MONETA (21) : AU LARGE DES SCILLY, LE “HMS ASSOCIATION”

LE TRÉSOR DU HMS ASSOCIATION
(ÎLES SCILLY, 1707)

Toutes les « pièces de huit » ne se trouvent pas nécessairement dans les restes de galions espagnols naufragés. Bien d’autres épaves à travers le monde en recèlent dans leurs flancs, et pour une bonne raison : ces pièces d’argent très pur étaient reconnues à travers le monde entier, sorte de « monnaies universelles » employées par bien des nations souvent ennemies de l’Espagne. Nous avons déjà pu observer la chose avec les pièces exhumées à bord du Hollandia, vaisseau de la Compagnie hollandaise des Indes orientales disparu en 1743. Aujourd’hui, observons le cas d’un vaisseau de guerre anglais : le HMS Association, également coulé dans le redoutable archipel des Scilly, mais en 1707.

I. Le bateau

Puissant vaisseau de ligne de deuxième rang, le HMS Association avait été lancé au « Porsmouth Dockyard » en 1697. Long de 50 mètres et jaugeant 1500 tonneaux, il était armé de 90 canons et mené par environ 800 officiers et marins. Dès ses débuts, il fut confronté aux éléments et aux conflits. La Grande Tempête de 1703 l’épargna par miracle (il se fit surprendre à l’ancre à Harwich) : après avoir coupé le gréement pour éviter un échouage, l’équipage n’eut d’autre ressource de que de laisser « courir » le navire jusqu’à Göteborg en Suède, traversant ainsi toute la Mer du Nord !

Michael Dahl, Portrait de l’amiral Shovell, huile sur toile, vers 1702-1705. DR

Mais c’est avec la Guerre de Succession d’Espagne que sa carrière militaire s’affirma vraiment. Il devint le navire-amiral du commandant en chef de la Royal Navy (Commander-in-Chief of the British Fleets), le fameux sir Cloudesley Shovell (1650-1707)[1], et participa à ce titre en première place au siège et à la prise de Gibraltar, le 3 août 1704. Submergées par l’attaque par mer et terre des forces coalisées anglo-hollandaises, le commandant espangol Diego de Salinas fut obligé d’amener les couleurs après quelques jours seulement de résistance. L’occupation anglaise du Rocher de Gibraltar, place stratégique commandant le célèbre détroit, commençait (et dure encore !).

Thomas Whitcombe, “Vaisseau de guerre approchant de Gibraltar”, vers 1800. DR

Trois ans plus tard, une nouvelle opération d’ampleur fut organisée, cette fois pour frapper l’un des principaux ports français : Toulon. Une flotte combinée britannique, autrichienne et hollandaise, placée sous le commandement du prince Eugène de Savoie, forma un blocus devant la ville à partir du 29 juillet 1707. Les bombardements parvinrent à endommager plusieurs navires français, mais, côté terre, les armées autrichienne et savoyarde venues des Alpes à travers la Provence se heurtèrent sans succès aux lourds remparts de la ville, qui tinrent bon. L’opération fut finalement abandonnée le 21 août et l’ordre de repli donné.

II. Le naufrage

Revenue à Gibraltar, la flotte de l’amiral Shovell reçut l’ordre de rentrer en Angleterre et appareilla le 29 septembre 1707. Elle se composait de vingt-et-un navires : quinze vaisseaux de ligne (dont les HMS Association : navire-amiral de Shovell ; HMS Royal Anne, monté par vice admiral of the Blue sir George Byng ; HMS Torbay, du rear admiral of the Blue sir John Norris ; HMS St George ; HMS Cruizer ; HMS Eagle ; HMS Lenox ; HMS Monmouth ; HMS Orford ; HMS Panther ; HMS Romney ; HMS Rye ; HMS Somerset ; HMS Swiftsure ; HMS Valeur), quatre brûlots (HMS Firebrand ; HMS Griffin ; HMS Phoenix ; HMS Vulcan), le sloop HMS Weazel et le yacht HMS Isabella. Très vite, la croisière de retour fut marquée par un mauvais temps persistant et une mer démontée. La traversée d’un Golfe de Gascogne déchaîné fit dévier la flotte de sa route, les nuages interdisant toute observation astronomique : les navigateurs avaient donc une idée très approximative de leur position réelle.

