Archives par mot-clé : Moréas

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (30) : UN FILS D’HOMÈRE À PARIS

UN FILS D’HOMÈRE À PARIS : JEAN MORÉAS

A M. Alexandre Farnoux,
directeur de l’Ecole française d’Athènes,
à Mme Lucile Arnoux-Farnoux,
maître de conférence Université de Tours,
en souvenir d’une très agréable conversation autour de Moréas

Dans la bohème littéraire et poétique de la fin du XIXe siècle fleurirent des écoles littéraires et poétiques aux influences décisives pour le siècle suivant. Certaines naquirent avec de grands noms finalement inclassables : ainsi, Baudelaire, puis, à sa suite, Mallarmé et Verlaine peuvent être compris comme les pères de ce qu’on appellera, à partir de 1886, le « symbolisme », courant qui devait marquer à la fois la littérature, la poésie et la peinture à travers tout le monde occidental. Encore fallait-il mettre un nom et donner une définition à ce que ces grands précurseurs avaient initié. Ce baptême et la théorie qui l’accompagna revinrent à un auteur moins connu aujourd’hui et pourtant capital pour les évolutions de la littérature française « fin de siècle » : Jean Moréas, le plus grec des auteurs français (ou le plus français des auteurs grecs, au choix !).

Portrait photographique de Jean Moréas en 1910. DR

Au fil des années, je me suis pris d’intérêt et d’affection pour cet auteur et sa poésie en constante évolution au gré des années. Lanceur de mouvements et d’écoles, il n’en resta jamais prisonnier, donnant le ton avant de passer à autre chose. Engageons la promenade à travers son oeuvre, grâce à quelques manuscrits, lettres autographes et éditions originales à envoi.

Moréas dans « une petite bibliothèque » : sélection de quelques manuscrits autographes et éditions originales

 

I. Des débuts verlainiens : Les Syrtes (1884)

Fils d’un haut magistrat athénien, Jean Moréas (1856-1910, de son vrai nom Ioánnis Papadiamantópoulos) arriva à Paris en 1875 pour faire son droit, mais aussi pour se rapprocher de ces milieux littéraires qu’il admirait tant[1]. A Athènes déjà, le jeune homme avait taquiné les Muses, publiant en 1878 un recueil intitulé Tourterelles et vipères, principalement composé en grec, mais contenant déjà quelques vers français. Installé en France, l’étudiant francophile livra ses premiers essais dans les revues Lutèce et Le Chat noir, avant de publier un premier recueil poétique inspiré par Verlaine : Les Syrtes (1884). Ce petit ouvrage, imprimé à compte d’auteur auprès de l’imprimerie Léo Trézenick, est aujourd’hui fort peu commun, puisque 124 exemplaires seulement furent tirés.

Jean Moréas, « Les Syrtes », Paris, s.n., 1884, édition originale, un des 124 exemplaires tirés (n° 55), avec envoi autographe au poète félibrige Théodore Aubanel. Inv. 2305

Le poète débutant offrit l’ouvrage à ces amis auteurs et plusieurs exemplaires sont revêtus d’envois de sa large écriture[2], comme c’est le cas de celui-ci, offert à l’imprimeur et poète provençal Théodore Aubanel (1829-1886), l’un des trois principaux membres fondateurs du Félibrige en 1854 aux côtés de Frédéric Mistral et de Joseph Roumanille. Le texte de cet envoi demeure quelque peu mystérieux : est-ce en tant que méditerranéen que Moréas qualifia l’Avignonnais Aubanel de « compatriote », à moins que ce ne soit pour saluer un concitoyen de la République des Muses ?

 

II. Le père-fondateur du Symbolisme : Les Cantilènes (1886)

Deux ans après ce premier recueil, Moréas connut une année des plus actives et déterminantes. Au mois de mai 1886 sortit ses importantes Cantilènes, nouveau recueil d’inspiration encore verlainienne en partie, mais qui fondait dans le même temps une nouvelle école poétique rejetant l’ésotérisme de la poésie décadente.

Jean Moréas, « Les Cantilènes », Paris, Léon Vanier, 1886, édition originale, exemplaire d’Anatole France avec envoi. Inv. 821

Parmi les pièces les plus marquantes de ce volume figurait, aux pages 51-54, le superbe poème Le Ruffian, dont voici un manuscrit autographe :

Jean Moréas, « Le Ruffian » [manuscrit autographe signé], S.l.n.d. [Paris, vers 1886 ?]. Inv. 1834

Célébrés à juste titre comme l’un des meilleurs poèmes de Moréas, ces vers ont connu une belle carrière éditoriale, retenus par exemple pour une publication à part en 1927 avec deux autres poésies à succès :

Jean Moréas, « Le Pur Concept – Le Ruffian – Nocturne », Paris-Maastricht, La Connaissance, juin 1927, un des 150 ex. sur hollande de Pannekoek (seul tirage). Avec un portrait gravé de Moréas en frontispice d’après un dessin de Sierk Schreuder. Inv. 2317
Le poème « Le Ruffian », dans son édition à petit nombre de 1927. Inv. 2317

A la sortie des Cantilènes, Moréas procéda à un service de presse assez large auprès de tous les grands noms de la critique et des lettres. Il fit ainsi parvenir un exemplaire « A mon cher Maître Paul Verlaine, son Jean Moréas » (2e vente colonel Sickles, n° 445, avec photo). Ayant lui aussi reçu un exemplaire des Cantilènes, Mallarmé exprima son enthousiasme dans une lettre dithyrambique écrite le 25 mai : « Votre délicieux livre agite (…) tant de pensers considérables… Il sera certes impossible d’étudier maintenant le vers (…) sans avoir lu les Cantilènes, un recueil qui date ».  Mêmes échos de la part de François Coppée, l’un des maîtres du mouvement parnassien devenu membre de l’Académie depuis deux ans, dans cette lettre autographe :

François Coppée, lettre autographe signée à Jean Moréas au sujet des « Cantilènes », S.l. [Paris], 8 juin [1886]. Inv. 2007
François Coppée, enveloppe autographe de la lettre à Jean Moréas au sujet des « Cantilènes », Paris, Bvd Saint-Germain, 8 juin 1886. Inv. 2007

Bien entendu, certains exemplaires étaient destinés aux proches copains et copines, comme la poétesse Marie Krysinka (1845-1908). Fille d’un avocat de Varsovie, un temps étudiante au Conservatoire de musique de Paris, elle s’était finalement tournée vers la littérature. Amie de Verlaine, elle devint la seule femme membre actif des cercles littéraires des « Zutistes », des « Hirsutes » et des « Jemenfoutistes » qui se réunissaient au cabaret du Chat noir[3]. Cet exemplaire lui fut offert, d’après une note ancienne au crayon, avec cet envoi mystérieux : « A Mandikas, ces phrases atopropées, – et puis ? Jean Moréas » (ce terme de « Mandikas » était manifestement un surnom de la poétesse).

