Archives par mot-clé : Fausse monnaie

MONETA (26) : UN BARBU FAUX COMME UN ÉCU DE SIX FRANCS !

MONETA (26) : UN BARBU FAUX COMME UN ÉCU DE SIX FRANCS !

A peine la première pièce officielle était-elle frappée qu’apparaissait aussi la fausse monnaie ! L’Empire romain n’a certes pas fait exception et les faux antiques abondent dans les trouvailles monétaires comme dans les plateaux des collectionneurs, objets intéressants pour l’histoire économique comme pour la compréhension des techniques de fabrication. Si un précédent article traitait d’un denier d’argent frelaté sous le règne de Néron (voir Moneta 3 : Néron et ses deniers, une âme bien vile…), nous passons ici à un autre cas de figure, puisqu’il s’agit du matériel même d’un faussaire de l’Antiquité tardive, sous le règne de Maximin II Daïa, l’un des empereurs de la Tétrarchie, l’époque de ces souverains-soldats thraces et barbus dont les monnaies nous montrent des faciès dignes du général Maximus Decimus Meredius (alias Russell Crowe, oscarisé pour ce célèbre rôle) !

I. Maximin II Daïa, un fils de berger devenu empereur

Parmi ces empereurs de la Tétrarchie figurait donc Maximin II. D’origine très humble, ce fils d’un simple berger était né vers 270 en Thrace, près de la cité de Felix Romuliana (aujourd’hui Gamzigrad, en Serbie), et rien ne semblait le promettre à un destin spectaculaire. Mais son oncle maternel, un officier sorti du rang nommé Galère (v. 250-311), devint le lieutenant du général, puis empereur Dioclétien et fut nommé par lui César en 293. Quand les deux fondateurs de la Tétrarchie (Dioclétien et Maximien) abdiquèrent pour prendre leur retraite, ils élevèrent leurs Césars au rang d’Augustes. Ainsi élevé à la pourpre, chargé de la partie orientale de l’Empire, Galère perpétua le système de la direction collégiale en choisissant son neveu comme César en 305 : belle ascension sociale !

Vue aérienne du site de Felix Romuliana de nos jours. Photo DR
Follis de Galère César, Aquilée, 301, , avec son argenture intacte. Revers : Sacra Moneta. Collection ND

Le jeune homme abandonna dès alors son nom de naissance un peu court et plébéien, Daïa, pour prendre celui de Gaius Valerius Galerius Maximinus, plus conforme à son nouveau rang de Nobilissimus Cæsar. Ce farouche anti-chrétien mena de sévères persécutions dans les terres sous son contrôle et on le rend notamment responsable direct du martyre de sainte Catherine d’Alexandrie. Les sources chrétiennes le présentent bien entendu sous le jour le plus noir, comme un vil débauché, et, de fait, il semble avoir été au minimum un très gros buveur. Cela ne l’empêchait pas de manifester un certain bon sens dans son exercice de gouvernement : il exigeait notamment de ses subordonnés que les ordres qu’il avait donné en état d’ébriété ne soient exécutés que le lendemain et après confirmation à jeun !

Follis de Maximin II Daïa César, Cyzique, 308, avec son argenture intacte (exemplaire nettoyé anciennement). Collection ND

En 310, Maximin II Daïa devint, au même titre que l’ambitieux Constantin Ier, le fossoyeur du système tétrarchique. Les Césars voulurent être portés au rang d’Augustes, ce qui amena la coexistence de quatre empereurs à plein titre ! Trop pour le maintien de la paix civile… Après la mort de son oncle Galère l’année suivante, les trois souverains restants tentèrent de se partager l’Empire (l’Occident à Constantin, l’Orient partagé entre Licinius et Maximin), mais, incapables de trouver un vrai équilibre, ils en vinrent vite à s’entredéchirer. Pour contrebalancer le rapprochement opéré entre Constantin et Licinius, Maximin noua des relations secrètes avec l’usurpateur Maxence, qui avait pris le pouvoir à Rome (chasse gardée de Constantin). Tout cela ne pouvait que déboucher sur une rupture définitive, qui intervint en 313.

