Archives par mot-clé : Epreuves corrigées

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (28) : UN TRAIT D’UNION ENTRE LES SIÈCLES

UN TRAIT D’UNION ENTRE LES SIÈCLES :
GUILLAUME COLLETET, POÈTE ET HISTORIEN

Un achat récent (mon 303e volume de poésie imprimé entre 1600 et 1720) m’incite à vous livrer aujourd’hui un bref portrait d’un petit auteur du XVIIe siècle, Guillaume Colletet (1598-1659), plus connu, finalement, pour son travail crucial de bio-bibliographe de ces prédécesseurs des siècles précédents que pour sa propre œuvre. Mon intérêt pour cet auteur, l’un des premiers académiciens français, ne tient donc pas seulement à sa production poétique, mais aussi beaucoup à son œuvre d’historien et de biographe : au bout de douze ans de travail sur le Dictionnaire biographique des poètes français de la seconde moitié du XVIe siècle, j’ai eu à fréquenter et à apprécier les efforts fournis par ce lointain prédécesseur pour sortir des limbes les poètes anciens déjà presque oubliés à son époque. Lui-même n’a survécu que grâce à la prévoyance du premier ronsardisant moderne, Prosper Blanchemain, autre grand bio-bibliographe. Examinons donc en trois temps cet attachant personnage, qui fut une passerelle entre la Renaissance des Valois et la France moderne de Louis XIV : d’abord sa vie et son œuvre poétique, ensuite son travail de biographe et d’historien (en partie sauvé du grand incendie des Tuileries), enfin son fils et successeur.

I. Vie et œuvre d’un des premiers académiciens

Après avoir longtemps souffert de on-dits plus ou moins médisants (en grande partie venus d’auteurs contemporains), la biographie du poète et académicien est désormais bien connue grâce aux travaux de référence de deux chercheurs italiens[1]. Un Eloge et abrégé de la vie de Monsieur Guillaume Colletet avait bien été rédigée par l’un de ses amis, Pierre Cadot, mais le texte disparut irrémédiablement, sans qu’un érudit ait pu en faire copie (nous y reviendrons).

Le portrait que fut longtemps colporté de cet aimable érudit fut donc celui d’un pochard jamais dégrisé, écrivant toujours entre la descente de deux bouteilles de vin. En octobre 1654, le poète Jean Chapelain écrivit ainsi à son correspondant Heinsius : « Je n’ai pu encore donner à M. Colletet celle [une lettre] qui estoit pour luy dans vostre paquet precedent, les vendanges l’ayant attiré à la campagne, & vous sçavés qu’il est amy de la vendange »[2] ! Il faut avouer que ses propres poèmes l’avaient présenté à plusieurs reprises sous cet angle particulier, colportant le « topos » du poète aviné cher à certains auteurs libertins du XVIIe siècle. Ainsi cette « Sarabande, Dialogue d’un Amant, & d’un Yvrongne », cet « Advis, à un poëte beuveur d’eau » (sonnet 14 du « Quatorzain burlesque ») :

Dans Guillaume Colletet, « Poësies diverses de Monsieur Colletet… », Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p. 410. Inv. 2291

ou cette belle « Chanson à boire » :

Dans Guillaume Colletet, « Poësies diverses de Monsieur Colletet… », Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p. 396. Inv. 2291

Mais la plus célèbre expression de cette poésie bachique se rencontre dans le « Banquet des Poëtes », dont le premier titre avait été « Le Trebuchement de l’Ivrongne »[3] :

Dans Guillaume Colletet, « Poësies diverses de Monsieur Colletet… », Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p.  . Inv. 2291

Amateur du biberon, Colletet était également considéré comme un jouisseur amateur de femmes, excité par le premier jupon de passage, même si de basse condition : « Il étoit naturellement voluptueux, et pour le tenter, il ne falloit estre ni belle ni jeune. Comme il ne vouloit point estre en scandale à son voisinage, et qu’il ne pouvoit vivre sans quelque servante, il épousoit celle qu’il avoit prise, et qui n’étoit pas plustost morte qu’il en cherchoit quelqu’autre dont il ne manquoit pas de faire sa femme », à en croire le témoignage d’Urbain Chevreau. La plupart des sources biographiques jusqu’au XXe siècle n’ont donc pas manqué d’en faire un amateur d’amours ancillaires, ayant épousé successivement trois de ses servantes, une légende tenace encore colportée, à l’heure actuelle, tant par Wikipédia que par le site officiel de l’Académie française !

Quant à son art, enfin, on ne lui déniait pas du talent, mais mercenaire, comme le soulignait à nouveau Chapelain : « Quant au seigneur Colletet, si je puis vous en parler ingénûment, il est plutôt né versificateur que poète, & il travaille plus pour le profit que pour l’honneur. Les grands mouvements lui sont inconnus, & il arrive rarement, lorsqu’il s’élève, que ses pensées soient justes & qu’il ne prenne l’enflure pour l’embonpoint  »[4]. Boileau, de son côté, avait taillé un costard sur mesure, selon son habitude, dans deux vers de sa première Satire : « Tandis que Colletet crotté jusqu’à l’échine / S’en va chercher son pain de cuisine en cuisine »[5]. Il se trouve que le frère du satiriste, Gilles Boileau, avait succédé au fauteuil de Colletet à l’Académie. Chose amusante, le nom de Colletet, attesté par des préfaçons ou contrefaçons hollandaises des Satires en 1665-1667, ne figure en fait pas dans l’édition originale de 1666, remplacé par celui de Pelletier.

Nicolas Boileau, « Satires du sieur D*** », Paris, Louis Billaine, 1666, p. 6 (Satire I « Adieux d’un poète à la ville de Paris »), édition originale. Inv. 702. La version initiale du poème citant Colletet a été corrigée par Boileau en « Tandis que Pelletier, crotté jusqu’à l’échine … ».

