MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (33) : UNE IMPRIMERIE DES CIMES

UNE IMPRIMERIE DES CIMES

A M. Gaoussou Toe,
de la Librairie Hermès (Annemasse)
qui me fit faire mes premiers pas en bibliophilie,
il y a trente ans…

En ces temps fortement neigeux (il est tombé 15 cm. à Chavannex), demeurons au chaud de la bibliothèque mais en respirant tout de même un peu de l’air vivifiant des montagnes, et plus exactement des sommets du massif de la Chartreuse, en Dauphiné. Ordre cloîtré mais actif et répandu à travers toute l’Europe, les Chartreux avaient pour origine une vallée au-dessus de Grenoble, où virent se nicher en 1084 saint Bruno (un écolâtre de Reims) et ses six premiers compagnons. Installé au sommet d’une vallée, le premier monastère, qui regroupait les maisons-cellules des pères, était déjà doté d’une installation annexe, quatre kilomètres plus bas, la « maison basse » ou « Correrie », hébergeant les frères-lais et les ateliers.

Vue actuelle du monastère de la Grande-Chartreuse (“maison haute”). DR

Mais en janvier 1132, catastrophe : la maison haute est ensevelie sous ce que la chronique a rapporté comme une monstrueuse avalanche, mais qui était en fait probablement un glissement de terrain. Le prieur Guigues décida de replier le monastère deux kilomètres plus bas, à son actuel emplacement (par ailleurs plus favorable, mieux ensoleillé toute l’année).

I. Une imprimerie de montagne

Au fil du temps, la distinction drastique entres les maisons hautes et basses des monastères chartreux s’atténua à partir du XIIIe siècle, pour disparaître officiellement sur décision du Chapitre général de l’Ordre en 1679. Dans la maison-mère, les bâtiments devaient être destinés à un nouvel usage : une imprimerie. Son existence même était quelque peu illégale au regard des arrêts royaux de 1630 et 1667. Ces textes faisaient défense « à toutes personnes de quelque qualité et condition qu’elles soient, à tous chefs et supérieurs des collèges, convens et communautés d’avoir à tenir dans aucune maison particulière » des presses privées. Mais les Chartreux n’étaient pas n’importe quel ordre et ils obtinrent, en date du 28 avril 1680, un privilège royal leur permettant d’imprimer leurs propres livres liturgiques. 

Vue actuelle de La Correrie de la Grande-Chartreuse. DR

L’homme à l’origine de cette entreprise n’était autre que le prieur général de l’ordre, dom Innocent Le Masson (1627-1702). Ce natif de Noyon était entré dans l’ordre à l’âge de 19 ans et avait par la suite gravi les échelons : prieur, vicaire et visiteur de la province de Picardie, il accéda au poste suprême en 1675, prenant ses quartiers dans la maison-mère comme 51e prieur général. Sous son priorat, l’ordre devait se doter d’un atelier typographique qui, dans un premier temps, fut implanté au lieu-dit Favrat (Favratii in Sabaudia), sur la commune de Saint-Jeoire, entre Chambéry et Montmélian, autrement dit en terre savoyarde[1]. L’entreprise avait été autorisée, mais seulement de vive voix, par le Sénat de Savoie. Le matériel employé n’était autre que celui de l’imprimeur chambérien Louis Dufour. Les ouvriers typographes Raimond Naville et Pierre Cailliat y imprimèrent en 1679-1680 un Missel cartusien de toute beauté.

Portrait gravé de dom Innocent Le Masson, prieur-général de l’ordre des Chartreux. DR

Véritable maître-d’œuvre de cette politique éditoriale nouvelle (qui devait en grande parti être dédiée à ses propres textes), Le Masson décida toutefois de rapprocher l’atelier de la maison-mère en l’implantant directement à La Correrie. Dès 1681, un premier ouvrage sortait des presses. Ecrits en français comme en latin, trente-sept autres livres devaient suivre jusqu’en 1703, sous l’adresse de « La Correrie », « Correriae », « Correriae Cartusianane » ou « La Correrie–Grenoble ». Pour autant, il ne faut pas imaginer que les presses étaient mises en œuvre par les frères chartreux eux-mêmes : ils n’avaient pas les compétences techniques pour assumer seuls cette tâche. Le travail d’impression fut donc confié à plusieurs imprimeurs majeurs de Grenoble : Laurent Gilibert (1681-1685), Antoine Frémon (1686-1689), André Gallé (1689), Claude Faure (1690-1695) et André Faure (1697-1700). Tous les formats furent concernés, du folio à l’in-16, avec une majorité d’in-8° et d’in-12.

