Archives par mot-clé : Boileau

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (28) : UN TRAIT D’UNION ENTRE LES SIÈCLES

UN TRAIT D’UNION ENTRE LES SIÈCLES :
GUILLAUME COLLETET, POÈTE ET HISTORIEN

Un achat récent (mon 303e volume de poésie imprimé entre 1600 et 1720) m’incite à vous livrer aujourd’hui un bref portrait d’un petit auteur du XVIIe siècle, Guillaume Colletet (1598-1659), plus connu, finalement, pour son travail crucial de bio-bibliographe de ces prédécesseurs des siècles précédents que pour sa propre œuvre. Mon intérêt pour cet auteur, l’un des premiers académiciens français, ne tient donc pas seulement à sa production poétique, mais aussi beaucoup à son œuvre d’historien et de biographe : au bout de douze ans de travail sur le Dictionnaire biographique des poètes français de la seconde moitié du XVIe siècle, j’ai eu à fréquenter et à apprécier les efforts fournis par ce lointain prédécesseur pour sortir des limbes les poètes anciens déjà presque oubliés à son époque. Lui-même n’a survécu que grâce à la prévoyance du premier ronsardisant moderne, Prosper Blanchemain, autre grand bio-bibliographe. Examinons donc en trois temps cet attachant personnage, qui fut une passerelle entre la Renaissance des Valois et la France moderne de Louis XIV : d’abord sa vie et son œuvre poétique, ensuite son travail de biographe et d’historien (en partie sauvé du grand incendie des Tuileries), enfin son fils et successeur.

I. Vie et œuvre d’un des premiers académiciens

Après avoir longtemps souffert de on-dits plus ou moins médisants (en grande partie venus d’auteurs contemporains), la biographie du poète et académicien est désormais bien connue grâce aux travaux de référence de deux chercheurs italiens[1]. Un Eloge et abrégé de la vie de Monsieur Guillaume Colletet avait bien été rédigée par l’un de ses amis, Pierre Cadot, mais le texte disparut irrémédiablement, sans qu’un érudit ait pu en faire copie (nous y reviendrons).

Le portrait que fut longtemps colporté de cet aimable érudit fut donc celui d’un pochard jamais dégrisé, écrivant toujours entre la descente de deux bouteilles de vin. En octobre 1654, le poète Jean Chapelain écrivit ainsi à son correspondant Heinsius : « Je n’ai pu encore donner à M. Colletet celle [une lettre] qui estoit pour luy dans vostre paquet precedent, les vendanges l’ayant attiré à la campagne, & vous sçavés qu’il est amy de la vendange »[2] ! Il faut avouer que ses propres poèmes l’avaient présenté à plusieurs reprises sous cet angle particulier, colportant le « topos » du poète aviné cher à certains auteurs libertins du XVIIe siècle. Ainsi cette « Sarabande, Dialogue d’un Amant, & d’un Yvrongne », cet « Advis, à un poëte beuveur d’eau » (sonnet 14 du « Quatorzain burlesque ») :

Dans Guillaume Colletet, “Poësies diverses de Monsieur Colletet…”, Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p. 410. Inv. 2291

ou cette belle « Chanson à boire » :

Dans Guillaume Colletet, “Poësies diverses de Monsieur Colletet…”, Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p. 396. Inv. 2291

Mais la plus célèbre expression de cette poésie bachique se rencontre dans le « Banquet des Poëtes », dont le premier titre avait été « Le Trebuchement de l’Ivrongne »[3] :

Dans Guillaume Colletet, “Poësies diverses de Monsieur Colletet…”, Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p.  . Inv. 2291

Amateur du biberon, Colletet était également considéré comme un jouisseur amateur de femmes, excité par le premier jupon de passage, même si de basse condition : « Il étoit naturellement voluptueux, et pour le tenter, il ne falloit estre ni belle ni jeune. Comme il ne vouloit point estre en scandale à son voisinage, et qu’il ne pouvoit vivre sans quelque servante, il épousoit celle qu’il avoit prise, et qui n’étoit pas plustost morte qu’il en cherchoit quelqu’autre dont il ne manquoit pas de faire sa femme », à en croire le témoignage d’Urbain Chevreau. La plupart des sources biographiques jusqu’au XXe siècle n’ont donc pas manqué d’en faire un amateur d’amours ancillaires, ayant épousé successivement trois de ses servantes, une légende tenace encore colportée, à l’heure actuelle, tant par Wikipédia que par le site officiel de l’Académie française !

Quant à son art, enfin, on ne lui déniait pas du talent, mais mercenaire, comme le soulignait à nouveau Chapelain : « Quant au seigneur Colletet, si je puis vous en parler ingénûment, il est plutôt né versificateur que poète, & il travaille plus pour le profit que pour l’honneur. Les grands mouvements lui sont inconnus, & il arrive rarement, lorsqu’il s’élève, que ses pensées soient justes & qu’il ne prenne l’enflure pour l’embonpoint  »[4]. Boileau, de son côté, avait taillé un costard sur mesure, selon son habitude, dans deux vers de sa première Satire : « Tandis que Colletet crotté jusqu’à l’échine / S’en va chercher son pain de cuisine en cuisine »[5]. Il se trouve que le frère du satiriste, Gilles Boileau, avait succédé au fauteuil de Colletet à l’Académie. Chose amusante, le nom de Colletet, attesté par des préfaçons ou contrefaçons hollandaises des Satires en 1665-1667, ne figure en fait pas dans l’édition originale de 1666, remplacé par celui de Pelletier.

Nicolas Boileau, « Satires du sieur D*** », Paris, Louis Billaine, 1666, p. 6 (Satire I « Adieux d’un poète à la ville de Paris »), édition originale. Inv. 702. La version initiale du poème citant Colletet a été corrigée par Boileau en “Tandis que Pelletier, crotté jusqu’à l’échine …”.

Il faudra attendre l’édition de 1694, revue par Boileau, pour que le nom originel de Colletet revienne dans ces vers. Frédéric Lachèvre a magnifiquement établi la chronologie et les raisons de ces va-et-vient[6], en retrouvant une note (d’ailleurs en partie inexacte) de Brossette, confident et commentateur de Boileau : « Il y avoit ainsi Colletet dans la première édition [en fait dans les manuscrits], mais depuis à la prière de M. Ogier, ami de Colletet, on mit Pelletier pour Colletet ». Condisciple d’étude de Colletet, l’écrivain François Ogier (1590-1670) était demeuré son intime, partageant notamment son amour de Ronsard ; il fut aussi le parrain de son fils, François Colletet : on comprend donc son intervention auprès de Boileau pour préserver la mémoire de son ami défunt. Dans des notes ultérieures, Boileau devait conclure : « Colletet estoit un poëte fort gueux et d’un mérite assez médiocre ».

Nicolas Boileau, « Œuvres diverses du sieur D*** », Paris, Denis Thierry, 1694, tome I, p. 12 (Satire I « Adieux d’un poète à la ville de Paris »), édition originale. Inv. 1694. La version initiale du poème est de retour au bout de 28 ans : “Tandis que Colletet, crotté jusqu’à l’échine …”.

Venons-en à présent à quelques aspects plus tangibles. Fils d’un procureur au Châtelet, juriste de formation lui-même, Guillaume Colletet (1598-1659) exerça comme avocat au Parlement de Paris, cour de justice suprême du royaume. Quant à sa vie maritale, elle fut en effet bigarré, mais sans les excès caricaturés par ses ennemis. Colletet épousa en premières noces une certaine Marie Prunelle (qu’il appelait « Brunelle » à cause de la couleur de ses cheveux), qui mourut le 11 décembre 1641, lui laissant un fils, François. De fait, le veuf se mit ensuite en ménage (mais sans l’épouser) avec sa servante, Michelle Soyer, qui disparut en 1651. Enfin, le 18 novembre 1652, il se remaria avec la jeune Claude Le Hain (peut-être une nièce de Michelle Soyer), qu’il surnommait Claudine : cette jolie blonde (selon Furetière) avait trente-six ans de moins que son époux ! Il lui consacra une collection de 54 sonnets intitulés « Les Amours de Claudine »[7]. Plusieurs de ces poèmes sont brûlants (du moins assez pour effaroucher les premiers commentateurs modernes), comme ces vers explicites sur la jouissance :

Dans Guillaume Colletet, “Poësies diverses de Monsieur Colletet…”, Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, pp. 124-125. Inv. 2291

ou ce sonnet célébrant avec orgueil sa première rencontre charnelle avec ce jeune tendron de Claudine :

Dans Guillaume Colletet, “Poësies diverses de Monsieur Colletet…”, Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p. 335. Inv. 2291

Très épris, Colletet voulut faire passer sa jeune femme pour une poétesse, composant et imprimant des vers en les signant de son nom. A l’article de la mort, pour éviter que la supercherie ne soit révélée, il rédigea une ultime pièce où la prétendue poétesse déclarait renoncer pour toujours aux vers en raison de son veuvage : « J’ensevelis mon cœur et ma plume avec vous ». Mais personne ne fut dupe, La Fontaine (qui avait troussé quelques vers aimables à la dame) s’interrogeant méchamment dans un madrigal rosse, mais rigolo : « Les oracles ont cessé, / Colletet est trepassé. / Dès qu’il est la bouche close, / Sa femme ne dit plus rien ; / Elle enterra vers et prose / Avec le pauvre chrétien. (…) ».