Jean Moréas, « Les Cantilènes », Paris, Léon Vanier, 1886, édition originale, exemplaire de la poétesse Marie Krysinka, avec envoi. Inv. 1267

Mais il y avait aussi les exemplaires destinés aux gens de presse, et parmi eux Anatole France, à la fois grand romancier bien entendu, mais aussi critique réputé et influent dans le journal Le Temps : mieux valait se le concilier, surtout en vue de l’annonce officielle du nouveau mouvement littéraire ! Quatre mois plus tard, le 18 septembre 1886, parut en effet dans le supplément littéraire du Figaro un « Manifeste littéraire » de Moréas, article qui était l’acte de naissance du « Symbolisme ». Utilisant le sens grec originel du mot « symbole » (« jeter ensemble »), le poète, très influencé par l’œuvre de Mallarmé, voulait établir des relations nouvelles entre l’Idée abstraite et l’image chargée de l’exprimer, en réaction avec ce que l’école naturaliste ou le mouvement parnassien avaient pu proposer dans leur poésie. On aurait pu les rattacher au décadentisme si l’auteur ne rejetait l’ésotérisme de ce courant et son goût pour l’ambiguïté de l’épithète. Pour les symbolistes, le monde, loin de se limiter à sa seule apparence concrète et à la connaissance rationnelle. Etait aussi un mystère à déchiffrer en permanence et dans lequel sons, couleurs, visions participent d’une même intuition, faisant du Poète une sorte de mage (et de sa poésie une sorte d’hermétisme). Et Moréas de : « Ennemie de l’enseignement, la déclamation, la fausse sensibilité, la description objective, la poésie symbolique cherche à vêtir l’Idée d’une forme sensible qui, néanmoins, ne serait pas son but à elle-même, mais qui, tout en servant à exprimer l’Idée, demeurerait sujette », ce qui suppose « un style archétype et complexe : d’impollués vocables, la période qui s’arcboute alternant avec la période aux défaillances ondulées, les pléonasmes significatifs, les mystérieuses ellipses, l’anacoluthe en suspens, tout trope hardi et multiforme ».

Jean Moréas, « Les Cantilènes », Paris, Léon Vanier, 1886, édition originale, exemplaire d’Anatole France, avec envoi. Inv. 821

Dans sa tribune littéraire du Temps, le 26 septembre 1886[4], Anatole France fit la présentation du Manifeste…, avec une certaine ironie, mais une bienveillance manifeste : « Mon embarras vient surtout de ce que je ne sais pas exactement ce qu’est le symbolise. Il est vrai que M. Jean Moréas l’explique. Mais il est vrai aussi que son explication est difficile à suivre ». Mais sa conclusion était nette : « Cher M. Moréas, vous avez de beaux secrets, votre vers sera merveilleux ». Le père du symbolisme, de son côté, n’avait pas perdu de temps et fonda en octobre son propre organe, la revue hebdomadaire Le Symboliste, avec ses amis poètes Paul Adam et Gustave Kahn, autres piliers du nouveau mouvement (respectivement secrétaire et directeur du périodique). Dans le numéro du 7 octobre, Moréas donna une réponse ouverte à la critique de France, avouant : « ce fut une bien agréable surprise que cette critique de fin lettre parmi toutes les injures que les chironactes de la presse m’accablent ». Les rapports entre les deux hommes se poursuivirent en tout cas de manière cordiale pendant des années[5].

Les Cantilènes furent rééditées en 1897 (avec seulement un léger changement dans l’ordre des pièces), puis associées aux Syrtes dans un recueil collectif baptisé Premières poésies (Paris, Mercure de France, 1907), plusieurs fois réimprimé. Le  présent exemplaire de l’édition de 1897 a servi à donner quelques indications de montage pour la confection du recueil collectif dix ans plus tard.

Jean Moréas, « Les Cantilènes », Paris, Bibliothèque artistique et littéraire, 1897. Exemplaire d’épreuves, annoté en vue de l’édition collective de 1907. Inv. 1734

N’oublions pas, pour être complet avec cette grande année 1886, deux autres œuvres, romanesques celles-ci, écrites par Moréas en collaboration avec son ami Paul Adam (1861-1920) : Les Demoiselles Gouvert : mœurs de Paris (Paris, Tresse et Stock) et Le Thé chez Miranda (Paris, Tresse et Stock). Ces deux ouvrages, manifestation du symbolisme en prose, connurent des échecs commerciaux complets.

Félix Vallotton, « Portrait de Paul Adam », dans Rémy de Gourmont, « Livre des masques » (1896). DR

En dépit de ces résultats parfois inégaux (en tout cas vers le grand public), Moréas occupait alors une place très en vue dans le monde des lettres parisien. Son éditeur Léon Vanier (qui était aussi celui de Verlaine) lui passa commande de plusieurs portraits d’auteurs contemporains pour sa série à succès, Les Hommes d’aujourd’hui[6], fascicules de quatre pages proposant un portrait-charge et une notice biographique volontiers satirique. Lui-même objet du n° 268, Moréas rédigea notamment les portraits du jeune Barrès et du romancier et journaliste Félicien Champsaur[7] (qui n’était autre que le créateur de la série !).

