Archives par mot-clé : Trésor

MONETA (11) : AU LARGE DES SCILLY, LE « HOLLANDIA »

LE TRESOR DU HOLLANDIA

(ÎLES SCILLY, 1743)

Les eaux chaudes de la Mer des Caraïbes et de la Floride ne sont pas les seules à héberger des trésors de « pièces de huit ». Etalon monétaire international, ces monnaies ont été en usage à travers toute la planète, bien au-delà des seuls territoires espagnols. Pour ce deuxième naufrage et trésor célèbre, voguons du côté des courants glacés de la Manche, à quelques encablures des îles Scilly, au large de la Cornouaille. C’est là que sombra en 1743 un puissant et riche vaisseau de commerce, une des fiertés de la Compagnie des Indes orientales : le Hollandia.

I. Le bateau

Construit en 1742 par les chantiers de la puissante Compagnie hollandaise des Indes Orientales (VOC : Vereenigde Oost-Indische Compagnie), le Hollandia était un imposant trois-mâts carré jaugeant 700 tonneaux, pour une longueur de 42 mètres. Doté d’une puissance de feu de 32 canons (qui en faisait, comme beaucoup des bâtiments de la VOC, un petit navire de guerre autant qu’un bateau de commerce), il était servi par 276 hommes d’équipage, sous les ordres du capitaine Jan Kelder.

II. Le naufrage

Le 3 juin 1743, le Hollandia appareilla du port de Texel pour son voyage inaugural, faisant partie d’un convoi de la Compagnie en partance pour Batavia (aujourd’hui Djakarta), capitale des Indes néerlandaises. Il emportait plusieurs passagers importants, dont le nouveau gouverneur de la ville et sa famille, ainsi que de  très nombreux tonnelets de pièces d’argent pour un montant conséquent de 129’700 gulden. En fait, les monnaies embarquées n’étaient pas uniquement hollandaises, elles étaient même en grande majorité espagnoles : il s’agissait de pièces d’argent de quatre et surtout huit reales (les fameuses « pièces de huit » des histoires de pirates !), frappées au Mexique ou en Bolivie, et n’ayant jamais (ou presque) circulé depuis leur frappe et leur premier voyage à travers l’Atlantique. La très haute teneur en métal précieux de ces monnaies (au moins 90 %) était reconnue dans le monde entier, ce qui en faisait un étalon particulièrement apprécié dans toute opération commerciale : elles avaient ainsi cours partout dans le monde, de l’Europe à l’Asie, en passant par les Amériques. D’abord frappées de manière grossière au marteau à partir de rondelles tronçonnées dans des barres d’argent (cobs), elles gagnèrent en raffinement à partir de 1732, grâce à des presses à balanciers : on les désigne alors sous le nom de columnarios. Frappées jusqu’en 1773, ces monnaies comportaient à l’avers les armes royales espagnoles et au revers, les colonnes d’Hercule encadrant deux globes terrestres (d’où le surnom de « pillars dollars » donné à ces pièces).

Le 13 juillet 1743, alors qu’il sortait du Channel, le vaisseau hollandais s’égara sans doute dans le brouillard, par une mer assez grosse, et se rapprocha dangereusement des îles Scilly, au large de la Cornouaille.

Au petit matin, il finit par s’encastrer sur des récifs, les Gunner’s Rocks, à seulement 1,5 mille nautique de l’île inhabitée Annet. L’équipage désemparé aurait tiré plusieurs coups de canon pour demander du secours aux insulaires (le nom actuel du récif viendrait d’ailleurs peut-être de cet épisode), mais ceux-ci ne purent se porter au secours des naufragés. Le bateau fut totalement disloqué par les éléments et coula corps et biens par trente mètres de fond, entraînant tous les passagers et membres d’équipage. De nombreux corps furent par la suite retrouvés le long des plages de St. Mary et d’autres îles de l’archipel.

III. La découverte

L’emplacement de l’épave était connu de la VOC qui tenta, deux mois plus tard, un renflouement de la précieuse cargaison. Mais la profondeur dépassait les moyens techniques de l’époque et le projet n’eut pas de suite. Le naufrage fut oublié pendant plus de deux siècles jusqu’à ce qu’un juriste londonien, Rex Cowan, en retrouve la mention dans les archives anglaises et hollandaises en 1967.

