MONETA (19) : UN PROF DEVENU EMPEREUR

UN PROF DEVENU EMPEREUR

L’histoire d’aujourd’hui tourne autour d’une monnaie fort peu commune, une silique frappée pour un empereur ou plutôt un usurpateur gallo-romain peu connu : Eugenius. Reprenons donc l’histoire où nous l’avions laissé dans Moneta (6) : Valentinien II, un empereur marionnette. Le jeune souverain, dernier représentant de la lignée des Valentiniens, est donc retrouvé mort dans sa chambre du palais impérial de Vienne (Dauphiné) le 15 mai 392, apparemment suicidé par pendaison. A-t-il cédé au désespoir de sa position de fantoche ? Ou a-t-il été aidé à s’accrocher au lustre par les sbires de son commandant en chef, le général franc Arbogast ? Ce dernier avait été imposé en Gaule par l’empereur d’Orient, Théodose Ier, artisan de la restauration sur le trône du jeune Valentinien, chassé du pouvoir par un usurpateur pendant plusieurs années.

La cité antique de Vienne vue par le peintre Etienne Rey (1860)

Coupable ou non, Arbogast se retrouvait dans une position délicate, puisque sa mésentente avec son maître était de notoriété publique : l’évêque Ambroise de Milan, autorité morale de l’Empire d’Occident, était même sur la route de Vienne pour une tentative de conciliation quand la nouvelle funeste se répandit. La sœur du défunt, Galla, femme de Théodose Ier, cria au meurtre. Comme dans bien des cas comparables (pensons au général Ingenuus, confronté en 257 à la mort soudaine – et donc a priori suspecte – du jeune césar Valérien II dont il avait la charge), l’usurpation du pouvoir semblait le seul moyen pour Arbogast d’échapper à un châtiment. Mais ce « Barbare » franc ne pouvait prétendre à la pourpre : il lui fallait donc un homme de paille qui puisse assumer ce rôle avec une certaine crédibilité.

I. Un prof catapulté empereur

C’est ainsi qu’un certain Flavius Eugenius fut hissé à la pourpre le 22 août 392. Il s’agissait d’un homme de talent, très proche du général franc, mais au profil totalement différent. Loin d’être un homme de guerre, c’était un lettré, et même un professeur de rhétorique réputé de Vienne. Son éloquence et son érudition avaient été remarquées par le magister militum franc Richomer († 393) qui, loin d’être une brute illettrée, s’intéressa beaucoup aux belles-lettres et aux arts, correspondant avec le rhéteur Libanios, avec Symmaque ou avec saint Augustin. Il recommanda donc Eugenius à son neveu Arbogast, qui le nomma magister scrinii, faisant ainsi de lui le chef de l’administration impériale d’Occident.

Rare silique d’argent de l’usurpateur Flavius Eugenius, frappée à Trèves. Comme jadis Julien l’Apostat, il porte la barbe des philosophes et des lettrés païens, quoique sans doute chrétien lui-même. Rareté : R2.

Cette usurpation fut plutôt bien reçue par les milieux dirigeants occidentaux, et notamment par le Sénat romain, dont certains membres, issus de vieilles familles aristocratiques païennes, envisagèrent avec bienveillance l’arrivée au pouvoir de ce chrétien cultivé et modéré, grand connaisseur des philosophes et auteurs païens, très disposé, enfin, à de nombreux arrangements en matière de foi pour se concilier des appuis (autant par conviction personnelle que par calcul politique). Eugenius obtint ainsi l’appui du puissant préfet du prétoire d’Italie, Nicomachus Flavianus le vieux, même si le sénateur Symmaque, plus légitimiste, demeura quelque peu emprunté face à cette usurpation. Nettoyant l’administration des hommes placés par Théodose Ier, le nouvel empereur nomma des sénateurs païens à des postes-clefs et annula certaines décisions symboliques prises par son prédécesseur en matière de religion : il restaura ainsi le temple de Vénus à Rome et surtout réinstalla au sein de la Curie l’Autel de la Victoire qu’avait fait enlever l’empereur Gratien en 382.

Silique d’argent de l’empereur Théodose Ier

Cette politique ne pouvait qu’incommoder Théodose Ier, qui voyait l’Empire romain d’Occident échapper de plus en plus à son contrôle. Pour autant, la confrontation ne fut pas immédiate. Prudent, Eugenius n’avait pas tenté d’entrer directement en Italie avec ses légions ; à l’automne 392, il envoya même une ambassade à Constantinople, afin d’obtenir sa reconnaissance officielle comme empereur romain d’Occident.

Revers du silique d’argent de l’usurpateur Eugenius, représentant la « Virtus Romanorum » (Vertu/Virilité des Romains). On y trouve la figuration de Rome trônant de face, tenant un globe nicéphore de la main droite et une haste renversée de la main gauche.