Après des débuts en fanfare, l’atelier s’essouffla et l’activité marqua un coup d’arrêt après 1703, suite à la mort de Le Masson. Après une pause de dix ans, entre 1714 et 1760, dix ouvrages seulement parurent à l’adresse de La Correrie (mais y furent-ils réellement imprimés ?)[2]. La charge de produire les livres de l’ordre fut ensuite confié à la veuve  de l’imprimeur grenoblois André Faure, puis à leur fils : parurent ainsi dans la capitale du Dauphiné un bréviaire (1757), un missel (1772, « une des plus belles impressions sorties des presses grenobloises »[3]), un diurnal (1779) et un psautier (1784).  Monté au monastère lui-même « vers 1760 », le matériel y fut laissé à l’abandon, puis vendu au début de la Révolution à deux imprimeurs grenoblois, F. Cadou et David aîné, installés « place Egalité près de la grille du jardin ».

Outil « politique », à la fois de communication interne et de rayonnement externe, l’atelier de La Correrie s’adressait finalement à un public restreint : les membres de l’ordre et éventuellement quelques puissants. De ce fait, presque tous les textes publiés (en français comme en latin[4]) concernent l’ordre, son histoire et son fonctionnement : statuts, règles, directoires, avec des compléments sur leur observance et des controverses internes. S’y ajoutaient quelques ouvrages théologiques, liturgiques ou de piété, Le Masson ayant été l’auteur ou l’instigateur de la quasi-totalité de ces textes. Certains naquirent de l’une ou l’autre des grandes controverses religieuses alors en cours. Ainsi, la célèbre et rare Explication de quelques endroits des anciens statuts de l’Ordre des Chartreux fut la réponse de Le Masson au célèbre abbé de Rancé, l’austère supérieur de la Trappe, qui avait dénoncé en 1683 dans un Traité de la Sainteté et des devoirs de la vie monastique, un certain relâchement chez les Chartreux (!). Dès le XVIIIe siècle, ce livre était réputé rare, car « il passe pour avoir été imprimé en secret, et sans permission dans la Grande Chartreuse, et n’ayant point été vendue en public, il ne s’en est répandu que très peu d’exemplaires, ce qui les a rendu rares, et difficiles à trouver »[5].

II. Des ouvrages rares

De fait, les impressions de La Correrie ont toujours eu une réputation méritée de rareté. Edmond Maignien, leur principal bibliographe, en parlait comme d’ « impressions peu connues et fort rares »[6]. Alors qu’un siècle a passé, ce jugement demeure pertinent, puisque, selon le recensement mené par Bertrand Hugonnard-Roche en 2013, « pour seulement vingt-neuf d’entre [elles], il y a des exemplaires connus et signalés dans des collections publiques »[7].

J’ai eu la chance de mettre la main par hasard, au fil des années, sur trois productions cartusiennes, toutes en français. La première, je l’ai vu et eu en main à plusieurs reprises quand, adolescent, je fréquentais la « Librairie Hermès » d’Annemasse, où j’ai fait, à partir de mes dix ans, mon apprentissage en livres anciens. Combien d’heures passées au milieu de ces travées, à échanger avec le propriétaire des lieux, M. Toe ! Un corps de bibliothèque était consacré au « fonds ancien » qui m’attirait principalement et je scrutais les rayons volume par volume, conquérant les dernières tablettes grâce à une grande échelle. Comme toujours dans une librairie, on finissait par retrouver, d’une visite sur l’autre, certains livres, des mal-aimés restés invendus, mais qui finissaient par devenir familiers. Aussi ai-je ouvert plusieurs fois ce volume sans pièce de titre pour le refermer tout de suite, rebuté (avouons-le) par son titre décourageant : Le Directoire des Mourans, qui fleurait par trop la bondieuserie. Et puis sont arrivées mes études à Grenoble et la découverte de l’histoire typographique dauphinoise. En 2000, quand je repris le volume en main lors d’une nouvelle visite, l’adresse de La Correrie me sauta alors aux yeux : l’intérêt de l’exemplaire m’apparaissait enfin !