Après quatre ans de recherches, il localisa l’épave le 16 septembre 1971, au moyen d’un magnétomètre à protons (équipement alors révolutionnaire), et en commença la fouille avec une équipe de plongeurs, dirigée par le Lt. Cdr. Jack Grayton, ancien officier de la Royal Navy : en plusieurs campagnes étalées sur deux ans, ils récupèrent près de 30’000 pièces d’argent (plus ou moins corrodées par leur séjour dans l’eau de mer), ainsi qu’une partie des canons et mortiers de bronze du navire. Les monnaies récupérées furent en partie mises en vente cerclées dans une monture d’argent, dont la bordure gravée rappelle la provenance et la date du naufrage.

Comme toujours, certaines monnaies ont subi les atteintes de la salinité de l’eau, d’où des effets de rongement de surface pour les pièces les plus exposées. Mais les mieux préservées semblent sortir de l’atelier de frappe, ou peu s’en faut, comme mon second exemplaire !

MONETA (10) : AU LARGE DE LA FLORIDE, L’ « ATOCHA »

LE TRESOR DE L’ATOCHA

(FLORIDE, 1622)

Afin de changer un peu des monnayages romains, j’ouvre une brève parenthèse de trois billets estivaux autour d’un sujet numismatique croustillant, et non des moindres : les pièces provenant de trésors et d’épaves célèbres ! Dans mon enfance, la découverte de L’Ile au trésor dans différentes versions (roman, BD, film, dessin animé, etc.), ainsi que d’autres histoires de pirates ou de trésors cachés (comme Le Scarabée d’or de Poe, mais aussi, avant cela, les aventures du Club des cinq), m’a profondément marqué. « Pièces de huuuuit ! » : le cri de Capt’ain Flint, le perroquet de Long John Silver, résonne encore dans mes oreilles.

Et justement, je rêvais depuis tout gosse d’en découvrir au moins une, de ces fameuses et lourdes « pièces de huit » d’argent, de sentir son poids dans ma paume, de préférence après l’avoir retirée de l’épave de quelque galion comparable à la Licorne

Las, les rêves attendirent. Descendre, il n’y fallait guère songer ; acquérir, c’était au-delà de mes moyens, malgré la tentation offerte par l’échoppe d’un certain musée au bout des Keys de Floride, visité lorsque j’avais 14 ans… Et puis finalement les voilà ! Quand tout à coup on réactive un vieux rêve et qu’il peut enfin se réaliser : quelques « pièces de huit », arrachées des flots et des fonds marins par quelques intrépides ou chanceux, sont arrivées ces jours dans mon médailler. Voici leur histoire, celle de trois naufrages célèbres, de trois trésors mythiques. Le premier va nous entraîner au large de la Floride, à la recherche d’un des plus célèbres galions espagnols coulés : la Nuestra Señora de Atocha, perdue en 1622.

I. Le bateau

Nommée d’après une célèbre église madrilène, la Nuestra Señora de Atocha était un galion espagnol construit à La Havane (Cuba) en 1620. Jaugeant 550 tonneaux, ce vaisseau mesurait 112 pieds de long pour 34 de large (environ 40 x 11 mètres) et portait trois mâts (deux grands mâts à voiles carrés et un mât d’arrière en brigantine à voile latine). Avec ses grands châteaux de proue et de poupe, il avait le profil typique des grands galions du début du XVIIe siècle. Servi par environ 180 marins et 82 soldats d’infanterie, il était doté d’une importante puissance de feu pour l’époque, avec une bonne vingtaine de canons de bronze, qui le désignait pour le rôle d’almirante (arrière-garde) de la Flotte des Indes.

Après son lancement, il effectua, dans le courant de 1621, son premier voyage vers l’Espagne, traversée durant laquelle son grand-mât se brisa. Pour contrer les attaques des pirates ou des corsaires anglais ou français, la Couronne espagnole avait mis en place, dès 1566, une technique de convoi maritime surprotégé pour ramener les richesses du Nouveau-Monde vers le port de Séville : la Flotte des Indes (ou Flotte de l’Or).

Les ports de départ étaient respectivement Veracruz, en Nouvelle-Espagne (Mexique), et Carthagène des Indes ou Porto Bello, en Nouvelle-Grenade (Colombie). Vers le premier transitaient les richesses du Mexique ; vers le second, celles de l’Amérique du Sud, et notamment du Pérou et de la Bolivie. Les deux flottes se réunissaient ensuite à La Havane pour traverser ensemble l’Atlantique. Ce convoi annuel, comportant parfois jusqu’à cent navires vers la fin du XVIe siècle, était donc formé de navires marchands (caraques) escortés de puissants galions. Le calendrier devait être précis, pour éviter autant que possible les aléas de la mer, en premier lieu les cyclones saisonniers.

