MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (1) : PETIT CADEAU POUR LE CARDINAL JULES

PETIT CADEAU POUR LE CARDINAL JULES

Bon, allez, il faut bien se lancer, et de préférence avec quelque chose de signifiant ! Pour cette première chronique, un petit manuscrit du XIXe avait d’abord été pressenti, mais c’est finalement un ouvrage plus ancien qui sera le premier à sortir des rayons. Un de ces poètes du XVIIe siècle pour lesquels j’ai beaucoup d’affection et qui ont contribué avec brio à construire et perfectionner la langue française : j’ai nommé Georges de Brébeuf. Voici donc la fiche de cet exemplaire un peu particulier de son ultime recueil poétique, dédié au cardinal Mazarin en 1660.

I. Un poète venu du bocage

De petite noblesse normande, fils d’un avocat et neveu d’un futur saint (le missionnaire jésuite Jean de Brébeuf, martyrisé par les Indiens Hurons en 1649 et canonisé en 1930), le poète Georges de Brébeuf (1617-1661) mena tout d’abord une assez obscure carrière de précepteur, devenant notamment vers 1641 le professeur du jeune marquis Bernardin Gigault de Bellefonds, futur maréchal de France. C’est donc assez tardivement qu’il commença à publier, livrant en 1650 une version du septième livre de L’Aenéide de Virgile en vers burlesques. Mais c’est sa traduction de la Pharsale du poète latin Lucain, faite à la demande d’un ami, qui le fit enfin connaître. Sa version en alexandrins du premier livre parut à Rouen en 1653 et circula dans les milieux lettrés, notamment à Paris, qui fit bon accueil au texte. Encouragé, le poète livra la suite de son texte à Paris, en 1654-1655.

Georges de Brébeuf, “La Pharsale de Lucain, ou les Guerres civiles de César et de Pompée, en vers françois”, Paris, Sommaville, [1654]-1655, page de titre, première édition parisienne du chant 1 et édition originale des chants 2 à 5. Inv. 1153

Appartenant aux “belles infidèles”, le poème de Brébeuf était en réalité davantage une adaptation, une paraphrase rimée qu’une véritable traduction. Pour autant, dans cette recréation, le Normand était demeuré fidèle au plan de Lucain, les huit premiers livres traitant des guerres entre César et Pompée et les deux derniers des expéditions en Afrique du Nord. L’œuvre remporta en tout cas un vif succès et connut rapidement plusieurs réimpressions parisiennes, souvent illustrées de planches gravées, comme dans cette édition parisienne de Jean Ribou, parue en 1666, qui contient deux magnifiques frontispices et dix planches gravées.

Georges de Brébeuf, “La Pharsale de Lucain…”, Paris, Jean Ribou, 1666, double frontispice gravé. Inv. 960

Finalement, ayant enfin percé dans la capitale, le poète put y faire imprimer un assez épais recueil in-quarto de Poësies (Paris, Sommaville, 1658), contenant des sonnets, stances, madrigaux ou épigrammes, en plus de sa désormais renommée traduction de la Pharsale. Le présent exemplaire, en vélin d’époque, provient de la bibliothèque du marquis de Quincye-Saint-Maurice, amateur éclairé du XVIIIe siècle, passionné de poésie ancienne (mais aujourd’hui complètement oublié : il méritera un article).

Georges de Brébeuf, “Poësies diverses”, Paris, Antoine de Sommaville, 1658, édition originale, page de titre. Inv. 604

Là encore, des nombreuses rééditions du recueil virent le jour dans les années 1660-1680, dont plusieurs posthumes. Les plus grands auteurs de l’époque avaient reconnu le talent du Normand. C’est notamment par quatre vers de sa Pharsale que Brébeuf s’attira l’admiration de son compatriote Corneille, qui affirma à leur propos : “Je donnerais volontiers deux de mes meilleures tragédies pour les avoir faits“. Même le sévère Boileau, après avoir moqué Brébeuf dans son Art poétique, revint à une opinion plus mesurée et accorda que, “Malgré son fatras obscur, souvent Brébeuf étincelle“.