Il faudra attendre l’édition de 1694, revue par Boileau, pour que le nom originel de Colletet revienne dans ces vers. Frédéric Lachèvre a magnifiquement établi la chronologie et les raisons de ces va-et-vient[6], en retrouvant une note (d’ailleurs en partie inexacte) de Brossette, confident et commentateur de Boileau : « Il y avoit ainsi Colletet dans la première édition [en fait dans les manuscrits], mais depuis à la prière de M. Ogier, ami de Colletet, on mit Pelletier pour Colletet ». Condisciple d’étude de Colletet, l’écrivain François Ogier (1590-1670) était demeuré son intime, partageant notamment son amour de Ronsard ; il fut aussi le parrain de son fils, François Colletet : on comprend donc son intervention auprès de Boileau pour préserver la mémoire de son ami défunt. Dans des notes ultérieures, Boileau devait conclure : « Colletet estoit un poëte fort gueux et d’un mérite assez médiocre ».

Nicolas Boileau, « Œuvres diverses du sieur D*** », Paris, Denis Thierry, 1694, tome I, p. 12 (Satire I « Adieux d’un poète à la ville de Paris »), édition originale. Inv. 1694. La version initiale du poème est de retour au bout de 28 ans : « Tandis que Colletet, crotté jusqu’à l’échine … ».

Venons-en à présent à quelques aspects plus tangibles. Fils d’un procureur au Châtelet, juriste de formation lui-même, Guillaume Colletet (1598-1659) exerça comme avocat au Parlement de Paris, cour de justice suprême du royaume. Quant à sa vie maritale, elle fut en effet bigarré, mais sans les excès caricaturés par ses ennemis. Colletet épousa en premières noces une certaine Marie Prunelle (qu’il appelait « Brunelle » à cause de la couleur de ses cheveux), qui mourut le 11 décembre 1641, lui laissant un fils, François. De fait, le veuf se mit ensuite en ménage (mais sans l’épouser) avec sa servante, Michelle Soyer, qui disparut en 1651. Enfin, le 18 novembre 1652, il se remaria avec la jeune Claude Le Hain (peut-être une nièce de Michelle Soyer), qu’il surnommait Claudine : cette jolie blonde (selon Furetière) avait trente-six ans de moins que son époux ! Il lui consacra une collection de 54 sonnets intitulés « Les Amours de Claudine »[7]. Plusieurs de ces poèmes sont brûlants (du moins assez pour effaroucher les premiers commentateurs modernes), comme ces vers explicites sur la jouissance :

Dans Guillaume Colletet, « Poësies diverses de Monsieur Colletet… », Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, pp. 124-125. Inv. 2291

ou ce sonnet célébrant avec orgueil sa première rencontre charnelle avec ce jeune tendron de Claudine :

Dans Guillaume Colletet, « Poësies diverses de Monsieur Colletet… », Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p. 335. Inv. 2291

Très épris, Colletet voulut faire passer sa jeune femme pour une poétesse, composant et imprimant des vers en les signant de son nom. A l’article de la mort, pour éviter que la supercherie ne soit révélée, il rédigea une ultime pièce où la prétendue poétesse déclarait renoncer pour toujours aux vers en raison de son veuvage : « J’ensevelis mon cœur et ma plume avec vous ». Mais personne ne fut dupe, La Fontaine (qui avait troussé quelques vers aimables à la dame) s’interrogeant méchamment dans un madrigal rosse, mais rigolo : « Les oracles ont cessé, / Colletet est trepassé. / Dès qu’il est la bouche close, / Sa femme ne dit plus rien ; / Elle enterra vers et prose / Avec le pauvre chrétien. (…) ».

Si le droit l’avait au départ nourri, la véritable passion de Colletet était la poésie. Dans sa jeunesse, il avait fait partie du groupe de jeunes poètes libertins qui entouraient Théophile de Viau. De ces années plutôt libres demeure notamment ce sizain programmatique qu’il composa pour être placé en tête du fort grivois Parnasse satyrique : « Tout y chevauche, tout y fout, / L’on fout en ce livre par tout, / Afin que le lecteur n’en doute ; / Les odes foutent les sonnets, / Les lignes foutent les feuillets, / Les lettres mêmes s’entrefoutent ! ».

Quoiqu’en aient dit ses détracteurs, il était reconnu comme un pair par les plus grands auteurs du moment, dont il énumère les noms célèbres (ou aujourd’hui moins connus) dans ce sonnet « Les Poëtes amis », daté de 1625 :

Dans Guillaume Colletet, « Poësies diverses de Monsieur Colletet… », Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p. 233. Inv. 2291

Fréquentant l’hôtel de Rambouillet et le parti des « Barbares », il réunissait dans son modeste logis les derniers disciples de Ronsard, pour lequel il éprouvait une grande admiration, en dépit du déclin de plus en plus marqué de l’ancien Prince des Poètes (dont la dernière édition collective des œuvres parut en 1630, l’année même où les œuvres de Malherbe voyaient le jour à titre posthume). A cet égard, et de manière assez juste, on voit généralement en Colletet une sorte de trait d’union entre les derniers vestiges de l’Académie des Valois et l’aura naissante de celle de Richelieu.

Eloge de Ronsard par Colletet, dans « Poësies diverses de Monsieur Colletet… », Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p. 393. Inv. 2291

Son talent s’exerça dans différents domaines poétiques. Comme auteur dramatique, il commit une tragi-comédie, Cyminde, ou Les deux victimes (1642), et figura parmi les cinq auteurs (avec notamment Rotrou, Boisrobert et Desmarets de Saint-Sorlin) de La Comedie des Thuileries et de l’Aveugle de Smyrne, deux pièces écrites en 1638 à la commande de Richelieu. Dans la première, le cardinal-ministre apprécia tellement un passage de six vers dûs à Colletet qu’il lui envoya cinquante pistoles de gratification. Pauvre comme Job, Colletet répondit avec sincérité et franchise à cet envoi : « Armand, qui pour six vers me donne six cents livres / Que ne puis-je à ce prix te vendre tous mes livres ! ». Egalement théoricien de la poésie, Colletet laissa plusieurs traités qui furent réunis en 1653 dans un Art poétique, comprenant notamment un « Traitté de l’épigramme » et un « Traitté du sonnet », mais qui traitait aussi « du poème bucolique, de l’églogue, de la pastorale et de l’idyle, de la poésie morale et sentencieuse , avec un discours de l’éloquence et de l’imitation des anciens, un autre discours contre la traduction et la nouvelle morale »[8]. Ce fin lettré livra enfin différents traductions à partir du grec et du latin, non seulement d’auteurs antiques, mais aussi de poètes néo-latins, en particulier Les Couches sacrées de la Vierge (1634), une version en prose française du célèbre poème De partu Virginis de l’Italien Jacopo Sannazaro. L’ouvrage fut réimprimée en 1645 et 1646.