Si le droit l’avait au départ nourri, la véritable passion de Colletet était la poésie. Dans sa jeunesse, il avait fait partie du groupe de jeunes poètes libertins qui entouraient Théophile de Viau. De ces années plutôt libres demeure notamment ce sizain programmatique qu’il composa pour être placé en tête du fort grivois Parnasse satyrique : « Tout y chevauche, tout y fout, / L’on fout en ce livre par tout, / Afin que le lecteur n’en doute ; / Les odes foutent les sonnets, / Les lignes foutent les feuillets, / Les lettres mêmes s’entrefoutent ! ».

Quoiqu’en aient dit ses détracteurs, il était reconnu comme un pair par les plus grands auteurs du moment, dont il énumère les noms célèbres (ou aujourd’hui moins connus) dans ce sonnet « Les Poëtes amis », daté de 1625 :

Dans Guillaume Colletet, “Poësies diverses de Monsieur Colletet…”, Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p. 233. Inv. 2291

Fréquentant l’hôtel de Rambouillet et le parti des « Barbares », il réunissait dans son modeste logis les derniers disciples de Ronsard, pour lequel il éprouvait une grande admiration, en dépit du déclin de plus en plus marqué de l’ancien Prince des Poètes (dont la dernière édition collective des œuvres parut en 1630, l’année même où les œuvres de Malherbe voyaient le jour à titre posthume). A cet égard, et de manière assez juste, on voit généralement en Colletet une sorte de trait d’union entre les derniers vestiges de l’Académie des Valois et l’aura naissante de celle de Richelieu.

Eloge de Ronsard par Colletet, dans “Poësies diverses de Monsieur Colletet…”, Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, p. 393. Inv. 2291

Son talent s’exerça dans différents domaines poétiques. Comme auteur dramatique, il commit une tragi-comédie, Cyminde, ou Les deux victimes (1642), et figura parmi les cinq auteurs (avec notamment Rotrou, Boisrobert et Desmarets de Saint-Sorlin) de La Comedie des Thuileries et de l’Aveugle de Smyrne, deux pièces écrites en 1638 à la commande de Richelieu. Dans la première, le cardinal-ministre apprécia tellement un passage de six vers dûs à Colletet qu’il lui envoya cinquante pistoles de gratification. Pauvre comme Job, Colletet répondit avec sincérité et franchise à cet envoi : « Armand, qui pour six vers me donne six cents livres / Que ne puis-je à ce prix te vendre tous mes livres ! ». Egalement théoricien de la poésie, Colletet laissa plusieurs traités qui furent réunis en 1653 dans un Art poétique, comprenant notamment un « Traitté de l’épigramme » et un « Traitté du sonnet », mais qui traitait aussi « du poème bucolique, de l’églogue, de la pastorale et de l’idyle, de la poésie morale et sentencieuse , avec un discours de l’éloquence et de l’imitation des anciens, un autre discours contre la traduction et la nouvelle morale »[8]. Ce fin lettré livra enfin différents traductions à partir du grec et du latin, non seulement d’auteurs antiques, mais aussi de poètes néo-latins, en particulier Les Couches sacrées de la Vierge (1634), une version en prose française du célèbre poème De partu Virginis de l’Italien Jacopo Sannazaro. L’ouvrage fut réimprimée en 1645 et 1646.

Jacopo Sannazaro (et Guillaume Colletet, trad.), “Les Couches sacrées de la Vierge, poème héroïque …”, Paris, Chez Gaspard Meturas, 1646, page de titre. Inv. 144
Reliure de veau blond fleurdelisé sur “Les Couches sacrées de la Vierge”. D’après une mention manuscrite sur la garde, séchée à la poudre d’or et rédigée de la main du père jésuite Charles de Hallot de Mérouville (1625-1705, préfet des études au collège de Clermont / collège Louis le Grand, auteur d’une édition des “Oraisons” de Cicéron en 1684) , cet ouvrage aurait été offert au prince Louis (III) de Bourbon-Condé (1668-1710), petit-fils du Grand Condé. Inv. 144

Essayant de vivre de sa plume, Colletet composa plusieurs pièces courtisanes de bonne facture, notamment sur le siège de La Rochelle et ses conséquences (1629-1630). Il livra aussi, en 1633[9], Le Triomphe des Muses, à Monseigneur le Cardinal Duc de Richelieu, qui connut par la suite plusieurs rééditions (agrémentées de traductions de vers en latin par le sieur de La Rochemaillet et en italien par le sieur Camola[10]). Ces différents travaux lui assurèrent la protection du puissant cardinal, qui l’inclut parmi les premiers membres de son Académie (aujourd’hui française). Occupant le fauteuil 23, Colletet fut admis avant le 13 mars 1634 et prononça le dix-huitième discours prononcé au sein de l’institution : De l’imitation des Anciens.

C’est finalement très tardivement que les œuvres poétiques de Colletet furent révélées au public dans leur intégralité. En 1653, chez Louis Chamhoudry, ce sont ses épigrammes, genre dans lequel il excellait, qui connurent la première mise à l’honneur[11]. Ce recueil est sans doute la meilleure et le plus connue de ses productions : on y trouve « d’ingénieuses et piquantes pièces »[12]. Adressées à la plupart des membres éminents de la République des Lettres, le plus souvent datées, ces épigrammes forment également une précieuse source d’histoire littéraire. On trouve par ailleurs, au début du volume, un « Discours sur l’Epigramme où il est traitté de sa première origine; de son usage ancien et moderne; de son véritable caractère; de ses vertus et de ses vices; et des qualitez requises à, ceux qui s’appliquent à ce genre d’éscrire », un véritable art poétique de ce type de poèmes.

Guillaume Colletet, “Epigrammes du sieur Colletet…”, Paris, Louis Chamhoudry, 1653, édition originale, « assez recherchée » (Brunet). Inv. 619

Trois ans plus tard, le fils du poète assura chez Jean-Baptiste Loyson l’édition de la quasi-intégralité des œuvres de Colletet dans le recueil Poésies diverses de Mr. Colletet, contenant des Sujets Heroïques, des Passions amoureuses, et d’autres Matières burlesques et enjouées.

Guillaume Colletet, “Poësies diverses de Monsieur Colletet…”, Paris, Jean-Baptiste Loyson, 1656, première édition collective, en grande partie originale, page de titre. Inv. 2291

Ni ces publications, ni son fauteuil à l’Académie ne sauvèrent toutefois Colletet de la misère, un état que les sources anciennes lui reprochèrent (il aurait gaspillé sa fortune par ses vices, etc.). Lorsque vint le trépas, le 19 février 1659, « notre pauvre M. Colletet (…) mourut véritablement pauvre, ayant fallu quêter pour le faire enterrer » (comme le rapporta son collègue académicien Chapelain un mois plus tard).

II. Un biographe et historien de la poésie française

Travaillant depuis 2006 sur le grand Dictionnaire biographique des poètes français de la seconde moitié du XVIe siècle initié par Jean Paul Barbier-Mueller (dont le cinquième tome devrait sortir en 2019), j’ai appris à apprécier et admirer un autre aspect des travaux de Guillaume Colletet. Non content d’être un poète et un théoricien de la poésie, il fut aussi un historien de la poésie, en fait le premier (ou presque) dont puisse se flatter les lettres françaises (si l’on excepte les travaux précurseurs, mais plus laconiques, de La Croix du Maine et de Du Verdier en 1584-1585).

L’érudit et passionné Colletet s’était en effet lancé dans la rédaction de Vies des Poëtes François, courant de l’an 1209 jusqu’en 1647. Amassant une documentation de première main, l’humaniste se révéla « un historien de la littérature doué d’une profonde sagacité et d’un réel don de sympathie, que l’on aurait aimé retrouver chez certains de ses successeurs »[13] pourtant touchés par la gloire et reconnus par la postérité : Lanson disait d’ailleurs à cet égard que Colletet avait, lui, compris le XVIe siècle, à la différence du sévère Boileau[14]. Rangées par ordre chronologique, ces quelques 459 notices biographiques documentées remplissaient pas moins de cinq gros volumes in-quarto, de l’écriture même de Colletet. Car ce travail monumental resta malheureusement inédit du vivant de son auteur et ne fut ensuite pas publié par son fils (tout aussi désargenté que son géniteur), bien que celui-ci ait mis au point une copie manuscrite destinée à un potentiel éditeur. De collectionneur en libraire[15], les manuscrits finirent par atterrir dans la bibliothèque du Louvre en 1808 et, là, on se sent respirer : les voilà sauvés ! Sauf que … dans la nuit du 23-24 mai 1871, en pleine tourmente de la Commune, la précieuse bibliothèque partit en fumée, touchée par l’incendie volontaire du palais des Tuileries, tout voisin.

