Archives par mot-clé : Schwob

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (29) : DU RIFIFI AUTOUR D’UNE ÉDITION AVORTÉE

DU RIFIFI AUTOUR D’UNE ÉDITION AVORTÉE :
DAUDET, SCHWOB ET LES MIMES

Parmi les auteurs fin-de-siècle, Marcel Schwob (1867-1905), conteur et poète proches des symbolistes, mais aussi traducteur, n’est sans doute pas la figure la plus connue du grand public. Son œuvre variée et raffinée conserve pour autant depuis toujours un public de lecteurs et de collectionneurs fidèles[1], avides de se procurer les éditions originales rares de ses principaux chefs-d’œuvre, Le Roi au Masque d’or (1892, recueil de contes fantastiques), Le Livre de Monelle (1894, source d’inspiration de Gide pour ses Nourritures terrestres) et les Mimes (1894). Sans être très présent dans mes rayons pour le moment, je voulais présenter quelques pièces autour de cet auteur attachant, mort encore jeune, et notamment de son livre Mimes, paru en 1894, en apportant une pièce inédite sur la genèse éditoriale de ce recueil de pastiches dans le goût de l’antique.

I. Marcel Schwob, traducteur et érudit

Ami de Valéry, de Gide, de Renard et de Wilde, Schwob était un anglophone accompli et un grand amateur de littérature anglaise, ayant notamment fourni des traductions de Shakespeare et de Defoe. Il entretint par ailleurs une correspondance régulière de Stevenson[2], dont il avait découvert l’œuvre en 1884, une émotion forte rapportée dans Spicilège douze ans plus tard : « Je me souviens clairement de l’espèce d’émoi d’imagination où me jeta le premier livre de Stevenson que je lus. C’était Treasure Island. Je l’avais emporté pour un long voyage dans le Midi. Ma lecture commença sous la lumière tremblotante d’une lampe de chemin de fer. Les vitres du wagon se teignaient du rouge de l’aurore méridionale quand je m’éveillai du rêve de mon livre ». En dépit de sa santé très fragile (et même franchement mauvaise), Schwob entreprit entre octobre 1901 et mars 1902, comme un pied de nez à la maladie, une sorte de pèlerinage vers la tombe de Stevenson, inhumé sur l’île d’Apia dans les Samoa. N’ayant jamais pu rencontrer son mentor de son vivant, il tint à ce face-à-face d’outre-tombe, à l’autre bout du globe. Peu après son retour, il s’installa, en décembre 1902, rue Saint-Louis-en-l’Île, son dernier domicile (il y décéda d’une grippe en février 1905).

Paul Boyer, “Portrait de Marcel Schwob”, photographie, 1902

Ami épistolaire de Stevenson, Schwob en était aussi devenu traducteur, livrant une version française du roman Will du moulin. Il donna également une préface à la traduction française du Dynamiteur (Plon, 1894). C’est donc à l’un des meilleurs spécialistes français de l’auteur écossais que s’adressa le traducteur E. La Chesnais. Ce dernier s’était déjà confronté à l’œuvre de Stevenson en tournant en français, en 1901, The Black Arrow, sous le titre La Flèche noire – Une histoire du temps de la guerre des Deux-Roses (Editions du Mercure de France), une version rééditée à plusieurs reprises (1972, 1983, 1999, 2008). Cette lettre nous montre donc la relation débutant entre deux amoureux et traducteurs du père de l’Ile au Trésor : « Lundi. Cher Monsieur la Chesnais, je suis désolé, moi, de ne vous avoir pas mieux servi. Non, je n’ai pas là votre traduction de The Black Arrow : mais je serai enchanté de causer avec vous de Robert Louis Stevenson un de ces dimanches : vous nous trouverez toujours l’après-midi. A vous, Marcel Schwob ».

Marcel Schwob, Lettre autographe signée à E. La Chesnais, [Paris], 11, rue Saint-Louis-en-l’Île, « lundi », s.d. [1903-1905]. Inv. 2164

Parmi les auteurs anglo-saxons contemporains, Schwob ne se borna pas au seul Stevenson : il livra au printemps 1902, à peine revenu de voyage, une version française du drame en cinq actes Francesca da Rimini, pièce écrite à la demande de Sarah Bernhardt par l’Américain Francis Marion Crawford (1854-1909, surtout connu pour ses romans fantastiques). La traduction bénéficia d’une bonne réception en France et de plusieurs articles élogieux, notamment celui de Lucien Mulhfeld (1870-1902), jeune mais influent critique, secrétaire de la rédaction de la Revue blanche. Le 26 avril 1902, Schwob remercia dans cette lettre son ami journaliste (qui devait disparaître au mois de décembre suivant, empoisonné par des huîtres avariées…) : « Mon cher ami, je vous remercie de tout coeur pour votre article et je suis très heureux que Francesca vous ait intéressé. Voulez-vous me rappeler au souvenir de madame Muhlfeld et m’excuser après d’elle d’une si hâtive présentation. Votre très dévoué, Marcel Schwob ».

