Archives par mot-clé : Satire

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (62) – LA MALEDICTION DE LA HAINE

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (62)

 LA MALEDICTION DE LA HAINE

« La peur mène à la colère, la colère mène
à la haine, la haine mène à la souffrance. »
Maître Yoda

« Tu peux me terrasser avec toute la force de ta haine,
et ton voyage vers le côté obscur sera enfin terminé. »
Empereur Palpatine

On voudra bien me pardonner l’ouverture de ce deuxième billet sur la poésie satirique avec deux citations « stello-guerrières » : l’envie était trop forte, d’une part en raison d’un n-ième visionnage récent desdits films, d’autre part parce que ces deux phrases correspondent à merveille à l’œuvre et à l’auteur dont nous allons parler aujourd’hui. Célèbre au point d’être devenu un nom commun désignant un discours satirique et violent empreint de haine[1], le titre de Philippiques renvoie immédiatement au souvenir de deux sommets de la littérature oratoire antique : les trois discours[2] prononcés par l’Athénien Démosthène contre le roi Philippe II de Macédoine (lequel menaçait d’envahir la Grèce) entre 351 et 341 av. J.-C., et les quatorze interventions de Cicéron contre Marc-Antoine (accusé d’avoir sacrifié sa romanité au profit de son amour pour la reine Cléopâtre, considérée par la vertueuse République latine comme le symbole de la décadence orientale) en 44-43 av. J.-C. Ces deux morceaux de bravoure sont demeurés, depuis plus de deux millénaires, des exemples parachevés de discours militants, usant de l’invective et de l’ironie avec un art consommé afin de soulever l’adhésion de l’auditoire et de l’amener à lutter contre toute bouture de tyrannie. S’ils ont apporté à leurs auteurs une bonne partie de leur gloire posthume, on ne peut pas dire que ces textes aient été ni couronnés de succès (Démosthène s’étant époumoné en vain pour réveiller ses concitoyens athéniens de leur léthargie devant la menace macédonienne – Munich avant l’heure), ni hautement appréciés en haut lieu (à moins bien entendu que le cloutage des mains coupées de Cicéron à la tribune des Rostres, en plein forum, n’ait constitué une marque d’admiration paradoxale de Marc-Antoine ?).

Cicéron, “Orationum volumen tertium”, Strasbourg, s.n. [Rihel], 1540, reliure de l’époque en peau estampée à froid sur ais de bois. Inv.
Cicéron, “In M. Antonium Philippica Prima”, dans “Orationum volumen tertium”, Strasbourg, s.n. [Rihel], 1540, p. 153. Inv.

Pour autant, leur exemple fit florès et, après le passage de ces textes dans les langues modernes durant la Renaissance, bien des auteurs se lancèrent à leur tour dans des diatribes aussi enflammées. Pour certains, la cible exécrée s’appelait justement Philippe, cela tombait bien ! Ainsi, durant la huitième et dernière Guerre de religion, un chaud partisan d’Henri IV nommé François de Clary publia en 1592, à Tours (capitale provisoire du royaume, les ultracatholiques ayant chassé Henri III de Paris en 1588), des Philippiques contre les bulles, et autres pratiques de la faction d’Espagne. Par ces discours en prose, il s’agissait bien entendu de protéger les intérêts de son champion « Henry le Grand, tousjours Auguste, Roy de France & de Navarre » contre les prétentions saugrenues et les attaques de son adversaire majeur, non pas le Français rebelle et en réalité trompé par des ambitieux, mais bien le démon qui remuait les braises en sous-main pour le plus grand malheur de la France : le pervers Philippe II d’Espagne[3]. Mais nous aborderons aujourd’hui un texte plus récent, des Philippiques bien entendu, mais tournées vers le Régent, le puissant duc Philippe d’Orléans, qui gouverna la France pendant huit ans pour le compte du petit Louis XV. Comme tout grand seigneur, il n’était pas sans quelques petitesses et un auteur satirique, son ennemi déclaré, se fit fort de les dénoncer au grand jour : ainsi naquirent Les Philippiques de La Grange-Chancel, texte « passablement odieux, mais aussi intéressant témoignage des excès de la liberté et de la lutte pour le pouvoir dans les années qui ont suivi la disparition du Roi-Soleil »[4]. Le nom de La Grange-Chancel aurait-il survécu sans ce poème ? Sans doute pas. Mais « la satire est une arme à deux tranchants qui coupe les doigts de celui qui s’en sert […]. Plus encore que Régnier qui n’avait pratiqué que la satire des mœurs, plus que Boileau qui n’avait osé que la satire littéraire, La Grange-Chancel expia l’audace d’avoir voulu réunir l’une et l’autre dans la satire politique […]. Il lui en coûta cher, à ce téméraire, d’avoir invoqué Némésis, la pâle déesse »[5]. C’est ce que nous allons découvrir au moyen de quelques manuscrits d’époque et éditions rares de ce sommet de la satire du XVIIIe siècle, qui valut à son auteur à la fois la postérité et une existence frappée d’infamie.

I. L’ascension d’un jeune noble périgourdin

Issu d’une très honorable famille noble du Périgord[6] (dont les domaines incluaient un fief nommé La Grange, d’où le nom de notre auteur, avec une classique antéposition du nom de terre), François-Joseph de Chancel (1677-1758), seigneur de La Grange, vit le jour dans le château familial d’Antoniac, situé en la paroisse de Razac (actuelle Dordogne). Enfant précoce et surdoué, il affirmait lui-même avoir su rimer juste après avoir appris à lire ! Il se montra par ailleurs un lecteur vorace, engloutissant avant ses dix ans tout le théâtre de Corneille et les romans de La Calprenède (il fallait avoir de l’estomac…). C’est durant ses études au collège de Bordeaux qu’il se découvrit un certain talent à l’écriture dramatique, composant de petites saynètes qu’il mettait en scène et interprétait avec ses camarades. Envoyé par sa mère à Paris à l’âge de quatorze ans, il se distingua bientôt dans les salons par ses facilités à versifier, attirant l’attention de la princesse de Conti, qui s’imposa comme sa mécène et bonne fée. Elle parla même de son protégé au roi en personne, ce dernier demandant à Racine de guider son jeune émule sur la voie du succès théâtral. Il faut dire que La Grange-Chancel avait déjà composé une tragédie Jugurtha qui, remaniée avec les conseils du maître et réintitulée Adherbal, roy de Numidie, fut portée sur les planches le 8 janvier 1694, obtenant un très vif succès public. A tout juste dix-sept ans, le Périgourdin devenait un auteur en vue, avec toutes les perspectives d’une carrière à la fois littéraire, militaire et courtisane, conforme à son statut aristocratique.

Portrait gravé de François-Joseph de La Grange-Chancel, dans “Les Philippiques, odes”, Bordeaux, chez Puynesge, An V de la République française (1797), frontispice. Inv. 3313

Entre 1694 et 1717, le dramaturge, que certains présentaient alors comme le plus évident successeur de Racine, enchaîna les tragédies de manière stakhanoviste, avec un succès d’ailleurs fluctuant : Oreste et Pylade (1697) ; Méléagre (1699) ; Athénaïs (1699) ; Amasis (1701) ; Médus, roi des Mèdes, tragédie lyrique avec musique de François Bouvard (1702) ;  Alceste (1703) ; Cassandre, tragédie lyrique (1706) ; Ino et Mélicerte (1713, dédiée au duc de La Force, alors son ami) ; La Fille supposée (qui fut un échec en 1713 et ne fut pas imprimée) ; Ariane, tragédie lyrique avec musique de Jean-Joseph Mouret (1716). A cette carrière dramatique soutenue s’ajouta son installation sociale, grâce à son mariage avec la sœur d’un fermier général, la demoiselle du Cluzel de La Chabrerie, en 1709. Sa carrière, militaire et civile, progressa également, toujours avec la protection de Madame de Conti : d’abord lieutenant dans le régiment du roi, il passa ensuite dans le prestigieux corps des mousquetaires, avant d’obtenir la charge de maître d’hôtel ordinaire de la Princesse palatine, épouse de Monsieur, frère du roi (et mère du futur Régent).