Jean Moréas, « Les Hommes d’aujourd’hui : Maurice Barrès », vol. 7, n° 340, Paris, Léon Vanier, [1888-1889], avec un portrait charge de l’auteur débutant par Axilette. Inv. 2036

Vanier ne payait jamais les auteurs de ces petits textes (hormis Verlaine, dans une sorte de mécénat déguisé). Aussi Moréas semble-t-il avoir été quelque peu négligent dans son écriture de la notice Champsaur, n° 327 (7e volume), parue à la fin du printemps 1888. Le manuscrit révèle en effet que le texte, entrepris par Moréas, dut être complété et achevé par l’éditeur Vanier lui-même (avec un résumé  biographique) et surtout par l’écrivain Frédéric Loliée (1855-1915), qui rédigea toute la seconde partie de l’article.

Jean Moréas, « Les Hommes d’aujourd’hui : Félicien Champsaur », manuscrit autographe, s.l.n.d. [Paris, printemps 1888]. Inv. 2109

III. Un poète en transition : Le Pèlerin passionné (1891) et Eriphyle (1894)

Le recueil Le Pèlerin Passionné marqua une étape importante de la carrière poétique de Moréas : ces vers illustrèrent en effet les principes poétiques de cette « Ecole romane » nouvelle qu’il était sur le point de fonder et qu’il entendait opposer au mouvement symboliste dont il s’était pourtant fait le promoteur quelques années auparavant.

Jean Moréas, « Le Pèlerin passionné », Paris, Léon Vanier, 1891, édition originale, exemplaire d’Albert Saint-Paul, avec envoi autographe. Inv. 1585

L’ouvrage fait donc date dans l’histoire de la littérature française du XIXe siècle, puisque la préface « L’auteur au lecteur » (pp. I à V) est considérée comme le manifeste de l’ « Ecole romane », tout en étant aussi l’un des textes importants du symbolisme. Moréas prétendait entreprendre une lutte analogue à celle menée par Hugo pour le romantisme en 1830. Cette préface sera pourtant supprimée dans les éditions suivantes. C’est à un disciple ès poésie, le rimeur Albert Saint-Paul[8], que cet exemplaire s’adressa, accompagné d’un petit mot de sympathique.

Envoi de Jean Moréas à Albert Saint-Paul, sur « Le Pèlerin passionné » (1891), avec son billet d’accompagnement. Inv. 1585

Anxieux de la bonne réception et du succès de ce recueil, Moréas veilla de près à la distribution des exemplaires de presse. Aussi, fort mécontent d’apprendre un couac (voir « Mélanges… (6) : Aller à la Poste, aléas postaux »), il écrivit cette lettre de signalement agacée à son éditeur Léon Vanier : « Samedi [25 janvier 1891]. Mon cher Vanier, Bertal-Graivil [journaliste et critique] que je rencontre me dit n’avoir pas reçu le Pèlerin. Je redoute d’autres cas pareils. Soyons sérieux, je vous prie. Votre Jean Moréas ». Comme toujours consciencieux dans le traitement de sa correspondance, Vanier a inscrit au crayon, au bas de la lettre : « Réclamation injustifiée, Bertal-Graivil ayant reçu son volume en son temps ».

Jean Moréas, lettre autographe à Léon Vanier, [Paris], « Samedi » [25 janvier 1891], enveloppe conservée. Inv. 2032

Le service de presse ne fut, en définitive, pas si mauvais et le volume connut, au moment de sa sortie, un impact énorme. Verlaine lui-même parla à l’éditeur Savine, dans une lettre du 23 janvier 1891, « du bruit énorme causé par le Pèlerin de Moréas, bruit qui attire l’attention sur la poésie ». Maurice Barrès cria même au chef-d’œuvre. La célèbre enquête de Jules Huret sur la poésie contemporaine, publiée dans l’Echo de Paris la même année, abonda en prises de positions hostiles ou passionnées sur le recueil et sa préface. De son côté, Anatole France livra un article très favorable et même élogieux : « M. Jean Moréas est une des sept étoiles de la nouvelle Pléiade. Je le tiens pour le Ronsard du symbolisme. (…) tout difficile et (comme ils disent) abscons qu’il soit par endroits, il est poète assurément, poète en sa manière et très artiste à sa façon. (…) Il a un tour à lui, un style, un goût, une façon de voir et de sentir. Ça et là, il est exquis… ». La publication du Pèlerin passionné fut suivie d’un numéro spécial de La Plume et célébrée par le fameux banquet « qui consacrait à la fois la gloire de Moréas et la réussite du mouvement symboliste », sous la présidence de Mallarmé et en présence de France, Barrès, Catulle Mendès, Henri de Régnier, Pierre Louÿs ou Gide.

Félix Vallotton, « Portrait de Jean Moréas », dans Rémy de Gourmont, « Livre des masques » (1896). DR

Trois ans plus tard, Moréas édite un recueil de même inspiration, Eriphyle, poème, suivi de Quatre Sylves (Paris, Bibliothèque artistique et littéraire, 1894), tiré à 695 exemplaires. Voici celui (sur simili-Hollande) qui fut  offert au philosophe spirite Léon Denis (1846-1927).

Jean Moréas, « Eriphyle, poème, suivi de Quatre Sylves », Paris, Bibliothèque artistique et littéraire, 1894, édition originale, exemplaire de Léon Denis, avec envoi autographe. Inv. 2304

Surnommé l’ « Apôtre du Spiritisme », Denis fut, avec les plus célèbres Allan Kardec et Camille Flammarion, l’un des principaux promoteurs de ce courant de pensée alors très en vogue[9]. Il est fort probable que Denis découvrit le contenu du livre grâce à l’intervention des esprits surnaturels, et non par des techniques terrestres : l’exemplaire est en effet demeuré entièrement non coupé…

Envoi de Jean Moréas à Léon Denis, sur « Eriphyle, poème » (1894). Inv. 2304

Ce recueil fut ensuite retravaillé et considérablement enrichi, donnant le volume en partie original Poèmes et Sylves (1886-1896), paru en 1898[10]. Parmi les nouvelles Sylves figurait ce poème Romane juvénile fleur[11], offert par l’auteur « A mes disciples » dans ce manuscrit autographe[12] et citant « Pindare et Thibaut et Ronsard » :

Jean Moréas, « A mes disciples – Romane juvénile fleur… » [manuscrit autographe signé], S.l.n.d. [vers 1898]. Inv. 2211

IV. Un nouveau courant : l’Ecole Romane et les Stances (1899-1901)

Faisant évoluer son esthétique, Moréas se détourna du symbolisme pour fonder dès 1892 l’ « Ecole romane », qui voulait rompre avec l’hermétisme et célébrer la lumière du monde gréco-latin : les célèbres Stances relèvent de cette nouvelle veine. Constituant sans doute le recueil le plus célèbre de Moréas, ces poèmes en partie d’inspiration autobiographique furent composés entre septembre 1897 et juillet 1905. « Dans les vers impeccables des Stances, [Moréas traduisit] ses impressions, ses déceptions, son culte de la poésie et sa tristesse stoïque » (Lagarde et Michard). Ces poésies illustraient l’ambition d’un retour vers une langue d’une pureté classique qui n’est pas sans rappeler celle d’André Chénier.