II. Le naufrage

Le 23 mars 1622, l’Atocha quitte Séville avec le reste de la Flotte des Indes et atteint sans encombre sa destination, Portobello, le 24 mai suivant. Après l’arrivée des trésors venus de Lima et de Potosi par bateau jusqu’à Panama, puis de là par convois de mules à travers l’isthme de Darien, il faut deux mois pour comptabiliser et enregistrer la précieuse cargaison sur le manifeste. Le 22 juillet, les bateaux lèvent l’ancre et rejoignent la flotille de Veracruz au port de Carthagène, où l’Atocha reçoit un supplément de cargaison. A nouveau, la bureaucratie espagnole doit tout enregistrer, à la fois les biens de la Couronne, mais aussi ceux des passagers (tous taxés à 20 %, pour prix de la sécurité du passage). Lorsque l’ancre est enfin levée le 22 juillet, l’Atocha recèle dans ses flancs une fortune : 125 barres et disques d’or colombien, 24 tonneaux d’argent (contenant 1’038 lingots et 180’000 pesos en pièces d’argent, soit environ 24 tonnes), 1’200 livres d’argenterie travaillée, des émeraudes brutes de Colombie, 582 lingots de cuivre, 350 coffres d’indigo et 525 fardes de tabac, sans compter les objets personnels des passagers (dont de nombreux bijoux en or, ce métal précieux étant exempté de taxes sous cette forme travaillée !).

Après avoir fait la traditionnelle escale d’avitaillement à La Havane, les vingt-huit navires de la Flotte des Indes appareillent pour l’Espagne le dimanche 4 septembre 1622. La décision n’était pas évidente, car, en raison des retards accumulés en chemin, la saison des cycloniques est maintenant entamée. Mettant cap au nord, en direction de la Floride et des courants du Gulf Stream, les navires se mettent en file indienne, l’Atocha occupant sa place d’arrière-garde.

Le temps est d’abord clément, mais le vent commence à se lever en fin de journée, soufflant de plus en plus fort. Au matin du 5 septembre, la mer est houleuse et le vent, violent, tourne au sud-ouest, repoussant la plupart des bateaux vers l’intérieur du Golfe du Mexique. Mais les bâtiments composant la queue du convoi ont moins de chance : l’Atocha, mais aussi la Santa Margarita, la Nuestra Señora del Rosario et deux petits vaisseaux, reçoivent de plein fouet l’ouragan, qui déchirent leurs voiles, pulvérisent leur gréement et cassent leurs  mâts. Incapables de contrôler leur course, les cinq navires sont entraînés par les vents en direction des dangereux récifs qui bordent la zone comprise entre les Dry Tortugas et les Marquesas Keys, au large de Key West (dernière île de cet archipel marquant l’extrémité méridionale de la Floride)[1].

Dans la nuit du 5 au 6 septembre, l’Atocha, soulevé par une vague en dépit du poids considérable de son chargement, se fracasse sur un récif de corail et coule presque instantanément par vingt mètres de fond. Le matin suivant, la tempête apaisée, un navire marchand sillonnant la zone découvre, accrochés désespérément au mât de misaine dépassant encore de l’eau, deux marins et trois esclaves noirs : ils sont les seuls survivants des 265 membres d’équipage et passagers du galion. Parmi les victimes figurait notamment le navigateur Bartolomé Garcia de Nodal (1574-1622), qui avait exploré la Terre de Feu et le passage de Drake en 1619, découvrant à cette occasion les îles Diego Rodriguez (à cent kilomètres au sud-ouest du cap Horn, elles sont longtemps demeurées le point le plus austral atteint par l’homme).

Marqué par ce mât encore debout, le site du naufrage est facile à repérer et une entreprise de renflouement est rapidement tentée. Mais les plongeurs en apnée ne parviennent pas à descendre aussi bas ou si peu qu’ils sont de toute manière incapables de percer la coque ou le pont. Alors qu’on s’active à chercher le matériel nécessaire à La Havane (cloches de plongée), un second ouragan touche la région et achève le délabrement de l’épave, abattant notamment le mât survivant. En dépit de leurs efforts, les autorités de Cuba ne parviendront plus à retrouver les restes de l’Atocha.