L’incendie du Palais des Tuileries (23-24 mai 1871), lithographie de Léon Sabatier et Albert Adam pour “Paris et ses ruines” (publié en 1873). Document BnF

Les manuscrits originaux de Colletet et de son fils disparurent dans les flammes, emportant notamment la biographie même du poète-historien par son ami Cadot. Conscient de cette perte cruelle pour l’histoire des lettres, plusieurs conservateurs essayèrent d’évaluer les dégâts. Le directeur du Cabinet historique, Louis Paris, consacra ainsi plusieurs pages de son étude Les Manuscrits de la Bibliothèque du Louvre brûlés dans la nuit du 23 au 24 mai 1871 au fonds Colletet[16].

Louis Paris, “Les Manuscrits de la Bibliothèque du Louvre brûlés dans la nuit du 23 au 24 mai 1871”, Paris, Bureau du Cabinet historique, 1872. Non coté

De son côté, l’archiviste-paléographe Léopold Pannier, conservateur à la Bibliothèque nationale, livra une étude monographique en bonne et due forme avec Le Manuscrit des Vies des poètes françois de Guillaume Colletet, brûlé dans l’incendie de la Bibliothèque du Louvre. Essai de restitution[17]. Complétant celle de Paris, son analyse montra que 208 des 459 biographies de poètes avaient, tout ou partie, été conservées, grâce aux historiens qui les avaient patiemment recopiées à partir des originaux dans les années 1850-1860. Certaines avaient été publiées dans des recueils biographiques régionaux ou en tête de rééditions annotées et commentées critiques (souvent de belles éditions destinées aux bibliophiles amateurs de poètes anciens).

Les ruines du Palais des Tuileries, photographie anonyme, 1871. Album historique, BNF/Gallica

L’un des plus importants utilisateurs des manuscrits Colletet n’était autre que le premier ronsardisant moderne, Prosper Blanchemain (1816-1879), alors bibliothécaire au Ministère de l’Intérieur (!) et par la suite bibliographe et éditeur infatigable des poètes des XVIe et XVIIe siècles : la recherche moderne lui doit beaucoup et, pour ma part, j’ai recherché et acquis, dans la mesure du possible, certaines de ces éditions, magnifiques objets bibliophiliques publiés à petit nombre et sur beaux papiers[18]. Blanchemain avait compris tout le potentiel des textes de Colletet ; il sauva ainsi la propre biographie de Ronsard, publiée en 1855 en tête de son édition des Œuvres inédites de Pierre de Ronsard.

“Pierre de Ronsard, par Guillaume Colletet”, dans “Œuvres inédites de Pierre de Ronsard”, éd. par P. Blanchemain, Paris, Auguste Aubry, 1855, édition originale. Inv. 135. Le tirage fut seulement de 220 exemplaires, dont 180 sur vergé (comme celui-ci).

Il récidiva en 1869 en publiant la vie de Jean Doublet par Colletet, au début de son édition des Elégies de ce poète dieppois du milieu du XVIe siècle. Ces deux exemples de publication intégrale sont sans compter les emprunts et citations faits pour d’autres éditions agrémentées de notices biographiques.

“Jean Doublet, par Guillaume Colletet”, dans Jean Double, “Elégies…”, éd. par P. Blanchemain, Rouen, Lanctin 1869. Inv 633. Cette réédition des rarissimes “Elégies” de 1559 fut donnée à petit nombre.

Le prévoyant Blanchemain avait par bonheur recopié plusieurs vies d’avance dans les manuscrits Colletet. Aussi put-il continuer à employer cette manne après la catastrophe de 1871, notamment dans le cas du poète normand Robert Angot de L’Eperonnière, un de ces auteurs satiriques des années 1610-1630 comme je les aime (et qui feront sans doute l’objet d’un article à venir[19]) ! Il procéda en deux temps, mettant tout d’abord au jour la biographie écrite par Colletet dans une publication séparée pour le compte de la très active Société rouennaise de Bibliophiles. J’ai eu la bonne fortune, il y a quelques années, de tomber sur les épreuves de cette plaquette, comportant les corrections et adjonctions autographes de Prosper Blanchemain. Outre des indications et corrections typographiques (encrage, titres courants, coquilles), le chercheur a rajouté des éléments sur les manuscrits Colletet et les notices sauvées, ainsi que sur le portrait d’Angot, absent de ses épreuves et rajouté semble-t-il au dernier moment.

 

Guillaume Colletet, “Vie du poète normand Robert Angot, sieur de l’Eperonière”, éd. par Prosper Blanchemain, Rouen, Espérance Cagniard, 1873, épreuves corrigées. Inv. 182
Guillaume Colletet, “Vie du poète normand Robert Angot, sieur de l’Eperonière”, éd. par Prosper Blanchemain, Rouen, Espérance Cagniard, 1873, épreuves corrigées, détail de l’incipit. Inv. 182
Guillaume Colletet, “Vie du poète normand Robert Angot, sieur de l’Eperonière”, éd. par Prosper Blanchemain, Rouen, Espérance Cagniard, 1873, épreuves corrigées, ajout autographe détaillant le nombre de notices biographiques sauvées. Inv. 182

C’est donc enrichie d’un beau portrait-frontispice gravé du poète que cette Vie du poète normand Robert Angot, sieur de l’Eperonière sortit finalement chez l’éditeur rouennais Cagnard en 1873, avec la prise en compte des interventions de Blanchemain.

Guillaume Colletet, Vie du poète normand Robert Angot, sieur de l’Eperonière, éd. par Prosper Blanchemain, Rouen, Espérance Cagniard, 1873, édition originale, portrait-frontispice et page de titre. Inv. 183

Ce travail préliminaire sur la notice Colletet constitua se retrouva trois ans plus tard, complété par un « Supplément à la Vie d’Angot » (car Colletet n’avait eu connaissance, bizarrement, que des débuts du poète normand), au début de l’édition des Satires et Exercices gaillards de L’Eperonnière que procura Blanchemain chez Alphonse Lemerre.

Robert Angot, “‎Les Nouveaux Satires et Exercices gaillards d’Angot l’Eperonnière”, éd. et annotée par P. Blanchemain, ‎Paris, Lemerre, 1877, page de titre. Inv. 824
Guillaume Colletet, “Vie de Robert Angot”, dans “‎Les Nouveaux Satires et Exercices gaillards d’Angot l’Eperonnière”, éd. et annotée par P. Blanchemain, ‎Paris, Lemerre, 1877. Inv. 824

III. Un digne successeur

De son premier mariage avec Marie Prunelle (morte en 1641), Colletet avait donc eu un fils prénommé François (1628-v. 1680), qui suivit avec un certain talent les traces de son père. Pourtant, en dépit (ou à cause) d’une plume prolifique ou de la réputation en demi-teinte de son paternel, il fut jugé sévèrement par ses contemporains, tel Tallemant des Réaux (qui le jugeait « dadais »). Le qualificatif de « poète crotté » donné à son père par Boileau lui a d’ailleurs longtemps été attribué, la plupart des sources anciennes ayant confondu le géniteur et sa progéniture[20]. Le Dictionnaire Bouillet, le prêt-à-penser de la bourgeoisie du XIXe siècle, colporta bien évidemment l’erreur, tout en ajoutant : « Il a comme son père fait des vers, mais il est encore inférieur à son père ». De la critique et de la biographie de haut vol !

François Colletet. “Journal de la ville de Paris…”, Paris, Mille de Beaujeu, 1676, seul numéro paru, très rare. Exemplaire passé en vente dans la vente “Libri, manoscritti, stampe e disegni” de la maison Gonnelli (17 mai 2014, lot 220). DR

La vie de Colletet fils fut bien plus aventureuse que celle de son père. Agent du cardinal Mazarin pendant la Fronde, à partir de 1651, il demeura prisonnier des Espagnols pendant deux années, au château de Porcheresses, près de Luxembourg. De retour à Paris, il travailla comme précepteur dans une famille noble, tout en publiant, non seulement des vers (comme nous allons le voir), mais aussi des articles de presse. Il fut en effet l’un des premiers « journalistes » français[21], exerçant à partir de 1659 pour le compte de deux libraires parisiens successifs, Jean-Baptiste Loyson (avec qui il entra en procès en 1660) et Alexandre Lesselin. Fort d’un privilège général obtenu en 1660 pour ses publications, il se lança dans l’édition de ses propres périodiques, imprimés seul ou en association avec un libraire, ce qui lui attira des poursuites pour cause de concurrence au privilège général obtenu par la Gazette des Renaudot. Virent ainsi le jour à partir de 1676 : le Journal de la ville de Paris (un seul numéro paru), le Journal des avis et des affaires de Paris (dix-huit numéros, avec d’être censuré et interdit à partir du 26 novembre 1676), l’éphémère Bureau academique des honnestes divertissemens de l’esprit (du 5 mars au 30 nov. 1677) et La Bibliographie françoise et latine de Paris (1678).

