MONETA (22) : AU LARGE DES CORNOUAILLES, L’ÉPAVE DE RILL COVE

L’ÉPAVE DE RILL COVE
(CORNOUAILLES, VERS 1619)

L’inégalité règne même parmi les naufrages. Il y a en effet les connus, voire les célèbres, des bateaux devenus mythiques et dont les derniers instants ont été auscultés sous toutes les coutures, tant en archives que sur le terrain. On connaît leur nom, celui de leur capitaine et de leurs passagers les plus importants, le nombre de leurs canons, le contenu de leur cargaison jusqu’à la moindre « pièce de huit », … Et puis il y a les autres, les anonymes. Ceux dont le destin s’est scellé de nuit, au plus fort d’une tempête, en pleine mer ou sur des haut-fonds étrangers, et sans le moindre survivant. Au matin, quelques fragments de l’épave venaient ponctuer le sable des côtes voisines, les locaux ramassaient les débris, et l’incident était vite oublié dans la mémoire collective.

Victor Hugo, “Oceano Nox”, dans “Les Rayons et les Ombres”, Paris, Delloye, 1840, p. 351, édition originale. Inv. 461

Oh ! combien de marins, combien de capitaines
Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines,
Dans ce morne horizon se sont évanouis !
Combien ont disparu, dure et triste fortune !
Dans une mer sans fond, par une nuit sans lune,
Sous l’aveugle océan à jamais enfouis !
Combien de patrons morts avec leurs équipages !
L’ouragan de leur vie a pris toutes les pages
Et d’un souffle il a tout dispersé sur les flots !
Nul ne saura leur fin dans l’abîme plongée.
Chaque vague en passant d’un butin s’est chargée (…)

Ce saisissant poème  de Victor Hugo, qui m’a tant marqué dans mon enfance, me semble parfaitement illustrer ces tragédies. Perdus corps et biens, tels étaient ses navires, tant dans les eaux que dans les souvenirs et les chroniques. C’est à l’une de ces épaves (et à son trésor) que s’intéresse ce nouveau billet : rendons-nous au large des Cornouailles.

I. Le bateau et le naufrage

L’épave repose à peu de distance des falaises de Rill Cove, située sur la côte occidentale de la péninsule du Lizard, dans les Cornouailles. Le cap Lizard lui-même forme le point le plus méridional de l’Angleterre (mis à part les îles Scilly). Entouré de récifs redoutables, il a été le lieu de nombreux échouages. C’est aussi depuis ce cap que l’Invincible Armada fut repérée pour la première fois, le 29 juillet 1588 en milieu d’après-midi.

Vue satellite de l’entrée ouest de la Manche, avec la position du Cap Lizard. Photo Google
Le Cap Lizard vu depuis son côté est. DR

Disons-le d’emblée : l’identité de ce navire n’a jamais été établie et ne le sera sans doute jamais. C’est à peine si l’on peut tenter de deviner son époque, sa nationalité et son type, le plus souvent grâce au matériel même ramené du fond des eaux, principalement les monnaies, l’ancre et les canons. L’ensemble de ces éléments a permis de définir une sorte de « portrait-robot » du navire naufragé. La monnaie datable la plus récente présente ainsi le millésime 1616, les pièces illisibles appartenant toutes à des modèles frappés entre les années 1590-1610.

L’ancre de Rill Cove. Dessin par Anthony Randall, 1983. DR

Cette période est par ailleurs cohérente avec une ancre en fer retrouvée en 1983 à 140 mètres du site principale : ce type d’ancre est datable également du début du XVIIe siècle[1]. Mesurant près de 4 mètres de haut et plus de deux mètres de large, comportant encore son anneau, elle semble indiquer un navire de tonnage déjà conséquent pour l’époque, jaugeant peut-être dans les 350 tonneaux[2].

Dernier élément : les canons. Les rapports des fouilleurs en 1976 mentionnent la découverte de trois canons sur le site, des pièces d’artillerie de fer, aux caractéristiques là encore datables du début XVIIe siècle. Leur faible nombre (les recherches magnétométriques, au fil des années, ne mettront pas en lumière de nouvelles pièces) permet d’exclure d’emblée un bâtiment militaire, pour faire préférer un navire marchand, et plus précisément « a lightly armed merchantman »[3], dont les restes couvraient « a relatively small area »[4]. On pourrait donc avancer que ce bâtiment ressemblait à une pinasse telle qu’on les considérait à l’époque : un bateau de 100-300 tonneaux, faiblement armé et consacré au commerce.