Marcel Schwob, lettre autographe signée à Lucien Mulhfeld, Paris, 41, rue de Valois, 26 avril 1902. Inv. 2334

Né dans une famille de lettrés (son père Georges était un ami de Théodore de Banville et de Théophile Gautier), muni d’un bagage académique sérieux[3], Schwob était à la fois un esthète et un érudit éduqué dans l’amour du livre. De ce fait, à l’image de son contemporain Pierre Louÿs, il développa des compétences remarquables en bibliophilie de haute volée, envisagée comme une « machine à exploiter le temps », une « rampe de l’imagination ». Ce rapport de Schwob aux livres anciens a été très finement analysé par Nicolas Malais dans une étude splendide (tant par son sujet, son contenu que par sa présentation)[4]. Témoigne de ce goût et de ces connaissances la présente lettre adressée à l’historien de la littérature Pierre-Paul Plan (1870-1951), auteur notamment d’une importante Bibliographie rabelaisienne – Les éditions de Rabelais de 1532 à 1711[5].

Marcel Schwob, Lettre autographe signée à Pierre-Paul Plan, Paris, 11 mars 1903. Inv. 2288

Schwob remercie ici son correspondant de lui avoir signalé chez un libraire la première édition des Liaisons dangereuses, qu’il a pu acquérir, et lui promet de lui rendre la pareille s’il venait à trouver une édition de Rabelais qui ne serait pas encore en sa possession, ou du moins dans ses fiches (Plan devait être en train de boucler sa bibliographie). On peut retrouver la trace de cet exemplaire du fameux roman libertin dans la vente posthume de la collection, dispersée en 1905 (Catalogue de la bibliothèque de feu M. Marcel Schwob, n° 216).

Theodore Spicer Simson, “Portrait de Marcel Schwob lisant”, dessin, 1905

II. Histoire d’un clash : la douloureuse genèse éditoriale des Mimes

Vivant vers le milieu du IIIe siècle avant notre ère et probablement actif dans l’entourage des premiers Ptolémées, le poète hellénistique Hérondas avait créé le genre poétique des « mimiambes », une sorte d’hybridation entre le mime et l’iambe, pour donner de petites scènes comiques et satiriques tirées de la vie courante. Ces poèmes étaient considérés comme perdues, jusqu’à la publication en 1891, par F.G. Kenyon, de fragments souvent très étendus d’un rouleau de papyrus acheté en Égypte pour le British Museum, fragments dont on avait identifié sans trop de difficulté la vraie nature  (plus tard, le British Museum put acquérir d’autres fragments, le plus souvent des miettes, qui complétèrent le texte). A partir de la première publication, Marcel Schwob, passionné de littérature antique, composa des imitations « au goût du jour » de ces Mimes, un jeu de pastiche inspiré de l’antique alors très en vogue (pensons à nouveau à Pierre Louÿs qui y excella, donnant les fameuses Chansons de Bilitis, mystification géniale qui avait toutefois été précédée par de vraies traductions de Méléagre et de Lucien de Samosate).

Le véritable payprus d’Hérondas. DR

Les poèmes de Schwob parurent en exclusivité dans le journal L’Echo de Paris (dirigé par Catulle Mendès), entre juillet 1891 et juin 1892. Commença alors la recherche d’un éditeur pour une publication en volume et les réseaux d’amis s’activèrent pour aider le jeune auteur. Parmi les plus engagés figurait le père des Lettres de mon moulin. Dans une lettre à sa mère en date du 12 juin 1892 (cinq jours avant la dernière livraison à L’Echo), Schwob se montrait confiant : « [je suis] allé chez Daudet jeudi soir, où j’ai beaucoup causé avec M. Gabriel Hanotaux ; Daudet avait presque complétement arrangé la publication des Mimes avec Guillaume, qui était là, et que je vais revoir ces jours-ci pour les détails de la composition »[6].

