MONETA (18) : RETOUR AUX SOURCES, LA MONNAIE « N° 1 »

RETOUR AUX SOURCES : LA MONNAIE « N° 1 »

Les collections sont un peu comme les hommes : elles ont une naissance, une vie, des hauts et des bas, elles grandissent et, un jour, elles disparaissent, les éléments qui la composent se dispersant pour reconstituer d’autres collections. J’ai envie aujourd’hui de partager, très brièvement, ma première monnaie, celle qui a tout déclenché. C’était en 1986 ou 1987, j’avais sept-huit ans et trois étagères déjà bien chargées de minéraux montés sur socle, ainsi que de quelques fossiles (mon premier dada). Las, ces cristaux, ces coquillages ou poissons pétrifiés, quoique beaux et chargés d’ans, me semblaient taiseux : ils n’avaient pas, ils ne racontaient pas d’histoire, l’Histoire (avec un grand H). A la longue, c’était un peu frustrant, cela manquait de chair…

Alors intervint le hasard. Ma grand-mère possédait une boîte à couture sur pieds, dépliante, regorgeant de petits coussinets à aiguilles, de pelotes de fils et de laines multicolores, etc. Dans le dernier tiroir se trouvait une énorme boîte à boutons, de matières, formes et tailles les plus diverses. En fouillant au milieu de ce fatras apparut un jour une large rondelle de bronze, frappée d’un profil féminin estompé avec un peu de latin autour.

Victoria (1819-1901), « Bun Penny » (penny au chignon), Londres, 1892. Créé en 1860, ce modèle de pièce de un penny fut frappé jusqu’en 1894.

Comment cette monnaie était-elle arrivée jusque-là ? Mystère : jamais ma grand-mère n’a pu me le dire… Après avoir déchiffré la légende avec l’aide de mes parents, l’objet « parla » : la dame était la reine Victoria ; la déesse au trident du verso représentait l’Angleterre régnant sur les mers. Une nouvelle passion était née. Depuis, j’ai toujours conservé précieusement cette pièce, « savonnette » sans aucune valeur numismatique, mais qui possède en revanche une charge presque talismanique pour moi (un peu comme le « sou n° 1 » de Balthazar Picsou !).

Picsou et son légendaire « sou n°1 », la première pièce de 10 cents qu’il gagna étant enfant

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 9 septembre 2016


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.