II. La fortune clandestine d’un poème sulfureux

Mais cette situation enviable devait finalement être totalement remise en cause suite à un incident aux conséquences incalculables. A en croire le dramaturge, tout serait parti d’un vol intellectuel, lorsque le duc de La Force[7], l’un de ses protecteurs et par ailleurs un familier du duc d’Orléans, lui aurait dérobé en 1713 sa tragédie Ino et Mélicerte, l’une de ses meilleures pièces. Lorsque la victime protesta en public, on la musela en l’exilant sur ses terres périgourdines : un cuisant retour à la case « Départ ». Ce larcin et cette injustice marquèrent le début d’une haine à mort entre La Grange-Chancel et le duc indélicat, mais aussi avec tout son entourage, en premier lieu celui qui devint en 1715, après la mort de Louis XIV, le régent de France : Philippe, duc d’Orléans (1674-1723). Ce dernier aurait pris fait et cause pour son commensal indélicat contre l’auteur lésé. Or, ce dernier n’était pas homme à se laisser faire : d’un caractère plutôt soupe-au-lait et assez imbu de sa personne, il avait déjà croisé le fer (littérairement parlant) avec le poète Pierre-Charles Roy (1683-1764) qui, après avoir été son ami et son collaborateur sur un opéra Ariane et Thésée en 1717, se trouva crucifié publiquement pour avoir maintenu son allégeance à La Force, leur commun protecteur. Paru dix ans plus tard, le volume montré ci-dessous constituait la première édition collective des œuvres variées de ce prolifique secrétaire du roi, qui offrit le présent exemplaire à l’avocat Clément-François de Laverdy, l’un des plus célèbres ténors du Parlement de Paris[8].

Pierre-Charles Roy, Œuvres diverses…, Paris, Robustel, Pissot, Huart et Chaubert, 1727, première édition collective, exemplaire de l’avocat au Parlement Clément-François de Laverdy, avec envoi, titre gravé. Inv. 112
Pierre-Charles Roy, Œuvres diverses…, Paris, Robustel, Pissot, Huart et Chaubert, 1727, première édition collective, exemplaire de l’avocat au Parlement Clément-François de Laverdy, avec envoi, page de titre. Inv. 112
Pierre-Charles Roy, Œuvres diverses…, Paris, Robustel, Pissot, Huart et Chaubert, 1727, première édition collective, exemplaire de l’avocat au Parlement Clément-François de Laverdy, avec envoi, p. 1 (“Eglogues”). Inv. 112

Mais cette histoire, qui donnait le beau rôle à La Grange-Chancel, se trouve contredite par une autre version, plus politique, selon laquelle l’auteur aurait été excité à démolir le Régent sur commande, pour complaire à la petite « cour de Sceaux » groupée autour du duc du Maine, Louis-Auguste de Bourbon (1670-1736), fils naturel (mais légitimé) de Louis XIV et de la marquise de Montespan, lequel, selon le testament du souverain défunt, devait endosser le rôle de régent et protecteur du petit Louis XV. Philippe d’Orléans avait réussi à faire casser les dernières volontés de son oncle, arguant la naissance hors-mariage de son concurrent (dont on comprend dès lors le ressentiment puissant). En s’en prenant au duc d’Orléans, La Grange-Chancel serait donc entré dans des querelles de faction, avec une volonté sous-jacente de retour sur la scène publique parisienne par un coup d’éclat, tout en satisfaisant au passage une vengeance personnelle : voilà le puissant et complexe cocktail qui expliqua comment ce dramaturge à succès changea de veine et s’improvisa poète satirique pour attaquer son puissant adversaire.

Hyacinthe Rigaud, Portrait de Louis XV, âgé de cinq ans, assis sur son trône en grand costume royal en costume de sacre (1715). Photo WikiCommons

Le règne précédent avait donné lieu à bien des censures extrêmement sévères : on se rappelle notamment la fin tragique du jeune juriste et poète satirique Claude Le Petit (1638-1662), étranglé et brûlé en 1662 sur la place de Grève pour son recueil satirique et pornographique Paris ridicule, dont les vers égratignaient autant la Vierge que la famille royale. Inutile de dire qu’on y regarda par la suite à deux fois avant d’houspiller, sur sol français en tout cas, Louis XIV et les Bourbon d’une manière générale ! Ce qui n’empêcha pas moult libelles contre le Roi-Soleil, émanant le plus souvent des Pays-Bas, toujours prompts à se moquer du roi de droit divin à l’occasion de ses grands ou petits problèmes (sa peu glorieuse fistule anale, par exemple…). Mais avec l’instauration de la Régence, les langues et les plumes se délièrent, occasionnant une lame de fond pamphlétaire : « il n’est changement ministériel, décision de justice, incident autour de la Constitution qui ne se voit gratifié d’un commentaire versifié, malin ou indigné. Pour Philippe de France, ses changements de maîtresse, sa vie publiquement scandaleuse ne cessent de susciter une rumeur moqueuse dont il était, dit-on, le premier à rire »[9].

Jean-Baptiste Santerre, Portrait de Philippe d’Orléans, régent de France, en armure, huile sur toile, vers 1717. Photo WikiCommons

La prise à partie d’un membre de la famille royale, et même le plus éminent après le petit roi, était donc devenue monnaie courante. Mais Les Philippiques se distinguèrent toutefois nettement dans ce panorama de textes pamphlétaires somme toute indulgents. Oui, on brocardait les débauches du prince, mais avec une bonhommie gauloise. Oui, on l’accusait des pires turpitudes, mais sur le ton de la plaisanterie, sans y croire totalement, hormis peut-être dans certains poèmes marqués du sceau janséniste. Les vers de La Grange-Chancel, eux, ne montraient plus aucune complaisance, aucune connivence : ils constituaient un jugement sévère et sans appel. Composée vers 1719-1720 (Mathieu Marais en donna une description précise dans le Journal de Paris du 25 août 1720), la première version du poème ne contenait que trois poèmes (de 34, 24 et 14 strophes de dix vers), auxquels s’ajoutèrent au cours des années deux autres textes encore plus haineux (de 16 et 8 strophes de dix vers), pour un total conséquent de 960 vers (loin de la norme de l’habituel petit poème satirique de circonstance). Il faut dire que La Grange-Chancel avait la partie belle. Après une fin de règne longue, étouffante et confite dans la bigoterie, la France de la Régence avait soif de fêtes et de relâchements, jusqu’à la licence la plus complète. Les mortifications de la vieille cour laissèrent place à une période libertine, le Régent (depuis toujours enclin aux polissonneries) et ses ministres organisant avec leurs proches des petits soupers fins tournant le plus souvent à l’orgie. Les ennemis du prince n’avaient de ce fait pas un grand effort à fournir pour ternir son image, mais ils parvinrent quand même à augmenter encore ses perversions naturelles. La Grange-Chancel n’inventa donc rien lorsqu’il relaya des accusations d’empoisonnement du jeune Louis XV (signe d’une ambition démesurée et sacrilège pour le trône de France) ou, mieux encore, d’inceste du duc avec sa propre fille, Marie-Louise-Élisabeth d’Orléans (1695-1719), duchesse de Berry, surnommée « Joufflotte » en raison de ses formes généreuses. D’un chaud tempérament, cette jeune veuve de vingt ans était connue pour ses dépravations et frasques sexuelles[10], mais la rumeur publique alla jusqu’à attribuer une partie de ses grossesses post-mariage à des amours contre-nature avec son père[11]… Avec des figures contemporaines dignes des Caligula, Néron, Héliogabale ou Messaline de l’Antiquité, le poète satirique qui se voulait chroniqueur de cette Régence ne pouvait manquer de sujets croustillants ! Mais ces crimes (ou supposés tels) étaient envisagés et traités par La Grange-Chancel d’une manière très différente des autres pamphlétaires du temps : le prince que le poète dénonçait et poursuivait de sa vindicte, « ce n’est plus un plaisant roué qui inspire plus le sourire que l’anathème, mais un monstre sanguinaire, digne de rivaliser avec les assassins les fameux. Le sujet est désormais trop sérieux pour faire rire. Il n’inspire plus le brocard, mais l’indignation grandiloquente. On ne plaisante pas, on martèle les accusations les plus graves sur un ton de procureur qui ne craint pas, à plusieurs reprises, d’aller jusqu’au bout, en demandant la mort du coupable »[12]. Comme mémorialiste de la cour et proche du Régent, le duc de Saint-Simon ne pouvait ignorer le virulent poème, qu’il décrivit en ces mots après l’avoir lu : « Tout ce que l’Enfer peut vomir de vrai et de faux, étoit exprimé en beaux vers, du style le plus poétique, et avec tout l’art et l’esprit qu’on put imaginer ».