Bateau de commerce espagnol, fin XVIe – début XVIIe siècle. DR

Tout concourt donc à un naufrage intervenu vers la fin des années 1610, d’un bateau marchand probablement espagnol (bien que les « pièces de 8 » soient déjà une monnaie utilisée internationalement, l’absence de toute autre espèce est à mon sens significative). Or, ce profil correspond à un naufrage bien répertorié dans les archives, celui de l’ « épave d’argent du Lizard » (Lizard silver wreck), intervenu en 1619. L’inventaire des naufrages tenu en Cornouailles dès l’époque élisabéthaine comporte plusieurs mentions de ce naufrage qui frappa manifestement les esprits. On trouve ainsi cette mention, en rapport avec une entrée de 1628 : « About nine years ago [donc en 1619], a ship from St Lucar [Sanlúcar de Barrameda[5]] was wrecked at the Lizard, laden with silver in bars and pieces of 8 »[6]. Comment la cargaison précieuse du bateau était-elle de notoriété publique ? On peut penser que l’épave, coulée en eaux peu profondes, était visible, voire dépassait même de la surface. Les populations locales, attentives à la récupération des fortunes de mer, ont sans doute découvert rapidement la nature du chargement. Voici d’ailleurs ce que donne une autre source d’archives locale : « About 1619, a Spanish ship with silver on board … was wrecked on Lizard, and dwellers there, with Sir John Killigrew at their head, set about recovering it, threatening death to anyone who interfered »[7].

Armes de la famille Killigrew

Influent hobereau local, gouverneur et capitaine du château de Pendennis à Falmouth, sir John Killigrew (1583-1670)[8] était également bien connu pour avoir la main sur toutes les pratiques locales de piraterie (beaucoup de nobles locaux étaient plus ou moins des « gentlemen pirates ») ! Il avait reçu, en cette même année 1619, une patente pour ériger un phare au cap Lizard. On a longtemps pensé que ce phare s’élevait à l’emplacement même du phare moderne, mais la découverte des ruines circulaires à Rill Head, juste au-dessus de Rill Cove, a remis l’hypothèse en question : le phare primitif surplombait sans doute le site du naufrage[9].

Le phare du Cap Lizard. Photo WikiCommons/DR

Cette nouvelle localisation a par conséquence permis une lecture et une interprétation nouvelles d’une lettre de Killigrew à Carlton en date du 15 septembre 1619, expliquant que, non loin de son phare nouvellement bâti, une épave avait livré pour 3’300 livres (une somme correspondant à environ 570’000 £ actuelles) de barres et lingots d’argent. D’après ce courrier, le navire naufragé aurait été hollandais, « wch the Prince, his Highnes, hath », et Killigrew espérait encore récolter bien plus du site. Mais il n’évoqua plus directement l’épave par la suite : peut-être était-elle devenue inaccessible, démantelée par les tempêtes et recouverte par les sables. Pour autant, le capitaine et châtelain continuait à tenir le compte des naufrages survenus dans les parages, avouant d’ailleurs ignorer le plus souvent l’identité des bateaux (d’où une méfiance à observer quant à son avis sur la nationalité de l’épave de Rill Cove). En 1621, il écrivait ainsi au même correspondant qu’il détenait « a certificate of ye losse of 25 ships there and thereabouts within these dozen or twenty years, besides a great number of others whose ruines  lye near these rocks and cliffs, not known of whome or what they were »[10].

Position de Rill Cove sur une carte ancienne des Cornouailles. Document WikiCommons

Au cours des années suivantes, le souvenir demeura assez vif pour déclencher de nouvelles tentatives de renflouement. Ainsi, en 1629, un plongeur hollandais, Jacob Johnson, voulut tenter sa chance avec un appareil de sa conception, mais en fut empêché par la population locale. En 1704 encore, un certain Robert Davis, armateur de Leith, proclamait être descendu de plusieurs brasses dans son engin de plongée, récupérant quelques lingots d’argent.

Naufrage d’un bateau espagnol devant les côtes anglaises au début du XVIIe siècle. Cliché DR

L’épave de Rill Cove se confond-t-elle bien avec la « Lizard Silver Shipwreck » ? Selon Kevin Camidge, auteur du plus récent rapport sur le site (2013), la chose n’est pas assurée. Il pointe notamment l’absence de tout lingot d’argent parmi les découvertes. En réalité, il est fort possible que la quasi-totalité de ces lingots ait été récupérée par sir Killigrew. Ne seraient alors restés que des coffres de pièces, dans des quantités d’ailleurs suffisamment importantes pour demeurer inhabituelles. Comme le note K. Camidge, « the very large number of silver coins recovered from the site is unusual »[11]. On pourrait dès lors appliquer le principe du rasoir d’Ockham : combien de bateaux du début du XVIIe siècle auraient pu sombrer dans cet espace assez restreint du cap Lizard en étant chargés d’une telle cargaison d’argent ? Il est en fait bien possible que tous ces naufrages se résument à un seul et unique !