Son œuvre poétique est tout aussi intéressante. Son poème le plus célèbre demeure sans doute Tracas de Paris en vers burlesques, contenant la foire Saint-Laurent, les marionnettes, les subtilités du Pont-Neuf, le départ des coches, composé dès 1658, mais imprimé en 1666 pour former une sorte de suite à la Ville de Paris en vers burlesques de Berthod. On lui doit aussi de très nombreuses participations à des recueils collectifs du temps : 43 poèmes dans les Muses illustres de MM. Malherbe, Théophile. (…) et plusieurs autres auteurs de ce temps (1658) ; 73 pièces dans La Muse coquette (1665) ; l’intégralité des vers de L’Académie familière des filles. Lettres et diversités folâtres de prose et de vers. Suite de la Muse coquette. Troisième et quatrième parties (Paris, Loyson, 1665) sans parler de quelques plaquettes encomiastiques.

François Colletet, “Juvénal burlesque, par le Sieur Colletet le fils”, Paris, chez Pierre David, 1657, édition originale, page de titre. Inv. 1569

Mais ses débuts remontent à 1657, lorsque parut le Juvénal burlesque, par le Sieur Colletet le fils, chez Pierre David[22]. « Coup d’essai de sa muse naissante », cette traduction de la première satire de Juvénal, la première donnée du poète latin en vers burlesques, constituait sans doute une œuvre de commande, écrite en « quelques jours » : la dédicace au très riche et puissant François-Honorat de Beauvilliers, duc de Saint-Aignan (1607-1687), qualifié de « Mecene », l’atteste, comme un madrigal liminaire signé de Guillaume Colletet. Militaire de haut rang, vétéran de plusieurs guerres, gouverneur de provinces, le duc était aussi un fin lettré, élu à l’Académie en 1663 (en remplacement de Jules de La Mesnardière). Avant le coup de chapeau de Colletet fils, ce protecteur des poètes avait déjà reçu la dédicace de l’Ovide en belle humeur de D’Assoucy en 1650, de l’Ovide bouffon de Richer, etc.

Portrait gravé de François-Honorat de Beauvilliers, duc de Saint-Aignan (1607-1687). DR

S’inspirant des deux traductions récentes de Challine (en prose) et de Michel de Marolles (en vers), le travail de Colletet (qui comptait au total près de 1’400 octosyllabes) puisait aussi dans les vers burlesques de Scarron. Le petit volume fut imprimé dans le courant de l’automne 1656, mais à la date de 1657. Le poème ne semble pas avoir rencontré son public et la veuve de l’éditeur Pierre David remit en circulation les exemplaires invendus en 1662, avec un titre rafraîchi, modifié en Juvénal travesty, traduit en vers burlesques. Une édition pirate avait pourtant vu le jour à la fausse adresse d’Anvers dès 1657.

Comme son père, François Colletet mena jusqu’à sa disparition, vers 1680, une existence de forçat des lettres, vendant ses vers «à cent sous le cent» (selon Tallemant des Réaux), accumulant poème sur poème sans pouvoir gagner péniblement 200 francs par an, si l’on en croit Richelet (qui en parla comme exemple dans son Dictionnaire, à l’article « Rat-de-cave » !).

En dépit de leur place sans doute légitime dans le second rayon, ces deux littérateurs du XVIIe siècle me sont bien sympathiques, ce qui explique ces différents volumes collectés au cours des années (et que d’autres viendront rejoindre, je l’espère). J’ai une tendresse toute particulière pour Guillaume Colletet qui a tenté, comme je le fais depuis plusieurs années, de ressusciter ces figures souvent fantomatiques qu’étaient les poètes anciens. Partiellement sauvé par d’autres chercheurs érudits et passionnés comme l’était Prosper Blanchemain, son travail demeure, encore aujourd’hui, une des bases de travail du bio-bibliographe moderne : ne serait-ce que pour cela, que des grâces éternelles lui soient rendues ! Entre « collègues » biographes, on se comprend… 😉

Nicolas Ducimetière
Douvaine, 20 mai 2018


NOTES

[1] Pasquale A. Jannini, Verso il tempo della ragione : studi e ricerche su Guillaume Colletet, Milan, Viscontea, 1965, et Valeria Pompejano Natoli, Verso una biografia di Guillaume Colletet, Fasano, Schena, 1989. Une édition critique des Poësies diverses de Colletet fut donnée par P. Jannini en 1968 (‎Naples, Edizioni scientifiche italiane – / Paris, Editions A.G. Nizet, 93 pp.).

[2] Jean Chapelain, lettre à Heinsius du 9 octobre 1654, dans Soixante-dix-neuf lettres inédites à Nicolas Heinsius, éd. par Bernard Bray, La Hye, Nijhoff, 1966, p. 265.

[3] Ce poème parut pour la première fois en 1627 (Paris, s.n.) et fut redonné, sous son nouveau titre, en 1646 (Nicolas Boisset, in-8°), puis en 1656 dans les Diverses Poësies. Selon Edouard Fournier (qui le réimprima en 1855 dans le tome III de ses Variétés historiques et littéraires), le poème de 1627 « est tout à fait différent de celui des autres, à ce point que, désespérant de pouvoir relever toutes les variantes, nous avons pris le parti de n’en donner aucune. Le plus court eût été non pas de remarquer les différences, mais les très rares similitudes de texte. Nous tenons là, en pleine verve de jeunesse, la première pensée d’un poëte qui ne se permit pas souvent, et surtout avec autant de bonheur, de pareilles fougues et fantaisies bachiques. Quand il fit ce morceau, il étoit de la coterie littéraire de Salomon Certon, du sieur de la Charnaye, etc. (voy. Viollet-Leduc, Biblioth. poétique, p. 452), et ce dut être le contingent poétique auquel il étoit tenu comme membre de cette assemblée ».

[4] J. Chapelain, lettre du 30 octobre 1658 à Guez de Balzac.

[5] Nicolas Boileau, Satires, Satire I, vers 77-78.

[6] Frédéric Lachèvre, « Boileau et Colletet : à propos de deux vers de la satire première », dans Revue d’histoire littéraire de la France, XXIII (1916), pp. 368-375.

[7] « Claudine » fut également louée et chantée par de nombreux poètes du temps, amis de son mari : Pinchesne, La Mesnardière, Tallemant, mais aussi Gilles Boileau et même La Fontaine !

[8] L’ouvrage fut à plusieurs reprises réédité, sous ce titre ou sous celui de L’Escole des Muses, dans laquelle sont enseignées toutes les Reigles qui concernent la Poësie françoise.

[9] Paris, Jean Camusat, 1633, 12 pp.

[10] Paris, veuve Jean Camusat, 1640, « Quatriesme Edition ».

[11] Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres… (1860), tome II, col. 154.

[12] Dixit le Grand dictionnaire Larousse du XIXe siècle.

[13] Gilles Banderier, « Note biographique sur Guillaume Colletet », dans Revue belge de philologie et d’histoire, tome 80, fasc. 3, 2002, p. 946.

[14] Gustave Lanson, Histoire de la littérature française, Paris, Hachette, 1909, p. 499.

[15] D’après le père Lelong (1665-1721), auteur de la célèbre Bibliothèque historique de la France (1719), le manuscrit Colletet avait été la propriété du librairie parisien Florentin Delaulne. Après la mort de ce dernier en 1723, le manuscrit fut vendu par sa veuve à un confère, Gabriel Martin, et se trouvait encore en 1772 en possession du fils de celui-ci, Claude Martin, également libraire. “C’est sans doute des mains de ce dernier ou de ses héritiers que le Colletet entra dans la bibliothèque du Louvre par acquisition en 1808, et sur la proposition de M. A.-A. Barbier” (Louis Paris, op. cit., p. 64).

[16] Louis Paris, Les Manuscrits de la Bibliothèque du Louvre brûlés dans la nuit du 23 au 24 mai 1871…, Paris, Bureau du Cabinet historique, 1872, n° 331, pp. 57-64.

[17] Paris, Franck, 1872, tiré à seulement 60 exemplaires (comme tiré à part de la Revue critique d’histoire et de littérature), mais disponible en ligne : https://archive.org/details/PannierLeManuscrit . Le travail de Pannier fut encore précisé par Paul Bonnefon, « Contribution à un essai de restitution du manuscrit de G. Colletet intitulé Vie des poètes françois », dans Revue d’histoire littéraire de la France, II (1895), pp. 59-77.