Jean Moréas, « Les Stances », Paris, Editions de la Plume, 1899, édition originale, ex. n° 42/100 sur chine, exemplaire de Lionel des Rieux avec envoi autographe. Inv. 1770

La publication du recueil s’étala sur plusieurs années. Les deux premiers livres furent publiés, d’après le manuscrit original, en fac-similé autographique aux Editions de la Plume en 1899 : agrémenté d’un grand et magnifique portrait de l’auteur par Antonio de La Gandara, le tirage de ce majestueux in-folio fut plutôt confidentiel, limité à seulement 100 exemplaires sur chine et 20 sur japon.

Envoi de Jean Moréas à Lionel des Rieux, sur « Les Stances » (1899), au bas du célèbre portrait de Moréas par La Gandara. Inv. 1770

L’exemplaire en question a appartenu à Pierre Sarlandie des Rieux (1870-1915), dit Lionel des Rieux, l’un des principaux disciples de Moréas au sein de son « Ecole romane » (et ami proche également de Maurras)[13], avant de passer par plusieurs bibliothèques prestigieuses[14]. Il est enrichi des manuscrits autographes d’une version de travail, sur papier vert, des stances X et XIV du premier livre et de la stance I du second livre, sans doute offert à Des Rieux par Moréas lui-même.

Jean Moréas, manuscrit autographe de la stance X du premier livre, contre-collé par-dessus la version autographiée, dans « Les Stances » (1899), exemplaire Lionel des Rieux. Inv. 1770
Jean Moréas, manuscrit autographe de la stance XIV du premier livre, contre-collé par-dessus la version autographiée, dans « Les Stances » (1899), exemplaire Lionel des Rieux. Inv. 1770
Jean Moréas, manuscrit autographe de la stance I du deuxième livre, contre-collé par-dessus la version autographiée, dans « Les Stances » (1899), exemplaire Lionel des Rieux. Inv. 1770

Il faudra attendre deux ans pour que la suite de ce recueil voit le jour : Les Stances : IIIe, IVe, Ve et VIe livres parurent chez le même éditeur en 1901, dans un tirage moins limité, consistant en 25 exemplaires sur Japon et 875 sur vélin satiné.

Jean Moréas, « Les Stances : IIIe, IVe, Ve et VIe livres », Paris, Editions de la Plume, 1901, édition originale, exemplaire de Paul Adam avec envoi autographe. Inv. 1075

C’est à un vieil ami que cet exemplaire sur vélin fut offert, puisqu’il s’agissait de Paul Adam[15], avec lequel Moréas avait co-fondé la revue Le Symboliste et co-écrit les romans, Le Thé chez Miranda et Les Demoiselles Goubert en 1886. Adam avait persisté dans la voie romanesque et rencontrait le succès et la notoriété avec son roman très personnel Être, paru en 1888 (et dont un exemplaire fut offert à José-Maria de Heredia[16]). Ses liens (sinon son amitié) avec Moréas durèrent jusqu’à la mort de ce dernier en 1910, comme l’attestent d’autres exemplaires à envoi connus[17].

Envoi de Jean Moréas à Paul Adam, sur « Les Stances : IIIe, IVe, Ve et VIe livres » (1901). Inv. 1075

Le septième et ultime livre des Stances ne fut édité qu’en 1920, dix ans après la disparition du poète. Depuis, les rééditions du recueil n’ont jamais cessées et l’on a même vu en 1922 paraître un prétendu Huitième livre des Stances, en réalité un pastiche.

Jean Moréas, « Le Septième Livre des Stances – Poëmes inédits », Paris, François Bernouard, 1920, édition originale posthume, un des 500 ex. sur vergé d’Arches (n° 207). Inv. 2315

 

V. Les dernières années (1902-1910)

A partir de 1902, Moréas orienta davantage son écriture vers la prose, commençant avec des Feuillets parus aux Editions de la Plume, suivis, cette même année et dans la même maison, de l’intéressant Voyage de Grèce, qui contient certaines de ses plus belles pages sur son pays natal. Dans la même veine, notons aussi, en 1906, le recueil d’essais Paysages et sentiments (Paris, Sansot), dont voici d’un des douze exemplaires sur hollande[18].

Jean Moréas, « Paysages et sentiments », Paris, E. Sansot et Cie, 1906, édition originale, un des 12 exemplaires sur Hollande (n° 14). Inv. 1277
Jean Moréas, « Paysages et sentiments », Paris, E. Sansot et Cie, 1906, édition originale, un des 12 exemplaires sur Hollande (n° 14). Inv. 1277

 Moréas n’abandonnait pourtant pas totalement la poésie et l’on doit peut-être dater de ce tout début de siècle ce sonnet Zante demeuré, semble-t-il, inédit. Provenant sans doute d’un « album amicorum », ce feuillet présente au verso des vers signés par le compositeur et chansonnier Georges Fragerolle (1855-1920), pianiste au cabaret Le Chat noir (avec Satie) et qu’on surnommait « le maestro du Chat noir et des Hydropathes ». Moréas, qui était lui-même un vieil habitué des lieux, était de ses amis. La seule mention de l’île de Zante (une des îles Ioniennes, où mourut le médecin Vésale en 1564) repérable dans l’œuvre de Moréas se trouve dans Le Voyage en Grèce paru en 1908. Evoquant le poète grec Andréas Kalvos (mort en 1867) qui était natif de Zante, Moréas procurait une traduction-imitation de quelques strophes de la première ode du recueil La Lyre de Kalvos, consacrée à son île natale : « Ô merveille des îles, / Ô Zante où je suis né… » (pp. 117-118). C’est peut-être en se souvenant de ces vers que Moréas composa le beau sonnet suivant :

Jean Moréas, « Zante » [manuscrit autographe signé], s.l.n.d. [vers 1900-1908 ?]. Inv. 2160

Le texte étant inédit, cela mérite d’en donner pour une fois la transcription complète :

Zante

Roc tapissé de fleurs, île des Dieux bénie,
Parmi les pins fluets au panache mourant,
Sur tes bords enchantés, tu t’accoudes rêvant
Aux rythmiques sanglots de la mer d’Ionie.

