MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (9) : POUR ENTRER DANS « LES CARACTERES », PRENEZ LES CLEFS…

POUR ENTRER DANS LES CARACTERES, PRENEZ LES CLEFS…

Précepteur du (très) turbulent petit-fils du Grand Condé, Jean de La Bruyère (1645-1696), moitié gentilhomme moitié domestique, avait longtemps été confronté à la proximité des grands et à l’atmosphère empoisonnée de la Cour : il y avait de quoi perdre toute illusion sur la nature humaine ! Aussi chercha-t-il le réconfort, ou au moins une philosophie de vie, chez les moralistes antiques, en premier lieu le Grec Théophraste. En traduisant l’œuvre de ce philosophe élève d’Aristote, La Bruyère fut tenté de poursuivre l’entreprise en analysant à son tour les vices et travers de son époque : composant des portraits moraux généraux ou pris « d’après nature » sur ses contemporains, il ébaucha ainsi le recueil connu sous le titre Les Caractères, ou les Mœurs de ce Siècle. Si la première mention du livre se rencontre dans une lettre de Boileau à Racine en 1687, le projet remontait sans doute au début des années 1670.

I. Une œuvre unique, de multiples clefs

La première édition des Caractères vit le jour chez Etienne Michallet en mai 1688. A la traduction de Théophraste était ajoutée une suite, anonyme, de 418 maximes ou « caractères ». Le succès fut immédiat : le livre aurait été épuisé en quinze jours et il fallut donner deux nouvelles éditions dans la même année pour satisfaire le public.

09-LB2
Exemplaire de la deuxième édition (Paris, Michallet, 1688). Inv. 796

Pendant les huit années qui lui restaient à vivre, La Bruyère travailla à l’augmentation de son texte : des 418 « caractères » initiaux (1688), on atteignit, à terme, les 1’120 dans la neuvième édition (1696), posthume, mais encore « revue et corrigée » par l’auteur (et tout aussi anonyme que les précédentes). A part les deuxième et troisième édition, toutes les autres contenaient des ajouts plus ou moins importants, ainsi que des corrections aux textes déjà existants. La quatrième édition reçut ainsi 306 nouveaux caractères ; la cinquième, 141 ; la sixième, 77 (dont ceux du Distrait ou d’Onuphre, ainsi que le portrait de La Fontaine) ; etc. Réunir les neuf « éditions originales » de La Bruyère est donc un challenge des plus tentants pour le bibliophile amoureux du Grand Siècle, sans compter que des subtilités de tirage (par exemple, des passages modifiés en cours d’impression, d’où l’existence de « cartons » correctifs) viennent encore pimenter la recherche… Me manquent encore la première édition (notoirement rare et recherchée, d’où grosse cote) et la troisième (peu banale, elle aussi). A partir de l’importante quatrième édition (dont je possède deux exemplaires, l’un dans un beau maroquin rouge du relieur Canape et l’autre dans un maroquin janséniste gros grains janséniste), ma série est ensuite complète jusqu’à la dixième édition de 1699, le plus souvent en reliure d’époque, veau ou basane, ou en maroquin signé du XIXe siècle.

09-LB409-LB509-LB609-LB7 (3)09-LB809-LB9

Exemplaires des quatrième (1689), cinquième (1690), sixième (1691), septième (1692), huitième (1694) et neuvième (1696) éditions des Caractères, toutes anonymes et toutes sorties des presses d’Etienne Michallet, premier imprimeur du roi


Fin observateur de son époque, La Bruyère excella (surtout à partir de la quatrième édition) dans la confection de portraits brossés d’après nature, mais où la satire se trouve souvent teintée d’une indulgence amusée. Aussi, dans les cercles lettrés parisiens, chacun s’amusait à tenter de retrouver l’original derrière les masques de fantaisie : on croyait reconnaître, par exemple, Fontenelle ou Perrault dans Cydias, le bel esprit pédant. Ces cogitations se concrétisèrent vite sous la forme de « clefs » (simples noms ou petites notices éclaircissant le contexte d’une anecdote), compilées dans de minces recueils manuscrits ou plus généralement portées par les lecteurs dans la marge de leur exemplaire. Dans le présent extrait, tiré d’un exemplaire annoté de la septième édition (1691, provenance marquis de Gaillon) , on voit quelques dom juans et grandes dames légères être cités nommément dans les marges du chapitre « Des Femmes ».

09-LB6 (5)
Jean de La Bruyère, « Les Caractères… », Paris, Etienne Michallet, 1691, septième édition originale, exemplaire avec « clefs » manuscrites marginales. Prov. : Marquis de Gaillon. Inv. 1513

Quant aux notes portées dans cet exemplaire de la dixième édition (Paris, Michallet, 1699), elles se rapportent à des artistes en vogue, à un dandy anglais et à un prélat avide d’honneurs. L’identification de ce dernier fut d’ailleurs corrigée : on pensa d’abord y voir un portrait de Bossuet (en raison du prénom Bénigne), c’était en réalité le cardinal Le Camus.