[18] Outre la première grande édition critique moderne de Ronsard, on lui doit la réédition, avec force notes et préfaces, des Œuvres poétiques de Vauquelin des Yveteaux, des Bouquets poétiques d’Angot de l’Éperonnière, des Œuvres poétiques de Sonnet de Courval, des Élégies de Jean Doublet, des Satires de Du Lorens, des Épigrammes inédites de Gombauld, des Œuvres de Louise Labé, des Rondeaux et vers d’amour de Jehan Marion, du poème Philandre de Maynard, des Œuvres complètes de Mellin de Saint-Gelais, des Mignardises amoureuses et des Poésies de Jacques Tahureau, des Foresteries de Vauquelin de La Fresnaye, de la tragédie L’odieux et sanglant meurtre commis par le maudit Cain de Thomas Le Coq, etc. Voici, par ordre chronologique de publication, quelques-unes de ces éditions, en elles-mêmes livres rares et objets de collection, tirées des rayons d’ « une petite bibliothèque » :

Nicolas Vauquelin des Yveteaux, “Les Œuvres poétiques…”, Paris, Auguste Aubry, 1854. Inv. 211. Tirage à 300 exemplaires (2 sur peau de vélin, 9 sur grand papier chamois, 15 sur grand papier vélin et 274 sur vergé de Hollande), celui-ci étant l’un des 15 grands papiers sur vélin (n° 18).
Pierre de Ronsard, “Œuvres inédites …”, éd. par P. Blanchemain, Paris, Auguste Aubry, 1855, édition originale. Inv. 135. Le tirage fut seulement de 220 exemplaires, dont 180 sur vergé (comme celui-ci).
Jean Double, “Elégies…”, éd. par P. Blanchemain, Rouen, Lanctin 1869, page de titre. Inv. 633. Cette réédition des rarissimes “Elégies” de 1559 fut donnée à petit nombre : 3 sur parchemin, 15 Chine, 15 Whatman et 300 vergé (ici, n° 71).
Jehan Marion, “Rondeaulx et vers d’amour…”, publiés par P. Blanchemain, Paris, Léon Willem, édition originale. Inv. 1054. Cette édition d’un manuscrit encore inédit du XVIe siècle fut tirée à seulement 100 exemplaires numérotés (94 sur Hollande, comme celui-ci, et 6 sur Chine).
Thomas Le Coq, “L’odieux et sanglant meurtre commis par le maudit Caïn, tragédie”, avec une introduction de P. Blanchemain, Rouen, Henry Boissel, 1879. Inv . 2082. Réimpression de l’édition originale de 1580 pour le compte de la Société des Bibliophiles normands.

[19] Je possède de L’Eperonnière la quatrième édition (rare, comme toutes les autres) de son recueil Les Exercices de ce temps… (Rouen, Guillaume de La Haye, 1626), relié en veau brun marbré orné du XVIIIe siècle (Inv. 31).

[20] Voir l’article de Fr. Lachèvre, op. cit. L’erreur remonte à l’édition annotée des Œuvres de M. Boileau Despreaux parue à Genève, Fabri et Barillot, en 1716.

[21] Sur ce versant de ses activités, voir A. Heulhard, Le Journal de Colletet, premier petit journal parisien (1676) avec une notice sur Colletet, gazetier, Paris, Le Moniteur du Bibliophile, 1878, ainsi que J. Cousin, «Le Journal de Paris de François Colletet», dans Bulletin de la Société historique de Paris, t. V, 1878, p. 141-142.

[22] Pour une présentation de ce livre, voir notamment le très intéressant travail de Jean Leclerc, L’Antiquité travestie : anthologie de poésie burlesque (1644-1658), Québec, Presses universitaires de Laval, 2010, pp. 341-348 (notice).

 

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (25) : COMMENT SAUVER MOÏSE ET L’OFFRIR À UN COPAIN

COMMENT SAUVER MOÏSE ET L’OFFRIR À UN COPAIN

Au professeur Michel Jeanneret,
en toute amitié, et dans l’amour partagé
de ces poètes exubérants du XVIIe siècle

Avant de s’enfoncer dans le conformisme encadré de la seconde moitié du règne de Louis XIV, la littérature du XVIIe siècle a fourni toute une galerie d’auteurs truculents et attachants, des poètes libertins et fantasques, qui assurèrent la renaissance de la satire, à partir de l’exemple fondateur de Mathurin Régnier (1573-1613). Après la génération du sieur de Sonnet-Courval et d’Auvray succéda celle des Théophile de Viau, Tristan L’Hermite, Boisrobert, D’Assoucy, tous de bons vivants aimablement débauchés, amateurs de la « dive bouteille » et des charmes des filles de petite vertu, domaines qu’ils abordaient avec complaisance (et peut-être même avec exagération) dans leurs vers.

Adrian Brouwer, “Les Fumeurs”, vers 1636, Metropolitan Museum.

Examinons aujourd’hui le parcours de l’un de ses plaisants drilles, Antoine Girard (1594-1661), sieur de Saint-Amant, qui, après une aimable production de poèmes graveleux et de chansons à boire (ou à manger !), se tourna vers des sujets plus sévères, notamment un Moyse sauvé qu’il voyait comme son grand-œuvre. Il n’oublia pas pour autant ses amis de bamboche et mon exemplaire de la première édition de ce poème en témoigne parfaitement, comportant un magnifique envoi autographe (une pratique alors peu commune) à l’un de ses compagnons les plus intimes : Urbain Chevreau, autre grand acteur des lettres de son temps.

I. Saint-Amant, « poète crotté » et bon vivant

Notre poète vit le jour au sein d’une famille protestante, dans un faubourg de Rouen, en la paroisse de Petit-Quevilly, et fut baptisé quelques jours plus tard, le 30 septembre 1594, sous le nom tout simple d’Antoine Girard, un patronyme qui se devait se complexifier au fil du temps et de son ascension sociale pour aboutir à la formule complète de « Marc-Antoine de Girard, écuyer, sieur de Saint-Amant ». Son père Antoine (1551-1624) aurait mené une vie d’aventurier, devenant capitaine d’une escadre de vaisseaux au service de la reine d’Angleterre et connaissant même les geôles turques pendant trois ans : une carrière qu’il faut sans doute prendre avec prudence ! Mais il est vrai que deux des frères du poète menèrent eux aussi une carrière militaire au long cours, Guillaume tombant lors d’un combat en Mer Rouge en 1620 et Salomon étant tué par les Turcs au cours d’une campagne en Crète en 1648.

Ecole napolitaine, “Soldat mort”, vers 1630 (jadis attribué à Velasquez).

Plus sage, Antoine Girard suivit sans doute des études dans un collège réformé en Normandie, qui lui procura une culture classique solide, quoiqu’il ait voulu occulter ce fait : « Car, Dieu mercy, ny mon Grec, ny mon Latin ne me feront jamais passer pour Pedant : Que si vous en voyez deux ou trois mots en quelques endroits de ce Livre, je vous puis bien asseurer que ce n’est pas de celui de l’Université »[1]. Il apprit par ailleurs l’espagnol, l’italien et l’anglais, concluant ses études par une navigation qui l’emmena aux Canaries, sur la côté d’Afrique et aux Antilles.

Arrivé à Paris vers 1616, le jeune Girard fréquenta les milieux littéraires et en fut bien reçu, composant un poème, « La Solitude », qui le lança. Il rencontra Théophile de Viau, Bois-Robert ou Claude de Malleville, les gloires poétiques du moment, fréquentant les mêmes tavernes et tripots de Paris, tout en étant familier des hôtels particuliers et antichambres de plusieurs grands seigneurs en place à la Cour. « Drôles, excentriques, provocants parfois, ils défient les convenances et se libèrent des lourdeurs routinières » (M. Jeanneret).

Ernest Meissonier, “Le Jeu de piquet”, 1861, Wales National Museum.

C’est probablement entre 1620 et 1624 que Girard se plaça sous la protection du duc de Retz, adoptant à ce moment le nom de « sieur de Saint-Amant ». On le connaissait aussi dans le célèbre salon littéraire de l’hôtel de Rambouillet sous le surnom de « Sapurnius ». Composant beaucoup, il collaborait volontiers avec des amis, écrivant avec Viau et Bois-Robert pour le ballet royal des Saturnales. Il dédia plusieurs poèmes à de grands seigneurs, de Gaston d’Orléans au duc de Montmorency, en passant par l’évêque de Nantes qui avait reçu sa conversion au catholicisme. Appartenant à la suite de plusieurs hauts nobles (Retz, Montmorency, le comte d’Harcourt, le maréchal de Créquy), il dut suivre un bon nombre d’entre eux dans des campagnes militaires ou des voyages diplomatiques, en Italie (1630, 1633, 1640), en Angleterre (1643) et en Pologne (1649-1651).

Saint-Amant, poème “La Solitude”, dans “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau …”, Rouen, chez Jean Boulley, 1642, pp. 6-7.