Pierre Gobert, Portrait de la duchesse de Berry, huile sur toile, vers 1720. Photo WikiCommons

Comme la plupart des textes pamphlétaires clandestins, Les Philippiques circulèrent principalement sous forme de copies manuscrites, de qualité variable. Saint-Simon nota que « cette pièce en vers fut distribuée avec une promptitude et un nombre extraordinaire ». Pourtant, par sa longueur, par son érudition, le texte n’appartenait pas au genre pamphlétaire traditionnel, aux productions souvent courtes, distribuées dans les rues sur un simple feuillet. Dans sa belle étude du texte, Henri Duranton a souligné au contraire que Les Philippiques, texte satirique écrit par un dramaturge formé à la tragédie, relevait d’un savant mélange des genres, par ailleurs farci d’une érudition un peu pédantesque, aimant jouer avec des devinettes et des allusions requérant un solide bagage historico-mythologique. Mais, « paradoxalement, ce qui fait l’évidente limite du texte, son manque d’efficacité [pamphlétaire] a sans doute assuré sa survie. Car ce texte, hérissé de chausse-trappes, avait de quoi alimenter les veilles studieuses de l’amateur de curiosa, qui dans le silence de son cabinet, avait tout le loisir pour revenir sur les énigmes d’un texte fait pour les happy few. L’attestent en tout cas les innombrables copies du texte qui se trouvent partout dans les fonds d’archives, presque toujours flanqués de notes explicatives »[13].

François-Joseph  de La Grange-Chancel, “Les Philippiques”, s.l., « 1726 » [i.e. vers 1755], manuscrit apographe, page de titre. Inv. 855
François-Joseph  de La Grange-Chancel, “Les Philippiques”, s.l., « 1726 » [i.e. vers 1755], manuscrit apographe, p. 11 (incipit de l’ode I). Inv. 855

Epais volume in-quarto de 331 pages, relié en basane orné du temps, le présent manuscrit des Philippiques illustre à merveille ce corpus de copies calligraphiées dans le courant du XVIIIe siècle. En dépit de la date « 1726 » qu’il présente sur sa page de titre (et qui reflète peut-être l’année de composition d’un éventuel manuscrit source ?), cet exemplaire présente l’état définitif du poème, avec ses cinq odes accompagnées d’un copieux commentaire vers à vers, au point que, le plus souvent, un ou deux vers suscitent une ou deux pages d’exégèse ! Une introduction au texte (sous le titre curieux de « Préface de l’éditeur » ) évoque à la fois  l’auteur et le commentateur du poème. Du second, on affirme qu’il « n’a jamais eu la manie de se faire imprimer ; c’est un Gentil-homme de la Cour qui employe les moments d’un loisir studieux à revivre avec lui-même en se rappellant des faits dont il a été souvent témoin oculaire. Le Stile peu chatié de ces Remarques n’annoncent point un sçavant qui écrit ; mais il sçait dédommager son Lecteur par la variété et la multiplicité de ses souvenirs […] ». Quant au premier, on déplorait de le voir « si outré dans la haine implacable qu’il semble avoir juré contre une Société si connüe par les contradictions qu’elle éprouve depuis son établissement. Tout homme sensé (Sistême et esprit de parti à part) reconnoitra de bonne foi que plusieurs de ses membres ont enrichi de leurs pieux et savans ecrits l’Eglise et la république des Lettres. […] ». En bref, La Grange-Chancel aurait dû percevoir qu’il avait du bon dans ce monde…

François-Joseph  de La Grange-Chancel, “Les Philippiques”, s.l., « 1726 » [i.e. vers 1755], manuscrit apographe, pp. 247-248 (exemple de vers et de commentaires). Inv. 855

En dépit de la date affichée au titre, on doit sans doute placer la rédaction de ce manuscrit en 1752 ou peu après : un appendice intitulé « Extraits de differents auteurs qui ont parlé de la Régence » cite en effet l’essai Le Siècle de Louis XIV de Voltaire dans l’édition parue à Dresde cette année-là. Notons enfin que les nombreux feuillets finaux du manuscrit, demeurés vierges comme une invite à de futurs scripteurs, furent en effet complétés abondamment par un bibliophile du début du XXe siècle, qui recopia sur 19 pages les annotations de l’importante édition de 1795.

François-Joseph  de La Grange-Chancel, “Les Philippiques”, s.l., « 1726 » [i.e. vers 1755], manuscrit apographe, p. 332 (appendice citant Voltaire). Inv. 855
François-Joseph  de La Grange-Chancel, “Les Philippiques”, s.l., « 1726 » [i.e. vers 1755], manuscrit apographe, p. [334] (notes complémentaires tirées de l’édition de 1795, recopiées par un bibliophile des années 1900-1920). Inv. 855

Paradoxe : des versions imprimées du texte existèrent bel et bien, mais elles se révèlent en définitive nettement plus rares que les manuscrits ! La première, dit-on (selon le Dictionnaire des anonymes de Barbier, repris par Tchemerzine[14]), fut imprimée en Hollande en 1723 et ne contenait que les trois premières odes. A vrai dire, l’existence même de cette édition originale in-12 peut faire débat, car je n’ai pu en retrouver aucun exemplaire concret, Barbier écrivant déjà : « les exemplaires doivent en être fort rares, car personne ne semble en avoir vu ». Adolphe de Lescure, dans son édition de 1858, voulait croire en son existence, mais n’en apporta aucune preuve tangible :

François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques de La Grange-Chancel”, Paris, Poulet-Malassis et De Broise, 1858, p. 203. Inv. 3316

Dix-huit ans plus tard, dans la bibliographie de son édition critique, Léon de Labassede évoquait à nouveau cette édition princeps en termes prudents : « il y a peut-être une édition antérieure [à celle de 1723] ; nulle vente ne l’a montrée, – nul bibliophile ne l’a révélée ; – attendons »[15]. Sauf erreur de ma part, on attend toujours ! Tchemerzine lui-même ne put en trouver un exemplaire pour reproduire sa page de titre dans sa bibliographie. Et pourtant, une de ces jolies histoires bibliophiliques comme on les aime s’attache à cette édition fantôme et à son mode de diffusion. Un inconnu en aurait remis une centaine d’exemplaires (tout le tirage ?) à un pauvre mendiant aveugle qui demandait l’aumône devant l’église Saint-Roch à Paris, en lui assurant qu’il s’agissait d’un cantique en l’honneur du saint, à vendre un sol aux passants à son profit. Le vieillard aurait donc débité en toute innocence le texte sulfureux, avec le plus grand des succès, bien entendu ! Cette édition (réelle ou imaginaire) y gagna en tout cas le surnom d’ « Edition de l’Aveugle », toujours citée, mais jamais vue (il faut dire qu’avec une telle désignation, ce n’est pas gagné…).