Du labeur quotidien fuyant la tyrannie,
Ton peuple dilettante erre le nez au vent,
Ou dort sous les rayons du soleil énervant
Dans la campagne par les épis mûrs jaunie.

Et les soirs printaniers parfumés de jasmin,
Le jeune ruffian aux lèvres de carmin,
Stylet sur le côté, guitare en bandoulière,

S’en va chanter un pathétique solo,
La colombe aux yeux pers gardée en la volière
Par les soupçons jaloux de quelque Bartholo.

Jean Moréas

L’intérêt de Moréas pour les classiques se manifesta à cette époque par son Iphigénie, tragédie en cinq actes qui n’était autre qu’une adaptation libre, en vers français, de la pièce d’Euripide. Elle fut jouée pour la première fois au Théâtre antique d’Orange le 24 août 1903, puis donnée au Théâtre de l’Odéon à Paris dès le 10 décembre suivant. Dans sa recension de la pièce, le critique Emile Faguet devait lui trouver un air de Garnier, de Montchrestien (deux tragédiens de la fin XVIe – début XVIIe  siècle), voire de Corneille lui-même : c’est dire la pureté de l’alexandrin et de la langue employés. Cet exemplaire fut offert au jeune Jacques Bainville (1879-1936), historien précoce (et très marqué à droite, tendance monarchiste) qui devait être élu à l’Académie française en 1935[19]. Il avait commis quelques poèmes symbolistes dans sa prime jeunesse et ce très probable admirateur de Moréas a dû lui être présenté par leur ami commun Maurras.

Jean Moréas, « Iphigénie, tragédie en cinq actes », Paris, Mercure de France, 1904, édition originale, exemplaire de Jacques Bainville avec envoi. Inv. 2088
Jean Moréas, envoi autographe à Jacques Bainville sur « Iphigénie » (1904). Inv. 2088

Auteur toujours partagé entre son pays natal et sa terre d’élection, Moréas donna en 1904 des Contes de la Vieille France, dans lesquels il adapta l’ancienne littérature médiévale (un travail qu’il avait commencé avec son Histoire de Jean de Paris, roi de France trois ans plus tôt). Comme il l’expliqua dans sa préface, il souhaitait « que ce livre fût comme un miroir du Moyen Age français : tendre, tragique ou plaisant. De petits poèmes, des fabliaux, ou bien des chroniques en prose m’ont fourni le sujet et les principaux ornements de mes contes… ». Le présent exemplaire fut offert à un poète proche de Moréas : Henri de Régnier (1864-1936), l’un des gendres de José-Maria de Heredia, futur membre de l’Académie française en 1911.

Jean Moréas, « Contes de la Vieille France », Paris, Mercure de France, 1904, édition originale, exemplaire d’Henri de Régnier avec envoi autographe (« à Henri de Régnier, cordial souvenir, Jean Moréas »). Inv. 822

 Les relations entre les deux auteurs étaient importantes sur le plan littéraire. Les nombreux volumes de poésie de Régnier (parus à partir de 1892), fidèles à l’idéal classique tout en étant libres dans la forme, à la rencontre entre le Parnasse et le Symbolisme, révèlent l’influence permanente de Jean Moréas, comme de Gustave Kahn, Stéphane Mallarmé et de son beau-père Heredia. Lors du banquet du 2 février 1891 pour la sortie du Pèlerin, Régnier avait porté un toast en hommage « à Leconte de Lisle, le doyen des Lettres françaises, et aussi à notre ami Jean Moréas », reconnus tous deux comme des maîtres. Deux ans après la mort de Moréas, Régnier, devenu académicien, devait consacrer une chronique (« Lecture d’été ») à la publication posthume des Réflexions sur quelques poètes du disparu, excusant les coups de griffe portées à quelques grands noms (notamment Hugo[20]) et la posture de distance adoptée par Moréas : « Le désintérêt où il nous tenait était si franc, si naturel, si naïf, que l’on ne pouvait vraiment pas lui en vouloir. On lui passait cette négation de tant de talent parce qu’il en avait lui-même beaucoup». L’article se terminait sur la citation jugée « énigmatique » d’un autre jugement de Moréas : « Régnier imite mes stances, mais ce n’est pas cela du tout » ! Pas sûr que l’intéressé ait apprécié…

La dernière trace que je possède de Jean Moréas est une lettre datant du 13 janvier 1910, petite lettre s’adressant sans aucun doute à une maison de service de presse, type « Argus », chargée de collecter les articles en fonction de mots-clefs. L’auteur était donc sensible au suivi de la critique.

Jean Moréas, lettre autographe signée à une agence de presse, « Ce jeudi [13 janvier 1910] ». Inv. 1584

Mais le poète, malade, devait s’éteindre un peu plus de trois mois après, à Saint-Mandé près de Paris, le 30 avril 1910. Incinéré selon ses souhaits, il fut néanmoins symboliquement enterré dans une tombe du cimetière du Père-Lachaise (89e division), un humble carré aujourd’hui bien délaissé.