Faisant partie des membres fondateurs de l’Académie française en 1634 (un peu par hasard, en raison de son amitié pour Bois-Robert ou Malleville), il ne participa guère aux travaux de l’auguste assemblée naissante, placée sous le patronage du cardinal de Richelieu (preuve que la moralité de Saint-Amant, capable de passer sous les fourches caudines du prélat-ministre, n’était pas jugée trop exécrable !). Au retour de ses nombreux voyages, il s’orienta vers une poésie plus grave, avant de s’éteindre à Paris, au-dessus du vieux cabaret « Au Petit Maure » (au n° 26 de l’actuelle rue de Seine), en décembre 1661.

Plaque commémorative scellée sur la façade du 26, rue de Seine, à Paris, à côté de l’enseigne rappelant l’existence du cabaret “Au Petit Maure”, fondé dans cette maison sous Henri IV.

II. Un poète des joies de vivre et du burlesque

Au service de ses protecteurs ou pour plaire à ses amis, Saint-Amant avait beaucoup produit, mais sans chercher à publier. C’est une édition pirate de son poème « La Solitude » qui l’incita finalement à se préoccuper du sort éditorial de ses œuvres. En 1629 parut donc des Œuvres de Monsieur de Saint-Amant qui rencontra un immense succès et fut réédité à plus de vingt reprises entre 1632 et 1668. Par la suite, Saint-Amant livra périodiquement ses nouvelles publications, donnant une Suite de la première partie des Œuvres en 1631 (contenant les poèmes « Le Soleil levant », « Le Melon », « Le Poëte Crotté », « La Crevaille », « Orgie », « Le Tombeau de Marmousette », « Le Paresseux » et « Les Goinfres »), puis une Deuxième partie des Œuvres en 1643, enfin un Dernier recueil des Œuvres en 1659.

Les éditions précoces de Saint-Amant sont pour la plupart assez peu courantes et méritent  l’intérêt. Deux d’entre elles, comportant la première partie des Œuvres et la Suite de la première partie, cohabitent dans mes rayons. La première, imprimée à Rouen par Jean Boulley, date de 1642. La seconde est une impression lyonnaise, réalisée en 1643 pour le compte de Nicolas Gay (mais il n’est pas impossible qu’il s’agisse en fait d’une remise en vente avec titre renouvelé de l’édition Nicolas Gay de 1637, laquelle présente la même collation) : un exemplaire en figurait notamment dans la bibliothèque de Flaubert[2].

Saint-Amant, “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau …”, Rouen, chez Jean Boulley, 1642. Provenance : de la bibliothèque gastronomique du baron Léon Lambert (1929-1987), banquier bruxellois de profession, bibliophile-gastronome de goût, avec son ex-libris gravé aux initiales LL et mention « Deuzel » [soit “deux-L”]). Inv. 1329.
Saint-Amant, “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau…”, Lyon, pour Nicolas Gay, 1643. Inv. 1568.

En dehors de ses vers plus ou moins courtisans, une partie importante des vers de Saint-Amant chantait les plaisirs de la vie, notamment du bien boire et du bien manger, mais aussi des plaisirs de la chair : « Le Fromage », « La Vigne », « La Jouissance », « Les Goinfres » ou « La Chambre du Débauché » sont parmi les plus célèbres.

Jan Steen, “La Cuisine grasse”, v. 1652-1654. Musée national des Beaux-Arts du Canada.

Ces poèmes ont fait entrer, à l’image de ce qu’avaient fait Rabelais en prose ou plus récemment Annibal de Lortigue en poésie[3], le goût et l’odeur des bonnes choses dans la littérature. Lui-même joua beaucoup sur une réputation ou légende de gentilhomme bourlingueur, poète-soldat, et surtout bon vivant, un « bon gros » comme il se décrivait lui-même, « plus frisé qu’un gros comte allemand, le teint frais, les yeux doux et la bouche vermeille ». Jusqu’à quel point était-ce une réalité ou, à l’inverse, une posture littéraire ? Cela lui valut en tout cas d’être le chef de file des poètes burlesques, légers et libertins de son époque.

Saint-Amant, poème “Le Poëte crotté”, dans “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau …”, Rouen, chez Jean Boulley, 1642, pp. 244-245. Cette pièce satirique décrivait le poète Marc de Maillet (mort vers 1628), auteur de recueils d’épigrammes.
Saint-Amant, poème “Le Fromage”, dans “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau …”, Rouen, chez Jean Boulley, 1642, pp. 170-171. Ce célèbre poème est l’un des plus fameux de la littérature gastronomique française.
Saint-Amant, poème “Le Melon”, dans “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau …”, Rouen, chez Jean Boulley, 1642, p. 231. Trois cents ans avec “L’Orange” de Francis Ponge, un poème à la gloire d’un fruit tout aussi succulent !
Saint-Amant, poème “La Crevaille”, dans “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau …”, Rouen, chez Jean Boulley, 1642, p. 267. Ce poème bacchique est en fait presque une préfiguration du film “La Grande Bouffe” (1973, avec Marcello Mastroianni et Philippe Noiret) : manger à s’en faire crever la panse !
Saint-Amant, poème “La Jouyssance”, dans “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau …”, Rouen, chez Jean Boulley, 1642, p. 119.
Saint-Amant, poème “La Desbauche”, dans “Les Œuvres du sieur de Saint-Amant, augmentées de nouveau …”, Rouen, chez Jean Boulley, 1642, p. 151. Tout un programme !

Sous le règne de Louis XIV, la postérité immédiate devait juger durement ces poèmes et leur auteur… Le sévère Boileau, par exemple, le présenta comme un semi-miséreux[4], « n’ayant de génie que dans les ouvrages de débauche et de satire ». En 1754,  Louis Du Four de Longuerue déclarait pour sa part : « si cet ivrogne de Saint Amant avait su quelque chose et qu’il eut voulu autant travailler que boire, la nature lui avait donné du génie et il aurait pu aller loin ».

Nicolas Boileau, “Satires du sieur D***”, Paris, Louis Billaine, 1666, p. 7 (Satire I « Adieux d’un poète à la ville de Paris »), édition originale. Inv. 702.

« Saint-Amant n’eut du ciel que sa veine en partage,
L’habit qu’il eut sur lui fut son seul héritage,
Un lit et deux placets composoient tout son bien
Ou, pour en mieux parler, Saint-Amant n’avoit rien.
Mais quoi ! las de traîner une vie importune,
Il engagea ce rien pour chercher la fortune,
Et, tout chargé de vers qu’il devoit mettre au jour,
Conduit d’un vain espoir, il parut à la cour.
Qu’arriva-t-il enfin de sa muse abusée ?
Il en revint couvert de honte et de risée ;
Et la fièvre, au retour, terminant son destin.
Fit par avance en lui ce qu’auroit tait la faim
. »

C’est finalement Théophile Gautier, dans sa série de portraits critiques Les Grotesques, en 1844, qui lui rendit toute sa place et son importance, écrivant : « c’est à coup sûr un excellent poète (…). Sa rime est extrêmement riche, abondante et souvent inespérée. Son rythme est nombreux, habilement soutenu et ménagé. Son style très varié, très pittoresque, très imagé, quelquefois sans goût, mais toujours amusant et neuf »[5].

Théophile Gautier, “Les Grotesques”, Paris, Desessart, 1845, deuxième édition. Inv. 676.

En ce qui concerne la veine satirique de Saint-Amant, arrêtons-nous un instant sur son poème La Rome Ridicule. Il y séjourna en 1633, dans la nombreuse suite (500 personnes) de son maître d’alors, le maréchal de Créquy, parti négocier auprès du pape Urbain VIII le mariage secret de Gaston d’Orléans (frère de Louis XIII) et de Marguerite de Lorraine. Tout en fréquentant avec assiduité les tavernes et bordels de la ville papale, Saint-Amant y fit la rencontre du voyageur Pietro della Valle (qui fit connaître les caractères cunéiformes en Europe) et surtout de Galilée.

Saint-Amant, “La Rome ridicule, caprice”, s.l.n.n. [Rouen, Louis du Mesnil], 1643, première édition in-12. Inv. 2284

En dépit de tels compagnons, Saint-Amant ne goûta guère la Ville éternelle : fin observateur, mais doté d’une bonne dose de chauvinisme, il critiqua à plaisir dans son poème les monuments et fontaines de la ville, déplora la cruauté et l’exubérance des mœurs italiennes, ainsi que l’âpreté générale au gain. Tour à tour, ce sont les matrones trop prudes et les maris jaloux qui sont moqués, alors que la vie du petit peuple dans les rues animées de Rome est décrite avec couleurs, tandis que le poète maugrée sur la piètre qualité de la nourriture, des boissons ou des logis. Burlesque, écrit au vitriol et parfois fort cru, ce poème-pamphlet fut très bien accueilli lors de sa parution en 1643, sans nom d’auteur et sans privilège du roi d’ailleurs : de nombreuses éditions furent données la même année, d’autant plus que l’œuvre avait finalement été interdite et son premier imprimeur, emprisonné !