II. Un ultime recueil offert au cardinal

En dépit d’une sante médiocre (il fut la proie de fièvres violentes et douloureuses pendant la moitié de sa vie), Brébeuf publia jusqu’à sa mort, en septembre 1661. Si ses premières œuvres avaient été offertes à Fouquet, il dédia ses publications de 1660 au cardinal Mazarin. Après avoir écrit un court Panégyrique de la Paix, il vint loger chez son jeune frère, curé de la paroisse de Venoix, près de Caen, où il put, « Loin du monde et du bruit, goûter l’ombre et le frais », tout en disant adieu aux frivoles et mondaines pensées afin de chercher le bonheur dans la méditation et la contemplation de la nature (posture classique du poète dans ce genre de recueil). De cette retraite naquirent donc les Entretiens solitaires, ou Prières et méditations pieuses en vers françois, qui, dédiés au cardinal-ministre, s’ouvraient sur une longue épître dédicatoire au prélat, comptant pas moins de 24 pages.

Georges de Brébeuf, “Entretiens solitaires…”, Paris, Antoine de Sommaville, 1660, édition originale, page de titre. Inv. 1099
Georges de Brébeuf, “Entretiens solitaires…”, Paris, Antoine de Sommaville, 1660, édition originale, incipit de l’épître dédicatoire à Mazarin. Inv. 1099

L’édition originale a connu deux tirages, l’un comportant un achevé d’imprimer du 8 mai 1660, l’autre à la date du 30 mai 1660.  Ces Entretiens solitaires vont par la suite connaître un beau succès éditorial, comme en témoignent plusieurs rééditions au cours des années suivantes, toutes chez Jean Ribou : 1666 (réédition identique à l’originale), 1669 (« Nouvelle édition, divisez en quatre livres, selon l’ordre des matières et enrichies de figures ») et 1670 (idem).

Brébeuf, “Entretiens solitaires… Nouvelle édition”, “Suivant la copie imprimée à Paris” [Amsterdam ?], 1671. Inv. 1345.

Cette édition de 1671, dite « revu & corrigé de plusieurs fautes qui se sont glissé dans l’ impression précédente. Divisez en quatre livres, selon l’ordre des matières & enrichies de figures » (sic), est en fait une contrefaçon imitant les tirages parisiens de 1669-1670 : les gravures sont en effet analogues, alors que le texte comporte plusieurs fautes et négligences. Selon le catalogue de la British Library, qui en possède un exemplaire, ce volume aurait en réalité été imprimé à Amsterdam.

III. Un exemplaire de présentation

Revenons à l’exemplaire de l’édition originale des Entretiens. Appartenant au second tirage (avec achevé d’imprier au 30 mai 1660), cet exemplaire était destiné à être offert au cardinal Mazarin et relié en maroquin rouge à ses armes. Les fers employés ne figurent pas dans le Manuel de l’amateur de reliures armoriées françaises (d’E. Olivier, G. Hermal et B. de Roton, plus connu donc comme « ORH ») et ne font pas partie du matériel « officiel » employé pour la très riche bibliothèque personnelle du cardinal Mazarin : ils doivent avoir été commandées par Brébeuf lui-même à un atelier parisien pour la réalisation de ces deux volumes. Selon mon amie Isabelle de Conihout, longtemps conservatrice en chef de la Mazarine, la qualité inégale de cette reliure, d’exécution quelque peu maladroite, s’expliquerait par le peu de moyens du poète, mais elle lui reconnaît bien le statut d’exemplaire de dédicace.

1099-reliure
Georges de Brébeuf, “Entretiens solitaires…”, Paris, Antoine de Sommaville, 1660, édition originale, reliure aux armes du cardinal Mazarin. Inv. 1099

Mes recherches sur cet exemplaire m’ont permis de mettre en lumière l’existence de plusieurs autres exemplaires de dédicace, témoignages d’une vraie politique courtisane menée par Brébeuf autour de son recueil. On note ainsi, dans les collections de la Bibliothèque Mazarine, un exemplaire relié en veau marron, jadis doté de fermoirs et comportant aux plats les mêmes armes (cote 45152). Ce volume était d’ailleurs le seul exemplaire aux armes du cardinal repéré et répertorié par Harmand, l’éditeur scientifique des Entretiens solitaires, en 1912.