Tombe-cénotaphe de Jean Moréas au cimetière du Père-Lachaise à Paris, en 2015. La plaque ne se déchiffre plus qu’à grand-peine… DR

Présent à la cérémonie de crémation, Paul Valéry aurait eu ce mot d’adieu, très « fin-de-siècle » et décadentiste, pour son ami : « Quelle belle fin ! Il s’en va comme un cigare… »

Nicolas Ducimetière
Douvaine, juin 2018

Bourdelle, buste en bronze de Jean Moréas, installé dans le « Jardin national » d’Athènes, où se trouvent réunis les représentations de ceux que la Grèce considère comme ses gloires. DR

ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

« Soyez symbolistes !« , portrait charge de Jean Moréas par Paul Gauguin, 1890-1891. DR

NOTES

[1] Plusieurs des grands auteurs symbolistes étaient d’origine étrangère, attirés par la Ville-Lumière comme par un phare de la culture mondiale. Citons notamment l’Américain Francis Vielé-Griffin (1864-1937, natif de Norfolk et fils du général Egbert Ludovicus Viele), qui fut un intime de Mallarmé, un ami de Gide et de Valéry : président de l’Académie Mallarmé, il fut l’un des auteurs préférés d’Apollinaire dans sa jeunesse.

Francis Vielé-Griffin, « Diptyque », Paris, Imprimé pour le compte d’Entretiens politiques et littéraires, mars 1891, édition originale, exemplaire de Pierre Louÿs avec envoi. Inv. 2198

Egalement américain, Stuart Merrill (1863-1915), fils de diplomate, se fixa en France en 1890 et devint l’un des grands théoriciens et poètes du Symbolisme, créant de nouvelles formes et des rythmes inédits, composant plusieurs recueils en français et traduisant en anglais Baudelaire ou Huysmans.

[2] La Fondation Bodmer possède ainsi l’exemplaire n° 14 de cette rare édition originale des Syrtes, exemplaire au parcours amusant : offert au dramaturge Oscar Méténier par son ami le célèbre  occultiste et poète Stanislas de Guaïta (1861-1897), il reçut seulement dans un second temps un envoi amusant de Moréas, « A mon cher Oscar Méténier, avant encore qu’après l’ami Stanislas, Jean Moréas » !

[3] Au Chat noir, Marie Krysinka participait aux soirées de la Goguette et accompagnait au piano les chansons et les poèmes qu’on y déclamait. Devenue l’épouse du peintre et lithographe Georges Bellenger (1847-1918), elle publia ses propres poèmes dès la première année de parution de la Revue du Chat noir. Elle livra au total trois volumes de poésies, qui comprennent des poèmes en vers libres, ainsi qu’un recueil de nouvelles, trois romans et de très nombreux articles sur la littérature, l’art, la musique et la critique littéraire.

[4] Anatole France, « Le symbolisme. Décadents et déliquescents. Simples observations sur un manifeste de Jean Moréas », dans Le Temps, dimanche 25 septembre 1886.

[5] Parmi les autres marques connues des rapports entre Moréas et France, notons un exemplaire des Paysages et sentiments offert en 1906 « A Anatole France, en témoignage de grande admiration » (cat. Bibliothèque littéraire J.-M. Moulin, n° 220/23).

[6] Revue d’intention à la fois littéraire et satirique, Les Hommes d’aujourd’hui a été créée par l’écrivain et journaliste Félicien Champsaur et le dessinateur André Gill en 1878. Illustré d’un portrait-charge en couleurs sur la première page, chaque numéro formait une petite monographie en trois pages sur une personnalité contemporaine des arts, des lettres, ou plus rarement du monde politique, du monde scientifique et technique ou de la religion. Le premier numéro, consacré à Victor Hugo, parut le 13 septembre 1878 chez l’éditeur parisien A. Cinqualbre. Reprise par l’éditeur Léon Vanier en 1885, elle va alors souvent être rédigée par les auteurs de la maison, comme Moréas et surtout Verlaine (qui, seul auteur à être rétribué pour ses contributions, livra 27 de ces chroniques, notamment celles sur Rimbaud, Mallarmé, Goncourt, France, Barbey d’Aurevilly, Richepin, Villiers de L’Isle-Adam, sans parler de la sienne !). Imprimée dans un format conforme aux standards de la presse de l’époque (27 x 37,5 cm) et vendue à 10 centimes le numéro, la série connaissait une parution irrégulière : entre deux et quatre numéros par mois. Elle atteignit le n° 469, disparaissant en 1889. Il existe une édition en neuf tomes, chacun d’entre-eux réunissant 52 numéros.

[7] Comme beaucoup des auteurs de son temps, Félicien Champsaur (1858-1934) fut à la fois journaliste et romancier. Fréquentant tous les cercles littéraires (Hydropathes, Hirsutes ou Zutistes), il livra des chroniques étonnantes sur le monde des lettres, notamment dans son premier roman, à clefs, Dinah Samuel (1882), dans lequel auteurs et peintres célèbres apparaissent sous des pseudonymes. Sa production littéraire contient des romans, des nouvelles, des vers et du théâtre, pour un total de près d’une vingtaine de titres publiés entre 1882 et 1899.

[8] Albert Saint-Paul (haut-fonctionnaire préfectoral et poète, disciple de Jean Moréas) (envoi autographe : « A Albert Saint-Paul, avec toutes sympathies, Jean Moréas ») ; Librairie « La Part du Rêve » (J.-J. Faure, Genève, cat. N° 175, Un auteur, un livre, une lettre autographe, oct. 2012, n° 326).

[9] Aux côtés de Camille Flammarion, le philosophe spirite Léon Denis (1846-1927), totalement autodidacte, fut l’un des principaux continuateurs du spiritisme après le décès d’Allan Kardec. Son premier livre dans le domaine, Après la mort, parut en 1889 et connut plusieurs rééditions améliorées jusqu’en 1920. Mais son ouvrage majeur demeure Christianisme et Spiritisme en 1898, souvent réédité jusqu’à nos jours. Le spiritisme y est exposé comme un renouveau du Christianisme originel. L’auteur réfute également les interprétations de la Bible définies par l’Église catholique romaine. Denis fit des conférences à travers toute l’Europe dans des congrès internationaux spirites et spiritualistes, défendant activement l’idée de la survie de l’âme et ses conséquences dans le domaine de l’éthique dans les relations humaines. L’abondance de sa production dans la littérature spirite, ainsi que l’affabilité de son caractère et son dévouement, lui ont valu le surnom d’« Apôtre du Spiritisme ».

