinand Bac – Dessins et manuscrits, Paris, Tajan, 3 octobre 2006, 174 numéros, avec introduction biographique et nombreuses illustrations. Le catalogue en format PDF peut encore être téléchargé via ce LIEN .

[2] Bac s’occupa également de l’illustration du roman Mont-Oriol dans la même collection Ollendorff.

[3] Pour mémoire, voici le résumé du roman en quelques mots : alors que Georges Duroy erre dans la capitale sans un sou en poche, il rencontre un ancien camarade de régiment qui lui propose de devenir journaliste à La Vie française. Ainsi commence l’ascension sociale fulgurante du jeune homme qui assouvira ses ambitions à travers l’argent, le faste et les femmes. Cynisme d’une presse en plein essor, corruption politique, stratégie amoureuse, vanité mondaine: cette plongée impitoyable dans la société parisienne de la fin du XIXe siècle fait sans doute de Bel-Ami le roman le plus « balzacien » de Maupassant.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.