Archives par mot-clé : Silique

ROMANA MONETA (6) : VALENTINIEN II, UN EMPEREUR MARIONNETTE

VALENTINIEN II, UN EMPEREUR MARIONNETTE

Valentinien II silique recto

Et voilà que m’arrive d’Angleterre une magnifique silique d’argent de Valentinien II, avec un très beau et fin portrait de ce souverain méconnu ! Officiellement, Flavius Valentinianus (371-392) demeura sur le trône impérial d’Occident entre 375 et 392. Belle longévité, me dira-t-on, en ces périodes de grande consommation de souverains ! Ces dix-sept ans de règne nominal cachent en réalité une histoire assez poignante, celle d’un enfant-roi manipulé tout au long de sa courte existence, à la fois marionnette et cible dans des jeux de puissants. Examinons ce règne comme une tragédie classique en cinq actes.

ACTE I : LA MERE. Valentinien II avait seulement quatre ans lorsque son père Valentinien, premier du nom et créateur de la dynastie, mourut d’un solide coup de sang, ayant été fort énervé par les malencontreuses paroles d’un ambassadeur quade venu présenter la soumission de son peuple. Nous étions en novembre 375 et Gratien, le fils aîné de l’empereur (né d’un premier lit), était bien loin (à Trèves). Les absents ayant toujours tort, les légions du Danube proclamèrent le rejeton impérial qu’ils avaient sous la main – une décision fortement stimulée, d’ailleurs, par la mère du bambin, Justine, qui était la seconde épouse de Valentinien Ier. Elle possédait toutefois une ascendance impériale (on la pense petite-nièce de Constantin Ier le Grand) et elle avait été mariée, en premières noces, à l’usurpateur Magnence (qui avait pourtant mal fini). En influençant le choix des légions, cette impératrice à poigne voulait garantir les intérêts de son fils face à l’héritier légitime, Gratien. Heureusement, ce dernier était bonne pâte et ne nuisit en rien à son jeune demi-frère. Il accepta même une partition de l’Empire d’Occident : lui garderait les Gaules, la (Grande-)Bretagne et l’Espagne ; Valentinien (enfin sa mère) aurait le contrôle de l’Italie, de l’Illyrie et de l’Afrique du nord.

ACTE II : L’USURPATEUR. En 383, Gratien fut détrôné et tué par un usurpateur venu de (Grande-)Bretagne, le général Magnus Maximus, qui prit la pourpre et se fit plus ou moins reconnaître par l’empereur d’Orient, Théodose. Justine parvint à maintenir un statu quo, mais sa foi arienne fut la cause d’un début d’une guerre de religion en Italie (le « Conflit des basiliques »). Menés par (saint) Ambroise, évêque de Milan, les chrétiens catholiques en appelèrent à Maximus qui, prétextant de les défendre, envahit l’Italie en 387. Valentinien et sa mère furent obligés de fuir leur capitale de Milan pour se réfugier à Constantinople auprès de Théodose. Comme ce dernier devait son trône à la dynastie valentinienne, on le pria d’intervenir contre l’usurpateur. Théodose accepta, mais à la condition que les deux réfugiés abjurent l’arianisme. Ce préalable accompli, il tint sa promesse et lança toutes les forces armées de l’Empire d’Orient contre l’Italie. Après une mémorable raclée reçue près de la rivière Save au printemps 388, Maximus fut assiégé dans Aquilée, fait prisonnier et décapité au mois d’août suivant.

ACTE III : LE BARBARE. Justine a-t-elle vu la victoire finale et son fils rétabli sur le trône d’Occident ? Ce n’est pas certain, car elle mourut cette même année. La régente disparue, il fallait un tuteur au jeune empereur. Le choix revenait au vainqueur du jour, Théodose, qui imposa aux côtés de Valentinien un de ses propres généraux barbares, le Franc Arbogast. Mais au lieu de jouer son rôle de protecteur et de mentor, le « magister militum » se mua bientôt en geôlier, maintenant le jeune souverain confiné dans le palais impérial de Vienne (cité gauloise promue capitale de l’Empire d’Occident). Les proches de l’empereur tentèrent bien de briser ce joug, mais en vain : Arbogast tua même de sa propre épée le meilleur ami de Valentinien, Harmonius, sur les marches du trône impérial. La crise atteignit son paroxysme, lorsque Valentinien voulut prendre la tête des légions des Gaules pour se rendre en Italie. Devant le refus insolent d’Arbogast, Valentinien tenta enfin de relever la tête, par un coup de force audacieux. En pleine audience publique, devant toute la Cour, il destitua officiellement le général rebelle de son commandement. Bien tenté, mais raté. Sans se démonter, le Franc aurait jeté un coup d’œil méprisant sur le décret, avant de le froisser et de balancer la boulette de parchemin au pied du trône, proclamant que personne n’avait plus le pouvoir de le limoger. Devant cet affront, le jeune souverain furieux aurait tiré son glaive pour frapper le séditieux, mais ses gardes du corps (mais étaient-ils encore bien à son service ?) l’en empêchèrent. Tout à sa rage, Valentinien écrivit dans la foulée à l’empereur Théodose et à l’évêque Ambroise pour se plaindre et réclamer leur soutien. Ambroise prit sur le champ la route de Vienne, mais il était déjà trop tard pour l’empereur.