[10] Les Poèmes et Sylves  de 1898 contenaient : Le Pèlerin passionné, Enone au visage clair et Sylves, Eriphyle et Sylves).

[11] On le retrouve dans la réédition des Poèmes et Sylves  de 1907 (Paris, Mercure de France), aux pp. 189-190.

[12] Ce manuscrit provient d’un homme de lettres prolifique, Léon Barracand (1840-1919), qui commença sa carrière comme poète parnassien, donnant des pièces dans le second Parnasse et publiant chez Lemerre sous le pseudo de Léon Grandet. Il livra par la suite une impressionnante série de romans entre 1884 et 1910. Il fut par ailleurs maire de Romans-sur-Isère (1874-1876) et secrétaire de la Société des Gens de lettres à partir de 1897.

[13] Rimeur précoce, Lionel des Rieux avait donné ses premières poésies, L’Hiver mondain, dès 1884 (il avait quatorze ans !), volume suivi d’une demi-douzaine d’autres recueils jusqu’à la fin du XIXe siècle. Issu d’une famille de hauts fonctionnaires, le jeune homme, proche du bonapartisme, se tourna vers la presse, en parallèle avec la poésie, et collabora à L’Action française dès ses débuts, se rapprochant de Maurras. Il tomba au champ d’honneur, tué au bois de Malancourt en février 1915.

[14] Lionel des Rieux (1870-1915, poète, romancier et journaliste) (envoi autographe : « A mon ami Lionel des Rieux, Jean Moréas ») ; Pierre Veber (1869-1942, écrivain, dramaturge et homme de presse, patron du Gil Blas, grand-père du réalisateur Francis Veber) (ex-libris gravé par son frère Jean Veber, avec la devise « Il sculpte / J’anime ») ; Philippe Zoummeroff (1930-…, industriel et mécène) (cat. Bibliothèque Ph. Zoummeroff, Paris, 1999, n° 355, 6’500 frs.) ; Jean-Marie Moulin (1933-2002, conservateur général du Patrimoine, directeur du Musée-Château de Compiègne et du Musée national de Blérancourt, bibliophile spécialiste de littérature XIXe s., avec une préférence pour les poètes symbolistes) (cat. Bibliothèque littéraire Jean-Marie Moulin, Paris, Artcurial, 18-19 déc. 2003, n° 220/12).

[15] Provenance : Paul Adam (1862-1920, romancier et poète, ami de Jean Moréas) (envoi : « A Paul Adam, cordial souvenir, Jean Moréas » ; Bibliothèque Paul Adam, vente 13 mai 1925, n° 173, broché) ; Jean-Marie Moulin (1933-2002, conservateur général du Patrimoine, directeur du Musée-Château de Compiègne et du Musée national de Blérancourt, bibliophile spécialiste de littérature XIXe s., avec une préférence pour les poètes symbolistes) (cat. Bibliothèque littéraire Jean-Marie Moulin, Paris, Artcurial, 18-19 déc. 2003, n° 220/13) ; Librairie de l’Amateur (Strasbourg).

[16] Je n’ai pas pu trouver grand-chose sur les relations exactes entre Adam et Heredia, l’un des grands auteurs du Parnasse.  L’intitulé de la dédicace montre qu’Adam offrit ce volume de 1888 à Hérédia après la parution des Trophées, autrement dit après 1893.

Paul Adam, « Être », Paris, La Librairie illustrée, 1888, édition originale, exemplaire de José-Maria de Heredia avec envoi. Prov. ult. : bibliothèque littéraire Jean-Marie Moulin. Inv. 819

Leurs contacts se sont en tout cas poursuivis dans les années suivantes : Adam envoya en effet à Hérédia un exemplaire dédicacé de l’édition originale de son utopie de science-fiction, Lettres de Malaisie (Paris, Editions de la Revue Blanche, 1898) (vu en vente dans une librairie parisienne, sept. 2009).

[17] J’ai croisé deux exemplaires de même provenance, manquant de peu le premier. Il s’agit de : Poésies (1886-1896), Paris, « La Plume », 1898, édition en partie originale, avec envoi, relié demi-chagrin noir (prov. Ultérieure : J. Heitz, avec ex-libris ; Librairie Arts et Lettres, Ollioules, 2011) et de Contes de la Vielle France (Paris, 1904, EO, portant un envoi presque identique : « A mon cher Paul Adam, souvenir cordial ». Prov. ult. : cat. Bibliothèque littéraire. J.-M. Moulin, n°220/18).

[18] Le tirage de tête fut de 10 japon et 12 hollande.

[19] Issu d’une famille attachée aux valeurs républicaines, Jacques Bainville (1879-1936) fut un auteur précoce qui livra dès 1900 un Louis II de Bavière à l’issue d’un séjour en Allemagne qui le porta à des sentiments monarchistes. Face à un Second Reich puissant et fascinant, la France de la IIIe République lui semblait à bout de course : il se rapprocha dès lors de Maurras et devint journaliste à L’Action française, en charge de la politique internationale. Historien très marqué à droite, de tendance monarchiste, il livra plusieurs sommes très lues comme une grande Histoire de France (1924), mais sans pour autant êre nationaliste (sa biographie de Napoléon, très critique, et son Histoire de trois générations [1918] montrent qu’il considère le nationalisme comme la cause des catastrophes de 1870 et de 1914-1918). Mauriac devait louer ses capacités d’analyse en tant qu’historien et géopoliticien. Elu à l’Académie en 1935, il meurt moins d’un an plus tard et ses funérailles donnent lieu à un incident durant lequel Léon Blum manqua d’être lynché. A noter que Bainville, dans sa jeunesse, avait composé de poèmes symbolistes, école dont Moréas était l’initiateur. Ils étaient par ailleurs tous les deux liés d’amitié avec Maurras.

[20] « Moréas consacre à Hugo quelques pages amusantes, mais qui sont loin de nous donner le jugement véritable que portait sur l’auteur de La Légende des Siècles, l’auteur des Syrtes. A vrai dire, ce silence n’est peut-être pas extrêmement regrettable. Moréas, en effet, prisant assez peu les partis modernes, et Hugo ne l’enthousiasmant guère […] ».