II. La (re)découverte

Situé en moyenne par neuf à dix mètres de fond, le site fut (re)découverte en 1974 par deux plongeurs locaux, Mike Hall et Ken Simpson, qui cherchaient à récupérer du matériel sur l’épave du Kerris Reed, un chalutier coulé en juin 1968.

Rill Cove : la crique et ses falaises

Selon le récit de Richard Larn, l’un de leurs co-équipiers, « alors qu’il creusait autour de la coque [du chalutier] pour trouver des fragments métalliques, Mike Hall trouva une “poche” de pièces d’argent (8 reales) et une excavation plus profonde les révéla par centaines. Alors que nous l’aidions, Roy Davis et moi miment à jour un canon sur pivot, à manche et chargement par la culasse ». Ce canon, confié au Mary Rose Trust pour sa restauration et préservation, est désormais exposé au Charlestown Shipwreck and Heritage Centre (cote CT 147).

Canon à manche sur pivot, conservé au Charlestown Shipwreck and Heritage Centre. C’est un modèle identique qui fut trouvé sur le site de Rill Cove. DR

En accord avec le Protection of Wrecks Act de mars 1976 (promulgué suite à la découverte du HMS Association [voir Moneta 21]), l’autorisation de fouille (license) fut concédée à l’un des deux découvreurs, Ken Simpson, qui exploita le site jusqu’en 1990. Les campagnes de fouilles annuelles furent en fait au nombre de six, entre 1976 et 1987, lors de la belle saison. Aucune ne permit de découvrir des traces de la coque, manifestement annihilée par les conditions naturelles. Il faut dire que le site n’était pas sans danger : outre les violents courants sous-marins (même à la belle saison), de nombreux blocs de pierre, parfois de plusieurs tonnes, se détachent régulièrement des falaises pour venir tapisser le fond de l’eau (nécessitant parfois l’emploi de la dynamite). Par ailleurs, le site est périodiquement recouvert par d’épaisses couches de sable qui le rendent impraticables (comme en 1984, 1985 et 1988, où une couche de sable de 20 pieds – soit 3,5 mètres – fut constatée). La découverte initiale et les premières années d’exploitation avaient été permises par des épisodes de tempête et leurs puissants courants qui avaient « nettoyé » le site (mais qui le mirent aussi à la merci des éléments naturels).

Selon un inventaire dressé en 1994 par les fouilleurs, 4’556 objets ont été retrouvés sur le site, parmi lesquels les canons et l’ancre déjà cités, mais aussi des plombs de sonde, un lingot de cuivre, des sceaux de bouteille en plomb ou argent, des balles de mousquet et de pierriers, un demi-boulet de canon, des clous (parfois en paquets agglomérés), des boutons d’étain, des fragments de céramique glacée, etc. Mais l’immense majorité des artefacts remontés consistait en pièces d’argent espagnoles, de huit, quatre et deux réaux : 532 lors de la découverte ; environ 200 lors de la campagne 1976 ; 1’690 lors de celle de 1980 (la plus productive) ; 91 en 1981 ; 1’598 en 1983 ; 17 en 1986 ; 343 en 1987. Le site sera ensuite recouvert pendant dix ans : canon et ancre ne réapparaitront qu’en 1998, lors d’une visite du Wessex Archeological Diving Unit, et rarement depuis lors.  Dès 1987, les détenteurs de la licence d’exploitation (Mike Hall succédant à Ken Simpson en 1990) « clearly believed that little more was to be found on the site ».

Au total, d’après l’inventaire de 1994, ce sont donc 4’464 pièces d’argent espagnoles qui furent remontées. Leur commercialisation commença dès 1977 et se poursuit encore à l’heure actuelle, sur des sites marchands ou en ventes aux enchères : lors d’un recensement réalisé en 2008, Mike Hall ne détenait plus que 2’021 pièces, le reste ayant été vendu au fil du temps.

Comme nous l’avons vu, les pièces provenant de l’épave de Rill Cove datent toutes de la fin du règne de Philippe II et du début du règne de Philippe III. Ce sont des monnaies de type « cob », frappes très sommaires réalisées dans le Nouveau Monde à partir de morceaux découpés à la tenaille dans des barres d’argent. La plupart émanaient de l’atelier de Mexico, avec une présence moindre de pièces de Potosi et de monnaies de meilleure apparence frappées en Espagne. Comme l’a bien noté la galerie américaine Sedwick (spécialisée en vente de monnaies de naufrages), « most of the coins are thin from corrosion but with dark toning on fields to enhance details ». Les courants violents que connaisse le site, avec les mouvements abrasifs du sable, ont en effet aminci la plupart des monnaies retrouvées, ce qui est le cas de mes deux pièces, de quatre et huit réaux (respectivement à gauche et à droite ci-dessous).