Jacopo Sannazaro (et Guillaume Colletet, trad.), « Les Couches sacrées de la Vierge, poème héroïque … », Paris, Chez Gaspard Meturas, 1646, page de titre. Inv. 144
Reliure de veau blond fleurdelisé sur « Les Couches sacrées de la Vierge ». D’après une mention manuscrite sur la garde, séchée à la poudre d’or et rédigée de la main du père jésuite Charles de Hallot de Mérouville (1625-1705, préfet des études au collège de Clermont / collège Louis le Grand, auteur d’une édition des « Oraisons » de Cicéron en 1684) , cet ouvrage aurait été offert au prince Louis (III) de Bourbon-Condé (1668-1710), petit-fils du Grand Condé. Inv. 144

Essayant de vivre de sa plume, Colletet composa plusieurs pièces courtisanes de bonne facture, notamment sur le siège de La Rochelle et ses conséquences (1629-1630). Il livra aussi, en 1633[9], Le Triomphe des Muses, à Monseigneur le Cardinal Duc de Richelieu, qui connut par la suite plusieurs rééditions (agrémentées de traductions de vers en latin par le sieur de La Rochemaillet et en italien par le sieur Camola[10]). Ces différents travaux lui assurèrent la protection du puissant cardinal, qui l’inclut parmi les premiers membres de son Académie (aujourd’hui française). Occupant le fauteuil 23, Colletet fut admis avant le 13 mars 1634 et prononça le dix-huitième discours prononcé au sein de l’institution : De l’imitation des Anciens.

C’est finalement très tardivement que les œuvres poétiques de Colletet furent révélées au public dans leur intégralité. En 1653, chez Louis Chamhoudry, ce sont ses épigrammes, genre dans lequel il excellait, qui connurent la première mise à l’honneur[11]. Ce recueil est sans doute la meilleure et le plus connue de ses productions : on y trouve « d’ingénieuses et piquantes pièces »[12]. Adressées à la plupart des membres éminents de la République des Lettres, le plus souvent datées, ces épigrammes forment également une précieuse source d’histoire littéraire. On trouve par ailleurs, au début du volume, un « Discours sur l’Epigramme où il est traitté de sa première origine; de son usage ancien et moderne; de son véritable caractère; de ses vertus et de ses vices; et des qualitez requises à, ceux qui s’appliquent à ce genre d’éscrire », un véritable art poétique de ce type de poèmes.

Guillaume Colletet, « Epigrammes du sieur Colletet… », Paris, Louis Chamhoudry, 1653, édition originale, « assez recherchée » (Brunet). Inv. 619

Trois ans plus tard, le fils du poète assura chez Jean-Baptiste Loyson l’édition de la quasi-intégralité des œuvres de Colletet dans le recueil Poésies diverses de Mr. Colletet, contenant des Sujets Heroïques, des Passions amoureuses, et d’autres Matières burlesques et enjouées.

Guillaume Colletet, « Poësies diverses de Monsieur Colletet… », Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, première édition collective, en grande partie originale, page de titre. Inv. 2291

Ni ces publications, ni son fauteuil à l’Académie ne sauvèrent toutefois Colletet de la misère, un état que les sources anciennes lui reprochèrent (il aurait gaspillé sa fortune par ses vices, etc.). Lorsque vint le trépas, le 19 février 1659, « notre pauvre M. Colletet (…) mourut véritablement pauvre, ayant fallu quêter pour le faire enterrer » (comme le rapporta son collègue académicien Chapelain un mois plus tard).

II. Un biographe et historien de la poésie française

Travaillant depuis 2006 sur le grand Dictionnaire biographique des poètes français de la seconde moitié du XVIe siècle initié par Jean Paul Barbier-Mueller (dont le cinquième tome devrait sortir en 2019), j’ai appris à apprécier et admirer un autre aspect des travaux de Guillaume Colletet. Non content d’être un poète et un théoricien de la poésie, il fut aussi un historien de la poésie, en fait le premier (ou presque) dont puisse se flatter les lettres françaises (si l’on excepte les travaux précurseurs, mais plus laconiques, de La Croix du Maine et de Du Verdier en 1584-1585).

L’érudit et passionné Colletet s’était en effet lancé dans la rédaction de Vies des Poëtes François, courant de l’an 1209 jusqu’en 1647. Amassant une documentation de première main, l’humaniste se révéla « un historien de la littérature doué d’une profonde sagacité et d’un réel don de sympathie, que l’on aurait aimé retrouver chez certains de ses successeurs »[13] pourtant touchés par la gloire et reconnus par la postérité : Lanson disait d’ailleurs à cet égard que Colletet avait, lui, compris le XVIe siècle, à la différence du sévère Boileau[14]. Rangées par ordre chronologique, ces quelques 459 notices biographiques documentées remplissaient pas moins de cinq gros volumes in-quarto, de l’écriture même de Colletet. Car ce travail monumental resta malheureusement inédit du vivant de son auteur et ne fut ensuite pas publié par son fils (tout aussi désargenté que son géniteur), bien que celui-ci ait mis au point une copie manuscrite destinée à un potentiel éditeur. De collectionneur en libraire[15], les manuscrits finirent par atterrir dans la bibliothèque du Louvre en 1808 et, là, on se sent respirer : les voilà sauvés ! Sauf que … dans la nuit du 23-24 mai 1871, en pleine tourmente de la Commune, la précieuse bibliothèque partit en fumée, touchée par l’incendie volontaire du palais des Tuileries, tout voisin.