III. Survivre à son texte, survivances du texte

La Grange-Chancel avait-il travaillé sur ordre, au nom de la coterie du duc du Maine et de son ambitieuse épouse ? Le texte en donne des indices et lui-même pensait avoir pesé, avec son poème, dans l’histoire de son temps, en dévoilant le prétendu complot pesant contre le petit Louis XV et en l’empêchant par cette révélation. Plus chanceux que ses prédécesseurs Démosthène et Cicéron, il aurait donc rempli sa mission. Mais l’histoire enseigne qu’attendre la reconnaissance des grands est illusoire : « le moins que l’on puisse dire, est que le poète a payé cher son initiative, pour un profit apparemment nul, sinon la gloriole d’une popularité de bien médiocre aloi. On ne sache pas, en tout cas, que la fantasque duchesse du Maine lui ait su gré de son dévouement », leur faction ayant de toute manière perdu la partie[16].

Jean-Francois de Troy, Portrait du duc du Maine, huile sur toile, vers 1720. Musée de l’Ile-de-France. Photo WikiCommons

Pris à son jeu, le satiriste n’avait pas su doser ses coups : mal lui en prit. Certes, son texte connaissait un grand succès, mais un succès de la honte et de l’ignominie : on ne se faisait pas gloire de lire ces vers, sinon en secret, et d’en parler, sinon à voix fort basse. C’est tout le paradoxe d’un triomphe infamant, d’une célébrité déshonorante : La Grange-Chancel devint celui qui avait su écrire l’ordure, mais qui en gardait du coup la souillure. A un niveau moins symbolique, son anonymat fut rapidement percé à jour, avec toutes les fâcheuses conséquences que l’on peut imaginer. Comme il a été dit plus haut, Philippe d’Orléans était assez bonhomme, philosophe et décadent pour s’amuser et même rire des écrits tournés contre lui, textes dont il prenait connaissance autant par devoir politique que par autodérision. Aussi voulut-il lire Les Philippiques, occasion d’une page inoubliable de Saint-Simon, témoin de la scène :

« Le duc d’Orléans fut l’objet d’une satire aussi sanglante qu’atroce ; je parle des fameuses Philippiques. […] Monsieur le duc [d’Orléans] le sut ; il voulut voir le poème, et n’en put venir à bout, parce que personne n’osa le lui montrer. Il m’en parla plus d’une fois, et à la fin il exigea si fort que je la lui apportasse, qu’il n’y eut pas moyen de s’en défendre. Je la lui apportai donc ; mais pour la lire, je déclarai que je ne le ferois jamais. Il la prit, la lut bas : debout, dans la fenêtre de son petit cabinet d’hiver, où nous étions : il la trouva telle qu’elle étoit ; car il s’arrêtoit de fois à autre pour m’en parler, sans en paroître fort ému, et me disoit : “Voilà de la bonne poésie !” Mais tout à coup, je le vis changer de visage, et se tourner vers moi, les larmes aux yeux et près de se trouver mal. “Ah !, me dit-il, c’en est trop ; cette horreur est plus forte que moi.” Il étoit à l’endroit où le scélérat montre le duc d’Orléans dans le dessein d’empoisonner le Roi, et tout près d’exécuter son crime. C’est aussi, où le poète redouble d’énergie, de poésie, de beautés effrayantes, d’invectives, de peintures hideuses, de portraits touchants de la beauté du Roi, de sa jeunesse […]. Je voulus profiter du morne silence où le Régent tomba, pour lui ôter cet exécrable papier ; je ne pus en venir à bout. Il se répandoit en justes plaintes d’une si horrible noirceur […]. Je n’ai jamais vu un homme si pénétré, touché, acablé, d’une injustice si suivie et si énorme ; je m’en trouvai hors de moi […]. J’eus peine à me remettre moi-même, et j’eus toutes les peines à le remettre lui-même un peu, de cette violente secousse »[17].

Autres temps, autres mœurs : La Grange-Chancel ne connut pas la potence ou le bûcher, mais simplement la prison, puis l’exil. Ayant jugé bon de prendre un peu de champ, il se réfugia d’abord en Avignon, espérant bénéficier de l’inviolabilité du domaine papal. En vain : il fut arrêté. Selon les souvenir d’un certain Chaudon, repris dans le Dictionnaire des ouvrages anonymes de Barbier, c’est le lieutenant de maréchaussée Giraud qui fut chargé de convoyer le prisonnier pour le lui faire prendre le bon air aux îles de Lérins. Le captif était peu coopératif : lors d’une halte à l’auberge d’Orgon, non loin d’Avignon, il voulut prendre la poudre d’escampette en sautant par la fenêtre ! Mais la tentative manqua et la surveillance autour de lui fut renforcée. Arrivé au fort-prison de l’île Sainte-Marguerite, La Grange-Chancel  « contrefit le dévot pour toucher le cœur du commandant, M. de La Mothe, homme religieux qui adoucit ses chaînes »… avant de les resserrer fermement quand il apprit que son prisonnier le brocardait par-derrière en diffusant une satire sur son compte ! Difficile pour le poète de réfréner son naturel… Capable de réciter sans interruption ou erreur 1200 ou 1500 vers de Racine ou de Corneille, La Grange-Chancel se tailla parmi les officiers et les autres prisonniers de marque une petite réputation mondaine, avant de tirer sa révérence : en bon précurseur de Dantès, il parvint à s’évader au bout de deux ans. Le poète poursuivit alors une vie d’errance à travers l’Europe, passant par la Sardaigne, la Savoie et par l’Espagne, avant de s’installer en Hollande, fréquente nouvelle patrie des exilés français en rupture de ban. Les Etats-Généraux du pays lui octroyèrent la qualité de bourgeois d’Amsterdam, ce qui le mettait à l’abri de toute demande d’extradition française. C’est donc aux Pays-Bas que La Grange-Chancel composa, dans le courant 1722, sa quatrième Philippique, puis une cinquième et dernière ode juste après la mort du Régent survenue le 2 décembre 1723.

François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques”, s.l.n.d. [Hollande, 1724 ?], deuxième édition [?], page de titre. Inv. 3300

Vers la fin 1723 ou dans le courant de l’année suivante (?) fut imprimée, très vraisemblablement en Hollande (?), la deuxième (?) édition des Philippiques. Les points d’interrogation manifestent les incertitudes subsistantes autour de la chronologie réelle de ces éditions clandestines : ces éléments sont, depuis le XIXe siècle, avancés par les bibliographes, mais demeurent des hypothèses ou des intuitions faiblement étayées. En 1876, Labessade parlait en tout cas de ce « petit livret » comme d’un ouvrage « introuvable, à moins que les collections flamandes et wallonnes, peu cataloguées, n’en possèdent un ou plusieurs exemplaires, c’est vraisemblable »[18].

François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques”, s.l.n.d. [Hollande, 1724 ?], deuxième édition [?], p. [1]. Inv. 3300

A peine moins rare que l’introuvable « Édition de l’Aveugle » (ce qui signifie qu’on en trouve au moins quelques exemplaires et des attestations plus ou moins fréquentes, la première se rencontrant dans le catalogue du duc de La Vallière, tandis que deux exemplaires figurent dans les collections de la Bibliothèque nationale de France[19]), cette édition in-12 de 40 pages contenait quatre odes (les trois premières et celle qui sera en définitive la cinquième)[20]. Sa page de titre présentait, dans un encadrement de filets agrémentés de fleurs de lys aux angles (dispositif repris tout le long du livre), l’intitulé Odes philippiques, avec des notes instructives. Ces dernières, imprimées en petits caractères en bas de page, étaient des plus laconiques par rapport aux commentaires prolixes apportés par les manuscrits.