Follis de Constantin Ier Auguste, Nicomédie, 313, avec son argenture intacte. Revers : Sol Invictus. Collection ND
Follis de Licinius Ier, Alexandrie, 316, avec son argenture intacte. Revers : Jupiter. Collection ND

Après avoir pris Byzance, clef du Bosphore, Maximin, marchant vers l’Occident, parvint à s’emparer, après un bref siège de huit jours, de la cité d’Heraclea Perinthus, à une centaine de kilomètres au sud sur la côte. Mais ce fut la fin de ses succès. Licinius lui barra la route avec ses légions et, toute négociation ayant échoué, les deux armées s’affrontèrent durant la bataille d’Andrinople (ou bataille de Tzirallum), le 30 avril 313. Bien que très inférieur numériquement (les auteurs évoquent 30’000 hommes contre 70’000 pour Maximin), Licinius parvint à renverser la tendance grâce sa plus grande expérience tactique et à des troupes plus aguerries : mis en déroute, Maximin fut contraint à une fuite sans recours.

Vue des ruines du palais impérial de Šarkamen, peut-être le lieu de la retraite et du décès de l’empereur Maximin II Daïa. Photo DR
Vue du mausolée situé dans le domaine impérial de Šarkamen, sans doute destiné à l’empereur Maximin II Daïa et à ses proches. Photo DR

Sous un déguisement, l’empereur vaincu parvint d’abord à gagner Nicomédie, puis à repartir en direction de la Thrace, sa terre natale, où il rejoignit peut-être son palais personnel (un splendide domaine de 25 hectares dont les ruines se dressent encore à Šarkamen, en Serbie, comportant notamment un mausolée destiné à la famille de l’empereur). Sa mort intervint en juillet ou août 313, sans que l’on puisse en savoir exactement ses causes, qui varient selon les sources antiques, païennes ou chrétiennes : on parla ainsi de désespoir, de poison ou de vengeance divine[1]. Sa femme et sa fille, dont les noms n’ont pas été conservés, ne lui survivront que de peu, bientôt assassinées par les soldats de Licinius.

Le trésor de Šarkamen : découverts dans le mausolée impérial, ces bijoux seraient ceux de la mère de Maximin II Daïa, soeur de l’empereur Galère. Photo DR

 

II. L’industrie égyptienne de la fausse monnaie sous Maximin II

Le faux denier fabriqué sous Néron (ou durant la période d’anarchie qui suivit)[2] avait permis d’examiner la manière de falsifier une pièce d’argent de bon aloi : une copie en bronze était recouverte d’une couche d’argent, somme toute assez épaisse, mais parfois insuffisante pour cacher, sur le long terme, l’ « âme » (noyau) de la pièce. Avec l’effondrement économique romain, les deniers d’argent traditionnels, frappés dans un métal pur à 900 ‰, disparurent au profit de l’antoninien (antonianus), monnaie à teneur d’argent de plus en plus faible, l’argent devenant du « billon » (avec moins de 50% de métal précieux), puis carrément en cuivre recouvert d’un pelliculage d’argent (monnaies dites « saucées », puisque trempées dans un bain de métal précieux. En cette période de crise, l’industrie des faux allait bon train, notamment dans l’Empire des Gaules, en premier lieu par manque de numéraire : des ateliers monétaires improvisés naissaient ainsi par obligation, afin de pallier au manque de pièces en circulation (pour une présentation de la dévaluation et des pratiques monétaires dans la Gaule du IIIe siècle, voir Moneta 17 : Tétricus étant empereur des Gaules). Parmi les techniques employées figurait les moules à flancs, plaques de pierre munies d’alvéoles dans lesquelles on coulait le bronze pour obtenir des rondelles métalliques en grappes. Elles étaient ensuite séparées et frappées avec de faux coins monétaires. On pouvait également façonner des barrettes de bronze du diamètre voulu, des « boudins » ensuite débités en rondelles au moyen d’un ciseau à froid.