Pièces de quatre et huit réaux provenant de l’épave de Rill Cove : avers frappés des armes des Habsbourg d’Espagne. Mexico, vers 1610. Collection ND
Pièces de quatre et huit réaux provenant de l’épave de Rill Cove : revers frappés des armes royales de  Léon et de Castille (tours et lions). Mexico, vers 1610. Collection ND

Ainsi, la pièce de huit réaux, pesant normalement dans les 27-28 grammes, a ainsi été « poncée » jusqu’à ne plus peser que 11 grammes ! La pièce de quatre réaux a été moins affectée, avec ces tons noirs, évoqués par Sedwick, qui rehaussent les traits de la gravure. Dans les deux cas, il s’agit de pièces mexicaines frappées vers 1610 sous le règne de Philippe III. Mais elles ne peuvent nous en dire plus et conservent pour toujours par-devers elles la mystérieuse identité de l’épave de Rill Cove !

Nicolas Ducimetière
Sciez, 1er juillet 2019


BIBLIOGRAPHIE

  • Page, The Victoria History of the County of Cornwall – Volume 1. London, 1906
  • Noall, Cornish Lights and Shipwrecks, Bradford Barton, 1968
  • Simpson, M. Hall, R. Davis & R. Larn, « An Early 17th Century Wreck near Rill Cove, Kynance, Cornwall – An Interim Report », dans IJNA, 6(2), 1977, pp.163-66.
  • Larn & B. Larn, Shipwreck Index of the British Isles. Volume 1. London: Lloyd’s Register of Shipping, 1995
  • Camidge, Charlestown Shipwreck and Heritage Centre Project Report. Unpublished report for English Heritage (EH4823), 2006.
  • Camidge, Rill Cove Finds Record: Project Report. Unpublished report for English Heritage (EH5392), 2008.
  • Kevin Camidge, Rill Cove Designated Historic Wreck Site – Desk-Bases Assesment, English Heritage, 2013.

ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Vue panoramique de la crique et des falaises de Rill Cove, sur la côte de la péninsule Lizard, en Cornouailles. Photo DR

NOTES

[1] Camidge, 2013, pp. 34-35.

[2] Camidge, 2013, p. 34.

[3] Camidge, 2013, p. 36.

[4] Camidge, 2013, p. 14.

[5] Sanlúcar de Barrameda est un port espagnol situé en Andalousie, à l’embouchure du Guadalquivir. Il vit partir de nombreux explorateurs : Colomb pour son 3e voyage, Cortès, Magellan, etc.

[6] C.S.P. Dom, Ch I, vol. cxiii, p. 258, cité par Camidge, 2013, p. 11.

[7] S.P. Dom, Jas 1, cxiii, p. 11, cité par Page, 1906, p. 496.

[8] Arrière-petit-fils du premier gouverneur du Pendennis Castle, fils aîné et héritier de John Killigrew (1557-1605) et de Dorothy Monk (sœur de George Monck, 1er duc d’Albemarle), John Killigrew (1583-1633) épousa Jane Fermor, dont il n’eut pas d’enfant. Il était décrit comme un « homme bon et sobre », mais « infortuné dans sa vie ». Son frère William (mort en 1665) fut le premier baronet Killigrew en 1650 (titre éteint en 1704).

[9] Camidge, 2013, p. 11.

[10] Camidge, 2013, p. 12.

[11] Camidge, 2013, p. 36.


2 réflexions sur « MONETA (22) : AU LARGE DES CORNOUAILLES, L’ÉPAVE DE RILL COVE »

    1. Un très, très grand merci pour votre sympathique réaction ! Cela m’encourage vivement à poursuivre ces billets sans prétention et qui (en ce qui concerne les monnaies, romaines ou d’épaves) n’apportent pas d’inédit, contrairement aux livres dédicacés ou aux manuscrits. Mais c’est une occasion de rêver un peu, façon “Ile au trésor” ou “Secret de la Licorne” (et, par ailleurs, beaucoup de ces contenus n’existaient pas du tout en français sur le Web). Je vais poursuivre ces billets “monnaies d’épaves” dans le courant de l’été, avec notamment le “Sao José” (1622) ou l’épave de Lucayan Beach (Grands Bahamas). En vous souhaitant un excellent été, bien cordialement à vous, Nicolas Ducimetière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.