François-Joseph de La Grange-Chancel, “Œuvres meslées…”, La Haye, chez Charles le Vier, 1724, deuxième édition, page de titre. Inv. 1176

Pendant cette période d’exil prudent, les autres œuvres poétiques de La Grange-Chancel continuèrent à paraître, pas sur sol français, bien entendu, mais dans les officines hollandaises. En 1721[21], puis en 1724, ses Œuvres meslées parurent à l’adresse de Charles le Vier à La Haye, agrémentées de sept magnifiques vignettes d’une grande finesse gravées par F. Bleyswyk. Quelques années plus tôt, La Grange-Chancel avait composé des « Cantates Anacréontiques » pour le musicien Bourgeois. On les retrouve dans ce recueil des Œuvres meslées, avec quelques autres « Cantates imitées de Bion et de Théocrite », mais aussi des odes, lettres et pièces diverses : « Ode au duc d’Orléans », « Élégie sur la mort du jeune chevalier de La Grange », lettres à Voltaire, à La Fosse, à Houdart de La Motte ou au baron de Walef.

François-Joseph de La Grange-Chancel, “Œuvres meslées…”, La Haye, chez Charles le Vier, 1724, deuxième édition, “Cantates imitées de Bion et de Théocrite”. Inv. 1176
François-Joseph de La Grange-Chancel, “Œuvres meslées…”, La Haye, chez Charles le Vier, 1724, deuxième édition, “Cantates diverses”. Inv. 1176
François-Joseph de La Grange-Chancel, “Œuvres meslées…”, La Haye, chez Charles le Vier, 1724, deuxième édition, “Pièces diverses”. Inv. 1176

En 1728-1729, après un exil finalement assez court, La Grange-Chancel put enfin rentrer en France grâce au duc de Bourbon, ayant, paraît-il, fourni à ce dernier certains renseignements secrets. Le poète tenta alors de reprendre une carrière dramaturgique, en composant et montant quelques tragédies : Cassius et Victorinus, sur un sujet pieux, qu’il dédia à sa protectrice la princesse de Conti ; Orphée, qui connut un échec cuisant ; et Pygmalion, qui fut même carrément refusé par les Comédiens-Français. Devant cette série de déboires, Lagrange-Chancel renonça alors au théâtre et se retira en Périgord, dans son château d’Antoniac où il se consacra dès lors à des travaux historiques.

Le château d’Antoniac, à Razac, demeure familiale des Chancel. Photo DR

L’écrivain devait survivre encore trente ans, mais dans quelles conditions… « Toujours mécontent des autres, il le fut toujours de lui-même ; odieux à tout le monde, il le fut surtout à sa propre famille. Son frère le renia publiquement, et sa mère, autrefois si fière de ses premiers succès, rougit et pleura de lui », tandis que « des procès interminables étalent aux yeux avides du public les scandales de son foyer. Il plaide contre son fils ; il plaide en vers et son fils lui répond, grâce à une facilité héréditaire, par des sarcasmes rimées »[22]. Au fil des années, toutefois, une forme de sérénité se réinstalla. Son frère calmé vint vivre à ses côtés et il reçut enfin « au lit de mort les caresses de ce fils qu’il avait poursuivi de cette haine qui était devenue un besoin, que, faute de victimes, il assouvissait sur les siens »[23]. C’est dans ce contexte plus serein qu’il mourut le 26 décembre 1758 en son château d’Antoniac, dans les bras de son fils ; on l’inhuma dans l’église paroissiale Notre-Dame de Razac.

Plaque funéraire de La Grange-Chancel dans l’église paroissiale de Razac. Photo WikiCommons

Dans ces mêmes années paraissait la première édition de l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert qui, loin de saluer les poèmes de La Grange-Chancel comme un acte salubre de résistance au pouvoir ou de dénonciation des puissants, traîna ces vers dans la boue, en les condamnant vigoureusement dans l’article « Philippiques » : « Durant la minorité de Louis XV. & sous le regne de M. le duc d’Orléans, il parut contre ce dernier prince un libelle en vers très-injurieux sous le nom de Philippiques, par allusion au nom de Philippe que portoit M. le Régent. Plusieurs poëtes furent soupçonnés d’en être les auteurs, mais surtout la Grange, auteur de plusieurs tragédies, qui fut envoyé aux iles de Ste Marguerite, & ne s’en sauva que pour s’expatrier. […]  Ils auront le sort de tous les libelles, ils seront oubliés, & la mémoire du prince qu’ils outrageoient ne périra point ». Et les rédacteurs de citer la critique virulente faite par Voltaire (qui avait pourtant été jadis embastillé sur ordre du Régent) dans son épître sur la calomnie :

« Vous avez bien connu, comme je pense,
Ce bon régent qui gáta tout en France :
Il étoit né pour la société,
Pour les beaux arts & pour la volupté ;
Grand, mais facile, ingénieux, affable,
Peu scrupuleux, mais de crime incapable,
Et cependant, ô mensonge! ô noirceur !
Nous avons vu la ville & les provinces
Au plus aimable, au plus clément des princes,
Donner les noms …. Quelle absurde fureur !
Chacun les lit, ces archives d’horreur,
Ces vers impurs, appellés
Philippiques,
De l’imposture, éternelles chroniques !
Et nul François n’est assez généreux
Pour s’élever, pour déposer contre eux
 ».

[Antoine Mongez (attrib.)], “Vie privée du Cardinal Dubois…”, “Londres” [i.e. Paris], 1789, édition originale. Inv. 775

A la fin du siècle, toutefois, ces appréciations négatives furent totalement révisées et balayées en raison de la Révolution française, période au contraire favorable au dénigrement de la famille royale dans son ensemble. La Régence, depuis longtemps symbole des excès et la décadence prêtés à la haute aristocratie, devint tout naturellement un sujet de prédilection pour ceux qui voulaient traîner l’Ancien Régime dans la boue. Parmi les cibles favorites des pamphlétaires se trouva le cardinal-ministre Guillaume Dubois (1656-1723), ami, bras droit et âme damnée du Régent. En 1789, sous la fausse adresse de Londres, parut une anonyme Vie privée du cardinal Dubois, attribuée à un ancien secrétaire du prélat, mais sortie en réalité de la plume d’un certain Antoine Mongez. Cette « biographie non autorisée » était des plus croustillantes et même carrément scabreuse, décrivant à plaisir de nombreux épisodes graveleux et coquins, en premier lieu les fameux « petits soupers » libertins de l’entourage du Régent.

François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques, odes. Avec des notes historiques, critiques et littéraires”, Paris, [Didot], An VI de la Liberté [1795], première édition complète des cinq odes, page de titre. Inv. 3299

Avec le Directoire (époque dont les aspects dévergondés, après la chape de plomb de la Terreur et la rigoureuse austérité robespierriste, n’étaient pas sans rappeler la Régence), La Grange-Chancel et ses Philippiques connurent donc une forme de réhabilitation éditoriale posthume. Certes, des manuscrits n’avaient cessé d’être recopiés et de circuler sous le manteau et certains recueils imprimés clandestins avaient inclus certaines odes dans leur sélection, mais aucune édition séparée et intégrale des poèmes n’avait encore vu le jour. Les choses changèrent en l’an VI de la Liberté (soit 1795), lorsque parut la première édition complète des cinq Philippiques, qui a été qualifiée par Lescure comme « la plus belle, la plus correcte et la plus complète de toutes les éditions de cet ouvrage »[24]. Il faut dire que le volume, augmenté « de notes historiques, critiques et littéraires » (comme le proclame la page de titre), sortait de l’atelier d’un des meilleurs imprimeurs parisiens du moment : Didot jeune. L’édition aurait été faite à partir d’un manuscrit provenant de la bibliothèque du défunt tribun révolutionnaire Mirabeau.