Moule à flancs en pierre (Gaule, IIIe siècle). Photo DR
De la barre à la rondelle : “boudins” de bronze à des stades variés de débitage. Photo DR

En 294, les réformes monétaires impulsées par Dioclétien et la Tétrarchie vont faire réapparaître une hiérarchie classique des monnaies. L’ancien aureus, vite thésaurisé et sortant du circuit de circulation monétaire, se voyait ainsi complété d’une nouvelle monnaie d’argent fin, l’argenteus, et de pièces de bronze saucées de grand module et bon poids (environ 10 grammes pour 3 centimètres de diamètre), les nummi ou folles. Il s’agissait de la menue monnaie des salaires courants ou des opérations commerciales quotidiennes (un aureus valant théoriquement 120 folles ; un argenteus, 5 ; un follis, 12,5 deniers de compte). Devant les risques permanents d’inflation et de spéculation, Dioclétien promulgua en l’Edit du Maximum (de son vrai nom Edictum de pretiis rerum venalium, soit “édit concernant le prix des marchandises”), limitant les prix des denrées. Dans ce texte de loi, le plus petit prix rencontré est de deux deniers (soit un antoninien). Un setier italique de bière, soit environ neuf litres, valait quatre deniers et une livre de porc (325 gr.) coûtait douze deniers, soit presque un follis.

Follis de Dioclétien, Trèves, 302, avec son argenture intacte. Revers : Génie du Peuple romain. Collection ND

En Egypte, les nouvelles espèces vont faire l’objet d’une contrefaçon à très grande échelle au moyen d’une technique simple et efficace : le coulage dans un moule de terre cuite, réalisé par surmoulage (empreinte d’une monnaie authentique dans l’argile molle)[3]. Prises entre des rondelles d’argile, les monnaies authentiques leur laissaient donc leur empreinte. On pratiquait une échancrure sur le bord des rondelles, afin de permettre le passage du métal en fusion. Selon les reconstitutions de J. Chameroy et P.-M. Guihard[4], trois piles de ces moules étaient rassemblées du côté de leur encoche, permettant ainsi d’optimiser le travail de coulage.

Technique de faux-monnayage par moules d’argile et coulage. Illustration extraite de J. Chameroy et P.-M. Guihard, 2014, op. cit.

Dans le courant du XXe siècle, pas moins de huit sites ont permis la mise au jour de rebuts de faux-monnayeurs, celui d’une maison de la cité de Dyonisas (aujourd’hui Qasr-Qarun, près de l’oasis du Fayoum) contenant plus de 15’000 de ces moules d’argile[5] ! L’ampleur de ces découvertes et leur presque totale absence dans le reste de l’Empire amène P.-M. Guihard (Craham – Université de Caen Normandie), spécialiste de cette question[6], à parler d’ « usage quasiment limité à l’Égypte des moules à nummi du début du IVe siècle » : « à l’évidence, la production de monnaies coulées faisait partie intégrante de l’économie monétaire en Égypte dans la première moitié du IVe siècle. Les explications avancées jusqu’ici pour justifier cette production locale invoquent un manque de numéraire, en supposant que l’atelier impérial d’Alexandrie (le seul actif en Égypte) n’avait pas la capacité d’alimenter l’ensemble de la vallée du Nil en petit numéraire. Le surmoulage de nummi aurait été une activité quasiment légale, tolérée par un État incapable d’assurer un approvisionnement monétaire régulier. À Dionysias, la proximité de la forteresse suggéra même à plus d’un chercheur l’idée d’une complicité tacite entre l’armée et l’officine monétaire, dont elle aurait peut-être tiré profit »[7]. L’émission de ces monnaies n’en demeurait pas moins illégale au regard des ordonnances impériales et en totale concurrence avec les ateliers monétaires officiels (Alexandrie).