Henri de Régnier, « Lecture d’été », manuscrit autographe, 1912. Photo : Librairie « Traces écrites »

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (6) : ALLER A LA POSTE, ALEAS POSTAUX

ALLER A LA POSTE, ALEAS POSTAUX

« Mais comment se fait-ce, je n’ai pas reçu votre dernier carton d’invitation ? Bon, il est vrai que j’ai changé d’adresse… Comment, vous ne le saviez pas ?  », « J’ai passé commande de votre beau catalogue il y a deux jours et je n’ai toujours rien reçu », « Alors figurez-vous que je me suis inscrit en ligne et que votre newsletter ne me parvient jamais, jamais, jamais ! Ah, la boîte à spams ? C’est quoi ? », etc.

Si nous pouvions obtenir un franc à chaque fois que ces phrases nous sont sorties, nul doute que la Fondation Bodmer pourrait acquérir, chaque année, un manuscrit médiéval ou au minimum un bel incunable. C’est sans aucun doute le lot de chaque institution muséale ou culturelle. Parfois c’est justifié, souvent c’est exagéré, et la numérisation des flux ne semble pas avoir changé grand-chose (qui dit « envoi en nombre » dit « arrivée dans les spams », mais allez expliquer cela…).

Pour se rassurer, il faut se dire que les plus grands acteurs de la culture se sont ainsi fait taper sur les doigts par le passé, les éditeurs en tout premier lieu. En voici deux petits exemples tirés de mes rayons, concernant :

1/ Léon Vanier (1847-1896), l’éditeur de Verlaine, mais aussi des plus grands poètes symbolistes et modernes (Rimbaud, Mallarmé, Laforgue, Moréas, etc.),

2/ son aîné Alphonse Lemerre (1838-1912), l’éditeur historique du mouvement parnassien (Gautier, Banville, Leconte de Lisle, Coppée, Heredia, le jeune Verlaine à ses débuts), mais aussi de grands romanciers du temps (Barbey d’Aurevilly, Daudet, Flaubert, Anatole France, Goncourt, etc.).

I.              Moréas vs. Vanier : un injuste agacement (1891)

Né à Athènes sous le nom (un peu compliqué) de Ioannis Papadiamantopoulos, le poète Jean Moréas (1856-1910) est le plus français des auteurs grecs. Fixé définitivement à Paris dès 1880, il se distingua comme créateur non pas d’un, mais de deux mouvements littéraires : le symbolisme (qui se démarqua en 1886 des écoles parnassienne et décadentiste), puis l’école romane (à partir de 1902).  Après deux recueils d’inspiration verlainienne (Les Syrtes et les Cantilènes, en 1884 et 1886), Moréas livra ses premiers poèmes purement symbolistes dans un volume intitulé Le Pèlerin passionné, publié par Vanier en 1891. C’est justement à propos de la diffusion de ce recueil qui Moréas, mécontent des expéditions, écrivit ce courrier énervé à son éditeur.

Moréas1

« Samedi [25 janvier 1891]. Mon cher Vanier, Bertal-Graivil [journaliste et critique] que je rencontre me dit n’avoir pas reçu le Pèlerin. Je redoute d’autres cas pareils. Soyons sérieux, je vous prie. Votre Jean Moréas »

Comme toujours consciencieux dans le traitement de sa correspondance, Vanier a inscrit au crayon, au bas de la lettre : « Réclamation injustifiée, Bertal-Graivil ayant reçu son volume en son temps. V. ». Et pan sur le bec !

Moréas2

II.           D’un malheur peut sortir un bien : exemple avec un Heredia (1893)

Le second exemple concerne également un poète d’origine étrangère : l’Hispano-cubain José-Maria de Heredia (1842-1905), l’un des papes du Parnasse, reçu à l’Académie en 1894. Paru l’année précédente aux éditions Lemerre, son unique recueil de poèmes, Les Trophées, contient 118 sonnets ciselés avec amour durant des années et qui demeurent l’un des hauts sommets de la poésie du XIXe siècle.  A la sortie de ce recueil, d’abord en format in-8°, puis peu après en format in-12, Heredia avait bien entendu fait envoyer quelques exemplaires d’auteur rehaussés d’envois amicaux (je garde en réserve quelques-uns d’entre eux pour un billet spécial Heredia). Parmi ces envois, effectués par la maison Lemerre, un volume était destiné au comte Maurice de Fleury (1860-1931), un médecin très proche des milieux littéraires et des poètes de son temps. Il faut dire que le bon docteur, élève de Charcot, était un spécialiste des maladies nerveuses et mentales… Autant être proche de ses potentiels clients ! J Auteur lui-même d’études sur le sommeil, l’insomnie, l’épuisement nerveux, mais aussi d’un recueil de contes et de biographies, il fut un ami proche de Zola (qu’il renseigna pour « Le Docteur Pascal ») et surtout de Huysmans.

Là intervint le problème. Dans la folie des emballages et des envois, l’exemplaire promis fut envoyé à un autre destinataire qui se manifesta auprès de l’auteur. Réagissant comme une chatte qui aurait perdu ses petits, Heredia écrivit alors au docteur de Fleury pour essayer de s’y retrouver, d’où la lettre en question, au ton un brin catastrophé :

1931-LAS

 « Mon cher Fleury, Avez-vous reçu les Trophées que je vous ai adressés il y a un mois ? Avez-vous l’ex. de Loti ? Loti m’écrit qu’il a le vôtre. Faut-il vous le faire renvoyer ? Quel gâchis ! Cordialement vôtre, JM de Heredia. Ce 20 avril [1893] ».

Heureusement, tout finit par rentrer dans l’ordre et Maurice de Fleury put récupérer son exemplaire, enrichi non seulement de l’envoi amical de Heredia, mais aussi d’un mot d’excuses du destinataire erroné : « Je demande pardon à Mr. Maurice de Fleury d’avoir coupé les pages de ce livre, Pierre Loti ». Nul doute que le docteur bibliophile se soit plutôt réjoui de l’aventure qui lui permettait d’obtenir un livre revêtu des autographes de deux des plus grands auteurs de son temps !

1931-envoi

Conclusion : les erreurs d’envoi peuvent aussi avoir du bon !