09-LB10-3
Jean de La Bruyère, « Les Caractères… », Paris, Etienne Michallet, 1699, dixième édition, exemplaire avec « clefs » manuscrites marginales. Inv. 1513

Diverses traditions (les plus célèbres étant la « Clef de 1693 » et la « Clef Cochin ») coexistèrent, présentant des variantes parfois importantes. Les développements explicatifs demandaient parfois plus de place que les marges des éditions ne pouvaient en fournir : on élabora donc des manuscrits séparés compilant de véritables notes critiques. Les plus élaborés se référaient, comme c’est le cas de ce manuscrit, à la huitième édition ou à la neuvième et dernière, révisée par La Bruyère juste avant sa mort en 1696. De format in-quarto, relié en veau fauve, il s’appuie sur la huitième édition (1694), mais a sans doute été calligraphié peu après 1696, puisqu’un curieux avant-propos évoque en effet la mort de La Bruyère, survenue « sine veneni supsicio ». Dans le passage présenté ci-dessous, concernant le chapitre « Des ouvrages de l’esprit », on lit différentes remarques impliquant les noms de Perrault, Boursault, Boileau ou Molière.

09-LB ms.
Recueil manuscrit de « clefs » des « Caractères » de La Bruyère, vers 1696-1700 (?). Inv. 797.

Arriva enfin une version imprimée : cette nouvelle « Clef » (souvent fantaisiste d’ailleurs dans ses identifications) vit le jour sous la forme d’un petit fascicule séparé, destiné à être joint à une contrefaçon bruxelloise des Caractères parue en 1697. D’autres versions devaient ensuite apparaître, d’abord sous forme de minces plaquettes placées à la suite de certaines éditions pirates françaises usurpant le nom de Michallet, puis sous forme de manchettes dans les premières éditions commentées du XVIIIe siècle (notamment celle donnée par Coste en 1731, rééditée tout au long du siècle).

Photo de famille : « bimbos » en reliures de maroquin bibliophilique XIXe ou de veau d’époque, « ancêtres » aux basanes demandant un lifting ! Onze exemplaires, couvrant de la deuxième (1688) à la dixième édition (1699).

II. Des La Bruyère en « reliure éditeur » ?

Avant de quitter La Bruyère, une remarque sur certaines reliures d’époque recouvrant Les Caractères. Un nombre non négligeable d’exemplaires  comporte, en queue, une frise de dauphins couronnés ou alternant dauphins et fleurs de lys couronnés. Ce décor, trop souvent présenté abusivement comme étant en rapport avec le Grand Dauphin (Louis de France, 1661-1711, fils aîné de Louis XIV), semble en réalité être assez commun et se rencontre régulièrement,  sur des ouvrages fort divers, généralement reliés en veau de qualité variable[1] (les reliures en maroquin dotées de ce décor semblent nettement plus rares).  Selon le Manuel de l’amateur de reliures armoriées d’Olivier, Hermal et Roton, « ce fer a dû être primitivement frappé sur des volumes destinés au Grand Dauphin et fut ensuite très souvent utilisé comme simple ornementation sur de nombreuses reliures recouvertes tant de maroquin que de veau » (op. cit., pl. 2522). Dans son Armorial du Bibliophile (p. 50), Guigard estimait que l’usage de cette roulette se notait principalement entre 1678 et 1706, sur la foi des recherches de J.P.A. Madden. De fait, c’est cet érudit agrégé qui attira pour la première fois l’attention des bibliophiles sur cette question dans ses Lettres d’un bibliographe (Paris, Leroux, 1886), dont la dix-huitième (pp. 101-106) était intitulée « Des reliures avec le cimier du dauphin ». Le chercheur et collectionneur faisait part de ses découvertes auprès des bouquinistes et listait 69 volumes rencontrés munis de cette roulette, Madden étant persuadé qu’ils provenaient d’une seule et unique bibliothèque, celle du Grand Dauphin bien entendu (et cela alors que ces ouvrages étaient reliés « en veau brun », et non dans un précieux et princier maroquin). Pas trace, toutefois, d’un La Bruyère dans cette liste…

Reproduction de la roulette aux dauphin et lys couronnés, dans Madden, « Lettres d’un bibliographe » (Paris, Leroux, 1886, p. 103).