Un corpus de 1’500 moules trouvés à Dyonisias est sur le point d’être étudié par un laboratoire de l’Université de Caen et permettra sans doute d’affiner notre connaissance de ce matériel datant principalement de 312-313 (pour le règne de Maximin II Daïa), puis de 317[8]. En plus de ces fonds publics, bien des collections privées recèlent de tels moules, proposés de temps à autre par des numismates ou des maisons de ventes aux enchères. J’ai ainsi pu acquérir en 2016 à Londres l’un de ces reliques du faux-monnayage égyptien. La monnaie falsifiée était un petit follis de Maximin II Daïa, frappée à l’origine par l’atelier d’Alexandrie. Dernier moule de la pile, il présente un verso vierge et de couleur terre cuite, quand le recto monétaire est noir et calciné, résultat de la coulée du métal en fusion.

Moule supérieur portant l’empreinte d’un nummus de Maximin II Daïa comme Auguste (atelier d’Alexandrie, 310-313). Collection ND

Sans doute venu d’une ville de Moyenne-Egypte pour aboutir dans mon médaillier, ce petit morceau de terre cuite demeure le témoignage de pratiques aux motivations encore à préciser : est-ce le dernier indice d’une activité criminelle, menée par des bandits de haute volée ? ou la réaction de survie d’une population saignée par les politiques répétitives de dévaluation et tentant de conserver son « pouvoir d’achat » ? Le dossier est toujours ouvert !

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 26 janvier 2020


ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

L’acteur Russell Crowe interprétant le général Maximus Decimus Meredius, dans le film Gladiator réalisé par Ridley Scott (2000, Oscars du meilleur film et du meilleur acteur).

NOTES

[1] Une hypothèse moderne (2013) a mis en avant une atteinte grave de la thyroïde, la maladie de Basedow, dont les yeux aux pupilles et orbites écarquillés des statues de l’empereur seraient un symptôme classique, de même que les descriptions de son trépas données par Eusèbe et Lactance : l’empereur serait donc mort d’une crise thyrotoxique.

Buste supposé de Maximin II Daïa, en porphyre, retrouvé à Athribis, en Egypte. Photo: Wikipedia / Shakko
Globes oculaires proéminents (proptosis) caractéristiques de la maladie de Basedow. Photo WikiCommons

[2] Cf. Moneta 3 : Néron et ses deniers, une âme bien vile…

[3] Sur ce sujet, voir le très utile article de Pierre-Marie Guihard, « Contrefaire la monnaie dans la vallée du Nil au début du IVe siècle. Un nouvel examen des moules en terre cuite de Dionysias (Qasr-Qārūn, Égypte) dans le cadre d’une mission scientifique attribuée par l’IFAO (Institut français d’archéologie orientale, Le Caire) », dans Les Échos du Craham, 22/03/2019, où toutes références bibliographiques récentes.

[4] Jérémie Chameroy et Pierre-Marie Guihard, « L’officine de faux-monnayeurs de La Coulonche (Orne) : nummi coulés de la Tétrarchie en Occident », dans Numismatic Chronicle 174, 2014, pp. 153-191.

[5] Cette trouvaille est aujourd’hui conservée en grande partie dans les collections de l’IFAO (Institut français d’archéologie orientale). Une découverte similaire réalisée sur le site d’Héracléopolis Magna par une équipe allemande en 1898-1899 a malheureusement disparu dans un naufrage, le navire qui transportait les trouvailles ayant sombré dans le port d’Hambourg à cause d’un incendie.

[6] P.-M. Guihard, « La fausse monnaie coulée au début du IVe siècle dans la vallée du Nil (Égypte). État de la question », à paraître.

[7] P.-M. Guihard, op. cit.