François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques, odes. Avec des notes historiques, critiques et littéraires”, Paris, [Didot], An VI de la Liberté [1795], première édition complète des cinq odes, p. I (“Avertissement” liminaire). Inv. 3299
François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques, odes. Avec des notes historiques, critiques et littéraires”, Paris, [Didot], An VI de la Liberté [1795], première édition complète des cinq odes, p. [1] (incipit). Inv. 3299

Imprimé sur un papier vélin d’excellente qualité, le livre fut tiré à 200 exemplaires seulement, rareté relative que souligna Lescure : « cette édition n’a plus guère aujourd’hui [1859] que le mérite d’être introuvable. Un exemplaire est porté au catalogue de la Bibliothèque impériale, mais ne s’y trouve pas, pas plus que l’édition de 1797. […] Dès 1804, un exemplaire, relié en maroquin, se vendait, chez Renouard, douze livres ». Vingt ans plus tard, Léon de Labessade surenchérissait encore à cet égard : « rarissime édition, déjà introuvable aux premiers jours de notre siècle, et manquant dans nos collections nationales »[25], ou encore : « rare au point de passer pour une merveille »[26] (ce qui semble tout de même excessif). En tout cas, la plupart des exemplaires que j’ai pu retrouver ont fait l’objet d’attentions de leur premier propriétaire, bénéficiant de reliures de qualité ; c’est le cas du présent volume, relié dans un très pur veau glacé fauve de l’époque.

François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques, odes. Avec des notes historiques, critiques et littéraires”, Paris, [Didot], An VI de la Liberté [1795], première édition complète des cinq odes, reliure. Inv. 3299

La seconde édition Directoire du poème fut donnée en 1797, à Bordeaux, chez Puynesge, par le propre fils de l’auteur. A certains égards, François-Victor de Chancel (v. 1715-1801), le fils cadet (et seul survivant) du poète, qui portait le nom de courtoisie de « M. de Nizor » (d’après une autre terre de la famille), connut un destin comparable à celui de son père. Lieutenant au régiment de Poitou, il dut s’exiler à Bruxelles après un duel. Il y rencontra le poète Jean-Baptiste Rousseau auquel il adressa une épître en vers, ayant hérité de son père le don de rimer. S’étant donc réconcilié avec son père, il entreprit, arrivé lui-même à la vieillesse, de lui rendre un bel hommage de piété filiale en mettant au point une édition complète, revue et corrigée d’après les manuscrits de son père, du poème Les Philippiques.

François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques, odes”, Bordeaux, chez Puynesge, An V de la République française (1797), page de titre. Inv. 3313

A la réflexion, on peut se demander si l’idée était bonne, tant ses vers avaient empoisonné l’existence de son père, mais Chancel fils en était persuadé et visait la réhabilitation de son géniteur et de sa famille, ainsi que du poème lui-même :  « cet ouvrage n’a circulé que sur des copies infidèles, pleines de fautes et de contre-sens. Les imprimeurs qui ont osé les donner au public les ont présentées de façon à les faire mépriser ; leur réputation ne s’est soutenue que par la sublimité de quelques strophes, qui, par hasard, n’ont pas été mutilées. […] Maintenant que cette maison [d’Orléans] qui, dans la justice, n’auroit pas dû exister, est tombée dans le dernier opprobre dont elle s’est couverte dans la révolution, qui a fait le malheur de la France [rappelons que le duc Louis-Philippe d’Orléans (1747-1793), renommé Philippe-Egalité, avait voté la mort de son cousin Louis XVI, avant d’être lui-même guillotiné], il [La Grange-Chancel fils] a écouté avec plaisir les propositions qu’on lui a faites de faire paroître cet ouvrage dans son éclat. Il est naturel qu’en relevant la gloire de son père, il se dédommage des torts qu’a fait à sa fortune la longue vengeance exercée sur l’auteur de ses jours. Il a donc profité des circonstances pour livrer tous les manuscrits et renseignemens qui sont en son pouvoir, persuadé que c’est un deoir de piété filiale ».

François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques, odes”, Bordeaux, chez Puynesge, An V de la République française (1797), incipit de l’ode I. Inv. 3313

Comme nous l’avons vu, la période républicaine était favorable aux rééditions de ce texte anti-Bourbon. Joliment imprimée (ici sur papier bleu), cette édition bordelaise comprenait, pour la première fois, un beau portrait-frontispice de l’auteur gravé par J. Pallière et incluait, dans une seconde partie à pagination suivie (pp. [81]-152) mais dotée d’une page de titre particulière, les propres productions poétiques de Chancel fils, qualifiées au titre d’ « excellentes pièces fugitives, remplies d’idées agréables et d’expressions fines, dont la plupart renferment nue bonne morale, et qui portent l’empreinte d’un cœur excellent ».

Dans François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques, odes”, Bordeaux, chez Puynesge, An V de la République française (1797), page de titre de la seconde partie. Inv. 3313

En dépit de ces deux éditions de 1795 et 1797, Les Philippiques poursuivirent sans discontinuer, dans une tradition bien ancrée, leur carrière manuscrite, comme en témoigne cet exemplaire sans doute établi dans les années 1790-1800, à peu près à l’époque où paraissaient les deux éditions mentionnées. Sa graphie, sa reliure de maroquin vert pointent vers une confection dans les dernières années de l’Ancien Régime ou durant le Directoire. Le copiste devait en être parisien, si l’on en juge par le cocasse lapsus de la page de titre : La Grange-Chancel s’y voyait en effet rebaptisé « La Grange Battelière », nom d’un quartier et d’une rue de la capitale !

François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques. Notes et remarques”, manuscrit apographe, vers 1790-1800, page de titre. Inv. 3298
François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques. Notes et remarques”, manuscrit apographe, vers 1790-1800, p. 1. Inv. 3298

Curieusement, ce luxueux petit volume copié sur papier fort ne contient que les trois premières odes, calligraphiées sur 147 pages, dans une présentation généreusement étalée, tant pour les vers que pour leur commentaire, puisque les notes occupent tous les versos de feuillet en regard des vers de la page suivante. On retrouve ci-dessous quelques exemples des passages les plus virulents de la première philippique qui évoquent notamment les liens incestueux du duc et de sa fille, ainsi que les comportements du Régent, dignes des empereurs romains les plus débauchés.

François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques. Notes et remarques”, manuscrit apographe, vers 1790-1800, p. 3. Inv. 3298
François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques. Notes et remarques”, manuscrit apographe, vers 1790-1800, pp. 60-61 (strophe 30 de la première Philippique, assimilant le Régent à Héliogabale) . Inv. 3298
François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques. Notes et remarques”, manuscrit apographe, vers 1790-1800, p. 62-63 (strophe 31 de la première Philippique, dénonçant la débauche et l’inceste de la duchesse de Berry). Inv. 3298

Le manuscrit s’achevait sur un poème de douze vers, une « Epitaphe » vacharde que l’on pouvait penser destinée au Régent. Mais on ne prête qu’aux riches : en réalité, ce poème, attribué à Jean-Baptiste Rousseau, avait salué la disparition de Louis XIV, qui n’était pas plus populaire que le Régent à la fin de sa vie… Sic transit gloria mundi !