L’incendie du Palais des Tuileries (23-24 mai 1871), lithographie de Léon Sabatier et Albert Adam pour « Paris et ses ruines » (publié en 1873). Document BnF

Les manuscrits originaux de Colletet et de son fils disparurent dans les flammes, emportant notamment la biographie même du poète-historien par son ami Cadot. Conscient de cette perte cruelle pour l’histoire des lettres, plusieurs conservateurs essayèrent d’évaluer les dégâts. Le directeur du Cabinet historique, Louis Paris, consacra ainsi plusieurs pages de son étude Les Manuscrits de la Bibliothèque du Louvre brûlés dans la nuit du 23 au 24 mai 1871 au fonds Colletet[16].

Louis Paris, « Les Manuscrits de la Bibliothèque du Louvre brûlés dans la nuit du 23 au 24 mai 1871 », Paris, Bureau du Cabinet historique, 1872. Non coté

De son côté, l’archiviste-paléographe Léopold Pannier, conservateur à la Bibliothèque nationale, livra une étude monographique en bonne et due forme avec Le Manuscrit des Vies des poètes françois de Guillaume Colletet, brûlé dans l’incendie de la Bibliothèque du Louvre. Essai de restitution[17]. Complétant celle de Paris, son analyse montra que 208 des 459 biographies de poètes avaient, tout ou partie, été conservées, grâce aux historiens qui les avaient patiemment recopiées à partir des originaux dans les années 1850-1860. Certaines avaient été publiées dans des recueils biographiques régionaux ou en tête de rééditions annotées et commentées critiques (souvent de belles éditions destinées aux bibliophiles amateurs de poètes anciens).

Les ruines du Palais des Tuileries, photographie anonyme, 1871. Album historique, BNF/Gallica

L’un des plus importants utilisateurs des manuscrits Colletet n’était autre que le premier ronsardisant moderne, Prosper Blanchemain (1816-1879), alors bibliothécaire au Ministère de l’Intérieur (!) et par la suite bibliographe et éditeur infatigable des poètes des XVIe et XVIIe siècles : la recherche moderne lui doit beaucoup et, pour ma part, j’ai recherché et acquis, dans la mesure du possible, certaines de ces éditions, magnifiques objets bibliophiliques publiés à petit nombre et sur beaux papiers[18]. Blanchemain avait compris tout le potentiel des textes de Colletet ; il sauva ainsi la propre biographie de Ronsard, publiée en 1855 en tête de son édition des Œuvres inédites de Pierre de Ronsard.

« Pierre de Ronsard, par Guillaume Colletet », dans « Œuvres inédites de Pierre de Ronsard », éd. par P. Blanchemain, Paris, Auguste Aubry, 1855, édition originale. Inv. 135. Le tirage fut seulement de 220 exemplaires, dont 180 sur vergé (comme celui-ci).

Il récidiva en 1869 en publiant la vie de Jean Doublet par Colletet, au début de son édition des Elégies de ce poète dieppois du milieu du XVIe siècle. Ces deux exemples de publication intégrale sont sans compter les emprunts et citations faits pour d’autres éditions agrémentées de notices biographiques.

« Jean Doublet, par Guillaume Colletet », dans Jean Double, « Elégies… », éd. par P. Blanchemain, Rouen, Lanctin 1869. Inv 633. Cette réédition des rarissimes « Elégies » de 1559 fut donnée à petit nombre.

Le prévoyant Blanchemain avait par bonheur recopié plusieurs vies d’avance dans les manuscrits Colletet. Aussi put-il continuer à employer cette manne après la catastrophe de 1871, notamment dans le cas du poète normand Robert Angot de L’Eperonnière, un de ces auteurs satiriques des années 1610-1630 comme je les aime (et qui feront sans doute l’objet d’un article à venir[19]) ! Il procéda en deux temps, mettant tout d’abord au jour la biographie écrite par Colletet dans une publication séparée pour le compte de la très active Société rouennaise de Bibliophiles. J’ai eu la bonne fortune, il y a quelques années, de tomber sur les épreuves de cette plaquette, comportant les corrections et adjonctions autographes de Prosper Blanchemain. Outre des indications et corrections typographiques (encrage, titres courants, coquilles), le chercheur a rajouté des éléments sur les manuscrits Colletet et les notices sauvées, ainsi que sur le portrait d’Angot, absent de ses épreuves et rajouté semble-t-il au dernier moment.

 

Guillaume Colletet, « Vie du poète normand Robert Angot, sieur de l’Eperonière », éd. par Prosper Blanchemain, Rouen, Espérance Cagniard, 1873, épreuves corrigées. Inv. 182
Guillaume Colletet, « Vie du poète normand Robert Angot, sieur de l’Eperonière », éd. par Prosper Blanchemain, Rouen, Espérance Cagniard, 1873, épreuves corrigées, détail de l’incipit. Inv. 182
Guillaume Colletet, « Vie du poète normand Robert Angot, sieur de l’Eperonière », éd. par Prosper Blanchemain, Rouen, Espérance Cagniard, 1873, épreuves corrigées, ajout autographe détaillant le nombre de notices biographiques sauvées. Inv. 182

C’est donc enrichie d’un beau portrait-frontispice gravé du poète que cette Vie du poète normand Robert Angot, sieur de l’Eperonière sortit finalement chez l’éditeur rouennais Cagnard en 1873, avec la prise en compte des interventions de Blanchemain.

Guillaume Colletet, Vie du poète normand Robert Angot, sieur de l’Eperonière, éd. par Prosper Blanchemain, Rouen, Espérance Cagniard, 1873, édition originale, portrait-frontispice et page de titre. Inv. 183

Ce travail préliminaire sur la notice Colletet constitua se retrouva trois ans plus tard, complété par un « Supplément à la Vie d’Angot » (car Colletet n’avait eu connaissance, bizarrement, que des débuts du poète normand), au début de l’édition des Satires et Exercices gaillards de L’Eperonnière que procura Blanchemain chez Alphonse Lemerre.