Début novembre 1707, les navires anglais reconnurent enfin l’entrée de la Manche et se crurent en sécurité dans ces parages familiers. Le 1er novembre, profitant d’une brève éclaircie, l’amiral en personne avait pu faire une observation astronomique, confirmant leur position aux alentours du Channel. Le lendemain, le temps s’étant de nouveau couvert, les pilotes et navigateurs furent convoqués pour consultation, alors que les coups de sonde donnaient des fonds rassurants, à 90 fathomes (brasses). Selon ces officiers expérimentés, les bateaux se trouvaient au large des côtes françaises, à l’ouest d’Ouessant. Une seule voix discordante s’exprima : celle du pilote du HMS Lenox, d’origine bretonne, qui s’alarmait, estimant que l’archipel des îles Scilly était en fait dangereusement proche, à quelques heures de navigation. Mais personne ne l’écouta…

L’archipel des Scilly (Sorlingues en français), un piège redoutable pour les bateaux à l’entrée ouest de la Manche, compte 570 sites répertoriés de naufrages. NASA

L’amiral Shovell détacha trois vaisseaux, les HMS Lenox, Valeur et Phoenix, en direction de Falmouth (Cornouailles). Ils furent les premiers à venir donner en plein dans les funestes récifs des Scilly, rochers coupants comme des rasoirs. Sa coque malmenée, le HMS Phoenix subit tant de dégâts que son capitaine fut contraint d’aller échouer tant bien que mal le navire sur un banc de sable situé entre Tresco et St Martin’s : il sauva ainsi la vie de ses hommes. Pour le reste de la flotte, le pire était à venir. Toujours convaincus d’être au large, les navires anglais vinrent s’empaler sans préavis sur les hauts fonds. Parmi les bateaux martyrisés, quatre sombrèrent corps et âmes dans les flots. Les HMS Eagle[2], Romney[3] et Firebrand[4] connurent ainsi un sort funeste, mais le principal drame fut celui du navire-amiral.

Gravure d’époque représentant le naufrage du HMS Association. DR

Le 2 novembre 1707[5], aux environs de 20h00, le HMS Association heurta de plein fouet le Outer Gilstone Rock, rocher isolé au large des Western Rocks. Selon le témoignage des officiers du HMS Saint George, proches mais impuissants (leur propre navire avait également touché), l’énorme vaisseau coula en seulement trois à quatre minutes, emportant avec lui ses 800 membres d’équipage. Le nombre des pertes totales de cette tragédie demeura approximatif, les estimations variant entre 1’400 et 2’000 marins : le « désastre naval des Sorlingues » demeura en tout cas la plus importante catastrophe maritime de l’histoire britannique.

Gilstone Rock, le récif heurté par le HMS Association, marque aujourd’hui encore le site de l’épave. DR

Au cours des jours suivants, la mer rejeta de nombreux corps sur les côtes des Scilly et de nombreux marins furent enterrés sur l’île de St Agnes. Le corps de l’amiral Shovell, ainsi que celui de ses proches lieutenants (ses deux beau-fils Narborough et son flag-captain, Edmund Loades) s’échouèrent à Porthellick Cove, sur l’île St Mary’s, à près 12 kilomètres du lieu de naufrage : on y trouve encore un petit mémorial. La mort de l’amiral donna lieu à plusieurs légendes incriminant les habitants des Scilly (lesquels avaient une solide réputation, sans doute pas tout à fait usurpée, de naufrageurs) : selon l’un de ces récits, le grand marin, arrivé vivant sur la grève quoiqu’à moitié noyé, aurait été achevé par une femme des environs qui lui aurait volé une bague précieuse. Enterré provisoirement sur la plage de St Mary’s, l’amiral fut finalement exhumé sur ordre de la reine Anne, embaumé et enseveli en grande pompe dans un tombeau au sein de l’abbaye de Westminster.