Annotations manuscrites du XVIIIe siècle, dans Saint-Amant, “La Rome ridicule, caprice”, s.l.n.n. [Rouen, Louis du Mesnil], 1643. Inv. 2284

 III. Une œuvre-maîtresse, l’exemplaire d’un ami

Dès 1629, Saint-Amant avait entrepris la composition d’un poème épique des plus sérieux, intitulé Moyse sauvé. En 1638 déjà, Chapelain dit en avoir entendu réciter quelques cetaines de vers par l’auteur. Mais les travaux de commande, les voyages, les changements de mécènes retardèrent son travail. A partir de 1644, assuré du soutien financier de Louise-Marie de Gonzague (1611-1667), épouse du roi Ladislas IV Vasa de Pologne (qui l’avait pensionné et fait gentilhomme de sa chambre), le poète put se consacrer tout entier à ce texte contant la sortie d’Égypte du peuple hébreu mené par le patriarche Moïse. Après les troubles de la Fronde, Saint-Amant se résolut à présenter l’avancement de son œuvre à sa maîtresse, d’où cet épique et long voyage vers la Pologne et la Suède.

Saint-Amant, “Moyse sauvé…”, Paris, Augustin Courbé, 1653, page de titre, édition originale. Inv. 790.

À son retour en France, à l’été 1651, Saint-Amant, alors âge de 57 ans (presque un vieillard selon les critères de l’époque), se retira à Rouen pour terminer son Moyse sauvé, idyle heroïque. Dédié comme de juste « à la Sérénissime Reine de Pologne et de Suède », le poème vit le jour en 1653 chez l’éditeur-libraire parisien Augustin Courbé, sous la forme d’un bel in-quarto orné de bandeaux et culs-de-lampe gravés. L’ouvrage était normalement pourvu de deux planches gravées, un frontispice allégorique par Claude Vignon (représentant le sauvetage de l’enfant Moïse des eaux du Nil, sur ordre de la reine assise dans un somptueux char tiré par trois licornes) et un portrait de la dédicataire par Robert Nanteuil.

Robert Nanteuil, portrait gravé de Louise-Marie de Gonzague, reine de Pologne, prévu pour le “Moyse sauvé…”.

Mais rares sont les exemplaires à les contenir. Certains exemplaires, pourtant offerts à des proches de l’auteur, sont même dépourvus de la page de titre et des premiers feuillets (épître, privilège). Le bibliographe Frédéric Lachèvre avait émis l’hypothèse d’une sorte de « pré-originale », mise en circulation à très petit nombre « pour répondre à l’impatience de quelques amis » de l’auteur. Sans partager cette opinion, Lagny releva toutefois les mêmes éléments troublants : « le frontispice manque dans plus d’un exemplaire ; le portrait, dans le plus grand nombre », tandis que d’autres sont également incomplets du titre et parfois même du premier cahier tout entier[6]. Je suis pour ma part plutôt tenté d’y voir une intervention des « chasseurs de gravures » du XIXe siècle.

Mais la réception du poème fut mitigée : Scudéry fit l’éloge du poème, mais le très critique Furetière aurait pour sa part surnommé le texte et son auteur « Moïse noyé »… Boileau, à nouveau, l’étrilla dans son Art poétique, dont plusieurs passages, explicités par des manchettes, prennent à partie le poète.

Nicolas Boileau, “L’Art poétique” (chant I), dans “Œuvres diverses du sieur D***”, Paris, Denis Thierry, 1674, p. 104, première édition collective. Inv. 1883.

« Mais souvent un esprit qui se flatte et qui s’aime
Méconnoit son génie, et s’ignore soi-même :
Ainsi tel, autrefois qu’on vit avec Faret
Charbonner de ses vers les murs d’un cabaret,

S’en va, mal à propos, d’une voix insolente,
Chanter du peuple hébreu la fuite triomphante,
Et, poursuivant Moïse au travers des déserts,
Court avec Pharaon se noyer dans les mers. »[7]

Nicolas Boileau, “L’Art poétique” (chant III), dans “Œuvres diverses du Sr. Boileau-Despreaux”, Paris, Denis Thierry, 1701, p. 252 (“l’édition favorite” de l’auteur”. Inv. 1429.

« N’imitez pas ce fou qui, décrivant les mers,
Et peignant, au milieu de leurs flots entr’ouverts,
L’Hébreu sauvé du joug de ses injustes maîtres,
Met, pour le voir passer, les poissons aux fenêtres ;
Peint le petit enfant qui va, saute, revient,
Et joyeux à sa mère offre un caillou qu’il tient.
Sur de trop vains objets c’est arrêter la vue.
Donnez à votre ouvrage une juste étendue … »[8].

La critique du XIXe siècle fut bien plus admirative, Emile Faguet écrivant : « c’est une œuvre qui fait encore honneur à la poésie française ». Pour sa part, le poète Rémy de Gourmont y voyait « le plus grand effort poétique, de Ronsard à Victor Hugo, et qui n’a pas été tout à fait vain. Le Moïse a surtout une valeur de poésie picturale : c’est une curieuse fresque ».‎ En 1968, enfin, Gérard Genette en a fait un exemple de poésie baroque, « antimalherbien », où « rompre la cadence, sortir du mode » est la règle, « mais il était déjà trop tard, et pour Boileau, ce poème est l’œuvre d’un fou »[9]. Le Moyse sauvé a souvent critiqué pour sa longueur et sa lourdeur, mais, en dépit de ces défauts, l’œuvre présente un grand nombre de morceaux remarquables de la poésie du XVIIe siècle, comme le combat de Moïse et de l’Égyptien, ou le bain de la princesse Rermuth.

Très fier de sa production, Saint-Amant avait procédé à une véritable émission d’exemplaires de présentation agrémentés d’envois autographes personnalisés, une pratique alors peu courante, surtout en série. L’un d’entre eux, probablement le plus émouvant, s’adressait à un ami de cœur de l’auteur : l’écrivain Urbain Chevreau (1613-1701).

Portrait gravé d’Urbain Chevreau (fin XVIIe siècle).

Erudit réputé pour son esprit, ce dernier fut tour à tour secrétaire de Christine de Suède, conseiller de l’Electeur-palatin et proche de sa fille, la Princesse Palatine, enfin précepteur du fils naturel de Louis XIV, le duc de Maine. Son œuvre est fort variée : cinq comédies, un roman (Hermiogène, 1648) et surtout ses Chevraeana, recueil de ses pensées piquantes. Selon Moréri, ce brillant homme de lettres laissa aussi « une bibliothèque composée de livres très choisis ». Les Chevraeana apportent des précisions sur l’amitié unissant Chevreau et Saint-Amant dans les années 1640-1660. En dépit de la différence d’âge et d’objectifs, Chevreau écrit bien : « Nous étions inséparables ». A cette époque, il composait lui aussi des vers légers et burlesques. Leur amitié resta vive jusqu’à la mort de Saint-Amant en 1661, avec une correspondance suivie entre les deux hommes. Pour Jean Lagny, biographe de Saint-Amant, « Chevreau [le] connaissait très bien : nous en avons la certitude par ses œuvres et par la dédicace que lui adressa la poète en 1653, sur un exemplaire de son Moyse sauvé ». De fait, l’ouvrage lui fut offert avec un envoi très amical : « Pour mon tres-cher et tres-rare Amy / Monsieur Chevreau / Son tres humble et tres passionne / serviteur Saint Amant ».

Saint-Amant, “Moyse sauvé…”, Paris, Augustin Courbé, 1653, page de faux-titre avec envoi autographe à Chevreau, édition originale. Inv. 790.

Tout de suite après la mort de Chevreau (et peut-être en fonction de ses dispositions testamentaires), le volume passa dans la bibliothèque de l’abbaye Saint-Jouin de Marnes, sise en Poitou, comme l’atteste l’ex-libris manuscrit au titre : « S. Jovini de Marnis Congr. S. Mauri catl. inscriptus 1702 ». Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le livre était devenu propriété d’un certain « Milet, curé-archiprêtre à Civray » (selon son ex-libris imprimé), avant de figurer en 1951 au catalogue dans la librairie Georges Privat (cat. 273, n° 896), où il fut repéré par Lagny (qui le recensa dans son inventaire des exemplaires dédicacés sous le n° 11)[10].