Robert Angot, « ‎Les Nouveaux Satires et Exercices gaillards d’Angot l’Eperonnière », éd. et annotée par P. Blanchemain, ‎Paris, Lemerre, 1877, page de titre. Inv. 824
Guillaume Colletet, « Vie de Robert Angot », dans « ‎Les Nouveaux Satires et Exercices gaillards d’Angot l’Eperonnière », éd. et annotée par P. Blanchemain, ‎Paris, Lemerre, 1877. Inv. 824

III. Un digne successeur

De son premier mariage avec Marie Prunelle (morte en 1641), Colletet avait donc eu un fils prénommé François (1628-v. 1680), qui suivit avec un certain talent les traces de son père. Pourtant, en dépit (ou à cause) d’une plume prolifique ou de la réputation en demi-teinte de son paternel, il fut jugé sévèrement par ses contemporains, tel Tallemant des Réaux (qui le jugeait « dadais »). Le qualificatif de « poète crotté » donné à son père par Boileau lui a d’ailleurs longtemps été attribué, la plupart des sources anciennes ayant confondu le géniteur et sa progéniture[20]. Le Dictionnaire Bouillet, le prêt-à-penser de la bourgeoisie du XIXe siècle, colporta bien évidemment l’erreur, tout en ajoutant : « Il a comme son père fait des vers, mais il est encore inférieur à son père ». De la critique et de la biographie de haut vol !

François Colletet. « Journal de la ville de Paris… », Paris, Mille de Beaujeu, 1676, seul numéro paru, très rare. Exemplaire passé en vente dans la vente « Libri, manoscritti, stampe e disegni » de la maison Gonnelli (17 mai 2014, lot 220). DR

La vie de Colletet fils fut bien plus aventureuse que celle de son père. Agent du cardinal Mazarin pendant la Fronde, à partir de 1651, il demeura prisonnier des Espagnols pendant deux années, au château de Porcheresses, près de Luxembourg. De retour à Paris, il travailla comme précepteur dans une famille noble, tout en publiant, non seulement des vers (comme nous allons le voir), mais aussi des articles de presse. Il fut en effet l’un des premiers « journalistes » français[21], exerçant à partir de 1659 pour le compte de deux libraires parisiens successifs, Jean-Baptiste Loyson (avec qui il entra en procès en 1660) et Alexandre Lesselin. Fort d’un privilège général obtenu en 1660 pour ses publications, il se lança dans l’édition de ses propres périodiques, imprimés seul ou en association avec un libraire, ce qui lui attira des poursuites pour cause de concurrence au privilège général obtenu par la Gazette des Renaudot. Virent ainsi le jour à partir de 1676 : le Journal de la ville de Paris (un seul numéro paru), le Journal des avis et des affaires de Paris (dix-huit numéros, avec d’être censuré et interdit à partir du 26 novembre 1676), l’éphémère Bureau academique des honnestes divertissemens de l’esprit (du 5 mars au 30 nov. 1677) et La Bibliographie françoise et latine de Paris (1678).

Son œuvre poétique est tout aussi intéressante. Son poème le plus célèbre demeure sans doute Tracas de Paris en vers burlesques, contenant la foire Saint-Laurent, les marionnettes, les subtilités du Pont-Neuf, le départ des coches, composé dès 1658, mais imprimé en 1666 pour former une sorte de suite à la Ville de Paris en vers burlesques de Berthod. On lui doit aussi de très nombreuses participations à des recueils collectifs du temps : 43 poèmes dans les Muses illustres de MM. Malherbe, Théophile. (…) et plusieurs autres auteurs de ce temps (1658) ; 73 pièces dans La Muse coquette (1665) ; l’intégralité des vers de L’Académie familière des filles. Lettres et diversités folâtres de prose et de vers. Suite de la Muse coquette. Troisième et quatrième parties (Paris, Loyson, 1665) sans parler de quelques plaquettes encomiastiques.

François Colletet, « Juvénal burlesque, par le Sieur Colletet le fils », Paris, chez Pierre David, 1657, édition originale, page de titre. Inv. 1569

Mais ses débuts remontent à 1657, lorsque parut le Juvénal burlesque, par le Sieur Colletet le fils, chez Pierre David[22]. « Coup d’essai de sa muse naissante », cette traduction de la première satire de Juvénal, la première donnée du poète latin en vers burlesques, constituait sans doute une œuvre de commande, écrite en « quelques jours » : la dédicace au très riche et puissant François-Honorat de Beauvilliers, duc de Saint-Aignan (1607-1687), qualifié de « Mecene », l’atteste, comme un madrigal liminaire signé de Guillaume Colletet. Militaire de haut rang, vétéran de plusieurs guerres, gouverneur de provinces, le duc était aussi un fin lettré, élu à l’Académie en 1663 (en remplacement de Jules de La Mesnardière). Avant le coup de chapeau de Colletet fils, ce protecteur des poètes avait déjà reçu la dédicace de l’Ovide en belle humeur de D’Assoucy en 1650, de l’Ovide bouffon de Richer, etc.

Portrait gravé de François-Honorat de Beauvilliers, duc de Saint-Aignan (1607-1687). DR

S’inspirant des deux traductions récentes de Challine (en prose) et de Michel de Marolles (en vers), le travail de Colletet (qui comptait au total près de 1’400 octosyllabes) puisait aussi dans les vers burlesques de Scarron. Le petit volume fut imprimé dans le courant de l’automne 1656, mais à la date de 1657. Le poème ne semble pas avoir rencontré son public et la veuve de l’éditeur Pierre David remit en circulation les exemplaires invendus en 1662, avec un titre rafraîchi, modifié en Juvénal travesty, traduit en vers burlesques. Une édition pirate avait pourtant vu le jour à la fausse adresse d’Anvers dès 1657.

