MONETA (3) : NERON ET SES DENIERS, UNE ÂME BIEN VILE…

NERON ET SES DENIERS : UNE ÂME BIEN VILE…

Néron1
Néron, denier d’argent, Rome, 65, avers. Collection ND

Frappé en 65, ce denier d’argent de l’empereur Néron présente sur son revers un Jupiter assis (Jupiter custos), qui était sans doute la statue décorant le second temple de Jupiter Capitolin à Rome (bâtiment finalement détruit dans l’incendie du 20 décembre 69, où le frère de Vespasien, le préfet du Prétoire Flavius Sabinus, trouva la mort.) Ce revers du monnayage de Néron serait la seule preuve de l’existence de cette sculpture, placée dans le temple après l’éradication de la conjuration de Pison : survenu l’année même de la frappe, ce complot avait failli causer l’assassinat de l’empereur. Sénèque et Pison se suicidèrent, l’opposition sénatoriale fut décapitée. Néron, effrayé par l’ampleur de la sédition, se rapprocha de l’armée et du petit peuple, mais cela n’empêcha pas sa chute finale.

Néron, denier d’argent, Rome, 65, revers. Collection ND

 

En juin 68, devant la révolte initiée par le Sénat et certains puissants gouverneurs de province (en premier lieu, Galba), Néron mettait fin à ses jours. Demeuré aimé par le peuple pour sa politique panem et circenses (du pain et des jeux), mais haï par l’aristocratie sénatoriale, il fut frappé de damnatio memoriae, origine de la « légende noire » du personnage. Pour autant, cette prescription fut peu suivie d’effets et les monnaies à l’effigie de Néron, par exemple, ne furent que très peu retirées de la circulation et refondues.

La réforme monétaire initiée par Néron en 64 avait fait passer le denier d’argent de 3,8 grs à 3,3 grs, mais avec un cours officiel maintenu : bon moyen de redresser les finances de l’Empire sur le dos de ses sujets ! Cet affaiblissement du poids du denier, ainsi que la guerre civile qui suivit la mort de Néron (69, l’année des quatre empereurs : Galba, Othon, Vitellius et Vespasien), favorisèrent le travail des faux-monnayeurs.

Dans ce cadre, deux deniers néroniens émis en l’an 65 viennent de rejoindre mes plateaux. Si le premier, belle monnaie sortie d’un atelier officiel, est constitué d’argent presque pur (90 %), le second est en réalité un vrai faux d’époque (peut-être frappé durant l’anarchie suivant la mort de l’empereur), ce qu’on nomme une pièce « fourrée », c’est-à-dire un noyau, plus exactement nommé « âme », en métal vil (bronze ou cuivre) revêtu d’un fin enrobage de métal noble (argent). Cette mince pellicule a ici « sauté » par endroits, révélant le métal sous-jacent, dont l’oxydation verte révèle bien la nature. Voilà vraiment une âme bien vile, même pour un Néron !

Néron2
Néron, faux denier antique d’après une frappe de l’an 65-66. Collection ND
Néron, faux denier antique d’après une frappe de l’an 65-66. Le verso montre le temple hexastyle de Vesta, qui était alors en pleine reconstruction, ayant été détruit dans le grand incendie de Rome. Collection ND

En plusieurs endroits, au recto comme au verso, la pellicule d’argent a sauté, révélant le bronze sous-jacent. D’après l’oxydation, ces zones sont sans doute à l’air depuis longtemps. Comme quoi, il suffit de gratter un peu et l’âme de ce souverain maudit apparaît vite ternie, comme le veut sa réputation…

Nicolas Ducimetière


ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Le génial Peter Ustinov interprétant Néron (oscarisé comme meilleur second rôle) dans le film Quo vadis ? de Mervyn LeRoy (1951).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.