Félix Vallotton, “Portrait de Marcel Schwob”, dans Rémy de Gourmont, “Le IIe Livre des Masques”, Paris, Mercure de France, 1898

Même si certains n’appréciaient guère Edouard Guillaume (1850-1897) (Goncourt le qualifiait de « fabricateur de livres artistiques »), le choix semblait pertinent et Daudet travaillait lui-même depuis plusieurs années avec cet éditeur d’origine suisse, qui avait publié, via Dentu ou Flammarion, plusieurs œuvres du Provençal dans sa célèbre et appréciée série (dite « Collection Guillaume » ou « Petite Collection Guillaume »[7]) d’ouvrages illustrés, soit en réédition (Tartarin, Tartarin sur les Alpes[8], Robert Helmont[9], Jack[10], etc.), soit en édition originale (Tartarin sur les Alpes[11], Trente ans de Paris[12], Souvenirs d’un homme de lettres[13], Port-Tarascon[14], Rose et Ninette[15]).

Alphonse Daudet, “Trente ans de Paris”, Paris, Marpon et Flammarion, 1888, édition originale, exemplaire de José-Maria de Heredia, avec envoi. Inv. 1360
Alphonse Daudet, “Tartarin sur les Alpes” (Paris, Calmann-Lévy, 1885, édition originale) et “Port-Tarascon” (Paris, Dentu / Editions du Figaro, 1890, édition originale, exemplaire avec envoi à Francis Magnard, patron du “Figaro”). Inv. 386 et 1831
Alphonse Daudet, “Les Rois en exil”, Paris, Dentu, “Collection Guillaume”, 1890, exemplaire offert par Daudet à Goncourt (dédicataire du livre), puis par celui-ci à son amie Pauline Zeller. Inv.

Oui, mais voilà : le livre ainsi programmé ne vit jamais le jour… Comme le constata B. de Meyer dans son étude sur la genèse des Mimes, « ces “détails de composition” devaient être fort importants, puisqu’il aura fallu toute une année avant que le recueil ne voie le jour. S’y ajoute vraisemblablement un problème d’éditeur, car ce ne sera plus chez Guillaume, piètre “fabricateur de livres artistiques” selon les Goncourt, et dont les éditions illustrées étaient souvent ratées, mais au Mercure de France, que les Mimes verront le jour »[16]. Le spécialiste et biographe de Schwob avait donc bien repéré l’existence d’un écueil, mais sans avoir plus d’éléments à sa disposition.

Alphonse Daudet, lettre signée à l’éditeur Edouard Guillaume, Champrosay, 20 août [1892]. Inv. 2075

Cette lettre inédite d’Alphonse Daudet à son éditeur permet donc d’éclairer ce départ manqué. En voici la transcription : « Champrosay, 20 août [1892]. Monsieur Guillaume, je crois, depuis dix ans que nous faisons affaire ensemble, vous avoir donné sans relâche des preuves de ma sympathie et de ma générosité, en retour des services rendus. Je vous ai prié d’éditer les Mimes de Marcel Schwob qui sont une œuvre exquise et que vous avez acceptés avec empressement. Votre promesse n’a pas eu de suites et me voilà manquant de parole à un ami, à un homme de rare talent. Vous me donnez une physionomie d’imposteur qui n’est pas la mienne et je me dois de cesser à partir de ce jour tout rapport d’affaire avec vous. Alph. Daudet ». Cette lettre de rupture explique donc les motivations de ce changement de maison, en raison de l’incurie de Guillaume (peut-être causée par des soucis financiers). En réalité, en dépit de la dureté des mots employés, la brouille ne dura pas et l’on trouve encore des œuvres originales de Daudet publiées dans la « Collection Guillaume » jusqu’à l’année de sa mort, quatre ans plus tard (comme Entre les frises et la rampe en 1894 ou L’Enterrement d’une étoile en 1896).

Alphonse Daudet, “Entre les frises et la rampe”, Paris, Dentu, 1894, édition originale, exemplaire avec envoi à François Coppée (voir “Mélange… (16) : Auteurs vs. Acteurs“). Inv. 666
Alphonse Daudet, “L’Enterrement d’une Etoile”, Paris, Borel – Collection Guillaume, 1896, édition originale. Inv. 2313

Suite au désistement de Guillaume, c’est donc au Mercure de France que les Mimes de Schwob parurent en 1893, dans une rarissime version autographiée, objet de luxe tiré à seulement 25 exemplaires et reproduisant le manuscrit original. Dédiée à Alphonse Daudet, la première édition en librairie sortit en 1894, dotée d’une très belle couverture illustrée par Jean Veber et tirée, là encore, à nombre réduit, soit 270 exemplaires (20 Japon et 250 exemplaires sur vergé à la forme). La deuxième édition publique parut dans la foulée, la même année, sous une plus sobre couverture grise.

Marcel Schwob, “Mimes avec un prologue et un épilogue …”, Paris, Mercure de France, 1894, deuxième édition publique, avec envoi autographe à Barbusse. Inv. 1235
Dédicace à Alphonse Daudet, dans Marcel Schwob, “Mimes avec un prologue et un épilogue …”, Paris, Mercure de France, 1894.