Comme son père, François Colletet mena jusqu’à sa disparition, vers 1680, une existence de forçat des lettres, vendant ses vers «à cent sous le cent» (selon Tallemant des Réaux), accumulant poème sur poème sans pouvoir gagner péniblement 200 francs par an, si l’on en croit Richelet (qui en parla comme exemple dans son Dictionnaire, à l’article « Rat-de-cave » !).

En dépit de leur place sans doute légitime dans le second rayon, ces deux littérateurs du XVIIe siècle me sont bien sympathiques, ce qui explique ces différents volumes collectés au cours des années (et que d’autres viendront rejoindre, je l’espère). J’ai une tendresse toute particulière pour Guillaume Colletet qui a tenté, comme je le fais depuis plusieurs années, de ressusciter ces figures souvent fantomatiques qu’étaient les poètes anciens. Partiellement sauvé par d’autres chercheurs érudits et passionnés comme l’était Prosper Blanchemain, son travail demeure, encore aujourd’hui, une des bases de travail du bio-bibliographe moderne : ne serait-ce que pour cela, que des grâces éternelles lui soient rendues ! Entre « collègues » biographes, on se comprend… 😉

Nicolas Ducimetière
Douvaine, 20 mai 2018


NOTES

[1] Pasquale A. Jannini, Verso il tempo della ragione : studi e ricerche su Guillaume Colletet, Milan, Viscontea, 1965, et Valeria Pompejano Natoli, Verso una biografia di Guillaume Colletet, Fasano, Schena, 1989. Une édition critique des Poësies diverses de Colletet fut donnée par P. Jannini en 1968 (‎Naples, Edizioni scientifiche italiane – / Paris, Editions A.G. Nizet, 93 pp.).

[2] Jean Chapelain, lettre à Heinsius du 9 octobre 1654, dans Soixante-dix-neuf lettres inédites à Nicolas Heinsius, éd. par Bernard Bray, La Hye, Nijhoff, 1966, p. 265.

[3] Ce poème parut pour la première fois en 1627 (Paris, s.n.) et fut redonné, sous son nouveau titre, en 1646 (Nicolas Boisset, in-8°), puis en 1656 dans les Diverses Poësies. Selon Edouard Fournier (qui le réimprima en 1855 dans le tome III de ses Variétés historiques et littéraires), le poème de 1627 « est tout à fait différent de celui des autres, à ce point que, désespérant de pouvoir relever toutes les variantes, nous avons pris le parti de n’en donner aucune. Le plus court eût été non pas de remarquer les différences, mais les très rares similitudes de texte. Nous tenons là, en pleine verve de jeunesse, la première pensée d’un poëte qui ne se permit pas souvent, et surtout avec autant de bonheur, de pareilles fougues et fantaisies bachiques. Quand il fit ce morceau, il étoit de la coterie littéraire de Salomon Certon, du sieur de la Charnaye, etc. (voy. Viollet-Leduc, Biblioth. poétique, p. 452), et ce dut être le contingent poétique auquel il étoit tenu comme membre de cette assemblée ».

[4] J. Chapelain, lettre du 30 octobre 1658 à Guez de Balzac.

[5] Nicolas Boileau, Satires, Satire I, vers 77-78.

[6] Frédéric Lachèvre, « Boileau et Colletet : à propos de deux vers de la satire première », dans Revue d’histoire littéraire de la France, XXIII (1916), pp. 368-375.

[7] « Claudine » fut également louée et chantée par de nombreux poètes du temps, amis de son mari : Pinchesne, La Mesnardière, Tallemant, mais aussi Gilles Boileau et même La Fontaine !

[8] L’ouvrage fut à plusieurs reprises réédité, sous ce titre ou sous celui de L’Escole des Muses, dans laquelle sont enseignées toutes les Reigles qui concernent la Poësie françoise.

[9] Paris, Jean Camusat, 1633, 12 pp.

[10] Paris, veuve Jean Camusat, 1640, « Quatriesme Edition ».

[11] Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres… (1860), tome II, col. 154.

[12] Dixit le Grand dictionnaire Larousse du XIXe siècle.

[13] Gilles Banderier, « Note biographique sur Guillaume Colletet », dans Revue belge de philologie et d’histoire, tome 80, fasc. 3, 2002, p. 946.

[14] Gustave Lanson, Histoire de la littérature française, Paris, Hachette, 1909, p. 499.

[15] D’après le père Lelong (1665-1721), auteur de la célèbre Bibliothèque historique de la France (1719), le manuscrit Colletet avait été la propriété du librairie parisien Florentin Delaulne. Après la mort de ce dernier en 1723, le manuscrit fut vendu par sa veuve à un confère, Gabriel Martin, et se trouvait encore en 1772 en possession du fils de celui-ci, Claude Martin, également libraire. « C’est sans doute des mains de ce dernier ou de ses héritiers que le Colletet entra dans la bibliothèque du Louvre par acquisition en 1808, et sur la proposition de M. A.-A. Barbier » (Louis Paris, op. cit., p. 64).

[16] Louis Paris, Les Manuscrits de la Bibliothèque du Louvre brûlés dans la nuit du 23 au 24 mai 1871…, Paris, Bureau du Cabinet historique, 1872, n° 331, pp. 57-64.

[17] Paris, Franck, 1872, tiré à seulement 60 exemplaires (comme tiré à part de la Revue critique d’histoire et de littérature), mais disponible en ligne : https://archive.org/details/PannierLeManuscrit . Le travail de Pannier fut encore précisé par Paul Bonnefon, « Contribution à un essai de restitution du manuscrit de G. Colletet intitulé Vie des poètes françois », dans Revue d’histoire littéraire de la France, II (1895), pp. 59-77.