François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques. Notes et remarques”, manuscrit apographe, vers 1790-1800, p. 147 (“Epitaphe”). Inv. 3298

Au début du XXe siècle, le petit manuscrit est passé dans la collection d’Ambroise Onésime Commergnat (1870-1942), ingénieur de l’Ecole centrale devenu industriel en prenant la tête, en 1894, d’une importante entreprise de fabrication de roues basée à Auxerre[27]. Son ex-libris, gravé par Stern, comporte une forme d’ « armes parlantes », puisqu’il représente une roue bordée de la devise « Rotam suam quisque rotat ».

François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques. Notes et remarques”, manuscrit apographe, vers 1790-1800, ex-libris d’Ambroise Onésime Commergnat (1870-1942). Inv. 3298

Avec le XIXe siècle s’ouvrit pour les Philippiques l’époque des éditions critiques, et elles furent nombreuses à se succéder, d’abord au sein des Œuvres choisis de Lagrange-Chancel en 1822, puis avec différentes éditions séparées : en 1831 (chez Dentu, avec des notes d’Amédée de Bast), en 1875 (chez Mouveau et Levesque, avec notes et commentaires de Léon de Labessade), en 1878 (chez l’éditeur Dupont de Périgueux [!], avec une préface d’Albert Dujarric-Descombes). Mais la plus élégante et la plus érudite demeure sans conteste celle procurée par Poulet-Malassis et De Broise en 1858, mise au point par Adolphe de Lescure[28].

François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques de La Grange-Chancel”, Paris, Poulet-Malassis et De Broise, 1858, page de titre. Inv. 3316

Tiré de 1’200 exemplaires (plus quelques exemplaires sur papier fort), ce volume fut désigné par le bibliophile Gustave Mouravit comme « certainement la plus intéressante des éditions des fameuses Philippiques ». Il faut dire que Lescure avait voulu faire œuvre à la fois savante et esthétique, qualifiant Poulet-Malassis, quelques mois avant la publication,  d’« éditeur artiste, et dans [son] genre aussi créateur que les poètes ». Quant à la partie scientifique, l’historien avait accompli un travail de bénédictin, fouillé et érudit, travaillant « sur les éditions de Hollande, sur le manuscrit de la Bibliothèque de Vesoul, et sur un manuscrit aux armes du Régent », tout en publiant pour la première fois des « Mémoires pour servir à l’histoire de La Grange-Chancel et de son temps en partie écrits par lui-même », le tout accompagné de notices historiques et littéraires. Cette ample première partie historique précédant le poème n’occupait pas moins de 235 pages !

François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques de La Grange-Chancel”, Paris, Poulet-Malassis et De Broise, 1858. Inv. 3316

Comme l’atteste une dédicace à l’encre rouge sur la faux-titre, le présent exemplaire, bien relié à l’époque en demi-maroquin orange orné, fut offert par l’érudit Adolphe de Lescure à un autre grand savant du moment, le médecin, historien et lexicographe d’origine allemande Ferdinand Hoefer (1811-1878), directeur de publication de l’immense Nouvelle biographie universelle (1851-1866) pour le compte des frères Didot.

François-Joseph de La Grange-Chancel, “Les Philippiques de La Grange-Chancel”, Paris, Poulet-Malassis et De Broise, 1858, dédicace d’Adolphe de Lescure. Inv. 3316

Auteur du plus virulent sac à venin de son temps, La Grange-Chancel fut infecté par son propre poison, qui le condamna en définitive à une vie d’exilé puis de semi-paria : « il n’eut qu’une heure de coupable, et cette heure on la lui fit durer toute sa vie. Il n’eut qu’un jour de fiel sur les lèvres, et ce fiel ne venait pas de son cœur »[29]. Gâté trop jeune par ses premiers succès, entraîné trop naïvement dans des jeux de puissants pour son malheur, il laissa l’exemple d’une vie romanesque mais finalement triste, ainsi qu’un poème qui mérite vraiment d’être redécouvert comme l’un des morceaux de bravoure de l’invective satirique.

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 1er décembre 2023


ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Philippe d’Orléans (Philippe Noiret), l’abbé Dubois (Jean Rochefort), Marie-Madeleine de La Vieuville, marquise de Parabère (Marina Vlady) et Madame de Sabran (Monique Lejeune), dans Que la fête commence, film de Bertrand Tavernier, 1975. Le film fut récompensé notamment par le César du meilleur réalisateur (pour Bernard Tavernier) et le César du meilleur acteur dans un second rôle (pour Jean Rochefort).

BIBLIOGRAPHIE

  • François-Joseph de La Grange-Chancel, Les Philippiques de Lagrange-Chancel, précédée de Mémoires pour servir à l’histoire de Lagrange-Chancel et de son temps – Nouvelle édition, revue sur les éditions de Hollande, sur le manuscrit de la bibliothèque de Vesoul, et sur un manuscrit aux armes du Régent), en partie écrits par lui-même ; avec des notes historiques et littéraires par M. de Lescure, Paris, Poulet-Malassis et De Broise, 1858.
  • François-Joseph de La Grange-Chancel, Les Philippiques, odes, édition définitive collationnée sur un manuscrit de l’époque, avec remarques inédites – Lettre de Victor Hugo acceptant la dédicace de l’étude historique et biographique sur Philippe d’Orléans et La Grange-Chancel par Léon de Labessade, Paris, Adolphe Mouveau et G. Levesque, 1876.
  • Henri Duranton, « La nébuleuse pamphlétaire – Les Philippiques », dans Chantal Thomas et Denis Reynaud (éds.), Le Régent – Entre fable et histoire, Paris, CNRS Editions, 2016, pp. 88-108.

NOTES

[1] Entré dans le dictionnaire de l’Académie française en 1798, le terme de « philippique » a été employé pour la première fois comme nom commun français en 1557, quand Jean Macer composa sa Philippique contre les poëtastres & rimailleurs françois de nostre temps. Les Philippiques de Démosthène ont été traduites en français par Jean Lalemant en 1549, puis par Louis Le Roy en 1555.

[2] Datée de l’année même de la mort de Démosthène, la quatrième Philippique est probablement apocryphe et attribuable à son contemporain, Anaximène de Lampsaque.

[3] Concernant cette propagande mise en place par les humanistes du camp royal, mais appliquée en vers, voir ma thèse de doctorat « Ralliez-vous à mon panache blanc ! – La poésie au service d’Henri IV et de la cause royale, de l’accession au trône au Traité de Lyon (1589-1601) ».

[4] Henri Duranton, « La nébuleuse pamphlétaire – Les Philippiques », dans Chantal Thomas et Denis Reynaud (éds.), Le Régent – Entre fable et histoire, Paris, CNRS Editions, 2016, p. 92.

[5] Adolphe de Lescure, « Mémoires pour servir à l’histoire de La Grange-Chancel et de son temps », dans La Grange-Chancel, Les Philippiques, Paris, Poulet-Malassis et De Broise, 1858, p. 7.

[6] François-Joseph était l’aîné d’une fratrie comptant en outre deux frères et deux sœurs. Ses deux frères firent une carrière militaire : Louis (1678-1745), chevalier de La Grange, entré gentilhomme garde de la marine à Toulon en mars 1694 grâce à l’appui du duc du Maine, participa au premier voyage en Chine de L’Amphitrite entre 1698 et 1700. Décoré de l’ordre de Saint-Lazare à son retour, il fut nommé enseigne de vaisseau en janvier 1703, lieutenant général garde-côtes maritimes en 1710, puis capitaine général des gardes-côtes en 1713. La croix de Saint-Louis lui décerné en décembre 1721. Après s’être désolidarisé de son frère durant les ennuis de celui-ci avec le pouvoir, il se réconcilia manifestement avec lui, puisqu’à sa retraite, après quarante ans de services, il s’installa chez son aîné au château d’Antoniac, où il rédigea ses mémoires (il avait déjà écrit et publié le journal de ses voyages). Le second frère, Pierre-Jean (1685-1711), avait lui aussi épousé la mer et était devenu enseigne de vaisseau, mais il périt dans le naufrage de son navire Le Fidelle au retour de l’expédition de Duguay-Trouin contre Rio de Janeiro en 1711.