Page de titre du “Directoire des mourans…” (La Correrie, par Antoine Frémon, 1686). Inv. 861. Maignien 12.

Sujet finalement assez émouvant[8], ce Directoire n’était a priori pas destiné à usage interne, « mais pour les services que les Chartreux peuvent rendre autour d’eux » (quoiqu’on se demande un peu comment des religieux cloîtrés auraient pu se retrouver à assister des mourants dans le « monde » ?). Le traité avait été écrit par Le Masson et parut d’abord en latin en 1685, sous le titre de Directorium morientum ad usum cartusiensis, imprimé par Laurent Gilibert. L’année suivante, c’est Antoine Frémont qui livra la version française de ce texte, traduite par le père Charles-François Maurin, prieur de la maison de Paris et visiteur de la province de France supérieure.

L’intérêt de cet exemplaire réside aussi dans son austère reliure muette. Sans aucune décoration, ni même une mention de titre, elle est typique du « style cartusien »[9] et fut réalisée peut-être à la Grande-Chartreuse même : elle est du même genre que les reliures faites à la même époque, et sur ordre de Le Masson, pour les manuscrits du monastère. Autre indice d’une provenance cartusienne : le bas du dos comporte une étiquette de cote manuscrite marquée de la lettre « F ». Or, les bibliothèques cartusiennes avaient un classement alphabétique, le « F » désignant les ouvrages de « théologie affective », cas de notre Directoire des mourans.

Reliures de type cartusien sur le “Directoire des mourans” (g.) et le “Directoire des novices” (dr.).

Ce volume provient donc bien d’une chartreuse, mais laquelle ? Selon le libraire, le livre provenait de la dispersion de la bibliothèque d’un séminaire proche de Thonon vers 1985. Vu cette dernière localisation, on pourrait avancer l’hypothèse de la chartreuse-château de Ripaille, qui se dresse toujours aux portes de Thonon. Résidence de chasse des comtes de Savoie, transformé au XVe siècle en prieuré et lieu de retraite par le duc Amédée VIII pour son ordre de moines-chevaliers de Saint-Maurice, les bâtiments accueillirent en 1624 les moines de la chartreuse de Vallon, ruinée durant l’occupation des Bernois protestants. Les Chartreux furent expulsés de Ripaille à la Révolution. Le destin de leur bibliothèque après 1793 demeure inconnu, mais on peut envisager une dispersion, les bâtiments eux-mêmes ayant été vendus comme biens nationaux en 1795. On ne peut toutefois exclure une autre chartreuse haut-savoyarde (Mélan, Le Reposoir ou Pomier).

Château de Ripaille de nos jours. DR

Mon deuxième ouvrage cartusien a été trouvé en 2005 dans une ville plus proche de son  lieu de naissance : Grenoble, où il figurait sur les rayons de « La Bouquinerie » chez mes amis Gaspari. Lui aussi revêtu d’une reliure muette cartusienne assez typique, ce mince volume contenait un Directoire des novices chartreux de l’un & l’autre sexe, imprimé par André Faure. L’ouvrage était bien présenté au titre comme une « Seconde Edition », d’ailleurs revue et corrigée par Le Masson : l’édition originale, parue en 1676, était sans nom d’imprimeur, mais « a dû être imprimée à Grenoble »[10].

Page de titre du “Directoire des novices chartreux…” (La Correrie, par André Faure, 1697). Inv. 862. Maignien 28.

La troisième édition cartusienne de ma bibliothèque est sans doute la plus aboutie typographiquement : il s’agit des Sujets de meditations sur le Cantique des Cantiques. Avec son explication selon le sentiment des Peres de l’Eglise. Pour l’usage des Religieuses chartreuses, imprimé par Claude Faure en 1691. Œuvre de Le Masson (qui se dissimulait derrière les initiales F.I.P.D.C. [Frère Innocent, Prieur de Chartreuse]), ce traité était patronné par plusieurs prélats, en premier lieu le cardinal Le Camus, prince-évêque de Grenoble.

Page de titre des “Sujets de méditations sur le Cantique des Cantiques” (La Correrie, Claude Faure, 1691). Inv. . Maignien 20.

Chose assez inhabituelle, le livre contient non seulement une pièce en vers liminaire (« A Jésus-Christ, le désir des collines éternelles, que les Anges désirent de considérer »), mais aussi une assez belle planche gravée allégorique (signée MB).

Gravure allégorique et début du poème “Le désir des collines éternelles…” (ff. 5-6 des “Sujets de méditations…”).

Notons que l’exemplaire présente une particularité non relevée par Edmond Maignien dans sa collation : le feuillet des pages 287-288 est présenté dans deux états, suite à une évidente erreur de composition du typographe. La correction fut l’occasion d’une modification du texte.

Etat primitif (fautif) de la p. 288 : le premier paragraphe se clot sur une phrase inachevée.
Etat corrigée de la p. 288 : la correction est intervenue et a entraîné une réécriture totale de la suite, avec disparition du texte original.

Bien entendu, nous sommes ici loin de mon « cœur de collection », essentiellement consacré, pour le XVIIe siècle, à la poésie française. Mais mon goût pour le « Grand Siècle » m’a incité à développer, en lien avec mes années grenobloises, une section consacrée aux impressions anciennes du Dauphiné : l’atelier de La Correrie et ses livres y trouvaient donc une place naturelle.

Nicolas Ducimetière
Chavannex, 2 février 2019


PISTES BIBLIOGRAPHIQUES

  • Colomb de Batines, « Sur deux ouvrages fort rares sortis des presses de La Correrie », dans Bulletin du bibliophile, Paris, 1839, pp. 794-796.
  • Edmond Magnien, « Bibliographie des ouvrages des presses de La Correrie », dans Bulletin du bibliophile, Paris, 1896, p. 5-25.
  • Hubert Élie, Les Éditions des Statuts de l’Ordre des Chartreux, Paris, Vrin, 1943.
  • Emmanuelle Toulet, Imprimeries privées françaises (XVe – XIXe siècles), choix d’ouvrages tirés de la collection du duc d’Aumale. Exposition présentée dans le Cabinet des livres du Château de Chantilly en 2002. Le catalogue est consultable en ligne via ce lien.
  • Thierry Boillot (Textor), « Une imprimerie particulière : La Correrie en Chartreuse », sur blog Le Bibliomane moderne, 2013. A consulter via ce lien.

NOTES

[1] Sur cet atelier chartreux en terre savoyarde, voir Auguste Dufour et François Rabut, L’Imprimerie, les imprimeurs et les libraires en Savoie du XVe au XIXe siècle, Chambéry, Bottero, 1877, p. 278 sqq.

[2] E. Maignien, op. cit., nos. 40 (1714) à 50.

[3] Id., p. 6.

[4] 20 français, 27 latins.

[5] Guillaume-François de Bure le jeune, Bibliographie instructive, Paris, 1763-1768, n° 995, II, p. 57-60, addition, p. XV-XVI.

[6] E. Maignien, op. cit., p. 7.

[7] B. Hugonnard-Roche, op. cit.

[8] Le catalogue Perrin parle d’une « charité pénétrante qui doit sa chaleur aux sentiments de la fraternité humaine autant qu’aux raisons purement religieuses ».

[9] Un autre exemplaire était lui revêtu en veau noir, avec encadrements de filets à froid et tranches rouge : le catalogue Perrin décrivait cet habit comme une « reliure spéciale dite des Chartreux ». Cf. Catalogue vente bibliothèque Félix Perrin, Grenoble, déc. 1903, n° 167.

[10] Maignien, op. cit., p. 18.


4 réflexions sur « MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (33) : UNE IMPRIMERIE DES CIMES »

  1. Merci, pour cette bienveillance pour la librairie, une lecture passionnante, et je cheminé aussi avec vous.
    Avec toutes mes amitiés et à la famille.
    Gaoussou Toé

    1. Oh, je découvre votre gentil message à l’instant ! Merci mille fois ! Oui, on peut dire que la “Librairie Hermès” et son propriétaire auront beaucoup compté dans mon parcours de collectionneur : ce sont des heures délicieuses de l’enfance et de l’adolescence qu’on n’oublie pas. J’espère pouvoir venir vous revoir prochainement, avec la nouvelle génération (Sophie a huit ans et assez de connaissances désormais pour comprendre le plaisir d’une librairie d’anciens). Très bon dimanche et tout amicalement à vous, ainsi qu’à la famille, Nicolas Ducimetière

    1. Merci à vous pour votre lecture fidèle, cela m’incite à poursuivre l’effort ! Bien amicalement, ND

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.