Tombeau de l’amiral Schovell à l’abbaye de Westminster, selon une gravure de l’époque. DR

Ces naufrages furent ressentis comme une tragédie nationale et la problématique des erreurs de navigation provoquées par un matériel et des méthodes dépassés fut mise en lumière. Très officiellement, le Parlement promulgua le « Longitude Act » en 1714, promettant une énorme récompense de 20’000 livres à qui proposerait une solution fiable et pérenne de calcul de la longitude, question qui sera centrale pour les marines du XVIIIe siècle et que résoudront les progrès de l’horlogerie et les premiers chronomètres de marine (mais le challenge ne fut relevé qu’en 1761, lorsque John Harrisson, à l’origine ébeniste du Yorkshire, acheva la mise au point de son révolutionnaire chronomètre H4, fruit de trente ans de recherches).

III. La découverte

Comptant parmi les centaines d’épaves jonchant les Scilly, le HMS Association ne fut jamais oublié, mais demeura inviolé pendant 260 ans. C’est en effet en juin 1967 que le site fut retrouvé par un chasseur de mines de la Royal Navy, le HMS Puttenham, qui emportait une équipe de douze plongeurs commandés par le Engineer-Lieutenant Roy Graham. Quelques semaines après ce premier repérage, Graham et ses amis du Naval Air Command Sub Aqua Club retournèrent sur les lieux. Son souvenir de ces premières plongées montre la difficulté d’évoluer dans ces eaux dangereuses et tourmentées : « Le temps était si mauvais que tout ce que nous avions réussi à faire était de voir un flou d’algues, de phoques et d’eau vive, alors que nous étions balayés vers le récif de Gilstone, puis heureusement de l’autre côté ».

Carte des Scilly : le lieu du naufrage du HMS Association est cerclé en rouge
Carte du site très accidenté de l’épave du HMS Association. Les zones cerclées en rouge sont celles des trouvailles monétaires, dont celle baptisée “Caverne d’Aladin” par les chercheurs. DR Terry Hiron

Les restes de l’épave se trouvaient entre 30 et 120 pieds de profondeur, éparpillés entre le fond marin et les pans rocheux du récif. L’une des premières découvertes des plongeurs fut un des canons du bateau et c’est à leur troisième plongée que des pièces d’or et d’argent furent retrouvées en nombre dans les mêmes parages. Le Ministère de la Défense anglais garda tout d’abord le silence sur la fouille, pour éviter l’afflux des chasseurs de trésor. Au final, ce sont plus de 3’000 pièces de monnaie et de nombreux autres artefacts qui furent remontés et proposés en vente aux enchères chez Sotheby’s en juillet 1969. L’exploitation du site à proprement parler fut ensuite menée par deux plongeurs, Terry Hiron et Jim Heslin, officiellement déclarés “salvors in possession”. Ces récupérations causèrent une certaine émotion publique : l’épave était en effet considérée par beaucoup comme un mausolée inviolable, contenant les restes de marins morts pour leur patrie. La législation anglaise connut à la suite de cette affaire une considérable évolution afin de mieux préserver les sites d’épaves : ce fut l’acte de naissance du « Protection of Wrecks Act » en 1973.

L’officier Bill Saunby, “receiver of wreck”, devant les premiers objets remontés. DR
Canon français de 18 livres, sans doute saisi à Toulon, remonté de l’épave du HMS Association en 1970. DR
Ancre du HMS Association, présentée contre le mur de la “Captain Cutter’s House”, dans Chapel Street, à Penzance. DR

Sans que l’on puisse comparer les valeurs transportées par le HMS Association aux richesses des galions espagnols, il n’en demeure pas moins que le navire-amiral anglais recelait d’assez fortes quantités d’argent. Il transportait ainsi la solde de la flotte et du régiment des Coldstream Guards, une partie de la fortune et de la vaisselle d’argent de l’amiral, sans compter divers fonds tant gouvernementaux que privés (des riches marchands anglais commerçant à Gibraltar ayant profité de l’occasion pour rapatrier des capitaux en Angleterre).