[18] Outre la première grande édition critique moderne de Ronsard, on lui doit la réédition, avec force notes et préfaces, des Œuvres poétiques de Vauquelin des Yveteaux, des Bouquets poétiques d’Angot de l’Éperonnière, des Œuvres poétiques de Sonnet de Courval, des Élégies de Jean Doublet, des Satires de Du Lorens, des Épigrammes inédites de Gombauld, des Œuvres de Louise Labé, des Rondeaux et vers d’amour de Jehan Marion, du poème Philandre de Maynard, des Œuvres complètes de Mellin de Saint-Gelais, des Mignardises amoureuses et des Poésies de Jacques Tahureau, des Foresteries de Vauquelin de La Fresnaye, de la tragédie L’odieux et sanglant meurtre commis par le maudit Cain de Thomas Le Coq, etc. Voici, par ordre chronologique de publication, quelques-unes de ces éditions, en elles-mêmes livres rares et objets de collection, tirées des rayons d’ « une petite bibliothèque » :

Nicolas Vauquelin des Yveteaux, « Les Œuvres poétiques… », Paris, Auguste Aubry, 1854. Inv. 211. Tirage à 300 exemplaires (2 sur peau de vélin, 9 sur grand papier chamois, 15 sur grand papier vélin et 274 sur vergé de Hollande), celui-ci étant l’un des 15 grands papiers sur vélin (n° 18).
Pierre de Ronsard, « Œuvres inédites … », éd. par P. Blanchemain, Paris, Auguste Aubry, 1855, édition originale. Inv. 135. Le tirage fut seulement de 220 exemplaires, dont 180 sur vergé (comme celui-ci).
Jean Double, « Elégies… », éd. par P. Blanchemain, Rouen, Lanctin 1869, page de titre. Inv. 633. Cette réédition des rarissimes « Elégies » de 1559 fut donnée à petit nombre : 3 sur parchemin, 15 Chine, 15 Whatman et 300 vergé (ici, n° 71).
Jehan Marion, « Rondeaulx et vers d’amour… », publiés par P. Blanchemain, Paris, Léon Willem, édition originale. Inv. 1054. Cette édition d’un manuscrit encore inédit du XVIe siècle fut tirée à seulement 100 exemplaires numérotés (94 sur Hollande, comme celui-ci, et 6 sur Chine).
Thomas Le Coq, « L’odieux et sanglant meurtre commis par le maudit Caïn, tragédie », avec une introduction de P. Blanchemain, Rouen, Henry Boissel, 1879. Inv . 2082. Réimpression de l’édition originale de 1580 pour le compte de la Société des Bibliophiles normands.

[19] Je possède de L’Eperonnière la quatrième édition (rare, comme toutes les autres) de son recueil Les Exercices de ce temps… (Rouen, Guillaume de La Haye, 1626), relié en veau brun marbré orné du XVIIIe siècle (Inv. 31).

[20] Voir l’article de Fr. Lachèvre, op. cit. L’erreur remonte à l’édition annotée des Œuvres de M. Boileau Despreaux parue à Genève, Fabri et Barillot, en 1716.

[21] Sur ce versant de ses activités, voir A. Heulhard, Le Journal de Colletet, premier petit journal parisien (1676) avec une notice sur Colletet, gazetier, Paris, Le Moniteur du Bibliophile, 1878, ainsi que J. Cousin, «Le Journal de Paris de François Colletet», dans Bulletin de la Société historique de Paris, t. V, 1878, p. 141-142.

[22] Pour une présentation de ce livre, voir notamment le très intéressant travail de Jean Leclerc, L’Antiquité travestie : anthologie de poésie burlesque (1644-1658), Québec, Presses universitaires de Laval, 2010, pp. 341-348 (notice).

 

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (8) : HUYSMANS ET STOCK DANS LE STRESS DES DERNIERES EPREUVES

HUYSMANS ET STOCK

DANS LE STRESS DES DERNIERES EPREUVES

David Spurr et moi sommes en train de porter les dernières corrections avant maquettage à notre Frankenstein, créé des ténèbres, le catalogue de l’exposition éponyme, à l’affiche à la Fondation Bodmer ce printemps. Le planning est tenu, la collaboration avec les Editions Gallimard est idyllique, mais nul doute qu’il y aura tout de même quelques petites sueurs de dernière minute durant les relectures d’épreuves ! Cette dernière ligne droite réserve presque toujours des surprises et occasionne des montées d’adrénaline avant que n’arrive l’instant libérateur : la réception du livre achevé.

 Et il en est ainsi, même pour les grands auteurs, depuis les débuts de l’imprimerie. Pour illustrer mon propos, voici le cas d’un roman de Huysmans, En Route, dont j’ai pu acquérir il y a quatre ans les épreuves finales, comportant à la fois les interventions de l’auteur et de son éditeur, avec des instructions au troisième larron : l’imprimeur. Le tout compose un dialogue à trois parfois cocasse, avec un but commun : que l’ouvrage sorte à temps et sans coquilles !!! Partons donc un instant vers cette fin de l’année 1894, il y a un peu plus de 120 ans…

08-0-huysmans

I. L’élaboration difficile d’un « roman blanc » : En Route

Quatre ans après son célèbre Là-Bas, « roman noir » d’une plongée dans le monde du satanisme, Huysmans avait voulu mettre à nouveau en scène son double littéraire, Durtal, mais cette fois dans un « roman blanc », récit d’une rédemption. Comme son créateur, Durtal allait vivre une crise mystique qui devait déboucher sur son retour dans le giron de l’Eglise catholique. L’histoire de ce double cheminement, à la fois littéraire et autobiographique, est donc au cœur du roman En Route, dont les épreuves successives (ici les troisièmes et dernières) témoignent, par leurs nombreuses corrections, des errements et des hésitations de l’auteur dans ce tournant de sa carrière. Explorant l’univers de la mystique chrétienne, le roman En Route, récit du lent et douloureux retour de Durtal (et de Huysmans) vers la foi catholique, connut une genèse tout aussi difficile, dès 1892 : « Je travaille avec dégoût – et j’ai de fortes envies de tout foutre au feu, car ça me paraît bien médiocre ce que j’écris pour l’instant ». Selon sa correspondance avec son éditeur Pierre-Victor Stock (1861-1943) (le seul éditeur de Huysmans depuis que Léon Bloy les avait rapprochés), le romancier aurait remis son manuscrit durant la seconde quinzaine de septembre 1894. Il passa ensuite son mois de décembre à corriger abondamment les épreuves[1], remaniant et précisant son texte jusque sur le troisième jeu, comme dans cette énumération très bibliophilique des lectures pieuses emportées par Durtal dans sa retraite (pp. 200-201).