 ACTE IV : LA FIN. Le 15 mai 392, les serviteurs de l’empereur retrouvèrent leur maître mort, pendu dans sa chambre du palais de Vienne. Il avait 21 ans. Selon Arbogast, bien entendu, l’empereur aurait fait une petite déprime qui se serait tragiquement conclue sur un suicide : ces jeunes gens sont si fragiles… Certains auteurs antiques acceptèrent cette version accommodante. Pour d’autres, il s’agissait en revanche d’un crime politique : les hommes de main d’Arbogast auraient étouffé l’empereur sous un oreiller, avant de le suspendre au plafond comme un vulgaire lustre. Escorté par ses sœurs Justa et Grata, le corps du défunt fut convoyé jusqu’à la nécropole familiale (sise dans l’église Saint-Laurent de Milan) et déposé dans un sarcophage de porphyre, juste à côté du tombeau de son demi-frère Gratien. Avec ce jeune homme s’éteignait la dynastie des Valentiniens.

ACTE V : EPILOGUE. Comment se déroula la succession ? Demeuré seul empereur, Théodose désigna son fils Arcadius pour occuper le trône d’Occident. Arbogast accepta tout d’abord cette nomination, avant de se dire que, finalement, le pouvoir était trop doux à exercer. Un Barbare ne pouvant porter la pourpre, il se choisit un homme de paille, un haut fonctionnaire impérial et professeur de rhétorique à Vienne, Eugenius, dont il fit un empereur. Cela déboucha bien sûr sur un nouveau conflit, mais nous aurons l’occasion d’y revenir (surtout quand j’aurai pu me procurer une silique d’Eugène, une monnaie diantrement rare, recherchée et chère, misère…).

Valentinien II silique

ROMANA MONETA (1) : L’EMPEREUR QUI MOURUT D’UN ACCIDENT DOMESTIQUE…

L’EMPEREUR QUI MOURUT D’UN ACCIDENT DOMESTIQUE…

Jovien_silique_ttb_antioche_avers

Voilà, le temps des frimas et des feux de cheminée revient ! Le présent billet vous rappelera, par un cas d’école, l’importance du ramonage…

26 juin 363, bataille de Ctésiphon (Mésopotamie). Durant la retraite de son armée battue par les Perses, l’empereur Julien (dit l’Apostat) est mortellement frappé par une lance. Selon l’histoire (chrétien) Théodoret de Cyr, le dernier souverain païen romain aurait expiré en lançant vers le ciel, à l’adresse du Christ : « Vicisti, Galilaee » (« Tu as vaincu, Galiléen ! »). Avec lui s’éteint le dernier descendant des Constantiniens (il était neveu de Constantin Ier).

Au début de la campagne, c’est un lointain cousin maternel de Julien, un nommé Procope, qui avait été désigné comme potentiel successeur. On lui avait confié l’aile gauche des armées, mais il était resté bien loin des combats, à l’abri en Arménie, pendant que son cousin se faisait tailler des croupières par les Perses. Les légionnaires crient donc au complot et à la trahison. Par ailleurs, ce prétendant est loin et le Sénat encore plus. Alors, comme il est déjà advenu par le passé, ce sont les légions qui choisissent le nouvel empereur. La pourpre échoit ainsi au général Flavius Jovianus (Jovien en français), un Illyrien de 31 ans, natif de l’actuelle Belgrade et qui s’était hissé au rang de commandant de la Garde impériale (« comes domesticorum »).

Conscient de l’importance de revenir au plus vite à Constantinople afin de prendre les rênes de l’Empire, Jovien doit bâcler un traité plutôt humiliant avec Shapur II, le Roi des Rois perse (dont la victoire et les troupes étaient pourtant assez minces). En gros, Rome perd toutes ses provinces mésopotamiennes, ainsi que d’importantes forteresses frontalières : c’est tout le « limes » oriental qui est dégarni et rendu vulnérable. La décision est certes un acte de « real-politk », mais ça grogne ferme parmi les légionnaires, furieux de voir leurs camarades tombés pour rien. Pour autant, Jovien se montre vite un fin politique et un bon gestionnaire. Il parvient tout d’abord à éviter une guerre civile en obtenant la soumission de Procope. Puis, étant lui-même chrétien, il restaure la paix religieuse, en promulgant un édit de tolérance (notion toute relative, car il donne en même temps l’ordre d’incendier la bibliothèque d’Antioche, qui comportait trop de textes païens à ses yeux !). Enfin, voulant assurer les débuts d’une nouvelle dynastie, il associe au pouvoir son fils aîné Varronianus (âgé d’une dizaine d’années), en le faisant consul au début de l’année 364.

Tout semble donc bien parti, mais pas pour longtemps. Le 16 février 364 au soir, sur la route de Constantinople, Jovien et son cortège s’arrêtent dans un bled nommé Dadastana (Drépane), quelque part entre l’actuelle Ankara et Nicée. Ca caille, l’hiver, en Bythinie. On installe l’empereur fatigué dans une auberge de rencontre, plutôt glaciale et dont les murs plâtrés de neuf sentent encore la chaux. Un bon lit, une fourrure ou deux, un feu, et dodo. Le 17 février au matin, quand ses serviteurs viennent le réveiller, l’empereur Jovien, après seulement huit mois de règne, est mort, asphyxié. Le brasero de fortune placé dans la chambre bien calfeutrée a charbonné et saturé la pièce de monoxyde de carbone… « Regnabo, regno, regnavi ».

Conclusion : même si vous n’êtes ni empereur, ni Zola, ramonez votre cheminée et méfiez-vous des monoxydes !