III. La redécouverte

Le souvenir de l’Atocha ne s’éteignit jamais complétement, mais gagna peu à peu le statut de mythe. Des copies du registre du navire et du procès-verbal constatant la perte du navire furent conservées aux Archives générales des Indes, à Séville, parmi des kilomètres de documents rapatriés de La Havane en 1898. En 1969, un des premiers plongeurs professionnels et chasseurs d’épaves, Mel Fischer (1922-1998), décide d’entreprendre la quête de cette épave légendaire. Il a alors à son actif la découverte des galions de la Flotte d’Or de 1715, coulés au large de Cap Canaveral. Mais sa nouvelle entreprise va lui prendre seize ans !

Après s’être fourvoyé du côté des Matacumbas Keys où la tradition locale plaçait à tort le naufrage, Fischer bénéficie des recherches de l’historien Eugène Lyon, qui retrouve dans les archives de Séville la position approximative du naufrage, au large des Marquesas Keys.

Bingo ! Avoir trouvé en 1973 les trois premiers lingots d’argent (dont les numéros d’inventaire, frappés dans le métal, coïncident bien avec le manifeste de l’Atocha) et une énorme ancre, les recherches vont les emmener, au fil des années, sur plusieurs kilomètres, une piste balisée par des découvertes ponctuelles, suivies de « blancs » : le chemin d’agonie du galion. L’une des principales étapes est la découverte d’une zone très riche de monnaies d’argent, bientôt rebaptisée « Banque d’Espagne ».

En 1975, ce sont les canons de bronze qui sont retrouvés par le fils aîné de Fischer, Dirk (qui, pris dans une tempête, perd la vie quelques semaines plus tard avec son épouse et un plongeur de l’équipe). En 1980, les restes de la Santa Margarita est découverte, avec une portion de sa cargaison précieuse, non récupérée à l’époque. Il faut attendre le 20 juillet 1985 pour que le site principal du naufrage de l’Atocha soit enfin localisé : les fouilleurs découvrent alors, selon leurs propres mots, un « récif de barres d’argent ». Parmi les découvertes, outre de somptueux bijoux en or et de nombreuses émeraudes,  figurent en premier lieu d’innombrables tas de « pièces de huit », jadis en sacs ou tonneaux, retrouvées soudées ensemble par l’oxydation et les concrétions.

Ces légendaires « pièces de huit [reales] » frappées à Potosi ou à Mexico pesaient une « onza », autrement dit 28 grammes : elles correspondaient au salaire mensuel d’un marin espagnol au début du XVIIe siècle. Leur principe de fabrication de ces « reales de plata », appelés « cobs », était grossier : on découpait les rondelles dans des barres d’argent plus ou moins cylindriques, puis les petites plaques de métal étaient frappées d’un grand coup de marteau entre deux coins (souvent usés). Le résultat était donc peu esthétique, mais la pureté du métal, elle, était grande : en général, 85 à 90 % (alors que les monnaies frappées en Espagne étaient de billon, titrant à moins de 50 %). Les presses à balanciers ne firent leur apparition dans ces ateliers coloniaux qu’en 1732 : les pièces produites prirent le nom de columnarios.

Les pièces de l’Atocha furent classées en 5 « grades », en fonction de leur état de conservation : le séjour dans l’eau de mer avait en effet rendu presque illisible les plus exposées aux courants et à la salinité. Les mieux conservées étaient celles des milieux de sac, isolées de l’environnement marin par les couches supérieures de monnaies et une gangue de concrétions. A la découverte, ces monnaies ressemblaient à des rondelles irrégulières noirâtres ; il fallut leur appliquer des procédés de nettoyage électrolytique pour éliminer les impuretés (ce qui élimina malheureusement aussi toute patine).

Chaque monnaie était accompagnée d’un petit certificat donnant son numéro d’inventaire, ainsi que l’année et le lieu de sa découverte. Ainsi, ma pièce de huit « grade 1 » provient-elle de l’épave principale découverte en 1985, secteur de fouille #292. Frappée en 1619 à Potosi à partir de l’argent des mines boliviennes, elle pèse 26,6 grammes, soit un peu moins que le poids théorique officiel. L’avers s’orne des grandes et complexes armoiries couronnées du roi Philippe III d’Espagne ; on trouve à l’avers, dans un espace quadrilobé, les armes écartelées de Castille et de Léon.

Voilà un « bout d’histoire » que je n’ai pas tenu dans mes mains sans un vrai frisson et une immense émotion !

Nicolas Ducimetière

————————–

NOTE

[1] Les quatre compagnons d’infortune de l’Atocha vont tous faire naufrage corps et biens. La Rosario sera retrouvée peu après, coulée en eaux peu profondes : sa cargaison pourra être récupérée. Il faudra attendre 1626 pour que la Santa Margarita soit repérée ; là encore, son contenu sera, au fil des années, renfloué.