C’est à cette deuxième édition publique qu’appartient le présent exemplaire, intéressant par sa provenance. Il porte en effet un envoi autographe de Schwob à un jeune débutant : Henri Barbusse (1873-1935). A l’époque de la publication, Schwob participait régulièrement au journal L’Echo de Paris, dont le rédacteur en chef était son ami Catulle Mendès (homme de lettres, journaliste et gendre détesté de Théophile Gautier). Or, Barbusse, âgé alors de vingt-et-un ans (et futur beau-fils de Mendès), venait de remporter de manière triomphale le concours poétique lancé par le journal (son premier recueil, Les Pleureuses, devait d’ailleurs sortir en 1895).

Marcel Schwob, envoi autographe « A Henri Barbusse, son admirateur, Marcel Schwob ». Inv. 1235

Ainsi se fit la rencontre entre les deux auteurs ; l’auteur des Mimes guida dès lors les premiers pas littéraires du futur Prix Goncourt (primé en 1916 pour son célèbre roman Le Feu). Barbusse devint ainsi rapidement intime avec Schwob, lui écrivant déjà dans une lettre de décembre 1893 : « J’ose pourtant vous dire que je veux être un frère dans votre pensée, un frère qui ne vous manquera jamais, mon cher, mon très cher ami ».

Nicolas Ducimetière
Douvaine, 17 juin 2018


NOTES

[1] Voir notamment le site de l’active « Société Marcel Schwob », ainsi que son blog.

[2] Marcel Schwob et Robert Louis Stevenson, Correspondance, suivie de Will du moulin, éd. par François Escaig, Paris, Allia, 1992.

[3] Il avait pourtant échoué aux concours de Normale Sup’ et de l’agrégation, preuve que cela arrive à des gens très bien, c’est une consolation ! 😉

[4] Nicolas Malais, Bibliophilie & création littéraire (1830-1920), Paris, Cabinet Chaptal éditeur, 2016.

[5] Ce « Catalogue raisonné, descriptif et figuré, illustré de 166 facsimilés (titres, variantes, pages de texte, portraits » parut à Paris, Imprimerie nationale, en 1904. On doit aussi à Plan une édition de la correspondance de Jean-Jacques Rousseau.

Ex-libris gravé de Pierre-Paul Plan dans une édition des “Satyres” de Régnier provenant de son ennemi personnel Pierre Louÿs. Inv.

[6] Cité d’après Bernard de Meyer, Marcel Schwob, conteur de l’imaginaire, Berne, Peter Lang, 2004, p. 69. Voir aussi son article « Mimes : histoire d’un recueil », dans Christian Berg et Yves Vadé, Marcel Schwob, d’hier et d’aujourd’hui, Editions Champ Vallon, 2002, pp. 133-134.

[7] Egalement nommée « Lotus bleu » ou « Nelumbo », la « Petite Collection Guillaume » était formé de petits livres in-16, commercialisés à prix accessibles, à la fois commodes et luxueux, livres de chevets et de voyages autant que de bibliothèques. Edités au nombre de deux par mois, ils reçurent un très bon accueil, d’autant qu’un perfectionnement arriva. Après les premiers titres simplement brochés, l’éditeur décida de proposer des reliures : « De nombreuses lettres de nos abonnés nous ont signalé les inconvénients du brochage pour des livres aussi fragiles. Il est de fait que ces petits volumes, frais et gracieux au sortir de nos ateliers, ne sont plus que des chiffons sales et informes quand ils arrivent, après bien des péripéties, aux mains de l’acheteur, qui leur donne le coup de grâce en en coupant quelquefois les feuillets avec son doigt ou un bout d’allumette ». On proposa donc des reliures en cartonnage bleu orné, avec la tête déjà dorée, voire des versions plus luxueuses en chagrin bleu frappé du « nelumbo » doré.

Alphonse Daudet, “Entre les frises et la rampe”, Paris,  Dentu, 1894 , édition originale, exemplaire en reliure éditeur chagrin bleu. Inv. 388

[8] Paris, Calmann Lévy, 1885, in-4°.

[9] Paris, E. Dentu, 1888.

[10] Paris, E. Dentu, 1889.

[11] Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1886, in-16. EO en 1885.

[12] Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1888.

[13] Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1888.

[14] Paris, Dentu / Editions du “Figaro”, 1890. Mon exemplaire (Inv. 1831) a été offert par Daudet à Francis Magnard, le patron du “Figaro”, avec cet envoi : “à Francis Magnard, souvenir de jeunesse, Alph. Daudet, chantons, oui chantons le bon Delthypoèin…”.

[15] Paris, Flammarion, 1892.

[16] B. de Meyer, op. cit., pp. 69-70.