[8] J. Chameroy, « Münzgussformen und Münzreformen in Ägypten am Anfang des 4. Jahrhunderts n. Chr. », dans Jahrbuch f. Numismatik u. Geldgeschichte 59, 2009, pp. 101-125.

MONETA (3) : NERON ET SES DENIERS, UNE ÂME BIEN VILE…

NERON ET SES DENIERS : UNE ÂME BIEN VILE…

Néron1
Néron, denier d’argent, Rome, 65, avers. Collection ND

Frappé en 65, ce denier d’argent de l’empereur Néron présente sur son revers un Jupiter assis (Jupiter custos), qui était sans doute la statue décorant le second temple de Jupiter Capitolin à Rome (bâtiment finalement détruit dans l’incendie du 20 décembre 69, où le frère de Vespasien, le préfet du Prétoire Flavius Sabinus, trouva la mort.) Ce revers du monnayage de Néron serait la seule preuve de l’existence de cette sculpture, placée dans le temple après l’éradication de la conjuration de Pison : survenu l’année même de la frappe, ce complot avait failli causer l’assassinat de l’empereur. Sénèque et Pison se suicidèrent, l’opposition sénatoriale fut décapitée. Néron, effrayé par l’ampleur de la sédition, se rapprocha de l’armée et du petit peuple, mais cela n’empêcha pas sa chute finale.

Néron, denier d’argent, Rome, 65, revers. Collection ND

 

En juin 68, devant la révolte initiée par le Sénat et certains puissants gouverneurs de province (en premier lieu, Galba), Néron mettait fin à ses jours. Demeuré aimé par le peuple pour sa politique panem et circenses (du pain et des jeux), mais haï par l’aristocratie sénatoriale, il fut frappé de damnatio memoriae, origine de la “légende noire” du personnage. Pour autant, cette prescription fut peu suivie d’effets et les monnaies à l’effigie de Néron, par exemple, ne furent que très peu retirées de la circulation et refondues.

La réforme monétaire initiée par Néron en 64 avait fait passer le denier d’argent de 3,8 grs à 3,3 grs, mais avec un cours officiel maintenu : bon moyen de redresser les finances de l’Empire sur le dos de ses sujets ! Cet affaiblissement du poids du denier, ainsi que la guerre civile qui suivit la mort de Néron (69, l’année des quatre empereurs : Galba, Othon, Vitellius et Vespasien), favorisèrent le travail des faux-monnayeurs.

Dans ce cadre, deux deniers néroniens émis en l’an 65 viennent de rejoindre mes plateaux. Si le premier, belle monnaie sortie d’un atelier officiel, est constitué d’argent presque pur (90 %), le second est en réalité un vrai faux d’époque (peut-être frappé durant l’anarchie suivant la mort de l’empereur), ce qu’on nomme une pièce “fourrée”, c’est-à-dire un noyau, plus exactement nommé “âme”, en métal vil (bronze ou cuivre) revêtu d’un fin enrobage de métal noble (argent). Cette mince pellicule a ici “sauté” par endroits, révélant le métal sous-jacent, dont l’oxydation verte révèle bien la nature. Voilà vraiment une âme bien vile, même pour un Néron !

Néron2
Néron, faux denier antique d’après une frappe de l’an 65-66. Collection ND
Néron, faux denier antique d’après une frappe de l’an 65-66. Le verso montre le temple hexastyle de Vesta, qui était alors en pleine reconstruction, ayant été détruit dans le grand incendie de Rome. Collection ND

En plusieurs endroits, au recto comme au verso, la pellicule d’argent a sauté, révélant le bronze sous-jacent. D’après l’oxydation, ces zones sont sans doute à l’air depuis longtemps. Comme quoi, il suffit de gratter un peu et l’âme de ce souverain maudit apparaît vite ternie, comme le veut sa réputation…

Nicolas Ducimetière


ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Le génial Peter Ustinov interprétant Néron (oscarisé comme meilleur second rôle) dans le film Quo vadis ? de Mervyn LeRoy (1951).