Exemplaire aux armes de Mazarin, conservé à la Bibliothèque Mazarine (cote 45152). Photo Isabelle de Conihout, que je remercie pour sa recherche

L’absence des cotes caractérisitques portées sur les ouvrages de la Mazarine à la fin du fin XVIIe et au XVIIIe siècle atteste que mon exemplaire était déjà sorti des collections du cardinal de son vivant ou peu après sa mort en mai 1661. Et il ne fut pas le seul ! On peut en effet retrouver la trace d’au moins deux autres exemplaires dotés du même type de décor. Le premier d’entre eux, dans une reliure sans doute très proche des exemplaires déjà croisés (“veau brun, triple filet doré encadrant les plats, larges fleurons de petits fers aux pointillés aux angles, armoiries dans un médaillon central, dos à nerfs orné [et comportant “quelques petites restaurations”], tranches dorées”, les armes étant d’un “fer inconnu à Olivier”), passa en vente lors d’une dispersion “Livres anciens et modernes” de la maison Binoche et Giquello le 9 novembre 2006 (n° 73).  Les provenances anciennes, sous forme d’ex-libris manuscrits, donnaient les noms d’un certain Nicolas Guérin et du monastère Sainte-Ursule de Beauvais. Le second exemplaire croisé, également relié en veau marbré avec une ornementation presque identique à l’exemplaire de la Mazarine, est ainsi passé au catalogue de la librairie Hatchuel en 2014[1].

Georges de Brébeuf, “Entretiens solitaires”, Paris, Sommaville, 1660, édition originale, exemplaire aux armes Mazarin présenté au catalogue de la librairie Hatchuel en 2014. DR

L’existence de ces quatre exemplaires aux armes de Mazarine, sur maroquin ou veau, présentant grosso-modo le même décor (ou du moins le même type d’exécution), incite à penser que, pourvu de plusieurs exemplaires de dédicace plus ou moins luxueux, le cardinal ne répugna pas à offrir ces ouvrages autour de lui, à des familiers notamment : les cadeaux de Brébeuf à son dédicataire seront donc devenus des cadeaux du cardinal à ses amis.

Nicolas Ducimetière
Douvaine, 31 octobre 2015
(revu et complété 8 septembre 2019)


NOTES

[1] Catalogue 62, n° 20, 2’800 euros. L’exemplaire comporte une petite étiquette ancienne avec cote (93/1) : « Exposition de Turin », ainsi qu’un avis signalant que « Ce volume a figuré du 16 nov. 2001 au 15 janvier 2002 dans l’exposition inaugurale de la Maison de la Bibliophilie, 49 rue Santos Dumont, Paris 15e ». Le volume est ensuite passé dans la vente “Meubles et objets d’art” de la maison Boisgirard-Antonini (Paris-Drouot, 26 octobre 2012, n° 59). Cet exemplaire, selon le catalogue Hatchuel, présente une page de titre doublée et restaurée avec la perte de quelques caractères, ainsi que des gardes renouvelées. Les mors de la reliure ont été restaurés.

Brébeuf, “Entretiens solitaires”, Paris, Sommaville, 1660, quatrième plat de l’exemplaire aux armes Mazarin passé en vente chez Boisgirard.Antonini en 2012. DR

BIBLIOGRAPHIE

  • Georges de Brébeuf, Entretiens solitaires…, éd. crit. par Réné Harmand, Paris, 1912 ;
  • René Harmand, Essai sur la vie et les œuvres de Georges de Brébeuf (1617-1661), Paris, 1897.

APPENDICE : autres œuvres de Brébeuf dans « une petite bibliothèque »

  • La Pharsale de Lucain, ou les Guerres civiles de César et de Pompée, en vers françois …, Paris, Antoine de Sommaville, 1654-1655, in-4°. Complet des dix livres en cinq parties à pagination indépendante (édition originale des parties 2 à 5, le tout formant les dix livres du poème latin originel). Reliure de veau marron ornée « à la Du Seuil », aux armes de l’abbaye Sainte-Geneviève de Paris (reliure de l’époque). Inv. 1153.

  • Poësies diverses…, Paris, Antoine de Sommaville, 1658, in-4°. Edition originale. Reliure de vélin blanc souple (reliure de l’époque). Provenance : marquis de Quincye-Saint-Maurice. Inv. 604.
  • Poësies diverses…, Paris, Antoine de Sommaville, 1662, in-12. Troisième édition. Reliure de maroquin janséniste marron (reliure de la fin du XIXe siècle). Inv. 264.

  • La Pharsale [de] Lucain, ou les Guerres civiles de César et de Pompée, en vers françois …, Paris, Jean Ribou, 1666, in-12. Cinquième édition, ornée de douze planches gravées. Reliure de maroquin rouge ornée « à la Du Seuil » (reliure de l’époque). Inv. 960.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.