Archives par mot-clé : Satire

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (60) – EXHUMATION D’UN SATIRISTE

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (60)

 EXHUMATION D’UN SATIRISTE

Pour l’ami Richard Touroude,
entre amateurs (fanatiques ?)
des vieux satiristes français

Quelle curieuse chose d’avoir attendu ce soixantième billet pour en venir à parler de la satire française au XVIIe siècle, alors que les ouvrages de cette veine et de cette époque occupent une partie non négligeable de mes rayons anciens… Si mes inventaires sont à jour (et en mettant de côté quelques titres satiriques imprimés sous les Valois et durant les Lumières, ainsi qu’un petit fonds d’éditions de la Satyre Ménippée), ce sont plus de soixante-dix volumes qui sont ainsi concernés, regroupant bien sûr les grands noms du genre (en premier lieu Mathurin Régnier et Nicolas Boileau, qui auront droit à leur article propre), mais aussi toute une série de suiveurs ou d’adversaires moins illustres, mais souvent hauts en couleurs. Le hashtag #satire sera donc fréquent dans ces pages durant les prochains mois ! Bien entendu, des vers satiriques, on en rencontre un peu partout dans les recueils des règnes de Louis XIII et Louis XIV : Scarron, Saint-Amant, Ménage, Sarasin, Bois-Robert, pour ne parler que des plus éminents, se sont tous essayés à un moment à l’art de trousser des vers de ce type. Mais nous parlerons ici (d’une manière d’ailleurs fort peu chronologique) des satiristes « professionnels », ayant exercé la veine caustique à plein temps et dont l’œuvre tout entière fut marquée de ce sceau. J’ai déjà évoqué les deux « grands », Régnier (au début du siècle) et Boileau (dans sa seconde moitié), auxquels il faudra bien sûr ajouter Théophile de Viau, mais les billets à venir aborderont aussi les adversaires de Boileau (Pradon, Bonnecorse, Regnard et Sanlecque), ses suiveurs (Losme de Monschasnay, Boissy), ainsi que quelques-uns de ces délicieusement rares anonymes ou minores du début du siècle. Resterait alors à traiter la fameuse « Ecole satirique normande », dont on s’accorde à dire qu’elle ne fut en rien un mouvement coordonné, mais dont l’appellation de convention est tout de même bien pratique pour désigner un ensemble d’auteurs presque tous contemporains et souvent amis, exerçant dans les années 1620-1640, en premier lieu Thomas Sonnet de Courval, Robert Angot de L’Eperonnière et Jean Auvray.

La Poésie mettant à l’auteur satirique son masque grimaçant, frontispice gravé des “Satires” de Juvénal traduites par Dryden (Londres, 1711). Source : WikiCommons

C’est d’ailleurs avec l’un de ces Normands que nous commencerons cette collection d’auteurs satiriques, en lui accordant de manière délibérée un traitement isolé et particulier, parce que son œuvre a fait intervenir, par le hasard des achats croisés, d’autres résonances. Figure pittoresque en elle-même, ce magistrat-poète quelque misanthrope que fut Jacques du Lorens (1580-1655) attira en effet l’attention des érudits et bibliophiles du XIXe siècle (à cette époque, c’était souvent les mêmes), occasion de rendre hommage à leur travail pionnier de découvreurs. Et on peut dire que, dans ce domaine, les noms d’Emmanuel Viollet-le-Duc et de Prosper Mérimée méritent encore de sonner très haut, comme nous allons le voir !

I. Un poète satirique à la puissance trois 

Si Du Lorens put se targuer d’être normand, ce fut tout de même du bout des ongles : son petit village natal de Tillières-sur-Avre se trouve en effet aux frontières de la province, à équidistance (ou peu s’en faut) de Caen et de Paris. Comme un portrait daté de 1644 lui donnait alors 64 ans, on peut en déduire qu’il vit le jour en 1580 (et non en 1583, comme le disent certaines sources), sans doute au mois de janvier, car « sous le signe des Pléiades » (comme il l’écrivit lui-même), même si les registres paroissiaux de l’endroit, disparus pour cette époque, ne peuvent apporter de confirmation formelle. Formé tout d’abord par le curé local, le jeune homme poursuivit son cursus de droit en Sorbonne jusqu’à décrocher son doctorat et s’installa d’abord à Paris comme avocat débutant, avant de déménager en 1602 à Chartres, où il se maria avec un beau parti, la demoiselle Geneviève Langlois. Si cette dernière lui donna au fil des années pas moins de douze enfants (dont aucun ne semble leur avoir survécu), elle se révéla une tyrannique grippe-sou, surveillant son mari (à en croire ce dernier) dans tous les éléments de sa vie, ce qui lui fit écrire, après la mort de son épouse : « Ci gît ma femme : Ah qu’elle est bien, / Pour son repos, et pour le mien ! » Distique peu charitable, mais qui fut salué par Boileau comme un « must » insurpassable de l’épigramme ! Exerçant comme avocat auprès du présidial de Chartres, il fut obligé de quitter la ville après un blâme de cette cour de justice, s’étant attiré pas mal d’inimités dans le milieu de la robe locale par son habitude de la critique trop franche.

Portrait de Jacques du Lorens, gravé par Claude Goyrand d’après un dessin d’Augustin Quesnel, 1644. Bibliothèque nationale de France. Source : Gallica

Optant pour un repli tactique, Du Lorens acquit en 1613, de Mathurin de La Chaussée, la charge de bailli-vicomte (autrement dit de juge) de Châteauneuf-en-Thimerais, à vingt-cinq kilomètres de Chartres. Il devait finalement y accomplir tout le reste de son existence et de sa carrière, devenant lieutenant-général, puis président du bailliage. Magistrat apparemment consciencieux, apprécié de son maître Charles de Gonzague, duc de Nevers, il publia deux traités juridiques abordant et annotant les particularités du droit local, à savoir une Coutume de Chasteauneuf en Thymerais (Chartres, 1627) et Les Trois Coutumes de Chasteauneuf, Chartres & Dreux (Chartres, 1645). Le 1er octobre 1654, dans les derniers mois de son existence, le barbon veuf de soixante-quinze ans décida soudain de se remarier avec une jeunesse nommée Marie de Quenoilles. Selon l’historien des lettres Dreux du Radier, ce mariage de la dernière heure « étoit une autre preuve que le bonhomme n’y connoissoit plus rien », ce que révélait par ailleurs sa signature erratique sur le contrat de mariage, indice d’« un homme qui ne savoit plus ce qu’il faisoit ». Si la mariée (d’ailleurs illettrée en dépit de son nom à consonance noble) avait recherché l’héritage, elle n’eut pas à attendre longtemps : son vieux mari mourut de maladie dès le 10 avril 1655. Portant ses armes « D’or, à l’olivier de sinople, au chef d’azur chargé de trois étoiles d’or » (les mêmes que celles d’André du Laurens, seigneur de Ferrières, qui fut premier médecin d’Henri IV), son tombeau fut détruit en 1793.

Jacques du Lorens, “Les Satyres de Mr. du Lorens, president de Chasteau-neuf…”, Paris, chez Antoine de Sommaville, 1646, exemplaire Guilbert, p. 135 (extrait de la satire XVII, sur les hommes de loi). Inv. 315
Jacques du Lorens, “Les Satyres de Mr. du Lorens, president de Chasteau-neuf…”, Paris, chez Antoine de Sommaville, 1646, exemplaire Guilbert, p. 136 (extrait de la satire XVII, sur les hommes de loi). Inv. 315

Tous les contemporains s’accordaient pour dire que Du Lorens était un satiriste-né en raison de son caractère naturel plutôt difficile, ce que lui-même ne remettait pas en cause, bien au contraire. N’affirmait-il pas qu’il arrivait même à « blesser un homme en lui jetant des roses » ? Un mémoire dressé à son encontre par ses administrés de Châteauneuf rappelait le blâme de Chartres (pour avoir offensé les magistrats), mais aussi certaines lourdes amendes infligées par le Parlement de Paris pour « excès, injures et libelles diffamatoires » contre son collègue Me Laurens Olivier, avocat du roi au bailliage de Châteauneuf. Selon les plaignants, Du Lorens « étoit d’une humeur si peu accommodante que jamais il n’y put vivre en paix [à Châteauneuf], & sans avoir de différend avec quelqu’un, n’ayant laissé un seul des officiers [i.e. magistrats], & principaux habitants de Châteauneuf exempts de ses offenses ordinaires ». Il faut toutefois tempérer très sérieusement ce document à charge, car l’examen des relations de Du Lorens montre que sa fréquentation était par ailleurs fort goûtée dans des cercles très policés et qu’il y comptait de nombreux amis. Un grincheux, oui, mais « au demeurant le meilleur fils du monde » et comptant des intimes jusque chez les puissants : outre son protecteur naturel le duc de Nevers, il était au mieux avec le maréchal de Bassompierre ou avec les plus hauts magistrats parisiens (comme les présidents Nicole, Molé et de Mesmes). Le poète entretenait également des relations amicales avec le rimeur néolatin Nicolas Bourbon, avec le dramaturge Rotrou, ainsi qu’avec le grand Mathurin Régnier en personne, son modèle poétique. Il faut enfin signaler son goût marqué pour l’art : admirateur et client du peintre Claude Vignon comme du sculpteur Pierre Biard (dédicataire de la satire XXI, consacrée à l’art), il était un collectionneur des plus avertis. Dans sa galerie, évaluée 10’000 écus à l’heure de sa mort, se côtoyaient des œuvres de Tintoret, de Raphaël, de Véronèse ou du Carrache.

Jacques du Lorens, “Les Satyres…”, Paris, Jacques Villery, 1624, première édition. Paris, Bibliothèque nationale de France. Source : Gallica

Au-delà de la tendance naturelle de son caractère, c’est sans doute la pratique quotidienne du monde judiciaire qui amena Du Lorens à la satire : être à longueur de temps confronté aux pires travers de l’être humain, ceux qui doivent se régler devant les tribunaux, conduit forcément à une forme de misanthropie, ou du moins à une perte de confiance dans le principe de la bonté généralisée. C’est en 1624, quelques mois après un premier essai rarissime[1], que Du Lorens franchit le pas en réunissant les fruits de ses compositions dans un recueil intitulé Les Satyres du sieur du Lorens. Divisees en deux Livres, sorti des presses parisiennes de Jacques Villery[2]. L’ouvrage de 202 pages contenait une série de vingt-cinq poèmes satiriques dans lesquels se relevait partout la marque de Mathurin Régnier, bien qu’il se défendît de tout plagiat. A l’égard des mânes de ce dernier, d’ailleurs, Du Lorens se montra peu généreux, puisqu’il le décrivit comme « aussi bourbeux que le Pere Lucile », laissant entendre par là que, dans le célèbre tandem des satiristes antiques Lucilius et Horace, lui-même se réservait le premier rôle, celui d’un moderne Horace ! Un dizain liminaire, « Le Libraire au Lecteur », devait d’ailleurs enfoncer le clou dans l’édition de 1646, dressant un comparatif entre les deux poètes :

Jacques du Lorens, “Les Satyres de Mr. du Lorens, president de Chasteau-neuf…”, Paris, chez Antoine de Sommaville, 1646, exemplaire Guilbert, f. prélim. [4]r, dizain “Le Libraire au Lecteur”. Inv. 315

Dans ses vers, Du Lorens attaquait de front tout ce qui lui déplaisait – et la liste était longue. La Cour, évidemment, qu’il n’avait jamais fréquenté, mais où il affirmait ne jamais vouloir mettre les pieds : à l’en croire, devoir rester constamment debout, comme tout bon courtisan, risquait de lui donner des varices… Il tira également à boulets rouges sur les petites magouilles de son milieu professionnel (dès lors, comment s’étonner de son succès très relatif auprès de ses pairs, quand tout le monde en prenait pour son grade : les magistrats corrompus, les avocats trop bavards ou pédants, les accusés cyniques et les plaignants insupportables !). Il se moquait toutefois ouvertement de l’avis des autres et, sans façon, affirmait péter à la tête de tous ces détracteurs ! Mais ce qui le mettait surtout en fureur, c’était l’hypocrisie, sa véritable bête noire, sujet de bien des passages de ses poèmes. Raison pour laquelle le Normand affichait des prétentions à exercer la sincérité la plus crue (une sorte de Dr. House de la magistrature). Comme le notèrent ses bio-bibliographes Fernand Fleuret et Louis Perceau, « Du Lorens est de tous les satiriques l’un de ceux qui inspirent le plus de sympathie : son indignation n’est jamais feinte, sa brusquerie est comique et naturelle »[3].

Jacques du Lorens, “Les Satyres de Mr. du Lorens, president de Chasteau-neuf…”, Paris, chez Antoine de Sommaville, 1646, page de titre, exemplaire Guilbert. Inv. 315

Pour autant, l’œuvre satirique de Du Lorens, si elle demeura constante dans ses thèmes et dans la détermination de ses dénonciations, a connu une évolution importante au fil des décennies et « on ne saurait trop louer ce consciencieux ouvrier qui s’y reprit à trois fois pour léguer aux moralistes futurs un recueil de satires qu’il voulait digne de ses maîtres et conforme à la réalité »[4]. La bibliographie des Satyres de Du Lorens est longtemps restée énigmatique pour les premiers chercheurs du Siècle des Lumières, dont la tâche était compliquée par la rareté, déjà réelle à leur époque, des livres du Normand. Beaucoup d’entre-eux (Dreux du Radier et l’abbé Goujet en tête[5]) ne connaissaient que deux éditions, celle de 1624 et celle de 1646, et affirmaient que la seconde était la réimpression fidèle de la première. Or, il n’en était rien. La redécouverte d’une rarissime édition intermédiaire, parue en 1633 (Les Satyres du sieur du Laurens [sic !], Paris, Gervais Alliot, 90 pages[6]) montra que ce processus de réécriture avait déjà été amorcé à ce moment-là, cette version ne donnant que seize poèmes, entièrement réécrits. Ils seront finalement repris dans l’édition de 1646, avec des très profonds remaniements, tandis que dix pièces entièrement nouvelles étaient ajoutées, portant le nombre de satires à vingt-six (mais totalement différentes des vingt-cinq du recueil initial de 1624). Denis Lopez avait attribué au marquis de Gaillon, dans un article du Bulletin du Bibliophile paru en 1861[7], la paternité de la découverte des différences entre l’édition de 1624 et celle de 1646 (c’est Prosper Blanchemain qui retrouva, en 1867, une allusion à une possible édition de 1633, finalement dénichée en l’année suivante). Mais en réalité, cette confrontation entre les deux éditions avait déjà été faite antérieurement, avec toutes les conclusions qui s’imposaient, par l’un des plus fins bibliophiles et bibliographiques poétiques du XIXe siècle, que je voulais saluer depuis bien longtemps.

“Portrait d’Emmanuel Viollet-le-Duc”, gouache, Charenton, Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine. Source WikiCommons

Si le nom de Viollet-le-Duc parle encore aujourd’hui (merci Notre-Dame de Paris !), c’est pour tout le monde grâce la figure de l’architecte et historien Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879), le restaurateur ou améliorateur des plus importants monuments médiévaux de France, de Pierrefonds à Carcassonne, du Mont Saint-Michel à la basilique de Vézelay. Pour tout le monde, vraiment ? Eh bien, non ! Car les bibliophiles, eux, savent qu’il faut également honorer, ô combien, son père, Emmanuel Viollet-le-Duc (1781-1857). En 1801, ce fils de commissaire-priseur était entré comme chef de bureau au Ministère de la Guerre, avant de passer huit ans plus tard au poste de sous-contrôleur des services du palais de l’Empereur. Toute sa carrière, en fait, se poursuivit, au gré des régimes, au service des maisons impériales, puis royales. Vérificateur des dépenses de la Maison du Roi sous la Restauration, sans avoir connu de disgrâce, il fut propulsé, grâce à la Révolution de Juillet et à son soutien marqué à Louis-Philippe, vers le prestigieux titre de gouverneur du palais des Tuileries, puis de conservateur des résidences et maisons royales à l’Intendance générale de la liste civile, ainsi que d’administrateur des propriétés de la sœur du roi, Madame Adélaïde. Logiquement, ce favori du régime se retrouva en délicatesse avec le régime républicain après la Révolution de Février : il perdit ses charges et même son logement, devant se résoudre petit à petit, la mort dans l’âme, à la liquidation de sa bibliothèque[8]. Il poursuivit toutefois ses publications, notamment bibliographiques, jusqu’à sa mort.

Robert-François Brend’amour, “L’Amateur de vieux livres”, bois colorié, v. 1880 (détail). Source : Le Bibliomane moderne

Car Viollet-le-Duc, depuis sa jeunesse, était à la fois un praticien et un historien de la littérature, ainsi qu’un bibliophile fanatique. Son centre d’intérêt : la poésie française ancienne, depuis le Moyen Age jusqu’aux début des Lumières, avec un cœur de bibliothèque centré sur les XVIe et XVIIe siècles. Cette vocation naquit durant les heures sombres des spoliations révolutionnaires qui, selon son propre témoignage, avaient « recouvert les boulevarts et les quais de ces livres dont j’étais curieux, que mes occupations ne me permettaient pas de consulter dans les établissements publics, et qui depuis sont devenus introuvables. Je différais en cela du plus grand nombre de nos amateurs actuels, que je n’achetais ces livres que pour les lire, et non pour leur beauté ou leur rareté : car personne n’en voulait, et leur emplète m’attirait les reproches de ma famille et les sarcasmes de mes amis, tant était étrange, à cette époque, mon goût pour les bouquins ! »[9]. S’attachant à des auteurs souvent complétement oubliés, il voulut, au bout de quarante ans de recherche, de collecte et de lecture, faire connaître le résultat de son travail, car « tous ces livres [rassemblés] sont assez rares pour me permettre de croire que très peu de personnes les connaissent, en totalité du moins ; et cependant, tous méritent d’être connus, ne fût-ce qu’afin de diriger les étudiants et les amateurs »[10]. Ainsi naquit en 1843 le toujours aussi essentiel Catalogue des livres composant la Bibliothèque poétique de M. Viollet-le-Duc[11].

Emmanuel Viollet-le-Duc, “Catalogue des livres composant la bibliothèque poétique de M. Viollet-le-Duc…”, Paris, Hachette, 1843, page de titre. Inv. 3095

Si l’entreprise demeure, aux yeux des connaisseurs, l’un des deux Everest bibliophiliques du XIXe siècle à être composés par le collectionneur lui-même (l’autre étant les Mélanges d’une petite bibliothèque de Charles Nodier, parus en 1829), elle ne se fit pas sans peine. Comme l’expliqua son auteur, le livre avait la mauvaise idée de s’intituler Catalogue, une accroche déjà considérée à l’époque comme hautement suspecte ou carrément barbante – un apriori à la vie dure, qui touche encore les cercles du savoir modernes, semble-t-il[12]. Or, « on n’a cessé de m’objecter que ce titre de Catalogue que je donne à mon livre éloignerait bien des lecteurs. Cette considération fort sérieuse, en m’empêchant de trouver un libraire, m’a mis dans l’obligation d’imprimer à mes frais […]. Je tenais mon titre de Catalogue, par l’excellente raison que ce livre n’est réellement qu’un catalogue ; chose d’ordinaire peu attrayante, je le sais, quoiqu’il y ait des exceptions. Je conviens que les ouvrages des bibliographes ne sont lus que par des bibliographes, sorte d’érudits que l’on trouve peu réjouissants »[13]. De cela aussi, le grand Jacques-Charles Brunet (1780-1867), l’auteur de l’impérissable Manuel du Libraire et de l’amateur de livres, peut aussi témoigner, lui qui se vit enfin honoré de la croix de la Légion d’honneur à l’âge rassis de … quatre-vingt-cinq ans ! Mais nous sommes aujourd’hui encore assez nombreux à nous plonger dans leurs travaux. La Bibliothèque poétique de Viollet-le-Duc, dont les notices sont agrémentées tout du long de « notes bibliographiques, biographiques et littéraires de chacun des ouvrages catalogués, pour servir à l’histoire de la poésie en France », nous invite vraiment à une rencontre directe avec le bibliophile, dont les commentaires personnels de lecteur, les anecdotes de chineur nous semblent délivrés entre les rayons mêmes de sa collection. Aussi n’est-ce pas une surprise si Jean Paul Barbier-Mueller, se lançant à son tour en 1973 dans la description (autrement minutieuse) de sa collection, adopta pour son propre catalogue le titre de Ma Bibliothèque poétique[14]. La collection poétique rassemblée par Viollet-le-Duc regorgeait de raretés oubliées et fut suffisamment appréciée par ses émules pour que les exemplaires s’en rencontrent encore en vente publique ou dans les catalogues de libraire. Pour ma part, j’ai eu le bonheur d’acquérir, au fil des années, six éditions[15] portant l’un ou l’autre de ses ex-libris, parfois une simple étiquette imprimée à son nom, parfois une vignette bien mieux exécutée, entourée d’une petite frise de motifs typographiques[16].

Jacques du Lorens, “Les Satyres de Mr. du Lorens, president de Chasteau-neuf…”, Paris, chez Antoine de Sommaville, 1646, édition originale, exemplaire de Viollet-le-Duc, contreplat avec ex-libris et notes bibliographiques de plusieurs mains. Inv. 298

Parmi les poésies de prédilection de Viollet-le-Duc se trouvaient notamment les satires. Ce n’est guère surprenant, car, en plus d’un bibliographe, ce grand commis de l’Etat était également … un poète satirique ! Sa carrière littéraire, il l’avait entreprise en publiant en 1809 un Nouvel Art poétique, poème en un chant qui se moquait allégrement de l’abbé Delille (alors au sommet de sa gloire) et tous ses sectateurs adaptes de l’imitation des Géorgiques : l’ouvrage amusa par son culot et connut trois éditions dans l’année. Trois ans plus tard, nouveau brûlot avec Le Retour d’Apollon qui brossait un tableau sans concessions des lettres françaises, épinglant les néoclassiques comme les néo-modernes, tous accusés d’être de bien médiocres émules du dieu à la lyre… Si, par la suite, Viollet-le-Duc cessa de composer lui-même, son intérêt pour la satire demeura marqué, comme le prouvent ses travaux d’érudition. Dès 1813, il mit ainsi au point une nouvelle édition des œuvres de Mathurin Régnier qui présentait en guise d’introduction une « Histoire de la satire en France » en guise d’introduction. Cette édition fort bien reçue connut deux réimpressions, en 1822 (Desoer), puis en 1853 (Jannet). Il récidiva en 1821 avec cette fois une édition commentée des œuvres de Boileau.

Mathurin Régnier, “Œuvres complètes…”, éd. Viollet-le-Duc, Paris, P. Jannet, 1853, un des quelques exemplaires sur papier de Chine, relié en maroquin rouge janséniste par Hardy. Inv. XXXXX

Aussi était-ce très émouvant pour moi de pouvoir acquérir en 2008 l’exemplaire de l’édition de 1646 des Satyres de Mr Du Lorens ayant appartenu à Viollet-le-Duc et décrit aux pages 485-489 de sa Bibliothèque poétique de 1843. Comme expliqué plus haut, il avait été le premier, ayant mis la main sur les éditions de 1624 et de 1646, à pratiquer leur examen croisé et à établir la complète différence entre les contenus des deux volumes : « ces deux éditions des satires de du Lorens ne sont point identiques. La première est beaucoup plus rare ; mais la seconde est meilleure, ce que faisant réimprimer ses ouvrages après 11 années, pendant lesquelles la langue avait fait des progrès, du Lorens se crut dans la nécessité de corriger son style, de changer ses vers, de supprimer quelques pièces et d’en ajouter d’autres. […] Quoiqu’en dise l’abbé Goujet, ce sont réellement des ouvrages différents. Pour quiconque veut connaître l’histoire de notre poésie, de sa marche, de ses progrès, de ses variations si l’on aime mieux, la comparaison de ces deux éditions est donc une étude curieuse. […] »[17].

Emmanuel Viollet-le-Duc, “Catalogue des livres composant la bibliothèque poétique de M. Viollet-le-Duc…”, Paris, Hachette, 1843, p. 485. Inv. 3095
Emmanuel Viollet-le-Duc, “Catalogue des livres composant la bibliothèque poétique de M. Viollet-le-Duc…”, Paris, Hachette, 1843, p. 486. Inv. 3095

Concernant plus spécifiquement l’édition de 1646, Viollet-le-Duc releva une particularité curieuse. Il possédait de longue date un exemplaire, en reliure de l’époque dotée d’un joli dos décoré « à la grotesque », mais   incomplet de trois feuillets correspondant aux pages 137-138 (incipit de la satire XVIII), 183-184 (incipit de la satire XXIV) et 203-204 (passage de la satire XXVI et avant-dernière page du livre). Voulant corriger ce défaut, il pensa acquérir un autre exemplaire lors d’une vente de la salle Silvestre, mais s’aperçut en le collationnant que le volume présentait les mêmes manques ! Investiguant alors du côté de la Bibliothèque royale, il constata que l’exemplaire de l’institution, relié au XVIIIe siècle en maroquin fauve aux armes royales[18], était lui-même incomplet des pages 183-184, tandis que les deux autres feuillets, présents, étaient manifestement montés sur onglet et présentaient une teinte différente, « plus blanche que le reste du volume ». Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, Viollet-le-Duc compléta comme il le put les manques de son exemplaire : « J’ai calqué les passages manquants et je les ai joints à mon exemplaire, conforme maintenant à celui de la Bibliothèque royale ». C’est donc avec émotion que je redécouvris aux passages incriminés les ajouts manuscrits de Viollet-le-Duc, demeurés en place car cousus.

Emmanuel Viollet-le-Duc, copie manuscrite de la page 137-138, dans Jacques du Lorens, “Les Satyres de Mr. du Lorens, president de Chasteau-neuf…”, Paris, chez Antoine de Sommaville, 1646, édition originale, exemplaire de Viollet-le-Duc. Inv. 298
Emmanuel Viollet-le-Duc, copie manuscrite de la page 183-184, dans Jacques du Lorens, “Les Satyres de Mr. du Lorens, president de Chasteau-neuf…”, Paris, chez Antoine de Sommaville, 1646, édition originale, exemplaire de Viollet-le-Duc. Inv. 298
Emmanuel Viollet-le-Duc, copie manuscrite de la page 203-204, dans Jacques du Lorens, “Les Satyres de Mr. du Lorens, president de Chasteau-neuf…”, Paris, chez Antoine de Sommaville, 1646, édition originale, exemplaire de Viollet-le-Duc. Inv. 298

Outre le modeste ex-libris imprimé du propriétaire, le premier contreplat et le feuillet de garde en regard contiennent de nombreuses notes bibliographiques donnant le détail des éditions de Du Lorens. Si elles ne sont pas de la main du collectionneur (celles à l’encre sont d’ailleurs recouvertes en partie par son ex-libris, tandis que les notes au crayon citent la référence à la Bibliothèque poétique de 1843), c’est en revanche le cas du long texte (écrit de manière nettement plus soignée) sur le feuillet de garde. C’est le récit d’une visite faite le 26 juin 1817 « chez M. Desligneris à Méréglise », autrement dit au marquis Jean-Baptiste des Ligneris (1743-1829), seigneur de Méréglise et de La Noue, jadis mousquetaire de la garde du roi. Chemin faisant, il croise un « monument celtique. C’est une pierre debout que dans le pais on nomme Pierre levée ». Mais autant que ce menhir, c’est un ouvrage de la bibliothèque des Ligneris dans leur château de Méréglise qui surprit le bibliographe : « j’ai vu dans le Cabinet de M. Desligneris un exemplaire des Satyres de Dulorens édit. de 1643 [sic] d’autant plus curieux qu’il s’y trouve le Catalogue des tableaux qu’il possedoit écrit sous sa dictée par son fils ainsi qu’il l’a anoncé à la fin [du manuscrit] dont le prix s’eleve à 12000 fr. Le grand pere de M. Desligneris avoit épousé une fille de Dulorens. Un Desligneris fut député au Concile de Trente. M. Desligneris y a joint une notice ms. [manuscrite] sur Dulorens, sa famille et ses alliances et descendance fort curieuse ».

Emmanuel Viollet-le-Duc, extrait de la note manuscrite concernant une prétendue édition de 1643 [sic] vue chez le marquis des Ligneris, descendant de Du Lorens, sur le feuillet de garde de son exemplaire des “Satyres” de 1646. Inv. 298

Deux ans plus tard, en 1849, dans le catalogue de sa vente aux enchères, c’est un exemplaire complet, relié en maroquin rouge ancien, tranches dorées, qui se présentait sous le numéro 497 (présenté comme un « magnifique exemplaire complet, ce qui est rare ») : la chance avait donc enfin tourné pour Viollet-le-Duc qui devait toutefois ne jouir que très peu de temps de ce volume… Pour en revenir aux manques constatés par le bibliophile dans au moins trois exemplaires, on peut encore aujourd’hui renouveler son expérience avec le volume aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France : on y retrouve en effet toujours les différences de teinte relevées par le bibliographe dans les années 1820 ou 1830. Reprenant les constations de son prédécesseur, Brunet conseilla quarante ans plus tard, dans sa description de l’édition de 1646, de « la collationner exactement, car dans plusieurs exemplaires, il manque soit les pages 137-138 et 203-204, soit les pages 183-184 »[19].

La différence de teinte déjà notée par Viollet-le-Duc s’observe toujours dans l’exemplaire des “Satires” de 1646 de la Bibliothèque nationale de France (incomplet des pp. 183-184). Source : Gallica

Relié au milieu du XVIIIe siècle et passé à cette époque par le bibliothèque d’un certain sieur Guilbert, « Capitaine de navire à Caen » (selon son ex-libris manuscrit), mon second exemplaire des Satyres de 1646 est lui bien complet de ces trois feuillets. Comme dans l’exemplaire de la BnF, on constate aisément qu’ils furent montés sur onglet. Viollet-le-Duc avait tenté de trouver « quelques motifs de leur suppression, soit en raison de noms propres cités ou de passages trop libres, mais les pages ne contiennent rien de plus fort que tout le reste du volume ». Mais il parle là de versions déjà amendées, celles montées sur onglet qu’il découvrit à la Bibliothèque royale. En réalité, on doit plutôt supposer que les pages d’origine contenaient de grossières coquilles, jugées suffisamment gênantes pour qu’un tirage corrigé soit livré, mais que ces feuillets de remplacement ne furent pas été insérés dans tous les exemplaires, occasionnant ces nombreuses lacunes.

Jacques du Lorens, “Les Satyres de Mr. du Lorens, president de Chasteau-neuf…”, Paris, chez Antoine de Sommaville, 1646, exemplaire Guilbert, p. 137. Inv. 315
Jacques du Lorens, “Les Satyres de Mr. du Lorens, president de Chasteau-neuf…”, Paris, chez Antoine de Sommaville, 1646, exemplaire Guilbert, p. 183. Inv. 315
Jacques du Lorens, “Les Satyres de Mr. du Lorens, president de Chasteau-neuf…”, Paris, chez Antoine de Sommaville, 1646, exemplaire Guilbert, p. 203. Inv. 315
Jacques du Lorens, “Les Satyres de Mr. du Lorens, president de Chasteau-neuf…”, Paris, chez Antoine de Sommaville, 1646, exemplaire Guilbert, détail de l’onglet de la p. 203. Inv. 315

A partir du milieu du XIXe siècle, Du Lorens figura dans toutes les grandes bibliothèques consacrées à la littérature française ancienne, en premier lieu avec l’édition de 1646. De cette dernière, j’ai pu relever, de manière non exhaustive, une petite dizaine d’exemplaires « à provenance »[20]. On comprend bien l’attrait exercée sur les lecteurs-collectionneurs pour cette poésie pleine de spiritualité, de verve et de truculence, qui parlait avec passion ou emportement de l’art, du métier d’avocat, des travers de la vie à la campagne et à la ville, de la poésie, de l’amour, etc. Ces Satyres demeuraient toutefois d’un accès compliqué en raison de leur relative rareté (grande pour les éditions de 1624 et surtout de 1633, un peu moins pour la 1646). Avec l’intérêt des chercheurs et des collectionneurs s’éveilla donc celui des éditeurs.

II. Exhumer, rééditer et relire un auteur oublié

A la lumière des progrès bibliographiques des années 1830 à 1860, il devenait pertinent de rééditer les vers de Du Lorens. Il ne s’agissait pas que d’un « fétichisme » bibliophilique. Peu à peu se faisait jour la place non négligeable de l’atrabilaire magistrat-poète normand dans l’histoire de la littérature et du genre satirique : celle d’un trait d’union, d’une transition, entre Régnier et Boileau. Dès 1843, Viollet-le-Duc avait souligné l’intérêt qu’il y aurait à étudier l’évolution de la langue et du style de Du Lorens. Il faut par ailleurs être conscient que Du Lorens fut lu et imité par les plus grands auteurs de la génération suivante : La Fontaine lui emprunta deux vers que l’on retrouve dans la fable « Le Meunier, son fils et l’âne » ; Molière trouva sans aucun doute une partie de la matière de son Tartuffe dans la satire I de Du Lorens, consacrée à la dénonciation des hypocrites, et tout particulièrement des faux dévots ; Boileau, enfin, fit plusieurs emprunts directs aux satires II (contre les femmes), III (sur la noblesse) et IX (Paris et la campagne). Ces éminents patronages renforçaient d’autant plus l’intérêt d’une diffusion nouvelle de ces œuvres inspiratrices.

Jacques du Lorens, “Les Satyres de Mr. du Lorens, president de Chasteau-neuf…”, Paris, chez Antoine de Sommaville, 1646, exemplaire Guilbert, p. 1 (incipit de la Satire I contre les faux dévots). Inv. 315
Jacques du Lorens, “Les Satyres de Mr. du Lorens, president de Chasteau-neuf…”, Paris, chez Antoine de Sommaville, 1646, exemplaire Guilbert, p. 2 (extrait de la Satire I contre les faux dévots). Inv. 315
Jacques du Lorens, “Les Satyres de Mr. du Lorens, president de Chasteau-neuf…”, Paris, chez Antoine de Sommaville, 1646, exemplaire Guilbert, p. 5 (extrait de la Satire I contre les faux dévots). Inv. 315

Rééditer les Satyres de Du Lorens, c’était en fait réimprimer trois livres distincts. Les premiers à se lancer, en privilégiant l’édition la plus rare, fut le bibliographe Prosper Blanchemain (1816-1879) (dont l’œuvre pionnière avait été largement évoquée dans le billet Mélanges 28 : Un trait d’union entre les siècles, comme celle d’un digne successeur de Guillaume Colletet) associé à l’éditeur Jules Gay (1807-1887). Ce dernier, s’étant spécialisé dans les ouvrages « galants », avait dû s’exiler en 1864 à Bruxelles pour y poursuivre son activité sans craindre la censure. Mais cette domiciliation belge connut une parenthèse entre 1868 et 1876, années durant lesquelles Gay s’installa à Genève, puis à Turin. C’est donc à Genève, en 1868, qu’il fit paraître l’édition donnée par Blanchemain de la Satire de J. du Lorens. Réimpression textuelle de l’édition de 1633, précédée d’une notice sur la vie et les ouvrages de l’auteur. Caractéristique de ces rééditions Gay, le petit volume in-18 de 75 pages fut imprimé sur un beau papier vergé à seulement 100 exemplaires, rareté relative qui m’a longtemps interdit de l’ajouter à mes rayons (jusqu’à mars 2024, occasion d’une retouche de ce billet).

Jacques Du Lorens, “Satire de J. du Lorens. Réimpression textuelle de l’édition de 1633, précédée d’une notice sur la vie et les ouvrages de l’auteur”, Genève, Gay et fils, 1868, justificatif de tirage et page de titre. Inv. 3371
Jacques Du Lorens, “Satire de J. du Lorens. Réimpression textuelle de l’édition de 1633, précédée d’une notice sur la vie et les ouvrages de l’auteur”, Genève, Gay et fils, 1868, fin de la préface et reproduction du titre de 1633. Inv. 3371

La chance m’a davantage souri, et nettement, avec la réédition du recueil de 1646, qui fut procurée en 1869 par Damase Jouaust (1834-1893). Fils d’un imprimeur parisien, ce licencié en droit lui avait succédé en 1864 et travailla pour plusieurs bons libraires-éditeurs de la place, notamment Alphonse Lemerre, pour lequel il imprima Les Poèmes saturniens de Verlaine en 1866. Trois ans plus tard, il créa sa propre maison d’édition, la « Librairie des bibliophiles », sise au 338, rue Saint-Honoré. Sous l’emblème de l’ancre marine frappée du motto « Occupa portum » (Tiens le port), l’établissement devait se consacrer principalement à des rééditions très soignées, destinées aux bibliophiles, de grands textes classiques ou de raretés anciennes. L’érudit éditeur mettait un point d’honneur, comme le proclamait son catalogue, à donner des éditions commentées qui étaient aussi « des livres d’amateurs, tirés à petit nombre, imprimés en caractères elzéviriens, avec des encres de qualité supérieure, sur papiers à la forme ». Ayant par ailleurs repris la collection de la « Bibliothèque elzévirienne », Jouaust présida aux destinées de son entreprise jusqu’en 1891-1893, dates de la vente de la librairie (à Flammarion) et de l’imprimerie (à Cerf) pour cause de faillite imminente. Ernest Flammarion lui-même devait faire cet éloge de son prédécesseur : « Les éditions de la Librairie des Bibliophiles seront la gloire de ce siècle, et le nom de Jouaust a sa place marquée à la suite des Estienne et des Didot, qui ont élevé à un si haut point la typographie française ». Quant à Octave Mirbeau, il n’hésita pas à sacrer Jouaust « prince de la typographie ».

Jacques du Lorens, “Satires de Du Lorens – Edition de 1646 contenant vingt-six satires”, publiée par D. Jouaust et précédée d’une notice littéraire par E. Villemin, Paris, chez D. Jouaust, imprimeur, 1869, exemplaire de l’éditeur sur papier de Chine, frontispice et page de titre. Inv. 3273

Parmi les premiers ouvrages sortis de la toute nouvelle « Librairie des Bibliophiles » figura donc une réédition des Satyres de 1646, « contenant vingt-six satires, publiée par D. Jouaust et précédée d’une notice littéraire par E. Villemin ». Médecin de profession, Eugène Villemin (1815-1869) était également un modeste poète parnassien. Comme il le souligna avec fierté dans son avant-propos, Jouaust avait agrémenté le livre d’un magnifique portrait gravé de l’auteur qui ne figurait dans aucun de ses recueils (à moins qu’il ait été ajouté par la suite, comme le souligne Tchemerzine). Ses recherches dans les archives normandes avaient aussi permis à l’érudit éditeur d’apporter des compléments nouveaux à la biographie du poète (notamment la question de son second mariage). Quant au texte, il avait rencontré les mêmes difficultés que Viollet-le-Duc pour trouver un exemplaire complet : « presque tous les exemplaires de l’édition de 1646, celle que nous reproduisons ici, sont incomplets des pages 137-138, 183-184, 203-204. L’exemplaire de la Bibliothèque impériale n’a pas les pages 183-184. C’est dans celui de la Bibliothèque de l’Arsenal, le seul exemplaire complet que nous connaissions, que nous avons pu trouver ces deux pages, comprenant les 42 premiers vers de la satire XXIV (pages 204-205-206 de notre réimpression). Nous avons cru devoir mentionner cette particularité qui rend notre édition d’autant plus précieuse pour les bibliophiles ».

Ex-libris de l’éditeur Damase Jouaust dans son exemplaire personnel des “Satyres de Du Lorens”, Paris, Librairie des Bibliophiles, 1869. Inv. 3273
Justificatif de tirage nominatif pour l’éditeur Damase Jouaust dans son exemplaire personnel des “Satyres de Du Lorens”, Paris, Librairie des Bibliophiles, 1869. Inv. 3273

Comme de juste, le mince volume connut un tirage restreint numéroté, sur quatre supports : 2 exemplaires furent imprimés sur parchemin (nos. 1 et 2) ; 15 sur papier de Chine (nos. 3 à 17) ; 15 sur Whatman (nos. 18 à 32) ; et 300 sur papier vergé (nos. 33 à 332). Imprimé sur papier de Chine, le présent exemplaire fut celui tiré spécialement pour l’éditeur Jouaust, comme le mentionne le justificatif de tirage. Il y apposa par ailleurs son joli ex-libris gravé, faisant revêtir le volume d’une délicate reliure Bradel de toile fine rouge, avec pièce-de-titre sur cuir noir. D’autres volumes sortis de ses presses pour passer de sa bibliothèque présentent le même vêtement (notamment un des quinze exemplaires sur Chine des Œuvres poétiques de Marie de Romieu, préfacées et annotées par Blanchemain [1878], qui voisine avec le Du Lorens dans mes rayons [Inv. 1055]). La réception de ce délicieux petit volume fut très bonne dans les cercles lettrés et nous en avons déniché une preuve éclatante avec le courrier d’un lecteur conquis, et quel lecteur !, puisqu’il s’agit de Prosper Mérimée (1803-1870), qui devait disparaître l’année suivante[21].

Prosper Mérimée, lettre autographe signée à l’éditeur Damase Jouaust, Paris, 52, rue de Lille, 13 août [1869], p. [1]. Inv. 1640
Prosper Mérimée, lettre autographe signée à l’éditeur Damase Jouaust, Paris, 52, rue de Lille, 13 août [1869], p. [2]. Inv. 1640

Monsieur, je vous remercie beaucoup de votre belle et bonne édition de Du Lorens. Il y a plaisir à lire des livres si bien imprimés. J’ai écrit au Ministre, comme M. Jannet m’avait dit, mais j’ignore encore l’effet de ma recommandation. Je crois vous avoir dit que je ne connaissais que fort peu le nouveau Ministre. Permettez-moi, Monsieur, de vous indiquer une publication qui serait à mon avis très désirable. Je veux parler des Tragiques de d’Aubigné ; il y a des vers aussi beaux que les meilleurs de Corneille. Ce poème étrange imprimé clandestinement et sans soin est dans un état pitoyable et demande un Œdipe pour se présenter aux lecteurs modernes. M. Jannet en a fait une édition qu’il s’est gardé de lire je crois, et où il y aurait bien des corrections à faire. Une ponctuation meilleure, une orthographe qui sans ôter au texte son air antique, ne créerait pas de difficultés nouvelles, enfin quelques notes voilà je crois ce qu’il faudrait pour remettre les Tragiques en honneur. Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de tous mes sentiments de haute considération. Pr. Mérimée

Agrippa d’Aubigné, “Les Aventures du baron de Fæneste…”, éd. Prosper Mérimée, Paris, Jannet, “Bibliothèque elzévirienne”, 1855, Inv. 2327

L’académicien-sénateur exprimait donc ici une admiration de connaisseur tout en suggérant un nouveau titre pour le catalogue Jouaust : Les Tragiques, l’œuvre-phare d’Agrippa d’Aubigné. Longtemps dénigré, le long poème baroque connaissait alors une véritable résurrection[22]. Et l’écrivain était des plus autorisés à donner un tel conseil, puisqu’il avait lui-même donné en 1853 (au sein de la « Bibliothèque elzévirienne » initiée par ce même Pierre Jannet ici taxé de mauvaises relectures) une réédition commentée des Aventures du baron de Foeneste du même Aubigné[23]. Mais peut-être fut-il vexé que son éditeur ait ensuite confié, en 1857, le soin des Tragiques à un autre philologue, Ludovic Lalanne[24]. L’idée de Mérimée intéressa en tout cas Jouaust et l’érudit Charles Read fut mandaté pour aller voir le manuscrit original à Genève. En avril 1870, cinquante-six pages de la nouvelle édition étaient déjà imprimées, Mérimée travaillant à un appareil de notes critiques. Mais la guerre interrompit la tâche et l’écrivain mourut dans sa villégiature de Cannes le 23 septembre suivant. Laissé à Paris, son manuscrit fut détruit dans l’incendie de son appartement durant la Commune, tandis que les notes de Read subissaient le même sort : il fallut attendre 1872 pour que cette édition Read, reprise du début, vit enfin le jour dans la « Nouvelle bibliothèque classique des éditions Jouaust ».

Jacques du Lorens, “Premières satires de Dulorens”, publiées par D. Jouaust, avec une notice par Prosper Blanchemain, Paris, Librairie du Biliophile, 1881, un des 320 exemplaires sur papier vergé (n° 41). Inv. 3274

Dans son introduction de 1869, Jouaust s’était fait jour d’un projet à long terme autour des Satyres de Du Lorens : « si, comme nous le pensons, [la réédition des vers de 1646] est accueillie favorablement par les lettrés auxquels elle est destinée, nous nous donnerons plus tard l’édition de 1624, puis celle de 1633, chacun d’elles constituant un ouvrage différent de celui qui nous publions aujourd’hui ». Mais la guerre franco-prussienne, la chute de l’Empire et les temps troublés qui suivirent firent remettre de plusieurs années cette ambition. La réédition du volume de 1633 ne vit finalement jamais le jour (mais le travail n’avait-il pas déjà été fait par Gay ?). En revanche, le recueil de 1624 fut bel et bien proposé aux curieux en 1881, sous le titre de Premières satires de Dulorens, avec une notice posthume de l’incontournable mais mortel Blanchemain, disparu deux ans plus tôt. La boucle était enfin bouclée et le vieux Du Lorens intégralement réédité avec l’aide des plus grands érudits-bibliophiles du XIXe siècle.

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 23 septembre 2023
[mise à jour : 3 mars 2024]

De haut en bas : l’exemplaire Viollet-le-Duc et l’exemplaire Guilbert de l’édition de 1646 ; l’exemplaire Jouaust sur chine de la réédition de 1869.

BIBLIOGRAPHIE

  • Fernand Fleuret et Louis Perceau (éds.), Les Satires françaises du XVIIe siècle, recueillies et publiées avec une préface, des notices et un glossaire, Paris, Librairie Garnier frères, 1923, tome I, pp. xxxvi-xxxix, et pp. 275-282.
  • Denis Lopez, « Jacques Du Lorens, satirique français (1580-1655) », dans Littératures classiques, n° 24 (« La satire en vers au XVIIe siècle »), printemps 1995, pp. 99-126.

NOTES

[1] Il existe en effet un mince opuscule in-16, déjà intitulé Les Satyres, sorti des presses de Villery à la date de 1623 : il ne contient que les deux satires sur l’amour et l’argent qui se retrouvèrent dans l’édition complète de 1624, mais déjà avec de nombreuses corrections. Inconnu de Tchemerzine et Brunet, le seul exemplaire repérable est à la Bibliothèque nationale de France (Réserve 8-NF-53930).

[2] L’édition est peu courante, mais on peut néanmoins en signaler deux exemplaires en collections privées. L’un, relié en vélin de l’époque et passé par la collection Guy Pellion, a figuré au catalogue de la librairie Camille Sourget en 2012 (n° 17, 7’500 euros). L’autre, dans une reliure de veau raciné du début du XIXe siècle attribué à Courtival et relié avec le poème Pour le Roy allant chastier la rebellion des Rochellois de Malherbe (s.d. [1628]), présente un pedigree impressionnant, puisqu’il passa par les bibliothèques de Denis Guyon de Sardière (cat. 1759, n° 620), du duc de La Vallière (cat. 1767, tome I, n° 2874), de l’astronome Charles-Marie de La Condamine (cachet ex-libris), puis du marquis de Gaillon (celui-là même qui publia les premiers éléments bibliographiques sur les satires de Du Lorens), avant de figurer au catalogue de la librairie Claudin (1899, n°19853) et de repasser en vente chez Alde le 15 novembre 2023 (n° 23, est. 2000-3000 euros).

Jacques du Lorens, "Les Satyres...", Paris, Villery, 1624, édition originale, exemplaire Guyon de Sardière/La Vallière/La Condamine/Gaillon. Photo Alde SVV, DR.
Jacques du Lorens, “Les Satyres…”, Paris, Villery, 1624, édition originale, exemplaire Guyon de Sardière/La Vallière/La Condamine/Gaillon. Photo Alde SVV, DR.

Brunet a mentionné une édition de 1625 chez le même éditeur, avec l’orthographe « De Lorens » au titre. Peut-être s’agissait-il d’une remise en vente avec titre recomposé (et fautivement) ? Mais l’exemplaire ne semble pas être réapparu, pas plus qu’un autre, faisant écrire par Tchemerzine (III, p. 114) : « cette édition sur le titre de laquelle l’auteur est appelé De Lorens n’est pas venue entre nos mains ».

[3] Fernand Fleuret et Louis Perceau (éds.), Les Satires françaises du XVIIe siècle…, Paris, 1923, tome I, p. xxxix.

[4] Id., p. 276.

[5] Claude-Pierre Goujet, Bibliothèque françoise, ou Histoire de la littérature françoise…, Paris, Guérin et Le Mercier, 1752, tome XVIII, p. 437.

[6] Exemplaire à la Bibliothèque nationale de France (cote Ye-1351), reproduit dans Tchemerzine (III, p. 114).

[7] Marquis de Gaillon, « Les Satires de Du Lorens », dans Bulletin du Bibliophile, 1861, pp. 413-425, cité par Denis Lopez, « Jacques Du Lorens, satirique français (1580-1655) », dans Littératures classiques, n° 24 (« La satire en vers au XVIIe siècle »), printemps 1995, p. 101, note 13.

[8] L’opération se fit en plusieurs ventes, au gré des besoins :

  • en 1849-1853 : Bibliothèque de M. Viollet le Duc. 1re Poésie, conteurs en prose, facéties, histoires satyriques, prodigieuses, etc. Addition : Œuvres de Voltaire, exemplaire unique. La vente de cette 1re partie aura lieu le 5 novembre 1849 et jours suivants… rue des Bons-Enfants, 28, Maison Silvestre… – Bibliothèque de M. Viollet le Duc. 2e partie : Théologie, jurisprudence, beaux-arts, théâtre, histoire. La vente aura lieu le… 17 février 1853 et jours suivants… rue des Bons-Enfants, 28, Maison Silvestre
  • en 1856 : Catalogue d’une collection de livres rares et précieux provenant de la bibliothèque de M. V. L. D. [Viollet le Duc], dont la vente se fera le… 26 mai 1856 et jours suivants, rue des Bons-Enfants, n° 28 (Maison Silvestre)… Figures de la Bible. Livres sur la chasse avec figures. Équitation. Costumes. Œuvre de Callot. Galeries. Architecture. Androuet Du Cerceau. Les ornements de Vries, Le Pautre, Marot, Cuvilliés et autres. Poètes. Éditions elzéviriennes. Histoire. Voyages. Beaucoup de reliures anciennes en maroquin

[9] Emmanuel Viollet-le-Duc, Catalogue des livres composant la Bibliothèque poétique de M. Viollet-le-Duc, avec des notes bibliographiques, biographiques et littéraires de chacun des ouvrages catalogués, pour servir à l’histoire de la poésie en France, Paris, Louis Hachette, 1843, p. 6.

[10] Id., p. 7.

[11] Ce volume fut complété trois ans plus tard par un autre tome, tout entier dédié aux « chansons, fabliaux, contes en vers et en prose » (Paris, J. Flot, 1847) que j’avoue avoir beaucoup moins fréquenté que le premier tome.

[12] Rappelons, pour la petite histoire, qu’une haute instance académique publique suisse refusa, il y a quelques années, une demande de subventionnement pour le catalogage des manuscrits arabo-persans d’une institution de moi bien connue, en déniant l’intérêt scientifique de cette recherche et de son application. Même refus, il y a quelques mois seulement, pour un catalogage d’un fonds du « Siècle d’Or » espagnol de la même institution. On remarque également que les fiches inventoriant les catalogues d’expositions temporaires, dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France, ne sont pas tout à fait du même modèle que pour tout autre livre monographique, de littérature ou d’histoire de l’art par exemple.

[13] Emmanuel Viollet-le-Duc, Catalogue…, p. 8.

[14] Parue entre 1973 et 2019, mais demeurée inachevée en raison de la mort du collectionneur en 2016, cette série se compose de neuf tomes in-folio séparés de quatre sections : I. « Poètes antérieurs à la Pléaide » (1 t.), II. « Ronsard » (2 t.) ; III. « Les poètes de la Pléiade » (1 t.) ; IV. « Contemporains et successeurs de Ronsard » (5 t., le dernier posthume publié par le prof. Jean Balsamo).

[15] Outre le Du Lorens, les exemplaires de provenance Viollet-le-Duc figurant sur mes rayons sont, dans l’ordre chronologique de parution :

  • Louis Godet de Thilloy, Le Sacré Helicon, ou le devot logys de la muse devote…, Châlons, Claude Guyot, 1608, édition originale. Reliure de veau brun marbré orné (reliure XVIIIe siècle). Décrit en 1843 dans le Catalogue de la bibliothèque poétique…, p. 348. Inv. 1238
  • Marc de Mailliet, Les Epigrammes de M. de Mailliet, Perigordin…, Paris, s.n., 1622, deuxième édition, augmentée. Reliure veau moucheté brun orné (reliure du début du XIXe siècle). Décrit en 1843 dans le Catalogue de la bibliothèque poétique…, pp. 414-415. Provenance ultérieure : Auvillain. Inv. 1449
  • Gabriel du Bois-Hus, La Nuict des nuicts. Le Jour des jours. Le Miroir du destin…, Paris, Jean Paslé, 1641, édition originale. Reliure basane marbrée ornée (reliure du milieu du XVIIIe siècle). Décrit en 1843 dans le Catalogue de la bibliothèque poétique…, pp. 454-455. Inv. 2124
  • Antoine Godeau, Poesies chrestiennes, Paris, Le Petit, 1660-1663, trois vol. petit in-8°, reliés en veau blond glacé (Andrieux). Décrit en 1843 dans le Catalogue de la bibliothèque poétique…, pp. 553-554. Estimant que Godeau était « l’un des écrivains les plus purs et les plus corrects de son époque », Viollet-le-Duc décrit par ailleurs ces volumes comme une « très jolie édition ». Inv. 265
  • Marc Perachon, Poëme sur la naissance de Jesus Christ…, Paris, Olivier de Varennes, 1669, deuxième édition revue. Reliure veau brun orné (reliure fin XVIIIe siècle). Décrit en 1843 dans le Catalogue de la bibliothèque poétique…, p. 534. Provenance ultérieure : Saint-Marc Girardin. Inv. 1046
  • Louis Petit, Le nouveau Juvénal satirique pour la réformation des moeurs et des abus de notre siècle, Utrecht, Antoine Schouten, 1716, deuxième édition, posthume (la première à Rouen en 1687 sous le titre de Discours satyriques et moraux, ou Satyres générales).  Reliure de veau blond glacé, dos lisse orné, pièce de titre sur cuir vert (reliure romantique). Inv. 3286

[16] Emmanuel Viollet-le-Duc employa plusieurs vignettes ex-libris au cours de sa carrière de collectionneur. Parmi les ouvrages cités dans les notes précédentes, on peut repérer trois types, le plus simple (et ancien ?) étant simplement son nom imprimé, les autres agrémentant la vignette d’une petite frise de fleurons typographiques.

Ex-libris de Viollet-le-Duc, dans Marc de Mailliet, “Les Epigrammes de M. de Mailliet, Perigordin…”, Paris, s.n., 1622. Inv. 1449
Ex-libris de Viollet-le-Duc, dans Marc Perachon, “Poëme sur la naissance de Jesus Christ…”, Paris, Olivier de Varennes, 1669. Inv. 1046
Ex-libris de Viollet-le-Duc, dans Antoine Godeau, “Poesies chrestiennes”, Paris, Le Petit, 1660-1663. Inv. 265

[17] Emmanuel Viollet-le-Duc, Catalogue…, p. 485.

[18] Bibliothèque nationale de France, Réserve Ye-614, consultable sur Gallica.

[19] Jacques-Charles Brunet, Manuel du Libraire…, Paris, Firmin-Didot frères, 1861, tome II, col. 875.

[20] Il conviendrait bien entendu de procéder aussi à un recensement des exemplaires sans pedigree apparent, mais cette première liste permet au moins de comprendre la présence des Satyres de 1646 dans les grandes collections des XIXe et XXe siècles :

  • Auvillain (relié en maroquin de Hardy, vendu 160 frs., cité par Brunet) ;
  • Benzon (relié en maroquin de Chambolle, vendu 465 frs., cité par Brunet) ;
  • Hérisson, de Chartres ; puis Marquis de Coislin (relié en maroquin bleu de Duru aux armes Coislin) ; puis Henri de Chaponay (vente 1863, n° 423, 230 frs.), puis Lebeuf de Montgermont (vente, 380 frs.), cité par Brunet ;
  • La Roche-Lacarelle, puis Marcel Bénard, puis Paul Gransire (vente 1930, p. 62, n° 232, ex. en maroquin rouge janséniste. Bien complet des « pages 137-138, 183-184 et 203-204 qui manquent souvent, mais sans le feuillet de privilège ») ;
  • Henri Bordes, puis Paul Muret (reliure de maroquin vert doublé par Chambolle-Duru), puis vente Artcurial (11 décembre 2018, n° 64) ;
  • Jules Coüet (vente 2e partie, octobre 1936, p. 14, n° 357, ex. en vélin blanc usagé de l’époque, complet, relié avec L’Arioste travesty en vers burlesques [1650]) ;
  • Guy de Pourtalès (vente Genève, 21 septembre 1938, n° 32, relié en demi-veau gris orné signé Féchoz. Exemplaire complet des trois feuillets, « de toute rareté dans cette condition ») ;
  • Frédéric Lachèvre (vente XXXX, relié en bradel vélin ivoire du XIXe siècle), puis Michel et Colombe Dubos (vente 14 juin 2019, Paris, SVV Binoche et Giquello, n° 18) ;
  • Librairie Pierre Berès (catalogue 69, XVIIe siècle, 1977, n° 149, relié en demi-cuir de Russie du XIXe siècle. Complet des trois feuillets et du privilège, vendu 2’250 francs).

[21] Cette lettre est passée par la Librairie Victor Lemasle dans les années 1920 (cat. 201, n° 194), puis plus récemment par la collection Robert Scipion (vente 7 novembre 2012, n° 20). On la retrouve, citée partiellement d’après le catalogue Lemasle, dans la Correspondance générale de Prosper Mérimée (tome XIV, 1961, pp. 572-573, n° 4610).

[22] L’opinion de Mérimée sur Aubigné et sa tournure ne sont pas sans rappeler, sur le même type d’auteurs Renaissance ou baroques, les éloges de Sainte-Beuve pour la Pléiade ou l’avis de Flaubert dans une lettre à Louise Colet : « Est-ce que jamais la France reconnaîtra que Ronsard vaut bien Racine ? ».

[23] Publié entre 1617 et 1630 (dernière édition augmentée d’une quatrième partie), ce roman satirique d’Agrippa d’Aubigné (1552-1630) est composé, pour la plus grande partie, de dialogues entre le héros éponyme, le baron de Faeneste, soldat vaniteux et fanfaron, et le seigneur d’Enay, homme bon, simple et modeste : « Faeneste » en grec signifie en effet « Apparence », tandis qu’ « Enay » représente « l’Etre ». Le soldat s’exprime dans un mélange pittoresque, mais ridicule de français et de dialecte gascon, tandis que le seigneur parle en termes nobles et choisis. Occasion d’écorner aussi les barbarismes en vogue à la cour et un certain vocabulaire galant emprunté à la langue italienne. Le baron hâbleur revient donc de la guerre et rencontre Enay, humblement vêtu. Le militaire prétentieux lui fait l’éloge de la vie guerrière, mais Enay discute ses théories pour lui montrer, avec force solides et fins arguments, le malheur de cette existence vécue au jour le jour avec, pour seul but, le succès immédiat. De dialogue en dialogue, Aubigné raconte les aventures de Faeneste : son arrivée à la Cour, ses amours et ses duels, ses exploits surprenants qui se terminent en queue de poisson. C’est aussi l’occasion pour l’ancien officier qu’était Aubigné de dénoncer les souffrances infligées au peuple par les gens d’armes, mais aussi la folle ambition de dominer par la force, même au déni de toute justice. La satire contre le catholicisme à l’occasion du séjour du baron en Italie, et particulièrement à Rome, tient également une place importante : les discussions sur le baptême, sur les prêtres, sur les miracles et sur les Limbes, révèlent les intentions polémiques de l’auteur huguenot qui achève son propos par un éloge ironique de l’impiété.

[24] En 1854, Ludovic Lalanne avait également fourni chez Charpentier une édition des Mémoires de Théodore Agrippa d’Augbigné, d’après le manuscrit de la bibliothèque du Louvre. Améliorée, l’édition reparut en 1889 à la Librairie des Bibliophiles de Jouaust.