Pourtant, en creusant un peu du côté des La Bruyère, on ne peut être que surpris de la surreprésentation de cette roulette sur des reliures recouvrant les Caractères : on peut véritablement parler d’un effet de « série ». Les catalogues d’enchères ou de libraires, anciens ou récents, en présentent avec régularité. Ci-dessous, outre les trois exemplaires en ma possession, voici quelques exemples glanés ici et là :

DSC00618
Trois exemplaires des « Caractères » présentant les deux types de roulettes aux dauphins couronnés dans « Une petite bibliothèque ». De gauche à droite : septième édition (Paris, Michallet, 1692) (Inv. ) ; septième édition (Paris, Michallet, 1692, exemplaire Louis Jouvet) (Inv.) ; huitième édition (Paris, Michallet, 1694) (Inv. 761).
Roulette aux dauphins et lys couronnés, sur un exemplaire de la huitième édition originale des « Caractères » (Paris, Michallet, 1694). Collection et cliché T.B., 2020
Roulette aux seuls dauphins couronnés avec palmettes, sur un exemplaire de la huitième édition originale des « Caractères » (Paris, Michallet, 1694). Collection Librairie Alexandre Illi (Genève), cliché ND, 2020
Roulette aux dauphins et lys couronnés, sur un exemplaire de la huitième édition originale des « Caractères » (Paris, Michallet, 1694). Collection et cliché Bertrand Hugonnard-Roche (Librairie « L’Amour qui bouquine »), 2010
Roulette aux dauphins et lys couronnés, sur un exemplaire de la septième édition originale (Paris, Michallet, 1692) (à gauche) et roulette aux seuls dauphins couronnés avec palmettes sur une exemplaire de la huitième (Paris, Michallet, 1694) (à droite). Collection et cliché D.L., 2020
Roulette aux dauphins et lys couronnés, sur un exemplaire de la huitième édition originale des « Caractères » (Paris, Michallet, 1694). Collection et cliché Librairie Loys Charbonneau (La Grande-Motte), 2020

Que penser de ces différentes reliures ? On notera tout d’abord que les exemplaires repérés appartiennent uniquement aux sixième (au moins un cas), septième et huitième éditions, datant respectivement de 1691, 1692 et 1694.  Les volumes de la septième édition  semblent employer majoritairement une roulette aux seuls dauphins couronnés encadrés de palmettes, quand ceux de la huitième (la majeure partie du corpus) présentent plutôt la roulette aux dauphins et lys couronnés alternés. Un recensement plus systématique devrait bien entendu être mené, mais cet effet de « fabrication en série » pourrait laisser supposer une intervention directe de l’éditeur parisien des Caractères, l’imprimeur-libraire Etienne Michallet (v. 1630-1699), et donc une forme de « reliure éditeur » fabriquée en quantité pour une commercialisation d’exemplaires fournis aux lecteurs déjà reliés au sein de l’échoppe du « premier imprimeur du Roy », « A l’Image Saint-Paul », rue Saint-Jacques. Après tout, les Caractères devaient sans doute constituer l’un des « best-sellers » de Michallet : cela pourrait justifier cette particularité de traitement et un partenariat avec un relieur, à une époque où les ouvrages étaient traditionnellement vendus en librairie sous simples couvertures d’attente. Resterait à identifier le ou les relieurs commandités par Michallet et à déterminer  la raison exacte de l’emploi de ces roulettes (effet de mode ? choix du libraire, du relieur ?  marque/estampille reconnaissable ?). Cette politique ou campagne de reliure se serait en tout cas mise en place sur une période bien délimitée, entre 1692 (incluant des restes de stock de la sixième édition parue l’année précédente) et 1694 : il ne me semble en revanche pas avoir vu passé un seul exemplaire de la neuvième et dernière édition originale de 1696 dans une reliure « aux dauphins ».

On voit que ce texte classique et bien connu des Caractères de La Bruyère, outre les joies bibliographiques qu’il offre à tout collectionneur, comporte encore bien des dossiers à creuser, qu’il s’agisse d’une étude approfondie des « clefs » (et moins de leur contenu que de la manière dont elles se sont propagées à travers les exemplaires) ou de ces reliures spécifiques aux « dauphins couronnés ».  Affaires à suivre, donc !

Nicolas Ducimetière
Douvaine, 2 février 2016
Ajouts : Chavannex, 20 avril et 10 décembre 2020


NOTES

Une page FaceBook dédiée aux roulettes aux dauphins a été créée au printemps 2020 pour faciliter l’enrichissement du corpus : https://www.facebook.com/groups/670749106800668 . Voir aussi, sur le sujet, un billet du blog Le Bibliomane moderne écrit par Bertrand Hugonnard-Roche en 2010. Pour une synthèse de l’évolution des Caractères, avec les caractéristiques et enrichissements d’une édition à l’autre, voir l’article complet de Daniel Bayard : http://bibliophilie.com/les-caracteres-de-la-bruyere-une-idee-de-collectiontableau-synthetique-didentification-des-editions-originales-chez-estienne-michallet/

[1] Dans « une petite bibliothèque » se trouve un seul autre ouvrage présentant la roulette aux dauphins : un exemplaire en veau glacé blond de la première édition de L’Education des Filles de Fénelon (Paris, P. Aubouin, P. Emery et Ch. Clousier, 1687).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.