[7] Henri Jacques Nompar de Caumont (1675-1726), duc de Caumont et pair de France (1698), puis 5e duc de La Force (1699), membre de l’Académie française en 1715.

[8] Poète, librettiste et auteur dramatique, abondamment récompensé pour ses travaux littéraires, Pierre Charles Roy (1683-1764), par ailleurs secrétaire du roi, était reconnu pour la « grâce du sentiment et la musique de ses vers ». Cette première édition collective est illustrée de trois titres gravés avec arabesques et une figure, le tout dessiné et gravé par Scotin. Ces Œuvres diverses de M. Roy comportent donc au Tome I des « Eglogues et des Pièces mélées, avec des Reflexions sur l’Eglogue », au tome II « des Odes, des Poèmes : avec des Réflexions sur l’Ode, & des Discours sur diverses matières de Morale & de Religion ». Les ouvrages sont ornés de quatre gravures, dont trois titres-frontispices. Le volume fut offert par Roy à Clément-François de Laverdy (1695-1754), écuyer, fameux avocat au Parlement de Paris (reçu en 1716) et père de Clément-Charles de Laverdy (1723-1793 guill.), contrôleur général et ministre des Finances en 1763.

[9] H. Duranton, op. cit., p. 88.

[10] Un court poème satirique du temps résume l’opinion publique sur la duchesse en termes vigoureux :

La Messaline de Berry,
L’œil en feu, l’air plein d’arrogance,
Dit en faisant charivari,
Qu’elle est la première de France,
Elle prend ma foi, tout le train,
D’être la première putain.

[11] En réalité, l’immense tendresse du Régent pour sa fille, sentiment public qui dut surprendre les contemporains par sa force (l’affection des grands pour les enfants se matérialisant souvent peu), viendrait d’un épisode de maladie enfantine : à 7 ans, la petite duchesse fut à l’article de la mort, condamnée par les médecins. Son père la veilla et soigna dès lors lui-même, parvenant à la sauver.

[12] H. Duranton, op. cit., p. 89.

[13] Id., p. 92.

[14] Avenir Tchemerzine, Bibliographie d’éditions originales et rares d’auteurs français (XVe-XVIIIe siècles), Paris, Hermann, 1977 [1927], tome III, p. 915.

[15] Léon de Labassede, 1876, p. 237.

[16] H. Duranton, op. cit., p. 90. En 1719, la duchesse du Maine avait pris part à la conspiration de Cellamare qui visait à installer sur le trône de France le roi Philippe V d’Espagne (petit-fils de Louis XIV) ou l’un de ses enfants en cas de décès opportun du jeune Louis XV. Entraîné dans le complot, le duc fut arrêté et enfermé quelques mois à la forteresse de Doullens, tandis que sa femme était envoyée en exil au château de Savigny-lès-Beaune.

[17] Duc de Saint-Simon, Œuvres de Louis de Saint-Simon, Strasbourg, 1791, tome VII (Mémoires secrets de la Régence), pp. 135-137.

[18] Labessade, 1876, p. 237.

[19] Tolbiac, Rés. P-Ye-1052 et Richelieu (Arts du spectacle), 8-RF-6413. Signalons aussi l’exemplaire Lessore (relié en maroquin janséniste citron de Cuzin), aujourd’hui à Périgueux (Médiathèque Pierre Fanlac, PZ-13 122) et dont la numérisation intégrale est proposée en ligne.

[20] A. Tchemerzine, op. cit., p. 915, n° 2, avec reproduction du titre p. 916.

[21] Citée par Cohen et Seymour de Ricci (Guide de l’amateur de livres à gravures du XVIIIe siècle, 1912, tome I, col. 587), l’édition semble toutefois très peu courante, ne figurant pas dans les catalogues de vente, pas plus que dans Tchemerzine qui ne cite (et n’illustre) que l’édition de 1724 (p. 910).

[22] Lescure, 1859, pp. 8 et 5-6.

[23] Id., p. 8.

[24] Lescure, 1859, p. 207.

[25] Labessade, 1876, p. 146. L’ouvrage est depuis rentré (ou retrouvé) au sein des collections de la BnF, qui en possède pas moins de quatre exemplaires : Rés-Ye-2346 ; Rés. P-Ye-554 ; Smith Lesouef R-1826 ; et Arsenal Réserve 8-NF-83564.

[26] Labessade, 1876, p. 237. Quelques lignes plus tôt, il affirmait pourtant, « taclant » Lescure, ne pas vouloir rentrer dans trop de considérations bibliophiliques au sujet des manuscrits, en « apprenant la beauté de leur papier, le fini de leur reliure ; nous ne suivrons pas l’annotateur de 1858 dans ces puérilités. La science historique n’a rien à y gagner » (sic) !

[27] La fabrique de roues Commergnat avait été fondée à l’origine par Claude Chambard vers 1840 à Auxerre. Elle se spécialisait dans la fabrication mécanique de roues de voitures. Ambroise Commergnat prend la suite en 1894 et orienta l’usine vers les roues « de fatigue » pour les véhicules destinés à l’agriculture ou aux travaux publics (tombereaux, charrettes). L’entreprise existe toujours.

[28] Sur Adolphe de Lescure et ses rapports avec Poulet-Malassis, citons intégralement la très bonne notice mise au point par Gérard Oberlé : « Ce monarchiste très réactionnaire qui s’est infiniment complu dans les alcôves de l’Ancien Régime naquit à Bretonoux dans le Lot en 1833. Il monta à Paris pour faire carrière dans les lettres et débuta chez Malassis en 1858 avec une nouvelle édition des Philippiques de La Grange Chancel. En 1860 il fit une incursion dans la littérature contemporaine (avec une lorgnette satirique) pour régler leur compte à G. Sand, P. de Musset et Louise Colet. Pour se concilier les bonnes grâces de Malassis, Lescure publia dans la royaliste Gazette de France des comptes rendus de plusieurs ouvrages de l’éditeur comme Les Fleurs du Mal ou Les Paradis Artificiels. Lescure a trouvé sa voie en étudiant l’histoire de France à travers les chroniques scandaleuses. Son terrain d’élection fut le XVIII° siècle. L’amateur de curiosa – qualité qu’il partageait avec Malassis, s’occupera des maîtresses du Régent, des amours d’Henry IV, de celles de François Ier… Le royaliste se fit un devoir de rééditer les mémoires de la Duchesse d’Angoulême, Sénac de Meilhan, des études sur Marie-Antoinette…Malassis conserva les nombreuses lettres (environ 150) qu’il avait reçues de Lescure. Très conscient de la majesté qui le composait, Lescure voulut s’imposer et imposer à Malassis lequel, dit Cl. Pichois « se montre rétif devant les prétentions de son collaborateur, qui jouerait volontiers au directeur de collection ». La correspondance s’arrêta en 1864. Réfugié en Belgique, Malassis ne pouvait plus être utile à Lescure. En 1865 Lescure entra au cabinet du ministre Rouher, en qualité de secrétaire. Il remplira cette fonction jusqu’en 1868, puis passa au secrétariat du Sénat jusqu’au 4 septembre 1870. Lescure a beaucoup écrit. Certaines de ses études historiques ou littéraires sont excellentes. Il mourut à Clamart en 1892.Au début de leurs relations, dans une lettre du 4 décembre 1857, Lescure avait rendu ce bel hommage à l’éditeur : “Vous êtes un éditeur artiste, et dans votre genre aussi créateur que les poètes” ». ‎Voir G. Oberlé, Poulet-Malassis, 635-638.

[29] Lescure, 1859, p. 9.