On fit lanterner les envoyés avec de vagues promesses, afin de gagner un temps précieux en préparations militaires. Pour finir, en janvier 393, Théodose Ier marqua son rejet total de la main tendue d’Engenius en désignant son jeune fils Honorius (âgé de deux ans) comme auguste de l’Empire d’Occident. Conséquence logique de cette rupture des négociations, Eugenius entra en Italie dans les premières semaines de 393, accueilli avec une grande sympathie à Rome, où il rendit notamment aux sénateurs païens leurs biens confisqués.

II. La Bataille de la Rivière Froide, ou la fin du paganisme

Les préparatifs de l’Empire romain d’Orient prirent quelques mois : il fallait à la fois réunir des légions dispersées en Syrie, consolider le limes face aux Sassanides, assembler des nouvelles armées par la conscription et réorganiser le commandement en chef, déstabilisé par la mort du général Richomer à la même époque. La charge de magister utriusque militiæ revint au Vandale Stilicon (v. 360-408) qui quitta Constantinople avec l’empereur en mai 394, à la tête des légions augmentées de l’apport de troupes barbares mercenaires (dont 20’000 Wisigoths et des contingents de Huns).

Diptyque du général Stilicon, représenté aux côtés de sa femme Serena (nièce de l’empereur Théodose) et de leur fils Eucherius (v. 395). Trésor de la cathédrale de Monza. DR

Arbogast, de son côté, avait d’abord dû s’assurer de la tranquilité du limes rhénan au moyen d’accords de paix conclus avec les Francs et les Alamans, toujours prêts à envahir les Gaules. Fort de l’expérience acquise durant ses campagnes contre Magnus Maximus, il avait ensuite choisi de maintenir la cohésion de ces troupes en les regroupant, sans les émietter dans la défense de chaque col des Alpes orientales. Les légions gallo-romaines, appuyées de mercenaires goths, se positionnent donc non loin d’Aquilée, près de l’actuelle ville slovène de Vipava, située sur le cours du Frigidus (la rivière Froide, aujourd’hui rivière Vipava/Vipacco, un affluent du fleuve Soča/Isonzo, sur la frontière italo-slovène).

Le lieu précis de la bataille n’est pas connue, mais on estime sa position dans les environs des actuels villages de Vrhpolje, Duplje et Zemono, dont voici une vue d’ensemble. Cliché Johann Jaritz

Le 5 septembre 394, attaquant de front sans reconnaissance préalable ni du terrain, ni des forces en présence, Théodose Ier envoya en première ligne ses troupes wisigoths qui souffrirent des pertes élevées. A la fin de la première journée, Eugenius et Arbogast pouvaient se considérer comme vainqueurs, l’ordre étant donné de refermer la nasse sur les armées orientales en bloquant les cols sur leurs arrières. Mais les troupes chargées de cette mission, placées sous le commandement du général franc Arbitio, firent soudain défection et rallièrent Théodose Ier. A cette nouvelle, le préfet du prétoire Nicomaque Flavien se suicida, comprenant que la bataille ne pouvait dès lors qu’être perdue. De fait, soutenues par un vent violent venant de l’est (et dans lequel on vit une intervention divine) qui jeta une poussière aveuglante dans les yeux de leurs adversaires, les armées orientales lancèrent le 6 septembre une contre-attaque décisive, débandant et écrasant l’ennemi. Capturé et amené devant l’empereur, Eugenius aurait imploré sa clémence en vain, en dépit de ses talents oratoires : l’usurpateur gallo-romain fut décapité sur le champ de bataille. Quant à Arbogast, il s’échappa, tentant de prendre la fuite à travers les montagnes : traqué, encerclé, il finit par se suicider quelques jours plus tard.

Représentation de la bataille de la Rivière Froide (dans « Die Ehre dess Hertzogthums Crain » par Johann Weichard von Valvasor, 1689). DR

Cette bataille de la Rivière Froide et la chute de l’empereur Eugenius eurent des conséquences importantes pour l’histoire occidentale. Repassant sous le sceptre unique de Théodose Ier, l’Empire romain connaissait sa dernière période d’unité totale, pour quelques mois seulement, jusqu’à la mort de l’empereur victorieux en janvier 395. L’Empire devait ensuite être partager entre ces deux fils, Honorius et Arcadius.

Solidus d’or de l’empereur Honorius
Solidus d’or à l’effigie d’Arcadius, premier empereur byzantin

Cet affrontement marqua également la fin du paganisme politique et le triomphe du christianisme : après cette débâcle, les familles sénatoriales et l’aristocratie romaine encore païennes durent se soumettre et se convertirent peu à peu. Une page de l’histoire de Rome était ainsi définitivement tournée.

Nicolas Ducimetière
Douvaine, 20 avril 2018


Illustration d’en-tête : le pont Tabor sur la rivière Vipava (anciennement rivière Frigidus), dans la ville du même nom en Slovénie. Cliché Johann Jaritz


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *