Archives par mot-clé : Villiers de L’Isle-Adam

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (4) : PETITS MOTS DOUX ENTRE POETES MAUDITS

PETITS MOTS DOUX ENTRE POETES MAUDITS

(VERLAINE ET VILLIERS DE L’ISLE-ADAM)

LAS Villiers 1

Retour vers le XIXe siècle cette semaine avec l’une des trois seules lettres connues de Villiers de L’Isle-Adam (1838-1889) à son ami Verlaine (1844-1896).  Transcription : « Je ne te remercie pas, n’est ce pas. En vérité, je n’ai encore rien fait qui mérite ta noble et si fine et si charmante façon de parler de moi. Cinq volumes nouveaux paraissent d’ici deux mois, – tout mon stock de 10 ans de travail : j’en ai corrigé les cinquante deux milles lignes. – Mais laissons ces bêtises. Je t’embrasse de cœur, te souhaite et bien de cœur un peu de bon rétablissement et d’argent et te serre la main comme à un brave et bon ami. – Je suis trop ému pour t’en dire davantage en ce moment. Villiers L’Isle Adam ».

Les deux hommes ont fait connaissance vers 1867-1868, quand Verlaine proposa des vers à la « Revue des Lettres et des Arts » dont Villiers était rédacteur en chef. En mars 1883, Verlaine pense insérer une notice consacrée à Villiers dans son recueil des « Poètes maudits » et cherche à se procurer ses œuvres pour se documenter, mais le projet n’aboutira finalement que dans la seconde édition du livre, cinq ans plus tard. Toutefois, dès 1885, Verlaine décide de rédiger un portrait biblio-biographique, en même temps que celui de leur ami commun Mallarmé, pour la série des « Hommes d’aujourd’hui », petits fascicules illustrés publiés par son éditeur Vanier. N’ayant alors aucun contact direct avec l’objet de son étude, Verlaine demande à Mallarmé de lui procurer les livres de Villiers en sa possession et quelques renseignements, ce que fait son ami dans une célèbre lettre du 16 novembre 1885. Le 25 décembre suivant, Verlaine répond que son article est achevé, mais qu’il garde les livres confiés pour rédiger le chapitre consacré à Villiers dans la nouvelle édition des « Poètes maudits » (qui paraîtra finalement en 1888).

Le numéro « Villiers » des « Hommes d’aujourd’hui » (n° 258) paraît donc vers avril 1886, mais Verlaine avait communiqué son texte à Villiers dès la fin 1885, d’où cette lettre de chaleureux remerciements, annonçant la prochaine sortie de « cinq nouveaux volumes .. d’ici deux mois ». En effet, Villiers prévoyait encore, fin 1885-début 1886, de pouvoir publier, dans le courant de l’année, »L’Eve future », « Akëdysséril », « L’Amour suprême », « Tribulat Bonhommet » et « Äxel ». En fait, seuls les trois premiers parurent en 1886, les deux autres voyant le jour en 1887 et 1890 (posthume). En dépit de la grande amitié qui lia les deux hommes, on ne connaît que deux autres lettres de Villiers à Verlaine (l’une du 15 mai 1888, l’autre du 7 octobre 1888). Mais la qualité et la persistance de cette amitié ne font pas de doute. Dès 1885, Verlaine avait offrt son « Jadis et Naguère » avec un envoi « à Villiers de l’Isle Adam, bien affectueusement » (Collection Fischer, n° 61). En 1888, Verlaine donne une critique élogieuse des « Histoires insolites » de Villiers. L’année suivante, dans les mois précédant sa mort, Villiers fréquente toujours les « mercredis » de Verlaine et figure sur le célèbre dessin de ce dernier, « Une soirée chez Paul Verlaine ». Une fois son ami disparu, Verlaine devait lui dédier un sonnet funèbre dans son recueil « Dédicaces ».

L’histoire de cette lettre demeure marquée par l’amitié, comme le prouve son parcours ultérieur. Elle passa en effet entre les mains du diplomate et écrivain péruvien Ventura Garcia Calderon (1886-1959), qui l’offrit à son ami Max Daireaux (1883-1954), auteur et traducteur franco-argentin (il avait livré des traductions de deux livres de Garcia Calderon en 1925-1926). Pour le remercier d’un « pensum », il lui offrit « pour vous consoler » cette « lettre émouvante que je vous prie de garder en souvenir de moi » (voir la reproduction de ce courrier d’accompagnement dans les commentaires).

Description : une page in-12 oblong, s.l.n.d. [Paris, derniers jours de 1885 ou premiers jours de 1886].

Provenance : Paul Verlaine (1844-1896, poète) ; Librairie Matarasso (cat. 10, oct. 1936) ; Ventura Garcia Calderon (1886-1959, ambassadeur et célèbre écrivain péruvien, auteur de nombreux ouvrages et recueils en espagnol et en français, fils du président Francisco Garcia Calderon) (lettre dact. signée, s.l.nd., à en-tête « Ventura Garcia Calderon » adressée à « Max D. ») ; Max Daireaux (1883-1954, fameux écrivain franco-argentin, ami de Proust, traducteur de deux livres de Garcia Calderon en 1925-1926) (lettre) ; Librairie de l’Abbaye (cat. 338, déc. 2009, n° 110).

Bibliographie : « Correspondance générale de Villiers de L’Isle-Adam », éd. Jos. Bollery, P., Mercure de France, 1962, tome II, p. 132, n° 351 (publication partielle d’après la notice du cat. Matarasso) ; C. Galantaris, Coll. Fischer, n°61.

LAS Villiers 2