Customs Officer Eric Brown, Les deux “inventeurs” de l’épave, Jim Heslin et Terry Hiron, en compagnie d’un officier des douanes, devant des monnaies remontées du HMS Association, en 1973. DR Terry Hiron
Assiette d’argent aux armes de l’amiral Shovell, remontée de l’épave du HMS Association. DR

Depuis la découverte de l’épave, ce sont près de 30’000 pièces de monnaie qui ont été remontées, des centaines étant encore trouvées sur le site ou ses environs année après année. Il s’agit dans la plupart des cas de pièces anglaises, d’or ou d’argent (shillings), mais on rencontre aussi un nombre significatif de pièces espagnoles, de huit ou quatre réaux. Rien d’étonnant de trouver ces pièces du camp ennemi, quand on connaît la carrière de l’amiral, ses prises de guerre, ainsi que le parcours récent du HMS Association.

Pièce de 8 réaux frappée à Potosi en 1674 et provenant de l’épave du HMS Association. Collection ND

Très fraîche par rapport à la plupart des monnaies retrouvées sur le HMS Association, plus « lavées par l’eau de mer, cette pièce de huit, datée de 1674, a été frappée sous le règne du malheureux Charles II (1661-1700), l’ultime et dégénéré scion des Habsbourg d’Espagne. Issue de l’atelier de Potosi, en Bolivie (l’une des principales sources de l’argent du Nouveau-Monde), sous le mandat de l’essayeur Erqueta, cette monnaie appartient au type « perulero » (ou « piliers et vagues »), présentant à l’avers une croix de Jérusalem avec les châteaux et lions des armes de Castille et d’Aragon, tandis que le revers figure les deux colonnes d’Hercule sortant des vagues, avec diverses inscriptions (devise « Plus Ultra », date, atelier, essayeur, etc.). Appelée en France « piastre colonne vieille », la monnaie est comme souvent très irrégulière de forme, mais très vigoureusement frappée et n’ayant pas trop souffert de son long séjour dans les eaux de la Manche.

Nicolas Ducimetière
Sciez, 16 juin 2019

Armes de l’amiral sir Shovell, sur une assiette d’argent remontée du HMS “Association”. DR

NOTES

[1] L’amiral Shovell avait participer brillamment à une liste impressionnante de batailles navales depuis ses débuts comme jeune officier : bataille de Solebay (1672), bataille de Texel (1673), bataille de la baie de Bantry (1689), bataille de Beachy Head (1690), batailles de Barfleur et de la Hougue (1692), etc. Devenu membre du Parlement, favori de la reine Anne, il rapporta en 1702 le butin pris à Vigo après la victoire de l’amiral Rooke sur la flotte franco-espagnole. Nommé amiral de la Flotte en 1705, il reçut le titre de commandant en chef des flottes en novembre 1706.

[2] Le HMS Eagle, un vaisseau de 3e rang de 70 canons, commandé par le captain Robert Hancock, heurta les Crim Rocks et se déporta en direction de Tearing Ledge (qui fait partie des Western Rocks). Il coula à quelques centaines de mètres de distance du Bishop Rock, son épave reposant à une profondeur de 40 mètres environ.

[3] Le HMS Romney, un vaisseau de 4e rang de 50 canons, commandé par le captain William Coney, heurta Bishop Rock et coula en quelques minutes. Tout l’équipage mourut noyé à l’exception d’un homme. Le seul survivant des trois plus gros vaisseaux est George Lawrence, qui était boucher avant de rejoindre l’équipage du Romney en tant que quartier-maître.

[4] Le HMS Firebrand, un brûlot commandé par le captain Francis Percy, s’abîma sur l’Outer Gilstone Rock comme l’Association, mais, contrairement à son vaisseau amiral, il fut soulevé par une énorme vague. Percy parvint à conduire son navire gravement endommagé jusqu’à la côte sur des Western Rocks entre St Agnes et Annet, mais il sombra dans le Smith Sound, à proximité du Menglow Rock, perdant 28 hommes sur les 40 qui composaient son équipage. L’épave du HMS Firebrand a été retrouvée en 1982 : ses ancres, canons et cloche ont été remontés du fond.

[5] 22 octobre 1707, selon le calendrier julien alors en usage, ce qui explique que cette date soit parfois donnée comme celle du naufrage.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.