08-1-HUYSMANS

Pour Huysmans, la question épineuse avait été de trouver le ton juste, sans céder au mysticisme. Aussi avait-il tenté un « style gris », sec et sobre, bien en adéquation finalement avec son sujet. Les jeux d’épreuves corrigées témoignent des hésitations persistantes du romancier, ajustant sans trêve son texte par de subtiles et ténues modifications : dans ces troisièmes et ultimes épreuves, Huysmans éliminait ou au contraire introduisait quelques familiarités (« un mot cru dans une pensée délicate », disait-il à François Coppée), tout en veillant avec soin à supprimer tout terme sentant encore trop le registre dévot. Mais les termes mystiques demandent parfois d’être pesés à plusieurs reprises : sur cette p. 324, le « mariage céleste » disparaît, alors que « la Divinité » se voit remplacée par un plus déiste « céleste Infinité », encore transformé en un exalté « suradorable Infinité » (p. 324).

08-2-HUYSMANS

 II. Le trio auteur / éditeur / imprimeur dans le stress du bouclage

 Ce jeu d’épreuves met aussi en lumière les relations entre Huysmans et son éditeur. En tête de chacun des premières pages des liasses, une note du romancier réclamait à Stock un ultime jeu de contrôle, avec réponse pour bonne forme de l’éditeur. Ces échanges laissent apparaître quelques tensions entre les deux hommes, par ailleurs amis. Huysmans réclama pour finir une présentation en feuilles et non plus en pages recto-verso. Demande acceptée, non sans une note lapidaire de Stock : « Pourquoi ne l’avoir pas fait de suite ? V. Stock » (p. 293). Et plus, suite à la même demande du romancier : « Pourquoi toujours les 3es ép. en pages ? Cela nous oblige à en reprendre une 4e V. Stock» (p. 307).

08-3-HUYSMANS

L’étape finale de ces épreuves était l’atelier de l’imprimeur et ce va-et-vient continuel de corrections et de nouveaux tirages à relire, en s’éternisant, créait aussi quelques frictions avec le typographe. L’imprimeur dijonnais employé par Stock, Darantière, se trouva donc lui aussi pris à partie par Huysmans : « Darantière se fiche-t-il de nous, à la fin ? Voilà une semaine qu’il n’envoie plus d’épreuves » (lettre à P.-V. Stock du 5 décembre 1894). Stock lui-même se laissa aller à quelque humeur, dans une marge des épreuves retournées : « 16-1-95. Une nouvelle épreuve et veillez bien aux corrections qui sont faites en dépit du bon sens.Vous faites les corrections indiquées, mais vous laissez la moitié des mots supprimés. P.-V. Stock ».

08-4-HUYSMANS

La plupart des corrections, notes, modifications et remarques indiquées sur ce dernier jeu seront finalement bien prises en compte pour l’édition imprimée (sortie en librairie le 23 février 1895, avec un tirage de tête de 12 Japon et 50 Hollande), mais on relève quelques intéressantes variantes demeurées inédites par rapport au texte final. Quant au sort ultérieur de ce mince jeu d’épreuves, j’ai pu le retracer de manière assez précise : conservé dans la bibliothèque du Dr. Lucien-Graux en compagnie des deux premiers jeux d’épreuves, il passa ensuite dans deux grandes collections consacrées aux auteurs français du XIXe siècle : celle de « Mme D. » et surtout celle du colonel Sicklès. Lors d’une vente ultérieure, le prof. Dominique Millet avait pu examiner ces épreuves et en donner une analyse détaillée dans son édition du roman parue en 1996.

 –

Description : Joris-Karl Huysmans (1848-1907), En Route, troisièmes épreuves corrigées, in-8°, [pp. 192-341 et 357-372], en plusieurs jeux d’épreuves reliés à la suite. Demi-reliure de maroquin noir à coins, dos lisse, titre doré, non rogné (René Aussourd). La pagination est continue pour les 5 premiers jeux (pp. 197 à 341), puis, après une lacune (?), reprise de la p. 357 à 372 en pages recto uniquement comme demandé par Huysmans.

Provenance : Dr. Lucien-Graux (1878-1944, médecin, bibliophile et résistant) (ex-libris doré sur maroquin noir ; cat. vente, 9e partie, Paris, 26 juin 1959, n° 130) ; Mme D. (vente « Poètes et romanciers – Editions originales et autographes », Paris, Drouot, 23-24 avril 1975, n° 174) ; colonel Daniel Sickles (1904-1989) (cat. vente, XVe partie, Paris, Drouot, 18-19 nov. 1993, n° 6436) ; [vente « Autographes et livres anciens et modernes », Drouot, 13 juin 1994, exp. J. Vidal-Mégret et D. Gomez] ; Librairie Walden (Hervé Valentin, Paris, 2011).

Bibliographie :

  • Joris-Karl Huysmans, En Route, éd. par Dominique Millet, Paris, Gallimard/Folio, 1996 (notamment pp. 562-567).
  • Marc Smeets, Huysmans, l’inchangé – Histoire d’une conversion, Amsterdam / New-York, Rodopi, 2003.
  • Notice sur le site de l’exposition Le Lecteur à l’œuvre (Fondation Martin Bodmer, 2013) : http://lelecteuraloeuvre.boocs.ch/main.php?id=1_9

[1] Reliées en maroquin bleu par Marius Michel, les premières et deuxièmes épreuves d’En Route avaient également appartenu à la collection Lucien-Graux (3e vente, 1956, n°17, 25’000 frs.). Je n’ai pas réussi à en retrouver une trace ultérieure en vente publique ou catalogue de libraire.