En effet, outre cet exemplaire, Lagny avait pu retrouver, de manière directe ou indirecte, la trace de quinze autres exemplaires du Moyse sauvé comportant un envoi autographe, preuve d’une véritable « campagne de presse », adressée tant à des grands seigneurs ou ministres (mécènes potentiels) qu’à des amis poètes. Voici la liste de ces exemplaires :

  1. Isaac de Laffemas (proche de Mazarin) (aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France),
  2. l’abbé de Villeloins (soit Michel de Marolles), ami proche (aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France),
  3. Mgr le Chancelier (soit Pierre Séguier) (aujourd’hui à la Mazarine),
  4. Mme de Laval (soit Marie Séguier, fille du chancelier) (aujourd’hui à la bibliothèque de l’Académie française),
  5. Jean-Henry Hervart, financier réformé, ami du poète (aujourd’hui à la bibliothèque de Nîmes),
  6. baron de Villarnoul, un proche ami du poète qui le surnomme « ma moitié» (aujourd’hui à la bibliothèque de Niort),
  7. de Mezeray, de l’Académie française (aujourd’hui à la bibliothèque du Worcester Collège d’Oxford),
  8. de L’Angle (soit Jean-Maximilien de Baux, un pasteur) (catalogue collection M.H.D.M., 1867, cité par Brunet),
  9. Mgr le Premier Président (soit Pomponne de Bellièvre[11]) (puis : Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye [1697-1781], philologue, historien et académicien [signature sur une garde] ; Comte de Lignerolles [catalogue vente, 1894, II, n° 1154] ; Vente Alde, Livres Anciens et du XIXe siècle – Histoire naturelle, Paris, 13 mai 2015, lot n°127)[12],
Envoi autographe de Saint-Amant au président Pomponne de Bellièvre dans un exemplaire de l’édition originale du “Moyse sauvé”.

10. Mgr le surintendant comte [Abel] de Servient (catalogue Grolier, I, 1942 ; catalogue XVIIe siècle, Librairie Berès, 1977, n° 423),

Envoi autographe de Saint-Amant au comte de Servient dans un exemplaire de l’édition originale du “Moyse sauvé”.

11. Pierre Corneille, ami proche (envoi signalé par Picot sur le faux-titre d’un exemplaire de l’Arsenal, le feuillet en question ayant depuis été volé),
12. Costar, un autre ami proche de Saint-Amant (envoi sur faux-titre détaché, vu dans cat. librairie Charavay en 1888),
13. Jean de Launoy, érudit (vu par Lagny sur un exemplaire passé chez un bouquiniste des quais),
14. l’écrivain Conrart (ex-dono sur faux-titre détaché, conservé à la Bibliothèque nationale de France),
15. Nicolas Perrot d’Ablancourt (aujourd’hui à la bibliothèque de Fontainebleau, gratifié du même texte que pour Chevreau).

Depuis ce recensement de Lagny, un dernier exemplaire est apparu en 1977 dans le catalogue XVIIe siècle de la librairie Berès, à côté de l’exemplaire Servient : il s’agissait de l’exemplaire offert à un autre ami du poète, M. du Boineau, ensuite passé à la ville de Marseille[13].

Envoi autographe de Saint-Amant à son ami Du Boineau dans un exemplaire de l’édition originale du “Moyse sauvé”.

Citons aussi l’exemplaire reçu avec dédicace par le critique Guillaume Colletet, connu mais aujourd’hui perdu. Il faut enfin citer ce qui semble être l’exemplaire de dédicace lui-même, révélé dans les ventes du fonds Berès en 2007 : un bel exemplaire relié en maroquin rouge orné « à la Du Seuil », comportant au verso du faux titre la mention manuscrite « Serenissima Regina Donum Varsovia die 14 Sept. 1654 »[14].

Exemplaire de dédicace du “Moyse sauvé”, avec envoi à la reine de Pologne au verso du faux-titre. En regard, la planche gravée allégorique par Claude Vignon.

Ce sont donc dix-huit exemplaires à envoi qui peuvent être recensés, dont neuf en collections publiques et neuf en circulation (mais dont cinq n’ont pas été revus depuis des temps fort anciens). Cette série est d’autant plus précieuse que Jean Lagny présentait, à juste titre, les autographes de Saint-Amant comme « extrêmement rares ».

En dépit du relatif insuccès du Moyse sauvé (du moins auprès de la critique), plusieurs rééditions et contrefaçons devaient rapidement voir le jour. L’année même de la sortie du poème, les Elzevier de Leyde en donnèrent une édition in-12 sous l’adresse « Jean Sambix »[15]. Parut peu après une contrefaçon de cette contrefaçon, qui se distingue de la production elzévirienne par son format plus petit, son nombre de pages ([16] ff. et 174 pp.) et le nombre de lignes à la page de titre (sept au lieu de neuf). Par ailleurs, si elle reprend la fausse adresse de Sambix pour brouiller les pistes, son texte est en réalité calqué sur l’édition originale officielle in-4° de Paris ! Ce petit livre avait été repéré par le grand collectionneur poétique Viollet-le-Duc (Bibliothèque poétique, p. 501, qui lui donne à tort le format in-12), puis mentionné par Brunet (V, 35) et Tchemerzine. Selon Lagny, cette édition, « bien que moins recherchée que l’édition elzévirienne, est aussi plus rare, bien qu’on ne puis la qualifier de “rarissime” comme le fait Berghman »[16]. Il semble que cette édition doublement pirate ait été donnée à Grenoble, probablement à l’instigation du fameux libraire-éditeur Nicolas. Une nouvelle édition in-12 fut ensuite procurée par le Parisien Antoine de Sommaville en 1660[17].

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 30 mars 2018

Au centre, la reliure de basane noire d’époque recouvrant l’exemplaire du “Moyse sauvé” ayant appartenu à Chevreau. Le livre est entouré de quelques poètes de veine proche (comme Régnier ou Du Lorens), mais aussi quelques éditions de Boileau (1674, 1701, …), ce qui ne manque pas de piquant !

NOTES

Signalons en préambule la sortie très récente d’un essai de Michel Jeanneret consacrant quelques pages à Saint-Amant, comme exemple d’une problématique jubilatoire : J’aime ta joie parce qu’elle est folle – Ecrivains en fête (XVIe et XVIIe siècles) (Genève, Editions Droz, 2018). Voir le bel article de recension donné par Philippe Simon dans le journal Le Temps.

[1] Saint-Amant, Œuvres, 1629, « Avertissement au Lecteur ».

[2] Catalogue vente Flaubert, ‎1931, n° 228, vélin ancien.

[3] Annibal de Lortigue (1570-1630), poète et officier provençal : dans ses Poèmes parus en 1617, il révéla un très curieux « Hymne au Formage », long éloge des variétés, des goûts et des pouvoirs (même aphrodisiaques) de ce mets. Voir Nicolas Ducimetière, Mignonne, allons voir…, 2007, pp. 521-523.

[4] Nicolas Boileau, Les Satires, Satire I, vers 97-108.

[5] Théophile Gautier, Les Grotesques, Paris, Desessart, 1845, tome I, pp. 234-284.

[6] Jean Lagny, Bibliographie des éditions anciennes des œuvres de Saint-Amant, Paris, Giraud-Badin, 1960, p. 42 sqq.

[7] Boileau, Art poétique, chant I.

[8] Boileau, Art poétique, chant III.

[9] Gérard Genette, « D’un récit baroque », dans Figures II, Paris, 1969, pp. 195-222.

[10] L’exemplaire ne comporte pas les deux planches gravées, mais elles ont bien figuré dans le livre : on remarque encore nettement les traces de leur présence par deux onglets de papier avant et après le titre. En revanche, le texte est complet, comprenant bien le titre, l’épître et la préface.

[11] Conseiller d’État en 1642, Pomponne de Bellièvre (1606-1657), qui portait le nom de son grand-père, chancelier célèbre du XVIe siècle, fut premier président au Parlement de Paris entre 1653 et 1657.

[12] Exemplaire en maroquin rouge de l’époque, richement orné « à la Du Seuil » : cette reliure de prestige a peut-être été réalisée aux frais de l’auteur dans un excellent atelier parisien (Jean Lagny cite cinq exemplaires dans cette condition).

L’envoi à Pomponne de Bellièvre est formulé en ces termes : « Pour Monseigneur Le Premier Président Son treshumble et tresobeîssant serviteur St Amant ». Les fautes relevées dans l’errata ont été corrigées dans le texte à la plume. L’exemplaire ne comporte ni  le frontispice gravé par François Chauveau d’après Claude Vignon, ni le portrait de la dédicataire gravé par Robert Nanteuil.

[13] Catalogue XVIIe siècle, Librairie Berès, 1977, n° 422.

[14] Vente Pierre Berès, 80 ans de passion – 6e vente : Fonds de la librairie Berès, des incunables à nos jours (4e partie), Paris, Pierre Bergé Associés, 17-18 décembre 2007, n° 102. L’exemplaire était passé par la bibliothèque des princes Gagarine. Depuis repassé en vente à la Librairie Amélie Sourget.

[15] Willems, Bibliographie des Elzevier, 754.

[16] Lagny, Bibliographie…, op. cit., pp. 53-55, n° 38.‎

[17] Edition reprise sur celle de 1653. Elle figurait dans la bibliothèque de Sainte-Beuve.